Navigation – Plan du site
De fuite en fuite. Fonction structurante de la fuite

Les fuites de Pablos : stratagèmes picaresques et stratégies romanesques dans le Buscón de Quevedo

Isabelle Rouane Soupault
p. 35-54

Résumés

La fuite apparaît comme une attitude consubstantielle au comportement du pícaro en général, et à celui du personnage de Pablos de Segovia, le Buscón de Quevedo, en particulier. Son dynamisme physique impose ce motif comme le schéma structurant de l’œuvre. Les mauvaises actions du jeune gueux l’obligent avant tout à fuir pour éviter le châtiment. Les épisodes s’enchaînent au gré des changements de lieux qui élargissent l’espace romanesque de cette géographie de la fuite. Pourtant, la fuite acquiert une dimension complexe qui s’inscrit à la fois dans le discours et les stratégies narratives autant qu’elle nourrit l’ontologie contre-exemplaire de cet anti-héros. La présence du motif dans les lexèmes récurrents qui la soutiennent, les images, les jeux de mots et le travestissement onomastique, installent des réseaux porteurs d’une réelle signifiance. On perçoit, au fil des chapitres, un renversement de tendance : l’éloge initial est ensuite perçu comme une dénonciation radicale de la fuite devenue vaine pathologie. Cette appréhension illusoire de la liberté révèle le pessimisme de Quevedo et l’amère désillusion que cache, le plus souvent, l’éclat de rire du pícaro.

Haut de page

Texte intégral

1Dans son récent ouvrage, La pensée du roman, Thomas Pavel consacre un chapitre à l’étude des romans picaresques et il récapitule ainsi la destinée malheureuse des héros de ces récits d’aventures :

  • 1 Thomas Pavel, La pensée du roman, Paris, Gallimard, 2003, p. 105.

Ballotés par la Fortune, ces picaros ne comprennent guère le sens de leur dérive : dans cet univers à proprement parler inhabitable, le destin du personnage est de tromper ses semblables, de rire et de prendre la fuite.1

2La fuite serait donc le dénouement presque systématique des épisodes narrés dans les récits picaresques et élaborés, il est vrai, sur le schéma de la tromperie perpétrée par le jeune gueux le plus souvent aux dépens de son maître.

3À l’origine, dans le roman communément considéré comme archétype du genre, le récit anonyme des aventures du premier pícaro, le Lazarillo de Tormes, publié en 1554, cet art de la duperie était utilisé pour subtiliser du vin ou du pain ou d’autres nourritures, à un maître caractérisé par l’avarice et l’absence totale de charité. La fuite est alors la condition du salut : elle est nécessaire pour échapper au châtiment qu’encourt le petit voleur dès lors que son larcin est découvert.

4Pourtant, le lecteur a vite le sentiment que cette fuite, généralement associée à un éclat de rire insolent, va bien au-delà de l’esquive circonstancielle. Elle tient lieu de véritable modèle de comportement et permet d’identifier par ce trait caractéristique, le pícaro dans ce qu’il a de plus « anti-héroïque ». De plus, cette fuite garantie la poursuite de la trajectoire du héros qui, en allant ainsi de l’avant, peut tirer peu à peu, un certain profit de ses ruses et donner l’illusion d’une progression. C’est bien le cas de Lazarillo qui, en fin de livre, assume la charge de crieur public qui, pour infâmante qu’elle fût à l’époque, n’en constituait pas moins une amélioration notable de son confort quotidien. Le lecteur, complice de ce constat ambigu, notera que le relatif bien-être de cette situation finale est dû à l’acceptation silencieuse d’une union fondée sur le mensonge : le mariage avec l’ancienne concubine de l’archiprêtre, à qui il doit toutes les faveurs dont il bénéficie, est la preuve de l’hypocrisie générale. Le discours explicite de la fin du roman paraît nier la situation déshonorante qui, pourtant, est implicitement avouée et assumée avec le plus grand cynisme. L’antiphrase est le reflet d’un déni de réalité occulté sous l’hypocrisie opportuniste du propos et c’est une autre modalité de la fuite du pícaro qui apparaît lorsque le récit conclut :

  • 2 Lazarillo de Tormes, édition de Francico Rico, Madrid, Cátedra, 2005, Tratado VII, p. 135 ; traduct (...)

Pues en este tiempo, estaba en mi prosperidad y en la cumbre de toda buena fortuna.2

5La phrase de Thomas Pavel, qui nous a servi d’entrée en matière, pourrait toutefois sembler quelque peu réductrice : la lâcheté qu’elle suggère dans la trajectoire du héros picaresque n’est, en effet, pas seulement un indice de l’amoralité de ce personnage. Elle permet, également et surtout, d’en appréhender la fragilité ontologique. C’est avec le roman, seule œuvre du genre, écrit par Quevedo, probablement, vers 1604 et publié en 1626, La vie de l’Aventurier don Pablos de Ségovie, plus connu par son titre abrégé en espagnol El Buscón, que j’aimerais confronter cette assertion sur la fuite, en analysant ses modalités et ses enjeux dans la diégèse.

6Ce motif est intégré dans le récit quévédien avec ses invariants originels tels qu’ils apparaissent dans les récits fondateurs du genre, le Lazarillo de Tormes déjà cité, mais aussi et surtout, le Guzmán de Alfarache de Mateo Alemán de 1599. Toutefois, il apparaît bien vite que Quevedo en amplifie la portée : pour le démontrer, je m’intéresserai d’abord à son incidence sur le personnage du pícaro, puis sur l’écriture du récit picaresque en l’envisageant cette fois du point de vue du narrateur, avant de tenter d’en dégager la portée idéologique en me plaçant enfin dans la perspective de l’auteur.

La fuite ou le comportement typique du personnage picaresque

7Le fonctionnement transgressif du personnage du pícaro doit être envisagé par rapport au comportement exemplaire d’un autre personnage, issu des fictions romanesques antérieures : celui du chevalier. On sait que le pícaro est né de la conjonction entre la réalité socio-économique d’une population marginale et la réaction à ce modèle littéraire idéalisant : les deux éléments fondateurs de l’éthique chevaleresque, la bravoure et la loyauté, vont trouver, dans la figure du personnage picaresque, leur polarité inversée.

8Engendré par opposition à la conduite courageuse et vertueuse du chevalier, le pícaro s’ingénie à inventer toutes sortes de délits qui se concluent par autant de fuites.

9Conformément à la norme établie par les récits antérieurs, Pablos vole de façon systématique et sans établir de distinction dans l’origine de ses victimes : elles sont aussi bien l’économe du collège d’Alcalá, que les autres élèves ou les commerçants de la ville. Il dérobe dans le but de maintenir sa réputation nouvelle :

  • 3 Francisco de Quevedo, El Buscón, édition de Domingo Ynduraín , Madrid, Cátedra, 2001, p. 149 ; trad (...)
  • 4 El Buscón, p. 161 : « Ces fredaines et autres badineries commencèrent à me donner le renom de rusé (...)

[…] ser bellaco entre los bellacos y más si pudiese que todos3
Con estas y otras cosas, comencé a cobrar fama de travieso y agudo entre todos.
4

10Comme Pablos l’avoue avec une ingénuité feinte, le résultat obtenu renvoie, une fois encore, à son double inversé, le chevalier, puisqu’il évoque la renommée, fondée ici sur des exploits d’une nature opposée, et donc dégradée, conformément à la nature burlesque du personnage.

  • 5 Diccionario de Autoridades, “Buscón” : “En lo literal vale la persona que busca pero este significa (...)

11Je voudrais, dans un premier temps, faire quelques observations à propos du surnom Buscón, donné à ce pícaro atypique et que ne traduit que partiellement le mot « aventurier » en français. C’est par le biais de cette onomastique populaire que le lecteur perçoit d’emblée, me semble-t-il, la perspective dynamique propre à la nature de ce personnage. Le terme est créé à partir d’un adjectif dérivé du verbe buscar communément traduit par « chercher ». Il présente cependant une polysémie intéressante, clairement notifiée dans le Diccionario de Autoridades de 1726, puisqu’il signifie à la fois « être ou aller à la recherche de quelque chose » et, dans un registre plus familier, propre au contexte du récit picaresque, il est également synonyme de « voler ou dérober », grâce à l’astuce, la ruse ou autrement dit, l’industrie5. L’étymologie de buscar demeure imprécise mais Covarrubias, dans son Tesoro de la lengua castellana o española de 1611, l’associe à bosque, renvoyant ainsi à la forêt dévoilant ainsi un imaginaire qui associe ce terme à la chasse. Cela confirme que le surnom « Buscón » est remotivé sémantiquement et annonce un comportement prédateur pour celui qui le porte.

12Pablos, l’aventurier original né de l’esprit facétieux de Quevedo, s’inscrit dans un mouvement permanent. Cette stratégie dynamique lui permet de mener à bien les différents larcins qu’il conçoit d’ailleurs davantage par goût que par nécessité, car, contrairement aux modèles antérieurs, Lazarillo et Guzmán de Alfarache, il n’est jamais dans l’indigence ni dans la misère. Les premiers chapitres du roman de Quevedo présentent certains épisodes caractéristiques de la matière picaresque, tels que la série de « travesuras », les farces, commises par le jeune Pablos lors de son séjour avec son unique maître, don Diego Coronel, alors étudiant. Le narrateur et protagoniste avoue alors, non sans espièglerie, qu’il opte pour la voie de la friponnerie dans le but de se divertir davantage :

  • 6 El Buscón, p. 156 : [Ne pouvant plus friponner la gouvernante avec qui j’étais brouillé] je chercha (...)
  • 7 El Buscón, p. 158 ; « Mes compagnons disaient qu’à moi seul je pouvais nourrir la maison avec ce qu (...)

Busqué nuevas trazas de holgarme y di en lo que llaman los estudiantes ‘correr’ o ‘arrebatar’.6
Decían los compañeros que yo sólo podía sustentar la casa con lo que corría, que es lo mismo que hurtar en nombre revesado.
7

  • 8 Voir, entre autres, Juan de Timoneda, El sobremesa y alivio de caminantes, 1563 et Melchor de Santa (...)

13Cette explication éclaire la genèse de la bourle et la fait remonter à la tradition des farces estudiantines8. Toutefois, on remarque à nouveau dans cet exemple la mise en consonance sémantique de « busqué » et « correr » : ce rapprochement efficace contribue à installer un dynamisme essentiel comme caractéristique inhérente à l’action du personnage. Je m’appuierai sur quelques exemples dont la pertinence devrait permettre de mettre en évidence l’homologie entre l’action de voler et la fuite ou la dérobade pour échapper au danger ou à la menace. On notera que le français la rend encore plus explicite avec les homonymes : dérober et se dérober.

14La première anecdote du Livre I, au chapitre 2 est intéressante car elle constitue la première fuite du jeune gueux encore enfant. Pablos est instruit par son jeune ami et futur maître, don Diego Coronel, dans cet apprentissage espiègle d’une farce provocatrice :

  • 9 El Buscón, p. 108, « Or, rencontrant dans la rue, un homme qui s’appelait Poncio de Aguirre et pass (...)

Sucedió, pues, […] que viniendo por la calle un hombre que se llamaba Poncio de Aguirre, el cual tenía fama de confeso, que don Dieguito me dijo : “Hola, llámale Poncio Pilato y echa a correr”. Yo por darle gusto a mi amigo, llaméle Poncio Pilato. Corrióse tanto el hombre, que dio a correr tras mí con un cuchillo desnudo para matarme, de suerte que fue forzoso meterme huyendo en casa de mi maestro, dando gritos.9

15Je souligne les syntagmes qui inscrivent dans le récit un écho signifiant : les trois occurrences de « correr » sur lesquelles je reviendrai plus avant, et « huyendo », gérondif du verbe « huir » dont c’est là la première apparition dans le texte. Pablos doit fuir pour se protéger, s’éloigner du danger que sa naïveté lui fait encourir. Mais cette fuite, presque initiatique ici, le place dans une logique de réversibilité : il devient à son tour victime de la victime initiale, manipulé par un ami audacieux et rusé qui lui sert de maître, au sens didactique du terme.

16Quant au jeu sur la polysémie de ‘correr’, ( ici se mêlent les sens propres de ‘courir’ et figuré, mais courant au Siècle d’or, de ‘se sentir honteux’) il est caractéristique de la prose de Quevedo et de l’usage récurrent des figures de dérivation à l’origine des jeux de mots et autres agudezas ou pointes conceptistes. Au-delà du polyptote du signifiant correr, le rapprochement des signifiés convoqués est digne d’être examiné : la course poursuite qui s’engage entre Pablos et Poncio de Aguirre est motivée par l’accès de honte subi par ce dernier, offensé devant l’accusation implicite de judéité que Pablos, à son insu, a proféré contre lui. Le jeune pícaro n’a plus d’autre choix que de fuir pour chercher refuge et protection, en l’occurrence auprès d’un autre maître, officiel celui-là, autorisé par l’école à dispenser d’autres types d’enseignements, curieusement passés sous silence par le narrateur-protagoniste de cette autobiographie fictive, comme s’ils n’avaient que peu d’incidence sur le comportement et l’apprentissage du pícaro par rapport aux autres expériences de la vie.

17On se trouve là dans le schéma narratif le plus traditionnel : la fuite est la contrepartie assumée d’un comportement facétieux dont elle garantie l’immunité. Ainsi, après l’épisode du vol du « cofín de pasas », la corbeille de raisins secs, le pícaro fuit à nouveau, en combinant la rapidité et l’astuce, pour échapper au châtiment qu’il sait pourtant bien mériter :

  • 10 El Buscón, p. 160, « Je me jetai derrière un mur et enfilai une ruelle qui va donner à la placette (...)

[…] di cantonada y emboquéme por una callejuela que va a dar a la Victoria, que no me alcanzara un galgo.10

18C’est aussi dans le même registre de la convention que l’on pourrait classer un autre type de fuite : celui qui consiste à filer, sous n’importe quel prétexte, lorsqu’on s’est invité à la table d’un ami, une fois le repas terminé. Il est vrai que le fait de « comer en casa ajena » (comme le type de l’étudiant « gorrón » ou ‘pique-assiette’) est largement décliné dans le portrait traditionnel du pícaro et Quevedo lui consacre le début des aventures de Pablos à Madrid :

  • 11 El Buscón, p. 232, « Et comme nous étions devant une fenêtre, je feignis que quelqu’un m’appelait d (...)

Y estando hablando con él a una ventana, hice que me llamaban de la calle y dije : “¿A mí, señor ? Ya bajo.” Pedíle licencia, diciendo que luego volvía. Quedóme aguardando hasta hoy, que desaparecí por lo del pan comido y la compañía deshecha.11

19L’exemple est éclairant par le choix lexical proposé en espagnol. La disparition ou l’effacement comme résultat de la fuite est propre à la nature de ce personnage qui occulte le méfait sans jamais en envisager les conséquences.

20Hors mis ces modalités de la fuite conformes à la tradition des récits picaresques, il convient à présent de dégager les traits spécifiques au personnage de Quevedo.

21Tout d’abord, on constate que pour Pablos, la fuite spatiale ou géographique est constamment associée à une fuite sociale et identitaire qui reste le moteur constant de la trajectoire du héros. Ainsi lorsqu’il apprend qu’il a été probablement été conçu « a escote », autrement dit selon le hasard d’un géniteur aléatoire, autre que le père légal, il s’en offusque et s’exclame :

  • 12 El Buscón, p. 108 , « À ces paroles, je restai comme mort et je résolus de prendre tout ce que je p (...)

Yo con esto, quedé como muerto, determinado en coger lo que pudiese en breve días, y salirme de casa de mi padre tanto pudo conmigo la vergüenza.12

22On retrouve ici un exemple de l’association fuite/honte, la turpis fuga ou fuite deshoneste, honteuse, pour reprendre la définition du Trésor de Jean Nicot en 1606, époque parfaitement contemporaine de l’écriture du Buscón. La fuite est donc, de prime abord, une fuite identitaire masquée sous ce qu’il est convenu d’appeler dans l’Espagne du siècle d’or, le désir d’ascension sociale, « el afán de medro ». Dans le cas de Pablos, la première occurrence de cette ambition apparaît dans le récit juste après les premiers paragraphes consacrés à esquisser le portrait de ses parents. Le narrateur proclame bien vite sa volonté de se différencier de ses géniteurs :

  • 13 El Buscón, p. 100, « Il y eut de grandes disputes entre mon père et elle pour résoudre auquel des d (...)

Hubo grandes diferencias entre mis padres sobre quién había de imitar en el oficio, mas yo, que siempre tuve pensamientos de caballero desde chiquito, nunca me apliqué a uno ni a otro.13

23Plus que la peur d’un châtiment, ce que recouvre la fuite de Pablos, c’est bien un besoin à la fois vital et insensé de concrétiser son ambition et d’intégrer la noblesse :

  • 14 El Buscón, p. 113, « Voyant que mes raisons n’étaient point reçues, je m’en allai et me rendis aux (...)

Procuraba satisfacerlos (a mis padres) y viendo que no bastaba, salíme de su casa y fui a ver a mi amigo don Diego[ …] Determiné no volver más a la escuela ni a casa de mis padres sino de servir a don Diego.14

24Les départs successifs, de la maison paternelle, de l’école du quartier, de la ville de Ségovie, sont donc déjà des fuites dans le sens où ils indiquent une volonté d’oubli du contexte de sa naissance et d’effacement des liens biologiques, vécus par le jeune Pablos comme autant d’entraves à la réalisation du rêve chevaleresque.

25Après Alcalá, Pablos est de retour à Ségovie pour faire le deuil de sa famille. Il apprend, en effet que son père a été exécuté par son oncle, le bourreau officiel et que ce dernier doit lui remettre une somme d’argent qui lui échoit en héritage. La dernière phrase, qui clôt le livre I et avec lui, la période de jeunesse du personnage, met en relation de cohérence établissant un lien de cause à conséquence entre « mi partida » et « huir » :

  • 15 El Buscón, p. 166, « Puis je préparai mon départ pour Ségovie afin de recueillir ma succession et d (...)

Y comencé a disponer mi partida para Segovia, con fin de cobrar mi hacienda y conocer mis parientes para huir dellos.15

26La fuite essentielle pour lui est celle qui consiste à annuler le lien qui l’unit encore à ce dernier représentant de sa famille biologique, symbole de honte et d’opprobre, facteur pour le pícaro, d’un déterminisme aliénant.

27La fuite de Pablos apparaît donc comme un acte volontaire, non point subi par la victime d’un sort contraire, mais au contraire, engendré par sa détermination. Le reniement de sa famille biologique s’accompagne par ailleurs d’une série d’usurpation de patronymes, tous marqués par leur appartenance à la noblesse : don Ramiro de Guzmán, don Álvaro de Córdoba, don Felipe Tristán sont les noms successifs dont s’affuble Pablos comme d’autant de masques qui occultent sa véritable identité et disent ses aspirations nobiliaires.

28La fin du parcours biographique accentue encore l’impression de fuite permanente par un élargissement de l’espace romanesque. Initiées à Ségovie puis à Alcalá, les aventures du pícaro se poursuivent à Madrid. À la fin du Livre III, Pablos, démasqué, doit quitter la capitale du royaume. L’enchaînement des épisodes narratifs s’accélère en même temps que le personnage s’engage dans une errance qui le conduit de Madrid à Tolède puis à Séville. Chacun de ces changements est signifié par la répétition des mêmes syntagmes :

  • 16 El Buscón, p. 280, « Je résolus de quitter Madrid et de prendre le chemin de Tolède où je ne connai (...)
  • 17 El Buscón, p. 298, « Quand je vis que les unes au nom d’un saint et les autres au nom d’un autre le (...)

Determiné de salirme de la corte, y tomar mi camino para Toledo, donde ni conocía ni me conocía nadie.16
Cuando yo vi que las unas por el un santo, las otras por el otro trataban indecentemente dellos
… tomé mi camino para Sevilla.17

29La conclusion annonce l’embarquement pour les Indes d’un Pablos, traqué par la justice, qui n’est plus alors qu’un fugitif :

  • 18 El Buscón, p. 308, « je décidai, après en avoir débattu avec la Grajal, de partir avec elle pour le (...)

Determiné, consultándolo primero con la Grajal, de pasarme a Indias con ella, a ver si, mudando mundo y tierra, mejoraría mi suerte.18

30Cette ultime tentative de fuite est la conclusion du récit autorisant ainsi le respect d’une ouverture finale, telle que le préconisait la convention des récits picaresques.

31Si la fuite se matérialise dans l’espace romanesque, comme on vient de le voir, elle affecte également le temps du récit par l’impact que ce motif impose au rythme de l’écriture.

L’écriture de la fuite

32Le tempo, qui va en s’accélérant dans le roman de Quevedo pourrait, en effet, permettre d’imaginer une écriture de la fuite ou, plutôt, par analogie avec la musique, je serais tentée de parler cette fois de la fugue.

33Selon la définition du Littré, la deuxième acception de la fugue, dans le domaine musical indique : « sorte de composition dans laquelle les diverses parties, réponse, exposition, épisodes, reprises modulées, se répondent toujours de sorte que l’oreille puisse les reconnaître sur quelque degré que ce soit ».

34La trajectoire du héros picaresque est mise en récit par ses fuites successives comme autant de séquences répétitives du schéma initialement narré et donc aisément reconnaissables : les stratagèmes de Pablos, pour parvenir à ses fins et réaliser son ambition chevaleresque, se succèdent ponctuées par des échecs qui entraînent la décision de fuir vers un ailleurs où tout peut recommencer. La fuite, on l’a vu, fait partie intégrante du schéma narratif de la bourle : elle en est la conclusion en même temps qu’elle favorise l’enchaînement avec l’épisode suivant. Comme le prouve sa répétition systématique, elle acquiert la fonction narrative de ce que Jakobson appelait un « embrayeur » du récit, permettant l’initiation d’un nouvel épisode et son enchaînement avec le précédent. On est donc là en présence d’une véritable stratégie narrative de la réitération d’un schéma identique ou plutôt d’une suite de variations sur des schémas similaires.

35Cette poétique de la fuite ou de la fugue intervient à trois niveaux :

36– dans la structure du récit, tout d’abord, comme permettra de le démontrer la composition du roman.
– dans les choix lexicaux et sémantiques, ensuite, tant est remarquable et sûrement pertinente, la grande richesse quantitative des signifiants connotant l’action de fuir.
– dans la rhétorique mobilisée, enfin, si l’on relève les nombreux avertissements qu’il convient peut-être de relire avec l’efficacité sémantique dont est porteuse leur littéralité.

  • 19 Pour cette récurrence de la tripartition, voir l’article de Luisa López Grigera, « Para las fuentes (...)
  • 20 Voir Edmond Cros, L’aristocrate et le carnaval des gueux, Montpellier, Etudes Socio-critiques, 1975 (...)

371– Le roman quévédien se compose de trois livres. Ils correspondent aux trois grandes étapes du récit picaresque : l’affirmation du désir de s’élever socialement, la tentative d’intégrer la noblesse et, après l’échec total de cet essai, le renoncement et l’enfoncement dans la marginalité19. On constate que les deux premiers livres, essentiellement axés sur le récit de l’enfance et de l’adolescence de Pablos, sont composés respectivement de sept puis six chapitres20.

38Le Livre I est lui-même composé de trois moments, tous liés à l’enfance et à l’éducation de Pablos et de son jeune maître don Diego Coronel, ancrés dans trois espaces différents : l’école de quartier à Ségovie, la pension du Licencié Cabra dans cette même ville et enfin, à Alcalá, la vie universitaire.

  • 21 El Buscón, p. 210 , « La patrie commune , où il y a de la place pour tout le monde et des tables ou (...)

39Au Livre II, on retrouve cette construction tripartite en fonction des rencontres du jeune Pablos, cette fois assumant tout seul sa vie : sa route croise celle de plusieurs personnages, des fous sympathiques prisonniers de leurs délires, puis celle de son oncle Alonso Ramplón, bourreau de son état et exécuteur à ce titre du propre père de Pablos, accompagné de ses amis tricheurs, corrompus et ivrognes ; enfin, Pablos fait la rencontre décisive de don Toribio, hobereau désargenté qui va lui apprendre à se servir de la flatterie et du mensonge comme les clefs de la vie facile dans la capitale « la patria común donde caben todos y donde hay mesas francas para estómagos aventureros »21.

  • 22 Noter la polysémie du mot « caballero » en espagnol.

40Avec le Livre III, Pablos entre véritablement dans la vie de l’aventurier et il imagine un stratagème de plus grande ampleur pour intégrer l’aristocratie madrilène. Afin d’obtenir la main d’une jeune noble, doña Ana, dont la fortune et le titre sont les atours et les attraits essentiels, il ourdit une tromperie qui nécessite une mise en scène complexe avec cheval de location et laquais d’emprunt pour paraître riche. Ce mariage qui devait être la consécration de cette vaste entreprise d’usurpation s’achève par un échec cruel au chapitre 7, lorsqu’intervient le cousin de la jeune fille, qui n’est autre que son ancien maître don Diego, qui le reconnaît et le confond. La mise à jour de la véritable identité de Pablos, ainsi démasqué, met un terme douloureux à ses aspirations : le jeune pícaro chute brutalement du cheval, sous les yeux de la dame. Cette chute métaphorique prouve aussi son inaptitude biologique à faire partie de la noblesse : un piètre cavalier ne peut donc pas être chevalier22 ! L’événement l’oblige à fuir définitivement la capitale.

41Après l’apparent équilibre de l’architecture : 3 livres, 7-6-7 chapitres, on constate une rupture narrative, souvent présentée comme liée à une forme d’incohérence de la construction de cette œuvre de jeunesse que je lirais pour ma part plutôt comme une volonté marquée d’affirmer le passage à un nouvel état. La fin du rêve chevaleresque de Pablos et châtiment qui lui est infligé en conclusion de cet épisode charnière laissent apparaître le personnage dans son humble et sordide réalité picaresque.

  • 23 Voir sur ce point Edmond Cros, op. cit.

42Le récit entre alors dans son ultime étape et entame une phase d’accélération rythmée par les multiples métamorphoses de Pablos, personnage protéiforme s’il en est.23 Au cours de trois chapitres supplémentaires, les derniers du roman, il devient joueur professionnel et tricheur au jeu de cartes, faux mendiant, auteur et acteur de théâtre, « galán de monjas » séducteur de nonnes, puis il intègre la pègre sévillane où il acquiert vite une renommée singulière. Il se rend complice du meurtre de deux policiers et il est poursuivi par la justice au point de se voir obligé de fuir outre-Atlantique, cherchant refuge dans les terres de l’Amérique espagnole.

43Cette fois, le sort de Pablos n’est plus entre ses mains : il est entraîné dans une dérive comme si le rythme de la fuite, en s’accélérant, se transformait en une spirale du vice dont il ne pouvait plus s’échapper.

442– Puisque j’ai introduit cette 2ème partie avec une métaphore musicale, qu’il me soit permis de continuer à la filer à présent en examinant comment la fuite, ou la fugue, résonne dans la lettre du texte.

45Il s’agit, me semble-t-il, de mettre en évidence les jalons d’un réseau à la fois auditif et visuel qui écrit la fuite dans une tension autoréférentielle entre signifiants et signifiés comme autant de notes sur une partition musicale. Afin de rendre perceptible à l’oreille ces échos que les signifiants convoqués renvoient au lecteur, il faudrait les lire à voix haute ; on ne pourra ici qu’en souligner, comme pour les scander, quelques extraits révélateurs :

  • 24 El Buscón, p. 132, « Il me demanda si je voulais aller avec lui à Alcalá et moi qui ne souhaitais a (...)
  • 25 El Buscón, p. 166, « Puis je préparai mon départ pour Ségovie afin de …connaître ma parentèle pou (...)
  • 26 El Buscón, p. 205, « Puis j’allai dans une auberge me cacher décidé à attendre le moyen de retour (...)
  • 27 El Buscón, p. 281, « Il m’importait d’aller à Tolède et de quitter la Cour », p. 868.
  • 28 El Buscón, p. 289, « …moi, croyant qu’il suffisait de n’être plus comédien pour sortir de la mauv (...)

Díjome si quería ir (a Alcalá) y yo, que no deseaba otra cosa sino salir de tierra24
Y comencé a disponer
mi partida para Segovia con el fin de … conocer mis parientes para huir dellos.25
Como he dicho me fui a un mesón a esconder y aguardar comodidad para
ir a la corte. Dejéle en el aposento una carta cerrada, que contenía mi ida.26
Lo que me importaba era
ir allá y salir de la corte27
Entendí
salir de la mala vida28

46La fréquence des synonymes des verbes fuir, s’en aller, partir, quitter (huir, ir, salir, partir) est en elle-même remarquable. Il suffit de relever les nombreuses occurrences des verbes énonçant un départ, le plus souvent précipité, et de leurs dérivés (mi ida, mi partida, mi salida, mi huida) pour comprendre à quel point l’écriture est marquée non seulement par le rythme de la composition mais aussi par le son que renvoie l’écho de IR/ IDA (morphologie des verbes et du participe passé, substantivé ensuite, et suffixe des verbes : aller/allé et l’aller) comme celui d’une rengaine obsédante qui en rendant ce mouvement permanent dit plus encore que l’esquive, l’éloignement ou l’évasion : c’est une fuite perpétuelle dans laquelle semble engagé le personnage.

  • 29 L’expression est de Maurice Molho dans la phrase aperturale de son « Introduction à la pensée pic (...)
  • 30 El Buscón, p. 109, p. 160, « Pour ne point lasser…je tairai…il serait trop long de conter », p. 1 (...)
  • 31 El Buscón, p. 109 et la traduction, p. 766.
  • 32 Voir paratexte, Al lector, p. 92 : « Dudo nadie compre libros de burlas para apartarse de los incen (...)

473– Enfin, lorsqu’il multiplie les formules rhétoriques adressées au destinataire supposé de cette « confession imaginaire »29 le narrateur paraît également suggérer une autre forme de fuite : « Por no cansar a vuestra merced, por no ser prolijo, Callo,…por no ser largo dejo de contarDejo de referir »30. Derrière ce rempart purement formel dont le but est la captatio benevolentiae des lecteurs, il est permis de penser que ce recours à l’ellipse constitue aussi une forme de fuite du narrateur. Le fait d’omettre ou de taire des détails de l’histoire permettent de maintenir l’attention du lecteur dans la seule direction digne d’intérêt et voulue par le narrateur. Du reste, il est séduisant dans notre perspective que « Por no enfadar », soit traduit en français par l’expression : « fuyant une ennuyeuse prolixité »31 ce qui indique bien une attitude où le silence est volontairement liée à une forme de fuite. La sélection, ainsi induite dans le matériau autobiographique, suggère une réflexion sur la genèse de ce roman parodique dont l’un des buts avoués est de critiquer le modèle du récit picaresque32.

La fuite de soi ou l’illusion de liberté

48La perspective linéaire, conforme à l’axe diégétique de la fuite dans les aventures de Pablos, ne doit cependant pas nous empêcher de constater la façon paradoxale dont se conclue l’œuvre.

49En effet, on doit observer un phénomène d’inversion implicite du schéma apparent : Quevedo semble suggérer par la forme ouverte du récit, une possible suite aux aventures de Pablos. Cela se voit pourtant contredit par les effets d’une circularité englobante qui enferme le héros dans un déterminisme biologique et qui rend vaine toute tentative d’échapper à son infâme destinée. Quevedo souligne de la sorte qu’il est impossible d’échapper à soi-même malgré toutes ces fuites. Elles apparaissent davantage comme les efforts dérisoires et désespérés pour échapper à un milieu social d’abord, à un destin ensuite.

  • 33 Voir à ce sujet l’analyse de Philippe MEUNIER, « Visibilité et effacement de la figure appelée Pabl (...)

50Pour mieux comprendre la portée de cette perspective inversée, il convient de s’appuyer, en tout premier lieu, sur la nature burlesque du personnage, clairement signifiée, dès le titre du roman, par l’apport ironique et insolite du titre honorifique : je veux parler de l’antéposition de « don » au prénom Pablos. Cette volonté parodique est aussi inscrite dans la paragoge du « -s » (le prénom courant en Espagne est Pablo) qui suggère dans l’onomastique de l’Espagne du Siècle d’Or, une forme de vilénie liée à la rusticité de la classe la plus humble, sans doute par analogie avec Marcos, Carlos ou Blas. Au théâtre, on trouve dans les personnages de paysans des prénoms ainsi modifiés : Domingos, Llorentes. Le [-s] devient un élément associé au processus de dégradation mis en place par l’auteur dans lequel il est permis de reconnaître l’étymon latin (« paulus » = petit, faible, quantité peu considérable, selon Gaffiot) qui rend compte d’une image marquée par la petitesse et la diminution. Le même [-s] indique aussi un pluriel qui acquiert une fonction programmatique dans le cours du récit car il annonce une diffraction du personnage à travers ses doubles et ses avatars multiples dans la diégèse33.

  • 34 El Buscón, p. 104, « […] mi padre fue a rapar a uno –así dijo él– no sé si la barba o la bolsa ».
  • 35 El Buscón, p. 99, « Unos la llamaban zurcidora de gustos, algebrista de voluntades desconcertadas y (...)
  • 36 « Yo, señor, soy de Segovia » est la première phrase du récit autobiographique et cette revendicati (...)

51Dans la genèse du personnage, Quevedo ne se contente pas d’imiter les modèles antérieurs : il en amplifie les traits jusqu’à l’exacerbation hyperbolique. Pablos est le fils d’un barbier, maître dans l’art de couper « la barbe ou la bourse »34 et d’une entremetteuse « couseuse d’amour, chirurgienne d’affections disloquées, maquerelle »35. À cette infamie généalogique et sociale, vient s’ajouter l’indication religieuse et raciale : il appartient à une famille de juifs convers36. Enfin, Pablos est rapidement informé sur sa bâtardise ce qui inscrit dans un seul personnage un cumul de tous les trais discriminants qui l’enferment définitivement dans la marginalité.

52Lors de ses tentatives de fuite identitaire, Pablos proclame sa différence par les évocations d’un pluriel, inscrit dans le prénom et qui annonce les métamorphoses à suivre :

  • 37 El Buscón, p. 165, « Monsieur je suis maintenant un autre homme habité d’autres sentiments. », p. 7 (...)

53Señor ya soy otro y otros mis pensamientos37

  • 38 El Buscón, p. 267, « Je reconnus que je n’étais pas le seul dans mon cas. », p. 859.

54Conocí que había otros muchos como yo.38

55La fuite nécessaire suit, dans une première impulsion, la chronologie diégétique en donnant l’impression positive d’une action volontaire. On pourrait comparer cette modalité à l’éloge de la liberté souvent associé à un certain mode de vie picaresque. Puis, dans un infléchissement négatif, elle exprime l’effacement ou la négation du héros lui-même, comme le révèle la citation suivante qui résume son action :

  • 39 El Buscón, p. 206, « Ne demandez de mes nouvelles à personne, ne prononcez mon nom devant personne, (...)

No pregunte por mí, ni me nombre, porque me importa negar la sangre que tenemos.39

56Cette dernière phrase est la conclusion de la lettre laissée par Pablos au dernier membre de sa famille, l’oncle bourreau, au moment de quitter définitivement sa ville de naissance, dans le chapitre 5 du Livre II au titre fortement révélateur : « De mi huida, y los sucesos en ella hasta la corte ». La fuite y devient l’action qui matérialise la négation identitaire.

57Pour Quevedo, l’ambition de devenir noble exprime une discordance fondamentale, en totale contradiction avec les théories traditionnelles de l’excellence aristocratique liée à la naissance et au lignage. L’idée moderne, déjà répandue et défendue par les humanistes, selon laquelle la véritable vertu, qualité qui désigne la noblesse de l’âme, peut être liée aux actes et non au sang, est régulièrement réfutée par Quevedo, ardent défenseur d’une idéologie conservatrice. C’est sans doute dans un esprit didactique sur le champ du politique autant que du littéraire qu’il a conçu ce roman. Pablos est l’incarnation d’un désir incongru, d’une provocation insupportable.

  • 40 Voir Philippe Meunier, article cité, p. 93 : « […] Quevedo, qui maîtrise parfaitement ses modèles e (...)

58Métaphoriquement, la progression de Pablos est arrêtée au moment où on lui inflige la balafre qui barre son visage et devient le signe d’une identité cette fois indéniable. À partir de ce moment-là (III, 7), à y bien regarder, il y a comme une inversion symbolique de la dynamique initiale et le pícaro est renvoyé systématiquement à son passé. Le dispositif spéculaire du récit permet de mettre en place un véritable processus de régression comme le prouve la similarité de ce que Pablos vit, dans sa vie adulte dans les derniers chapitres du roman et ce qui fut auparavant infligé à ses parents que mentionnent les premières pages : harcèlement policier et judiciaire, relations avec la pègre, association avec une prostituée40. La circularité ainsi établie enferme définitivement le personnage dans le destin même qu’il a tenté de fuir.

  • 41 El Buscón, p. 308, « Au bout de quelques temps, je devins le rabbin des autres ruffians. », p. 879.

59Singulièrement, on observe que Pablos, jusque-là systématiquement confronté à l’échec de ses entreprises, ne va réussir que lorsqu’il assume sa véritable nature, mendiant, tricheur aux cartes, galant de nonnes ou ruffian. L’apogée de cette étape se lit dans l’expression à l’ironie polysémique de la dernière page du roman : « en pocos días era rabí de los otros rufianes »41. Cela prouve bien qu’il ne peut échapper à sa condition naturelle de pícaro. Toutes les fuites sont vaines : son destin est déterminé biologiquement et socialement depuis sa naissance.

60La transgression ne peut aboutir sur un autre dénouement que le châtiment puisque le pícaro n’éprouve aucun remords et qu’il n’annonce aucune intention de se repentir contrairement à son célèbre prédécesseur Guzmán de Alfarache. En effet, au bout de la trajectoire, il y a l’acte symbolique du basculement dans le Mal : le double crime dont Pablos est complice. Il n’y aucune perspective de rédemption dans le récit autobiographique de la part d’un narrateur qui affirme au contraire à la dernière page qu’il est un « obstinado pecador », un pécheur impénitent. La vertigineuse rapidité de la chute vers le péché est patente dans l’accélération des derniers chapitres de l’œuvre et ce qui avait pu apparaître initialement comme un éloge semble à présent désigner une véritable pathologie de la fuite.

  • 42 Maurice Molho, « Introduction à la pensée picaresque », Les romans picaresques espagnols, La Pléiad (...)

61Ainsi que l’écrivait Maurice Molho, « sous l’histoire singulière d’un gueux se profile l’histoire universelle de l’homme »42. Pablos dans cette tension entre caballero et pícaro, entre désir et réalité, illustre la tentation de l’homme qui se réfugie dans l’illusion et les faux-semblants : fuir pour ne plus être soi, devenir un autre… La fuite n’est plus dès lors qu’un refus ou un déni de réalité. L’entreprise de déconstruction de la prose quévédienne, commencée dans le champ du littéraire, par la remise en question des canons du genre picaresque, et de l’idéologique, par une satire de l’arrivisme de l’aristocratie de cour et du pouvoir de l’argent, se poursuit dans le domaine philosophique. Au-delà des fuites déjà examinées, il y en a sans doute une autre, plus profonde et plus intime : la fuite désespérée et illusoire de l’homme qui refuse son destin mortel.

62Grâce au personnage de Pablos, toujours dans l’action, Quevedo dénonce une sorte d’aliénation palliative qui détourne le pícaro, l’homme, du chemin de la vérité qu’il refuse d’affronter. Ce personnage rappelle opportunément à l’homme baroque qu’il ne dispose que d’une apparence dérisoire de liberté dans ce monde où tout n’est qu’illusion.

63La leçon préconisée par Quevedo s’appuie sur les fondements de la pensée stoïcienne. L’attitude de Pablos est marquée par la critique d’une pensée épicurienne. Son renoncement tardif au désir et son refus de se conformer à sa nature expliquent l’échec final de la trajectoire biographique qu’illustre ce personnage. Un tel dénouement constitue un éloge implicite de la philosophie de Sénèque dont Quevedo avait traduit en espagnol les Lettres à Lucillius :

  • 43 SÉnÈque, Lettre à Lucillius [3, XXVI], Éloge de la vieillesse.

Jusqu’à ce jour mes actions, mes paroles n’ont rien prouvé ; interprètes vagues et trompeurs de l’âme, ils la déguisent sous des dehors flatteurs ; la mort seule me révèlera mes progrès. Je vais donc me préparer sans crainte à ce jour où, laissant de côté le fard et l’artifice, je me prononcerai sur moi-même…43

64L’écho de cette pensée fut explicitement transcrit par l’auteur dans le traité moral, publié vers 1634, au titre fortement symbolique : La cuna y la sepultura. Quevedo reprend à son compte la doctrine stoïcienne et il apostrophe l’allocutaire, sur le ton de l’avertissement, avec une intensité et une efficacité redoutables :

  • 44 Francisco de Quevedo, La cuna y la sepultura, « Tu commences à naître et à mourir dans le même in (...)

A la par empiezas a nacer y morir ; y no es en tu mano detener las horas ; y si fueras cuerdo no lo habías de desar ; y si fueras bueno, no lo habías de temer.44

Conclusion

  • 45 L’auteur, Quevedo, en manipulant le « je » du narrateur-personnage nous offre le récit pseudo-autob (...)

65La fuite, dans le Buscón, acquiert une portée différente selon l’instance narrative concernée : elle ne peut donc pas être réduite à un mode de comportement spécifique du personnage du pícaro. Derrière le personnage, on voit combien le narrateur est en adéquation avec le mouvement d’une fuite permanente imprimée dans l’écriture même. Mais c’est avec les préoccupations habituelles de l’auteur que l’on parvient à saisir la portée ontologique de cette fuite récurrente45. Cette conception désabusée d’une condition humaine forcément soumise à son caractère éphémère, est aussi celle qui sous-tend ses célèbres sonnets :

Ayer se fue, mañana no ha llegado
Hoy se está yendo sin parar un punto
Soy un fue y un será y un es cansado.

66L’illusion de Pablos, partagée par tant d’hommes, est aussi celle qui anime le héros de J.M.G. Le Clézio dans Le livre des fuites, Jeune Homme Hogan qui clame au début le fol espoir engendré par ce mouvement échappatoire :

  • 46 Jean-Marie Gustave Le Clézio, Le livre des fuites, Paris, Gallimard, 1969, p. 88.

Fuir, toujours fuir. Partir, quitter ce lieu, ce temps, cette peau, cette pensée…46

67La conclusion de Hogan est identiquement négative quand il constate l’échec de ses tentatives de fuites à la fin du livre avec une amertume et un désenchantement digne des écrivains du Siècle d’or espagnol :

  • 47 Ibidem, p. 268.

J’ai fui, j’ai dit que j’ai fui. Ce n’est pas vrai. C’est le monde qui m’a fui. Il m’a entraîné sur sa route et je n’ai pas connu la liberté.47

68Au-delà de la satire sociale et de la parodie littéraire, Quevedo nous livre dans Le Buscón, un regard profondément pessimiste sur l’homme qui renvoie à la profonde désillusion, au « desengaño », ce désespoir souvent cachée derrière l’éclat de rire du pícaro.

69À la question qu’y a-t-il après la fuite ultime de Pablos, Francisco Ayala dans son analyse sur le roman de Quevedo répond de façon définitive :

  • 48 Francisco Ayala, « Observaciones sobre el Buscón, Cervantes y Quevedo, Barcelona, Ariel, 1974, pp.  (...)

Quevedo en su Buscón quiere enfrentarnos con la nulidad del existir. La perspectiva que nos asoma es la de una negra sima : la nada.48

Haut de page

Notes

1 Thomas Pavel, La pensée du roman, Paris, Gallimard, 2003, p. 105.

2 Lazarillo de Tormes, édition de Francico Rico, Madrid, Cátedra, 2005, Tratado VII, p. 135 ; traduction de M. Molho, Paris, coll. La Pléiade, Gallimard, 1968 : « C’était le temps de ma prospérité et j’étais au comble de toute bonne fortune », p. 52.

3 Francisco de Quevedo, El Buscón, édition de Domingo Ynduraín , Madrid, Cátedra, 2001, p. 149 ; traduction de Maurice Molho, Paris, coll. La Pléiade, Gallimard, 1968 : « Etre fripon avec les fripons et le plus fripons de tous si je pouvais. », p. 787. Ces deux éditions seront nos références pour toutes les citations du texte et de sa traduction dans la suite de l’article.

4 El Buscón, p. 161 : « Ces fredaines et autres badineries commencèrent à me donner le renom de rusé et de fripon parmi les fripons. », p. 794

5 Diccionario de Autoridades, “Buscón” : “En lo literal vale la persona que busca pero este significado no tiene uso y solamente se toma por la persona que hurta rateramente o usa con malicia y arte de socaliñas para estafar”. Tome 1, p. 722.

6 El Buscón, p. 156 : [Ne pouvant plus friponner la gouvernante avec qui j’étais brouillé] je cherchai d’autres façons de bien vivre et donnai dans ce que les étudiants appellent “courre” ou “enlever”.

7 El Buscón, p. 158 ; « Mes compagnons disaient qu’à moi seul je pouvais nourrir la maison avec ce que je ‘courais’ c’est à dire voler sous un nom discret. », p. 792.

8 Voir, entre autres, Juan de Timoneda, El sobremesa y alivio de caminantes, 1563 et Melchor de Santa Cruz, Floresta española, 1574.

9 El Buscón, p. 108, « Or, rencontrant dans la rue, un homme qui s’appelait Poncio de Aguirre et passait pour confès, le petot Diego me dit : « Hé, appelle celui-là Ponce Pilate et enfuis-toi ». Moi pour le contenter, je le fis. De quoi cet homme fut si outré qu’il se mit à courir après moi avec un couteau à la main pour me tuer de sorte qu’il fallu fuir et me faufiler vivement chez notre maître d’école. », p. 765.

10 El Buscón, p. 160, « Je me jetai derrière un mur et enfilai une ruelle qui va donner à la placette de la Victoria, si vite qu’un lévrier ne m’eût pas attrapé », p. 793.

11 El Buscón, p. 232, « Et comme nous étions devant une fenêtre, je feignis que quelqu’un m’appelait dans la rue. Je me penchais donc et je dis tout haut : « Moi, Monsieur ? Je descends vous trouver ». Je pris congé et dis que je reviendrai sur le champ ; il m’attend encore aujourd’hui, tant il est vrai le dicton, quand le pain est mangé, on se sépare. », p. 835.

12 El Buscón, p. 108 , « À ces paroles, je restai comme mort et je résolus de prendre tout ce que je pourrais en quelques jours et de quitter cette maison tant ma honte était grande. », p. 765.

13 El Buscón, p. 100, « Il y eut de grandes disputes entre mon père et elle pour résoudre auquel des deux métiers je me devais plutôt adonner, mais moi qui eus toujours dès mon enfance des sentiments de gentilhomme, je ne me voulus appliquer ni à l’un ni à l’autre. », p. 762

14 El Buscón, p. 113, « Voyant que mes raisons n’étaient point reçues, je m’en allai et me rendis aux nouvelles de mon ami don Diego… je décidai de ne plus retourner à l’école ni chez moi et de me tenir auprès de don Diego pour le servir… », pp. 767-768.

15 El Buscón, p. 166, « Puis je préparai mon départ pour Ségovie afin de recueillir ma succession et de connaître ma parentèle pour la fuir. », p. 796.

16 El Buscón, p. 280, « Je résolus de quitter Madrid et de prendre le chemin de Tolède où je ne connaissais personne ni n’étais connu de personne. », p. 867.

17 El Buscón, p. 298, « Quand je vis que les unes au nom d’un saint et les autres au nom d’un autre les traitaient tous sans décence...je me mis en route pour Séville », p. 876.

18 El Buscón, p. 308, « je décidai, après en avoir débattu avec la Grajal, de partir avec elle pour les Indes, pour voir si mon sort s’améliorerait en changeant de monde et de pays. », p. 880.

19 Pour cette récurrence de la tripartition, voir l’article de Luisa López Grigera, « Para las fuentes del Buscón o sobre una trilogía crítica », Siglos dorados, Homenaje a Agustín Redondo, tome 2, Pierre Civil ed., Madrid, Castalia, 2004, p. 807-820.

20 Voir Edmond Cros, L’aristocrate et le carnaval des gueux, Montpellier, Etudes Socio-critiques, 1975, chapitre VI-1 « L’inconnexion et l’architecture narrative », p. 89-95.

21 El Buscón, p. 210 , « La patrie commune , où il y a de la place pour tout le monde et des tables ouvertes pour les estomacs vagabonds. », p. 822

22 Noter la polysémie du mot « caballero » en espagnol.

23 Voir sur ce point Edmond Cros, op. cit.

24 El Buscón, p. 132, « Il me demanda si je voulais aller avec lui à Alcalá et moi qui ne souhaitais autre chose que de sortir du pays. », p. 776.

25 El Buscón, p. 166, « Puis je préparai mon départ pour Ségovie afin de …connaître ma parentèle pour la fuir. », p. 796.

26 El Buscón, p. 205, « Puis j’allai dans une auberge me cacher décidé à attendre le moyen de retourner à Madrid. J’avais laissé à mon oncle une lettre cachetée où je lui disais les causes de mon départ. », p. 819.

27 El Buscón, p. 281, « Il m’importait d’aller à Tolède et de quitter la Cour », p. 868.

28 El Buscón, p. 289, « …moi, croyant qu’il suffisait de n’être plus comédien pour sortir de la mauvaise vie… », p. 872.

29 L’expression est de Maurice Molho dans la phrase aperturale de son « Introduction à la pensée picaresque » des Romans picaresques espagnols, La Pléiade, Paris, Gallimard, p. XI.

30 El Buscón, p. 109, p. 160, « Pour ne point lasser…je tairai…il serait trop long de conter », p. 174 .

31 El Buscón, p. 109 et la traduction, p. 766.

32 Voir paratexte, Al lector, p. 92 : « Dudo nadie compre libros de burlas para apartarse de los incentivos de su natural depravado ».

33 Voir à ce sujet l’analyse de Philippe MEUNIER, « Visibilité et effacement de la figure appelée Pablos dans le Buscón de Quevedo ou la mise à l’envers de la poétique picaresque », Mélanges en hommage à Jacques Soubeyroux, pp. 79-93, et plus particulièrement l’étude étymologique de ce prénom p. 80-81, ainsi que celle de Ricardo Saez, Lecturas del Buscón de Quevedo, Presses Universitaires de Rennes, 2006, pp. 75-76 « Problemática onomástica en torno a Pablos ».

34 El Buscón, p. 104, « […] mi padre fue a rapar a uno –así dijo él– no sé si la barba o la bolsa ».

35 El Buscón, p. 99, « Unos la llamaban zurcidora de gustos, algebrista de voluntades desconcertadas y por mal nombre alcagüeta ».

36 « Yo, señor, soy de Segovia » est la première phrase du récit autobiographique et cette revendication d’un appartenance géographique résonnait à l’époque comme un aveu puisque Ségovie était le plus grand centre industriel du royaume de Castille avec un développement de l’industrie textile favorisé par les efforts de grandes familles de conversos qui employaient une main d’œuvre locale pour toute la chaîne de métiers (cardeurs, tisserands, teinturiers) notoirement issus de la même origine ethnico-religieuse.

37 El Buscón, p. 165, « Monsieur je suis maintenant un autre homme habité d’autres sentiments. », p. 796.

38 El Buscón, p. 267, « Je reconnus que je n’étais pas le seul dans mon cas. », p. 859.

39 El Buscón, p. 206, « Ne demandez de mes nouvelles à personne, ne prononcez mon nom devant personne, j’ai besoin de renier mon sang. », p. 820.

40 Voir Philippe Meunier, article cité, p. 93 : « […] Quevedo, qui maîtrise parfaitement ses modèles explicitement cités tout au long de la narration, inverse la dynamique picaresque fondée sur une progression, ironique ou non, pour construire au contraire la destinée d’une régression, celle d’un don Pablos étymologique, d’un don Petit vers l’image fantasmée et incestueuse de la mère. »

41 El Buscón, p. 308, « Au bout de quelques temps, je devins le rabbin des autres ruffians. », p. 879.

42 Maurice Molho, « Introduction à la pensée picaresque », Les romans picaresques espagnols, La Pléiade, Paris, Gallimard, p. LXXIII.

43 SÉnÈque, Lettre à Lucillius [3, XXVI], Éloge de la vieillesse.

44 Francisco de Quevedo, La cuna y la sepultura, « Tu commences à naître et à mourir dans le même instant ; il n’est pas dans ton pouvoir d’arrêter les heures ; et si tu étais sage, tu ne devrais pas le désirer ; et si tu étais bon, tu ne devrais pas le craindre », cité par Pablo Jauralde Pou, Francisco de Quevedo (1580-1645), Madrid, Castalia, 1999, chap. XVII : « La entrega al neoestoicismo », p. 655 (c’est moi qui traduis).

45 L’auteur, Quevedo, en manipulant le « je » du narrateur-personnage nous offre le récit pseudo-autobiographique qui remet fondamentalement en question le genre auquel il paraît se soumettre. Voir Francisco Rico, La novela picaresca y el punto de vista, “La voz de su amo”, pp. 122-139, Barcelona, Seix Barral, 2000, la citation p. 137.

46 Jean-Marie Gustave Le Clézio, Le livre des fuites, Paris, Gallimard, 1969, p. 88.

47 Ibidem, p. 268.

48 Francisco Ayala, « Observaciones sobre el Buscón, Cervantes y Quevedo, Barcelona, Ariel, 1974, pp. 219-233, la citation p. 227 : « Quevedo dans son Buscón veut nous mettre face à face avec la nullité de l’existence. La perspective qui apparaît est celle d’un abîme noir : le néant. » (C’est moi qui traduis).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Rouane Soupault, « Les fuites de Pablos : stratagèmes picaresques et stratégies romanesques dans le Buscón de Quevedo », Cahiers d’études romanes, 22 | 2010, 35-54.

Référence électronique

Isabelle Rouane Soupault, « Les fuites de Pablos : stratagèmes picaresques et stratégies romanesques dans le Buscón de Quevedo », Cahiers d’études romanes [En ligne], 22 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/322 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.322

Haut de page

Auteur

Isabelle Rouane Soupault

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org