Navigation – Plan du site

Dans le sillage de Dante : le naufrage comme châtiment

Naufrages homérico-dantesques dans la littérature italienne
Brigitte Urbani
p. 31-47

Résumés

Si dans l’Odyssée d’Homère les embûches – et donc les naufrages - qui parsèment le retour d’Ulysse à Ithaque sont dues à la colère des dieux offensés (Athéna, Poséidon), dans la Divine Comédie, où Dante invente un dernier voyage d’Ulysse, le naufrage final apparaît comme le châtiment de celui qui s’est rendu coupable de vouloir trop savoir en franchissant les Colonnes d’Hercule et en naviguant jusqu’au monde interdit aux humains. L’interprétation allégorique des textes anciens, très vivante à la Renaissance, ne fit que renforcer la moralisation et la christianisation des étapes de l’Odyssée, à tel point que tradition homérique et tradition dantesque finirent par se superposer voire se mêler. À la fin du XIXe siècle, les manifestations en l’honneur du quatrième centenaire de la découverte de l’Amérique eurent pour effet la relance du thème homérico-dantesque et une série de nouveaux derniers voyages d’un Ulysse pétri de son homologue médiéval : mais l’idée de châtiment divin, essentielle à l’origine, disparaît peu à peu au profit d’autres thématiques, liées aux divers courant de pensée du XXe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Deux “écoles” se sont très tôt dessinées : l’école sicilienne et l’école méditerranéenne. Pour la p (...)

1L’axe autour duquel s’ordonnera cette étude sera un personnage archétypique venu des origines de la littérature occidentale, Ulysse. Un personnage dont les aventures ne sont pas moins liées à l’Italie qu’à la Grèce, en raison de la localisation des péripéties de son voyage de retour à Ithaque (les étapes de l’Odyssée sont communément situées en Italie, principalement en Campanie et en Sicile1) et de la fortune de sa légende, qui s’est enrichie, au Moyen Âge, de l’illustre et magistral apport de Dante.

2Le but de cet exposé n’est nullement de proposer un commentaire de plus au célèbre chant XXVI de l’Enfer mais, partant des présupposés que sont les créatures d’Homère et de Dante, de montrer comment, à la faveur de l’interprétation allégorique qui dès l’Antiquité a relié le naufrage à l’idée de péché, les deux figures se sont amalgamées ; de telle sorte que le naufrage, qui selon la tradition italienne dérivée de Dante a mis fin aux aventures du héros grec, est devenu en littérature l’archétype même du châtiment destiné aux humains qui osent braver les dangers par pur désir de savoir davantage.

3Sans doute un bref rappel préalable des éléments qui seront le point de départ de ce travail n’est-il pas tout à fait inutile.

  • 2 On se rappelle que la structure narrative de l’Odyssée est bien plus complexe que celle de l’Iliade(...)

4Homère raconte que le héros, victime de l’hostilité des dieux, mit dix ans à retrouver Ithaque ; trois années de voyages en mer semés de péripéties, et deux séjours prolongés dans des îles : une année entière chez la magicienne Circé, sept ans chez la divine Calypso. En dix ans, il ne fait naufrage que deux fois, la troisième année et la dixième. Parti de Troie avec une flotte entière, il se retrouve bientôt avec un seul bateau (les autres sont détruits par les Lestrygons anthropophages) et perd progressivement tous ses compagnons. Lors du premier naufrage, dont il est le seul rescapé, il est ballotté dix jours, accroché à la quille de son navire, avant d’échouer sur l’île de Calypso (chant XII). La deuxième fois, le radeau sur lequel il a quitté l’île est disloqué par la tempête, et le naufragé est jeté nu sur l’île des Phéaciens (chant V)2. Homère ne s’étend pas sur ces deux épisodes ; ce ne sont pas les naufrages qui l’intéressent, mais les ruses du héros (chants IX-XII) et les péripéties qui se déroulent à Ithaque même, une fois qu’Ulysse y a enfin abordé (chants XIII-XXIV).

5Chez Homère, les deux naufrages sont des aventures parmi tant d’autres, placées sur le même plan que les autres. Or il faut rappeler qu’Ulysse n’est pas le seul des chefs grecs de la guerre de Troie à connaître un retour mouvementé, que bien des péripéties ne sont pas gratuites, et qu’il s’agit de châtiments. Châtiments infligés à l’ensemble des Grecs qui, après avoir bénéficié de l’aide précieuse d’Athéna durant les dix années du siège de Troie, ont commis lors du sac de la ville un sacrilège dans le temple même de la déesse (Ajax fils d’Oilée a osé porter la main sur la jeune prêtresse Cassandre, qui pour se protéger embrassait la statue de la déesse ; et aucun Grec ne s’est offusqué de cet acte) : pour expier cette ingratitude impie, tous les chefs d’armée ont été condamnés à connaître un retour long et semé d’embûches.

  • 3 C’est la curiosité qui a poussé Ulysse dans ce guêpier : il voulait savoir qui habitait ces lieux e (...)

6Le voyage d’Ulysse a été bien plus long que les autres et a coûté la vie à tout l’équipage. Car le capitaine a dès le début du périple (dès la troisième étape) outragé Poséidon en aveuglant son fils, le cyclope Polyphème3 ; plus tard les compagnons, poussés par la faim, ont, malgré la défense, tué et mangé les bœufs du Soleil. Et donc, le premier naufrage d’Ulysse a châtié définitivement les marins : tous sont morts sauf leur chef ; le second – la tempête disloquant le radeau – a été la dernière vengeance de Poséidon.

  • 4 Il s’agit de la montagne du Purgatoire qui, selon le schéma de l’outre-tombe dantesque, s’élève au (...)

7Au début du XIVe siècle, Dante, dans le célèbre récit d’Ulysse du chant XXVI de l’Enfer, reprend à sa façon la légende, et lui donne une tournure toute personnelle. À l’attention des lecteurs non italianistes, rappelons que, dans cet épisode, l’un des plus connus de la Divine Comédie, Dante imagine que son personnage renonce d’abord à rentrer à Ithaque, préférant explorer à son aise le Bassin Méditerranéen ; puis arrivé âgé au détroit de Gibraltar, aux fameuses Colonnes d’Hercule, où le poète florentin situe symboliquement la fin du monde habité par les humains, Ulysse, par un discours bref et enflammé à ses marins, les incite à franchir avec lui cette frontière pour tenter la grande aventure et satisfaire, quitte à y trouver la mort, le désir de curiosité intellectuelle qui est le propre de tout homme. Le navire vogue cinq lunes durant dans le grand Océan ; soudain apparaît une gigantesque montagne4 ; au même moment un tourbillon vient frapper le navire, qui est englouti par les flots.

[...] n’apparve una montagna, bruna
per la distanza, e parvenu alta tanto
quanto veduta non avea alcuna.
Noi ci allegrammo, e tosto tornò in pianto,
ché de la nuova terra un turbo nacque
e percosse del legno il primo canto.
Tre volte il fé girar con tutte l’acque ;
a la quarta levar la poppa in suso
e la prora ire in giù, com’altrui piacque,
infin che ’1 mar fu sopra noi richiuso (vv. 133-142).

  • 5 Traduction de J. Risset (La Divine comédie, L’Enfer, Paris, Flammarion, 1985, p. 245).

[...] nous apparut une montagne brune,
dans la distance, et qui semblait si haute
que je n’en avais jamais vue de pareille.
Nous nous réjouîmes, et la joie se changea vite en pleurs,
car de la nouvelle terre un tourbillon naquit,
qui vint frapper le navire à l’avant.
Il le fit tournoyer trois fois avec les eaux,
à la quatrième il lui dressa la poupe en l’air,
et enfonça la proue, comme il plut à un Autre.
jusqu’à ce que la mer fût refermée sur nous.
5

  • 6 Pour un parcours rapide de quelques-uns de ces commentaires, voir B. Urbani, « Le chant XXVI de l’E (...)
  • 7 Il est évident que cette leçon est à replacer dans le contexte culturel du temps : les premières ex (...)

8Ce récit a été l’objet d’une quantité impressionnante de commentaires où se sont affrontées les interprétations les plus divergentes6. Mais pour la grande majorité des exégètes, l’idée de châtiment est claire, même si elle n’est pas explicitement déclarée dans le texte. Ulysse ne fait pas allusion aux épreuves qu’il a dû subir lors de son voyage de retour de la guerre : son périple dans le Bassin Méditerranéen semble avoir été celui d’un explorateur curieux avide de découvrir le monde. De même, pendant cinq mois il semble voguer sans embûches sur le grand Océan de l’hémisphère Sud, bien qu’il ait franchi les Colonnes d’Hercule. Ce n’est qu’au moment où il aperçoit la montagne du Purgatoire, monde des morts, que s’abat sur le navire le châtiment divin. Un châtiment qui à la fois punit celui qui, par de belles paroles, a entraîné les marins dans une aventure fatale, et la curiosité qui les a tous poussés à franchir ce pas. Et par là Dante (selon un courant d’interprétation largement suivi) se donne à lui-même, ainsi qu’aux hommes de son époque, une leçon d’humilité : contentons-nous des connaissances autorisées ici-bas, ne cherchons pas à percer les mystères divins, ne cherchons pas à savoir ce qui ne nous sera dévoilé que dans l’au-delà7.

9Cette nouvelle fin de l’Odyssée, une odyssée qui se termine – étrangement avec un Ulysse qui ne rentre pas à Ithaque, Dante l’a inventée de toute pièce, il s’est approprié la légende, dont il n’avait connaissance que par voie indirecte (l’Italie d’alors, depuis bien longtemps, ne lit plus le grec ancien ; l’œuvre d’Homère ne sera traduite en latin qu’à la fin du XIVe siècle), mais dont il connaissait la teneur (Virgile fait refaire à Énée le périple d’Ulysse ; et Ovide raconte plusieurs épisodes odysséens dans les Métamorphoses). Bien des textes latins l’ayant informé sur la sagesse, la ruse et l’envie de connaître du héros grec, Dante isole deux traits de caractère précis, qu’il condamne en plaçant le personnage en Enfer : la perfidie (dérivée de la ruse) pour laquelle Ulysse est damné, et le désir de savoir pour lequel il fait naufrage. Un naufrage qui l’emmène tout droit à la mort et à l’Enfer ; alors que dans la tradition le héros arrive toujours à s’en sortir.

10La nouveauté du récit, sa place dans un chef-d’œuvre tel que la Divine Comédie, la qualité littéraire de l’épisode et son exceptionnelle richesse ont donné naissance, en Italie d’abord mais aussi, à partir du XIXe, dans d’autres pays d’Europe (le Romantisme redécouvre Dante), à une tradition parallèle. Aujourd’hui encore, en Italie, le récit qu’Ulysse fait en Enfer à Dante et Virgile est tout aussi populaire que ceux que l’Ulysse d’Homère fait à la cour d’Alcinoos.

  • 8 On croyait l’hémisphère Sud entièrement recouvert par les eaux, et donc on ne pouvait prétendre all (...)
  • 9 Pétrarque, dans le Trionfo della fama, l’évoque par ce seul vers : “Ulisse / che desiò del mondo ve (...)

11Dans les deux cas, Ulysse a éveillé la colère divine, d’où le châtiment. Chez Homère (ou, plus largement, dans la tradition grecque antique) il s’est agi d’ingratitude et de sacrilège (à Troie), puis d’agression violente (au Cyclope) et de désobéissance des marins (épisode des bœufs du Soleil). Chez Dante, pour une grande majorité de commentateurs, il y a eu volonté délibérée de savoir ce qui était interdit : péché de titanisme (en langage païen), péché comparable (en langage chrétien) à celui d’Adam et Ève qui ont, malgré l’interdiction divine, cueilli le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Selon un autre courant interprétatif, il n’y a pas eu d’infraction à une loi divine, car les Colonnes d’Hercule ne constituent pas un interdit, mais vaine curiosité, le détroit de Gibraltar étant considéré à l’époque comme la fin du monde connu8. Mais que l’on penche pour une interprétation ou pour une autre, le résultat est le même : Dieu arrête le navire qui s’est aventuré trop loin et s’approche du Royaume des morts, interdit aux vivants. C’est le premier courant mentionné qui eut le plus de succès auprès des lecteurs. De ce fait l’idée d’une curiosité à la fois louable et condamnable a très tôt, surtout en Italie, collé au personnage d’Ulysse, si bien que l’on a abouti à une créature hybride, fruit des deux origines, homérique et dantesque9.

12L’élément de poids commun à la tradition grecque et à Dante est l’idée de faute. Le naufrage apparaît comme châtiment divin d’une faute grave. Par là il est relié à l’idée de péché. Le concept de naufrage comme représentation de l’erreur remonte à l’Antiquité, et a été illustré par l’interprétation allégorique des légendes mythologiques, parmi lesquelles celle d’Ulysse.

  • 10 Voir à ce sujet Félix Buffiere, Les mythes d’Homère et la pensée grecque, Paris, Les belles Lettres (...)

13Si exégèse physique, exégèse morale et exégèse mystique10 ont intéressé tour à tour penseurs et sages de l’Antiquité païenne, les premiers Pères de l’Eglise ont essentiellement voulu moraliser les aventures d’Ulysse, y voir des exempla de vices et de vertus. La tradition allégorique considère le voyage en mer comme une allégorie de la vie et une représentation de la dialectique vie/mort, la mer et les différentes étapes du voyage étant sources de dangers, l’homme juste devant être assez sage et vertueux pour les éviter. Par conséquent, faire naufrage, c’est tomber au plus profond du péché, n’en point réchapper, c’est être damné. Au contraire, l’arrivée au port est synonyme de salut.

  • 11 L’Ulisse di Messer Lodovico Dolce, da lui tratto dall’Odissea d’Homero e ridotto in ottava rima, ne (...)
  • 12 “a uno che vuol far bene, gli sono sempre apparecchiate le disgratie, e gl’impedimenti [car] il Dia (...)
  • 13 “Dio non abbandona mai chi vuol far bene [...] non gli (au naufragé) mancano de’ mezzi da potere us (...)
  • 14 Pour Bernardino Bugliazzoni, qui traduit librement l’Odyssée et tire de chaque épisode une allégori (...)
  • 15 Jacopo Ugone, Vera historia romana, Roma, Francesco Moneta, 1665, 284 pages.

14Ce type d’interprétation a connu un très long succès puisqu’au XVIe siècle on continue à la cultiver. Ludovico Dolce par exemple, commentant lui-même le poème épique dont il est l’auteur, un poème intitulé Ulisse11qui n’est en fait qu’une réécriture italienne en vers de l’Odyssée – superpose allégorie morale et allégorie mystique, et à son tour voit en Ulysse l’image du voyageur en route vers la patrie céleste. Arrivé au chant où le héros, quittant Calypso sur son radeau, est pris par la tempête et fait naufrage pour la deuxième fois, Dolce écrit : “si quelqu’un veut bien faire, des malheurs et des obstacles lui sont toujours apprêtés” car “le Diable essaie toujours de faire succomber celui qui essaie de retourner à sa patrie du Ciel, dans la mer des tourments et des tempêtes, pour l’induire à désespérer et à pécher”12 Heureusement, la nymphe Leucothée aide Ulysse, car “Dieu n’abandonne jamais celui qui veut bien faire”. Malgré les difficultés, le naufragé pourra “gagner le rivage à la nage” et donc trouver le salut au prix d’efforts et d’actes vertueux13. Le commentaire de Dolce n’est qu’un exemple parmi d’autres14. Un siècle plus tard, les navigations d’Ulysse iront jusqu’à anticiper le cheminement de la nef de Pierre, et donc de l’Église Romaine, cheminement qui n’est pas sans embûches, notamment quand se fait sentir l’hérésie luthérienne15.

  • 16 Ulysse qui navigue représente “l’animo umano che si mette a investigare il sommo bene [...] Dante f (...)

15L’interprétation allégorique a de même été très tôt appliquée à Dante. Sous chaque vers de la Divine Comédie on essaie de trouver une signification de deuxième, de troisième et même de quatrième niveau. Pour le célèbre humaniste Cristoforo Landino (XVe siècle) par exemple, Ulysse qui navigue représente “l’âme humaine à la recherche du souverain bien”. Dante le fait périr dans un naufrage car “on ne trouve pas de port, c’est-à-dire de souverain bien, dans les choses mortelles et dans la doctrine des Gentils”16. En somme, le paganisme ne peut conduire qu’au naufrage.

  • 17 Porter un naufrage au théâtre n’est pas chose facile. Cela n’a pu se faire que dans le cadre de fêt (...)

16Cette idée de naufrage comme châtiment de graves fautes se manifeste de manière insistante au théâtre. En effet les aventures d’Ulysse, de son départ d’Ithaque à son retour vingt ans après, ont été une mine abondamment exploitée par le théâtre et l’opéra, du XVIe siècle à nos jours. Bien sûr, pour des raisons matérielles, Ulysse ne fait pas naufrage sur scène17. De ce fait, ou bien la pièce commence juste après le naufrage, quand il atteint le rivage, ou bien il y a dans le texte une allusion plus ou moins clairement exprimée à un naufrage passé ou futur.

  • 18 L’une des raisons peut être la légende des origines troyennes de Rome (fondée par un descendant d’É (...)

17Mais il est important de préciser d’abord qu’il existe, selon une tradition remontant à l’Antiquité, deux visages d’Ulysse : le chef d’armée de la guerre de Troie, qui est un être mauvais, porteur de multiples vices, et le navigateur de l’Odyssée qui est un héros sage et intelligent, parangon de toutes les vertus. Or ce double visage a été en Italie caricaturé à l’extrême18.

18Et donc, la prédiction de futures tribulations – entre autres, de naufrages – est particulièrement fréquente dans les tragédies qui mettent en scène un ou plusieurs épisodes de l’épopée d’Ilion. Le personnage d’Ulysse est si accablé par la tradition italienne, qui en fait le plus coupable de tous les Grecs, que les errances de l’Odyssée deviennent systématiquement un châtiment pour les innombrables méfaits accomplis jusque là. Certes Euripide, dans Les Troyennes, avait déjà fait prononcer par Cassandre quelques prophéties menaçantes, mais l’Italie, forte de l’esprit chrétien selon lequel les méchants doivent toujours être punis, a multiplié à outrance les motifs de châtiment. Et donc s’il est ballotté dix ans par les flots et s’il assiste, après avoir lui-même été le seul survivant d’un premier naufrage, puis le rescapé d’un second naufrage, à une autre forme de naufrage, qui est la dilapidation de tous ses biens à Ithaque, c’est parce qu’il est coupable de mille morts : coupable de la mort d’Achille, de la mort d’Iphigénie, de la mort criminelle des plus jeunes enfants de Priam ; coupable de l’assassinat du tout jeune fils d’Hector et Andromaque qu’il a jeté du haut d’une tour ; coupable de la mort de valeureux Grecs qu’il a trahis par jalousie (Palamède, Ajax), coupable parce qu’il est le destructeur de Troie (ruse du cheval), parce qu’il a commis des sacrilèges dans la ville, parce qu’il a trompé des femmes troyennes ; enfin – et là nous rejoignons directement Dante – il est coupable d’avoir été bien trop orgueilleux, et notamment d’avoir voulu trop savoir.

19Certes, la conception d’errances et de naufrages comme châtiments de certains méfaits était déjà présente sous forme embryonnaire dans quelques textes antiques, indépendamment des motifs qu’Homère, la principale source parvenue jusqu’à nous, avance. Mais il est évident que le récit que Dante fait faire à Ulysse – et donc la place qu’il lui assigne en Enfer, dans le cercle des fraudeurs, plus précisément dans la zone des conseillers perfides – a contribué à noircir le personnage et a favorisé le lien entre péché de fraude, péché d’orgueil, et mort par naufrage – mort de la main de Dieu lui-même (“altrui”), lequel envoie vers le navire le tourbillon qui l’engloutit – confirmant par conséquent l’idée de naufrage comme juste châtiment divin.

  • 19 Voir à ce sujet : B. Urbani, « De Torquato Tasso à Giovanni Bartolomeo Casaregi : récurrence d’un s (...)

20Dans le sillage de Dante, et donc sur le modèle du parcours qu’il fait effectuer au personnage d’Ulysse, tout voyage au-delà des Colonnes d’Hercule antérieur à l’expédition de Christophe Colomb est voué à l’échec. Car Dieu a fixé une date à la découverte du Nouveau Monde, et vouloir découvrir trop tôt l’Amérique c’est s’exposer à un châtiment qui ne peut être qu’un naufrage19. C’est ce qu’exprime le Tasse dans La Jérusalem délivrée, quand il fait naviguer Carlo et Ubaldo à la recherche de Rinaldo : les deux navigateurs sont arrivés aux Colonnes d’Hercule, et brûlent d’envie de les franchir ; mais leur jeune divine accompagnatrice ne peut leur accorder cette faveur :

osta inviolabile e severo
il decreto del ciel al bel desio.
Ché ancor volto non è lo spazio intero
ch’ai grande scoprimento ha fisso Dio.
(XV, § 39)

un décret du ciel inviolable et sévère s’oppose à ce beau dessein. Car le délai fixé par Dieu pour la grande découverte n’est point encore arrivé à son terme.

21Elle a rappelé peu auparavant quel fut le sort d’Ulysse dans la version dantesque, puis le châtiment de ceux qui, comme lui, voulurent tenter l’aventure, faisant de toute évidence allusion à une expédition demeurée célèbre, qui marqua profondément les esprits à la fin du XIIIe siècle, celle des frères Vivaldi qui, partis de Gênes en 1291 pour découvrir de nouvelles routes vers les Indes, ne revinrent jamais :

Ei passò le colonne, e per l’aperto
mare spiegò de’ remi il volo audace :
ma non giovògli esser ne l’onda esperto,
perché inghiottìllo l’ocean vorace,
e giacque co ’l suo corpo ancor coperto
il suo gran caso, ch’or tra voi si tace.
S’altri vi fu da’ venti a forza spinto
o non tornòvvi, o vi rimase estinto.
(XV, § 26)

Il franchit les colonnes, et sur la vaste mer il déploya ses rames dans un vol audacieux. Mais point ne lui servit d’être habile marin, car il fut englouti par l’océan vorace. C’est là que gît son corps, enfoui avec le secret de sa destinée, que le monde ignore. Si quelque autre mortel y fut poussé par les vents, ou il ne revint point ou bien il y mourut.

  • 20 Édition consultée : Torino, Unione tipografica ed., 1858, 2a ed., 309 pages.
  • 21 Dans ce poème, l’idée de châtiment demeure présente, mais au péché de curiosité se superpose peut-ê (...)

22De ce fait, quand, dans l’Italie de la seconde moitié du XIXe siècle, commence à devenir à la mode la figure de Christophe Colomb, d’abord en vertu de l’exaltation des grands hommes du passé, propre au Risorgimento, puis à l’occasion de la célébration du quatrième centenaire de la découverte de l’Amérique, le récit du naufrage de l’Ulysse de Dante ne manque pas d’être évoqué, adapté, voire pastiché. Ainsi Lorenzo Costa, dans un poème du milieu du siècle intitulé Cristoforo Colombo20, imagine que le navigateur génois, arrivé sur les côtes du Nouveau Monde, rencontre un descendant du capitaine Doria, parti deux siècles plus tôt avec les frères Vivaldi. Les deux bateaux dont se composaient la flotte, raconte le Robinson avant l’heure, ont fait naufrage : l’un, comme chez Dante, a été englouti par le tourbillon qui s’est élevé de la “montagna bruna”, le second s’est écrasé sur les rochers qui bordaient l’île. On appréciera à quel point l’auteur imite le passage correspondant du chant XXVI de l’Enfer21 :

in lontananza
scorsero quindi una montagna acuta,
ed alta sì che sopportar parea
sovra gli smisurati omeri il cielo.
Tutti si rallegrarono : ma corta
fu quella gioia,
chè improvviso verno
spiccòssi da ponente e con fracasso
la nave dei Vivaldi ebbe convolta.
La sollevò ben tre fiate, a turbine
impetuoso l’aggirò, la spinse,
vele, sartiame ed alberi spezzati
nell’aperto profondo e inabissòlla.
(livre IV)

au loin ils aperçurent une montagne pointue, si haute qu’elle semblait porter le ciel sur ses épaules démesurées. Tous se réjouirent : mais courte fut cette joie, car une bourrasque soudain se leva du couchant et frappa violemment le navire des Vivaldi. Elle le souleva bien trois fois, le fit tournoyer dans un tourbillon impétueux, puis le fit plonger, voiles, haubans et mâts brisés, dans la mer qui s’ouvrit et l’engloutit dans ses abysses.

  • 22 “precipitano in baratro profondo” et sont emportés “d’abisso in abisso all’infinito / e nell’orribi (...)
  • 23 Genova, Ricordi, 1892, 88 pages.

23Toujours en contrepoint au voyage difficile mais d’issue heureuse de Christophe Colomb, les poèmes ou œuvres théâtrales qui, à la fin du siècle, saluent le quatrième centenaire, rappellent les naufrages qui ont châtié ceux qui ont osé se risquer trop tôt au-delà de Gibraltar ; et ces évocations sont toujours teintées d’échos dantesques. Chez Erasmo Caprani par exemple, auteur d’un poème intitulé La scoperta dell’America (1887), Christophe Colomb a des difficultés à rassembler un équipage, car chacun sait que les navires qui osent s’aventurer jusqu’aux confins du monde “sont précipités dans un gouffre profond” et sont emportés “d’abîme en abîme à l’infini, et dans l’horrible tourbillon ensevelis”22. Dans l’opéra de Luigi Illica et Alberto Franchetti, Cristoforo Colombo23, la brebis galeuse de l’équipage, le traître Roldano, terrorise le peuple craintif, racontant que les bateaux audacieux qui se sont aventurés là-bas dorment au fond des eaux, enlacés par des algues, et résonnent de funestes chants ; car tel est le destin des vaisseaux téméraires ; et Roldano de brosser des visions de pieuvres ou de serpents de mer géants, et de décrire avec sadisme la disparition des navires :

Attorno a’ pini, in orribile spira
s’attorce un mostro, si snoda, s’aggira...
(sogghignando sinistramente)
Là attende il mare gli ardimenti umani !
[...]
S’apre l’immenso oceano !...
Là la vela scompar ! (I, 4)

Autour des navires un monstre s’enroule, se dénoue, rôde... (avec un sinistre ricanement). C’est là que la mer attend les hommes trop audacieux ! [...] L’immense océan s’ouvre !... Là la voile disparaît !

24Ce nouvel apport nous conduit tout naturellement à une autre étape de la chaîne des représentations savantes (dérivées de modèles littéraires) de naufrages. Nous avons d’abord assisté à la contamination d’Homère (ou, plus généralement, de la tradition grecque) par Dante, puis au glissement de Dante à Christophe Colomb. Nous avons abouti à une triple contamination : Homère-Dante-Christophe Colomb qui, vivifiée par le culte du héros qui fut le propre du Romantisme, se poursuit en s’accentuant au début du XXe siècle avec le mythe du surhomme cher à D’Annunzio.

25Vers la fin du XIXe et durant la première moitié du siècle suivant se vérifient en Italie un large épanouissement des études classiques et la poursuite d’une ample politique de traductions des textes grecs anciens. De ce fait, il deviendra vite presque sacrilège de déformer un pilier de la culture tel qu’Homère. Pour concilier Homère et Dante, deux intouchables, mais conserver le plaisir de rivaliser avec eux, on déplacera donc le dernier voyage d’Ulysse tel que le décrit Dante, et on l’insérera après le retour à Ithaque, on en fera en somme une deuxième odyssée, qui se terminera par un naufrage.

  • 24 « L’ultimo viaggio di Ulisse », in Le Danaidi, Torino, Loescher, 1897.
  • 25 « Ulysses », in Poems, 1842.

26C’est ce que réalise le poète Arturo Graf24, en s’inspirant d’un texte poétique de l’Anglais Alfred Tennyson25, texte où l’auteur imaginait qu’Ulysse, en proie à l’ennui, réunissait quelques vieux compagnons intrépides et repartait avec eux, vers le couchant (dans la direction empruntée hardiment par son prédécesseur dantesque) ; ce capitaine bravait la mort (“peut-être sombrerons-nous dans les gouffres marins”, avertissait-il ses hommes), au nom de la liberté, de l’héroïsme, du combat. Arturo Graf, stimulé par Tennyson et par les récentes célébrations colombiennes, reprend le thème dans une composition poétique en trois parties et le mène jusqu’à son terme.

27Son Ulysse, comme celui de Tennyson, s’ennuie ; il a honte de l’inaction dans laquelle il végète depuis bientôt dix ans. Un beau matin, il appelle ses vieux compagnons – comme chez le poète anglais, et contrairement au récit homérique, il ne les a pas tous perdus au cours de son périple – et leur fait un long et fervent discours : il leur reste peu de temps à vivre, dit-il, il faut mourir glorieusement, reprendre la mer et naviguer vers des pays inconnus. On entend des récits extraordinaires sur des terres qui s’étendent au-delà des Colonnes d’Hercule, on parle d’un autre monde encore inexploré... Lui-même est prêt à partir, et si personne ne le suit, eh bien, il partira seul ! L’adhésion des compagnons est immédiate. Suivent les préparatifs du voyage, les pleurs des familles, le trajet homérique effectué à nouveau, en sens inverse (et sans embûches). Puis c’est le franchissement des Colonnes, un long voyage de plusieurs mois, des moments de découragement comme en connut l’équipage de Christophe Colomb, enfin l’apparition, comme chez Dante, d’une gigantesque montagne. Mais alors que le temps était favorable, soudain le ciel se couvre, la mer s’agite, un énorme tourbillon secoue et brise les navires. S’ouvre un immense gouffre dans lequel les bateaux tournent sur eux-mêmes avant d’être engloutis par les flots :

Strappa le vele, schianta
gli alberi il turbo, e con orrendo spiro
trae le carene in vorticoso giro.
Ed ecco, sotto a lor, nell’onde crude
una immensa voragine si schiude,
e roteando e spumeggiando inghiotte
carene e vite nella eterna notte.

La tornade arrache les voiles, brise le mât et, dans un souffle effroyable, entraîne les carènes dans un tourbillon vertigineux. Et voici que soudain, sous les navires, s’ouvre dans les âpres flots un gouffre immense qui, dans un remous d’écume, engloutit carènes et vies humaines et les plonge dans la nuit éternelle.

28Le court récit de l’Ulysse de Dante se terminait sur l’image des flots se refermant sur le navire coupable (“In fin che ‘1 mar fu sopra noi richiuso”), le long poème de Graf se termine brutalement sur cette même image. Comme chez Dante, l’absence de tout commentaire vise à frapper et à interpeller le lecteur. Il est vrai que chez Graf, qui écrit plus de cinq siècles et demi après Dante, cette fin brutale et inexpliquée, trop calquée sur son modèle, est quelque peu décevante. Mais sans doute le poète n’a-t-il pas su faire autrement. Ligoté à un sujet pour lequel il avait de trop illustres prédécesseurs, il n’a pu expliquer clairement pourquoi son héros (car il y a bien héroïsme dans ce poème) est ainsi châtié (Ulysse et l’équipage ont longuement prié avant de franchir le grand pas). Mais de toute évidence, divine ou non, une fois encore, il y a bien ici punition.

  • 26 In Poemi conviviali (1904).

29À son tour l’œuvre de Graf a servi de base à l’élaboration d’un texte d’une qualité incomparablement supérieure. Il s’agit du poème de Pascoli. En effet, peu de temps après, Giovanni Pascoli réécrit un dernier voyage d’Ulysse qu’il présente, nouvel Homère, comme une vraie petite odyssée en vingt-quatre chants, et qu’il intitule L’ultimo viaggio (le dernier voyage)26. Le point de départ est le même ; les changements concernent le but, le déroulement et l’issue du voyage, mais le périple s’achève – encore – par un naufrage.

30Pascoli en effet insiste fréquemment sur l’âge et la tête chenue du vieux capitaine et de ses compagnons. Ce dernier voyage, Ulysse ne le fait pas pour découvrir de nouvelles terres, ni pour conquérir la gloire, mais pour retrouver son passé, et pour “savoir”. Savoir quoi ? il ne le sait pas vraiment ; en fait il a le sentiment d’être passé sans s’arrêter à côté d’une révélation importante. Or ce désir de savoir, même s’il est exprimé de manière timide, est un point commun avec l’Ulysse de Dante ; comme on le devine, le naufrage final en sera la conséquence.

31Le vieux capitaine et son équipage parcourent à nouveau les étapes du périple homérique. Mais sur l’île de Circé il n’y a aucune trace du palais de la magicienne ; sur la terre des cyclopes ne vit plus de monstre, et ne demeure aucun souvenir d’un courageux marin qui aurait aveuglé un dénommé Polyphème... si bien qu’Ulysse en arrive à se demander si ce fabuleux passé, il ne l’a pas rêvé. Atterré par ces découvertes, il veut savoir la vérité. Or cette vérité, ce sont les Sirènes qui la promettent. On se rappelle que, dans l’Odyssée d’Homère, Ulysse est passé devant elles, attaché au mât de son navire, et qu’il avait enduit de cire les oreilles de ses marins. Il sait donc ce que promettent les Sirènes, il sait par quels appâts elles attirent les navigateurs. Relisons Homère :

  • 27 Traduction de M. Dufour et J. Raison (L’Odyssée, Paris, Garnier-Flammarion, 1965, pp. 179-180).

Allons, viens ici, Ulysse tant vanté, gloire illustre des Achéens ; arrête ton vaisseau pour écouter notre voix. Jamais nul encore ne vint par ici sur un vaisseau noir, sans avoir entendu la voix aux doux sons qui sort de nos lèvres ; on s’en va charmé et plus savant ; car nous savons tout ce que dans la vaste Troade souffrirent Argiens et Troyens par la volonté des dieux, et nous savons aussi tout ce qui arrive sur la terre nourricière. (XII)27

32C’est la science, le savoir universel que promettent les Sirènes. L’Ulysse de Dante est mort pour avoir voulu trop savoir. L’Ulysse de Pascoli est prêt à mourir pour savoir lui aussi. Son navire arrive aux abords du pré des Sirènes. Elles sont bien là, mais elles ne chantent pas ; étendues, elles regardent fixement. Plus le courant fait avancer le navire, plus les Sirènes ressemblent à des récifs. Ulysse se désespère de leur silence. Il aperçoit un tas d’ossements qui semble être leur réponse ; car le navire se brise sur les écueils.

E il vecchio vide un grande mucchio d’ossa
d’uomini, e pelli raggrinzate intorno,
presso le due Sirene, immobilmente
stese sul lido, simili a due scogli.
[...]
E tra i due scogli si spezzò la nave. (XXIII)

Et le vieil homme vit un grand tas d’ossements humains, et des peaux ratatinées tout autour, près des deux Sirènes, étendues immobiles sur le rivage, semblables à deux écueils.
[...]
Et entre les deux écueils se brisa le navire.

33Mais le poème ne se termine pas, comme chez Graf, sur cette image abrupte. Tout ne s’est pas évanoui du périple homérique, Calypso est encore là, et c’est elle qui, en larmes, recueille sur son rivage le corps sans vie de son amant, que la mer a transporté pieusement neuf jours et neuf nuits durant.

34De quel savoir s’agissait-il ? quel était ce grand secret ?... Il n’y avait pas de secret. Tout est éphémère, tout n’est qu’illusion, voilà la vérité. Et la morale, c’est Calypso qui la donne, quand elle hurle, désespérée, qu’il vaut mieux n’avoir jamais existé que vivre pour mourir ensuite :

— Non esser mai ! non esser mai ! più nulla,
ma meno morte, che non esser più ! —

Ne jamais être ! ne jamais être ! c’est plus de néant,
mais c’est moins mourir que ne plus être !

35Sur cette phrase dure, sibylline, se termine le poème, dont elle apparaît comme la conclusion. En relation avec le thème qui nous intéresse, la signification est la suivante : le navire s’est brisé car Ulysse a voulu trop savoir, mais dans ce naufrage consistait précisément le savoir.

  • 28 Milano, Trèves, 1903. Le premier livre, Maia, où fait apparition le personnage d’Ulysse, est à lui (...)

36Combien différent est le farouche navigateur qu’au même moment Gabriele D’Annunzio imagine dans ses nietzschéennes illustrations de la théorie du surhomme ! Il n’y a pas lieu de s’y étendre puisque le lecteur ne voit pas le personnage sombrer ; sachons toutefois qu’il est pétri de Dante et de Nietzsche, et que son audace et son orgueil démesurés le promettent au même type de naufrage que son homologue dantesque. Dans le prologue qui précède le premier livre des Laudi del cielo, del mare, della terra, degli eroi28, D’Annunzio s’exclame d’entrée, reprenant une phrase célèbre de Pompée :

Gloria al Latin che disse: “Navigare
è necessario; non è necessario
vivere”.
A lui sia gloria in tutto il mare ;

Gloire au Latin qui dit : ‘Naviguer
est nécessaire ; il n’est pas nécessaire
de vivre’. Gloire à lui sur toute la mer.

37Pour lui, Ulysse qui se meut dans la flamme infernale vaut plus que le “Galileo” (le Galiléen), car la parole du Christ est faible et s’adresse aux lâches. Cette ouverture poétique se termine sur une invocation au damné de l’Enfer et sur l’image du vaisseau englouti par les flots :

o tu che col tuo cuor la tua carena
contra i perigli spignere fosti uso
dietro l’anima tua fatta Sirena,
infin che il Mar fu sopra te richiuso !

ô toi qui toujours avec ton cœur poussa ta carène contre les périls, écoutant ce que dictait ton âme devenue Sirène, jusqu’à ce que la Mer fût refermée sur toi !

  • 29 In Il canto delle Sirene, Milano, Bompiani, 1989, pp. 43-94.

38Il existe un autre exemple, beaucoup plus récent, encore dérivé de Dante, de naufrage pour avoir voulu trop savoir. Il s’agit d’un beau récit de Maria Corti, intitulé Il silenzio della Sirena, qui illustre le thème des dangers de la séduction intellectuelle29. Le protagoniste est le jeune peintre Basilio, qui unit à son amour de la peinture celui des promenades en mer. Nouvel Ulysse du pinceau, il s’écarte vite de l’art traditionnel pour un idéal alliant à la fois beauté et connaissance. Pénétré de ses recherches et fasciné par elles, il va peu à peu à sa propre perte, qui s’effectue dans un naufrage à la fois réel et symbolique très proche de celui de l’Ulysse de Dante. En effet, au cours d’une de ses promenades en barque, il a découvert une grotte préhistorique admirablement décorée dont l’orifice affleure à peine à la surface de l’eau. Bravant des conditions atmosphériques qui promettaient d’être peu favorables, il ne peut résister au désir de retourner la voir et la contemple trop longuement... Lorsqu’il veut quitter la caverne, la mer déchaînée l’engloutit, enfouissant avec lui le secret de cette grotte merveilleuse, réelle, qui ne sera découverte que six siècles plus tard. Le châtiment de cet Ulysse peintre est décrit par l’auteur avec des termes et une progression derrière laquelle transparaît comme un palimpseste le récit du damné de l’Enfer :

  • 30 “[...] ora la barca vorticava [...] tutto rumoreggiava in un continuo turbinio schiumoso [...] Di l (...)

[...] maintenant la barque tourbillonnait [...] tout grondait dans un continuel tourbillon d’écume [...] Peu après une lame se déversait sur l’embarcation, la renversait, la brisait ; Basilio, tombé à la mer, devint la proie d’un tourbillon et fut englouti. Quelques heures plus tard, le vent cessa de tournoyer et sur la mer revint le calme.30

39Dante contant l’aventure de son Ulysse était encore tout plein de la tragique fin de ceux qui en son temps avaient tenté l’aventure, les frères Vivaldi, jamais revenus de leur voyage au delà des Colonnes d’Hercule. Deux siècles après le Tasse faisait dire par une belle créature à Carlo et à Ubaldo que Dieu réservait la découverte de nouvelles terres à des temps futurs et qu’il était encore trop tôt pour cette révélation. De même il était trop tôt pour que la découverte de Basilio fût révélée au monde. Le secret de sa grotte merveilleuse, il l’a emporté avec lui : elle n’a été retrouvée que six siècles plus tard, dans les dernières années du XXe siècle, écrit l’auteur.

  • 31 Cf. notamment Dante a un nuovo crocevia (Firenze, Sansoni, 1982, 111 pages) et La felicità mentale (...)
  • 32 Voir B. Urbani, « Maria Corti à l’écoute du chant des Sirènes », in Les femmes écrivains en Italie (...)
  • 33 Comme le fait Primo Levi par exemple. Cf. dans ce volume l’étude de Sophie Nezri, p. 99.

40Le récit de Maria Corti semble conclure, à près d’un siècle de distance, le parcours des naufrages homérico-dantesques dans la littérature italienne. Située à une époque très proche de celle de Dante (fin XIVe), œuvre d’un auteur spécialiste de littérature médiévale31, l’histoire de Basilio est un bel exercice de style dont on ne saisit le sens qu’au sein de la globalité du roman auquel elle appartient32. Hormis ce texte, nous n’avons pas trouvé à ce jour d’autres productions littéraires présentant des naufrages dans le sillage de Dante, du moins sous une forme qui ne soit pas allégorique33. Les reprises de thèmes homériques abondent. Le personnage d’Ulysse est désormais très populaire. Depuis Joyce, il est devenu le parangon de Monsieur Tout-le-monde, chaque vie humaine pouvant être assimilée à une odyssée, et pouvant donc connaître des naufrages desquels on réchappe ou non. À la fin de notre siècle, l’idée de risquer sa vie pour faire avancer la recherche, par amour du prochain, pour un désir de gloire, ou par défi envers soi-même et les hommes, est toujours vivante, bien sûr, y compris et surtout chez les explorateurs, chez les navigateurs, ceux de la mer comme ceux de l’espace. Mais l’idée de châtiment divin s’est évanouie. Elle était déjà faible chez Pascoli, D’Annunzio n’y songeait pas, et même s’en moquait. Elle semble avoir disparu aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 Deux “écoles” se sont très tôt dessinées : l’école sicilienne et l’école méditerranéenne. Pour la première, dérivée d’Apollodore, tout le voyage d’Ulysse se serait déroulé en Sicile. Pour la seconde, la plus suivie, les deux seules étapes non italiennes seraient le pays des Lotophages et l’île d’Alcinoos. La terre des cyclopes est localisée près de l’Etna, la demeure d’Éole dans les îles Lipari, le pays des Lestrygons sur la côte tyrrhénienne, l’île de Circé près de Gaète, la terre des Cimmériens dans la région de Cumes, celle des Sirènes à Sorrente, Charybde et Scylla dans le détroit de Messine, l’île du Soleil en Sicile, l’île de Calypso près de Crotone (ou près de Malte). Sur le thème d’Ulysse en Italie, voir B. Urbani, La figure d’Ulysse dans la littérature et la culture italiennes des origines à nos jours, thèse de Doctorat d’Etat, Université Jean Moulin (Lyon III), 1992, 1257 pages.

2 On se rappelle que la structure narrative de l’Odyssée est bien plus complexe que celle de l’Iliade, que l’Odyssée s’ouvre sur les derniers jours d’Ulysse chez Calypso, soit au cours de la dixième année d’errances ; et que la chronologie est interrompue par le célèbre retour en arrière que sont les récits chez Alcinoos.

3 C’est la curiosité qui a poussé Ulysse dans ce guêpier : il voulait savoir qui habitait ces lieux et recevoir des cadeaux.

4 Il s’agit de la montagne du Purgatoire qui, selon le schéma de l’outre-tombe dantesque, s’élève au centre de l’hémisphère Sud.

5 Traduction de J. Risset (La Divine comédie, L’Enfer, Paris, Flammarion, 1985, p. 245).

6 Pour un parcours rapide de quelques-uns de ces commentaires, voir B. Urbani, « Le chant XXVI de l’Enfer – Ulysse ou l’ambiguïté (Histoire des interprétations du chant d’Ulysse) », in Cahiers d’Etudes Romanes, Publications de l’Université de Provence, 1989, n° 14, pp. 143-169.

7 Il est évident que cette leçon est à replacer dans le contexte culturel du temps : les premières expéditions, sans retour, dans le grand océan (celle des frères Vivaldi par exemple), les nouveaux courants de pensée qui vont à l'encontre du savoir traditionnel, et dont les chefs de file sont poursuivis... Dante vit à une période charnière entre Moyen Âge et Renaissance.

8 On croyait l’hémisphère Sud entièrement recouvert par les eaux, et donc on ne pouvait prétendre aller y chercher, comme le prétend Ulysse, “vertu et connaissance”.

9 Pétrarque, dans le Trionfo della fama, l’évoque par ce seul vers : “Ulisse / che desiò del mondo veder troppo” ; (Ulysse / qui du monde désira trop voir).

10 Voir à ce sujet Félix Buffiere, Les mythes d’Homère et la pensée grecque, Paris, Les belles Lettres, 1957, 677 pages.

11 L’Ulisse di Messer Lodovico Dolce, da lui tratto dall’Odissea d’Homero e ridotto in ottava rima, nel quale si raccontano tutti gli errori e le fatiche d’Ulisse dalla partita sua di Troia, fino al ritorno alla patria per lo spazio di venti anni, con argomenti e allegorie a ciascun canto, così dell’Historie, come delle favole ; in Vinegia, appresso Gabriele Giolito de’ Ferrari, MDLXXI1I.

12 “a uno che vuol far bene, gli sono sempre apparecchiate le disgratie, e gl’impedimenti [car] il Diavolo cerca sempre di far cadere chi cerca di ritornare alla patria del cielo, nel mare de’ travagli e de gli infortunij, per farlo disperare, e peccare”.

13 “Dio non abbandona mai chi vuol far bene [...] non gli (au naufragé) mancano de’ mezzi da potere uscire, e andar al lito notando, cioè salvarsi con la fatica, e esercitio delle buone operazioni”.

14 Pour Bernardino Bugliazzoni, qui traduit librement l’Odyssée et tire de chaque épisode une allégorisation, Ino, qui secourt Ulysse accroché à son radeau dans la tempête, représente le saint qui secourt toujours le juste. (L’Omero toscano, cioè l’Ulissea di Omero, o gli errori d’Ulisse in ottava rima, in Lucca, presso Domenico Ciuffetti, s.d., 508 pages). Cf. de même Giovanni Belloni, Discorso intorno all’antro delle ninfe naiadi dì Homero, impresa degli Accademici ricovrati di Padova, appresso Lorenzo Pasquati, 1601.

15 Jacopo Ugone, Vera historia romana, Roma, Francesco Moneta, 1665, 284 pages.

16 Ulysse qui navigue représente “l’animo umano che si mette a investigare il sommo bene [...] Dante finge che perisse nella sua navigazione, perché non si trova porto, cioè sommo bene, nelle cose mortali e nella dottrina dei Gentili”. Auparavant, Landino a résumé pour ses lecteurs l’Odyssée d’Homère, et a conclu en ces termes : “Ma tutta questa è fizione d’Homero, il quale, niente altro per quella dimostra, se non come l’uomo, trascorrendo per molti vizi, e dopo purgandosene, arriva al sommo bene” (“Mais tout cela n’est que fiction par laquelle Homère démontre que l’homme qui passe par beaucoup de vices et ensuite s’en purifie arrive au souverain bien”). Dante con l’espositione di Christoforo LANDINO e di Alessandro VELLUTELLO sopra la sua Comedia dell’Inferno, del Purgatorio e del Paradiso, Venezia, appresso Giovambattista Marchio Sessa e Fratelli, 1564, pp. 130-131.

17 Porter un naufrage au théâtre n’est pas chose facile. Cela n’a pu se faire que dans le cadre de fêtes princières, lorsqu’abondaient sur scène des machineries extraordinaires. Citons toutefois l’opéra Il ritorno d’Ulisse (livret de Luigi Prividali, musique de Simeone Mayr) représenté en 1809 à la Fenice de Venise, où le rideau se lève sur une grande scène de tempête qui engloutit hommes et navire. Mais contrairement à la tradition, le naufragé aborde directement à Ithaque.

18 L’une des raisons peut être la légende des origines troyennes de Rome (fondée par un descendant d’Énée) et de plusieurs autres villes italiennes, qui fait d’Ulysse le fourbe vainqueur de Troie, l’antagoniste du pieux Énée.

19 Voir à ce sujet : B. Urbani, « De Torquato Tasso à Giovanni Bartolomeo Casaregi : récurrence d’un schéma dantesque », in Christophe Colomb et la découverte de l’Amérique Réalités, imaginaire et réinterprétations, Rencontre de la Société des Italianistes de l’Enseignement Supérieur et de la Société des Hispanistes Français, 3-5 Avril 1992, Publications de l’Université de Provence, 1994, pp. 211-225.

20 Édition consultée : Torino, Unione tipografica ed., 1858, 2a ed., 309 pages.

21 Dans ce poème, l’idée de châtiment demeure présente, mais au péché de curiosité se superpose peut-être un autre motif, lié aussi bien à Dante qu’au contexte culturel de l’Italie du Risorgimento. Le descendant des deux seuls survivants raconte en effet que ses aïeux, aussi accablés moralement que l’était Dante, sont partis pour ne plus voir les “matte discordie” qui déchiraient leur pays. En somme, au lieu de servir leur patrie et l’humanité (ce qu’a fait Dante, ce qu’a fait Christophe Colomb, ce que font les patriotes du Risorgimento), ils ont baissé les bras et se sont jetés dans un exil volontaire. Peut-être est-ce aussi pour cela qu’ils ont été châtiés.

22 “precipitano in baratro profondo” et sont emportés “d’abisso in abisso all’infinito / e nell’orribile vortice sepolti” (Milano, Tipografia degli operai, 1887, 144 pages.).

23 Genova, Ricordi, 1892, 88 pages.

24 « L’ultimo viaggio di Ulisse », in Le Danaidi, Torino, Loescher, 1897.

25 « Ulysses », in Poems, 1842.

26 In Poemi conviviali (1904).

27 Traduction de M. Dufour et J. Raison (L’Odyssée, Paris, Garnier-Flammarion, 1965, pp. 179-180).

28 Milano, Trèves, 1903. Le premier livre, Maia, où fait apparition le personnage d’Ulysse, est à lui seul un long poème de 8400 vers.

29 In Il canto delle Sirene, Milano, Bompiani, 1989, pp. 43-94.

30 “[...] ora la barca vorticava [...] tutto rumoreggiava in un continuo turbinio schiumoso [...] Di lì a poco una grossa onda si riversava sull’imbarcazione, la rovesciava, la sfasciava ; Basilio, caduto in mare, divenne preda di un gorgo, sprofondò. Dopo qualche ora, al tramonto, il vento smise di volteggiare e tornò sul mare la quiete” (Ibidem, p. 93).

31 Cf. notamment Dante a un nuovo crocevia (Firenze, Sansoni, 1982, 111 pages) et La felicità mentale -Nuove prospettive per Cavalcanti e Dante (Torino, Einaudi, 1983, 172 pages).

32 Voir B. Urbani, « Maria Corti à l’écoute du chant des Sirènes », in Les femmes écrivains en Italie aux XIXe et XXe siècles, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1993, pp. 259-274.

33 Comme le fait Primo Levi par exemple. Cf. dans ce volume l’étude de Sophie Nezri, p. 99.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Urbani, « Dans le sillage de Dante : le naufrage comme châtiment », Cahiers d’études romanes, 1 | 1998, 31-47.

Référence électronique

Brigitte Urbani, « Dans le sillage de Dante : le naufrage comme châtiment », Cahiers d’études romanes [En ligne], 1 | 1998, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3430 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3430

Haut de page

Auteur

Brigitte Urbani

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org