Navigation – Plan du site

Naufrages, naufragés et naufrageurs dans le Décaméron de Boccace

Georges Ulysse
p. 8-27

Résumés

L’auteur montre que chez Boccace les naufrages sont dus à la méchanceté des hommes (naufrageurs) ou à un manque d’intelligence et de volonté (naufragés), non aux caprices ou aux missions d’une Fortuna qui serait l’instrument de la Providence ou d’autres forces mystérieuses. Certes, Boccace est plus homme de terre qu’homme de mer, mais il connaît la réalité du trafic maritime de son époque et les risques qui y sont liés : or un voyage en mer dans le Décaméron n’est pas plus redoutable qu’un voyage par les terres. L’auteur italien dédiabolise donc la mer qui, dans les tempêtes — conformément à la leçon de ce recueil de nouvelles, réflexion sur l’aventure humaine — est un révélateur de la valeur des hommes et les contraint à réagir, à braver l’adversité et à maîtriser leur destin.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie

Index chronologique :

XIVe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Francesco Tronci, Storie di ‘ordinari naufragi’ nel « Décaméron », in : Naufragi, Atti del Convegno (...)
  • 2 « Già crescente il fuoco nella accesa nave, fattone a’ marinari trarre quello che si poté per appag (...)

1À l’occasion du congrès consacré, à Cagliari, en 1992, au thème du naufrage, Francesco Tronci a analysé les Storie di’ ordinari naufragi’ nel « Décaméron » dans une communication à laquelle on renvoie ici aussi bien pour la richesse de la réflexion que pour les notes à caractère bibliographique1. Il n’est pas question d’opposer cette lecture à la nôtre : dans les pages qui suivent sont réunies des observations qui, pour la plupart, ont déjà été faites, mais dont la présentation cherche à accréditer l’idée selon laquelle, chez Boccace, comme l’annonce le titre, les naufrages sont, la plupart du temps, causés par des hommes, des naufrageurs donc, de sorte que les naufragés auraient plus de comptes à demander aux autres, et à eux-mêmes, qu’à une puissance surhumaine se jouant, pour des motifs obscurs ou décelables, des navigateurs bravant la mer et le danger potentiel qu’elle représente. Toutes les nouvelles dont il sera question ont pour point commun d’être en rapport plus ou moins étroit avec la mer, les bateaux, les navigateurs, mais on ne se limitera pas aux cas de naufrages justifiant pleinement l’étymologie du mot : dans tous les cas examinés, les bâtiments en difficulté ne couleront pas la coque éventrée et les passagers ne se noieront pas. Ainsi peut-on considérer Madonna Beritola (II, 6) comme une naufragée même si on ignore le sort final du « legnetto » qu’elle voit disparaître au loin à la traîne de la galère des pirates, et Gerbino (IV, 4) est un naufrageur même si Boccace ne décrit pas jusqu’au bout l’incendie du bateau attaqué par l’ardent amoureux de la fille du roi de Tunis2.

  • 3 Une phrase lue dans la VIII, 10 laisserait penser que, au moment où il écrit le Décaméron, il s’est (...)

2La biographie lacunaire de Boccace ne permet pas d’affirmer qu’il avait du voyage maritime et, pourquoi pas ? du naufrage, une expérience directe, même si ce florentin a vécu de longues années à Naples dès son adolescence, près de la mer donc, et en contact possible sinon avec des équipages, au moins avec des marchands qui naviguaient, ou des armateurs auprès desquels il pouvait obtenir de quoi alimenter sa réflexion ou exciter son imagination3. Toutefois, lorsqu’il parle de Castellammare di Stabia dans la nouvelle X, 6, ce n’est pas pour évoquer la pleine mer, le large, mais l’intérieur des terres :

Per essere in solitario luogo e quivi finire in riposo la vita sua, a Castello a mare di Stabia se n’andò ; e ivi forse una balestrata rimosso dall’altre abitazioni della terra, tra ulivi e nocciuoli e castagni, de’ quali la contrada è abondevole, comperò una possessione, sopra la quale un bel casamento e agiato fece, e allato a quello, un dilettevole giardino, nel mezzo del quale, a nostro modo, avendo d’acqua viva copia, fece un bel vivaio e chiaro, e quello di molto pesce riempiè leggiermente.

3En somme, Neri degli Uberti s’apprête à vivre comme s’il n’était pas près de la mer. Aucune allusion n’est faite à l’étendue marine et au rivage. Agissant à la façon des florentins (« a nostro modo »), il s’intéresse davantage à la terre, aux jardins, aux arbres, à l’habitation, qu’à la plage, pourtant proche, aux flots, aux bateaux qui auraient pu aussi lui procurer les distractions qu’il recherche. Cela ne signifie pas que, lointain concitoyen de Neri, Boccace ait eu la même tendance. Force est pourtant de constater que, évoquant par la bouche de Lauretta une région qu’il a dû souvent parcourir entre Gaeta et Reggio (II, 4), c’est encore plutôt vers l’intérieur que son regard est tourné :

Credesi che la marina da Reggio a Gaeta sia quasi la più dilettevole parte d’Italia nella quale assai presso a Salerno è una costa sopra il mare riguardante, la quale gli abitanti chiamano la costa d’Amalfi, piena di piccole città, di giardini e di fontane.

4Bien sûr, la côte est citée, comme est suggéré le fait que la ville de Salerne est tout naturellement tournée vers la mer, mais jardins et fontaines attirent davantage l’attention. Or, Reggio se trouve à peu de distance de Scylla et, par temps clair, en remontant la côte, on devine la mystérieuse île de Stromboli. Cette vision, à la limite du fantastique, aurait pu orienter son imagination d’homme et d’écrivain en direction de l’envoûtante et effrayante immensité qui s’ouvre devant le spectateur contemplant, de la plage, une étendue marine qui ne cache même pas les dangers qu’elle réserve à ceux qui s’y aventurent : il suffit d’observer les écueils contre lesquels viennent battre les vagues. Et quoi de plus inquiétant que Stromboli ? Que ce cône extraordinaire, que le nom de Scylla, ne fassent pas naître la curiosité et germer le trouble dans l’esprit de Boccace suggère qu’il n’est ni attiré ni intrigué par les « gouffres amers » révélant leurs mystères à l’occasion des tempêtes et des naufrages qui leur sont imputables.

  • 4 Cf. la liste des déplacements que dresse F. Tronci (article cité, notamment pp. 122-123).
  • 5 Dans la nouvelle II, 7, le marchand part avec Alatiel « sopra una cocca di catalani » qu’il n’a auc (...)
  • 6 Ce qui paraît normal même pour les vilains de Certaldo (VI, 10).
  • 7 Cf. F. Tronci, art. cit., p. 121.

5Si le terrien Boccace ne semble pas subir la fascination que la mer peut exercer, cela ne lui interdit pas de parler, en connaissance de cause, du monde maritime, des voyages et des incidents qui peuvent les marquer. Dans le Décaméron, les voyages en mer sont nombreux, comme les déplacements terrestres4, ces deux moyens se complétant parfois dans la même nouvelle, comme dans la X, 9, où Saladin et Torello voyagent sur terre et sur mer (passons sur le « folle volo » du lit magique...) et où il est fait davantage référence aux chevauchées qu’aux traversées en bateau. Ne recenser que les voyages maritimes cités expressément risquerait de fausser la perspective car souvent Boccace ne s’y attarde pas, voire ne les signale même pas, comme s’il s’agissait d’une chose toute naturelle faisant partie du genre de vie de ses contemporains qui trouvent facilement, en cas de besoin, un bateau les conduisant dans les lieux les plus fréquentés de la Méditerranée ou de l’autre côté de la Manche. Le Décaméron suggère l’existence de lignes régulières, dirons-nous, se chargeant de transporter passagers et marchandises5. D’innombrables navires aux formes et aux fonctions variées sillonnent la mer, expliquant d’ailleurs la présence des pirates et des corsaires. Il faut bien prendre le bateau pour aller en Angleterre (II, 3) et en Irlande (II, 8) ou au Sepolcro6, avec ou non une étape à Chypre (1, 9), qui peut être aussi le but du voyage (III, 7). Ce foisonnement est tellement naturel que Boccace ne s’attarde même pas sur le grand rassemblement provoqué par la foire de Saint-Jean d’Acre (II, 9). Bref, se déplacer en bateau est entré dans les mœurs et non seulement lorsqu’il n’y a pas d’autres moyens — pour traverser la Méditerranée ou la Manche, ou aborder sur une petite île —, mais également quand on aurait pu choisir la voie terrestre : dans la nouvelle IV, 10, maestro Mazzeo della Montagna va de Salerne à Amalfi « su una barchetta » et le juge pisan Ricciardo da Chinzica (II, 10) choisit le bateau pour rendre visite à Paganino à Monaco (« messosi in mare se n’andò a Monaco »). Le voyage maritime devait être plus facile et, de toute façon, la mer n’effraie pas les habitants de Pise puisque, dans la même nouvelle, les femmes s’éloignent de la côte pour assister à la pêche et vont tellement loin que Pagagnino arrive jusqu’à elles avec son gros navire. Si l’on voulait dresser la liste des nouvelles dans lesquelles des personnages font un voyage en bateau, ou en parlent, on en dénombrerait au moins une vingtaine, ce qui ne veut pas dire que toutes sont des « racconti di mare e di costa »7 : 1, 3, 4, 6, 7, 8, 9, 10 ; II, 3, 4, 7, 8, 9, 10 ; III, 7 ; IV, 1, 2, 6, 10 ; VIII, 10 ; X, 9. Dans certains de ces récits apparaissent plusieurs navires (combien de bateaux sur la route de Saint-Jean d’Acre ? II, 9) qui ne subissent pas le même sort (si la « cocca » sur laquelle se trouve Landolfo coule, l’autre a dû échapper au naufrage) ou dont il faut supposer l’existence (dans la X, 7, il a bien fallu que Bernardo Puccini et Minuccio d’Arezzo prennent un bateau à un moment ou à un autre pour arriver à Palerme). Que d’occasions de naufrages et, en regard, combien sont peu nombreux ceux que Boccace enregistre ! D’autant plus que le lecteur reste parfois sur sa faim : dans la nouvelle V, 6, l’enlèvement de Resti tuta par de jeunes Siciliens venus de Naples avec leur « fregata » laisse prévoir un beau combat naval entre eux et Gianni qui arme un bateau et les recherche partout ; mais il ne se passera rien. Les navires ont beau être nombreux, la mer est vaste...

6Les nouvelles dont nous parlons montrent que Boccace connaît la réalité du trafic maritime de l’époque. Les voyageurs, – marins et / ou marchands en déplacement –, sont génois, mais aussi pisans, et surtout originaires des îles et du sud de l’Italie, Salerne, Ravello, Procida, Lipari, la Sicile, sans compter les navigateurs de Chypre ou de l’autre côté de la Méditerranée. Il y a des catalans, des marseillais, des corsaires monégasques et des sarrasins. Quant au florentin Salabaetto (VIII, 10), habitué à voguer entre Salerne, Naples et Palerme, c’est un grand voyageur, mais pas à proprement parler un marin. D’ailleurs, il se retire à l’intérieur des terres, qu’il s’agisse de Ferrare, comme l’indiquent les éditions (« non volendo più mercatante essere, se ne venne a Ferrara »), ou de Florence, comme préféreraient lire certains commentateurs.

  • 8 Ibidem, p. 125, note 26, où l’auteur parle de « spessore storico degno di interesse ».
  • 9 Une autre femme a, pourrait-on dire, « l’œil marin » : celle qui, avant d’aider Gostanza, s’étonne (...)

7Les navigateurs que Boccace met en scène ne sont pas des « marins d’opérette » : il les inscrit dans un cadre spatial et une sphère d’activité dont la peinture ne manque pas de vraisemblance historique8. Il tient d’ailleurs à souligner leur expérience notamment dans le cas de certains, comme Cimone (V, 1), qui se dote d’une parfaite formation « nelle cose belliche, così marine come di terra », ou même Gostanza (V, 2), une femme « ammaestrata alquanto dell’arte marinaresca sì come generalmente tutte le femine in quella isola sono »9. En général, il souligne la maîtrise des équipages : par exemple, dans la II, 7, les deux jeunes Génois attendent le moment favorable pour appareiller (« già aveva collata la vela per doversi, come buon vento fosse, partire ») et, effectivement, l’occasion se présentant, « i marinari avendo buon vento e fresco fecero vela al loro viaggio ». Certes, leur compétence ne suffit pas toujours à préserver les marins du naufrage, mais Boccace tient alors à préciser qu’ils ont été dans l’impossibilité de s’orienter parce qu’il faisait nuit et qu’il y avait du brouillard. C’est le cas dans les nouvelles II, 7 et V, 1.

8Alatiel est sur un bon bateau (« bene armata e ben corredata ») et les marins sont aguerris (« come videro il tempo ben disposto, diedero le vele a’ veli »). Quittant Alexandrie et naviguant sans difficulté pendant plusieurs jours (« più giorni felicemente navigarono »), ils arrivent au large de la Sardaigne ; c’est alors qu’éclate une tempête qui pourrait faire douter de leur savoir-faire :

Si levarono subitamente un giorno diversi venti, li quali essendo ciascuno oltre modo impetuoso, sì faticarono la nave dove la donna era e’ marinari, che più volte per perduti si tennero. Ma pure, come valenti uomini ogni arte e ogni forza operando, essendo da infinito mare combattuti due dì si sostennero, e surgendo già dalla tempesta cominciata la terza notte, e quella non cessando ma crescendo tutta fiata, non sappiendo essi dove si fossero né potendolo per estimazion marinaresca comprendere né per vista, perciò che oscurissimo di nuvoli e di buia notte era il cielo, essendo essi non guari sopra Maiolica, sentirono la nave sdruscire.

9Ce passage laisse supposer que, compte tenu de l’état des connaissances de l’époque et du mode de propulsion des bateaux, l’équipage était impuissant, et donc non responsable du désastre. Il en est de même dans le cas de Cimone (V, 1) qui vient se jeter dans la gueule du loup à la suite de ce qui ressemble à une faute de navigation mais qui ne pouvait être évité :

sopravegnente la notte, [...] con essa insieme surse un tempo fierissimo e tempestoso, il quale il cielo di nuvoli e ‘1 mare di pestilenziosi venti riempié ; per la qual cosa né poteva alcun veder che si fare o dove andarsi, né ancora sopra la nave tenersi a dovere fare alcun servigio. [...] Non sappiendo che farsi i marinari, divenendo ognora il vento più forte, senza sapere o conoscere dove s’andassero, vicini all’isola di Rodi pervennero ; né conoscendo per ciò che Rodi si fosse quella, con ogni ingegno, per campar le persone, si sforzarono di dovere in essa pigliar terra, se si potesse.

10Même s’il n’a pas beaucoup navigué, l’écrivain connaît de toute évidence les risques du voyage en mer et les procédures à suivre pour éviter un naufrage toujours redouté. Les marins qu’il fait agir dans ses nouvelles scrutent le ciel, estiment la force du vent, prennent ou non la décision d’appareiller ou de mouiller au plus vite dans des criques abritées lorsqu’éclate une tempête. Il sait aussi quelles sont les conditions les plus favorables au voyage, comme dans le cas de Gostanza (V, 2) qui, poussée par une « tramontana assai soave » et « non essendo quasi mare e ben reggente la barca », peut aller loin.

  • 10 La présence sur ce bateau de pêcheurs d’« albero di vela e di remi » montre qu’on ne peut se conten (...)

11Boccace signale aussi les points forts et les faiblesses des embarcations, selon les besoins et les circonstances. Entre autres banalités, on rappellera que, pour parler de la mer et des bateaux au XIVe siècle, il convient de ne pas négliger les caractéristiques de la marine à voile. L’auteur du Décaméron, lui, en tient compte. Si un voilier (et quel qu’en soit le modèle, désigné d’ailleurs avec précision par le conteur) ne peut appareiller par vent contraire ou faute de vent, et s’il est ingouvernable par très gros temps, ce n’est pas parce qu’une puissance surnaturelle le met en difficulté (il faut être la peu solide Ifigenia, dans la V, 1, pour le croire ou au moins le supposer), mais, très concrètement, parce qu’il lui faut assez de vent pour avancer et pas trop pour ne pas être obligé de carguer les voiles et donc de devenir le jouet des flots. D’où l’importance des allusions au vent dont Boccace parsème ses nouvelles. Certes, on peut y reconnaître de faciles métaphores, – rien mieux que cet élément invisible, venu du ciel, imprévisible et changeant, ne peut suggérer une intervention surnaturelle –, mais c’est avant tout, au moins dans le Décaméron, la description aussi réelle que possible des conditions climatiques qui s’imposaient et s’imposent encore à toute navigation à voile. D’où la nécessité, par exemple, de distinguer entre les divers types de navires cités car ils n’ont pas les mêmes moyens ni la même vitesse, selon qu’il s’agit de « barche », sans autre précision, de « cocche », de « galee », de « fregate », de « legni », de « legnetti », de « saettie », etc. Ce qu’une embarcation peut faire (appareiller sans vent – pour les galères –, avoir une vitesse plus ou moins grande, favorable ou non à la poursuite et à l’attaque, – pour les voiliers –), d’autres ne le peuvent. Alors que le bateau de Madonna Beritola est encalminé, les pirates arrivent et repartent, par calme plat, à bord d’une galère ; et s’ils doivent tirer le « legnetto », au lieu de monter à bord et de le piloter (« vide la galea, non molto ancora allungata, dietro tirarsi il legnetto »), c’est que, tout pirates qu’ils sont, ils ne peuvent faire manœuvrer ce navire sans vent. D’où l’attention qu’il faut porter, aussi, à l’usage des rames. Le bateau de la fille du roi de Tunis n’avance pas car il y a « poco vento » (IV, 4), Gerbino peut fondre sur lui (« prese l’armi dierono de’ remi in acqua ») et ses adversaires, « veggendo di lontano venir le galee, non potendosi partire, s’apprestarono alla difesa ». Cimone (V, 1) connaît aussi la souplesse de manœuvre que permet l’usage des rames : « alla nave pervennero... dato de’ remi in acqua, lieti andaron pe’ fatti loro ». Quand les jeunes Marseillais (IV, 3) doivent déguerpir en toute hâte « senza alcun indugio sopra la saettia montati, dier de’ remi in acqua », et lorsque, ayant atteint la richesse qu’il souhaitait, Landolfo décide prudemment de cesser toute activité, « con quello legnetto col quale guadagnato gli avea, dato de’ remi in acqua, si mise a ritornare » (II, 4). Enfin, Gostanza (V, 2) est obligée de ramer pour s’éloigner du rivage10 avant de hisser les voiles et de s’abandonner au vent.

  • 11 V, 2 : « la maggior parte da’ saraceni mazzerati e isfondato il legno... ». Cimone, menace ses adve (...)

12Boccace, qui n’ignore pas les données de la navigation maritime, connaît aussi les habitudes des corsaires et pirates, sarrasins ou pas, qui, après l’abordage, coulent les navires pillés et « mazzerano » – c’est-à-dire jettent à la mer, pieds et poings liés –, les membres d’équipage, sage précaution laissant supposer qu’il serait possible de survivre à un naufrage11.

  • 12 En dehors même des termes désignant les diverses sortes de bateaux ou certaines parties des bâtimen (...)

13Bref, le vocabulaire employé12, et la façon de présenter les conditions de navigation, les bateaux, les marins, les voyages et naufrages, ainsi que les descriptions et considérations plus ou moins explicites qui s’y rapportent, supposent chez Boccace une expérience acquise, sinon directement, au moins auprès de « témoins dignes de foi », pour reprendre l’expression chère aux chroniqueurs de l’époque. Cet homme qui a vu la mer depuis la côte et les bateaux de près, et a peut-être navigué, s’est informé sur la navigation et enrichit son recueil d’épisodes dans lesquels la mer est présente, les voyages maritimes nombreux et où les naufrages ne sont pas absents.

  • 13 Sans multiplier les exemples, rappelons que, à la fin de son aventure, Madonna Beritola (II, 6) («  (...)
  • 14 Rappelons les nouvelles II, 1 (Rinaldo d’Esti), II, 3 (où s’affirment les craintes de la fille du r (...)
  • 15 Le dépouillement des Concordanze del Décaméron (cit.) enregistre cent six fois le mot fortuna, deux (...)

14Moyennant quoi, le Décaméron donne l’impression que le naufrage est un accident vraiment exceptionnel qui trouble le déroulement, régulier, dirons-nous, sinon paisible, de l’activité maritime liée ou non aux échanges commerciaux13. Le voyage en mer ne suscite pas chez Boccace une crainte particulière et, surtout, si le risque indéniable que représentent la mer et ses tempêtes n’est pas sous-estimé, il ne lui inspire pas de terreur révérencielle. On voyage beaucoup dans le Décaméron, on y affronte des coups de vent et des lames puissantes, mais un déplacement en bateau n’est pas jugé plus redoutable qu’un voyage sur la terre ferme qui réserve des accidents s’apparentant aux naufrages14. Sans sombrer dans une simplification abusive, on peut avancer qu’il y a comme une banalisation, une désacralisation ou une « dédiabolisation » de la mer, alors qu’on s’attendrait à ce qu’elle fût le lieu d’intervention privilégié de la Fortuna déchaînant les éléments naturels – le vocabulaire employé est révélateur15 – ou les calmant lorsqu’elle est propice aux navigateurs.

  • 16 On parle volontiers du vent lorsqu’on cherche la cause des naufrages : en réalité, ils découlent d’ (...)

15Les naufrages sont, certes, la conséquence des lois (qui, en l’absence de connaissances scientifiques récentes, pouvaient passer pour des caprices) de la nature (vents et relief16), mais sont aussi et surtout provoqués par les hommes qui coulent volontairement des bateaux ennemis ou qui, commettant une faute de navigation ou prenant des décisions malheureuses, sont la principale cause de leurs malheurs. Lorsqu’on parle de mer et de navigation, la notion de risque s’impose à l’esprit : qu’il suffise de penser aux cimetières marins et aux listes de bâtiments coulés ou perdus corps et biens ; mais le Décaméron ne donne pas l’impression que voyager en bateau au XIVe siècle s’apparentait à une partie de dés.

16Dans la plupart des cas, la traversée se déroule sans histoire, au point que Boccace omet souvent d’en parler. Il ne dit rien du « gran passaggio » en Palestine de Torello (X, 9), pas plus que de la traversée inverse de Saladin. Il en est de même dans la nouvelle II, 3 où les personnages franchissent plusieurs fois la Manche. Quant aux Pisans qui sauveront Madonna Beritola (II, 6), ils ont fait un pèlerinage dans « tutti i santi luoghi nel regno di Puglia » sur un « legnetto » et, si l’on comprend bien, ils font une petite halte touristique sur le chemin du retour, puis rentrent chez eux sans encombre. On pourrait multiplier les exemples prouvant que la mer n’est pas si redoutable que cela pour peu que le bateau soit en bon état, bien préparé, et les marins expérimentés comme Gerbino, Martuccio Gomito ou l’équipage de Ci mone, Landolfo Rufolo, etc., pour ne pas citer les cas de capitaines anonymes pilotant les cargos et navires de passagers de l’époque.

17En général, on échappe à la tempête en se réfugiant dans une crique, comme le font Madonna Beritola, Cimone ou Landolfo. Encore faut-il éviter d’être l’artisan de sa propre ruine en ne se méfiant pas assez des écueils ou des hauts-fonds et, avant tout, des hommes. C’est par temps calme que Paganino enlève ses otages (II, 10) ; Landolfo Rufolo et l’équipage de Madonna Beritola sont faits prisonniers au mouillage et Cimone est assez stupide (la nuit et le brouillard offrant, comme pour Landolfo, des circonstances atténuantes) pour jeter l’ancre dans le port de ses ennemis qu’il a eu le grand tort de ne pas massacrer quand il pouvait encore le faire. La violence et la méchanceté des hommes sont beaucoup plus dangereuses que la tempête. Dans la nouvelle très aventureuse (IV, 3) mettant en scène de jeunes Marseillais qui ne craignent pas les voyages, la série de drames dont ils sont les victimes et les responsables, n’a rien à voir avec leur longue pérégrination en Méditerranée. Ce n’est pas la nature, la mer ou la tempête, qui entraîne la perte des adversaires de Gerbino, de Cimone et de Martuccio Gomito. Sans l’attaque de Gerbino, la « grandissima e bella nave » qui transporte la fille du roi de Tunis serait allée sereinement de Carthage à Grenade, et il en est de même pour le bateau sur lequel se trouve Ifigenia enlevée par Cimone.

18Les naufrages sont plus le fait des hommes que de la tempête. En général, la mer n’est pas d’une hostilité insurmontable. La preuve en est donnée par l’exemple de Costanza (V, 2) qui s’abandonne aux flots et semble promise à un naufrage conçu comme un suicide, et cela d’autant plus qu’elle s’interdit d’user de son expérience de la navigation. Au contraire, dérivant jusqu’à un rivage inconnu, elle renaîtra à la vie. La mer l’a donc épargnée ; et ce n’est pas un naufrage provoqué par la nature, mais un combat perdu qui conduit son amant, le téméraire et excellent marin Martuccio, à sa ruine. Dangereuse en soi, la mer est rendue périlleuse, effrayante, par l’action des hommes. Bien sûr, Boccace ne dissimule pas que la tempête est toujours à redouter, et la belle description qu’il en donne montre que l’homme ne peut résister face aux éléments déchaînés que l’écrivain peint avec une grande efficacité dans la nouvelle de Cimone. Les navigateurs sont désemparés : il fait nuit et il y a du brouillard, ce qui leur ôte toute possibilité de s’orienter, mais ils ne coulent pas et réussissent à s’abriter :

Quando sopravegnente la notte, [...] con essa insieme surse un tempo fierissimo e tempestoso, il quale il cielo di nuvoli e ‘1 mare di pestilenziosi venti riempié ; per la qual cosa né poteva alcun veder che si fare o dove andarsi, né ancora sopra la nave tenersi a dovere fare alcun servigio.[...] Non sappiendo che farsi i marinari, divenendo ognora il vento più forte, senza sapere o conoscere dove s’andassero, vicino all’isola di Rodi pervennero, né conoscendo per ciò che Rodi si fosse quella, con ogni ingegno, per campar le persone, si sforzarono di dovere in essa pigliar terra, se si potesse.

19On ne peut se trouver dans une situation plus dramatique et pourtant, grâce au moins en partie à leur « ingegno » et à leur volonté de se sauver, l’équipage évite le naufrage. Certes, quelques mots tendent à faire penser que, croyant agir, ils sont en réalité le jouet de la fortuna : Ifigenia en est à regretter d’être la malheureuse élue d’un amant qui doit expier son audace ; et celui-ci se demande (sans oser l’affirmer) si les « iddii » se moquent de lui. Cimone semble persuadé que leur salut dépend plus de la fortuna que de leurs efforts, comme ils lui devraient d’avoir échappé à la tempête (« la fortuna fu favorevole, e loro perdusse in un piccolo seno di mare »), néanmoins il ne renonce pas pour autant à agir :

comandò che ogni forza si mettesse ad uscir quindi, e poi dove alla fortuna piacesse gli trasportasse [...] le forze si misero grandi a dovere di quindi uscire.

20L’échec n’est pas attribué expressément à la fortuna qui n’est plus citée dans la suite de la phrase, mais au vent, et nous nous retrouvons dans les conditions naturelles de la navigation à voile :

ma invano : il vento potentissimo poggiava in contrario, in tanto che, non che essi del piccolo seno uscir potessero, ma, o volessero o no, gli sospinse alla terra.

  • 17 « La fortuna la quale assai lietamente l’acquisto della donna aveva conceduto a Cimone, non stabile (...)

21Certes, la fortuna est souvent citée dans cette nouvelle et dépeinte sous sa forme la plus banale17 ; pourtant, même dans ce contexte, les éléments naturels gardent une dimension ordinaire. D’abord tentés de se résigner à un sort dont ils reconnaîtraient ipso facto qu’il ne dépend pas d’eux, les hommes ne tardent pas à mettre en œuvre ce qui reste en leur pouvoir. De toute façon, victimes ou non de la fortuna, Cimone et son équipage doivent, en dernière analyse, leur perte non à la tempête, mais à l’action d’autres hommes et, qui plus est, sur la terre ferme puisqu’ils ont commis l’erreur ultime de quitter leur bateau.

  • 18 Au début de la nouvelle II, 7, est affirmée l’impossibilité pour l’homme de maîtriser pleinement so (...)
  • 19 Pensons à l’Arioste qui, dans sa troisième satire, se félicite de n’être pas obligé de naviguer : l (...)

22Cimone et Ifigenia semblent sur le point de s’adresser au Ciel auxquels ils pensent l’espace d’un moment ; mais force est de constater que, pas plus dans cette nouvelle que dans aucune de celles qui mettent en scène un naufrage, les navigateurs en perdition n’implorent une puissance supérieure, Dieu, les dieux, voire la Fortuna18, ce qui serait pourtant une réaction tout à fait normale19.

  • 20 C’est le cas aussi bien pour la « cocca » génoise sur laquelle se trouve Landolfo Rufolo (II, 4), q (...)
  • 21 Cf. Actes des Apôtres, 27, où est narré un naufrage de Paul : « Nous en étions à la quatorzième nui (...)

23Mais le naufrage d’Alatiel (II, 7), dira-t-on ? Il semble ne rien devoir aux hommes puisque, effectivement, tout s’est bien passé pendant de longs jours. Même pendant la tempête, les « valenti uomini » composant l’équipage ont su naviguer dans des conditions effroyables (« ogni arte e ogni forza operando essendo da infinito mare combattuti due dì si sostennero ») jusqu’à ce que leur soit refusée toute possibilité de montrer leur savoir-faire en utilisant au mieux les moyens dont dispose leur navire (« non sappiendo essi dove si fossero né potendolo per estimazion marinesca c’est-à-dire en faisant le point sur le soleil ou les étoiles – comprendere né per vista allusion à la navigation à vue à proximité des côtes – per ciò che oscurissimo di nuvoli e di buia notte era il cielo... »). Le bateau va donc couler. Et il va couler, semble-t-il, parce que, comme toutes les embarcations naufragées, il touchera un haut-fond20. Ce que redoutent en effet les bateaux, ce ne sont pas les vagues, pour peu que les mâts ne se brisent ou ne s’abattent, qu’un équipage expérimenté ait eu le temps de carguer les voiles et que la coque soit en bon état, ce sont la côte et ses récifs ou les hauts-fonds21. Boccace prend soin d’indiquer que le bateau d’Alatiel est arrivé « non guari sopra Maiolica » et, effectivement, bien que la coque soit ouverte (« sdruscita ») et embarque de l’eau, il arrivera jusqu’à la plage (« quasi tutta si ficcò nella rena »). Où serait, dans ce cas, la responsabilité de l’équipage puisqu’on ne peut lui reprocher de ne pas avoir su naviguer ? Elle est à chercher dans l’attitude des marins quand ils perdent courage : ils jettent une chaloupe à la mer, se battent pour y monter, s’y amassent et, ne tenant pas compte de la capacité de la barque surchargée, périssent tous. Le bateau qui fait naufrage, est un vaisseau sans équipage. Les marins n’auraient sans doute pu le sauver s’ils étaient restés à bord mais, au moins, auraient-ils partagé le sort des femmes qui sont toutes saines et sauves. L’étendue du désastre est en partie imputable à une faute morale.

  • 22 Et pas seulement des Turcs, chuchote Boccace : « diessi a far sua della roba d’ogni uomo, e massima (...)

24Il y a quand même un naufrage, et un seul, dans lequel les hommes n’ont aucune part : celui de Landolfo Rufolo. Ruiné par la chute des cours (et donc victime, en quelque sorte, d’un naufrage économique), ce marchand devient corsaire. S’étant enrichi en attaquant des Turcs22, il décide de rentrer chez lui et doit affronter une violente tempête. Se mettant habilement à l’abri, il est sauvé. On peut donc éviter le naufrage comme l’ont fait d’autres navires qui ont été cités. Sinon qu’arrivent deux bateaux de marchands génois qui s’emparent de celui du corsaire, le coulent et gardent leur adversaire prisonnier. Landolfo est vaincu par des hommes, non par la tempête. Apparemment expérimentés, les Génois attendent le beau temps pour repartir ; toutefois, sans que cela soit extraordinaire, la tempête reprend (nous sommes sur des bateaux à voile, relativement lents, les distances sont longues et le temps peut changer en quelques jours...) et sépare les deux bateaux, drossant celui sur lequel se trouve Landolfo sur les récifs entourant l’île de Céphalonie qui se trouve à l’entrée du golfe de Corinthe et qui a des rivages très découpés et dangereux.

25Voici donc un naufrage non provoqué par les hommes. On remarque cependant qu’un seul des bateaux a coulé, qu’il s’agit d’un vaisseau génois, – donc non confié à Landolfo et à son équipage aguerri – et, enfin, qu’il se brise sur les récifs d’une île non inconnue. Cette fois-ci, Boccace ne précise pas si l’accident a lieu pendant la nuit et s’il était impossible de faire le point ; autrement dit, un capitaine expérimenté ou connaissant bien la région aurait pu éviter le naufrage qui résulte de la conjonction de mauvaises conditions climatiques et peut-être d’une erreur de navigation dans une passe dangereuse. Cette perte n’est pas attribuée à une intervention céleste, qui n’est aucunement citée, comme l’auteur aurait pu le faire pour suggérer que Landolfo et les Génois paient en quelque sorte une immoralité, une rapacité, qui les rapproche d’ailleurs.

  • 23 F. Tronci estime que la tempête est absente de la troisième journée parce qu’elle n’est pas « riten (...)

26Le naufrage de Landolfo illustre ce qu’on a voulu montrer. Même si Boccace évoque – mais assez rarement et comme par habitude langagière – quand le temps change, la Fortuna qui fait se lever la tempête ou, au contraire, favorise la navigation, les obstacles qu’affrontent les marins n’appartiennent pas à un monde fabuleux. L’île de Céphalonie n’est pas un obstacle dressé au dernier moment par une force surnaturelle, le bateau n’est pas coulé par des monstres marins ou aspiré dans des gouffres s’ouvrant sur son passage : il heurte des hauts-fonds, hantise des navigateurs. La Fortuna n’est pas dépeinte comme une puissance implacable aux effets irrésistibles et la tempête n’est pas présentée comme l’instrument fatidique d’une punition annoncée. Si le mot « fortuna » apparaît quelquefois dans les récits se rapportant à la mer, à la navigation et aux naufrages, les considérations sur la Fortuna qui éclairent la pensée de l’auteur ne se lisent pas toutes, loin de là, dans des nouvelles se déroulant en totalité ou en partie sur l’eau. Certes, le développement est particulièrement éclairant au début de la nouvelle II, 6, mais Boccace est tout aussi explicite au début de la nouvelle II, 3 dans laquelle la navigation maritime ne joue aucun rôle ; et l’on pourrait multiplier les exemples. La mer n’est pas le domaine d’intervention exclusif ou même privilégié de la Fortuna. Le naufrage apparaît comme un accident tel qu’il en est d’autres dans les manifestations de l’activité humaine, que Boccace considère avec plus de perplexité que de crainte. Pensons à la description de la peste : il ne s’attarde pas sur des causes destinées à rester incompréhensibles ; il s’attache plutôt à dénoncer ce qui, dans le comportement humain, aggrave la catastrophe. De même, le naufrage est, la plupart du temps, dû à la méchanceté humaine dans le cas des « naufrageurs », ou à un manque d’intelligence ou de volonté dans le cas des « naufragés », plutôt qu’aux caprices ou aux missions de la Fortuna, instrument ou truchement de la Providence ou d’autres forces mystérieuses. La navigation dans des conditions difficiles, et le naufrage en particulier, comme les autres obstacles auxquels les voyageurs sont confrontés, offrent à l’homme l’occasion d’agir dans l’espace de liberté qui lui est reconnu, et donc de révéler sa valeur23.

27C’est sur ce point qu’on conclura en insistant – et ce ne sera ni une nouveauté ni une surprise – sur le rôle de révélateur que jouent la tempête et le naufrage.

28Nous avons vu comment certains sont amenés à affronter l’adversité, éléments naturels déchaînés ou hostilité des hommes. Les cas cités ont montré que ces difficultés, ces obstacles, ces accidents, permettent aux héros de dévoiler ce qu’ils peuvent et savent faire, devraient ou pourraient éviter. La thèse est proclamée par Lisimaco (V, 2) en des termes que ne renierait pas le Machiavel volontariste qui clôt son Prince en invitant ses destinataires à user du libre-arbitre qui leur donne des possibilités d’action à la hauteur de leurs devoirs : « A fuggire tanta ingiuria e tanta noia della Fortuna, niuna via ci veggio », dit Lisimaco à Cimone, « da lei essere stata lasciata aperta, se non la virtù de’ nostri animi e delle nostre destre, nelle quali aver ci convien le spade... ». Il s’agit ici d’affronter non des éléments incontrôlables, mais des hommes, et sur la terre ferme. Cimone y réussira comme il a, au moins dans un premier temps, triomphé sur l’eau.

29Reprenons encore les deux exemples de Cimone et de Landolfo Rufolo.

30Dans la nouvelle V, 1, on soulignera cette fois non la réaction du personnage principal, mais celle de sa bien-aimée qui, en pleine tempête, révèle combien elle est différente de lui. Elle est encore plus désemparée que les autres (« sopra tutti si dolea Efigenia forte piangendo e ogni percossa dell’onda temendo. ») L’épreuve et la peur de la mort séparent les deux amants. Dans ce brusque orage, elle voit un châtiment destiné à punir l’amour illicite et l’audace de Cimone :

nel suo pianto aspramente malediceva l’amor di Cimone e biasimava il suo ardire, affermando per niuna altra cosa quella tempestosa fortuna esser nata, se non perché gl’iddii non volevano che colui, il quale lei contra li loro piaceri voleva aver per isposa, potesse del suo presuntuoso disiderio godere.

31Nous retrouvons ici un schéma de pensée et un lexique tributaires d’une tradition solidement ancrée non seulement dans l’histoire littéraire mais aussi dans les mentalités. Cimone serait puni par les Dieux (pluriel inhabituel dans le Décaméron) pour avoir ravi une femme promise à un autre et sans en référer à qui que ce soit. Il a agi en fonction de ses choix (voleva aver sposa) sans tenir compte du bon vouloir (si différent du bon-droit...) d’autorités invisibles et silencieuses qui, blessées ou se sentant menacées par ce désir d’autonomie, interviennent pour réaffirmer leur toute-puissance et imposer leur ordre souverain. Ifigenia est résignée : même si elle avait pu unir ses efforts à ceux de l’équipage, elle n’aurait pas voulu le faire, persuadée qu’on ne peut rien contre le vouloir du Ciel. En revanche, bien qu’il ait des doutes et soit troublé par ce qui lui paraît incompréhensible, Cimone réagit autant que faire se peut dans ces circonstances et encore plus fermement à la fin de son aventure.

  • 24 Et c’est encore sous cette forme dubitative que l’action de Dieu est évoquée plus tard : « o piacer (...)

32Le comportement de Landolfo est à l’opposé de celui d’Ifigenia. Le navire sur lequel il se trouvait a coulé ; il est seul dans l’eau, en pleine nuit, au milieu des vagues et entouré d’épaves. Face à son destin, il va révéler sa force, sa volonté et son intelligence au moment même où il semble toucher le fond de la misère et de la faiblesse. Lui qui voulait mourir plutôt que de rentrer chez lui ruiné s’accroche à la vie. Il ne s’adresse pas à Dieu pour se plaindre de son sort, confesser ses fautes, l’implorer, même si, au fond, il espère un secours du Ciel qu’il croit reconnaître, mais avec un certain doute, dans la planche qu’il saisit : « a quella s’appiccò, se forse24 Iddio indugiando egli l’affogare gli mandasse qualche aiuto allo scampo suo ». En revanche, il ne voit plus du tout une intervention divine (négative celle-là, et que son comportement antérieur pourrait expliquer) dans l’arrivée intempestive d’un coffre qui menace de l’écraser avant de rejeter au loin la planche à laquelle il s’agrippait. Force lui est donc d’accepter ce qui, de toute façon, lui est imposé. Il serre donc de toutes ses forces le coffre qui l’entraîne jusqu’à une plage de Corfou qu’il aborde inconscient. Cette issue heureuse résulte en quelque sorte de l’union de deux volontés inégales pendant le voyage : celle du coffre mû par on ne sait quel ressort, celle de l’homme qui rassemble ses forces quand il en est encore temps. Boccace réussit un admirable portrait de ce naufragé épuisé, trempé comme une éponge, dit-il, qui a perdu connaissance mais qui tient si convulsivement le coffre salvateur que la femme qui le tire de l’eau par les cheveux a de la peine à détacher les mains du rescapé de cette originale bouée (« quivi con fatica le mani dalla cassa sviluppatogli... »). Si l’homme est grandi par l’épreuve, il l’est aussi, dans cette nouvelle, par l’acharnement qu’il met à se maintenir en vie. Mais il s’agit encore, à ce stade, d’un courage et d’une force qui distinguent mal l’espèce humaine des autres êtres vivants puisque, ne disposant plus d’une vraie possibilité de choix, Landolfo réagit, pour l’essentiel, instinctivement :

niuna cosa altro che nuvoli e mare vedea, e una cassa la quale sopra l’onde del mare notando, talvolta con grandissima paura di lui gli s’appressava temendo non quella cassa forse il percotesse per modo che gli noiasse ; e sempre che presso gli venia, quanto potea con mano, come che poca forza n’avesse la lontanava. Ma come che il fatto s’andasse, avvenne che, solutosi subitamente nell’aere un groppo di vento e percosso nel mare, sì grande in questa cassa diede e la cassa nella tavola sopra la quale Landolfo era, che, riversata, per forza Landolfo lasciatala andò sotto l’onde e ritornò suso notando, più da paura che da forza aiutato e vide da sé molto dilungata la tavola ; per che temendo non potere ad essa pervenire, appresso alla cassa la quale gli era assai vicina, e sopra il coperchio di quella posto il petto, come meglio poteva, colle braccia la reggeva diritta...

33Abattu par l’épreuve, le personnage cède avant tout à la peur, agit comme dans un état second. En revanche, lorsqu’il est sauvé, Landolfo Ruffolo, offre, sur le plan psychologique et intellectuel, l’image d’un héros décidé à maîtriser son destin et à prévoir tous les dangers pour les surmonter.

  • 25 De même Rinaldo d’Esti continuera-t-il vraisemblablement à voyager (11, 2). Il est vrai que, pour l (...)

34Voici quelqu’un qui a risqué de mourir et qui a même oublié le coffre auquel il s’était accroché (« di cassa non si ricordava »), la femme le lui remet (« parve di dovergli la sua cassa rendere, la quale salvata gli avea ») sans même l’ouvrir (mais il est vrai que Landolfo devra faire un effort pour le faire : « la sconficcò »). Restauré, il ne s’abandonne pas à une action de grâces envers Dieu, il n’a pas non plus d’élan spontané de reconnaissance envers sa bienfaitrice. Il attend qu’elle soit sortie pour ouvrir le coffre (« non essendo la buona femina in casa »), découvre qu’il contient des bijoux et seulement alors remercie le Ciel (non de l’avoir sauvé donc, mais d’avoir restauré sa richesse). Il sait se contrôler, cache sa joie, ne la fait pas partager à celle qui lui a rendu la vie. Tirant la leçon de ses deux précédentes mésaventures, il fait preuve de « cautela », dit Boccace. Sans hésitation – ce qui prouve, soit dit en passant, que le naufrage ne détourne pas à jamais des voyages25 – , il prend un bateau pour aller à Brindisi, se fait aider par des marchands auxquels il raconte son aventure, mais sans parler du coffre (« fuori che della cassa »). Ce n’est qu’une fois retourné à Ravello, « al sicuro », qu’il remercie Dieu qui l’a sauvé et enrichi et récompense la « buona femina » et les marchands qui l’ont secouru.

  • 26 Naufragi ..., Actes cités, p. 224.
  • 27 Décidément ce marchand connaît bien le monde des affaires. Boccace lui prête ici une compétence que (...)

35Cette nouvelle offre un exemple et propose une leçon de courage physique, de solidité psychologique, d’intelligence et de prudence qui s’accompagne de méfiance et de dureté à l’égard des autres. Autrement dit, la vie et ses dangers continuent après le naufrage. La société présente des risques – le système économique, la méchanceté latente des individus – qui ne sont pas moins à craindre que la tempête. Loin de voir, comme Dante della Terza, en Landolfo Rufolo, un « mercante senza epopea », un marchand di « scarse capacità » et un corsaire « dilettante » devenu « immeritevole figlio della Fortuna »26, j’applaudis plutôt en lui l’un des rares héros du Décaméron, et qui sort grandi d’un naufrage confirmant ce que l’épreuve antérieure de la ruine financière avait laissé présager. D’autres aventures, d’autres catastrophes ne se déroulant pas sur mer peuvent jouer le même rôle de révélateur que le naufrage, expérience extraordinaire qui, pour Landolfo Rufolo, n’est pas pire que l’échec qui l’a conduit à se transformer en corsaire. La spécificité du naufrage est comme estompée. C’est un danger parmi d’autres, inhérent à l’activité humaine et, en particulier, commerciale, un accident de parcours dans la vie des marchands. Tout ce que nous savons sur lui montre que Landolfo est l’exemple de quelqu’un qui prend des décisions courageuses après avoir fixé ses objectifs. Riche, il veut doubler sa fortune. Il joue comme une partie de poker puisqu’il refuse de partager les risques (« comperò un grandissimo legno, e quello tutto di suoi denari, caricò di varie mercatantie e andonne con esse in Cipri »). L’époque est celle des « sùbiti guadagni » et des non moins « sùbite perdite ». Avant de partir, Landolfo avait examiné la situation (« fatti suoi avvisi »), évidemment avec les faibles et imparfaits moyens d’information dont il disposait. Pas plus qu’on ne peut reprocher aux navigateurs de l’époque de ne pouvoir faire le point par une nuit de brume, on ne peut se moquer d’un marchand qui, sans téléphone, Internet et des conseillers financiers et commerciaux, ne réussit pas tout le temps à affronter dans de bonnes conditions des marchés très ouverts. Le texte ne souligne pas son désespoir ou son découragement mais, au contraire, la justesse et la force de ses décisions : il envisage de se suicider (c’est ainsi qu’on interprétera « pensò morire ») ou de pratiquer la seule activité lui permettant désormais d’atteindre le but recherché. Il tire donc de la vente de son bateau et de ses marchandises tout ce qu’il peut en obtenir et se transforme en corsaire avec toujours le même objectif et la même application dans la préparation de son bateau : « d’ogni cosa opportuna a tal servigio armò e guernì ottimamente ». Dès que sa nouvelle activité lui procure le fameux doublement de sa richesse initiale qu’il visait depuis le début (« prese tanti legni di turchi che egli si trovò non solamente aver riacquistato il suo... ma avere raddoppiato »), il prend la ferme résolution de mettre un terme à ses efforts et s’y tient, tirant la leçon de l’expérience passée puisqu’il n’investira pas la somme dans des activités commerciales (« pauroso della mercatantia non s’impacciò di investire altramente i suoi denari »). Échaudé par ses précédentes déconvenues, il prend une décision raisonnable : « sì come colui che in picciol tempo fieramente era stato balestrato dalla fortuna due volte, dubitando della terza, pensò convenirgli molta cautela avere a voler quelle cose poter conducere a casa sua ». De toute façon, son but est atteint : les bijoux et pierres représentent exactement la somme qu’il s’était promis de gagner lorsqu’il avait engagé toute sa richesse dans l’opération de Chypre (« a convenevol pregio vendendole, e ancor meno27, egli era il doppio ricco che quando partito s’era »). Si l’on n’appelle pas cela le triomphe d’un homme résolu...

36Il convient donc de ne pas trop détacher les naufrages dont on a parlé du contexte global du Décaméron qui offre une réflexion, ou une occasion de réflexion, sur l’aventure humaine. Boccace y proclame ou, selon les cas, y laisse apercevoir sa conception de l’homme saisi dans la nature et, pour ce qui nous intéresse, dans l’univers marin qui est à peine plus dangereux que la terre ferme et surtout que la société qui ne crée pas sur l’eau des conditions de survie très différentes ni plus risquées que celles qu’elle lui réserve dans les villes et les campagnes.

37Boccace n’est ni fasciné ni effrayé par la mer et le milieu maritime qu’il connaît directement ou sur lequel il s’est informé. Le naufrage entre dans sa vision du monde comme un accident n’entamant pas la confiance qu’il a, ou veut avoir, contre vents et marées, dans la possibilité offerte à l’homme de braver l’adversité, pour révéler, comme il le dit dans la conclusion à la IXe journée, – en des termes qui ne sont pas sans rappeler le dantesque chant d’Ulysse, mais sans se référer à un voyage –, que « la vita che altro che brieve esser non puote nel mortal corpo si perpetuerà nella laudevole fama ». Comment mieux afficher cette dignité et cette ambition que dans l’aventure maritime en triomphant de la tempête et en se sauvant d’un naufrage, l’homme apparemment fragile réussissant parfois à ne pas être broyé comme l’est, au contraire, le plus puissant des vaisseaux ?

Haut de page

Notes

1 Francesco Tronci, Storie di ‘ordinari naufragi’ nel « Décaméron », in : Naufragi, Atti del Convegno di Studi (Cagliari 8-10 aprile 1992) a cura di Laura Sannia Nowé e Maurizio Virdis, Roma, Bulzoni, 1993, XXXII-700 pages (le texte de F. Tronci occupe les pp. 117-144). Bien que succinctes, les références bibliographiques sont suffisantes, comme il convient dans le cas d’écrivains ayant inspiré des études en nombre tel (cf. Studi sul Boccaccio) que les citer toutes est déraisonnable. Si les lectures consacrées aux voyages maritimes, à la mer, et plus précisément au naufrage dans le Décaméron, sont nécessairement en nombre limité, en revanche sont innombrables les analyses qu’il faudrait citer même si elles éclairent d’autres aspects de l’œuvre pour peu qu’elles portent sur des nouvelles mettant en scène des voyageurs, parlent de pays, de lieux, d’itinéraires, de déplacements et d’échanges, et surtout permettent de faire mieux comprendre la vision morale et philosophique de l’écrivain : réflexions sur la Fortuna et donc sur la liberté de l’homme et ses limites, les moyens dont il dispose et qu’il se doit de mettre en œuvre, les notions de risque, de chance, de hasard, etc., que l’auteur fait connaître dans la « cornice », l’introduction ou la conclusion de ses récits quand ce n’est pas en commentant, directement ou par le truchement des conteurs de la brigata, le rôle, la situation ou le comportement des personnages qu’il anime. Pour ce qui est du sujet dont il est question dans ces quelques pages, la suite annoncée par F. Tronci (p. 144 : « le ragioni di ciò ad altra occasione. ») m’est restée inconnue. Sur le thème du naufrage, sont loin d’être inutiles les réflexions à caractère méthodologique et les bibliographies qu’on trouve dans le volume Naufrage (« Cahiers d’Études Romanes », nouvelle série, numéro 1, 1998, Aix, et, en particulier, dans l’introduction de Claudio Milanesi, Les essais de structuralisme thématique, pp. 1-18). Dans les Actes cités plus haut, Dante della Terza propose, dans un court article d’une grande densité (« Navis fragium : la catastrofe come prolessi o conclusione epifanica dell’evento narrato », pp. 213-229), de regrouper en cinq catégories les cas de naufrages présents dans les ouvres littéraires : a) il naufragio come irrealtà, incubo o sogno b) il naufragio come prolessi narrativa, indispensabile strumento di espansione della ‘fabula’ del racconto, c’est-à-dire prefazione suggestiva al racconto c) il naufragio come catarsi, epifania salvifica o espediente mobilitato a siglare l’evento (c’est dans cette rubrique qu’est analysée la nouvelle de Landolfo Rufolo) d) il naufragio come pretesto narratologio déviante intervenuto a dare un brusco indirizzo all’azione, istradandola verso soluzioni ispirate a fantastica congruità, ad inatteso, esotico splendore, (autrement dit, pretesto narralologico déviante e parentesi strutturante delracconto, partie dans laquelle l’auteur s’attarde sur la nouvelle de messer Torello où le naufrage d’un navire génois empêche la transmission d’une lettre qui aurait tout changé) et, enfin, e) il naufragio come metafora pretesto narralologico. Mario Domenichelli et Angelo Deidda distinguent respectivement six catégories de naufrages pour le premier, et trois types et quatre formes de naufrages, pour le second. L’ensemble des conclusions du volume, introduit par Patrizio Tucci (pp. I-XXXII), est efficacement présenté et commenté par Remo Ceserani dans ses Riflessioni conclusive (pp. 661-675).

2 « Già crescente il fuoco nella accesa nave, fattone a’ marinari trarre quello che si poté per appagamento di loro, giù se ne scese ».

3 Une phrase lue dans la VIII, 10 laisserait penser que, au moment où il écrit le Décaméron, il s’est un peu détaché de cette réalité. Parlant de Palerme où arrive Salabaetto, Boccace explique le fonctionnement de la « dogana » (ce qui prouve d’ailleurs que ses destinataires avaient, selon lui, besoin de cette information) : « solea essere, e forse che ancora oggi è, una usanza in tutte le terre marine che hanno porto... ».

4 Cf. la liste des déplacements que dresse F. Tronci (article cité, notamment pp. 122-123).

5 Dans la nouvelle II, 7, le marchand part avec Alatiel « sopra una cocca di catalani » qu’il n’a aucune peine à trouver ; dans la II, 4, Landolfo ne commande pas le bateau sur lequel « passò a Brandizio e di quindi, di marina in marina, si condusse infine a Trani » ; c’est un simple passager comme il y en a d’autres dans le Décaméron.

6 Ce qui paraît normal même pour les vilains de Certaldo (VI, 10).

7 Cf. F. Tronci, art. cit., p. 121.

8 Ibidem, p. 125, note 26, où l’auteur parle de « spessore storico degno di interesse ».

9 Une autre femme a, pourrait-on dire, « l’œil marin » : celle qui, avant d’aider Gostanza, s’étonne que « la vela piena [sia] lasciata percuotere in terra ».

10 La présence sur ce bateau de pêcheurs d’« albero di vela e di remi » montre qu’on ne peut se contenter de la voile pour manœuvrer.

11 V, 2 : « la maggior parte da’ saraceni mazzerati e isfondato il legno... ». Cimone, menace ses adversaires : « arrestatevi, calate le vele, o vi aspettate d’esser vinti e sommersi in mare » (V, 1). Les Génois qui coulent le bateau de Landolfo sont plus expéditifs : « ogni cosa del legnetto tolta, quello sfondolarono. » (mais ils ne tuent pas les membres d’équipage). La précaution consistant à entraver les membres des adversaires jetés à l’eau sous-entend que les marins de l’époque savaient nager. Or, dans certaines régions et à certaines époques (c’est du moins ce qui nous a été affirmé en Bretagne), les marins ne tenaient pas à nourrir l’illusion qu’ils pouvaient se sauver ainsi et préféraient couler immédiatement après le naufrage ou leur chute dans l’eau pour éviter des efforts et des souffrances inutiles. Mais peut-être les pirates craignaient-ils que les naufragés ne fussent repêchés par des navires passant aux environs, ce qui laisse supposer l’intensité du trafic. De toute façon, lorsque Boccace joue, dans la conclusion de son livre, sur le double sens du mot « grave » – sérieux et lourd –, il montre qu’il sait nager puisqu’il relève que son corps flotte : « affermo che non son greve, anzi son io sì lieve che io sto a galla nell’acqua ». A-t-il appris à nager dans l’Arno ? Fit-il une pleine eau dans la mer à son arrivée à Naples ? Utilisait-il des piscines comme celle qu’a fait construire Neri degli Uberti (et où, ne forçons pas le trait, les deux jouvencelles ne nagent pas plus que les jeunes femmes de la brigata dans la Valle delle donne... ou que la femme qui « fattasi alquanto per lo mare » vient en aide à Landolfo Rufolo, II, 4) ? Dans la II, 7, les Génois attendent que le navire avance rapidement pour jeter Marato par dessus bord ; il aurait donc pu nager suffisamment pour attendre du secours. Quant à Landolfo Rufolo, c’est un bon nageur puisque, brutalement séparé de la planche à laquelle il s’agrippait, « andò sotto l’onde e ritornò suso notando... s’appressò alla cassa ». Gian di Procida (V, 6) est même capable d’aller à la nage de Procida à Ischia. Savoir nager ou pas n’est pas sans importance : même dans les Actes des apôtres (27, 42-44), on insiste sur ce point : « Les soldats furent alors d’avis de supprimer les prisonniers, de peur que l’un d’eux ne vînt à s’échapper à la nage. Mais le centurion qui voulait sauver Paul les empêcha de mettre leur dessein à exécution. À tous ceux qui savaient nager il donna l’ordre de se jeter à l’eau les premiers et de gagner la terre. Les autres l’atteindraient soit sur des planches soit sur des épaves du navire ». Peut-être même Boccace a-t-il vu se débattre des personnes ne sachant pas nager (II, 4) : « a questa guisa che fare veggiamo a coloro che per affogar sono ». Dans le Décaméron, le verbe notare (nuotare) apparaît huit fois, comme affogare (Concordanze del Décaméron, a c. di Alfredo Barbina, Firenze, Giunti, 1969, 2 vol. ).

12 En dehors même des termes désignant les diverses sortes de bateaux ou certaines parties des bâtiments, ou encore des manœuvres réduites, il est vrai, à leur plus simple expression, on pense ici aux mots employés dans l’Introduzione : les morts sont, pendant la peste, disposés dans les fosses communes comme on traite la marchandise entassée à fond de cale : « come si mettono le mercatantie nelle navi a suolo a suolo ».

13 Sans multiplier les exemples, rappelons que, à la fin de son aventure, Madonna Beritola (II, 6) (« così venuto il buon tempo... sopra il loro legno montò e con buon vento... ») arriva facilement « nella foce della Magra ». Le roi Pietro avait envoyé « una saettia » ; « avendo prospero vento tosto in Cicilia pervennero ». De même, « con prospero vento », Gostanza et Martuccio reviennent à Lipari et Torello (X, 9) a fait une traversée de tout repos (« montato in galea andò via, e in poco tempo pervenne ad Acri »). Le voyage de Salabaetto de Salerne à Palerme est tellement banal que Boccace ne cite même pas le bateau sur lequel il navigue (VIII, 10), etc. À titre de comparaison, alors que les conditions de navigation n’ont pas fondamentalement changé, au moins en Méditerranée, entre le XIVème et le XVIème siècles, l’Arioste cite, dans son Roland Furieux, plus de « traversées paisibles que de tempêtes », comme le souligne A. Rochon (La mer dans le « Roland Furieux » in : Espaces réels et imaginaires dans le « Roland Furieux », Paris, Sorbonne Nouvelle, 1992, pp. 129-249, et Naufragi, cit., pp. 152-163, notes 6, 7).

14 Rappelons les nouvelles II, 1 (Rinaldo d’Esti), II, 3 (où s’affirment les craintes de la fille du roi d’Angletere), X, 2 (dans laquelle l’abbé de Cluny craint le pire), V, 3 (Pietro Boccamazza et Agnolella sont plus menacés sur terre qu’ils ne le seraient en mer), ou les mauvaises rencontres qu’on peut faire en ville : II, 5, IV, 10, VIII, 9, VIII, 10, IX, 1. Dans sa Lettre aux Corinthiens, Paul ne distingue pas les malheurs qu’il a connus sur l’eau des souffrances endurées sur terre : « Souvent, j’ai vu la mort de près. Cinq fois j’ai reçu des Juifs les quarante coups de fouet moins un ; trois fois j’ai été battu de verges, une fois lapidé ; trois fois j’ai fait naufrage ; j’ai passé un jour et une nuit dans l’abîme. Des voyages sans nombre, les dangers sur les rivières, les dangers des brigands, les dangers de la part de mes congénères, les dangers venant des païens, les dangers en ville, les dangers des déserts, les dangers de la mer, les dangers des faux frêres. Labeurs, fatigue, veilles répétées, la faim, la soif, jeûnes fréquents, le froid, le dénuement ! Et sans parler de tout le reste... ».

15 Le dépouillement des Concordanze del Décaméron (cit.) enregistre cent six fois le mot fortuna, deux fois fortunoso, soixante-deux fois mare, cinquante-quatre fois nave, trois fois navigare, quatre fois tempesta et trois fois tempestoso, mais pas fortunale dans le sens de tempête. Marina (dans le sens de rivage) est présent onze fois, marinaro neuf fois, marinesco et marinaresco une fois, pendant que l’adjectif marino est employé cinq fois.

16 On parle volontiers du vent lorsqu’on cherche la cause des naufrages : en réalité, ils découlent d’un heurt violent (ou apparemment léger, – pensons au Titanic...) avec des obstacles invisibles et des hauts-fonds (cf. note 21) et Boccace rend bien l’image d’un bateau qui « non altrimenti che un vetro percosso a un muro tutto si aperse e si stritolò. » Il ne cite pas de vaisseaux perdant leur(s) mât(s) ou chavirant faute d’avoir amené leurs voiles à temps.

17 « La fortuna la quale assai lietamente l’acquisto della donna aveva conceduto a Cimone, non stabile, subitamente in tristo e amaro pianto mutò la inestimabile letizia dello ‘nnamorato giovane ».

18 Au début de la nouvelle II, 7, est affirmée l’impossibilité pour l’homme de maîtriser pleinement son destin et de voir ses désirs (« tutti gli umani disideri ») exaucés : « affermo niuno poterne essere con pieno avvedimento, sì come sicuro da’ fortunosi casi, che da’ viventi si possa eleggere. » Il faut donc s’en remettre à Dieu « il qual sol ciò che ci fa bisogno conosce e puolci fare. » Même si Boccace ne peut évidemment nier que toute tempête incite à rechercher une justification et une cause mystérieuses, le Décaméron n’est pas l’exemple le plus convaincant des textes illustrant la thèse rappelée par Patrizio Tucci dans son Introduzione au volume d’Actes cité : « in un numero cospicuo di testi, la responsabilità delle tribolazioni e delle tragedie marittime viene fatta risalire – ora come credenza religiosa o per superstizione, ora per motivi di convenienza letteraria – all’azione di volontà soprannaturali, Dio, dèi, fortuna, destino, e non è certo privo di risalto che in Italia, per parecchi secoli, la parola « fortuna » esprima simultaneamente il capriccio o il maltalento della sorte e la « tempestosa fortuna » (p. XXII). Remarquable est, chez Boccace, à la fois la conviction que, disons, « les voies du Seigneur sont impénétrables » et que tout ce qui paraît irrationnel et incontrôlable doit quand même être l’objet d’une réflexion, comme s’il espérait pouvoir déceler les secrets qui l’intriguent même si, au début de la II, 6, il se contente d’affirmer que c’est le moyen de rendre « avvisati i felici » et de consoler « gli sventurati ». Notre lecture du Décaméron aboutit à voir dans ce texte ce que Patrizio Truci note en général : « l’imminenza della catastrofe vale spesso a smascherare le forme reali dei caratteri e dei sentimenti, e a operare una netta discriminazione etica e spirituale all’interno del gruppo umano che la patisce. » (p. XXV), l’exemple négatif étant offert par Ifigenia et l’équipage du bateau sur lequel part Alatiel, alors que les autres naufragés n’ont pas ces faiblesses.

19 Pensons à l’Arioste qui, dans sa troisième satire, se félicite de n’être pas obligé de naviguer : les voyages imaginaires sont plus sûrs : « tutto il mar, senza far voti quando – lampeggi il ciel sicuro in su le carte – verrò più che sui legni – volteggiando. » (vv. 63-66) Si on veut bien relire le passage déjà cité des Actes des Apôtres, on verra que, pris dans une effroyable tempête, Paul n’adresse aucune prière au Ciel. Certes, il est persuadé d’avoir reçu d’un ange, en songe, un avertissement favorable, mais ni l’ange ni Dieu ne calme la tempête. Tout dans cette page montre, au contraire, combien les hommes s’efforcent d’agir au mieux. Quand l’équipage et les passagers (deux cent soixante-seize personnes...) sont sauvés, il n’y a pas de claire action de grâce.

20 C’est le cas aussi bien pour la « cocca » génoise sur laquelle se trouve Landolfo Rufolo (II, 4), qui « percosse in una secca », que pour la galère transportant la missive de Torello : « essendo ella vicina dì Cicilia, si levò una tramontana pericolosa che nelle secche di Barberia la percosse, né ne scampò testa ».

21 Cf. Actes des Apôtres, 27, où est narré un naufrage de Paul : « Nous en étions à la quatorzième nuit, entraînés dans l’Adriatique (il ne s’agit pas de l’Adriatique actuelle, mais de la Méditerranée centrale, [note de l’éditeur]), quand, vers minuit, les marins pressentirent l’approche d’une terre. Ils jetèrent la sonde et trouvèrent vingt brasses ; un peu plus loin, ils la jetèrent encore et n’en trouvèrent plus que quinze. Dans la crainte de nous voir donner contre des brisants, ils mouillèrent quatre ancres à la poupe, en appelant de tous leurs vœux la venue du jour ».

22 Et pas seulement des Turcs, chuchote Boccace : « diessi a far sua della roba d’ogni uomo, e massimamente sopra i turchi » (indication corrigée par : « prese tanti legni di turchi »). Rien n’est clairement indiqué pour Martuccio Gomito (V, 2) qui, « armato un legnetto [...] corseggiando cominciò a costeggiare la Barberia, rubando ciascuno che meno potesse di lui ».

23 F. Tronci estime que la tempête est absente de la troisième journée parce qu’elle n’est pas « ritenuta favorevole all’esercizio dell’industria umana » (op. cit., p. 121, note 11). Cela est fort juste, à condition d’ajouter que si, évidemment, on ne mate jamais une mer en furie, le fait même de ne pas succomber est une victoire exigeant de l’« ingegno », qu’il vienne ou non en dernier lieu (« ultimo verrebbe l’Ingegno », ibidem, p. 127).

24 Et c’est encore sous cette forme dubitative que l’action de Dieu est évoquée plus tard : « o piacer di Dio o forza di vento che ‘1 facesse, costui divenuto quasi una spugna... ». La phrase montre aussi que l’action de la Providence (de la Fortuna, du Ciel, de Dieu, des dieux, de forces se jouant des hommes, comme on préférera dire) n’est pas confondue avec l’ordre naturel du monde. Le vent n’est pas l’arme d’intervention d’une force supérieure : il appartient à l’ordre des choses même si, évidemment, les rapports de la Création et de son Créateur ne manquent pas d’intriguer.

25 De même Rinaldo d’Esti continuera-t-il vraisemblablement à voyager (11, 2). Il est vrai que, pour lui, l’aventure a eu aussi de bons côtés...

26 Naufragi ..., Actes cités, p. 224.

27 Décidément ce marchand connaît bien le monde des affaires. Boccace lui prête ici une compétence que nous n’avons pu apprécier pleinement au début de la nouvelle car rien n’y est dit sur les produits qu’il s’apprête à vendre : « comperò un grandissimo legno, e quello tutto [...] caricò di varie mercatantie. [...] Con quelle qualità medesime di mercatantie che egli aveva portato, trovò essere più legni venuti ». Si Boccace ne précise pas la nature des produits, c’est peut-être pour prévenir les objections de lecteurs qui, ayant l’expérience des affaires et connaissant bien la place de Chypre, trouveraient la situation invraisemblable. Notons au passage que si Landolfo a fait de mauvaises affaires, il n’y a pas de raisons pour que ses concurrents aient mieux réussi. Mais il prend une décision qui le distingue sans doute de ses confrères (si le sujet n’était si grave, nous suggérerions aux marchands de ne pas tous se transformer en corsaires faute de quoi ils risqueraient de ne plus trouver personne à tondre...).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Ulysse, « Naufrages, naufragés et naufrageurs dans le Décaméron de Boccace », Cahiers d’études romanes, 3 | 1999, 8-27.

Référence électronique

Georges Ulysse, « Naufrages, naufragés et naufrageurs dans le Décaméron de Boccace », Cahiers d’études romanes [En ligne], 3 | 1999, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3320 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3320

Haut de page

Auteur

Georges Ulysse

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org