Navigation – Plan du site

La fonction narrative du naufrage dans Tirant le Blanc

Jean-Marie Barbera
p. 129-147

Résumés

L’auteur, adoptant une démarche narratologique, propose une nouvelle lecture, christianisante, du naufrage de Tirant le Blanc sur les côtes de Berbérie. Il montre que le long épisode africain qui y fait suite, loin d’être superflu et de briser le fil du récit, a la fonction d’un temps de purgatoire pendant lequel le héros se régénère. De ce fait le naufrage apparaît comme une mort prémonitoire de la mort réelle et n’a rien à voir avec la mauvaise fortune : il châtie le chevalier pour sa coupable avidité de richesses et de puissance ; il lui permet ensuite, comme Jonas dans le ventre de la baleine, de se purifier et, instrument et corollaire de la régénération, de libérer l’empire grec du joug ottoman.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Tirant le Blanc, naufrage

Palabras claves :

Tirant le Blanc, naufragio

Index géographique :

Catalogne, Afrique

Index chronologique :

XVe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Depuis la tenue de cette table ronde, Gallimard a publié dans la collection Quarto l’adaptation du (...)
  • 2 Le nombre total de signes du roman, non compris la table des chapitres, est de 2 181 393 ; ceux du (...)
  • 3 Marcelino Menéndez y Pelayo, Orígenes de la novela, Nueva Biblioteca de Autores Españoles I : Intro (...)
  • 4 Joan Coromines, « Sobre Vestii i la manera de Marti Joan de Galba i els de Joanot Martorell », in H (...)
  • 5 Martorell, Joanot/ Galba, Marti Joan de, Tirant lo Blanc, tria del text per Josep Ma Capdevilla I D (...)
  • 6 « Joanot Martorell i el Tirant lo Blanch. », Martí de Riquier y Morera, Història de la literaturaca (...)
  • 7 « extraordinària i fantasiosa labor missionera ».
  • 8 Rafael Beltran Llavador, Tirant lo Blanc : evolució i revolta en la novel-la de cavalleries, Valènc (...)
  • 9 « desmesurada amplitud... monstruositat inabastable ».
  • 10 Dans Miscel-lània Joan Fuster, I. València, 1989, 85-93.

1Dans le roman catalan du XVe siècle1 Tirant le Blanc, le héros qui donne son nom à la fiction, après de nombreuses aventures qui le conduisent de Bretagne en Angleterre, en Sicile, à Rhodes, puis dans l’Empire byzantin, vient échouer sur les côtes de Barbarie, nom ancien de la Berbérie. L’épisode qui fait suite à ce naufrage et qui a paru à beaucoup de commentateurs superfétatoire occupe un espace narratif non négligeable, avec 19,7 % de l’extension totale du roman2. Le reproche qu’on lui fait généralement est double : il brise le fil du récit principal, dont le théâtre est l’Empire grec, il est trop long et semble ne jouer aucun rôle dans le récit. Menéndez y Pelayo (1905)3et Coromines (1954)4 sont d’avis qu’on pourrait le supprimer sans dommage pour la narration. Pour Capdevila (1924)5, la conquête de l’Afrique du Nord par Tirant est totalement fortuite ; cela est vrai à l’intérieur de l’histoire, mais à partir de là le commentateur en déduit, abusivement à mon sens, que ce passage est superflu au dit récit, en vertu de quoi son édition du roman dans la collection Els Nostres Clàssics ampute largement le texte original ; quant à Riquer (1964)6, il qualifie cet épisode de « labeur missionnaire extravagant et fantastique »7. Enfin, pour Beitran Llavador (1983)8 le passage présente « une amplitude démesurée »9 et n’est qu’une « monstruosité sans borne ». Josep M. Mir mentionne lui aussi ces diverses opinions dans son article La marrada africana de Tirant [Le détour africain de Tirant]10. Il consacre à ce sujet neuf pages dont la conclusion est que Martorell, qui ouvre le chemin du roman moderne, ne maîtrisait pas encore cet outil qu’il commençait à façonner. Pour lui donc, nous sommes en présence d’une tentative maladroite visant à résoudre des conflits argumentaires dont la solution aurait nécessité la connaissance de ressorts narratifs psychologiques inconnus à l’époque.

2À mon avis, il ne convient pas d’aborder le problème sous cet angle pour plusieurs raisons. D’abord parce que l’argument psychologique ne tient pas. S’il est vrai, en effet, que la psychologie devait faire encore des progrès – et elle en fera encore –, le quinzième siècle littéraire n’était pas ignare en la matière ; c’est l’époque où fleurit le roman sentimental, dont l’un des plus célèbres Cárcel de amor, de Diego de San Pedro – a été rapidement traduit en catalan. Ce genre est entièrement bâti sur des schémas psychologiques d’une grande finesse, que Martorell ne pouvait guère ignorer. D’ailleurs Tirant le Blanc, en particulier dans l’épisode se situant à Constantinople, en fait un usage particulièrement réussi. En second lieu, Martorell met à profit d’autres techniques propres à son siècle, procédés rhétoriques imités des modèles de l’Antiquité. On a beaucoup insisté sur la ‘modernité’ de Martorell, mais cette ‘modernité’ est surtout une modernité de ton, une sensibilité nouvelle, obtenues par des moyens très classiques. C’est pourquoi on a pu contester cette notion de modernité (cf. Symposium de 90, Barcelone) en arguant que Martorell écrivait comme un homme du XVe siècle. Mais à la lumière de ce que je viens de dire, on aura compris que les uns et les autres ne parlent pas de la même chose. On peut bâtir des constructions très nouvelles avec de vieux matériaux. Il sera donc intéressant de voir quel parti peut être tiré de l’emploi de vieilles recettes pour obtenir un corps de fiction fonctionnel. Enfin, l’œuvre d’art – qu’elle soit littéraire, picturale ou autre – obéit à des règles qui dépassent le plan de la conscience, c’est-à-dire ce que l’on pourra attribuer à l’intentionnalité de l’auteur. Pour paraphraser Benedetto Croce, on pourra dire que l’œuvre de l’auteur n’est pas l’œuvre de l’auteur, mais l’œuvre de son époque. C’est-à-dire que l’œuvre devient indépendante et qu’elle a sa propre dynamique, sa structure interne différente de ce que peut être sa composition. En ce sens, elle pourra être examinée avec les outils de la narratologie, et c’est de ce point de vue que je voudrais aborder la question du naufrage dans Tirant le Blanc. Dans cette machine à rêver, quelle fonction remplit le naufrage du héros sur les côtes africaines ?

  • 11 Jaume J. Chiner Gimeno, El viure novellesc. Biografìa de Joanot Martorell, Ed. Marfil, Alcoi 1993, (...)
  • 12 Sa première édition de Tirant le Blanc date de 1947, Barcelone : Editorial Selecta, « Biblioteca Pe (...)

3Je rappellerai brièvement la trame du roman, qui mettra en relief la façon dont se développe la narration. Nous sommes en présence d’une création circulaire qui se bâtit par le procédé de l’amplification. Voyons cela de plus près : l’incunable de 1490 n’est pas découpé en grandes sections. L’édition princeps est rythmée par des chapitres d’inégale importance dont on sait maintenant, grâce à la découverte par Jaume Chiner d’une page manuscrite du roman11, qu’ils ne sont pas le fait de l’auteur. Cependant, la lecture de l’ouvrage permet de définir de grandes divisions que Martí de Riquer a introduites dans son édition du texte12 :

  • 13 Pour que les participants aient quelques repères utiles, je donne ici un résumé de l’histoire en su (...)

Guillaume de Warwick (cc. 1-27)
Tirant et l’ermite (cc. 28-39)
Les fêtes d’Angleterre (cc. 40-57)
Les exploits de Tirant en Angleterre (cc. 58-84)
L’Ordre de la Jarretière (cc. 85-97)
Tirant en Sicile et à Rhodes (cc. 98-111)
Expédition avec le roi de France (cc. 112-114)
Tirant dans l’Empire grec (cc. 115-296)
Tirant en Afrique du Nord (cc. 297-413)
Tirant libère l’Empire grec (cc. 414-471)
Après la mort de Tirant (cc. 471-487)13

  • 14 Tout cela est à relier à l’étude du milieu. Il me semble d’autre part que l’étude de la guerre est (...)

4Chaque division a une valeur fonctionnelle. Ainsi, Guillaume de Warwick pose la norme chevaleresque à partir de laquelle va pouvoir se développer la narration, qui en constituera une espèce d’amplificatio, mais en divergeant parfois pour introduire de nouvelles valeurs. Avec Tirant et l’ermite, nous entrons dans la période de l’enseignement, qui sera suivie du temps de l’apprentissage Les fêtes d’Angleterre – puis de celui de la mise en pratique Les exploits de Tirant en Angleterre, etc.14

5Mais ce schéma semble se rompre, comme il a été dit, au moment où la tempête jette Tirant sur les côtes africaines.

Examen du naufrage dans Tirant le Blanc

6Le mot ‘naufraig’ apparaît quatre fois dans notre roman. La première occurrence se présente au chapitre CXC, lors du curieux épisode du roi Arthur. À la fin du chapitre CLXXXIX arrive à la cour impériale un mystérieux navire sans mât ni voile, recouvert de tissu noir. En descendent quatre jeunes filles admirablement belles et vêtues de deuil. Elles ont nom Honneur, Chasteté, Espérance et Beauté. Arrivée devant l’Empereur, Espérance s’adresse à l’assistance en ces termes :

  • 15 « – La trascendent celsitud de la majestat vostra, senyor Emperador, venim a suplicar. Com fortuna, (...)

endroit il pourrait se trouver, car voilà plus de quatre ans que nous allons sur la mer ténébreuse en compagnie de sa très chère sœur qui par son nom légitime se fait appeler Morgane. Sur notre nef chargée de douleur, nous sommes arrivées dans ton port délicieux : voici les dames et les demois— Messire l’Empereur, nous venons supplier l’infinie grandeur de votre majesté. La Fortune, ennemie de toute joie et de tout repos, ayant décidé de porter tout son amour sur les vertus, nous a ôté le pouvoir d’accomplir ce qui nous tient le plus à cœur ; elle nous a condamnées à un éternel exil, et a trouvé des lois cruelles, ennemies d’amoureuse piété, qui à grand-peine nous interdisent ce que Nature nous octroie avec libéralité, car ce qui est vraiment mauvais ne peut jamais devenir bon, de sorte que les lois de la Fortune ne peuvent porter atteinte au grand pouvoir de ma maîtresse. Laissant donc le havre de notre douce existence, nous avons déployé les blanches voiles pour nous lancer sur la tempétueuse mer des adversités, où —leurs naufrages en font foi— d’imprudents navigateurs ont connu une fin douloureuse et misérable. Arrivées enfin au port de ta grande splendeur, le cœur plein du désir de retrouver ce roi fameux qui se fait appeler de par le monde le grand Arthur, roi de l’île anglaise, nous voudrions savoir si pas hasard ton excellence sait ou a entendu dire en quel elles toutes dévouées du grand Arthur, dont les larmes ne tarissent point et qui racontent leurs douleurs et leurs peines.15

  • 16 Voir Claudio Milanesi, “Les récits de naufrage : un essai de structuralisme thématique” et Adriana (...)

7On remarquera dans cet exemple, que le naufrage n’est qu’un élément d’un topos métaphorique médiéval dont nous avons déjà parlé dans cet atelier. Claudio Milanesi et Adriana Castillo-Berchenko ont analysé les variantes essentielles de la métaphore du naufrage16. Ce que je relève ici, c’est que le naufrage n’a qu’une fonction poétique ; il ne s’agit en aucun cas de naufrage réel.

  • 17 « Parlament o col-lació que s’esdevenc en casa de Berenguer Mercader entre al guns homens d’estat d (...)

8Faisons un aparté pour remarquer que ce topique est utilisé chez d’autres Valenciens, généralement dans le domaine amoureux. Pour ne prendre qu’un exemple, nous pouvons relever les occurrences dans l’œuvre de Joan Roís de Corella, contemporain de Martorell, qui lui aussi mériterait d’être connu, tant ses thèmes et son approche ‘psychologique’ des sentiments peuvent paraître ‘modernes’. Ainsi, dans son « Entretien ou conversation qui se déroula chez Berenguer Mercader entre quelques hommes de condition de la ville de Valence, qui composèrent les poésies historiques suivantes, chacun la sienne selon son style élégant »17, le programme est posé dès les premières lignes :

  • 18 « A la tempestuosa mar de Venus la proa de ma escriptura endreçant, descriuré naufraigs d’aquells q (...)

Vers la mer tempétueuse de Vénus dirigeant la proue de mon écriture, je vais décrire les naufrages de ces pauvres fous qui naviguent sur elle et y trouve une mort douloureuse et misérable.18

9Nos poètes puisent dans la mythologie grecque, en s’inspirant d’Ovide, la matière de leurs histoires. La première est celle de Céphale et Procris, ces époux qui se mettent mutuellement à l’épreuve et qui finissent tragiquement. Il n’y a point de naufrage réel dans leur aventure, même si Céphale finit par mourir en se jetant dans la mer ; il n’empêche que Bérenger Mercader utilise à un moment le topos du naufrage :

  • 19 « E, si al guna vegada les tranquilles aigües de la sort pròspera nos conviden que les blanques vel (...)

Et si parfois les eaux paisibles du sort favorable nous invitent à hisser les blanches voiles sur le mât, c’est pour que plus rapidement et avec la douleur d’une plus grande perte, chavirant irrémédiablement, nous essuyions un cruel naufrage tant de nos biens que de notre personne...19

10La Fortune n’est pas loin ; elle est mentionnée, cruelle traîtresse, dès avant et dès après.

11Suit l’histoire d’Orphée, racontée par Joan Escrivà, puis celle de Scylla, fille du roi Nisos par Guillem Ramon de Vilarrasa. Nous avons droit ensuite à la fable de Pasiphaé, de la bouche de Lloís de Castellví, suivie de la légende de Procné, Philomèle et Térée, par le baron don Joan de Proxita. Mais le topos n’apparaît plus.

12Il revient avec Le jugement de Pâris, écrit par Joan Escrivà à Roís de Corella :

  • 20 « E així, mirant a Venus, estava la sua volentat encesa, que no comportava l’enteniment entras en l (...)

Et ainsi, à la vue de Vénus, le cœur enflammé, |Pâris] ne put juger des beautés discrètes mais réelles de Pallas et de Junon et estima que quiconque critiquerait la juste sentence qu’il avait rendue, montrerait son incapacité de pénétrer les perfections de Vénus. C’est là un naufrage dont sont souvent victimes ceux qu’un grand amour aveugle ; car si celle que nous aimons n’est ni belle ni remarquable et ceux qui voient notre erreur en rient, nous nous ne rions pas et nous les prenons pour des fous de rire, estimant que c’est par ignorance qu’ils ne peuvent voir ce que nous, aveuglés, pensons saisir avec subtilité.20

13Ce n’est encore une fois qu’un emploi exclusivement métaphorique. Nous ne trouvons un rapport à la réalité que dans L’histoire de Léandre et Héro, dans laquelle la noyade de Léandre est assimilée à un naufrage :

  • 21 « No emprengues, doncs, ànima e vida mia, tan perillosa empresa, ni ab tal tempestat lo teu cos, me (...)

Ne te lance pas, ô mon amour, ma vie, dans une si dangereuse entreprise ; ne confie pas ton corps – qui m’appartient – à la mer furieuse et déchaînée ; souviens-toi que nager est le péril le plus redouté des marins ; ils ne le font qu’après un naufrage, quand il n’y a pas d’autre moyen de rester en vie, et à la dernière extrémité, s’il sont encore vivants, ils rejoignent le rivage à la nage.21

  • 22 « ¡O per mi sobre tots miserable Leànder, e per mi en les aigües mort, qui per mi sol en la terra v (...)

Ô, Léandre, pour moi le plus misérable des hommes, pour moi mort dans les flots, qui pour moi seule vivait sur terre ! Quelle plainte puis-je crier sur ton corps, moi encore vivante, pour te pleurer dignement, alors que je te vois là mort pour moi ? Je vivrai pour, dans le peu de temps qu’il me reste, pleurer amèrement ton naufrage.22

14À l’instar de Léandre, il n’en est pas de même au chapitre CCC de Tirant, où le héros, qui vient d’échouer sur les côtes barbaresques, est découvert dans une grotte par le Chèvetain des chèvetains, ambassadeur du roi de Tlemcen auprès du roi de Tunis. La beauté de Tirant remplit l’ambassadeur d’admiration :

  • 23 « – La gran bellea que veig en la tua persona porta dins mi pietat molt profunda. E com sia cosa ac (...)

– La grande beauté que je vois dans ta personne m’emplit le cœur d’un profond amour. Il n’est pas rare que les hommes, aussi grands seigneurs soient-ils, tombent entre les mains de leurs ennemis soit en combattant sur mer ou sur terre, soit –comme toi maintenant – à la suite d’un naufrage voulu par la Fortune. Pour cela même, si ton âme est noble, tu ne dois pas être abattu, car même si la Fortune t’a jeté ici, tu ne dois pas désespérer de la miséricorde du Dieu tout puissant qui gouverne l’univers ; je te jure par notre saint prophète Mahomet – qui t’a délivré d’un si grand péril et t’a fait la grâce de tomber en mon pouvoir –, qu’en voyant ce corps si parfait que Nature t’a donné, je ne puis croire qu’elle ne l’ait doté de mille vertus.23

15Il n’y a pas ici de métaphore ; il s’agit bien d’un véritable naufrage, celui de Tirant précisément. Mais il est à noter que c’est encore dame Fortune qui, dans la bouche du Chèvetain des chèvetains, tire les ficelles du destin. Le topos n’est pas loin. La troisième occurrence, qui est due au narrateur et non pas à l’un des personnages du roman, n’a pas de connotation particulière ; il s’agit d’une simple mention du naufrage de Tirant et Plaisirdemavie :

  • 24 « Com, per la immensa pietat de Nostre Senyor Déu, Plaerdemavida fos lliberada del naufraig e fos p (...)

Il n’y a pas ici de métaphore ; il s’agit bien d’un véritable naufrage, celui de Tirant précisément. Mais il est à noter que c’est encore dame Fortune qui, dans la bouche du Chèvetain des chèvetains, tire les ficelles du destin. Le topos n’est pas loin. La troisième occurrence, qui est due au narrateur et non pas à l’un des personnages du roman, n’a pas de connotation particulière ; il s’agit d’une simple mention du naufrage du naufrage de Tirant et Plaisirdemavie.24

16Mais encore une fois, dans la dernière occurrence, c’est un personnage, Plaisirdemavie, qui s’adresse à Tirant, et dame Fortune rôde dans les parages :

  • 25 « E suplic-te que les mies paraules no enutgen a ta senyoria, puix la fortuna vol que jo haja de re (...)

Je te supplie de ne pas prendre ombrage de mes paroles ; Fortune veut en effet que je récite tes glorieuses actions, dont le souvenir ne peut s’effacer, car conduit par ton courage insigne tu as tué et plongé dans la terreur des milliers de Turcs, en Grèce, puis, victime d’un naufrage, tu es arrivé dans ce royaume, la souveraine Berbérie, où tu as été deux fois vaincu et deux fois vainqueur.25

  • 26 À dire vrai, le débat existe aussi à l’intérieur même du christianisme, car selon les uns la nature (...)
  • 27 Cela se manifeste, par exemple, par l’existence d’un merveilleux médiéval, auquel l’Église n’aura d (...)

17Je remarquerai d’abord que dans le topos, la Fortune est arbitraire et qu’elle ne vient pas récompenser ou punir ceux qu’elle touche. Déesse de la Chance et du Hasard, le visage voilé, elle est capricieuse, et seul son bon vouloir préside à ses décisions. Pour s’attacher ses faveurs, il faut tenter de la séduire comme on pourrait séduire une femme, ce qui n’a rien à voir avec la morale. Pour des chrétiens sincères, cette position ne pouvait s’harmoniser avec la notion de responsabilité individuelle et de juste récompense qui conduisait à la grâce ou à la damnation26. Il y a entre les deux notions une contradiction qui rend ambiguë l’interprétation du naufrage. Ce diasystème conceptuel semble lié à la pensée occidentale médiévale, dans laquelle coexistent des croyances ou des pratiques païennes et l’expression d’une foi véritablement chrétienne27.

18D’autre part, la chevalerie – n’oublions pas que Tirant le Blanc est un roman chevaleresque – n’est pas d’essence chrétienne. Ses valeurs originelles guerrières ne plongent pas dans l’enseignement d’amour de l’Eglise, et celle-ci aura bien du mal à la christianiser, à l’humaniser. Elle n’y réussira d’ailleurs jamais complètement, et l’idéal préchrétien aura toujours tendance à s’imposer à l’autre. Ce sera là la source de conflits à l’intérieur même des narrations de type chevaleresque.

19Ces remarques sont importantes car elles peuvent expliquer et rendre compte de la fonction narrative de segments-charnières du roman. Elles sont à l’origine de pratiques discursives qui génèrent le texte de la fable. Dans le cas précis du naufrage de Tirant le Blanc, elles seront fort utiles.

Éléments du naufrage de Tirant le Blanc

20Il est à remarquer que dans ce naufrage réel, le terme même de ‘naufraig’ n’est pas utilisé. Nous avons la description du naufrage, ses raisons physiques et les discours qu’il inspire à Tirant le Blanc et à Plaisirdemavie, mais il n’est pas nommé au moment où il se produit. Il le sera plus tard, comme je l’ai déjà signalé. Sa réalité suffit à le dire.

21Le naufrage est annoncé dès le chapitre CCXCIII :

  • 28 « E tots los mariners donaren de conseil a l’Emperador que prestament ixqués en terra per causa d’u (...)

Et tous les marins conseillèrent à l’Empereur de regagner rapidement la terre à cause d’un nuage noir accompagné de tonnerre et d’éclairs... La mer était déjà si agitée qu’elle interdisait que des femmes pussent la prendre...28

22Les signes se précisent au chapitre CCXCVI :

  • 29 « e manà a Hipòlit que prengués les claus e prestament hi anàs. E per ço com feïa gran maror, que t (...)

et il [Tirant] ordonna à Hippolyte de prendre les clés et d’y aller rapidement. Et comme la mer était grosse, de revenir sans tarder... Quand Hippolyte fut de retour avec les vêtements du jardinier noir, la mer était si agitée qu’il lui fut impossible de monter sur la galère, comme il fut impossible à Plaisirdemavie de regagner la terre... Peu après la mer se déchaîna si fort que tous ceux qui voyaient la barque dans laquelle se trouvait Hippolyte priaient Dieu de tout cœur pour qu’il ne pérît point sur la mer cruelle... La pluie et le vent étaient si violents que les cordages des galères se rompirent et que par force elles durent quitter leur mouillage.29

23Ces signes avant-coureurs échappent totalement à Tirant ; du moins ne l’inquiètent-ils guère. Il est bien trop pris par des problèmes intimes pour être sensible à des signes météorologiques qui pourrait relever du céleste. Ce n’est que lorsque le déchaînement des flots aura irrémédiablement perdu les galères que Tirant pensera que peut-être le Ciel le punit pour sa conduite. Sur ce point, les éléments les plus signifiants du naufrage se trouvent tant dans le discours du héros que dans la réponse de Plaisirdemavie. Lorsque Tirant comprend qu’il est perdu, il se tourne vers Dieu pour faire acte de contrition, non sans se plaindre au préalable du sort qui lui est réservé :

  • 30 Capítol CCXCVII. Lamentació que fa Tirant, corrent en la mar fortuna. – Oh Senyor, ver Déu omnipote (...)

Chapitre CCXCVII. Lamentation de Tirant, lorsqu’il essuya une bourrasque en mer.
– Oh, Seigneur, vrai Dieu tout-puissant et miséricordieux ! Quel est ce triste sort, ce grand malheur, qui m’a précipité dans un si dur tourment et dans une cruelle infortune ? Oh, pauvre de moi ! Comment Ta Divine Bonté m’a-t-elle condamné à périr dans la mer cruelle et à lutter contre les poissons ? La mort n’a pu me surprendre dans les violents combats contre les Turcs, et maintenant je mourrai sans pouvoir opposer aucune résistance ? Pourquoi ne suis-je pas mort en combattant âprement contre le seigneur de Bourgdésert, puisque je devais finir ma triste vie dans de telles souffrances ? Louée soit la Majesté Divine, Elle qui veut que pour mes grands péchés je reçoive la punition que méritent mes fautes. Oh, pauvre de moi ; ce n’est pas ma terrible mort qui m’afflige : ce qui me désespère, c’est que cette demoiselle sera punie à cause de mes péchés ; par ma faute, sa souffrance n’aura pas de fin, et elle ne conservera nul espoir ! Oh, Tirant, ce jour est bien triste et malheureux pour toi ; ni force ni courage ne te serviront de rien. Tu étais persuadé qu’il n’y avait au monde nul chevalier qui te pût vaincre et soumettre ; mais à cette heure tu as atteint les portes de la mort, sans savoir qui te tue et pour quelle raison ! Oli, madame la Princesse, phénix du monde, plût à Dieu que vous fussiez présente, pour voir les derniers jours de ma triste vie ; je pourrais ainsi vous demander pardon de vous avoir, contre mon habitude, offensée si gravement ; mais c’est le récit de gens perfides qui en est cause ! Oh, Veuve sournoise et méprisable, veuille la divine Providence que je vive assez longtemps pour pouvoir te récompenser de tes odieuses méchancetés, perpétrées sans crainte de Dieu et sans scrupule, car c’est à cause de tes péchés que moi et tous les autres allons mourir ; tu auras été cause de la destruction de la couronne impériale grecque ! Oh, seigneur Empereur, débordant de bénignité, que vous me plaindriez de me voir mourir si misérablement ! Oh, chevaliers de ma parentelle, que notre compagnie sera vite dispersée ! Qui pourra nous tirer de prison ? Oh, très éminente Princesse, mon épouse, vous étiez mon réconfort et le salut de ma vie ! Je supplie le Seigneur de l’univers de bien vouloir vous délivrer du pouvoir de vos ennemis, d’augmenter votre honneur et votre condition et de vous envoyer un autre Tirant qui ait autant de désir de vous servir.30

24Si j’analyse ce passage, je vois tout d’abord que Tirant ne comprend pas la raison de ce sort cruel qui le frappe. Il y a là le motif du Éli, Eli, lema sabachtani. Son orgueil l’empêche de se reconnaître pécheur. Mais il en vient rapidement à des sentiments plus chrétiens et fait preuve de plus d’humilité : “Louée soit la divine Majesté, à qui il plaît que – pour mes grands péchés – je reçoive la punition que méritent mes fautes”. Un degré de plus est franchi quand, charité chrétienne oblige, le sort réservé à Plaisirdemavie lui est plus pénible que son propre sort : “Ô pauvre de moi, ma mort cruelle ne me touche pas ; je souffre davantage de la punition que doit supporter cette demoiselle à cause de mes erreurs ; par ma faute elle connaîtra adversité et perdra toute espérance !” Il reconnaît les torts qu’il a envers Carmésine : “Ô Princesse, phénix du monde, à Dieu plût que vous fussiez ici pour voir les derniers jours de ma triste vie et que pusse vous demander pardon de toutes les offenses que je vous ai faites, bien que cela ne vienne pas de mon caractère, mais du récit de personne trompeuse !”

25Tirant le Blanc reste assez superficiel dans l’énoncé de ses fautes, car au regard de la morale chrétienne, ses errements sont bien plus nombreux. Le chevalier appartient à César, et ses actions dans ce monde entrent en conflit avec les préceptes chrétiens du royaume de Dieu. Les vertus chrétiennes ne s’accordent forcément pas avec les vertus chevaleresques. Tirant recherche la gloire sur terre et non la gloire du Ciel. D’autre part, depuis qu’il est amoureux de Carmésine, il néglige ses devoirs guerriers de rempart de la Chrétienté pour ne penser qu’à la façon de séduire la Princesse. Il doute ensuite trop facilement de l’amour qu’elle lui porte ; le doute est un péché mortel, et conduit par exemple Judas à se damner en se pendant – il n’a pas cru à la bonté infinie de Dieu, et c’est cela qui le condamne –. Enfin, il tue un innocent en la personne du jardinier noir qu’il croit coupable de relations sexuelles avec la Princesse. Tous ces faits montrent une lente dégradation du chevalier Tirant qui ne peut logiquement conserver son statut de héros que par une régénération.

26La réponse de Plaisirdemavie est instructive à plus d’un titre. Mais elle l’est surtout par le rejet de l’intervention de la Fortune. Dans un premier temps, avant que Tirant n’admette que c’est son manquement à la loi divine qui entraîne la punition que constitue son naufrage, son étonnement devant le sort qui le frappe indique bien qu’il se sent innocent. Plaisirdemavie lui rappelle que l’homme, par son libre-arbitre, est l’unique responsable de ses actes et des conséquences qu’ils entraînent. Elle lui rappelle que c’est son appétit de richesse matérielle, de puissance temporelle et de dignité sociale, en contravention avec la loi divine, qui est cause de son malheur présent.

  • 31 Cf. Dictionnaire culturel de la Bible, Paris, Cerf/Nathan, 1990, p. 213.
  • 32 Actes del Colloqui International Tirant lo Blanc, Abadia de Montserrat-Aix-en-Provence, 1997, pp. 2 (...)

27Ce chevalier mondain ne peut être le bras de la Chrétienté. Il doit se régénérer. Il me semble devoir introduire une notion qui fait son chemin depuis l’Eglise archaïque, et attire l’attention d’un saint Augustin : la notion de Purgatoire, où l’âme chargée de péchés peut s’amender. Mais cette réflexion sur cet état intermédiaire entre Enfer et Paradis dure quelques siècles encore et n’aboutit qu’entre 1150 et 1250 à la croyance au Purgatoire31. Arrivé à ce stade de ma réflexion, il me semble licite de considérer le naufrage de Tirant comme un passage, comme une espèce de mort qui l’entraîne dans des contrées où il pourra se purifier pour redevenir le chevalier chrétien qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être. Cette purification ne pouvait être trop rapide, car cela aurait enlevé toute crédibilité à son efficacité. Et il est vrai que les âmes du Purgatoire doivent purger longuement leur peine pour mériter la béatitude éternelle. Le dernier élément qui semble confirmer cette idée est que Tirant, lorsque le Chèvetain des chèvetains lui demande son nom, lui répond qu’il s’appelle ‘Le Blanc’, en omettant ‘Tirant’. Or j’ai montré dans mon article L’anamorphose de la mort dans Tirant le Blanc32, que cette couleur était liée ici à la mort, que c’est une valeur limite, une couleur qui marque le passage, l’idée de seuil. L’idée de Purgatoire en sort renforcée.

28En guise de conclusion partielle, je remarquerai que la valeur régénératrice du topos du naufrage dans Tirant le Blanc rapproche assez cet épisode de l’aventure de Jonas, qui, ayant désobéi à Dieu qui l’envoyait prêcher contre les Ninivites, fut jeté à la mer et avalé par un gros poisson. Recraché vivant au bout de trois jours, Jonas suivit l’injonction divine et alla convertir Ninive. Jésus considéra l’engloutissement de Jonas par un poisson et sa délivrance trois jours plus tard comme une image de sa sépulture et de sa résurrection. On ne peut, bien sûr comparer Jésus, le juste parmi les justes, et Tirant, mais il est bon de rappeler qu’entre sa mort et sa résurrection, Jésus – selon Paul (1Co 15,20), Pierre (1P 3,19) et Jean dans l’Apocalypse (Ap 1,18) – descendit aux Enfers. Il s’agissait pour lui de signifier sa Seigneurie sur l’univers entier, son pouvoir libérateur pour tous les esprits et sa victoire sur le mal et la mort. Tirant ne peut prétendre qu’à la libération de l’Empire grec par sa victoire sur les Turcs, ennemis jurés de la foi du Christ.

29Je ne saurais terminer sans ouvrir d’autres perspectives qui sortent momentanément du champ de mon intervention. On peut voir dans le naufrage de Tirant une mort prémonitoire de la mort réelle, qui, comme celle-ci, a lieu loin du champ de bataille ; on pourra également s’interroger sur ses rapports avec l’épisode du roi Arthur, dont par certains égards il semble être le négatif. On peut s’interroger enfin sur le sens de la mort de Tirant et de l’ascension de son cousin Hippolyte, car cela semble contredire le message chrétien du roman. À moins que nous ne revenions à la grâce nécessaire et à la soumission aux desseins impénétrables de Dieu.

Haut de page

Notes

1 Depuis la tenue de cette table ronde, Gallimard a publié dans la collection Quarto l’adaptation du XVIII° siècle de ce roman, due à la plume du comte de Caylus.

2 Le nombre total de signes du roman, non compris la table des chapitres, est de 2 181 393 ; ceux du passage en question s’élèvent à 430 124.

3 Marcelino Menéndez y Pelayo, Orígenes de la novela, Nueva Biblioteca de Autores Españoles I : Introductión, Madrid : Bailly-BAllíère e Hijos, 1905, pp. 251-258 ; rpt. Madrid : Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 1954, Edición Nacional de las obras Completas, tomo XIII, pp. 393-401 ; seconde édition, 1961.

4 Joan Coromines, « Sobre Vestii i la manera de Marti Joan de Galba i els de Joanot Martorell », in Homenatge a Carles Riba, Barcelona, J. Janés, 1954, pp. 168-184. Repris dans Lleures i converses d’un filòleg, Barcelona : El Pi de Tres Branques, 1971, pp. 363-378.

5 Martorell, Joanot/ Galba, Marti Joan de, Tirant lo Blanc, tria del text per Josep Ma Capdevilla I De Balanzó, Barcelona, La Neotipia, 1924-1929. Reptd, Col. “Els nostres Clàssics”, Editorial Barcino : Barcelona, 5 tomes, 1926-1929, 1980-1981 et 1989. Texte établi sur la première édition d’après la reproduction d’Huntington, malheureusement abrégé.

6 « Joanot Martorell i el Tirant lo Blanch. », Martí de Riquier y Morera, Història de la literaturacatalanaIII. Barcelona, Ariel, 1964, pp. 306-395.

7 « extraordinària i fantasiosa labor missionera ».

8 Rafael Beltran Llavador, Tirant lo Blanc : evolució i revolta en la novel-la de cavalleries, València : Institució Alfons el Magnànim/Diputació de València, 1983.

9 « desmesurada amplitud... monstruositat inabastable ».

10 Dans Miscel-lània Joan Fuster, I. València, 1989, 85-93.

11 Jaume J. Chiner Gimeno, El viure novellesc. Biografìa de Joanot Martorell, Ed. Marfil, Alcoi 1993, c. V. Le fragment correspond au texte situé entre les premiers mots de la 1. 34 de la p. 799 (c. CDVII) et les premiers mots de la 1. 3 de la p. 801 (c. CDVIII) de l’édition de Hauf & Escartí (Tirant lo Blanch, a cura d’Albert G. Hauf & Vicent J. Escarti, Conselleria de Cultura, Educació i Ciència de la Generalitat Valenciana, 1990).

12 Sa première édition de Tirant le Blanc date de 1947, Barcelone : Editorial Selecta, « Biblioteca Perenne ». Martí de Riquer reproduit le texte de l’édition princeps publiée à València par Nicolau Spindeler en 1490, et augmente le tout d’une introduction, de notes et d’un index.

13 Pour que les participants aient quelques repères utiles, je donne ici un résumé de l’histoire en suivant la trame du récit :
1. Guillaume de Warwick (cc. 1-27)
L’histoire commence par le récit de la vie et des aventures du vaillant chevalier anglais Guillaume, comte de Warwick, qui après une jeunesse au cours de laquelle il s’est couvert de gloire au combat, décide, à cinquante-cinq ans, d’abandonner le métier des armes et d’aller en pèlerinage à Jérusalem, afin d’obtenir le pardon de ses fautes. Il abandonne en Angleterre sa femme, à qui il confie ses biens, et son fils, qui n’est encore qu’un tout jeune enfant. Il laisse à la comtesse la moitié d’un anneau à leurs armes dont il garde l’autre moitié. Malgré les supplications de son épouse éplorée, il ne revient pas sur sa décision et se rend dans la ville sainte. Sur le chemin du retour, il passe par Venise d’où il fait courir le bruit de sa mort. En apprenant la (fausse) nouvelle, la Comtesse, convaincue d’être veuve, célèbre ses funérailles. Guillaume ne s’est fait passer pour mort que pour aller vivre en ermite sur les domaines de son ancien comté. Il rejoint donc Warwick, méconnaissable sous sa longue barbe et ses cheveux qu’il a laissé pousser, revêtu de l’habit franciscain et s’installe dans un ermitage sis sur ses terres, vivant d’aumônes. A quelque temps de là, le roi maure de Grande Canarie vient assiéger le roi d’Angleterre qui se voit dans l’obligation d’abandonner Londres et de se réfugier sur les terres de Warwick, où la Comtesse l’accueille. Mais les Maures investissent la place, au grand désespoir du roi anglais. Alors que celui-ci se lamente, une donzelle lui apparaît : elle lui dit d’embrasser et de nommer capitaine de son armée le premier homme qui lui demandera l’aumône. Ce sera, bien sûr, le comte-ermite qui, après bien des vicissitudes, vaincra le roi maure, lui coupera la tête puis, l’Angleterre sauvée, se retirera à nouveau dans son ermitage.
2. Tirant et l’ermite (cc. 28-39)
À quelque temps de là, le roi d’Angleterre annonce la célébration de ses noces avec la princesse de France, pendant lesquelles tous les jeunes nobles qui le demanderont seront armés chevaliers. Tirant le Blanc, gentilhomme breton, prend la route pour se rendre à Londres. Avec d’autres jeunes gens, il veut assister aux fêtes et être armé chevalier. Fatigué par le voyage, il s’endort sur son cheval, se sépare du groupe et se retrouve près d’une source non loin de laquelle vit Guillaume de Warwick. Tirant se présente à l’ermite qui, lui, garde l’anonymat. Au cours de la conversation, Guillaume s’étonne que Tirant, qui veut être adoubé, ne connaisse pas les règles de la chevalerie ; il lui explique donc quelles sont la nature et la valeur de l’Ordre de la Chevalerie. Après avoir bien écouté la leçon de l’ermite, le jeune Breton, alourdi du précieux Arbre des batailles, livre dont l’ermite lui a lu des passages, poursuit son voyage et rejoint ses compagnons de route. Arrivé à Londres, il participe aux fêtes en l’honneur du mariage royal qui durent un an et un jour. Il est armé chevalier et prend part à de nombreux combats singuliers dont il sort victorieux. Puis il reprend le chemin du retour en compagnie de ses amis et fait étape chez le comte-ermite.
3. Les fêtes d’Angleterre (cc. 40-57)
Tirant raconte à celui-ci tout le faste des fêtes. Mais lorsque l’ermite veut savoir qui a été le meilleur chevalier, la modestie de notre héros l’empêche de poursuivre : c’est Diaphébus, le cousin de Tirant, qui lit la lettre où le roi d’Angleterre certifie que Tirant a été le meilleur chevalier.
4. Les exploits de Tirant en Angleterre (cc. 58-84)
Le comte-ermite voulant entendre les prouesses de Tirant, Diaphébus rapporte ses exploits. Une fois armé chevalier par le Roi, le Breton entre en lice. Au cours des trois premiers combats à cheval, il tue ses adversaires. Ici s’intercale l’épisode de la belle Agnès, fille du duc de Berry. Tirant promet de la servir et de combattre pour elle contre une broche que la jeune fille porte à la poitrine. Celle-ci accepte, mais, jaloux, un ancien prétendant, le seigneur de Bourgsdéserts, provoque Tirant pour récupérer la broche, et tout finit dans un bain de sang, à l’avantage du chevalier breton. Plus avant, Tirant croise sur une place le dogue du Prince de Galles ; le chien l’attaque et Tirant décide de se défendre à mains nues contre l’animal afin de ne pas avoir l’avantage des armes ; il en vient à bout, au grand dam de son maître. Peu après arrivent en Angleterre, incognito, les rois de Frise et de Pologne, les ducs de Bavière et de Bourgogne. Tirant les rencontre tous les quatre et les bat l’un après l’autre. Quelque temps après se présente le gigantesque Kyrie-Eleison de Montauban, qui vient venger son seigneur, le roi de Frise. Mais il est pris d’une telle douleur devant la tombe de son suzerain qu’il en meurt. Son frère, Thomas de Montauban, le remplace, mais vaincu par Tirant il se rend et, déshonoré, se retire dans une abbaye.
5 L’ordre de la Jarretière (cc. 85-97)
Après avoir rapporté les exploits de Tirant, Diaphébus explique ce qu’est l’Ordre de la Jarretière et comment il fut créé ; puis les Bretons prennent définitivement congé de l’ermite.
6. Tirant en Sicile et à Rhodes (cc. 98-111)
Tirant et Diaphébus se rendent à Nantes, où ils sont reçus par le duc de Bretagne. Peu après arrivent deux chevaliers de la cour du roi de France qui racontent que les Maures assiègent l’île de Rhodes et que le Maître de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem qui y est installé demande de l’aide. Un stratagème ourdi parles Génois, Allíés du Sultan du Caire, a fait long feu et les traîtres ont été massacrés. Ceux qui ont pu s’enfuir ont rejoint le Sultan à Beyrouth. Celui-ci a débarqué dans l’île et l’occupe, à l’exception de la ville elle-même qui, assiégée sur terre et sur mer, ne peut recevoir nul secours. Quelques marins cependant ont pu échapper au blocus et vont avertir les princes de la Chrétienté, dont aucun ne réagit. Tirant s’en émeut.
Il achète donc un navire pour voler au secours des assiégés. Apprenant cela, Ténébreux, un gentilhomme français, lui propose d’accepter que se joigne à l’entreprise l’infant Philippe, cinquième fils du roi de France, mal aimé de ses parents. Le navire prend la mer et passe par Lisbonne, Gibraltar, longe la côte de Berbérie et met le cap sur Palerme pour se fournir en blé. Philippe, présenté comme borné et grossier, tombe amoureux de l’infante Ricomane, fille du roi sicilien. Tirant aide Philippe à se montrer sous son meilleur jour et il y parvient, trompant la princesse Ricomane qui ne peut supporter ni la grossièreté ni la niaiserie.
Averti de la chute imminente de Rhodes, Tirant revient à son projet initial. Il embarque avec le roi de Sicile et l’infant Philippe pour rejoindre l’île. Il entre dans le port en brisant audacieusement le siège de la ville, et grâce à l’astuce d’un marin il met le feu aux navires des Génois qui se sont Allíés aux Maures. Il contraint à la retraite les troupes ennemies et Rhodes est libérée. À la suite de sa défaite, le Sultan est exécuté par les siens.
Deux galères font escale à Rhodes ; elles se rendent en Terre Sainte. Tirant y prend place avec ses compagnons. Ils vont à Jérusalem et à Alexandrie où Tirant rachète de nombreux captifs chrétiens. Ils reviennent en Sicile où, après de nouvelles péripéties
– au nombre desquelles se trouve l’épisode du philosophe calabrais – on célèbre les noces de Philippe et de Ricontane.
7. L’expédition avec le roi de France (cc. 112-114)
Le roi de France se trouve alors à Aigues-Mortes, à la tête d’une flotte qui se prépare à aller combattre les infidèles. Le roi de Sicile décide de lui prêter main forte et place Philippe à la tête des navires qu’il lui envoie. Tirant participe à l’expédition sur sa propre galère et se couvre de gloire, non sans connaître quelques démêlés avec un autre chevalier chrétien, jaloux de sa renommée, Richard le Chanceux. Ils finiront par devenir les meilleurs amis du monde. Après avoir longé les côtes d’Afrique du Nord et d’Espagne, Tirant débarque à Marseille.
De là, il retourne en Bretagne pour revoir ses parents et tous les siens. Mais le roi de Sicile le réclame et il se rend de nouveau à Palerme.
8. Tirant dans l’empire grec (cc. 115-296)
Le roi de Sicile a reçu une lettre de l’Empereur de Constantinople aux abois. Le Sultan et le Grand Turc se sont emparés d’une grande partie de ses terres et le pressent dangereusement. Informé de la valeur guerrière de Tirant, il fait appel à lui pour chasser les infidèles. Tirant accepte et, à la tête d’une troupe nombreuse levée en Italie par les ambassadeurs impériaux, il arrive à Constantinople où il est magnifiquement reçu par l’Empereur. Il est nommé Capitaine de l’armée et de la justice impériales.
Sa rencontre avec Carmésine, fille de l’Empereur, marque le grand tournant de l’histoire. Dès qu’il la voit il en tombe éperdument amoureux et sombre dans une profonde mélancolie. La Princesse répond à son amour, mais leurs statuts respectifs leur interdisent d’étaler leur passion au grand jour. Carmésine montre son intérêt pour Tirant en le défendant chaque fois qu’il est attaqué par des courtisans envieux et en le mettant en garde contre le perfide duc de Macédoine, soupçonné – non sans raison – d’avoir tué le Prince héritier. Le chevalier breton finit par déclarer son amour à la Princesse en lui offrant le portrait de celle qu’il aime : un miroir dans lequel Carmésine voit sa propre image ! Des relations complexes se nouent alors entre les deux amants que leurs positions séparent, un jeu subtil de sentiments où joie et douleur, espoir et désespoir alternent et se mêlent. Stéphanie, sœur de lait et confidente de la Princesse, fille du précédent duc de Macédoine, fera tout pour adoucir ses déchirements secrets. Elle formera un couple parallèle avec Diaphébus, dont les amours seront moins tumultueuses, car la distance entre eux est moindre. Carmésine trouve aussi le soutien d’une autre de ses suivantes, Plaisirdemavie, dont le nom seul est déjà un gage de bonheur. Jeune fille joyeuse, pleine d’entrain et délurée, elle fera tout pour que Tirant arrive à ses fins dans son entreprise amoureuse.
Pendant ce temps le Sultan se prépare à mettre le siège devant Constantinople, après avoir dérouté l’armée grecque commandée par le mauvais duc de Macédoine. Tirant lève une armée de volontaires à Constantinople, rejoint le théâtre des combats et remporte une éclatante victoire, ce qui emplit le Duc d’une rage folle. Il se montre insultant vis-à-vis de Tirant qui veut arriver à un accord pour la direction de la guerre, pour assurer la survie de l’Empire. Le Sultan envoie un ambassadeur, Abd Allah Salomon, afin d’obtenir une trêve de six mois. Contre l’avis du Duc, Tirant refuse de l’accorder, pensant tirer avantage, sur le terrain, du désarroi des infidèles. Malgré le nouveau succès du Capitaine, le Duc s’indigne de ne pas avoir été écouté. Diaphébus conduit les prisonniers faits pendant la bataille à Constantinople. Il rapporte à la Princesse les exploits de Tirant et lui rappelle l’attachement de celui-ci. C’est à cette occasion que Stéphanie laisse clairement entendre qu’elle éprouve un doux penchant pour le cousin de Tirant.
Le Sultan reprend son offensive et Tirant se réfugie dans le château de Mauvoisin pour préparer son plan de campagne. Ses soldats étant inférieurs en nombre en dépit de l’arrivée des hommes envoyés par le Maître de Rhodes, il doit compenser le déséquilibre des forces en usant d’intelligence. Il va feindre de fuir pour mieux surprendre les ennemis de l’Empire. Retors, le Duc met à profit cette feinte pour envoyer à l’Empereur un messager lui annonçant la déroute de l’armée grecque et la fuite honteuse de Tirant. En réalité le Capitaine remporte une nouvelle victoire sur les Maures. La vérité rétablie, Tirant envoie le butin et les prisonniers à Constantinople. Sur le champ de bataille, les Turcs qui ont survécu et se trouvent dans un état critique n’ont d’autre recours que de proposer un combat à outrance entre le roi d’Égypte, très adroit aux armes, et Tirant. Ils ont décidé de laisser le combat aller à son terme si leur roi a le dessus, et de cribler de flèches le Capitaine si celui-ci l’emporte. Mais le piège est déjoué, grâce à un transfuge qui vient l’éventer. Tirant accepte le défi à certaines conditions qui rendent impossible la scélératesse.
Le courage du Capitaine décuple la haine du duc de Macédoine, qui ne veut pas reconnaître son autorité, qu’il tient pourtant de l’Empereur. Après des propos très vifs, Tirant accepte de renoncer à son titre de Capitaine et prie le conseil de guerre d’élire quelqu’un d’autre pour cette fonction. Les chevaliers présents n’acceptent pas sa proposition et condamnent fermement la conduite du Duc.
Philippe, qui est devenu roi de Sicile à la mort de son beau-père, envoie à Tirant une armée commandée par le duc de Messine. L’Empereur se joint à eux pour gagner la zone des combats. Carmésine ne veut pas être en reste et, à la tête d’une troupe féminine bien armée, elle se mêle à l’expédition.
Au cours d’une nouvelle bataille, le duc de Macédoine tente de tuer Tirant mais ne réussit qu’à le blesser dans le dos. Et c’est lui qui meurt des mains du roi d’Afrique, l’un des souverains ennemis. Au bout de deux jours de combats, la bataille est encore gagnée grâce au courage et à la science de la guerre de Tirant. Suivent de nouveaux jeux galants entre Stéphanie et Diaphébus et entre Carmésine et Tirant. Pour remercier son capitaine, l’Empereur veut le faire comte de Saint-Ange, mais le Breton, dont l’ambition est plus grande, propose que le titre aille à Diaphébus. Son cousin obtient donc le comté et le titre de Grand Connétable. Des fêtes à Mauvoisin célèbrent l’événement, au cours desquelles Tirant et Diaphébus rejoignent en secret la Princesse et Stéphanie dans leur chambre. La malicieuse Plaisirdemavie, qui a surpris la scène nocturne sans se montrer, la rapporte le lendemain comme s’il s’agissait d’un rêve ; elle en profite pour déclarer sa passion pour Hippolyte.
De nouveaux combats opposent Tirant aux ennemis de l’Empire, dont il sort victorieux. Il regagne Constantinople où le Sultan envoie Abd Allah Salomon en ambassadeur pour demander une trêve. Pour mettre fin définitivement aux hostilités, le prince musulman propose aussi de prendre Carmésine pour épouse. Le cessez-le-feu lui est accordé, mais la question du mariage est remise à plus tard —il sera bien sûr refusé —. On fait de grandes fêtes que rend encore plus belles l’arrivée à Constantinople de neuf galères sous la conduite du vicomte de Branches, cousin germain de Tirant. L’Empereur l’arme chevalier et le vicomte prend part aux joutes. Un navire portant les voiles noires du deuil arrive au port ; à son bord se trouve la fée Morgane qui est à la recherche de son frère Arthur. L’Empereur explique alors qu’il y a à sa cour un chevalier que personne ne connaît et qui a une épée du nom d’Escalibor. On aura compris qu’il s’agit du roi Arthur en personne (On a avancé pour ce passage extravagant l’hypothèse d’un masque de cour).
Tirant demande à l’Empereur la main de Stéphanie pour Diaphébus. Elle lui est accordée et les épousailles ont lieu. Diaphébus devient ainsi duc de Macédoine. Stéphanie se propose de favoriser les amours de Tirant et de Carmésine, auxquelles s’oppose par jalousie la Veuve Reposée. Tirant a aussi une Allíée en la personne de Plaisirdemavie.
Celle-ci parvient à faire pénétrer le héros dans la chambre de Carmésine et à le glisser dans le lit de celle-ci. Mais il doit en sortir précipitamment car le cri de surprise de la Princesse alerte la Veuve Reposée, qui prend un malin plaisir à réveiller les gens du palais. Il se jette par une fenêtre et se casse une jambe.
La Veuve Reposée, toujours éprise de Tirant, profite de l’événement pour faire croître la mésentente, la méfiance et la jalousie entre les deux amoureux. Elle fait croire à la Princesse que Tirant médit d’elle, et à Tirant que Carmésine entretient des rapports coupables et secrets avec Lauseta, un Maure noir, jardinier au palais. Elle invente une scène, présentée comme un intermède de Corpus, dans laquelle Plaisirdemavie porte un masque reproduisant les traits du Maure. Pendant ce temps elle montre la scène à Tirant au moyen d’un jeu de miroirs. Notre Capitaine tombe dans le panneau et s’en va, désespéré, non sans repousser les insinuations de la Veuve. Tirant rencontre le pauvre Lauseta et le tue.
Entre-temps l’Impératrice remarque l’intérêt que lui porte Hippolyte, auquel elle répond favorablement. À l’insu de tous, elle retient le jeune homme dans sa chambre quinze jours durant, pendant lesquels les amants se livrent à tous les jeux de l’amour, avec l’unique complicité d’Elisée, une suivante de l’Impératrice. À la cour qui s’étonne de sa retraite, elle raconte un pseudo songe où son défunt fils –qui aurait l’âge d’Hippolyte – tient un rôle ambigu qui fait immanquablement penser à l’inceste, songe qu’elle dit vouloir poursuivre, tant elle y a pris de plaisir.
Pendant ce temps, Tirant, qui se remet de graves ennuis de santé mais qui broie toujours du noir, se prépare à reprendre le combat. En l’absence de Tirant, les chefs de l’armée grecque se sont déchirés. Mettant à profit ces dissensions, les Turcs ont remporté une grande victoire, au cours de laquelle Diaphébus a été fait prisonnier. Tirant est prêt à appareiller à la tête de la flotte impériale afin de rejoindre le champ de bataille lorsque Plaisirdemavie arrive à bord de son navire, envoyée par la Princesse. Elle doit lui expliquer ce qui s’est réellement passé : elle dénonce, preuves à l’appui, la perfidie de la Veuve Reposée.
9 Tirant en Afrique du Nord (ce. 297-413)
Une forte tempête éclate alors et entraîne la galère hors du port ; poussé par les flots déchaînés, le bateau atteint la haute mer avant de faire naufrage sur les côtes de Berbérie. Tirant et Plaisirdemavie sont saufs, mais ils touchent terre à des endroits différents. La donzelle est recueillie par un Maure qui l’emmène près de Tunis ; Tirant, lui, est recueilli par le Chèvetain des chèvetains qui porte une ambassade de son souverain, le roi de Tlemcen, au roi de Tunis. Après de nouvelles aventures au cours desquelles il passe de la position d’esclave à celle de chef de guerre, se mêlant aux luttes intestines qui opposent des rois africains, Tirant obtient que Maragdine, fille du roi de Tlemcen, se marie avec Scarian, roi de la grande Éthiopie, et que tous deux se convertissent au christianisme. Dans la foulée, et grâce à l’aide d’un frère de la Merci valencien, Jean Ferrier, il baptise quatre mille Maures. L’auteur profite de l’occasion pour parier de Valence et faire de terribles prédictions sur son avenir.
Le Capitaine fait le siège de Montagathe, où se trouve précisément Plaisirdemavie. Elle va à sa rencontre sous des vêtements qui la rendent méconnaissable, sans dévoiler son identité, mais il finit par la reconnaître. Tout s’achève par des fêtes, et un cousin de Tirant, le seigneur d’Aigremont, qui est devenu roi de Fès et de Bougie, épouse Plaisirdemavie.
10 Tirant libère l’Empire grec (cc. 414-471)
Tirant décide de revenir à Constantinople à la tête d’une armée de nouveaux chrétiens prêts à combattre pour l’Empire grec. Il passe d’abord par Palerme où l’escadre sicilienne vient grossir sa flotte.
Un curieux épisode s’intercale ici : l’Empereur, ne tenant plus d’impatience, lui envoie le chevalier Spercius en ambassade. Mais à la suite d’une tempête, celui-ci échoue sur l’île de Lango où, par un baiser assez involontaire, il rompt l’enchantement de la fille d’Hippocrate qu’un sort avait changée en dragon. Il épouse la belle jeune fille et christianise les habitants de l’île.
Tirant débarque à Troie et annonce son arrivée imminente à l’Empereur. La ville de Constantinople est assiégée sur terre et sur mer et Hippolyte la défend du mieux qu’il peut. En apprenant le retour du Breton, la Veuve Reposée met fin à ses jours. Le Capitaine bat les infidèles qui n’en peuvent mais et demandent la paix. Tirant entre dans la ville incognito et rencontre Plaisirdemavie qui, fidèle à elle-même, le conduit à nouveau dans le lit de la Princesse, où un mariage secret est célébré et consommé. Puis, après un entretien avec l’Empereur, la décision est prise de signer des traités de trêve et de paix avec le Sultan et le grand Turc. Tirant retourne à son campement pour donner la réponse aux infidèles, et il revient à Constantinople où il entre en vainqueur. L’Empereur, pour le récompenser de ses services émérites, lui offre la main de Carmésine et le nomme César de l’Empire grec. Tirant, au cours d’une brève campagne, libère les villes qui étaient restées au pouvoir des ennemis et délivre Diaphébus. En se promenant au bord d’une rivière, près d’Andrinopolis, Tirant tombe gravement malade (pleurésie foudroyante ?).
11. Après la mort de Tirant (cc. 471-487)
Sentant sa mort prochaine, Tirant se confesse, communie, fait son testament et meurt sur le chemin de Constantinople. À la vue de son amour mort, Carmésine est effondrée. Elle meurt de chagrin après avoir pleuré sur le corps de son époux secret. L’Empereur ne peut résister à la perte de sa fille et de Tirant ; il trépasse à son tour. L’Impératrice, héritière de sa fille, épouse Hippolyte, héritier de Tirant, et tous deux commencent un nouveau règne dans un Empire pacifié. Les corps de Tirant et de Carmésine sont transportés en Bretagne où on leur donne sépulture dans une riche tombe, avec une épitaphe en vers qui rappelle leur souvenir. L’Impératrice passe de vie à trépas trois ans plus tard et Hippolyte se remarie avec une princesse anglaise dont il aura trois fils et deux filles.

14 Tout cela est à relier à l’étude du milieu. Il me semble d’autre part que l’étude de la guerre est inséparable de celle de l’amour c’est en examinant les fils qui parcourent le récit que l’on voit que la guerre est le moyen d’obtenir, de mériter l’objet aimé. La gloire sur le champ de bataille ouvre les portes de l’amour. Et à son tour l’amour devient un combat où il faut vaincre les scrupules de l’être adoré. De la sorte, le combat est l’antichambre de l’amour, et sa description prend une couleur érotique. En suivant ce fil, on s’aperçoit que la sensualité de l’œuvre apparaît à d’autres moments que celui des joutes amoureuses : la fête est très présente tout au long de l’œuvre, non seulement en Angleterre, mais aussi à Constantinople ; et ces fêtes sont toujours accompagnées de danses, donc de musique ; il est clair que la musique du XVe siècle prend une coloration sensuelle qu’elle n’avait pas auparavant, en se dégageant de la théorie qui lui servait de carcan. C’est d’ailleurs l’époque où la musique passe du domaine mathématique à celui du trivium, donc au domaine de la littérature (cf. Histoire de la musique 1, Encyclopédie la Pléiade, p. 1986). Toujours à la même époque, on voit la naissance d’une école polyphonique catalane à la cour d’Alphonse V le Magnanime. Quand on sait que la polyphonie a touché aussi le domaine littéraire et que Cervantès, qui est considéré comme un découvreur en la matière, prisait fort notre roman, nous subodorons l’influence du chef-d’œuvre catalan sur l’art narratif. Je pense aussi que les arts picturaux peuvent donner des indications précieuses : les descriptions qui apparaissent dans Tirant doivent beaucoup à la topique ; il est cependant probable qu’elles acquièrent dans ce récit une valeur particulière et originale.

15 « – La trascendent celsitud de la majestat vostra, senyor Emperador, venim a suplicar. Com fortuna, enemiga de tota alegria e repòs, s’haja ocupades les virtuts de sol.lícitament amar, tolent-nos lo poder de nostres desigs complir, nos ha condemnades en eternal exili, e ha trobades lleis cruels, enemigues d’enamorada pietat, les quais ab grans penes defenen lo que natura liberalment nos atorgà, car les coses que en extrem són males, en algun temps o jamés no poden ésser bones, com les lleis de fortuna no poden ésser fetes en perjuí del gran poder de ma senyora. E deixant los ports de nostre reposat viure, estenguem les càndides veles navegant per la tempestuosa mar d’adversitat, d’on se poden recitar los naufraigs d’aquells qui, en ella follament navegants, a dolorosa e miserable fi pervenen. E arribades en lo port del teu gran triümfo ab desig de trobar aquell famós rei qui per lo món se fa nomenar lo gran Artús, rei de l’anglesa illa, si l’excel.lència tua sabria o hauria ort dir en quin Hoc trobar se pogués, com haja quatre anys passats que anam per la mar tenebrosa ab sa carnai germana qui per son dret nom nomenar-se fa Morgana. Ab la nostra nau plena de dolor som arribades en lo teu delitós port, e aquí estan les devotes dones e donzelles del gran Artús : continuament plorant, llurs dolors e penes reconten ».

16 Voir Claudio Milanesi, “Les récits de naufrage : un essai de structuralisme thématique” et Adriana Castillo-Berchenko, “La métaphore du naufrage dans la poésie chilienne d’aujourd’hui” in Cahiers d’études romanes, Aix-en-Provence, Université de Provence, Nouvelle série, n° 1 (1998), Naufrages 1.

17 « Parlament o col-lació que s’esdevenc en casa de Berenguer Mercader entre al guns homens d’estat de la ciutat de València, los quais ordenaren les historials poesies següents ; ço és, cascú la sua en son elegant estil. »

18 « A la tempestuosa mar de Venus la proa de ma escriptura endreçant, descriuré naufraigs d’aquells qui, en ella follament naveguen, dolorosa e miserable fi prenen. »

19 « E, si al guna vegada les tranquilles aigües de la sort pròspera nos conviden que les blanques veles acomanem a l’arbre, és perquè més prest e ab dolor de major pèrdua, sens repar trabucant, encorregam cruel naufraig de nostres bens e persona... »

20 « E així, mirant a Venus, estava la sua volentat encesa, que no comportava l’enteniment entras en los retrets de les excellents bellees de Pallas e de Juno, estimant que, si aigú reprenia lo decret de la sua justa sentència, li esdevenia perquè de Venus les singularitats no bastava entendre. Aquest és naufraig que sovint encorren aquells a qui gran amor encega ; que si a la que amam, bellea ni virtut no acompanya, e los miradors de nostre engan se rien, nosaltres nos riem e tenim per foils a ells, perquè se’n rien, estimant [que], ab poc saber ells no poden veure lo que nosaltres, embenats, pensam subtilment entendre. »

21 « No emprengues, doncs, ànima e vida mia, tan perillosa empresa, ni ab tal tempestat lo teu cos, meu, a la furiosa mar acomanes ; record-te [que] lo nadar és perill que els navegants més recelen, e sino, aprés de naufraig no l’experimenten, a l’hora que en altra manera la vida restaurar no poden, e molt tard, vius, nadant a la riba atenyen ».

22 « ¡O per mi sobre tots miserable Leànder, e per mi en les aigües mort, qui per mi sol en la terra vivies ! ¿Quin plant sobre el teu cos puc jo, encara viva, mirant a tu, mort per mi, dignament plànyer ? Jo viuré, perquè lo teu naufraig, un poc espai vivint, ab gran dolor lamentant deplore. »

23 « – La gran bellea que veig en la tua persona porta dins mi pietat molt profunda. E com sia cosa acostumada als hòmens, per grans senyors que sien, que s’esdevé que són presos en batalla, en mar o en terra, o per naufraig, així com ara la fortuna ha portat a tu, e per ço, si virtuós est, no et deus desconfortar, car, encara que la fortuna t’haja portat ací, no et deus desesperar de la misericòrdia d’aquell gran Déu qui tot lo món governa, car jo et jur per lo nostre sant profeta Mafomet, qui t’ha lliberat de tan gran perill e t’ha feta gràcia que sies vengut en mon poder, com jo veja que natura no ha fallit en formar lo teu cos de tanta Singularitat, no crec menys aquell no haja dotat de moites virtuts. Jo tinc tres fills, tu seràs lo quart. »

24 « Com, per la immensa pietat de Nostre Senyor Déu, Plaerdemavida fos lliberada del naufraig e fos portada en la ciutat de Tunis, en la casa de la filla del peixcador, segons dessús és ja mencionat, aprés dos anys passats, la filla el peixcador pres marit prop la ciutat aquella. »

25 « E suplic-te que les mies paraules no enutgen a ta senyoria, puix la fortuna vol que jo haja de recitar los teus gloriosos actes, qui són de gloriosa recordació, car ab lo teu valerós ànimo has morts e aterrats tants milenars de turcs en la Grècia, e aprés, soferint naufraig, est vengut en aquest regne qui és la sobirana Barbaria, dues voltes vençut e dues voltes fugit. »

26 À dire vrai, le débat existe aussi à l’intérieur même du christianisme, car selon les uns la nature humaine, corrompue par le péché originel, ne peut mériter par elle-même la gloire étemelle ; seule la grâce divine, qui est un don gratuit, permet d’accéder à la contemplation éternelle de la face de Dieu. Pour d’autres, l’homme peut gagner le ciel par ses propres mérites. Le catholicisme tentera de concilier ces deux termes, afin de ne pas couper tout espoir d’obtenir la grâce par des pratiques vertueuses. Au XVIe siècle, le molinisme tend à remplacer la notion de grâce efficace par une grâce suffisante qui permet à l’homme, en usant de son libre arbitre, de faire le bien. En vertu de quoi, la prédestination stricte est remplacée par une prédestination en prévision des mérites (cf. El condenado por desconfiado, de Tirso de Molina).

27 Cela se manifeste, par exemple, par l’existence d’un merveilleux médiéval, auquel l’Église n’aura de cesse de s’opposer, mais qui survivra non seulement dans les pratiques et les superstitions populaires, mais aussi dans les textes. Ce merveilleux se caractérise par un mélange de données antiques et de thèmes vernaculaires (cf. Claude Lecouteux, Au-delà du merveilleux, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1995, p. 42). Dans la littérature du XVe siècle, l’héritage antique, la matière de Bretagne, les récits bibliques et les motifs populaires se mêlent étroitement.

28 « E tots los mariners donaren de conseil a l’Emperador que prestament ixqués en terra per causa d’un negre núvol qui ab grans trons e llamps venia acompanyat... La mar era ja tan brava que no consentia que dones hi deguessen entrar... »

29 « e manà a Hipòlit que prengués les claus e prestament hi anàs. E per ço com feïa gran maror, que tomàs prestament... Com fon tornat ab la roba del negre hortolà, la mar estava tan brava que jamés Hipòlit no pogué pujar en la galera, ni Plaerdemavida no pogué eixir en terra... A poc instant, la mar s’embraví tan fort que tots aquells qui veïen la barca on Hipòlit anava, tots reclamaven a Déu, de bon cor, que no perissen en la cruel mar... La pluja e lo vent era tan fort e la mar tan alta que les gúmenes de les galeres se romperen e per força hagueren d’aquí de partir. »

30 Capítol CCXCVII. Lamentació que fa Tirant, corrent en la mar fortuna. – Oh Senyor, ver Déu omnipotent e misericordiós ! ¿E quina és estada la mia trista sort e gran desaventura, que en tan gran treball e cruel infortuni vengut sia ? Oh miserable de mi ! ¿E com ha permès la tua divina Bondat que jo haja a morir en la cruel mar, e m’haja a combatre ab los peixos ? No só pogut morir en les forts batalles dels turcs, e ara morré sens poder fer resistència alguna ? ¿Per què no morí en la fort batalla del senyor de les Viles-Ermes, puix ab tanta pena havia finir la mia trista vida ? Lloada sìa la Majestat divina, a qui plau que per los meus grans pecats jo reba tal punició segons los mals meus meriten. ¡Oh trist de mi, que no em do ! la mia cruel mort, mas dol-me aquesta donzella que haja ésser punida per los meus defalts, o per mi restarà en tribulació e fora de tota esperança ! ¡Oh Tirant, bé és aquest dia trist e desaventurat per a tu, que no et val força ni ardiment, car tu bé pensaves que cavalier qui en tot lo món fos no et pogués vençre ni subjugar, e ara est atès als térmens de la mort, e no saps qui et mata ni per quina causa ! ¡Oh senyora Princesa, qui sou fènix del món, a Déu fos plasent vós fósseu ací present, perquè vésseu los darrers dies de la mia trista vida, perquè us pogués demanar perdó de tantes ofenses que us he fetes, per bé que no sia de mon propi costum, mas per relació de falsa gent ! ¡Oh Viuda ficta e reprovada, ja fos plasent a la divina Providència que em donàs tant temps de vida sol perquè et pogués premiar de les nefandíssimes maldats que tu, ab tan poca temor de Déu e vergonya del món, has comeses, car per tos pecats muir jo e tots los altres, e seràs estada causa e destrucció de la corona de l’Imperi grec ! Oh senyor Emperador, ple de molta benignitat ! ¡Com vos dolríeu de mi, com muir en tan gran desaventura ! ¡Oh cavaliers del meu parentat, e com serà prest partida la nostra companyia ! ¡E qui serà aquell qui us puga ajudar ne traure de presó ? ¡Oh excel.lentíssima Princesa e esposa mia, vós éreu lo meu confort e restauració de la vida mia ! Jo suplic al Senyor de tot lo món que us vulla lliberar del poder de vostres enemies, e us augmente l’honor i l’estat, e que us trameta un altre Tirant qui tinga tanta voluntat de servir-vos.

31 Cf. Dictionnaire culturel de la Bible, Paris, Cerf/Nathan, 1990, p. 213.

32 Actes del Colloqui International Tirant lo Blanc, Abadia de Montserrat-Aix-en-Provence, 1997, pp. 261-284.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Barbera, « La fonction narrative du naufrage dans Tirant le Blanc », Cahiers d’études romanes, 3 | 1999, 129-147.

Référence électronique

Jean-Marie Barbera, « La fonction narrative du naufrage dans Tirant le Blanc », Cahiers d’études romanes [En ligne], 3 | 1999, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3420 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3420

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Barbera

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org