Navigation – Plan du site

Leopardi d’un naufrage à un déluge

Perle Abbrugiati
p. 109-121

Résumés

La communication, destinée à un public pluridisciplinaire s’intéressant au thème du naufrage, confronte le naufrage métaphorique de L’Infinito et le cataclysme des Paralipomeni qui sert de charnière aux deux mouvements du poème parodique. Fort peu apparentés par leur ton et par le genre auquel ils appartiennent, ces deux moments poétiques aux deux extrêmes de la production leopardienne n’en ont pas moins deux points communs : la notion d’engloutissement et la présence d’une haie. Le traitement différent de ces deux éléments nous semble rendre compte de l’évolution de Leopardi quant au thème de l’illusion. Dans L’Infinito la haie en deçà de laquelle reste le poète est le prétexte qui favorise le doux naufrage dans l’imagination. Dans les Paralipomeni, le héros menacé de noyade passe résolument au-delà de la haie pour aller au-devant de l’apprentissage philosophique désenchanté que le récit lui réserve. Consciente ou inconsciente, cette reprise d’éléments identiques nous a semblé digne d’être saisie comme occasion de formuler des hypothèses de lecture sur les Paralipomeni peu fréquentés comme sur la plus connue des idylles leopardiennes dont l’analyse ne semble pouvoir s’épuiser.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie

Index chronologique :

XIXe
Haut de page

Texte intégral

1Le naufrage dont il s’agira d’abord ici n’est pas un “vrai” naufrage. Faut-il s’en excuser, alors que c’est le plus célèbre naufrage de la littérature italienne avec celui de l’Ulysse de Dante ? A ce titre il semblait impossible de ne pas l’aborder dans le cadre d’une table ronde ayant Le naufrage pour thème fédérateur. Ce naufrage tient en un vers, en un mot, même, et a de surcroît valeur de métaphore dans ce vers on ne peut plus connu et cité :

E il naufragar m’è dolce in questo mare.

2On aura reconnu le dernier vers de L’Infinito de Giacomo Leopardi. L’intention de la réflexion qui va suivre est de recharger cette métaphore en donnant tout son sens au mot naufrage, et de justifier cette lecture par la mise en rapport de ce court poème de jeunesse avec l’une des dernières œuvres de Leopardi, une parodie satirique qui semblerait avoir fort peu de points communs avec le lyrisme de L’Infinito, si ce n’est que l’eau, l’engloutissement, y jouent également un rôle primordial.

3Faut-il le rappeler à un public qui n’est pas seulement constitué d’italianistes ? Tout honnête romaniste sait que Leopardi (1798-1837) est l’un des plus grands poètes romantiques italiens, bien qu’il se soit posé très polémiquement contre le mouvement romantique ; que ce fut une figure extrêmement solitaire aussi bien du point de vue biographique que du point de vue intellectuel puisqu’il avait un regard très méprisant sur les courants de son siècle et s’en tint à l’écart, entretenant sa solitude ; qu’il est l’un des pessimistes les plus maximalistes du XIXe siècle avec Schopenhauer ; que sa meilleure inspiration est l’alliance du poétique et du philosophique dans des poèmes à la fois sobres et saisissants sur la triste condition humaine. Son système matérialiste articule des thèmes tels que l’insensibilité de la Nature, l’inanité de l’espoir, l’irréalité du plaisir, l’inutilité de la vertu, l’inéluctabilité de l’ennui, la répugnance pour le présent, la nécessité de la douleur, le tort qu’apporte la vérité qui détruit les illusions et dévoile l’omniprésence du Néant. La force de la poésie de Leopardi réside dans son double regard sur l’illusion, qu’il dénonce comme vision erronée d’un monde en fait vide de sens, mais qu’il exalte comme seul salut provisoire, comme seul lieu possible d’un faux bonheur, et en définitive comme seule finalité de la poésie. La poésie leopardienne a donc ce double impact de dénoncer l’illusion au moment même où elle la crée par le choix de ses images.

  • 1 Voir par exemple Michel Orcel : “Il est un autre phénomène, interne celui-là, qui accroît l’absolue (...)

4Nous nous intéresserons donc à deux pièces poétiques qui sont aux marges de l’œuvre de Leopardi. Chronologiquement, puisqu’il s’agit de l’une des premières de son recueil, les Canti, L’Infinito datant de 1819, et de la dernière connue, publiée à titre posthume en 1842, les Paralipomeni della Batracomiomachia. Mais également en marge du point de vue du message et du genre : L’Infinito serait le seul poème où le pessimisme de l’auteur n’apparaît pas, ouvrant une brèche sur un état de pur lyrisme1 ; les Paralipomeni sont le seul poème pseudo-épique de Leopardi et le seul où il affronte le problème de l’homme dans l’Histoire.

Un naufrage qui déferle à la fin de L’Infinito

5La brièveté de L’Infinito nous permet d’en donner la version intégrale, une traduction sommaire et un commentaire, sinon exhaustif, du moins global. Sans perdre de vue le naufrage, une brève analyse de ce qui le provoque semble indispensable.

Sempre caro mi fu quest’ermo colle,
E questa siepe, che da tanta parte
Dell’ultimo orizzonte il guardo esclude.
Ma sedendo e mirando, interminati
Spazi di là da quella, e sovrumani
Silenzi, e profondissima quiete
Io nel pensier mi fingo ; ove per poco Il cor non si spaura. E come il vento
Odo stormir tra queste piante, io quello
Infinito silenzio a questa voce
Vo comparando : e mi sovvien l’eterno,
E le morte stagioni, e la presente
E viva, e il suon di lei. Così tra questa
Immensità s’annega il pensier mio :
E il naufragar m’è dolce in questo mare.

Toujours cette colline déserte m’a été chère, Ainsi que cette haie, qui empêche le regard De voir si grande part de l’horizon lointain. Mais assis, contemplant, je m’imagine d’illimités Espaces au-delà d’elle, et de surhumains Silences, et un calme très profond, Par la pensée ; et il s’en faut de peu Que mon cœur ne s’effraie. Et comme j’entends Le vent souffler dans ces feuillages, moi Je me mets à comparer cet infini silence A cette voix : et je me rappelle l’éternité Et les mortes saisons, et la saison présente Et vivante, et son bruit. Ainsi, dans cette Immensité ma pensée se noie-t-elle : Et il m’est doux de naufrager dans cette mer.

6Par un graphisme sélectif, nous mettrons successivement en évidence les principales caractéristiques de ce poème.

7À un titre qui évoque à la fois l’illimité et l’indéterminé, répond un lexique qui efface les limites.

1- Sempre caro mi fu quest’ermo colle, E questa siepe, che da tanta parte Dell’ultimo orizzonte il guardo esclude. Ma sedendo e mirando, interminati
5
- di là da quella, e sovrumani Silenzi, e profondissima quiete Io nel pensier mi fingo ; ove per poco Il cor non si spaura. E come il vento Odo stormir tra queste piante, io quello
10- Infinito silenzio a questa voce Vo comparando : e mi sovvien l’eterno, E le morte stagioni, e la presente E viva, e il suon di lei. Così tra questa Immensità s’annega il pensier mio :
15- E il naufragar m’è dolce in questo mare.

8Entre un “toujours” qui efface les limites temporelles et une “mer” qui repousse les limites spatiales, c’est-à-dire entre deux bornes qui font disparaître l’idée de borne, on trouve un lexique de l’indéfini et de l’immense : ermo, orizzonte, spazi, eterno, immensità, des superlatifs, profondissima, sovrumani, des préfixes qui nient l’idée de finitude, interminati, infinito, des pluriels qui agrandissent la perspective, spazi, silenzi.

9L’effet d’indétermination est renforcé par les choix métriques :

1- Sempre caro mi fu quest’ermo colle, E questa siepe, che da tanta parte Dell’ultimo orizzonte il guardo esclude. Ma sedendo e mirando, interminati
5
- di là da quella, e sovrumani Silenzi, e profondissima quiete Io nel pensier mi fingo ; ove per poco Il cor non si spaura. E come il vento Odo stormir tra queste piante, io quello
10
- Infinito silenzio a questa voce Vo comparando : e mi sovvien l’eterno, E le morte stagioni, e la presente E viva, e il suon di lei. Così tra questa Immensità s’annega il pensier mio :
15- E il naufragar m’è dolce in questo mare.

10Des phrases longues par rapport à la brièveté du poème, des enjambements nombreux qui contredisent la syntaxe et créent un effet de suspension d’autant plus fort qu’il mettent en position de contre-rejet un adjectif indéterminé ou superlatif (cf. vers 4-5, 5-6) ou même un adjectif démonstratif séparé du substantif (cf. vers 9-10, 13-14). Les enjambements qui se suivent dans des vers concomitants obligent à lire le poème dans un seul souffle. Le langage déborde le cadre métrique : le choix formel induit déjà l’impossibilité de contenir l’imagination et l’émotion.

11Dans ce cadre, ou plutôt ce non-cadre, qui tend à la fluidité et au dépassement des limites formelles, s’inscrit un moment d’épanchement lyrique.

1- Sempre caro mi fu quest’ermo colle, E questa siepe, che da tanta parte Dell’ultimo orizzonte il guardo esclude. Ma sedendo e mirando, interminati
5- Spazi di là da quella, e sovrumani Silenzi, e profondissima quiete Io nel pensier mi fìngo ; ove per poco Il cor non si spaura. E come il vento Odo stormir tra queste piante, io quello
10- Infinito silenzio a questa voce Vo comparando : e mi sovvien l’eterno, E le morte stagioni, e la presente E viva, e il suon di lei. Così tra questa Immensità s’annega il pensier mio :
15
- E il naufragar m’è dolce in questo mare.

12La subjectivité du poète est omniprésente, que ce soit par la construction des phrases, Sempre caro mi fu quest’ermo colle (v. 1), E il naufragar m’è dolce in questo mare (v. 15), mi sovvien (v. 11) ; par des morphèmes aussi marqués que Io en position initiale au vers 7, ou mio en position finale au vers 14 ; ou enfin par des verbes à la première personne, mi fingo (v. 7), Odo (v. 9), Vo comparando (v. 11).

13On peut dire que ce poème retrace la rencontre de deux instances, le moi lyrique, l’humain, et la dimension infinie, celle qui dépasse l’humain (sovrumani, v. 5). Le poème évoque les réactions causées par cette rencontre, et que révèlent les verbes :

1- Sempre caro mi fu quest’ermo colle, E questa siepe, che da tanta parte Dell’ultimo orizzonte il guardo esclude. Ma sedendo e mirando, interminati
5- Spazi di là da quella, e sovrumani Silenzi, e profondissima quiete Io nel pensier mi fïngo ; ove per poco Il cor non si spaura. E come il vento Odo stormir tra queste piante, io quello
10- Infinito silenzio a questa voce Vo comparando : e mi sovvien l’eterno, E le morte stagioni, e la presente E viva, e il suon di lei. Così tra questa Immensità s’annega il pensier mio :
15
- E il naufragar m’è dolce in questo mare.

14Successivement le poète connaît la contemplation (sedendo e mirando, v. 4), la représentation (mi fingo, v. 7), le trouble (per poco il cor non si spaura, v. 8), l’abandon aux sensations visuelles puis sonores, puis à la mémoire (v. 813), l’abandon de toute intellectualisation (s’annega il pensier mio, v. 14) et enfin du moi lui-même (il naufragar m’è dolce, v. 15).

15Le texte se construit en quatre phrases :

1- Sempre caro mi fu quest’ermo colle, E questa siepe, che da tanta parte Dell’ultimo orizzonte il guardo esclude. // Ma sedendo e mirando, interminati
5- Spazi di là da quella, e sovrumani Silenzi, e profondissima quiete Io nel pensier mi fingo ; ove per poco fi cor non si spaura. // E come il vento Odo stormir tra queste piante, io quello
10- Infinito silenzio a questa voce
Vo comparando : e mi sovvien l’eterno,
E le morte stagioni, e la presente
E viva, e il suon di lei. // Così tra questa
Immensità s’annega il pensier mio :
15- E il naufragar m’è dolce in questo mare.

16Deux phrases courtes qui en encadrent deux plus longues. A la première phrase brève qui décrit le lieu de la contemplation (v. 1-3) répond une phrase finale de longueur analogue qui décrit l’aboutissement du processus contemplatif (Così..., v. 13-15). Entre ces deux phrases, deux autres plus longues décrivent les sensations du poète : sensations visuelles (phrase commençant par “Ma...”) ; puis sonores (phrase commençant par “E...”).

17Le lieu est constitué de très peu d’éléments : une colline (déserte), l’horizon et une haie. Une haie d’importance capitale parce que sa fonction est paradoxale. C’est un obstacle pour le regard (v. 2-3) mais précisément sa valeur d’obstacle incite le poète à la dépasser. Le regard est tenté d’aller au-delà de la haie ; elle met en valeur l’immensité, qui sera donc surtout imaginaire. C’est bien la valeur du “Ma...” adversatif (v. 4) : le poète ne peut pas voir tout l’horizon, mais il peut l’imaginer. Il faut mettre en rapport les verbes mirando (v. 4) e mi fingo (v. 7) : on passe d’un vrai regard à un regard intérieur. De même, il faut confronter le gérondif sedendo (v. 4) et les adjectifs qui suivent, interminati, sovrumani, profondissima (v. 4-6) : bien qu’assis, immobile, le poète rejoint une dimension illimitée. Impression de perspective donc, que le silence et la solitude renforcent : plus que jamais l’horizon est un point de fuite, tandis que la fonction de la haie est la même que l’objet au premier plan d’un tableau. Le résultat de cet abandon à la contemplation-imagination est presque un vertige : per poco il cor non si spaura (v. 8). Vertige du cœur qui se sent transporté dans une dimension autre.

18La phrase suivante change de registre : de la dimension visuelle on passe à la dimension sonore. Il n’y a pas pour autant de rupture. Ce n’est pas un “Ma” qui commence la phrase mais un “E” : en effet les sons ne feront qu’accentuer l’état psychologique du poète, grâce à un véritable parallélisme entre la haie et le vent. Le vent a la même fonction dans la dimension sonore que la haie dans la dimension visuelle. Il ne met pas un terme au silence mais au contraire le fait ressortir, le fait apparaître “infini” (seul moment où apparaît le terme en dehors du titre, et d’autant mieux mis en valeur que l’adjectif démonstratif qui l’accompagne est en position de contre-rejet). Le poète met en rapport (Vo comparando, v. 11) le silence, infini, avec le bruit du vent dans les feuilles, bruit déterminé (questa voce, v. 10).

19De même que la haie donnait une impression de perspective et d’espace infini, de même le bruit du vent dans les arbres met en perspective le temps, introduisant dans le poème la dimension du souvenir et de l’éternité (qu’est-ce que l’éternité sinon le temps infini ?). Cette mise en perspective temporelle se traduit stylistiquement par l’anaphore de E, dans les vers 11-13 (e mi sovvien l’eterno, / E le morte stagioni, e la presente / E viva, e il suon di lei). L’expression il suon di lei ( = le son de la saison présente) cristallise dans une métaphore l’analogie entre le bruit et le temps. Comme le bruit du vent représente peu de chose au regard d’un silence infini qu’il ne rompt pas, de même le “bruit” du présent résonne bien faiblement dans l’éternité feutrée des saisons disparues. C’est vers cet éternel que le poète est entraîné, de plus en plus loin d’un présent qui, comme le vent, comme la haie, n’est là que pour donner la mesure (ou plutôt : la démesure) d’une autre dimension.

20Così (v. 13) annonce le résultat de cet abandon aux sensations, à la contemplation, à l’imagination. Cette fin est une sorte de dissolution de la personnalité et surtout de l’intellect. La pensée qui est encore active au vers 7 (Io nel pensier mi fingo) devient passive, se dissout (la différence de nature et de position de la première personne est signifiante : Io nel pensier mi fingo – présence forte du Moi avec le pronom sujet en tête de vers – laisse place à s’annega il pensier mio où la subjectivité et la pensée semblent se dissocier.

21C’est d’ordinaire le sens que l’on donne à la métaphore filée du naufrage : s’annega, il naufragar, questo mare. Cette mer métaphorique serait la nature, ou mieux le sentiment lyrique de la nature. La fusion du Moi avec la nature contemplée est un naufrage, un doux naufrage de la pensée. L’Infinito décrirait le moment paradoxal par lequel la contemplation de la nature exalte et anéantit tout ensemble le Moi.

  • 2 Voir par exemple Cesare Luporini : “Ora questo naufragare vien detto “dolce”. La cosa in se stessa (...)

22Une petite mort, en somme, une extase romantique qui emprunte le langage de la mer pour mieux évoquer l’illimité et la profondeur, le flou opposé à la rationalité. Où le vague et la vague sanctionnent par l’euphonie un imaginaire romantique qui tous comptes faits n’est pas propre à Leopardi. Un poème qui se rapprocherait du romantisme européen et par ailleurs aurait une tonalité au fond sereine, l’adjectif final “dolce”, prégnant par sa position à l’ictus du dernier vers, projetant sur l’ensemble du processus contemplatif un éclairage paisible et jouissif (ce qui justement le place un peu à l’écart du reste de l’œuvre leopardienne)2.

23Ce qui frappe pourtant à la lecture de L’Infinito, c’est le recours au terme de naufrage pour définir un moment extatique. Terme qu’il est difficile de connoter positivement même en lui accolant un adjectif aussi doux soit-il. Seul terme par ailleurs permettant de relier ce poème, que tous les commentateurs s’accordent à considérer comme essentiel, à la thématique pessimiste de notre auteur. Essentiel, dit-on, mais marginal. Essentiel pour définir l’âme leopardienne mais extérieur au pessimisme leopardien achevé. Essentiel mais atypique. Pourtant le naufrage, vers lequel confluent tous les éléments du poème, contient sémantiquement des harmoniques qui ne sont pas contradictoires avec le pessimisme : s’abîmer, sombrer, échouer, renoncer à une destination bien finalisée. Se peut-il que Leopardi emploie une notion aussi conforme au pessimisme qu’il théorisera quelques années plus tard, en ne mettant en elle que l’image d’un doux abandon, libre de toute angoisse ? N’est-il pas légitime d’envisager un sens fort pour ce terme, qui serait en fait l’interface entre le lyrisme leopardien, que nous n’entendons pas contester, et son pessimisme qui s’annonce, que peut-être ici il annonce.

24Comme interface, nous en avons signalé une déjà, d’ordre conceptuel ; il s’agit de l’illusion. L’illusion lyriquement exaltée, acrimonieusement dénoncée. Qu’avons-nous d’autre dans le dernier vers de L’Infinito que cette démarche oxymorique ? Naufrage doux, abandon à une douceur qui n’est qu’abîme. De quoi d’autre est-il question dans L’Infinito si ce n’est d’une individualité qui se livre peu à peu à l’illusion, seule façon de dépasser un réel limité, de dégager l’horizon, d’entendre quelque chose dans le silence. Oui, Leopardi s’abandonne ici à l’imagination et abat les limites, mais pas comme d’autres romantiques croient transcender le réel en se livrant à une force imaginative qui les élèverait à une sphère idéale : il se livre à l’imagination comme on se livre aux flots, conscient qu’il n’y a pas d’idéal mais une illusion seulement qui n’est en définitive que feinte. Le verbe “Mi fingo” anticipe cette idée par son ambivalence : je me représente, j’imagine, mais aussi je feins à mes propres yeux.

25Le naufrage de L’Infinito en est bien un en tant qu’il est engloutissement dans l’illusion. Naufrage dans l’image. Naufrage dans l’imagination, car la rationalité bute sur l’écueil d’un monde absurde qui n’est que limite. Le réel n’étant que Néant, autant ne pas résister au désir de sombrer dans l’anti-valeur qu’est l’illusion. Leopardi-sujet s’y laisse glisser avec délices. Leopardi poète-penseur commente cet abandon dont il n’est pas dupe par la seule référence au naufrage. Comme s’il avait conscience en l’écrivant que l’expérience de L’Infinito est un auto-sabordage, qui ne va pas sans l’idée d’angoisse puisque per poco il cor non si spaura. Car c’est bien d’un abandon qu’il s’agit, à tous les sens du terme. Abandon de l’idée qu’on peut influencer le réel, telle qu’elle s’exprimait dans les Canzoni patriotiques du début des Canti. Abandon de soi, en définitive, de ce que l’individu a de cohérent. Et jouissance de sentir ce sfacelo, de se sentir se défaire, de sentir sa défaite.

26La fin de L’Infinito est donc non seulement la description de l’aboutissement d’un processus imaginatif mais également un autocommentaire fortement oxymorique, puisqu’elle contient le sentiment du naufrage qu’est la renonciation à l’emprise sur le réel pour entrer totalement dans l’illusion, mais également la perception de la douceur de ce sentiment. Ce n’est pas ici l’illusion qui est “dolce”, ce n’est pas “il mare”, ce n’est pas l’infini (on s’y attendrait, et le poème ne serait qu’une déclinaison de plus du sentiment romantique de la nature) ; c’est le naufragar. On remarquera la forme infinitive que prend le substantif ; autrement dit c’est l’action qui est ici indiquée, c’est le moment de ce basculement qui est important. Ce n’est pas tant l’infini qui est doux que l’infinitif... Leopardi souligne la douceur de ce saut dans l’illusion, qui est au moment de l’expérience du poème un abandon des facultés intellectives, mais qui est au moment de son écriture un saut conceptuel : le fait d’admettre que seule l’illusion est un espace où il soit possible d’évoluer. Le naufrage de L’Infinito est le naufrage vers l’illusion. C’est en dernière analyse le basculement dans le pessimisme, sa sombre douceur, la douceur de sombrer.

Un déluge où naufragent les chimères dans les Paralipomeni

27A l’autre bout de la trajectoire leopardienne, on trouve un auteur qui a affirmé son pessimisme, qui l’a théorisé dans des dialogues philosophiques, les Operette morali, dans un journal, le Zibaldone, dans des aphorismes, les Pensieri, dans ses plus grandes compositions poétiques, les Grandi Idilli. Il y a chanté l’illusion tout en déplorant ses méfaits. Il a fini par s’orienter de plus en plus vers des poèmes qui se détournent du thème de l’illusion et décrivent la condition humaine sans concession, qui accusent la nature de se jouer de nous, qui raillent les hommes de progrès, naïfs dont les yeux sont voilés devant la réalité d’un monde absurde et cyclique. L’illusion peut être un choix poétique délibéré, elle ne peut être acceptée comme fourvoiement de la raison.

  • 3 Les éditions les plus récentes de ce texte sont parues toutes deux en 1987, respectivement à Turin (...)

28Conformément à ces options de la maturité, Leopardi rédige un poème satirique pour ridiculiser les libéraux de son époque et leur idéalisme politique. Il l’intitule les Paralipomeni della Batracomiomachia3, prétendant écrire la suite d’une parodie antique de L’Iliade, la Batracomiomachia ou Guerre des grenouilles et des rats. Les rats leopardiens campent les libéraux italiens qui ont des démêlés avec des crabes belliqueux dans lesquels il faut reconnaître les Autrichiens absolutistes. Le personnage principal, le comte Leccafondi, représente la caricature de l’intellectuel romantique, idéaliste, constitutionnaliste et féru de philosophie allemande. Pendant six chants, il connaît des péripéties qui mettent en échec sa bonne volonté politique, il est contraint à l’exil, s’efforce de rallier à sa cause les cours étrangères, jusqu’au moment où un événement extraordinaire le met en présence d’un homme, nommé Dédale, qui le conduit jusqu’en Enfer pour consulter ses ancêtres. De retour sur Terre, il ne peut exploiter la connaissance qu’il rapporte de l’au-delà car le récit tourne court : Leopardi l’interrompt, comme pour signifier qu’il n’y a pas de solution politique possible dans un monde où la condition des vivants est absurde, ce qui est le véritable enseignement de la descente aux Enfers des deux derniers chants.

  • 4 Paralipomeni, chant VI, strophes 24-32.

29On aura compris que le texte a deux parties bien distinctes, au climat très différent : les six premiers chants qui sont de nature satirique et politique, et les deux derniers qui sont de nature fantastique et philosophique, la charnière étant assurée par l’extraordinaire. Ce fait extraordinaire qui a pour fonction le basculement narratif et l’infléchissement du projet du poème, c’est un déluge4. Déluge dans lequel on reconnaîtra des caractères proches de ceux qui sont propres au naufrage.

  • 5 Ibidem, VI, 28, 1.
  • 6 Ibidem, VI, 28, 5.
  • 7 Ibidem, VI, 26, 4.
  • 8 Ibidem, VI, 24, 7-8.

30Ce déluge qui emportera “cani pecore e buoi”5 pour les noyer “insino ai fiumi, insino all’oceano”6, et qui n’épargnera aucun des membres qui escortent le comte Leccafondi, seul survivant du désastre (“E dai seguaci si trovò disgiunto”7), commence par un orage qui devient tempête, où ne manquent ni les éclairs, ni les trombes d’eau, ni le tonnerre, ni les dégâts tels qu’éboulements et inondations. Sa fonction dans la fiction du poème est d’empêcher le comte de continuer sa route : “Ed ai campi adeguò così la via / Che seguirla impossibil divenia”8 ; du point de vue narratif sa fonction est de détourner le texte du niveau politique pour le porter sur le plan métaphysique : c’est en effet dans le questionnement métaphysique qu’apparaissent les raisons qui font de l’Histoire une impasse, un chemin impossible à suivre.

  • 9 Ibidem, VI, 29, 4.
  • 10 Ibidem, VI, 24, 5-6.
  • 11 Ibidem, VI, 26, 4-8.
  • 12 Ibidem, VI, 26, 3.
  • 13 Ibidem, VI, 27, 2.
  • 14 Ibidem, VI, 30, 3.
  • 15 Ibidem, VI, 31, 7.
  • 16 Ibidem, VI, 29, 6-8. C’est nous qui ajoutons ici les italiques, ainsi que dans le paragraphe qui su (...)

31Or le déluge prend bientôt les connotations du naufrage : l’orage est appelé “procella”, terme désignant souvent les tempêtes maritimes9 ; les eaux qui montent déplacent de l’écume : “Gelato un nembo in turbine convolto / Colmò le piagge d’arenose spume”10 ; le comte n’avance plus que dans une étendue d’eau, un lac, où il nage et manque de se noyer : “Per la campagna un lago or divenuta / Notava o sdrucciolava a ciascun punto. / Più volte d’affogar corse periglio. / E levò supplicando all’etra il ciglio”11. Son désarroi n’a d’égale que sa désorientation : on nous dit du comte à la façon dantesque “Che la strada assai presto ebbe perduta”12, qu’il va sans direction cohérente “Più volte indietro e innanzi”13, qu’il avance “Senza de’ lochi aver conoscimento”14, “mutando ognor cammino”15, ce qui ne peut trouver meilleure métaphore que celle du bateau vide livré aux vagues : “Ma sommerse le valli e le pianure / Erano intorno, e come navicella / Votafra l’onde, senza alcuna via / Il topo or qua or là notando gia”16.

  • 17 Ibidem, VI, 27, 6-8.
  • 18 Ibidem, VI, 30, 1-2.

32Dans ces inquiétantes conditions, le comte a peur : “Di tremende minacce il cor gli strinse, / Che di rado il timor, ma lo spavento / Vince spesso de’ saggi il sentimento”17. De l’épouvante il passe à l’angoisse : “E in suo cor sottentrata allo spavento / Era l’angoscia del presente stato18. Évocations de sa peur qui ne sont pas sans rappeler le “per poco il cor non si spaura” de L’Infinito. On est en fait bien loin du climat de l’idylle de L’Infinito dans ce cadre tempétueux, mais il s’agit bien encore d’un basculement, narratif cette fois, puis cognitif.

33Peu de choses en commun avec L’Infinito, certes, et pourtant on retrouve curieusement dans les deux textes quelques éléments (nous ne prétendons pas que ce soit calculé ni même conscient) : la haie, les arbres, le vent, avec une valeur et une fonction tout autre.

  • 19 Ibidem, VI, 25, 1-2.
  • 20 Ibidem, VI, 27, 1-4.
  • 21 Ibidem, VI, 30, 4-8.

34Le vent n’est pas ici cette voix mettant en valeur l’infini silence mais l’accompagnement agressif du tonnerre. Dans le récit du déluge qui s’étend sur neuf strophes, le vent est mentionné trois fois, insistance correspondant à sa présence ininterrompue et fastidieuse. A chaque fois il est connoté négativement mais pour des raisons différentes. La première fois il déracine les arbres (et ne frissonne plus dans leur feuillage...) : “Il vento con furor precipitando / Schiantava i rami e gli arbori svellea”19. La deuxième fois il égare le malheureux voyageur puis le renverse dans l’eau : “Il vento ad or ad or mutando lato / Più volte indietro e innanzi il risospinse, / Talora il capovolse e nel gelato / Umor la coda e il dorso e il crin gli tinse”20. La troisième fois il se fait perçant et insinuant, mettant le rat en danger de mort : “Messo s’era da borea un picciol vento / Freddo, di punte e di coltella armato, / Che dovunque, spirando, il percotea, / Pungere al vivo e cincischiar parea”21.

  • 22 Ibidem, VI, 23, 6-8.

35Ce qui est curieux, eu égard à cette insistance dans la description du vent, c’est que le mot “vento” est également le dernier employé avant le début de l’épisode du déluge-naufrage, mais il l’était au sens figuré, ce qui inciterait à interpréter sa présence récurrente pendant l’épisode comme une figure, précisément. Rappelons que le voyage du comte avait pour but d’aller d’une cour à l’autre pour rallier à la cause de sa patrie les puissances étrangères. Certains souverains entretenaient ses espoirs de façon illusoire et c’est le sens de cette duperie que prend ici le mot “vento” : “Più d’un ministro e re largo conforto / Gli porse di promesse, ed ei contento / Il cammin proseguia con questo vento”22.

36Le vent des paroles trompeuses donc, le vent de ses illusions politiques, donnait au comte une ingénue satisfaction. Et voilà que le vent en tempête l’amène au naufrage et à l’égarement, à l’angoisse, à la mort peut-être. Leccafondi ne réchappera d’ailleurs de ce cataclysme que pour faire la rencontre de l’homme qui le conduira dans l’au-delà, dans le décor métaphysique de l’indifférence et de l’absurde. De la vérité donc. De la morne et morte vérité du Néant. De la vérité qui met en échec l’Histoire comme elle met un terme au récit.

  • 23 Ibidem, VI, 24, 1-2.
  • 24 Ibidem, VI, 24, 3.
  • 25 Ibidem, VI, 26, 1-2.

37C’est en effet pour trouver le point fixe de la vérité que le comte échappe à l’égarement. Pendant toute la tempête il nageait dans l’obscurité : l’événement se produit “Una notte d’autunno, andando ei molto / Di notte, come i topi han per costume”23 ; l’orage éclipse toute lueur : “Oscurò delle stelle ogni barlume”24 ; le comte voit dans le noir, ce qui ne lui est d’aucune utilité : “Non valse al conte aver la vista acuta, / E nel buio veder le cose appunto”25. Mais lorsque l’orage s’apaise, il distingue une lumière – qui lui apparaît entre les haies et les arbres :

  • 26 Ibidem, VI, 31, 8 ; 32, 1-6. C’est nous qui ajoutons les italiques.

Vide molto di lungi un lumicino,
Che
tra le siepi e gli arbori stillanti
Or gli appariva ed or parca fuggito.
Ma s’accorse egli ben
passando avanti
Che immobile era quello e stabilito,
E di propor quel segno ai passi erranti,
O piuttosto al notar, prese partito.
26

38À travers les haies et les arbres, la lumière lui semble incertaine, mais le protagoniste “passe devant” ces obstacles, et s’aperçoit bien que la lumière est fixe. Découverte d’une vérité tangible et immuable, c’est bien ce que sera la descente aux Enfers de Leccafondi : l’Enfer, c’est le vrai. Or pour y parvenir, d’un acte volontaire (“prese partito”), il faut passer devant la haie, autrement dit accomplir la démarche inverse de celle de L’Infinito. Du “Ma sedendo e mirando” passif, derrière la haie, Leopardi en vient à un actif “passando avanti”, autre gérondif introduit par un “Ma” en tête de vers.

39De l’autre côté de la haie, que trouve le comte ? Non plus l’infini, mais seulement un homme (le seul qui figure dans les Paralipomeni). Un homme qui est un double de Leopardi, nommé Dédale – un nom lié au savoir et au labyrinthe auquel conduit le savoir, labyrinthe que l’homme qui sait construit lui-même autour de lui et dans lequel il se perd. Un homme aussi capable de construire des ailes pour mener le protagoniste dans la sphère métaphysique. L’homme du Vero et du Nulla est aussi celui qui oscille entre l’enfermement et la libération tous deux donnés par le savoir philosophique.

40En d’autres termes, si le naufrage de L’Infinito est le naufrage vers l’illusion, le naufrage-déluge des Paralipomeni est le naufrage des illusions. C’est la figuration narrative de l’option héroïque du Leopardi tardif : regarder le vrai en face, sans s’abriter derrière la haie consolatrice de l’imagination qui sans changer la condition de l’homme la lui rendait supportable. Leopardi choisit d’affronter l’insupportable, l’indifférence qu’il décrit jusqu’au malaise dans la géhenne des rats, dans un parcours en deux naufrages qui le conduit de l’infini à l’enfer.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Michel Orcel : “Il est un autre phénomène, interne celui-là, qui accroît l’absolue singularité de ce premier chef-d’œuvre : c’est que L’Infini est le seul texte des Canti où ne se fasse pas jour le thème, leopardien par excellence, de la Douleur”, Le son de L’infini, in “Langue mortelle”. Études sur la poétique du premier romantisme italien, Paris, L’Alphée, 1987.

2 Voir par exemple Cesare Luporini : “Ora questo naufragare vien detto “dolce”. La cosa in se stessa non è sorprendente. Ma è sorprendente in Leopardi (l’ultimo verso giunge infatti inatteso) in quanto in lui la tensione esistenziale tra finito e infinito darà luogo a una ‘philosophie désespérante’”, « Naufragio senza spettatore », in 50 rue de Varenne, mars 1987, ora in Leopardi progressivo, Roma, Editori Riuniti, 1992, pp. 135-143.

3 Les éditions les plus récentes de ce texte sont parues toutes deux en 1987, respectivement à Turin chez Loescher, et à Gênes chez Congedo editore.

4 Paralipomeni, chant VI, strophes 24-32.

5 Ibidem, VI, 28, 1.

6 Ibidem, VI, 28, 5.

7 Ibidem, VI, 26, 4.

8 Ibidem, VI, 24, 7-8.

9 Ibidem, VI, 29, 4.

10 Ibidem, VI, 24, 5-6.

11 Ibidem, VI, 26, 4-8.

12 Ibidem, VI, 26, 3.

13 Ibidem, VI, 27, 2.

14 Ibidem, VI, 30, 3.

15 Ibidem, VI, 31, 7.

16 Ibidem, VI, 29, 6-8. C’est nous qui ajoutons ici les italiques, ainsi que dans le paragraphe qui suit.

17 Ibidem, VI, 27, 6-8.

18 Ibidem, VI, 30, 1-2.

19 Ibidem, VI, 25, 1-2.

20 Ibidem, VI, 27, 1-4.

21 Ibidem, VI, 30, 4-8.

22 Ibidem, VI, 23, 6-8.

23 Ibidem, VI, 24, 1-2.

24 Ibidem, VI, 24, 3.

25 Ibidem, VI, 26, 1-2.

26 Ibidem, VI, 31, 8 ; 32, 1-6. C’est nous qui ajoutons les italiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Perle Abbrugiati, « Leopardi d’un naufrage à un déluge », Cahiers d’études romanes, 1 | 1998, 109-121.

Référence électronique

Perle Abbrugiati, « Leopardi d’un naufrage à un déluge », Cahiers d’études romanes [En ligne], 1 | 1998, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3485 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3485

Haut de page

Auteur

Perle Abbrugiati

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org