Navigation – Plan du site

Les récits de naufrage : un essai de structuralisme thématique

Claudio Milanesi
p. 1-18

Résumés

Le naufrage est un topos narratif qui a été utilisé à des époques différentes et par des civilisations diverses. Depuis l’Antiquité, il a été utilisé, réutilisé, réactualisé, pour exprimer les sentiments et les modes de pensée les plus divers, et pour exercer plusieurs fonctions narratives. Une approche qualifiée de structuralisme thématique permettra d’évaluer l’évolution de l’emploi de ce topos en tant qu’élément structurel et en tant que métaphore.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

naufrage, structuralisme

Parole chiave :

naufragio, strutturalismo
Haut de page

Texte intégral

1Cette communication veut être une introduction à l’étude des récits de naufrages, qui puisse nous permettre d’aller au-delà d’une simple analyse interne des textes qui seront présentés dans cet atelier, et de les situer dans la longue série des naufrages qui ponctuent l’histoire de notre civilisation littéraire.

2Le matériau que nous devons traiter est immense, car le naufrage est un type narratif qui a été utilisé à plusieurs reprises, à des époques différentes et par des civilisations diverses. Depuis l’Antiquité, il a été utilisé, réutilisé, réactualisé, pour exprimer les sentiments et les modes de pensée les plus divers, et pour exercer plusieurs fonctions narratives.

  • 1 Remo Ceserani, Riflessioni conclusive, dans Laura Sannia Nowé et Maurizio Virdis (éd.), Naufragi, A (...)

3Il s’agit en effet d’étudier un topos que l’on trouve aussi bien dans les productions narratives de l’Antiquité que dans les romans du XIXe siècle ou dans la production en série de films d’aventure. Cette façon d’aborder la littérature est souvent utilisée par les comparatistes, et nous en dit beaucoup sur la façon dans laquelle se structurent et s’expriment les modes de pensée qui sont propres à une époque, à une civilisation ou à un courant littéraire. Remo Ceserani qualifie ce type de recherche de “comparatisme implicite”, ou de “structuralisme thématique”1. Je n’entre pas ici dans le débat théorique sur la question. Les résultats de cette approche fourniront, je l’espère, la preuve de son intérêt.

  • 2 Alessandro Baricco, Oceano mare, Milan, Rizzoli, 1993 (trad, française Océan mer de Françoise Brun, (...)
  • 3 Edgar Allan Poe, The Narrative of Arthur Gordon Pym of Nantucket (1837).

4Le topos du naufrage jouit d’un double statut, réel et imaginaire : parmi les récits de naufrage on trouve aussi bien de comptes rendus de naufrages qui ont vraiment eu lieu que de fictions. C’est souvent la contamination entre ces deux niveaux qui est à la base du récit : de vrais naufrages insérés dans un contexte narratif de fiction (comme c’est le cas du roman d’Alessandro Baricco, Oceano mare2, qui s’est inspiré en partie du célèbre naufrage du radeau de la Méduse), ou de naufrages inventés mais présentés comme s’ils avaient réellement eu lieu, avec tous les effets de réel auxquels la littérature nous a habitués (la manuscrit retrouvé, la narration à la première personne, un contexte historique parfaitement évoqué, etc.). C’est le cas, par exemple, des Aventures d Arthur Gordon Pym d’Edgar Poe3.

  • 4 Pietro Bembo, Asolani (1505).
  • 5 Pierre de Ronsard, Ode III, 1 : au Roy (1552), cit. par Patrizio Tucci, Introduzione, dans Nowé et (...)

5Un deuxième aspect, qui découle de la capacité de ce type de récit à se reproduire à l’infini, est celui d’une sorte d’omniprésence ; on retrouve des naufrages même dans les lieux – littéraires – les plus inattendus. En effet, on peut aisément s’attendre à retrouver des récits de naufrage dans la littérature de la mer, que ce soit les nouvelles méditerranéennes de Boccace ou les romans de Joseph Conrad, mais la force de ce type littéraire transcende ses limites “naturelles”. On s’attend moins à trouver la métaphore du naufrage dans les Asolani de Pietro Bembo4, ou dans une Ode au Roy de Ronsard5.

  • 6 Cf. Umberto Eco, Conclusioni sulla letteratura comparata, dans Vita Fortunati (éd.), La cultura ita (...)

6C’est là un signe de la vitalité du topos, de son ancrage profond dans l’imaginaire collectif, de la puissance narrative et génératrice de sens de la situation. De ce point de vue, nos littératures sont une sorte de langage dont les pièces sont ces figures de la narration, ces types narratifs que l’on retrouve sans cesse, dans un jeu inépuisable de renvois, d’allusions et de réactualisations6. Ce qui démontre le rôle majeur de l’autoréférentialité dans la création littéraire. Le sens et le rôle de la même situation changent à l’intérieur de chaque ensemble narratif cohérent. Il nous appartiendra de dégager des continuités et des ruptures autant dans le sens dont est chargé le récit de naufrage que dans ses fonctions narratives. Ce type de récit a cela de commun avec le mythe, qu’il est une sorte de cadre mou, malléable, que chaque civilisation, et à la limite chaque auteur, réutilise pour lui donner un sens nouveau, ou lui faire jouer un rôle différent.

  • 7 Hans Blumenberg, Der Sturz des Protophilosophen (trad it. La caduta del protofilosofo, Parme, Prati (...)

7Le philosophe Hans Blumenberg a qualifié ce type de représentations de “métaphore absolue”. Il s’agit de métaphores qui accompagnent les idées bien définies et les formules précises de la philosophie, et qui souvent en éclairent ou en anticipent les développements. Hans Blumenberg a étudié les transformations de plusieurs métaphores de ce type dans l’histoire des idées. Il l’a fait à propos de l’histoire du philosophe qui tombe dans un puits parce qu’il marche en regardant les étoiles, c’est-à-dire d’un récit que l’on retrouve, réactualisé, dans toute l’histoire de la philosophie occidentale, de Platon à Heidegger. Et il a fait de même pour le récit du spectateur qui assiste, de la terre ferme, au naufrage d’un bateau au large des côtes7. Ce type de recherche nous concerne directement, parce que nous allons étudier de la même façon les récits de naufrage dans les littératures néo-latines, à une différence près : nous allons considérer ces récits, en plus de leur fonction métaphorique, à partir d’autres points de vue qui n’intéressent qu’indirectement le philosophe, par exemple celui de la fonction du récit à l’intérieur de la narration.

8La dimension métaphorique n’est pas exclue pour autant de nos préoccupations. Il faudra sans doute envisager une comparaison entre les deux domaines, la littérature d’une part et l’histoire des idées de l’autre. Quels sont les rapports entre les deux ? Suivent-elles une évolution parallèle ? Y a-t-il priorité de l’une sur l’autre ? Le monde des idées est-il un cadre plus général qui offre un sens à l’utilisation de la métaphore du naufrage dans la littérature ? Ou bien le passage entre les deux domaines se fait-il dans les deux sens ? Y a-t-il des métaphores qui naissent dans le cadre de la littérature pour ensuite influencer l’évolution du sens que l’on donne à cette métaphore sur le plan philosophique ?

9Pour conclure sur les caractères généraux de ce type d’histoire, il faut souligner que le récit de naufrage tire sa force du fait que cette situation peut aisément représenter un état-limite, un cas-frontière. Les couples d’opposition qu’il peut évoquer sont multiples, encore que, sur le fond, une opposition majeure se dessine, entre le monde des vivants et celui des morts : le naufrage est la ligne de partage entre un bateau maîtrisé et les vagues incontrôlées, entre le réel et le rêve, entre l’histoire et la nature, entre la raison et l’instinct, entre les liens sociaux et le déchaînement des pulsions individuelles, entre le projet humain et un destin qui le dépasse, entre la force de l’homme et celle de la nature, entre la puissance dominatrice de la technique et la revanche des forces naturelles...

  • 8 Nowé et Virdis (éd.), Naufragi, cit. ; et Mariella Di Maio (éd.), Naufragi. Storia di un’avventuros (...)

10L’immensité du matériau à traiter montre donc la nécessité d’établir quelques tableaux nosologiques du récit de naufrage dans les littératures occidentales. Les tableaux qui suivent s’inspirent, entre autres, du livre de Hans Blumenberg et des Actes de deux colloques consacrés à ce sujet, qui ont eu lieu en Italie, le premier à Cagliari le 8, 9 et 10 avril 1992, le second à Salerne et à Naples du 25 au 28 novembre de la même année8.

11Ces classements des récits de naufrage ont été établis selon quatre critères différents, qui constituent autant de clés de lecture pour chacun des récits étudiés dans cet atelier. Évidemment, ces quatre tableaux ne prétendent pas enregistrer toutes les lectures possibles. On trouve déjà des tentatives différentes de classement dans les Actes des deux colloques que l’on vient de citer. Et peut-être nos travaux nous en indiqueront-ils de nouvelles.

Les quatre classements

12Il sera donc possible d’aborder l’étude des récits de naufrage selon quatre principes de classement différents :

    • 9 Je reprend ici le schéma proposé par Patrizio Tucci dans l’Introduzione à Nowé et Virdis (éd.), Nau (...)

    Selon le rapport du récit avec la réalité9.

    • 10 C’est la perspective suggérée par Mario Dominichelli, Épaves : per una topologia letteraria del nau (...)

    Selon la fonction dynamique du récit à l’intérieur des différents écrits10.

    • 11 Sur ce point, cf. Blumenberg, Naufragio con spettatore, cit., mais aussi id., Die Sorge geht über d (...)

    Dans une perspective diachronique, notamment l’histoire des idées. Comment évolue la métaphore du naufrage avec spectateur ?11

    • 12 Cette dernière classification a été indiquée comme hypothèse de recherche par Remo Ceserani dans Ri (...)

    Selon les différents contenus symboliques évoqués par la métaphore du naufrage.12

1 — Le rapport avec la réalité

A – Vrais naufrages

  • 13 A. Nuñez Cabeza de Vaca, Naufragios (1542) ; éd. it. Naufragi, Einaudi.

13Dans la plupart des récits de ce type, l’auteur est (ou se présente comme étant) un témoin de l’événement, un rescapé du naufrage. En principe, ce n’est pas un écrivain professionnel, mais il rédige ce compte rendu sous une forme narrative dans un souci d’information. C’est le cas, par exemple, des Naufragios de Alvar Núñez Cabeza de Vaca, qui rédige son témoignage sur la transformation en chamans des rescapés d’un naufrage sur les côtes de Floride13.

  • 14 Daniello Bartoli, Naufragio e morie in servigio de’ prossimi, di Tre religiosi, dans Dell’Historia (...)
  • 15 Fray Bartolomé de Las Casas, Brevísima relación de la destrucción de las Indias, 1552 (éd. cons. Ma (...)

14Le récit est souvent chargé d’une intention didactique ou morale, qui ajoute une dimension religieuse, providentielle, ou tout simplement exemplaire à la narration. C’est ce qui caractérise le Naufragio e morte in servigio de’prossimi di tre religiosi de Daniello Bartoli14, un exemplum d’abnégation héroïque de trois religieux qui prirent la décision de rester aux côtés des naufragés dans une île de l’Océan Indien plutôt que de continuer leur voyage. Ou bien les différents naufrages des navires des flottes de Christoph Colomb, relatés, à partir de ses papiers, par Bartolomé de Las Casas. Las Casas présente les naufrages comme autant de signes prodigieux de la volonté de Dieu, qui, selon les circonstances, s’en sert pour réaliser l’heureuse rencontre entre les bons sauvages et les navigateurs, ou pour punir les colons des violences et des abus qu’ils ont commis à l’endroit des Indiens15.

B – Fictions de naufrages

  • 16 Emilio Salgari, I naufragatori del Canadà (entre 1901 et 1904) ; réédité dans Salgari, Storie rosse(...)
  • 17 Daniel Defoe, Robinson Crusoé. The Life and Strange Surprising Adventures of Robinson Crusoé of Yor (...)

15À l’opposé, dans le cas des naufrages de fiction, les auteurs sont des écrivains professionnels, qui savent utiliser les effets de réel de la tradition romanesque pour suggérer au lecteur l’illusion du vrai et du vécu. Edgar Poe écrit les Aventures d’Arthur Gordon Pym, qualifiées de “faux roman” dans l’introduction signée par le protagoniste, à la première personne (“Je m’appelle Arthur Gordon Pym...”). I naufragatori del Canadà, une nouvelle d’Emilio Salgari, est elle aussi racontée à la première personne par l’un des rescapés, le vieux “père Micco”, et le récit est à son tour introduit par un prologue au cours duquel le narrateur se présente comme faisant partie du public qui a recueilli le témoignage du survivant du désastre16 ; Daniel Defoe avait fait précéder le récit de la vie de Robinson Crusoe par “une note de l’éditeur” attestant la véracité des aventures du naufragé17.

  • 18 Jules Verne, Aventures du capitaine Hatteras (1866).
  • 19 Emilio Salgari, Gli antropofaghi del mare di Corallo (1897), dans id., Gli antropofaghi del mare di (...)

16Jules Verne fera arriver les naufragés des Aventures du capitaine Hatteras sur les lieux du naufrage historique de John Franklin, mort en 1847 lors d’une expédition à la recherche du passage au nord-ouest18. Le même Emilio Salgari, un vrai spécialiste des effets de réalité, citera, pendant la reconstitution du naufrage de la Nuova Galego, les (faux) titres d’un (vrai) journal australien, l’Australian Gazette19.

  • 20 José Manuel Fajardo, Carta del fin del mundo (1996); éd. it. Lettera dalla fine del mondo, Parme, G (...)

17L’enchevêtrement de la fiction et de la réalité est d’ailleurs l’un des traits qui revient le plus souvent dans ce type de production narrative, dès le début du roman moderne et jusqu’aux romans et films de notre fin de siècle : pour son Robinson Crusoé, Defoe s’était en effet inspiré de la biographie du marin écossais Alexandre Selkirk, abandonné sur une île déserte par son capitaine. La Carta del fin del mundo de José Manuel Fayardo est le récit imaginaire de l’amour entre l’un des naufragés du Santa Maria, réellement échoué sur l’île de Hispaniola en 1493, et une jeune indigène20.

18Apothéose spectaculaire du genre, le dernier film de James Cameron, Titanic (1997), mêle lui aussi la réalité (la reconstitution techniquement impeccable du naufrage du transbordeur Titanic ; un cadre narratif constitué par des images documentaires de l’épave gisant au fond de l’océan) et la fiction (l’histoire d’un amour impossible entre Rose DeWitt Bukater, une jeune bourgeoise promise à un mari qu’elle n’aime pas, et Jack Dowson, un séduisant aventurier qui a gagné au poker son billet de troisième classe).

  • 21 Jules Verne, Les enfants du capitaine Grant (1867).
  • 22 Boccaccio, Décameron, V, 2. Sur les naufrages dans le Décaméron, cf. Dante Della Terza, Il naufragi (...)
  • 23 Giovanni Verga, I Malavoglia (1881).

19Le naufrage peut avoir différentes fonctions narratives, selon le contexte dans lequel il est utilisé : il constitue parfois l’événement extérieur à la narration, qui précède toute la fabula du roman, comme c’est le cas dans Les enfants du capitaine Grant de Jules Verne21. Plus souvent, c’est un élément interne de la fabula du roman, et dans ce cas il peut en constituer soit le début, comme dans Robinson Crusoé, soit un élément dynamique capable d’accélérer le rythme de l’action. Dans la nouvelle de Gostanza e Martuccio Gomito du Décameron, le naufrage de Gostanza, qui voulait se donner la mort en s’abandonnant au gré des flots (“fece vela e gittò via i remi e il timone e al vento tutta si commise”), sert justement à relancer l’action : c’est à la suite de son naufrage sur les côtes de Barberie (“quando la barca ferì sopra il lito”) qu’elle peut retrouver son amoureux, Martuccio22. Dans d’autres cas, le naufrage est en quelque sorte le point de convergence de la fabula, vers lequel s’oriente la succession des événements et à partir duquel se déclenche la chaîne des actions qui mènent au dénouement : le naufrage du bateau des Malavoglia, appelé Provvidenza, marque le tournant dans l’hisoire tragique de la famille des pêcheurs siciliens et de sa décadence23.

  • 24 Henri Bernardin de Saint Pierre, Paul et Virginie (1788) ; sur le sens du naufrage dans ce roman, c (...)

20Et enfin, il représente quelque fois l’apogée de la fiction narrative, comme dans Paul et Virginie, de Bernardin de Saint-Pierre, où la disparition de Virginie dans les eaux, suite au naufrage du Saint-Géran, est à la fois l’aboutissement de la tension dramatique, le signifiant de la morale du roman, le sublime d’un amour sans contact charnel et le retour symbolique dans le ventre de la mère24.

C – Naufrages symboliques

21La plupart du temps, l’exploitation de la métaphore du naufrage hors de tout contexte narratif au sens propre du terme, se retrouve dans la production poétique et philosophique. Il est vrai que la valeur métaphorique, comme nous l’avons déjà vu, est souvent présente aussi dans les deux catégories précédentes, mais, dans ce contexte, elle constitue la fonction primaire et manifeste du texte.

  • 25 Dante Alighieri, Il Convivio, I, 3.
  • 26 Lucrèce, De rerum natura, II, 1-4. Je cite dans la traduction de Voltaire.
  • 27 Christine de Pisan, Livre de la Mutacion de la Fortune (rédigé entre 1400 et 1403) ; cf. éd. Solent (...)

22Cette métaphore sert à représenter la vie de l’homme sous différents points de vue : elle est parfois l’image de la vie en général, comme dans le Convivio, où Dante Alighieri se compare à un “legno senza vela”25 ; ou bien dans le De rerum natura de Lucrèce, qui, le premier, a conceptualisé la métaphore du “naufrage avec spectateur” étudiée par Hans Blumenberg : “On voit avec plaisir, dans le sein du repos, Des mortels malheureux lutter contre les flots”26. Mais elle peut servir pour représenter une phase cruciale de l’existence, la frontière entre deux états radicalement différents : dans le Livre de la Mutacion de la Fortune, Christine de Pisan, à la dérive après la mort de son époux, est transformée en homme par la Fortune, ce qui lui permet de regagner la côte27.

  • 28 Goethe, Faust (1806), I, Nacht; Robert Louis Stevenson, To N. V. to G. S., cit. par P. Tucci, Intro (...)

23La souplesse de la situation est telle que cela lui vaut de pouvoir représenter aussi bien l’élan vital (comme dans le Faust de Goethe) que son contraire, la lâcheté et le renoncement à la vie (dans le poème de Robert Louis Stevenson To N. V. de G. S.)28. Enfin, il n’y a rien d’étonnant à ce que la tempête en mer devienne l’image de la foule des passions, comme c’est le cas dans les Asolani de Pietro Bembo, ou qu’elle puisse servir à évoquer, comme, au fond, toute “métaphore absolue”, la création littéraire elle-même, comme dans l’Ode au Roy de Ronsard, une occasion de chanter les louanges du mécène qui a su sauver le poète... du naufrage.

2 – La position dynamique du naufrage par rapport à la fabula de l’ouvrage

A – Naufrages préliminaires, hors du cadre de la fabula de l’ouvrage

  • 29 Jules Verne, Le sphinx des glaces (1897) ; sur les rapports entre Poe et Verne, cf. Mariella Di Mai (...)

24Dans ce cas, le naufrage ne constitue pas un événement interne à la narration, mais acquiert la valeur d’une référence intertextuelle, d’un clin d’oeil au lecteur averti, d’une sorte d’effet de réalité où le référent n’est pas un événement du monde réel mais une fiction faisant déjà partie de l’imaginaire du lecteur. C’est le cas du Sphynx des glaces de Jules Verne, qui commence là où s’était terminé le naufrage du bateau d’Arthur Gordon Pym, dont un compagnon est d’ailleurs présent parmi les marins embarqués sur le Halbrane, le bateau du roman de Verne29.

  • 30 Edgar Allan Poe, Manuscript Found in a bottle (1833).

25Ce “naufrage préliminaire” peut être aussi la conditio sine qua non de la fabula, tout en lui restant extérieure. Dans le Manuscrit trouvé dans une bouteille d’Edgar Poe30, la fabula est justement le livre de bord du bateau, et elle s’interrompt avant le naufrage, qui n’entre pas dans le récit : sans la catastrophe, le récit n’existerait pas. Elle est en même temps préliminaire, parce que, sans elle, la bouteille contenant le récit n’aurait jamais été jetée à la mer, et postliminaire, car tout ce qui est raconté précède le naufrage lui-même.

B – Naufrage comme fin du voyage

  • 31 Herman Melville, Moby Dick (XXXX) ; sur Melville et le naufrage, cf. Mario Dominichelli, Moby Dick  (...)

26Dans ce cas, le naufrage, outre la fonction narrative, se charge d’une forte connotation symbolique : comme c’est le moment où la narration s’interrompt, où la raison est suspendue face au déchaînement de la nature, il se doit d’indiquer l’indicible, l’ineffable, l’au-delà inconnu. Alors que le naufrage préliminaire donne une réponse à la question posée par le naufrage, le naufrage terminal ne fait que poser la question. C’est pourquoi il s’agit du naufrage romantique par excellence, qui cumule les connotations idéologiques : priorité des forces naturelles sur la capacité de l’homme à les maîtriser, beauté sublime de la catastrophe, critique de la foi dans le progrès, et même prophétie par métonymie sur le sort de la civilisation. La référence la plus évidente est, dans ce cas, le naufrage du Pequod dans Moby Dick, qui rassemble toutes ces connotations, sans oublier le fait qu’il sert aussi à accomplir le sort héroïque et faustien du capitaine Achab31.

C – Naufrages du début

  • 32 Les mille et une nuit (Ière éd. franç. 1708-1715), ici la référence renvoie au IVe voyage de Sindba (...)

27Dans ce cas, le naufrage est l’événement-frontière qui provoque le passage d’un état à l’autre : au fond, tout naufrage est le reflet de l’opposition anthropologique entre le monde des vivants et celui des morts. Le quatrième voyage de Sindbad, dans les Milles et une nuits, revèle cette valeur narrative et métaphorique : Sindbad fait naufrage sur une île où vit une population qui a pour tradition d’enterrer, au moment de la mort d’une femme, son époux avec elle. À la suite de la mort de son épouse, Sindbad est donc enterré vivant avec elle ; finalement, c’est le naufrage qui l’a amené à pénétrer dans le monde des morts. Sindbad, qui réussira à survivre à son enterrement, dira justement, au moment de sa sortie du souterrain, “qu’il est revenu à la vie après [sa] mort”32. L’entrée dans l’enfer de la Divine Comédie est aussi introduite par la métaphore du naufrage :

  • 33 Dante Alighieri, Commedia, Inferno, I, 24-27. Sur les métaphores de la navigation dans l’œuvre de D (...)

E corne quei che con lena affannata
Uscito fuor del pelago a la riva,
Si volge a l’acqua perigliosa e guata...
33

  • 34 Joseph Conrad, Lord Jim (1900).
  • 35 Randal Kleiser, Blue Lagoon (1980).
  • 36 Boccaccio, Décaméron, II, 7.

28Le naufrage en tant qu’événement-frontière sert donc à indiquer l’ouverture et/ou la fermeture d’un passage, par exemple celui qui existe entre le monde réel et l’espace magique du rêve, où régnent la liberté de la mémoire et la libération du souvenir, la liberté des mœurs, l’absence de contraintes sociales : dans Lord Jim, le naufrage du Patna introduit le protagoniste dans le pays sauvage de Patusan, où il pourra enfin devenir un héros, libéré de son passé34. Dans le film Blue Lagoon, la naufrage introduit les deux jeunes protagonistes dans une sorte d’Eden, et le bateau venu les chercher les réintroduira malgré eux dans le monde réel35. Dans une autre nouvelle du Décaméron, les aventures érotiques d’Alatiel commencent grâce à un vrai naufrage en Méditerranée, et un faux naufrage permet son retour parmi les contraintes de la vie sociale36.

D – Naufrages essentiels

  • 37 Gabriel García Marquez, Relato de náufrago (1970).

29Dans ce cas, le naufrage est le thème même de l’ouvrage. Relato de náufrago de Gabriel Garcia Marquez37 en est un exemple : il s’agit du compte rendu d’un fait divers, le naufrage d’un croiseur militaire qui eut lieu le 28 février 1955, et constitue une tentative réussie pour faire du journalisme un genre littéraire.

  • 38 Edmondo De Amicis, Cuore (1886).
  • 39 Marshall Everett, Wreck and Sinking of the Titanic, New York, L. H. Walter, 1912.

30Souffrance, héroïsme, défi, quête de l’extrême, exemple de vertu, le naufrage devient au XIXe siècle l’occasion par excellence pour offrir un modèle de comportement édifiant aux nouveaux lecteurs de la littérature populaire. C’est le cas du dernier des récits dont se compose Cuore d’Edmondo De Amicis, où le petit Mario, au moment du danger, cède sa place sur la chaloupe à Giulietta38. Autocontrôlé, abnégation, volonté de survie, force de l’individu sont le lot commun des comptes rendus du naufrage du Titanic, comme, entre autres, celui de Marshall Everett39.

  • 40 Dernier en date, le film de James Cameron, Titanic, où l’exaltation de l’héroïsme et de la volonté (...)

31Ces valeurs, sur lesquelles on insiste depuis le XIXe siècle, où le naufrage devient une véritable mode littéraire, avec publications spécialisées à l’appui, on les retrouve à notre époque dans une longue série de comptes rendus, de récits, et de films de naufrage, qui concilient fascination du sublime et figuration didascalique du héros40.

  • 41 Hans Magnus Enzensberger, Der Untergang der Titanic, Franfurt am Main, Suhrkamp Verlag, 1978 (éd. i (...)

32Mais la modernité est aussi le temps de la crise du sujet, du doute sur la capacité de l’homme à se faire héros, d’où un nouveau topos, celui du naufrage ironique : dans son poème intitulé La fin du Titanic, Hans Magnus Enzesberger imagine les pensées du naufragé qui est en train de se noyer : “je n’arrive franchement pas à comprendre pourquoi je continue à nager et à crier”41.

3 – Évolution de la métaphore du naufrage avec spectateur

33Dans son Naufrage avec spectateur, Hans Blumenberg a indiqué quelles sont, d’après lui, les connotations universelles de la métaphore du naufrage, pour ensuite essayer de reconstituer les grandes étapes de l’évolution que cette métaphore a subie de l’Antiquité à nos jours.

34Dans toute aventure sur la mer, on retrouve un fonds commun constitué par trois éléments de continuité : I. la mer constitue la limite des entreprises humaines, la frontière au delà de laquelle d’autres forces indépendantes de l’homme l’emportent. II. la mer est le lieu du désordre et de l’imprévisible. III. andar per mare, prendre la mer, est toujours un départ vers la recherche de quelque chose de plus ; c’est notamment la recherche de la richesse, de l’opulence par rapport à la simple survie assurée par le travail agricole. D’où le lien – déjà évident dans le Décaméron, l’une des sources majeures de la littérature occidentale – entre l’eau et l’argent.

  • 42 Remo Bodei, Distanza di sicurezza, Introduzione all’edizione italiana de Blumenberg, Schiffbruch...(...)

35Quant aux étapes qui ont scandé l’évolution de la configuration “naufrage avec spectateur”, on peut essayer, en s’appuyant sur l’introduction de Remo Bodei à l’édition italienne de l’ouvrage de Blumenberg42, de les synthétiser ainsi :

  1. On lit dans le De rerum natura de Lucrèce : “On voit avec plaisir, dans le sein du repos, Des mortels malheureux lutter contre les flots”. Le spectateur se réjouit moins des souffrances des autres, que de son sentiment de sécurité. Il se réjouit d’être sur un terrain solide (la philosophie) d’où il peut regarder le monde (la mer), qui n’est pas ordonné, mais chaotique.

    • 43 Montaigne, Essais.

    Dans les Essais43, Montaigne reprend la métaphore dans le même sens : la satisfaction du spectateur est la récompense due à l’homme raisonnable qui a montré sa capacité à prendre du recul par rapport au désordre du monde.

    • 44 Blaise Pascal, Pensées (1670), éd. Chevalier, Paris, 1954, n° 451 ( = 233 Brunschvigc).

    Dans les Pensées, Pascal reprend à son tour la métaphore, mais il en change le sens ; la phrase clé est “vous êtes embarqués”44 ; le lieu sûr d’où regarder le naufrage n’existe plus, le risque est la condition naturelle de l’homme. La terre ferme acquiert le même caractère d’imprévisibilité que la mer. À partir de là, la distance entre le spectateur et le naufragé se comble progressivement.

    • 45 Arthur Schopenhauer, Die Weet als Wille und Vorstellung (1919); trad. franç. A. Burdeau Le monde co (...)

    Pour Schopenhauer, dans Le monde comme volonté et représentation45, le naufrage est une représentation du sublime, et il dévoile la double nature de l’homme. Celui-ci est en même temps le spectateur du naufrage et sa victime, celui qui contemple et celui qui coule. L’identification entre le spectateur et le naufragé étant totale, la métaphore de Lucrèce change de sens : le recul du spectateur est le recul du souvenir. La douleur est immédiate, le plaisir du spectateur n’est que le souvenir de sa souffrance passée.

    • 46 Paul Lorenzen, Melodischen Denken, Frankfurt, 1968, pp. 24-59; Otto Neurath, Protokollsätze, dans E (...)

    Avec Paul Lorenzen et Otto Neurath46, l’évolution touche à son terme. Il n’y a plus de terre ferme qui puisse être atteinte. Le langage est comme un bateau à la dérive, et il faut constamment le réparer en mer. Non seulement le spectateur a disparu, mais la terre ferme a disparu avec lui. Seule reste la dérive du bateau.

36Remo Bodei en conclut que, si la technique a permis la maîtrise des forces naturelles, c’est désormais l’homme qui fait peur à lui-même.

4 – Les différents contenus symboliques impliqués dans la métaphore du naufrage

37On peut essayer de regrouper les contenus symboliques de la métaphore du naufrage en cinq ensembles, cinq vastes champs sémantiques :

A – La connaissance et la raison

38Le naufrage est avant tout le prix à payer quand on a rompu avec l’autorité, avec les limites de la connaissance licite, une rupture punie, dans la Comédie, par la mort d’Ulysse et des siens à peine franchies les colonnes d’Hercule :

  • 47 Dante Alighieri, Commedia, Inferno, canto XXVI.

De la nova terra un turbo nacque
E percosse del legno il primo canto.
Tre volte il fe’ girar con tutte l’acque ;
A la quatta levar la poppa in suso
E la prora ire in giù, com’altrui piacque,
infin che ’l mar fu sopra noi richiuso.
47

  • 48 Francis Bacon, The New Atlantis (1627).

39À l’opposé, un courage et une rupture identiques avec l’auctoritas seront récompensés dans la Nouvelle Atlantide de Francis Bacon48 ; le naufrage devient ainsi métaphore du risque qu’on doit nécessairement affronter pour conquérir la liberté, et l’ouverture sur la mer océane métaphore de la connaissance scientifique.

  • 49 Le tableau fut exposé pour la première fois au Salon de 1819. Sur les réactions de la critique, cf. (...)

40Au XIXe siècle, le naufrage devient par contre la frontière qui conduit à la perte de tout lien avec la raison, et à la dérive vers la régression. Signe du destin et de la précarité, il est souvent l’événement qui fait basculer l’équipage du royaume ordonné de la raison dans un enfer de régression où se dévoilent les passions les plus profondes. C’est ainsi que la raison se perd et que les bas instincts refont surface. Les exemples de ce type ne se comptent pas ; le tableau de Géricault, Le radeau de la Méduse, le manifeste de l’esthétique romantique, en est l’illustration, évoquant le phantasme le plus horrible, et donc le plus sublime, de la perversion : celui de l’anthropophagie49.

B – La politique et la société

  • 50 Sur le naufrage du Vengeur, cf. Philippe Roger, Il “naufragio vittorioso” del Vengeur. Storia di un (...)

41Aujourd’hui il est plutôt courant d’entendre dire d’un gouvernement, ou pire, d’un système politique, ou social, qu’il a fait naufrage. Cette métaphore nautique est devenue un lieu commun du langage médiatique. Son utilisation politique moderne rémonte à la période révolutionnaire. Et curieusement, la mythologie politique sut en faire, au début, une exploitation positive. Un vrai naufrage, celui du Vengeur, un bateau de guerre français coulé par les Anglais le premier juin 1794, fut en fait utilisé non pas pour montrer les faiblesses militaires de l’Armée révolutionnaire, mais pour célébrer la vertu du sacrifice révolutionnaire, ce que fit, à l’Assemblée Nationale, le tribun Barrère50.

  • 51 Michelet (1848). Il s’agit de notes pour une leçon qui aurait dû se tenir au Collège de France, cit (...)

42En 1816, le naufrage de la Méduse fut l’occasion d’un règlement de comptes politique entre ultras et constitutionnels. Et enfin, Michelet en fit la métaphore de la France égarée après la conclusion de l’ère napoléonienne : “C’est la France elle-même, c’est notre société tout entière qu’il [Géricault] embarque sur ce radeau de la Méduse”51.

43Il est des naufrages qui deviennent une sorte de symbole de la fin d’une époque, ou d’un monde. Ce que la Méduse fut pour la France de la Restauration, le Titanic l’a été pour la Belle Époque, et sa force métaphorique est telle qu’il revient de nos jours sous la forme de prophétie millénariste, d’avertissement sur le danger dû au manque de cohésion sociale du monde de la globalisation.

C – Le divin et les forces qui dépassent l’homme

44Dans le monde du Décaméron, régi par des forces qui, tout en dépassant l’homme, restent du domaine du naturel, le naufrage est l’une des figures de la Fortuna, l’une des trois forces, avec l’Amore e l’Ingegno, qui régissent la vie des hommes.

  • 52 Viaggio e naufragio di Piero Quirino, gentiluomo viniziano, dans Giovanni Battista Ramusio, Navigaz (...)

45Quand il intervient, Dieu le fait soit pour punir soit pour récompenser. Dans ce sens, le naufrage, selon ses conséquences, est soit l’une des figures de la Providence soit de l’anti-providence. On l’a déjà vu, Dieu punit par le naufrage l’orgueilleux Ulysse. Il punit aussi les marins qui abusent de la boisson en s’abandonnant à la débauche en cours de navigation, mais il récompense ceux qui gardent leur calme et font respecter l’ordre sur le bateau : les survivants du naufrage du vaisseau du marchand vénitien Pietro Quirino entrent de ce fait en contact avec un monde paradiasiaque, un Eden perdu, celui des pêcheurs du Nord52.

D – La sexualité

46Dès le Décaméron, notamment dans la nouvelle d’Alatiel, le naufrage marque la rupture des liens sociaux et donne le coup d’envoi du déchaînement des pulsions érotiques.

  • 53 Cf. note 34.

47À l’époque moderne, dans Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre, le naufrage est à la fois le retour dans le ventre de la mère et la plongée dans les pulsions incontrôlées. Mais l’aspect didactique du roman est sauvé par la manipulation de la métaphore : le bateau de Virginie fait bien naufrage, mais il est “sans brèche”, comme Virginie d’ailleurs, qui meurt vierge et, au moment où le bateau coule, “paraît un ange qui prend son vol vers le ciel”53.

  • 54 Eugène SUE, La Salamandre (1832)

48La littérature populaire du XIXe siècle développe pleinement le côté érotique de la métaphore du naufrage : dans la Salamandre, Eugène Sue fait justement du naufrage l’occasion du déchaînement du délire érotique des protagonistes54.

E – Le retour à la nature

  • 55 Cf. note 52.
  • 56 Inédit de Giuseppina Lorena Carignano (1771) ; cf. Luisa Ricaldone, Un naufragio felice : L’île di (...)

49Le retour à l’état naturel provoqué par le naufrage a deux issues possibles. Il s’agit souvent d’un naufrage heureux, seuil qui introduit au paradis terrestre, retour à l’état de l’homme d’avant le péché, en pleine harmonie avec les forces naturelles et en totale liberté par rapport aux règles sociales de comportement. Les survivants du naufrage relaté par Pietro Quirino, dont il a été question plus haut, découvrent ainsi un monde paradisiaque, la simplicité des pêcheurs et l’harmonie entre leur vie et la Nature55. Un autre exemple de cette tradition utopique du naufrage heureux est celui de l’île heureuse de Giuseppina di Lorena Carignano, qui décrit un naufrage providentiel interrompant la navigation d’un bateau ayant à bord des jeunes femmes vouées à l’esclavage. Une fois débarquées sur l’île, les femmes sauront se débarrasser de tous les hommes présents sur le bateau, et fonder ainsi une société de femmes régie par le principe d’égalité56.

  • 57 Jules Verne, Le Chancellor (1875).
  • 58 Cf. note 2.
  • 59 Emilio Salgari, I selvaggi della Papuasia (1883) ; rééd. dans Emilio Salgari, Gli antropofaghi del (...)

50Mais le retour à la nature peut se faire aussi sous le signe de la régression à l’instinct primordial, vu sous son aspect animal et barbare, ce que l’on a déjà vu dans le cas du Radeau de la Méduse de Géricault et de ses réactualisations dans les romans des XIXe et XXe siècles. Cette régression est poussée jusqu’à l’anthropophagie dans Le Chancellor de Jules Verne57, dans La Salamandre d’Eugène Sue, ainsi que dans la reprise postmoderne du drame de la Méduse par Alessandro Baricco58. C’est le sort de la métaphore du naufrage au XIXe siècle : l’homme civilisé découvre sa propre anthropophagie, le cœur des ténèbres qui est en lui. Dès sa première nouvelle, I selvaggi della Papuasia, Emilio Salgari faisait suivre à un naufrage provoqué par l’état d’ivresse des marins, un banquet de cannibales à base de têtes rongées et de bras entortillés59.

5 – Naufrages d’aujourd’hui et naufrages du futur

51La fonction prophétique ne fait pas partie des attributions du critique. On peut quand même s’amuser, en essayant d’imaginer, sur la base des tendances que l’on a vues jusqu’à maintenant, ce que peut devenir le topos du naufrage dans les littératures du futur.

A – Naufrages dans l’espace

52Dans plusieurs films de science-fiction, notamment Alien et La Planète des singes, le naufrage est celui d’un vaisseau dans l’espace : le naufrage d’un vaisseau qui transporte une forme de vie qui infecte et envahit jusqu’aux entrailles le corps des humains (Alien), ou bien le naufrage dans l’espace-temps qui offre un prétexte pour décrire un monde à la fois régressif (une régression dans l’évolution des espèces, puisque ce sont les singes qui dominent la planète) et annonciateur d’une utopie inversée (qui sert, comme dans 1984 de Georges Orwell, à la critique des tendances totalitaires des sociétés de masse).

B — Ferries et navigateurs en solitaire

53Pensons par exemple aux naufrages qui ont eu lieu dans la Manche ces dernières années. La tendance médiatique à la mort en direct, à montrer sur le petit écran la souffrance et la douleur, les a transformés en topoi journalistique, à côté des tremblements de terre, des ouragans et des autres catastrophes. Dans ce cas, au phantasme des forces naturelles qui l’emportent sur la technique, s’ajoute celui des catastrophes provoquées par le développement technologique lui-même.

54Par ailleurs, un autre topos de naufrage s’est affirmé dans les dernières années : celui du naufrage des réfugiés politiques des régimes totalitaires et des migrants des pays en voie de développement. Des boat people du Vietnam aux balseros cubains, des Albanais et des Kurdes qui cherchent à gagner les côtes de l’Italie aux Marocains qui échouent sur les côtes espagnoles, ils sont tous embarqués sur des embarcations rouillées ou improvisées et exposés aux aléas de la navigation. Pour eux, le temps de l’auto-ironie de la modernité n’est pas encore venu : ils sont renvoyés, par la régression sociale de notre civilisation de fin de siècle, dans le stéréotype du naufrage-tragédie du siècle dernier. Avec de nouveaux ingrédients qui viennent s’ajouter au fonds universel des aventures en mer : la présence des enfants dans les embarcations, la dimension politique, l’exploitation par le crime organisé, l’intervention des forces militaires et des polices des pays dits “d’accueil”. Et comme le temps des grandes migrations ne fait que commencer, on peut s’attendre à la multiplication de ce type de récits.

55La littérature populaire ne nous épargnera pas non plus le récit des naufrages des navigateurs solitaires, occasion pour réactualiser le stéréotype de l’héroïsme, de l’abnégation de l’homme, de l’individu en lutte contre les forces de la nature. Exaltation de l’individualisme et stratégie compensatoire du surhomme, typique de la littérature populaire, se renforceront mutuellement dans ces reconstitutions artificielles des risques de la navigation.

C – Postmodernisme

  • 60 Donald Barthelme, Sinbad, dans Forty Stories, Londres, Penguin, 1987.
  • 61 Almeida Faria, Lusitânia, Lisbonne, Caminho, 1980 (5e éd. 1987) (trad. franç. A.M. Quint et M. Boud (...)

56Vraisemblablement, la littérature postmoderne va jouer sur deux niveaux ; d’un côté, elle insistera sur l’autoréférientialité qui est propre à ce courant littéraire. Nous en avons un exemple dans une nouvelle de Donald Barthelme, Sinbad60 : le professeur de littérature, frustré par l’inattention de ses étudiants, réussit à récupérer un minimum d’attention de leur part, en les encourageant à partir à l’aventure en mer, c’est-à-dire en se lançant dans la lecture des histoires de naufrages des romantiques anglais. La même approche “intertextuelle” se retrouve dans les deux romans portugais d’Almeida Faria et de António Lobo Antunes, Lusitânia et As naus61.

  • 62 Cf. note 2.

57D’ailleurs, les postmodernes jouent aussi finement que possible sur la place de l’événement et du récit de naufrage dans l’économie narrative du texte, en variant, comme Emilio Salgari savait si bien le faire, le rôle, la place et le statut de l’événement dans le tissu narratif. C’est le cas d’Alessandro Baricco : le naufrage de la Méduse réactualisé dans Oceano mare occupe le cœur du roman, mais il constitue en même temps l’antécédent qui explique ce qui s’est passé au premier chapitre. Et c’est encore ce qui est arrivé sur le radeau qui provoque le dénouement tragique du récit62.

58Une autre approche sera sans doute exploitée, celle qui a déjà été développée par Hans Magnus Enzesberger : l’approche ironique. Il est vrai que l’homme contemporain a peur de lui-même, mais il est vrai aussi qu’il a appris à ne plus croire complètement aux héros, à l’héroïsme et à l’intégrité du sujet. Dans sa version du désastre du Titanic, Enzesberger a imaginé un naufragé incertain, qui ne lutte pas de toutes ses forces pour survivre, comme les naufragés du XIXe, mais qui se demande même si ses efforts ont un sens.

59Et pour conclure, s’il est vrai que l’inspiration des récits de naufrage est, somme toute, réaliste, nous devons nous attendre à ce qu’un nouveau type de navigateur, le navigateur-type des années quatre-vingt-dix, fasse naufrage : et c’est évidemment le navigateur sur le réseau Internet. On surfe dans le réseau, on navigue dans la réalité virtuelle. Que peut donner un naufrage dans le WEB ?

Haut de page

Notes

1 Remo Ceserani, Riflessioni conclusive, dans Laura Sannia Nowé et Maurizio Virdis (éd.), Naufragi, Atti del Convegno di studi. Cagliari, 8-10 aprile 1992, Rome, Bulzoni, 1993, p. 661-675.

2 Alessandro Baricco, Oceano mare, Milan, Rizzoli, 1993 (trad, française Océan mer de Françoise Brun, Paris, Albin Michel, 1997).

3 Edgar Allan Poe, The Narrative of Arthur Gordon Pym of Nantucket (1837).

4 Pietro Bembo, Asolani (1505).

5 Pierre de Ronsard, Ode III, 1 : au Roy (1552), cit. par Patrizio Tucci, Introduzione, dans Nowé et Virdis (éd.), Naufragi, cit., p. VII-XXXI.

6 Cf. Umberto Eco, Conclusioni sulla letteratura comparata, dans Vita Fortunati (éd.), La cultura italiana e le letterature straniere moderne, Atti del Congresso Internazionale, Bologna, 17-22 ottobre 1989, vol. III, Ravenna, Longo, p. 193.

7 Hans Blumenberg, Der Sturz des Protophilosophen (trad it. La caduta del protofilosofo, Parme, Pratiche, 1983) ; id., Schiffbruch mit Zuschauer, Paradigma einer Daseinsmetapher, Frankfurt am Main, Suhrkamp Verlag, 1979 (trad. it. Naufragio con spettatore. Paradigma di una metafora dell’esistenza, Bologne, Il Mulino, 1985).

8 Nowé et Virdis (éd.), Naufragi, cit. ; et Mariella Di Maio (éd.), Naufragi. Storia di un’avventurosa metafora, Milan, Guerini e associati, 1994.

9 Je reprend ici le schéma proposé par Patrizio Tucci dans l’Introduzione à Nowé et Virdis (éd.), Naufragi, cit., pp. VII-XXXII.

10 C’est la perspective suggérée par Mario Dominichelli, Épaves : per una topologia letteraria del naufragio, dans Nowé et Virdis (éd.). Naufragi, cit., p. 7-46.

11 Sur ce point, cf. Blumenberg, Naufragio con spettatore, cit., mais aussi id., Die Sorge geht über den Fluss, Frankurt am Main, Suhrkamp, 1987 (éd. it. L’ansia si specchia sul fondo, Bologne, Il Mulino, 1989). Pour des perspectives différentes de la même approche, cf. Maria Teresa Marcialis, La vela e la tempesta. La navigazione da metafora etica a spettacolo estetico, dans Nowé et Virdis (éd.), Naufragi, cit., p. 97-115 et Paolo Rossi, Naufragi senza spettatore. L’idea di progresso, Bologne, Il Mulino, 1995.

12 Cette dernière classification a été indiquée comme hypothèse de recherche par Remo Ceserani dans Riflessioni conclusive, cit.

13 A. Nuñez Cabeza de Vaca, Naufragios (1542) ; éd. it. Naufragi, Einaudi.

14 Daniello Bartoli, Naufragio e morie in servigio de’ prossimi, di Tre religiosi, dans Dell’Historia della Compagnia di Gesù. L’Asia, I, 7, Rome, nella Stamperia d’Ignatio de’ Lazzeri, 1653, p. 634-637.

15 Fray Bartolomé de Las Casas, Brevísima relación de la destrucción de las Indias, 1552 (éd. cons. Madrid, Cátedra, 1993) ; id., Historia de Las Indias (éd. crit. Madrid, Alianza Editorial, 1994). Sur les naufrages de Christophe Colomb, cf. Luciano Formisano, Naufragare tra Quattro e Cinquecento, dans Di Maio, Naufragi, cit., pp. 21-30, et Pablo Berchenko, Le naufrage heureux et le navire coupable. Portée didactique du naufrage chez Las Casas, dans le prochain numéro des Cahiers d’Études romanes, n° 3, nouvelle série.

16 Emilio Salgari, I naufragatori del Canadà (entre 1901 et 1904) ; réédité dans Salgari, Storie rosse, Milan, Marvimo, 1954, p. 155-165.

17 Daniel Defoe, Robinson Crusoé. The Life and Strange Surprising Adventures of Robinson Crusoé of York, Mariner (1719).

18 Jules Verne, Aventures du capitaine Hatteras (1866).

19 Emilio Salgari, Gli antropofaghi del mare di Corallo (1897), dans id., Gli antropofaghi del mare di Corallo. Racconti ritrovati, Milan, Mondadori, 1995, p. 146-163.

20 José Manuel Fajardo, Carta del fin del mundo (1996); éd. it. Lettera dalla fine del mondo, Parme, Guanda, 1997.

21 Jules Verne, Les enfants du capitaine Grant (1867).

22 Boccaccio, Décameron, V, 2. Sur les naufrages dans le Décaméron, cf. Dante Della Terza, Il naufragio nella narrativa boccacciana, dans Di Maio, cit., pp. 223-234, Francesco Tronci, Storie di ‘ordinari naufragi’ nel Decameron, dans Sannia Nowé et Virdis (éd.), cit., p. 117-144 ; et la communication de Georges Ulysse dans un prochain numéro des Cahiers d’Études romanes (n° 3).

23 Giovanni Verga, I Malavoglia (1881).

24 Henri Bernardin de Saint Pierre, Paul et Virginie (1788) ; sur le sens du naufrage dans ce roman, cf. Ruggero Campagnoli, Marisa Ferrarini, Paul et Virginie in : Naufragio senza falla con Rousseau, dans Di Maio, cit., pp. 62-75.

25 Dante Alighieri, Il Convivio, I, 3.

26 Lucrèce, De rerum natura, II, 1-4. Je cite dans la traduction de Voltaire.

27 Christine de Pisan, Livre de la Mutacion de la Fortune (rédigé entre 1400 et 1403) ; cf. éd. Solente, Paris, Picard, 1959-1966, Société des Anciens Textes Français, I, p. 46-53, v. 1159-1416.

28 Goethe, Faust (1806), I, Nacht; Robert Louis Stevenson, To N. V. to G. S., cit. par P. Tucci, Introduzione, cit.

29 Jules Verne, Le sphinx des glaces (1897) ; sur les rapports entre Poe et Verne, cf. Mariella Di Maio, Jules Verne et le voyage au second degré, ou un avatar d’Edgar Poe, dans Romantisme, XIX, 1990, n° 67 ; et aussi Maurizio Bossi, La finzione di un viaggio reale, i resoconti polari, Gordon Pym, La sfinge dei ghiacci, dans Emanuela Scarano et Donatella Diamanti (éd.), Riscrittura, intertestualità, transcodificazione, Pise, TEP, 1992.

30 Edgar Allan Poe, Manuscript Found in a bottle (1833).

31 Herman Melville, Moby Dick (XXXX) ; sur Melville et le naufrage, cf. Mario Dominichelli, Moby Dick : la scrittura, la morte, dans Giovanna Cerina (éd.), Leggere il romanzo, Rome, Bulzoni, 1988.

32 Les mille et une nuit (Ière éd. franç. 1708-1715), ici la référence renvoie au IVe voyage de Sindbad.

33 Dante Alighieri, Commedia, Inferno, I, 24-27. Sur les métaphores de la navigation dans l’œuvre de Dante, cf. Maria Corti, Percorsi dell’invenzione, Turin, Einaudi, 1993.

34 Joseph Conrad, Lord Jim (1900).

35 Randal Kleiser, Blue Lagoon (1980).

36 Boccaccio, Décaméron, II, 7.

37 Gabriel García Marquez, Relato de náufrago (1970).

38 Edmondo De Amicis, Cuore (1886).

39 Marshall Everett, Wreck and Sinking of the Titanic, New York, L. H. Walter, 1912.

40 Dernier en date, le film de James Cameron, Titanic, où l’exaltation de l’héroïsme et de la volonté de survie est accompagnée d’une métaphore sociale on ne peut plus claire : le Titanic est, à l’image même de la société, divisé en classes aux frontières de plus en plus difficiles à franchir.

41 Hans Magnus Enzensberger, Der Untergang der Titanic, Franfurt am Main, Suhrkamp Verlag, 1978 (éd. it. La fine del Titanic, Turin, Einaudi, 1980).

42 Remo Bodei, Distanza di sicurezza, Introduzione all’edizione italiana de Blumenberg, Schiffbruch..., cit.

43 Montaigne, Essais.

44 Blaise Pascal, Pensées (1670), éd. Chevalier, Paris, 1954, n° 451 ( = 233 Brunschvigc).

45 Arthur Schopenhauer, Die Weet als Wille und Vorstellung (1919); trad. franç. A. Burdeau Le monde comme volonté et représentation, Paris, 1888-1890.

46 Paul Lorenzen, Melodischen Denken, Frankfurt, 1968, pp. 24-59; Otto Neurath, Protokollsätze, dans Erkenntnis, III, 1932-1933, pp. 204-214.

47 Dante Alighieri, Commedia, Inferno, canto XXVI.

48 Francis Bacon, The New Atlantis (1627).

49 Le tableau fut exposé pour la première fois au Salon de 1819. Sur les réactions de la critique, cf. André Guyaux, Le Radeau de la Méduse e la critica nel 1819, in Di Maio, Naufragi, cit., p. 89-101. Sur la présence de la Méduse dans le roman du XIXe siècle, cf. Di Maio, Effetto Géricault, dans Di Maio, Naufragi, cit., p. 103-111. Sur le retour de l’épopée de la Méduse dans le roman de la fin du XXe siècle, cf. Claudio Milanesi, Baricco et la Méduse, dans ce même numéro des Cahiers d’Études Romanes, pp. 87-97.

50 Sur le naufrage du Vengeur, cf. Philippe Roger, Il “naufragio vittorioso” del Vengeur. Storia di una leggenda, in Di Maio, Naufragi, cit., pp. 77-86. Sur celui de la Méduse, cf. Michel Hanniet, La véridique histoire des naufragés de la Méduse, Arles, Actes Sud, 1991.

51 Michelet (1848). Il s’agit de notes pour une leçon qui aurait dû se tenir au Collège de France, cit. dans Guyaux, op. cit., p. 90.

52 Viaggio e naufragio di Piero Quirino, gentiluomo viniziano, dans Giovanni Battista Ramusio, Navigazioni e viaggi (1550-1606) ; éd. cons. Turin, Einaudi, IV, 1983, pp. 51-77. Le récit, accueilli dans la première édition du 2e volume des Navigazioni de Ramusio, rend compte du naufrage sur les côtes de la Norvège d’un bateau parti de Crète en 1431. Sur Quirino, cf. Luciano Formisano, Navigare fra Quattro e Cinquecento, dans Di Maio, Naufragi, cit., pp. 21-30.

53 Cf. note 34.

54 Eugène SUE, La Salamandre (1832)

55 Cf. note 52.

56 Inédit de Giuseppina Lorena Carignano (1771) ; cf. Luisa Ricaldone, Un naufragio felice : L’île di Giuseppina di Lorena Carignano, dans Italies, 1, 1998.

57 Jules Verne, Le Chancellor (1875).

58 Cf. note 2.

59 Emilio Salgari, I selvaggi della Papuasia (1883) ; rééd. dans Emilio Salgari, Gli antropofaghi del mare di Corallo. Racconti ritrovati, Milan, Mondadori, 1995, pp. 21-34. Sur les naufrages dans l’œuvre de Salgari, cf. Claudio Milanesi, Antropofaghi e naufragatori nei racconti di Emilio Salgari, communication dans le cadre de l’Atelier Dinamica delle forme letterarie in prosa e il motivo del viaggio nella letteratura italiana dal Settecento al Novecento, Università di Trieste, 11-13 novembre 1997, sous presse.

60 Donald Barthelme, Sinbad, dans Forty Stories, Londres, Penguin, 1987.

61 Almeida Faria, Lusitânia, Lisbonne, Caminho, 1980 (5e éd. 1987) (trad. franç. A.M. Quint et M. Boudoy Lusitania, Paris, Belfond, 1991) ; Antãnio Lobo Antunes, AS naus, Lisbonne, Publicaçóes Dom Quixote, 1988 (trad. franç. M. Giudicelli et O. Kleiman, Le retour des caravelles, Paris, 10/18) ; sur ces deux romans, cf. Bernard Martocq, De l’histoire d’un naufrage au naufrage de l’Histoire : Lusitânia de Almeida Faria et As naus de Lobo Antunes, dans ce même numéro des Cahiers d’Études Romanes, pp. 73-86.

62 Cf. note 2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudio Milanesi, « Les récits de naufrage : un essai de structuralisme thématique », Cahiers d’études romanes, 1 | 1998, 1-18.

Référence électronique

Claudio Milanesi, « Les récits de naufrage : un essai de structuralisme thématique », Cahiers d’études romanes [En ligne], 1 | 1998, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3425 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3425

Haut de page

Auteur

Claudio Milanesi

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org