Navigation – Plan du site

Avant-propos

L'espace de la citation
José Guidi
p. 1-2

Texte intégral

Qui cite-t-on ? Que cite-t-on ? Où ? Comment ? Expression de l’intertextualité, l’une des modalités de la répétition d’un texte est la citation. Qu’elle soit érudite, signe ostensible du savoir de celui qui cite, illustrative, ou ornement du discours, la citation fait sens.Ici, fidèle et soumise, elle reproduit un texte sous couvert de l’auctoritas ; là, ironique, parodique, elle sollicite la connivence du lecteur ; ailleurs encore, citation-énigme, elle livre le texte au déchiffrement, à moins que, citation-plagiat ou citation apocryphe, elle ne manipule sciemment son lecteur. Dans un mouvement d’appropriation mutuelle, le texte citant et le texte cité s’enrichissent réciproquement.

1C’est en ces termes que Mme Jeanne Battesti-Pélegrin avait rédigé le texte de présentation du colloque international L’espace de la citation, qui s’est tenu à Aix-en-Provence du 14 au 16 mai 1998. Ce colloque était lui-même le point d’aboutissement d’une réflexion engagée plus de deux ans auparavant, dans le cadre d’un atelier consacré – au sein de l’Equipe d’Accueil Etudes Romanes (E.A. 854) – à La citation dans les littératures en Langues Romanes, et qui avait donné lieu à la tenue de plusieurs séminaires, ainsi qu’à une table ronde organisée le 17 et le 18 janvier 1997.

2Les textes que l’on trouvera ici réunis (et qui constituent le premier volet d’une publication qui sera complétée ultérieurement) proviennent de ces différentes activités. Certains (tel celui de Perle Abbrugiati, qui analyse finement le jeu des citations dans l’une des Dernières lettres de Jacopo Ortis) sont directement issus des réunions de recherche de l’atelier alors animé par Jeanne Battesti-Pélegrin. D’autres (tel celui de Claire Caballot, sur une célèbre chanson de Pétrarque, celui d’Antoni Ferrer, sur la Manie des citations et des épigraphes, de Mariano José de Larra, ou encore celui de Jacques Terrasa sur Les citations picturales dans « Viridiana », de Luis Buñuel) ont été rédigés à l’occasion de la table ronde de janvier 1997. D’autres enfin – les plus nombreux – ont été présentés dans le cadre du colloque international précédemment mentionné. On notera le champ chronologique remarquablement étendu couvert par les différentes enquêtes (de la citation allusive dans le Décaméron, de Boccace, étudiée par Claude Perrus, au garde-mémoire de Jorge Semprun Adieu, vive clarté... magistralement inventorié par Guy Mercadier, en passant par l’exploration, conduite par Pascal Gandoulphe, des différentes modalités citationnelles dans le Don Quichotte de 1605). On notera aussi la diversité des genres pris en considération (et qui vont d’un romance médiéval comme le Libro de Buen Amor, sur lequel s’est penchée Monique De Lope, jusqu’à des traités à finalité politique et morale comme ceux de Gracian, ou encore jusqu’à des formes sophistiquées de roman contemporain – L’écriture allusive, élusive et ludique de Julian Ríos, décryptée par Stéphane Pagès). On relèvera enfin la volonté de ne pas se limiter à une approche purement littéraire du problème (ce dont la contribution de Dominique Budor sur La créativité citationnelle de l’irrespectueuse Bande dessinée italienne peut témoigner). Quant au caractère profondément interdisciplinaire qui constitue le fondement même de la démarche utilisée, il paraît superflu de le souligner : à côté des aires linguistiques traditionnelles de la Romania, le champ latino-américain est lui aussi bien présent, grâce au fructueux parcours d’Adriana Castillo Berchenko à travers la poésie chilienne contemporaine. Le fil conducteur qui relie ces différentes réflexions est aisé à déceler : il s’agit de la stratégie d’appropriation créatrice mise en œuvre par la pratique citationnelle, que la présente publication a pour objet d’éclairer, du moins pour certaines de ses modalités. Nous y reviendrons dans le cadre d’un prochain Cahier, qui viendra relayer celui-ci et ouvrira d’autres champs d’investigation. Tant il est vrai que le thème considéré s’est avéré d’une foisonnante richesse : nous n’avons sans doute pas fini d’être interpellés par lui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

José Guidi, « Avant-propos », Cahiers d’études romanes, 2 | 1999, 1-2.

Référence électronique

José Guidi, « Avant-propos », Cahiers d’études romanes [En ligne], 2 | 1999, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3335

Haut de page

Auteur

José Guidi

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org