Navigation – Plan du site

Le naufrage chez Virgílio Várzea

Geremias Avanço
p. 149-159

Résumés

L’auteur considère quelques récits de Virgílio Várzea, écrivain et lui-même homme de mer. Il montre d’abord comment l’auteur brésilien exploite le topos du naufrage dans un roman consacré à Garibaldi (qui, comme on sait, combattit en Amérique du Sud avant de d’être l’acteur et le héros le plus populaire du Risorgimento italien) : le passage relatant le naufrage d’un des bateaux du capitaine obéit pas à pas au modèle littéraire classique tel qu’il a été établi par les spécialistes. Puis il examine quatre nouvelles du recueil Mares e campos, mettant en relief la fonction et la richesse du thème du naufrage.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Paulo Várzea, Centenario do marinhista, Rio de Janeiro, ed. Aba Ltda, 1963, p. 90.
  • 2 Ibidem, p. 106.
  • 3 Ibidem, p. 95.
  • 4 Ibidem, p. 116.

1Virgílio Várzea est considéré comme le plus grand auteur brésilien de récits du monde marin. Excellent et unique, soulignait la critique de l’époque1. Il a été comparé à Pierre Loti et aux grands écrivains américains de la mer, comme Herman Melville, James Fenimore Cooper, etc.2 Et pourtant, il est assez peu connu par le public brésilien. En effet, la thématique de la mer n’est pas très exploitée dans la littérature brésilienne et encore moins celle du naufrage. Rares sont les écrivains brésiliens qui ont traité du monde marin. Ceux qui ont touché à ce sujet l’ont fait d’une façon contemplative. Ils ont mené plutôt une « observation éloignée, essentiellement intellectuelle »3. Virgílio Várzea, au contraire, a été un homme de la mer, il avait dans son sang la vie maritime. La mer présente dans ses contes, avec « ses tempêtes, ses calmes plats, ses naufrages, est celle que l’écrivain a connue et expérimentée »4 pendant son enfance et sa jeunesse.

2Virgílio Várzea est né à Desterro, dans l’État de Santa Catarina, en janvier 1862. Il passa son enfance avec son père, originaire du Minho. Celui-ci était marin et avait parcouru tous les océans. Il avait survécu au naufrage du “Fire Crest”, bateau anglais. Il s’installa dans un navire français nommé “Étoile”. La quille de ce bateau resta plantée dans les sables de la côte de Santa Catarina, devant la maison où est né Virgílio Várzea. Cet événement marqua profondément la vie de l’écrivain (qui y fera référence dans son œuvre). Très petit, Virgílio a connu la mer et les bateaux. Il fut allaité et fit ses premiers pas dans un Brick nommé “Aureliano”. Son père était le capitaine et sa mère l’accompagnait dans ses voyages le long des côtes brésiliennes.

3Enfant, il passait ses journées assis ou à jouer sur la proue du navire naufragé “Etoile”. Il rêvait des voyages de son père qui un beau jour avait embarqué dans les Bouches-du-Rhône avant d’échouer dans cette belle baie brésilienne. De sa maison il voyait passer constamment des bateaux français, hollandais et d’autres pays. À dix ans, il assista au naufrage de la corvette française “Virginie” qui transportait les déportés de la Commune de Paris. Il fit même la connaissance de Louise Michel et du Marquis de Rochefort. Plus tard, il écrivit un poème en l’honneur de la dame révolutionnaire.

4Jeune homme, il essaya d’entrer à l’École Navale à Rio, mais sans succès. Il s’engagea à dix-sept ans comme mousse et il connut plusieurs pays de l’Amérique du Sud et de l’Amérique Centrale, les Antilles et Cuba. De retour à Rio et après quelques années de travail comme typographe, il reprit de nouveau la mer. Il voyagea jusqu’en Afrique Orientale et dans le Sud d’Asie, avant de retourner au Brésil à la demande de sa mère. Il devint alors fonctionnaire de la justice. Plus tard, il fut élu député à l’Assemblé régionale. Il collabora avec la presse nationale, écrivant dans plusieurs journaux. Virgílio Várzea est l’auteur d’une œuvre littéraire importante : romans, nouvelles, contes, poésies et essais. Il mourut à Rio en 1941.

  • 5 Virgílio Várzea, Garibaldi in America, traduction de Clemente Petti, Rio de Janeiro, éd. Tip. Di Lu (...)

5Notre étude portera sur le chapitre concernant le naufrage du “Farrupilha” à l’intérieur du roman Garibaldi in Amérique5 et sur quatre contes du recueil Mares e Campos. Bien que l’auteur fasse des références au naufrage dans d’autres contes, c’est parmi les contes que nous avons choisis qu’à notre avis la thématique est la mieux exploitée par l’auteur. Nous allons essayer de montrer comment Várzea exploite le topos du naufrage et quelle est la vision qu’il nous en donne.

Le naufrage du “Farrupilha”6

  • 6 Ibidem, p. 222.

6Le choix de cette partie du livre, dont le référent est la vie du patriote italien Giuseppe Garibaldi, a pour but d’analyser le traitement du naufrage placé entre la fiction et la non-fiction, entre les naufrages réels et les catastrophes maritimes imaginaires. En effet, dès la première lecture de cette œuvre, la structure de ce chapitre a attiré notre attention et donc nous a amené à l’étudier à part. Il s’agit d’un épisode de la biographie de G. Garibaldi où l’auteur se concentre sur une situation vécue par cet homme qu’il considère exceptionnel.

  • 7 Giuliano Soria, “I naufragi in Gonzalo Fernández de Oviedo : percezione politica e percezione emoti (...)
  • 8 Ibidem, p. 40.

7La structure de ce passage obéit plus ou moins aux modèles classiques des rapports de naufrage. Comme le remarque Soria, il obéit aux préceptes de la rhétorique : « l’exhortation, la proposition, la narration et la conclusion »7. En conséquence, pour l’analyser, nous allons nous servir de l’exemple méthodologique adopté par Giulia Lanciarli et exploité par Giuliano Soria dans son étude sur les catastrophes maritimes8.

  • 9 Ibidem, p. 48.

8Les récits des naufrages sont presque toujours composés de six unités, suivant ainsi la structure de la rhétorique : les antécédents, le départ, les conditions préliminaires, la tempête, le naufrage, le débarquement, la pérégrination et la rencontre des rescapés9.

Le départ

  • 10 Virgílio Várzea, Garibaldi in America, cit., p. 226.

9Comme dans tous ces modèles, Várzea aussi commence son chapitre par l’unité des préparatifs du voyage. L’auteur raconte que jamais une embarcation n’avait quitté ce port du fleuve Tramandahy et que « même quand la mer était très agitée, la profondeur ne dépassait pas quatre pieds ». Le narrateur nous informe aussi sur les caractéristiques de la mer de cette région. Nous apprenons que la côte Rio-grandense ressemble à la côte de Biscaïen et de la mer du Nord, avec ses vagues immenses, et qu’en hiver un vent très fort et froid balaye les plages de cette région, rendant la mer très dangereuse. Depuis la colonisation, cette contrée est signalée dans les cartes de navigation « comme l’une des plus violentes du globe »10.

  • 11 Giuliano Soria, op. cit., p. 40.

10Ainsi l’auteur informe le lecteur que les embarcations sont arrivées la veille, dans l’après-midi, par voie terrestre. Le lendemain, le 12 juillet, en fin de matinée, débute le chargement. Un sondage dans le canal du port, la clé de la réussite, a été effectué par le chef, Garibaldi. Cette introduction permet de mieux préparer le lecteur à vivre un événement dangereux, des émotions fortes, bref, elle annonce un suspense. Il s’agit selon Soria « de l’exposition des circonstances du départ » qui concerne : l’état du bateau, les caractéristiques de la quille et le début de la navigation11. Virgílio Várzea nous décrit également tous ces aspects, nous renseignant ainsi sur les détails techniques et les circonstances du départ. Cette procédure permet aux lecteurs de mieux comprendre l’aventure de G. Garibaldi.

11Le 14 juillet, à quatre heures de l’après-midi, constatant que la profondeur de l’eau était d’environ cinq pieds, fait extraordinaire, remarque le narrateur, le commandant et ses trente hommes, quittent le port à bord du “Farrupilha”. Ils triomphent de la fureur des courants, pénètrent dans l’Océan et mouillent à six cents bras de la plage. A la tombée de la nuit, bien qu’ils n’aient pas de baromètre, G. Garibaldi et ses hommes se rendent compte qu’une grande tempête les menace. À la hâte, à huit heures ils commencent à quitter la côte en direction de Laguna, quand un vent fort se lève. Des éclairs, des nuages noirs annoncent un terrible ouragan pour dix heures.

12À minuit, les bateaux sont pris par un épouvantable cyclone. Le “Farrupilha” est considéré comme un bateau instable avec une quille petite et fragile. En conséquence, il ne possède pas la principale qualité nautique et, en plus, il est surchargé. Il transportait un canon de calibre 12 et une très grande quantité d’armes et de nourriture. Ces renseignements précis nous donnent la sensation de nous trouver devant un témoignage réel, sérieux, voire scientifique, et nous permettent ainsi de mieux reconnaître l’héroïsme de Garibaldi.

La tempête

  • 12 Ibidem, p. 43.
  • 13 Ibidem, p. 44.

13Cette unité commence avec la description de l’orage. Sa fonction est de préparer l’exposition du naufrage12 dont en général le mauvais temps est la cause principale. Parmi les conséquences, nous avons ici les « voiles déchirées, mats cassés, marosi, ouverture de faille dans la quille, perte de la quille dans la mer »13. Selon Giuliano Soria, cette unité laisse place à l’imagination de l’auteur qui ne se limite pas à la description des événements mais intercale aussi des réflexions sur des aspects humains. Ces caractéristiques, nous les trouvons dans la narration du naufrage du “Farrupilha”. La tempête qui frappe le “Farrupilha” débute à minuit et durera jusqu’au lendemain quinze heures, quand le sinistre a lieu. En effet, c’est à ce moment-là que Garibaldi, voyant tout perdu et le naufrage inévitable, commande à ses hommes de tout faire pour échouer sur les côtes. Mais les montagnes d’eau qui se déversent sur les bateaux finissent par les faire couler.

Le naufrage et le débarquement

  • 14 Virgílio Várzea, Garibaldi in America, cit., p. 226.

14La première pensée de Giuseppe Garibaldi, dit le narrateur, a été pour ses compagnons, car très peu d’entre eux savaient nager. Il cherche à aider son meilleur ami Carniglia, qui est en difficulté, mais au moment où il est en train de le délivrer, de grosses vagues brisent le bateau et plongent tous les naufragés dans la plus grande confusion. Indifférent à son propre salut, il essaie encore de trouver Carniglia, mais en vain. Voyant qu’il vient de perdre son meilleur ami, il vient en aide à ses autres camarades, dispersés sur les terribles vagues. Il les encourage avec des mots amicaux et énergiques. Une fois à terre, il s’aperçoit qu’un autre compatriote, ami d’enfance, se trouve en difficulté en mer. Avec « l’audace et la vivacité extrême d’une panthère »14, il se précipite pour le sauver. Mais hélas il est trop tard. Il revient sur la plage désemparé. Pensant à ses camarades morts, les yeux pleins de larmes, il tombe dans une très longue prostration, avant de se reprendre.

15À l’aube, malgré le froid glacial et la tempête qui se déchaîne toujours, il part à la recherche des rescapés du naufrage. Voyant les visages livides de ses camarades, il les fait lever un par un et les oblige à se donner la main, avant de les faire courir sur la plage.

La pérégrination

16Vers midi, ainsi « rétablis » et réunis en groupe, ils partent à la recherche de nourriture et d’un abri. Non loin de là, ils trouvent une petite maison de campagne habitée par un couple de paysans qui leur donne à manger et les héberge pour la nuit. Le lendemain ils repartent dans le but de rejoindre les forces de David Canabarro qui se trouvait à côté de Barra Vechia, sur le chemin de Laguna. Ainsi, le récit du naufrage prend fin, le 17 au matin, avec l’arrivée à Laguna de l’autre bateau, sauf et sans avarie, le “Seival”.

17Ce chapitre sur la mésaventure du “Farrupilha”, présentée d’une façon classique, nous permet d’avoir une double vision du naufrage. D’un côté, l’auteur met en valeur l’héroïsme de Giuseppe Garibaldi en exaltant ses vertus : le courage, l’altruisme, l’esprit de sacrifice et d’abnégation ; il décrit Garibaldi comme un héros de dimension humaine. De l’autre, il cherche à tirer des enseignements de ce naufrage, afin d’être utile aux autres. Le naufrage acquiert ainsi une fonction didactique.

18D’ailleurs, l’auteur nous fait penser que le naufrage du “Farrupilha” est dû en grande partie à son manque de fiabilité et à l’excès de son chargement. Autrement, comment expliquer la résistance du “Seival” ? Ils quittent le port ensemble, dans les mêmes conditions météorologiques, sauf que le “Seival” était de bonne facture ; et surtout, il était moins chargé.

19On constate que dans ce récit l’auteur conserve une structure traditionnelle, mais dans son contenu, dans son message, on observe une rupture avec le passé. Virgílio Várzea ne fait dans cette narration aucune allusion à la Providence. L’homme est seul devant la nature. Il est responsable de ses décisions et, devant les éléments, il n’est pas toujours le plus fort. Pour mieux faire ressortir l’héroïsme ou la chance de G. Garibaldi, l’auteur attire l’attention du lecteur sur un fait extraordinaire survenu lors de ce naufrage. Presque aucun des survivants ne savait nager, par contre tous les grands baroudeurs de la mer, sauf bien sur le lion des mers, G. Garibaldi, ont péri.

20Par l’examen de ce chapitre de Garibaldi in Amérique nous pouvons relever l’influence que les auteurs classiques ont exercée sur Várzea. Bien qu’il essaie de donner à son récit un contenu pédagogique, il n’échappe pas à la structure traditionnelle de ce genre de narration : nous la trouvons tout au long de l’histoire. Par contre, nous ne pouvons pas affirmer qu’il en est de même pour le traitement du naufrage dans Mares e Campos.

Le naufrage dans Mares e Campos

21Dans cette œuvre de fiction, le naufrage n’est pas l’objectif principal de l’auteur, mais nous pouvons dire qu’il en est un leitmotiv. Presque dans tous les contes maritimes de notre auteur cette thématique est présente, tantôt comme coup d’accélérateur de la narration, tantôt comme point culminant du récit, mais toujours avec un rôle différent. Le naufrage est tantôt tragique – l’auteur se concentre sur les aspects dramatiques du naufrage – tantôt heureux – le narrateur insiste sur le succès des naufragés. Cette obsession de la mer chez notre écrivain s’explique certainement par sa propre histoire et par celle de son père.

A Vela dos Náufragos

  • 15 Mares e Campos, cit., p. 80.
  • 16 Ibidem, p. 80.
  • 17 Ibidem, p. 93.

22Le premier conte que nous avons choisi s’intitule A Vela dos Náufragos. C’est le récit d’un naufrage qui a lieu au nord de l’île de Santa Catarina, non loin de la maison de l’auteur. Comme presque toujours, la cause est une violente tempête qui va détruire un des bateaux les plus solides de la région, un brick baptisé “Espadarte”. Cette embarcation était, selon Pierre, un marin grand connaisseur, « un bateau à supporter n’importe [...] quel temps. Elle était sûre comme un roc, tout comme le capitaine »15. Et pourtant, trois personnes vont périr le contremaître, le gabier et le capitaine Siqueira. Ce dernier est considéré comme un expert de la mer : « Le [capitaine] Siqueira était un marin parfait, il connaissait la mer comme [la paume de] sa main »16. Cet événement causa un grand bouleversement dans la vie de ce village de pêcheurs. La nouvelle devint le centre d’intérêt et de conversation : « Et la vive narration du marin rescapé volait de bouche en bouche, électriquement, éveillant des sentiments de compassion et des larmes dans les maisons, dans les moulins à sucre et dans les fermes, et acquérant, à chaque nouvelle édition orale, des couleurs et des lignes étranges »17. Le récit se termine par la procession des naufragés en direction d’une petite église, Notre-Dame des Navigants. Les naufragés transportent la voile du bateau en chantant des chansons tristes. Au début, elles se réfèrent au mugissement des vents, à l’écume de grandes vagues en folie, puis à la cassure des mâts, aux cris, aux blasphèmes, au désespoir des marins impuissants devant les éléments, et finit sur une complainte à Notre-Dame des Navigants.

Núptias Marinhas

  • 18 Ibidem, p. 198.

23Le deuxième récit s’intitule Núpcias Marinhas. L’histoire se déroule entre deux petits villages de pêcheurs. Par manque d’église et de prêtre, les fiancés, la famille et les témoins sont obligés de traverser, en bateau, l’embouchure d’un fleuve, puis la mer, avant d’atteindre les plages du village. La traversée matinale a lieu sans problème, mais au retour de l’église, le groupe, qui était partagé sur deux bateaux, est surpris par une énorme tempête. Après avoir lutté pour garder le contrôle des bateaux, les marins finissent par se heurter à un typhon qui fait chavirer les deux embarcations. Les membres de l’équipage, mieux préparés, réussissent à s’accrocher à la quille des bateaux. Mais toutes les filles périssent ainsi que les deux fiancés. Ces derniers « ont coulé enlacés, unis indissolublement pour toute l’Éternité. Pour ces enfants de pêcheurs, le Destin a voulu que l’océan révolté se transforme en lit de noces »18, conclut le narrateur.

24La première constatation que nous pouvons faire à partir de ces deux contes est la présence de la mort dans le naufrage. Les personnages principaux périssent lors de la catastrophe qui s’abat sur leurs bateaux. Dans A Vela dos Náufragos ainsi que dans Núpcias Marinhas, l’auteur nous montre la victoire de la nature sur l’homme, reprenant ainsi une thématique classique. Le naufrage est utilisé comme prétexte pour mieux décrire l’océan et ses risques, la tempête, et surtout les coutumes et traditions des habitants de cette région. Alors que dans A Vela dos Náufragos le naufrage est le moteur de l’action, dans Núpcias Marinhas, il est l’apogée de la narration.

André Canoeiro

  • 19 Ibidem, p. 122.
  • 20 Ibidem, p. 134.
  • 21 Ibidem, p. 138.

25Le troisième conte s’intitule André Canoeiro. L’action se déroule toujours dans la même région, le nord de l’île de Santa Catarina. André Canoeiro a une fiancée qui habite dans une île voisine, proche de son village. Juin est le mois des neuvaines et celles-ci ont lieu chez les parents de la fiancée. André promet à Therezinha de ne pas perdre une seule journée. Il possède un très beau bateau, “La Toninha”. « La distance et la mer ne lui faisaient pas peur : il avait de beaux muscles pour pagayer s’il ne pouvait pas naviguer »19. Depuis son enfance, il connaissait bien la mer, sur laquelle presque personne ne pouvait le vaincre. Il avait la baraka, « une bonne étoile », et puis les vagues l’aimaient. Au coucher du soleil malgré une mer calme, le ciel annonce du mauvais temps. Mais André part quand même. Pris par un typhon, il ne s’inquiète pas et essaie de dominer la mer en affrontant sa colère avec audace20, mais la puissance de l’orage jette le bateau contre les rochers, ébranlant la quille. Devant le danger, André se jette à l’eau. Quand il arrive chez sa fiancée, la prière du chapelet vient de finir. Tel un héros, un ancien guerrier, au côté de sa fiancée il s’exclame : « C’est vrai, je suis là. J’ai perdu mon bateau mais je suis vivant. Et, cette fois-ci encore, la mer ne m’a pas vaincu. »21.

Velho Sumares

26Velho Sumares est l’un des plus beaux contes de Mares e Campos. Le récit commence avec le trente-septième voyage du brick “Galgo”, dirigé par le vieux capitaine Sumares, âgé de 76 ans. Le départ se fait d’un port de la côte africaine. Le “Galgo” transporte des esclaves noirs et il est menacé par la marine anglaise. Le voyage commence mal. A la sortie du port, des rafales de vent extrêmement fortes arrachent un mât, blessent un matelot et font tourner le bateau en rond pendant une semaine. Puis il est poursuivi par un bateau anglais, le “Contest”, avant de s’échapper dans la baie de Biafra.

27Un flash-back nous permet de connaître mieux le vieux capitaine. Nous apprenons qu’il est né dans l’océan, sur une galère des Indes, à hauteur des îles Canaries. Son père en était le capitaine et descendait d’une famille de marins du Algarve. L’homme était fort, il ne craignait pas la mer, même lors des plus grandes tempêtes, et n’était jamais fatigué. Le capitaine Sumares avait hérité de son père ces mêmes qualités et surtout l’esprit d’aventure. Très jeune, à dix ans, il avait commencé à travailler avec lui et s’était révélé très apte à la vie de marin.

28À vingt ans, après d’innombrables voyages, il fait naufrage à Santa Catarina, alors qu’il est commandant d’un petit bateau de cabotage. Plus tard il est décoré par le gouvernement britannique pour avoir sauvé tous les membres de l’équipage d’un bateau anglais. Il acquiert ainsi de la notoriété et devient grand marin des Amériques en faisant de prodigieux sauvetages en mer. Son plus grand fait héroïque a été de survivre seul à un cyclone, dans le Golfe du Mexique, avec un vieux patache, alors que soixante bateaux avaient disparu.

  • 22 Ibidem, p. 100.

29« Mais [...] son étrange biographie », presque « invraisemblable et légendaire »22, il l’a créée par ses voyages en Afrique où il allait chercher des esclaves. Le capitaine Sumares a enrichi ainsi deux armateurs du Desterro, avant de commander un bateau à ses beaux-parents, le “Galgo”. Celui-ci, bien que tout neuf, venait de connaître un échec. En effet, son ancien capitaine, par peur du mauvais temps, s’était fait surprendre par les anglais ; il avait fini par perdre toute la cargaison et le bateau avait été conduit à l’île de Sainte-Hélène.

  • 23 Ibidem, p. 103.
  • 24 Ibidem, p. 103.

30C’est avec ce premier voyage avec le “Galgo” que le vieux Sumares débute une série inédite de folles aventures, avant d’arriver à ce dernier voyage qui a commencé si mal. Effectivement, deux jours après avoir quitté le port, près de la côte du Bénin, le “Contest” à nouveau le poursuit. Le “Galgo” connaît une accalmie. Les marins s’excitent et disent que jamais leur navire ne sera pris par le “Contest” parce qu’il est « rapide comme un éclair »23. Finalement, le premier tir d’un canon atteint le bateau, suivi d’une vraie pluie de balles qui cause de formidables dégâts. Un grand mât est arraché. Sur le pont du navire, les marins se précipitent et coupent les cordages à coups de couteau. « Sur les grosses vagues, autour du bateau, flottaient des morceaux de mâts comme les dépouilles d’un naufragé »24. Finalement, le “Contest” éloigné, le “Galgo” peut poursuivre son chemin. Quelques jours après, il arrive à Santa Catarina, avec un seul mât. Depuis ce jour-là, on ne parla plus que de ce fantastique marin. Toutefois Sumares ne quitta plus le port et mourut à quatre-vingt-dix ans.

  • 25 Ibidem, p. 100.

31Dans ces deux derniers récits, les naufragés arrivent à échapper à la mort. Dans André Canoeiro, plus que le destin ce sont la force de l’homme et sa lutte qui lui permettent de vaincre la tempête. Dans ce conte, la catastrophe maritime est vue comme une initiation à la vie. Ainsi le naufrage d’André Canoeiro lui permet de se distinguer parmi les autres marins et de devenir ainsi le prince choisi par sa bien-aimée. Dans Velho Sumares, nous avons un deuxième exemple de naufrage « heureux ». Dans ce récit, il joue un rôle plus dynamique et permet à l’auteur de mieux justifier l’héroïsme du capitaine. Plusieurs fois, le vieux Sumares arrive à échapper aux plus grands dangers et acquiert ainsi le statut d’un demi-dieu. Et comme nous dit le narrateur, il se construit une « étrange biographie », pleine de couleurs fantastiques et surnaturelles25.

32Les naufrages répétés nous font penser aussi à la victoire de l’homme sur les obstacles de la vie. Et en ce sens, le naufrage a une fonction didactique. Outre cette vision multiple du naufrage dans l’œuvre de Virgílio Várzea, nous pouvons constater une abondance de descriptions des hommes de la mer dont le but est de nous informer, de nous faire connaître les caractéristiques de ce monde, sa beauté mais aussi les malheurs qu’il nous réserve. Várzea nous permet de goûter ainsi à toutes les joies sensuelles de l’océan et de ses paysages. De la sorte Mares e Campos est un livre qui nous conte les histoires malheureuses et héroïques des équipages et des bateaux. Mais comme le titre l’indique, Virgílio Várzea nous montre également des hommes qui vivent et qui luttent, en mer comme sur terre.

  • 26 Claudio Milanesi, « Les récits de naufrage : un essai de structuralisme thématique », in Cahiers d’ (...)

33Ces deux types de récits chez Virgílio Várzea – qu’ils aient un référent réel ou qu’ils soient le produit de l’imaginaire – nous permettent de vérifier que ce topos si fréquent dans la littérature universelle « est une sorte de cadre mou, malléable, que chaque civilisation reprend pour lui donner un sens nouveau, ou pour lui faire jouer un rôle différent. », comme le remarque Claudio Milanesi26. En effet, ces deux types de récits nous donnent des exemples multiples de l’utilisation de cette thématique. Dans le naufrage du “Farrupilha”, ce thème apparaît comme l’objectif du chapitre et il est traité comme dans les récits classiques. Par contre, dans les récits imaginaires, le thème du naufrage est exploité comme leitmotiv et acquiert une fonction narrative.

Haut de page

Bibliographie

Bosi, Alfredo, O Conto brasileiro contemporâneo, S. Paulo, ed. Cultrix,1974.

Di Maio, Mariella, Naufragi, Milano, ed. Guerini associati, 1994.

Gomes, Celeuta, O Conto brasileiro e sua criíica (1841-1974), Rio de Janeiro, Biblioteca Nacional, 1977.

Milanesi, Claudio, « Les récits de naufrage : un essai de structuralisme thématique », in Cahiers d’Études Romanes, Aix-en-Provence, Université de Provence, nouvelle série, n° 1, 1998, pp. 1-18.

Nowé, Laura Sannia, Naufragi, Roma, Atti del Convegno di studi 8-10, avril 1992, Bulzoni ed., 1993.

Proença, M. Cavalcanti, Estudos Literários, S. Paulo, José Olympio ed., 1969.

Várzea, Paulo,Centendriodomarinhista, Rio de Janeiro, ed. Aba Ltda, 1963.

Várzea, Virgílio, Mares e Campos, Rio de Janeiro, ed. F. Casa Rui Barbosa, 1895.

Várzea, Virgílio, Garibaldi in America, Rio de Janeiro, ed. Tip. Di Luigi Miotto,1902.

Haut de page

Notes

1 Paulo Várzea, Centenario do marinhista, Rio de Janeiro, ed. Aba Ltda, 1963, p. 90.

2 Ibidem, p. 106.

3 Ibidem, p. 95.

4 Ibidem, p. 116.

5 Virgílio Várzea, Garibaldi in America, traduction de Clemente Petti, Rio de Janeiro, éd. Tip. Di Luigi Miotto, 1902.

6 Ibidem, p. 222.

7 Giuliano Soria, “I naufragi in Gonzalo Fernández de Oviedo : percezione politica e percezione emotiva”, in Mariella Di Maio, Naufragi, Milano, ed. Guerini associati, 1994, p. 40.

8 Ibidem, p. 40.

9 Ibidem, p. 48.

10 Virgílio Várzea, Garibaldi in America, cit., p. 226.

11 Giuliano Soria, op. cit., p. 40.

12 Ibidem, p. 43.

13 Ibidem, p. 44.

14 Virgílio Várzea, Garibaldi in America, cit., p. 226.

15 Mares e Campos, cit., p. 80.

16 Ibidem, p. 80.

17 Ibidem, p. 93.

18 Ibidem, p. 198.

19 Ibidem, p. 122.

20 Ibidem, p. 134.

21 Ibidem, p. 138.

22 Ibidem, p. 100.

23 Ibidem, p. 103.

24 Ibidem, p. 103.

25 Ibidem, p. 100.

26 Claudio Milanesi, « Les récits de naufrage : un essai de structuralisme thématique », in Cahiers d’Études Romanes, Aix-en-Provence, Université de Provence, nouvelle série, n° 1, “Naufrages”, 1998, p. 3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geremias Avanço, « Le naufrage chez Virgílio Várzea », Cahiers d’études romanes, 3 | 1999, 149-159.

Référence électronique

Geremias Avanço, « Le naufrage chez Virgílio Várzea », Cahiers d’études romanes [En ligne], 3 | 1999, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3407 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3407

Haut de page

Auteur

Geremias Avanço

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org