Navigation – Plan du site

Introduction

Brigitte Urbani
p. 1-5

Texte intégral

1Ce numéro 3 des Cahiers d’Études Romanes rassemble la deuxième partie des travaux de l’atelier « Voyage » de l’Équipe d’Accueil EA 854 consacrés au thème du naufrage. Comme dans le numéro 1, qui réunissait le premier volet de ces études, ils relèvent des domaines hispanique et hispano-américain, portugais et brésilien, italien, roumain, et examinent, à partir d’un matériau qui va des archives et des études historiques aux légendes populaires en passant par le roman et la nouvelle, des récits de naufrages réels ou imaginaires, motifs majeurs ou mineurs des ouvrages dans lesquels ils figurent, décrits, évoqués ou encore enfouis sous le mythe.

2C’est l’article de Georges Ulysse qui ouvre ce Cahier, pour la vision étonnamment moderne et rationnelle du naufrage ou de la tempête offerte par Boccace dans plusieurs nouvelles du Décameron. Comme l’annonce le titre, “Naufrages, naufragés et naufrageurs”, Georges Ulysse montre que chez Boccace les naufrages sont dus à la méchanceté des hommes (naufrageurs) ou à un manque d’intelligence et de volonté (naufragés), non aux caprices ou aux missions d’une Fortuna qui serait l’instrument de la Providence ou d’autres forces mystérieuses. Certes, Boccace est plus homme de terre qu’homme de mer, mais il connaît la réalité du trafic maritime de son époque et les risques qui y sont liés : or un voyage en mer dans le Décaméron n’est pas plus redoutable qu’un voyage par les terres. L’auteur italien dédiabolise donc la mer qui, dans les tempêtes – conformément à la leçon de ce recueil de nouvelles, réflexion sur l’aventure humaine – est un révélateur de la valeur des hommes et les contraint à réagir, à braver l’adversité et à maîtriser leur destin.

3Suivent cinq études de type historique parcourant une période allant de la fin du XVe siècle au tout début du XIXe siècle et un espace maritime baignant plusieurs continents. Au moins deux d’entre elles démontrent que, malgré les progrès de la navigation depuis le XIVe siècle de Boccace, les naufrages ne sont pas toujours interprétés de manière seulement rationnelle. Les articles de Pablo Berchenko, Théa Picquet et Anne-Marie Beaulieu nous conduisent vers l’Amérique et font revivre les expéditions espagnoles et françaises du XVIe siècle. Ceux de Michel Bideaux et d’Ernestine Carreira nous emmènent vers les Indes et prolongent le voyage jusqu’au début du XIXe siècle.

4Le titre de l’étude de Pablo Berchenko, “Du naufrage heureux au navire coupable. Portée didactique du naufrage chez Bartolomé de Las Casas”, annonce, de la part du Dominicain auteur de la Très brève relation de la destruction des Indes, une interprétation morale des catastrophes maritimes qui ont endeuillé les voyages de Christophe Colomb. Alors que le premier naufrage de l’Amiral, advenu lors de son premier voyage, ne fait pas de victimes et permet d’instaurer des rapports amicaux avec le cacique d’Haïti, et que les tempêtes du retour s’apaisent quand Colomb comprend qu’il ne doit pas douter de la Providence divine, les deux naufrages survenus au cours du deuxième et du quatrième voyage sont d’abord présentés comme des rappels à l’ordre en punition des violences perpétrées contre les indigènes et de la cupidité dont font preuve les Espagnols. Puis, avec le temps, Las Casas glisse vers le doute et, dans L’Histoire des Indes, renvoie à la sentence que Dieu prononcera le jour du Jugement Dernier.

5S’appuyant sur nombre de documents d’époque, Théa Picquet retrace la vie du Florentin Giovanni da Verrazzano (1485-1528), découvreur de l’Amérique au service de François Ier. Elle redessine les trois voyages au long cours qu’il effectua du Nord au Sud du continent dans le but de découvrir, au profit de la couronne de France, de nouvelles terres et un passage entre l’océan Atlantique et l’océan Pacifique par l’Amérique Centrale. Elle rend justice à un voyageur aujourd’hui trop peu connu chez nous, qui, s’il n’est pas revenu chargé d’or ni de diamants et n’a pas trouvé le passage qu’il cherchait, a néanmoins beaucoup apporté sur le plan de l’exploration et de la cartographie, et a permis aux Français d’avoir leur place sur les mers et sur le nouveau continent. C’est grâce à lui que, jusqu’en 1763, une partie de la côte Est de l’Amérique du Nord fut appelée « Nouvelle France ». Et sans doute la France lui devrait-elle encore davantage s’il n’avait été dévoré par les indigènes de Jamaïque ou de Guadeloupe, à l’âge de 43 ans.

6L’anthropophagie (qui était déjà au cœur de l’article de Claudio Milanesi sur le naufrage de la Méduse revu par Alessandro Baricco, publié dans le numéro 1 des Cahiers d’Etudes Romanes) est au centre de l’étude d’Anne-Marie Beaulieu qui examine un récit dramatique des Trois mondes, de l’historien protestant La Popelinière (1582). Le drame a lieu lors du voyage de retour d’hommes qui, ayant participé à la première expédition française en Roride et las d’attendre sur place l’arrivée de colons qui ne venaient pas, décidèrent de rentrer sur une embarcation de fortune et connurent tempêtes, avaries, et une faim telle que, comme dit la chanson, on tira à la courte-paille... Anne-Marie Beaulieu examine cet épisode, présenté comme un rite sacrificiel, dans lequel elle voit, selon un schéma fréquent dans les récits de voyage, un rite de passage dans l’autre monde. Ce récit du naufrage de la première expédition en Floride annonce, écrit-elle, l’échec futur de la conquête française de l’Amérique du Nord, que La Popelinière prévoyait déjà.

7Dans le cadre des relations commerciales entre Portugal et Extrême-Orient, Michel Bideaux considère des relations de naufrages survenus dans l’océan Indien aux XVIe et XVIIe siècles, et met en relief une typologie du thème, soulignant la récurrence de la portée morale de la catastrophe. Puis il donne en exemple des récits nés du naufrage de deux navires, le San Joao, qui sombra à son retour vers Lisbonne, chargé d’épices et autres marchandises, et le Saint-Jacques, qui fit naufrage à l’aller, avec les missionnaires qu’il transportait. Dans le premier cas, Dieu punit les Portugais avides, mais les indigènes sont présentés comme féroces ; dans le deuxième cas, les indigènes aident les naufragés et, de toute façon, Dieu sauve l’âme de ceux qui allaient prêcher l’Évangile. Il relève cependant une évolution dans les chroniques, la dimension divine s’estompant peu à peu avec le développement des connaissances maritimes.

8Nous revenons à un cadre rigoureusement historique avec Ernestine Carreira dont l’étude porte sur la Carreira da India, la liaison maritime annuelle, stratégique et commerciale, entre Lisbonne et Goa, de 1497 à 1810. Elle considère les grandes périodes de gloire et de décadence de la Carreira, relève la proportion des naufrages enregistrés (considérable au cours des 150 premières années : plus de 20 % des vaisseaux !, en forte régression ensuite) et tente d’en établir les causes : manque d’organisation, inexpérience des pilotes, navires inadaptés, surchargés, escales insuffisantes, sécurité sacrifiée au nom de la rentabilité, hostilité d’autres puissances européennes..., causes humaines auxquelles s’ajoutent des facteurs liés au climat et à la géographie : le canal de Mozambique fut un véritable cimetière marin. Nous pénétrons avec elle dans le monde du transport des épices et des textiles précieux, mais aussi dans celui, illicite et pourtant bien réel, des négriers.

9Les naufrages qui sont au centre des trois derniers articles relèvent de la fiction, même si certains ont un ancrage dans la réalité. Jean Marie Barberà nous fait remonter au Moyen Âge par l’intermédiaire du célèbre roman catalan de Martorell, Tirant le Blanc, (XVe siècle). Avec Geremias Avanço nous parcourons quelques récits marins du brésilien Virgílio Varzea (XIXe-XXe siècles) et Valeriu Rusu nous introduit dans le monde fabuleux des légendes populaires roumaines.

10Adoptant une démarche narratologique, Jean Marie Barberà propose une nouvelle lecture, christianisante, du naufrage de Tirant le Blanc sur les côtes de Berbérie. Il montre que le long épisode africain qui y fait suite, loin d’être superflu et de briser le fil du récit, a la fonction d’un temps de purgatoire pendant lequel le héros se régénère. De ce fait le naufrage apparaît comme une mort prémonitoire de la mort réelle et n’a rien à voir avec la mauvaise fortune : il châtie le chevalier pour sa coupable avidité de richesses et de puissance ; il lui permet ensuite, comme Jonas dans le ventre de la baleine, de se purifier et, instrument et corollaire de la régénération, de libérer l’empire grec du joug ottoman

11Geremias Avanço considère quelques récits de Virgílio Várzea, écrivain et lui-même homme de mer. Il montre d’abord comment l’auteur brésilien exploite le topos du naufrage dans un roman consacré à Garibaldi (qui, comme on sait, combattit en Amérique du Sud avant de d’être l’acteur et le héros le plus populaire du Risorgimento italien) : le passage relatant le naufrage d’un des bateaux du capitaine obéit pas à pas au modèle littéraire classique tel qu’il a été établi par les spécialistes. Puis il examine quatre nouvelles du recueil Mares e campos, mettant en relief la fonction et la richesse du thème du naufrage et se référant à l’exposé à caractère bibliographique et méthodologique de Claudio Milanesi qui ouvrait le numéro 1 des Cahiers d’Études Romanes.

12Enfin Valeriu Rusu nous emmène au carrefour des civilisations orientales et occidentales, dans le monde fabuleux des mythes cosmogoniques. Confrontant différentes versions de légendes populaires roumaines relatives à la création du monde, il met en relief la récurrence du motif de la plongée et du retour à la surface : plongée sous les eaux primordiales pour aller chercher du sable ou de l’argile, retour à l’air libre et acte de création. Mais l’entreprise n’est pas toujours facile car Dieu a maille à partir avec le Diable, et les diverses interventions d’animaux humanisés – très sage hérisson, abeille rusée, poisson ou écrevisse – sont autant de variantes dans ces sympathiques légendes.

13En relation avec le thème global de l’atelier « Voyage », ce numéro 3 des Cahiers d’Études Romanes se clôt avec des notes de lectures de Bianca Danna qui passe en revue une série d’ouvrages récents consacrés au voyage en Italie, édités pour la plupart en 1999, où est souligné le lien entre littérature de voyage et identité nationale.

14Après s’être penché durant deux ans sur le naufrage, l’atelier « Voyage » travaille sur la ville de Paris vue par des touristes, des écrivains ou des artistes venus d’Italie, d’Amérique Latine, de Roumanie ou de la péninsule ibérique. La capitale française sera donc le thème d’un des futurs numéros des Cahiers d’Etudes Romanes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Urbani, « Introduction », Cahiers d’études romanes, 3 | 1999, 1-5.

Référence électronique

Brigitte Urbani, « Introduction », Cahiers d’études romanes [En ligne], 3 | 1999, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3319

Haut de page

Auteur

Brigitte Urbani

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org