Navigation – Plan du site
Réécritures génériques

Valentina Gebbia et la parodie du roman policier

Marta Forno
p. 51-61

Résumés

Valentina Gebbia est l’auteur d’une trilogie de romans policiers qui se déroulent en Sicile : Palermo, Borgo Vecchio, Per un crine di cavallo et Estate di San Martino. Terio et Fana Mangiaracina, un frère et sa sœur, détectives amateurs, en sont les protagonistes et ils sont secondés par leur mère. Les récits se déroulent dans un cadre familial, dans un petit monde qui ne dépasse pas les frontières géographiques, sociales et surtout culturelles du quartier de Palerme où ils vivent. Seule exception, une partie du récit de Estate di San Martino a comme décor l’île sicilienne d’Ustica. Gebbia utilise l’ironie, le comique et surtout la parodie pour écrire des romans policiers où se mêlent tradition et modernité, contraintes génériques et stéréotypes revisités, modèles du genre et anti-modèles. Nombreux sont les clins d’œil aux auteurs italiens affirmés du genre, en particulier aux auteurs siciliens tels Andrea Camilleri, Santo Piazzese et Piergiorgio Di Cara.

Haut de page

Texte intégral

1Valentina Gebbia est née en 1958 à Palerme où elle a grandi et vit encore aujourd’hui. Après des études de droit, elle travaille pendant plusieurs années dans une banque ; puis elle est enseignante, tout en gardant un lien avec le droit puisqu’elle passe le certificat d’aptitude à la profession d’avocat. Sa véritable vocation est toutefois l’écriture, qui sera par la suite sa profession à part entière : elle devient journaliste, écrivain et scénariste. En 2001, elle fonde Scirocco, une revue de civilisation et de culture siciliennes dont elle est la directrice, ainsi que la maison d’édition Viaggidicarta, dont une collection est entièrement consacrée aux enquêtes journalistiques et à la littérature engagée.

  • 1   Valentina Gebbia, Anche i cavalli sognano ?, in Giacomo Cacciatore, Valentina Gebbia, Gery Palaz (...)
  • 2   Id., Palermo, manuale di sopravvivenza, Palermo, Edizioni Viaggidicarta, 2010.
  • 3   Id., Metà bianchi metà neri, Palermo, Edizioni Viaggidicarta, 2007.

2Parmi ses ouvrages, on retient une longue nouvelle Anche i cavalli sognano ?1 parue dans Fotofinish, un recueil publié en 2007 dans la collection « Verdenero » de l’Edizione Ambiente, collection née pour soutenir l’action de Legambiente, active contre l’Ecomafia et les problèmes liés à l’environnement, dans laquelle sont publiés des auteurs tels Massimo Carlotto, Piero Colaprico, Carlo Lucarelli, Wu Ming, Tullio Avoledo. Fotofinish a été réédité par Einaudi en 2011 dans la collection « Stile Libero ». Son dernier roman, Palermo, manuale di sopravvivenza2, est paru en 2010 ; elle y pointe du doigt les problèmes actuels de la ville de Palerme : le travail au noir, l’illégalité omniprésente, la gestion scandaleuse des ordures (véritable nouveau business de la mafia), le lien entre mafia et politique et les défauts ataviques des habitants de Palerme. On retient également Metà bianchi metà neri3 paru en 2007, roman dans lequel elle dénonce les débarquements des immigrés clandestins sur l’île italienne de Linosa, au sud de la Sicile, en provenance d’Afrique, de Turquie et des pays du Moyen Orient. Ou Oi Politikoi, scénario d’un documentaire sur la vie politique en Sicile, et dans la ville de Palerme en particulier.

  • 4   Id., A qualcuno piace caldo, Palermo, Edizioni Leopardi, 1999. Ce livre est désormais introuvabl (...)
  • 5 Ce dernier, en qualité de responsable de la collection « Noir Mediterraneo », avait repéré Valent (...)
  • 6   Valentina Gebbia, L’estate di San Martino, Roma, E/O Edizioni, 2003.
  • 7   Id., Per un crine di cavallo, Roma, E/O Edizioni, 2005.
  • 8   Id., Palermo, Borgo Vecchio, Roma, E/O Edizioni, 2007.

3En 1999, elle publie chez un petit éditeur sicilien A qualcuno piace caldo, le premier volet de la série de romans policiers dont nous nous occuperons ici4. Étant donné que ce premier roman obtint un certain succès, la suite de la série a été publiée par E/O Edizioni, la maison qui publie aussi Massimo Carlotto5. Il s’agit des romans policiers parus à partir de 2003, L’estate di San Martino6, Per un crine di cavallo7 et Palermo, Borgo Vecchio8, qui constituent un véritable cycle littéraire, et ont comme protagonistes et enquêteurs les trois membres de la famille Mangiaracina.

4La parodie (du grec παρα ώδή, c’est-à-dire le contre-chant) est l’imitation d’un style, d’un genre ou d’un personnage soit dans le fond soit dans la forme et avec une intention comique et ironique. Il s’agit d’une élaboration réalisée selon un point de vue burlesque et moqueur. Si la satire a principalement comme cible des faits sociaux ou politiques et des personnes réelles ou des personnalités politiques ou historiques, la parodie, en revanche, a comme cible des textes, et son champ de prédilection est la littérature, la musique ou le cinéma. Bien évidemment, pour que la parodie soit réussie, il faut que l’auteur connaisse parfaitement le modèle de départ, mais également que celui-ci soit connu du lecteur et surtout reconnu par lui. En d’autres termes, il faut que l’auteur et son lecteur partagent le même code, le même modèle de référence et le même champ culturel, sinon la parodie ne peut pas atteindre ses objectifs. Une autre caractéristique de la parodie est de s’attaquer aux modèles les plus réussis, aux mythes, aux personnages les plus célèbres, jamais aux modèles secondaires. De ce fait, elle confirme la renommée de l’original et même l’accroît. Elle devient au XXe siècle un des procédés littéraires les plus exploités de la littérature post-moderne, à travers lequel le modèle de référence est réinterprété, revisité, détourné.

  • 9   Cf. Maurizio Pistelli, Un secolo in giallo, Roma, Donzelli Editore, 2006 et Luca Crovi, Tutti i (...)

5Dans le genre policier, le phénomène de la parodie n’est pas une nouveauté. En Italie en particulier, dès le début du genre, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, on retrouve des formes établies et répétées de parodie : par exemple, celles des célèbres aventures de Sherlock Holmes de Conan Doyle. Elles ont été publiées en Italie à partir de 1895, mais dès 1902 apparaît le premier imitateur, Dante Minghelli Vaini, qui, sous le pseudonyme de Donan Coyle, publie un recueil de six nouvelles, intitulées Shairlock Holtes in Italia. Dans les premières décennies du genre policier en Italie, imitations et parodies prolifèrent : la série de Joe Petrosino, Il Sherlock Holmes italiano ou celle de John Siloch, il più grande poliziotto del mondo9. Cela tient au fait qu’en Italie, contrairement à ce qui se passe en Angleterre, en France et aux États-Unis – où, autour de la naissance du roman policier, il y a des traditions nationales bien établies à partir des feuilletons, des chroniques judiciaires et des pulp novels – le roman policier arrive surtout sous forme de traductions. Les auteurs italiens utiliseront également de façon massive des formes d’imitation et de parodie, ou à tout le moins des récits situés à l’étranger avec des personnages étrangers, et le développement d’un véritable roman policier italien adviendra plus lentement que dans d’autres pays.

6Même le polar contemporain italien offre des exemples explicites de parodie qui s’attaquent aux contraintes génériques et aux formes canoniques du genre : il suffit de citer à titre d’exemple le personnage de l’inspecteur Coliandro de Carlo Lucarelli, maître incontesté du polar italien, repris par une série télévisée, enquêteur maladroit, peu brillant et même empoté, parfois froussard, l’exact contraire du détective type de toute littérature policière.

7Valentina Gebbia s’empare des codes du genre policier et les réélabore de façon originale à travers la parodie, s’attaquant tant au fond qu’aux formes du genre. Nous essaierons de voir sur quoi porte sa parodie, sur quel modèle elle s’appuie, et nous étudierons les traits caractéristiques de ces romans policiers “siciliens” nouveaux, après ceux d’Andrea Camilleri, Santo Piazzese ou Piergiorgio Di Cara. S’agit-il d’imitation, de parodie, de plagiat, de contamination ou de réinvention, et quel est le sens d’une telle écriture ?

  • 10   Valentina Gebbia, op. cit. (L’estate di San Martino en italien signifie “L’été indien”).
  • 11   « L’œil difforme ».

8Dans L’estate di San Martino10, on rencontre pour la première fois les enquêteurs de la série. Ce sont Terio et Fana Mangiaracina, frère et sœur, secondés par leur mère, la veuve Assunta Mangiaracina. Ils habitent tous ensemble dans un appartement du Borgo Vecchio, le vieux quartier central de Palerme, populaire et très animé, avec de nombreux commerces, un marché quotidien et de vieux immeubles où les habitants se connaissent tous. Terio, Letterio de son vrai prénom, et Fana, en réalité Epifania, ont tous deux la quarantaine, mais vivent encore avec leur mère. Terio est au chômage et n’a nullement l’intention de chercher du travail, car il n’a jamais travaillé de sa vie. Fana est également sans profession, mais elle bénéficie depuis toujours d’une indemnité d’invalidité, à cause d’une malformation à un œil (l’occhio fàvuso11). Ce sont, pourrions-nous dire, des ratés, sans profession, sans amours, lui obsédé par son aspect extérieur et sa chevelure et détestant la mer malgré un baccalauréat obtenu à l’Istituto Nautico ; elle obèse, toujours en train de manger et éperdument amoureuse des acteurs américains, comme une adolescente. Ils sont enquêteurs amateurs et ils le sont par hasard : les voisins et les gens de leur entourage leur confient parfois des missions, telles que retrouver quelqu’un qui a disparu ou résoudre un petit mystère. Ces missions sont toujours liées à la vie du quartier et ne dépassent pas ses limites géographiques et sociales. Peu à peu leur renommée grandit, jusqu’à faire d’eux les enquêteurs du Borgo par antonomase. Fana est celle qui prend le plus au sérieux cette nouvelle activité, au point qu’elle parle même de fonder une véritable agence d’investigations privées, tandis que Terio semble considérer les enquêtes comme une gêne, un bouleversement inutile de sa paisible vie, comme quelque chose qui ne le touche pas vraiment, bien qu’il se laisse facilement captiver par le plaisir intellectuel de l’enquête.

9Leur voisine de palier, la signora Provvidenza, redoutable par ses commérages, sa curiosité et son indiscrétion, leur confie un cas très urgent. Tindaro, le fiancé de sa nièce Liboria, marin en service sur le ferry assurant la liaison entre Palerme et l’île d’Ustica, a disparu après qu’un passager a été retrouvé mort, assassiné à bord, à l’arrivée sur l’île. Les indices laissés sur la scène du crime mènent tous à Tindaro, mais sa fiancée Liboria ne croit pas à sa culpabilité et demande à Terio et à Fana de retrouver le jeune homme et de démontrer son innocence. Le frère et la sœur se rendent donc sur l’île pour enquêter directement sur le terrain. La narration se déroule selon les contraintes du roman policier le plus classique : Terio et Fana posent des questions et interrogent des témoins, recherchent des preuves matérielles, examinent des indices, élaborent des hypothèses qu’ils essayent de vérifier par les faits. Même la solution qui permet d’innocenter Tindaro, d’élucider l’homicide initial, d’éclaircir une deuxième mort violente et d’établir des responsabilités précises, s’inscrit totalement dans la tradition policière, y compris le dénouement consistant en l’identification univoque du coupable et l’explication des motivations à la base du crime.

  • 12   Valentina Gebbia, L’estate di San Martino, cit., pp. 120-121 : « Sul pavimento di marmo erano st (...)

10La parodie se situe plutôt au niveau des personnages des enquêteurs (ce qu’ils sont, comment ils parlent, leurs personnalités, leurs caractéristiques, leurs manies, leurs goûts…) et des éléments du récit : par exemple, les preuves principales laissées sur la scène du crime, sur le ferry, sont un jouet d’enfant – un yoyo du suspect Tindaro – et un bocal de câpres au sel. Le mort en a même la bouche pleine. Or, les câpres au sel sont une production artisanale typique de la Sicile et un ingrédient incontournable de la gastronomie sicilienne. Il s’agit d’un élément qu’il est assez étrange de retrouver sur la scène d’un crime et qui place tout le récit sous le signe du comique : on attendrait plutôt une arme ou un indice qui prête moins à rire. Autre exemple de parodie dans le récit : un soir Terio et Fana entendent des bruits à l’extérieur de la maison où ils logent, ils ont peur et ne sortent pas. Cela suffit déjà à démanteler le stéréotype de l’enquêteur audacieux et courageux. Le matin suivant, ils découvrent des menaces écrites sur le sol, en rouge. Paniqués, ils pensent qu’il s’agit de sang, mais ils comprennent vite qu’il s’agit de « passata di pomodoro »12 – coulis de tomates – : quoi de plus typiquement sicilien ? Un autre élément de parodie est inspiré des jeux télévisés : un vieux monsieur, zio Jachino, est en possession d’un indice important pour l’enquête et il détient des informations vitales. L’homme, par son âge, n’a plus tous ses moyens intellectuels et Fana l’interroge, comme elle l’a vu faire par sa femme, en lui posant les questions sous forme de questionnaire à choix multiples, comme dans un jeu télévisé :

  • 13   Ibidem, pp. 145-146 – “Votre petit-fils s’appelle : a) Giuseppe, b) Giovanni, c) Sandokan ?” Le (...)

– Suo nipote si chiama : a) Giuseppe, b) Giovanni, c) Sandokan ?
Il vecchio prese improvvisamente colore, entusiasmandosi.
– La c, la risposta giusta è la c !
– Zio Jachino – arrischiò – quella mattina, quando ci fu l’omicidio, quando i gabbiani erano straniàti che trovò sul muretto ? a) un vestito, b) una borsa, c) un coltello, d) una...
– La d, la d… una parrucca ! La risposta è la d ! Confermo e l’accendiamo !13

11Dans le deuxième roman, Per un crine di cavallo, la parodie touche à la structure même du récit policier. Fana et Terio enquêtent sur la mort de Rita, la compagne d’Umfredo… à ceci près que Rita était une chèvre et Umfredo est un cheval, un bel étalon reproducteur. Pourtant l’enquête des frères Mangiaracina démarre sur ce simple fait – tellement banal que la police ne veut même pas s’y intéresser –, et continue avec plusieurs rebondissements : deux morts, cette fois-ci des êtres humains, la découverte d’un deuxième cheval qui est la doublure d’Umfredo, un trafic illégal autour des saillies, une tentative de viol et enfin la solution qui permettra d’établir que la chèvre a été tuée par accident et que l’assassin des deux hommes a agi dans un accès de folie et par excès d’amour. Le tout sur fond musical des chansons de Gigi D’Alessio, chanteur napolitain ultra populaire. Ici, la parodie porte sur des éléments typiques du genre policier, comme par exemple l’intuition ou le flair de l’enquêteur : Terio collecte toutes les informations et son cerveau les élabore ensuite pour en sortir une hypothèse plausible ou une explication raisonnable. Puisque la veine parodique est toujours présente, son cerveau est comparé à un ordinateur certes, mais de type artisanal.

12Même la mère Mangiaracina est décrite au moyen des traits parodiques du genre. C’est une mère-poule, entièrement dévouée à ses deux enfants, gentille et ouverte, toujours prête à bavarder avec une voisine ou un commerçant, une femme simple et très peu cultivée, une cuisinière hors pair qui contribue aux enquêtes avec son bon sens et surtout grâce aux nombreuses informations qu’elle collecte lors de séances de commérage. Elle préfère ne pas sortir de sa cuisine et c’est de là qu’elle suit la progression de l’enquête : une espèce de Nero Wolfe en version parodique féminine et populaire, à l’opposé exact de l’atmosphère élégante et raffinée du célèbre enquêteur. Wolfe, le célèbre personnage de Rex Stout, s’occupait de ses orchidées et ne sortait pas de chez lui, envoyant sur le terrain son assistant ; la mère Mangiaracina préfère rester dans son monde (sa cuisine, son balcon, son palier, parfois le marché et quelques commerces à proximité de son domicile) dont l’ouverture sur l’extérieur n’est représentée que par la télévision, toujours allumée, le téléphone et surtout les récits de ses enfants, Terio et Fana.

  • 14   Un clin d’œil à Vitaliano Brancati, à son Don Giovanni et au gallismo ?
  • 15   Valentina Gebbia, Palermo, Borgo Vecchio, cit., pp. 158-159 : « “[...] una vendetta collettiva.. (...)

13Dans le troisième roman, Palermo, Borgo Vecchio, c’est le meurtre à l’origine de l’enquête des Mangiaracina qui est totalement sous le signe de la parodie : un homme, Mistral Siroco, immigré établi à Palerme depuis longtemps, est tué à la tronçonneuse sur la place du quartier, pendant la nuit (par ce détail Valentina Gebbia s’attaque directement au stéréotype du massacre à la tronçonneuse, qui est propre au genre dans ses dérives les plus gore). Le propriétaire de la tronçonneuse n’est autre que Fofò, le mari de la voisine, la signora Provvidenza, qui sera vite arrêté car il n’est pas en mesure de fournir un alibi et il a un excellent mobile. Mistral était un séducteur et avait de nombreuses maîtresses14 ; parmi elles il y avait Jenny, la fille de Fofò, qui après s’être retrouvée enceinte du jeune homme avait choisi d’avorter, ce qui constituait une tragédie humaine et la honte pour la famille. Fana et Tano sont donc chargés d’innocenter Fofò. À la fin de l’enquête ils pourront ainsi découvrir le véritable assassin de Mistral. Parmi les références inter-génériques, on remarque Meurtre dans l’Orient Express d’Agatha Christie, explicitement citée dans le texte : Fana est convaincue que l’homicide a été commis de façon collective15.

  • 16   En italien, cimice est la punaise, mais également le micro caché.

14Valentina Gebbia connaît bien le genre policier, qu’il s’agisse des structures du récit ou des normes codifiées et des contraintes génériques. Elle connaît également les autres auteurs italiens de romans policiers et en particulier les auteurs siciliens. Il est évident qu’Andrea Camilleri, qui publie chez Sellerio la série du commissaire Montalbano à partir de 1994, constitue un modèle de référence pour elle. Montalbano est gourmand et gourmet, et la cuisine sicilienne et ses spécialités occupent une place importante dans les romans et nouvelles du cycle ; son monde est celui de Vigàta ; la petite ville de province où il évolue est comparable au Borgo Vecchio des Mangiaracina ; même le réseau des connaissances du commissaire, issu d’une petite communauté où tout le monde se connaît, correspond au réseau social des enquêteurs de Gebbia. Cela va jusqu’à l’aspect linguistique : Camilleri utilise une langue hybride, un idiolecte qui est un mélange d’italien standard, d’italien régional et de dialecte sicilien. Il en résulte une langue vivante et vibrante, amusante, qui est l’occasion de quiproquos linguistiques comiques ; elle est utilisée par les personnages mais également par le narrateur qui dit ainsi sa participation à l’univers fictionnel du récit. Cette langue est souvent ponctuée de nombreuses traductions de la part de l’auteur qui fait suivre le terme dialectal ou idiolectal de son correspondant en italien. Dans le cas de Valentina Gebbia, seuls les personnages utilisent cette langue hybride et contaminée de dialecte, alors que le narrateur utilise exclusivement comme langue du récit l’italien standard ou néo-standard. L’effet de comique est le même que chez Camilleri, avec de nombreux quiproquos et jeux de mots : par exemple, la mère Mangiaracina parle de « pulci » (puces) à la place de « cimici » (punaises) lors d’une écoute téléphonique16.

  • 17   Les stigghiola, plat typique de Palerme, sont les intestins de veau ou de bœuf, cuits sur la bra (...)
  • 18   I carabinieri correspondent aux gendarmes.

15Valentina Gebbia connaît également l’œuvre de Santo Piazzese, écrivain palermitain (publié aussi par Sellerio à partir de 1996) qui avec son enquêteur Lorenzo La Marca a revisité le genre hard boiled en version méditerranéenne. La Marca évolue dans Palerme entre les vendeurs ambulants de stigghiola17, le marché de la Vucciria et les petits commerçants, quoique son milieu soit plutôt celui de la bourgeoisie urbaine riche et intellectuelle, sinon celui de l’aristocratie. La Marca est un enquêteur amateur tout comme le sont les Mangiaracina. Si Piazzese a choisi dans ses récits de réserver le côté officiel des enquêtes au personnage du commissaire Spotorno, Gebbia fait jouer ce rôle au personnage d’Onofrio, cousin des Mangiaracina, et carabiniere18 de son métier : son rôle, dans les récits, est de fournir la couverture officielle aux enquêtes et d’en assurer le dénouement judiciaire.

  • 19   Piergiorgio Di Cara, L’isola nera, Roma, E/O Edizioni, 2002.
  • 20   Cf., par exemple, la longue scène du mariage auquel Fana et Terio participent bien qu’ils ne con (...)

16Parmi les modèles de Gebbia, on peut identifier également Piergiorgio Di Cara, un autre auteur sicilien de romans policiers. Dans la série de l’inspecteur Riccobono, l’action de L’isola nera19 se déroule sur l’île de Linosa, isolée par le mauvais temps, exactement comme dans L’estate di San Martino, où Terio et Fana sont bloqués à Ustica à cause du sirocco qui empêche le départ des ferries à destination de la Sicile. La différence est que l’île de Di Cara est un lieu dur, sombre et hostile, un lieu où la tragédie plane toujours sur les habitants, alors que l’île de Gebbia est un lieu tranquille, paradisiaque parfois, festif20, sûrement joyeux. De plus, dans le cas des personnages de Gebbia, l’île a comme effet de les changer profondément : Terio en revient transformé quant à son rapport à la mer, car il découvre qu’il ne la déteste plus et commence, au contraire, à l’apprécier ; Fana découvre qu’elle peut plaire en tant que femme, car elle se transforme en objet de séduction et comprend qu’elle peut tomber amoureuse d’un homme réel, et pas seulement des acteurs de cinéma. À son retour à Palerme, elle prend des décisions importantes pour souligner ce changement : elle décide de passer le permis de conduire et de monter une véritable agence d’investigation avec son frère.

17En conclusion, Valentina Gebbia prend tous les codes du genre – la figure de l’enquêteur, la typologie de l’enquête et du crime, les témoins et leurs interrogatoires, les indices et les éléments matériels, le criminel, etc. – et les réinterprète par le biais de la parodie, de l’ironie, du divertissement, du rire. Les clins d’œil et les allusions aux maîtres du genre ne manquent pas. Il s’agit d’une véritable réécriture du genre par la voie détournée de la parodie. Le ton général reste celui du divertissement et du rire qui jaillissent de la parodie d’un côté et des situations décalées, parfois absurdes et comiques, de l’autre. Le lecteur, peut-être dépaysé au début, se laisse finalement et facilement prendre au jeu : lire une enquête visant à retrouver l’assassin d’une chèvre s’avère aussi passionnant que s’il s’agissait d’un “vrai” polar, comme si finalement l’important n’était pas l’objet de l’enquête mais la façon dont elle est menée. Au final, même à travers le rire et grâce à un regard toujours amusé qui devient parfois amer, Valentina Gebbia réussit à donner au lecteur une idée assez précise de ce qu’est la Sicile contemporaine, en particulier la ville de Palerme, et elle n’hésite pas à en souligner les contradictions culturelles ou les problématiques sociales et politiques, ni à stigmatiser et dénoncer les problèmes majeurs de la ville.

Haut de page

Notes

1   Valentina Gebbia, Anche i cavalli sognano ?, in Giacomo Cacciatore, Valentina Gebbia, Gery Palazzotto, Fotofinish, Milano, Edizione Ambiente, 2007. Deuxième édition, Torino, Einaudi, 2011.

2   Id., Palermo, manuale di sopravvivenza, Palermo, Edizioni Viaggidicarta, 2010.

3   Id., Metà bianchi metà neri, Palermo, Edizioni Viaggidicarta, 2007.

4   Id., A qualcuno piace caldo, Palermo, Edizioni Leopardi, 1999. Ce livre est désormais introuvable et il n’a plus été réédité. C’est pourquoi nous ne l’examinerons pas dans cet article.

5 Ce dernier, en qualité de responsable de la collection « Noir Mediterraneo », avait repéré Valentina Gebbia et son premier roman.

6   Valentina Gebbia, L’estate di San Martino, Roma, E/O Edizioni, 2003.

7   Id., Per un crine di cavallo, Roma, E/O Edizioni, 2005.

8   Id., Palermo, Borgo Vecchio, Roma, E/O Edizioni, 2007.

9   Cf. Maurizio Pistelli, Un secolo in giallo, Roma, Donzelli Editore, 2006 et Luca Crovi, Tutti i colori del giallo, Venezia, Marsilio, 2002.

10   Valentina Gebbia, op. cit. (L’estate di San Martino en italien signifie “L’été indien”).

11   « L’œil difforme ».

12   Valentina Gebbia, L’estate di San Martino, cit., pp. 120-121 : « Sul pavimento di marmo erano state tracciate delle parole in rosso vermiglio. “Mariiia ! Ma è sangue ! O Signuruzzu !”. Le parole dicevano : tornateneve a casa. Fana si strinse alla maglietta di suo fratello. “Ce ne dobbiamo andare subito, pure con lo scirocco ! Tanto il nostro lavoro l’abbiamo fatto. Ma sarà sangue d’agnello o... sangue umano ?”. […] “È passata, passata di pomodoro, non è sangue !” » – « Sur le sol en marbre, il y avait des mots écrits en rouge vermillon. “Mon Dieu ! Mais c’est du sang !” Les mots disaient : rentrez chez vous. Fana se serra contre le tee-shirt de son frère. “Nous devons partir sur-le-champ, même s’il y a du sirocco ! De toutes façons, notre travail nous l’avons accompli. Mais c’est du sang d’agneau ou... du sang humain ?”. [...] “C’est du coulis, du coulis de tomates, ce n’est pas du sang !” ».

13   Ibidem, pp. 145-146 – “Votre petit-fils s’appelle : a) Giuseppe, b) Giovanni, c) Sandokan ?” Le vieil homme, s’enthousiasmant, prit soudainement des couleurs. “La réponse c, la réponse correcte est la c !”. “Tonton Jachin, s’essaya-t-elle, ce matin-là, quand le meurtre eut lieu, quand les mouettes étaient agitées, qu’est-ce que vous avez trouvé sur le muret ? a) une robe, b) un sac, c) un couteau, d) une...” “La réponse d, la d… une perruque ! La réponse est la d ! C’est mon dernier mot et je valide !” ».

14   Un clin d’œil à Vitaliano Brancati, à son Don Giovanni et au gallismo ?

15   Valentina Gebbia, Palermo, Borgo Vecchio, cit., pp. 158-159 : « “[...] una vendetta collettiva... una vendetta concepita a più voci... una vendetta solidale come...”. “Assassinio sull’Orient Express ! ! !”. Fana si sentì realizzata, finalmente qualcuno la capiva. [...] “Assassinio sull’Orient Express ? ? ? Sempre la stessa storia, Fana, sei la più scadente investigatrice che ci sia sul mercato. Almeno amplia le tue conoscenze, leggiti qualche altro libro... cambia sonata, può essere mai che ogni indagine per te si risolve con un assassinio corale ?” [...]. “Perché Teriuzzo, non può avere ragione tua sorella ? Magari stavolta è vero ! Certo, difficile è che nessuno vide niente, con quello scruscio di sega. Forse tutti sono appattati !” » – « “[...] une vengeance collective... une vengeance pensée à plusieurs... une vengeance solidaire comme...”. “Meurtre dans l’Orient Express ! ! !”. Fana se sentit réalisée, enfin quelqu’un qui la comprenait. [...] “Meurtre dans l’Orient Express ? ? ? Toujours la même histoire, Fana, tu es le plus médiocre des enquêteurs en activité. Au moins, élargis tes connaissances, lis d’autres polars... change de musique, ce n’est pas possible que chaque enquête selon toi se termine avec un meurtre collectif” [...]. “Pourquoi, Teriuzzo, ta sœur ne pourrait-elle pas avoir raison cette fois-ci ? Peut-être que cette fois-ci c’est vrai ! Bon, c’est vrai qu’il est difficile que personne n’ait rien vu avec le bazar de la tronçonneuse. Peut-être sont-ils tous d’accord !” ».

16   En italien, cimice est la punaise, mais également le micro caché.

17   Les stigghiola, plat typique de Palerme, sont les intestins de veau ou de bœuf, cuits sur la braise en brochettes, que l’on mange chauds, assaisonnés de sel, poivre et de quelques gouttes de citron. Ils font partie des nombreuses spécialités siciliennes qu’on peut acheter aux marchands ambulants et manger directement dans la rue.

18   I carabinieri correspondent aux gendarmes.

19   Piergiorgio Di Cara, L’isola nera, Roma, E/O Edizioni, 2002.

20   Cf., par exemple, la longue scène du mariage auquel Fana et Terio participent bien qu’ils ne connaissent pas les mariés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marta Forno, « Valentina Gebbia et la parodie du roman policier », Cahiers d’études romanes, 25 | 2012, 51-61.

Référence électronique

Marta Forno, « Valentina Gebbia et la parodie du roman policier », Cahiers d’études romanes [En ligne], 25 | 2012, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3626 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3626

Haut de page

Auteur

Marta Forno

Université de Nice Sophia Antipolis

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org