Navigation – Plan du site

À propos de la Manía de citas y de epígrafes (1832) de Mariano José de Larra

Antoni Ferrer
p. 95-110

Résumés

Dans cet article est effectuée une lecture philologique d’un court texte satirique de l’écrivain romantique espagnol Mariano José de Larra, la Manía de citas y de epígrafes (1832). À une première lecture, l’auteur semble critiquer le pédantisme de ses contemporains, pour qui sans citation point de salut ; bref on croit à “un texte sérieux, assorti de citations sérieuses”. Mais un examen plus précis de ces deux pages, assorti d’une comparaison avec la manie citationnelle fantaisiste de Stendhal, permet de penser que nous sommes en présence d’un texte facétieux qui, tout en laissant croire que l’objet de la moquerie est le lecteur, se moque en réalité des censeurs qui passaient au peigne fin les textes satiriques tels que ceux du Pobrecito Hablador, à une époque – la fin de l’Ancien Régime – où sévit encore le pouvoir absolu de Ferdinand VII.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Espagne

Index chronologique :

XIXe
Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1Le texte que je me propose d’aborder appartient au XIXe siècle. Son auteur, l’écrivain romantique Mariano José de Larra, l’a intitulé Manía de citas y de epígrafes quand il l’a publié pour la première fois à Madrid en novembre 1832 dans sa “revue satirique” El Pobrecito Hablador.

2Cet article en prose n’est pas extrêmement long. Dans son édition de la B.A.E., la plus accessible à l’heure actuelle, il ne remplit pas tout à fait deux pages du premier des quatre volumes des Obras que Carlos Seco Serrano (BAE 1960 : I, 105-106) a édités il y a presque une quarantaine d’années.

3Ce texte, signalons-le tout de suite, est plus bref que ceux du même auteur qui, de nos jours, sont proposés au lecteur. Sans trop nous attarder sur cette première particularité, sur laquelle il faudra peut-être revenir, essayons à présent de le situer très rapidement dans l’œuvre d’un écrivain qui, selon Juan Luis Alborg (1980 : 186) constitue “la valeur la plus permanente, la plus vivante et la plus actuelle de tout le Romantisme espagnol”.

4Comment se présente donc l’œuvre de cet écrivain, poète, romancier, auteur dramatique, traducteur et journaliste qui, en plein succès, a mis un terme à sa vie en se brûlant la cervelle le 13 février 1837 ? Sans trop entrer non plus dans les détails, rappelons que ce que la postérité a retenu de lui n’est peut-être pas ce qui l’avait fait le plus rêver lorsqu’il travaillait à sa future “gloire littéraire”.

  • 1 On doit à Aristide Rumeau (1948-1951) la meilleure présentation d’ensemble de la poésie écrite (et (...)
  • 2 El Doncel de Don Enrique el Doliente a fait l’objet d’une édition de José Luis Varela (1978).
  • 3 Nous reprenons de James Dumerin (1983 : 44-45) la liste des douze pièces écrites par Larra. Après l (...)

5Effectivement, de nos jours, ses poèmes – qui n’abordent le pouvoir absolutiste de Ferdinand VII qu’à travers mille platitudes et qui sont très dans le goût de la poésie officielle de style néoclassique de l’époque – n’intéressent que de très rares spécialistes1.Son unique roman historique (Le Damoiseau d’Henri le Dolent2), édité en 1834, tout comme son drame Macias (1834), qui est son œuvre théâtrale la plus réussie, sont eux aussi pratiquement réservés aux spécialistes3. Quant à ses traductions, elles ne sauraient valoir non plus à leur auteur le succès indéniable que représentent les rééditions périodiques de ses “articles de mœurs”.

6Autrement dit, avant d’examiner de plus près la Manía de 1832 il était bon de rappeler que nos deux “bonnes feuilles” sont au cœur de la partie de l’œuvre de Larra qui depuis le siècle dernier n’a cessé d’être revisitée par chaque nouvelle génération de lecteurs espagnols. C’est ce que confirment les mots mêmes d’Albert Dérozier (1994 : 239), l’un des hispanistes français ayant participé à la récente Histoire de la littérature espagnole parue chez Fayard :

D’abord converti en mythe par son suicide, à aucun moment Larra ne cessa d’être lu et commenté. Les hommes de la génération dite de 98 se reconnurent en sa personne, le saluèrent comme un précurseur. Notre époque se plaît encore à voir en lui presque un contemporain : “Plume d’hier. Espagne d’aujourd’hui” donnait Juan Goytisolo à un choix d’articles présentés en 1965 au public français. De fait, rien de plus frappant que de constater combien ces délicieux pamphlets, confiés au support évanescent, par définition, du papier journal, conservent paradoxalement leur fraîcheur, même lus hors des circonstances si particulières qui suscitèrent leur apparition.

7Mettons un point final à cette rapide présentation en retenant trois idées très simples. Celles-ci :

81. – Larra est un grand classique de la littérature espagnole, comme le prouve le détail d’ordre iconographique que voici. Pour la couverture du premier volume de l’histoire de la littérature espagnole de Juan Luis Alborg, consacré au Moyen Âge, c’est une belle édition de La Célestine qu’a été choisie. Pour le deuxième volume, correspondant au Siècle d’Or, c’est un portrait baroque de Lope de Vega qu’on y retrouve. Pour le troisième volume, celui du XVIIIe siècle, c’est le portrait de Jovellanos, fait par Goya, qui sert d’illustration. Enfin, pour le quatrième volume, celui du XIXe siècle, c’est le portrait de Mariano José de Larra, réalisé par le peintre José Gutiérrez Vega, qu’on y retrouve.

92. – Les articles constituent de nos jours la partie de l’œuvre de Larra la plus appréciée. Certains critiques n’hésitent pas à parler même de leur actualité, voire de leur modernité. Il s’agit de textes généralement très brefs. Les anthologies permettent au lecteur de se familiariser avec eux, au risque de méconnaître le restant de son œuvre. Signalons, à titre d’exemple, que pour la période de 1977 à 1989, Leonardo Romero Tobar (1994 : 43), dans son Panorama crítico del romanticismo espagnol, fait état de dix éditions chez autant d’éditeurs espagnols.

103. – L’article que Larra a intitulé Manía de citas y de epígrafes, est plus bref et moins connu que les autres articles normalement retenus dans les anthologies. Certains de ces articles – Vuelva usted mañana, El castellano viejo ou Nadie pase sin hablar al portero o los viajeros en Vitoria –, pour n’en citer que trois, font partie du patrimoine littéraire espagnol.

11Je rappellerai enfin que la Manía de citas y de epígrafes a été publiée pour la première fois, selon l’édition de la B.A.E., le 6 novembre 1832. Il s’agit par conséquent d’un texte qui se situe à la fin de la “Décennie Scélérate”, ou si l’on préfère à la fin de l’Ancien Régime et donc à l’aube de la société libérale.

II. La Lectio facilior de la Manie

12Nous voilà armés pour procéder à une petite paraphrase de l’article choisi. Nous pouvons l’envisager sans tenir compte non plus de son “contexte”, c’est-à-dire, en faisant abstraction, “des circonstances si particulières qui suscitèrent son apparition” pour citer une nouvelle fois Albert Dérozier (1994 : 239).

13Un résumé fidèle devrait nous aider à saisir le thème traité par notre auteur. Cette centaine de lignes ne sembleraient pas poser de problème majeur de compréhension, comme on peut le vérifier, soit à partir du texte espagnol, soit à partir de la traduction française que l’on trouvera à la fin de cet exposé. Que nous apprend donc cette paraphrase ?

Il est des écrivains actuels, et nous en connaissons, pour qui il serait impensable d’envisager un texte sans le faire précéder d’une épigraphe et sans le truffer de citations. Cette manie n’est en réalité qu’un pis-aller auquel ont recours les représentants d’une littérature espagnole en pleine décadence. En réalité les auteurs qui utilisent ces procédés ne cherchent qu’à dissimuler leurs limites en nous accablant de citations en latin et en français, langues qu’ils ne connaissent même pas.
Le pédantisme de ces écrivains s’aggrave, par ailleurs, lorsqu’il est question de théâtre. Notre public, en effet, est généralement ébloui par les citations qui lui sont proposées dans des langues qu’il ne comprend pas. Mais craignant d’être déconsidéré, il fait semblant d’en saisir le sens et n’hésite pas à en rire.
En ce qui concerne les auteurs modernes, ils sont lus avec mépris ou indifférence tant que le lecteur n’identifie pas le classique qui les inspire. Ajoutons à cela que le simple lecteur ignore combien il est facile de nos jours de trouver des textes traitant de tout et de faire semblant d’avoir des connaissances qu’en réalité on n’a pas.
Pour notre part, nous comptons nous placer à mi-chemin entre ces deux extrêmes. Nous souhaiterions aussi que, plus jaloux de notre littérature nationale, nous laissions de côté les citations d’auteurs classiques au profit des citations en castillan, langue dans laquelle – pensons-nous – presque tout a été déjà dit et écrit.
C’est pourquoi nous avons l’intention de nous appuyer sur des autorités espagnoles et, au besoin, d’imiter l’auteur qui se cachait derrière le pseudonyme du “Lutin Satirique” et qui, lui aussi, pouvait user et abuser de cette manie des citations.
Mais au cas où notre lecteur douterait de notre maîtrise des langues latine et française, nous nous réservons le droit de lui fournir, à la fin de ces numéros, une liste des épigraphes et des citations utilisées. Il nous suffira pour cela de les copier des ouvrages qui de nos jours ont été imprimés, même si à la rigueur l’usage qu’ils en font n’est pas du tout justifié.

14Dans un souci de clarté, cette paraphrase fait abstraction des huit citations qui sont contenues dans l’article de Larra, que nous pouvons enfin aborder.

15Cette tâche, avouons-le, n’est pas extrêmement ardue. Il suffit en effet de nos intéresser aux passages imprimés en italiques et auxquelles Larra se réfère explicitement dans les lignes 4-5 de notre traduction. On constatera par ailleurs que ces 8 citations sont les seuls passages à offrir cette particularité typographique.

16Ces huit citations se distribuent de la manière suivante : 2 en espagnol, 4 en latin et 2 en français. D’une manière plus précise, et si l’on suit leur ordre d’apparition, le lecteur se voit proposer successivement une première citation en espagnol : l) los pocos sabios que en el mundo han sido (lignes 18-19). Viennent ensuite les quatre citations latines : 2) utile dulci (ligne 46) ; 3) lectorem delectando (ligne 46) ; 4) obscurus fio (ligne 46), et 5) parturiens montes (ligne 47). On passe par la suite aux deux citations françaises : 6) on sera ridicule (ligne 47), et 7) c’est un droit qu’à la porte (lignes 47-48). Enfin, la dernière de ces huit citations est à nouveau en espagnol : 8) creemos que casi todo está dicho y escrito en castellano (ligne 51).

17Il convient de souligner à présent une nouvelle caractéristique typographique qui nous mène à un deuxième classement. La moitié de ces 8 citations (les n° l, n° 2, n° 5, et n° 8) se différencient des autres citations (les n° 3, n° 4, n° 6 et n° 7) par l’absence de l’abréviation latine etc. C’est donc seulement après deux citations latines et après deux citations françaises que Larra se sert “de una voz empleada para interrumpir el discurso indicando que en él se omite lo que quedaba por decir”, pour reprendre sa définition espagnole. Autrement dit, le lecteur est ainsi averti qu’il doit compléter lui-même le texte de ces quatre citations.

18Il nous reste à nous occuper maintenant de la façon dont notre citateur parvient à boucler la boucle. Il part, comme on peut le constater, d’une première citation réalisée dans la même langue qu’il utilise pour écrire (lignes 18-19) ; il fournit ensuite six citations dans les deux langues étrangères blâmées (lignes 46-48) ; et il revient enfin dans sa dernière citation à la langue de départ, c’est-à-dire, à la langue exaltée (ligne 51).

19En faisant cela, il parvient aussi à souligner sa critique du pédantisme de ses contemporains. On aura remarqué en effet que c’est après avoir souhaité que “plus jaloux de notre orgueil national, nous n’allions pas puiser de l’eau dans les rivières étrangères, alors que les nôtres sont si belles” (lignes 43-45) qu’il passe aux six citations dans les deux langues récriminées. Or celles-ci risquent de poser un problème de compréhension au lecteur qui ne connaîtrait pas le latin ou le français. Même en les connaissant, il risque de ne pas d’identifier leur filiation, car ayant été affectées de l’abréviation latine etc. elles sont par définition incomplètes.

20Occupons-nous donc des deux citations qui, elles, ne posent apparemment aucun problème de compréhension. Elles sont néanmoins très différentes. En effet, n’importe quel lecteur d’aujourd’hui retrouvera facilement dans la première l’écho de Fray Luis de León. Il s’agit, rappelons-le au passage, du cinquième vers de l’ode intitulée Vie retirée, dont voici la traduction française :

  • 4 Pomés (1957 : 109).

VIDA RETIRADA

VIE RETIRÉE

¡Qué descansada vida

Quelle placide vie

la del que huye el mundanal rüido,

que celle de qui fuit [le bruit du monde

y sigue la escondida

et s’engage au [sentier

senda por donde han ido

dérobé qu’ont suivi

los pocos sabios que en el mundo [han sido !

le peu de sages qui [furent jamais4.

21L’autre citation, en revanche, pose un vrai problème de filiation. Le lecteur comprend ce qu’elle dit mais il n’identifie pas pour autant l’identité de son auteur. S’agirait-il, comme dans le cas de la citation précédente, d’un autre classique espagnol ou au contraire d’un contemporain de Larra ? Nous voilà au début du parcours qu’il faudrait envisager si nous voulions identifier l’auteur de chacune des autres citations.

22Mais restons dans la perspective du lecteur d’aujourd’hui. Il ne tarde pas à constater que dans son article, Larra fait allusion à deux autorités de l’Antiquité : Horace (ligne 21) et Aristote (ligne 21). Il suffit alors qu’il se rappelle que la Vida retirada est une réécriture du Beatus ille d’Horace pour qu’il puisse envisager la conclusion qui semblerait se dégager de cette paraphrase.

23Ce lecteur a le droit de croire – me semble-t-il – qu’il est en présence d’un texte sérieux, assorti de citations sérieuses, confirmées par les deux autorités de l’Antiquité. Larra, dans ce témoignage poignant, – peut conclure ce lecteur – nous dénonce, donc, avec gravité, l’extrême décadence dans laquelle était tombée la littérature espagnole de la troisième décennie du XIXe siècle.

24Cette lectio facilior nous permet en apparence de saisir, pour le dire avec les mêmes mots de Dominique Maingueneau (1993 : 8), le contenu transparent et univoque de la Manie des citations.

  • 5 La critique des Poesías de J.-B. Alonso (Madrid, Impta de Tomás Jordán, 1834) insérée par Larra dan (...)

25Elle nous aura permis de surcroît de mieux comprendre pourquoi deux historiens de la littérature espagnole, Juan Luis Alborg, en 1981, et Leonardo Romero Tobar, en 1994, se fondent sur un autre article de Larra, lui aussi de thème littéraire, pour aborder l’étude de la poésie publiée en Espagne dans la troisième décennie du XIXe siècle5.

26Elle nous aide aussi à mieux saisir la valeur de ce témoin privilégié qu’a été Larra, comme nous le rappelle Albert Dérozier (1994 :236) : “Là où les ‘costumbristas’ [c’est-à-dire, les rares prosateurs de sa génération] ne voient que prétextes à évocations badines et à crayonnages légers Larra distingue les soubresauts d’un monde en mutation, le sourd halètement de l’histoire”.

  • 6 Ces mots de Azorín, publiés en 1916, sont repris par Carlos Seco Serrano (BAE, I, xxvii, n).

27Elle nous fournit en somme un nouvel exemple de la “lucidité” de notre écrivain, explicable sans doute par l’énorme « recul que prend Larra par rapport à ses contemporains et par sa très singulière situation idéologique et politique”6 pour reprendre, Azorín, un membre illustre de la “generación del 98”.

28Dans ces conditions, peut-on vraiment envisager aujourd’hui la lectio difficilior de cet article de 1832 et, d’une manière plus générale, celle de la revue satirique El Pobrecito Hablador ?

III. La Lectio difficilior de la Manie

29Je ne pense pas qu’à l’heure actuelle on puisse aller très au-delà de la lectio facilior que nous venons d’aborder. En effet, il faudrait préalablement refaire de a à z l’étude d’un pamphlet qui a fait l’objet, il y a une quarantaine d’années, d’une citation peu scrupuleuse dont les conséquences se sont répercutées de 1960 à nos jours.

30Compte tenu de la complexité de cette aberration philologique, qui nos éclaire tout de même sur les conséquences que peut avoir une manipulation textuelle, nous pouvons la laisser pour la fin de cet exposé et rappeler tout de suite une évidence. Tant que l’œuvre de Larra ne disposera pas d’une édition critique, on passera plus de temps à essayer de surmonter telle ou telle énormité bibliographique qu’à proprement étudier l’intertextualité qui traverse en entier son œuvre littéraire.

31Dans un souci de clarté, j’opposerai par la suite les conditions dans lesquelles le lecteur espagnol et le lecteur français se voient proposer respectivement les Articles de Larra et le roman de Stendhal, le Rouge et le Noir, pour survoler enfin les citations de la Manie qu’à ma connaissance, n’ont jamais été étudiées.

32L’édition en livre de poche de Le Rouge et le Noir, qui a été publié pour la première fois à Paris en 1830, s’ouvre par ces mots :

  • 7 Stendhal, Le Rouge et le Noir, préface, commentaires et notes de Victor Del Litto (Paris, le Livre (...)

Peu d’auteurs ont posé autant de problèmes aux lecteurs et aux exégètes que Stendhal. Et cela parce que Stendhal est un “cas”. Aussi bien sur le plan biographique que sur celui de la création et de l’écriture. On ne voit guère d’autre exemple d’un homme qui ait systématiquement eu recours à des pseudonymes dissimulant ainsi sa véritable identité et qui ait en même temps aspiré toute sa vie à la gloire. [...] Le double enracinement historique et autobiographique explique la permanence et l’étendue de son “actualité”, la faculté de son adaptation à tous les publics...7

33Ces mots semblent avoir été conçus pour une édition de Larra, tant les parallélismes entre le Grenoblois et le Madrilène sont frappants. Ce n’est pas tout. Après l’édition du roman, dont chaque chapitre s’ouvre par une épigraphe – ce qui est exactement le cas de Macías, le roman historique de l’Espagnol –, le lecteur français se voit proposer un travail qui manque dans les éditions des Articles de Larra. Le préfacier français, s’appuyant sur les travaux qui l’ont précédé, reprend toutes les épigraphes du roman stendhalien. Ce faisant, il nous fournit un modèle de ce qu’il faudrait aborder chez Larra, et qu’il a fallu circonscrire aux huit citations de la Manie.

34Ce petit échantillon permet néanmoins d’arriver à une nouvelle constatation. Une étude des épigraphes et des citations utilisées par Larra ne peut pas se fonder sur le texte de la B.A.E. car cette édition n’est pas toujours fiable et contient, comme le prouve le collationnement de certains passages, de graves altérations textuelles.

35Après cette étonnante découverte, revenons sur l’édition stendhalienne. Elle nous replace le petit texte de Larra dans l’Europe de son temps : “Remarquons une fois pour toutes qu’à l’époque où ‘Le Rouge et le Noir’ a été écrit les épigraphes étaient à la mode. Stendhal a fait sien ce procédé dès son premier roman, ‘Armance’ (1827), mais il l’a abandonné par la suite. En outre, la plupart des épigraphes sont fantaisistes, sauf quand il s’agit, par exemple, de celles qui sont tirées de Shakespeare ou de Byron” – nous dit le préfacier français Victor del Litto (1983 :5-7).

36Nous avons déjà signalé ce qui empêche d’aborder une étude globale des citations et des épigraphes utilisées par Larra. Passons maintenant à ce que devrait être logiquement sa suite normale. L’éditeur de Stendhal traduit systématiquement en français les épigraphes en langue étrangère (allemand, anglais, latin), tout en précisant l’aspect cryptique de cette intertextualité. Un seul exemple, pris un peu au hasard, nous permettra d’y voir plus clair.

  • 8 Del Litto (1983 : 581).

37Cunctando restituit rem c’est l’épigraphe latine de Quintus Ennius (269-169) qui ouvre le cinquième chapitre du roman français. L’éditeur stendhalien traduit ces trois mots par “Il restitua la chose en hésitant” avant d’ajouter ce commentaire : “C’est l’une des épigraphes les plus cryptiques du roman. On l’a cherché en vain dans les œuvres du poète latin Quinus [sic] Ennius”8. La petite coquille faisant disparaître le t de Quintus, ce qui est parfaitement pardonnable dans une édition de livre de poche, nous pose une question supplémentaire. Peut-on procéder à une édition de vulgarisation d’un classique tant que son édition critique fait défaut ?

38Revenons à Larra. Le paradoxe à présent c’est que l’équivalent de ce côté fantaisiste constaté chez Stendhal n’apparaît pas tout d’abord dans les citations latines de Larra mais là où on s’y attendait le moins : dans la deuxième citation en espagnol. Il nous a été impossible de la décrypter. S’agirait-il d’une autocitation ? Nous l’avons aussi cherchée en vain dans l’œuvre de Larra antérieure à 1832, c’est-à-dire, dans les folletos qu’il a intitulés El Duende Satírico del Día de 1828, qu’il cite dans la ligne 57. Cela nous a permis de constater néanmoins, qu’à la différence de ce que font les citateurs de Larra à partir de 1960, Larra ne fait pas allusion à une publication périodique (qu’il aurait donné certainement en italiques) mais à une sorte d’autorité, ou si l’on veut, à l’un de ses nombreux pseudonymes qui se confondent avec ses cryptonymes.

  • 9 Del Litto (1983 : 249 et 509) montre que l’épigraphe mise par Stendhal en tête du 1er chap de la II (...)
  • 10 Plus exactement, notre citation n° 6 "on sera ridicule, et j’oserai rire ?" appartient aux Satires (...)

39Revenons à présent aux six citations latines et françaises que contient la Manie de 1832. Force est de constater qu’elles appartiennent respectivement à l’Art poétique d’Horace et à l’Art poétique de Boileau, ce qui différencie Larra de Stendhal. En effet, si celui-ci se sert par trois fois dans son roman d’épigraphes d’Horace9, qu’il confond une fois avec Virgile, il ne se réfère jamais à son Art poétique ni non plus à celle de Boileau10.

40Que fait-il donc Larra de différent par rapport à son contemporain français ? Voilà une question fort délicate. Elle semblerait renvoyer aussi bien aux censeurs qu’aux salons madrilènes de 1832. Ou, si l’on préfère, elle semblerait s’inscrire dans le passage de l’oral à l’écrit, et du manuscrit à l’imprimé. En prenant donc toutes les précautions de rigueur, essayons d’avancer une hypothèse.

41En se servant de ces “ambiguïtés langagières”, que sont les citations incorporées à son texte, Larra n’aurait-il pas cherché à contourner le statut extrêmement précaire qui était réservé aux rares écrivains espagnols en activité en 1832, c’est-à-dire, vers la fin de la Ominosa Década ? Pour le formuler encore en d’autres termes : l’articulation triangulaire que semblerait sous-tendre la Manie des citations, ne nous éloignerait-elle pas de cet “homme de plume confronté de façon quasi ininterrompue au problème de la censure”, – comme le reprend Dérozier (1994 : 236) se fiant d’une hagiographie d’origine libérale – pour nous découvrir la stratégie d’un pamphlétaire qui viserait à provoquer l’hilarité aussi bien chez son censeur que chez son lecteur ?

42Invoquant ainsi son bachelier Le Pauvre Petit Bavard, qui est en même temps – rappelons-le pour mémoire – le titre de son pamphlet et le nom de son Narrateur, Larra s’adresserait aussi bien à son Censeur qu’à son Lecteur. Au premier, chargé de lire à la loupe les quatorze articles manuscrits de El Pobrecito Hablador, Larra demanderait de lui accorder son imprimatur, car tout compte fait son pamphlet est sans danger.

43C’est dans cette optique qu’on croit comprendre alors l’usage fantaisiste que fait Larra de ses citations latines. De la même façon qu’il appelle son folleto “revue satirique” (alors qu’à cause de la répression fernandine il n’y en avait jamais eu en Espagne depuis 1823), de la même façon qu’il se moque de lui-même (car la manie des citations et des épigraphes critiquée n’est autre que celle qu’il avait développée lui-même dans son premier pamphlet de 1828), de la même façon il espère avoir prouvé au latiniste chevronné qu’était forcément son censeur qu’il ne se moquait que de lui-même et de son lecteur potentiel.

  • 11 “omne tulit punctum qui miscuit utile dulci, /lectorem delectando pariterque monendo” (vv. 343-344) (...)
  • 12 “parturient montes, nascetur ridiculus mus” (v. 139 de la même Ars Poetica, ainsi traduit par Goico (...)
  • 13 On pourrait, certes, invoquer aussi une coquille car le v.139 est correctement cité par Larra dans (...)

44Car, pour ne reprendre que deux exemples, les deux citations utile dulci et lectorem delectando11 ne font pas partie, comme on pourrait le croire, de deux passages différents de l’Art poétique d’Horace mais d’un seul, où ces quatre mots latins se suivent. Quant au parturiens montes12 il s’agit aussi d’une citation facétieuse, confirmée par la citation sérieuse de 182813. Grâce à elle, Larra transforme “la imagen de Horacio que se aplica a los casos en que a pomposos anuncios o promesas corresponden ínfimos resultados”, en une “parturienta de montañas”.

45Ces jeux de mots sont inséparables des blagues en latin, en français et en italien qui traversent la prose de Larra. Si notre hypothèse est correcte, ils auraient été mis au service d’une stratégie qui différencierait Larra des autres écrivains de sa génération dans ses rapports avec la censure. Quelle a été donc la réponse de celle-ci ?

46À l’heure actuelle elle semble être plus difficile à cerner que la réponse donnée par le lecteur de Larra. Celui-ci, en effet, non seulement a continué à réclamer jusqu’à nos jours les rééditions du Pobrecito Hablador mais a fait de Larra, dès que celui-ci a eu accès à un vrai journal, l’écrivain espagnol le mieux payé de son temps. Ce succès inattendu, qui semble avoir dépassé Larra, renverrait, à nos yeux, aux salons madrilènes de 1832, où, pour le dire un peu rapidement, il aurait été de bon goût d’être au courant du “dernier mot d’esprit de Larra”.

47Bref, pour aborder pour la première fois la citation espagnole de la ligne 51, il conviendrait de rappeler l’existence dans le Madrid de 1832, d’un censeur redoutable et redouté par les écrivains de l’époque, un certain père Carrillo. Il suffirait alors de lui attribuer un brin d’anti-cosmopolitisme, pour obtenir un début de réponse. Si ce censeur avait eu la renommée de répéter aux écrivains de l’époque que pour écrire en castillan ils n’avaient point besoin “de puiser de l’eau dans les rivières étrangères”, il nous aiderait a comprendre le tour de force que Larra aurait accompli et qui aurait fait les délices des salons de Madrid.

48Car en osant écrire noir sur blanc, c’est-à-dire, en italiques, Creemos que casi todo está dicho y escrito en castellano Larra serait parti d’une allusion, de une habladuría, pour en faire une citation écrite. Et, curándose en salud, il se serait protégé derrière le pluriel creemos, ce qui le mettait à l’abri d’une éventuelle accusation de parodie, tout en écrivant le contraire de ce qu’il pensait, comme le prouvent les textes qu’il a par la suite publiés.

49Néanmoins la main du père Carrillo, ou de n’importe quel autre censeur de l’époque, a bien laissé ses traces dans la collection de El Pobrecito Hablador, comme le fait apparaître la consultation de l’édition princeps. Cette intervention attend toujours d’être étudiée. C’est par conséquent par cette démarche bibliographique, voire typographique, qu’il faudrait envisager une étude sur l’intertextualité chez Larra. Cela revient à dire, tout simplement, qu’on ne peut pas aborder cette étude à partir de l’édition de la B.A.E. (1960) ni non plus de celle de Clásicos Planeta (1964), du même historien Carlos Seco Serrano, car elles empêchent de replacer les pamphlets de Larra dans leur vrai contexte historique.

50Abordons une dernière question qui constitue la suite logique de notre approche philologique. A qui doit-on donc la disparition des numéros d’ordre des quatorze cahiers dont se compose Le Pauvre Petit Bavard, ou, si l’on préfère, à qui doit-on donc le remplacement de ces numéros d’un pamphlet par la date précise que réclame tout journal, même si celle-ci n’apparaît jamais dans l’édition princeps ? Bref, qui a vraiment daté du 6 novembre 1832 la Manie des citations en faisant ainsi de son auteur l’un des rarissimes journalistes tolérés par le pouvoir absolu de Ferdinand VII ?

  • 14 Seco Serrano (1960, I : XVI) affirme : “Decididamente irrumpe Larra en la escena literaria española (...)
  • 15 C’est F.C. Tarr qui entreprend en 1933 la transformation d’un auteur de pamphlets, tel que Larra, e (...)

51Cette prodigieuse manipulation textuelle a eu lieu 160 ans après l’édition princeps car c’est dans l’édition de la BAE14 qu’elle apparaît pour la première fois. L’auteur de cette supercherie littéraire, par contre, est resté, lui, jusqu’ici dans l’anonymat. Son geste renvoie aux risques que l’on prend en citant par le bais d’un citateur interposé et peut être parfaitement daté : cette mauvaise citation a forcément eu lieu entre 1933 et 196015.

52Cette supercherie n’avait jamais été relevée jusqu’ici. Elle pèse très lourdement dans la bibliographie consacrée à Larra, lequel néanmoins s’est vu ainsi décerner le meilleur hommage posthume qu’il aurait pu imaginer.

  • 16 Dans sa discutable Historia del periodismo españo. 1 : desde la “Gaceta de Madrid” (1661) hasta el (...)

53Effectivement, son ennemi juré, le censeur, a placé les pamphlets de Larra, dans une Historia del periodismo español parmi les revues satiriques qu’aurait autorisées Calomarde, le premier ministre de Ferdinand VII. En faisant cela, Pedro Gómez Aparicio16 a enfin accordé à Larra, à son insu, un imprimatur que ce censeur franquiste refusait aux écrivains espagnols des années 60 qui se voyaient dans l’impossibilité de publier ou qui, comme Juan Goytisolo, devaient le faire à l’exil.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

ALBORG, Juan Luis (1980) Historia de la Literatura Española. El Romanticismo, Madrid, Gredos.

AYMES, Jean-René (1983) “Mariano José de Larra : ensayo bibliográfico”, Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 45-95.

DÉROZIER, Albert (1994) “Rémanences et innovation : l’avènement de Larra” in Jean Canavaggio (dir.), Histoire de la littérature espagnole, Paris, Fayard, chap. II, 220-239.

DURNERIN, James (1983) “Larra traducteur de Scribe et de Ducange”, Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 45-52.

GOICOECHEA, Cesáreo (1970) Diccionario de citas, verdades y semiverdades,axiomas y paradojas, flores del genio y del ingenio de los grandes pensadores, escritores y hombres célebres de todos los tiempos, compilados en más de 12 500 frases y ordenadas según sus materias, Barcelona, Labor. (2a edición corregida y muy aumentada).

LARRA, Mariano José de (1960) Obras, Madrid, Atlas/BAE, CXXVII-CCXXX. Ed. y estudio de Carlos Seco Serrano.

(1979) El Pobrecito Hablador [agosto de 1832-febrero de 1833], Madrid, Espasa-Calpe. Ed. facsímil. Casa del Libro, noviembre de 1979.

MAINGUENEAU, Dominique (1993) Le contexte de l’œuvre littéraire (Énonciation, écrivain, société), Paris, Dunod.

POMÉS, Mathilde (1957) Anthologie de la poésie espagnole, Paris, Stock.

ROMERO TOBAR, Leonardo (1994) Panorama crítico del romanticismo español, Madrid, Castalia.

RUMEAU, Aristide (1948-1951) “Larra poète. Fragments inédits. Esquisse d’un repertoire chronologique”, Bulletin Hispanique, L, 1948, 510-529 ; LUI, 1951, 115-130.

TARR, F.C. (1933) “El Pobrecito Hablador, estudio preliminar”, Revue Hispanique, LXXVI, 246-269.

ZVIGUILSKY, Alexandre (1978) “Une pièce inédite de Larra”, Mélanges à la mémoire d’André Joucla-Ruau, II, Aix-en-Provence, 1237-1255.

Haut de page

Annexe

Manie des citations et des épigraphes

Il est des hommes, et nous en connaissons, pour qui il serait impossible de commencer un écrit quelconque sans le faire précéder, en guise de cantonnier, d’une épigraphe qui lui fraie le chemin, puis de le saupoudrer de citations latines et françaises qui, étant toujours en italiques, offrent le triple avantage d’introduire de la variété dans la présentation de l’imprimé, de montrer que l’auteur connaît le latin, ce qui est surprenant à une époque où tout le monde l’apprend, et de prouver qu’il a lu ses auteurs français, ce qui est un rare mérite à une époque où on ne trouve pas un seul Espagnol qui n’échange toute sa langue pour deux petits mots du pays voisin. Nous, dans notre grande sottise, nous ne savons pas à quoi mènent les épigraphes, et nous aimerions donc qu’on nous l’explique, car, en attendant que cela se produise, nous pensons que la pédanterie a toujours été dans toutes les nations le signe avant-coureur des périodes de décadence des belles-lettres. Il est vrai que nous sommes convaincus que notre littérature ne va point péricliter ; c’est en réalité impossible, car ce qui est (déjà) à terre ne peut plus tomber ; voilà pourquoi nous ne voudrions pas présenter les symptômes d’une maladie dont nous avons réussi à posséder le seul et vrai antidote.

Si l’auteur qui écrit dit quelque chose de vrai et assoit une idée lumineuse, nous ne comprenons pas quelle valeur supplémentaire peuvent lui apporter les rares sages qui dans le monde ont existé volant ensemble à son secours ; si, par contre, son assertion est fausse, ou si l’idée qu’il avance est de peu de valeur, nous pensons qu’il n’existe pas d’Horace ou d’Aristote capables d’effacer sa bêtise. À cela vient s’ajouter le fait que, habituellement, on interprète ce qu’ont écrit les auteurs anciens, pour adapter leur texte à notre idée, et cela parfois sur des sujets dont la savante Antiquité n’avait même pas imaginé qu’ils puissent exister.

Il est vrai que le simple lecteur, qui ne connaît pas la langue dans laquelle on lui propose la citation, en est généralement ébloui. C’est là l’origine des applaudissements et des cris que l’on entend dans les théâtres chaque fois qu’un auteur, connaisseur du coeur humain, introduit dans son drame un ou plusieurs termes latins, voire des mots techniques et scientifiques que peu de gens comprennent ; chacun s’empresse de rire, afin que son voisin ne puisse penser qu’il n’a pas saisi toute la malice de ce mot-là. C’est là la conséquence de notre vanité puérile. Il arrive aussi que l’on lise un auteur moderne avec mépris ou indifférence, et que l’on ne se mette à le respecter qu’après avoir découvert l’autorité de l’auteur ancien, comme si les hommes avec lesquels on vit tous les jours n’étaient pas capables de dire eux tous seuls rien qui vaille la peine d’être lu ; il a été prouvé en effet qu’il n’existe rien de mieux pour mériter quelque considération que de mourir, ce à quoi l’on ajoute que le simple lecteur ignore combien il est facile de trouver de nos jours des textes traitant de tout, et qu’il est plus difficile d’être très savant que d’en avoir l’air. Tout cela est vrai, et c’est la seule chose que nous trouvons en faveur des citations et des épigraphes ; mais l’homme vraiment supérieur méprise ces banalités.

Nous qui, sans être des hommes supérieurs, ne croyons êtres ignares, nous nous situerons volontiers à mi-chemin entre ces deux extrêmes ; et nous souhaiterions que, plus jaloux de notre orgueil national, nous n’allions pas puiser de l’eau dans les rivières étrangères, alors que les nôtres sont si belles. Nous sommes fort las de cet utile dulci tant repris, de ce lectorem delectando, etc., de ce obscurus fio, etc., de ce parturiens montes, de cet on sera ridicule, etc., de ce c’est un droit qu’à la porte, etc., ainsi que de toute cette kyrielle de très vieilles expressions littéraires éculées sous la plumes de tous les pédants et qui, aussi bons soient-ils, ont déjà perdu pour notre palais, fatigué d’y goûter, toute leur ancienne nouveauté et toute leur saveur piquante. Nous pensons que presque tout a été dit et écrit en castillan. N’osant donc bannir complètement cette manie, afin que le simple lecteur ne pense pas que nous avons moins de connaissances ou moins de livres que nos frères en Apollon, nous convoquerons encore pour nous soutenir les auteurs espagnols faisant autorité, lesquels ne nous feront pas défaut, même si nous voulions insérer dans chacun de nos articles sept épigraphes et cinquante citations, à l’instar d’un certain Lutin Satirique, de mauvaise mémoire, chez lequel nous les avons relevées parfois ; de sorte qu’on ne pouvait entrer dans ses cahiers sans se heurter à une foule d’hommes respectables qui attendaient le pauvre lecteur à la porte, comme pour l’alerter de leurs cris en voyant où il mettait les pieds.

Cependant, pour le cas où le public curieux douterait de notre grande latinité et de notre maîtrise de la langue française, nous nous réservons le droit de lui donner à la fin de nos numéros, si nous le jugeons convenable pour notre bonne réputation, une courte liste d’épigraphes et de citations plus ou moins opportunes, dont nous aurions pu user au long de nos bavardages, ce que nous serons en mesure de faire aisément, même sans savoir beaucoup de latin ou de français, nous bornant seulement à les copier des livres et des feuilles qui ont été imprimés, car chacun d’eux porte, au moins dans son frontispice, l’épigraphe le plus approprié, outre les nombreuses citations qui truffent l’ouvrage, et qui sont mal taillées, ainsi que d’autres qui sont totalement hors sujet.

MARIANO JOSÉ DE LARRA, Obras, I, pp. 105-106 (Éd. de Carlos Seco Serrano, Madrid, B.A.E.1960).

Haut de page

Notes

1 On doit à Aristide Rumeau (1948-1951) la meilleure présentation d’ensemble de la poésie écrite (et pas toujours publiée) par Larra. Ce travail remarquable est malheureusement oublié dans le fort utile “ensayo bibliográfico” de J.-R. Aymes (1983) paru dans l’ouvrage collectif Revisión de Larra (¿Protesta o Revolución ?).

2 El Doncel de Don Enrique el Doliente a fait l’objet d’une édition de José Luis Varela (1978).

3 Nous reprenons de James Dumerin (1983 : 44-45) la liste des douze pièces écrites par Larra. Après l’année de composition suit le nom de l’auteur dont souvent elles ne sont que des “refundiciones” : La Madrina (1831, Scribe) ; No más mostrador (1831, Scribe) ; Felipe (1832, Scribe) ; Roberto Dillón Católico de Irlanda (1832, V. Ducange) ; Fernán González (1832, drame original jamais représenté) ; Siempre (1834, Scribe) ; Maclas (1834 drame historique original) ; El arte de conspirar (1835, Scribe) ; Don Juan de Austria o la vocación (1835, Delavigne) ; Tu amor o la muerte (1836, Scribe) ; Un desafío (1836, Lockroy) et Partir a tiempo (1836, Scribe).

4 Pomés (1957 : 109).

5 La critique des Poesías de J.-B. Alonso (Madrid, Impta de Tomás Jordán, 1834) insérée par Larra dans La Revista Española (19 fév. 1835) et reprise par la BAE (1960 : I, 456-459) continue de nos jours à être largement mise à profit par Alborg (1980 : 226) ainsi que par Romero Tobar (1994 : 185). Après les preuves fournies par Zviguilsky (1978 : 1240), ne devrait-on pas mettre en question la prétendue objectivité avec laquelle Larra aborderait les poésies de ce “soupirant malheureux de Dolores Armijo” que par la suite il continua à conseiller, contre Larra, lorsque, mariée avec José Maria de Cambronero, elle devint la maîtresse de “Fígaro” ?

6 Ces mots de Azorín, publiés en 1916, sont repris par Carlos Seco Serrano (BAE, I, xxvii, n).

7 Stendhal, Le Rouge et le Noir, préface, commentaires et notes de Victor Del Litto (Paris, le Livre de Poche n° 357, 1983), pp. 5-7.

8 Del Litto (1983 : 581).

9 Del Litto (1983 : 249 et 509) montre que l’épigraphe mise par Stendhal en tête du 1er chap de la II partie n’est pas de Virgile mais d’Horace.

10 Plus exactement, notre citation n° 6 "on sera ridicule, et j’oserai rire ?" appartient aux Satires de Boileau. Elle avait déjà été utilisée en 1828 par Larra (BAE, I, 18 et 60). Notre citation n° 7 “c’est un droit qu’à la porte/ on achète en entrant” appartient à l’Art poétique du même auteur. Elle aussi avait été utilisée en 1828 par Larra (BAE, I, 16).

11 “omne tulit punctum qui miscuit utile dulci, /lectorem delectando pariterque monendo” (vv. 343-344). C’est nous qui soulignons les quatre mots cités par Larra des deux vers ainsi traduits par Goicoechea (1970 : 383, n° 6903) : “Quien mezcla lo útil a lo dulce, deleitando al lector, al par que instruyéndolo, obtiene general aprobación”.

12 “parturient montes, nascetur ridiculus mus” (v. 139 de la même Ars Poetica, ainsi traduit par Goicoechea (1970 : 356, n° 6410) : “Parirán los montes, mas sólo nacerá un insignificante ratoncillo”).

13 On pourrait, certes, invoquer aussi une coquille car le v.139 est correctement cité par Larra dans El Duende Satírico del día (cuaderno n° 5, diciembre 1828, p. 13. Mais cela ferait disparaître cette marque d’humour larrien à mettre en rapport, pensons-nous, avec ses traductions des “latinajos” Formosis levitas semper amica fuit et Quantum est in rebus inane !, ainsi rendus par Larra (BAE, II, 13 et 16) : "Siempre fui amigo de hermosas levitas" et "¡Cuantos enanos hay en Reus !"

14 Seco Serrano (1960, I : XVI) affirme : “Decididamente irrumpe Larra en la escena literaria española – ntras la experiencia juvenil de El Duende [Satírico del Día] y de ciertos tanteos poéticos más o menos afortunados – con su publicación periódica El Pobrecito Hablador. El primer número aparece en 27 de agosto de 1832 ; el ultimo verá la luz en 26 de marzo de 1833. Abarca pues, esta serie, el momento crepuscular del régimen fernandido ; y viene a constituir, en realidad, como el acta acusatoria contra la situación social y el sistema político que aquél representa”. Il est toutefois étrange que cet historien ne se demande pas alors pourquoi la censure fernandine aurait été si gentille vis-à-vis de Larra.

15 C’est F.C. Tarr qui entreprend en 1933 la transformation d’un auteur de pamphlets, tel que Larra, en un journaliste d’une revue satirique. Signalons cependant qu’il affecte de crochets les dates qu’il propose pour dater les articles de Larra, dans une note que les citateurs de Larra ne semblent avoir jamais plus relue. Or, le travail de cet érudit, paru en espagnol, n’est pas cité par Seco Serrano dans son édition de 1960 ni dans celle de 1964, ce qui semblerait prouver que cet éditeur se fonde sur une reproduction d’un texte dont il n’a jamais vu l’édition princeps.

16 Dans sa discutable Historia del periodismo españo. 1 : desde la “Gaceta de Madrid” (1661) hasta el destronamiento de Isabel II (Madrid, Editora Nacional, 1967) Gómez Aparicio classe en effet les deux collections des folletos de Larra parmi les publications périodiques ayant vu le jour entre 1828 et 1833, c’est-à-dire, à côté du Correo Literario y Mercantil, des Cartas Españolas, de La Revista Española, de El Boletín de Comercio, du Semanario de Agricultura y Artes et de la Cotización de la Bolsa de Madrid ( !).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoni Ferrer, « À propos de la Manía de citas y de epígrafes (1832) de Mariano José de Larra », Cahiers d’études romanes, 2 | 1999, 95-110.

Référence électronique

Antoni Ferrer, « À propos de la Manía de citas y de epígrafes (1832) de Mariano José de Larra », Cahiers d’études romanes [En ligne], 2 | 1999, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 15 août 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3524 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3524

Haut de page

Auteur

Antoni Ferrer

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org