Navigation – Plan du site

Voyages et naufrages

Georges Ulysse
p. III-VI

Texte intégral

Introduction

1Les communications portant, dans ce premier numéro, sur le voyage, représentent en quelque sorte la suite des Actes du Colloque qui, organisé par l’Équipe d’Accueil Études Romanes, s’est tenu à Aix-en-Provence en décembre 1994. Le Service des Publications de l’Université de Provence a édité, sous le titre Voyager aux XIXe et XXe siècles, vingt-quatre études qui ont analysé des récits de voyages effectifs ou des œuvres de fiction exploitant le thème ou la métaphore du voyage et qui ont été distribuées en quatre groupes selon qu’elles se rapportaient aux domaines hispanique et hispano-américain, italien, portugais et brésilien ou roumain. Les titres sont suffisamment explicites pour qu’il soit inutile de les présenter : Denise Bonnefoux, Récits de voyageurs français en Espagne de 1850 au tournant du siècle, Eutimio Martin, El “turismo penitenciario” en el sistema de represion franquista, Charles Minguet, Voyageurs et savants étrangers au Mexique au XIXe siècle (1800-1860), Pablo Berchenko, Voyages en France et voyageurs français au Chili. Une pédagogie de l’aristocratie créole au cours de la première moitié du XIXe siècle Adriana Castillo de Berchenko, Le voyage en Europe des écrivains latino-américains dans la période de l’entre-deux guerres : le cas du poète équatorien Alfredo Gangotena, Patrizia Guzman, “El Jardin de al lado” de José Donoso. Tours et détours, Cecilia Ojeda, Le dernier voyage de Simon Bolivar : une lecture du “Le général dans son labyrinthe” de Gabriel Garcia Marquez, Marco Cerruti, Nouvelles orientations de la recherche sur la littérature de voyage, Elvio Guagnini, La littérature de voyage en Italie entre le XIXe et le XXe siècle : formes, dynamique et problèmes, Claudio Milanesi, Les mémoires d’une déception. Alberto Denti di Pirajno (1886-1968), Sophie Nezri, Primo Levi : du voyage du déporté aux voyages de l’écrivain, Théa Picquet, Itinéraire d’un enfant dans “Il sentiero dei nidi di ragno” d’Italo Calvino, José Guidi, De la Guinée au Soudan : le rêve africain de Pier Paolo Pasolini, Judith Obert, Les voyages fantastiques chez Ántónio Tabucchi : voyages intérieurs ou voyages réels ?, Georges Ulysse, Voyager de nos jours : les romans d’Andrea de Carlo, Brigitte Urbani, Le voyage dans la vie et l’œuvre picturale de Giorgio de Chirico et d’Alberto Savinio, Anne Verger, Le voyage dans les titres des œuvres métaphysiques de Giorgio de Chirico, Bernard Martocq, Le voyage au bord de la nuit de Janito dans “A Ciudade e as Serras de Eça de Queiroz”, Richard Roux, Un voyage “comique” au Brésil : “mambembe” d’Arthur Azevedo et José Piza, Adrien Roig, Les voyages de Blaise Cendrars au Brésil. Echanges culturels, Adriana Coelho Florent, La princesse et le “quipà”. Individualisme et utopie dans “Viagem” de Graciliano Ramos, Gilles Bardy, De Paris à Odessa à travers les pays roumains. Un journal de voyage inédit (1837), Valeriu Rusu, Une expérience unique : l’histoire d’un peuple à travers les voyageurs, Nicolae Iorga, Aurelia Rusu, Le long chemin du ‘grain d’écume’, motif cosmogonique et archétypal chez Mihai Eminescu.

2Dans le présent Cahier d’études romanes, qui s’ouvre sur les exposés à caractère bibliographique et méthodologique de Claudio Milanesi (Les récits de naufrage : un essai de structuralisme thématique) et de Bernard Martocq (Note bibliographiques sur l’Història Tràgico-Marìtima), les douze communications sont le résultat du travail d’hispanistes (Monique De Lope, Jacques Terrasa et, pour le latino-américain, Adriana Castillo-Bercenko), d’italianistes (Perle Abbrugiati, Claudio Milanesi, Sophie Nezri, Marie-Anne Rubat du Mérac, Brigitte Urbani, Vovelle-Guidi) et du lusiste Bernard Martocq.

3Traitant d’un immense sujet et offrant des conclusions éclairantes (Dans le sillage de Dante : le naufrage comme châtiment. Naufrages homérico-dantesques dans la littérature italienne, Brigitte Urbani montre comment, dans nombre de figures d’Ulysse qui parcourent la littérature italienne de Dante à nos jours, le naufrage du héros grec est devenu l’archétype du châtiment destiné aux humains qui bravent les dangers par pur désir de savoir davantage. Marie-Anne Rubat du Mérac découvre dans Il Prato in fondo al mare de Stanislao Nievo, le roman d’un naufrage et le naufrage de plusieurs romans possibles”. Sa lecture montre comment, reprenant l’enquête sur la mystérieuse disparition du navire qui ramenait son arrière grand-père Ippolito, de Palerme à Naples, Stanislas Nievo multiplie avec les hypothèses, les représentations du naufrage : il exploite les sens métaphoriques de cette image “aventureuse” (mort, échec, voyage jusqu’aux profondeurs de l’inconscient, retour aux origines de la vie) et structure son texte à l’aide de figures et de procédés (ellipses, mise en abîme) qui renvoient au spectacle du naufrage, évoquant encore indirectement ce spectacle en se livrant à un jeu complexe sur les codes et les styles de l’écriture romanesque : pastiches interrompus de modèles qu’il “casse” pour donner naissance à une création littéraire originale. Annonçant un naufrage énigmatique : Sub Rosa de Juan Benet, Monique De Lope nous fait pénétrer dans un récit de naufrage qui est le récit énigmatique d’un naufrage énigmatique… Le récit se construit de sa propre négation, et, adoptant le modèle du récit de naufrage, raconte la perte morale d’un capitaine de vaisseau dont le bateau n’a pas en fait naufragé… Étudiant deux romans ayant pour cadre la Révolution des Œillets au Portugal (en 1974), ses événements et ses conséquences, Bernard Martocq s’attache à mettre en évidence les modèles sous-jacents, les Lusiades et le naufrage de Sepùlveda, modèles longtemps opposés et ici ironiquement réconciliés dans une même dérision.

4Après avoir proposé dans son Essai de structuralisme thématique introductif d’établir quatre tableaux nosologiques du récit de naufrage, un topos de la littérature occidentale (en fonction du rapport du récit avec la réalité, selon la fonction dynamique du récit, selon la perspective de l’histoire des idées et selon le contenu symbolique de la métaphore), Claudio Milanesi exerce sa réflexion, dans son article intitulé Baricco et La Méduse, sur le roman Oceano mare d’Alessandro Baricco, replacé dans la série des réactualisations de l’histoire du Radeau de la Méduse, ainsi que dans la série constituée par les sens multiples du récit de naufrage dans la littérature et dans l’histoire des idées. Interrogeant une oeuvre très différente, Sophie Nezri insiste dans Primo Levi ou le naufrage de la déportation, sur le fait que la notion de naufrage est la métaphore symbolique de l’anéantissement, figure rhétorique suggérant la perte de tout repère : omniprésente dans l’oeuvre de l’écrivain italien, elle y pallie l’absence d’un discours susceptible de décrire l’absurdité d’Auschwitz. Intitulée Leopardi d’un naufrage à un déluge, l’étude de Perle Abbrugiati part d’une analyse de L’infinito pour confronter la métaphore du naufrage qui conclut ce poème de jeunesse avec le déluge-naufrage allégorique des Paralipomeni, écrits peu avant la mort du poète. Analysant une production bien différente, Adriana Castillo-Berchenko montre que, dans la poésie chilienne actuelle, le naufrage cristallise une option esthétique riche en possibilités expressives permettant de métaphoriser la vision du chaos, de la chute et de l’anéantissement d’une certaine société, après 1973. Avec les études de Jacques Terrassa et de Claire Vovelle-Guidi, on quitte les textes écrits pour les représentations picturales et filmiques. J. Terrasa se penche sur une oeuvre de Goya (Le naufrage et ses métamorphoses dans l’oeuvre de Goya). Dans son commentaire d’un Naufrage du peintre espagnol, une huile sur fer-blanc peinte en 1793-94, il montre comment l’artiste exprime avec pathétisme la dérisoire impuissance de l’être humain face aux forces de la nature. Enfin, Claire Vovelle-Guidi étudie le naufrage dans le cinéma italien de Luchino Visconti aux frères Vanzina, en donnant pour titre Des “nouveaux nouveaux-monstres” aux “héros malgré eux” à une analyse portant sur sept films qui lui permettent de passer du cinéma “engagé” aux films commerciaux et à la comédie satirique, pour mettre ainsi en lumière, à travers l’évolution qu’elle illustre, celle de la société italienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Ulysse, « Voyages et naufrages », Cahiers d’études romanes, 1 | 1998, III-VI.

Référence électronique

Georges Ulysse, « Voyages et naufrages », Cahiers d’études romanes [En ligne], 1 | 1998, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3424

Haut de page

Auteur

Georges Ulysse

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org