Navigation – Plan du site

Naufrage en Amérique française

Anne-Marie Beaulieu
p. 81-90

Résumé

L’anthropophagie est au centre de cette étude qui examine un récit dramatique des Trois mondes, de l’historien protestant La Popelinière (1582). Le drame a lieu lors du voyage de retour d’hommes qui, ayant participé à la première expédition française en Floride et las d’attendre sur place l’arrivée de colons qui ne venaient pas, décidèrent de rentrer sur une embarcation de fortune et connurent tempêtes, avaries, et une faim telle que, comme dit la chanson, on tira à la courte-paille... L’auteur examine cet épisode, présenté comme un rite sacrificiel, dans lequel elle voit, selon un schéma fréquent dans les récits de voyage, un rite de passage dans l’autre monde. Le récit de ce naufrage semble annoncer l’échec futur de la conquête française de l’Amérique du Nord, que La Popelinière prévoyait déjà.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

France, Floride

Index chronologique :

XVIe
Haut de page

Texte intégral

1Étrange appellation pour désigner un continent où l’on ne dénombre aujourd’hui qu’un infime pourcentage de francophones. Comment nommer alors les différentes tentatives de colonisation française en Amérique, et comment les évoquer sans ressentir une certaine amertume ?

2Les choses avaient pourtant commencé dans le calme. François Ier inaugure une politique d’expansion coloniale en patronnant l’expédition des frères Verrazzano en 1524. Les explorateurs remontent le littoral américain jusqu’au Cap Breton et Terre-Neuve. Dix ans plus tard, Jacques Cartier revendique, au nom du roi, le Canada sur un monticule gaspésien où seuls quelques paisibles Indiens assistent à la cérémonie. Le roi encourage même une tentative d’établissement en 1541, mais les rigueurs climatiques et les remous entre Européens et Amérindiens font échouer l’expérience.

3Henri II tente de relancer le projet avec l’éphémère colonie de Villegagnon au Brésil en 1555-1560, puis celle de Ribault en Floride en 1562-1565 ; deux expéditions noyées dans les différends religieux et les conflits régionaux. L’empire colonial français à l’état d’ébauche sombre déjà.

  • 1 À la suite du voyage que Giovanni Verrazzano entreprit au nom de Francois Ier en Amérique en 1524, (...)

4Mais le projet expansionniste est renfloué au XVIIe siècle par l’établissement de Port-Royal en Acadie en 1605. Suivent la fondation de la ville de Québec par Champlain en 1608 ; celle de Montréal par Maisonneuve en 1642 ; la descente du Mississippi par Joliet et Marquette en 1673 ; la découverte de son embouchure et la prise de possession des terres environnantes par Cavelier de La Salle en 1682 ; la conquête de l’Ouest par La Vérendrye et la découverte des Montagnes Rocheuses par ses fils en 1743. L’empire français s’étend bientôt sur la quasi totalité orientale du continent nord-américain. Il porte le beau nom de Nouvelle-France1. Mais, au siècle suivant, la mère patrie ne s’intéresse déjà plus à sa colonie et n’y envoie que très peu d’hommes ; d’où la perte de l’Acadie en 1713, de Québec en 1759, de Montréal en 1760 ; et, finalement, la signature du traité de Paris qui cédait la quasi totalité de la Nouvelle-France à l’Angleterre en 1763. Navigant entre les écueils, sans gouvernail et sans rames, sur une mer anglaise, elle est bientôt engloutie par la “perfide Albion”.

5Quand on songe à cet immense empire et à la manière dont il sombra, l’image du naufrage s’impose d’elle-même.

6C’est à travers un court récit de naufrage, relaté par ceux-là même qui en furent les victimes, que nous allons illustrer cet échec.

  • 2 Nous en avons établi une édition critique chez Droz, 1997. Le passage qui nous intéresse se trouve (...)

7Le court texte que nous présentons est issu des Trois Mondes de La Popelinière2, publié en 1582. Cet auteur, protestant modéré et historien impartial, compile des récits de voyage qui retracent l’exploration maritime depuis l’Antiquité jusqu’au XVIe siècle. Il exploite aussi bien le corpus espagnol que le portugais, l’italien que le français, s’inspirant des auteurs catholiques comme des protestants. Le but de son ouvrage est d’exhorter ses compatriotes à coloniser la Terra Australis, immense espace inconnu et hypothétique, imaginé par les Anciens, qui englobait l’Antarctique, l’Australie et la Terre de Feu.

  • 3 Voir les éditions de Frank Lestringant : André Thevet, Les Singularitez de la France Antarctique, 1 (...)

8A titre exemplaire, La Popelinière décrit les tentatives de colonisation française au Brésil et en Floride. Toutes deux furent de cuisants échecs. Les raisons sont cependant fort variées. L’expédition de Villegagnon au Brésil échoua en bonne partie pour des querelles religieuses intestines avant d’être balayée par les Portugais. Les récits de Jean de Léry ou d’André Thevet en relatent suffisamment les faits3Quant à la colonisation de la Floride huguenote, sur laquelle nous nous attarderons plus particulièrement, elle se termina dans un bain de sang avec l’attaque du fort Caroline par Menendez de Aviles et les Espagnols qui voulaient chasser ces

  • 4 Les Trois Mondes, cit., f. 33 v°°, p. 261.

[...] meschans Lutheriens venus là pour infecter cette nouvelle chrestienté par la semence de leurs heresies.4

  • 5 Voir ibid., f. 34 r° à 42 r°, pp. 262 à 270 et les notes 429 à 530.

9Il y eut, bien sûr, la revanche du Capitaine Gourgues, mais cela est une autre histoire5.

  • 6 Le Brief discours se trouve à la suite de L’Histoire du Nouveau Monde [...] extraite de l’Italien d (...)
  • 7 Pour plus de détails, se référer à la note 1, p. 67 de l’Édition L’Histoire notable de la Floride s (...)

10La Popelinière tire le texte qui va suivre du Brief Discours et Histoire d’un voyage de quelques François en la Floride de Urbain Chauveton, qui lui-même avoue être redevable à André Thevet et à sa Cosmographie Universelle6. Quant à ce dernier, il recopie sans vergogne le manuscrit du chef de l’expédition de Floride, le capitaine Laudonnière, seule et unique source de ce récit. Ce dernier n’avait pu assister aux événements, puisqu’il était déjà reparti avec le capitaine Ribault, mais il obtint ces informations de témoins oculaires qui avaient participé au désastre7.

  • 8 Frank Lestringant consacre à cette anecdote un chapitre complet où il analyse les rebondissements d (...)

11Son texte connut toutefois un cheminement pour le moins surprenant. Laudonnière à son retour de la seconde expédition, en septembre 1565, rédigea son rapport. Celui-ci tomba entre les mains d’André Thevet, alors cosmographe du roi. Plutôt que de publier ce rapport qui aurait pu entraîner des répercussions politiques et stratégiques, ou du moins encourager les autorités à entamer une revanche coloniale, Thevet dérobe le texte dans le seul intérêt d’en plagier de nombreux passages. Le manuscrit demeure ainsi pendant une vingtaine d’années en la possession de Thevet qui n’a nullement l’intention de le divulguer dans sa totalité. En 1586, l’Anglais Hakluyt, “ami” de Thevet, réussit à lui subtiliser le manuscrit qu’il fera aussitôt publier8. Ce texte ne connut sûrement pas le retentissement qu’il aurait pu avoir en France vingt ans plus tôt. C’est l’empire colonial anglais naissant qui allait en bénéficier.

12L’épisode que nous allons relater se situe au début de la courte épopée de la Floride qui compta trois expéditions.

13En février 1562, Jean Ribault et René de Laudonnière quittent Le Havre pour un voyage de reconnaissance en Floride. Après avoir fondé Charlesfort, ils laissent en garnison vingt-six hommes et regagnent la France pour recruter des colons, amasser des vivres et des fonds dans le but d’établir une colonie huguenote. Mais, surpris et entraînés dans les guerres de Religion, ils ne peuvent tenir leurs promesses.

14Au bout de quelques mois, les hommes, restés sur place n’ayant plus de nouvelles de France, décident de construire une embarcation de fortune pour rejoindre la mère patrie.

  • 9 Lire ceux qui restèrent.
  • 10 divisés.
  • 11 Le soldat pendu se nomme Guernache et le banni, Lachere ou Lachere.
  • 12 Qu’ils “trouverent à demy mort de faim”, f. 29 r° de Laudonnière, L’Histoire notable de la Floride (...)
  • 13 Nicolas Barré, ancien colon de l’expédition française au Brésil.
  • 14 bientôt.
  • 15 La description de la construction du navire est très abrégée par rapport au texte de Laudonnière (i (...)
  • 16 sapins.
  • 17 fini.
  • 18 Les “parchemins” sont ajoutés par La Popelinière.
  • 19 Laudonnière précise qu’ils “demourerent en telle desesperee necessité l’espace d’un fort long temps (...)
  • 20 éviter.
  • 21 négligèrent ou s’abstinrent ou se seraient abstenus
  • 22 “Et comme resolus de mourir, chacun se laissoit tomber en arriere, et s’abandonnerent du tout à la (...)
  • 23 fussent tous détruits.
  • 24 Infinitif absolu : “Mais apres s’estre ainsi aidez”.
  • 25 Mauvaise lecture des plagiaires, Thevet en tête. L’un d’eux leur assura “qu’avant trois jours (si l (...)
  • 26 Le patronyme du condamné connaîtra une évolution assez remarquable. Voir l’explication ci-dessous.
  • 27 partagée ou répartie
  • 28 La notion de vampirisme est ajoutée par Thevet et conservée par Chauveton et La Popelinière.
  • 29 Infinitif absolu.
  • 30 quelques-uns.
  • 31 “en terre”, comme le précise Laudonnière, op. cit., f. 32 r° ; le texte de La Popelinière prête à c (...)
  • 32 “Les fols sont affligez pour leurs pechez, si que leur ame a en horreur toute viande : & viennent j (...)

Ces restez9 se comporterent assez bien pour un temps. Mais en fin partialisez10 pour la punition d’un soldat que le capitaine fit pendre : & le degradement d’armes d’un autre11 qu’il avoit confiné dans une isle eslongnée trois lieues du fort : ils firent mourir leur chef. Puis retirerent le soldat banny12. Ce faict esleurent pour chef le capitaine Nicolas13, qui les gouverna bien, jusques à ce qu’ennuyez de n’avoir nouvelles de France, & leur manquant les vivres, resolurent de faire un brigantin pour y retourner s’il ne venoit secours de bref14, encores qu’aucun n’en sceust l’art d’en bastir un ? Le vaisseau faict, prierent les sauvages de leur donner des cordages, ce qu’ils font, & en recompense [29 r°] leur laisserent leurs cousteaux, serpes, mirouers & tels autres meubles15. Ce faict, & ayant cherché la poix-raisine par les bois, encisent les pins, saps16 & autres arbres gomeux dont ils tirerent assez pour le goldronner. Firent aussi amas d’une espece de Anne-Marie Beaulieu mousse pour l’estouper & calfeutrer. Puis dresserent les voiles de leurs chemises, & drats de lictz.
Ainsi jettez en mer au premier bon vent, les calmes & bonasses les saisirent aussi tost, où l’eau douce & tous vivres leur faillirent. Si qu’en trois sepmaines n’avancerent vingt-cinq lieues, forcez de ne manger par jour chacun que douze grains de mil pour homme. Mais celà failly17, les souliers, collets, cuirs & parchemins18 furent engloutis. Ceux qui essaierent l’eau de mer en avoient la gorge bruslee & boyaux escorchez, avec d’estranges tourmens. Tellement que d’autres aimoient mieux avaler leur urine19Soudain apres le vaisseau s’ouvrit de tous costez, ne pouvans franchir20 l’eau, & sur ce, un flot de mer & vent si impetueux les vont prendre qu’ils brisent le vaiseau d’un coste : si que passans les vagues dessus, ne tenoient plus comte21 de jetter l’eau22, si le plus courageux de tous ne les eust encouragez, avec promesses de Veoir la terre. Tellement qu’en trois jours ils fussent tous perils23 de desespoir. Mais s’estre24 ainsi aidez à jetter l’eau, demeurerent encor trois jours sans boire & manger25. En fin ayant proposé qu’il estoit plus expedient qu’un mourust [29 v°] que tous. Ce sort tomba sur le banny, dit Larcher26 qui fut tué, & la chair esgallement partie27 a tous, apres qu’ils eurent beu son sang tout chaud28. En fin avoir29 bien branslé sur mer, ils descouvrirent la terre de Bretagne, dont ils furent si joyeux qu’ils laisserent errer le vaisseau à la mercy des ondes. Sur ce une ramberge angloise s’approchant, & aucuns30 reconnus, ils eurent à boire & à manger. Mais les Anglois, les plus debiles laissez31, emmenerent le reste en Angleterre pour les presenter à la royne, qui estoit lors en deliberation d’envoyer en la Nouvelle France, où ja plusieurs avoient voyagé, que Bretons, que Normans & Biscains.32

  • 33 Fait intéressant, La Popelinière qui relate les expéditions de Colomb dans son second livre ne fait (...)
  • 34 Ce dernier explique en effet la raison pour laquelle un naufragé qui survit plus de trois jours sur (...)
  • 35 Comme ils surmontent les trois jours suivants bien que dans le texte original il n’y ait que trois (...)

15Ce texte s’inscrit parfaitement dans le corpus de la littérature tragico-maritime. Les récits de tempête sont légion dans les descriptions de traversées de l’océan. Il n’est qu’à se remémorer la tempête que rencontre Colomb lors de son premier retour en Europe pour s’en convaincre33. Mais ce n’est pas la tempête qui est ici au centre du récit, elle ne constitue qu’un élément du drame avec le calme plat qui entraîne la famine. Ceci fait la particularité de ce texte. En effet, l’impact du récit réside dans la scène d’anthropophagie. Cette brève description du repas constitue le paroxysme du désespoir. Les marins doivent faire face au calme plat, qui les contraint à n’avancer que de quelques lieues et à consommer leurs vivres. Survient la courte scène de tempête. Les vents impétueux détruisent le bateau en partie et les vagues l’inondent. Cette suite d’avatars météorologiques constitue un crescendo du malheur. C’est la famine et l’état du navire qui entraînent la détresse des marins. Viennent alors les trois jours fatidiques dont parlent tous les naufragés, Bombard en premier34. Les marins les surmontent35. Et c’est finalement le repas qui, clôturant les maux subis, déclenche le decrescendo des infortunes, comme si la communion avait calmé les ardeurs de quelque dieu des mers, puisqu’ensuite le bateau vogue bien et les marins aperçoivent enfin la terre française avant d’être rapatriés par un navire anglais. D’ailleurs Laudonnière écrit :

  • 36 Laudonnière, op. cit., f. 31 v°.

Apres si long temps et ennuyeux travaux, le bon Dieu usant de leur accoustumee faveur, leur changea la tristesse en une joye, [...]36

  • 37 Voir Le Huguenot et le sauvage, cit., de Frank Lestringant qui traite bien de cette question, p. 17 (...)

16La mort du groupe est évitée par le sacrifice de l’un d’eux, mais l’exergue souligne bien la menace de damnation37 qui pèse sur les participants. Le psaume que La Popelinière cite en manchette est donné par Chauveton qui tentait d’élever cette anecdote cruelle au rang du symbolique. La Popelinière choisit d’en atténuer l’impact en le rejetant dans la marge.

17Cependant les détails de la description du repas ont pu le choquer. C’est Thevet, auteur catholique en quête de sensationnel, qui se complaît à les rajouter. Chauveton, en le recopiant scrupuleusement et en citant ses sources, écrit :

  • 38 Chauveton, op. cit.

Laquelle ils mangerent toute crue, apres avoir beu son sang tout chaud.38

  • 39 Laudonnière, op. cit.

18Celui-ci et La Popelinière ne se gênent pas pour garder ces détails sordides, bien que ce dernier en censure la moitié et ne permette pas que l’on porte la viande à la bouche. Cette précision n’est pas chez Laudonnière qui relate les événements assez discrètement et s’en excuse même en précisant que c’est “chose si pitoyable à réciter, que ma plume diferé de l’escrire”39. La manchette est plus explicite puisqu’elle indique “Humaine anthropophagie”. Doit-on attribuer cette délicatesse à l’auteur ou à ses éditeurs, en l’occurrence Basanier et Hakluyt ? De toute façon, Laudonnière, protestant plus modéré, s’est contenté de rapporter froidement les faits, sans sensationnel, mais aussi sans jugements et sans réflexions. L’acte de manducation est néanmoins commis et, bien qu’il le mentionne modérément, Laudonnière ouvre une brèche dans l’imaginaire du lecteur. Le tabou alimentaire est transgressé. L’événement en lui-même occupe peu de place dans le texte : son impact n’en est pourtant pas réduit.

  • 40 Laudonnière mentionne la mort par inanition de certains, voir note 19.
  • 41 Frank Lestringant a consacré un ouvrage au Cannibale, grandeur et décadence, publié à Paris, chez P (...)

19L’anthropophagie de survie est d’autant plus cruelle ici qu’il y a meurtre. On ne se contente pas de nécrophagie alors qu’il y a déjà des cadavres40. Du reste, la notion de sort ne se trouve guère dans le texte de Laudonnière, ce qui laisse penser que les soldats, réduits à l’état de barbarie, au vampirisme, ont pu choisir la victime dont ils mangent la chair et boivent le sang41. Si le thème christique perce à travers cette image, il ne faut pas oublier qu’il n’y a aucune volonté du condamné à se sacrifier, on peut néanmoins lui supposer une prédestination. Les narrateurs ont en outre peut-être voulu atténuer la gravité du meurtre en faisant de l’exécuté d’abord un banni.

20Le patronyme de la victime nécessite toutefois certaines remarques quant à son évolution d’un auteur à l’autre.

21Dans le texte de référence, le banni se nomme Lachere. C’est d’ailleurs son châtiment qui déclenche la mutinerie ; la pendaison du premier soldat n’ayant amené qu’une scission dans le groupe. Laudonnière écrit :

  • 42 Laudonnière, op. cit., f. 29 r°.

[...] ils pourchasserent tellement [leur capitaine de menaces], qu’enfin il le firent mourir. Et qui leur en donna la principale occasion fut le degradement d’armes qu’il fit à un autre soldat, nommé Lachere, qu’il avoit envoyé en exil [...] car [le capitaine] luy devoit envoyer des vivres de huict en huict jours, ce qu’il ne faisoit [...].42

22Les soldats tuent leur capitaine, afin de se sauver eux-mêmes, puis délivrent leur compagnon à moitié mort de faim. Mais le rôle de Lachere ne s’arrête pas là. On connaît désormais la suite de l’histoire.

23Ce patronyme était sans doute trop évocateur de sa fin. Laudonnière, écrit un peu plus loin :

  • 43 Op. cit., f. 31 v°.

[...] ils arresterent doncques que l’un mourrait pour substanter les autres. Ce qui fut executé en la personne de Lachere, duquel nous avons parlé cy devant, la chair duquel fut partie egalement à ses compagnons.43

  • 44 La Cosmographie universelle, cit., f. 1006 v°.
  • 45 Brief discours, cit., p. 55.

24Cette redondance a pu choquer Thevet qui, en copiant, a légèrement modifié le nom en “Lacheré”44. L’ajout de l’accent aigu est subtil, mais revêt phonétiquement toute son importance. Le lecteur ne peut plus se prêter à des jeux de mots d’un mauvais goût. Chauveton adopte cette même graphie45. On ne sait cependant pas pourquoi La Popelinière transforme ce nom en “Larcher”. S’agit-il d’une coquille, d’un simple lapsus ou d’une volonté de trafiquer le patronyme car il fut transcrit par Laudonnière à la suite d’un récit oral ? Il peut donc y avoir ambiguïté dès le départ.

  • 46 Les protagonistes comme la majorité des narrateurs étaient protestants.

25Les survivants mangent le symbole de leur rébellion qui devient alors la figure du sacrifié, volontaire ou non, symbole catholique par excellence des ouailles qui mangent la substance même de leur Dieu pour obtenir la rédemption – selon la conception des Protestants qui rejettent la transsubstantiation46. Les soldats dévorent celui qu’ils avaient sauvé d’une mort d’inanition pour se sauver eux-mêmes de cette même mort. Et c’est après ce geste cruel que les naufrages sont sauvés : le ventre plein, ils aperçoivent la terre.

26Ce récit constitue en quelque sorte, une triste version de l’histoire du Petit navire qui n’avait ja, ja, jamais navigué. La notion de sort se retrouve aussi chez les plagiaires de Laudonnière, car dans la chanson :

on tira à la courte paille (bis),
pour savoir qui qui qui serait mangé.

et

le sort tomba sur le plus jeune.

  • 47 Dans la littérature portugaise Je récit de tempête constitue presque un sous genre, voir entre autr (...)

27Les mots sont identiques. La mémoire collective a donc retenu ces histoires de “petits navires” parce qu’elles sont récurrentes dans la littérature de voyage. Le récit de naufrage et le récit de tempête ponctuent ce type de narration47. C’est un rite de passage d’un monde à l’autre. La tempête symbolise les peurs marines et l’angoisse de l’inconnu, le paroxysme de cette peur étant le naufrage qui peut entraîner la mort ; le festin anthropophage plonge les participants dans le monde de l’interdit, mais c’est cette transgression qui permet la survie.

28Le récit de naufrage de la première expédition en Floride peut être perçu comme annonciateur de l’échec total de l’expédition. À une échelle plus large, il peut aussi présager la perte de l’immense territoire occupé par les Français en Amérique du Nord lors de la Conquête (1759). Déjà, pour La Popelinière, la colonisation de l’Amérique par les Français était vouée à un échec certain. Dans son livre Les Trois Mondes, il démontre que les Français n’y seront jamais chez eux, qu’ils seront sans cesse repoussés par un quelconque ennemi européen avide de possessions territoriales d’outre-mer ridiculement vastes pour le nombre de colons disponibles. La Popelinière a déjà cédé l’Amérique du Nord à ses coreligionnaires anglais. Pour lui, la terre promise se situe ailleurs, loin de l’Amérique, dans l’extrême sud, et c’est la Terra Australis, refuge rêvé et idéal pour les Huguenots.

29La circumnavigation de l’Australie puis la découverte des berges de l’Antarctique lui donneront tort. Mais l’histoire de l’Amérique lui donnera en partie raison. Il n’avait pas prévu l’installation définitive de milliers de colons français en Amérique, mais avait pressenti le naufrage de la politique coloniale française et l’expansion anglo-saxonne. Dès lors, ne subsistera qu’un fragile petit radeau franco-catholique dans un tumultueux océan anglo-protestant.

Haut de page

Notes

1 À la suite du voyage que Giovanni Verrazzano entreprit au nom de Francois Ier en Amérique en 1524, son frère Girolamo inscrivit sur une carte “Nova Gallía” en 1529 pour désigner les côtes de la Caroline du Nord au Cap-Breton.

2 Nous en avons établi une édition critique chez Droz, 1997. Le passage qui nous intéresse se trouve au livre II des Trois Mondes, f. 29 r° et v°, pp. 255-257.

3 Voir les éditions de Frank Lestringant : André Thevet, Les Singularitez de la France Antarctique, 1555, Ed. Chandeigne, coll. Magellane 1997 ; et Jean de Léry, Histoire d’un voyage fait en la terre du Brésil, 1557, Montpellier/Paris, Les Presses du Languedoc/Max Chaleil Éditeur, 1992.

4 Les Trois Mondes, cit., f. 33 v°°, p. 261.

5 Voir ibid., f. 34 r° à 42 r°, pp. 262 à 270 et les notes 429 à 530.

6 Le Brief discours se trouve à la suite de L’Histoire du Nouveau Monde [...] extraite de l’Italien de Hierosme Benzoni [...], [Genève], Eustache Vignon, 1579, in-8°. Voir aussi La Cosmographie universelle d’André Thevet, Cosmographe du Roy [...], Paris, Guillaume Chaudière [et Pierre L’Huillier], 1575, vol. II.

7 Pour plus de détails, se référer à la note 1, p. 67 de l’Édition L’Histoire notable de la Floride située ès Indes Occidentales [...] par le Capitaine Laudonnière, Mise en lumière par M. Basanier, Paris, Guillaume Auvray, 1586, présentée par Suzanne Lussagnet, Les Français en Floride, Paris, PUF, “Les Classiques de la colonisation”, 1958, pp. 27 à 186.

8 Frank Lestringant consacre à cette anecdote un chapitre complet où il analyse les rebondissements de l’affaire et les variantes des textes ; voir Le Huguenot et le Sauvage, Paris, Aux amateurs de livres, 1990, ch. V, pp. 149 à 182.

9 Lire ceux qui restèrent.

10 divisés.

11 Le soldat pendu se nomme Guernache et le banni, Lachere ou Lachere.

12 Qu’ils “trouverent à demy mort de faim”, f. 29 r° de Laudonnière, L’Histoire notable de la Floride située ès Indes Occidentales, cit.

13 Nicolas Barré, ancien colon de l’expédition française au Brésil.

14 bientôt.

15 La description de la construction du navire est très abrégée par rapport au texte de Laudonnière (il y consacre deux feuillets complets), et l’intervention des Amérindiens amoindrie.

16 sapins.

17 fini.

18 Les “parchemins” sont ajoutés par La Popelinière.

19 Laudonnière précise qu’ils “demourerent en telle desesperee necessité l’espace d’un fort long temps : durant lequel une partie mourut de faim”, op. cit., f. 31 r°. Ce détail a de l’importance comme nous le verrons plus loin.

20 éviter.

21 négligèrent ou s’abstinrent ou se seraient abstenus

22 “Et comme resolus de mourir, chacun se laissoit tomber en arriere, et s’abandonnerent du tout à la volonté des vagues.” Ibidem.

23 fussent tous détruits.

24 Infinitif absolu : “Mais apres s’estre ainsi aidez”.

25 Mauvaise lecture des plagiaires, Thevet en tête. L’un d’eux leur assura “qu’avant trois jours (si le vent continuoit) ils verroient terre. Ce personnage les encouragea tellement, qu’apres avoir jetté l’eau du bergantin, ils demeurerent trois jours sans manger ne boire, reservé de la mer.”, Laudonnière, op. cit., f. 31 r° et v°. Trois jours s’écoulent et non six.

26 Le patronyme du condamné connaîtra une évolution assez remarquable. Voir l’explication ci-dessous.

27 partagée ou répartie

28 La notion de vampirisme est ajoutée par Thevet et conservée par Chauveton et La Popelinière.

29 Infinitif absolu.

30 quelques-uns.

31 “en terre”, comme le précise Laudonnière, op. cit., f. 32 r° ; le texte de La Popelinière prête à confusion alors que son modèle n’écartait pas cette indication, cf. Chauveton, Brief discours, Genève, Eustache Vignon, 1579, p. 56.

32 “Les fols sont affligez pour leurs pechez, si que leur ame a en horreur toute viande : & viennent jusques aux ports de la mort. Adonc ils crient au Seigneur en leur detresse & il les sauve de leur angoisse”. Pseau. 107. 12. 17. 18. Chauveton (ibidem), cite ce psaume en manchette et en donne la bonne référence (107 ; 17-18 et non pas 12).

33 Fait intéressant, La Popelinière qui relate les expéditions de Colomb dans son second livre ne fait nulle part mention de ces tempêtes.

34 Ce dernier explique en effet la raison pour laquelle un naufragé qui survit plus de trois jours sur mer a toutes les chances de survivre à son naufrage : “Les statistiques qui établissent que 90 % des victimes meurent dans les trois jours qui suivent le naufrage [éclairent] étrangement, car il faut plus de temps pour mourir de faim et de soif.”. Voir Alain Bombard, Naufragé volontaire, Paris, Phébus libretto, 1996, p. 20.

35 Comme ils surmontent les trois jours suivants bien que dans le texte original il n’y ait que trois jours et non six. Voir la note se reportant à cet extrait du texte.

36 Laudonnière, op. cit., f. 31 v°.

37 Voir Le Huguenot et le sauvage, cit., de Frank Lestringant qui traite bien de cette question, p. 179.

38 Chauveton, op. cit.

39 Laudonnière, op. cit.

40 Laudonnière mentionne la mort par inanition de certains, voir note 19.

41 Frank Lestringant a consacré un ouvrage au Cannibale, grandeur et décadence, publié à Paris, chez Perrin, dans la collection “Histoire et décadence”, en 1994.

42 Laudonnière, op. cit., f. 29 r°.

43 Op. cit., f. 31 v°.

44 La Cosmographie universelle, cit., f. 1006 v°.

45 Brief discours, cit., p. 55.

46 Les protagonistes comme la majorité des narrateurs étaient protestants.

47 Dans la littérature portugaise Je récit de tempête constitue presque un sous genre, voir entre autres Ilda Dos Santos, “L’Usage du monde, Écritures portugaises du Voyage à la Renaissance”, in Modèles et innovations, études de littérature portugaise et brésilienne, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, Cahier 2, 1995, pp. 11-36.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Beaulieu, « Naufrage en Amérique française », Cahiers d’études romanes, 3 | 1999, 81-90.

Référence électronique

Anne-Marie Beaulieu, « Naufrage en Amérique française », Cahiers d’études romanes [En ligne], 3 | 1999, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3382

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org