Navigation – Plan du site

Le Tesoro de la Lengua : un cas d’éléphantiasis emblématique de la citation

Christian Bouzy
p. 49-71

Résumés

Le Tesoro de la Lengua de Sebastián de Covarrubias présente une forte intertextualité, aisément repérable car l'auteur généralement cite ses sources. L'interprétation des intertextes, en revanche, est un vaste domaine qui reste à explorer. Car les emprunts et citations ne se limitent pas à des justifications étymologiques et sapientielles, ils ont aussi une portée morale et de prédication. Cette étude le démontre en centrant son propos sur le riche article "éléphant", particulièrement remarquable par le grand nombre d'exemples, d'anecdotes ou de légendes dont il est pétri – un véritable tissu textuel entrant dans une stratégie didactique où les citations jouent le rôle d'autorités péremptoires – mais aussi par les multiples références iconographiques, si bien qu'il est permis de parler aussi d'intericonicité. Textes et images fournissent donc à l'auteur un matériau intertextuel alimentant un récit à finalité éthique et éducative.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 TESORO I DE LA LENGVA I CASTELLANA, O I ESPAÑOLA. I COMPVESTO POR EL LICENCIADO / Don Sebastian de (...)
  • 2 Sur le problème de la citation dans les dictionnaires modernes, on consultera avec profit Lexique, (...)
  • 3 Sur la pertinence du concept d’intertextualité dans le domaine du savoir, cf. Marie-Rose Logan, « L (...)

1Le Tesoro de la Lengua de Sebastian de Covarrubias1 présente la particularité d’être difficilement classifiable. Est-il une somme, une encyclopédie, un dictionnaire2 ou plus simplement un recueil d’articles sur les sujets les plus divers ? Sous le prétexte avoué de faire de la recherche étymologique, l’auteur y expose de manière narrative des pans entiers du savoir de l’humanité3, puisés aux sources les plus diverses, tant chez les auteurs de l’Antiquité que chez les auteurs du XVIe siècle.

2De nombreux articles du Tesoro de la Lengua sont en réalité de véritables collages citationnels qui laissent apparemment peu de place à la créativité de notre auteur. Pourtant, l’agencement du savoir proposé par Sebastian de Covarrubias dans des articles qui retiennent ‘attention du lecteur, comme celui sur l’éléphant, est le fruit d’une pensée méthodique qui sait utiliser les autorités dans une visée à la fois pragmatique et esthétique.

3À cet égard, l’article ELEFANTE est remarquable pour plusieurs raisons ; d’abord, parce qu’il est quantitativement le plus important du Tesoro de la Lengua (il n’occupe pas moins de cinq feuillets recto-verso de l’édition originale de 1611) ; ensuite, parce qu’il est constitué d’une narration très dense, assortie d’un grand nombre d’exemples, de contes, d’anecdotes, d’historiettes, de légendes, c’est-à-dire d’un tissu textuel qui procède par juxtaposition d’informations – style lexicographique par excellence – dont la qualité principale est la brièveté. Pour finir, l’histoire de l’éléphant, telle qu’elle est racontée, intéresse notre propos en raison de l’intense trame intertextuelle qui y est tissée, essentiellement sous la forme de citations et d’emprunts aux autorités.

  • 4 Nous empruntons l’expression à Georges Ulysse (qui l’a utilisée dans le cadre de sa propre communic (...)
  • 5 Mais qui à l’époque ressortit de Yimitatio. Sur ce point, voir L. Cooper « Plagiarism in Spanish Di (...)
  • 6 On trouvera un tableau général des différentes modalités morphologique de la récriture chez Karine (...)

4En effet, ce ne sont pas moins de trente et un auteurs qui sont évoqués ou cités, certains plusieurs fois, ce qui donne un total de soixante-quatre occurrences nominales. Pour abréger les données statistiques, précisons qu’il y a vingt-trois citations textuelles, dont vingt et une en latin contre une en espagnol et une en italien. En fait, l’article est de bout en bout une énorme citation, un véritable monstre couturé4, qui accouple la référence textuelle la plus précise à ce que l’on pourrait prendre aujourd’hui pour du plagiat5 – quand Sebastian de Covarrubias néglige par exemple de mentionner ses sources ; mais il lui arrive aussi de se tromper dans ses références –, sans oublier d’autres formes intertextuelles comme l’emprunt, l’allusion, l’incrustation, etc.6

5D’Aristote à Philostrate, en passant par Plutarque, Sénèque, Pline, Élien, Virgile, Lucrèce, Cicéron, Tite-Live, le Physiologue, ce sont surtout les auteurs de l’Antiquité gréco-romaine qui sont à l’honneur. Il reste une place toutefois pour les auteurs italiens comme Pétrarque, Giovanni Valeriano, André Alciat, Lodovico Dolce, Camillo Camilli, ainsi que pour les espagnols comme Antonio Agustin, Pedro de Patencia, Gonzalo Ponce de León et José de Acosta, qui se trouve être en réalité Cristobal Acosta (cf. note 42).

  • 7 Johannis Pierus Valerianus, Hieroglyphica sive de sacris Aegyptiorum aliarumque gentium literis [.. (...)

6L’énumération complète des autorités auxquelles il est fait allusion dans l’article sur l’éléphant n’aurait de l’intérêt que dans la mesure où elle donnerait une vision exacte de l’érudition de Sebastián de Covarrubias. Or il se trouve que nous avons affaire à un intertexte à tiroir, c’est-à-dire à des références de seconde main, puisque la plupart des noms d’auteurs évoqués ou cités – surtout ceux de l’Antiquité – figure déjà dans tes deux principaux ouvrages auxquels notre chanoine puise ses connaissances : l’Histoire Naturelle de Pline et tes Hieroglyphica de Valeriano7.

7Tels sont les deux grands hypotextes autour desquels s’articule la première partie de cet éléphantesque récit. Le lecteur a droit tout d’abord à un véritable condensé du début du Livre VIII de l’Histoire Naturelle, condensé dans lequel Sebastián de Covarrubias ne fait que répéter de manière explicite le savoir de Pline. Notre lexicographe n’en fait pas mystère : « Plinio, cuyo es todo lo dicho y lo que se seguirá », dit-il dans un élan de sincérité qu’il répétera quand il en aura terminé avec te naturaliste latin « casi todo lo que se ha dicho hasta aquí es de Plinio ».

  • 8 Pline, Histoire Naturelle, VIII, 4, 6.
  • 9 Suétone, Néron, 11 ; Galba, 6.
  • 10 Ovide, Heroïdes, XV, 31.
  • 11 Sénèque, Lettres, 86. Citation sans doute issue d’un florilège, puisqu’elle est suivie d’une autre (...)
  • 12 EMBLEMAS MORALES I DE DON SEBASTIAN DE / Couarrubias Orozco, Capellan del Rey N. S. Maestrescuela, (...)
  • 13 Sur cette valence de l’emblème de l’éléphant, voir Rafael Garcia Mahiques, « El elefante o la human (...)

8Dans cet étalage des connaissances naturalistes de l’Antiquité sur l’éléphant, certaines ne manquent pas de surprendre, ainsi celle qui prêtait au pachyderme des dons de funambule. Il s’agit là quasiment d’un topos – autre modalité intertextuelle – que l’on trouve chez Pline8, Suétone9 et Ovide10, mais c’est une citation de Sénèque que retient Sebastián de Covarrubias pour illustrer son propos : « Elephantem minimus Aethiops jubet subsidere in genua et ambulare per funem »11 (le tout petit Éthiopien ordonne à l’éléphant de s’agenouiller et de marcher sur un fil). Notre chanoine avait déjà mis à profit ce lieu commun dans ses Emblemas Morales12, publiés en 1610, puisqu’il en avait fait un emblème montrant un éléphant en plein exercice de funambulisme, sous l’inscription (fig. 1) « Molem superat ingenium » (l’esprit vaut plus que la masse physique), pour déclarer que les apparences sont trompeuses et que la corpulence physique peut cacher la finesse d’esprit. La même figure peut aussi signifier l’obéissance13. Il est clair qu’à cet endroit du Tesoro de la Lengua intertextualité et intratextualité se superposent l’une à l’autre. C’est là aussi une preuve manifeste de l’intentionnalité d’édification morale qui est présente tout au long de l’article.

Figure 1

Figure 1

Covarrubias, Emblemas Morales, Madrid, 1610

9Cela nous ramène à la personnalité littéraire profonde de notre auteur, qui est celle d’un moraliste. C’est ainsi qu’il continue la première partie de son article de la sorte : « Ahora aplicaremos los jeroglíficos, empresas y emblemas que se han formado del elefante, y la doctrina moral, fundada en su natural historia ». À partir de là, Sebastián de Covarrubias va s’approprier subrepticement les hiéroglyphiques de l’érudit italien Valeriano dit Pierio, procédé dont il use dans la plupart des articles animaliers, constitués en un véritable bestiaire symbolique. Il est vrai qu’en quelques endroits notre lexicographe cite nommément Pierio, mais les rares mentions qu’il fait du surnom de Valeriano sont loin de donner une idée exacte de sa dette à l’égard de l’humaniste italien.

  • 14 Sur ce point, voir Juan Crespo Hidalgo « El arte diccionarista de Sebastián de Covarrubias », Estud (...)
  • 15 Julia Kristeva Sêmêiôtikê : Recherches pour une sémanalyse, Paris, Seuil, 1969, p. 115.
  • 16 Voir Peter Dembowski, « Intertextualité et critique des textes », Littérature, Intertextualités méd (...)

10Nous touchons ici du doigt l’art de la narration dont fait preuve notre chanoine dans son discours lexicographico-encyclopédique14. L’intertextualité, entendue comme croisement dans un texte d’énoncés pris à d’autres textes15, est l’élément constitutif sine qua non de sa stratégie narrative, elle concerne non pas la connaissance ou reconnaissance des pré-textes mais bien plutôt leur rôle dans le texte-cible16.

  • 17 Paul Zumthor, « Intertextualité et mouvance », Littérature, Intertextualités médiévales, février 19 (...)
  • 18 Termes induits par le fait que le texte de Valeriano est en latin et que Sebastian de Covarrubias p (...)

11Si nous partons du principe que le travail citationnel et plus largement intertextuel est prélèvement et transformation, selon les termes mêmes de Julia Kristeva, et si nous comparons le texte de Covarrubias au texte de Valeriano considéré comme modèle, au sens de relais des lignes de ressemblances que donne Paul Zumthor à ce mot17, nous pouvons juger de la distance qui va du texte-cible au texte-source18.

  • 19 Les Hiéroglyphiques de Ian-Pierre Valerian nommé Pierius, Autrement, Commentaires des Lettres et Fi (...)

12Pour ne prendre qu’un exemple, nous mettrons en parallèle le chapitre I du Livre II des Hieroglyphica – dans sa traduction française19, pour des raisons pratiques, sachant que Covarrubias ne connaissait que le texte en latin – avec le passage du Tesoro de la Lengua qui en est inspiré :

  • 20 Ibidem, p. 19. Nous soulignons les passages repris par Covarrubias.

Pour commencer donc à ce que les Égyptiens ont écrit de l’éléphant ; ils signifiaient hiéroglyphiquement par cet animal, voire même par sa seule trompe, l’homme opulent sur tous autres, qui est puissant de ses propres forces, qui n’a que faire d’autrui, qui peut assurément dire, Toute mon espérance gît en moi, qui peut en somme recouvrer ce qui lui fait besoin comme à le flairer seulement et sans peine. Le sujet en provenait de l’admiration qu’ils avaient conçue lui voyant une telle et si longue trompe, qu’elle seule lui suffit presque à tous usages, qu’il s’en sert au lieu de main, qu’au moyen d’elle il porte à la bouche son boire et son manger, qu’il la tend et présente à son gouverneur, aux commandements duquel il se rend fort obéissant, soit qu’il la lui veuille faire lever sur le chaignon du col ou la baisser contre terre. Qui plus est il en renverse des arbres, il en arrache en une bataille les armes des mains des combattants, il en fait perdre les étriers aux gens de cheval, et les porte par terre, il en empoigne les gens de pied, et les élance la part qu’il veut, et s’il passe une rivière à nage, il en respire et prend haleine la portant haut élevée. C’est donc d’une propre et galante composition que Lucrèce appelle les Éléphants Anguimains. ayant mains de serpent, à cause qu’il plie et replie, accourcit et allonge, couleuvrine et recourbe la trompe où bon lui semble à guise d’un serpent. Aucuns certifient que de notre temps on a vu des Éléphants porter une épée longue de deux coudées attachée à leur trompe, et en faire d’horrible charcuterie à la guerre. Certes quant à leur force, Caton l’aîné dit en Cicéron, qu’étant jeune il ne souhaita jamais la force du Taureau ni de l’Éléphant. Ce qui témoigne sans doute, qu’entre les bêtes brutes les Taureaux et les Éléphants devancent tous autres en force.20

  • 21 Sebastian de Covarrubias, op. cit., p. 497a-b. Nous soulignons les passages ajoutés par rapport au (...)

El elefante, en razón de la trompa, o ella sola, significa al hombre acomodado, que con un solo instrumento se amaña a hacer muchas cosas, y por esto comúnmente la llaman mano, y por ser de forma de culebra Lucrecio llamó a los elefantes anguimanos. Con ésta come tomando en ella la comida y recogiéndola como con la mano y llevándola a la boca ; con ella bebe, sube encima de sí y baja al que quiere, tronca los árboles, arrebata en la guerra las espadas y las lanzas de las manos de los que pelean, derrueca de los caballos a los jinetes y hombres de armas ; a los de a pie arrebata y los echa donde se le antoja. Con ella, o para hacer daño y cegar, o por pasatiempo, hinchiéndola de agua, rocia a todos los circunstantes. Y algunos afirman que han visto hacer gran riza en los enemigos, atándoles al cabo de ella unas grandes cuchillas con que cortan a diestro y a siniestro.21

  • 22 Jean Ricardou, « Pour une théorie de la récriture », Poétique, 77, 1989, pp. 3-15.
  • 23 Michael Riffaterre, « L’intertexte inconnu », Littérature, n° 41, février 1981, p. 5.
  • 24 Voir sur ce point François Géal, « Le Tesoro de S. de Covarrubias. Entre les dires et les rires », (...)
  • 25 Comme le déclarent François Cornillat et Gisèle Mathieu-Castellani, « Intertexte Phénix ? », Littér (...)

13Certes, ce sont là plus des emprunts que des citations, bien que le problème se pose de savoir où se situe la limite entre ces deux modalités intertextuelles. Dans ce texte que l’on peut considérer comme un bel exemple de récriture, selon le terme de Jean Ricardou22, il est aisé de se rendre compte avec quel bonheur Sebastián de Covarrubias, dans un souci méritoire de condensation, élague dans sa source les éléments inutiles à son propos, intervertit des données ou en ajoute de nouvelles. Toutefois, cela se fait sans que son texte souffre d’une quelconque discontinuité ou de hiatus incongrus, même si l’on peut y retrouver la trace des emprunts dans ce que Michael Riffaterre appelle des agrammaticalités23. Notre lexicographe est un maître de l’art du couper-coller pourrait-on dire, et il sait ajouter la petite note humoristique de l’éléphant qui arrose son public avec sa trompe – prise à une autre source – afin de dérider son lecteur24. Cet art ne va pas sans un traitement rhétorique de l’écriture25, sous la forme d’une économie énumérative avec l’insistante répétition qui met en valeur la trompe de l’éléphant et les différents usages qu’en fait l’animal.

  • 26 Voir nos articles, « À l’emblème de l’aigle : anatomie d’un article du Tesoro de la Lengua », Bulle (...)
  • 27 Sur le principe de la citation-incrustation, voir Jean-Pierre Beaujot « Un avatar de la citation : (...)
  • 28 Sur les microstructures dans le Tesoro de la Lengua, voir Juan Crespo Hidalgo, op. cit.
  • 29 Paul Zumthor « L’épiphonème proverbial », Revue des Sciences Humaines, n° 163, 1976, pp. 313-328 (p (...)

14Cette mise en récit du savoir naturaliste sur le pachyderme participe d’une stratégie didactique – déjà présente dans les Hieroglyphica et affinée par notre auteur tant dans ses Emblemas Morales que dans ses articles animaliers du Tesoro de la Lengua – où se répètent, de l’un à l’autre, les mêmes structures26. C’est ainsi que les vingt-trois citations textuelles ne sont pas répandues au hasard à travers l’article, mais incrustées27 de loin en loin dans des endroits paroxystiques avec une évidente fonction illustrative. En outre, ces citations jouent un véritable rôle de repérage dans la microstructure de l’article28 ; telles des autorités péremptoires, elles viennent le plus souvent en conclusion d’un développement et articulent entre eux les différents moments du discours lexicographique. Cette pratique n’est pas sans rappeler une tradition des poètes de langue latine depuis le haut moyen âge, celle qui consistait à terminer les strophes par un vers pris chez un auteur antique, ce que Paul Zumthor qualifie “d’épiphonème citationnel”29.

  • 30 Cf. Laurent Jenny, « La stratégie de la forme », Poétique, 1976, pp. 258-281 (p. 272).
  • 31 Que nous avons consulté dans une édition du XVIIIe siècle, Antonio Agustin, DIALOGO / DE MEDALLAS / (...)
  • 32 Sebastian de Covarrubias doit aussi une bonne part de ses connaissances numismatiques à son oncle D (...)

15Toutefois, l’intertextualité prend une autre tournure dans l’histoire de l’éléphant, à partir du moment où ce ne sont plus des textes mais des images auxquelles il est fait allusion. Cela pose de manière différente le problème de la transposition citationnelle, puisque la rencontre se fait entre un système figuratif et un système verbal30. Ce sont d’abord les monnaies et médailles anciennes qui sont les supports des motifs éléphantesques cités par Sebastian de Covarrubias. Il s’agit de monnaies et de médailles impériales romaines dont il avait connaissance à travers les Hieroglyphica de Pierio Valeriano, ainsi qu’à travers le Diálogo de las medallas du grand numismate espagnol du XVIe siècle, l’archevêque de Tarragone Antonio Agustín31, auquel il fait explicitement référence32.

  • 33 Sur le problème de l’intertextualité mettant en jeu des images, voir Ulrich Weisstein, « Literature (...)
  • 34 Gérard Genette, Palimpsestes : la littérature au second degré, Paris, Seuil, 1982, p. 435. Jean Ric (...)
  • 35 Pline, Histoire Naturelle, VIII, 11 et VIII, 23.
  • 36 Voir David F. Bright et Barbara C. Bowen, « Emblems, Elephants, and Alexander », Studies in Philolo (...)

16L’univers intertextuel de Covarrubias est donc aussi constitué de représentations figurées ; on pourrait parler ici d’intericonicité33, ce que Gérard Genette appelle des « pratiques hyperesthétiques »34. Certaines de ces images apparaissent déjà dans les Hieroglyphica de Valeriano et il est évident qu’elles sont dans l’esprit de notre auteur, dès lors qu’il emprunte son savoir à l’Italien. Ainsi, quand il parle de l’inimitié du pachyderme pour le porc et le bouc35, les images s’imposent d’elles-mêmes d’autant plus facilement (fig. 2) qu’elles figurent dans nombre d’emblèmes moraux de l’époque36. Ce sont des lieux communs qui nous viennent de l’Antiquité, d’Aristote et de Plutarque entre autres, et que l’on retrouve dans les Hieroglyphica d’Horapollon, auteur égyptien du VIe siècle qui suscita l’égyptomanie des humanistes et constitue un des principaux modèles de Valeriano. Covarrubias insiste d’ailleurs sur la perspective morale qu’il trouve dans son hypotexte :

  • 37 Sebastian de Covarrubias, Tesoro de la Lengua, cit., p. 498a.

Pierio saca una moralidad, dando a entender por esta enemistad lo que la virtud aborrece el vicio, y también lo que cansa a un príncipe el descaramiento de un charlatán, que en su presencia habla con libertad.37

Figure 2

Figure 2

Valeriano, Les Hiéroglyphiques, Lyon, 1615

  • 38 Pierre Coustau, Le Pegme, Lyon, Macé Bonhomme, 1560. Traduction française d’une édition latine anté (...)

17Ce moralisme d’ordre général prend tournure d’éducation politique quand notre auteur réalise la jonction entre les hiéroglyphiques de Valeriano et les emblèmes ou pegmes du Français Pierre Coustau38 (fig.3) :

  • 39 Sebastián de Covarrubias, Tesoro de la Lengua, cit., p. 498a.

Dice Pierio ser jeroglífico del rey que no quiere le digan sus faltas, ni se las pongan delante. A esto pienso que alude uno de los Pegmas de Pedro Costalio, con la figura de un elefante y un hombre que va reluciente o con espejos, o con armas lucias en que pueda mirar el elefante su retrato, con el título : Non perdendum amicum ob bonum dictum.39

Figure 3 : IN MOREM ELEPHANTRUM. NON PERDENDUM AMICUM OB BONUM DICTUM

Figure 3 : IN MOREM ELEPHANTRUM. NON PERDENDUM AMICUM OB BONUM DICTUM

Pierre Coustau, Pegma, Lyon, 1555

  • 40 L’éléphant apparaît à plusieurs reprises dans les emblèmes de Covarrubias : II, 24 ; II, 45 ; II, 6 (...)

18Si le renvoi à l’emblématique est ici explicite, il y a dans cette éléphantesque narration d’autres passages que l’on pourrait illustrer par des emblèmes, des devises ou des hiéroglyphiques. Mais Sebastián de Covarrubias n’y fait pas même allusion, alors qu’il connaissait parfaitement la plupart de ces emblèmes, comme celui qui montre la lutte entre le serpent et l’éléphant (fig. 4). Lui-même avait mis dans ses Emblemas Morales quelques emblèmes à l’image de l’éléphant40 dont nous avons vu un exemple.

Figure 4: LE IMPRESE

Figure 4: LE IMPRESE

Giovio, Dialogo delle imprese, Lyon, 1574

  • 41 Mot qui signifierait pour Sebastian de Covarrubias à la fois ivoire et éléphant. Pour plus de préci (...)
  • 42 Sebastián de Covarrubias commet ici une confusion. Tout ce qu’il prétend tiré du Père jésuite José (...)

19Dans la deuxième partie de son récit qui commence par l’explication étymologique du mot d’origine arabe marfil41, Sebastián de Covarrubias abandonne la trace de l’emblématique pour suivre – selon ses dires – celle de l’Historia de las Indias du Père jésuite José de Acosta – ouvage qui constituerait le troisième grand hypotexte de l’article42 –, mais c’est pour mieux revenir aux emblèmes par la suite et terminer son récit sur une véritable apothéose figurative :

  • 43 Sebastián de Covarrubias, Tesoro de la Lengua, cit., p. 501a-b.

Algunas emblemas, empresas y símbolos hay del elefante, ultra de los que hemos dicho. Emanuel Filiberto, duque de Saboya, trajo por empresa un elefante que andaba paciendo entre un hato de ovejas, con el mote Infestus infestisis.43

  • 44 Jeronimo Ruscelli, LE IMPRESE ILLVSTRI/ CON ESPOSITIONI ET DISCORSI I DEL S. IERONIMO RVSCELLI. / A (...)
  • 45 Lodovico Dolce, IMPRESE / Nobili et ingeniose di diuersi / PRENCIPI, / ET D’ALTRI PERSONAGGI I ILLV (...)

Bien que Sebastián de Covarrubias ne fasse pas allusion à l’origine de cette devise, on en retrouve facilement la trace dans deux recueils de devises italiens (figs. 5 et 6) qu’il connaissait bien et qu’il cite dans d’autres articles animaliers, ce sont Le Imprese Illustri de Jeronimo Ruscelli44 et les Imprese nobili de Battista Pittoni avec des stances de Lodovico Dolce45.

Figure 5 : EMANVEL FILIBERTO DVCA DI SAVOIA

Figure 5 : EMANVEL FILIBERTO DVCA DI SAVOIA

Ruscelli, Imprese Illustri, Venise, 1580

Figure 6

Figure 6

Pittoni, Imprese nobili, Venise, 1588

20L’image ne donne lieu à aucun commentaire de la part du lexicographe et sa signification reste pour le lecteur du Tesoro de la Lengua une énigme, s’il n’a pas l’heur d’aller voir dans l’ouvrage de référence. C’est en fait la magnanimité et la mansuétude du Duc de Savoie qui sont ici symbolisées par la manière qu’a l’éléphant de se frayer un passage à travers un troupeau de brebis en les écartant délicatement de sa trompe.

  • 46 Camillo Camilli, IMPRESE / ILLVSTRI / di diuersi, / COI DISCORSI I DI / CAMILLO CAMILLI, / et / con (...)

21Tout à la fin de l’article, Sebastián de Covarrubias renvoie à un autre recueil de devises italien, les Imprese Illustri de Camillo Camilli46, mais cette fois l’image est traitée différemment. La devise (fig. 7) est décrite de manière plus juste, plus explicite et sa signification morale est commentée, elle est proprement citée en code verbal :

  • 47 Sebastian de Covarrubias, Tesoro de la Lengua, cit., p. 501b.

Camillo Camilli, en la empresa de Juan Bautista Justiniano, pinta un árbol destroncado, a que se arrimaba un elefante que juntamente caía con él en tierra, y esta letra : Dum stetit, significando con esto la muerte de algún príncipe, en cuyo favor se apoyaba y sustentaba, porque según opinión de muchos el elefante duerme en pie, arrimado tan solamente a un árbol, por no poder arrodillarse como los demás cuadrúpedes.47

Figure 7 : GIO BATTISTA GIVSTINIANO

Figure 7 : GIO BATTISTA GIVSTINIANO

Camilli, Imprese Illustri, Venise, 1586

Le message est clairement destiné aux privados qui profitent du roi comme d’un étai, mais qui s’écroulent avec lui lorsqu’il vient à mourir. On le voit, l’intertexte renvoie ici à un contexte. Il convient de rappeler que Sebastián de Covarrubias avait dédié ses Emblemas Morales au Duc de Lerma, favori en titre de l’époque, et que de nombreux emblèmes cités dans le Tesoro de la Lengua sont des allusions à l’existence du valido sur la scène du pouvoir. Là encore, c’est l’éducation politique qui est l’enjeu de l’image emblématique.

  • 48 Cf. Michel Zinck, « Le monde animal et ses représentations dans la littérature française du Moyen A (...)

22Celle-ci est d’ailleurs polysémique, puisque la même figure peut avoir une signification différente dans d’autres discours, comme la prédication par exemple. Inspirée d’une tradition émanant du Physiologus, cette anecdote de l’éléphant qui s’écroule avec l’arbre sur lequel il s’appuie était très prisée des prédicateurs – catégorie dont fait partie Covarrubias –, qui l’interprétaient comme le pécheur abattu par sa faute que l’enfant-Jésus, représenté par un éléphanteau, aidait à se relever48. Elle apparaît de manière différente dans les emblèmes de notre auteur (fig. 8), avec une signification sensiblement transformée, pour dire qu’il faut longtemps à la nature pour remplacer aussi bien un éléphant qu’un palmier abattu. L’emblématique peut ainsi être considérée comme un gigantesque intertexte dont la loi principale consiste en la variation des sens sur les mêmes formes et en celle des formes sur les mêmes sens.

Figure 8 : GIO BATTISTA GIVSTINIANO

Figure 8 : GIO BATTISTA GIVSTINIANO

Covarrubias, Emblemas Morales, Madrid, 1610

  • 49 Andreae Alciati, Emblematum Liber, Augsburg, Steyner, 1531. Les images que nous présentons sont tir (...)

23Ce ne sont donc pas seulement les textes mais aussi les images qui fournissent à Sebastián de Covarrubias le matériau intertextuel ou hyperesthétique qui alimente un récit à finalité éthique et éducative. Certes, il s’agit souvent d’une intertextualité au premier degré, sans grand débours imaginatif et sans mystère. Le propos rhétorique du moraliste se discerne assez facilement dans la masse d’informations qu’il assène au lecteur. Le fait de nommer et de renommer les auteurs qui participent de l’intertexte est le marqueur évident d’une stratégie textuelle fondée sur l’auctoritas. Dans cette stratégie, le lexicographe espagnol prend bien garde de ne pas oublier la principale référence en matière d’emblèmes, à savoir le juriste italien André Alciat, considéré comme le créateur du genre avec son Emblematum Liber49, maintes fois réédité aux XVIe et XVIIe siècles. Dans cet ouvrage que connaissait fort bien Covarrubias sous sa forme définitive des Emblemata (1551), on retrouve la figure de l’éléphant en plusieurs endroits, deux tout particulièrement auxquels le Tesoro de la Lengua fait référence.

24Dans le premier emblème cité (fig. 9), l’éléphant est pris pour symbole de guerre et de victoire :

  • 50 Sebastian de Covarrubias, Tesoro de la Lengua, cit., p. 501b.

Alciato en la emblema 123, pinta un elefante con un trofeo, su inscripción : In illaudata laudantes, aludiendo a la victoria que tuvo Antiocho Soter, por el espanto que pusieron los elefantes a la caballería de los contrarios, y concluye con este dístico : Bellua servasset ni nos foedissima barrus, Ut superasse juvat, sic superasse pudet.50

Figure 9

Figure 9

Alciat, Emblemata, Lyon, 1564

  • 51 Antiochos Ier Sôter, roi séleucide (281-261 avant J.-C.), fils de Séleucos Ier Nicator, fondateur d (...)

25Après sa victoire remportée sur les Galathes, grâce aux pachydermes, le roi séleucide51 décida que seul un éléphant méritait de porter les trophées, en argumentant, selon le distique cité par Sebastián de Covarrubias : « [Nous aurions péri] si l’éléphant, cette bête sale, ne nous avait protégés et j’ai autant de plaisir que de honte à être victorieux, car ce fut grâce à leur aide ».

26En revanche, dans l’emblème cité immédiatement après (fig. 10) le pachyderme est pris comme symbole de paix. On voit par là comment une citation (une image) en appelle une autre, surtout quand c’est pour servir de contraste :

  • 52 Sebastian de Covarrubias, Tesoro de la Lengua, cit., p. 501b.

El mismo Alciato puso por símbolo de paz un elefante que tiraba un carro triunfal, por el camino sembrado de armas y despojos, empieza : Turrigeris humeris, Emblema 176.52

Figure 10

Figure 10

Alciat, Emblemata, Lyon, 1564

27Ces citations et références ont bien plus qu’une valeur illustrative à l’intérieur du bestiaire symbolique déployé par Sebastián de Covarrubias tout au long de l’ouvrage, elles constituent de manière évidente – pour qui sait les décrypter – les points forts d’une argumentation éthique ; elles sont les marques de la prégnance de l’expression emblématique au début du XVIIe siècle, confortée par la stature d’Alciat.

  • 53 Sur le distinguo intertexte/intertextualité, voir le court article de Michael Riffaterre, « L’inter (...)

28Si l’intertexte à l’intérieur du Tesoro de la Lengua ne présente qu’un très faible caractère énigmatique, puisque Covarrubias cite généralement ses sources, en revanche l’intertextualité53 offre un vaste domaine d’interprétation encore peu exploité par la critique. Les justifications étymologique et sapientielle ne suffisent pas à épuiser la matière et la manière narratives que Covarrubias érige avec un art consommé de l’exemplification et de la prédication. Il faudrait donc rechercher dans quelle mesure notre auteur est étymologiste et lexicographe – les deux épithètes que l’on emploie le plus souvent pour le désigner –, mais aussi dans quelle mesure il est moraliste et prédicateur. C’est-à-dire comment il fait du savoir un objet pré-littéraire. Une étude approfondie de l’intertextualité dans le Tesoro de la Lengua devrait permettre de mieux définir les multiples facettes offertes par ce très éclectique humaniste.

Haut de page

Notes

1 TESORO I DE LA LENGVA I CASTELLANA, O I ESPAÑOLA. I COMPVESTO POR EL LICENCIADO / Don Sebastian de Cobarruuias Orozco, Capellan de su Magestad, / Mastrescuela [sic] y Canonigo de la Santa Yglesia de Cuenca, / y Consultor del Santo Oficio de la Inquisicion. / DIRIGIDO A LA MAGESTAD CATOLICA / del Rey Don Felipe III. nuestro señor. / [Blason royal entouré de l’insigne de la Toison d’Or] / CON PRIVILEGIO. / En Madrid, por Luis Sanchez, impressor del Rey N. S. /–––– / Año del Señor M. DC. XI. Nos citations sont tirées de l’édition de Martín de Riquer, Barcelone, Horta, 1946.

2 Sur le problème de la citation dans les dictionnaires modernes, on consultera avec profit Lexique, 12-13, Dictionnaires et Littérature, Actes du Colloque International « Dictionnaires et littérature. Littérature et dictionnaires (1830-1990) », Lille III, 26-28 septembre 1991, Numéro coordonné et présenté par P. Corbin et J.-P. Guillerm, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 1995.

3 Sur la pertinence du concept d’intertextualité dans le domaine du savoir, cf. Marie-Rose Logan, « L’intertextualité au carrefour de la philologie et de la poétique », Littérature, Intertextualités médiévales, février 1981, pp. 47-49. Voir également Nadia Khouri et Marc Angenot « Savoir et autorité : le discours de l’anthropologie préhistorique », Littérature, Le pouvoir dans ses fables, mai 1983, pp. 104-118.

4 Nous empruntons l’expression à Georges Ulysse (qui l’a utilisée dans le cadre de sa propre communication).

5 Mais qui à l’époque ressortit de Yimitatio. Sur ce point, voir L. Cooper « Plagiarism in Spanish Dictionaries of the XVIth and XVIIth Centuries », Hispania, 45, 1962, pp. 717-720.

6 On trouvera un tableau général des différentes modalités morphologique de la récriture chez Karine Feng, L’intertextualité : théories et enjeux sur la question de la propriété littéraire, Thèse soutenue le 19 mars 1996, Université de Provence (microfiche du Service de Reproduction des Thèses, Lille), p. 329. Voir également Annick Bouillaguet, « Une typologie de l’emprunt », Poétique, 77, 1989, pp. 489-497.

7 Johannis Pierus Valerianus, Hieroglyphica sive de sacris Aegyptiorum aliarumque gentium literis [...], Basileae, 1556.

8 Pline, Histoire Naturelle, VIII, 4, 6.

9 Suétone, Néron, 11 ; Galba, 6.

10 Ovide, Heroïdes, XV, 31.

11 Sénèque, Lettres, 86. Citation sans doute issue d’un florilège, puisqu’elle est suivie d’une autre citation provenant du Néron de Suétone.

12 EMBLEMAS MORALES I DE DON SEBASTIAN DE / Couarrubias Orozco, Capellan del Rey N. S. Maestrescuela, / y Canonigo de Cuenca, Consultor del / santo Oficio. / DIRIGIDAS A DON FRANCISCO GOMEZ DE / Sandoual y Roxas, Duque de Lerma, marqs de Denia, Sumiller de Corps / Cavallerizo mayor del Rey N. S. Comendador mayor de Castilla, / Capitan General de la cavalleria de España [Blason avec sentence] / Con privilegio, en Madrid por Luis Sanchez, año 1610.

13 Sur cette valence de l’emblème de l’éléphant, voir Rafael Garcia Mahiques, « El elefante o la humanidad obediente », Lecturas de Historia del Arte, I, 1989, pp. 283-294.

14 Sur ce point, voir Juan Crespo Hidalgo « El arte diccionarista de Sebastián de Covarrubias », Estudios de lingüística, 8, 1992, pp. 99-132.

15 Julia Kristeva Sêmêiôtikê : Recherches pour une sémanalyse, Paris, Seuil, 1969, p. 115.

16 Voir Peter Dembowski, « Intertextualité et critique des textes », Littérature, Intertextualités médiévales, février 1981, pp. 17-29 (p. 20).

17 Paul Zumthor, « Intertextualité et mouvance », Littérature, Intertextualités médiévales, février 1981, pp. 8-16 (p. 10).

18 Termes induits par le fait que le texte de Valeriano est en latin et que Sebastian de Covarrubias procède donc à une traduction. La comparaison des deux textes permet aussi de corriger les nombreuses erreurs qui émaillent les différentes éditions tant anciennes que modernes du Tesoro de la Lengua. Par exemple, p. 497b, ligne 13 de l’édition de Martin de Riquer, il faut remplacer “Scandro Coto, judîo” par “Sandrocot, indio”.

19 Les Hiéroglyphiques de Ian-Pierre Valerian nommé Pierius, Autrement, Commentaires des Lettres et Figvres Sacrées des Aegyptiens & autres Nations [...], Nouvellement donnez avx François, Par I. de Montlyart, A Lyon par Pavl Frellon, M. DC. XV.

20 Ibidem, p. 19. Nous soulignons les passages repris par Covarrubias.

21 Sebastian de Covarrubias, op. cit., p. 497a-b. Nous soulignons les passages ajoutés par rapport au modèle.

22 Jean Ricardou, « Pour une théorie de la récriture », Poétique, 77, 1989, pp. 3-15.

23 Michael Riffaterre, « L’intertexte inconnu », Littérature, n° 41, février 1981, p. 5.

24 Voir sur ce point François Géal, « Le Tesoro de S. de Covarrubias. Entre les dires et les rires », Tigre, 7, Grenoble, Cerhius, 1993, pp. 11-42.

25 Comme le déclarent François Cornillat et Gisèle Mathieu-Castellani, « Intertexte Phénix ? », Littérature, La Farcissure. Intertextualités au XVIe siècle, octobre 1984, pp. 5-9 : « On ne saurait suivre le texte dans la désignation qu’il fait de ses sources — ce dernier terme étant loin d’être neutre — avant de s’être interrogé sur le statut rhétorique de ce procédé » (p. 5).

26 Voir nos articles, « À l’emblème de l’aigle : anatomie d’un article du Tesoro de la Lengua », Bulletin Hispanique, T. 98, 1, 1996, pp. 1-27 ; « L’emblématique dans le Tesoro de la Lengua de Sebastian de Covarrubias : à la devise du cerf », Communication présentée à la IVth International Emblem Conference, Leuven, 18-23 août 1996 (à paraître) ; « Des Hieroglyphica de Valeriano au Tesoro de la Lengua. Du symbole à l’emblème : le thème du lion », in La transmission du savoir aux XVIe et XVIIe siècles, Actes du Colloque International de Nancy, 20-22 novembre 1997 (à paraître).

27 Sur le principe de la citation-incrustation, voir Jean-Pierre Beaujot « Un avatar de la citation : l’incrustation », in Lexique, 12/13, op. cit., pp. 241-250.

28 Sur les microstructures dans le Tesoro de la Lengua, voir Juan Crespo Hidalgo, op. cit.

29 Paul Zumthor « L’épiphonème proverbial », Revue des Sciences Humaines, n° 163, 1976, pp. 313-328 (p. 322).

30 Cf. Laurent Jenny, « La stratégie de la forme », Poétique, 1976, pp. 258-281 (p. 272).

31 Que nous avons consulté dans une édition du XVIIIe siècle, Antonio Agustin, DIALOGO / DE MEDALLAS / INSCRICIONES / y otras antigüedades, / Ex bibliotheca Anton. Agostini / Archiepiscopi Tarraconen. / AL REY NUESTRO SENIOR / POR MANO DE D. SEBASTIAN DE LA QUADRA / [Blason] / CON PRIVILEGIO / En Madrid : En la Oficina de Joseph FRANCISCO MAR- / TINEZ ABAD, en la Calle del Olivo Baxo, Ano de 1744 (princeps 1587).

32 Sebastian de Covarrubias doit aussi une bonne part de ses connaissances numismatiques à son oncle Diego de Covarrubias, professeur à l’Université de Salamanque, évêque représentant l’Espagne à quelques sessions du Concile de Trente, président du Conseil du Royaume de Castille et auteur d’une somme sur les monnaies anciennes.

33 Sur le problème de l’intertextualité mettant en jeu des images, voir Ulrich Weisstein, « Literature and the (Visual) Arts. Intertextuality and Mutual Illumination », in Intertextuality: German Literature and Visual Art from the Renaissance to the Twentieth Century, Edited by Ingeborg Hoesterey and Ulrich Weisstein, Columbia, Camden House, 1993, pp. 1-17.

34 Gérard Genette, Palimpsestes : la littérature au second degré, Paris, Seuil, 1982, p. 435. Jean Ricardou imagine pour sa part les termes de « pictoscriptique » et « pictotextique », cf. Jean Ricardou, « Pour une théorie de la récriture », Poétique, 77, 1989, pp. 3-15 (p. 9).

35 Pline, Histoire Naturelle, VIII, 11 et VIII, 23.

36 Voir David F. Bright et Barbara C. Bowen, « Emblems, Elephants, and Alexander », Studies in Philology, LXXX, 1983, pp. 14-24. Pour les différentes occurrences, voir Arthur Henkel et Albrecht Schone, Emblemata. Handbuch zur Sinnbildkunst des XVI. und XVII. Jahrhunderts, Stuttgart, J. B. Metzlersche Verlagsbuchhandlung, 1971, cols 408-418.

37 Sebastian de Covarrubias, Tesoro de la Lengua, cit., p. 498a.

38 Pierre Coustau, Le Pegme, Lyon, Macé Bonhomme, 1560. Traduction française d’une édition latine antérieure : Petrus Costalius, Pegma, cum narrationibus philosophicis, Lugduni, 1555. Sur cet ouvrage, voir Irène Bergal, « Pierre Coustau Pegme : From Emblem to Essay », in Renaissance Essays for Donald A. Stone Jr., Barbara Bowen, C. Jerry Nash eds, Lexington, KY, French Forum, 1991, pp. 113-122.

39 Sebastián de Covarrubias, Tesoro de la Lengua, cit., p. 498a.

40 L’éléphant apparaît à plusieurs reprises dans les emblèmes de Covarrubias : II, 24 ; II, 45 ; II, 61 ; II, 66.

41 Mot qui signifierait pour Sebastian de Covarrubias à la fois ivoire et éléphant. Pour plus de précisions sur l’étymologie du mot éléphant, voir M. L. West, “Elephant”, Glotta, Zeitschrift für griechische und lateinische Sprache, Herausgegeben von Klaus Nickau und Klaus Strunck, LXX. Band, 1-2. Heft, 1992, pp. 125-128.

42 Sebastián de Covarrubias commet ici une confusion. Tout ce qu’il prétend tiré du Père jésuite José de Acosta, Historia Natural y Moral de las Indias, Séville, Juan de León, 1590 provient en fait de Cristobal Acosta, Tractado de las drogas y medicinas de las Induis. Burgos, Martín de Victoria, 1578. Nous remercions Jean-Paul Duviols ainsi que Monique Mustapha qui nous ont cordialement fourni ces précisions. Sur José de Acosta, voir la thèse de Monique Mustapha, Humanisme et Nouveau Monde. Études sur la pensée de José de Acosta, Paris, 1989 (Lille service des microfiches).

43 Sebastián de Covarrubias, Tesoro de la Lengua, cit., p. 501a-b.

44 Jeronimo Ruscelli, LE IMPRESE ILLVSTRI/ CON ESPOSITIONI ET DISCORSI I DEL S. IERONIMO RVSCELLI. / AL SERENISSIMO ET SEMPRE / FELICISSIMO RE CATOLICO, / FILIPPO D AVSTRIA. / CON GRATIA ET PRIVILEGIO / [Blason de Philippe II] / CON LA GIVNTA DI ALTRE / IMPRESE TVTTO RIORDINA- / TO ET CORRETTO / Presso a Francesco de / Franceschi, Senese / IN VENETIA / L’ANNO M. D. LXXX.

45 Lodovico Dolce, IMPRESE / Nobili et ingeniose di diuersi / PRENCIPI, / ET D’ALTRI PERSONAGGI I ILLVSTRI / nell’arme e nelle lettere : / Le quali, col disegno loro estrinseco, / dimostrano l’animo, et la buona, o mala / fortuna de gli Autori loro. / Con le dichiarationi in / versi di M. LODOVI-CO I DOLCE I ET D’ALTRI. / IN VENETIA, Presso Girolamo Porro, M. D. LXXVIII / Con Priuilegio.

46 Camillo Camilli, IMPRESE / ILLVSTRI / di diuersi, / COI DISCORSI I DI / CAMILLO CAMILLI, / et / con le figure intagliate / in Rame / di Girolamo Porro / Padovano, / ALLTLLmo. ET Rmo. / DON FERDINAND CARDI-NAL / DE MEDICI. / IN VENETIA / Appresso Francesco Ziletti, / M. D. LXXXVI.

47 Sebastian de Covarrubias, Tesoro de la Lengua, cit., p. 501b.

48 Cf. Michel Zinck, « Le monde animal et ses représentations dans la littérature française du Moyen Age », in Le monde animal et ses représentations au Moyen Age (XIe-XVe siècles), Actes du XVème Congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public, Toulouse, 25-26 mai 1984, Université de Toulouse-Le Mirail, Service des Publications, 1985, p. 61.

49 Andreae Alciati, Emblematum Liber, Augsburg, Steyner, 1531. Les images que nous présentons sont tirées de l’édition suivante D. AND. / ALCIATI EMBLE- / MATA DENVO AB / IPSO AUTORE RECOGNITA, AC, / QUAE DESIDERABANTUR, IMA- / GINIBUS LOCUPLETATA. / Accesserunt noua aliquot ab / Autore Emblemata suis quoque / eiconibus insignata / LVGDVNI / apvd / GVLIELMVM / ROVJLL. / M. D. LXIIII.

50 Sebastian de Covarrubias, Tesoro de la Lengua, cit., p. 501b.

51 Antiochos Ier Sôter, roi séleucide (281-261 avant J.-C.), fils de Séleucos Ier Nicator, fondateur de la dynastie.

52 Sebastian de Covarrubias, Tesoro de la Lengua, cit., p. 501b.

53 Sur le distinguo intertexte/intertextualité, voir le court article de Michael Riffaterre, « L’intertexte inconnu », cit. (cf. supra, n. 23).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Covarrubias, Emblemas Morales, Madrid, 1610
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/3194/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 2
Légende Valeriano, Les Hiéroglyphiques, Lyon, 1615
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/3194/img-2.png
Fichier image/png, 930k
Titre Figure 3 : IN MOREM ELEPHANTRUM. NON PERDENDUM AMICUM OB BONUM DICTUM
Légende Pierre Coustau, Pegma, Lyon, 1555
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/3194/img-3.png
Fichier image/png, 568k
Titre Figure 4: LE IMPRESE
Légende Giovio, Dialogo delle imprese, Lyon, 1574
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/3194/img-4.png
Fichier image/png, 765k
Titre Figure 5 : EMANVEL FILIBERTO DVCA DI SAVOIA
Légende Ruscelli, Imprese Illustri, Venise, 1580
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/3194/img-5.png
Fichier image/png, 911k
Titre Figure 6
Légende Pittoni, Imprese nobili, Venise, 1588
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/3194/img-6.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 7 : GIO BATTISTA GIVSTINIANO
Légende Camilli, Imprese Illustri, Venise, 1586
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/3194/img-7.png
Fichier image/png, 838k
Titre Figure 8 : GIO BATTISTA GIVSTINIANO
Légende Covarrubias, Emblemas Morales, Madrid, 1610
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/3194/img-8.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 9
Légende Alciat, Emblemata, Lyon, 1564
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/3194/img-9.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 10
Légende Alciat, Emblemata, Lyon, 1564
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/3194/img-10.png
Fichier image/png, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Bouzy, « Le Tesoro de la Lengua : un cas d’éléphantiasis emblématique de la citation », Cahiers d’études romanes, 5 | 2001, 49-71.

Référence électronique

Christian Bouzy, « Le Tesoro de la Lengua : un cas d’éléphantiasis emblématique de la citation », Cahiers d’études romanes [En ligne], 5 | 2001, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3194 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3194

Haut de page

Auteur

Christian Bouzy

Université Strasbourg II

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org