Navigation – Plan du site

Citation et allusion dans le Décaméron

Claude Perrus
p. 159-170

Résumés

Étant donné la complexité du réseau intertextuel présent dans le Décaméron, cette étude se borne à l'examen de quelques cas de citations, de réminiscences, et surtout d'allusions en relation avec la stratégie de l'auteur, la pratique allusiva occupant un large espace dans l'œuvre de Boccace. Y sont distinguées les citations présentes dans le discours auctorial (proemio, discours d'exorde et de conclusion des narrateurs) – discours de défense ou usage ludique voire parodique de la citation – et, plus que de vraies citations, les réminiscences, les “citations narrativisées” et même les “fausses citations” présentes dans le tissu narratif des nouvelles, et dont le but peut être un hommage au poète cité, ou un clin d'œil complice au lecteur.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie

Index chronologique :

XIVe
Haut de page

Texte intégral

1L’étude de toute forme d’intertextualité, dans un livre construit pour une large part, comme le Décaméron, sur la réécriture mais aussi sur la contamination d’anecdotes (et donc de sources) diverses, est une tâche illimitée.

2De surcroît, en traitant de la citation, il faut garder à l’esprit le dispositif du livre, son “cadre”, ses protocoles qui, participant d’une mise en scène de l’énonciation, multiplient les arrière-plans de tous les énoncés, qu’ils soient ou non citationnels.

3Je me bornerai à étudier quelques exemples, en les mettant en relation avec la stratégie de l’auteur (ici, celui qui discourt) et du narrateur (celui qui raconte), et à quelques formes de l’acte de citation. En ce qui concerne ce dernier, je m’en tiendrai à des énoncés isolables et ne ferai donc qu’indiquer le passage à certaines pratiques hypertextuelles relevant, par exemple, de la parodie.

  • 1 Sur les proverbes, cf. G. Chiecchi, Sentenze e proverbi nel Dec, "Studi sul Boccaccio", IX, 1975-6, (...)
  • 2 G.B. Conte, Memoria dei poeti e sistema letterario, Torino, Einaudi, 1974, p. 14. Cf. aussi G. Math (...)
  • 3 G. Pasquali, Pagine stravaganti, Firenze, 1968, vol. II et G.B. Conte, op. cit.
  • 4 G. Mathieu-Castellani, art. cit., p. 27.

4Par citation, j’entends non seulement un énoncé signalé comme citation (par allégation) mais un énoncé repérable par le lecteur comme citation (ce qu’on appelle parfois l’emprunt, évidemment plus fréquent dans un texte de nature narrative et non didactique). Parmi ces énoncés, la sentence et le proverbe sont les plus usités ; je ne les prendrai pas en considération, pour des raisons de temps et aussi parce qu’ils ont été déjà étudiés, notamment sous l’angle de la “rhétorique incipitaire”1. J’envisagerai au passage le cas, plus scabreux, de la réminiscence. Mais j’accorderai plus d’attention à l’allusion, cette pratique oblique que certains assimilent à une figure de rhétorique2 et que je préfère aborder dans la perspective plus large de Yarte allusiva brillamment analysée par Giorgio Pasquali et, plus récemment, par Gian Biagio Conte3. Une des fonctions de l’allusion est, selon la formule de Gisèle Mathieu-Castellani, “l’annexion implicite d’un contexte virtuel à l’horizon de l’énoncé”4 : ce contexte peut être un texte ou plus largement tout un corpus littéraire ou philosophique ; cette élasticité se vérifie particulièrement dans le Décaméron, somme de récits et de savoirs livrés par l’auteur à son public féminin, et échangés par ses doubles (les dix conteurs) au coeur de la fiction qui sert de cadre fonctionnel à ce grand partage.

5En effet, la présence de ce cadre, qui n’est pas un ornement gothique mais une machine à simuler la production du récit, induit la distinction, évoquée il y a un instant, entre le discours de l’Auteur (Préface, IV Intr. et Conclusion) et son récit (l’Introduction et tout le tissu narratif des dix journées), entre les discours des conteurs (surtout dans les zones périphériques du récit : exordes et conclusions) et les nouvelles. Les pratiques citationnelles, cela va de soi, diffèrent d’un secteur à l’autre. Dans le discours, elles sont assez proches de celles de l’épistolographie, pour citer un genre en prose assez voisin, où texte citant et texte cité coexistent et s’étayent l’un l’autre en une sorte de montage parallèle – et peu importe que les segments soient de longueur inégale. Cependant, comme nous le verrons, Boccace y invoque rarement des auctoritates, ce qui s’explique par le niveau que le livre occupe dans une hiérarchie des genres ; aussi la pratique allusive y trouve-t-elle un espace plus étendu qu’on ne pouvait s’y attendre.

6Dans la narration, les formes allusives prédominent naturellement ; cependant la citation (finalisée à un certain nombre d’effets, interprétée et contaminée) est loin d’être absente.

7J’aborderai donc successivement ces deux niveaux, sans dissimuler la présence de phénomènes complexes qui les traversent plus qu’ils ne les différencient.

Le discours auctorial

8Par définition, la citation y déploie une fonction à la fois ornementale (en signalant la science du locuteur) et probatoire. Et c’est une première surprise que de constater, dans le discours du Décaméron, que la pêche aux citations se révèle assez infructueuse, tandis que se déploient les assertions sentencieuses ou les allusions.

9On sait que le Proemio s’ouvre sur une sentence : “C’est chose humaine [une preuve d’humanité] que d’avoir compassion des malheureux”. Or cet énoncé n’a aucune source précise, ou il en a une douzaine, ce qui revient au même. Bembo, au XVIème siècle, faisait observer que la gravitú de cette première phrase est liée à son rythme accentuel et, pour le prouver, il en proposait des variantes ratées. Il ressort de cette remarque que le rythme accentuel produit ici un “effet de citation” et confère au texte, sans recours à une auctoritas, une valeur d’autorité.

  • 5 Cf. De Beneficiis, III, VII, 2 : "Res honestissima [est] referre gratiam".

10Un peu plus loin, on rencontre un éloge topique de la gratitude (“Et parce que la gratitude, à ce que je crois, est à louer hautement et son contraire à blâmer...”). On peut considérer cet énoncé comme une variation de certains passages reconnaissables du De Beneficiis de Sénèque5 auquel Boccace emprunte aussi l’idée de la chaîne des bienfaits. On se trouve ici dans le domaine de l’allusion : peut-être à Sénèque, à coup sûr à un corps de sagesse stoïcienne appartenant à la culture morale du XIVe siècle.

11Quelle fonction remplissent ces deux types d’énoncés ? Bien entendu, sentence et allusion sont dans cette préface des éléments d’une captatio benevolentiae, mais celle-ci a pour but, ici, de fonder la valeur d’un livre “non sérieux”. Il est significatif, à mon avis, que Boccace, tout en fabriquant des énoncés citables (tels que la première phrase) s’abstienne de puiser dans la réserve des citations homologuées par tous les florilèges : cette double démarche serait un indice du statut “moyen” de son livre.

12Et pourtant nous rencontrons la citation dans un lieu moins institutionnellement stratégique que la préface, mais très important dans le développement du projet du Décaméron, à savoir l’Introduction à la IVème journée. Ici, Boccace reprend tout à coup la parole pour se défendre contre les critiques acerbes de ses détracteurs et compose sa propre apologie. Des autorités, alléguées cette fois, viennent à son secours, par exemple saint Paul (§ 38) : “je sais, selon le mot de l’Apôtre, supporter l’abondance et l’indigence”, traduction mot pour mot de “scio […] et abundare et penuriam pati” (Philippiens, IV, 12). Une autre affirmation allègue, mais sans les nommer, “les sages” : “je comprends ce que les sages ont coutume d’affirmer, à savoir que dans ce monde seule la misère échappe à l’envie”. On reconnaît ici une réflexion de Valère-Maxime (un texte que Boccace a par ailleurs traduit). Tout le passage est par ailleurs constellé d’emprunts relatifs, par exemple, à la poétique des styles ; ainsi, en parlant de son style umilissimo e rimesso, Boccace reprend un passage de l’Art Poétique d’Horace (“remissus... et humilis”), lui-même déjà réutilisé par Dante dans l’Epître XIII.

13Il est clair que la citation s’intègre ici à un dispositif de défense ; l’auteur s’abrite derrière des énoncés de la sagesse chrétienne et stoïcienne. De même il utilisera plus loin un exemplum connu qui deviendra, profondément remanié, l’apologue des oies.

14Le soin que Boccace apporte à ce discours de défense est attesté aussi par son exorde. Il commence en effet par alléguer, sans les nommer, une foule d’autorités : des “paroles entendues”, des “choses vues”, des “choses lues”. Mais c’est pour dénoncer, non sans élégance, la maxime proférée par ces autorités, à savoir que le vent de l’envie ne frapperait que les plus hautes tours et les grands arbres : les modestes “nouvelettes” de Boccace ne méritent pas tant d’honneur. C’est là un cas d’exorde paradoxal dans lequel la maxime des sages est aussitôt niée qu’affirmée, et qui convient à un propos polémique et à un plaidoyer pro domo.

15Le Proemio fonctionnait, nous l’avons vu, sur une stratégie allusive, l’Introduction à la IVème journée sur des autorités reconnues. La Conclusion de l’Auteur présente un nouveau cas de figure.

16Ici aucun auteur n’est allégué, aucun fragment n’est reproduit (il n’y a pas d“‘emprunt”). Le texte combine des énoncés plus ou moins inspirés de proverbes salomoniques (§ 8 : toute chose peut nuire ou servir, etc..) ou de fragments de saint Paul. Par exemple la phrase : “aucun esprit corrompu n’a jamais compris sainement une parole” (§ 11) glose et amplifie le fameux : “tout est pur aux purs” (Tite, I, 15) ; c’est un cas d’interpretatio caractéristique d’un système allusif.

17Toutefois ce système est lui-même fortement perturbé. Citons deux exemples. Tout d’abord – contrairement à ce que je viens d’affirmer – Boccace cite bien deux auteurs : à propos des vertus et des dangers du vin, il allègue “Cinciglione et Scolaio et tant d’autres” (§9). Ces auteurs, faut-il le rappeler ? sont imaginaires et remplacent les noms que l’on attendrait, c’est-à-dire Hippocrate et Galien. Cette fausse allégation rappelle le statut “comique” (au sens de la rhétorique médiévale) du texte.

18Un autre exemple : l’interpretatio de saint Paul, citée plus haut, est immédiatement suivie d’une allusion transparente à deux vers de Guido Guinizzelli. Relisons le passage : “Aucun esprit corrompu n’a jamais compris sainement une parole, et de même que les propos honnêtes ne lui sont d’aucun profit, de même ceux qui sont moins honnêtes ne sauraient contaminer un esprit sain, sinon comme la boue peut altérer les rayons du soleil, ou les souillures terrestres altérer les beautés du ciel”. On lit ici, recontextualisés, les vers relatifs à la noblesse de l’âme : “le soleil frappe la boue tout le jour : elle reste vile, et le soleil n’y perd pas de sa chaleur”. Cet enchaînement peut paraître assez surprenant, et l’on voit en cette occasion s’exercer le “génie de la contamination” propre à Boccace, selon la formule célèbre de V. Branca.

19Allégation d’auteurs et allusion textuelle sont donc traitées ici, on peut même dire manipulées, sur un mode ironique, comme il convient à un ouvrage à propos duquel Boccace conseille non moins ironiquement, comme antidote sérieux à ses poisons, la lecture des lamentations de Jérémie, du récit de la Passion et des plaintes de la Madeleine (§24).

  • 6 Cf. B. Mortara Garavelli, Manuale di retorica, Milano, Bompiani, 1989, p. 308, et L. Hutchéon, Iron (...)

20Cette ironisation conditionne, bien sûr, la lecture. L’évaluation des “inserts”, emprunts, allusions, est tributaire d’un ethos particulier, au sens où la rhétorique moderne utilise ce terme, et qui correspondrait chez Aristote à la notion de pathos6. C’est la situation de communication propre à la conclusion du livre – un congé souriant donné au lecteur – qui détermine les formes ludiques du discours citationnel et prescrit leur interprétation correcte de la part du lecteur.

  • 7 Quelques indications dans C. Perrus, Clôtures de nouvelles dans le Déc, dans ouvr. collectif La nou (...)

21Il faudrait compléter cet examen par des exemples tirés des discours d’exorde et de conclusion tenus par les narrateurs7. Le temps qui m’est imparti ne me le permet pas et je me contenterai, un peu plus loin et dans un autre contexte, d’y faire une brève allusion.

  • 8 Cf. les brillantes remarques de P.M. Forni, La realizzazione narrativa in Boccaccio, dans AAVV, Gli (...)

22De même, les discours tenus dans les nouvelles par certains personnages seraient passibles d’un analyse détaillée (j’entends ici par discours les orationes visant à persuader). Leur fonctionnement, du point de vue citationnel, est d’ailleurs assez simple. Par exemple le discours de Guy de Montfort au roi Charles d’Anjou (X, 6) est construit sur le thème de la victoire sur les passions, et l’on peut y reconnaître des fragments (mais déjà largement vulgarisés) de Sénèque et même de Tite-Live (un autre auteur traduit par Boccace) ; on assiste donc à un recyclage d’énoncés topiques non marqués comme citations et non référés à leur source. Le discours de Ghismonda (IV, 1) sur les droits de la nature et, secondairement, sur le principe de la noblesse de coeur, se présente lui aussi comme un montage allusif dans lequel on distingue aisément des lexèmes et des syntagmes empruntés à André le Chapelain ou à Dante. J’évoquerai enfin, au passage, un cas bien différent dans lequel la pratique allusive, prise dans un système de second degré, débouche sur la parodie. Les deux discours du séducteur Zima, dans la nouvelle 111,5, charrient, avec les lieux communs de l’érotique courtoise, maintes formules stilnovistes, tous ces matériaux étant réemployés dans l’intrigue avec une fonction transitive bien précise : obtenir un rendez-vous galant et en fixer les modalités8. De là l’effet d’ironisation que le matériel allusif subit en retour : ce phénomène de réverbération, patent ici, est révélateur de l’écriture au second degré qui est une loi structurelle du Décaméron et devrait conditionner toute approche stylistique de ce texte.

La narration

23Dans le continuum narratif, non seulement la citation homologuée se fait plus rare, mais l’intention de citer et la fonction même du texte cité sont plus malaisées à discerner et à évaluer. Le poids de la réécriture, d’autre part, favorise dans le Décaméron des affleurements qui ne sont pas toujours contrôlés.

  • 9 G. Contini, Implicazioni leopardiane [1947], in Varianti e altra linguistica, Torino, Einaudi, 1970 (...)
  • 10 G. Nencioni, Agnizioni di lettura, "Strumenti Critici", n° 2, febbraio 1967, pp. 191-198.

24C’est dans cette perspective problématique que j’évoquerai en premier lieu les cas de réminiscence. On a défini celle-ci comme un énoncé non marqué comme citation mais où l’intention allusive n’est pas non plus toujours démontrable ; elle est, disait G. Contini, la trace de lectures “immanentes dans la conscience”9. En d’autres termes, ce qui se passe du côté du lecteur, c’est-à-dire l’agnizione di lettura (pour reprendre l’expression de G. Nencioni)10, cette manifestation en quelque sorte épiphanique d’un “déjà lu”, n’a pas nécessairement pour origine une volonté consciente du scripteur, l’inconscient de ce dernier étant assimilable à une bibliothèque.

25Pour rendre plus clair mon propos, je me bornerai à quelques “dantismes”, relevant donc d’un corpus qui alimente capillairement tout le livre.

  • 11 Ibidem, p. 192. G. Velli, dans le même sens, parle de "sédiment inactif’. Cf. note 22.
  • 12 F. Bruni, Boccaccio. L’invenzione della lettaratura mezzana, Bologna, Il Mulino, 1990, p. 291.

26On rencontre des phénomènes de “mémoire passive”11, où l’intention allusive est loin d’être certaine. Ainsi, la célèbre locution tirée de l’Enfer, X, 33, “dalla cintola in su” semble à l’origine de “dalla cintura in giù” (V, l, 7), “dalla cintura in su” (X, 6, ll ; V, 7, 28 ; V, 7, 34). La récurrence même de la formule semble dénoncer une reproduction automatique, favorisée par le cadre métrique du septénaire. Dans le même ordre d’idées, F. Bruni12 cite la reprise de types syntaxiques tels que “li mal protesi nervi” (Enf., XV, 114, “les nerfs tendus vers un but erroné”), par exemple dans “il male amato giovane”, “i mal tirati stracci”, où “male” a le sens fort de “pour son malheur”. Ce type d’emprunts ne relève assurément pas de la mémoire “inquiète et radioactive” que G. Nencioni oppose à la mémoire passive.

27Pour d’autres réminiscences, en revanche, le doute reste permis.

28Dans la nouvelle VIII, 3, au § 54, Calandrino vient de rosser sa femme ; à bout de souffle, il ne peut parler. Ses compagnons le retrouvent “ansando a guisa d’uom lasso” : la source se trouve dans Enf., XXXIV, 83 où, au terme de l’escalade qui a permis aux deux voyageurs de quitter le gouffre infernal, Virgile s’adresse à Dante “ansando com’uom lasso” – une comparaison, soit dit en passant, quelque peu pléonastique. Appliqué à Calandrino et à une situation comique, l’emprunt produit un effet de parodie qui ne vise nullement à dégrader le texte du poète mais, par ricochet d’ironie, atteint le personnage.

29Il marque surtout la distance que le conteur prend vis-à-vis de sa matière comique ; autrement dit, il caractérise une position d’énonciation plus qu’il ne recherche un effet proprement intertextuel.

30Bien d’autres exemples pourraient être cités, mais je voudrais m’attarder sur une pratique particulièrement intéressante : la citation narrativisée. Il s’agit des cas où un texte cité, sans nom d’auteur mais parfaitement identifiable, est intégré au texte citant (en l’occurrence narratif) de telle sorte qu’il produit un certain nombre d’effets artistiques. Les deux exemples qui vont suivre sont eux aussi des emprunts à Dante : je les évoque parce qu’ils sont bien connus, relevés dans toutes les éditions, mais rarement analysés.

  • 13 Mais après que les effusions honnêtes et joyeuses eurent été renouvelées trois et quatre fois, non (...)
  • 14 De fait, le lecteur dont l’éd. Branca enregistre en note les commentaires, Mannelli, inscrit ici "N (...)

31Le premier se trouve dans la nouvelle 11, 6. Il se situe vers la fin, juste après l’agnizione. Beritola a retrouvé son fils, celui-ci vient de la “reconnaître”, ils tombent dans les bras l’un de l’autre à la grande joie de l’assistance : “Ma poi che l’accoglienze oneste e liete furo iterate tre e quattro volte, non senza gran letizia e piacere de’ circustanti...” (§ 69)13. Ici sont reproduits in extenso les deux premiers vers de Purg., VII. Virgile et Sordello viennent de se reconnaître comme compatriotes et se sont embrassés : “Poscia che l’accoglienze oneste e liete/ furo iterate tre e quattro volte...” Il n’y a aucun doute ici sur l’intention de citer ni sur la conviction que le texte sera identifié14. Par ailleurs l’analogie de situation ainsi que de registre est évidente. À ce titre le prélèvement est d’abord un hommage au poète et rentre dans la catégorie de citations que G. Pasquali appelait “complimenti”. Ajoutons que l’action de la nouvelle se déroule en Lunigiana et chez les Malaspina, lieu et famille célébrés par Dante au chant suivant (VIII) du Purgatoire : le contexte historique s’ajoute donc à la situation pour motiver l’emprunt.

32Bien entendu – sur le plan de la communication – cette citation renvoie à un patrimoine commun au conteur et à son auditoire, à Boccace et à ses lecteurs. Mais, ce qui me paraît plus important sur le plan de la signifiance, elle enrichit l’épisode de la nouvelle de connotations affectives. Elle institue un arrière-plan non seulement culturel mais émotionnel fort (l’agnizione de deux concitoyens séparés par des siècles et réunis par une rencontre dans l’au-delà). La citation collabore avec le texte citant, engendrant quelque chose de nouveau ; en même temps le texte cité libère des implications latentes, réalisables dans les circonstances pathétiques d’une aventure différente.

  • 15 "Il commença à chanter ce son (ce texte) en sonnant (en jouant) avec tant de douceur que tous ceux (...)

33On rencontre un exemple analogue dans la nouvelle X, 7, au § 24. Le musicien Minuccio d’Arezzo chante au roi de Sicile la ballade -une déclaration d’amour composée au nom de Lisa : “Cominciò si dolcemente sonando a cantar questo suono, che quanti nella real sala n’erano parevano uomini adombrati, sì tutti stavano taciti e sospesi a ascoltare15. On peut identifier, distribués un peu différemment ou remplacés par des synonymes, des lexèmes et syntagmes de Purg., II, 1-2. Le musicien Casella entonne une chanson de Dante : “Amor che nella mente mi ragiona/cominciò elli allor sì dolcemente/ che la dolcezza ancor dentro mi sona./ Lo mio maestro e io e quella gente/ ch’eran con lui parevan sì contenti, / come a nessun toccasse altro la mente. / Noi eravam tutti fissi e attenti/ alle sue note...”

34Comme dans l’exemple précédent, le contexte situationnel est identique. Le texte de Dante est certes reproduit par allusion plus que par citation, il est en quelque sorte retricoté, mais sa fonction est là aussi de constituer un arrière-plan de référence qui confère au récit de nouvelles harmoniques (c’est le cas de le dire). La seule différence est qu’ici la scène du Purgatoire est à celle du Décaméron ce que la chanson de Dante est à la gracieuse ballade écrite, comme on sait, par Boccace : l’allusion dantesque prend donc une fonction supplémentaire d’élévation du registre narratif.

35Je me permets d’ouvrir une parenthèse pour signaler que la citation dantesque (comme toute autre autorité, on l’a vu dans le discours auctorial) ne s’inscrit pas toujours dans un ethos révérencieux. L’exemple qui suit n’appartient pas à la narration mais au discours du narrateur — un aspect que j’ai renoncé à traiter.

  • 16 "Les tourments des amours infortunées qui ont été racontées m’ont comme à vous, mes dames, affligé (...)

36Il s’agit de l’exorde de Dioneo dans la nouvelle IV, 10. Plus qu’un exorde, c’est d’ailleurs un commentaire acide portant sur les neuf nouvelles tragiques qui viennent d’être racontées : “Le miserie degl’infelici amori raccontate, non che a voi donne, ma a me hanno già contristati gli occhi e’I petto, per che io sommamente desiderato ho che a capo se ne venisse”16. Au chant I du Purgatoire, Dante vient de sortir de l’enfer : “fuor dell’aura morta/ che m’avea contristati gli occhi e’l petto.

37Réduite à une définition proppienne, la situation serait la même : le Héros vient de subir une épreuve. Mais ici l’assimilation de la journée IV à une traversée de l’enfer est évidemment parodique. Ajoutons que la citation est partiellement non pertinente, puisque Dioneo n’a rien vu de ses yeux mais seulement entendu des récits. On pourrait donc penser qu’il s’agit d’une reproduction automatique.

38Or c’est paradoxalement une reproduction automatique mais consciente et volontaire, car Dioneo “récite”, et il le fait au second degré, avec des guillemets implicites. Son propos reflète en effet une pratique de langage qui a très tôt transformé en proverbes ou en expressions courantes des vers de Dante, appliqués de préférence à un contexte comique. Dioneo puise dans un florilège de citations “fossilisées” que connaissent bien ses amis. Ils en connaissent aussi le code de lecture : il faut lire, derrière cette affirmation emphatique, l’exaspération de Dioneo. Et l’élévation apparente du niveau de langage, outre qu’elle signale cette exaspération, prélude à un changement de thématique : thème comique de la dernière nouvelle, thème optimiste de la journée suivante.

39Pour revenir dans le cadre de la narration (dont je me suis éloignée un instant pour un bref hommage au discours du narrateur et aux protocoles par lesquels il met en place la stratégie de son récit) je voudrais évoquer deux autres cas. Il s’agit de la citation mise en intrigue, et de la fausse citation (ou fausse allusion).

40Par citation mise en intrigue, j’entends un énoncé qui acquiert dans la narration une valeur pratique d’argument ou de preuve, énoncé doublement cité puisqu’il est placé dans la bouche d’un personnage.

  • 17 Valere-Maxime, Dits et faits mémorables, VII, 2, ext. 9 (nous utilisons l’éd. TEA de Turin, 1988): (...)

41À la fin de la nouvelle V, 9 (§ 42), Giovanna, pressée par ses frères de se remarier avec quelque riche parti, choisit le noble Federigo, pauvre mais plein de vertus : “Je préfère un homme qui a besoin de richesse à une richesse qui a besoin d’un homme”. C’est la traduction littérale d’un sentence attribuée par Valère-Maxime à Thémistocle, consulté par un père désireux de marier sa fille (ce père est stupide, stultum)17. Cette sentence se trouvait déjà, dans un contexte différent, chez Cicéron (De Officiis), mais elle circule dans tous les textes du Moyen-Age où elle a quasiment acquis le statut d’un proverbe. Syntaxiquement et rhétoriquement, elle avait tout pour devenir mémorisable et le lecteur ne saurait se tromper sur sa nature de citation.

  • 18 A. Jacomuzzi, Il palinsesto della retorica e altri saggi danteschi, Firenze, Olschki, 1972, p. 68. (...)

42La motivation est identique ; il s’agit du choix d’un mari. Mais une première “dislocation contextuelle”18 place la sentence dans la bouche d’une dame de Florence et dans le contexte d’un dialogue de registre très “bas”, voir les objections émises par les frères : “Sotte, qu’est-ce que tu racontes ? Comment veux-tu de lui qui n’a pas un sou ?”. Notons au passage que stultum, qui chez Valère-Maxime désignait le père, est appliqué à Giovanna par ses frères et passe au discours direct ; cette petite restructuration est assez significative.

43Puisée dans la réserve topique des sages réponses, cette citation conserve son statut de parole autorisée mais devient aussi, chose nouvelle, un argument décisif dans le débat familial : Giovanna épousera Federigo. De surcroît, insérée dans le colloque assez vif que Boccace invente, elle prend également la valeur artistique et éthique d’un mot d’esprit, acte de langage qui par sa brièveté convient particulièrement aux femmes (comme il est affirmé à plusieurs reprises dans la journée VI). L’énoncé de la sagesse antique devient en somme une preuve de vivacité féminine ; identifiable comme citation, mais recontextualisé, il acquiert des valeurs nouvelles. Si la citation, comme on a pu le dire, travaille le texte citant, celui-ci à son tour travaille le texte cité.

  • 19 Et de la même manière que dans les vastes plaines les chevaux sans frein et échauffés par l’amour a (...)

44Venons-en à ce qu’on peut considérer comme une fausse citation – ou une fausse allusion, peu importe, c’est la “fabrication” qui compte ici. L’exemple se trouve dans la nouvelle VII,2, l’histoire du cuveau, traduite et adaptée d’une anecdote figurant dans les Métamorphoses d’Apulée. Scène finale (§ 34) : tandis que le mari s’emploie à nettoyer le fond de la cuve en suivant les indications de son épouse penchée sur le rebord, l’amant satisfait son désir dans une position que le narrateur décrit au moyen de la comparaison suivante : “E in quella guisa che negli ampi campi gli sfrenati cavalli e d’amor caldi le cavalle di Partia assaliscono, a effetto recò il giovinil desiderio”19.

  • 20 Superincurvatus secure dedolebal ("courbé au-dessus d’elle il la rabotait tout à son aise").
  • 21 L. Sanguineti White, Apuleio e Boccaccio, Bologna, Ed. Italiane Moderne, 1977, p. 195.

45Première surprise : cette similitude est absente du texte d’Apulée qui, sur ce point, est d’une laconique et directe précision20. La comparaison introduite par Boccace ressemble tellement à une citation (avec sa séquence d’adjectifs, son chiasme, etc..) que les commentateurs ont souvent suggéré des sources possibles. Vérification faite, aucune d’entre elles n’est probante. L’allusivité du texte ne fonctionne que sur la référence quasi proverbiale à la rapidité des cavaliers parthes – et donc de leurs montures – et à leur technique de combat (ici non pertinente) consistant à décocher leurs flèches en effectuant un mouvement de repli. D’autre part la comparaison, sur le plan référentiel, n’est guère motivée : les chevaux parthes n’ont certes pas le monopole de cette position pendant la saillie ! D’où la tentation de la motiver idéologiquement : ainsi L. Sanguineti White y lit une valorisation universelle de l’instinct sexuel (les vastes plaines et les chevaux parthes seraient convoqués pour transcender en quelque sorte l’anecdote comique)21.

46À mes yeux il s’agit plutôt – comme il est dit au début de la nouvelle suivante – d’un parlare oscuro, d’une façon voilée de décrire une réalité crue. À cette fin euphémistique le narrateur introduit, mais de manière parodique, un fragment de style élevé, “à l’antique” mais nullement apuléen. Derrière l’effet de citation ainsi obtenu, il y a aussi une complicité supérieure entre le conteur et son auditoire vis-à-vis de la matière comique qui est traitée. Et, ajouterai-je, vis-à-vis des futurs commentateurs peu enclins, eux, à plaisanter.

  • 22 G. Velli, Note di cultura boccacciana, "Italia medievale e umanistica", voi. XX, 1977, pp. 381-93, (...)

47L’étude des formes de l’énonciation citante dans le Décaméron, que je n’ai pu qu’ébaucher ici, est plus complexe et plus intéressante que dans un texte où le narrateur s’adresserait sans intermédiaire apparent à son narrataire. La mise en scène de l’énonciation, tout en rendant visibles les jeux allusifs, révèle aussi la complexité du réseau intertextuel22, qui va jusqu’à engendrer, comme on vient de le voir, des simulacres de citations. Et il est somme toute réconfortant de constater que la technique boccacienne offre encore un vaste champ d’analyse, si l’on consent à examiner en filigrane l’espace de ces pages.

Haut de page

Notes

1 Sur les proverbes, cf. G. Chiecchi, Sentenze e proverbi nel Dec, "Studi sul Boccaccio", IX, 1975-6, et P.M. Forni, Come cominciano le novelle del Dec in AAVV, La novella italiana. Atti del congresso di Caprarola, Roma, Salerno, 1989, t. II, pp. 689-700.

2 G.B. Conte, Memoria dei poeti e sistema letterario, Torino, Einaudi, 1974, p. 14. Cf. aussi G. Mathieu-Castellani, Intertextualité et allusion. Le régime allusif chez Ronsard, "Littérature", n° 55, oct. 1984, p. 29.

3 G. Pasquali, Pagine stravaganti, Firenze, 1968, vol. II et G.B. Conte, op. cit.

4 G. Mathieu-Castellani, art. cit., p. 27.

5 Cf. De Beneficiis, III, VII, 2 : "Res honestissima [est] referre gratiam".

6 Cf. B. Mortara Garavelli, Manuale di retorica, Milano, Bompiani, 1989, p. 308, et L. Hutchéon, Ironie, satire, parodie, "Poétique" n° 46, avril 1981, pp. 140-155.

7 Quelques indications dans C. Perrus, Clôtures de nouvelles dans le Déc, dans ouvr. collectif La nouvelle, Stratégie de la fin, Paris, SEDES, 1996, pp. 31-45.

8 Cf. les brillantes remarques de P.M. Forni, La realizzazione narrativa in Boccaccio, dans AAVV, Gli Zibaldoni di Boccaccio. Memoria, scrittura, iscriltura. Atti del Seminario Internazionale di Firenze-Certaldo (26-28 aprile 1996), Firenze, Cesati, 1998, pp. 415-423 (pp. 418-422).

9 G. Contini, Implicazioni leopardiane [1947], in Varianti e altra linguistica, Torino, Einaudi, 1970, p. 42.

10 G. Nencioni, Agnizioni di lettura, "Strumenti Critici", n° 2, febbraio 1967, pp. 191-198.

11 Ibidem, p. 192. G. Velli, dans le même sens, parle de "sédiment inactif’. Cf. note 22.

12 F. Bruni, Boccaccio. L’invenzione della lettaratura mezzana, Bologna, Il Mulino, 1990, p. 291.

13 Mais après que les effusions honnêtes et joyeuses eurent été renouvelées trois et quatre fois, non sans grande liesse et vif plaisir des assistants...".

14 De fait, le lecteur dont l’éd. Branca enregistre en note les commentaires, Mannelli, inscrit ici "Nota Dante". En 1573, les Deputali s’appuient sur ce passage pour observer que les citations d’un grand auteur connu sont un louable ornement : elles élèvent le niveau stylistique du texte et, en excitant l’esprit des lecteurs, leur procurent du plaisir. Cf. Decameron, éd. par V. Branca, Torino, Einaudi, 1987, p. 219, n. 2.

15 "Il commença à chanter ce son (ce texte) en sonnant (en jouant) avec tant de douceur que tous ceux qui étaient dans la salle royale semblaient envoûtés, tant ils étaient tous silencieux et suspendus à l’écouter".

16 "Les tourments des amours infortunées qui ont été racontées m’ont comme à vous, mes dames, affligé les yeux et le coeur, raison pour laquelle j’ai désiré de toutes mes forces qu’on en arrive à la fin".

17 Valere-Maxime, Dits et faits mémorables, VII, 2, ext. 9 (nous utilisons l’éd. TEA de Turin, 1988): "Unicae filiae pater Themistoclem consulebat utrum eam pauperi, sed ornato, an locupleti parum probato conlocaret. Cui is "malo" inquit "virum pecunia quam pecuniam viro indigente". Quo dicto stultum monuit ut generarti potius quam divida generi legeret".

18 A. Jacomuzzi, Il palinsesto della retorica e altri saggi danteschi, Firenze, Olschki, 1972, p. 68. Du même auteur, La citazione come procedimento letterario. Appunti e considerazioni in AAVV, L’arte dell’interpretare. Studi critici offerti a G. Getto, Cuneo, L’Arciere, 1984, pp. 3-15.

19 Et de la même manière que dans les vastes plaines les chevaux sans frein et échauffés par l’amour assaillent les cavales parthes, il assouvit son juvénile désir".

20 Superincurvatus secure dedolebal ("courbé au-dessus d’elle il la rabotait tout à son aise").

21 L. Sanguineti White, Apuleio e Boccaccio, Bologna, Ed. Italiane Moderne, 1977, p. 195.

22 G. Velli, Note di cultura boccacciana, "Italia medievale e umanistica", voi. XX, 1977, pp. 381-93, p. 381 : la mémoire littéraire de Boccace est "un intricato reticolo, in continua evoluzione".

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Perrus, « Citation et allusion dans le Décaméron », Cahiers d’études romanes, 2 | 1999, 159-170.

Référence électronique

Claude Perrus, « Citation et allusion dans le Décaméron », Cahiers d’études romanes [En ligne], 2 | 1999, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 16 août 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3369 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3369

Haut de page

Auteur

Claude Perrus

Université Paris III – Sorbonne Nouvelle

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org