Navigation – Plan du site

D’une citation l’autre : prologue du Libro de Buen Amor

Monique De Lope
p. 79-93

Résumés

Deux citations en latin encadrent le prologue en prose du Libro de Buen Amor, l’une extraite d’un psaume de David, l’autre du Credo de saint Athanase (concile de Nicée). L’analyse de leurs récurrences dans le texte permet pour la première, de mettre en évidence une fonction du Livre : aiguiser l’entendement du lecteur ; pour la seconde, d’éclaircir l’usage jusque là incompris du mot « catholique » pour désigner l’entremetteuse. Prologue et corps poétique du texte sont liés par le déploiement de ces deux citations, ce qui questionne la composition même de l’œuvre.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Espagne

Index chronologique :

XVe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Selon le calendrier actuel, cette datre correspond à 1343. Cet extrait et les deux suivants sont ci (...)
  • 2 Soit 1330.
  • 3 Soit 1351.

1Le manuscrit de Salamanque présente la version la plus complète du Libro de Buen Amor. Copié au début du XVe siècle, il indique une date de composition (1634b : « Era de mill e tresientos e ochenta e un años1 / fue compuesto el romançe... ») de treize ans plus tardive que le manuscrit dit de Tolède, une copie de la fin du XIVe : « Era de mill e tresyentos e sesenta e ocho años2 / fue acabado este lybro ». Un troisième manuscrit (dit de Gayoso), beaucoup plus complet que celui de Tolède, mentionne une troisième date mais tout à la fin de l’ouvrage, à la suite de chansons d’aveugles qui ne se trouvent que dans ce manuscrit : « fenito libro, gracias a domino nostro jesu xpisto, este libro fue acabado jueves xx iij dias de jullio del ano del Nasçimiento del nuestro Salvador de mill e tresientos e ochento e nueve años »3.

2La critique s’est beaucoup interrogée sur ces différences de date. Renvoyaient-elles vraiment à la composition de l’oeuvre, à l’achèvement de la copie, à des erreurs de copistes ? Une hypothèse est celle d’un remaniement du Libro, d’abord terminé en 1330, qui aurait donné la version de 1343. Les copies que nous possédons suivraient des originaux successifs, à la fois semblables et différents.

3Tout ceci devait être rappelé, car je me propose d’étudier deux citations présentes dans le prologue en prose du Libro de Buen Amor, dont l’une met en évidence une fonction du Livre plusieurs fois dénotée par la suite, et dont l’autre nous permettra de comprendre, par son retour dans le corps poétique du texte, un mot dont l’emploi est, jusqu’ici, resté obscur. Or ce mot, et son contexte, sont semblables dans les trois manuscrits, alors que le prologue en prose n’existe que dans le manuscrit de Salamanque, et passe pour l’un des ajouts de la « version remaniée » de 1343.

4Ainsi, la récurrence de la citation, son déploiement spatial au long du texte, me permettra de suivre plusieurs voies de l’élucidation du Libro de Buen Amor : j’en examinerai les incidences sémantiques, j’essaierai d’en caractériser la pratique citationnelle, et, de façon plus secondaire, je proposerai les déductions relatives à la lecture du manuscrit qui me semblent s’imposer.

Retour de la citation : relance ou détournement du sens ?

  • 4 L. Beltrán, Razones de Buen Amor, Fundación Juan March/Editorial Castalia, Valencia, 1977, p. 29-58

5Le prologue en prose du Libro de Buen Amor est constitué sur le mode du « sermo humilis », encore appelé « sermon universitaire » pour avoir pris forme à l’Université de Paris durant l’année académique 1230-1231. Selon ce modèle, un « thème » est d’abord proposé, consistant en une citation des Saintes Écritures. Puis le sermon se développe en une glose parfois très complexe du passage de la bible cité, tendant à exhorter l’auditoire, le plus rationnellement possible, à se préoccuper du salut de son âme. Luis Beltrân, auteur d’une excellente monographie sur le Libro de Buen Amor, a démontré il y a une vingtaine d’années que le prologue en prose suit scrupuleusement ce modèle de sermon4. En particulier, l’intégration de ce qui apparaît comme une soudaine plaisanterie, et qui avait conduit jusque-là la critique à lire tout ce prologue comme une parodie, fait partie du modèle. L’auteur du Libro de Buen Amor déclare en effet, après avoir indiqué qu’il a écrit son livre pour inciter tout un chacun à suivre le « bon amour de Dieu » et à repousser le « fol amour du monde », qu’une autre utilisation en est possible :

  • 5 Libro de Buen Amor, p. 110. Je cite d’après l’édition de G.B. Gybbon-Monypenny, Editorial Castalia, (...)

Empero, por que es umanal cosa el pecar, si algunos, lo que non les conssejo, quisieren usar del loco amor, aqui fallarán algunas maneras para ello.5

6L’analyse très belle, très détaillée et très documentée, de Luis Beltrân ne s’arrête cependant pas sur l’insertion, à cet endroit du prologue, de la citation biblique qui a lui servi d’ouverture. Personne d’ailleurs, ne s’y est sérieusement arrêté. Or cette reprise, la cinquième et la dernière, me semble de loin le fait textuel et sémantique le plus remarquable du prologue. Mais il faut commencer au commencement et parler de la première occurrence.

7Suivant le modèle pré-établi, le prologue/sermon débute par son « thema », une citation extraite du Psaume XXXI :

Intellectum tibi dabo et instruam te in via hac qua gradieris ; firmabo super te occulos meos.

Puis le texte précise qu’il s’agit d’une parole du Saint Esprit qui, par l’entremise du prophète David, s’adresse à chacun de nous :

  • 6 Libro de Buen Amor, pp. 104-105.

El propheta David, por Spiritu Santo fablando, a cada uno de nós dize, en el psalmo triçesimo primo, del verso dezeno, que es el que primero suso escrevi. En el qual verso entiendo yo tres cosas, las cuales dizen algunos doctores philósophos que son el alma e propia mente suyas ; son éstas : entendimiento, voluntad e memoria.6

8Dans son latin, la citation se détache de la suite. Elle est doublement mise à distance du reste du texte, par sa différence linguistique, et parce qu’elle est formellement attendue comme citation. Il me semble cependant arbitraire de ponctuer comme le font tous les éditeurs du Libro, par un point à la fin de la phrase citée. En effet, ce point, en séparant le fragment cité du verbe citant (« a cada uno de nos dize ») prive de cohérence la phrase qui suit, et qui n’est en fait qu’une partie d’une proposition globale :

Intellectum tibi dabo et instruam te in via hac qua gradieris ; firmabo super te occulos meos el propheta David por Spiritu Santo fablando a cada uno de nos dize en el psalmo triçesimo primo del verso dezeno que es el que primero suso escreví.

  • 7 Libro de Buen Amor, texto íntegro de M. Brey Marino, Odres Nuevos, Clasicos medievales en castellan (...)

9Curieusement, la seule, à ma connaissance, à garder une continuité entre texte latin et texte en castillan, entre texte cité et agent de la citation, est María Brey Marino, dans la version modernisée qu’elle a offerte au grand public7.

10Le point ne saurait être plus inopportun. Il scinde la phrase et la laisse bancale ; surtout, il coupe la relation entre l’énoncé et l’énonciateur, tendant à faire oublier que ce prologue commence par le rappel d’une communication entre le Saint Esprit et les hommes, auxquels David sert de médiateur. David, « parlant pour » le Saint Esprit, dit à chacun de nous : « Je te donnerai l’entendement et je t’instruirai dans la voie où tu avanceras, je poserai sur toi mes yeux ». Cette phrase, en latin, est dans le Libro l’énoncé d’un énoncé des Psaumes. Mais son locuteur, qui parle à la première personne, a par la place de la citation une entrée directe dans le Libro. Ce locuteur, c’est Dieu, qui tutoie chacun de ceux à qui il s’adresse à travers David, pour lui promettre son assistance. A peine plus loin, cette communication se confirme dans la réciprocité d’un dialogue :

  • 8 Libro de Buen Amor, p. 105.

...una de las petiçiones de David a Dios, por que sopiese la su ley, fue ésta : « Da mini intellectum, e cetera. ».8

11Pour faire coïncider la requête et la réponse (« Da mihi intellectum... » – « Intellectum tibi dabo... »), l’auteur du Libro a cité deux psaumes éloignés l’un de l’autre : si la première citation provient du Psaume XXXI, la seconde est extraite du Psaume CXVIII (verset 34). Le prologue les dispose en écho, resserrant le rapport verbal entre Dieu et les hommes et inaugurant la forme dialogique de l’œuvre.

12Ainsi, promesse et prière ont un seul et même objet : l’entendement, nécessaire pour bien oeuvrer, choisir le bien et s’écarter du mal, et avancer ainsi sur la voie du salut. L’entendement est l’objet de la communication entre l’homme et Dieu représentée dès l’ouverture du prologue du Libro.

13Ce prologue, imitant le sermon universitaire, se développe à travers une argumentation à l’allure rationnelle : « ca...ca luego... e por ende... otrosí... e por esto... ». Cette démarche logique met d’abord l’entendement à l’origine de la sagesse, qui sait distinguer le bien du mal et se fonde sur la crainte de Dieu. Pour marquer cette première étape du développement, un premier fragment du « thema » est alors repris :

e esto se entiende en la primera rrazón del verso que yo començé, lo que dize : « Intellectum tibi dabo. »

14On procède par parties, mais sans que l’entendement perde la première place, confirmé ainsi dans sa priorité par cette seconde occurrence du verset cité. Dans les lignes qui viennent ensuite, il apparaît comme le garant du choix que fera l’homme entre le bon amour de Dieu ou le fol amour du monde, orientant la volonté et donnant lieu à la mémoire de rappeler à l’homme où est la bonne voie. L’entendement permet le choix : dans le texte, « desea » et « desecha » s’opposent, puis « escoge » et « descoge ». Connaisseur du bien et du mal grâce à son entendement, l’homme, toujours grâce à cet entendement, pourra choisir de faire son salut ou d’aller à sa perte. L’aide de Dieu n’exclut pas la responsabilité humaine, le libre-arbitre. En autres deux fragments, la partie restante du « thème » scande ce développement :

  • 9 Libro de Buen Amor, p. 106 et 107.

E por ende se sigue luego la segunda rrazón del verso, que dize : « e instruam te. »... E deste concluye la terçera rrazón del verso primero, que dize : « In via hac qua gradieris, firmabo super te occulos meos. »9

15Donc, les trois premières reprises de la citation n’en font qu’une, à proprement parler. Le fractionnement est ordonné par la logique analytique du sermon qui sert de modèle. C’est à une sorte d’exégèse du texte sacré que se livre jusqu’ici l’auteur, et cette exégèse commande le retour, par fragments, de la citation initiale. Remarquons que, ce faisant, le prologue s’approprie le texte cité en l’intégrant par étapes à sa propre démarche, même si celle-ci a pris prétexte de la citation. Bel exemple de réciprocité structurante entre texte cité et texte citant.

  • 10 M. de Lope, « Le troisième homme », Imprévue, 1986/1 ; « Le signe et la croix », Mélanges offerts à (...)

16Par ailleurs, le texte cité, en tardant à se reconstituer, en ressurgissant en trois temps dans le discours qui l’accueille, s’étale sur tout le premier tiers du prologue. Comme pour le reste du Libro, la Trinité sert de matrice à cet auguste déploiement10.

  • 11 L. Beltrán, Razones de Buen Amor, p. 32.

17Selon ce même principe d’architecture, c’est aux environs du troisième tiers du prologue que s’introduit la phrase qui, selon certains critiques, lui donne tout entier un tour parodique, mais qui, selon d’autres, se résume à la « opportuna jocatio » prévue vers la fin du sermon universitaire, au rang de dix-neuvième ornement11.

18Or cette prase, que j’ai citée en commençant, débouche sur une reprise abrégée de la citation du Psaume XXXI :

Empero, por que es umanal cosa el pecar, si algunos, lo que non les conssejo, quisieren usar del loco amor, aquí fallarán algunas maneras para ello. E ansí este mi libro a todo omne e.muger, al cuerdo e al non cuerdo, al que entendiere el bien e escogiere salvaçión e obrare bien, amando a Dios ; otrosí al que quisiere el amor loco ; en la carrera que andudiere, puede cada uno bien dezir : « Intellectum tibi dabo, e cetera. »

19Voyons-en plus précisément le cadre argumentatif.

20Jusque-là, tout le discours s’était occupé du salut de l’âme, lié à l’entendement, à la volonté et à la mémoire. L’entendement, on a vu que Dieu le promettait à l’homme ; la volonté de bien agir en découlait. Restait la mémoire, dont on connaît la faiblesse ; mais pour cela, nous dit le prologue, il y a les livres et les images :

  • 12 Libro de Buen Amor, pp. 107-108.

E estas son algunas de las rrazones por que son fechos los libros de la ley e del derecho e de castigos e costunbres e de otras ciencias.Otrosí fueron la pintura e la escriptura e las imágenes primera mente falladas, por rrazón que la memoria del omne desleznera es...12

21Le Libro de Buen Amor s’inscrit lui-même dans ce projet de rappel :

  • 13 Libro de Buen Amor, p. 109.

Onde yo, de mi poquilla çiençia e de mucha e grand rrudeza ...fiz esta chica escriptura en memoria de bien, e conpuso este nuevo libro, en que son escriptas algunas maneras e maestrías e sotilezas engañosas del loco amor del mundo que usan algunos para pecar.13

22Rappel du bien et rôle de mise en garde, à travers la présentation du mal et de ses malices. Comme beaucoup de lois ou de traités de morale, le livre instruit ses lecteurs de ce qu’ils doivent éviter. La surprise vient, je l’ai dit, lorsque l’auteur prévoit, tout en le déconseillant, qu’un autre usage pourra en être fait, consistant à y puiser des leçons de fol amour. Il en tire alors une conséquence :

  • 14 Cest moi qui souligne.

E ansí14 este mi libro a todo omne e muger, al cuerdo e al non cuerdo, al que entendiere el bien e escogiere salvaçión e obrare bien, amando a Dios ; otrosí al que quisiere el amor loco ; en la carrera que andudiere, puede cada uno bien dezir : « Intellectum tibi dabo, e cetera. »

23C’est la chute de la « oportuna jocatio » : si du livre les plus extrêmes usages peuvent être faits, alors c’est qu’il s’adresse à tous. Et puisqu’à chacun il permet de comprendre le bien et le mal, indépendamment de l’usage qui en sera fait, il peut dire à son tour la parole divine citée en guise de « thema », la reprendre à son compte.

24Et c’est là une évidence sous le coup de laquelle ne sont pas tombés les éditeurs successifs du Libro du Buen Amor : le sujet de la formule verbale « puede bien dezir », qui introduit ici la cinquième occurence de la citation, ce n’est pas « cada uno » (chaque lecteur) mais « este mi libro ». Le livre peut formuler cette promesse à l’égard de son lecteur, tandis que le lecteur ne saurait promettre au Livre de lui donner l’entendement, ni de l’instruire dans la voie qu’il aurait choisie, « en la carrera que andudiere ». Une correction du manuscrit s’impose donc, comme celle que fait un peu plus loin M. Gybbon-Monypenny, lorsqu’il ajoute une préposition nécessaire à la précision du sujet logique et du complément :

  • 15 Libro de Buen Amor, p. 111.

E por que [de] toda buena obra es comienço e fundamento Dios...15

25Je propose donc comme seule valable cette transcription de la phrase :

Et ansí este mi libro a todo ome o muger, al cuerdo et al non cuerdo, al que entendiere el bien e escogiere salvaçión et obrare bien amando a Dios ; otrosí al que quisiere el amor loco ; en la carrera que andudiere puede [a] cada uno bien decir : « Intellectum tibi dabo, e çetera ».

  • 16 M. Brey Mariño, éd. cit. : "Y así este mi libro bien puede decir a cada hombre o mujer, al cuerdo y (...)
  • 17 Dans la traduction que propose M. Garcia, la préposition "à " a bien été rajoutée, mais pour faire (...)

26Remarquons au passage que deux éditeurs16 pourtant l’ont lue ainsi, mais c’est à nouveau dans des versions modernisées du Libro, si bien que cette interprétation n’a pas retenu l’attention de la critique. Sans doute que la nécessité de reformuler le texte en a fait émerger pour M. Brey Mariño et N. Salvador Miguel la cohérence sémantique, alors que le débat érudit sur la valeur parodique de ce passage a pu jouer un rôle de masque pour les éditeurs critiques. En tout cas, la continuité sémantique entre la langue vernaculaire et le latin, aussi bien que la cohérence syntactique imposent cet ajout de la préposition [a]17. La préposition fait de ce « cada uno » un résumé de ce qui précède (« a todo omne o muger, al cuerdo et al non cuerdo, etc.). La formule  »puede a cada uno bien dezir«  est parallèle à celle qui venait juste après la première occurrence de la citation,  »a cada uno de nos dize« .

27C’est lourd de conséquence. La communication livre-lecteur se donne là un modèle sacré. Au terme du déploiement du  »thema«  dans le prologue, le Livre relance parmi les hommes, dans cette Castille du XIVe siècle, la promesse de Dieu transmise par David. Détournement blasphématoire ou vérité profonde ? En empruntant le  »je«  divin, le texte se donne-t-il la mission sacrée d’aiguiser l’entendement de ses lecteurs, de les former sur la voie du salut ? Ou bien dévoie-t-il justement le sacré à la façon des  »gouliards« , qui versaient dans la paillardise les textes liturgiques ?

28Là comme ailleurs, le Livre brouille les pistes. À ce propos, on a parlé d’ambigüité, quand on n’a pas tranché dans le sens de la parodie et du rire, considérant que la présence de ces derniers invalidait le sérieux de nombreux autres passages, ou qu’elle dominait dans ceux où l’ambivalence était la règle. Mais le brouillage du sens n’est-il pas la première condition de l’exercice de l’entendement ? Le signe se veut obscur, et ambigu, pour amener le lecteur à plus de pénétration. La signifiance est le fruit du travail :

Las del buen amor son rrazones encubiertas :/trabaj a do fallares las sus señales ciertas./Si la rrazón entiendes o en el seso açiertas,/non dirás mal del libro que agora rrefiertas. (strophe 68)

29La strophe 67 reprend exactement l’idée du prologue, en des termes quasiment semblables, sur le fait que le livre s’adresse à tous :

En general a todos fabla la escriptura :/los cuerdos con buen seso entendrán la cordura ;/los mancebos livianos guárdense de locura ; escoja lo mejor el de buena ventura.

30Du prologue à l’introduction du texte poétique, en passant par la fable des Grecs et des Romains, l’accent est mis sur la difficulté de comprendre les signes, difficulté à laquelle venait répondre la promesse des Psaumes. Mais les temps ne sont plus à la communication ouverte avec Dieu. Les signes ne sont pas décisifs, on ne peut que constater leur relativité : celui qui décide, c’est l’homme, et il décide selon son entendement. Pour le docteur grec, pieux et sage, les signes du Romain sont pure théologie, affirmation du dogme ; pour le ribaud romain et sa force brutale, ceux du Grec sont des menaces, et annoncent une empoignade. Les signes se répondent, mais la communication est viciée, car chacun est enfermé dans sa façon de comprendre, dans son entendement. Et donc, plus l’écriture sera subtile ( »la manera del libro, entiéndela sotil«  65b), plus elle amènera chacun à choisir en fonction de lui-même, dans un effort de subtilité.

31Le Livre, qui parle donc en latin à la première personne dans le prologue, pour promettre l’entendement, dit à nouveau  »je«  à la strophe 70, pour souligner la responsabilité de l’homme face à l’interprétation des signes :

  • 18 La cohérence du sujet à la première personne me fait préférer ici le texte du manuscrit de Gayoso à (...)

De todos instrumentos yo, libro, so pariente :
bien o mal, qual puntares, tal diré18 çiertamente.
Qual tú dezir quisieres, y faz punto y ten te ;
si me puntar sopieres, sienpre me avrás en miente.

32Ainsi, le Livre combine une promesse d’instruction sur la voie du salut et le constat de la relativité de l’enseignement selon qui le reçoit. Le lecteur n’est pas passif. C’est lui qui choisit sa voie, et il est invité à travailler pour atteindre les paroles du bon amour. Telles sont les résonnances sémantiques du prologue dans le corps de l’œuvre.

Résurgences : mémoire et intermittence

33L’Archiprêtre débat avec Amour. Il lui reproche de délaisser prisonniers et malades et de mal conseiller la jeunesse. S’ensuit un long passage où prend place une parodie des heures canoniques. Le bon amour des orants est diamétralement opposé à l’amour érotique, par l’effet de symétrie que marque le temps. En effet, la journée d’Amour est rythmée par les heures de la prière (matines, prime, tierce, etc.), toutes consacrées à l’oeuvre de séduction (strophes 374-387).

34Amour, dans le rôle du clerc amoureux, prend une entremetteuse pour accéder à la femme choisie :

En saliendo el sol, comienças luego prima :
 »Deus in nómine tuo«  ruegas a tu xaquima
que la lieve por agua e que dé a todo çima ;
va en achaque de agua a ver te la mala esquima.

E si es tal que non usa andar por las callejas,
que la lieve a las uertas por las rrosas bermejas ;
si cree la bavieca sus dichos e conssejas,
 »Quod Eva tristis«  trae de  »Quicunque vult

rredruejas.

  • 19 Libro de Buen Amor, s. 377-379.

E si es dueña tu amiga que desto non se conpone,
tu católica a ella cata manera que la trastorne ;
« OS, LINGUA, MENS », la invade, seso con ardor pospone ;
va la dueña a tercia, caridat « A LONGE » pone.19

  • 20 Strophe 926, dans le passage intitulé "Les noms de l’entremetteuse". G. B. Gibbon-Monypenny situe x (...)
  • 21 J. Joset reprend les propositions de Corominas ; celui ci rapproche "católica" de "catholicon", qui (...)

35Castillan et latin alternent en seul discours, où les citations de divers textes liturgiques s’intègrent au récit des méthodes de séduction. Dans la première strophe ci-dessus, le nom de « xáquima » (licou) qui désigne l’entremetteuse est un des sobriquets dont elle est affectée ailleurs dans le Libro20. Par contre, l’appellation qu’elle reçoit à la strophe 379, « tu católica » (ta catholique) pose un problème de compréhension. Alors que tous les noms de l’entremetteuse ont un rapport métaphorique, assez facile à établir, avec sa fonction – elle est celle qui court, qui parle, qui accroche, qui martèle, qui permet l’accès, qui guide, et qui tient secret –, « católica » ne suscite que des hypothèses mal fondées21., mais sa présence dans les trois manuscrits ne laisse aucun doute sur sa conformité

  • 22 Luis Beltrán, Razones de Buen Amor, pp. 162-163. C’est moi qui traduis la citation de ce texte.

36Or, tout ce passage est entièrement fondé sur le procédé de la citation, qui le construit par diverses méthodes. La virtuosité consiste à citer des textes liturgiques qui correspondent aux offices mentionnés, et dont le fragment retenu est pertinent à la fois sur l’axe de l’amour divin et sur celui de l’érotisme. Je renvoie encore une fois à la superbe interprétation de Luis Beltrán, qui complète les recherches, en matière de liturgie, depuis longtemps entreprises par d’autres critiques du Libro22. Luis Beltrán souligne au passage un aspect de cette pratique citationnelle :

En dehors du « os lynga mens » de la citation, nous trouvons d’autres substantifs dans les deux derniers vers de la strophe trois cent soixante-et-dix-neuf tirés de l’hymne latin, ou, du moins clairement suggérés par celui-ci : « seso », « ardor », « caridat ».

37L’hymne latin disait :

  • 23 (Que la bouche, la langue, l’esprit, le sens, la force manifestent la foi, que la charité enflamme (...)

Os, lingua, mens, sensus, vigor
Confessionem personent,
Flammescat igne caritas,
Accendat ardor proximos.23

38Il apparaît ici que l’hymne est cité de deux façons : par une reprise textuelle de son début, et par une reprise de trois mots traduits et redistribués dans la chaîne syntactique et sémantique. Le premier de ces mots à être repris est « sensus », qui suit « os, lingua, mens » :

seso con ardor pospone ;
va la dueña a tercia, caridat « A LONGE » pone.

39L’ordre du texte cité fait le lien entre la citation textuelle et l’autre forme — également fragmentaire mais désordonnée — de citation. On constate donc une continuité dans l’intermittence. Le souvenir du texte complet, convoqué par son amorce, est guidé par le respect momentané de l’ordre original des mots, par ailleurs versés dans une langue qui ne déforme pas trop leur sonorité.

40Mémoire et intermittence caractérisent donc ici la pratique citationnelle. La combinaison de ces deux modalités nous permet de cerner l’emploi de « católica » pour désigner l’entremetteuse. Il faut se reporter à la fin de la strophe précédente :

si cree la bavieca sus dichos e conssejas,
« quod Eva tristis » trae, de « Quicunque vult »
rredruejas.

  • 24 F. Lecoy, Recherches sur le Libro de Buen Amor, Droz, Genève, 1948, p. 227.

41« QUICUNQUE VULT  » provient du début du Credo de Saint Athanase24, qui définit le dogme catholique, contre l’arianisme qui niait alors la divinité de Jésus, lors du concile de Nicée en 325 :

  • 25 (Quiconque veut être sauvé, avant tout doit avoir la foi catholique...)

Quicumque vult salvus esse, ante omnia opus est ut teneat catholicam fidem...25

42« Ante omnia » : « Quicumque vult » introduit la condition sine qua non pour l’obtention du salut : la foi catholique.

43Or, cette phrase a déjà été citée à la fin du prologue en prose. Elle venait y garantir l’obédience morale et religieuse de l’écriture du Libro, et rappeler le Credo qui l’anime, en préparant l’introduction de la formule qui accompagne le signe de la Croix, au premier vers de la strophe 11 (début du texte du manuscrit de Gayoso) :

  • 26 Libro de Buen Amor, p. 111.

por ende començé mi libro en el nonbre de Dios, e tomé el
verso primero del salmo que es de la Santa Trinidad e de la
fe cathólica, que es « Quicunque vult, »...26

44Lorsque l’expression « Quicumque vult » revient à la strophe 378, elle va entraîner après elle « católica », un mot qui lui est proche dans le texte d’où elle est extraite, comme on l’a vu à propos de l’hymne « Os, lingua, mens ».

45Mais cette fois, il faut se demander à quel texte renvoie ce « Quicumque vult » : directement au Credo d’Athanase, ou à sa citation à la fin du prologue ? Théoriquement, elle renvoie aux deux, puisqu’il peut s’agir d’une résurgence de la première citation, sans que pour autant le texte original disparaisse derrière celle-ci.

  • 27 Libro de Buen Amor, p. 111, note 11-19

46Du point de vue du sens, cela ne fait guère de différence, mais cette question — si tant est que l’on puisse y répondre— a son importance du point de vue de la composition du Libro de Buen Amor. S’il apparaissait que le « quicumque vult » de la strophe 378 a un rapport précis avec celui de la fin du prologue, dans la mesure où les trois manuscrits offrent une version identique en ce qui concerne la strophe en question, cela signifierait que le prologue en prose n’est pas un ajout d’une version postérieure du Libro, mais qu’il a toujours figuré à son début. Le manuscrit de Tolède, très lacunaire, ne commence qu’à la strophe 367, et celui de Gayoso, qui commence à la strophe 11 (texte en cuaderna vía), présente une reliure défectueuse de la première page, si bien qu’une disparition de ce qui précédait n’est exclue ni pour l’une ni pour l’autre27.

47Peut-on observer un rapport particulier entre les strophes 378-379 et la fin du prologue ? Si on considère les fonctionnements de la citation que nous avons dégagés plus haut, on peut dire que la citation d’un fragment convoque à sa proximité dans le texte citant d’autres éléments qui lui étaient proches dans le texte originaire. Nous l’avons dit, la phrase du Credo d’Athanase d’où est extrait le « quicumque vult » affirme littéralement la nécessité de la foi catholique pour l’obtention du salut, et contient l’expression « fidem catholicam ». Celle-ci est également présente dans la phrase qui introduit la première citation de « Quicumque vult » dans le prologue.

48En fait la seule différence que je crois pouvoir observer entre la formulation du Credo d’Athanase et celle du prologue est dans l’association des expressions « fe cathólica » et « Santa Trinidat » que présente ce dernier. Certes, le Credo d’Athanase affirme la Sainte Trinité, dont le dogme découle de la reconnaissance de la divinité de Jésus-Christ. Le prologue du Libro cite même le vers qui l’institue :

tomé el verso primero del salmo que es de la Santa
Trinidad e de la fe cathólica, que es « Quicunque vult, »
el vesso que dize : « Ita Deus pater, Deus filius, e
çetera. »

49Il me semble important cependant que « fe cathólica » et « Santa Trinidat » soit rapprochées autour de « Quicumque vult » pour que s’impose plus loin dans le texte une telle appellation de l’entremetteuse.

50En effet, à la strophe 379, deux raisons justifient que celle-ci porte le nom de « católica ».

  • 28 Rappelons la strophe 912 : Busqué trotaconventos que siguiese este viaje,/ ca éstas son comienço pa (...)

51La première est que la foi catholique est le commencement et l’indispensable médiatrice du salut (« ante omnia opus est ut teneat fidem catholicam »), car l’entremetteuse est conçue dans le Libro à la fois comme le commencement et comme la médiatrice de la conquête amoureuse28. Pour cela la formule du Credo offre, avec « Ante omnia » une expression du commencement apte à faire jouer ce rôle à « tu católica ». Le prologue est tout aussi pertinent, puisqu’il inclut le verbe « començé ».

  • 29 on pensera au "en uno casados son" qui conclut la conquête de doña Endrina, s. 891

52La seconde est que l’entremetteuse forme avec les amants un trio efficace : il faut être trois pour que deux ne fassent plus qu’un. « Cathólica » se justifie aussi par rapport à « Trinidad » L’entremetteuse, sur le mode érotique du fol amour, fait advenir une Trinité, pendant de celle que la foi catholique proclame sur le mode pieux du bon amour. Elle est la « cathólica » par une double symétrie avec la foi catholique : elle garantit l’accès au paradis du plaisir amoureux, et confirme que l’unicité de l’amour passe par une Trinité où elle est médiatrice29.

53La Trinité, qui structure de nombreux passages du Libro de Buen Amor, est particulièrement présente dans le prologue et dans la strophe 379. Dans le prologue, j’ai montré la structuration ternaire autour de et par la citation qui sert de « thema ». Quant à la strophe 379, elle fait partie d’un groupe de trois, comme l’a remarqué Luis Beltrán. Dans ces trois strophes, trois cas de rencontre amoureuse sont évoqués, et la troisième strophe correspond à l’heure de tierce (« va la dueña a tierça... »). Je rajouterai que trois substantifs sur les cinq qui forment le premier vers de l’hymne de tierce ont été retenus pour être cités textuellement : « Os, lingua, mens » Trois sont aussi les mots qui citent fragmentairement le reste de la strophe (« seso », « ardor », « caridat »).

54Le prologue en prose qui se clôt par la citation du Credo, et ce passage, où on retrouve la citation de ce texte fondateur du dogme trinitaire, sont donc de façon assez semblable structurés par l’idée même que la citation convoque. La citation les relie. Dans le manuscrit de Salamanque, « Quicumque vult » apparaît comme une résurgence qui montre une souterraine continuité du prologue au corps poétique. Dans une oeuvre dépourvue du prologue, cette citation ne se raccroche qu’à la Trinité du Credo de Nicée, toute masculine, faite du Père, du Fils et du Saint-Esprit (s. 11). L’association toute féminine de « (Santa) Trinidad » et de « (fe) cathólica », qui ordonne cette curieuse appellation de l’entremetteuse, est par contre anticipée dans l’environnement de la citation du prologue du Livre.

55Remarquons en tout cas que c’est par l’attention portée à la citation dans le prologue que vient s’éclairer un mot longtemps resté inexpliqué. La prise en compte de la participation des citations latines du prologue au déploiement sémantique et structurel de l’oeuvre se révèle indispensable à la bonne compréhension de celle-ci. Prologue et corps poétique du texte sont intimement liés dans l’espace ouvert entre le désir de la chair et le desiderium supernum, désir de Dieu.

Haut de page

Notes

1 Selon le calendrier actuel, cette datre correspond à 1343. Cet extrait et les deux suivants sont cités d’après l’édition synoptique de M. Criado De Val et E. W. naylor, CSIC, Madrid, 1972.

2 Soit 1330.

3 Soit 1351.

4 L. Beltrán, Razones de Buen Amor, Fundación Juan March/Editorial Castalia, Valencia, 1977, p. 29-58.

5 Libro de Buen Amor, p. 110. Je cite d’après l’édition de G.B. Gybbon-Monypenny, Editorial Castalia, Madrid, 1988.

6 Libro de Buen Amor, pp. 104-105.

7 Libro de Buen Amor, texto íntegro de M. Brey Marino, Odres Nuevos, Clasicos medievales en castellano actual, Madrid, 1954.

8 Libro de Buen Amor, p. 105.

9 Libro de Buen Amor, p. 106 et 107.

10 M. de Lope, « Le troisième homme », Imprévue, 1986/1 ; « Le signe et la croix », Mélanges offerts à Maurice Molho, I, Paris, Ibérica, 1988 ; « Débat idéologique et incidence du carnavalesque dans le Libro de Buen Amor », Sociocriticism, n° 11-12, Montpellier-Pittsburg, 1990 ; Luis Beltrán, Razones de Buen Amor, p. 43 et 54.

11 L. Beltrán, Razones de Buen Amor, p. 32.

12 Libro de Buen Amor, pp. 107-108.

13 Libro de Buen Amor, p. 109.

14 Cest moi qui souligne.

15 Libro de Buen Amor, p. 111.

16 M. Brey Mariño, éd. cit. : "Y así este mi libro bien puede decir a cada hombre o mujer, al cuerdo y al no cuerdo...", p. 38 ; N. Salvador Miguel, Libro de Buen Amor.., Ed. Magisterio Español, Madrid, 1972 : "Y así este libro mío, a todo hombre o muger, al cuerdo y al no cuerdo...bien puede decir..." p. 60.

17 Dans la traduction que propose M. Garcia, la préposition "à " a bien été rajoutée, mais pour faire du Livre le destinataire de la promesse d’entendement contre toute logique. Livre de Bon Amour, Ed. Stock, Paris,

18 La cohérence du sujet à la première personne me fait préférer ici le texte du manuscrit de Gayoso à celui de Salamanque ("tal te dirá")

19 Libro de Buen Amor, s. 377-379.

20 Strophe 926, dans le passage intitulé "Les noms de l’entremetteuse". G. B. Gibbon-Monypenny situe xáquima dans la même série métaphorique que laisse, bride, mors, rênes, etc... tous sobriquets qu’il attribue à l’invention de l’auteur. Libro de Buen Amor, p. 299.

21 J. Joset reprend les propositions de Corominas ; celui ci rapproche "católica" de "catholicon", qui désigne une drogue pharmaceutique, peut-être aphrodisiaque, mais suggère aussi un jeu de mot entre "alcahueta" et católica" fondé sur la syllabe "-ca-" commune (Libro de Buen Amor, Espasa Calpe, Madrid, 1974) ; G. B. Gibbon-Monypenny y voit l’ironie de l’antiphrase (les activités d’Amour sont dépourvues de charité chrétienne), mais n’explique pas le mot, non plus que Luis Beltrán.

22 Luis Beltrán, Razones de Buen Amor, pp. 162-163. C’est moi qui traduis la citation de ce texte.

23 (Que la bouche, la langue, l’esprit, le sens, la force manifestent la foi, que la charité enflamme de son feu, que son ardeur atteigne les proches).

24 F. Lecoy, Recherches sur le Libro de Buen Amor, Droz, Genève, 1948, p. 227.

25 (Quiconque veut être sauvé, avant tout doit avoir la foi catholique...)

26 Libro de Buen Amor, p. 111.

27 Libro de Buen Amor, p. 111, note 11-19

28 Rappelons la strophe 912 : Busqué trotaconventos que siguiese este viaje,/ ca éstas son comienço para el santo pasaje.

29 on pensera au "en uno casados son" qui conclut la conquête de doña Endrina, s. 891

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique De Lope, « D’une citation l’autre : prologue du Libro de Buen Amor », Cahiers d’études romanes, 2 | 1999, 79-93.

Référence électronique

Monique De Lope, « D’une citation l’autre : prologue du Libro de Buen Amor », Cahiers d’études romanes [En ligne], 2 | 1999, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3364 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3364

Haut de page

Auteur

Monique De Lope

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org