Navigation – Plan du site

Note bibliographique sur l’História Trágico-Marítima

Bernard Martocq
p. 19-29

Résumés

De nombreux récits de naufrages, rapportés par des Portugais, furent publiés à partir de 1560. Cette littérature, couronnée de succès, a fait l’objet de rééditions, adaptations, traductions et reprises nationales et étrangères jusqu’à l’époque contemporaine. La présente note bibliographique met l’accent sur les problèmes liés à la diversité des sources et des objectifs visés par ces récits étudiés seulement depuis la moitié du XXe siècle par Ch. Boxer.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

naufrage, bibliographie

Palavras chaves :

naufrágio, bibliografia
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Historia da muy notavel perda do galeão grande sam João. Em q. se contam os innumeraveis trabalhos (...)
  • 2 Jean Louis Hubert Simon Deperthes, Histoire des naufrages ou Recueil des relations les plus intéres (...)
  • 3 Sir John Graham Dallyell, Shipwrecks and disasters at Sea: or Historical Narratives of the most not (...)
  • 4 Charles Ellms, Shipwrecks and disasters at sea: or Historical narratives of the most noted calamiti (...)

1Par ces temps d’engouement pour des naufrages plus ou moins titanesques, il est opportun de rappeler la double primauté chronologique chèrement acquise par les Portugais sur les Hollandais et les Anglais dans ce genre particulier que constituent les relations de naufrages. Premiers à raconter leurs fortunes de mer1, ils furent également les premiers à fournir une anthologie de récits de naufrages purement portugais qui se distinguent de leurs homologues par leur haute qualité littéraire. Il faut du reste noter qui si les premiers recueils rapportant les naufrages (le plus souvent ceux des autres) ne manquent ni en France2, ni en Angleterre3 ni même dans les jeunes États-Unis d’Amérique4, ceux-ci n’ont jamais été republiés et ont été rapidement ensevelis sous les innombrables compilations qui leur ont succédé.

  • 5 Cf. Giulia Lanciani, Sucessos e naufrágios das naus portuguesas, Lisboa, Caminho, 1997, p. 178.
  • 6 Inocêncio Francisco da Silva, Dicionário bibliográfico português, tome X, Lisboa, Imprensa Nacional (...)
  • 7 Charles R. Boxer, « An introduction to the História Trágico-Marítima », Miscelânea de estudos em ho (...)
  • 8 Giulia Lanciani, op. cit., p. 161.

2Les récits de naufrages portugais furent publiés à partir, grosso modo, de 1560, sous forme de brochures diffusées à plusieurs milliers d’exemplaires5 et dont le succès est attesté par les rééditions qui se succèdent sur un rythme rapide, pour ne rien dire des nombreuses contrefaçons. La précarité du support explique la disparition de la plupart de ces exemplaires. Pour ne parler que du Saint-Jean, dont le naufrage fait l’objet du récit qui inaugure le genre, on trouve, à la suite de l’édition originale citée dans la note 1, des éditions en 1564 (Lisbonne, Joâo da Barreira), en 1592 (Lisbonne, António Álvares), en 1614 (Évora, Francisco Simões), en 1625 (Lisbonne, António Álvares), en 1633 (Lisbonne, à nouveau Ántónio Álvares). Le frontispice de la première édition figure dans le dictionnaire bibliographique d’Inocêncio6. C. R. Boxer, qui le reproduit dans son article en hommage à Hernâni Cidade, affirmait, en 1957, que cet exemplaire unique était aujourd’hui perdu7. On en a, depuis, localisé deux exemplaires, l’un dans une bibliothèque particulière de Coimbra, l’autre chez un bouquiniste de Lisbonne8. Il nous faut donc savoir gré à Bernardo Gomes de Brito d’avoir entrepris de réunir puis de publier, en 1735-1736, un ensemble de récits eux-mêmes en grand danger de naufrager et ce sous un titre appelé à une belle fortune : História Trágico-Marítima.

  • 9 Historia Tragico-Maritima, em que se escrevem chronologicamente os naufragios que tiverão aos naos (...)

3L’édition originale de Gomes de Brito9 comporte douze récits dont voici la liste :

Tome 1
1- Relação da muy notável perda do galeão grande S. João, em que se contão os grandes trabalhos e lastimosas cousas que acontècerão ao capitão Manoel de Sousa Sepulveda e o lamentâvel fim que elle e sua mulher e filhos, e toda a mais gente houverão na Terra do Natal, onde se perderão a 24 de junho de 1552 ;
2- Relação summaria da viagem que fez Famão d’Alvares Cabrai, desde que partio deste Reyno por capitão-mór da Armada que foi no anno de 1553, às partes da India atè que se perdeo no cabo da Boa Esperança no ano de 1554. Escrita por Manuel de Mesquita Perestrello que se achou no ditto naufragio ;
3- Relação do naufràgio da nao Conceyção de que era capitão Francisco Nobre, a qual se perdeo nos baixos de Pero dos Banhos aos 22 dias do mez de Agosto de 1555. Escrita por Manoel Rangel, o qual se achou no dito naufrágio e foy despois ter a Cochim em Janeiro de 1557 ;
4- Relação da viagem e successo que tiverão as naos Aguia e Garça vindo da India pera este Reyno no Anno de 1559. Com huma descrição da Cidade de Columbo, pelo Padre Manoel Barradas da Companhia de Jesus, Nevada a outro Padre da mesma Companhia morador em Lisboa ;
5- Relação do naufragio da nao Santa Maria da Barca de que era capitão D. Luís Fernandes de Vasconcellos, a qual se perdeo vindo da India para Portugal no anno de 1559 ;
6- Relação da viagem e naufragio da nao S. Paulo que foy para a India no anno de 1560, de que era capitão Rui de Mello da Camera, Mestre João Luis e Piloto Ántónio Dias, Escrita por Henrique Dias, Criado do S. D. Ántónio, Prior do Crato ;

Tome 2
7- Naufragio que passou Jorge de Albuquerque Coelho vindo do Brazil para este Reyno no anno de 1565, escrito por Bento Teixeira Pinto, que se achou no dito naufragio ;
8- Relação do naufragio da nao Santiago no anno de 1585, e itinerario da gente que delle se salvou, escrita por Manoel Godinho Cardozo, e agora novamente acrescentada com mais algumas noticias ;
9- Relação do naufragio da nao S. Thomé da Terra dos Fumos no anno de 1589, e dos grandes trabalhos que passou D. Paulo de Lima nas terras da Cafraria atè sua morte. Escrita por Diogo do Couto, Guarda-mòr da Torre do Tombo. A rogo da senhora D. Anna de Lima, irmã do dito D. Paulo de Lima no Anno de 1611 ;
10- Relação do naufragio da nao S. Alberto no Penedo das Fontes no anno de 1593, e itinerario da gente que delle se salvou atè chegarem a Moçambique, escrita por João Baptista Lavanha, cosmografo-mòr de Sua Magestade, no anno de 1597 ;
11- Relação da viagem e successo que teve a nao S. Francisco em que hia por capitão Vasco da Fonseca, na Armada que foy para a India no anno de 1596, escrita pelo Padre Gaspar Afonso, hum dos oito da Companhia que nela hião ;
12- Tratado das batalhas e successos do galeão Santiago com os Olandeses na Ilha de Santa Elena, e da nao Chagas com os Inglezes entre as Ilhas dos Açores : ambas capitanias da Carreira da India ; e da causa e desastres por que em vinte annos se perderão trinta e oito naos della. Escripta por Melchior Estacio do Amarai.

  • 10 Inocêncio Francisco da Silva, op. cit., tome 2,1859, p. 91.
  • 11 José dos Santos, Catálogo da importante e preciosíssima livraria que pertenceu aos notáveis escrito (...)

4Il convient d’ajouter que les bibliographes signalent l’existence d’un troisième volume constitué par la réunion sous une même couverture d’un certain nombre de brochures in-4° relatant des récits de naufrages du XVIIe siècle et réimprimées au XVIIIe, voire au XIXe siècle. Leur nombre varie selon les exemplaires. Les plus complets en contiennent, selon Inocêncio10, onze. Celui qui figure dans le catalogue Azevedo-Samodães11 en inclut six dont voici les titres :

1- Memoravel Relaçam da perda da nao Conceicão que os Turcos queimarão à vista da barra de Lisboa : varios successos das pessoas que nella cativarao. E descripção noua da Cidade de Argel, deSEW governo. E cousas mui notaveis acontecidas nestes Ultimos annos de 1621 até 1626. Por João Carvalho Mascarenhas que foi cativo na mesma Nao. Dedicada a Dom Pedro de Meneses Prior da Igreja de Santa Maria de Obidos. Em Lisboa. Com todas as licenças necessarias. Na officina de Ántónio Alvarez. Anno de 1627.
2- Tratado do sucesso que teve a nao S. João Baptista, e jornada que fez a gente que della escapou, desde trinta & tres graos no Cabo da Boa Esperança, onde fez naufragio, até Zofala, vindo sempre marchando por terra. A Diogo Soares Secretano do conselho da fazenda de sua Magestade, & c. Auzente. Ao padre Manoel Gomez da Silveira. Com licença da S. Inquisição, Ordinario, & Paço, Em Lisboa.
Por Pedro Craesbeeck Impressor del Rei, anno 1625.
3- Relaçam da viagem e sucesso que teve a nao capitania Nossa Senhora do Bom Despacho, de que era capitão Francisco de Mello, vindo da India no anno de 1630. Escrita pelo Padre Fr. Nuno da Conceiçam, da Terceyra Ordem de São Francisco. Lisboa. Na Officina de Pedro Crasbeeck. Anno de 1631.
4- Naufragio da nao Nossa Senhora de Bethlem, feita na terra do Natal no Cabo de Boa Esperança. Sucessos que teve o capitão Joseph de Cabreira, que nella passou a India o anno de 1635 fazendo o officio de Almirante daquella frota até chegar a este Reyno. Escritos pelo mesmo Ioseph de Cabreyra ; offerecidos a Diogo Soares do Conselho de Sua Magestade, & seu Secretano do Estado em Madrid. Com todas as licenças necessarias. Em Lisboa, Por Lourenço Craesbeeck Impressor del Rey. Anno D.M.DC.XXXVI.
5- Relação do naufragio, que fizeram as naos Sacramento, & nossa Senhora da Atalaia, vindo da India para o Reyno, no Cabo de Boa Esperança ; de que era capitão mòr Luis de Miranda Henriques, no anno de 1647. Offerece-a à Magestade del Rey Dom Joâo o IV nosso Senhor Bento Teixeira Feio.
Em Lisboa. Com todas as licenças necessarias. Na Officina de Paulo Craesbeeck. No anno de 1650.
6- Relaçam da viagem do galeão São Lourenço, e sua perdição nos bayxos de Moxincale em 3 de Setembro de 1649. Escrita pelo P. Antonio Francisco Cardim da Companhia de JESVS Procurador geral da Provincia do Japão. A Manoel Severim de Faria. Em Lisboa, poa Domingos Lopes Roza. No anno de 1651.

  • 12 Carlos de Passos, « Navegação portuguesa dos séculos XVIe e XVIIe. Naufragios inéditos. Novos subsí (...)

5La liste ainsi établie est, bien entendu, loin d’être exhaustive comme en témoignent les éléments fournis en 1928 par la revue de l’Université de Coimbra12.

  • 13 Charles R. Boxer, The Tragic History of the Sea, 1589-1622. Narratives of the shipwrecks of the Por (...)
  • 14 Historia Trógico-Marìtima Selección, traductión y nota preliminar de P. Blasco Suárcz. Buenos Aires (...)
  • 15 Giulia Lanciani, Tempeste e naufragi sulla via delle Indie, Rome, Bulzoni, 1991. L’anthologie tradu (...)
  • 16 Tragiques Histoires de Mer au XVe siècle - Traduites par Georges Le Gentil. Préface de René Bouvier (...)

6Il serait fastidieux d’énumérer les innombrables éditions modernes de ces textes constamment republiés ou adaptés, intégralement ou séparément, à partir de la deuxième édition de l’História Trágico-Marítima (1904). Ils ont même acquis hors des frontières du Portugal une notoriété attestée par de nombreuses traductions en Angleterre13, en Espagne14, en Italie15 ainsi qu’en France16.

  • 17 Cf. Roberto Barchiesi, « Il naufragio di Manuel de Sepãlveda. Note su un tema letterario », Homenag (...)
  • 18 On trouvera le texte de Camöes dans notre article « De l’histoire d’un naufrage au naufrage de l’Hi (...)
  • 19 Giovanni Pietro Maffei, Historiarum lndicarum Libri XVI, selectarum item ex India epistolarum lib. (...)

7À vrai dire, l’un de ces récits n’a pas attendu ses traductions modernes pour rencontrer un succès fulgurant17. Une dizaine d’années après sa parution, Camões publiait, en effet, son poème épique Os Lusíadas (1572) consacré à la découverte du chemin maritime vers les Indes par Vasco de Gama. Il y évoquait en deux strophes au chant V (46-48) la fin tragique de Manuel de Sousa de Sepúlveda, de sa femme Leonor et de ses enfants tombés aux mains des Cafres sur la côte du Natal18. Dès 1588, le Jésuite italien Maffei incluait l’épisode dans son histoire des Indes19 où nombre d’historiens, poètes et dramaturges trouveront matière à élaboration. Ainsi, dès l’origine, le naufrage du São João, réduit à l’épisode de Sepúlveda, trouvait dans la poésie et dans l’histoire, bientôt dans le théâtre, une place qu’il ne devait plus abandonner.

  • 20 Naufragio e lastimoso sucesso da perdiçam de Manoel de Sousa de Sepulveda e Dona Lianor de Sá sua m (...)
  • 21 Francisco de Contreras, Nave trágica de la India de Portugal, Madrid, 1624.
  • 22 Naufrage de Manoel de Souza de Sepulveda et de Dona Lionor de Sá. Poème portugais de Hieronimo Cort (...)
  • 23 Lusiadis Leoninae libri duodecim carmen heroicum, Ms. 7.753, BN, Lisbonne. Sur Arcamone, voir Rober (...)

8Aux deux strophes de Camões succédaient dès 1594 les dix-sept chants du poème épique de Jerónimo Corte Real20 lui-même appelé à une belle postérité malgré ses modestes qualités littéraires, puisqu’il devait être traduit en espagnol en 162421, réédité en 1783 et 1840 et traduit en français dans ouvrage qui connut lui-même deux éditions22. Si Corte Real trouvait dans la relation anonyme portugaise la source de son inspiration, c’est, bien entendu, à Maffei que le Jésuite Ignazio Arcamone emprunte les informations qu’il met en vers dans son épopée latine resté inédite Lusia Leonina23.

  • 24 Frei João dos Santos, Ethiopia oriental e varia historia de cousas notaveis do Oriente, Évora, 1609
  • 25 Diogo do Couto, Década sexta da Ásia. Dos feitos que os Portugueses fizeram na conquista e discobri (...)
  • 26 Manuel de Faria e Sousa, Africa portuguesa, Lisboa, Ántónio Craesbeeck de Mello, 1681.
  • 27 Operœ horarum subcisivarum seu Meditationes historicaœ, Francofurti, 1602-1606.

9Dans le domaine historique, il convient, là aussi, de distinguer les auteurs portugais dont la relation constitue la source principale et ceux qui s’inspirent de l’œuvre de Maffei dont la diffusion fut considérable. On trouve, parmi les premiers, Frei João dos Santos24 et, surtout, Diogo do Couto25 et Manuel de Faria e Sousa26. Chez les seconds, un Filippo Camerarius de Nuremberg suit la tradition de Maffei dans ses Méditations historiques27.

  • 28 Comedia famosa de don Manuel de Sosa y naufragio prodigioso y del Píncipe trocado. Compuesta por Lo (...)
  • 29 Escarmiento para el cuerdo, Madrid, 1636. Cf. Raymond Cantel, « Le Portugal dans l’œuvre de Tirso d (...)
  • 30 Ambibio sive Sosa naufragus. Poesis dramatica Nicolai Avancini e Societate Jesu, pars I, Colonia, 1 (...)
  • 31 Volubilis Fortunœ cursus ab Emmanuele Sosa Dionis Prœside et Eleonora Ejus Consorte fixus, et consu (...)
  • 32 Nicolas-Chrétien Des Croix, Tragédies, Rouen, Théodore Reinsart, 1608. Édition moderne avec introdu (...)
  • 33 Ásia de Joam de Barros. Dos feitos que os Portugueses fizeram no descobrimento e conquista dos mare (...)
  • 34 Histoire de l’Éthiopie, décrite par Francisque Alvarez, in Léon l’Africain, Historiale description (...)
  • 35 Os sucessos de Sepúlveda, Ms. 7.075 n. 2, BN, Lisbonne. Sur cette pièce, étudiée sur le manuscrit, (...)

10Le théâtre, enfin, a fait une large place aux infortunés époux. En Espagne, nous trouvons deux comedias sur ce thème, l’une de Lope de Vega28, qui s’inspire des historiens portugais mais aussi de Corte Real, l’autre de Tirso de Molina29, qui puise ses sources chez Faria e Sousa. En Italie et en Allemagne, c’est le théâtre jésuite qui, toujours sur les traces de Maffei, a donné au thème une dimension pédagogique, soit, chez Nicolò Avancini, en mettant en garde contre les illusions que procurent honneurs et richesse30, soit, chez l’anonyme allemand, en invitant à se soumettre à la souffrance envoyée par Dieu31. C’est encore Maffei qui fournit à Nicolas-Chrétien Des Croix le sujet de sa tragédie Les Portugaiz infortunez32 en 1608, mais toute la description de l’Afrique et des mœurs de ses habitants doit essentiellement à João de Barros dont la première Décade de son Ásia est de 155233 et à Francisco Álvares, auteur d’une description de l’Ethiopie publiée en version française de 1556 dans une collection de voyages tirée et traduite de Ramusio34. Au Portugal, le thème est encore repris dans une tragédie anonyme probablement représentée en 1784 et imprimée en 1789 sous forme de brochure35.

  • 36 L’Oceano imboschito in cui patí funesto naufraggio Emanuel Sosa Cavalier Portoghese, Storia descrit (...)

11Signalons enfin, échappant à toute classification, un petit ouvrage paru en Italie en 1643 et où se mêlent les influences de Maffei et de Corte Real dans une série de considérations moralisatrices assez indigestes à en croire Roberto Barchiesi36.

  • 37 António Pinto, « Comentários e correções ao intitulamento da primeira Relação da História Trãgico-M (...)
  • 38 Voir, par exemple, António Sérgio, « Em torno da História Trágico-marítima - (Informe para leitores (...)
  • 39 A côté de l’ouvrage de Maria Alzira Seixo et Alberto Carvalho, A história trágico-marítima : anális (...)

12Un tel corpus soulève assurément bien des problèmes : problèmes de sources, d’influences, de réécriture, de réception pour tout ce qui touche à la diffusion du récit concernant Sepúlveda ; problèmes de critique textuelle concernant l’História proprement dite, avec les éditions successives, introuvables pour certaines, des différents naufrages, les éditions utilisées par Bernardo Gomes de Brito, les modifications qu’il y a introduites ; statuts de textes bien différents par la qualité de leurs auteurs (témoin oculaire, fonctionnaire royal chargé d’une enquête, cosmographe, historien professionnel, père jésuite écrivant à ses supérieurs) autant que par les publics auxquels ils se destinaient ; appréciation de la valeur historique (témoignages sur la vie à bord, dénonciation de la face cachée des Découvertes, informations sur les causes du déclin de l’Empire oriental), ethnographique (descriptions inédites des mœurs des Cafres, de la flore et de la faune de contrées inexplorées, où l’imaginaire médiéval sous-tend parfois l’observation directe), mais aussi valeur littéraire de récits reflétant des expériences vécues dont chacune est unique par ses circonstances et semblable aux autres par la trajectoire suivie, décrite selon des schémas éprouvés où l’on retrouve les même invariants. Or, on constate que la critique portugaise, sans doute sollicitée par des tâches plus urgentes, s’est, durant longtemps, assez peu intéressée à cet immense champ de recherches. Si l’on ajoute aux articles cités dans les notes 12 et 31 un article de 1938 consacré au texte du premier récit37, les quelques études que l’on peut repérer envisagent essentiellement l’História Trágico-Marítima du point de vue idéologique38. Ce n’est que récemment que le texte de Brito a fait l’objet d’études littéraires39.

13Sans doute Charles R. Boxer regrettait-il ce relatif désintérêt lorsqu’il écrivait :

  • 40 Charles R. Boxer, « An introduction to the História Trágico-Marítima », p. 48.

I have not the requisite qualifications to undertake this task [établir la bibliographie complète des récits contenus dans les volumes de Bernardo Gomes de Brito] myself, which can only be done satisfactorily by someone who is in a position to handle all the first editions he describes.40

  • 41 Outre l’article pionnier cité à la note 7, complété par « An introduction to the História Trágico-M (...)
  • 42 Shipwreck and Empire, Cambridge, Harvard University Press, 1955.

14À défaut de disposer de toutes les ressources offertes par les bibliothèques publiques et privées du Portugal, ce critique anglais n’en a pas moins été un pionnier dans l’étude de ces textes dont il a tout à la fois décrit les éditions connues, identifié bien des personnages cités et placé dans une nouvelle lumière l’intérêt historique, ethnologique et littéraire41. Dans le domaine anglo-saxon, citons encore les travaux de l’historien américain James Duffy42, avec lequel Charles Boxer est, au demeurant, souvent en désaccord.

  • 43 Cf. l’ouvrage cité à la note 5 dans lequel sont refondus ses travaux antérieurs, Os relatos de nauf (...)
  • 44 Quaderni Portoghesi, 4, Letteratura di viaggi e scoperte, Pisa, Giardini, 1978.
  • 45 Cf. note 41.
  • 46 « Interpretazioni della História Trágico-Marítima nelle licenze per i suoi “imprimatur” », pp. 19-4 (...)
  • 47 « I resti di un naufagio », pp. 45-67.
  • 48 « Le avventure tragico-marittime di un onesto negriero in giro per il mondo: i Portoghesi nei Ragio (...)
  • 49 « Il naufragio del Marialva (dal poema inedito di Tomás António Gonzaga À Conceição) », pp. 89-97.
  • 50 Cf. note 41.
  • 51 « Il naufragio delle nave S. Tomé : l’invenzione di un eroe », pp. 113-125.
  • 52 « Il Diário da navegação di Pero Lopes de Sousa : due fratelli e il naufragio », pp. 127-142.
  • 53 « Il naufragio di Francisco Manuel de Melo e l’“ipse vidi” dell’Epanáfora Trágica », pp. 143-163.
  • 54 « Il naufragio della Nau Conceição (1555). Relazioni e redazioni », pp. 165-182.
  • 55 « Alessandro Bassani risponde a tre domande sulla letteratura di naufragi », pp. 183-188.

15Les pistes ouvertes par Boxer ont été explorées avec fruit en Italie par Giulia Lanciani qui, s’étant attachée à retrouver et à décrire les exemplaires des brochures ayant servi de base au travail de Bernardo Gomes de Brito, a entrepris, la première, de mettre en évidence la structuration et les lois des récits qui finissent par constituer un genre littéraire en soi43. Roberto Barchiesi s’est intéressé, comme on l’a vu, à la postérité de l’aventure de Sepúlveda. De son côté, Luciana Stegagno Picchio, poursuivant ses recherches sur la littérature de voyages au Portugal dont les résultats avaient été publiés en 197844, a réuni dans le numéro 5 de la revue qu’elle dirigeait, Quaderni Portoghesi45, un ensemble tout à fait remarquable d’études dues à Ántonio Tabucchi46, José Ares Montes47, Silvano Peloso48, Eleonora S. Filippelli49, Charles Boxer50, Fernanda Toriello51, Nello Avella52, Renata Cusmai Belardinelli53, Maria Helena de Portugal Pereira Barchiesi54, auxquelles s’ajoute un entretien avec Alessandro Bassani sur la littérature de naufrages55.

16En définitive, littérature de voyages et littératures de naufrages constituent l’avers et le revers d’une même médaille. Que trois des pays les plus directement impliqués dans l’histoire des Découvertes et des Voyages se soient penchés avec plus d’attention sur son étude n’a rien de surprenant, tout comme il est assez naturel que les Portugais, qui nous ont laissé les textes témoignant de l’une et l’autre réalité, se soient surtout consacrés à l’aventure des Découvertes, laissant à d’autres, Anglais et Italiens, le soin de contempler la face noire de l’aventure comme l’avaient fait avant eux Gil Vicente et Camões.

17“E tudo, sem mentir, puras verdades”.

Haut de page

Notes

1 Historia da muy notavel perda do galeão grande sam João. Em q. se contam os innumeraveis trabalhos e grandes desaventuras q. aconteceram ao capitão Manuel de Sepulueda. E o lametavel fim q. elle e sua mother e filhos e toda a mais gente ouverão. O qual se perdeo no anno de M.D.LI1. a vinte e quatro de junho, na terra do Natal en xxxi graus. Cette première édition a été publiée à Lisbonne entre 1552, date du naufrage, et 1564, date de la deuxième édition. Tout aussi célèbres que celles-ci, les mésaventures, maintes fois rééditées, de Bontekoe (Journael ofte gedenckwaerdige beschrijvinghe van de Oost-Indische reyse van Willem Ysbrantszoon Bontekoe van Hoorn, 1618-1625, Hoorn, 1646), ou celles du navire anglais Grosvenor (A narrative of the loss of the Grosvenor East Indiaman: which was unfortunately wrecked upon the coast of Caffraria, somewhere between the 27th and 32d degrees of southern latitude, on the 4th of August, 1782. Compiled from the examination of John Hynes, one of the unfortunate survivors; By Mr. George Carter, historical portrait painter. Containing a variety of matter respecting the sufferers; with copper plates descriptive of the catastrophe, engraved from Mr. Carter’s designs. London, Printed at the Minerva Press, for J. Murray, Fleet-Street, and William Lane, Leadenhall-Street, 1791) sont beaucoup plus tardives. Sur Bontekoe, voir G. J. Hoogenwerff, Journalen van de gedenckwaerdige reijsen van Willem Ijsbrantsz Bontekoe, 1618-1625 (La Haye, 1952). Sur le naufrage du second, voir Percival Robson Kirby, The true story of the Grosvenor, East Indiaman wrecked on the coast of Pondoland, South Africa, on 4 August 1782, Cape Town-New York, Oxford University Press, 1960.

2 Jean Louis Hubert Simon Deperthes, Histoire des naufrages ou Recueil des relations les plus intéressantes des naufrages, hivernemens, délaissemens, incendies, famines, & autres événements funestes sur mer qui ont été publiées depuis le quinzième siècle jusqu’à présent, Par M. D., avocat, Paris, Cuchet, 1789, 3 vols. Le frontispice précise : “Supplément aux Voyages imaginaires, contenant un recueil de naufrages véritables, pour faire suite aux naufrages apocryphes qui sont dans la première division, & qui forment les tomes X, XI, & XII de la collection”. Il s’agit de la collection publiée par Charles Garnier sous le titre Voyages imaginaires, songes, visions, et romans cabalistiques. La première édition de l’ouvrage de Deperthes a paru à Reims en 1781, sous le titre : Relations et infortunes sur mer. La bibliothèque municipale de Marseille possède une édition en 3 volumes publiée à Paris chez Née de la Rochelle, en 1788-1789.

3 Sir John Graham Dallyell, Shipwrecks and disasters at Sea: or Historical Narratives of the most noted calamities and providential deliveries, which have resulted from maritime Enterprise: vith a sketch of various expedients for preserving the lives of mariners, Edinburgh, 1812, 3 vols.

4 Charles Ellms, Shipwrecks and disasters at sea: or Historical narratives of the most noted calamities, and providential deliverances from fire and famine on the ocean, Boston, Dickinson, 1836.

5 Cf. Giulia Lanciani, Sucessos e naufrágios das naus portuguesas, Lisboa, Caminho, 1997, p. 178.

6 Inocêncio Francisco da Silva, Dicionário bibliográfico português, tome X, Lisboa, Imprensa Nacional, 1883, pp. 26-27.

7 Charles R. Boxer, « An introduction to the História Trágico-Marítima », Miscelânea de estudos em honra do Prof. Hernâni Cidade, Lisboa, Publicações da Faculdade de Letras da Universidade de Lisboa, 1957, pp. 48-99.0n trouvera dans cette publication la reproduction du frontispice de la 2e édition (1564), extrêmement rare, ainsi que de nombreuses reproductions de frontispices et gravures relatives à d’autres naufrages.

8 Giulia Lanciani, op. cit., p. 161.

9 Historia Tragico-Maritima, em que se escrevem chronologicamente os naufragios que tiverão aos naos de Portugal, despois que se poz em exercicio a navegação da India, por Bernardo Gomes de Brito, Lisboa occidental, na Officina da Congregação do Oratorio, MDCCXXXV-MDCCXXXVI, 2 vol. , 479 et 538 p.

10 Inocêncio Francisco da Silva, op. cit., tome 2,1859, p. 91.

11 José dos Santos, Catálogo da importante e preciosíssima livraria que pertenceu aos notáveis escritores e bibliófilos Condes de Azevedo e de Samodães, Porto, Tipografia da Empresa Literária e Tipográfica, 1921, tome 1, p. 398-400.

12 Carlos de Passos, « Navegação portuguesa dos séculos XVIe e XVIIe. Naufragios inéditos. Novos subsídios para a História trágico-marítima de Portugal », Biblos, Coimbra, 1928, pp. 224-250. Giulia Lanciani a publié dans l’ouvrage cité à la note 5 le texte relatant le naufrage du Nossa Senhora da Candelária (Relato do sucesso que teve o patacho chamado N. S° da Candelária da ilha da Madeira, pp. 555-562).

13 Charles R. Boxer, The Tragic History of the Sea, 1589-1622. Narratives of the shipwrecks of the Portuguese Eas-Indiamen, Cambridge, 1959. Contient les naufrages du São tomé, du Santo Alberto et du São Joâo Baptista. Id., Further selections front the Tragic History of the Sea, 1559-1565. Narratives of the shipwrecks of the Portuguese East-lndiamen Aguia and Garça (1559), São Paulo (1561), and the misadventures of the Brazil-Ship Santo António (1565), Cambridge, 1968.

14 Historia Trógico-Marìtima Selección, traductión y nota preliminar de P. Blasco Suárcz. Buenos Aires, Espasa-Calpe, Col. “Austral”, 1948. Contient les naufrages du São Joâo, du São Bento, du Conceição et du Santa Maria da Barca.

15 Giulia Lanciani, Tempeste e naufragi sulla via delle Indie, Rome, Bulzoni, 1991. L’anthologie traduite (pp. 145-291) contient les naufrage du São João, du São Bento, du Santiago et du Chagas ainsi que du Nossa Senhora da Candelária.

16 Tragiques Histoires de Mer au XVe siècle - Traduites par Georges Le Gentil. Préface de René Bouvier. Paris, Fernand Sorlot, 1939. Contient les naufrages de la nef Conceição, du grand galion São João et de la nef São Paulo. Michel Chandeigne a récemment réédité cet ouvrage dans sa belle collection “Magellane” : Histoires tragico-maritimes. Trois récits portugais du XVIe siècle. Traduction de Pierre Le Gentil. Préface de José Saramago, Paris, Michel Chandeigne, 1992. Cette édition contient un glossaire nautique. Signalons également : Manuel de Mesquita Perestrelo, Le naufrage de la nef São Bento, traduit du portugais et présenté par Philippe Billé, Nantes, Le Passeur, 1995, et Bento Teixeira Pinto, Naufrage que fit Jorge de Albuquerque Coelho en revenant du Brésil en l’an 1565, traduit du portugais et présenté par Philippe Billé, Paris, Zulma, 1992.

17 Cf. Roberto Barchiesi, « Il naufragio di Manuel de Sepãlveda. Note su un tema letterario », Homenagem. Estudos de filologia e história literária, La Haye, Publicaçôes do Instituto de estudos hispânicos, Portugueses e ibero-americanos da Universidade National de Utrecht, 1966, pp. 61-70 et, surtout, « Un tema portoghese : il naufragio di Sepûlveda e la sua diffusione », Annali - Sezione Romanza, Naples, Istituto Universitario Orientale, XVIII, 2,1976, pp. 193-231. Ce dernier article, à qui nous devons de précieuses informations, fait le point sur le fortune du thème jusqu’à nos jours.

18 On trouvera le texte de Camöes dans notre article « De l’histoire d’un naufrage au naufrage de l’Histoire : Almeida Faria et Lobo Antunes », infra, p. 80.

19 Giovanni Pietro Maffei, Historiarum lndicarum Libri XVI, selectarum item ex India epistolarum lib. IV, eodem interprete, Florentiae, Ph. Juncta, 1588.

20 Naufragio e lastimoso sucesso da perdiçam de Manoel de Sousa de Sepulveda e Dona Lianor de Sá sua molher e filhos, vindo da India para este Reyno na nao chamada o galião grande S. Joâo que se perdeo no cabo de boa Esperança, na terra do Natal. E a perigrinaçâo que tiverão rodeando terras de Cafres mais de 300 legoas té sua morte. Composto em verso heroico e octava rima por Jeronimo Corte Real. Na oficina de Simão Lopez, 1594. Signalons que, sans faire l’objet d’un poème entier, l’épisode avait déjà fourni le sujet du chant VI de l’Elegiada de Luìs Pereira Brandáo dès 1588 (Lisboa, Manuel de Lyra).

21 Francisco de Contreras, Nave trágica de la India de Portugal, Madrid, 1624.

22 Naufrage de Manoel de Souza de Sepulveda et de Dona Lionor de Sá. Poème portugais de Hieronimo Corte-Real, traduit pour la première fois par Ortaire FOURNIER, auteur d’une traduction des Lusiades. Paris, Carrier, Leriche, Bistor, 1844. Repris en 1852 dans la Revue Lusitanienne, dont Ortaire Fournier, exilé à Lisbonne par Napoléon III, était le directeur et unique rédacteur.

23 Lusiadis Leoninae libri duodecim carmen heroicum, Ms. 7.753, BN, Lisbonne. Sur Arcamone, voir Roberto Barchiesi, « Dois inéditos do missionàrio Ignazio Arcamone », Boletim internacional de estudos luso-brasileiros, Lisboa, I, 2, 1960, pp. 233-239.

24 Frei João dos Santos, Ethiopia oriental e varia historia de cousas notaveis do Oriente, Évora, 1609.

25 Diogo do Couto, Década sexta da Ásia. Dos feitos que os Portugueses fizeram na conquista e discobrimento das terras e mares do Oriente, em quanto govemaram a India D. João de Castro, Garcia de Sá, Jorge Cabrai e D. Affonso de Noronha, Lisboa, Pedro Craesbeeck, 1614.

26 Manuel de Faria e Sousa, Africa portuguesa, Lisboa, Ántónio Craesbeeck de Mello, 1681.

27 Operœ horarum subcisivarum seu Meditationes historicaœ, Francofurti, 1602-1606.

28 Comedia famosa de don Manuel de Sosa y naufragio prodigioso y del Píncipe trocado. Compuesta por Lope de Vega Carpio. Cf. A. Bonilla y San Martín, « Sobre um tomo perdido de Lope de Vega », Miscelânea de estudos em honra de Carolina Michaëlis de Vasconcelos, Coimbra, 1930.

29 Escarmiento para el cuerdo, Madrid, 1636. Cf. Raymond Cantel, « Le Portugal dans l’œuvre de Tirso de Molina », Mélanges d’Etudes Portugaises offertes à M. Georges Le Gentil, Lisboa, Instituto de Alta Cultura, 1949, pp. 131-153.

30 Ambibio sive Sosa naufragus. Poesis dramatica Nicolai Avancini e Societate Jesu, pars I, Colonia, 1675.

31 Volubilis Fortunœ cursus ab Emmanuele Sosa Dionis Prœside et Eleonora Ejus Consorte fixus, et consummatus in cruce, Olomucii, 1728. Sur ces deux pièces, cf. Fernando de Mello MOSER, « Dois dramas novilatinos sobre o “naufrágio de Sepúlveda” », Brotéria, Lisboa, LXXXXIV, 1967, pp. 665-677.

32 Nicolas-Chrétien Des Croix, Tragédies, Rouen, Théodore Reinsart, 1608. Édition moderne avec introduction par A. Maynor Hardee, Genève, Droz, 1991. Cette pièce a échappé à l’attention de R. Barchiesi.

33 Ásia de Joam de Barros. Dos feitos que os Portugueses fizeram no descobrimento e conquista dos mares e terras do Oriente, Lisboa, Impressa per Germão Galharde, 1552. A défaut de lire le portugais, l’auteur a pu prendre connaissance de ce texte dans la traduction italienne incluse dans la collection de voyages de Ramusio.

34 Histoire de l’Éthiopie, décrite par Francisque Alvarez, in Léon l’Africain, Historiale description de l’Afrique, tierce partie du monde (...) Escrite de nôtre temps par Jean Léon, african, premièrement en langue Arabesque, puis en Toscane et à présent mise en François. Plus Cinq navigations au païs des Noirs, avec les discours sur icelles comme verrés en la page suivante, Lyon, Jean Temporal, 1556, 2 tomes en 1 vol. Le récit de Francisco Álvares a été réédité sous le titre Historiale description de l’Ethiopie, Anvers, Jean Bellere, 1558. Cet ouvrage est une traduction de la célèbre Verdadeira informação das terras do Preste João publiée en 1540 à l’issue d’un long séjour de 7 années en Abyssinie.

35 Os sucessos de Sepúlveda, Ms. 7.075 n. 2, BN, Lisbonne. Sur cette pièce, étudiée sur le manuscrit, cf. Roberto Barchiesi, « OS sucessos de Sepúlveda. Tragedia portoghese del XVIII secolo », Annali - Sezione Romanza, Naples, Istituto Universitario Orientale, XVII, 2, 1976, pp. 229-239.

36 L’Oceano imboschito in cui patí funesto naufraggio Emanuel Sosa Cavalier Portoghese, Storia descritta dal Dottore Giacinto Marmosa da Somera, Accademico Eruditissimo, Scientifico e Universale, Pavia, 1643. Le nom de l’auteur est l’anagramme de Fra Giaomo Maria de San Remo, nom sous lequel est publiée la 2e édition en 1692.

37 António Pinto, « Comentários e correções ao intitulamento da primeira Relação da História Trãgico-Marítima », Biblos, Coimbra, 1938, pp. 356-373.

38 Voir, par exemple, António Sérgio, « Em torno da História Trágico-marítima - (Informe para leitores nada eruditos, mas amadores das relações e visões globais dos acontecimentos) », Ensaios - VIII, Lisboa, Guimarães, 1958, pp. 85-188 ou Alfredo Margarido, « Une incursion sociologique dans le domaine de la critique textuelle à propos de l’ História trágico-marítima ». Critique textuelle portugaise, Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, 1986, pp. 243-258.

39 A côté de l’ouvrage de Maria Alzira Seixo et Alberto Carvalho, A história trágico-marítima : análises e perspectivas, 1ere Lisboa, Cosmos, 1996, on citera quelques thèses de “mestrado” récemment soutenues mais non publiées : Maria Luisa Machado da Graca Malaquias Dias Urbano, História trágico-marítima : uma visão maneirista do homem, Coimbra, Faculdade de Letras, 1992 ; Pedro Balau Custódio, História trágico-marítima : do herói ao anti-herói, Coimbra, Faculdade de Letras, 1992 ; António Manuel de Andrade Moniz, A história trágico-marítima : rosto de uma identidade numa poética da condição humana, Lisboa, Universidade Nova de Lisboa, 1995.

40 Charles R. Boxer, « An introduction to the História Trágico-Marítima », p. 48.

41 Outre l’article pionnier cité à la note 7, complété par « An introduction to the História Trágico-Marítima (1957) : some corrections and clarifications », Quaderni Portoghesi, 5, Pisa, Giardini, 1979, pp. 99-112, on indiquera, d’un point de vue plus général, son étude fondamentale The Portuguese Seaborne Empire (1415-1825), London, 1969 (traduction portugaise : O Império Colonial Português (1415-1825), Lisboa, 1981).

42 Shipwreck and Empire, Cambridge, Harvard University Press, 1955.

43 Cf. l’ouvrage cité à la note 5 dans lequel sont refondus ses travaux antérieurs, Os relatos de naufrágios na literatura portuguesa dos séculos XVI e XVII, Lisboa, I.C.A.L.P. - Biblioteca Breve, 1979 et Tempeste e naufragi sulla via delle Indie, Roma, Bulzoni, Biblioteca di cultura, 1992. Voir également Santa Maria da Barca : três testemunhos para um naufrágio, Lisboa, 1983 et Naufragi e peregrinazioni americane di Gaspar Afonso, Milano, 1984.

44 Quaderni Portoghesi, 4, Letteratura di viaggi e scoperte, Pisa, Giardini, 1978.

45 Cf. note 41.

46 « Interpretazioni della História Trágico-Marítima nelle licenze per i suoi “imprimatur” », pp. 19-43.

47 « I resti di un naufagio », pp. 45-67.

48 « Le avventure tragico-marittime di un onesto negriero in giro per il mondo: i Portoghesi nei Ragionamento di Francesco Carletti », pp. 69-87.

49 « Il naufragio del Marialva (dal poema inedito di Tomás António Gonzaga À Conceição) », pp. 89-97.

50 Cf. note 41.

51 « Il naufragio delle nave S. Tomé : l’invenzione di un eroe », pp. 113-125.

52 « Il Diário da navegação di Pero Lopes de Sousa : due fratelli e il naufragio », pp. 127-142.

53 « Il naufragio di Francisco Manuel de Melo e l’“ipse vidi” dell’Epanáfora Trágica », pp. 143-163.

54 « Il naufragio della Nau Conceição (1555). Relazioni e redazioni », pp. 165-182.

55 « Alessandro Bassani risponde a tre domande sulla letteratura di naufragi », pp. 183-188.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Martocq, « Note bibliographique sur l’História Trágico-Marítima », Cahiers d’études romanes, 1 | 1998, 19-29.

Référence électronique

Bernard Martocq, « Note bibliographique sur l’História Trágico-Marítima », Cahiers d’études romanes [En ligne], 1 | 1998, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3428 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3428

Haut de page

Auteur

Bernard Martocq

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org