Navigation – Plan du site

Le naufrage-plongée, acte de création

Valerie Rusu
p. 161-171

Résumés

L’auteur nous emmène au carrefour des civilisations orientales et occidentales, dans le monde fabuleux des mythes cosmogoniques. Confrontant différentes versions de légendes populaires roumaines relatives à la création du monde, il met en relief la récurrence du motif de la plongée et du retour à la surface : plongée sous les eaux primordiales pour aller chercher du sable ou de l’argile, retour à l’air libre et acte de création. Mais l’entreprise n’est pas toujours facile car Dieu a maille à partir avec le Diable, et les diverses interventions d’animaux humanisés — très sage hérisson, abeille rusée, poisson ou écrevisse — sont autant de variantes dans ces sympathiques légendes.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

conte, légende, animaux

Index géographique :

Roumanie
Haut de page

Texte intégral

1L’univers tout entier – on l’a constaté depuis longtemps – est créé, construit, forgé sur une structure binaire : homme-femme, paradis-enfer, bien-mal, voyelles-consonnes, etc.

2Aux chutes – conséquences notamment des déchéances, des fautes, des péchés – qui nous accablent, nous terrifient depuis l’expérience d’Adam et Ève, correspond l’espoir qu’au moins l’âme de ceux qui, le jour du jugement dernier, seront considérés dignes de ce geste, rebroussera chemin et s’élèvera vers les cieux.

3Il est vrai que, selon le poète et philosophe roumain Lucian Blaga (1895-1961), même « la chute » de l’homme a la signification d’un acte plutôt positif, optimiste :

  • 1 « Lorsque Dieu a tamisé les anges du ciel, il lui est resté dans les mains le son ; ce qui a été bo (...)

Dumnezeu cînd a cernut îngerii din cer, a rãmas eu tãrîta în mîini. Ce-a fost bun a cãzut.1

4Il faut nous rappeler que Dieu, en créateur unique, absolu du monde, a prévu l’amélioration de sa création, mais aussi la destruction de son œuvre car, selon un autre poète roumain, Marin Sorescu (n. 1936), le septième jour n’a pas été, ainsi qu’on le dit, consacré au repos. Le dimanche, Dieu créa encore quelque chose, les critiques littéraires, afin qu’ils critiquent, détruisent son œuvre.

  • 2 Ovidiu Bârlea, Mica enciclopedie a poveştilor româneşti, Editura ştiinţificã şi enciclopedicã, 1976 (...)

5Si, souvent, la création du monde et notamment de la terre est l’acte d’un naufrage-plongée, réalisé par Dieu ou à l’aide d’animaux et même du Diable, la fin du monde est imaginée comme résultat de l’action de Scorpia (sorte de Dragon femelle, dans les contes populaires roumains) qui fut enchaînée au fond de la mer et qui, en se libérant, arrêta les eaux, causant le déluge universel2.

6Le naufrage, la plongée et même la forme hybride, composite, du naufrage-plongée sont des gestes qu’on rencontre souvent au moment initial de la création du monde ; mais de tels gestes se répètent de nos jours encore.

7Rappelons-nous ce personnage – car il s’agit, bel et bien, d’un personnage – qui a émerveillé notre enfance, l’arc-en-ciel.

  • 3 On nous dit, dans une légende de Moldavie, qu’un jour l’arc-en-ciel avala une jeune fille qui ne sa (...)

8Il peut être un dragon, ou un grand serpent ou même un homme qui plonge sa tête dans la mer (ou dans des étangs, des rivières) pour boire de l’eau (soit pour se désaltérer, soit pour apporter la pluie, soit pour faire pousser les cheveux, soit pour sauver la terre d’un déluge, soit pour métamorphoser une jeune fille en jeune homme et vice-versa..., mais il faut aller à genoux jusqu’à l’endroit où l’arc-en-ciel s’abreuve)3.

  • 4 Tache -, Mic Dicţionar folkloric, édition, notes, préface par Valeriu Rusu, Bucarest, Editions « Mi (...)

9On ne s’étonnera pas de ces pouvoirs miraculeux si on se rappelle que, selon le folklore de l’Extrême-Orient, c’est dans l’arc-en-ciel que s’est faite l’union du Yin et du Yang, par laquelle se rejoignaient le ciel et la terre. En Polynésie, l’arc-en-ciel n’est rien d’autre que le chemin sacré sur lequel les Dieux se promènent entre le ciel et la terre4.

  • 5 Selon d’autres légendes, c’est le feu qui est primordial. Dieu se promenait dans l’air dans une cha (...)

10Mais, revenons au moment initial de la création du monde, marqué dans presque toutes les légendes cosmogoniques roumaines par les eaux primordiales5.

11C’est le contexte d’où surgit le monde, si bien représenté dans ces vers empreints du génie de Mihai Eminescu (1850-1889) :

  • 6 Au début, quand il n’y avait ni être ni non être,
    Il y avait un gouffre ? Un abîme ? Una étendue inf (...)

La-nceput, pe cînd fiintã nu era, nici nefiintã,
Fu prãpastie ? Genune ? Fu noian întins de apã ?
N-a fost lume priceputã si nici minte s-o priceapã.
Cãci era un Întunerec ca o mare farã razã,
Dar nici de vãzut nu fuse si nici ochi care s-o vazã.
Umbra celor nefãcute nu-ncepuse-a se desface
Si în sine împãcatã stãpînea eterna pace !...
Dar deodat-un punct se miscã... cel întîi si singur. Iatã-l,
Cum din chaos face mumã, iarã el se face Tatãl...
Punct-acela de miscare mult mai slab ca boaba spumii,
E stãpînulfãrã margini peste marginile lumii...
de-atunci negura eternã se desface în fãşii,
De atunci rãsare lumea, luna, şoare şi stihii !
(Scrisoarea I, 1881)6

12Les personnages qui brisent de leur présence cette immensité d’eaux et d’obscurité sont Dieu et le Diable qui, à ce moment-là, étaient frères. Dieu (en roumain : Dumnezeu) était bon, charitable, miséricordieux, juste, et le Diable (en roumain : Dracul, Sarsailã, etc.) était méchant, rusé, injuste. Et le Diable appelait Dieu : frate (« frère ») mais Dieu appelait le Diable : nefrate-meu (« mon non-frère ») ; de là dérive, dans la spiritualité roumaine, le couple frate-nefîrtate.

13Le motif du drame dans l’acte de la création du monde provient de l’opposition de caractère de ces deux personnages, mais aussi de faits encore plus graves : Dieu avait le pouvoir de faire, dans son immense générosité, tout ce qu’il voulait, alors que le Diable ne le pouvait pas. D’où la jalousie du Diable qui essaya alors de détruire ce que Dieu créait, ou bien d’apprendre, par une astuce, à créer lui-même.

14Pourtant ce « frère » de Dieu est une création divine. Car Dieu, seul au commencement, et ne sachant comment faire le monde ni surtout quelle sorte de monde créer, fâché de n’avoir ni frères, ni amis, jeta son hachereau dans l’eau profonde... Le hachereau devint un grand arbre : sous l’arbre se trouvait le Diable qui, en riant, lui dit :

— Bonjour, mon cher frère !

Mais Dieu lui répondit :

  • 7 Legendele cosmosului, p. 6.

— Uniquement ami, tu ne peux pas être mon frère !7

15Ils se promenaient sur les eaux primordiales et, comme tout marin-navigateur, ils éprouvaient le sentiment de la saudade, de la soledade, de la solitude. Alors le Diable prit l’initiative : il dit qu’il voulait créer un monde immense mais ne savait comment faire. Dieu, généreux, lui dit de plonger dans les eaux et de lui apporter du sable/ du fond de la mer/ avec lequel il ferait la terre.

16Le Diable lui demanda comment il la ferait. Dieu répondit : « Je prononcerai mon nom et la terre sera prête ! » Le Diable plongea, trouva le sable et dit son nom... mais le sable le brûla, et donc il le jeta. Il fit surface et dit à Dieu qu’il n’avait pas trouvé de sable. Dieu l’envoya encore une fois chercher du sable. Neuf jours de suite, le Diable chercha, disant toujours son nom et se brûlant... si bien qu’il devint noir, comme il l’est de nos jours encore.

  • 8 C’est une variante de « l’arbre de la vie ou de la mort », présent dans les croyances roumaines.

17Dieu lui dit : « Tu es un méchant ami. Apporte-moi du sable, sans dire ton nom. » Il apporta le sable ; et Dieu créa le monde. Alors, le Diable lui dit : « Moi, je resterai sous cet arbre fruitier et, toi, cherche-toi une autre place. » Dieu se fâcha : « Tu n’es qu’un méchant ami, va-t-en ! « Un grand taureau vint, prit le Diable et, de cet arbre, tombèrent sur la terre des morceaux de chair, et les feuilles de l’arbre devinrent des hommes »8.

18Il convient de préciser que, dans certaines légendes, même Dieu est né de rien, sur la feuille d’une plante poussant sur le fond des eaux stagnantes – donc, toujours, une plante soumise à la plongée, au naufrage – et, en même temps, a surgi le soleil.

  • 9 Legendele cosmosului, p. 8.
  • 10 Ibidem, p. 9.

19Le Diable qui se trouvait, en bon plongeur, au fond d’un étang, sortit, attiré par le soleil et, sur la terre, retrouva Dieu...9 Selon d’autres versions, il est né de l’écume de la mer, d’un tourbillon d’écume ou de l’air10.

  • 11 Dans d’autres variantes, Dieu et l’ange André sont sur un navire ; une rame tombe dans l’eau, l’ang (...)

20Si, dans la variante précédente, Dieu demande délibérément au Diable de plonger pour aller chercher du sable, la matière dont il a besoin pour créer le monde, dans d’autres versions, c’est par hasard, en regardant les griffes du Diable11 qu’il remarque que ce dernier a quelque chose sous les ongles :

– C’est quoi, ça ?
– De la terre.

  • 12 La sagesse et le savoir-faire de cet animal sont proverbiales. Voir Tache Papahagi, Mic Dictionar f (...)
  • 13 Legendele cosmosului, p. 9.

21Dieu lui demande de lui en apporter une petite quantité, ce qu’il peut prendre dans ses mains. Le Diable arrive, Dieu se met à l’œuvre et crée la terre en cinq jours. Mais il remarque que la terre est trop grande. À ce moment, intervient l’abeille, qui va consulter le hérisson12. Car, Dieu a demandé à l’abeille, fidèle et active, d’aller trouver le hérisson et de lui demander ce qu’il fallait faire. Le hérisson ne veut pas donner de conseil : comment le Tout-puissant ne sait pas que faire, et il s’adresse à moi, le petit hérisson ? ! L’abeille, rusée, fait semblant de partir ; elle se cache et entend alors le hérisson dire : Dieu doit faire des vallées et des vallons. L’abeille rusée rapporte la réponse à Dieu ; la récompense divine est à la hauteur du geste : les excréments de l’abeille deviennent le miel savoureux !13.

  • 14 Ibidem, p. 13.

22Telle est la trame générale ; mais évidemment, il y a des variantes. L’une des plus connues fait intervenir deux Necuraţi (« Impropres », « Impures »). Ils sont nés jumeaux d’une femme qui, après avoir mangé deux morceaux de fer, les a mis au monde, tous les deux : l’un est boiteux mais sage, l’autre est plutôt bête. Le sage voulait de l’argile pour fabriquer beaucoup de choses. Il plonge au fond de la mer, prend dans sa main de l’argile, refait surface et crée un cheval afin de pouvoir se déplacer. L’Idiot va, à son tour, chercher de l’argile pour faire la terre. Comme il ne savait pas comment faire, Dieu l’aida. Mais la terre tantôt était sous les eaux, tantôt faisait surface. Il plonge alors pour peser sur elle avec sa tête ; mais ce n’est pas une solution bonne et efficace. Le sage attache alors la terre avec des chaînes et ainsi la fait tenir14.

  • 15 Notons le critère esthétique dans le choix de celui qui doit être sacrifié pour devenir saint.

23C’est toujours grâce à des plongées successives qu’ont été créés les hommes et les saints. Parce que le Diable se lamentait d’être seul au monde, Dieu le conduisit au bord de la mer et lui dit de tremper sa main dans l’eau ; il aspergea et éclaboussa : les gouttes d’eau devinrent des diables, quantité de diables ! Dieu voulut à son tour avoir des saints. Il fit venir des gens au bord de la mer et dit que quelqu’un devait se jeter à l’eau pour devenir saint et combattre le Diable, sinon le monde était perdu. « – Celui qui est le plus laid15, qu’il se jette ! », dit Dieu. Les gens, afin d’éviter cette plongée-métamorphose, disaient tous qu’ils étaient beaux.

  • 16 Legendele cosmosului, pp. 29-31.

24Saint Élie, un boyard, arrive sur une charrette tirée par quatre chevaux et conduite par un cocher. L’attelage se jette à l’eau... Dieu les sauve : il leur fraie un chemin dans les eaux, jusqu’aux cieux... et ils tuent, de leur sabre (Saint Elie) et de leur canon (son cocher, Pãlie), tous les diables ; lorsque des étoiles tombent (étoiles filantes) ce sont des diables, ainsi exécutés16.

  • 17 Ibidem, pp. 38-39.

25Un naufrage-plongée caractérise aussi l’histoire des Blajini (en roumain, « hommes paisibles », « saints »). Ce sont des Moldaves partis en mer ; leur navire sombre – un vrai naufrage – tous sont noyés sauf un qui, bon nageur, parvient à se sauver et arrive à une montagne. Les gens noyés – têtes de souris, corps d’hommes – sont au fond de la mer. Ils restent croyants mais ne savent pas quand ont lieu les jours de Noël et de Pâques. Alors, on jette dans les rivières, à Noël, des coquilles de noix et, à Pâques, des coquilles d’œufs qui flottent et arrivent aux Blajini ; ainsi ils savent que, chez nous, c’est la fête de Noël ou de Pâques17.

26Nous trouvons un vrai naufrage-plongée dans une autre légende : Dieu et le Diable cohabitent dans les airs, sur un trône d’écume. Le Diable, désirant s’amuser avec Dieu, le chatouillait car celui-ci, sérieux et digne, refusait d’écouter ses propos. Dieu alors lui cracha à la figure ; le crachat tomba, le Diable se précipita pour l’essuyer de sa patte mais le crachat s’allongea, s’étendit comme une pâte et devint une vaste étendue d’eau ; le Diable tomba jusqu’au fond, et ses griffes s’enfoncèrent dans le sable. Alors, il eut l’idée de remonter à la surface et d’aveugler Dieu en lui jetant du sable dans les yeux. Mais, avant qu’il n’arrive à la surface de l’eau, le sable glissait à travers ses griffes. Il essaya plusieurs fois, en vain. Alors, Dieu lui dit : descends et prends du sable en mon nom. Cette fois-ci il réussit et Dieu créa la terre, sa verdure et ses arbres merveilleux.

27Le Diable lui demanda alors un document prouvant que c’était lui le maître de la terre. Dieu, miséricordieux, le lui accorda. Toutefois, en raison de sa malveillance, Dieu voulut lui retirer le document mais le Diable le gardait soigneusement dans sa large ceinture paysanne (chimir, en roumain).

  • 18 Ibidem, pp. 46-53.

28Dieu demanda alors à Saint Pierre d’aller récupérer ce document. Saint Pierre se fit engager en tant que domestique au service du Diable. Dieu répandit une chaleur torride ; le Diable alla à une rivière pour se rafraîchir. Lorsqu’il plongea jusqu’au fond de la rivière, Dieu répandit un grand froid, afin de geler l’eau. Mais la graisse fondue du Diable – car il était gras comme un porc et il faisait chaud – empêchait l’eau de geler. Enfin, Dieu réussit. Saint Pierre s’empara de la ceinture et du document et s’envola vers le ciel ; le Diable se libéra grâce au conseil du seul poisson-traître, le brochet (en roumain, ştiucã) : il retira un roseau et, par ce trou, sortit (depuis, punition de Dieu, la chair de ce poisson est fade) ; lorsque Saint Pierre s’accrocha aux anses du ciel, le Diable eut juste le temps de lui arracher un peu de chair de la plante de ses pieds ; depuis, nous avons ce creux dans la plante du pied18 ».

29C’est là un vrai exploit de la part du Diable car, la première fois, il s’agissait bel et bien d’un naufrage (le Diable tombe au fond de l’eau et enfonce ses griffes dans le sable), tandis que, la deuxième fois, c’est une plongée volontaire, dans le but de se rafraîchir, le mieux et le plus vite possible. Voilà encore une preuve qu’il y a des affinités certaines entre le naufrage et la plongée.

  • 19 Ibidem, p. 74.

30Le fond de la mer, des océans, des eaux, en général, a souvent le statut d’une vraie cachette. Dieu, afin d’empêcher le mariage du Soleil et de la Lune – car, ceux-ci, étant frère et sœur, auraient commis un péché – fait plonger la Lune au fond de la mer, pour la cacher, l’eau de la mer ternit son éclat et atténue le feu de ses rayons19.

  • 20 Quelquefois, le Diable apporte, par des plongées successives, de la terre du fond de la mer, pour f (...)

31Dieu, seul ou aidé de son « frère », le Diable, récupère, grâce au naufrage-plongée, un peu de sable, limon, terre, pour créer le monde, la terre20.

  • 21 Ibidem, pp. 128, 129, 131, 138, 141.

32Mais, comme n’importe quel héros des contes populaires roumains, il demande à divers animaux d’exécuter ce geste sportif. L’éventail est assez coloré : broascã « la grenouille », cîrtiţa « la taupe », peştele « le poisson », raci « des écrevisses » et même curcubeul « l’arc-en-ciel », urzica « l’ortie »21.

33Dans certaines légendes, Dieu est poussé à réaliser l’acte de création du monde pour des raisons tout-à-fait à l’échelle d’un homme vieux et fatigué qui a froid dans le dos lorsqu’il dort. Alors, il crée la terre.

34C’est lui-même qui descend dans l’eau pour chercher de l’argile avec laquelle il fait un tourteau juste assez grand pour qu’il ait la place de s’allonger un peu. Ensuite, il envoie toutes les bêtes extraire de l’argile pour agrandir la terre. Il put créer ainsi un grand tourteau de terre, lisse et plat. Ensuite, il fit le ciel. Mais la taupe ne voulut pas y participer : elle fut condamnée à vivre sous terre, et lorsqu’elle regarde vers le ciel, elle meurt !

35Parce que la terre était trop grande pour que le ciel puisse la couvrir, c’est le hérisson, toujours lui, qui donna à Dieu le conseil de faire des collines et des vallées, pour la resserrer un peu et de tirer un peu les bords lorsqu’elle devenait trop petite. Mais alors, la terre devint trop lourde. Dieu, fier, ne voulant plus faire appel au même animal, le hérisson, eut l’idée de placer la terre sur quatre poissons : lorsque l’un d’eux se noie, c’est Saint Jean qui le remplace et, depuis, on l’appelle Sîn Ion Stîlniciu « Saint Jean le Pilier, le Pilastre ».

  • 22 Ibidem, p. 135.

36Une autre fois, fatigué d’avoir tant nagé, Dieu sortit de la terre de dessous ses ongles et fit un tourteau sur lequel il flottait. Le Diable voulut lui aussi s’asseoir et, comme il n’y avait pas assez de place, il poussa Dieu pour le faire tomber à l’eau et le noyer. Mais dans cette bagarre, la terre s’allongeait sans cesse, jusqu’à devenir la grande terre d’aujourd’hui. Alors Dieu prit le Diable et le jeta au fond des eaux22.

  • 23 Ibidem, p. 137.

37Dans une autre légende23, Dieu en personne plonge au fond de l’eau pour jeter de la terre à la surface car il voulait que la terre soit au-dessus de l’eau. Mais le Diable veut faire échouer son geste de création et se met à disperser la terre sur l’eau.

  • 24 Ibidem, p. 138.

38On nous dit, dans une autre légende24 que la terre était soutenue par un pilastre, le gourdin de Dieu. Le Diable ramassa des écrevisses au fond de l’eau et les amena à Dieu qui remarqua que, dans leurs pinces, il y avait un peu de terre. Il prit alors le gourdin, étendit un fichu de femme sur l’extrémité supérieure du gourdin, prit la terre aux écrevisses et créa le monde.

  • 25 Ibidem, p. 146.
  • 26 Ibidem, pp. 142, 143, 148.

39Le voyage – même si on utilise une luntriţã « petite barque »25 –, au commencement du monde, était long, fatigant, ennuyeux. Dieu envoya le Diable au fond de l’eau chercher une poignée de terre car il voulait se fabriquer un pat, un pãtişor « un lit, un petit lit »26.

  • 27 Ibidem, p. 138.

40Le Diable revint de sa plongée avec très peu de terre sous ses ongles ; Dieu prit, en bon paysan, une paille pour curer les ongles du Diable et recueillir ainsi la terre dont il avait besoin pour sa création27.

41Même plus tard, lorsqu’il déclencha le déluge, le Créateur suprême fut en proie à un ennui universel :

  • 28 « Il va pleuvoir/ Se dit Dieu en bâillant/ Et, en regardant le ciel sans un brin de nuages./ Les rh (...)

O sã plouã,
Îşi zice Dumnezeu, cãscînd,
Şi privind la cerni fãrã pic de nor,
Ma cam încearcã reumatismul
De vreo patruzeci de zile şi patruzeci de nopţi.
Ehe, se stricã vremea !

Noe, mã Noe,
la vino pînã la gard
Sã-ţi spun o vorbã !28

42Dieu, fatigué par la création, par le fardeau de l’âge et par l’immensité des eaux (les eaux primordiales, puis celles du déluge), s’ennuyait de plus en plus. Le Tout-puissant, « déchu », ramené à l’échelle d’un être humain ordinaire, tourmenté par les rhumatismes, se comporta en bon paysan, un peu bavard, et appela son voisin, Noé, pour qu’il vienne près de la clôture, échanger quelques mots avec lui.

43Si, au commencement du monde, il y a eu la parole de Dieu, désormais le mot est devenu le sauveur de l’homme-Dieu, le remède à l’ennui universel.

  • 29 Voir Dictionnaire des mythes littéraires, sous la direction de Pierre Brunel, Paris, Editions du Ro (...)

44Les légendes populaires roumaines que nous venons d’évoquer s’inscrivent d’une façon exemplaire dans les mythes cosmogoniques29. Elles se proposent de visualiser, rationaliser, concrétiser, par des images spécifiques dégagées de l’univers paysan roumain, y compris la nature environnante, la problématique de la création du monde, inimaginable et extraordinaire, touchant à la fois le sacré et la science. L’éventail de l’imagerie universelle des origines se complète et se diversifie ainsi, en mille facettes spécifiques, enrichissant, embellissant les petits pas de l’homme, les rendant moins pénibles, dans le labyrinthe de la Création.

45Évidemment, on peut reconnaître des sources et/ou des affinités avec cette imagerie roumaine dans la philosophie orientale (les écrits védiques) ainsi que dans les textes grecs, latins et de tradition hébraïque, de même que chez Dante, ou dans Les Hymnes de ce prince de la poésie, Ronsard (1555-1556, voir l’Hymne de l’Automne) qui, semblable à un arc-en-ciel, s’abreuve à la latinité orientale (roumaine) et occidentale (française), ou encore dans les Cinq Grandes Odes de Paul Claudel (1904-1908).

46Mais, elles ne peuvent que mettre davantage en lumière la spécificité de cette imagerie, née sur la terre roumaine, vrai carrefour de langues, de cultures, de civilisations, de religions, là-bas aux Portes de l’Orient ou de l’Occident, à cheval sur la ligne de C. Jirecek qui délimitait monde grec et monde latin. Et, avant tout, peut-être ces légendes sont-elles encore une preuve que la nature humaine est irrésistiblement attirée par l’évasion poétique, par les rêves cosmogoniques, par un vrai naufrage-plongée loin des avatars de ce monde.

47Qu’il est heureux celui qui a pu faire ce voyage initiatique !

Haut de page

Notes

1 « Lorsque Dieu a tamisé les anges du ciel, il lui est resté dans les mains le son ; ce qui a été bon/ la meilleure partie de la “farine” tamisée, c’est-à-dire les hommes/ est tombé sur la terre », dans Lucian Blaga.

2 Ovidiu Bârlea, Mica enciclopedie a poveştilor româneşti, Editura ştiinţificã şi enciclopedicã, 1976, p. 339.

3 On nous dit, dans une légende de Moldavie, qu’un jour l’arc-en-ciel avala une jeune fille qui ne savait parler que l’italien et qu’elle fut jetée dans un autre pays... ses habitants cherchèrent un homme qui connaissait l’italien, qui lui servit d’interprète et, ainsi, ils purent la renvoyer dans son pays natal. Legendele cosmosului, édition critique et étude introductive par Tony Brill, Bucarest, Editions « Grai şi Suflet - Cultura Nationalã », 1994, p. 183.

4 Tache -, Mic Dicţionar folkloric, édition, notes, préface par Valeriu Rusu, Bucarest, Editions « Minerva », 1979, s. V. curcubeu, p. 191-195.

5 Selon d’autres légendes, c’est le feu qui est primordial. Dieu se promenait dans l’air dans une charrette de feu. Un incendie géant s’est déclenché et, alors, Dieu, pour l’éteindre, cracha au-dessus. Sa salive est devenue l’eau des mers et des océans. Et, de la cendre de ce feu, Dieu créa un tourteau, le mit sur l’eau et celui-ci devint la terre. Ovid -, Micã enciclopedieapoveştilor româneşti, s. V. facerea lumii, p. 174.

6 Au début, quand il n’y avait ni être ni non être,
Il y avait un gouffre ? Un abîme ? Una étendue infinie d’eau ?
Il n’y avait pas un monde sage, ni une raison pour le comprendre
Car une obscurité était tout, comme une mer sans aucun rayon,
Rien à voir et pas d’yeux pour y voir,
L’ombre des choses qui n’étaient pas encore créées était intacte
Et réconciliée avec elle-même régnait la paix éternelle.
Mais, d’un coup, un point bouge... le premier et l’unique. Le voilà,
Faisant du chaos Mère originaire et lui se faisant Père,
Ce point mouvant, plus faible que le grain d’écume,
C’est le maître souverain sur les marges du monde.
Et dès lors la brume éternelle se déchire en lambeaux,
Et, naissent ainsi, monde, lune, Eléments et soleil !

7 Legendele cosmosului, p. 6.

8 C’est une variante de « l’arbre de la vie ou de la mort », présent dans les croyances roumaines.

9 Legendele cosmosului, p. 8.

10 Ibidem, p. 9.

11 Dans d’autres variantes, Dieu et l’ange André sont sur un navire ; une rame tombe dans l’eau, l’ange plonge pour la récupérer. Dieu ramasse la vase qui était collée à la rame et fait d’elle la terre, en mettant l’ange André pour la soutenir sur son dos, Ovidiu Bãrlea, Mica enciclopedìe a poveştilor româneşti, p. 174.

12 La sagesse et le savoir-faire de cet animal sont proverbiales. Voir Tache Papahagi, Mic Dictionar folkloric, cité, s. V. arici, pp. 76-80. Le hérisson détient, par exemple, le secret de iarbafiarālor « l’herbe des fers », capable d’ouvrir et de défaire les chaînes, les cadenas, les menottes.

13 Legendele cosmosului, p. 9.

14 Ibidem, p. 13.

15 Notons le critère esthétique dans le choix de celui qui doit être sacrifié pour devenir saint.

16 Legendele cosmosului, pp. 29-31.

17 Ibidem, pp. 38-39.

18 Ibidem, pp. 46-53.

19 Ibidem, p. 74.

20 Quelquefois, le Diable apporte, par des plongées successives, de la terre du fond de la mer, pour faire des montagnes (Ibidem, p. 129)

21 Ibidem, pp. 128, 129, 131, 138, 141.

22 Ibidem, p. 135.

23 Ibidem, p. 137.

24 Ibidem, p. 138.

25 Ibidem, p. 146.

26 Ibidem, pp. 142, 143, 148.

27 Ibidem, p. 138.

28 « Il va pleuvoir/ Se dit Dieu en bâillant/ Et, en regardant le ciel sans un brin de nuages./ Les rhumatismes me tracassent, m’agacent/ Depuis environ 40 jours et 40 nuits./ Alors, le temps se gâte./ Noé, eh, Noé/ Viens donc jusqu’à la clôture,/ Pour que je te dise un mot ! » (Marin Sorescu, O sā plouā, dans le vol. Astfel, Iasi, Editions « Junimea », 1973, p. 70).

29 Voir Dictionnaire des mythes littéraires, sous la direction de Pierre Brunel, Paris, Editions du Rocher, 1988, pp. 365-376.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valerie Rusu, « Le naufrage-plongée, acte de création », Cahiers d’études romanes, 3 | 1999, 161-171.

Référence électronique

Valerie Rusu, « Le naufrage-plongée, acte de création », Cahiers d’études romanes [En ligne], 3 | 1999, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3413 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3413

Haut de page

Auteur

Valerie Rusu

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org