Navegación – Mapa del sitio

1933-1936 : Falange Española dans ABC de Madrid

Pierre-Paul Grégorio
p. 115-154

Resúmenes

En el paisaje político y periodístico español del principio de los años 30, ABC se afirmaba como el portavoz de la Monarquía caída, que era como decir en portaestandarte del antirepublicanismo más acérrimo. De ahí que se interesara por Falange Española y su fascismo “a la española”. Cierto es que Juan Ignacio Luca de Tena y José Antonio Primo de Rivera habían tejido, desde la cárcel, vínculos de amistad antes de octubre de 1933. Con todo, durante el período objeto de estudio, el diario no trató la presencia falangista en la escena política nacional de manera lineal. Si bien decía negarse a rebajarse a todo lo que fuera fácil retórica y grosera simplificación, prefiriendo, cuando menos teóricamente, una información ecuánime y lúcida, no deja por ello de imponerse todo lo silenciado en el discurso, como prueba de la transformación del periódico. Si en un primer tiempo se limitó a ejercer de simple fuente de información para el lector, evolucionó, tras haber cumplido como correa de transmisión de una corriente política, hacia una función de máquina al servicio de una propaganda. En otras palabras, en el transcurso de aquellos treinta y tres meses que precedieron el estallido de la guerra, ABC buscó instrumentalizar el devenir y la realidad de Falange en provecho de su propia visión de España. Como un signo del carácter puramente coyuntural que para él tenía la presencia de los camisas azules.

Inicio de página

Texto completo

  • 1 Francisco De Luis Martin, El grupo monárquico de “ABC” en la Segunda República española (1931-1933)(...)

1Dans le paysage journalistique et politique espagnol du début des années 30, ABC s’érigeait en porte-parole de ces « nostálgicos [que] se mantuvieron sin enrollar la bandera de la Monarquía liberal »1. Son opposition farouche à la République le poussa tout naturellement à s’intéresser à Falange Española (F.E.), nouveau parti à consonance fasciste. Il est vrai que les liens d’amitié unissant Juan Ignacio Luca de Tena, Marquis de Luca de Tena, et José Antonio Primo de Rivera, Marquis de Estella, étaient nés bien avant octobre 1933, en prison. Pendant la période étudiée, le journal ne traita pas de façon linéaire l’information concernant F.E. Des changements eurent lieu, surtout sur le fond. La forme resta volontairement posée et toujours opposée – du moins, théoriquement – aux effets faciles et aux subterfuges grossiers. Autant dire que le non-dit était également significatif. En fait, le discours d’ABC évolua parallèlement à la propre mutation du quotidien – d’abord source d’information puis machine au service d’une propagande en passant par une fonction de courroie de transmission d’un courant politique – au cours de ces années qui précédèrent la guerre civile.

Analyse, curiosité et calcul (mars à novembre 1933)

  • 2 « Ambiente de violencia », ABC, Madrid, 17/03/33.

2En mars 33, les avatars de l’unique numéro de El Fascio – auquel participa Primo de Rivera – suscitèrent l’émoi du journal monarchiste. Sa saisie, estimait-il, n’était due qu’aux pressions socialistes. Leur acharnement restait d’autant plus incompréhensible que ce fascisme espagnol embryonnaire était, pour ABC, condamné par avance à la disparition. La propre tradition nationale garantissait la totale innocuité de l’aventure totalitaire. L’Espagnol était par trop indépendant – et jaloux de son identité – pour se laisser tenter par un mirage. D’où l’assurance, mêlée d’ironie, du quotidien monarchiste, lorsqu’il affirmait : « A nosotros, los españoles, no pueden asustarnos las sugestiones de la moda y de la imitación ; aquí no puede arraigar ni encontrar ambiente el figurín fascista »2. En exprimant publiquement son indignation face à cette mesure discriminatoire, ABC se disait convaincu de défendre la liberté et non le fascisme. D’ailleurs, la controverse – éminemment courtoise – entre Luca de Tena et Primo de Rivera au sujet des fondements du fascisme le confirma.

3Pour Luca de Tena, qui définissait à cette occasion la position du quotidien, le fascisme –fondé sur la violence – était essentiellement un déni des droits de la personne humaine :

  • 3 Juan Ignacio Luca de Tena, « A José Antonio Primo de Rivera », ABC, Madrid, 22/03/33.

Si el fascismo consiste en la anulación del pensamiento individual, en las suspensiones gubernativas de periódicos, atropellando todas las leyes, en deportar o desterrar a ciudadanos considerados inocentes por la Justicia, en las confiscaciones de bienes, en los desmanes cometidos por masas sediciosas y afines en ideología con los gobernantes, en las detenciones gubernativas, etc., declaramos desde luego, que no prestaremos nuestra conformidad a esos procedimientos. Se me puede decir que no son tampoco los que propugna el fascio que ahora nace en España. Se me puede decir, pero en tu carta, admirable por muchos conceptos, no se dice.3

4Mais, malgré cette divergence majeure, Luca de Tena laissait entrevoir une possible entente car de nombreux points de concordance existaient entre monarchistes et fascistes dans la lutte « contra los enemigos comunes de la sociedad, del orden y de nuestras más caras ideas ». Toutefois, le directeur d’ABC doutait de l’enracinement profond de ces nouvelles théories dans l’esprit de Primo de Rivera, patriote avant tout :

  • 4 Ibidem.

Me congratulo de tu abrazo español, que te devuelvo con toda cordialidad, y, desde luego, con más efusión de la que tendría cualquier saludo extranjero. Lo que nace del corazón no puede importarse. Y yo sospecho que tu fascismo ha brotado de tu gran corazón antes que de tu brillante inteligencia.4

5Pour José Antonio, cette controverse signifiait incontestablement une reconnaissance à l’échelle nationale car

  • 5 Julio Gil Pecharroman, José Antonio Primo de Rivera. Retrato de un visionario, Madrid, Ed. Temas de (...)

aparecer como portavoz y abanderado del fascismo ante los lectores de uno de los periódicos de mayor tirada del país suponía una promoción política impagable, tanto más cuanto que otros diarios se habían hecho eco del debate epistolar.5

6En fait, ce premier échange annonçait un des leitmotiv du journal concernant la future F.E. : le fascisme en Espagne serait national ou ne serait pas.

  • 6 Ibidem, p. 187.
  • 7 Honorio Maura, « ¡ Viva España ! », ABC, Madrid, 10/09/33.

7Entre avril et août, l’intérêt du quotidien pour l’émergence du fascisme s’émoussa sans disparaître toutefois complètement. Il ne reprit qu’à partir de la mi-septembre avec la perspective de nouvelles élections. Mais aussi avec la signature d’un accord – tenu secret – au mois d’août entre les monarchistes et le M.E.S. (Movimiento Español Sindicalista), le premier parti de Primo de Rivera. Connu sous le nom de “pacte de l’Escurial”, en raison du lieu des tractations, il stipulait le financement du groupuscule fasciste par les monarchistes alphonsins qui, en retour, disposeraient de « una organización fascista que pugnara por atraer el concurso de las masas que ellos, eso era ya evidente, no lograban arrebatar a la C.E.D.A. »6. Certes, ce regain d’intérêt ne se retrouvait pas dans la ligne éditoriale d’ABC. Il était davantage le fait de ses rédacteurs ou de ses collaborateurs, tels Honorio Maura. Celui-ci se réjouissait dans un article au titre significatif7 de l’union des

tradicionalistas, integristas, carlistas, jaimistas, nacionalistas, alfonsinos, donjuanistas, agrarios, Acción Popular, A, B, C, y D, fascistas, republicanos románticos, masas neutras y algunos más que me dejo en el tintero [que] se han unido para fines electorales y para algo más...

  • 8 « La candidatura de las derechas », ABC, Madrid, 26/10/33.

8Néanmoins, ABC, en s’engageant pleinement dans la lutte électorale, assuma également cette volonté de coalition politique... dont s’éloigna aussitôt José Antonio. Loin de provoquer d’acerbes critiques, ABC respecta « [los] motivos de delicadeza que le honran »8 : malgré les réelles affinités, les différends idéologiques étaient trop importants. Primo de Rivera, par honnêteté, refusa donc de sacrifier, même temporairement, la moindre parcelle de son credo. Le journal, toutefois, ne s’attarda guère sur cette péripétie. Primo de Rivera restait manifestement, aux yeux d’ABC, le digne « fils du père » et avait donc droit à sa sympathie. Mais José Antonio n’acquit une véritable stature d’homme politique qu’après la réunion du théâtre de la Comedia.

  • 9 « Actos de propaganda política celebrados el domingo en Madrid y provincias », ABC, Madrid, 31/10/3 (...)

9ABC lui consacra trois pages, décrivant, avec une certaine distance critique, l’enthousiasme du public, « propio de estos discursos con carácter de arenga »9. À l’évidence, ABC était prêt à témoigner à la nouvelle force politique, sinon un fervent appui, du moins une bienveillante attention. Sa détermination à s’inscrire dans le cadre de la lutte antirépublicaine méritait bien cela. Comme l’affirmait López Montenegro, ce parti fasciste deviendrait « el coco » de la gauche révolutionnaire. L’auteur pouvait faire d’autant plus spontanément son éloge que cette formation défendait un fascisme éminemment national :

  • 10 Ramón Lopez Montenegro, « El coco », ABC, Madrid, 31/10/33.

Hoy, por fin, aparecen nuestros nazis en la faz de la tierra, y ya han dejado oír su voz. ¿Roma ? ¿Berlín ? España, simplemente.10

  • 11 AEMECÉ, « Madrid al día », ABC, 31/10/33.
  • 12 Andrés Revesz, « Algo del fascismo », ABC, Madrid, 03/11 /33.
  • 13 Ibidem.

10Avec une garantie indiscutable : la présence de José Antonio Primo de Rivera. Certes, comme le rappelait à satiété le quotidien, l’opinion de ses collaborateurs n’engageait en rien sa responsabilité. Toutefois, dans sa rubrique quotidienne « Madrid al día », le rédacteur Aemecé –Ángel María Castell, ancien sous-directeur – reprenait le même raisonnement pour affirmer la parfaite légitimité du nouveau courant politique, né lors de ce meeting « de afirmación españolista »11. En d’autres termes, F.E. était d’abord espagnole, ensuite fasciste. Donc parfaitement fréquentable. Son arrivée au pouvoir était désormais envisageable. Le spécialiste des questions internationales à ABC, Andrés Revesz – tout en dénonçant les dangers du programme économique et social du fascisme, « bastante más izquierdista que los partidos liberal, demócrata, progresista, etc. »12 – admettait cependant que José Antonio, par ses origines, « puede inspirar confianza a las derechas [...] en que no va a convertirse en un caudillo de masas populares en contra de los intereses justos de la clase de la cual ha surgido »13. En conséquence, ABC accueillit le retour de Primo de Rivera sur les listes de la droite à Cadix avec un silence approbateur qui lui permit, en outre, de jeter un voile pudique sur la « dialectique des poings et de pistolets », cette violence constamment rejetée par le quotidien monarchiste et prônée, sans doute poétiquement mais non moins fermement, par le leader phalangiste. La conquête du pouvoir méritait bien ces amnésies sélectives.

  • 14 Stanley G. Payne, Franco y José Antonio, Barcelona, Ed. Planeta, 1997, p. 178.
  • 15 Federico Santander, « El fascismo en España », ABC, Madrid, 16/11/33.

11Comme le souligne Stanley G. Payne, « José Antonio no hizo campaña electoral como fascista o falangista, sino simplemente como nacionalista »14. D’où, sans doute, la sollicitude d’ABC. Le fondateur de F.E., d’après Federico Santander, « ha demostrado poseer un rico tesoro de inteligencia, cultura, clara y rápida visión de la vida y los hombres [...], resuelta voluntad, ímpetu, energía, valor y con ello los dos grandes presentes, las dádivas de oro : simpatía [...] y juventud »15. Pour Santander, ce jeune homme ne pouvait sincèrement adhérer à la « divinisation de l’État » fasciste, condamnable à tous égards. Se précisait ainsi la stratégie apparemment mise en œuvre par le quotidien : la critique du fascisme allait de pair avec les louanges envers l’homme qui l’incarnait. Comme l’avait déjà suggéré Luca de Tena, il s’identifiait à toutes ces velléités totalitaires sans doute plus par romantisme que par conviction. Toutefois, certains collaborateurs du quotidien signalaient le non-sens inhérent à ce fascisme de façade et sa totale inadéquation à la réalité espagnole. Wenceslao Fernández Flórez, commentant avec une féroce ironie l’attentat de San Fernando au cours d’un meeting, s’exclamait :

  • 16 W. Fernandez Florez, « Al servicio del “vóteme Usted” », ABC, Madrid, 18/11/33.

Para que todo sea incongruente, aquí le hacen tragar ricino al fascismo. La principal figura del mitin del teatro de las Cortes, de San Fernando, era el joven organizador del fascio español. Hay que suponer que habría allí fascistas. [...] Pues bien, un criminal dispara su cargador sobre los espectadores. Y se marcha impune y tranquilamente, mientras el candoroso líder pide que conste su protesta verbal. Si el fascismo paga dos cadáveres con unas protestas verbales, no es fascismo : es franciscanismo. Y hay que felicitarse de que sea así. Pero no creemos que el espíritu laico de la España actual permita desenvolverse y afirmarse una Orden religiosa más.16

  • 17 Federico Santander, « ¿ Es usted fascista? », ABC, Madrid, 19/11/33.

12Comme pour équilibrer la balance, ABC publiait le lendemain – jour des élections – un nouvel article de F. Santander où l’auteur pressentait dans le fascisme un possible et puissant antidote contre la séculaire léthargie de l’Espagne car « de ese mortal pecado puede redimirnos el fascismo, enseñándonos a los españoles a mirar alto »17. Or, ces élections représentaient avant tout une lutte à mort pour l’essor de l’Espagne, une occasion unique de se défaire des égoïsmes partisans. César González Ruano – écrivain, journaliste et phalangiste de la première heure – ne disait pas autre chose :

  • 18 C. Gonzalez-Ruano, « Reconquista de España », ABC, Madrid, 21/11/33.

Ni derechas ni izquierdas. España y Antiespaña en el tablero luchan su partida. [...] Las elecciones, el labio español a flor de urna, muestran a ciegos y tuertos, y a los que tienen los ojos bien vivos al milagro, que todo se va a los extremos rígidos e irreconciliables. [...] O con España o contra España.18

  • 19 Antonio Primo de Rivera, « Una nota de D. José », ABC, Madrid, 23/11/33.
  • 20 Ibidem.
  • 21 Manuel Bueno, « Pensando en España », ABC, Madrid, 08/12/33.

13Il prônait une nécessaire intransigeance – cette louable « rigidité » – face aux ennemis de l’Espagne et reprenait ainsi —avec plus de véhémence— les idées énoncées par Honorio Maura deux mois plus tôt. Une conclusion s’imposait : le fascisme était peut-être dangereux, les fascistes espagnols l’étaient beaucoup moins. Aussi, lorsque quatre jours plus tard – et en réponse à l’article de Fernández Flórez du 18 – Primo de Rivera envoya un communiqué outré, où il promettait que « los fascistas españoles, sin alardes, se encargarán de demostrar que ni simbólicamente aceptan la más mínima dosis de aceite de ricino »19, ABC tenta d’apaiser ce qui semblait être le début d’une acerbe polémique. Pour le quotidien, il ne fallait voir dans le travail de son collaborateur aucun reproche à rencontre de F.E., car « el artículo – que acabamos de repasar – [...] se limitaba a censurar la pasividad ciudadana ante un asesinato tan vil que, en efecto, merece la más enérgica condenación de toda conciencia honrada »20. La justification du journal, pour le moins discutable, démontrait sa gêne et son souci d’œuvrer en faveur de la cohésion des vainqueurs. D’ailleurs, selon Manuel Bueno, le fascisme pourrait même devenir une expérience profitable à l’Espagne à condition de ne point l’appliquer « en toda su rigidez, porque el temperamento nacional acaso no se plegase tan dócilmente a sus reglas y ordenanzas »21. Manifestement, ABC accordait à José Antonio, et à F.E., un véritable avenir politique national. Il convenait, en conséquence, de contrôler cette force, voire de la récupérer, pour mieux accélérer la fin du régime républicain.

De l’appui discret à l’opposition ciblée (décembre 1933 à novembre 1934)

  • 22 « Los católicos y la República », ABC, Madrid, 16/12/33.

14Après les élections, ABC se montra très tôt opposé à la politique de participation au système républicain menée par Gil Robles. La République, insistait le quotidien, était « un terrible peligro »22 et contre elle s’étaient dressées les forces de l’ordre encadrées au sein de Acción Popular, berceau de la Confédération. Rien n’avait changé depuis le 14 avril 1931. Aussi, le quotidien ne comprenait pas pourquoi

  • 23 Ibidem.

cuando el peligro se ha hecho realidad aterradora y subsiste sin enmienda ni vislumbre de atenuación, el bloque derechista que nació para combatir la República va a incorporarse a ella espontáneamente, sin garantías, no sabemos a cuenta de qué esperanzas...23

  • 24 « Las derechas y la República », ABC, Madrid, 19/12/33.
  • 25 Francisco De Luis Martin, op. cit., p. 28.
  • 26 « Las derechas y la República », ABC, Madrid, 19/12/33.

15Le journal de Luca de Tena, lors d’une controverse avec El Debate, affirma qu’une République de droite ne verrait jamais le jour en Espagne car les institutions du régime avaient été conçues par et pour la gauche. Les intérêts nationaux ne seraient donc jamais vraiment défendus. Pour ABC, « aunque liberales no somos demócratas »24, la Monarchie – « dentro de unas coordenadas que eran más propias del liberalismo oligarca de la Restauración »25 – restait donc « la forma de gobierno más conveniente a España »26. Mais, pour ABC, le changement de régime ne pourrait légitimement se faire que de l’intérieur. C’était d’ailleurs le sens profond qu’il convenait d’accorder à la victoire de novembre. D’où son indignation face à l’hypothèse d’une CEDA acceptant de jouer le jeu démocratique sans la moindre volonté de réforme en profondeur :

  • 27 Ibidem.

¿Que a la C.E.D.A. le sería más fácil llegar al Poder haciendo una previa declaración de republicanismo ? Evidente. Pero eso precisaba haberlo realizado antes de las elecciones. Ahora sería sencillamente traicionar el sufragio.27

16Ce contexte raviva l’intérêt du quotidien pour José Antonio et F.E. ABC manifesta même une franche admiration envers le jeune avocat après l’altercation avec Indalecio Prieto. En effet, en pleine session parlementaire, et comme le leader socialiste avait porté un jugement sur l’ancien dictateur que José Antonio considéra offensant, ce dernier s’élança pour agresser physiquement Prieto. Le refus de se plier aux coutumes parlementaires et cette volonté de payer de sa personne – et de faire payer à autrui – toute agression verbale provoquèrent l’éloge chaleureux d’ABC qui rapporta comment, une fois le calme revenu,

  • 28 « El gobierno obtiene la confianza de la Cámara por 265 votos contra 53 », ABC, Madrid, 21/12/33.

hasta de sectores alejadísimos de lo que representa y significa el Sr. Primo de Rivera surgió el aplauso lleno de simpatía y de cordialidad. No hay que decir de los sectores de derechas, que, puestos en pie, le tributaron une frenética ovación.28

17Pour le journal, un souffle nouveau était enfin entré à l’Assemblée :

  • 29 Ibidem.

no será posible ya que se injurie sin pruebas. Aquel ataque sin freno ni medida, ni respuesta, que fue soportado durante dos años, ya no podrá producirse sin su inmediato castigo29.

  • 30 Juan Ignacio Luca de Tena, Mis amigos muertos, Barcelona, Ed. Planeta, 1971, pp. 137-138. Une opini (...)

18Opposé par principe à la violence, le journal la justifiait ici. Pour Luca de Tena, d’ailleurs, José Antonio « daba bofetadas cuando hacía falta, pero jamás dio una que no estuviera justificada. [José Antonio era] ponderado hasta en la violencia »30. L’amour filial et l’honneur familial étaient des raisons plus que suffisantes. Par ailleurs, cet incident fut immédiatement – et très logiquement – utilisé politiquement. Sous la plume de Ramiro de Maeztu, par exemple, José Antonio s’érigea en symbole rassembleur d’une droite en danger de mort face à une menace révolutionnaire... dont il n’avait jamais été question lors de l’incident :

  • 31 Ramiro De Maeztu, « Amenazas, no », ABC, Madrid, 22/12/33.

Esta vez ya no es un régimen lo que peligra, sino la vida de cada uno de nosotros. Y ésta es la razón del estado emocional que en las Cortes se produjo ante la amenaza socialista de revolución. [...] los diputados derechistas nos sentimos unidos en la memoria del glorioso patriota, y las diferencias que nos separaban, algunas graves y difíciles de liquidar, desaparecieron en la unanimidad del sentimiento.31

  • 32 Manuel Bueno, « Las nuevas tendencias políticas », ABC, Madrid, 26/12/33.

19Quoi qu’il en soit, pour ABC, Primo de Rivera semblait incarner l’élément déstabilisateur nécessaire aux ennemis de la République. Dès lors, certains articles cherchèrent à mieux expliquer le sens du fascisme, « una varonil tentativa de restauración de la patria que obliga a todo ciudadano a cooperar a un fin, según sus aptitudes y sus medios »32. M. Bueno allait même à l’encontre de la ligne éditoriale en affirmant :

  • 33 Ibidem.

tampoco es verdad que el individuo se disuelva en el Estado. Lo que hace es situarse, con unas garantías para sus aptitudes y sus intereses que ningún otro régimen podría ofrecerle.33

  • 34 « Las derechas y el Gobierno », ABC, Madrid, 17/01/34.

20Le temps était venu d’exalter les valeurs fondamentalement patriotiques de ce courant. Dans cette optique, ABC gomma la composante de violence institutionnalisée accolée au fascisme et à la Phalange. Ainsi, pour expliquer au lecteur, au début 1934, le chapelet d’incidents survenus lors de la vente de la presse phalangiste, le journal ne s’intéressa qu’aux seules victimes de ces échauffourées : les « jeunes fascistes », coupables d’avoir le courage d’exprimer publiquement leurs opinions. Le journal égratignait ainsi indirectement les forces de la droite parlementaire « [que] se resignan a borrarse en una táctica de pasividad, que algunas veces toca en el apocamiento y en la abdicación »34, alors que le chaos guettait. ABC contribuait à créer une certaine psychose même s’il ne souscrivait pas toujours ouvertement aux thèses de certains collaborateurs, tels Honorio Maura prévenant les « gens d’ordre » :

  • 35 Honorio Maura, « El poder está en la calle », ABC, Madrid, 01/02/34. Il est vrai toutefois que les (...)

Que no se hagan ilusiones. El Poder no se conquistará a fuerza de oratoria o de votos. Se lo llevará el más fuerte, el más disciplinado, el más valeroso.35

  • 36 Al Gobierno, « El terrorismo en Madrid. » ABC, Madrid, 04/02/34.
  • 37 Le leader phalangiste n’hésita pas à faire le coup de poing en pleine Puerta del Sol. Un incident q (...)
  • 38 Ibidem.

21Mais une certaine violence était implicitement justifiée. En somme, les coups portés par les phalangistes étaient l’expression d’une réponse logique face aux tentatives de musellement. Si ABC se montrait indigné par « las coacciones, las amenazas y las agresiones con que se rodea todas las semanas la venta del periódico F.E. »36, il n’évoquait pas le caractère provocateur de ces ventes dans la rue, taisant ainsi la part de responsabilité des phalangistes, à commencer par José Antonio en personne37. Ainsi prenait forme l’idée d’un combat inégal entre des assassins aveuglés par « ese odio feroz y sanguinario, que empieza a tiros en la calle, dispuesto a matar a ciegas »38 et de joyeux lurons, romantiques et attachants dans leur manière – à la fois ludique et sportive – de mener leur combat :

  • 39 AEMECÉ, « Madrid al día », ABC, Madrid, 07/02/34. Il était cependant vrai qu’à ce moment précis, le (...)

Episodio curioso y sintomático de la jomada fue la aparición de una bandera fascista izada en la terraza de la casa del pueblo ; probable rasgo de buen humor y arrojo de juventud, el acreditado divino tesoro de Rubén Darío.39

22Cet esprit bon enfant des fascistes ibères, souligné par le quotidien, était forcément à mille lieues des mouvements italien ou allemand. L’assassinat de Matías Montero conforta cette image pour le moins idyllique.

  • 40 « Un estudiante de medicina asesinado por unos socialistas », ABC, Madrid, 10/02/34.

23ABC fit remarquer l’opposition entre de pacifiques vendeurs « que, después de recorrer las principales calles de Madrid, se retiraron tranquilamente a sus hogares una vez llegada la hora de comer »40 et leurs adversaires, organisés en véritables commandos. Le titre même de l’article établissait subtilement des différences insurmontables. Seule comptait l’appartenance socialiste des assassins. À l’inverse, le journal ne retenait de Montero que son statut d’étudiant, donc de citoyen forcément utile à la société. Il devint ainsi dans l’éditorial du quotidien le symbole des victimes innocentes des crimes, barbares parce qu’absurdes, de la gauche :

  • 41 « Los crímenes políticos », ABC, Madrid, 10/02/34.

Están manchando el nombre de España, son la vergüenza de un pueblo y de un régimen los crímenes en que prodigan su ferocidad las bandas de forajidos que operan con una filiación política o societaria.41

24En énumérant les différents attentats contre des militants de F.E., ABC octroyait indirectement au parti un label de patriotisme. De plus, son combat pour l’Espagne se déroulait dans la légalité la plus parfaite. Ce drame permit donc également à ABC de lancer un appel à l’autodéfense. Contre les agresseurs dans la rue, certes, mais aussi, comme le précisait Aemecé, contre ceux qui les toléraient :

  • 42 AEMECÉ, « Madrid al día », ABC, Madrid, 10/02/34.

La indignación por el alevoso suceso fue grande, y el comentario, único : las gentes honradas tendrán que defenderse por sí mismas contra los criminales y contra la indiferencia de las autoridades.42

25Paradoxalement, cet assassinat provoqua à nouveau des tensions entre José Antonio et ABC.

26En effet, le jour même de la nouvelle de l’assassinat, ABC publia un article de Alvaro Alcalá Galiano où l’auteur s’étonnait vivement de l’absence de réaction des phalangistes face aux agressions répétées. Il se faisait l’écho en outre de la déception de tous ceux qui avaient mis leurs espoirs dans ce fascisme naissant et qui devaient finalement se résigner à n’y voir qu’un simple refuge pour intellectuels en mal de sensations fortes :

  • 43 Alvaro Alcala Galiano, « República de “oportunistas” », ABC, Madrid, 10/02/34.

la opinión pública esperaba algo más que la “enérgica protesta” de rigor en los periódicos ; unas represalias inmediatas... Y nada... Por eso mucha gente empieza ya a considerarlo más bien como otra forma de vanguardismo literario, sin riesgo alguno para sus adversarios ni peligro para las instituciones.43

  • 44 A. Alcala Galiano, « Martirologio fascista », ABC, Madrid, 13/02/34.

27Lors de l’enterrement de Montero, Primo de Rivera fustigea ceux qui voulaient faire de F.E. une troupe de choc au service de leurs égoïstes intérêts. Le 13 février, Alcalá Galiano répondait à son tour. Refusant de juger les propos du leader phalangiste, « allá cada cual con su conciencia »44, il ne dénonçait que mieux l’absurdité d’une telle passivité :

  • 45 Ibidem.

se prefiere la resignación cristiana ante la hostilidad, actitud loable para ganar el cielo, aunque quizá no sea la mejor para lograr la conquista del Estado.45

28Une nouvelle fois le journal de Luca de Tena dut intervenir – avec un brin de naïve mauvaise foi – pour défendre le travail de son collaborateur :

  • 46 « El fascismo y la violencia », ABC, Madrid, 14/02/34. Cela dit, et pour se dédouaner, ABC ne manqu (...)

no creemos que contuviera ninguna incitación a la violencia, puesto que se limitaba a echar de menos una manifestación pacífica por las calles, y no era sino aclaración del artículo anterior.46

  • 47 Dont la fusion avec les JONS de Ledesma, annoncée le 16 février, ne mérita cependant pas les honneu (...)

29Parallèlement, ABC transforma Montero en martyr, non pas de F.E.47, mais de la cause contre-révolutionnaire dans son ensemble. À l’opposé du “señorito” parasite, Montero fut érigé en modèle de volonté et de réussite par l’effort :

  • 48 « El socialista que asesinó al estudiante de medicina D. Matías Montero, condenado a veintitrés año (...)

Honrado, bueno, laborioso, el desventurado Matías Montero vive con sus familiares sin otro afán ni otro deseo que el de acabar su carrera de medicina, que tiene casi vencida. De posición modesta, no conoce de la vida más que su lado áspero y duro.48

  • 49 « Mitin de Falange Española en Carpio de Tajo », ABC, Madrid, 27/02/34.

30Le journal insistait désormais sur le succès grandissant des rassemblements phalangistes où, parfois, « predominaba el elemento obrero »49. Les pages d’ABC offraient donc une image positive du fascisme espagnol. Et pourtant, de manière pour le moins étrange, le journal garda un total mutisme sur l’aide apportée par F.E. lors de la grève de mars 34, lorsque Juan Ignacio Luca de Tena refusa de céder à l’ultimatum de ses propres employés, opposés à la présence d’un ouvrier phalangiste.

  • 50 Juan Ignacio Luca de Tena, op. cit., p. 123.
  • 51 Ibidem, p. 124.
  • 52 « Este periódico de empresa... », ABC, Sevilla, 26/11/37.

31Les péripéties du bras de fer entre ABC et « los socialistas [que] habían elegido un mal momento para darnos el golpe, porque la mayoría del país estaba entonces contra ellos »50 sont racontées par Luca de Tena dans ses mémoires. Il y rappelle comment « José Antonio vino a verme con Ruiz de Alda y Luis Peláez para poner a mi disposición los obreros de artes gráficas afiliados a Falange »51, confirmant ainsi l’aide qu’apportèrent les jeunes phalangistes. Ils collaborèrent à briser le mouvement lancé contre ABC. En outre, lorsqu’en novembre 1937, une polémique opposa l’espace de vingt-quatre heures ABC à la presse phalangiste, Luca de Tena fit état de cette collaboration pour exiger le respect dû par les plus jeunes confrères à ceux qui avaient mené le combat bien avant eux52. Cependant, en mars 1934, le journal remercia chaleureusement toutes les forces politiques l’ayant soutenu à l’exception de F.E. :

  • 53 « La ayuda a ABC de la juventud española », ABC, Madrid, 17/03/34.

Hoy queremos —y con ello cumplimos un deber indeclinable— hacer pública nuestra gratitud a los bravos muchachos de Renovación Española, Tradicionalistas y Acción Popular, sin distinción de clases sociales, que encendidos en civismo y espíritu patriótico se constituyeron en “Prensa Española” dispuestos a realizar cuantos servicios fuesen necesarios.53

  • 54 « El fascismo, la disciplina y la unidad moral », ABC, Madrid, 21/03/34.
  • 55 Ibidem.

32Pudeur ? Ingratitude ? En fait, ABC remercia peut-être Primo de Rivera et ses compagnons d’une manière moins fracassante mais pas forcément moins utile. Dans un éditorial, ABC – sans jamais faire état de la moindre entente entre phalangistes et monarchistes – reconnaissait néanmoins « lo que el fascismo representa de disciplina, de autoridad social, de espíritu de sacrificio y de unidad moral »54. Si le fascisme « como sistema doctrinal, ofrece a una crítica serena no pocos puntos vulnerables »55, il pouvait aussi apporter tout ce dont l’Espagne avait besoin. Certes, il n’avait pas inventé la discipline ou l’unité morale. Mais il devenait évident que la Phalange faisait partie du nombre très restreint de forces politiques pouvant redresser le pays. Sans pour autant se jeter dans les bras du fascisme, ABC lui accordait bien une place légitime dans le paysage politique national... sans le mentionner ouvertement dans son éditorial. Une manière sans doute de poursuivre sa double stratégie : garder publiquement les distances sans se couper de Primo de Rivera. D’ailleurs, le quotidien ne bouda pas son plaisir lorsque, décrivant les adieux des phalangistes à José Antonio à Barcelone, il rapporta leurs manifestations patriotiques au cœur de la capitale du séparatisme :

  • 56 « Viaje del diputado señor Primo de Rivera », ABC, Madrid, 24/03/34.

Al arrancar el tren, le saludaron a la manera fascista, dando gritos de “¡Viva España !” y “¡Viva Falange Española !”56

  • 57 Tout portait donc à croire qu’au sein d’ABC, il ne restait plus que Fernández Flórez pour ne voir d (...)

33Sans conteste, donc, le vecteur purement nationaliste prévalait sur toutes les autres composantes de la doctrine fasciste57. Sans trop insister en apparence, ABC montrait en outre comment les phalangistes étaient inlassablement persécutés par les ennemis de la vraie Espagne.

  • 58 « Cuatro criminales apostados en una esquina de la calle de la Princesa lanzan dos petardos y vario (...)
  • 59 César Gonzalez-Ruano, « Con José Antonio Primo de Rivera », ABC, Madrid, 11/04/34.

34Les phalangistes restaient en effet les éternelles victimes des tueurs “extrémistes” comme le prouvait l’attentat contre José Antonio en avril 34. À l’indignation du quotidien, – « ¿hasta cuándo va a ser posible esto... ? »58 –, se mêlait à nouveau une admiration à peine contenue devant la bravoure du jeune député s’élançant à la poursuite de ses assaillants, pistolet au poing. Chez Primo de Rivera, « que tiene esa sequedad dulce, esa sosería gallarda del jerezano de tipo inglés, frío y humano, preciso y sin alboroto »59, tout n’était qu’élégance et mépris, de bon aloi, du danger. Telle était du moins l’image que donnait l’entretien avec González Ruano publié le jour même. De sa personnalité profonde émanait cette insouciance, bien réelle, qui seyait si bien aux héros des films d’aventures :

  • 60 Ibidem.

me dice riendo : ¡Claro que me fui a comer !... ¿Qué quería usted que hiciera ? Cualquiera se queda sin comer después de sufrir una vista y un atentado.60

  • 61 « Violencia y anarquía », ABC, Madrid, 21/04/34.

35Aucune question d’ordre politique ne fut cependant abordée, comme si, finalement, elles n’avaient que peu d’intérêt. Cibles privilégiées de leurs ennemis armés, les phalangistes l’étaient tout autant du pouvoir en place. La fermeture des locaux phalangistes à Séville au seul motif, d’après ABC, d’avoir osé crier « Vive l’Espagne ! » lors du défilé du 14 avril en témoignait. La double approche du journal du phénomène fasciste en Espagne se confirmait. Il maintenait son opposition de fond à la violence érigée en pratique politique mais, contemplant la situation de l’Espagne, il imputait les désordres grandissants aux seuls « desahogos del despecho revolucionario, [...] los vivas a la revolución, [...] las excitaciones al disturbio, al rescate del bien perdido y a la conquista de la calle »61. Il regardait aussi avec une plus grande bienveillance ceux qui semblaient attirés par le fascisme espagnol.

  • 62 Cela dit, ABC ne manquait pas de signaler l’erreur fatale dans laquelle s’enferrait la CEDA en ne d (...)
  • 63 Julio Gil Pecharroman, op. cit., p. 277.
  • 64 La nouvelle ne fut en effet publiée – trois jours après la réunion – que sous la forme d’un comment (...)

36Pour ABC, F.E. avait toute sa place au sein d’une droite – à l’image des jeunesses d’Acción Popular – qui se laissait séduire par les mises en scène fascistes62. Aussi, dans le contexte de cette presse perçue avant tout comme une arme de combat politique, ABC n’eut aucun scrupule à sélectionner les informations en fonction de la défense des intérêts de sa cause. D’où, par exemple, son total silence sur les manœuvres paramilitaires des phalangistes sur le terrain de Estremera, près de Madrid, au début du mois de juin 1934, en présence de « los tenientes coroneles Valentín Galarza, Jorge Vigón y Martín Alonso, de cuyos informes dependía en buena medida la continuidad de la financiación alfonsina »63. Une nouvelle fois, le lecteur d’ABC ne put prendre connaissance de cet événement pour le moins inattendu que par certains communiqués officiels64 et sans le moindre commentaire du quotidien. Une ligne de conduite qui contrastait avec l’intérêt manifeste des confrères. De toute évidence, F.E. ne devait jamais paraître impliquée dans des actes illégaux – les rassemblements étaient alors interdits – pas plus d’ailleurs qu’en compagnie de monarchistes. Mais, alors que semblaient se tisser des liens chaque jour plus étroits, survint la première dissension sérieuse entre ABC et José Antonio.

  • 65 « El discurso del Sr. Primo de Rivera en la sesión nocturna no fue del agrado de ningún sector de d (...)

37Le journal resta interloqué en voyant Primo de Rivera à la fois critiquer le conservatisme du Gouvernement, « y sectores que le apoyan »65, et faire l’éloge de la gauche :

  • 66 Ibidem.

La tesis general del discurso fue la de que no vale la pena de haber hecho una revolución para que hoy gobierne a España lo mismo que en el año 21.66

38Toujours mesuré, le journal laissait néanmoins percer une certaine animosité face à cette position incongrue :

  • 67 Ibidem.

Así no es de extrañar que en los pasillos de la Cámara los socialistas alabaran extraordinariamente la intervención del señor Primo de Rivera y, en cambio, los grupos de derechas, especialmente el de Renovación Española, estimasen que no había estado nada acertado en su peroración el diputado fascista, entendiendo algunos que [...] es bien extraño que precisamente el que se titula jefe fascista español esté de completo acuerdo con las maneras del partido socialista de nuestro país.67

  • 68 Ibidem.
  • 69 « Discurso del Sr. Primo de Rivera », ABC, Madrid, 07/06/34.

39Certes, ABC se limitait innocemment à rapporter des propos de couloir mais il était évident qu’il y souscrivait. L’intervention de Primo de Rivera confirmait – en toute objectivité, « como verá el lector en la parte dedicada a la sesión »68 – un penchant enfin révélé pour la gauche. En effet, n’avait-il pas dit que « el socialismo se debiera dar cuenta de que es preciso recobrar el sentido nacional, con lo cual no precisaría que nosotros saliéramos fuera de Madrid a levantar el brazo »69 ?

40Au sein d’ABC, l’approche de la Phalange en fut modifiée.

  • 70 Pour toute cette période cf. Julio Gil Pecharroman, op. cit., pp. 279-285.
  • 71 « La ola criminal », ABC, Madrid, 12/06/34.
  • 72 ABC, Madrid, 12/06/34.

41Le journal dissocia dès lors F.E. de José Antonio lui-même. Tout au long des mois de juin et juillet, qui virent le premier assassinat des phalangistes70, ABC – tout en condamnant « el instinto cobardemente criminal que se ha desatado y que se reproduce, porque cuenta con la probabilidad de escapar impune »71 – offrit un récit pour le moins tendancieux des événements. Ainsi, sous le titre « Hordas criminales realizaron el domingo en Madrid y sus alrededores brutales agresiones de las que resultaron un muerto y numerosos heridos »72, le journal annonçait en sous-titre :

  • 73 Ibidem.

Un supuesto grupo fascista es violentamente agredido por otro comunista en el monte de El Pardo. En la colisión resultan un joven muerto y tres heridos. En la calle de Eloy Gonzalo los ocupantes de un “auto” disparan contra un grupo de excursionistas.73

  • 74 Ibidem.

42Seule l’implication des communistes fut reconnue et dénoncée sans la moindre hésitation. De plus, lors des incidents de El Pardo, où le phalangiste Juan Cuéllar trouva la mort, les membres “supposés” de F.E. apparurent, une nouvelle fois, comme les victimes. Il fallait lire en détail le récit pour apprendre que « hasta ahora, las noticias oficiales que se han facilitado del suceso son muy confusas. Únicamente se ha logrado esclarecer que de uno de los grupos partió la provocación »74. Mais le quotidien ne disait pas lequel. Il expliquait plus avant que

  • 75 Ibidem.

varios comunistas de los más exaltados trataron de [...] agredir a los fascistas, pero sus compañeros les disuadieron de tales propósitos. Pasaron así unos momentos, al cabo de los cuales se calmaron los ánimos, y los comunistas empezaron a cantar la Internacional.75

43L’hymne fut reçu par les sifflets des phalangistes et les tensions se ravivèrent. Deux communistes

  • 76 Ibidem.

llegaron hasta el montículo, donde reprocharon su conducta a los fascistas. Fue en aquel momento cuando sonaron los primeros disparos. Los dos comunistas que se habían destacado pidieron auxilio a sus compañeros, los cuales acudieron en tropel al montículo.76

  • 77 Ibidem. Selon certains témoignages, le sadisme dépassa même largement la description des faits du j (...)
  • 78 « Clausura de centros fascistas », ABC, Madrid, 12/06/34.
  • 79 « En la calle Eloy Gonzalo », ABC, Madrid, 12/06/34.

44L’origine de l’agression – et de la provocation – semblait finalement définie bien que non identifiée formellement par le journal. Le récit contredisait donc, apparemment, le sous-titre de la chronique. Néanmoins, ABC ajouta que, voyant Cuéllar à terre, « herido de un balazo [...] se abalanzaron sobre él fieramente y con piedras y palos le remataron »77. Blessé par balle : ces « hordes criminelles » dont parlait le titre pouvaient donc être les communistes. Et cependant seuls les phalangistes furent poursuivis par les autorités. Sans le moindre commentaire, ABC annonça à la suite que « como consecuencia del anterior suceso, la Dirección de Seguridad ha dispuesto la clausura de los Centros fascistas que aún permanecían abiertos »78. L’impression d’une Justice partiale ne pouvait être que renforcée. Finalement, dans l’attentat de la rue Eloy Gonzalo – premier assassinat de F.E. , ABC, si prompt en d’autres circonstances à préciser la filiation politique des personnes mêlées aux troubles, se contenta pour l’occasion de présenter les victimes comme de simples « excursionistas domingueros »79. Une manière habile de rendre plus difficilement identifiable, par contrecoup, la famille idéologique des agresseurs.

  • 80 « La Cámara concedió ayer los suplicatorios para procesar a los diputados señores Lozano y Primo de (...)
  • 81 Ibidem.

45Parallèlement à cette stratégie du maquillage, ABC mit en évidence les marques d’estime entre Indalecio Prieto et José Antonio qui, accusé de détention illégale d’armes, risquait la levée de l’immunité parlementaire au même titre que le député socialiste Lozano. La défense conjointe qu’en fit Prieto incita Primo de Rivera « por una acto de solidaridad humana [aj dar las gracias desde el fondo de su corazón al Sr. Prieto »80. Et pour bien montrer qu’il ne s’agissait nullement de simples formules de courtoisie imposées par les circonstances, le quotidien ajouta : « El Sr. Primo de Rivera acude al escaño del Sr. Prieto y ambos diputados se estrechan la mano »81. Seuls pouvaient s’assembler, ceux qui se ressemblaient... Cette tendance à dissocier le chef dans ses errements de la base phalangiste dans son sincère dévouement à la cause nationale poussa le journal à défendre ces derniers quasi systématiquement alors même que leur implication directe dans la spirale de violence était désormais indiscutable. La difficulté consistait toujours, cependant, à exiger le maintien de l’ordre tout en offrant des arguments permettant de disculper les fauteurs de troubles. Pour y parvenir, le quotidien utilisa trois approches différentes.

46Tout d’abord, il insista sur le jeu déjà évoqué des titres en partie démentis par le récit. ABC chercha également à placer l’activité phalangiste dans un cadre beaucoup plus vaste, propre à la réalité nationale du moment. En septembre 1934, des chômeurs munis de certificats phalangistes – censés leur assurer un travail – furent logiquement éconduits. Ils tentèrent alors d’arracher l’embauche par la force. ABC condamna les agissements phalangistes et stigmatisa toute tentative de coercition :

  • 82 « El monopolio de jornales », ABC, Madrid, 04/09/34.

la demanda de trabajo no puede pasar de su propio límite de solicitud, y toda violencia es condenable, aunque la atenúe la consideración de la miseria desesperada.82

47Il s’employa cependant à dénoncer la duplicité des responsables républicains qui punissaient chez les phalangistes ce qu’ils toléraient chez les socialistes :

  • 83 Ibidem.

¡Ah ! Pero conviene también aclarar algo fundamental, probable origen de los sucesos que comentamos. Porque, según declaraciones terminantes y expresivas del manifiesto que ha publicado anoche una agrupación obrera, de lo que se trata es de excluir sistemáticamente a todos aquéllos que no pertenecen a los inscritos en la Casadel Pueblo. No es la primera vez que se acusa este procedimiento, infame y criminal, constitutivo de la más alevosa coacción para conseguir las adhesiones de los hambrientos, aunque sea a fortiori, y someterlos a la especulación de una disciplina al serviciodelsocialismo.83

48Les abus commis par les phalangistes devenaient ainsi la monnaie de la pièce rendue aux révolutionnaires et à leurs procédés dictatoriaux. Malgré la critique, il n’en restait donc pas moins un zeste d’approbation en voyant l’ennemi commun défié sur son propre terrain.

  • 84 « Dos crímenes de carácter político en San Sebastián », ABC, Madrid, 11/09/34.
  • 85 Ibidem.
  • 86 Ibidem.

49Le troisième procédé consistait à s’en prendre – avec tact car il s’agissait de morts – aux victimes des phalangistes. Le double meurtre à San Sebastián de Manuel Carrión et de Manuel Andrés Casaus en est un exemple frappant. Après l’attentat dont fut victime Carrión, « un conocido industrial de filiación fascista »84, le journal attendait, lors de son enterrement, « una imponente manifestación, que ponga de relieve el dolor que en San Sebastián ha producido este infame asesinato »85. Une heure après son décès, était à son tour assassiné Manuel Andrés, ancien directeur de la Sûreté du Gouvernement Azaña. Si Carrión « gozaba en San Sebastián de gran prestigio »86, le journal préféra rappeler, concernant Andrés, que

  • 87 Ibidem.

durante la intentona subversiva de diciembre de 1930, el Sr. Casaus actuó de dirigente de los revoltosos, y con motivo del asesinato de un guardia de Seguridad, en San Sebastián, fue procesado. El fiscal pidió para él la pena de muerte, sin que recayera sentencia por haber sobrevenido el cambio de régimen.87

  • 88 Ibidem.

50Comme si son assassinat – relégué au rang de simple « suceso » – par de mystérieux agresseurs, sur l’identité desquels « se hacen muchas conjeturas »88, était sinon tolérable du moins compréhensible : justice avait été, peut-être, enfin faite. La réalité des représailles exercées par les phalangistes était cependant patente. En d’autres termes, leurs aptitudes à l’action directe, rapide et contondante n’échappaient à personne. Face à l’insurrection armée, attendue, de la gauche, il était visiblement impensable de se couper de ces jeunes combattants, précieux parce que décidés. Une organisation d’activistes de premier ordre qui, de plus, venait de signer un nouvel accord, le 20 août précédent, avec Renovación Española. F.E. s’engageait

  • 89 Julio Gil Pecharroman, op. cit., p. 295.

a no atacar públicamente ni a la Monarquía ni a Renovación y colaboraría en los objetivos de los alfonsinos. A cambio de ello, Goicoechea gestionaría la concesión de una ayuda económica permanente.89

51La dépendance semblait acquise.

  • 90 « Manifestaciones patrióticas », ABC, Madrid, 09/10/34.
  • 91 Ibidem.

52Et la révolution éclata enfin, éclipsant au passage toute véritable information sur le Conseil National de F.E. de las J.O.N.S. ABC se fit l’écho des remerciements que José Antonio, « al frente de una de estas manifestaciones, formada por millares de personas »90, adressa spontanément de la Puerta del Sol au gouvernement « por haber logrado salvar la unidad de España »91 De toute évidence, en abandonnant toute velléité révolutionnaire au profit d’un fervent patriotisme, José Antonio revenait en odeur de sainteté dans les pages du quotidien monarchiste. D’ailleurs, ABC ignora dans son compte-rendu l’apparition tout de même significative des chemises bleues phalangistes portées pour la toute première fois dans les rues d’une ville espagnole.

  • 92 « Las iniciativas de asistencia al Gobierno para restablecer la paz pública continúan con gran entu (...)
  • 93 César Gonzalez-Ruano, « Campanas de España », ABC, Madrid, 30/10/34.
  • 94 « Doctrinas y actitudes », ABC, Madrid, 10/11/34.
  • 95 Ibidem.

53Le journal vanta « los ejemplos de ciudadanía y de valor cívico que se nos han ofrecido en estos días críticos para la vida española »92 et il remercia toutes les forces de droite. Il ne mentionna cependant qu’à une seule et tardive reprise – et sous la plume de González Ruano – l’engagement des phalangistes dans la lutte avec leurs « doce cuerpos sangrantes, doce espigas de la juventud dorada, arrancadas con plomo del friso nacional de los altos destinos »93. Se posait donc à nouveau la question de cette étrange retenue du quotidien à l’égard d’une force politique qui avait combattu dans les mêmes tranchées que lui. A la différence du mois de mars, après l’échec de la tentative révolutionnaire, l’avenir semblait plus dégagé pour les intransigeants opposants à la République. Gil Robles et Calvo Sotelo, « los dos ilustres adalides de la política derechista »94, incarnèrent alors pour ABC l’espoir retrouvé d’un changement de régime et ce, pour le plus grand bien de l’Espagne car « para fortalecer el Estado moderno basta la eliminación del sistema democrático : el absurdo sufragio universal en la forma que está instituido en España »95. Les différends entre les deux hommes, auxquels ABC distribuait bons points et critiques, étaient finalement secondaires. Le corollaire de cette nouvelle espérance restait que la Phalange perdait du coup beaucoup de son attrait. L’intérêt d’ABC pour F.E. et le fascisme avait donc été purement conjoncturel. Dans sa guerre contre le régime, le journal était prêt à faire feu de tout bois.

De la guerre ouverte au retour en grâce (décembre 1934 à décembre 1935)

54Au cours de cette période, ABC se montra plus distant par rapport à Primo de Rivera et à F.E. Le refus phalangiste d’intégrer le Bloc National – proposé par Calvo Sotelo et fondé sur l’unité de l’Espagne et le rejet du régime républicain – provoqua l’incompréhension du quotidien madrilène. Sans ne jamais citer personne, Federico Santander avouait sa déception devant l’absence de certaines signatures au bas du document :

  • 96 F. Santander, « Los que no han firmado », ABC, Madrid, 22/12/34.

Parecía natural que cooperasen a la empresa aquéllos que hubieran acreditado con su conducta servir fielmente esos principios y sentir con vehemencia esos nobles impulsos. Y, sin embargo, no es así.96

  • 97 Julio Gil Pecharroman, op. cit., p. 340.
  • 98 M. Bueno, « Panorama social », ABC, 01/01/35.
  • 99 Ibidem.
  • 100 Stanley G. Payne, op. cit., p. 233.

55La rupture entre monarchistes et phalangistes était consommée, ce refus signifiant « el cese de la ya escasa contribución económica alfonsina »97. En conséquence, la proposition de Manuel Bueno – l’union des anarchistes et de F.E., « que es, fundamentalemente considerada, la fuerza más afín a la C.N.T. »98 – ne semblait pas forcément saugrenue. Le vétéran journaliste envisageait cette hypothèse sans la moindre arrière-pensée apparente, poussé au contraire par son seul souci de rendre service à l’Espagne en libérant le prolétariat espagnol de tous les profiteurs « que le han conducido a las tristes jornadas de octubre »99. Toutefois, cet article n’était sans doute pas totalement innocent. Il montrait que « [los] contactos secretos con el disidente de la C.N.T. Ángel Pestaña y algunos otros cenetistas o ex cenetistas »100 étaient connus du journal. Se profilait ainsi une disqualification progressive de José Antonio. Si M. Bueno et ABC laissaient à nouveau entrevoir pour la Phalange un champ d’action possible et utile au pays, il n’en restait pas moins que, deux mois à peine après la crise des Asturies, toute allusion aux anarchistes devait provoquer un réflexe de rejet horrifié chez le lecteur moyen du quotidien. Il devenait donc légitime de se demander si Primo de Rivera connaissait vraiment sa place et si son parti pouvait désormais être considéré comme une force politique d’avenir.

  • 101 « Unas declaraciones del Sr. Primo de Rivera », ABC, Madrid, 05/01/35.
  • 102 A. Alcala Galiano, « Roma, faro de Europa », ABC, Madrid, 07/01/35.

56Dans ce contexte, ABC publia, à quarante-huit heures d’intervalle, les déclarations de José Antonio où il s’insurgeait « contra el calificativo de fascista aplicado al movimiento que él dirige »101, lui préférant celui de national-syndicaliste, et un article d’Alcalá Galiano où, s’appuyant sur le régime italien, il affirmait que « el haber unificado la revolución con la tradición, y ambas, con la religión »102 était l’expression achevée de la perfection en matière de régime politique. En somme, la grandeur nationale retrouvée en Italie était le fruit de l’osmose entre Monarchie et Fascisme. L’image de José Antonio rejetant l’étiquette de fasciste n’en était que plus négative dans les pages d’ABC. Très vite, les phalangistes perdirent leur aura de défenseurs potentiels de l’Espagne éternelle pour n’être plus que des provocateurs amenant par leurs outrances, comme à Saragosse, violence et instabilité :

  • 103 « Alborotos estudiantes frente a la Escuela Industrial de Zaragoza », ABC, Madrid, 10/01/35.

Frente a la Escuela Industrial se presentaron varios jóvenes en el momento que salían los alumnos, dando aquéllos vivas a la J.O.N.S y F.E. Protestaron algunos jóvenes, y entonces algunos sacaron unas porras, agrediendo a los alumnos y pretendiendo repartir hojas clandestinas. Se promovió un formidable escándalo, y habiendo reaccionado los alumnos de la Escuela, hicieron salir a los jóvenes fascistas, oyéndose varios disparos.103

57Le parti lui-même semblait d’ailleurs voué à la dissolution. Après la publication, le 15 janvier, de la note diffusée par F.E. concernant l’expulsion de Ledesma, ABC reprenait une semaine plus tard les commentaires du docteur Albiñana où il constatait le processus d’implosion :

  • 104 « Los actos de propaganda política celebrados el domingo en provincias », ABC, Madrid, 22/01/35. Ra (...)

De aquel fugaz movimiento, completamente destrozado por divisiones, subdivisiones y mutuo afán de predominio en sus directores, ya no queda absolutamente nada.104

  • 105 « Un mitin de Falange Española en Salamanca », ABC, Madrid, 12/02/35.
  • 106 M. Bueno, « Mirando al porvenir », ABC, Madrid, 15/02/35.

58Certes, ABC continuait d’informer sur les différents meetings phalangistes, soulignant au passage que certains des participants étaient issus « del campo extremista »105. Toutefois, à la lecture des articles des collaborateurs du journal, le lecteur pouvait être gagné par la diffuse impression d’une F.E. qui se muait progressivement en danger réel pour la droite. Elle devenait le porte-étendard non plus du fascisme mais du « socialismo nacionalista »106. Toute la question était de savoir laquelle des deux composantes finirait par l’emporter. Les certitudes des mois précédents n’étaient plus de mise et la propagande phalangiste prenait, d’après ABC, un tour nettement plus révolutionnaire.

  • 107 « Conferencia del Sr. Primo de Rivera en Valladolid », ABC, Madrid, 05/03/35.
  • 108 Ibidem.
  • 109 « Respecto al capital y al trabajo entiende que no se debe decir que hay que armonizarlos, porque e (...)

59L’exaltation patriotique des discours de Primo de Rivera alternait avec les attaques contre les communistes, « los nuevos bárbaros »107. Ces derniers possédaient toutefois « indudablemente algo bueno y fecundo que es lo que hay que saber sacar »108. ABC peinait à suivre le leader phalangiste. De plus, il encaissait très mal les critiques envers la société capitaliste et à ses élites109. D’où, sans doute, son silence lors de la parution de l’hebdomadaire Arriba, le 21 mars. Le temps de la défense de El Fascio semblait lointain. Le journal publia également des articles où, sans le nommer, José Antonio était manifestement inclus dans la catégorie de ces

  • 110 A. Alcala Galiano, « Cristianismo y demagogia », ABC, Madrid, 09/04/35.

oradores políticos – que gracias al auxilio pecuniario de los capitalistas pueden sostener sus organizaciones –, [y que] se revuelven en los mítines contra sus protectores amenazándoles con la venganza de los oprimidos.110

  • 111 « Sucesos en Madrid y en provincias », ABC, Madrid, 10/04/35.

60Si l’opinion de ses collaborateurs n’engageait toujours pas la responsabilité d’ABC, aucune voix ne s’élevait dans le journal pour défendre ou justifier Primo de Rivera. Les phalangistes étaient définitivement accusés d’être à l’origine des troubles liés à la vente de leurs journaux. La paix ne revenait qu’avec « la seguridad dada por las autoridades a los obreros de que los provocadores habían sido detenidos »111. Ce jugement s’inscrivait en fait dans la nouvelle stratégie défensive du quotidien pour contrer cet adversaire nouveau et manifestement inattendu.

61ABC laissa alors passer des articles où José Antonio était ouvertement pris à partie. Ainsi, Honorio Maura accusa le leader phalangiste de démagogie :

  • 112 H. Maura, « Injusto y peligroso », ABC, Madrid, 24/04/35. L’auteur faisait allusion à la conférence (...)

Y ese orador, hombre culto, instruido, que sabe perfectamente lo que es un banco por dentro, pudo decir, provocando naturalmente el aplauso de la masa propicia al mordisco de que antes hablábamos, que los Bancos prestan al 8 o al 9, y que ellos sólo pagan al 2 por el dinero que les produce el interés.112

62Et lorsque, fin mai, José Antonio déclara que

  • 113 « Actos de propaganda política celebrados el domingo en Madrid y en provincias », ABC, Madrid, 21/0 (...)

sin rencor ni antipatía decimos [...] con todo respeto, y a pesar de nuestras reservas sentimentales, que no podemos prestar el generoso impulso de nuestra juventud para restaurar una institución gloriosamente fenecida113

  • 114 Julio Gil Pecharroman, op. cit., p. 387.

les hostilités furent ouvertes. En dépit du ton mesuré de Primo de Rivera, « las alusiones a la caída de la Monarquía y lo que parecía una identificación del falangismo con los republicanos de 1931 irritaron extraordinariamente a los alfonsinos »114.

63La réponse différée d’ABC fut cependant cinglante. Une semaine après, le journal souligna le caractère subversif de F.E. :

  • 115 « Mitin de Falange Española en Oviedo », ABC, Madrid, 28/05/35.

El Sr. Primo de Rivera atacó al capitalismo, anunciando su propósito de hacer la revolución en la calle, pero no una revolución destructora, sino constructiva, terminando con ataques al actual Gobierno.115

  • 116 Visiblement, le distinguo de Primo de Rivera entre fascisme et national-syndicalisme n’avait convai (...)

64Le lendemain, selon F. Santander, José Antonio trahissait les fondements du fascisme116 en jetant aux oubliettes de l’Histoire la monarchie. Il faisait en somme table rase du passé au nom de la révolution :

  • 117 F. Santander, « La Monarquía y el Fascismo », ABC, Madrid, 29/05/35.

¿Fascismo antimonárquico ? ¿Puede darse contradicción más evidente ? La Monarquía puede no ser fascista (y yo deseo que no lo sea), pero el fascismo tiene que ser monárquico o no será. Porque el fascismo es amor a las glorias del pasado, exaltación de los valores espirituales, patriotismo ardoroso, deseo de una España mejor ; lo que el fascismo tiene de más noble, elevado y simpático es, con su disciplina y su entusiasmo, su afán apasionado de nutrir sus falanges con la nata sabrosa de la ciencia de nuestros sabios, y embriagarlas con el fuerte licor caliente de la sangre de nuestros héroes y encenderlas en la llama de nuestros santos. Y todo eso —pasado glorioso, amor a la patria, sabios, héroes y santos— en España es, esencialmente, Monarquía y nadie puede separarlo de la idea monárquica.117

65C’était là une attaque en règle visant à démontrer le manque criant de lucidité politique de José Antonio. Et les éloges rituels en préambule

  • 118 Ibidem.

– inteligente, culto, serio, intrépido, valeroso, con un valor sereno, y sin desplantes, el tercer marqués de Estella, atesora además las dotes necesarias al conductor de multitudes. No ha de olvidarse entre esas felices cualidades, su juventud –.118

  • 119 Ibidem.

n’avaient visiblement d’autre fonction que de lever toute suspicion d’animosité et de préjugés envers Primo de Rivera. Ils mettaient au passage l’accent sur deux points forts de la riposte : ses origines aristocratiques et sa jeunesse, synonyme d’inexpérience. Santander, d’ailleurs, laissait le lecteur seul juge de la contradiction hypocrite des positions du « tercer marqués de Estella, [que] conserva —y hace muy bien en conservarlos— los títulos, prerrogativas y preeminencias que sus ilustres antepasados recibieron de manos del Rey y en su servicio »119. A l’offensive politique, s’ajoutaient donc les attaques personnelles.

  • 120 ABC accorda une place non négligeable dans son compte-rendu de la séance au discours de Primo de Ri (...)

66Pendant les six mois suivants, les références à José Antonio et à F.E. furent de même nature. L’appui que reçut José Antonio de la gauche120lors de la discussion parlementaire portant sur la modification de Loi sur la Réforme agraire poussa le journal, dans un éditorial très dur, à l’inclure – sans toutefois le nommer – dans le clan des adeptes de ce suicidaire « bolchevisme blanc » :

  • 121 « Bolchevismo blanco », ABC, Madrid, 27/07/35.

Cualquier otro día se nos habla, desde donde menos podía esperarse, de la imposibilidad de que ciertas extensiones de tierra cultivada lo sean metódica y científicamente si están en una sola mano. Y es la verdad que en la viviente paradoja que esa actitud implica, lo que aparenta ser valentía, no es sino cobardía para afrontar los hechos cara a cara, debilidad para resistir la corriente de la calle, impetuosa como la de las aguas desbordadas, pero no más consciente.121

67Rupture définitive ? En fait, la situation politique nationale allait amener un nouveau virage du journal. En effet, après les différents scandales politico-financiers, l’imminence de nouvelles élections sembla acquise. Curieusement, F.E. retrouva alors certaines vertus dans les pages d’ABC.

  • 122 Stanley G. Payne, op. cit., p. 287.
  • 123 « Actos de propaganda política celebrados el domingo en Madrid y en provincias », ABC, Madrid, 19/1 (...)

68C’est ainsi que son meeting du 17 novembre à Madrid, « generalmente ignorado por los medios de comunicación y en el mundo político »122, bénéficia d’une importante couverture dans ABC. Il eut lieu au cinéma “Madrid”, « con asistencia de gran masa de público que llenaba por completo el local »123. La description des lieux témoignait d’un certain retour en grâce des phalangistes. Ces “provocateurs” de naguère étaient là hissés au rang de combattants, dignes d’admiration :

  • 124 Ibidem.

En el escenario se habían colocado los grandes telones negros con los nombres de los fascistas caídos en la lucha [...]124

69Il s’agissait, bien entendu, du combat antimarxiste, donc foncièrement national. Au cours de l’acte politique, José Antonio appela à la création d’un “Front National” pour mener la lutte contre le courant révolutionnaire au nom du nationalisme

  • 125 Ibidem.

que es el individualismo de los pueblos, y si nosotros somos nacionalistas, no lo somos por una mera circunstancia física, sino por ser españoles, que es una de las pocas cosas serias que se puede ser en el mundo.125

70Les jugements du quotidien s’adoucirent et le fascisme, sans tutorat monarchiste, retrouva une légitimité certaine comme source spirituelle d’une politique au service de tous. Du moins, ainsi l’affirmait Ramiro de Maeztu :

  • 126 R. De Maeztu, « Odio de clases », ABC, Madrid, 04/12/35.

Esta es la quintaesencia del fascismo, cuando el fascismo es genuino. El odio a los que odian, la separación de los que separan, la condenación a la impotencia de los que quieren destruir todo poder que no sea el suyo. Y lo que abona esta conducta es el hecho de que donde se ha realizado esta política ha sido posible conseguir para el pueblo superior grado de bienestar que el que se obtiene cuando se permite a los propagadores del odio de clases realizar impunemente su obra destructora.126

71À la mi-décembre, ABC lança un appel à l’union des droites au sein de laquelle tous les différends seraient enfin dépassés pour mieux servir l’Espagne :

  • 127 « La unión de derechas », ABC, Madrid, 15/12/35.

Volvemos a pedirla, y al pedirla, dignamente no queremos humillaciones por parte de nadie ; que cada partido vaya a la unión lealmente, consciente cada cual de su propia fuerza y de su propia dignidad.127

  • 128 « Falange Española de las J.O.N.S. y el Frente Nacional », ABC, Madrid, 20/12/35.
  • 129 « Batalla decisiva », ABC, Madrid, 22/12/35. Le journal reprenait ainsi à sa manière l’analyse de J (...)
  • 130 Ibidem.

72Un appel que Primo de Rivera rejeta128. Peu importait. Face à l’enjeu des élections à venir – « la existencia misma de España como país unido y como país fiel a la civilización »129 –, le journal insista sur la sainte alliance « entre todos los partidos defensores de la nacionalidad [...] ante el imperativo de esta guerra de independencia »130. Il prôna donc le ralliement de

  • 131 « Editorial », ABC, Madrid, 31/12/35.

todo lo que, con mayor o menor provecho, pero con dignidad y confianza, encuadre en la gran legión defensora del orden social, de la unidad española y de la religión católica. Ningún concurso es desdeñable, por modesto que sea, si es desinteresado y leal.131

73Autant dire que F.E. – dont les meetings connaissaient, d’après le journal, un succès croissant – serait accueillie à bras ouverts. Pour ABC tout espoir de voir un dénouement heureux ne semblait pas perdu. Sur ces entrefaites s’ouvrit l’année 1936.

Espoirs, craintes et revirements (du 1er janvier 1936 au 16 février 1936)

74Les six semaines qui précédèrent les élections du 16 février furent une période de constant va-et-vient du quotidien au sujet de la Phalange. Il se montra en effet plus conciliant au début janvier quand, en coulisses, les tractations se poursuivaient entre Gil Robles et Primo de Rivera pour parvenir à l’intégration de F.E. au sein de cette union. Manuel Bueno – qui, un an auparavant, jetait F.E. dans les bras de la C.N.T. – assurait alors que, pour la droite,

  • 132 M. Bueno, « Horas difíciles », ABC, Madrid, 03/01/36. Ce rapprochement conduirait le journaliste à (...)

sería una grave omisión el prescindir de ese mocerío disciplinado y entusiasta, que tan frecuentes pruebas viene dando de su acrisolado patriotismo.132

75Tout son lexique militaire indiquait :

  • 133 Ibidem.

las perspectivas electorales se presentan con un tan dramático carácter belicoso, que todas las precauciones que se adopten para vencer el ímpetu rojo serán escasas.133

  • 134 Ibidem. On pouvait dès lors mieux comprendre ces appels répétés du journal à l’union de toutes les (...)

76Il serait alors suicidaire de se priver de troupes de choc aussi aguerries : si « los contingentes de Falange Española no tienen, por el número, la importancia de los que integran Acción Popular, [...] cada uno de sus miembros vale por su desinterés y su arrojo como cinco »134. Aussi, ABC retrouva alors les réflexes permettant d’offrir un semblant de justification à la violence des « escuadras » phalangistes :

  • 135 « Agitación social en España », ABC, Madrid, 15/01/36.

Un grupo de jóvenes que también marchaban anoche por la calle de Fuencarral, repartiendo hojas de propaganda electoral, editadas por Falange Española, entregó una de ellas a Andrés Pierro Meñi [...]. Parece que Andrés, al ver de lo que se trataba, arrojó al suelo la hoja e intentó pisotearla. En vista de su actitud, los componentes del grupo le agredieron, causándole lesiones [...].135

77Quant aux meetings, ABC retrouva, là aussi, le chemin des éloges admiratifs :

  • 136 « Mítines de Falange Española », ABC, Madrid, 21/01/36.

El local se vio abarrotado de público, causando efecto sorprendente el número de afiliados que concurrió de los pueblos, todos uniformados y muy disciplinados, con sus respectivas banderas.136

78Enthousiasme, discipline et soutien populaire : F.E. disposait incontestablement de très solides fondations. Dans certaines villes – Vigo, par exemple – elle se permettait même de faire la leçon aux autres partis de droite et plaidait

  • 137 « Falange Española de Vigo », ABC, Madrid, 23/01/36.

porque se realice urgentemente la unión de todas las derechas en estos momentos gravísimos, no comprendiendo que por algunos elementos se trate de fomentar la desunión.137

79ABC défendait aussi ardemment cette vitale cohésion. D’où son exaspération devant les atermoiements des partis de droite. Mais aussi sa crainte d’une défaite en apprenant la décision de F.E. de se présenter en solitaire aux élections.

  • 138 « La extirpación de la violencia », ABC, Madrid, 24/01/36.

80Automatiquement, le parti de José Antonio redevint un obstacle d’autant plus gênant que son ascendant sur certaines formations semblait se dessiner. Au nom d’un nationalisme de bon aloi, ABC dénonça alors la tentation de se laisser « arrastrar por los modelos extranjeros »138. ABC redécouvrait que les pratiques violentes phalangistes desserviraient les intérêts bien compris de la droite :

  • 139 Ibidem.

A los elementos de orden importa más que a nadie que se restablezca la calma. Las izquierdas cuentan con la violencia como recurso táctico.139

  • 140 « La unión de las derechas », ABC, Madrid, 26/01/36.

81En l’espace de quelques jours, F.E. avait donc à nouveau perdu son statut de solide rempart contre la révolution. ABC, pleinement impliqué dans son rôle d’organe électoral, mena alors campagne pour inciter au vote utile et éviter un émiettement nuisible : les candidats extérieurs à l’alliance « no conseguirían el triunfo, pero lograrían, en cambio, debilitar las fuerzas del bloque y que triunfaran por mayoría los revolucionarios »140. Pour le quotidien, la défense de l’Espagne ne se trouvait que dans un seul camp et quiconque n’accepterait pas cette vérité première ferait donc fatalement le jeu de ses ennemis. Et tous les cris rituels prétendument nationalistes et patriotiques n’y changeraient rien

  • 141 « Ahora, a votar por España », ABC, Madrid, 07/02/36.

[...] hace falta no desaprovechar un solo voto. Hay que votar y votar bien. Toda candidatura intermedia es una sangría que debilita el vigor de las candidaturas neta y claramente derechistas y un apoyo eficaz a la revolución.141

82Les vrais Espagnols, poursuivait le journal, sauraient se reconnaître et, en ralliant la Cause, ils offriraient la victoire car :

  • 142 Ibidem.

los patriotas, los que no obedecen a Moscú ni quieren que España sea una sucursal del infierno soviético, somos, por fortuna, muchos más.142

  • 143 « Posición de los partidos. Falange Española no ha concertado pacto electoral alguno », ABC, Madrid (...)
  • 144 « Exhortación a unas juventudes generosas », ABC, Madrid, 14/02/36.

83Implicitement, la Phalange était rejetée dans l’opprobre des adversaires de l’Espagne. Mais rien n’y fit. Le 12 février, F.E. revendiqua, arrogante, cet isolement – forcé, affirmait-elle non sans mauvaise foi et dont elle se faisait néanmoins gloire143. En désespoir de cause, ABC publia quarante-huit heures après un éditorial dont le titre dénotait d’emblée toute l’admiration qu’il portait – à nouveau – au parti de Primo de Rivera144.

84Voulant éviter toute polémique à la veille des élections, ABC claironna sa totale bienveillance envers les phalangistes dont les mérites et les prouesses en faveur de l’Espagne n’étaient plus à démontrer :

  • 145 Ibidem.

Queremos, y hemos de esforzarnos por conseguirlo, poner en estas palabras, y en los sentimientos y juicios que expresan, la más sincera cordialidad y el más desinteresado patriotismo, como dedicadas que están a unas legiones de españoles que actúan siempre con el corazón encendido en amor a España. Nos referimos a Falange Española.145

85Son ostracisme avait été une grave injustice :

  • 146 Ibidem.

[...] ¿quién podrá, con fundamento, negar que ellas representan primariamente un espíritu y una acción militante contra la idea y el hecho revolucionario ? Formar, pues, un frente antirrevolucionario sin contar con Falange Española es, a nuestro juicio, [...] una notoria desestimación de los servicios que, en holocaustos de España y con generoso derroche de sangre juvenil, han prodigado esas beneméritas fuerzas de choque en la lucha por la paz pública.146

86Le journal justifiait ainsi ouvertement, sophisme aidant, la stratégie de violence de la Phalange. Il n’avait cure du reniement de ses propres convictions, reconnaissant du même coup ce qu’il avait toujours refusé d’avouer : qu’il était prêt à seconder certaines entreprises, même illégales, si elles s’avéraient payantes. ABC alla même jusqu’à faire, seize mois après, l’éloge appuyé du comportement des phalangistes au soir du 7 octobre 34 :

  • 147 Ibidem.

cuando todo lo que en España no era cómplice más o menos vergonzante de la revolución separatista y soviética que había estallado la víspera, se agrupó en torno al Poder público, olvidando los respectivos credos y dogmas políticos en aras de la defensa de la Patria amenazada.147

  • 148 Ibidem.

87Comme si, finalement, la crainte d’une défaite électorale pouvait subitement réveiller les mémoires... Mais, s’il en parlait à cet instant, c’était bien entendu pour insister sur le sens du devoir patriotique dont F.E. avait fait montre en taisant ses propres exigences. D’où l’appel solennel d’ABC, « con toda cordialidad y con el más alto espíritu patriótico »148, au retrait de F.E. en faveur des autres candidats de droite. Ce serait, à n’en pas douter, le plus sûr moyen de prêter

  • 149 Ibidem.

al frente anturevolucionario [...] su valiosísima aportación y el cupo de sus votos, que, con ser muy brillante añadido a la multitudinaria masa derechista, no sería por sí solo bastante para triunfar contra la revolución.149

88Dernier argument : l’absence de toute représentation parlementaire ne nuirait aucunement à un parti fasciste dont l’essence même impliquait de rechercher la reconnaissance nationale dans la rue et non dans les urnes :

  • 150 Ibidem.

En cambio, una actitud de renuncia generosa por su parte, un sacrificio de amor propio nobilísimo – cuanto más noble más meritorio de sacrificar – en quienes a diario sacrifican sus vidas en aras del ideal de España y de su paz, acrecería la popularidad y el crédito de estas juventudes beneméritas, en cuyos corazones no pueden alojarse minúsculos apetitos ni satisfacciones subalternas.150

  • 151 « Mitin falangista en Gijón », ABC, Madrid, 15/02/36.

89Cette soudaine estime n’était, en conclusion, qu’une dernière tentative de séduction mais aussi une ultime mise en garde : en cas d’échec, F.E. porterait une très lourde responsabilité. Primo de Rivera, qui risquait la perte de l’immunité parlementaire, donna sa réponse le lendemain au cours d’un meeting à Gijón : un refus catégorique. Et comme un dernier – et petit – coup de griffe, ABC fit seulement remarquer que cette réunion s’était déroulée « con bastante concurrencia »151. Les foules grandissantes avaient disparu. La journée du 16 février arriva enfin. Désormais, les dés étaient jetés et il ne restait plus qu’à se saisir de son bulletin de vote comme on empoignait un fusil :

  • 152 « ¡A votar! », ABC, Madrid, 16/02/36.

Cada votante ocupará un lugar en la trinchera contra la revolución de hordas asesinas e incendiarias, capitaneadas por extranjeros de faz mongólica. No habrá desertores, porque nadie quiere suicidarse. [...] Esta es una guerradeindependencia.152

90L’attente des résultats commençait.

Un intérêt très calculé (du 17 février 1936 au 18 juillet 1936)

91La défaite fut amère et désarçonna un temps ABC. Sa combativité fit place à une demande de respect du jeu démocratique et de tolérance envers les vaincus :

  • 153 « El Estado, de todos », ABC, Madrid, 26/02/36.

El hecho de que en una contienda electoral haya salido mayor proporción de actas a favor de uno de los dos bandos (como sucede siempre, y es perogrullada) no quiere decir que la mitad política del paísdeba aplastar a la otra mitad, ni que ese país sea propiedad privadade los diputados en mayoría.153

  • 154 Francisco Iglesias, Historia de una empresa periodística, Prensa Española, Madrid, 1980, p. 311, n. (...)

92Quelques jours plus tard, contraint par décret de réintégrer dans son entreprise les grévistes renvoyés en mars 34, Luca de Tena démissionna de ses fonctions de président du Conseil d’administration de Prensa Española et de directeur d’ABC, s’interdisant dès lors – d’après le nouveau directeur, Luis de Galinsoga – « absoluta y auténticamente [todaj función en el periódico »154.

93Dans cette atmosphère délétère, l’Espagne courait, d’après le journal, à sa propre destruction. Par idéologie internationaliste à gauche, par aveuglement suicidaire à droite :

  • 155 « Impenitencia en el fracaso », ABC, Madrid, 10/03/36.

las derechas occidentalistas [...] se hacen la ilusión de que el país va a prestarles el enorme y estéril esfuerzo que le piden para repetir con el mismo fruto, el ensayo de imponerle al régimen una rectificación incompatible con su esencia y su razón de ser.155

  • 156 « Nación desnacionalizada », ABC, Madrid, 12/03/36.
  • 157 Idem.

94Dans ces conditions, le salut national ne pourrait venir que des seules forces ayant su garder, de l’avis de José María Salaverría, « la idea grande, responsable, en su plenitud de la Patria »156 : Les monarchistes et les fascistes. C’est d’ailleurs pourquoi ils étaient si férocement persécutés par le pouvoir, « especialmente ahora, que el comunismo, de clandestino que era, se ha instalado en el Poder »157. Du coup, F.E. – dont les principaux dirigeants furent effectivement emprisonnés deux jours plus tard, suite à l’attentat contre le député socialiste Jiménez Asúa – redevenait, pour la énième fois, un atout inappréciable. Une telle analyse permettait en outre de redonner aux monarchistes une place prépondérante au sein des forces antirépublicaines.

  • 158 Francisco De Luis Martin, op. cit., p. 28.

95Renouant avec une opposition dure et sans concessions, ABC « evolucionó hacia posturas más radicales e intransigentes que le llevaron a manifestar sus simpatías por un posible golpe militar »158. Il adressa de vifs reproches au Gouvernement : son offensive contre F.E. dévoilait un harcèlement à peine travesti en justice. Si les présumés coupables de l’attentat contre Jiménez Asúa avaient été promptement arrêtés, les autorités n’avaient pas fait preuve de la même célérité lors de

  • 159 « Del atentado en el que resultó víctima el agente señor Gisbert », ABC, Madrid, 19/03/36.

la muerte en el pueblo de Almoradiel (Toledo) de unos afiliados a Falange Española, la agresión a los obreros que trabajaban en la plaza de toros vieja de Madrid y el asesinato de dos estudiantes de Falange en la calle de Alberto Aguilera.159

  • 160 « El Sr. Primo de Rivera candidato por Cuenca », ABC, Madrid, 12/04/36.
  • 161 « Agresiones a personas (muertos y heridos) », ABC, Madrid, 17/04/36.

96Aussi, la candidature de José Antonio – présent sur les listes de droite pour Cuenca où l’élection avait été invalidée – provoqua, d’après ABC, « [una] excelente impresión en el sector derechista »160. Primo de Rivera retrouvait ainsi sa famille naturelle. Parallèlement, le quotidien s’engagea dans une systématique exacerbation des peurs et des angoisses collectives. Le journal dressa la liste des troubles de l’ordre public depuis le 16 février. Avec un mélange éhonté d’attentats politiques et de délits de droit commun et une absence notoire d’impartialité dans la présentation. Sur les 196 agressions répertoriées161, ABC dénombrait uniquement 7 victimes de gauche pour lesquelles le journal n’éprouvait que mépris :

  • 162 Ibidem.

Aranjuez. – Es herido de un balazo un individuo izquierdista ; como consecuencia de ello es apedreado el domicilio de don Emilio Martín y herido éste gravísimamente con un hacha.162

97De même, la pratique de la “biographie” fut à nouveau de mise :

  • 163 Ibidem.

Jumilla (Murcia). – Matan a un obrero socialista que se distinguió en la detención de personas de derechas, el 18 de febrero, para ser juzgadas por el Tribunal del Pueblo.163

98Dans ce climat d’insécurité, ABC induisait l’idée d’une chasse à l’homme tolérée –orchestrée ? – par le pouvoir en place dans le but d’étouffer toute opposition. L’annonce, sans le moindre commentaire, de la dissolution des “ligues fascistes” le 18 avril, vint confirmer cette impression de dictature naissante donnée par le journal. Par contre, ABC utilisa sciemment les titres des articles pour tenter de provoquer un sursaut antirépublicain.

  • 164 ABC, Madrid, 18/04/36.
  • 165 ABC, Madrid, 19/04/36.
  • 166 Ibidem.
  • 167 ABC, Madrid, 21/04/36.
  • 168 Ibidem.
  • 169 « La situación política y parlamentaria », ABC, Madrid, 02/05/36.

99Le quotidien publia, en effet, comme une litanie, les listes des centres phalangistes fermés et des personnes arrêtées mais avec une curieuse évolution. Si le 18 avril le journal titrait : « Se intensifica la detención de fascistas en toda España »164, le lendemain il constatait que « Continúan las detenciones de fascistas en toda España »165. Mais là, un sous-titre prévenait le lecteur que les fascistes n’étaient plus les seules cibles : « También son detenidas personas de distintas significaciones derechistas »166. Abondaient alors dans la chronique les remarques concernant l’absence de charges retenues. L’arbitraire régnait en maître. Quarante-huit heures après, ABC titrait : « Se intensifican las detenciones de personas de significación derechista en toda España »167 avec le sous-titre suivant : « Continúan las detenciones de fascistas y de simpatizantes de Falange »168. Les cibles prioritaires n’étaient donc plus les phalangistes. Seule une lecture attentive de l’article permettait de rétablir la vérité. Sinon, on ne pouvait retenir que l’impression d’une F.E. noyée dans une droite livrée à la vengeance à visage découvert du Gouvernement du Front Populaire. F.E. persécutée devenait ainsi à la fois symbole et excuse d’une campagne du quotidien destinée manifestement à souder les opposants au régime et à tendre les esprits dans l’attente d’une solution radicale. Rien d’étonnant donc au courroux d’ABC après cet « acuerdo caprichoso y absurdo »169 qui privait Primo de Rivera d’une représentation parlementaire. José Antonio, inculpé puis condamné à différentes reprises, redevenait, comme deux ans auparavant, la cible de choix des ennemis de l’Espagne. En quelque sorte, un martyr avant la lettre de la lutte contre la tyrannie à laquelle s’apprêtaient les vrais Espagnols.

  • 170 « Frente a ese Estado estéril, yo levanto el concepto del Estado integrador, que administre la just (...)

100Pendant les six semaines qui précédèrent le conflit, ABC ne fit pratiquement plus référence à José Antonio et à F.E. Cependant la question du fascisme regagna par moments en intensité, notamment après l’intervention, aux Cortès, de Calvo Sotelo170, l’homme providentiel en qui la droite fondait son espoir de salut national. Et vint le mois de juillet...

Conclusion

101Tout au long de la période étudiée, les changements de discours d’ABC concernant F.E. furent fonction de différents paramètres, axés fondamentalement autour d’un enjeu de pouvoir.

102Dans un premier temps, ABC adopta une attitude critique raisonnée et bienveillante tant que le courant fasciste fut embryonnaire, donc négligeable dans la lutte depuis l’opposition. Une fois structuré, et financé par les monarchistes, ABC lui fut plus ouvertement favorable. De toute évidence, le journal avait pris conscience que F.E. pouvait jouer d’abord un rôle de force d’appoint pendant les élections et devenir une force de combat urbain à opposer à la gauche après la victoire. La fonction déstabilisatrice des phalangistes devait théoriquement servir les intérêts d’une droite prête à renverser le régime. Toutefois, après octobre 34, le journal se fit plus dur lorsque cette même force devint gênante, voire dangereuse, par la composante révolutionnaire de son discours. L’approche de nouvelles élections favorisa à nouveau l’émergence de positions plus conciliantes. Le journal oublia alors les divergences notoires entre son credo et le programme phalangiste de même que certains jugements péremptoires. Un changement rendu d’ailleurs plus aisé par une apparente homogénéité dans le ton du quotidien. Finalement, ABC se trouva même certaines affinités avec F.E. après la victoire du Front Populaire. Les aspects purement idéologiques s’effacèrent au profit d’une utilisation de F.E. comme symbole politique, le parti de Primo de Rivera se retrouvant ainsi phagocyté par cette “autre” droite, catholique sans doute, mais surtout monarchiste.

103En fait, le discours d’ABC sur F.E. dépendait de la réalité des rapports de forces politiques. Lorsque la satellisation du parti de Primo de Rivera – trop faible – ne représentait aucun enjeu, le quotidien démontrait une capacité certaine à analyser les fondements politiques ou éthiques du mouvement de Primo de Rivera. Mais lorsque le journal s’engagea de plein pied dans la lutte politique, il manipula le traitement de cette même information pour mieux en marteler ou dissimuler certains aspects en fonction des intérêts qu’il défendait. Finalement, quand seule prima la propagande, ABC n’hésita pas à utiliser F.E. pour toucher chez le lecteur la fibre émotionnelle. D’où l’appel aux idées réductrices permettant une simplification, nécessaire à son tour à l’union rêvée des forces de droite dans une alliance d’airain face à un ennemi commun. En définitive, ABC était-il antifasciste ? Sans doute. Mais pouvait-il se laisser tenter par le fascisme ? L’éventualité ne semblait pas saugrenue. En fait, ABC était fondamentalement et avant tout antirépublicain parce que foncièrement opposé à ce qu’il appelait la « démocratie inorganique ». Et s’il défendait certains principes idéologiques, il était cependant prêt à appuyer les forces offrant les plus grandes garanties de succès dans la lutte contre la République. Ce qui n’était pas forcément synonyme de restauration monarchique. Du moins, à court terme.

104Avec la guerre, ABC – de Séville, après la saisie des locaux madrilènes – s’engagea dans la lutte pour « l’Espagne impériale » et exalta les valeurs phalangistes. Puis le Caudillo tout-puissant, devenu, décret d’Unification aidant, l’héritier légitime de la pensée de José Antonio, une fois sa mort annoncée. Mais c’est là une autre histoire.

Inicio de página

Notas

1 Francisco De Luis Martin, El grupo monárquico de “ABC” en la Segunda República española (1931-1933), Salamanca, Ed. Universidad de Salamanca, 1987, p. 58. Avec à sa tête Juan Ignacio Luca de Tena – fils du fondateur –, ABC comptait également sur une équipe de journalistes réputés : Alfonso Rodríguez Santamaría (sous-directeur), les rédacteurs en chef José Cuartero et Luis de Galinsoga (Siul) et une pléiade de collaborateurs « constituyendo, como venía siendo habitual, una de las plantillas más numerosas y mejor pagadas del periodismo español de su tiempo. » (Ibidem, p. 31).

2 « Ambiente de violencia », ABC, Madrid, 17/03/33.

3 Juan Ignacio Luca de Tena, « A José Antonio Primo de Rivera », ABC, Madrid, 22/03/33.

4 Ibidem.

5 Julio Gil Pecharroman, José Antonio Primo de Rivera. Retrato de un visionario, Madrid, Ed. Temas de hoy, 1996, pp. 173-174.

6 Ibidem, p. 187.

7 Honorio Maura, « ¡ Viva España ! », ABC, Madrid, 10/09/33.

8 « La candidatura de las derechas », ABC, Madrid, 26/10/33.

9 « Actos de propaganda política celebrados el domingo en Madrid y provincias », ABC, Madrid, 31/10/33.

10 Ramón Lopez Montenegro, « El coco », ABC, Madrid, 31/10/33.

11 AEMECÉ, « Madrid al día », ABC, 31/10/33.

12 Andrés Revesz, « Algo del fascismo », ABC, Madrid, 03/11 /33.

13 Ibidem.

14 Stanley G. Payne, Franco y José Antonio, Barcelona, Ed. Planeta, 1997, p. 178.

15 Federico Santander, « El fascismo en España », ABC, Madrid, 16/11/33.

16 W. Fernandez Florez, « Al servicio del “vóteme Usted” », ABC, Madrid, 18/11/33.

17 Federico Santander, « ¿ Es usted fascista? », ABC, Madrid, 19/11/33.

18 C. Gonzalez-Ruano, « Reconquista de España », ABC, Madrid, 21/11/33.

19 Antonio Primo de Rivera, « Una nota de D. José », ABC, Madrid, 23/11/33.

20 Ibidem.

21 Manuel Bueno, « Pensando en España », ABC, Madrid, 08/12/33.

22 « Los católicos y la República », ABC, Madrid, 16/12/33.

23 Ibidem.

24 « Las derechas y la República », ABC, Madrid, 19/12/33.

25 Francisco De Luis Martin, op. cit., p. 28.

26 « Las derechas y la República », ABC, Madrid, 19/12/33.

27 Ibidem.

28 « El gobierno obtiene la confianza de la Cámara por 265 votos contra 53 », ABC, Madrid, 21/12/33.

29 Ibidem.

30 Juan Ignacio Luca de Tena, Mis amigos muertos, Barcelona, Ed. Planeta, 1971, pp. 137-138. Une opinion que ne partage pas Paul Preston pour qui chez Primo de Rivera « subyacía una violencia apenas controlable que en ocasiones le convirtió en un simple alborotador » ; Paul Preston, Las tres Españas del 36, Barcelona, Plaza y Janés, 1998, p. 112.

31 Ramiro De Maeztu, « Amenazas, no », ABC, Madrid, 22/12/33.

32 Manuel Bueno, « Las nuevas tendencias políticas », ABC, Madrid, 26/12/33.

33 Ibidem.

34 « Las derechas y el Gobierno », ABC, Madrid, 17/01/34.

35 Honorio Maura, « El poder está en la calle », ABC, Madrid, 01/02/34. Il est vrai toutefois que les déclarations publiques de certains leaders de gauche n’étaient pas faites pour calmer les esprits. Le mois précédent, Largo Caballero, par exemple, avait affirmé : « Yo declaro que hay que armarse, y que la clase trabajadora no cumplirá con su deber si no se prepara para ello... Y sería inútil creer que podemos llegar a realizar nuestras ideas rogándoles que nos respeten. ¿ Quiere decir esto que vayamos a hacer locuras ? Lo que quiere decir es que en la conciencia de la clase trabajadora hay que dejar grabado que, para lograr el triunfo, es preciso luchar en las calles con la burguesía, sin lo cual no se puede conquistar el poder. » (Cité par Herbert R. Southworth, Antifalange, Bordeaux, Ed. Ruedo Ibérico, 1967, p. 27).

36 Al Gobierno, « El terrorismo en Madrid. » ABC, Madrid, 04/02/34.

37 Le leader phalangiste n’hésita pas à faire le coup de poing en pleine Puerta del Sol. Un incident qu’ABC ne rapporta point. Le lecteur du quotidien madrilène ne pouvait en avoir connaissance qu’à condition de lire en détail les comptes rendus des sessions parlementaires. Ce n’est que le 2 février, en effet, que le quotidien en fit état en reprenant la joute verbale ayant opposé José Antonio au député socialiste Hernández Zancajo.

38 Ibidem.

39 AEMECÉ, « Madrid al día », ABC, Madrid, 07/02/34. Il était cependant vrai qu’à ce moment précis, les phalangistes n’avaient encore aucun meurtre à leur actif et comptaient déjà plusieurs morts. Mais il ne l’était pas moins que, par exemple, l’assaut à la Faculté de Médecine, fin janvier, avait été bel et bien réalisé pistolets au poing. ABC, quant à lui, ne chercha pas à identifier précisément les agresseurs.

40 « Un estudiante de medicina asesinado por unos socialistas », ABC, Madrid, 10/02/34.

41 « Los crímenes políticos », ABC, Madrid, 10/02/34.

42 AEMECÉ, « Madrid al día », ABC, Madrid, 10/02/34.

43 Alvaro Alcala Galiano, « República de “oportunistas” », ABC, Madrid, 10/02/34.

44 A. Alcala Galiano, « Martirologio fascista », ABC, Madrid, 13/02/34.

45 Ibidem.

46 « El fascismo y la violencia », ABC, Madrid, 14/02/34. Cela dit, et pour se dédouaner, ABC ne manqua pas une fois encore de souligner que « los artículos de colaboración en ABC responden al criterio de sus Armantes y no deben confundirse con los editoriales, que expresan el pensamiento y comentario del periódico. ».

47 Dont la fusion avec les JONS de Ledesma, annoncée le 16 février, ne mérita cependant pas les honneurs du moindre commentaire, ABC se limitant à publier la note remise par la nouvelle organisation politique.

48 « El socialista que asesinó al estudiante de medicina D. Matías Montero, condenado a veintitrés años de presidio », ABC, Madrid, 20/02/34.

49 « Mitin de Falange Española en Carpio de Tajo », ABC, Madrid, 27/02/34.

50 Juan Ignacio Luca de Tena, op. cit., p. 123.

51 Ibidem, p. 124.

52 « Este periódico de empresa... », ABC, Sevilla, 26/11/37.

53 « La ayuda a ABC de la juventud española », ABC, Madrid, 17/03/34.

54 « El fascismo, la disciplina y la unidad moral », ABC, Madrid, 21/03/34.

55 Ibidem.

56 « Viaje del diputado señor Primo de Rivera », ABC, Madrid, 24/03/34.

57 Tout portait donc à croire qu’au sein d’ABC, il ne restait plus que Fernández Flórez pour ne voir dans chaque phalangiste qu’un “ser romántico que se dedica a extender el brazo derecho, a la venta de un periodiquito sin importancia” (« El niño provocador », ABC, Madrid, 27/03/34). L’écrivain s’indignait en fait contre le meurtre d’un phalangiste de 15 ans lors d’une rixe politique, baptisée “de carácter social” par le quotidien trois jours auparavant (« Un estudiante de quince años agredido a tiros », ABC, Madrid, 24/03/34). Mais, ni le journal ni Fernández Flórez ne s’interrogeaient sur le bien-fondé de l’implication d’un adolescent dans ces activités.

58 « Cuatro criminales apostados en una esquina de la calle de la Princesa lanzan dos petardos y varios disparos contra el coche en que iba el marqués de Estella », ABC, Madrid, 11/04/34.

59 César Gonzalez-Ruano, « Con José Antonio Primo de Rivera », ABC, Madrid, 11/04/34.

60 Ibidem.

61 « Violencia y anarquía », ABC, Madrid, 21/04/34.

62 Cela dit, ABC ne manquait pas de signaler l’erreur fatale dans laquelle s’enferrait la CEDA en ne démordant pas de la ligne adoptée depuis les élections de novembre. (« La CEDA y la República », ABC, Madrid, 16/05/34).

63 Julio Gil Pecharroman, op. cit., p. 277.

64 La nouvelle ne fut en effet publiée – trois jours après la réunion – que sous la forme d’un commentaire du directeur général de la Sûreté qui concluait « puedo asegurar que carece de la importancia que se la ha querido dar. » (« De la Dirección General de Seguridad », ABC, Madrid, 06/06/34).

65 « El discurso del Sr. Primo de Rivera en la sesión nocturna no fue del agrado de ningún sector de derechas », ABC, Madrid, 07/06/34.

66 Ibidem.

67 Ibidem.

68 Ibidem.

69 « Discurso del Sr. Primo de Rivera », ABC, Madrid, 07/06/34.

70 Pour toute cette période cf. Julio Gil Pecharroman, op. cit., pp. 279-285.

71 « La ola criminal », ABC, Madrid, 12/06/34.

72 ABC, Madrid, 12/06/34.

73 Ibidem.

74 Ibidem.

75 Ibidem.

76 Ibidem.

77 Ibidem. Selon certains témoignages, le sadisme dépassa même largement la description des faits du journal.

78 « Clausura de centros fascistas », ABC, Madrid, 12/06/34.

79 « En la calle Eloy Gonzalo », ABC, Madrid, 12/06/34.

80 « La Cámara concedió ayer los suplicatorios para procesar a los diputados señores Lozano y Primo de Rivera », ABC, Madrid, 04/07/34.

81 Ibidem.

82 « El monopolio de jornales », ABC, Madrid, 04/09/34.

83 Ibidem.

84 « Dos crímenes de carácter político en San Sebastián », ABC, Madrid, 11/09/34.

85 Ibidem.

86 Ibidem.

87 Ibidem.

88 Ibidem.

89 Julio Gil Pecharroman, op. cit., p. 295.

90 « Manifestaciones patrióticas », ABC, Madrid, 09/10/34.

91 Ibidem.

92 « Las iniciativas de asistencia al Gobierno para restablecer la paz pública continúan con gran entusiasmo patriótico », ABC, Madrid, 11/10/34.

93 César Gonzalez-Ruano, « Campanas de España », ABC, Madrid, 30/10/34.

94 « Doctrinas y actitudes », ABC, Madrid, 10/11/34.

95 Ibidem.

96 F. Santander, « Los que no han firmado », ABC, Madrid, 22/12/34.

97 Julio Gil Pecharroman, op. cit., p. 340.

98 M. Bueno, « Panorama social », ABC, 01/01/35.

99 Ibidem.

100 Stanley G. Payne, op. cit., p. 233.

101 « Unas declaraciones del Sr. Primo de Rivera », ABC, Madrid, 05/01/35.

102 A. Alcala Galiano, « Roma, faro de Europa », ABC, Madrid, 07/01/35.

103 « Alborotos estudiantes frente a la Escuela Industrial de Zaragoza », ABC, Madrid, 10/01/35.

104 « Los actos de propaganda política celebrados el domingo en provincias », ABC, Madrid, 22/01/35. Rappelons que le docteur Albiñana – leader du Parti Nationaliste – avait également été, des années auparavant, le chef de file des “légionnaires espagnols” à l’idéologie fascisante et qui portaient, déjà, la chemise bleue. Il avait, lui, adhéré au Bloc National de Calvo Sotelo.

105 « Un mitin de Falange Española en Salamanca », ABC, Madrid, 12/02/35.

106 M. Bueno, « Mirando al porvenir », ABC, Madrid, 15/02/35.

107 « Conferencia del Sr. Primo de Rivera en Valladolid », ABC, Madrid, 05/03/35.

108 Ibidem.

109 « Respecto al capital y al trabajo entiende que no se debe decir que hay que armonizarlos, porque el primero debe estar al servicio del segundo, ya que el capital es un instrumento y el trabajo una función del hombre. Proclama que es preciso reformar la propiedad sin vacilaciones ni regateos, si es que los poseedores no quieren perder lo que poseen bajo las violencias de la revolución », Ibidem.

110 A. Alcala Galiano, « Cristianismo y demagogia », ABC, Madrid, 09/04/35.

111 « Sucesos en Madrid y en provincias », ABC, Madrid, 10/04/35.

112 H. Maura, « Injusto y peligroso », ABC, Madrid, 24/04/35. L’auteur faisait allusion à la conférence de Primo de Rivera, deux semaines auparavant, au Cercle de l’“Unión Mercantil”, à Madrid. José Antonio y reprenait ses thèmes désormais habituels sur la différence fondamentale entre le monde du travail et le monde du capital, le premier étant supérieur au second.

113 « Actos de propaganda política celebrados el domingo en Madrid y en provincias », ABC, Madrid, 21/05/35.

114 Julio Gil Pecharroman, op. cit., p. 387.

115 « Mitin de Falange Española en Oviedo », ABC, Madrid, 28/05/35.

116 Visiblement, le distinguo de Primo de Rivera entre fascisme et national-syndicalisme n’avait convaincu personne au sein du journal.

117 F. Santander, « La Monarquía y el Fascismo », ABC, Madrid, 29/05/35.

118 Ibidem.

119 Ibidem.

120 ABC accorda une place non négligeable dans son compte-rendu de la séance au discours de Primo de Rivera où il affirmait : « hay que instalar a los campesinos revolucionariamente. (Rumores) La reforma agraria hay que hacerla apremiantemente, urgentemente. Lo contrario será burlar a los campesinos. Vuestra revolución – dice a las izquierdas – la hicisteis mal y a destiempo. [...] Lo más temible que os puede suceder [a las derechas] es que no os deis cuenta de lo que hacéis. Si queréis persistir en el error, allá vosotros. Cuando venga la revolución otra vez, pagaréis las consecuencias y las pagaremos todos [...] », « Turno del Sr. Primo de Rivera », ABC, Madrid, 24/07/35. Et le journal de signaler l’écho très favorable qu’il reçut de la gauche : « (Bien en las izquierdas. El Sr. Sánchez Albornoz le felicita.) », Idem.

121 « Bolchevismo blanco », ABC, Madrid, 27/07/35.

122 Stanley G. Payne, op. cit., p. 287.

123 « Actos de propaganda política celebrados el domingo en Madrid y en provincias », ABC, Madrid, 19/11/35.

124 Ibidem.

125 Ibidem.

126 R. De Maeztu, « Odio de clases », ABC, Madrid, 04/12/35.

127 « La unión de derechas », ABC, Madrid, 15/12/35.

128 « Falange Española de las J.O.N.S. y el Frente Nacional », ABC, Madrid, 20/12/35.

129 « Batalla decisiva », ABC, Madrid, 22/12/35. Le journal reprenait ainsi à sa manière l’analyse de José Antonio du 17 novembre précédent : « La próxima lucha que acaso sea electoral, que acaso sea más dramática que las luchas electorales, no se planteará alrededor de los valores caducados de derecha e izquierda ; se planteará entre el frente asiático, torvo, amenazador, de la revolución rusa en su traducción española y el frente nacional de la generación nuestra en línea de combate. ».

130 Ibidem.

131 « Editorial », ABC, Madrid, 31/12/35.

132 M. Bueno, « Horas difíciles », ABC, Madrid, 03/01/36. Ce rapprochement conduirait le journaliste à participer à No importa, feuille clandestine de la Phalange sous le Front Populaire. M. Bueno fut assassiné à Barcelone, peu de temps après le début de la guerre civile.

133 Ibidem.

134 Ibidem. On pouvait dès lors mieux comprendre ces appels répétés du journal à l’union de toutes les forces de droite, même peu représentées.

135 « Agitación social en España », ABC, Madrid, 15/01/36.

136 « Mítines de Falange Española », ABC, Madrid, 21/01/36.

137 « Falange Española de Vigo », ABC, Madrid, 23/01/36.

138 « La extirpación de la violencia », ABC, Madrid, 24/01/36.

139 Ibidem.

140 « La unión de las derechas », ABC, Madrid, 26/01/36.

141 « Ahora, a votar por España », ABC, Madrid, 07/02/36.

142 Ibidem.

143 « Posición de los partidos. Falange Española no ha concertado pacto electoral alguno », ABC, Madrid, 12/02/36.

144 « Exhortación a unas juventudes generosas », ABC, Madrid, 14/02/36.

145 Ibidem.

146 Ibidem.

147 Ibidem.

148 Ibidem.

149 Ibidem.

150 Ibidem.

151 « Mitin falangista en Gijón », ABC, Madrid, 15/02/36.

152 « ¡A votar! », ABC, Madrid, 16/02/36.

153 « El Estado, de todos », ABC, Madrid, 26/02/36.

154 Francisco Iglesias, Historia de una empresa periodística, Prensa Española, Madrid, 1980, p. 311, n. 100.

155 « Impenitencia en el fracaso », ABC, Madrid, 10/03/36.

156 « Nación desnacionalizada », ABC, Madrid, 12/03/36.

157 Idem.

158 Francisco De Luis Martin, op. cit., p. 28.

159 « Del atentado en el que resultó víctima el agente señor Gisbert », ABC, Madrid, 19/03/36.

160 « El Sr. Primo de Rivera candidato por Cuenca », ABC, Madrid, 12/04/36.

161 « Agresiones a personas (muertos y heridos) », ABC, Madrid, 17/04/36.

162 Ibidem.

163 Ibidem.

164 ABC, Madrid, 18/04/36.

165 ABC, Madrid, 19/04/36.

166 Ibidem.

167 ABC, Madrid, 21/04/36.

168 Ibidem.

169 « La situación política y parlamentaria », ABC, Madrid, 02/05/36.

170 « Frente a ese Estado estéril, yo levanto el concepto del Estado integrador, que administre la justicia económica y que pueda decir con plena autoridad : no más huelgas, no más lock-outs, no más intereses usuarios, no más fórmulas financieras de capitalismo abusivo, no más salarios de hambre, no más salarios políticos no ganados con un rendimiento afortunado, no más libertad anárquica, no más destrucción criminal contra la producción, que la producción nacional está por encima de todas las clases, de todos los partidos y de todos los intereses. (Aplausos) A este Estado le llaman muchos Estado fascista ; pues bien si ése es el Estado fascista, yo, que participo de la idea de ese Estado, yo, que creo en él me declaro fascista. » (« La sesión de ayer », ABC, Madrid, 17/06/36).

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Pierre-Paul Grégorio, « 1933-1936 : Falange Española dans ABC de Madrid », Cahiers d’études romanes, 4 | 2000, 115-154.

Referencia electrónica

Pierre-Paul Grégorio, « 1933-1936 : Falange Española dans ABC de Madrid », Cahiers d’études romanes [En línea], 4 | 2000, Publicado el 15 enero 2013, consultado el 22 noviembre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3547 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3547

Inicio de página

Autor

Pierre-Paul Grégorio

Université de Saint-Étienne

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Inicio de página
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org