Navigation – Plan du site

Citer n’est pas jouer : réflexion autour de quelques épigraphes-clefs chez Alejo Carpentier

Fabrice Parisot
p. 97-110

Résumés

Toute l'œuvre d'Alejo Carpentier est traversée par un riche réseau de citations implicites ou explicites. Cette étude est centrée sur les citations placées en situation d'antégraphe, d'épigraphe ou de postgraphe, qui sont loin de n'être qu'un enjolivement. Initiales ou finales, ce sont en fait des sollicitations qui invitent le lecteur à s'interroger sur le sens de leur présence et de leur contenu. En effet, de par leur sens ou la source dont elles sont tirées, les citations ainsi placées donnent une indication du ton et du sens implicite du discours et fournissent des clefs de lecture, orientant le lecteur et l'invitant à la réflexion. L'auteur analyse ce fonctionnement dans trois œuvres de Carpentier : El Reino de este mundo et El Siglo de las luces où la citation (en antégraphe ou en épigraphe) revêt une fonction programmative, puis El Recurso del metodo où la citation finale joue le rôle du mot de la fin que l'on partage avec quelqu'un d'autre et qui résume l'esprit ou le message du macro-texte, invitant implicitement à une re-lecture.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Cuba

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Dédicace

À Audrey dont la beauté n’a d’égale que sa Passion d’aimer

Texte intégral

Introduction

1Homme de culture, lecteur inlassable, le romancier cubain Alejo Carpentier adorait les citations. En effet, il n’est pas une seule de ses œuvres qui ne soit traversée par tout un réseau de citations implicites ou explicites à travers lequel, de façon ludique ou stratégique, le romancier cubain s’amuse à illustrer, orienter, résumer ou subsumer son propos.

  • 1 On appelle antégraphe, une citation antéplacée, antéposée. Généralement ce type particulier d’épigr (...)
  • 2 On appelle postgraphe une citation terminale, c’est-à-dire une citation placée à la fin d’un chapit (...)

2Parmi ces citations, il nous a paru intéressant, dans le cadre de ce colloque, de nous arrêter plus particulièrement sur celles que Carpentier, volontiers didactique, place en situation d’antégraphe1, d’épigraphe ou de postgraphe2, car loin de représenter un simple enjolivement aux accents et aux accords baroques, elles semblent s’offrir au lecteur comme autant de noyaux proliférants dont les particules de sens essaimeraient dans tout le texte afin de nous orienter vers le message du roman ou du chapitre auxquels elles président.

  • 3 Donatella Montaldo Cessi, « Uno specchio per l’epigrafe nel 700 spagnolo », Quaderni di letterature (...)

3En effet, micro-texte aux sèmes souvent pertinents, la citation en situation d’antégraphe, d’épigraphe ou de postgraphe propose de par son contenu ou de par la source d’où elle est extraite une indication référentielle du ton, et parfois du sens implicite du discours narratif futur, tout comme elle peut permettre “de tirer à l’avance des clefs de lecture, des suggestions, ou d’être introduit dans une certaine atmosphère ou orienté vers un personnage3”.

  • 4 Nous faisons ici allusion à la bipartition proposée par Michel Riffaterre entre une intertextualité (...)
  • 5 Philippe Lejeune, Le pacte autobiograhique, Paris, Seuil, Collection Poétique, 1975, p. 45.

4Commentaire a priori du texte dont elle précise, souligne ou résume, de façon implicite ou explicite, aléatoire ou obligatoire4 la signification, l’épigraphe aurait donc une valeur programmative, prospective, et semblerait devoir fonctionner comme un signal qui avertit le lecteur d’explorer dans une certaine direction l’univers sémantique car, selon Philippe Lejeune, “le texte peut se répéter en soi-même, en abyme, en insérant dans son parcours un fragment qui en une sorte de réduplication sémantique fonctionnera comme une sorte de maquette, de modèle réduit de l’œuvre tout entière5.

5Aussi, préposée, proposée ou postposée à l’intérieur des récits, l’antégraphe, l’épigraphe ou la postgraphe – lieux paratextuels stratégiques où s’établit, dès les abords du récit ou en fin de récit, un lien privilégié entre le texte et son récepteur – sont un enjeu capital, puisqu’elles semblent s’offrir comme autant de contextes qui orienteraient, sans la déterminer tout à fait, la perception du texte soit en la facilitant (s’il y a cohérence ou redondance entre texte et paratexte), soit en la problématisant (s’il y a ambiguïté, paradoxe, ou brouillage entre texte et paratexte).

6De fait, elles apparaissent comme des citations fondamentales chargées d’intentions dont la présence permet souvent de mettre en œuvre une véritable stratégie destinée à nous orienter vers le sens, vers le message narratif instillé, distillé par l’auteur tout au long du récit.

7Ainsi situées, elles créeraient donc une immanence de sens, un horizon d’attente appelé à être complété, développé, glosé, récupéré, confirmé ou infirmé par la lecture du texte à venir. Aussi, leur seule présence, en prétendant exposer la fiction en raccourci, en se présentant comme une authentique métaphore, n’est donc pas sans influer sur le mode de déchiffrement de l’œuvre, puisqu’elle semble devoir avertir d’un impératif de lecture ou d’un parcours dont le lecteur va avoir une connaissance synthétique.

8Mais, cette signification ne s’éclaircira ou ne se confirmera définitivement qu’après lecture intégrale de l’œuvre, c’est-à-dire a posteriori, rétrospectivement, du fait notamment que le sens d’une citation est infini et est ouvert à la succession des interprétants.

9Ces citations, qu’elles soient préliminaires, liminaires ou finales s’efforcent donc par leur simple présence non pas de brouiller les pistes ou de parasiter le texte – même si cela peut se produire –, mais d’orienter, de suggérer, d’inviter à la réflexion.

  • 6 Alejo Carpentier, El reino de este mundo, México, México, EDIAPSA, 1949.
  • 7 Id., El arpa y la sombra, México, Siglo XXI, 1979.

10Notre propos ne sera pas ici, faute de temps, d’analyser toutes les antégraphes, épigraphes et postgraphes qui ouvrent, jalonnent, ponctuent ou concluent les romans de Carpentier depuis El reino de este mundo6 (1949) jusqu’à El arpa y la sombra7 (1979), mais de retenir trois exemples significatifs visant à illustrer le rôle que l’auteur entend faire jouer à ces micro-textes dans l’économie de ses récits.

11Je vous invite donc à présent à observer avec moi ce fonctionnement qui devrait faire ressortir que, chez Carpentier du moins, citer n’est pas jouer, mais répond plutôt à une véritable stratégie.

A/ La dernière antégraphe de El Reino de este mundo ou les enjeux de la citation-charnière

12La première antégraphe dont je voudrais vous entretenir ici est située avant le dernier chapitre du roman El Reino de este mundo publié en 1949. Elle se présente au lecteur sous la forme de 4 vers composés par le dramaturge espagnol du XVIIe siècle Calderón de la Barca :

Miedo a esta visiones
tuve, pero luego que
he mirado a estotras
mucho más les tengo.
Calderón

13Cette citation lapidaire, proposée sans mention de la source, est allographe et authenthique. En effet, elle est extraite de la farce La Muerte et ces mots sont prononcés à la fin de la représentation par un personnage allégorique nommé « un caminante ».

14De plus, de par sa situation antéposée (ou antéplacée), cette citation, à la différence de ce que l’on a coutume d’appeler l’épigraphe, possède une visée globalisante et une fonction programmative, c’est-à-dire qu’elle va a priori étendre son champ d’application sémantique à l’ensemble de la dernière partie du roman, et probablement s’offrir au lecteur comme un résumé condensé ou une métaphore du récit final à venir.

15Toutefois, le contenu même de la citation retenue par le romancier cubain comme micro-texte extra-diégétique met en présence un narrateur qui nous confie, à la première personne, la peur qu’il a éprouvée en étant le témoin d’horreurs survenues dans le passé (miedo a estas visiones tuve) tout comme il exprime la crainte plus grande encore qu’il a ressentie devant de récentes visions non moins effrayantes (pero luego que he mirado a estotras mucho más les tengo).

16De ce fait, la citation extra textuelle semble faire référence, par déplacement symbolique, à la fois aux trois premières parties du roman, et annoncer par anticipation les événements qui vont être narrés dans la dernière partie, ce que le lecteur vérifiera a posteriori.

17On peut alors supposer par transfert qu’au niveau du récit un personnage – nécessairement présent d’un bout à l’autre du roman et qui serait ici sorti de la narration pour nous livrer ses sentiments – va être lui aussi le témoin de certains faits effrayants qui vont de surcroît lui rappeler d’autres événements survenus dans les trois premières parties du récit, et auxquels il a assisté.

18La citation semble donc fonctionner à la fois comme une sorte de mini-résumé par analepse du texte déjà lu, et par prolepse comme point de vue focalisé sur les sentiments d’un personnage présent dans le texte à venir.

19On a alors affaire à ce que l’on pourrait appeler une citation-charnière ou passerelle puisqu’elle établit un pont, une jonction entre un déjà et un pas encore. Aussi sous la juridiction du texte ou du contexte qui la précède, la citation-charnière rétroprospective fait retour sur le texte, lui surajoute son sens et agit sur la suite du texte désormais sous sa juridiction thématique ; en un mot, elle permet alors de faire pivoter la lecture.

20Ainsi dans le cas de la dernière antégraphe de El Reino de este mundo, la citation terminale invite indirectement mais implicitement le lecteur à se remémorer les événements tragiques passés tout en lui laissant présager qu’il en existe de bien pires.

21Ces horreurs du passé, le lecteur s’en souvient – mais l’antégraphe est là pour l’aider à se les remettre symboliquement en mémoire –, ce sont, par exemple, l’empoisonnement des animaux et des colons manigancé par le sorcier rebelle Mackandal :

  • 8 Id., El reino de este mundo, cit., p. 27.

El veneno se arrastraba por la llanura del Norte, invadiendo los potreros y los establos...El hecho era que las vacas, los bueyes, los novillos, los caballos, las ovejas reventaban por centenares...Pronto se supo con espanto que el veneno había entrado en las casas.8

Ou bien la mort, dans de terribles souffrances, du général Leclerc, victime du « vómito negro » :

  • 9 Ibidem, p. 75.

Una tarde Leclerc desembarcó en la Tortuga con el cuerpo destemplado por siniestros escalofríos. Sus ojos estaban amarillos... La muerte de Leclerc, agarrado por el vómito negro.9

Ou bien encore, dans la troisième partie, le despotisme exercé par le tyran noir, Henri Christophe, qui obligea son propre peuple à travailler dans des conditions quasi inhumaines à la construction de son palais :

  • 10 Ibidem, p. 88.

Mucha gente trabajaba en esos campos, bajo la vigilancia de soldados armados de látigos que, de cuando en cuando, lanzaban un guijarro a un perezoso. Presos, pensó Ti Noël, al ver que los guardianes eran negros pero que los trabajadores también eran negros.10

22Si ces visions dont il a été le témoin ont horrifié Ti Noël, il en est une autre, dans la dernière partie, qui va le laisser sans voix. En effet, de retour à l’ancienne hacienda de son maître, Monsieur Lenormand de Mezy, Ti Noël va se rendre compte, alors qu’il croyait, après la chute du tyran Christophe, que la liberté était définitivement acquise par le peuple noir, que de nombreux Noirs sont sous la férule de demi-Noirs, les mulâtres républicains, qui ont pris le contrôle de Saint-Domingue :

  • 11 Ibidem, p. 138.

Pero, al día siguiente [...] observó que los Agrimenores estaban en todas partes y que unos mulatos a caballo, con camisas de cuello abierto, fajas de seda y botas militares, dirigían grandes obras de labranza y deslinde, llevadas a cabo por centenares de negros custodiados.11

23Ainsi, au seuil de sa vie, Ti Noël comprend-il que le peuple noir est enfermé dans un cycle qui va de l’esclavage à l’esclavage en passant par des phases de révolte et des instants de liberté... Et c’est ce cycle infernal qui constitue en définitive l’ultime vision terrifiante dont l’antégraphe semble se faire l’écho.

24Cette dernière antégraphe agit donc sur le lecteur de façon programmative en ce sens qu’elle suggère de prime abord la présence d’événements terrifiants qui seront finalement vérifiés par la suite, a posteriori, après lecture du dernier chapitre. Elle est donc là pour prédisposer à la lecture et pour mettre l’accent, par avance, sur les éléments futurs les plus significatifs, tout comme elle fait retour sur le texte afin de mieux préparer, prédisposer le lecteur à ce qui va suivre. Et d’une certaine façon, ou pourrait dire ici que la citation travaille le texte et qu’en retour le texte travaille la citation.

B/ La citation programmative et identitaire : le cas de l’épigraphe initiale de El Siglo de las luces

25La première épigraphe de El siglo de las luces est située aux avant-postes du récit, juste au-dessus de la pseudo-préface qui ouvre littéralement le roman. Première manifestation extratextuelle, après le titre et la dédicace, ce micro-texte initial est allographe et se présente sous la forme d’une sentence philosophique extraite du Zohar :

Las palabras no caen en el vacío.
Zohar

26De par sa situation liminaire et aperturale dans l’architecture du roman, nous aurions pu ranger cette citation dans la catégorie des antégraphes puisqu’elle est effectivement située avant que ne débute la narration. De plus, la résonance des idées qu’elle véhicule semble avoir un caractère globalisant et s’appliquer à l’ensemble du roman. Toutefois, comme elle chapeaute aussi le prologue romancé dont l’originalité réside dans le fait qu’il s’agit d’une sorte de « passage du roman » glissé en bord d’œuvre par le romancier, nous préférons opter pour le terme d’épigraphe qui correspond davantage à sa situation immédiate.

27Quoi qu’il en soit, on voudra bien retenir ici que cette énonciation première paraît devoir opérer dans deux directions possibles et s’appliquer a priori à la pseudo-préface mais aussi au roman dans sa globalité, a posteriori.

28Cette pseudo-préface qui sert de prologue met en scène, de façon anonyme et mystérieuse, un narrateur homodiégétique, un personnage désigné sous sa fonction d’Investi de pouvoirs et une Machine dressée à l’avant d’un bateau qui vogue en direction d’une île des Antilles après une absence de quelque trois années.

29Pour n’importe lequel des lecteurs du Siècle des lumières, tous ces éléments a priori mystérieux sont, après lecture du roman, très facilement identifiables. Le narrateur qui dit « je » n’est autre qu’Esteban ; l’Investi de pouvoirs, le héros historique Victor Hugues ; et la Machine, la Guillotine. Par ailleurs, au point de vue littéral de la narration, le voyage présent dans le prologue est le prélude ou la suite en fait de celui raconté dans le deuxième chapitre, séquences 15-17, qui amène la flotte de Victor Hugues aux Caraïbes.

  • 12 P. Collard, Cómo leer a Alejo Carpentier, cit., p. 121. Sur le symbolisme et la signification de ce (...)

30Cette sorte de prologue, qui ne peut être clairement déchiffré qu’après lecture intégrale du roman, ou du moins qu’après lecture du second chapitre, invite, d’une certaine manière, le lecteur à associer le voyage et les réflexions qu’il contient aux grands thèmes du roman et au destin complet des protagonistes12.

31En fait, le micro-texte initial (le prologue) est une synthèse condensatrice à tendance allégorique du roman dans son entier. C’est donc pour cette raison que nous avons opté pour la notion d’épigraphe plutôt que pour celle d’antégraphe, puisque si la pseudo-préface est un condensé symbolique, a priori arcanique, du roman, la citation extraite du Zohar peut donc très bien fonctionner, dans un premier temps, vis-à-vis du lecteur, de manière proversive et particularisante, avant d’avoir une incidence rétrospective, beaucoup plus généralisante.

32Dès lors, il semble patent que cette citation liminaire va avoir une fonction programmative qui invite d’ores et déjà le lecteur, à ce stade de l’analyse, à ne pas faire tomber les mots du prologue dans le vide.

  • 13 On entend par corps-épigraphe, la citation, l’auteur cité et le titre de la source d’où elle est ex (...)
  • 14 On entend par fonction identitaire, la fonction qui l’a dit dégagée par Gérard Genette dans Seuils, (...)
  • 15 Michel Boyer, « Les ciseaux savent lire », La Citation, n° spécial, Revue des Sciences humaines,(...)

33Par ailleurs, il convient à présent de s’intéresser au corps-épigraphe13 et de signaler que l’épigraphe a aussi une fonction identitaire14 pertinente, puisque la résonance de l’ouvrage dont est extraite la citation va permettre elle aussi de tisser un réseau de sens par rapport au message véhiculé par le récit de Carpentier, d’autant plus que, comme le signale Michel Boyer, « l’emprunt le plus parcellaire fait aussitôt fonction aux yeux d’un lecteur d’objet total, de texte retotalisé par la force même de la mémoire, si bien qu’il renvoie en réalité à l’ensemble du texte et du contexte d’où il est extrait »15.

34En effet, la citation lapidaire retenue par le romancier cubain est extraite du Zohar ou Sepher ha Zohar, qui est un commentaire mystique, rédigé en araméen, du Pentateuque, et qui sert de livre de base à l’enseignement kabbalistique. Il s’agit avant tout d’un livre apocryphe présenté comme révélé au grand mystique Simon Ben Jochaï. Cependant, il semble n’avoir été réellement rédigé qu’au XIIIe siècle par le rabbin espagnol Moïse de Léon qui recueillit en lui diverses traditions mystiques fort anciennes.

35En fait, le Zohar est un livre ésotérique pour lequel le texte biblique recèle un sens caché connu des seuls initiés, et pour lequel encore l’exégèse des textes bibliques aboutit forcément à une cosmogonie dualiste où l’univers se partage entre les empires de la Lumière et des Ténèbres.

36Ces quelques considérations sur l’ouvrage épigraphe permettent alors de comprendre que la présence d’une citation extraite du Livre de Zohar dès les abords du roman n’est pas un simple enjolivement baroque ou une entrée en matière sans importance. En effet, si le Zohar recèle un sens caché connu des seuls initiés, le roman aussi doit sans doute contenir en filigrane un sens caché, profond, que le lecteur, une fois initié par la narration, devra percer ; un sens qui, à notre avis, est contenu, inscrit, dans la citation proposée en exergue par Carpentier.

37De plus, l’exégèse des textes bibliques aboutit, selon le Zohar toujours, à une cosmogonie dualiste où l’univers se partage entre les empires de la Lumière et des Ténèbres, soit une vision manichéiste de l’univers. Or, le dessein de Carpentier n’est-il pas justement de montrer, à travers ce récit, les deux faces de toute action révolutionnaire : la positive (les Lumières) et la négative (les Ténèbres) ? Et qui mieux que le personnage de Victor Hugues peut incarner cette dualité, lui qui, après avoir aboli l’esclavage, le rétablira huit ans plus tard en obéissant servilement et mécaniquement aux ordres reçus depuis la métropole, lui encore qui fera grand usage de la guillotine afín de faire régner l’ordre par la Terreur, alors qu’il est présenté au début du roman comme un être idéaliste épris de justice sociale et de liberté...

38L’auteur, dans la postface – autre manifestation paratextuelle digne d’intérêt –, a d’ailleurs bien souligné l’ambivalence du personnage en expliquant que :

  • 16 Alejo Carpentier, El Siglo de las luces, cit., p. 417.

Pero es indudable que su acción hipostática-firme, sincera, heroica en su primera fase ; desalentada, contradictoria, logrera y hasta cínica en la segnda nos ofrece la imagen de un personaje extraordinario que establece en su propio comportameinto una dramática dicotomia.16

39Une ambivalence, ou dichotomie, qui se projette finalement de façon symbolique sur le roman comme celle de tout processus révolutionnaire.

40Quant à la citation proprement dite :

Las palabras no caen en el vacío.

on peut affirmer qu’elle est susceptible de se révéler mystérieuse à première lecture puisqu’elle nous invite, implicitement, à nous interroger sur le sens qu’il faut acorder au mot « palabras ». En effet, de quels mots s’agit-il ? De ceux que l’on dit ? Que l’on écoute ? Que l’on écrit ? De ceux que l’on lit ?

41À un premier niveau d’interprétation, on peut souligner que le lecteur va être en mesure tout au long de sa lecture de repérer et donc de supposer rétrospectivement que ces mots dont il est question dans la citation extraite du Zohar sont ceux-là mêmes auxquels se réfèrent parfois certains des personnages du roman, tel Esteban après la déception de son expérience révolutionnaire :

  • 17 Id., El Siglo de las luces, cit., p. 330.

Cuidémonos de las palabras demasiado hermosas, de los Mundos Mejores creados por la palabra. Nuestra época sucumbe por un exceso de palabras.17

Ou encore ceux dont il est fait mention dans l’avant-dernier chapitre au sujet de la destinée de Sofia :

  • 18 Ibidem, p. 373.

La esperaba un prodigioso destino...Había palabras que no brotaban al azar. Un misterioso poder las modelaba en las bocas de los oráculos.18

42Mais à un second niveau d’interprétation, il semblerait plutôt que ces mots représentent en fait de façon symbolique les Idées, les Idéaux de la Révolution, qui trouvent une certaine répercussion aux Antilles et aux Amériques alors qu’ils ont cessé d’être vénérés là où ils sont nés.

43Aussi, pour Claude Fell, l’idée contenue dans l’épigraphe initiale serait que :

  • 19 Claude Fell, « Rencontre avec Alejo Carpentier », Les Langues modernes, Paris, LIX, mai-juin 1965, (...)

[...] l’événement dépasse l’homme, le déconcerte, le balaie parfois, mais, à travers les idées, l’homme retrouve une prise sur le réel. C’est le sens de la phrase placée en exergue.19

Tandis que pour Jacques Leenhardt, ce que suggère l’épigraphe tirée du Zohar est qu’il existe :

  • 20 Jacques Leenhardt, « Écrire l’histoire », Alejo Carpentier et son œuvre, Revue Sud, Marseille, 1982 (...)

[...] un décalage entre la vie sociale qui produit les mots en instituant leur vérité et le théâtre sur lequel, plus tard ou ailleurs, on veut faire jouer un rôle à ces mêmes mots. Si dans le premier cas les mots émergent spontanément d’une pratique collective qui les fonde, leur négation hors de ce giron social primitif est source de mots infinis...20

44Mais c’est en fait l’auteur lui-même qui va nous livrer la clef du sens de cette épigraphe initiale, programmative et globalisante, en expliquant que :

  • 21 Lemus Silva, « Habla Alejo Carpentier », Siempre, México, n° 1048, 25 juillet 1973, p. 44.

En esta novela donde he querido mostrar las primeras influencias ejercidas por las ideas de la revolución francesa sobre las futuras independencias americanas [...] se hace hincapié en el papel precursor de Cuba en el panorama revolucionario de la época. De ahí la cita de un texto hebraico que encabeza El siglo de las luces : Las palabras no caen en el vacío. Es decir cuando las palabras de la Revolución Francesa parecían haber sucumbido en Francia bajo la represión termidoriana sus ideas seguían creciendo y fructificando en América y muchas de ellas en Cuba, como lo muestran las primeras inspiraciones de nuestro siglo XIX y el espíritu que las armaba, aun tan semejante al de la Revolución francesa en su fase inicial.21

45Aussi, cette épigraphe initiale, à la fois programmative et identitaire, se révèle-t-elle capitale pour le lecteur en tant que grille de lecture de départ. En effet, qu’elle se rapporte au prologue romancé (influence particularisante) ou au roman dans son entier (influence globalisante), cette épigraphe propose, dès les abords du récit, des indices de lecture qui se transformeront, a posteriori, en véritables messages idéologiques de l’œuvre.

46Si par la référence au Zohar, elle suggère au lecteur que vont s’affronter tout au long du roman les forces des Lumières et des Ténèbres, matérialisées dans la narration par l’application, par exemple, du décret qui interdit l’esclavage des Noirs, puis par son abrogation, ou à travers le personnage symbolique de Victor Hugues, elle lui annonce aussi que le récit recèle en son sein un sens caché, sous-jacent et sous-tendu, qu’il lui faudra déceler après lecture intégrale.

47D’autre part, si l’énoncé met prospectivement l’accent sur le rôle et la force des mots, rétrospectivement, il explique, explicite la pensée idéologique de Carpentier contenue dans ce texte : soit le rôle décisif des idées de la Révolution Française comme facteur principal des futurs mouvements de libération dans le monde et comme élément précurseur des actions indépendantistes du XIXe siècle en Amérique latine.

48Ainsi, comme l’a signalé Alexis Márquez Rodríguez à propos des deux citations préliminaires :

  • 22 Alexis Marquez Rodriguez, « La técnica narrativa de Alejo Carpentien », in Homenaje a Alejo Carpent (...)

De los dos primeros (epígrafes), uno, cita del zohar, tiene una importantísima significación como referencia ideológica y filosófica. El otro, que aparece anónimo, es del propio Carpentier, posiblemente parte de la redacción original de la novela, y relata un breve episodio enmarcable dentro de la acción novelesca, pero que no aparece en el texto... Estos dos epígrafes se complementan perfectamente para darnos un anticipo cabalmente sintetizado de lo que ha de ser el esquema dramático de la novela : la contradicción entre las ideas, ajustadamente simbolizadas en la palabra tal como la concibe el pensamiento del Zohar, y la praxis de una Revolución desviada de su ideología primigenia, profundamente humanística, presentada tal desviación por aquella inquietante y sombría imagen de la guillotina, devenida, de medio necesario de sanción popular, el instrumento de retahilación irracional e indiscriminada.22

49Mais on pourrait tout aussi bien admettre en fin d’analyse que ces mots qui ne tombent pas dans le vide sont en fait les légendes des gravures des Désastres de la guerre, de Goya, qui apparaissent en tête de divers chapitres ou sous-chapitres du roman, et que ce sont elles – ou du moins le sens de leur présence – qui livreront le sens caché qu’il convient de mettre en lumière.

C/ La postgraphe de El Recurso del método ou la réversibilité du texte

50La dernière citation dont je voudrais à présent montrer les implications dans l’économie des récits de Carpentier n’est pas à proprement parler une épigraphe, ni une antégraphe, mais une postgraphe.

51En effet, cette citation est située à la fin du sous-chapitre 21 de la dernière partie de El Recurso del método publié en 1974 et clôt pour ainsi dire le roman, en se donnant à lire comme une conclusion du récit. Comme toutes les autres épigraphes et antégraphes présentes dans le roman, elle est extraite du Discours de la méthode de Descartes et signale que :

La enredada no llega más arriba de los árboles que la sostienen.

52Toutefois, cette citation, contrairement à tous les autres micro-textes extra-diégétiques proposés par Carpentier n’est pas allographe. Seule est présente la mention de la source. Ce changement signifie peut-être que Carpentier ou le narrateur désirent s’approprier cette réflexion, cette méditation finale. Par ailleurs, il convient de signaler que cette citation est légèrement pervertie au regard du texte original qui dit :

Ils sont comme le lierre qui ne tend point à monter plus haut que les arbres qui le soutiennent et même souvent qui redescend après qu’il est parvenu jusqu’à leur faîte.

53Ce changement a très certainement pour but de rendre la citation beaucoup plus lapidaire, plus cinglante, et de l’adapter au message qu’il convient de dégager de la lecture du roman. Quoi qu’il en soit, la concision voulue par l’auteur ne change en rien l’idée force contenue dans l’énonciation, et la postgraphe va fonctionner comme une constatation finale sur le devenir du dictateur.

54Ainsi, à travers la métaphore véhiculée par la postgraphe, l’auteur ou le narrateur tente de rendre manifeste – par le truchement de la pensée cartésienne – que le Premier Magistrat – ou le despote, quel qu’il soit –, par son existence et sa façon de gouverner, a démontré qu’il était comme le lierre puisqu’il s’est soutenu et maintenu au pouvoir de façon parasitaire. Cependant, comme tente de le suggérer la citation, il n’a pu arriver qu’à une certaine hauteur car les arbres, vraisembablement envisagés comme symboles des forces sociales, ne lui ont pas permis d’aller au-delà et ont contribué volontairement à sa chute.

55Si l’on pousse plus loin l’analyse, on pourrait aussi interpréter cet énoncé intentionnellement reformulé par le narrateur cubain comme une critique ouverte contre tous les peuples qui permettent l’ascension au pouvoir de ce type de personnage. On peut y lire aussi un avertissement destiné aux dictateurs eux-mêmes, en essayant de leur faire prendre conscience qu’aussi haut qu’ils monteront, il leur faudra nécessairement et irrémédiablement redescendre un jour, et qu’alors plus dure sera la chute, comme le prouve la fin pathétique du Premier Magistrat, tourné en dérision par son propre cuisinier, qui éprouve ostensiblement pour lui quelque pitié.

56Ainsi, cette citation finale joue le rôle en fin d’œuvre de mot de la fin que l’on affecte faussement ou non de laisser à un autre. De plus, le recours à ce genre de procédé terminal n’est pas dénué de sens car il entraîne un changement de rôle évident. En effet, l’épigraphe ou l’antégraphe sont là, dans la plupart des cas, pour éclairer, orienter ou guider le lecteur dans son approche du discours narratif. La postgraphe, au contraire, après lecture du texte dans sa globalité, s’enrichit d’une signification beaucoup plus évidente mais surtout beaucoup plus conclusive : ce sont les mots de la fin que l’on partage avec un autre, dont la pensée contenue dans le micro-texte résume finalement l’esprit ou le message du macro-texte que l’on vient de lire.

57Mais à un autre niveau, elle suggère ou préconise la réversibilité et/ ou le renversement de la lecture du texte narratif qui se reflète en bout de course dans le miroir d’un autre texte qui propose une lecture autre, différente, plurielle. Une re-lecture, en somme, dont le but est d’ouvrir de nouvelles perspectives, de nouvelles possibilités d’interprétation, et de confronter des textes dans une lecture polysémique, inévitablement intertextuelle, qui participe à la fois du dialogisme et de l’idéologisme.

Conclusion

58À la lumière de ces trois exemples il apparaît clairement, du moins l’espérons-nous, que les citations paratextuelles proposées par Carpentier sont de prime importance dans l’organisation de ses récits, puisqu’elles s’avèrent être souvent des citations-sollicitations, qui invitent le lecteur à s’interroger sur le sens de leur présence et de leur contenu.

59Ainsi, dans le premier cas, on a bien vu comment la citation-charnière rétroprospective faisait retour sur le texte qui la précède avant de faire pivoter la lecture afin de prédisposer le lecteur au message contenu dans le dernier chapitre de El reino de este mundo ; alors que dans le cas de l’épigraphe initiale de El Siglo de las luces, la citation a une visée résolument dynamique, proversive et généralisante qui invite aussi bien par la référence au Zohar que par le contenu même du micro-texte à percer le mystère et le sens du message véhiculé par le récit.

60Enfin, dans le dernier cas, on a essayé de mettre en évidence l’enjeu que revêt la postgraphe puisqu’elle suggère ou préconise la réversibilité ou le renversement du texte, invitant ainsi implicitement le lecteur à une re-lecture du roman sous la juridiction cette fois des mots de la fin.

61Aussi, sur le vaste échiquier des citations paratextuelles du romancier cubain, on s’aperçoit que citer n’est pas jouer ; aussi le lecteur inattentif ou désinvolte risquerait-il de se faire damer le pion du sens des récits si d’aventure il sautait ces micro-textes stratégiques et fondamentaux qui constituent souvent le mode d’emploi de la lecture des œuvres.

Haut de page

Notes

1 On appelle antégraphe, une citation antéplacée, antéposée. Généralement ce type particulier d’épigraphe apparaît sur une page vierge isolée du reste de la narration.

2 On appelle postgraphe une citation terminale, c’est-à-dire une citation placée à la fin d’un chapitre ou d’un récit.

3 Donatella Montaldo Cessi, « Uno specchio per l’epigrafe nel 700 spagnolo », Quaderni di letterature iberiche o iberoamericana, Venecia, n° 9/10, 1989.

4 Nous faisons ici allusion à la bipartition proposée par Michel Riffaterre entre une intertextualité aléatoire et une intertextalité obligatoire. Cf. Michel Riffaterre, « La trace de l’intertexte », La Pensée, Paris, n° 215, oct 1980, p. 5.

5 Philippe Lejeune, Le pacte autobiograhique, Paris, Seuil, Collection Poétique, 1975, p. 45.

6 Alejo Carpentier, El reino de este mundo, México, México, EDIAPSA, 1949.

7 Id., El arpa y la sombra, México, Siglo XXI, 1979.

8 Id., El reino de este mundo, cit., p. 27.

9 Ibidem, p. 75.

10 Ibidem, p. 88.

11 Ibidem, p. 138.

12 P. Collard, Cómo leer a Alejo Carpentier, cit., p. 121. Sur le symbolisme et la signification de ce prologue on consultera aussi, Domingo Pere Mink, « La guillotina de Alejo Carpentier », Homenaje a Alejo Carpentier, Ed. Giacoman Helmy, New York, Las Américas Publishing, 1972, pp. 315-323.

13 On entend par corps-épigraphe, la citation, l’auteur cité et le titre de la source d’où elle est extraite.

14 On entend par fonction identitaire, la fonction qui l’a dit dégagée par Gérard Genette dans Seuils, et que nous avons augmentée de la notion d’où c’est pris ?

15 Michel Boyer, « Les ciseaux savent lire », La Citation, n° spécial, Revue des Sciences humaines, n° 196, 1984, p. 109.

16 Alejo Carpentier, El Siglo de las luces, cit., p. 417.

17 Id., El Siglo de las luces, cit., p. 330.

18 Ibidem, p. 373.

19 Claude Fell, « Rencontre avec Alejo Carpentier », Les Langues modernes, Paris, LIX, mai-juin 1965, p. 103.

20 Jacques Leenhardt, « Écrire l’histoire », Alejo Carpentier et son œuvre, Revue Sud, Marseille, 1982, p. 84.

21 Lemus Silva, « Habla Alejo Carpentier », Siempre, México, n° 1048, 25 juillet 1973, p. 44.

22 Alexis Marquez Rodriguez, « La técnica narrativa de Alejo Carpentien », in Homenaje a Alejo Carpentier. variaciones interpretativas en torno a su obra, New York, Las Américas Publishing, 1970, cit., p. 257.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Parisot, « Citer n’est pas jouer : réflexion autour de quelques épigraphes-clefs chez Alejo Carpentier », Cahiers d’études romanes, 5 | 2001, 97-110.

Référence électronique

Fabrice Parisot, « Citer n’est pas jouer : réflexion autour de quelques épigraphes-clefs chez Alejo Carpentier », Cahiers d’études romanes [En ligne], 5 | 2001, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 19 août 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3205 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3205

Haut de page

Auteur

Fabrice Parisot

Université de Nice

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org