Navigation – Plan du site

Chroniques de l’infortune et naufrages organisés

Michel Bideaux
p. 91-103

Résumés

Dans le cadre des relations commerciales entre Portugal et Extrême-Orient, l’auteur considère des relations de naufrages survenus dans l’océan Indien aux XVIe et XVIIe siècles, et met en relief une typologie du thème, soulignant la récurrence de la portée morale de la catastrophe. Puis il donne en exemple des récits nés du naufrage de deux navires, le San Joao, qui sombra à son retour vers Lisbonne, chargé d’épices et autres marchandises, et le Saint-Jacques, qui fit naufrage à l’aller, avec les missionnaires qu’il transportait. Dans le premier cas, Dieu punit les Portugais avides, mais les indigènes sont présentés comme féroces ; dans le deuxième cas, les indigènes aident les naufragés et, de toute façon, Dieu sauve l’âme de ceux qui allaient prêcher l’Évangile. Il relève cependant une évolution dans les chroniques, la dimension divine s’estompant peu à peu avec le développement des connaissances maritimes.

Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

XVIe-XVIIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les voyages au long cours ne sont pas seuls en cause : la proposition vaut aussi bien pour les trav (...)

1La “littérature des naufrages” manifeste que, pour tout voyage maritime1, existe une configuration narrative potentielle qui interdit la représentation d’un naufrage comme celle d’un pur accident abandonné au caprice de la Fortune, voire au courroux d’un Dieu offensé.

2La narration d’un voyage au long cours a son organisation syntagmatique propre, qui présente généralement une traversée (aisée, difficile, tourmentée), la catastrophe (précédée de signes annonciateurs), l’engloutissement (jamais total : il faut au moins un survivant, narrateur ou témoin), l’errance (par quoi s’accomplit le châtiment, l’expiation, la rédemption), la rencontre d’indigènes, le retour des rescapés et la signification de l’épisode.

3Aux XVle-XVIIe siècles, l’océan Indien constitue le théâtre par excellence de tels événements, beaucoup mieux que le Pacifique, où l’on ne s’aventure guère, et que l’Atlantique, plus tôt maîtrisé. Lieu d’échanges commerciaux intenses, à gros profit, peuples riverains peu complaisants, adorateurs d’autres dieux, routes maritimes soumises aux contraintes saisonnières des moussons : autant de caractéristiques grosses d’aventures, de dénouements non souhaités.

4Loin de constituer des isolats textuels, les récits de naufrage dans l’océan Indien se laissent aisément regrouper en familles, parmi lesquelles on peut reconnaître les histoires tragico-maritimes et les lettres de missionnaires.

  • 2 Lisbonne, 1735-1736. Trois de ces récits (le Naufrage de la nef Conceicao sur les bas-fonds de Pêro (...)

5Les premières constituent un faux genre narratif, le produit de la réfection anachronique ordonnée par Bernardo Gomes de Brito, qui réunit deux volumes d’une Historia tragico-maritima2. Deperthe l’exploitera pour son Histoire des naufrages (1791-1795, 3 vol. ).

6Auparavant, ces narrations paraissent dans des occasionnels, feuilles volantes à succès qui n’ont guère d’autre trait commun que le désir de gros tirages, vite écoulés. Leur succès s’explique par l’intensité des relations commerciales entre le Portugal et l’Extrême-Orient et par le débat polémique autour d’entreprises maritimes devenues incertaines : le Brésil, menacé par les Français et, bientôt, Anglais et Hollandais taillant des croupières dans les possessions portugaises d’Asie. Enrichissements hâtifs et disparitions tragiques suscitent la réflexion des moralistes, cependant que l’absorption du Portugal par l’Espagne en 1580 révèle crûment la fragilité de la grandeur lusitanienne. Camoens, chantre de Vasco de Gama, fait entendre cette parole critique quand il rapporte dans le chant IV (octaves 94-104) de ses Lusiades (1572) les propos de son “Vieillard du Restelo” qui condamne le départ des aventuriers. Face à ces occasionnels à la rédaction non concertée, divers dans leur format, leurs mobiles et leur ton, l’ensemble cohérent des lettres de missionnaires. Ici la relation est réclamée, codifiée pour une destination clairement revendiquée : manifester les progrès de l’évangélisation, susciter des vocations, justifier auprès des pouvoirs civils l’existence et l’action des ordres religieux. Une telle stratégie de publication favorise l’émergence d’un modèle narratif. La relation faite par Pierre du Jarric en 1608 d’un naufrage survenu en 1585 nous paraît assez bien représenter cette seconde famille de textes.

  • 3 Actes, XXVII. Erasme (colloque Naufragium, in Erasme, éd ; Cl. Blum et al. Laffont, Bouquins, 1992, (...)

7Les récits de naufrages privilégient un mode de représentation jouant parfois des ressources du pathétique, parfois de la séduction rhétorique, parfois des deux à la fois. Il est bien rare que leurs auteurs n’aient pas en quelque manière présent à l’esprit le récit de tempête qui ouvre l’Enéide. Erasme observe à juste titre que ces auteurs, plutôt que de guigner vers la littérature profane, voire païenne, auraient pu se prévaloir d’un autre modèle, scripturaire, celui-là : Saint Paul, se dirigeant vers Rome, fut en effet jeté sur la côte de Malte par une tempête et, se confiant en Dieu, sauvé avec tous les passagers3. Mais jamais, semble-t-il, saint Paul n’est invoqué dans le danger... En revanche, les voyageurs connaissent mieux le Psaume 106, comme l’observe l’auteur du naufrage du Sao Paulo :

  • 4 Éd. cit., pp. 185-186.

Toutes ces fortunes et ces fatigues, avec d’autres qui en diffèrent, sont prophétisées, pour tous ceux qui naviguent et voguent sur les ondes, par le royal prophète David en son psaume 106 où, parlant de ce cas, il nous dit : [...] Il a commandé et aussitôt s’est levé l’esprit de la tempête ; les vagues se sont soulevées, montant jusqu’aux cieux et descendant jusqu’aux abîmes. Leurs âmes, dans de telles épreuves, sont tombées en défaillance. Elles se sont troublées et se sont émues. Elles furent comme si elles avaient perdu le sens et leur savoir. Alors ils ont appelé le Seigneur dans leur affliction. Et de toutes leurs nécessités il les a délivrées [...].4

8Le titre complet de l’Histoire véritable du capitaine Bruneau de Rivedoux montre bien comment cet accident du voyage doit faire l’objet d’une lecture chrétienne : Histoire veritable de certains voyages périlleux et hasardeux sur la mer, auxquels reluit la justice de Dieu sur les uns et sa misericorde sur les autres, très digne d’être lue, pour les choses rares et admirables qui y sont contenues.

9L’ouvrage porte en épigraphe quatre vers de la traduction faite par Clément Marot du psaume 107 :

Ceux qui dedans galées dessus la mer s’en vont,
Et en grands eaux salées maintes trafiques font :
Ceux-là voient de Dieu les œuvres merveilleuses,
Sur le profond milieu des vagues périlleuses.

  • 5 Éd. cit., p. 69.
  • 6 Éd. cit., p. 70.

10Les aléas du voyage sont là pour signifier son infirmité à l’homme que pourraient griser ses grandes entreprises et leurs succès. C’est tout à la fois l’hybris et la vana curiositas que Dante stigmatisait quand il rapportait au chant XXVI (v. 125) de son Enfer le “folle volo”, l’ultime et fatal voyage d’Ulysse qui le conduisit au-delà des colonnes d’Hercule. Pour le narrateur du naufrage du grand galion Sao Joao, ce naufrage est tout sauf un accident de la navigation : “La volonté d’en-haut était que le capitaine mourût avec sa femme, ses enfants et toute sa compagnie”5, épargnant toutefois une embarcation : “Si grosses étaient les vagues, quand elles déferlaient, que la chaloupe fut jetée sur la plage en morceaux. Et Notre-Seigneur voulut que, de cette batelée, il ne mourût personne, ce qui fut un miracle, puisque la mer, avant qu’elle ne touchât la terre, l’avait submergée”6.

  • 7 Entendre par là moins une ethnie qu’un groupe de peuples semi-nomades occupant toute l’Afrique orie (...)

11A ces composantes somme toutes topiques du voyage maritime, destinées à en exprimer la signification théologique, les naufrages dans l’océan Indien ajoutent assez fréquemment un épisode situé au Mozambique : la rencontre avec une ethnie disgraciée : les Cafres7.

  • 8 Une pénétration qui n’a pas dû s’effectuer sans résistance, si l’on en croit le Dictionnaire de Mor (...)
  • 9 Voir Paolo Carile, “Les avatars d’un mythe : le cafre dans les récits de voyages à l’école classiqu (...)

12L’histoire des grandes découvertes est riche, en effet, depuis Vasco de Gama, de pages montrant les découvreurs, qui ont franchi les dangers du redoutable “cap des Tempêtes”, aborder sur la côte orientale de l’Afrique et y trouver des peuples méfiants, rusés ou déloyaux, travaillés par l’Islam8. Pas de bon sauvage sur cette côte, mais, d’entrée, un indigène prévenu contre l’homme blanc occidental. Rarement absente des “histoires tragico-maritimes”, la figure du vilain et méchant cafre se maintient au XVIIe siècle9. Au milieu du siècle des Lumières, le Grand Dictionnaire géographique, historique et critique de Bruzen de la Martinière (1740) en diffuse encore la vulgate : art. Caffrerie : “la pauvreté de ces peuples n’est pas capable d’attirer les négociants dans l’intérieur de leur pays” et “leur férocité en détourne les missionnaires”.

13Aux segments narratifs constitutifs de toute narration de voyage aventureux, les récits de naufrages dans l’océan Indien ajoutent quelques éléments thématiques :

  • l’importance de la flotte, qui mêle gens de toutes conditions

  • l’âpreté au gain, de l’humble matelot au chef d’expédition : soucieux d’abord de compléter une cargaison dont il attend grand profit, Manuel de Sousa part trop tard et affrontera une mousson contraire (Sao Joao).

  • les dissensions entre passagers et les querelles de préséances

    • 10 Éd. cit., p. 135.
    • 11 Ibidem, p. 117.
    • 12 Ibidem, p. 149.

    la rudesse des gens de mer. Le narrateur du naufrage du Sao Paulo assure sans détour que “chez le marin, c’est un vice invétéré, un effet de sa naturelle et mauvaise inclination que de s’opposer toujours au bien, de préférer toujours le mal. [...] Humains “tellement obstinés et butés dans leur office, tellement brutaux et cruels dans leur commerce avec les hommes, qu’ils en veulent à leur propre chemise et sont, pour leur propre chair, sans merci et sans pitié. Ils n’ont d’attachement pour âme qui vive et il n’est d’affection du père pour le fils et du frère pour le frère que lorsqu’ils mangent et boivent”10. C’est pourquoi, avait-il noté un peu plus haut, “Luis Vives, à juste raison, appelle tous les marins fex maris”11. Leur sordide férocité éclate dans l’épreuve : “La nef n’avait pas plus tôt donné sur cet îlot, qu’elle n’arrivait pas à toucher, que déjà les gens de mer pillaient les coffres, défonçaient les chambres, faisaient leurs paquets et remplissaient leurs sacs”12.

    • 13 Éd. cit., p. 117.

    Les pilotes valent moins encore, ajoutant à ces vices leur ignorance, imprudence et présumption : le récit du naufrage de la nef Sao Paulo accable de sarcasmes celui dont l’aveuglément les “jeta à la côte, ce qui fut l’origine de tant d’infortunes et de maux et causa tant de morts”13.

    • 14 Éd. cit., p. 30.
    • 15 Ibidem, pp. 150-151.

    Les supérieurs se dérobent, abandonnent les passagers. Quand la nef Conceicao est en perdition, on met le canot à la mer : “Le capitaine Francisco Nobre, le pilote, le maître, le gardien et quelques matelots y montèrent ainsi qu’Alfonso da Gama. Le maître emmenait avec lui un neveu et deux beaux-frères. Ils avaient déjà décidé à terre, de s’enfuir sur la chaloupe. Ils prirent avec eux les charpentiers et les calfats, déclarant que, là-bas, leur présence était nécessaire. Au moyen de cette ruse, ils s’embarquèrent et se rendirent à la nef.”14. À Lisbonne, on était bien informé de cette désertion. Quand la nef Sao Paulo se trouve à son tour en détresse, ses passagers ne sont pas très rassurés de voir se réunir la nuit, “à une heure très avancée, le capitaine, le prêtre, le maître, le pilote et quelques notables d’une grande prudence”. Ils savent en effet que ce pilote et le sous-pilote, son neveu, sont les mêmes qui, trois ans plus tôt, “dans une île déserte au milieu des mers, avaient tranquillement pris la fuite en cachette avec le capitaine du navire, Franscico Nobre, et un très petit nombre de personnes”15. Les passagers des deux navires auraient pu noter que déjà Saint Paul avait, dans le voyage que nous avons évoqué, rapporté cette veulerie des gens de mer (Actes, XXVII, 30).

    • 16 Éd. cit., p. 149.
    • 17 Éd. cit., p. 122.

    la diversité des attitudes dans l’épreuve : face à la cupidité des gens de mer, le comportement plus digne des naufragés qui, “marchant derrière le prêtre, se donnaient la discipline afin de mériter son absolution et pleuraient leurs péchés, ceux-là s’employaient au bien commun”16. Mais il n’est pas qu’une façon de le faire, et le même narrateur retrouve l’opposition caractéristique des récits de tempêtes, depuis l’Enéide : “Les uns se recommandent à Dieu et à ses saints, pensent au salut de leurs âmes et pleurent leurs péchés. Les autres, qui ont plus de courage et de ressort, courent aux agrés et font ce qu’il faut”17. La piété du narrateur lui interdit d’aller plus loin, mais la préférence exprimée rappellera au lecteur les sarcasmes d’Erasme (colloque Naufragium) ou de Rabelais au Quart Livre, face aux invocations à la Vierge et aux saints.

14Parmi tous les récits de naufrages constituant le corpus des histoires tragico-maritimes d’inspiration portugaise, c’est sans contredit l’aventure du capitaine de Sousa et des siens qui présente la tradition textuelle la plus abondante et la plus variée.

15Lieutenant de la citadelle de Diu, Manuel de Sousa Sepulveda s’embarque à Cochin en février 1552 pour conduire à Lisbonne sa femme Leonora (fille du vice-roi des Indes orientales) et leurs deux enfants. Trop chargé, le Sao Joao se heurte aux vents contraires du cap de Bonne-Espérance : contraint de rebrousser chemin, il est jeté par la tempête sur la côte du Natal. Les rescapés s’engagent dans une marche de six cents lieues pour rejoindre les comptoirs portugais du nord. En dépit des avis d’un roitelet cafre bienveillant, ils poursuivent jusqu’à Manique, où ils tombent dans les pièges que leur tend le chef d’une ethnie belliqueuse, hostile aux blancs. Là, ils sont désarmés, dépouillés et battus. Leonora s’enterre à mi-corps dans le sable pour ne pas être exposée davantage aux regards. Elle mourra, ainsi que ses deux enfants, et on ne reverra jamais son mari, parti en quête de vivres et sans doute dévoré par un fauve. Une vingtaine de survivants exténués seront rachetés et recueillis par un navire portugais.

  • 18 La Relaçao ne nous est conservée que par une deuxième édition (1562) ; on en connaît une troisième (...)
  • 19 Histoires tragico-maritimes, éd. cit., p. 80. Explication avancée à nouveau un peu plus loin (p. 87 (...)

16L’un d’eux, Alvaro Fernandès, conte leur tragique aventure que publie à Lisbonne en 1554 une Relaçao da muy notavel perda do Galeo grande S. Joao, em que se contao os grandes travallos, e lastimosas cousas que acontecèrao ao Capitano Manoel de Sosa Sepulveda18. Ce récit impute à Sousa les décisions malheureuses qui causent la perte de la colonne de rescapés : “On dit que le capitaine, déjà à ce moment, avait le cerveau dérangé par suite des veilles et du grand travail qui avaient toujours pesé sur lui plus que sur les autres”19.

17Composant le grand poème épique des découvertes, Luis Camoens s’empare à son tour de l’aventure qu’il fait prédire par le colosse Adamastor, gardien du Cap des tempêtes :

  • 20 Lusiades, V, 46-47. Traduction de R. Bismut, éd. Robert Laffont, coll. Bouquins, 1992 : “Un autre a (...)

Liberal, cavaleiro, enamorado,
E consigo trara a fermosa dama
Que Amor por grao merce lhe tera dado.
Trista ventura e negro fado os chama
Neste terreno meu, que, duro e irado,
Os deixara dum cru naufragio vivos,
Pera verem trabalhos excessivos.

Varao morrer com fome-os filhos caros,
Em tanto amor geraados e nacidos ;
Verao os Cafres, asperos e avaros,
Tirar a linda dama seus vestidos ;
Os cristalinos membros e perclaros
A calma, ao frio, ao ar, verao despidos,
Despois de ter pisada, longamente,
Cos delicados pés a areia ardente.
20

  • 21 Trad. fr., 1603.

18L’Historia Indicarum du jésuite Maffei (1595) exprime de la compassion pour l’héroïne, mais, tout en déplorant que l’on n’ait pas tiré les enseignements de cette catastrophe, laisse entendre que l’infortuné capitaine pourrait bien avoir été l’artisan de sa perte : “Cette calamité si grande de Sousa fut publiée en beaucoup de lieux, excita bien quelque miséricorde des hommes : mais ne diminua pas leur convoitise et leur audace”21.

  • 22 Édition 1610, pp. 898-919.
  • 23 Surprise : Goulart cite le Psaume 107 non dans la traduction de Marot (qui avait reçu l’approbation (...)

19Quand le Genevois Simon Goulart retient l’aventure du Sao Joao dans la section “Naufrages” de son Thresor d’histoires admirables et memorables22, il relève bien que les naufrages qu’il rapporte sont en majorité advenus à des Espagnols et des Portugais, mais sans la note polémique que l’on pourrait attendre de ce pasteur réformé23, très sévère en revanche pour les Cafres, qu’il juge cruels et félons. Avouant avoir traduit du latin de Maffei, il se contente, comme son modèle, d’une condamnation générique de la cupidité :

Mais d’autant que l’ambition et l’avarice ont haussé les voiles à plusieurs de tels voyageurs et trafiqueurs, je n’oublie pas ce qui a esté bien dit, que

  • 24 Éd. cit., p. 908.

L’avare merchant
Les mers va cerchant,
Qui souvent lui font
De son avarice
Tres-bonne justice.

Que Dieu soit reconnu et magnifié en ses œuvres merveilleuses et l’imbécillité présomptueuse de l’homme apprenne à trembler, à se contenter de mediocrité, et à se confier en légitime vocation du Tout puissant.24

  • 25 Sur ce texte, voir M. Bideaux, “Les Portugais infortunez : Nicolas Chrétien des Croix et la mémoire (...)
  • 26 Elle apparaît également dans les Relationi universali de Botero (Venise, 1592), dans les Operae ... (...)

20C’est encore de Maffei que se réclamera Nicolas Chrétien des Croix quand il composera en 1612 sa tragédie des Portugais infortunez, dans laquelle il rapporte le naufrage à l’appât inconsidéré du gain : des nefs surchargés, des semaines perdues à recueillir le poivre au lieu de profiter de la saison des vents favorables25. Les chœurs des actes II et III développent des reproches qu’on pouvait lire déjà en filigrane dans les premières pages de la relation portugaise de 1554. L’aventure de Sousa de Sepulveda se trouve encore reproduite dans l’Historia tragico-maritima de Bernardo Gomes de Brito26. C’est à ce dernier livre que Deperthe l’empruntera pour l’insérer au début du deuxième volume de son Histoire des naufrages (Paris, 1792) ; il ne souffle mot toutefois de la cupidité qui, dans la tradition portugaise des histoires tragico-maritimes, est la cause directe de tant de naufrages advenus au retour des Indes orientales, et il réduit le tragique destin de Sepulveda et des siens à un accident maritime.

  • 27 Paris, Nicolas Nivelle, 1588.
  • 28 Ars. H 11855 in 12 (Alkinson, 338)
  • 29 Bordeaux, éditions 1608, 1610 et 1614. Nous citons cette dernière dans l’ex. de la B.M. Lyon Rés. 3 (...)

21Face à cette intense floraison textuelle, qui confère au drame du San Joao et de ses passagers un statut exemplaire dans l’histoire tragico-maritime, le “naufrage lamentable arrivé l’an 1585 ez bancs de la Juifve” (canal du Mozambique) au vaisseau le Saint-Jacques, paraît avoir été perçu comme une catastrophe ordinaire. Il n’en fait pas moins l’objet d’une relation adressée au général des jésuites le 9 décembre 1586, intitulée Recueil d’un fort notable naufrage tiré des lettres du Pere Pierre Martinez, escrites en la ville de Goa ès Indes Orientales27 [...]28. C’est cette lettre que retranscrit le jésuite Pierre du Jarric dans son Histoire des choses les plus memorables advenues tant ez Indes Orientales, que autres païs de la decouverte des Portugais, et de l’establissement et progrez de la foy Chrestienne et Catholique29.

22A la différence du San Joao qui, ainsi que tant d’autres navires portugais, fit naufrage sur la route du retour, lourdement chargé d’épices, objet de toutes les convoitises, le Saint-Jacques sombre en se rendant aux Indes, où il conduisait huit dominicains et six jésuites qui s’étaient embarqués “pour aller retirer de l’esclavage de Sathan une infinité d’ames, qu’il y tient asservies”.

23Parti de Lisbonne le 10 avril 1585, le Saint-Jacques double le cap de Bonne-Espérance vers le 27 juillet. Entre Saint-Laurent (Madagascar) et l’Afrique, “il y a un passage fort dangereux, que les Portugais appellent baixos da Judia, c’est-à-dire escueils de la Juifve ou de Judée”. Selon les saisons et le régime des vents, les navigateurs passent tantôt par le canal, tantôt au large. Ici, ils n’ont pas eu le choix. La tempête les jette sur un écueil, mais au sommet d’un rocher, à marée haute. “Ce qui fut une particuliere providence de Dieu” : échappant à la noyade, les rescapés pourront en effet “raccoustrer l’esquif et, pour un premier groupe, accoster, au terme de huit jours d’une navigation périlleuse et épuisante. Sans que pour autant cette arrivée signe le terme de leurs épreuves : ils tombent en effet aux mains de Cafres rusés et malveillants, qui les dépouillent. “Mais Dieu adoucit les cœurs de ces barbares”, qui les laissent aborder à un port où commandait un gentilhomme portugais.

  • 30 Chap. XII, p. 153.

24Une “deuxième bande” d’une quarantaine de personnes se lance à son tour sur un radeau. Dans leurs épreuves, Dieu les pourveut d’une extrême et merveilleuse consolation” : ils trouvent terre de nuit, après douze jours de navigation. Leur relation avec les Cafres du continent suit, cette fois, un ordre opposé : d’abord charitables, les indigènes se révèlent ensuite “meschans”, “si cruels et si barbares qu’ils n’avoient aucune pitié de leur misere”. Par une inversion du rapport ordinaire entre le civilisé et le primitif, c’est le premier nommé qui s’avilit par des postures simiesques, se mettant “à faire tout plein de souplesses, ou tours de passe-passe, et autres gestes ridicules, pour les faire rire, et avoir de ceste sorte quelque chose pour vivre”. Un Cafre qui les avait hébergés et dont “la charité ne dura guere”, ne les envoie pas moins à ce même gentilhomme portugais qui avait “hébergé ceux de la premiere bande”. Enfin, une “troisième bande” pourra (grâce à l’aide de Dieu) rejoindre le continent, où elle se heurtera aux Cafres, qui la dévaliseront à trois reprises. Tous les rescapés se trouveront réunis au Mozambique “au commancement de l’an 1586”30.

  • 31 La Conquête de l’Amérique, Paris, Seuil, 1982.
  • 32 Relation de 1634, ch. V, “Des choses bonnes qui se trouvent dans les Sauvages” ; ch. VI, “De leurs (...)

25On observera que, sur l’ensemble de cette relation, les Cafres ne sont pas aussi uniformément disgraciés que l’image qui est la leur auprès des navigateurs contemporains le laisserait croire. Il est des Cafres charitables, d’autres qui alternent envers l’étranger la bienveillance et l’hostilité. De la sorte, leur ethnie se rapproche du double paradigme bon sauvage/sale chien dans lequel T. Todorov résume l’opinion exprimée par C. Colomb sur les Indiens31 ou de ces “choses bonnes” ou “vicieuses” que le père jésuite Le Jeune trouvera bientôt parmi les Montagnais du Canada32. Affirmer cette double polarité, c’est non seulement se prémunir contre les surprises et se donner les moyens d’intégrer dans un cadre conceptuel définitif toutes les découvertes à venir, c’est aussi postuler chez ces indigènes une nature humaine à la fois bonne et pervertie et se ménager ainsi des points d’appui pour l’évangélisation. Quand “par-delà” se met à ressembler à ce point à “par-deçà”, il n’est plus très difficile d’admettre l’unité du genre humain...

  • 33 Rubrique : Aug. in Ps. 47.
  • 34 Du Jarric, p. 154.

26D’autre part, quand aux périls de la navigation se joignent les aléas de l’action misionnaire elle-même, c’est toute l’entreprise qui se trouve doublement frappée d’incertitude. La relation de ces naufrages risquerait de lui nuire si le narrateur ne prenait soin d’avertir que “ceux qui entreprennent le mesme voyage pour la gloire de Dieu et le salut des âmes”, même s’ils “meurent en chemin, ne sont pas pour cela frustrez de la recompense qu’ils auroient s’ils avaient gagné beaucoup d’âmes à Jesus-Christ. Car selon (ce) que dit tres-bien S. Augustin, Quicquid vis et non potes, factum Deus computat”33. Tout ce que tu veux et ne peux, Dieu le tient pour fait.”34

27La diversité des destinées terriennes relève, en fait, de l’accident : des indigènes plus ou moins bien disposés, des éléments capricieux. Elle ne peut rien contre la nécessité du salut, garanti par la fermeté de l’engagement missionnaire. Face à d’autres récits de naufrages qui donnent à voir la grande variété des comportements humains dans l’épreuve, la relation du père du Jarric souligne au contraire la constance et l’unisson des religieux (et des autres passagers) dans la tourmente, chacun

  • 35 On observera que même les rescapés les plus zélés dans la recherche du pardon ne se séparent pas po (...)

implorant l’ayde de Dieu, et luy demandant pardon de ses péchés. L’on n’entendoit crier que confession, confession. Il y avoit bien six Prestres, deux de l’ordre de S. Dominique, et quatre de la Compagnie de Jesus : mais un chascun pensoit estre si proche de la mort, que plusieurs ne pouvant attendre que l’on eust achevé d’ouyr les premiers, faisoient à haute voix la confession de leurs pechés, pour en estre absous au plustost, sans qu’on les peut faire taire. Quelques uns cherchoient ceux qu’ils avoient offensez en leurs biens, honneurs, ou personnes, pour leur demander pardon, comme gens qui pensoient s’en aller mourir à l’instant, et s’ils ne les pouvoient si tost trouver, ils prioient quelques autres de faire ce debvoir en leur nom, s’ils les rencontroient. Brief, cette crainte de la mort fut cause qu’un chascun taschast de mettre son ame en bon estat...35

28Cet unisson est plus remarquable encore dans le prodige dont ont été témoins les rescapés de la “deuxième bande” :

  • 36 Du Jarric, p. 138.

(ainsi qu’ils ont tous assuré d’un commun accord) cinq jours durant ils entendirent du coste de la prouë une musique tres-douce d’un chœur (ce leur sembloit) d’enfans, ou plustost d’Anges, qui chantoient fort melodieusement les articles de la foy, et les louanges de nostre Dame : mais si distinctement, que l’un d’entre eux ayant envie de leur tenir compagnie, se mit à faire le bassus, qui sembloit manquer en telle musique ; laquelle ne cessa qu’au douziesme jour de leur navigation.36

  • 37 On en exceptera toutefois les bouffonneries auxquelles se livrent les chrétiens pour arracher quelq (...)

29Tout le récit de Pierre du Jarric est ainsi ordonné à des fins d’édification37. “La Providence que Dieu a des hommes” veille sur les destinées des missionnaires, ne les jette à marée haute sur un rocher que pour mieux les épargner, et tout particulièrement le P. Pierre Martinez que Dieu épargna afin qu’il devînt, “dix ans après, le premier evêque du Japon”. Rien que de très légitime, donc, si les trois “bandes” de rescapés finissent par converger sur le territoire portugais du Mozambique où leur réunion finale proclame à la fois la protection permanente de la Providence et la vocation messianique de leur pays.

30Quand il insère ce récit dans ses Voyages en Afrique (1617), Jean Mocquet semble considérer la relation comme entièrement véridique et ne récuse aucune des circonstances qu’elle rapporte. Mais il en altère profondément la signification pour constituer en lieu de mémoire ces écueils de la Juive, “terre de tres mauvais et dangereux bancs au large de la coste de Sofala”, que la flotte à laquelle il appartient peine à éviter et sur lesquels, rappelle-t-il, “se sont perdus bon nombre de navires : et où entr’autres arriva ce non moins lamentable que memorable naufrage du navire nommé 5. Jacques l’an 1585”. L’histoire édifiante n’est plus que la relation du difficile contournement des écueils ; même quand il proclame “Dieu nous fit la grace de les éviter”, Mocquet ne consigne que le soulagement éprouvé, et ne s’interroge pas plus sur le sens de son aventure que sur l’historicité du naufrage du Saint-Jacques, en l’absence de témoignages qui recoupent ou infirment la version du P. Martinez.

31Et pourtant Mocquet, pas plus que ses prédécesseurs, ne renonce à conférer un sens à l’allusion qu’il glisse dans son récit. Ceux-ci répugnent à ne constituer qu’une collection de naufrages spectaculaires ou pathétiques. Les nefs perdues dans l’Océan Indien ne sont pas seulement victimes des éléments ; c’est la cupidité des humains qui les a conduits parfois imprudemment sur des routes maritimes que l’on venait à peine d’ouvrir ; c’est elle qui les a poussés à revenir en Europe avec une cargaison déraisonnable dont ils espéraient de mirifiques profits, qui leur a fait imprudemment différer la date de leur départ pour la compléter, s’exposant ainsi à des vents contraires. Inversement, c’est pour rechercher une salvation spirituelle assurée même en cas de désastre maritime que le P. Martinez et les missionnaires qui l’accompagnent bravent les dangers du canal de Mozambique. Et quand Jean Mocquet délaisse cette dimension téléologique pour retenir une illustration supplémentaire de la nature périlleuse de ses récifs, il paraît le faire au profit d’une conception plus positive du voyage maritime : convoquer les naufrages “mémorables” pour établir, par une topographie précise des océans, la carte enfin fiable qui, diminuant leur probabilité, les réduira au rôle de mémoire des découvertes et des expéditions maritimes.

Haut de page

Notes

1 Les voyages au long cours ne sont pas seuls en cause : la proposition vaut aussi bien pour les traversées du continent à l’île de Ré représentées dans l’Histoire véritable de certains voyages périlleux et hasardeux sur la mer (1599) du capitaine Bruneau de Rivedoux (éd. moderne par Alain-Gilbert Guéguen, Editions de Paris, 1996).

2 Lisbonne, 1735-1736. Trois de ces récits (le Naufrage de la nef Conceicao sur les bas-fonds de Pêro dos Banhos en l’année 1555, la Perte du Grand Galion Sao Joao et le Naufrage du Sao Paulo) sont réunis dans le volume d’Histoires tragico-maritimes (traduction Georges Le Gentil, préface de José Saramago) publié à Paris, par les Editions Chandeigne, 1992. Nos références aux récits de ces trois naufrages (advenus respectivement en 1555, 1552 et 1561) dans cette édition, sous le nom du navire.

3 Actes, XXVII. Erasme (colloque Naufragium, in Erasme, éd ; Cl. Blum et al. Laffont, Bouquins, 1992, p. 299) : “Je m’étonne que personne n’ait eu l’idée d’invoquer l’apôtre saint Paul qui jadis voyagea sur mer, dont le navire se brisa, et qui sauta à terre. L’infortune dont il fit personnellement l’expérience lui a appris à secourir les voyages en détresse”. Cette réflexion suit immédiatement la mention ironique du très controversé saint Christophe.

4 Éd. cit., pp. 185-186.

5 Éd. cit., p. 69.

6 Éd. cit., p. 70.

7 Entendre par là moins une ethnie qu’un groupe de peuples semi-nomades occupant toute l’Afrique orientale, de la côte du Natal à Mombasa.

8 Une pénétration qui n’a pas dû s’effectuer sans résistance, si l’on en croit le Dictionnaire de Moreri à l’article “Caffrerie, côte des Cafres” : “ce mot de Cafre veut dire sans loi, et vient du mot cafir, au pluriel cafiruna, que les Arabes appliquent à tous ceux qui nient l’unité d’un Dieu”, et qu’on a donné aux habitants de ce pays, parce qu’on a cru qu’ils n’avaient ni princes, ni religion (arabe al-kafir, les infidèles).

9 Voir Paolo Carile, “Les avatars d’un mythe : le cafre dans les récits de voyages à l’école classique”, in Les récits de voyage : typologie, historicité” (colloque Récits de voyage : typologie, historicité, Centre culturel franco-portugais et U. Paris-Sorbonne, octobre 1996, à paraître, Fondation Gulbenkian, 1999).

10 Éd. cit., p. 135.

11 Ibidem, p. 117.

12 Ibidem, p. 149.

13 Éd. cit., p. 117.

14 Éd. cit., p. 30.

15 Ibidem, pp. 150-151.

16 Éd. cit., p. 149.

17 Éd. cit., p. 122.

18 La Relaçao ne nous est conservée que par une deuxième édition (1562) ; on en connaît une troisième de 1592. Voir W.G.L. Randles, L’image du Sud-Est africain dans la littérature européenne au XVIe siècle, Lisbonne, 1959, pp. 106-108.

19 Histoires tragico-maritimes, éd. cit., p. 80. Explication avancée à nouveau un peu plus loin (p. 87).

20 Lusiades, V, 46-47. Traduction de R. Bismut, éd. Robert Laffont, coll. Bouquins, 1992 : “Un autre aussi viendra, de haut renom, généreux, chevaleresque et galant et amenant avec lui la belle dame qu’Amour lui aura, par grande grâce, donnée. Triste fortune, noir destin les appellent dans ce mien domaine qui, farouche et courroucé, ne les laissera réchapper d’un cruel naufrage que pour subir d’excessives épreuves.
“Ils verront périr de faim leurs enfants chéris, conçus et enfantés parmi tant d’amour ; ils verront les Cafres cruels et rapaces ôter ses vêtements à l’épouse gentille. Ils verront ses membres cristallins, éclatants, exposés, nus, à la chaleur, au froid, à l’air, après qu’elle aura foulé longuement, de ses pieds délicats, le sable brûlant”

21 Trad. fr., 1603.

22 Édition 1610, pp. 898-919.

23 Surprise : Goulart cite le Psaume 107 non dans la traduction de Marot (qui avait reçu l’approbation de Calvin), mais dans celle, catholique, de Philippe Desportes. Goulart a pu juger que la langue de Clément Marot avait vieilli.

24 Éd. cit., p. 908.

25 Sur ce texte, voir M. Bideaux, “Les Portugais infortunez : Nicolas Chrétien des Croix et la mémoire de l’âge des découvertes”, in Les récits de voyage : typologie, historicité, colloque cité supra, n. 7.

26 Elle apparaît également dans les Relationi universali de Botero (Venise, 1592), dans les Operae ... sive Meditationes historicae de Camerarius (t. II, 1. 3, ch. 17), dans le poème épique de Jeronimo Corte Real, Naufragio e lastimoso successo daperdeçam de Manoel de Sousa de Sepulveda (Lisbonne, 1594), que traduit Ortaire Fournier, Le naufrage de Sepulveda (Paris, 1841), dans les Decodas da Asia (dec. VI, 1. VII, cap. 21-22) de Diogo do Couto, où le trouve J. Mocquet (Voyages en Afrique..., 1614, 1. III), etc...

27 Paris, Nicolas Nivelle, 1588.

28 Ars. H 11855 in 12 (Alkinson, 338)

29 Bordeaux, éditions 1608, 1610 et 1614. Nous citons cette dernière dans l’ex. de la B.M. Lyon Rés. 314162.

30 Chap. XII, p. 153.

31 La Conquête de l’Amérique, Paris, Seuil, 1982.

32 Relation de 1634, ch. V, “Des choses bonnes qui se trouvent dans les Sauvages” ; ch. VI, “De leurs vices et de leurs imperfections”.

33 Rubrique : Aug. in Ps. 47.

34 Du Jarric, p. 154.

35 On observera que même les rescapés les plus zélés dans la recherche du pardon ne se séparent pas pour autant de leurs compagons, à qui ils demandent de porter leur message à ceux qu’ils estiment avoir offensés.

36 Du Jarric, p. 138.

37 On en exceptera toutefois les bouffonneries auxquelles se livrent les chrétiens pour arracher quelques vivres aux Cafres et, dans le sauvetage de la “première bande”, l’épisode de cette charge d’un rhinocéros qui contraint le capitaine et le pilote à se réfugier sur le bateau : pur “effet de réel”, aussi gratuit (quoique plus encombrant) que le baromètre de Félicité, cher à Roland Barthes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bideaux, « Chroniques de l’infortune et naufrages organisés », Cahiers d’études romanes, 3 | 1999, 91-103.

Référence électronique

Michel Bideaux, « Chroniques de l’infortune et naufrages organisés », Cahiers d’études romanes [En ligne], 3 | 1999, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3388 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3388

Haut de page

Auteur

Michel Bideaux

Université Paul-Valéry, Montpellier III

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org