Navigation – Plan du site

Voyages d’un Florentin : Giovanni da Verrazzano (1485-1528)

Théa Picquet
p. 41-80

Résumés

L’article retrace la vie du Florentin Giovanni da Verrazzano (1485-1528), découvreur de l’Amérique au service de François Ier, et redessine les trois voyages au long cours qu’il effectua du Nord au Sud du continent dans le but de découvrir, au profit de la couronne de France, de nouvelles terres et un passage entre l’océan Atlantique et l’océan Pacifique par l’Amérique Centrale. Ce voyageur, aujourd’hui trop peu connu en France, certes n’est pas revenu chargé d’or ni de diamants et n’a pas trouvé le passage qu’il cherchait, mais il a néanmoins beaucoup apporté sur le plan de l’exploration et de la cartographie, et a permis aux Français d’avoir leur place sur les mers et sur le nouveau continent. C’est grâce à lui que, jusqu’en 1763, une partie de la côte Est de l’Amérique du Nord fut appelée « Nouvelle France ». Et sans doute la France lui devrait-elle encore davantage s’il n’avait été dévoré par les indigènes de Jamaïque ou de Guadeloupe, à l’âge de 43 ans.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie, Amérique

Index chronologique :

XVIe
Haut de page

Texte intégral

  

De’ quattro esploratori italiani più rappresentativi Colombo è il mistico, Caboto l’avventuriero, Vespucci l’uomo d’affari, Verrazzano l’umanista ; ed a ciascuno di essi deve le prime scoperte ciascuna delle quattro potenze, che dettero origine ai moderni Stati Americani : gli Spagnuoli a un genovese, Cristoforo Colombo, i Portoghesi a un fiorentino, Amerigo Vespucci, gli Inglesi a un veneziano, Giovanni Caboto, i Francesi ancora a un fiorentino, Giovanni da Verrazzano.

  • 1 Alessandro Bacchiani, « Giovanni da Verrazzano e le sue scoperte nell’America settentrionale (1524) (...)

1C’est ainsi qu’Alessandro Bacchiani1 présente les célèbres découvreurs italiens.

  • 2 Nous tenons à remercier Nico Lobbia pour sa grande disponibilité et l’aide qu’il nous a apportée da (...)

2Notre étude2 portera particulièrement sur le dernier mentionné, dont les exploits ont été trop longtemps méconnus, et se donne donc pour but de lui rendre un juste hommage. C’est pourquoi, après avoir brossé le portrait du navigateur florentin, nous ferons le point sur les documents retrouvés à ce jour, puis mettrons l’accent sur les difficultés rencontrées par Giovanni da Verrazzano, mais aussi sur les intérêts scientifique et commercial des voyages qu’il a entrepris.

  • 3 « Les Français en Amérique pendant la première moitié du XVIe siècle », introduction par Ch.-A. Jul (...)

3Déjà l’orthographe du patronyme a posé problème, puisque l’on trouve plusieurs options : “Verrazano”, “Verazzano” et enfin “Verrazzano”. Dans son introduction à l’ouvrage Les Français en Amérique pendant la première moitié du XVe siècle, Colonies et Empires3, Charles-André Julien déclare qu’il faut choisir l’écriture comportant deux “r” et un “z”, compte tenu de la signature du navigateur florentin apposée au bas de la lettre adressée au roi François premier, en date du 8 Juillet 1524, mais aussi en raison des formes “Verrazano” et “Verrazana” trouvées sur le planisphère de 1529 dû à Girolamo, le frère cadet du personnage qui nous intéresse ici. Cependant, Federigo Mélis est d’un avis tout à fait différent et préconise l’emploi des doubles consonnes par deux fois :

  • 4 Federigo Melis, « Uno spiraglio di luce sul finanziamento del primo viaggio di Giovanni da Verrazza (...)

La forma dell’epoca, Verazano, cioè con una sola z, non deve generare dubbi sulla forma attuale, come è avvenuto recentemente negli Stati Uniti d’America. Le doppie consonanti erano piuttosto rare fino al XVII secolo ; e, un’altra volta è doppia soltanto la r. La dizione attuale deve essere quella delle due doppie : secondo avviene per molti nomi propri.4

4Quant à Michel Mollat du Jourdin, il remarque la grande diversité de l’orthographe du patronyme du découvreur et insiste ensuite sur les traductions en vogue à l’époque.

  • 5 Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert, Giovanni et Girolamo Verrazano navigateurs de François (...)

5Ainsi, la signature authentique de Giovanni à Rouen en 1526 est latinisée en “Janus Verrazanus”, alors que les Espagnols et les Portugais ont phonétisé le nom en “Verazano, Verrazano, Verozano” et même “Veramsano”. En outre, en France, comme c’était d’ailleurs le cas pour de nombreux Italiens installés de ce côté-ci des Alpes, apparaissent plusieurs formes francisées : “Varacenne, Varrasenne, Varassane, Varrasonne, Varezam, Verrassane, Verrazzane, Verassane”, mais aussi “Verrazzane”. Le prénom de Giovanni est également francisé en “Jehan”. De plus, la particule “da” est transformée en “de”, comme en témoignent une missive royale de 1523, le tabellionage de Rouen en 1526 et la signature de Girolamo sur la carte qu’il a établie en 15295

6Cela dit, Giovanni a intrigué non seulement par la graphie de son nom, mais aussi par son identité.

  • 6 Andrea Miroglio, « Giovanni da Verrazzano : Il viaggio del 1524 nel nuovo mondo e la “Lettera” al R (...)
  • 7 Voir ses articles des plus significatifs :
    Prospero
    Peragallo, « Notizie ed appunti su Giovanni Flor (...)
  • 8 Prospero Peragallo, « Intorno alla supposta identità di Giovanni da Verrazzano », cit., p. 166 : “P (...)
  • 9 Ibidem, pp. 167-168, note 2.

7En effet, à plusieurs reprises, Giovanni da Verrazzano a été confondu avec le célèbre corsaire français Jean Florin, originaire de Honfleur. Cette identification est signalée par Andrea Miroglio dans son article publié dans Il Veltro6 après avoir été très sérieusement combattue par Prospero Peragallo qui a rendu justice au découvreur florentin mis en cause7. Ce dernier s’élève tout d’abord contre la thèse de l’américain Murphy qui non seulement conteste la véracité du voyage de Verrazzano, mais en fait également un simple pirate au service de la France et condamné à mort par les tribunaux de Charles Quint en novembre 15278. Cette confusion, infamante pour l’intéressé, l’est aussi pour le roi François premier qui aurait soutenu les projets d’un tel homme9.

  • 10 Andrea Miroglio, article cité, p. 57.

8Elle repose sur un argument de faible portée, à savoir l’interprétation du terme “Florin” comme une variante de “Florentin”10, et Peragallo de déclarer :

  • 11 P. Peragallo, « Intorno alla supposta identità di Giovanni da Verrazzano », cité, p. 167.

L’unico fondamento infatti sul quale poggia cotesta identità si è una interpretazione speciale specialissima della parola florin ; in altri termini, una supposizione pura purissima. E su ciò noi daremo la parola al medesimo prof. Luigi Hugues. Se noi intendiamo, scrive egli, che questo nome Florin non sia altro che una variante di Florentin, e questa ipotesi non ha in sè nulla di strano e di singolare, se inoltre si suppone che in Francia il Verrazzano fosse pure conosciuto con un nome allusivo alla sua città natale, e così lo si chiamasse senz’altro Le Florentin, a guisa di quanto non raramente succede, anche in oggi, di persone conosciute non già col loro nome di famiglia, ma sibbene con un altro derivato o dal luogo nativo, o dalla città in cui esse od i loro antenati ebbero lunga dimora, riesce naturalmente spiegata la surrogazione del nome Florin a quello di Verrazzano in parecchi degli importanti documenti che si rapportano a questo navigatore.11

  • 12 Ibidem, p. 167 : “Come si vede, per confondere Giovanni Florin con Giovanni Verrazzano bisogna fare (...)

9Il ajoute cependant que cette unique supposition ne saurait suffire pour confondre Jean Florin et Giovanni da Verrazzano et encore moins pour jeter un voile diffamatoire sur le second12.

  • 13 Ibidem, pp. 168-169 : “L’identità non è stata provata né rigorosamente, né imperfettamente, né null (...)
  • 14 Ibidem, p. 169. À propos des informations que les marchands portugais envoyaient à leur souverain, (...)
  • 15 Giovanni Battista Ramusio, Delle navigazioni et viaggi, Venezia, Stamperia de’ Giunti, 1556.

10Peragallo se fait alors un point d’honneur de rétablir la vérité. Il souligne en premier lieu que l’identification entre les deux personnages repose sur une synonymie imaginaire, faisant remarquer que le capitaine florentin est toujours appelé par son nom, alors que le terme “Florin “apparaît régulièrement dans l’expression : “le corsaire français Jean Florin”13. Il se fonde tout particulièrement sur deux lettres que Jean da Silveira, ambassadeur du Portugal en France, adresse à son monarque, en date du 27 mars et du 23 avril 1523, et où le diplomate s’inquiète des projets de voyage de Jono Verazano14, craignant qu’ils ne portent ombrage aux conquêtes portugaises. Par navigateur, le citent par son nom, tels l’historien espagnol Herrera, qui raconte en des lieux bien différents les faits et gestes des deux protagonistes, ou encore le célèbre humaniste et géographe italien Giovanni Battista Ramusio. Celui-ci fait une place non négligeable à Giovanni da Verrazzano dans ses compte rendus de voyage publiés sous le titre de Delle navigazioni et viaggi15 Fernando Carli, quant à lui, dans une lettre écrite le 4 août 1524, depuis Lyon, à son père resté à Florence, tient les propos suivants :

  • 16 « Lettera di Fernando Carli a suo padre », dans Arcangeli, Giuseppe, Lettera di Giovanni da Verrazz (...)

Onorando padre.-...essendo nuovamente qui nuova della giunta del capitano Giovanni da Verrazzano nostro fiorentino allo porto di Diepa in Normandia con sua nave Delfina, con la quale si partì dalle insule Canarie fino di Gennaio passato, per andare in busca di terre nuove per questa serenissima corona di Francia, in che mostrò coraggio troppo nobile e grande a mettersi a tanto incognito viaggio con una sola nave...16

  • 17 Peragallo, « Intorno alla supposta identità di Giovanni da Verrazzano », cit., p. 171, note 4 : “Ne (...)
  • 18 Ibidem, p. 170, note 5 : “L’an 1524, Jean Verazan florentin, envoyé par François I, découvrit la co (...)
  • 19 Ibidem, pp. 170-171 : “Joannes Verrazzanus, jussu Francisci 1 Regis GAllíae, exploraturus an Florid (...)

11Et son intérêt pour Giovanni est si grand qu’avec cette missive il fait parvenir à son père une copie du récit que notre florentin adresse au roi de France. Cependant, Verrazzano est rappelé aussi par Navagero17, par Georges Fournier qui le compte parmi les découvreurs de terres nouvelles18 et par Giovanni Battista Riccioli, même si ce dernier fait quelques erreurs de dates19.

  • 20 Peragallo, « Ancora sulla distinta personalità di Giovanni da Verrazzano, navigatore, e di Giovanni (...)
  • 21 Peragallo, « Intorno alla supposta identità di Giovanni da Verrazzano... », cit., p. 180.

12Il convient d’ajouter à cela que notre personnage avait l’habitude de signer ses documents par son nom20 et il faut se demander si l’amiral français Philippe Chabot, l’armateur normand Jean Ango ou le premier secrétaire de la Trésorerie Royale Preudhomme auraient accepté de soutenir financièrement les projets de voyage d’un corsaire impitoyable21.

13Bref, Giovanni da Verrazzano est bien le découvreur florentin qui a mis son savoir-faire au service du royaume de France. Par contre, le nom de Jean Florin est régulièrement associé aux actes de piraterie.

  • 22 Ibidem, p. 171.
  • 23 Ibidem, p. 172.

14Ainsi, dans la correspondance de Pietro Martire d’Anghiera, il est fait mention à plusieurs reprises du corsaire français, lorsque par exemple l’espagnol Cortez s’apprête à expédier des navires chargés de trésors, ou encore lorsque des bateaux du même Cortez sont attaqués justement par Jean Florin, dans les années 1522-152322. De plus, Alonso Davila, capturé sur son embarcation à son retour en Espagne et fait prisonnier à La Rochelle, accuse clairement Jean Florin dans sa lettre du 17 juin 152323 ; et les tribunaux de l’empereur Charles Quint ne sauraient condamner un homme sous un pseudonyme. Sur ce point, Peragallo paraît particulièrement convaincant, puisqu’il déclare :

  • 24 Ibidem, p. 173.

...converrebbe allora affermare... che i magistrati spagnuoli, condannando Giovanni Florin, si contentarono di processare e condannare un pseudonimo ; mentre poi si mostrarono molto diligenti indagatori del nome, cognome, condizione, figliazioni e parentele dei suoi complici, similmente con lui condannati.24

  • 25 Peragallo a pu consulter le manuscrit concernant l’héritage laissé à François Florin par son père d (...)

15Ajoutons à cela que Jean Florin avait un fils légitime, François Florin et qu’il est difficilement imaginable qu’un enfant prenne le pseudonyme du père plutôt que son nom de famille. Le jurisconsulte Georges Nunez a d’ailleurs été chargé par le roi du Portugal de réclamer les indemnités dues à la couronne et il enjoint François Florin de répondre des actes de son père défunt25.

  • 26 Peragallo, « Intorno alla supposta identità... », cit., p. 179 : “Ora dalla stessa indicazione somm (...)
  • 27 Ibidem, p. 405, mais aussi Peragallo, « Intorno alla supposta identità... », cit., p. 174.

16Quoi qu’il en soit, la seule existence du fils légitime de Jean Florin suffit à annuler l’hypothèse d’une identification des deux hommes. Mais s’il restait encore quelques doutes, il faudrait alors considérer que les innombrables actes de piraterie accomplis par le corsaire français, dans les années 1521 à 1527, ne laissent aucun espace à la biographie du navigateur florentin26. Et nous réservons le soin de clore cette polémique à la plume de l’ambassadeur du Portugal qui affirme, le 24 décembre 1527, que Giovanni da Verrazzano projette un prochain voyage, alors que Jean Florin a déjà été exécuté27.

17Le problème de l’identité de Giovanni da Verrazzano étant résolu, il convient d’évoquer les quelques éléments de sa biographie.

  • 28 Storia della Letteratura italiana del cavaliere abate Girolamo Tiraboschi consigliere di S.A.S. il (...)
  • 29 Georges Washington Greene, « Della vita e delle navigazioni di Giovanni da Verrazzano... », cit., p (...)
  • 30 Ibidem, p. 217, où Greene ne donne pas de précisions : “ ...una famiglia, che contava fra’ suoi mag (...)
  • 31 Giuseppe Arcangeli, « Lettera di Giovanni da Verrazzano... », cit., p. 21 : “Gli amatori delle anti (...)

18La famille Verrazzano est d’origine noble, “Una famiglia assai ragguardevole traile nobili Fiorentine”, précise Tiraboschi28. Elle remonterait au Moyen Âge et le dernier descendant connu est le Cav. Andrea da Verrazzano, qui s’est éteint à Florence en 181929. Les ancêtres de Giovanni se sont distingués en occupant d’importantes charges au service de leur cité30, sous le régime républicain comme sous le gouvernement des Médicis31.

  • 32 Ibidem, pp. 21 et 22.

19Giuseppe Arcangeli32 a pu consulter de nombreuses lettres concernant la famille Verrazzano. Parmi elles, se trouvent celles que Cammillo da Verrazzano a adressées au sénateur Filippo da Verrazzano, mais aussi celles du cav. Andrea Verrazzano à Alessandro du même nom. À cela s’ajoutent des documents attestant de rentes perçues en Toscane, d’autres rassemblés par le sénateur Neri et plusieurs œuvres d’art, comme les blasons du château en Val di Greve, berceau de la lignée, les armoiries des familles Allíées, trois bustes en marbre : celui de Chiaro, valeureux chef du parti guelfe en 1260, celui de notre navigateur ; quant au troisième il représente Lodovico, qui fut un grand capitaine et le gouverneur de la ville de Livourne. Il existe également un tableau retraçant la victoire remportée par Lodovico sur les Barbaresques en 1665, ainsi que des portraits de personnages célèbres, dont celui de Lodovico, mentionné plus haut, celui d’un autre Lodovico, chanoine, fondateur d’un collège pour lequel la famille Verrazzano a financé non seulement la construction, mais a également versé une dotation conséquente de 34 000 écus, et celui du découvreur des côtes américaines qui est une gravure en cuivre datant de 1767. De plus, les archives de la famille des Montauto, Allíés aux Verrazzano, comportent des lettres autographes du cardinal François de Médicis au marquis de Montauto, ainsi que des courriers adressés par l’envoyé de la cour de Toscane à la cour de l’empereur.

20Bref, notre navigateur est issu d’une famille florentine noble et célèbre. Cependant, si les renseignements concernant cette dernière ne manquent pas, il n’en est pas de même de la vie de Giovanni.

  • 33 Tiraboschi, édition citée, p. 261 : “... si afferma, ch’ei nacque da Pierandrea da Verazzano (avec (...)
  • 34 Greene, édition citée, p. 216 : “Giovanni Verrazzano, i particolari della cui vita, quanti se ne so (...)

21Sa naissance déjà s’entoure de mystère. En effet, si Tiraboschi33 et Greene34 s’accordent sur le nom de ses parents : Pierandrea da Verrazzano et Fiammetta Capelli, et une date approximative : 1485, Miroglio avance deux hypothèses, une italienne et une autre française :

  • 35 Miroglio, édition citée, p. 57. Quant à Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert, dans leur ouvra (...)

...si potranno ... ricordare soltanto le due ipotesi più attendibili. Quella ‘italiana’ (per questa tesi manca però il supporto delle ricerche genealogiche in archivio), che lo vuole originario di Firenze (o, in alternativa, di Greve in Chianti, presunta seconda dimora della famiglia Verrazzano), dove sarebbe nato attorno all’anno 1485 da Piero Andrea di Bernardo e da Fiammetta Cappella, e quella ‘lionese’, patrocinata in primis dallo studioso francese J. Habert, secondo la quale il navigatore avrebbe avuto i suoi natali a Lione da un certo Alessandro di Bartolomeo e da Alessandra Guadagni, figlia di un noto banchiere fiorentino emigrato in Francia...35

  • 36 Voir Jacqueline Boucher, Présence italienne à Lyon à la Renaissance, Lyon, Lugd, 1993. Et plus part (...)

22Cette seconde hypothèse expliquerait, mais en partie seulement car les Italiens étaient très présents en France à cette époque-là, et plus particulièrement à Lyon36, l’engagement de Giovanni auprès de la cour de François Ier. Miroglio continue en ces termes :

  • 37 Miroglio, édition citée, p. 57.

...tesi quest’ultima, che proporrebbe la figura del Verrazzano quale simbolo dell’internazionalità e della dinamicità delle classi mercantili da cui proveniva, senza peraltro reciderne il legame ‘naturale’ con le sue radici fiorentine.37

23Il aurait eu plusieurs frères. Bacchiarli en cite trois, en plus de Gerolamo :

  • 38 Bacchiani, « I fratelli da Verrazzano e l’eccidio di una spedizione italo-francese in America (1528 (...)

Quanti erani i fratelli del capitano ? Nelle carte Pucci all’Archivio di Stato di Firenze ne sono indicati tre : Bernardo il maggiore, che fu banchiere a Roma, Nicolò che fece parte della Signoria nel 1530 e nel 1549, e Piero. Manca Gerolamo, certamente il più giovane, ma sulla esattezza di quell’albero genealogico non v’è molto da fidare.38

  • 39 Ibidem, p. 380 : “E’ tempo, mi sembra, dit-il, di togliere dall’ombra questo minor Verrazzano, mode (...)
  • 40 Ibidem, p. 381: “La procura del resto parla chiaro: Gerolamo è dichiarato fratello e erede”.

24Gerolamo est bien sûr le plus célèbre après Giovanni et Bacchiani, qui consacre un article complet aux deux frères, entend le sortir de l’anonymat39. Il précise d’ailleurs qu’il a été officiellement reconnu comme le frère et l’héritier du découvreur qui fait l’objet de notre étude40. Mais des informations plus intéressantes nous sont apportées par Desimoni, notamment à propos du planisphère de 1529 :

  • 41 C. Desimoni, Il viaggio di Giovanni Verrazzano all’America Settentrionale nel 1524, cit., p. 50.

Si sospettava ancora fino all’Arcangeli che Giovanni Verrazzano avesse un fratello, e che l’uno o l’altro de’ fratelli fosse di professione cartografo, una di cui Mappa si diceva essere fatta pel re d’Inghilterra Enrico VIII e aver servito di modello ad altra del 1582 inserita nelle famose pubblicazioni dell’Hakluyt. Ora studi più recenti hanno posto in chiaro che un fratello di Giovanni avea nome Gerolamo ; e che un Planisfero di costui si conserva a Roma nella Biblioteca della Propaganda. Esso è senza data, ma si suppone del 1529 ; vi è scritto : Hieronimus de Verazzano faciebat ed ha la seguente leggenda rimpetto alle coste della Nuova-Francia nell’America settentrionale : Verrazana seu GAllí nova quale discoprì 5 anni fa Giovanni di Verrazzano fiorentino per ordine et comandamento del Chrystianissimo Re di Francia. Simile leggenda, ma più incompiuta si trova sopra un globo in rame costrutto nel 1542 a Venezia da Euphrosinus Ulpius, ed ora conservato nella Biblioteca della Società Storica di Nuova Jork.41

25Cela dit, les éléments connus sur l’enfance et l’adolescence de Giovanni s’avèrent pratiquement inexistants.

  • 42 Tiraboschi, édition citée, p. 262 : “Ove, e come menasse egli i primi anni della sua vita, e quando (...)
  • 43 Greene, édition citée, p. 217 : “Che la sua educazione non fosse trascurata è manifesto dalla vita (...)
  • 44 Greene, édition citée, p. 217 : “...è pur certo che la voglia d’andare alla cerca di nuove cose, al (...)

26C’est ce que déclare Girolamo Tiraboschi42, alors que Greene43suppose que l’éducation du futur navigateur n’avait certes pas été négligée et qu’elle devait correspondre à sa classe sociale. Ce dernier affirme cependant avec conviction que le jeune homme avait manifesté très tôt le goût des voyages, puisque l’on sait qu’il séjourna au Caire et qu’il se déplaça en Syrie44.

27Par contre, sa biographie devient plus claire dès 1522, lorsqu’il apparaît officiellement en France, à Paris, à Lyon et à Rouen :

  • 45 Miroglio, édition citée, p. 69, note 26. Mais aussi : Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert J. (...)

Giovanni Verrazzano apparaît dans l’histoire en 1522. A Paris en février, puis à Lyon en septembre, il reçoit des compatriotes italiens associés sous la raison sociale d’Antonio Gondi des fonds destinés à la flotte pour l’Inde dont il est capitaine. En novembre suivant, à Rouen, il passe devant notaire une procuration générale au profit d’un autre de ses amis florentins, établi en cette ville, Zanobi Rucellai...45

  • 46 Ibidem, p. 57 et p. 69, note 28, où Andrea Miroglio donne les références du document d’archives don (...)

28À Rouen, il s’associe avec huit marchands : cinq italiens, Tommaso Guadagni, Guglielmo Nasi, Roberto Albizzi, Antonio Gondi, Giuliano Bonaccorsi et trois français : Jehan et François Le Buatier, Anthoine de Martigny46. À ce propos, Arcangeli, tout comme Bacchiani, met l’accent sur le fait que les Italiens étaient fort bien accueillis à la cour de France. Le premier déclare ainsi :

  • 47 Voir à ce propos : Théa Picquet, « Alamanni et la France », « Italies », n° 2 “Voyager à la découve (...)
  • 48 Arcangeli, édition citée, pp. 22 et 23.

Certo, che re Franceso di Francia dovè prendere un gran concetto de’ Fiorentini, quando vedeva alla sua corte, quasi allo stesso tempo un Verrazzano, che aggiungeva nuovi regni alla sua corona, un Leonardo da Vinci, che per lui dipingeva, architettava, e gli deliziava perfino la reggia di piacevolissimi suoni ; un Luigi Alamanni47, reputato dopo l’Ariosto il più gran poeta d’Italia, che gli offeriva la sua Coltivazione...48

29Et le second va jusqu’à affirmer que le palais de François I ressemblait plutôt à une cour italienne :

  • 49 Pour l’impact des Strozzi en France et plus particulièrement à Lyon, voir : Jacqueline Boucher, Pré (...)
  • 50 Bacchiani, « Giovanni da Verrazzano e le sue scoperte d’America settentrionale... », édition citée, (...)

La reggia francese sembrò al tempo di Francesco Ier una corte italiana : italiane le principesse, dalla reggente Luisa alla futura regina Caterina dei Medici ; italiani gli artisti da Leonardo al Cellini..., italiani i letterati, dal fiorentino Luigi Alamanni al genovese Teocrene ; italiani i generali, dal Pallavicini al Sanseverino, dallo Strozzi49 a Renzo Ceri, a Sebastiano Montecuccoli, coppiere del Delfino ; italiani gli uomini di affari, che fornivano di denaro le casse reali quand’erano esauste ; italiani i cosmografi, italiano finalmente un grande navigatore.50

30Bref, à partir des années 1522 et jusqu’à sa mort, en 1528, Giovanni défendra en mer les couleurs de la France. Il jouit d’ailleurs d’une grande renommée déjà de son vivant :

  • 51 Cornelio Desimoni, Intorno al fiorentino Giovanni Verrazzano scopritore in nome della Francia di re (...)

...Verrazzano in Dieppe ove abitava e alla Corte di Francia godeva fama di ottimo Piloto, e fu incaricato del comando a viaggi lontani ; tanto dall’Ammiroglio di Francia quanto dai primi Armatori del Regno.51

Et Fernando Carli, écrivant à son père, le met sur le même plan qu’Amerigo Vespucci et Magellan :

  • 52 Giuseppe Arcangeli, « Lettera di Giovanni da Verrazzano ... », édition citée, p. 55.

... e di qua mediante sua virtù è stimato un altro Amerigo Vespucci, un altro Ferrando Magaghiana, e davantaggio...52

31Si la vie du célèbre navigateur comporte tant de lacunes, c’est évidemment que la documentation fait souvent défaut.

32Giuseppe Arcangeli insiste bien sur cet état de choses et pense que les documents ont disparu pendant le siège de Florence, en 1530, ou encore au cours du naufrage de Giovanni, lors de son dernier voyage :

  • 53 Giuseppe Arcangeli, édition citée, p. 20. Arcangeli cite par ailleurs un éloge anonyme du découvreu (...)

Ma frai manoscritti da Verrazzano nulla si ritrovava del celebre navigatore, essendochè tutte le carte di lui erano andate smarrite, come attesta il Ramusio, scrittore contemporaneo, nel tempo dell’assedio di Firenze ; se pure non erano già perite col Verrazzano medesimo nell’ultimo viaggio.53

33Quels textes avons-nous donc à notre disposition ?

  • 54 Giuseppe Arcangeli, édition citée, pp. 53 à 55.
  • 55 Alessandro Bacchiani, « I Fratelli da Verrazzano e l’eccidio di una spedizione italo-francese in Am (...)

34Ils sont au nombre de trois. Tout d’abord, la Relation du voyage de la Dauphine, que Giovanni adresse au roi François Ier, le 8 juillet 1524, depuis la ville de Dieppe, puis la lettre que le florentin Fernando Carli écrit de Lyon, le 4 août 1524, à son père, resté dans la cité du lys54, et enfin un poème en vers, composé par Giulio Giovio (1504-1563), neveu, disciple et héritier du plus célèbre Paolo Giovio, où il raconte la fin tragique de notre héros, d’après le témoignage direct de Girolamo, le frère de Giovanni55.

35Le document le plus détaillé est le premier que nous avons mentionné. Il en existe plusieurs versions, qui ont nourri une longue polémique à travers les siècles et les pays : trois manuscrits du XVIe siècle, ainsi qu’un texte imprimé datant de 1556.

  • 56 Alessandro Bacchiani, « I Fratelli da Verrazzano... », édition citée, p 374 : “Il primo dei due nuo (...)
  • 57 Ibidem, p. 375.
  • 58 G. W. Greene, « Della vita e delle navigazioni di Giovanni Verrazzano », édition citée, pp. 214-215 (...)
  • 59 Alessandro Bacchiani, « Giovanni da Verrazzano e le sue scoperte nell’America settentrionale (1524) (...)
  • 60 Giuseppe Arcangeli, « Lettera di Giovanni da Verrazzano... », édition citée, p. 21 : “...quella let (...)

36Le manuscrit de la Bibliothèque Vaticane, référencé Ottoboniano, 2202, est, d’après les travaux d’Alessandro Bacchiani, une copie relativement fidèle de la lettre adressée à François Ier, mais ne comporte aucune note56. Il a appartenu d’abord à Alberto Pio, Comte de Carpi, puis à la famille Colonna, enfin à Giovan Angelo Altemps57. À la Bibliothèque Nationale de Florence se trouve le manuscrit : Magliabechiano, 89, Classe XIII. Il s’agit d’une copie, de médiocre qualité, du texte de la Relation que Fernando Carli avait envoyé à son père58. Alessandro Bacchiani précise le nom probable du copiste : Antonio Petrei, puis celui de ses éditeurs : Greene en 1841, Arcangeli en 1853 et Berchet, en 1892, dans la Raccolta Colombiana59. D’ailleurs, Arcangeli mentionne lui aussi60 cette copie.

37Il existe en outre un fragment de la Relation conservé à l’Accademia del Cimento et publié dans la Raccolta Colombiana, mais il n’est qu’une adaptation du manuscrit florentin.

  • 61 Giovanni Battista Ramusio (Trévise, 1485-Padoue, 1557) sut concilier son goût pour l’érudition et s (...)

38Le premier texte imprimé est celui de Giovan Battista Ramusio, en 1556. Le célèbre humaniste, contemporain de Giovanni, inclut le récit de voyage de Verrazzano dans le troisième volume de ses Navigationi et viaggi, consacré au Nouveau Monde61, et Desimoni insiste sur l’autorité de ces pages :

  • 62 Desimoni, « Il Viaggio di Giovanni Verrazzano all’America Settentrionale nel 1524 », édition citée, (...)

...la Relazione di Verrazzano, se non poggia sopra il documento originale, ha però in suo favore l’autorità di Ramusio, che non è di piccolo peso... Questo celebre collettore di viaggi era contemporaneo, e pare anche coetaneo del Verrazzano (nacque verso il 1485), ... è generalmente riconosciuto critico acuto e giudizioso ; era in corrispondenza con amici di Sebastiano Caboto e con altri che viaggiavano essi stessi o conoscevano strettamente i viaggiatori e le cose geografiche : onde e per questo e pel suo carattere di veneziano e di ufficiale pubblico di Venezia era al grado più di qualunque altro, di avere le più giuste informazioni per ogni parte del mondo...62

39Pourtant, ce texte est incomplet dans la mesure où manque la partie cosmographique de la Relation.

40Reste à prendre en considération le troisième manuscrit, connu sous le nom de “manuscrit Cèllere”, qui constitue le meilleur texte de la Relation.

  • 63 Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert, édition citée, p. 4, en donne la référence : Morgan, ms (...)
  • 64 Ibidem, p. 4

41C’est celui qui fut adressé à Bonacorso Rucellai, banquier à Rome. Il fut découvert seulement en 1909 par Alessandro Bacchiani dans les archives du Comte Giulio Macchi di Cèllere et se trouve depuis 1911 à la John Pierpont Morgan Library de New York63. Jusqu’au XIXe siècle, il appartenait à la famille Giovio. Paolo Giovio, prélat humaniste et ami de Clément VIII, en avait enrichi la bibliothèque de sa villa du lac de Côme (devenue la Biblioteca Gioviana)64.

  • 65 Alessandro Bacchiani, « Giovanni da Verrazzano e le sue scoperte nell’America settentrionale (1524) (...)

42Alessandro Bacchiani propose une description du manuscrit65 et parle de sa découverte en ces termes :

  • 66 Ibidem, p. 1275.

Il nuovo codice, che ora per la prima volta qui pubblichiamo, pervenne per recente eredità al conte Giulio Macchi di Cèllere, il quale con liberalità degna d’encomio volle renderlo noto in questi giorni di meritata esaltazione del capitano fiorentino. Il presente possessore non è riuscito, nonostante le ricerche fatte, a stabilire quando il manoscritto sia entrato in casa Cèllere, ma non dev’essere da molti anni, poiché nel 1884 faceva parte della libreria Giovio-de Szeth, derivata dalla insigne Biblioteca Gioviana di Como, la quale dopo trecent’anni di conservazione e di gelosa custodia andò nel secolo passato divisa e dispersa.66

43Plus loin, il fait une intéressante étude comparative des trois textes essentiels : le manuscrit de Florence (F), l’édition Ramusio (Rm) et le manuscrit Cèllere (R), pour démontrer l’incontestable supériorité de ce dernier :

  • 67 Ibidem, pp. 1288-1308.

Il testo F é scritto da uomo di scarsa cultura, che alle prese con un originale di poco chiara scrittura, copia e trascrìve a sproposito, non curandosi né delle enormi sciocchezze che fa dire all’autore, né delle parole senza senso, dei periodi senza capo e senza coda che mette sulla carta, combinando inespugnabili indovinelli a diperazione dei futuri geografi... Il Rm si dà cura che il senso corra ancor meglio : ha sott’occhio una copia ottima, maè assalito dalla smania della parafrasi ; per un malinteso amore di modernità, cambia parole, frasi, costrutti e spesso altera il senso e aggiunge particolari neppur sognati dall’autore. Infine sopprime tutta una parte, quella che tratta della cosmografia.67

  • 68 C. Desimoni, Il Viaggio di Giovanni Verrazzano all’America settentrionale nel 1524, Édition citée, (...)
  • 69 Peragallo, « Intorno alla supposta identità di Giovanni Verrazzano ... », édition citée, p. 166 : “ (...)

44La mauvaise qualité des textes connus auparavant avait alimenté une grande polémique, allumée par des chercheurs américains tels que Buckingham Smith et Henri C. Murphy, qui mettaient en cause la réalité des découvertes de Giovanni da Verrazzano et même son existence. Les historiens italiens Desimoni68 et Peragallo69 ont contré point par point les objections des détracteurs agressifs.

  • 70 Alessandro Bacchiani, « Giovanni da Verrazzano e le sue scoperte nell’America settentrionale (1524) (...)

45Cela dit, le manuscrit Cèllere est devenu aujourd’hui le texte de référence, sur lequel s’appuiera notre étude, à travers l’édition fournie par Alessandro Bacchiani70.

  • 71 Édition citée, p. 6

46Ces pages s’apparentent au genre épistolaire. Cependant, la formule initiale fait défaut, ce qui fait supposer à Michel Mollat du Jourdin et à Jacques Habert qu’il était accompagné d’une missive perdue au cours des ans71. Le lecteur entre ainsi directement dans le vif du sujet :

  • 72 Alessandro Bacchiani, « Giovanni da Verrazzano e le sue scoperte nell’America settentrionale (1524) (...)

Di poi la fortuna passata nele plaghe septemtrionali. Serenissimo Re, non scripsi a Vostra Maestà quello che era seguito delle quattro navi, che Quella mandò per l’Oceano in discoprire nuove terre...72

47Le récit de voyage se divise en trois parties de longueur inégale. Une première, courte, est consacrée au voyage transatlantique ; la seconde, la principale, comporte une description détaillée des pays et des peuples découverts, alors que la troisième apporte d’intéressantes informations cosmographiques et s’achève par une réflexion judicieuse sur les objectifs espérés, les résultats atteints et les perspectives offertes par ce voyage.

48L’expression adoptée par Giovanni est digne d’attention, dans la mesure où il passe de la première personne du singulier à la première personne du pluriel, selon qu’il transcrit des observations personnelles, ses propres calculs ou qu’il fait part d’actes collectifs, de considérations communes à l’ensemble de l’équipage. Il convient de remarquer en outre que l’auteur de la lettre utilise toujours les mêmes formules de description, que ce soit pour les sites géographiques, les types humains ou encore les usages des populations rencontrées.

  • 73 Édition citée, p. 7.

49Cette “grille unique de questions”, comme la qualifient Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert73, témoigne d’une constance inébranlable dans ses centres d’intérêt.

  • 74 Michel Mollai du Jourdin et Jacques Habert, édition citée, p. 4 : “En quelle langue Giovanni a-t-il (...)

50En ce qui concerne la langue choisie par le navigateur, nous ne pouvons avancer aucune certitude, puisque la relation adressée au roi François Ier n’a jamais été retrouvée74.

51Certains historiens émettent l’hypothèse plausible qu’elle fut rédigée en latin ou en français, dans le sens où l’on peut relever, dans les manuscrits italiens, plusieurs gallícismes ainsi que des lourdeurs d’expression, indices possibles d’une traduction du texte initial.

  • 75 Ibidem, p. 5.

52Quant au contenu du manuscrit dit “Cèllere”, il faut remarquer vingt-six additions d’une écriture différente de celle du texte ; certaines sont interlinéaires, d’autres marginales, d’autres encore sont portées sur les deux dernières pages. Nous ne pouvons pas ne pas envisager l’hypothèse séduisante selon laquelle ces adjonctions pourraient être de la main de Giovanni, dont nous n’avons qu’une signature apposée au bas d’actes notariés rouennais75.

  • 76 Se reporter tout particulièrement à
    - la lettre qu’Antonio da Silveira de Meneses, vice-roi du Mozam (...)

53Ainsi, la Relation du voyage de la Dauphine, que Verrazzano a adressée au roi François Ier constitue notre source d’étude la plus importante et permet de suivre le premier itinéraire du découvreur. Le poème de Jules Jove nous éclaire sur le dernier voyage du malheureux navigateur. Il est cependant question d’un autre voyage, rapporté dans les Archives portugaises de Torre do Tombo, à Lisbonne76.

  • 77 C’est la date indiquée particulièrement par Ilaria Luzzana Caraci, Scopritori e viaggiatori del Cin (...)
  • 78 Voir la lettre d’Antonio da Silveira de Meneses au roi Jean III, du 15 juillet 1528, dans Michel Mo (...)
  • 79 Scopritori e viaggiatori..., édition citée, p. 580 : “Il viaggio si colloca certamente tra l’aprile (...)

54Giovanni da Verrazzano a donc entrepris trois grands voyages au service de la France, son pays d’accueil. Et ce, à des dates très rapprochées, puisque le premier eut lieu du 19 janvier 152477 au 8 juillet de la même année, le second du 15 juin 152678 à l’automne 1527 et le troisième s’inscrit, selon toute vraisemblance, entre avril 1528 et mars 152979.

55Il s’agit de voyages au long cours, comme le montrent non seulement la durée des expéditions, mais aussi les différents itinéraires suivis par le vaillant navigateur.

  • 80 B. Bacci, édition citée, p. 138 : “Era il 17 Gennaio 1524, e il punto di partenza, uno scoglio dese (...)
  • 81 Voir : “Jean de Verrazane, Capitaine du Roi François Ier” Conférence prononcée le 22 octobre 1992, (...)

56Ainsi, durant l’hiver 1524, Giovanni part d’un îlot proche de Madère, probablement pour se protéger de ses concurrents et ennemis, les Espagnols et les Portugais80, traverse l’Océan Atlantique en cinquante jours, se dirige d’abord vers le Sud, vers la Floride, fait demi-tour, débarque en Caroline du Nord, remonte ensuite jusqu’à la latitude de Terre-Neuve, puis revient à Dieppe81.

  • 82 Édition citée, pp. 106 à 115. Voir aussi : Jacques Habert, « Jean de Verrazane Capitaine du roi Fra (...)

57Moins de six mois après son retour en France, Verrazzano envisage un nouveau voyage de découverte, dont le circuit reste ignoré pendant quatre siècles et ce n’est qu’en 1954 que des documents secrets, extraits de la Torre do Tombo, permettent de connaître la randonnée de Giovanni sur les océans. Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert82 estiment que notre navigateur, à la tête d’une flotte de trois navires, entendait renouveler l’exploit de Magellan en faisant route, cette fois, vers l’extrême sud du continent américain. Là, il essuie une terrible tempête qui le contraint à repartir vers l’Est. Il double donc le Cap de Bonne Espérance et se dirige vers les Indes. C’est alors que les équipages se révoltent. Seuls les matelots de Jean Ango acceptent de continuer dans l’Océan Indien. Ils atteignent Sumatra, mais au retour font naufrage à Madagascar. Douze d’entre eux finissent par atteindre le Mozambique où les Portugais s’en saisissent, les interrogent et demandent au gouvernement de Lisbonne s’il convient de les exécuter. Nous ignorons la réponse faite à Antonio da Silveira de Meneses. Pendant ce temps, les deux autres navires, commandés par les frères Verrazzano, traversent l’Atlantique d’Est en Ouest, se rendent au Brésil, où ils embarquent une cargaison du fameux bois rouge. Surpris par les Portugais, ils rentrent à Honfleur le 18 septembre 1527, après un périple qui aura duré quinze mois. Le témoignage de Silveira est essentiel :

  • 83 Cette Bouche du Dragon a intrigué les historiens, puisque certains émettent l’hypothèse qu’il s’agi (...)
  • 84 Lettre d’Antonio da Silveira de Meneses, adressée de Mozambique au roi Jean III, en date du 15 Juil (...)

...Je dis que les Français s’aventurent à venir en ces contrées, parce que, le samedi 18 juillet au matin, entra dans le port de Moçambique une barcasse très mal faite à bord de laquelle étaient 12 Français ; et, de leur voyage et de l’endroit où l’embarcation avait été armée, ils contèrent ce qui suit. Un Florentin du nom de Jean de Varamsano, qui avait séjourné à Lisbonne et était parti pour la Castille avec Fernào de Magalhàes, était l’armateur et le principal capitaine. ... le temps leur fut si contraire qu’ils ne purent pénétrer dans la Bouche du Dragon83, et que, faisant demi-tour, ils allèrent chercher le cap de Bonne-Espérance...84

et Silveira de donner tous les détails à son souverain.

  • 85 Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert, édition citée, pp. 122 et 123. Il convient de remarquer (...)
  • 86 Ibidem, p. 124.
  • 87 Ibidem, p. 124.

58Par ailleurs, la composition poétique de Jules Jove permet de retrouver les traces du troisième et dernier voyage de Giovanni85. L’explorateur reprend la même route qu’en 1526, fait étape aux îles Abaco et Bahamas. Ici, il convient d’envisager deux hypothèses : Verrazzano passe alors par le Canal du Vent, entre Cuba et Haïti, en direction de l’Isthme de Panama ; ou alors il emprunte une route plus sûre, vers l’Est des Bahamas, vers Porto Rico, les Iles Vierges, les Petites Antilles, la Trinité, d’où il aurait pu faire voile vers le Darien. Quoi qu’il en soit, en Août 1528, c’est le drame. Le lieu de ce dernier varie suivant l’itinéraire emprunté par Giovanni86 : la côte Nord de la Jamaïque, si le navigateur est passé par le Canal du Vent, la Guadeloupe, si La Flamengue a longé les Petites Antilles. Nous penchons plutôt pour la seconde supposition, étant donné que, sur sa mappemonde de 1529, Girolamo désigne ces îles de “Insule di Cannibali”87.

59Cependant, si le voyage de notre navigateur s’achève ici, son frère poursuit sa route, se rend au Brésil et ramène en France La Flamengue, lourdement chargée. Il repartira d’ailleurs pour un nouveau circuit, en 1529, avec un bateau au nom prédestiné : La Bonne Aventure.

60L’obstination des frères Verrazzano est encore plus manifeste si nous considérons les objectifs des différents voyages entrepris.

61Le but de la première expédition de Giovanni est clairement exprimé par Fernando Carli dans la lettre adressée à son père :

  • 88 Giuseppe Arcangeli, « Lettera di Giovanni da Verrazzano ... », édition citée, p. 53.

...pertanto, essendo nuovamente qui nuova della giunta del capitano Giovanni da Verrazzano nostro fiorentino allo porto di Diepa in Normandia con sua nave Delfina, con la quale si partì... per andare in busca di terre nuove per questa serenissima corona di Francia, ... con intenzione di... discoprire il Cataio, tenendo cammino per altri climati di quelli usano li Portughesi in lo discoprire di verso la parte di Calicut, ma andando verso coro e settentrione omnino tenendo, che ancora Tolomeo ed Aristotile ed altri cosmografi descrivano verso tali climati non trovarsi terra, di trovarne a ogni modo...88

  • 89 Girolamo Tiraboschi, Consigliere di S. A. S. il signor Duca di Modena, Storia della Letteratura Ita (...)
  • 90 Desimoni, Il viaggio di Giovanni Verrazzano all’America Settentrionale nel 1524, édition citée, p.  (...)
  • 91 Pour le financement de ce voyage, voir : Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert, édition citée, (...)
  • 92 Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert, édition citée, p. 61.
  • 93 Ce sont les termes de Jacques Habert, « Jean de Verrazane, Capitaine du Roi François Ier », édition (...)

62Le navigateur florentin a donc l’intention de partir à la découverte de terres nouvelles, au profit de la couronne de France. Il s’agit plus précisément de trouver une voie, différente de celles empruntées par les concurrents portugais, en direction du Cathay, mais en passant par l’Ouest89. Et ceci, malgré l’opinion contraire exprimée à travers les textes des Anciens, qui faisaient loi jusqu’alors. À ce propos, Desimoni90 cite la lettre que Jean da Silveira envoie au roi du Portugal le 25 avril 1523, où il fait allusion à ce projet d’expédition au Cathay nourri par Verrazzano, sur l’ordre de François Ier. En réalité, cette première expédition91 répond à un triple objectif, dans la mesure où, si Giovanni se passionnait pour la découverte de terres nouvelles, le roi François Ier était plutôt avide de gloire et les hommes d’affaires, lyonnais, florentins ou normands recherchaient bien évidemment de nouvelles sources d’enrichissement. D’ailleurs, l’expédition a justement été rendue possible par la conjonction entre l’ambition du roi, l’esprit d’entreprise de Giovanni et la collaboration de la banque florentine de Lyon avec le milieu d’affaires rouennais92. C’est donc “une entreprise nationale et une affaire commerciale privée en même temps”93.

63Le second voyage répond, quant à lui, à un objectif quelque peu différent, puisqu’il consiste essentiellement en une entreprise commerciale, comme le déclare Federigo Melis :

  • 94 Édition citée, p. 54.

Bisogna considerare, poi, che i due viaggi avevano obiettivi differenti : mentre il primo avrebbe dovuto servire, anzitutto, alla individuazione di un ‘passaggio’ verso il Cattaio, al di sopra delle terre antecedentemente scoperte e che Amerigo Vespucci aveva definito ‘un Continente nuovo’, il secondo aveva scopi essenzialmente mercantili, indirizzandosi verso terre già praticate (le Indie per la via del Capo — sulla quale, tuttavia, si avventurò soltanto una delle tre navi del convoglio — ed il Brasile).94

  • 95 Voir. Ilaria Luzzara Caraci, dans son introduction à Scopritori e Viaggiatori..., édition citée, p. (...)

64Ilaria Luzzana Caraci, Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert expriment la même hypothèse, qualifiant cette nouvelle expédition de “voiage des espiceryes aux Indes”95.

  • 96 Alessandro Bacchiani, « I fratelli da Verrazzano... » édition citée, p. 382 : “...bisogna quindi ri (...)
  • 97 Green, « Della vita e delle navigazioni di Giovanni Verrazzano », édition citée, p. 255 : “I mercan (...)

65Bacchiani, lui, estime que ce voyage répond à l’espoir d’approfondir les découvertes antérieures et de trouver des matières premières qui puissent compenser les dépenses des expéditions et ouvrir de nouvelles voies de circulation pour la France et l’Italie96. Et Green ajoute que les marchands lyonnais ont probablement fait pression sur François premier pour obtenir son soutien97.

66Ces diverses volontés rencontrent la profonde motivation de Giovanni qui, dès son retour du premier périple, annonce, dans la conclusion de sa lettre à François Ier, son intention de repartir. Il espère, de son côté, rencontrer une meilleure occasion pour réaliser l’heureux achèvement de sa recherche :

  • 98 “Il commentario della ‘Delfina’ e del suo viaggio”, dans Alessandro Bacchiani, « Giovanni da Verraz (...)

Spero con l’aiuto di Vostra Maestà ne haremo megliore certitudine, la quale idio omnipotente prosperi in diuturna fama, a causa veggiamo optimo fine di questa nostra cosmographia et che si adempia la sacra voce de lo evangelo ‘In omnem terram exivit sonus eorum etc.’98

  • 99 Bacchiani, édition citée, strophe 8, p. 398 : “Il Verezan voltar fece il suo legno / Et navigando v (...)
  • 100 Mollat du Jourdin et Habert, édition citée, p. 124, ajoutent que “Giovanni n’était pas homme à ... (...)

67Si l’on se réfère au poème de Jules Jove99, l’objectif du troisième voyage serait le même que celui du premier, à savoir la recherche d’un passage entre l’Atlantique et le Pacifique par l’Amérique centrale100.

68Quoi qu’il en soit, le bilan des voyages de notre navigateur est fait de succès et d’échecs.

69Échec tout d’abord, dans la mesure où Giovanni n’a pas trouvé le passage tant souhaité, échec aussi parce qu’il n’a pas atteint le Cathay, échec encore parce qu’il a déçu l’espoir que les marchands florentins, lyonnais et normands avaient mis en lui. Et Fernando Carli manifeste clairement son ignorance à propos de ce qu’a rapporté Verrazzano :

  • 101 Arcangeli, édition citée, p. 54.

Quello che questo nostro capitano abbia condotto non dice per questa lettera, salvo uno uomo giovanetto preso di quelli paesi.101

70Il semble d’ailleurs plutôt déçu, mais ses attentes sont bien celles de ses concitoyens :

  • 102 Ibidem, p. 54.

ma stimansi che abbia portato mostra di oro, poiché da quelle bande non lo stimano, e di droghe e di altri liquori aromatici, per conferire qua con molti mercatanti di poi che sarà stato alla presenza della Serenissima Maestà.102

  • 103 En effet, sa Relation est datée du 8 Juillet 1524 et la lettre de Fernando Carli du 4 Août 1524.

71En réalité, Giovanni n’a rien rapporté de tout cela et peut-être tarde-t-il à dessein à se rendre à Lyon, puisqu’il est arrivé en France depuis un mois déjà103.

  • 104 À ce propos, Fernando Carli laisse en blanc le tonnage du bateau, Arcangeli, édition citée, p. 53 : (...)

72Échec aussi, dans la mesure où l’entreprise du navigateur se heurte à plusieurs reprises à l’indifférence du roi de France qui avait déjà réduit la flotte mise à sa disposition, puisque Giovanni part avec la seule Dauphine104 au lieu des quatre navires prévus. Il doit d’ailleurs attendre la fin de la captivité du souverain pour pouvoir repartir la seconde fois.

73Cependant, l’échec des expéditions est dû tout particulièrement aux conditions atmosphériques. Au cours du premier voyage déjà, Giovanni doit affronter le mauvais temps et se garder du naufrage. Ainsi, le 24 février, il essuie une terrible tempête :

  • 105 Bacchiani, “Il commentario della ‘Delfina’ e del suo viaggio”, édition citée, p. 1309.

Il dì XXIIII di febbraio passammo una tormenta tanto aspra quanto mai homo che navicassi passassj. Da la quale col divino aiuto et bontà della nave, dal glorioso nome et fortunato fato acta a sopportare le violente onde del mare, fumo liberj.105

74Au mois de mars, il se heurte à des vents violents :

  • 106 Ibidem, p. 1311.

...più volte nel principio di marzo come sempre in ogni regione esser suole le forze de’ venti, sendo in alto mare surti, da procelle oppressi, prima trovammo l’ancora rotta che nel fondo arassi, o facessi movimento alcuno.106

  • 107 Ibidem, pp. 1311-1312.

puis il brave la force des vagues. Ainsi, lorsque la chaloupe envoyée à terre avec vingt-cinq hommes ne réussit pas à accoster, Giovanni envoie un jeune matelot à la nage, mais les flots sont d’une telle violence qu’il roule à demi-mort sur le rivage. Survient alors un épisode aussi effrayant qu’humoristique. En effet, le jeune homme est repêché par les indigènes qui le déshabillent et l’approchent d’un grand feu. À cette vue, les matelots restés sur la chaloupe sont saisis d’épouvante, craignant que leur compagnon ne soit rôti puis dévoré, alors que les indiens ne font que lui venir en aide107. De toutes façons, Verrazzano fait preuve d’une grande prudence. Il n’engage pas la Dauphine dans des eaux périlleuses, sans avoir d’abord dépêché une chaloupe et revient au bateau dès que se lèvent les vents contraires. C’est le cas par exemple dans l’embouchure du fleuve qu’il baptisera “Vendôme” et qui est aujourd’hui l’Hudson :

  • 108 Ibidem, p. 1314.

per esser surti a la costa in buono abligo, non volemmo sanza intelligentia da la foce aventurarci. Fumo col batello, entrando ne la detta riviera a la terra, quale trovammo molto popolata... In uno istante, come avenir suole nel navicare, movendosi uno impeto di vento contrarjo dal mare fummo forzati tornarci ala nave lassando la detta terra con molto dispiacere...108

  • 109 Ibidem, pp. 1314-1315 : “Discoprimmo una isola in forma triangolare, lontana dal continente leghe d (...)
  • 110 Ibidem, p. 1318 : “...intra qual spatio trovamo syrti, che si extendevano dal continente in pelago (...)

75De même, si le danger paraît trop grand, il préfère ne pas débarquer, dans “l’île Louise”109, par exemple, ou aux bas-fonds d’Armellino110. Une autre fois, il se laisse guider par les indigènes, comme au port du “Refuge” :

  • 111 Ibidem, p. 1316. Selon toute vraisemblance, ce serait l’actuel Newport.

...un giorno davanti entrassimo con la nave nel porto, stando per li tempi aversi una lega in mare surti, venivano con numero grande di loro barchette a la nave... facendoci segno dove per salvatione de la nave, nel porto havessimo a surgere, di continuo accompagnandone per insino in quello posamo l’ancora.111

76Bref, les difficultés atmosphériques retardent les projets de Giovanni qui, les vivres épuisés, est contraint de rentrer en France.

77Lors de la seconde expédition, les marins sont aux prises avec les mêmes difficultés, à tel point que deux navires sont obligés de rebrousser chemin alors que le troisième se perd corps et biens. Pour ce voyage-ci, nous ne disposons pas d’un compte rendu du navigateur, mais seulement du témoignage apporté par la lettre qu’Antonio da Silveira de Meneses adresse au roi du Portugal le 15 Juillet 1528 :

  • 112 Mollat du Jourdin et Habert, édition citée, pp. 107-109.

...Et les deux navires naviguant de conserve avec l’intention de suivre la route de Fernào de Magalhàes parce qu’ils disent qu’ils avaient décidé d’aller aux Molluques, le temps leur fut si contraire qu’ils ne purent pénétrer dans la Bouche du Dragon, et que, faisant demi-tour, ils allèrent chercher le cap de Bonne-Espérance.112

78Il fait ensuite le récit du naufrage du troisième bateau :

  • 113 Ibidem, p. 108.

Naviguant ainsi..., ils manquèrent l’île de Sào Lourenço en passant par le sud, et sans voir d’autre terre que celle de Sumatra, ils longèrent cette île par le nord et par le sud ; comme ils débarquaient à Achem, les indigènes tuèrent leur pilote, le contremaître et quelques hommes. Ce que voyant et parce qu’ils n’avaient pas de pilote capable de les mener plus loin, ils reprirent la route de la France et ils abordèrent aux îles Maldives et à l’île de Sào Lourenço où ils s’arrêtèrent quelques jours. Voulant reprendre leur route, ils s’échouèrent sur un banc de sable de la côte de cette île de Sào Lourenço. Ayant perdu leur navire, ils construisirent la barcasse sur laquelle vinrent ces douze hommes ; l’un d’eux était le maître d’équipage dudit navire. Quant au capitaine qu’ils désignèrent après la mort du pilote, il monta dans la chaloupe avec 9 hommes, mais on ne sait ce qu’ils sont devenus.113 :

79Bref, le mauvais temps a interrompu la descente vers le Détroit de Magellan et imposé un repli vers le Cap de Bonne-Espérance, à partir de la côte brésilienne. Le but projeté n’a donc pu être poursuivi.

  • 114 Ramusio, édition citée, tome III, cc. 420 et suivantes, écrit : “Dans le dernier voyage qu’il fit, (...)
  • 115 Paul Jove, Elogia Vivorum, Mollat du Jourdin et Habert, édition citée, p. 122 : “Tandis que Giovann (...)

80La troisième expédition se termine encore plus mal, puisque Giovanni la paie de sa vie. La mort du navigateur nous est connue grâce aux écrits de certains auteurs du XVIe siècle, tels Giovanni Battista Ramusio114 et Paul Jove115. Tous racontent comment le courageux navigateur descend à terre avec quelques compagnons, est mis à mort par les indigènes, rôti puis dévoré, à la vue de ceux qui sont restés sur la Flamengue, mais le plus éloquent est le poète Jules Jove dans la strophe 9 et les cinq premiers vers de la strophe 10 de son poème :

  • 116 Bacchiani, « I fratelli da Verrazzano... », édition citée, p. 398. Voir aussi : Mollat du Jourdin e (...)

Da gente cruda fur a un tratto presi
Ch’a l’improviso gli saltorno adosso.
Occisi fur e per terra distesi

Fatti in più pezzi sin al minimo osso
Da quelli fur mangiato. E in quei paesi
Gli fu il fratel del Verezan che rosso
Vede il terren del sangue del fratello
Nè puote in barca stando aggiutar quello.

Costui il tutto vide e in Roma poi
Venuto essendo un giorno lacrimando
Racontò questo fatto acerbo a noi.
Tal che costui nove terre cercando
Hebbe il fin tristo...
116

  • 117 Bacchiani, édition citée ci-dessus, p. 398 : “...Mentre naviga et cerca col suo ingegno/ Scoprir pi (...)
  • 118 Mollat du Jourdin et Habert, édition citée, p. 125.

81Dans la strophe 8, Jules Jove précise d’ailleurs le nombre des compagnons d’infortune de Giovanni : six117. Cependant, s’il ne connaît pas leur nom, le procès de liquidation de l’armement de la Flamengue en cite trois : Jean Champion, Hébert Mustel et Guillaume Maufils118.

  • 119 Tiraboschi, édition citée, p. 263, écrit : « Maggior fede sembra doversi al Ramusio, scrittore di q (...)
  • 120 Bacchiani, « I fratelli da Verrazzano... » édition citée, pp. 386-389 : “Una morte non più misterio (...)
  • 121 Bacci, édition citée, pp. 232-233 : “La straziante fine dell’Eroe, è stata raccolta tale e quale fu (...)
  • 122 « I fratelli da Verrazzano ... », édition citeé, p. 581, où elle cite le texte de Jules Jove.
  • 123 « Jean de Verrazane Capitaine du roi François Ier », édition citée, p. 107 : “Il n’alla pas directe (...)
  • 124 Ce sont les termes de Jacques Habert, « Jean de Verrazane Capitaine de François Ier », édition cité (...)

82Les circonstances du drame sont rappelées ensuite par tous ceux qui, à des époques différentes, se sont intéressés à notre explorateur : Tiraboschi119, Bacchiani120, Bacci121, Ilaria Luzzana Caraci122 ou Jacques Habert123. Ainsi périt, à 47 ans, Jean de Verrazane, capitaine du roi François Ier124.

  • 125 Alessandro Bacchiani, « I fratelli da Verrazzano e l’eccidio di una spedizione italo-francese in Am (...)

83La grande aventure américaine de Giovanni s’achève donc sur l’échec suprême, la mort, même si Alessandro Bacchiani en fait un martyr de la science125. Bref, Verrazzano n’a pas atteint les objectifs qu’il s’est fixés : il n’a pas découvert un passage en Amérique Centrale, il a déçu également sur le plan économique, n’ayant rapporté ni or ni diamants, mais seulement du bois rouge et un petit indien, et n’a même pas réussi à ramener la Flamengue à bon port.

  • 126 Ilaria Luzzana Caraci, Scopritori e viaggiatori..., édition citée, p. 578 : “Sul piano esplorativo (...)

84Cependant, son échec n’est qu’apparent. En effet, sur le plan de l’exploration, les expéditions de notre navigateur constituent plutôt un succès126. L’enthousiasme provoqué par Giovanni sur ses concitoyens est particulièrement manifeste dans la lettre de Fernando Carli. Celui-ci rend grâce à Dieu d’avoir permis au Florentin de découvrir un continent plus étendu que l’Europe, l’Afrique ou partie de l’Asie :

  • 127 « Lettera di Fernando Carli a suo padre... », Arcangeli, édition citée, p. 54.

...lo Dio grande, per darci ogni giorno più notizie di sua infinita possanza e mostrarci di quanto sia admirabile questa mundiale machina, gli ha discoperto una latitudine di terra... di tanta grandezza che, secondo le buone ragioni e gradi, per latitudine (et) altezza, assegna e mostra più grande che l’Europa, Africa e parte di Asia...127

85Il continue en formulant un double espoir : que l’explorateur puisse repartir avec une flotte bien armée et qu’il découvre quelque trafic profitable :

  • 128 Ibidem, p. 55. Remarquons que Mollat du Jourdin et Habert, édition citée, p. 88, précisent le nombr (...)

...e speriamo che rimontandosi delle altre buone navi e vascelli ben conditi e vettovagliati come si richiede, abbia ad iscoprire qualche profittoso traffico e fatto...128

  • 129 Alessandro Bacchiani, « I fratelli da Verrazzano... », édition cité, p. 393 : “La sua relazione a F (...)
  • 130 Andrea Miroglio va dans ce sens. Voir « Giovanni da Verrazzano : il viaggio del 1524 nel nuovo mond (...)
  • 131 Voir l’analyse d’Ilaria Luzzana Caraci, Scopritori e viaggiatori..., édition citée, p. 583.
  • 132 Charles-André Julien, « Les Français en Amérique pendant la première moitié du XVIe siècle », dans (...)

86Cet enthousiasme est provoqué tout particulièrement par le contenu de la Relation de Giovanni, “chef-d’œuvre d’observation et d’intuition scientifique”, comme la qualifie Alessandro Bacchiani129. En effet, Verrazzano donne l’impression d’avoir découvert un monde différent et une humanité heureuse130 et il répond ainsi au mythe du paradis terrestre, en vogue à l’époque. Il semble subjugué par la beauté des lieux, par la végétation luxuriante, envoûté par les parfums, intéressé par la variété des animaux et convaincu de la richesse des ressources naturelles. Le paysage paraît souvent idyllique, la terre est fertile, la mer calme, le climat propice et les vents faibles131. Cependant, il est particulièrement attiré par les indigènes, qu’il décrit minutieusement132et dont il vante la beauté. C’est le cas par exemple des habitants du “Refuge”, dont il considère la race comme la plus belle et la plus policée :

  • 133 À ce propos, il est intéressant de faire référence à un autre Florentin, Francesco Carletti (1573-1 (...)
  • 134 « il commentario della ‘Delfina’ e del suo viaggio”, dans Alessandro Bacchiani, « Giovanni da Verra (...)

...Questa è la più bella gente et la più gentile di costumi che habbiamo trovata in questa navigatione. Excedano a noi di grandeza ; sono di colore bronzino, alcunj pendano più in biancheza, altri in colore flavo ; el viso profilato, e’ capelli lunghi e neri, ne li quali pongono grandissimo studio in adornargli ; li occhi neri et prompti, l’aria dolcie et suave imitando molto l’antico. De l’altre parti del corpo non dirò a Vostra Maestà133 tenendo tutte le proportionj s’appartiene a ogni homo bene composto. Le donne loro sono della medesima formosità et bellezza ; molto gratiose, di venusta aria et grato aspetto, di costumj et continenza secondo l’uso muliebre tanta quanta a humana creatura s’appartiene ; vanno nude con solo una pelle di cervio ricamata come li huomini, et alcune a le braccia portano pelli di lupi cervieri molto ricche, il capo nudo con varii ornamenti di treccie, composti de’ medesimi capelli, che pendano da l’uno et l’altro lato del petto. Alcune hanno altre acconciature come le donne de Egypto e di Syria usano, et queste sono quelle che excedano a la età et giunte in sponsalitio...134

  • 135 “Il commentario della ‘Delfina’...” Bacchiani, Alessandro, édition citée, p. 1319 : “... Le gente t (...)

87Ainsi, même s’il ne passe pas sous silence les rencontres avec des peuples hostiles, qui n’ont d’ailleurs rien à offrir, sur la terre de la “race mauvaise” par exemple135, Giovanni dépeint des sites fabuleux que tout le monde aimerait connaître.

88Pourtant, si les expéditions du navigateur sont un succès sur le plan de l’exploration, elles le sont aussi sur le plan scientifique et sur le plan politique.

  • 136 Voir Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert, édition citée, pp. 125-138 : “Quatrième voyage : J (...)

89Sur le plan scientifique, dans la mesure où, revenu du voyage tragique, Girolamo dessine la célèbre carte et, quelques mois plus tard, repart pour une autre expédition, du Havre au Havre, par le Brésil et Alexandrie136. Il continue ainsi l’œuvre de son frère Giovanni.

  • 137 Ibidem, p. 114 : “L’aventure des rescapés de Mozambique s’insère parmi les premiers passages frança (...)
  • 138 Ilaria Luzzana Caraci, Scopritori e viaggiatori..., édition citée, p. 578.
  • 139 Voir : “La ‘Linea Alessandrina’ (1493)” dans : Mario Bendiscioli e Adriano Gallía, Documenti di Sto (...)
  • 140 Mollat du Jourdin et Habert, édition citée, p. 119.

90Mais c’est surtout sur le plan politique que l’entreprise de Giovanni est une réussite. Grâce à lui, en effet, les Français trouvent leur place sur les mers. Il convient de noter tout d’abord que les hommes de Verrazzano seraient parmi les premiers Français à avoir débarqué à Madagascar, ou Saint-Laurent, comme l’on disait à cette époque-là137, mais le plus grand mérite du navigateur est d’avoir prouvé que, sur les mers aussi, la France pouvait se mettre au diapason avec les autres pays138. Giovanni porte ainsi atteinte aux prétentions des puissances espagnole et portugaise qui, par la fameuse “Linea Alessandrina”139, se réservaient la domination des eaux. Le roi du Portugal avait d’ailleurs donné l’ordre de nettoyer la côte brésilienne de toute présence étrangère et l’attitude de Verrazzano qui y débarque en 1527 apparaît presque comme une provocation140.

  • 141 Jacques Habert, « Jean de Verrazane Capitaine du Roi François Ier », édition citée, p. 100.

91François Ier avait déjà, quant à lui, proclamé la liberté des mers, dans cette phrase célèbre : “Dieu n’a pas créé ces terres pour les Castillans seulement.”, comme dans la réponse qu’il donna un jour à l’ambassadeur du Portugal, en lui demandant de lui montrer la “clause du testament d’Adam qui réserve ces pays à son roi”141.

  • 142 Tiraboschi, édition citée, p. 261 : “Al Verazzani dee la Francia il dominio di parte dell’America S (...)
  • 143 Andrea Miroglio, édition citée, p. 66 : “Verrazzano, complice la rappresentazione cartografica del (...)
  • 144 Bacchiani, “Il commentario...”, édition citée, p. 1312 : “Al quale isthmo si pose da lo inventor (n (...)
  • 145 Bacchiani, « Giovanni da Verrazzano e le sue scoperte nell’America settentrionale... », édition cit (...)
  • 146 Charles IX, duc d’Alençon (1492-1525), était le beau-frère du roi François premier, dont il avait é (...)
  • 147 Guillaume Gouffier, seigneur de Bonnivet (1488-1525), était un ami d’enfance de François Ier.
  • 148 Jean de Lorraine (1498-1552), cardinal de Guise, plus connu sous le nom de cardinal de Lorraine.
  • 149 Le comte de Saint Pol était François II de Bourbon-Vendôme (1491-1545).
  • 150 Bacchiani, “Il commentario...”, dans « Giovanni da Verrazano e le sue scoperte... » Édition citée, (...)
  • 151 “Il commentario...”, Bacchiani, édition citée, p. 1318 : “...quale per la natura del saxo e per la (...)
  • 152 “Il commentario...”, Bacchiani, édition citée, p. 1318 : “...a cui dextro lato de detta bocca del p (...)
  • 153 Ibidem, p. 1318 : “Intra qual spatio trovamo syrti, che si extendevano dal continente in pelago leg (...)

92Bref, la France doit à Giovanni sa place sur les mers, mais elle lui doit aussi, comme l’affirme Tiraboschi142, la domination d’une partie de l’Amérique du Nord. Celle-ci est tout particulièrement illustrée par la toponymie choisie par Verrazzano, qui, faisant preuve d’un grand sens politique, appelle de nombreux lieux visités par le nom de personnages proches de François Ier. Le vainqueur de Marignan pouvait alors non seulement en tirer gloire, mais aussi revendiquer des droits sur les nouveaux territoires143. Ainsi, l’ensemble du pays découvert lors de sa première expédition est nommé “Francesca”144, le grand fleuve qui coule entre deux promontoires est baptisé “Vendôme”, en l’honneur du Comte de ce nom145, les deux caps prennent le nom d’Alençon146, en l’honneur du beau-frère du roi, et Bonnivet147 pour l’amiral de France. La côte de Lorraine, ainsi nommée en souvenir du cardinal148 se termine par la colline de Saint Pol, du nom du frère cadet de Charles de Bourbon149. Bref, tous les favoris du roi trouvent leur place dans la mémoire de Verrazzano. Les souverains eux-mêmes ne sont certes pas oubliés : la future ville de New-York s’appelle “terre d’Angoulême”150, d’après le nom que le roi portait auparavant, la baie devient “baie Marguerite”, pour honorer la sœur du roi, et l’actuelle île Block devient “l’île Louise”, en référence à la mère du vainqueur de Marignan. S’y ajoutent ses sympathies propres, celle pour une dame qu’il aurait peut-être aimée, madame de Pierre-Vive151, et celle pour son ami Paul Jove auquel il dédie un promontoire152. Et ainsi de suite. Au passage, il écorche le nom de ses ennemis, celui du cardinal Armellini, trésorier du pape, très redouté par les banquiers florentins, par exemple. Il lui consacre ainsi les bas-fonds sur lesquels la Dauphine a failli s’échouer153.

  • 154 Jacques Habert, « Jean de Verrazane, Capitaine du Roi François Ier”, édition citée, p. 108. Le trai (...)

93En somme, grâce au Florentin Verrazzano, la France pouvait dominer l’Amérique et Jacques Habert précise que l’appellation de “Nouvelle France” pour cette côte des États-Unis subsista durant 234 ans, jusqu’en 1763, date du traité de Paris154.

  • 155 Il était qualifié de “ottimo piloto”. Voir : Desimoni, « Intorno al fiorentino Giovanni Verrazzano. (...)
  • 156 Jacques Habert, « Jean de Verrazane capitaine du Roi François Ier », édition citée, p. 106.

94En conclusion, Giovanni da Verrazzano qui jouissait d’une grande renommée de son vivant155, qui put se permettre de refuser les offres alléchantes du roi du Portugal156 et celles d’Henri VIII, pour rester fidèle à son pays d’adoption, la France, dont il défendit les couleurs sur les mers, souffre aujourd’hui d’une injuste méconnaissance. Même si la ville de New-York lui a dédié un pont à l’entrée de la Baie, reliant Staten Island et Brooklin, le navigateur n’est pas considéré à sa juste valeur en Europe. Et, sans oublier les termes mesurés de Charles-André Julien :

  • 157 « Les Français en Amérique... » édition citée, p. 7.

Nul explorateur ... n’a été plus méconnu que Verrazzano. Une sorte de fatalité s’est abattue sur lui, qui a détruit ou mutilé les documents qui rendaient compte de son voyage. L’histoire qui n’aime pas travailler sur des documents tronqués a été sévère pour le marin toscan au point de contester, non seulement la réalité de ses voyages, mais sa propre personnalité...157

nous préférons donner le mot de la fin au découvreur du manuscrit Cèllere, Alessandro Bacchiani, qui après avoir reproché leur indifférence à la France et à l’Italie, se félicite d’avoir contribué à rendre justice à l’explorateur florentin :

  • 158 Alessandro Bacchiani, « I fratelli da Verrazzano... », édition citée, p. 394.

...se il seme gettato dal Verrazzano non fruttificò, non è colpa del navigatore italiano. La Francia distratta dalla lotta con Carlo V non sapeva dare a questi tentativi scientifici e commerciali nè impulso vitale, nè continuità : e l’Italia, insensibile alla gloria dei suoi figli, abbandonava agli stranieri i tesori d’energia e di talento del suo sangue, così come si rassegnava a diventar indifferentemente francese o spagnola...
...Come si è venuti a questa luce ? Abbandonando le fantasie dei critici d’oltralpe o d’oltreoceano e risalendo alle fonti, che dagli archivi e dalle biblioteche sono sgorgate fresche e copiose. Era tempo. In questa fortunata ora di... revisione dei nostri valori del presente e del passato giunge opportuna – se non altro come atto di tarda ma sicura giustizia – la rivendicata fama dei Verrazzano.
158

Haut de page

Notes

1 Alessandro Bacchiani, « Giovanni da Verrazzano e le sue scoperte nell’America settentrionale (1524) secondo l’inedito codice sincrono Cèllere di Roma », Roma, Bollettino della Società Geografica Italiana, 1909, p. 1274.

2 Nous tenons à remercier Nico Lobbia pour sa grande disponibilité et l’aide qu’il nous a apportée dans nos recherches.

3 « Les Français en Amérique pendant la première moitié du XVIe siècle », introduction par Ch.-A. Julien, Textes des voyages de Gonneville, Verrazano, J. Cartier et Roberval avec deux cartes hors-texte, Édites par Ch.-A. Julien, Herval, Th. Beauchesne, Colonies et Empires, Collection internationale de Documentation coloniale, publiée sous la direction de Ch.-André Julien, Deuxième série : “Les Classiques de la Colonisation”, Paris, Presses Universitaires de France, 1946, p. 7, note 1 : “Il convient d’écrire Verrazano de préférence à Verazzano ou Verrazzano, en raison de la signature Janus Verrazanus au bas de la lettre à François Ier et de l’emploi des formes Verrazano et Verrazana sur le planisphère de 1529 dû à Girolamo, le frère du navigateur”.

4 Federigo Melis, « Uno spiraglio di luce sul finanziamento del primo viaggio di Giovanni da Verrazzano », in Giovanni da Verrazzano, Giornate commemorative, Firenze-Greve in Chianti. 21-22 ottobre 1961, Firenze, Olschki, 1970, p. 46 note 5.

5 Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert, Giovanni et Girolamo Verrazano navigateurs de François premier, Paris, Imprimerie Nationale, 1982, pp. 54 et 55 : “L’orthographe du nom est diverse. Elle a varié dans le temps et selon les pays...”

6 Andrea Miroglio, « Giovanni da Verrazzano : Il viaggio del 1524 nel nuovo mondo e la “Lettera” al Re di Francia Francesco I di Valois », Veltro, XXXVI, gennaio-aprile, 1992, pp. 55 à 71, et plus particulièrement, p. 57 : “A proposito della sua origine, sulla cui esatta definizione si accese, nella seconda metà dell’Ottocento, una violenta polemica, provocata dall’intervento di Buckingam Smith, uno studioso statunitense che volle addirittura metterne in dubbio l’esistenza (spunto di tale asserzione fu la presunta identificazione tra il navigatore ed un noto pirata francese, tale Jean Florin nativo di Honfleur, il cui nome poteva facilmente essere “letto” come “fiorentino”)...

7 Voir ses articles des plus significatifs :
Prospero
Peragallo, « Notizie ed appunti su Giovanni Florin e Giovanni Verrazzano », dans Bollettino della Società Geografica italiana, Roma, Società geografica italiana, 1896, Fascicolo VI, pp. 189-190.
Prospero
Peragallo, « Intorno alla supposta identità di Giovanni Verrazzano col corsaro francese Giovanni Florin », Memorie della Società Geografica Italiana, Roma, Società Geografica Italiana, 1897, pp. 165-190.
Prospero Peragallo, « Ancora sulla distinta personalità di Giovanni da Verrazzano, navigatore, e di Giovanni Florin, corsaro », dans
Bollettino della Società Geografica Italiana, Roma, Società Geografica Italiana, 1900, Serie IV, Volume I, pp. 402-409.

8 Prospero Peragallo, « Intorno alla supposta identità di Giovanni da Verrazzano », cit., p. 166 : “Pochi anni fa, l’americano Murphy usciva fuori con un libro, nel quale, dopo di aver tentato, a furia di sofismi, paralogismi, stiracchiature, e maligne insinuazioni, di spogliare il Verrazzano della gloria di scopritore, consentitagli da tutti i suoi contemporanei, e testè dal dottissimo Enrico Mayar, ardì convertirlo in un semplice corsaro a servizio dei Francesi, e giustiziato poi in Spagna sotto il nome di Giovanni Florin, nel novembre del 1527”.

9 Ibidem, pp. 167-168, note 2.

10 Andrea Miroglio, article cité, p. 57.

11 P. Peragallo, « Intorno alla supposta identità di Giovanni da Verrazzano », cité, p. 167.

12 Ibidem, p. 167 : “Come si vede, per confondere Giovanni Florin con Giovanni Verrazzano bisogna fare non una, ma parecchie supposizioni o ipotesi. Ora, bastano esse per infamare un uomo, attribuendogli delitti che altri commise con nome diverso ?”.

13 Ibidem, pp. 168-169 : “L’identità non è stata provata né rigorosamente, né imperfettamente, né nulla. Essa si fonda sopra una sinonimia immaginaria ; in onta, ripeto, ai canoni della critica ; in onta a tutti i documenti, i quali, quando si tratta dello scopritore di terre ignote e del progettista di viaggi alle Indie, nominano invariabilmente il Fiorentino Verrazzano ; mentre quegli altri documenti, che raccontano atti di pirateria, menzionano costantemente un corsaro francese Giovanni Florin ; due entità quindi perfettamente distinte, e con diversissime attribuzioni.”

14 Ibidem, p. 169. À propos des informations que les marchands portugais envoyaient à leur souverain, voir : Scopritori e viaggiatori del Cinquecento e del Seicento, tomo I, Il Cinquecento, a cura di Ilaria Luzzana Caraci, Testi e Glossario a cura di Mario Pozzi, Milano-Napoli, Ricciardi, 1991, et plus particulièrement p. 575 : “... dalla Francia, probabilmente proprio verso la fine di quello stesso 1522, alcuni mercanti portoghesi ivi residenti informavano il loro sovrano che un certo Joào Varezano, fiorentino, aveva proposto a Francesco I un viaggio di esplorazione delle cui conseguenze essi si mostravano assai preoccupati”.

15 Giovanni Battista Ramusio, Delle navigazioni et viaggi, Venezia, Stamperia de’ Giunti, 1556.

16 « Lettera di Fernando Carli a suo padre », dans Arcangeli, Giuseppe, Lettera di Giovanni da Verrazzano navigatore fiorentino a Francesco I re di Francia sulla scoperta di nuove terre nella costa settentrionale d’America con Altra lettera di Fernando Carli sullo stesso argomento. Documenti storici del secolo XVI tratti da un codice magliabecchiano preceduti da un discorso di Giuseppe Arcangeli letto alla società colombaria nell’adunata del 24 agosto 1851 », Archivio storico italiano, Firenze, Vieussieux, 1853, tomo IX, p. 53. Cette lettre est publiée également par Greene, Giorgio W., à la suite de la seconde partie de son article : « Della vita e delle navigazioni di Giovanni da Verrazzano », dans Il Saggiatore Giornale romano di Storia Letteratura Belle Arti Filologia e Varietà, diretto e compilato da Achille Gennarelli e Paolo Mazio, Roma, Tipografia della Minerva, 1844, pp. 257 à 259. Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert (édition citée, pp. 83-85), citent et traduisent cette lettre, mais modifient le prénom de “Fernando” en “Bernardo”.

17 Peragallo, « Intorno alla supposta identità di Giovanni da Verrazzano », cit., p. 171, note 4 : “Nel 1528, stando il Navagero tuttavia in Francia, accennava a’quel che tenta un Fiorentino con Francia circa a le terre nove che dice hbiaver trovato, e quel che spera.”

18 Ibidem, p. 170, note 5 : “L’an 1524, Jean Verazan florentin, envoyé par François I, découvrit la coste de l’Amérique, depuis le cap Breton jusques en Floride et Virginie, savoir depuis le 24 degré jusques au 41, il avoit intention d’aller jusques au Pole...”

19 Ibidem, pp. 170-171 : “Joannes Verrazzanus, jussu Francisci 1 Regis GAllíae, exploraturus an Florida et Occidentalis India esset perpetuo continens usque ad Polum...”

20 Peragallo, « Ancora sulla distinta personalità di Giovanni da Verrazzano, navigatore, e di Giovanni Florin, corsaro », cit. p. 404 : “sì o no, un fatto pubblico che il Fiorentino firmò invariabilmente tutti gli atti venuti a nostra notizia col suo vero nome e cognome ? non c’è dubbio.”, où l’on notera le ton péremptoire du critique italien.

21 Peragallo, « Intorno alla supposta identità di Giovanni da Verrazzano... », cit., p. 180.

22 Ibidem, p. 171.

23 Ibidem, p. 172.

24 Ibidem, p. 173.

25 Peragallo a pu consulter le manuscrit concernant l’héritage laissé à François Florin par son père dont la référence est la suivante : Archivio della Torre do Tombo, Gaveta 15, Maço 24, N. 3. Voir Peragallo, « Notizie ed appunti », cit., p. 190. Par ailleurs, les recherches en archives ont permis à Peragallo d’affirmer que : “...il Nunes, nella seduta del 29 maggio 1539, presentava ai giudici una lunga serie di così detti libelli o requisitorie, in varie delle quali veniva per l’appunto nominato il Giovanni Florin, quale autore e cooperatore e complice di non poche piraterie in pregiudizio esclusivo della navigazione e del commercio portoghese commesse esattamente tra gli anni 1521 e 1527, colla indicazione precisa del paraggio marittimo in cui ebbe luogo l’assalto corsaresco, del giorno, del mese e dell’anno, d’ogni cattura, del numero delle navi comandate dal Florin e dai suoi subalterni... Si aggiunge, che il Nunes, per la morte del Giovanni Florin, chiamava in causa, a rispondere per danni, il figlio di lui per nome Francesco Florin, avuto in legittimo matrimonio, ed entrato perciò verbo et re in possesso della paterna eredità, e residente all’Hâvre de Grace.” (Peragallo, « Intorno alla supposta identità... », cit., pp. 177-178).

26 Peragallo, « Intorno alla supposta identità... », cit., p. 179 : “Ora dalla stessa indicazione sommaria che ne avevo dato..., risultava che Giovanni Florin avea manifestato grande attività a corseggiare negli anni 1521, ‘24, ‘25, ‘26 e ‘27, e sempre in pregiudizio del commercio dei Portoghesi. Tenendo quindi conto di queste sue imprese corsaresche, e addizionandovi poi quelle che da altri documenti constava già avere egli commesso contro la navigazione spagnuola, si veniva formare una serie così lunga e così continua di depredazioni compiute da Florin, da alterare profondamente, sostanzialmente tutta quanta la biografia del nostro fiorentino, quando egli col nome fittizio di Florin avesse pirateggiato : tanto che non c’era più modo né verso, ossia, non restava più spazio alcuno per collocarvi quella sua spedizione alle coste settentrionali d’America... “Voir aussi : Peragallo, « Ancora sulla distinta personalità di Giovanni da Verrazzano... », cit., p. 403.

27 Ibidem, p. 405, mais aussi Peragallo, « Intorno alla supposta identità... », cit., p. 174.

28 Storia della Letteratura italiana del cavaliere abate Girolamo Tiraboschi consigliere di S.A.S. il Signor Duca di Modena, seconda edizione modenese riveduta corretta e accresciuta dall’autore, Tomo VII, parte I, Modena, Società Tipografica, 1791, p. 261.

29 Georges Washington Greene, « Della vita e delle navigazioni di Giovanni da Verrazzano... », cit., pp. 216-217 : “...la linea della sua stirpe è meglio nota, e tracciata con qualche certezza fino ad una rimota parte del medio evo : né sarà fuor di proposito aggiungere che la medesima si continuò fino a noi, essendo cessata nella persona del cav. Andrea da Verrazzano, il quale morì in Firenze nel 1819”.

30 Ibidem, p. 217, où Greene ne donne pas de précisions : “ ...una famiglia, che contava fra’ suoi maggiori alcuni de’ più ragguardevoli uomini della repubblica.”, dit-il simplement.

31 Giuseppe Arcangeli, « Lettera di Giovanni da Verrazzano... », cit., p. 21 : “Gli amatori delle antiche memorie dovranno ... rallegrarsi, che le carte riguardanti la famiglia da Verrazzano sieno state diligentemente serbate ; cosicché, se alcuno farà la storia di questa, come il Litta ha già fatto di altre illustri famiglie italiane, molti documenti potrà trovare nell’archivio dell’erede, per dimostrare come i Verrazzani nobilissimi sino ab antico esercitassero gli uffici pubblici, e nei tempi della Repubblica e in quelli più vicini a noi sotto la dominazione medicea”.

32 Ibidem, pp. 21 et 22.

33 Tiraboschi, édition citée, p. 261 : “... si afferma, ch’ei nacque da Pierandrea da Verazzano (avec un seul r) e da Fiammetta Capelli, e ciò probabilmente verso il 1485.”

34 Greene, édition citée, p. 216 : “Giovanni Verrazzano, i particolari della cui vita, quanti se ne son potuti adunare, saranno materia di questo scritto, nacque di Pier Andrea da Verrazzano e Fiammetta Capelli, cittadina di Firenze.”

35 Miroglio, édition citée, p. 57. Quant à Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert, dans leur ouvrage cité plus haut (p. 56), ils contestent le nom des parents qu’on attribue habituellement aux deux frères : “Des archives de la famille Verrazzano, il a subsisté seulement ce qu’une branche collatérale, éteinte en 1819, avait conservé. Ce qui en reste ne permet pas, en tout cas, de retenir l’assertion, remontant au XVIIe siècle, selon laquelle Giovanni et Girolamo seraient descendants de Piero Andrea da Verrazzano et de Fiametta Capella, qui vivaient à Florence vers 1484. Il est insolite que les prénoms de Giovanni et de Girolamo ne paraissent pas dans la généalogie à cette époque, contrairement à l’usage de la transmission des prénoms d’une génération à l’autre. De plus, les recensements fiscaux florentins (catasti) de 1480 et 1498 ne mentionnent pas nos héros, selon l’usage, auprès de Piero Andrea. Enfin, et surtout, le règlement en 1520 de la succession de ce dernier, mort intestat treize ans plus tôt, partage ses biens entre deux fils seulement, Bernardo et Niccolò, sans que d’autres enfants soient mentionnés. Or, de toute évidence, Giovanni et Girolamo, étant alors vivants, auraient dû être cités, à supposer même qu’ils fussent déshérités. Ne convient-il donc pas de chercher leur ascendance en une autre branche de la famille et en un autre lieu ? On est amené tout naturellement à se tourner vers Lyon.”

36 Voir Jacqueline Boucher, Présence italienne à Lyon à la Renaissance, Lyon, Lugd, 1993. Et plus particulièrement p. 47 : “La période de la Renaissance à Lyon connut un éclat exceptionnel du fait du grand commerce dans lequel les étrangers jouèrent le rôle principal. Parmi eux les Italiens firent pendant longtemps de bons gains et quelques-uns atteignirent même l’opulence.” La famille Gadagne s’honore d’ailleurs par le dynamisme de ses activités, p. 47 : “Thomas II de Gadagne fut surnommé le Magnifique en raison de sa réussite par les affaires et de sa générosité envers les œuvres charitables.”
Voir aussi : Emile Picot, Les Italiens en France au XVIe siècle, Bordeaux, extrait du Bulletin Italien de 1901 et 1902, Féret et fils, Libraires-Editeurs, 1902. Nous citons ici une partie de la conclusion, qui nous paraît significative (pp. 143-144) : “Si l’on prend la peine de parcourir cette histoire, on se convaincra que l’influence des Italiens en France ne leur vint pas seulement de la faveur de nos rois, mais d’une législation qui encourageait le commerce et l’esprit d’entreprise. Tandis que les gentilshommes français, à qui le négoce était interdit, se bornaient à faire la guerre, à exercer des charges de cour ou de grands offices, les italiens plus avisés, amassaient des richesses. Peu à peu, ils cédèrent à l’entraînement, rêvèrent pour leurs enfants des Allíances avec nos plus illustres maisons ; mais ces Allíances mêmes amenèrent insensiblement la décadence.”

37 Miroglio, édition citée, p. 57.

38 Bacchiani, « I fratelli da Verrazzano e l’eccidio di una spedizione italo-francese in America (1528) », Roma, Bollettino della Società Geografica Italiana, 1925, p. 381.

39 Ibidem, p. 380 : “E’ tempo, mi sembra, dit-il, di togliere dall’ombra questo minor Verrazzano, modesto ma non ultimo milite della bella schiera di navigatori e cosmografi italiani...” Voir aussi : Michel Mollai du Jourdin et Jacques Habert, Giovanni et Girolamo Verrazano navigateurs de François premier, édition citée.

40 Ibidem, p. 381: “La procura del resto parla chiaro: Gerolamo è dichiarato fratello e erede”.

41 C. Desimoni, Il viaggio di Giovanni Verrazzano all’America Settentrionale nel 1524, cit., p. 50.

42 Tiraboschi, édition citée, p. 262 : “Ove, e come menasse egli i primi anni della sua vita, e quando e per quale occasione passasse in Francia, tutto è sconosciuto”.

43 Greene, édition citée, p. 217 : “Che la sua educazione non fosse trascurata è manifesto dalla vita da lui menata in appresso, né troppo saremmo arditi dicendo, che rispondesse al grado e alle pratiche di una famiglia, che contava fra’ suoi maggiori alcuni de’ più ragguardevoli uomini della repubblica”.

44 Greene, édition citée, p. 217 : “...è pur certo che la voglia d’andare alla cerca di nuove cose, alla quale egli deve la rinomanza sua, si paresse nel primo periodo della sua vita. Egli ebbe stanza alcuni anni al Cairo, della quale tuttoché non possa sicuramente affermarsi in qual tempo e per qual cagione ella avvenisse, pare senza dubbio che fosse per amore di traffico, che traeva allor gli italiani a fermar loro dimora, ovunque fosse loro tornato il conto. Se altresì viaggiasse nell’Egitto e nella Soria per gratificare alla voglia o di nuove cose, o di guadagni nuovi, e se il facesse mentre dimorava al Cairo, o prima di condursi colà o dopo esserne partito, sono quistioni, che per non soverchiare i legittimi limiti della probabilità storica, ci conviene passare sotto silenzio”. Voir également : AAVV, Scopritori e Viaggiatori del Cinquecento e del Seicento, Milano-Napoli, Ricciardi, 1991, p. 577 : “Vaghe e frammentarie sono anche le notizie relative alla giovinezza del Verrazzano. Forse, nel 1508, prese parte alla spedizione di Thomas Aubert al Capo Bretone ; di sicuro navigò nel Mediterraneo orientale e si fermò ‘più anni’ al Cairo, fu ‘non solo in Egitto e Soria, ma quasi per tutto il cognito mondo’”... Voir aussi : Michel Mollai du Jourdin et Jacques Habert, Giovanni et Girolamo Verrazano navigateurs de François premier, édition citée, p. 58 : “...il est plus séduisant que convaincant d’imaginer que Giovanni a participé à la première campagne française à Terre-Neuve attribuée au Dieppois Thomas Aubert, en 1508, sur la Pensée appartenant à Jean Ango (père ou fils ?). Cette thèse a été admise longtemps... Plus sûre paraît l’expérience nautique acquise par nos deux Italiens en Méditerranée. La lecture de la Relation en a apporté déjà des témoignages précis : Giovanni a vu de ses yeux la côte dalmate et celle d’Asie Mineure, visité Rhodes, fréquenté la Syrie, séjourné à Damas et au Caire ; d’après un ֹ‘document sûr’, le voyage au Levant aurait eu lieu vers 1517. Bernardo Carli écrivant à son père une lettre qu’on lira plus loin, en lui envoyant une copie de la Relation de Giovanni, est encore plus précis ; à l’entendre, Giovanni aurait même séjourné au Caire ‘pendant plusieurs années’. Moment opportun pour une expérience : la conquête ottomane déferlait sur la Syrie et l’Égypte, jetant l’alarme parmi les trafiquants italiens des épices qui approvisionnaient, entre autres, le marché de Lyon.”

45 Miroglio, édition citée, p. 69, note 26. Mais aussi : Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert J., édition citée, p. 54.

46 Ibidem, p. 57 et p. 69, note 28, où Andrea Miroglio donne les références du document d’archives dont il s’est servi : Archives de la Seine Maritime, série E, tabellionage Rouen, meubles, première série.

47 Voir à ce propos : Théa Picquet, « Alamanni et la France », « Italies », n° 2 “Voyager à la découverte de l’identité et/ou des altérités”, Aix-en-Provence, 1998, pp. 87-112.

48 Arcangeli, édition citée, pp. 22 et 23.

49 Pour l’impact des Strozzi en France et plus particulièrement à Lyon, voir : Jacqueline Boucher, Présence italienne à Lyon à la Renaissance, édition citée, p. 89 : “Après le sac de Rome (1527) Filippo Strozzi, veuf d’une Médicis, vint s’installer à Lyon. Clément VII se rapprocha des Strozzi et ce fut Filippo qui conduisit en 1533 Catherine de Médicis, nièce du pape, en France pour son mariage et qui se chargea du versement de sa dot (130 000 écus) par le moyen de son réseau d’affaires. Voir également : Émile Picot, édition citée, pp. 43 à 45, et plus particulièrement : “En 1527, Filippo fut compromis dans la révolution qui changea le gouvernement de Florence ; il dut se réfugier à Lyon, où sa famille possédait une banque considérable. De retour en Italie, en 1530, il eut l’honneur, en 1533, d’accompagner jusqu’à Marseille sa nièce Catherine de Médicis, qui devait être reine de France. Cinq ans plus tard, le 18 décembre 1538, il périssait misérablement dans un cachot de Florence, soit qu’il eût été égorgé par ordre de Côme Ier, soit qu’il eût mis fin à ses jours pour se soustraire à la torture.” En ce qui concerne la mort tragique de Filippo Strozzi, voir Picquet, Théa, « Regards sur un passé perdu. Jacopo Nardi et le Livre Dix des Istorie della città di Firenze », Florence, « Rinascimento », XXXVI, 1996.

50 Bacchiani, « Giovanni da Verrazzano e le sue scoperte d’America settentrionale... », édition citée, p. 1284.

51 Cornelio Desimoni, Intorno al fiorentino Giovanni Verrazzano scopritore in nome della Francia di regioni nell’America settentrionale, Genova, Tipografia del R. Istituto de’ Sordomuti, 1881, p. 8. Voir aussi : Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert, édition citée, p. 59, qui font allusion à la renommée de Giovanni auprès des Portugais eux-mêmes : “...par la plume du principal du collège Sainte-Barbe à Paris, le célèbre Diogo de Gouveia, écrivant à Rouen au secrétaire d’État, Antonio Carneiro, le 8 mai 1525, dix mois après le retour de la Dauphine, ont rendu à Giovanni cet hommage qu’il était un habile navigateur, dont l’expérience unit la théorie et la pratique”.

52 Giuseppe Arcangeli, « Lettera di Giovanni da Verrazzano ... », édition citée, p. 55.

53 Giuseppe Arcangeli, édition citée, p. 20. Arcangeli cite par ailleurs un éloge anonyme du découvreur, qui conforte les hypothèses de Ramusio (ibidem, p. 20) : “Le rovine e gl’incendii suscitati dalle sanguinose fazioni che dividevano in quei tempi calamitosi la città di Firenze, distrussero gran parte di pubblici e di privati archivii, e così perirono le memorie che ivi si conservavano”.

54 Giuseppe Arcangeli, édition citée, pp. 53 à 55.

55 Alessandro Bacchiani, « I Fratelli da Verrazzano e l’eccidio di una spedizione italo-francese in America (1528) », (Nuovo supplemento alla Raccolta Colombiana del 1892), « Bollettino della società Geografica Italiana », Roma,, 1925, p. 375 : “Il secondo documento si presenta nella forma di un grosso manoscritto custodito nel Museo Civico di Como. E’ l’originale di un poema storico-didascalico composto da Giulio Giovio (1504-1563), nepote, discepolo e collaboratore dell’illustre Paolo, nonchè suo successore nelle prebende nocerine. Non meno dei suoi maggiori... volle scrivere di storia e ricordare i grandi uomini che aveva agio di conoscere vivendo a fianco dello zio. Ma scelse il modo più bizzarro. Quelli fecero uso del latino, egli della rima.” Voir aussi pp. 386 à 388, mais surtout pp. 395 à 399, où Bacchiani publie la transcription du manuscrit inédit dans l’intégralité des onze strophes du poème de Jules Jove. Il ajoute, par ailleurs, pp. 399-400, la note suivante sur le poète en question, extraite du Dizionario degl’illustri Comaschi par F. Giovio : “Giulio Giovio, terzo figlio del celebre Benedetto, successe nel 1551, siccome coadjutore nel vescovado dello zio Paolo, e dieci anni dopo ei pure rassegnollo al nipote Paolo il giovane. / Mostrò fino da fanciullo una felicissima inclinazione alle lettere, e il suo genitore se ne prometteva una ottima riuscita. Negli anni suoi primi compose una pastorale commedia, che venne applaudita nella sua patria. Dopo avere ricevuta la laurea in Pavia fu compagno di molti viaggi con Paolo, ed ebbe l’occasione di conoscere col mezzo dello zio i primi uomini del suo tempo, strinse amicizia col l’Ariosto, e così gli si accrebbe sempre più l’amore alla poesia toscana. Rimangono di lui molti volumi in ottave rime, che trattano della storia antica, e di quella de’ suoi tempi ; degli uomini illustri nelle arti, e nelle lettere, che egli divise in libri secondo le materie. Aveva anche cominciato in latino la storia del suo secolo ed aveva pure terminati in lingua i commentari sopra Gian Giacomo Marchese di Malignano suo ìntimo amico, ma questi sono perduti. Don Ferrante Gonzaga lo onorò della sua benevolenza e venne più volte a visitarlo nella casa di Como e al Museo. Giulio, amantissimo della quiete, ritirossi alla patria, e vi morì non ancora sessagenario nel 1563, o sul principio del 1564". Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert, édition citée, pp. 122 et 123, publient les strophes 5 à 9 et cinq vers de la strophe 10 du poème qui nous intéresse, ainsi que sa traduction française.

56 Alessandro Bacchiani, « I Fratelli da Verrazzano... », édition citée, p 374 : “Il primo dei due nuovi documenti, che ho in questi giorni rintracciato e studiato, è un manoscritto della Vaticana, che ci offre una copia integra, fedele e sufficientemente corretta della Lettera-relazione di Giovanni a re Francesco I di Francia sul viaggio della ‘Delfina’ (1524) alle coste dell’America settentrionale.”

57 Ibidem, p. 375.

58 G. W. Greene, « Della vita e delle navigazioni di Giovanni Verrazzano », édition citée, pp. 214-215 : “La biblioteca Strozzi di cui quivi si parla non esiste più, ma i manoscritti della medesima sono passati nelle mani del governo toscano, e divisi fra la Magliabechiana, e la Laurenziana di Firenze : i documenti storici furono allogati nella prima, e fra questi era la narrazione cosmografica del Verrazzano, ricordata dal Tiraboschi, forse sul testimonio del Pelli, la quale il Bancroft mostra desiderio di veder copiata per la società di New York. Ella si contiene in un volume di miscellanee, ed è la fine della lettera a Francesco che è copiata per intero nello stesso volume ; è scritta in carattere corsivo del sedicesimo secolo di sufficiente chiarezza, ma non ben punteggiata. Non v’ha dubbio che tutto il volume, il quale è composto di diverse opere pertinenti alla storia di que’ tempi, sia lavoro di una sola mano”.

59 Alessandro Bacchiani, « Giovanni da Verrazzano e le sue scoperte nell’America settentrionale (1524)... », édition citée, p. 1274 : “...il testo manoscritto della Biblioteca Nazionale di Firenze. Ê’ tarda copia di fine del secolo XVI, per mano forse di Antonio Petrei, da altra copia inviata da un Carli, fiorentino residente in Lione, al proprio padre in Firenze con lettera in data 4 agosto 1524. Il codice appartenne agli Strozzi e poi alla Magliabechiana. Fu edito dal Greene nel 1841 in Atti della Società storica di New York, dall’Arcangeli nel 1853 in Archivio storico italiano, tomo IX, dal Berchet nel 1892 in Raccolta Colombiana, parte III, vol. II”.

60 Giuseppe Arcangeli, « Lettera di Giovanni da Verrazzano... », édition citée, p. 21 : “...quella lettera ...tutta intera si legge nel Codice Magliabechiano miscellaneo numero 89, Classe XIII, scritta probabilmente nella metà del secolo XVI”.

61 Giovanni Battista Ramusio (Trévise, 1485-Padoue, 1557) sut concilier son goût pour l’érudition et ses activités politiques. Il fut secrétaire du Sénat à partir de 1515, puis du Conseil des Dix, dès 1533. Il fut chargé de plusieurs ambassades, à Rome, en Suisse, en France et peut-être même en Égypte et en Afrique du Nord. Durant les dernières années de sa vie, il se consacra à la culture des plantes exotiques et compléta son recueil Delle navigationi et viaggi, commencé probablement en 1520. Les trois volumes furent publiés séparément. Le premier portait sur l’Afrique, le second sur l’Asie et le troisième sur le Nouveau Monde.

62 Desimoni, « Il Viaggio di Giovanni Verrazzano all’America Settentrionale nel 1524 », édition citée, pp. 54 et 55.

63 Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert, édition citée, p. 4, en donne la référence : Morgan, ms. MA 776.

64 Ibidem, p. 4

65 Alessandro Bacchiani, « Giovanni da Verrazzano e le sue scoperte nell’America settentrionale (1524) secondo l’inedito codice sincrono Cèllere di Roma », édition citée, p. 1275, note 2 :
Questo codice Cèllere, un tempo Giovio, può descriversi così :
Manoscritto cartaceo italiano del secolo XVI di 12 carte numerate, di cui la prima tagliata nel margine destro con intestazione sul retto di mano del secolo XVII”... del Viaggio del Verrazzano nobile fiorentino al servizio di Francesco I, Re di Francia, fatto nel 1524 all’America settentrionale” La dodicesima, bianca nel reno, nel verso reca : Discorso sopra l’Indie.
Il testo è di carattere cancelleresco, rotondo allungato : nel margine ai singoli segni di richiamo, due dei quali rimandano alla fine, parecchie note di carattere corsivo contemporaneo, tutte di stessa mano differente da quella del testo.
In fondo al verso dell’undicesimo carta un appunto della stessa mano delle note con carattere più grande :
“A Leonardo Tebaldi o a Thomaso Sartini mercanti in Leone, mandaretelo a Bonacorso Ruscellay.”
In 4°, misura 292 per 218, non legato

66 Ibidem, p. 1275.

67 Ibidem, pp. 1288-1308.

68 C. Desimoni, Il Viaggio di Giovanni Verrazzano all’America settentrionale nel 1524, Édition citée, pp. 51 à 68, et plus particulièrement, p. 51 : “ Il primo ad emettere dei dubbi sulla veracità del Verrazzano e della sua scoperta, fu l’americano Buckingham-Smith ex-segretario di legazione a Madrid, con un discorso letto alla società storica di Nuova Jork e ivi pubblicato nel 1864... ma troncati i suoi progetti da una morte improvvisa e misteriosa, le carte e i documenti da lui raccolti passarono alle mani del Sig. Enrico C. Murphy, il quale riassunse i lavori del Buckingham-Smyth adottò la opinione di lui...”

69 Peragallo, « Intorno alla supposta identità di Giovanni Verrazzano ... », édition citée, p. 166 : “Pochi anni fa, l’americano Murphy usciva fuori con un libro, nel quale dopo di avere tentato, a furia di sofismi, paralogismi, stiracchiature, e maligne insinuazioni, di spogliare il Verrazzano della gloria di scopritore, consentitagli da tutti i suoi contemporanei,... ardì convertirlo in un semplice corsaro...” Et Peragallo reprend son argumentation dans un autre article : « Ancora sulla disunta personalità di Giovanni da Verrazzano, navigatore, e di Giovanni Florin, corsaro », édition citée, p. 405. Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert, édition citée, p. 210, évoquent cette polémique en ces termes : “La bataille était ouverte ; elle allait durer trente ans et laisser, jusqu’à notre époque, des suspicions sans cesse réitérées...”

70 Alessandro Bacchiani, « Giovanni da Verrazzano e le sue scoperte nell’America settentrionale (1524) secondo l’inedito codice sincrono Cèllere di Roma », édition citée, pp. 1308 à 1323. Notons deux traductions françaises de ce texte : « Relation du voyage de la “Dauphine” à François premier, roi de France » dans : Julien, Herval, Beauchesne, « Les français en Amérique pendant la première moitié du XVIe siècle », Paris, PUF, 1946, pp. 52 à 76. Traduit de l’italien par René Herval, annoté par René Herval et Ch. André Julien ; « La relation du voyage de la “Dauphine” », in : Michel Mollai du Jourdin et Jacques Habert, Giovanni et Girolamo Verrazano navigateurs de François premier, édition citée, pp. 11 à 49.

71 Édition citée, p. 6

72 Alessandro Bacchiani, « Giovanni da Verrazzano e le sue scoperte nell’America settentrionale (1524)... » édition citée, p. 1308.

73 Édition citée, p. 7.

74 Michel Mollai du Jourdin et Jacques Habert, édition citée, p. 4 : “En quelle langue Giovanni a-t-il présenté sa relation à François Ier ? Nous sommes réduits à des hypothèses, faute d’avoir, jusqu’à présent, retrouvé le texte original. Quand celui-ci a-t-il disparu ? Il y a peut-être très longtemps. Peut-être était-il dans les archives du roi en 1562 s’il est vrai que l’amiral de Coligny voulut en prendre connaissance au moment où il encouragea l’expédition de Jean Ribaut en Floride. À défaut du texte original, certains historiens et philologues italiens et américains ont formulé l’opinion qu’il fut rédigé en latin ou en français. Ils se fondent sur une assertion d’Antoine de Léon Pinedo dès 1629 et relèvent dans les manuscrits en italien, seuls conservés, des traces de gallícismes et des lourdeurs, qui sont, à leur avis, des indices de traduction.” Ibidem, p. 4, note 4 : Les “remarques d’ordre philologique sont le fait notamment de Guglielmo Berchet et de Benjamin da Casta.”.

75 Ibidem, p. 5.

76 Se reporter tout particulièrement à
- la lettre qu’Antonio da Silveira de Meneses, vice-roi du Mozambique, adresse au roi du Portugal, Jean III, le 15 juillet 1528, publiée partiellement en traduction par Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert, édition citée, pp. 107 à 109 ; également à la lettre de Silveira publiée en espagnol par Prospero Peragallo, « Intorno alla supposta identità di Giovanni Verrazzano », édition citée, p. 190 ;
- les lettres de Diogo de Gouveia, ambassadeur du Portugal à Paris, à Jean III, du 8 mai 1525 et du 18 septembre 1527.
La première est citée dans l’édition sus-mentionnée, p. 97, et la seconde, p. 107.

77 C’est la date indiquée particulièrement par Ilaria Luzzana Caraci, Scopritori e viaggiatori del Cinquecento e del Seicento, tomo I Il Cinquecento, Milano-Napoli, Ricciardi, 1991, p. 578. Par contre, Bacci, B., Giovanni da Verrazzano, Bologna, Il Resto del Carlino, 1965, p. 138, donne la date du 17 janvier.

78 Voir la lettre d’Antonio da Silveira de Meneses au roi Jean III, du 15 juillet 1528, dans Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert, édition citée, p. 109 : “Ils sont partis le 15 juin 1546 (il s’agit ici de toute évidence d’une erreur et il convient de lire 1526) de Honfleur, où ils avaient armé leur navire...”

79 Scopritori e viaggiatori..., édition citée, p. 580 : “Il viaggio si colloca certamente tra l’aprile 1528 e il marzo 1529 ; al suo finanziamento contribuirono più soci, tra i quali ancora una volta i mercanti fiorentini di Lione e Alessandro Rucellai, parente di Bonaccorso...”

80 B. Bacci, édition citée, p. 138 : “Era il 17 Gennaio 1524, e il punto di partenza, uno scoglio deserto presso l’Isola di Madera, probabilmente l’odierna isola di Porto Santo. Tale posto era stato scelto nel mistero di potere sfuggire alle molestie dei Portoghesi e degli Spagnoli, concorrenti e nemici.” Voir aussi Scopritori e viaggiatori..., édition citée, p. 578 : “Dalle Desertas, presso Madera, il Verrazzano partì il 19 gennaio 1524 e dopo cinquanta giorni di navigazione toccò il continente americano presso Capo Fear, esplorandone poi le coste sino alla latitudine di Terranova. Riattraversato l’Atlantico, fece ritorno a Dieppe, dove era sicuramente l’8 luglio 1524, giorno in cui datò la sua lettera a Francesco Ier.

81 Voir : “Jean de Verrazane, Capitaine du Roi François Ier” Conférence prononcée le 22 octobre 1992, au Sénat par M. Jacques Habert Sénateur des Français établis hors de France au cours de notre 946 déjeuner, à l’occasion du Ve Centenaire de la découverte de l’Amérique”, Revue économique française, CIV, 1992, pp. 99 à 108, et plus particulièrement, pp. 103 à 105 : “Tous les détails du voyage que la Dauphine effectua sur les côtes américaines en 1524 se trouvent dans le rapport que Jean de Verrazane adressa au roi François Ier le 8 juillet à son retour à Dieppe... Faisant voile au Sud-Ouest, Verrazane prit la sage décision... de suivre la route des alizés. Le 17 janvier 1524 (c’est la première date qui figure dans le rapport), il faisait escale dans un îlot proche de Madère. De là, filant vers l’Ouest, il traversa l’océan en 50 jours. Le 7 Mars, il atteignait les rivages américains ‘sous le 34e parallèle’ sur une plage sablonneuse entourée de lauriers. C’est aujourd’hui Myrtle Beach dans la Caroline du Sud...” Notons que Fernando Carli, dans la lettre écrite à son père (Arcangeli, édition citée, pp. 53 à 55), est inexact à deux reprises, d’abord en faisant partir Verrazzano des Canaries, puis en affirmant que le voyage dura sept mois et non cinq : “ ...essendo nuovamente qui nuova della giunta del capitano Giovanni da Verrazzano nostro fiorentino allo porto di Dieppa in Normandia con sua nave Delfina, con la quale si partì dalle insule Canarie fino di Gennaio passato.... E per mancargli le vettovaglie, dopo molti mesi giunto navigando, assegna essergli stato forza tornare da quello in questo emisperio, e in sette mesi suto in viaggio mostrare grandissimo ed accelerato cammino...” Jacques Habert publie d’ailleurs, p. 104, une carte détaillée de cette première expédition de Verrazzano. Une autre peut se consulter dans « Gli inserti Speciali della Domenica del Corriere », Supplemento al numero 12 della « Domenica del Corriere », del 23 marzo 1985, p. 23, où l’on peut lire la légende suivante : “Il viaggio di Verrazzano. La rotta seguita da Giovanni da Verrazzano che per primo esplorò la costa degli attuali Stati Uniti fra la Florida e la Nuova Scozia. Fino al 1524, quando il navigatore fece il viaggio, la zona era chiamata Terra Incognita.” Par ailleurs, Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert, édition citée, p. 7, proposent une carte du plus grand intérêt, qui regroupe les quatre voyages des frères Verrazzano.

82 Édition citée, pp. 106 à 115. Voir aussi : Jacques Habert, « Jean de Verrazane Capitaine du roi François Ier », in « Revue Economique », édition citée, p. 107.

83 Cette Bouche du Dragon a intrigué les historiens, puisque certains émettent l’hypothèse qu’il s’agit du détroit de Magellan, alors que d’autres optent plutôt pour le Golfe de Pario, entre l’île Trinidad et la terre ferme. Voir à ce propos : Mollat du Jourdin et Jacques Habert, édition citée, p. 112.

84 Lettre d’Antonio da Silveira de Meneses, adressée de Mozambique au roi Jean III, en date du 15 Juillet 1528, publiée en partie et en traduction dans Giovanni et Girolamo Verrazano navigateurs de François premier, édition citée, pp. 107 à 109.

85 Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert, édition citée, pp. 122 et 123. Il convient de remarquer cependant qu’avant Jules Jove, son oncle, Paul Jove, y avait fait allusion dans son Elogia Vivorum, en 1551, et que Ramusio en parle également dans son Discorso sopra la Terra ferma dell’Indie Occidentali. Se reporter à ce propos à l’introduction rédigée par Ilaria Luzzana Caraci, Scopritori e Viaggiatori del Cinquecento e del Seicento, tome I, édition citée, p. 580.

86 Ibidem, p. 124.

87 Ibidem, p. 124.

88 Giuseppe Arcangeli, « Lettera di Giovanni da Verrazzano ... », édition citée, p. 53.

89 Girolamo Tiraboschi, Consigliere di S. A. S. il signor Duca di Modena, Storia della Letteratura Italiana, Modena, Società Tipografica, 1791, tome VII, p. 262, consultant la Relation de Verrazzano, déduit le but poursuivi par notre navigateur : “Nella Libreria Strozziana in Firenze, oltre la relazione sopraccennata, conservasi manoscritta una narrazione cosmografica assai bene distesa di tutti i paesi, ch’egli avea in quel viaggio osservati, e da essa raccogliesi, ch’egli ancora avea formato il disegno di tentar per que’ mari il passaggio all’Indie Orientali.” Jacques Habert, « Jean de Verrazane Capitaine du Roi François Ier », édition citée, p. 102, précise également l’objectif de Giovanni : “Le navigateur explique au souverain tout l’intérêt qu’il y aurait à trouver une route directe vers les Indes, un passage à l’Ouest de l’océan à travers les terres nouvellement découvertes, sous des latitudes tempérées qui n’ont pas toutes été explorées.”

90 Desimoni, Il viaggio di Giovanni Verrazzano all’America Settentrionale nel 1524, édition citée, p. 62 : “Il terzo documento è una lettera di Ioao Da Silveira ambasciatore pel re di Portogallo in Francia in data 25 aprile 1523, in cui si allude ad un progetto di spedizione al Catajo (la Cina) sotto al comando di Verrazzano per ordine del re di Francia. Avvertiamo al brano della relazione del Fiorentino, ove dice che il progetto del suo viaggio di scoperta era appunto quello di trovare un passo per raggiungere il Catajo per via più breve e diretta, (il che del resto era il progetto di Colombo, di Caboto e di tutti gli altri scopritori di quel tempo). Ciò posto la lettera di Silveira si riferisce chiaramente alla spedizione che poi il Verrazzano racconta aver fatta, e giustifica che costui l’ha veramente intrapresa d’ordine del Re”.

91 Pour le financement de ce voyage, voir : Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert, édition citée, pp. 61 à 67 ; l’article de Federigo Melis, édition citée, et plus particulièrement, pp. 52-53 : “Se ammettiamo la preponderaneza della frazione spettante ai Rucellai (ed a Verrazzano) e riteniamo media quella capeggiata da Antonio Gondi, il contributo dei sei fiorentini potrebbe farsi ascendere a 20 000 scudi di sole : che è una cifra imponente, se consideriamo il potere di acquisto di quella moneta e l’importo globale dei tre francesi, che ne rappresenterebbero appena 1/33. A proposito di questa disparità, l’Habert – pur mancandogli il termine fiorentino per il confronto – ne aveva intuito l’ampiezza, giustificandola – e mi sembra verosimilmente – come ‘un versamento (quello dei tre francesi) più teorico che utile, destinato non a permettere l’effettuazione del viaggio – la qual cosa è scontata : il Re lo consente e offre 4 navi – ma per inserirsi fra i consorziati, riservandosi dei diritti su una nuova rotta commerciale eventualmente aperta’ ; ed io aggiungerei che ciò fu possibile dai rapporti – non solo d’affari – che legavano specialmente i Le Buatier a quegli operatori fiorentini, nonché per la certezza di un’impresa seria e vasta, secondo l’affermato costume di quest ultimi”.

92 Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert, édition citée, p. 61.

93 Ce sont les termes de Jacques Habert, « Jean de Verrazane, Capitaine du Roi François Ier », édition citée, p. 102.

94 Édition citée, p. 54.

95 Voir. Ilaria Luzzara Caraci, dans son introduction à Scopritori e Viaggiatori..., édition citée, p. 579 ; auparavant, p. 576, elle avait mis l’accent sur l’extrême intérêt que les Lyonnais portaient à la possibilité de découvrir de la soie pour alimenter leur propre industrie. Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert, édition citée, p. 93 : “La destination de la campagne et la finalité de la découverte sont formulées : certaines îles inconnues, aux ‘Indes’. Dans le langage du temps, il s’agit de l’Extrême Orient, puisque, rappelons-le, l’objectif des explorateurs demeurait l’accès au Cathay...” Mais aussi, p. 110, où est cité le contrat pour l’affrêtement des trois navires destinés au voyage des “Indes” : “Nous, Philippe Chabot, baron d’Apremont, chevalier de l’ordre du Roy, son gouverneur et lieutenant général de Bourgoingne, admiral de France et de Brethaine, avons ce jourd’huy délibéré que pour le bien, prouffict et utilité de la chose publicque du royaulme de France, mettre sus deux de nos gallyons estant de présent au Havre de Grâce avec une nef appartenant à Jehan Ango, de Dieppe, du port soixante dix tonneaulx ou environ, pour iceulx troys veseaulx esquipper, vitailler et munnyr pour faire le voiaige des espiceryes aux Indes...”

96 Alessandro Bacchiani, « I fratelli da Verrazzano... » édition citée, p. 382 : “...bisogna quindi riesplorare quella America centrale e meridionale, ove, secondo alcune voci, si aprono grandi insenature, che s’ignora se siano foci di fiumi o stretti per passare all’Asia Orientale. Inoltre spera trovare materie prime, che compensino largamente le spese della spedizione e schiudano nuove vie al traffico di Francia e d’Italia.”

97 Green, « Della vita e delle navigazioni di Giovanni Verrazzano », édition citée, p. 255 : “I mercanti di Lione altresì.... debbono avere avuto alcun peso presso al re, poniamo che il buon successo non fosse stato sempre con Francesco un bastevole motivo per mettersi in imprese molto più difficilio e rischiose”.

98 “Il commentario della ‘Delfina’ e del suo viaggio”, dans Alessandro Bacchiani, « Giovanni da Verrazzano e le sue scoperte nell’America settentrionale (1524) secondo l’inedito codice sincrono Cèllere di Roma », édition citée, p. 1323.

99 Bacchiani, édition citée, strophe 8, p. 398 : “Il Verezan voltar fece il suo legno / Et navigando verso Mezzogiorno / Andar nel Dariene fe’ disegno / ch’è loco in terra ferma molto adorno / Mentre naviga et cerca col suo ingegno / Scoprir più lochi, sei dei suoi smontorno / Con lui insieme a un’isola deserta / Che l’alte piante si vedea coperta”.

100 Mollat du Jourdin et Habert, édition citée, p. 124, ajoutent que “Giovanni n’était pas homme à ... abandonner” ses projets et répondent par anticipation aux objections possibles : “Cela paraît ressortir des textes, encore qu’il ne soit pas sûr qu’en homme de lettres, Jules Jove n’ait pas mêlé en un poème unique l’ensemble des explorations verrazzaniennes. Quand les strophes 5 et 6 disent que Giovanni a découvert la continuité entre la région voisine d’Adaguada (prés du cap Sable) c’est-à-dire la Floride, avec la terre ferme vers le nord et qu’elle ne possède pas le passage cherché, cette allusion se rapporte-t-elle au troisième voyage ou aux précédents ? En tout cas, la suite du texte est concluante. Seul Girolamo a pu décrire le chemin parcouru dans la mer des Antilles avec une précision confirmée par l’expérience de la navigation...”

101 Arcangeli, édition citée, p. 54.

102 Ibidem, p. 54.

103 En effet, sa Relation est datée du 8 Juillet 1524 et la lettre de Fernando Carli du 4 Août 1524.

104 À ce propos, Fernando Carli laisse en blanc le tonnage du bateau, Arcangeli, édition citée, p. 53 : “...con una sola nave che appena è una caravella di tonelli ***, solo con 5 0 uomini...” Quant à Bacci, Resto del Carlino, édition citée, p. 138, il propose une description détaillée du bateau : “La Delfina non era una nave ordinaria, né una delle solite caravelle, sibbene una ‘Caracca’, cioè una nave più grossa, più resistente, più ampia a due castelli, munita di 7 ovvero 8 ponti, capace all’occasione di imbarcare fino a 2000 uomini, utilissima per le mercanzie, del secolo XV e XVI, usata specialmente dai Genovesi e Portoghesi, e da Carlo V nelle guerre contro Tunisi (1530)". Et Jacques Habert, « Jean de Verrazane Capitaine de François Ier », édition citée, p. 103, en parle en ces termes : “Cette Dauphine, mesdames, mesdemoiselles et messieurs, la voici (le Sénateur à ce point montre, la belle maquette de 6 0 cm de long d’une caravelle à trois mâts). C’est une nef de 100 tonneaux gréée en ‘caravelle’, longue de trente mètres, dont on connaît l’histoire : elle a été construite en 1518 et ainsi baptisée en l’honneur du dauphin François, premier fils du roi et de la reine Claude, né cette année-là. Il n’en existe que trois maquettes au monde : l’une se trouve au musée historique de la ville de New-York, l’autre en Normandie au château de Dieppe. Celle-ci m’a été offerte voici exactement dix jours par les Français de Saint-Domingue à l’occasion de la célébration du Ve centenaire de la découverte de Colomb, le 12 octobre, en présence du pape Jean-Paul II. Je la montre en France pour la première fois”.

105 Bacchiani, “Il commentario della ‘Delfina’ e del suo viaggio”, édition citée, p. 1309.

106 Ibidem, p. 1311.

107 Ibidem, pp. 1311-1312.

108 Ibidem, p. 1314.

109 Ibidem, pp. 1314-1315 : “Discoprimmo una isola in forma triangolare, lontana dal continente leghe diecj, di grandeza simile alla insula di Rhodi piena di colli, coperta d’alborj, molto popolata per e’ continovi fuochi per tutto al lito intorno vedemmo facevano. Baptezammola in nome della vostra clarissima genitrice non surgendo a quella per la opposizione del tempo.” Il s’agit probablement de l’île Block.

110 Ibidem, p. 1318 : “...intra qual spatio trovamo syrti, che si extendevano dal continente in pelago leghe 50. Super quale non era se non 3 piedi d’acqua : per il che periculo grande a navicarci. Passamo con difficultà là e le batezamo Armellini”.

111 Ibidem, p. 1316. Selon toute vraisemblance, ce serait l’actuel Newport.

112 Mollat du Jourdin et Habert, édition citée, pp. 107-109.

113 Ibidem, p. 108.

114 Ramusio, édition citée, tome III, cc. 420 et suivantes, écrit : “Dans le dernier voyage qu’il fit, il voulut descendre à terre avec quelques compagnons ; tous furent mis à mort par les indigènes. A la vue de ceux qui étaient restés sur le navire, ils furent rôtis et mangés”.

115 Paul Jove, Elogia Vivorum, Mollat du Jourdin et Habert, édition citée, p. 122 : “Tandis que Giovanni naviguait avec une curiosité accrue et qu’il explorait des terres sauvages et difficiles à pénétrer, il fut dévoré par des cannibales près de Darien, sous les yeux de ses compagnons restés sur le navire”.

116 Bacchiani, « I fratelli da Verrazzano... », édition citée, p. 398. Voir aussi : Mollat du Jourdin et Habert, édition citée, p. 123, et particulièrement la traduction qu’ils proposent : “Assaillis à l’improviste, ils furent/ soudain saisis par une bande féroce. / Massacrés, ils furent étendus à terre/ et dépecés jusqu’au dernier os, puis/ dévorés. Le frère de Verrazan vit/ la terre se rougir du sang fraternel/ sans pouvoir, se trouvant à bord, / être d’aucun secours au malheureux. // Il assista à toute la scène. Plus/ tard, étant de passage à Rome, il/ nous conta un jour en pleurant/ ce drame horrible. Ce fut ainsi que/ périt misérablement celui qui cherchait/ des terres nouvelles”.

117 Bacchiani, édition citée ci-dessus, p. 398 : “...Mentre naviga et cerca col suo ingegno/ Scoprir più lochi, sei dei suoi smontorno/ Con lui insieme a un’isola deserta...”

118 Mollat du Jourdin et Habert, édition citée, p. 125.

119 Tiraboschi, édition citée, p. 263, écrit : « Maggior fede sembra doversi al Ramusio, scrittore di questo secolo stesso, il quale nella prefazione premessa al viaggio del Verazzani... soggiunse, che nell’“ultimo viaggio, ch’esso fece, avendo voluto smontare in terra con alcuni compagni, furon tutti morti da quei popoli, et in presentia di coloro, ch’erano rimasi nelle navi, furono arrostiti et mangiati” ».

120 Bacchiani, « I fratelli da Verrazzano... » édition citée, pp. 386-389 : “Una morte non più misteriosa”, où il commente le texte de Jules Jove.

121 Bacci, édition citée, pp. 232-233 : “La straziante fine dell’Eroe, è stata raccolta tale e quale fu raccontata dal fratello Girolamo, e raccolta tale e quale dallo storico Ramusio, e dal Ramusio raccolta dall’Autore dgli ‘Elogi ecc. ‘con queste parole : ‘...Giovanni navigando lungo le coste del Nord America per arrivare al Cajo, all’estremo Oriente dell’Asia, e in tal guisa rendere più accessibile e più breve il passaggio nell’India, con incredibile risparmio di fatica e di spesa... ma sbarcato in terra, sorpreso dai selvaggi, fu ucciso e mangiato arrostito !... e tutti gli altri uomini trucidati e arrostiti servirono di scelto pascolo, per saziare la detestabile voracità di quei barbari, alla vista di quelli che erano sulle navi.’ vol. II, pag. CCCXII”. Il continue : “La macabra notizia è stata raccolta dall’Archivio Storico Italiano’, e riportata come segue : ...Giovanni capitanò una seconda spedizione oceanica, partita nel 1528, della quale peraltro si è pochissimo informati. Sembra che essa fosse diretta al mar Caibico e al Darien, e che Giovanni trovasse la morte in una isoletta non identificabile, massacrato e divorato dagli indigeni.” Il ajoute enfin : “La stessa notizia è stata raccolta, e riferita con queste parole dall’Enciclopedia Cattolica’ : ‘... navigando il Verrazzano per venire al Catajo (ossia alla Cina) all’Estremo Oriente dell’Asia, e in tal guisa rendere più accessibile e più breve il passaggio dell’India, con incredibile risparmio di fatica e di spesa... ma sbarcato Giovanni in una Isola, fu sorpreso dai selvaggi, e tutti trucidati e arrostiti... tra i quali il primo fu il Capitano”.

122 « I fratelli da Verrazzano ... », édition citeé, p. 581, où elle cite le texte de Jules Jove.

123 « Jean de Verrazane Capitaine du roi François Ier », édition citée, p. 107 : “Il n’alla pas directement au Brésil. Poussé par sa soif de découvertes, pensant qu’un détroit pouvait exister dans la région de Darien (Panama), il voulut d’abord explorer les Antilles. Dans la moiteur de l’été tropical, une île luxuriante s’offrait à sa vue. Il décida d’y descendre lui-même avec six de ses hommes. C’est là, au mois d’Août 1528, que se produisit le drame. A peine avaient-ils mis pied sur la plage qu’ils furent ‘assaillis à l’improviste par une bande féroce, saisis, jetés à terre, tués, dépecés, dévorés ! à la vue de ceux qui étaient restés sur le navire’. Jérôme, qui se trouvait à bord, ne put rien faire pour sauver son frère et ses compagnons.” Et Jacques Habert termine en citant encore Jules Jove : “Son frère assista à toute la scène. Plus tard, étant de passage à Rome, il nous narra un jour en pleurant cette horrible tragédie. Telle fut la triste fin de celui qui avait découvert tant de terres nouvelles”.

124 Ce sont les termes de Jacques Habert, « Jean de Verrazane Capitaine de François Ier », édition citée, p. 107.

125 Alessandro Bacchiani, « I fratelli da Verrazzano e l’eccidio di una spedizione italo-francese in America », édition citée, p. 393 : “Il nome di Verrazzano va ad aggiungersi a quelli dei martiri della scienza”.

126 Ilaria Luzzana Caraci, Scopritori e viaggiatori..., édition citée, p. 578 : “Sul piano esplorativo il viaggio fu un grande successo, anche perché dimostrò che, con mezzi estremamente modesti, sarebbe stato possibile alla Francia ciò che altri paesi avevano compiuto con un impegno economico e mezzi materiali ben più consistenti...”

127 « Lettera di Fernando Carli a suo padre... », Arcangeli, édition citée, p. 54.

128 Ibidem, p. 55. Remarquons que Mollat du Jourdin et Habert, édition citée, p. 88, précisent le nombre de vaisseaux souhaités (mais nous ignorons sur quelles sources ils appuient cette affirmation) : “La Relation constituait un compte rendu et une invitation. À la déception qu’elle suscita, la lettre de Carli oppose un double espoir l’armement d’une ‘demi-douzaine de bons vaisseaux’ et la découverte de ‘quelques trafic profitable’. S’il fallut encore surmonter bien des obstacles pour réaliser d’autres expéditions, pour l’heure, c’est-à-dire en 1524, la lettre de Bernardo Carli (pour Fernando Carli) constitue un témoignage intéressant de la diffusion des nouvelles des découvertes et des réactions suscitées par elles dans les milieux avides de connaissances et de profits dans les milieux financiers comme la Cour, en dépit des hésitations du Roi.”

129 Alessandro Bacchiani, « I fratelli da Verrazzano... », édition cité, p. 393 : “La sua relazione a Francesco I ricondotta alla lezione genuina è un capolavoro di osservazione e di intuizione scientifica...”

130 Andrea Miroglio va dans ce sens. Voir « Giovanni da Verrazzano : il viaggio del 1524 nel nuovo mondo e la “Lettera” al re di Francia Francesco I di Valois », édition citée, p. 61 : “Non bisogna poi dimenticare che la quasi assoluta novità dei luoghi, l’incontaminatezza dell’ambiente naturale, l’apparente ricchezza di prodotti che sembravano ancor più abbondanti proprio perché immediatamente disponibili senza il controllo di alcun apparato locale di centralizzazione e tesaurizzazione, dovevano necessariamente indurre il cronista a credere di aver rivelato all’Europa un mondo e un’umanità diversi e totalmente felici.”

131 Voir l’analyse d’Ilaria Luzzana Caraci, Scopritori e viaggiatori..., édition citée, p. 583.

132 Charles-André Julien, « Les Français en Amérique pendant la première moitié du XVIe siècle », dans Colonies et Empires..., édition citée, pp. 8-9 : “Verrazano était homme de la Renaissance, lettré et scientifique à la fois, aussi rapporta-t-il des descriptions précises non seulement des sites où il séjourna mais de l’aspect et des mœurs indigènes. Il dépeint les Indiens des environs du cap Fear, au teint noir, nus, munis seulement d’une étroite ceinture ; ceux plus au nord moins forts et plus intelligents ; ceux d’Acadie (péninsule d’Accomak) plus blancs sous leurs habits d’herbes tressées, sans doute des Delaware ; ceux de la baie de Sainte-Marguerite (New-York) couverts de plumes d’oiseaux de diverses couleurs ; enfin les tribus du Maine vêtues de peaux d’ours et de loups cerviers, et portant à leurs oreilles des patenôtres de cuivre”.

133 À ce propos, il est intéressant de faire référence à un autre Florentin, Francesco Carletti (1573-1636). Celui-ci accomplit un véritable tour du monde qu’il relate dans ses Ragionamenti di Francesco Carletti sopra le cose da lui vedute (1594-1606), que nous avons pu lire dans l’édition suivante : Giro del mondo del buon negriero (1594-1606), Milano, Valentino Bompiani, 1941. Et Carletti est très prolixe en détails concernant les habitudes sexuelles des indigènes rencontrés. Voir par exemple, p. 210, lorsqu’il évoque les grelots dont les habitants du Siam ornent leur membre, ou encore p. 257, où il est question d’une “femme-poisson”.

134 « il commentario della ‘Delfina’ e del suo viaggio”, dans Alessandro Bacchiani, « Giovanni da Verrazzano e le sue scoperte nell’America settentrionale... », édition citée, p. 1315. Voir la traduction de Michel Mollat du Jourdin et de Jacques Habert, édition citée, p. 30 : “Cette race est la plus belle et la plus policée de celles que nous avons rencontrées au cours de cette campagne. Elle est plus grande que la nôtre ; ils ont le teint bronzé, certains un peu plus clairs, les autres plus colorés. Leur visage est allongé, leur chevelure, qu’ils ornent avec le plus grand soin, est longue et noire ; leurs yeux sont noirs et vifs et leur physionomie douce et noble, ressemblant beaucoup à celle des Antiques. Des autres parties de leur corps, je ne parlerai pas à Votre Majesté : elles ont toutes les proportions dignes de tout homme bien fait. Leurs femmes ont la même beauté et la même élégance. Très gracieuses, elles ont l’extérieur séduisant et agréable. Leurs manières et leur réserve sont, comme chez toutes les femmes, celles qu’inspire la nature humaine. Elles vont nues, avec une simple peau de cerf brodée, comme les hommes ; certaines portent sur le bras de superbes peaux de lynx. L’ornement de leurs têtes nues est fait de cheveux noués en tresses des deux côtés de leur poitrine ; mais certaines arrangent autrement leur coiffure, à la façon des dames d’Egypte et de Syrie ; ce sont les femmes d’un certain âge et qui sont mariées”.

135 “Il commentario della ‘Delfina’...” Bacchiani, Alessandro, édition citée, p. 1319 : “... Le gente tutte da l’altre disformj et quanto li passati crono di gesti gentili, questi erano di crudeza et vitii pieni, tanto barbarj, che mai possemmo con quanti segnalj li facessimo havere con loro conversatione alcuna... Nè stimavono gentileza alcuna, et quando non havevano più che permutare, da loro partendo, li homini ne facevano tutti li acti di dispregio et verecundia che può fare ogni brutta creatura...”

136 Voir Michel Mollat du Jourdin et Jacques Habert, édition citée, pp. 125-138 : “Quatrième voyage : Jérôme de Verrazane prend la relève (du Havre au Havre par le Brésil et Alexandrie, 1529).”

137 Ibidem, p. 114 : “L’aventure des rescapés de Mozambique s’insère parmi les premiers passages français dans l’océan Indien. En ce qui concerne Madagascar (Saint-Laurent), il semble que les hommes de Verrazzano furent parmi les premiers Français connus qui y aient mis le pied.”

138 Ilaria Luzzana Caraci, Scopritori e viaggiatori..., édition citée, p. 578.

139 Voir : “La ‘Linea Alessandrina’ (1493)” dans : Mario Bendiscioli e Adriano Gallía, Documenti di Storia Moderna 1492-1815, Milano, Mursia, 1971, pp. 137-138, où les auteurs citent le préambule et les paragraphes 6 et 7 de la bulle pontificale, qui est présentée en ces termes : “Dopo la scoperta dell’America per opera di Colombo e di fronte al dissidio fra il re portoghese e i monarchi spagnoli, Alessandro VI emanò tre bolle, la più importante delle quali è l’Inter caetera (Tra l’altre cose). Con essa, datata 4 maggio 1493 (ma in realtà dei primi di giugno), il Pontefice definiva una linea di demarca/ione (raja, in spagnolo), poi chiamata ‘linea alessandrina’, per distinguere le terre d’oltreoceano spettanti alla Spagna da quelle spettanti al Portogallo. Con tale decisione, presa quale suprema autorità intemazionale della cristianità, papa Borgia assegnava le ‘terre di nessuno’ scoperte o da scoprire ad Ovest di una linea immaginaria passante da Nord a Sud a cento miglia dalle isole Azzorre e di Capoverde (supposte erroneamente sullo stesso meridiano !), ai sovrani di Castiglia e d’Aragona. Questa linea venne poi spostata ad Occidente a favore del Portogallo nel trattato ispano-portoghese di Tordesillas (1494), estromettendo l’autorità papale. Giova rilevare che nella premessa storica Alessandro VI faceva dettagliato riferimento all’iniziativa di C. Colombo...”

140 Mollat du Jourdin et Habert, édition citée, p. 119.

141 Jacques Habert, « Jean de Verrazane Capitaine du Roi François Ier », édition citée, p. 100.

142 Tiraboschi, édition citée, p. 261 : “Al Verazzani dee la Francia il dominio di parte dell’America Settentrionale, che da lui fu prima che da ogni altro scoperta.”

143 Andrea Miroglio, édition citée, p. 66 : “Verrazzano, complice la rappresentazione cartografica del fratello Girolamo, chiamerà molti dei luoghi visitati con toponimi ricavati da personaggi cari a Francesco I, riservando il ‘battesimo’ delle scoperte più significative allo stesso Francesco I, o ai suoi familiari più prossimi : forma consueta di captatio benevolentiae, così come consueta era la dedicatoria posta ad esordio di tutte le relazioni di viaggio. Se, infatti, i finanziatori della spedizione attendevano dal viaggio risultati strettamente pratici, quali la scoperta di nuove rotte, la fondazione di basi utili al commercio transcontinentale o, quantomeno, le informazioni necessarie all’instaurazione di profìcue attività mercantili, il Re, nella sua posizione di centro della diplomazia internazionale e di perfezionatore di pratiche politiche, poteva trarre prestigio anche da un’ accorta attribuzione toponimica, utilizzabile pure per rivendicare eventuali diritti di prelazione sulle terre scoperte”.

144 Bacchiani, “Il commentario...”, édition citée, p. 1312 : “Al quale isthmo si pose da lo inventor (nome ISTHMO) Verazanio : cosci, come tutta la terra trovata, se chiamò FRANCESCA per il nostro Francesco.” Voir aussi : Cornelio Desimoni, Intorno al fiorentino Giovanni Verrazzano scopritore in nome della Francia di regioni nell’ America settentrionale, Genova, Tipografia del R. Istituto de’ Sordo-Muti, 1881, p. 10 : “...La parola Franciscane, come la parola Francesca, pajono indicare qualche cosa di più che semplicemente la Francese ; aver cioè relazione col nome del Re Francesco I, ordinatore della scoperta.” Remarquons par ailleurs que si la carte de Maggiolo (1527) porte le nom de Francesca, celle de Jérôme Verrazzano (1529) indique celui de Nova GAllía. Se reporter par exemple aux cartes publiées par Charles-André Julien, « Les Français en Amérique... », édition citée.

145 Bacchiani, « Giovanni da Verrazzano e le sue scoperte nell’America settentrionale... », édition citée, p. 1314 : “Corremmo una costa molto verde de selve, ma senza porti, et con alcuni promontori ameni et fiumi picoli. Batezamo la COSTA DI LORRENA per el Cardinale : el primo PROMONTORIO LANZONE, el 2° BONIVETTO, el fiume più grande VANDOMA et uno monticello, quale manet mari, di S. POLO per el Conte.” Il s’agit de Charles de Bourbon, duc de Vendôme(1489-1537) en faveur duquel François Ier éleva le comté de Vendôme en duché en 1515.

146 Charles IX, duc d’Alençon (1492-1525), était le beau-frère du roi François premier, dont il avait épousé la sœur Marguerite d’Orléans.

147 Guillaume Gouffier, seigneur de Bonnivet (1488-1525), était un ami d’enfance de François Ier.

148 Jean de Lorraine (1498-1552), cardinal de Guise, plus connu sous le nom de cardinal de Lorraine.

149 Le comte de Saint Pol était François II de Bourbon-Vendôme (1491-1545).

150 Bacchiani, “Il commentario...”, dans « Giovanni da Verrazano e le sue scoperte... » Édition citée, p. 1315 : “chiamata ANGOLEME dal principato, quale obtenesti in minor fortuna, e lo sino, quale fu terra, SANTA MARGARITA dal nome di tua sorella, quale vince le altre matrone di pudicizia e d’ingegno.” Pour l’île Louise, pp. 1314-1315 : “...Disoprimmo una isola in forma triangolare, lontana dal continente leghe diecj, di grandezza simile alla insula di Rhodi, coperta d’alborj, molto popolata per e’ continovi fuochi per tutto al lito intorno vedemmo facevano. Baptezammola in nome della Vostra clarissima genitrice non surgendo a quella per la opposizione del tempo.” Jacques Habert, « Jean de Verrazane Capitaine du Roi François Ier », édition citée, p. 102, fait remarquer à juste titre que la mère du roi, Louise de Savoie, et la sœur du roi, Marguerite d’Angoulême, “la plus cultivée des princesses”, sont toutes les deux italianisantes et “admiratrices de la Renaissance cisalpine”. Voir également à propos de la personnalité de ces deux femmes : Jean Orieux, Catherine de Médicis, Paris, Flammarion, 1986, p. 49.

151 “Il commentario...”, Bacchiani, édition citée, p. 1318 : “...quale per la natura del saxo e per la famiglia de una gentildonna chiamiamo LA PETRA VIVA...” Il s’agit de Marie Catherine de Pierrevive, femme du florentin Antonio Gondi, un des banquiers lyonnais qui avaient commandité l’expédition. Charles-André Julien, « Les Français en Amérique... », édition citée, p. 68, ajoute que les “Pierre vive étaient originaires de Chieri, en Piémont” et que Marie-Catherine obtint de Catherine de Médicis la charge de “la nourriture des enfants de France en maillot”.

152 “Il commentario...”, Bacchiani, édition citée, p. 1318 : “...a cui dextro lato de detta bocca del porto è un promontorio quale diximo JOVUM PROMONTORIUM”

153 Ibidem, p. 1318 : “Intra qual spatio trovamo syrti, che si extendevano dal continente in pelago leghe 50. Super quale non era se non 3 piedi d’acqua : per il che periculo grande a navicarci. Passamo con difficultà e le batezamo ARMELLINI.” Quelques pages auparavant, pp. 1301-1302, Bacchiani donne des indications sur le personnage mis en cause : “Poiché la storia di Francia non mi suggerisce alcun nome, ho pensato a un Armellini d’Italia famoso a quei giorni. Era costui il Cardinal di Perugia, Francesco Armellino, il più arguto e fecondo tassatore, come lo chiama Domenico Gnoli, che mai sia esistito. Diventato camerlengo con l’elezione di Papa Clemente VII Medici (18 novembre 1523) ebbe ufficio di tesoriere della Chiesa e per far denari, che egli amava molto e per colmare le casse papali, rimaste vuote dopo il prodigo Leone X, studiò i più strani espedienti. Nel suo genere era di un feroce umorismo. L’ambasciatore veneto Marco Foscari in una relazione ricorda che fece porre la tassa sui tordi, da cui ricavava 2500 ducati all’anno. Le satire del tempo ce lo rappresentano disperato per non aver trovato modo di far pagare la pigione alle mosche e il dazio ai carichi delle formiche. Era così odiato anche dai suoi colleghi che in concistoro il cardinal Pompeo Colonna propose di scorticarlo vivo e di mandarne in giro la pelle per tutto lo Stato della Chiesa, facendo pagare un quattrino a chi volesse vederla, chè se ne sarebbe cavato tanto denaro da impinguare l’erario pontificio”.

154 Jacques Habert, « Jean de Verrazane, Capitaine du Roi François Ier”, édition citée, p. 108. Le traité de Paris fut signé le 10 février 1763 par la France, l’Angleterre et le Portugal pour mettre fin à la guerre de Sept Ans. L’Angleterre reçut de la France le Canada, les territoires situés à l’Est du Mississipi, certaines îles des Antilles, le Sénégal et les possessions de l’Inde. De l’Espagne elle reçut la Floride. L’Espagne reçut quant à elle la Louisiane, Cuba et les Philippines, alors que la France reçut Belle-Ile, la Martinique et la Guadeloupe, ainsi que des comptoirs en Afrique et en Inde.

155 Il était qualifié de “ottimo piloto”. Voir : Desimoni, « Intorno al fiorentino Giovanni Verrazzano... », édition citée, p. 8.

156 Jacques Habert, « Jean de Verrazane capitaine du Roi François Ier », édition citée, p. 106.

157 « Les Français en Amérique... » édition citée, p. 7.

158 Alessandro Bacchiani, « I fratelli da Verrazzano... », édition citée, p. 394.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Théa Picquet, « Voyages d’un Florentin : Giovanni da Verrazzano (1485-1528) », Cahiers d’études romanes, 3 | 1999, 41-80.

Référence électronique

Théa Picquet, « Voyages d’un Florentin : Giovanni da Verrazzano (1485-1528) », Cahiers d’études romanes [En ligne], 3 | 1999, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3378 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3378

Haut de page

Auteur

Théa Picquet

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org