Navigation – Plan du site

Du naufrage heureux au navire « coupable ». Portée didactique du naufrage chez Bartolomé de Las Casas

Pablo Berchenko
p. 29-40

Résumés

Le Dominicain Bartolomé de Las Casas, dans la Très brève relation de la destruction des Indes, donne une interprétation morale des catastrophes maritimes qui ont endeuillé les voyages de Christophe Colomb. Le premier naufrage de l’Amiral, advenu lors de son premier voyage, ne fait pas de victimes et permet d’instaurer des rapports amicaux avec le cacique d’Haïti. Les tempêtes du retour s’apaisent quand Colomb comprend, selon Las Casas, qu’il ne doit pas douter de la Providence divine. Par contre, les deux naufrages survenus au cours du deuxième et du quatrième voyage sont d’abord présentés, par le Dominicain, comme des rappels à l’ordre en punition des violences perpétrées contre les indigènes et la cupidité dont font preuve les Espagnols. Puis, avec le temps, Las Casas glisse vers le doute et, dans L’Histoire des Indes, renvoie l’interprétation morale des faits à la sentence que Dieu prononcera le jour du Jugement Dernier.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Fray Bartolomé de Las Casas, Brevísima relatión de la destrucción de las Indias, Madrid, Cátedra, c (...)
  • 2 Fray Bartolomé de Las Casas, Obras Completas, 3-5 Historia de las Indias, première édition critique (...)

1La Très brève relation de la destruction des Indes écrite en 1542 par le dominicain Las Casas – le célèbre “défenseur des Indiens” – contient trois récits de naufrage1. L’auteur complète la narration de ces événements dans L’Histoire des Indes, rédigée entre 1527 et 15622. A travers ces deux chroniques de la découverte et de la conquête du Nouveau Monde, Las Casas nous présente trois épisodes de naufrages au sens à chaque fois bien particulier. L’interprétation donnée à ces événements s’appuie sur trois éléments qui à cette époque sont en voie de se modifier profondément. Le premier, c’est l’Histoire des rapports entre le Vieux et le Nouveau Monde, qui sous le regard de l’auteur, entrent de plain pied dans une modernité qui change la conception de l’Univers. Le deuxième, c’est une conception théologique du droit alors en voie de se mettre au point autour de la question du droit naturel. Et le troisième, c’est la vive polémique qui se développe autour de l’élaboration d’une législation réformatrice concernant les populations indigènes. Polémique à laquelle participent notamment les théologiens Francisco Vitoria, Ginés de Sepúlveda et Las Casas lui-même.

Le naufrage heureux

2Le premier naufrage de la chronique du Nouveau Monde, c’est le naufrage de Christophe Colomb à Haïti la nuit de Noël 1492. Le récit que fait Colomb de cet événement dans son journal nous donne l’image la plus accomplie des ces premiers rapports – idylliques – entre les Espagnols et le “bon sauvage” qu’ils rencontrent.

  • 3 “ledit Guacanarí reçut [Colombi si humainement, bénignement et courtoisement avec tous les Espagnol (...)

3Christophe Colomb au cours du premier voyage, subit la perte d’un navire. La nef Santa Maria fait naufrage et l’Amiral reçoit l’aide du cacique Guacanarí du royaume de Marién dans l’île Hispaniole. Las Casas reprend le récit de Colomb dans sa Très brève relation de la destruction des Indes en disant que Guacanarí reçut Colomb “con tanta humanidad y caridad, y a todos los cristianos que con él iban, y les hizo tan suave y gracioso recibimiento y socorro [...] que en su misma patria y de sus mismos padres no lo pudiera recibir mejor”3.

  • 4 “Les courants que créait la mer portèrent la nef sur un banc sans que le garçon qui tenait le gouve (...)
  • 5 Voir René Gonnard, La légende du bon sauvage. Contribution à l’étude du socialisme, Paris, Éditions (...)

4Notons que ce naufrage “heureux” se produit en l’absence de tempête ou d’autre manifestation météorologique spectaculaire. Il se produit, selon une première explication, à cause de l’inexpérience et de la négligence de l’équipage : “Las corrientes que la mar hacía llevaran la nao sobre un banco sin que el muchacho que tenia el gobernario lo sintiese”4. Dans ce naufrage, le navire s’échoue et se brise, mais il ne s’abîme pas dans les eaux et il n’y a pas de victimes. De plus, le naufrage suppose ici la présence d’un sauveur qui est présenté sous la forme de ces “bon sauvages”5 qui aident à décharger la nef échouée, qui surveillent les biens des naufragés, qui leur donnent de la nourriture et des bijoux et échangent avec eux des grelots contre de l’or.

  • 6 “Notre Seigneur voulut qu’à douze heures du soir, les courants que créait la mer portent la nef sur (...)

5Colomb interprète – et avec lui Las Casas – l’accident dans le cadre d’un dessein providentiel parce qu’il fait partie d’une épopée historique plus vaste et plus générale : la propagation du christianisme. Dans cette interprétation – à laquelle se plie toute la chronique de la découverte – il y a une tendance à créer une harmonie qui organise les événements – dans la réalisation du projet chrétien d’évangélisation universelle. C’est ce projet qui dans la chronique structure l’image de la réalité du Nouveau Monde et donne les éléments de son interprétation. Las Casas dit dans L’Histoire des Indes que c’est par la volonté de Dieu que le naufrage se produisit : “Quiso nuestro Señor que a las doce horas de la noche, que las corrientes que la mar hacía llevaran la nao sobre un banco”6.

  • 7 “j’ai entendu ceci de la propre bouche de l’Amiral” in Fray Bartolomé de Las Casas, La destruction (...)

6C’est pour cette raison que le dominicain établit une relation entre la forme et le sens de son récit. La forme qu’adopte le récit est celle qui est propre aux chroniques des Indes. Ainsi la Très brève relation de la destruction des Indes et L’Histoire des Indes se justifient parce que ce sont des récits véridiques de l’épopée chrétienne. Et ils sont véridiques parce qu’ils traduisent la volonté de Dieu dans la temporalité et l’actualité. En gage de vérité, Las Casas ajoute à la transcription du journal de bord de Colomb le fait que “esto sé por relación y palabras del mismo Almirante”7. L’auteur transmet donc une information qu’il a recueillie à partir du témoignage direct d’un acteur du naufrage. Il fait ressortir ainsi le caractère vrai et autorisé de son récit.

  • 8 “à son peu de foi et à la défaillance de sa confiance en la providence divine”. Fray Bartolomé de L (...)

7L’interprétation de ce naufrage se confirme à travers le récit que Colomb fait du retour de son premier voyage dans son journal de bord. Près des Açores, le danger du naufrage pose encore la question de l’interprétation que Colomb donne de son destin providentiel. La tempête commence le 11 février 1493. Comme elle continue et met en péril le navire, le 14 février, l’Amiral donne l’ordre à l’équipage de désigner par tirage au sort trois hommes qui iront en pèlerinage aux sanctuaires de trois saintes pour les remercier d’être intervenues et d’avoir apaisé la tempête. Le premier tirage au sort désigne Colomb, le deuxième un matelot et le troisième désigne encore l’Amiral. Comme la tempête ne s’arrête pas, tout l’équipage prononce le vœu d’aller en procession au premier sanctuaire de la Vierge Marie qu’ils trouveront s’ils arrivent à bon port. Ils jouissent d’un temps de répit aux Açores mais le 2 mars une deuxième tempête s’abat sur les navigateurs. Par un quatrième tirage au sort, l’Amiral est encore désigné pour aller en pèlerinage à Sainte Marie de la Cinta à Huelva. Colomb est ainsi trois fois engagé devant la divinité. Il y a donc dans ce récit une identification grandissante entre le voyage de Colomb et le dessein divin. Confirmant l’interprétation qu’il doit donner de la tempête, Colomb finit par se culpabiliser lui-même. Il écrit dans son journal qu’il attribue ceci “a su poca fe y desfallecimiento de confianza de la providencia divinal”8.

  • 9 Jacques Le Goff, La civilisation de l’Occident médiéval, Paris, Arthaud, coll. “Les grandes civilis (...)

8Dans ce récit, le navire est encore le symbole du voyage, symbole d’une traversée accomplie. Il apparaît comme la fragile construction humaine qui résiste à la tempête grâce à l’intervention divine. Dans l’interprétation de Colomb, on peut trouver ce que Jacques Le Goff reconnaît comme un topique. Il affirme que la nef dans la tempête fonctionne au Moyen Age comme un cliché lourd d’une réalité vivement ressentie. Et il ajoute qu’aucun épisode ne revient plus régulièrement dans la vie des marins que celui d’une traversée dangereuse. Aucun miracle n’était plus répandu que celui de l’intervention d’un saint qui apaise une tempête ou ressuscite un naufragé9.

  • 10 “De trois sphères qui se partagent le monde de Colomb : l’une est naturelle, l’autre divine, la tro (...)

9Les événements enregistrés par la chronique de la découverte de Colomb puis par Las Casas se situent donc avant l’invasion dévastatrice des Espagnols. C’est pour cela qu’il y a ici encore une harmonie entre les événements qui entourent le naufrage et sa double interprétation : naturelle et sociale (courants, négligence) et idéologique (dessein providentiel). Chaque explication relève de l’une de deux sphères qui se partagent la vision du monde de Las Casas10.

  • 11 “Ce roi [Guacanarí] mourut, en fuyant les tueries et cruautés des Espagnols, par les montagnes, éta (...)

10C’est seulement après le bouleversement de ce monde harmonieux que l’interprétation du naufrage changera chez le dominicain. Et le récit qu’il en fait a posteriori enregistre le désordre et la confusion introduites dans ce monde idyllique par la violence de la conquête. Il doit conclure sa brève référence à ce premier naufrage en constatant que : “Este rey [Guacanarí] murió huyendo de las matanzas y crueldades de los cristianos, destruído y privado de su estado, por montes perdido...”11

Les navires « coupables »

  • 12 “cette nuit-là une tempête [...] submergea et abîma tous les navires avec les Espagnols qui étaient (...)

11C’est au cours du deuxième voyage de Colomb, en 1496, qu’une tempête provoque le naufrage de six navires ancrés dans un port de l’île Hispaniole. Selon le récit de las Casas : “aquella noche una tormenta [...] hundió todos los navíos y ahogó todos los cristianos que en ellos estaban”12. Selon ce récit du naufrage tous les bateaux et l’équipage sombrèrent sans que – apparemment – aucun sauveur providentiel n’intervienne.

  • 13 “étant au port six navires tout prêts à faire la voile, voilà que Dieu, par son juste jugement, a v (...)

12Ce deuxième récit de naufrage de la Très brève relation de la destruction des Indes est un sinistre qui se produit quand les abus et les violences envers les Indiens sont déjà bien entamés avec la première vague de colonisation. Le récit est court et percutant et il apporte, en même temps, l’interprétation que Las Casas propose lorsqu’il affirme : “y estando en el puerto seis navíos para se partir, quiso Dios mostrar ser aquella con las otras grande iniquidad e injusticia”13.

  • 14 “surpassait tous les autres [chefs des tribus] en force et en état, en gravité et en cérémonies de (...)

13Pour Las Casas l’image de l’iniquité et de l’injustice s’incarne dans la principale victime de ce naufrage, le cacique Caonabó, du royaume de Maguana de l’île Hispaniole. Celui-ci dit-il “en esfuerzo y estado y gravedad, y ceremonias de su servicio, excedió a todos los otros. A éste prendieron con gran, sutileza y maldad, estando seguro en su casa. Metiéronlo después en un navío para traello a Castilla”14, afin de le vendre comme esclave.

14Plus tard, dans L’Histoire des Indes, le dominicain reprend sa relation des faits et son interprétation. Mais il introduit des précisions en ce qui concerne la responsabilité de celui qui a donné l’ordre d’enlever le cacique et des nuances quant à la quantité d’Indiens capturés pour être vendus comme esclaves en Espagne et le nombre de naufragés parmi les Espagnols :

  • 15 “L’Amiral décida de porter [Caonabó] en Castille <et avec lui beaucoup d’autres comme esclaves jusqu’à enfler les navires> [et il ajoute à titre d’interprétation]. Pour mon</et> (...)

Determinó el Almirante llevarlo [Caonabó] a Castilla <y con él otros munchos [sic] para esclavos que hinchiesen los navíos [et il ajoute à titre d’interprétation] para mostrar Dios la justicia de su prisión <y de todos aquellos inocentes> hizo una tan deshecha tormenta que todos los navíos que allí estaban//con toda la gente que había en ellos (salvo <los españoles> que pudieron escaparse) y el rey Caonabó cargado de hierros, se ahogaron y hobieron [sic] de perecer.15

  • 16 Jean-Paul Duviols et Annie Molinié-Bertrand (dir.), Enfers et damnations dans le monde hispanique e (...)

15En ce sens, ce récit du naufrage offre l’image d’un véritable monde à l’envers. Parce que Las Casas, selon Jean-Paul Duviols, “renverse les rôles, il bouleverse les données. Il montre que ceux qui devraient être bons sont méchants, que ceux-là mêmes qui se proclament porteurs d’espoirs, sont les porteurs de la destruction et de la souffrance”16.

16L’harmonie entre le monde réel et l’idéologie qui s’établit au cours du premier voyage de Colomb est donc rompue. Le conflit entre un dessein providentiel et une réalité trop complexe n’est plus envisageable. Le cadre idéologique ne peut pas résister aux contradictions qui s’expriment par les heurts entre le pouvoir religieux et le pouvoir civil, entre le pouvoir de la couronne et les résistances des intérêts privés de ceux qui ont risqué leur intégrité physique et leurs biens dans la conquête. Le style concis de ce récit exclut les péripéties du naufrage. Il ne s’intéresse qu’à la signification des faits.

  • 17 “...les hommes du XVIe siècle ne possédaient pas notre notion du naturel s’opposant au surnaturel. (...)
  • 18 “envoyant cette nuit-là une tempête qui submergea et abîma tous les navires avec les Espagnols qui (...)
  • 19 Pierre Mannoni, La peur, Paris, PUF, “Que sais-je” n° 1983, 1982, pp. 112-113.

17Même si le naufrage est ici une manifestation météorologique, il est en réalité, pour Las Casas, l’une des innombrables manifestations du monde caché. Le naufrage fonctionne dans le récit lascasien comme un signe qui a le caractère d’un prodige. La tempête n’est pas un “phénomène naturel”, mais l’acte volontaire et conscient de la Divinité intervenant brusquement dans les affaires humaines17. Pour lui le Créateur “envió aquella noche una tormenta que hundió todos los navíos y ahogó todos los cristianos que en ellos astaban”18 : Dieu a voulu ainsi exprimer son jugement. Cette façon de comprendre la catastrophe maritime est destinée a provoquer la peur chez le lecteur du récit. La peur sert à révéler les excès du pouvoir politique exercé par les Espagnols et la famille Colomb. Lorsque le pouvoir politique est oppressant, et que les représentants officiels ne tiennent plus leur rôle, c’est-à-dire lorsqu’ils donnent d’eux-mêmes et de leur charge une image écrasante, seul un signe divin peut rappeler la responsabilité qui incombe aux gouvernants sous peine de damnation. Ainsi conçue, la peur devient un sérieux indice de la situation qui s’est créée sous l’autorité de Colomb dans l’île Hispaniole à cette époque-là19.

18C’est pourquoi, à côté des atrocités commises par les Espagnols envers les Indigènes, les naufrages, les éruptions volcaniques, les pluies diluviennes, les guerres civiles représentent les temps forts du récit de Las Casas. On peut considérer que le naufrage fait partie des affres et des catastrophes, qui représentent aussi les temps forts de la vie sociale de l’époque, et qui pour Las Casas sont nécessaires parce qu’ils constituent pour les esprits des rappels à l’ordre.

La catastrophe maritime

19C’est au début du mois de juillet 1502, au cours du quatrième voyage de Colomb, que se produit le naufrage d’une vingtaine de navires en route vers l’Espagne, avec perte de l’équipage et d’une grande quantité d’or. Ce troisième récit d’une catastrophe maritime est le plus long, le plus riche en détails, le plus nuancé, et aussi, le plus réfléchi en ce qui concerne l’interprétation du sinistre.

  • 20 “Aussitôt que sortit [...] notre flotte de trente ou trente et une nefs [...] vint une tempête si é (...)

20Proposant déjà une première interprétation, Las Casas décrit le caractère inhabituel des faits qui entourent ce naufrage : “Así que salió [...] nuestra flota de treinta o treinta y un navíos [...] vino tan extraña tempestad y tan brava que munchos [sic] años había que hombres en la mar de Espana ni en otras mares tanta ni tal tan triste habían experimentado”. Il ajoute plus loin, que la tempête commence avec “gran escuridad [sic], que llaman los marineros cerrazón”. Et il conclut, “Perecieron en ella las veinte velas o naos, sin que hombre, chico ni grande, dellas escapase ni vivo ni muerto se hallase”20. L’auteur présente encore le naufrage, comme un fait exceptionnel, une scène “jamais vue”, destinée à susciter la frayeur chez le lecteur.

21Mais ce qu’il y a de plus significatif c’est que la flotte qui fait naufrage est un véritable condensé de tout l’univers social de l’Espagne de l’époque : “grands” et “petits” s’y côtoient en effet. Et l’idée de la mort-sanction qui touche l’ensemble de la société avec perte des richesses se justifierait donc par les injustices commises par l’Espagne envers Colomb, ses frères et les Indiens.

  • 21 “Là trouva la mort le commandeur Bobadilla qui avait fait mettre aux fers l’Amiral et ses frères” [ (...)

22Le récit de Las Casas énumère les coupables et leurs fautes. Dans la nef capitaine se trouvent embarqués les responsables politiques qui ont commis des abus de pouvoir : “Allí hobo [sic] fin el comendador Bobadilla, que envió en grillos presos al Almirante y a sus hermanos”, viennent ensuite ceux que Las Casas qualifie de “ralea”, et parmi eux, le grand ennemi de Colomb et de Las Casas : “Allí se ahogó Francisco Roldán y otros que fueron sus secuaces rebelándose y que a las gentes desta isla tanto vexaron y fatigaron”. Mais le navire transporte aussi des gens de qualité comme “el hermano del ama del principe”21.

  • 22 “Là périt le roi Guarionex qui tant de graves insultes et violences, maux et affronts avait subi de (...)
  • 23 “était très obéissant et vertueux, naturellement pacifique et dévoué aux rois de Castille.” Fray Ba (...)

23Dans ce navire a été embarquée de force une victime emblématique des injustices des conquérants. “Allí feneció el rey Guarionex, que gravísimos insultos y violencias, daños y agravios había rescibido [sic] de los que se llaman cristianos y, sobre todo, la injusticia que al presente padecía privado de su reino, mujer y hijos y casa, llevándolo en hierros a Espana sin culpa sin razón y sin legítima causa [de] que allí se ahogase”22. La figure est d’autant plus symbolique que, selon Las Casas, le roi Guarionex “era muy obediente y virtuoso, y naturalmente pacífico y devoto a los reyes de Castilla”23. En ce sens-là, ce cacique est un véritable “agneau doux et innocent”. Victime des “loups” qui violent sa femme, le persécutent, massacrent ses amis et vassaux et finalement le capturent, l’enchaînent et le conduisent au navire pour l’emmener prisonnier en Espagne. Selon le dominicain, Guarionex représente ainsi cette partie du corps mystique de la chrétienté qu’est la population indienne, victime de traitements cruels, injustes et pervers.

  • 24 “Ils mirent dans cette nef capitaine cent mille (pesos) castellanos du roi, avec le grain dont nous (...)

24Mais le navire est aussi porteur des richesses qui sont à l’origine de la cupidité qui déshumanise les Espagnols : “Metieron en esa nao capitana cient II mil castellanos del rey con el grano que deximos [sic], grande de tres mil y seiscientos pesos o castellanos, y otros cien mil de los pasajeros que iban en la dicha nao”. La présence de ces richesses est significative de la responsabilité de certains passagers et du roi lui-même. Plus encore, c’est au roi qu’appartient “ aquel grano de oro, grande y admirable”24 que Las Casas qualifie – proposant déjà une interprétation du naufrage – de “monstrueux”.

  • 25 “Ainsi Dieu faisait vengeance de méfaits si iniques et si grands.” Fray Bartolomé de Las Casas, La (...)

25Mais à la différence des deux cas examinés plus haut, Las Casas offre ici deux interprétations du sinistre. Comme dans le deuxième cas de catastrophe maritime que nous avons évoqué, l’interprétation et la fonction pédagogique du récit sont évidentes. Le “navire coupable” fait naufrage parce que il est chargé d’individus condamnables et de richesses mal acquises. De ce naufrage ne s’échappe personne, ni coupables ni justes. La portée didactique de la peur salutaire du naufrage en fait le symbole du châtiment des péchés commis par les conquérants envers les Indiens “por hacer Dios venganza de tan grandes injusticias”25.

  • 26 “qu’il ne semblait pas moins que toute l’armée des démons était de l’enfer surgie”. Fray Bartolomé (...)
  • 27 Pierre Mannoni, op. cit., pp. 30-31.

26Las Casas renforce son interprétation de l’origine surnaturelle et du sens transcendant de la tempête en écrivant “no parecía sino que todo el exército de los demonios se había del infierno soltado”26. Las Casas ouvre ainsi le monde de l’étrange où l’imaginaire produit toute une fantasmagorie diabolique. Au milieu des scènes du naufrage qu’on peut imaginer comme infernales, il esquisse des silhouettes qui apparaissent comme autant de masques sous lesquels se cache l’Antéchrist. Il s’agit, symboliquement, d’une expiation générale ayant pour but de réveiller la mauvaise conscience de toute la collectivité par le récit du drame dans lequel elle s’est engagée27.

  • 28 “apprenant que la flotte de trente deux nefs dans laquelle était venu le commandeur de Lares était (...)

27Mais dans L’Histoire des Indes, dans une partie rédigée en 1554, une deuxième explication du naufrage introduit un flottement dans l’interprétation de Las Casas. Elle concerne les conseils que Colomb donne au commandeur de Lares face à la tempête qui s’annonce. Le dominicain dit que l’Amiral, “sabiendo cómo la flota de las treinta y dos naos en que había venido el comendador de Lares estaba para se partir, envióle a decir que no la dexase salir por aquellos ocho días porque tuviese por cierto que había de haber una grandísima tormenta. [Mais] el comendador de Lares no curó de creerlo”28. Quelques marins et pilotes se moquent aussi de l’avertissement de Colomb. D’autres le considèrent comme un devin ou ironiquement comme un prophète.

  • 29 “pour connaître certaines des choses [qui] sont à venir [et] qui sont les effets des causes naturel (...)

28Las Casas prend alors la défense de Colomb, à partir d’une notion plus proche du “phénomène naturel” que du surnaturel. Il affirme qu’il n’est pas besoin que l’homme soit prophète “para saber algunas cosas por venir que son efectos de causas naturales, sino [que] basta ser los hombres instructos y doctos en filo[so]ffa natural o, en las cosas que por la mayor parte suelen acaecer, tener experiencia. De los primeros son los astrologos, que dicen, antes munchos [sic] días que acaezcan, que ha de haber eclipses porque, teniendo ciencia de los cursos y movimientos de los cuerpos celestes – que son causa natural de los eclipses –, cognocen [sic] que, de necesidad, de aquellas causas han de proceder aquellos efectos. [...] De los segundos son los marineros y [los] que han navegado II munchas [sic] veces, por las señales naturales que por la mar en el ponerse o salir el sol de una o de otra color, en la mudanza de los vientos, en el aspecto de la luna, que vieron y experimentaron munchas [sic] veces. [sic]. Y así, como el Almirante destas causas y efectos y señales, de haberlas visto infinitas veces tuviese larguísima experiencia, pudo cognoscer [sic] y tener por cierta la tormenta”29.

29La validité de cet avertissement est cautionnée par l’expérience qui fonde la connaissance sur la régularité nécessaire de l’Univers, mais en vue du Bien. Ce texte, qui s’éloigne des deux récits de naufrages précédents, s’inscrit dans le contexte d’une Europe qui entre dans la modernité. Par sa transition technique et la découverte du Nouveau continent, elle est en train de faire exploser sa conception traditionnelle du Monde. À cette époque, cet élargissement de l’espace connu est devenu possible parce que l’on a su renouveler de façon révolutionnaire les outils médiévaux du voyage. Le développement de la cartographie (à l’école de Gênes ou de la Catalogne), l’incorporation de la boussole et de l’astrolabe (pour le calcul de la latitude), l’usage des caravelles qui permettent de naviguer contre les vents et la meilleure compréhension des systèmes des vents et courants. Tout cela tend vers l’affirmation de la notion d’une Nature soumise à ses propres régularités, mais qui n’est plus entièrement autonome.

  • 30 Lucien Febvre, op. cit., pp. 423-42. Voir aussi le texte suivant...”l’univers de la peur sent le so (...)

30Ainsi le pense Lucien Febvre lorsqu’il écrit que “ni la notion de loi, ni la notion de nature comptent [...] parmi celles que le XVIe siècle élabora”. Cela ne signifie pas que le sens de la régularité nécessaire du monde n’existe pas à l’époque. Las Casas comme les hommes éclairés de son époque tend vers ce que Febvre décrit comme “l’établissement d’un accord entre la connaissance croissante des faits de la nature et la notion de la divinité”30.

  • 31 “Ce que le roi n’a pu jusques à présent empêcher, parce que tous, petits et grands, vont brigandant (...)
  • 32 “ce grand jugement de Dieu n’ayons cure de le scruter, car au jour [dernier] de ce monde, il nous s (...)

31Las Casas donc s’abstient quant à l’interprétation définitive de la signification de ce dernier naufrage. Le signe cette fois-ci est pour lui contradictoire et obscur. L’harmonie idyllique des premiers contacts est rompue définitivement et les efforts de la couronne espagnole pour régler la question du droit de conquête et du droit naturel se révèle infructueuse. Les “Lois nouvelles” (1542-1543) de Charles V provoquent la réaction des colons. La plupart des évêques et des religieux joignirent leurs voix à celles de ceux qui demandaient que fût abrogée au moins la trentième des “Lois nouvelles”, celle qui prévoyait l’extinction de l’encomienda. Au Pérou les colons, avec le frère de F. Pizarro en tête, se soulèvent. L’empereur accorde en 1545 l’abrogation de la trentième de “Lois nouvelles”. Le dominicain publie la Très brève relation de la destruction des Indes en 1552 et ajoute au manuscrit un texte où il ne s’interroge plus sur la capacité du roi à régler la question des Indiens ; il écrit : “Y hasta agora no es poderoso el rey para estorbar, porque todos, chicos y grandes, andan a robar, unos más, otros menos ; unos publica y abierta, otros secreta y paliadamente. Y con color de que sirven al rey, deshonran a Dios y roban y destruyen al rey”31. Las Casas fait donc preuve de pessimisme en ce qui concerne le sort des Indiens et le doute s’installe en lui quant au salut de la Castille. C’est pourquoi, écrit-il, il faut être prudent et attendre le Jugement Dernier pour connaître la véritable interprétation de la troisième catastrophe maritime. Las Casas conclut en disant : “Aqueste tan gran juicio de Dios no curemos de escudriñallo, pues en el día [final] deste mundo nos sera bien claro”32.

32La tentative d’expliquer le naufrage comme un signe divin heureux, en harmonie avec la volonté de Dieu, ou comme l’effet de la damnation des Espagnols coupables, se fonde chez Las Casas sur un discours d’édification morale qui doit donner un autre sens au monde. Mais le dominicain écrit la chronique de la conquête tout au long d’une période où le caractère inexorable de la damnation de sa patrie, la Castille, devient pour lui si évident qu’il doute de la capacité du roi à assurer la christianisation de ce monde immense. C’est pourquoi la signification finale du naufrage devient pour lui si complexe que son sens symbolique ne peut que lui échapper. En conséquence son discours devient confus et la portée didactique du message s’avère extrêmement floue.

Haut de page

Notes

1 Fray Bartolomé de Las Casas, Brevísima relatión de la destrucción de las Indias, Madrid, Cátedra, coll. “Letras hispánicas”, n° 158, édition d’André Saint-Lu, 1993. Nous avons suivi aussi La destruction des Indes de Bartolomé de Las Casas (1552), Paris, Éditions Chandeigne, avec la traduction de Jacques de Miggrode (1579) les gravures de Théodore de Bry (1589), une Introduction d’Alain Milhou et l’établissement du texte et analyse iconographique de Jean-Paul Duviols.

2 Fray Bartolomé de Las Casas, Obras Completas, 3-5 Historia de las Indias, première édition critique, transcription du texte autographe Dr. M. A. Medina, sources bibliographiques, Dr. J.A. Barreda, étude liminaire et analyse critique Dr. I. Pérez Fernández, Madrid, Alianza Editorial, 1994.

3 “ledit Guacanarí reçut [Colombi si humainement, bénignement et courtoisement avec tous les Espagnols qui étaient avec lui, en lui donnant toute adresse et secours [...] qu’il n’eût su être mieux recueilli en son pays par son propre père”. Fray Bartolomé de Las Casas, La destruction des Indes..., p. 97.

4 “Les courants que créait la mer portèrent la nef sur un banc sans que le garçon qui tenait le gouvernail le sentît”. Fray Bartolomé de Las Casas, Obras Completas, 3 Historia de las Indias..., p. 637.

5 Voir René Gonnard, La légende du bon sauvage. Contribution à l’étude du socialisme, Paris, Éditions politiques, économiques et sociales, Librairie de Médicis, coll. d’“Histoire économique”.

6 “Notre Seigneur voulut qu’à douze heures du soir, les courants que créait la mer portent la nef sur un banc”. Fray Bartolomé de Las Casas, Obras Completas, 3 Historia de las Indias..., p. 637.

7 “j’ai entendu ceci de la propre bouche de l’Amiral” in Fray Bartolomé de Las Casas, La destruction des Indes..., p. 97. Voir aussi Pier Luigi Crovetto, Raul Crisafio et Ernesto Franco, « El naufragio en el Nuevo Mundo. De la escritura formalizada a la prefiguración de lo novelesco », in Palinuro, Paris, n° 86, 1985, pp. 30-41.

8 “à son peu de foi et à la défaillance de sa confiance en la providence divine”. Fray Bartolomé de Las Casas, Obras Completas, 3 Historia de las Indias, p. 677.

9 Jacques Le Goff, La civilisation de l’Occident médiéval, Paris, Arthaud, coll. “Les grandes civilisations”, 1984, pp. 160-161.

10 “De trois sphères qui se partagent le monde de Colomb : l’une est naturelle, l’autre divine, la troisième humaine. Ce n’est donc peut-être pas par hasard que nous trouvons également trois mobiles à la conquête : le premier humain (la richesse), le second divin, et le troisième lié à la jouissance de la nature...” Tzvetan Todorov, La conquête de l’Amérique. La question de l’autre, Paris, Édition du Seuil, 1982, p. 24.

11 “Ce roi [Guacanarí] mourut, en fuyant les tueries et cruautés des Espagnols, par les montagnes, étant détruit et privé de son état”. Fray Bartolomé de Las Casas, La destruction des Indes..., p. 97.

12 “cette nuit-là une tempête [...] submergea et abîma tous les navires avec les Espagnols qui étaient dedans.” Ibidem.

13 “étant au port six navires tout prêts à faire la voile, voilà que Dieu, par son juste jugement, a voulu montrer que cela, avec les autres choses, était bien une grande iniquité et injustice.” Ibidem.

14 “surpassait tous les autres [chefs des tribus] en force et en état, en gravité et en cérémonies de son service. Les Espagnols prirent ce roi avec une grande subtilité et malice, ainsi qu’il était en sa maison, ne se doutant de rien. Ils le mirent après sur un navire pour le mener en Castille.” Ibidem.

15 “L’Amiral décida de porter [Caonabó] en Castille <et avec lui beaucoup d’autres comme esclaves jusqu’à enfler les navires> [et il ajoute à titre d’interprétation]. Pour montrer Dieu son jugement sur cette captivité <et celle de tous ces innocents>, il fit une tempête si débridée que tous les navires qui se trouvaient là // avec tous les gens qui étaient à l’intérieur (sauf les <Espagnols> qui purent en réchapper) et le roi Caonabó chargé de chaînes se noyèrent et périrent”. Fray Bartolomé de Las Casas, Obras Completas, vol. 4, Historiade las Indias, pp. 923-924.

16 Jean-Paul Duviols et Annie Molinié-Bertrand (dir.), Enfers et damnations dans le monde hispanique et hispano-américains, Paris, PUF, “Histoires”, 1996, p. 424.

17 “...les hommes du XVIe siècle ne possédaient pas notre notion du naturel s’opposant au surnaturel. Ou plutôt, pour eux, la communication demeure normale et incessante entre le naturel et le surnaturel. Ils gardent de l’Univers une vision mystique, une vision de primitif qui ne s’en va point chercher les causes, comme nous, dans les données de l’expérience vécue, avec le souci d’encadrer chaque événement dans le réseau des phénomènes, de l’expliquer par ce qui l’a précédé, d’en faire la conséquence nécessaire de conditions données et la cause, non moins nécessaire, de conséquences faciles à prévoir : il prétend les trouver, ces causes simples et puissantes, dans un monde qui par définition échappe à l’expérience, dans un monde peuplé de puissances invisibles, de forces, d’esprits, d’influences qui nous entourent de toutes parts, nous assiègent et règlent notre sort”. Lucien Febvre, Le problème de l’incroyance au XVIe siècle. La religion de Rabelais, Paris, Albin Michel, coll. “Évolution de l’humanité”, 1942, pp. 407-408.

18 “envoyant cette nuit-là une tempête qui submergea et abîma tous les navires avec les Espagnols qui étaient dedans”. Fray Bartolomé de Las Casas, La destruction des Indes, p. 97.

19 Pierre Mannoni, La peur, Paris, PUF, “Que sais-je” n° 1983, 1982, pp. 112-113.

20 “Aussitôt que sortit [...] notre flotte de trente ou trente et une nefs [...] vint une tempête si étrange et sauvage que depuis de nombreuses années beaucoup d’hommes en la mer d’Espagne ou en d’autres mers de si funeste n’en avaient connue” [...] “une profonde obscurité que les marins appellent “cerrazón (assombrissement)” [...] “en elle périrent vingt voiles ou nefs, sans que d’homme, petit ou grand, d’elle ne s’échappe ni que de mort ou de vivant on ne retrouve”. Fray Bartolomé de Las Casas, Obras Completas, vol. 4, Historiade las Indias, pp. 1306-1310.

21 “Là trouva la mort le commandeur Bobadilla qui avait fait mettre aux fers l’Amiral et ses frères” [...] “sale engeance” [...] “Là se noya Francisco Roldán [le rebelle, violeur de la femme d’un cacique] et quelques autres qui furent ses acolytes dans la rébellion et qui tant vexèrent et fatiguèrent les gens de cette île” [...] “Antoño de Torres, le frère de la nourrice du prince.” Ibidem, pp. 1306-1310.

22 “Là périt le roi Guarionex qui tant de graves insultes et violences, maux et affronts avait subi de ceux qui se disent chrétiens, et surtout l’injustice dont il souffrait à ce moment-là, privé de son royaume, de sa femme et de ses enfants et de sa maison, le portant enferré en Espagne sans faute, sans raison et sans légitime cause pour se noyer là.” Ibidem, p. 1309.

23 “était très obéissant et vertueux, naturellement pacifique et dévoué aux rois de Castille.” Fray Bartolomé de Las Casas, La destruction des Indes, p. 96.

24 “Ils mirent dans cette nef capitaine cent mille (pesos) castellanos du roi, avec le grain dont nous parlions, d’un poids de trois mille six cents pesos ou castellanos, et cent mille autres (castellanos) des passagers montés dans ladite nef” [...] “ce grain d’or grand et admirable.” Fray Bartolomé de Las Casas, Obras Completas, vol. 4, Historia de las Indias, pp. 1309 et 1310.

25 “Ainsi Dieu faisait vengeance de méfaits si iniques et si grands.” Fray Bartolomé de Las Casas, La destruction des Indes, p. 96.

26 “qu’il ne semblait pas moins que toute l’armée des démons était de l’enfer surgie”. Fray Bartolomé de Las Casas, Obras Completas, vol. 4, Historia de las Indias, p. 1309.

27 Pierre Mannoni, op. cit., pp. 30-31.

28 “apprenant que la flotte de trente deux nefs dans laquelle était venu le commandeur de Lares était sur le point de partir, il lui fit dire de ne pas la laisser sortir avant huit jours parce qu’il tenait pour certain qu’il devait y avoir une très grande tempête. [Mais] le commandeur de Lares n’eut cure de de ses conseils.” Fray Bartolomé de Las Casas, Obras Completas, vol. 4, Historia de las Indias, pp. 1307-1308.

29 “pour connaître certaines des choses [qui] sont à venir [et] qui sont les effets des causes naturelles, alors qu’il suffit que les hommes soient instruits et doctes en philosophie naturelle ou, sur les choses qui adviennent avec régularité, en avoir l’expérience. Parmi les premiers sont les astrologues, qui disent de nombreux jours avant leur arrivée, qu’il y aura des éclipses parce que, ayant la science de la course et du mouvement des corps célestes – qui sont la cause naturelle des éclipses –, ils savent que, nécessairement, de ces causes doivent découler ces effets [...]. Parmi les seconds sont les marins et ceux qui ont navigué // de nombreuses fois pour les signes naturels qu’en mer, dans le lever ou le coucher du soleil de telle ou telle couleur, dans le changement des vents, dans l’aspect de la lune, ils ont vus et expérimentés de nombreuses fois. Et ainsi comme l’Amiral, pour avoir une très longue expérience de ces causes et effets et signaux et les avoir vus un nombre infini de fois, il put connaître et tenir pour certaine la tempête.” Ibidem, pp. 1307-1308.

30 Lucien Febvre, op. cit., pp. 423-42. Voir aussi le texte suivant...”l’univers de la peur sent le souffre. C’est elle du reste qui, habituellement, favorise le passage d’un monde à l’autre, du terrestre à l’extraterrestre, du naturel au surnaturel, de l’immanent au transcendant. Inspiratrice et impératrice des arrière-mondes, la peur y organise pour les hommes des villégiatures vertigineuses [...]. Véritable pivot entre l’ici-bas et l’au-delà, la mort [...] occupe une place charnière entre ces deux ordres de peur [la peur naturelle et la peur du surnaturel]. Mais ce n’est peut-être pas tant la mort en elle-même que l’homme redoute, que l’impénétrable mystère de ses suites [...]” Pierre Mannoni, op. cit.., p. 30.

31 “Ce que le roi n’a pu jusques à présent empêcher, parce que tous, petits et grands, vont brigandant et dérobant, les uns plus et les autres moins, les uns publiquement et ouvertement et les autres secrètement. Et sous quelque prétexte et couleur de servir le roi, ils déshonorent Dieu et dérobent le roi.” Fray Bartolomé de Las Casas, La destruction des Indes..., p. 187.

32 “ce grand jugement de Dieu n’ayons cure de le scruter, car au jour [dernier] de ce monde, il nous sera plus clair.” Fray Bartolomé de Las Casas, Obras Completas, vol. 4, Historia de las Indias, p. 1310.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pablo Berchenko, « Du naufrage heureux au navire « coupable ». Portée didactique du naufrage chez Bartolomé de Las Casas », Cahiers d’études romanes, 3 | 1999, 29-40.

Référence électronique

Pablo Berchenko, « Du naufrage heureux au navire « coupable ». Portée didactique du naufrage chez Bartolomé de Las Casas », Cahiers d’études romanes [En ligne], 3 | 1999, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3325 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3325

Haut de page

Auteur

Pablo Berchenko

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org