Navigation – Plan du site
Réécritures génériques

La pratique intertextuelle dans les romans policiers de Luciano Marrocu

Giuliana Pias
p. 63-74

Résumés

La stratégie intertextuelle des romans policiers de Luciano Marrocu révèle d’entrée de jeu la présence d’un palimpseste structurel hybride, avec d’un côté le roman-problème d’origine anglo-saxonne et de l’autre le roman policier moderne dans sa variante typiquement italienne, tel qu’il fut inauguré par Carlo Emilio Gadda et Leonardo Sciascia. Cette forme particulière d’intertextualité confère au roman policier de Marrocu un pouvoir symbolique fort – pouvoir d’engagement dans le réel et d’intervention critique sur celui-ci – mis au service d’une perspective de réécriture historique qui acquiert des connotations originales et des implications critiques nouvelles tout en contribuant à faire évoluer le roman policier moderne.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie, Sardaigne

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1   Luciano Marrocu, Fáulas, Nuoro, Il Maestrale, 2000 ; Debrà Libanòs, Nuoro, Il Maestrale, 2002 ; (...)
  • 2   Carlo Emilio Gadda, Quer pasticciaccio brutto de via Merulana, Milano, Garzanti, 1957 [la premiè (...)

1L’approche intertextuelle des romans policiers de Luciano Marrocu1 révèle d’entrée de jeu la présence d’un palimpseste structurel hybride, avec d’un côté le roman-problème d’origine anglo-saxonne – le genre policier classique, avec sa structure forte et très codée – et de l’autre le roman policier moderne dans sa variante typiquement italienne, tel qu’il fut inauguré par Carlo Emilio Gadda et Leonardo Sciascia2. C’est donc avant tout à une intertextualité “de genre” que nous sommes confrontés, où se croisent le policier classique et le giallo italien. Cette double référence est d’ailleurs revendiquée par Marrocu qui déclare avoir choisi le roman policier classique parce que :

  • 3   « Il giallo è uno schema già pronto a cui affidare la tua voglia di raccontare una storia ».

Le giallo est un schéma tout prêt auquel on peut confier son envie de raconter une histoire.3

avant d’ajouter :

  • 4   « Il giallo è lo schema più efficace per parlare della società in generale, è il più “politico” (...)

Le giallo est le schéma le plus efficace pour parler de la société en général, c’est le plus “politique” des genres littéraires. [Il me semble] particulièrement indiqué pour parler du pouvoir. Je me suis inspiré [tout particulièrement] de Sciascia, référence incontournable pour tout giallo, quel qu’il soit.4

  • 5   Marrocu le reconnaît explicitement quand il déclare : « Mi sono ispirato a Rex Stout per costrui (...)
  • 6   Cf. Umberto eco, Lector in fabula. La cooperazione interpretativa nei testi narrativi, Milano, B (...)

2Les emprunts aux policiers anglo-saxons ne se limitent pas à la structure du roman mais s’étendent aussi à la construction des personnages qui s’avèrent fortement inspirés par les détectives Nero Wolfe et Archie Goodwin, créés par l’auteur américain Rex Stout5. Naturellement, dans la perspective intertextuelle qui est la nôtre, il ne s’agit pas d’accepter naïvement les revendications d’ascendance professées par les auteurs. Celles-ci ne disent bien souvent que ce que l’auteur veut voir – à supposer même qu’elles ne soient pas pensées pour dérouter le lecteur. La recherche intertextuelle, notamment dans sa déclinaison originelle en partie issue de la psychanalyse, veut au contraire aller au-delà de ce dont est conscient l’auteur, voire l’ignorer pour ne tenir compte que du texte, conformément, d’ailleurs, à son inspiration structuraliste. À cet égard, les récits de Marrocu s’avèrent naturellement pétris de nombreuses références (littéraires et extralittéraires) présentes à l’état de traces dont la reconnaissance est confiée aux compétences du lecteur, à ses pratiques culturelles, à ses modèles idéologiques, à sa perception et à sa mémoire, à ce que l’on pourrait appeler avec Umberto Eco son “encyclopédie”6.

  • 7   Cf. Julia kristeva, Sèméiôtikè. Recherches pour une sémanalyse, Paris, Seuil, « Points Essais », (...)

3Aussi, s’agissant d’aborder le texte d’un auteur dans une perspective intertextuelle, avons-nous principalement deux manières de le faire, parfaitement compatibles. D’une part, nous pouvons soumettre à un examen critique l’intertextualité dans sa dimension référentielle, plus ou moins explicite, relevant autant les renvois présents dans les textes que les allusions et les clins d’œil, c’est-à-dire tout ce qui a été, délibérément ou pas, mis en évidence par l’auteur en tant que source ou référence. D’autre part, nous pouvons essayer d’aller plus loin, d’envisager l’intertextualité, à la manière de Kristeva, comme un processus indéfini, une dynamique textuelle, où il est question de traces7.

4En ce qui nous concerne, il s’agira donc tout d’abord de cerner dans quelle intention Luciano Marrocu se réfère à d’autres écrivains, sous quelle égide intellectuelle, idéologique et morale il entend placer ses récits, quel est le substrat culturel sur lequel s’appuie la socialité de ses ouvrages, ou encore quelle est la source de ses principaux personnages. Ensuite, nous envisagerons le texte dans une perspective plus ouverte, dans sa relation non seulement à ses antécédents ou référents littéraires, mais aussi et surtout à la totalité des discours – sociaux, politiques, historiques – avec lesquels il entre en résonnance. Le texte littéraire n’étant pas, pour Marrocu, une forme repliée sur elle-même, il se trouve, en effet, comme nous le verrons, que ses romans policiers se nourrissent de documents historiques, cherchant ainsi à établir un dialogue critique avec le récit historique traditionnel. Cette forme particulière d’intertextualité confère au roman policier que nous examinons un pouvoir symbolique fort – pouvoir d’engagement dans le réel et d’intervention critique sur celui-ci – qui devient son trait distinctif. Ce caractère rejoint une tendance lourde de la littérature policière italienne, généralement libérée des contraintes propres au genre policier classique, et constituant désormais une déclinaison spécifique du giallo et/ou du “noir” contemporains.

5En ce qui concerne la première forme d’intertextualité que nous avons évoquée – la référence ou la reprise, même partielle, d’un genre – Marrocu s’inspire à l’évidence, comme nous le disions, de la matrice narrative conventionnelle – crime-enquête-solution – propre aux romans policiers d’école anglo-saxonne centrés sur une énigme. L’élément clairement révélateur de cette intertextualité de genre est ce qu’on pourrait appeler le lieu ou l’espace du crime. Cette dimension spatiale est un élément essentiel tant par ses référents littéraires – classiques et modernes – que par rapport à la nature même de l’enquête policière, puisque le lieu du crime est aussi le lieu indiciel privilégié devant mener à la découverte de l’assassin et donc au rétablissement de l’ordre initial. Le choix de l’endroit où est commis le crime est de ce point de vue d’une importance fondamentale.

6Les personnages de Fáulas évoluent entre Rome et la Sardaigne en 1939. Le récit commence par un meurtre. La victime est Gonario Musio, richissime ingénieur et haut dignitaire du régime fasciste, politiquement très influent et très impliqué dans des affaires économiques de grande envergure. Il est trouvé mort dans le bureau de sa villa romaine. Dans Debrà Libanòs, l’action se situe à Addis-Abeba en 1937. Un officier fasciste, Duilio Bellassai, est trouvé mort dans sa voiture, mais l’enquête révèle que le meurtre s’est produit à l’intérieur d’une maison. Scarpe rosse, tacchi a spillo, se passe à Rome dans la seconde moitié des années cinquante. Ce récit commence par le meurtre de Pompeo Amicucci, un usurier trouvé mort dans une chambre de son appartement situé dans le centre ville de la capitale italienne. Il caso di un croato morto ucciso a pour décors Rome, Paris, Barcelone et Marseille en 1934. Jure Stefanovic, un nationaliste croate refugié en Italie, est trouvé mort dans une chambre de son appartement romain. Enfin, dans Farouk, dernier roman de cette série, l’intrigue se situe à Rome en 1959. Giacomo Oppo, un journaliste et aspirant écrivain voulant écrire un roman sur la vie de Farouk, roi d’Égypte exilé à Rome depuis quelques années, a disparu de sa chambre d’hôtel.

7Les romans de Marrocu suivent donc le paradigme herméneutique du genre policier en récupérant une topique propre à ce genre littéraire dès ses origines, la “chambre close”, c’est-à-dire le meurtre commis dans un espace fermé, lieu caractéristique des récits d’Edgar Allan Poe, Conan Doyle, Gaston Leroux, etc. Comme on le sait, l’image même de la chambre close est en quelque sorte une métaphore de l’énigme, à savoir une question fermée sur elle-même, qui doit être ouverte pour livrer le secret qu’elle renferme, une formule close qui demande à être déchiffrée : la clef qui ouvre la chambre où se trouve le cadavre est aussi la clé de l’énigme.

8Mais si Marrocu reprend le schéma du policier classique – la lutte entre deux individus (l’assassin et l’enquêteur) –, ses romans dépassent le cadre strict du jeu des mystères de la chambre close, car l’énigme parfaitement construite ne constitue plus la clef de voûte du roman tel qu’il le conçoit. Celle-ci est constituée plutôt par les causes profondes – politiques, sociales et historiques – qui ont mené au crime, si bien que l’enquête n’est plus qu’un prétexte pour rechercher d’autres faits, reconstruire une autre histoire, raconter une autre vérité. Structurellement, le référent intertextuel n’est donc plus à chercher du côté du policier classique anglo-saxon, mais plutôt de celui de la tradition littéraire italienne : chez Gadda, Sciascia, Pasolini, ou encore Eco. Concrètement, l’enquête qui s’oriente vers les causes profondes du crime conduit donc l’auteur à une véritable recherche historique. Car ce que sondent les enquêteurs des romans de Marrocu c’est l’Histoire : l’histoire de l’Italie fasciste des années trente, qui se prête bien à l’imbrication de mystères et de crimes, et l’histoire de l’Italie républicaine des années cinquante qui n’a pas réglé ses comptes avec son passé et qui n’a pas l’air de vouloir s’engager sur cette voie.

9Le roman policier se double ainsi d’une véritable recherche de terrain : le crime qui est mis en scène est toujours lié à des affaires politiques non pas créées de toutes pièces ou inspirées par des affaires réelles mais véritablement sorties des archives, arrachées à l’oubli de la mémoire collective ou même des récits historiques. Or, cette plongée dans la réalité de l’histoire est une façon d’appréhender la complexité du réel, une complexité qui rend la solution logique de l’affaire policière impossible. Cette manière d’approcher le réel est rendue par deux stratégies intertextuelles complémentaires, l’une littéraire et l’autre métalittéraire. La première est de type restreint et consiste, à partir du deuxième roman, Scarpe rosse, tacchi a spillo, à multiplier les renvois au roman qui l’a précédé, inscrivant ainsi les enquêteurs dans un continuum existentiel dont les ramifications sont celles de la vie de ces deux personnages. La deuxième stratégie consiste, en revanche, dès le premier roman, Fáulas, à placer la série de récits sous le patronage de Carlo Emilio Gadda.

10En effet, dans Fáulas, le responsable de l’affaire criminelle est Eupremio Carruezzo qui confie l’enquête à son jeune collègue Luciano Serra. Or, ce dernier possède comme collaborateur le commissaire Ingravallo, célèbre protagoniste du Pasticciaccio de Gadda lequel, fort de son expérience, et face à la difficulté de parvenir à la solution de l’affaire, déclare :

  • 8   « Solo nei gialli inglesi si scopre alla fine se il maggiordomo è l’assassino : il cameriere e l (...)

Il n’y a que dans les romans anglais qu’on découvre à la fin que le majordome est l’assassin : le domestique et la cuisinière de Musio, quant à eux, viennent de Frosinone. J’ai bien peur que l’affaire ne soit beaucoup plus compliquée.8

11Ce même concept est ensuite repris par Serra, lors de sa mission africaine à Addis Abeba, dans le roman Debrà Libanòs, lorsqu’il enquête sur le responsable du meurtre d’un fonctionnaire fasciste :

  • 9   « Tenderei a escludere il maggiordomo [e anche] una scimmia ammaestrata […] » – Luciano Marrocu, (...)

J’aurais tendance à exclure le majordome [et aussi] un singe apprivoisé.9

12La référence – mais évoquée pour s’en démarquer – à Agatha Christie et à Edgar Allan Poe, souligne bien que l’issue du roman ne peut pas résulter d’une maîtrise logique sans faille. La découverte – sur un coup de théâtre, qui est aussi un coup de maître – de la vérité n’a plus guère de sens. Si dans les romans de Luciano Marrocu l’enquête et l’analyse de l’expérience ont bien un sens, celui-ci consiste moins en la recherche d’une issue qu’à montrer l’impossibilité même d’une solution univoque qui sortirait tout droit de la plume de l’écrivain. Et c’est ici que la référence à Gadda prend tout son sens :

  • 10   « Se lo storico ha sete di ammaestramenti, lasci parlare la realtà totale e brutale, ed essa sar (...)

Si l’historien est assoiffé d’enseignements, [écrivait Gadda dans Meditazione milanese] qu’il laisse parler la réalité totale et brutale, et elle sera plus éthique que toute autre éthique, plus vraie que toute autre vérité qui serait abstraite artificiellement de l’enchevêtrement de la totalité.
[…] On schématise en simplifiant à l’excès, on abstrait trop arbitrairement du monstrueux embrouillamini de la totalité : et en raisonnant ainsi, sur les parties (c’est-à-dire sur des régions logiques) on aboutit à des conclusions logiquement régionalistes que la Cour suprême de la réalité totale, auprès de laquelle on se pourvoit, rejette par un jugement qui en ordonne la cassation. Négliger quelque événement de la vie ou du monde que ce soit revient à amoindrir la puissance et la vérité de la future synthèse que l’on fera de cette vie ou de ce monde.10

13Et parmi les faits que Marroccu ne néglige jamais de prendre en considération on trouve la réalité du pouvoir politique et sa volonté d’étouffer les affaires gênantes et d’enterrer l’enquête. Aussi le roman policier de Marrocu est-il sans issue et cette solution impossible est le trait distinctif de ce giallo “ouvert” sur ce que Gadda appellerait « le monstrueux embrouillamini de la totalité ». Marrocu dénonce, à la manière de Sciascia cette fois-ci, les impasses et les violences politiques, la corruption de l’appareil policier et judiciaire, qui contribuent à rendre impossible toute conclusion satisfaisante, à savoir le triomphe de la justice par l’arrestation du coupable et le retour à l’ordre initial.

14Est-ce à dire que les romans de Marrocu renoncent à la recherche de toute forme de vérité ? Tout au contraire. L’absence d’issue romanesque n’empêche pas le romancier-historien de procéder à cette synthèse à laquelle semble faire référence Gadda en parlant, justement, du travail de l’historien. Bref, que le coupable d’un crime ne soit pas arrêté, que justice ne soit pas rendue, en dépit des preuves que les enquêteurs ont apportées à leur hiérarchie, cela n’empêche nullement la mise au jour d’une vérité historique. Cette vérité n’est cependant pas une preuve éclatante, un coup de théâtre paradoxal, comme pour le singe du Double assassinat de la rue Morgue, mais consiste en un ensemble d’événements individuels, de faits psychologiques, sociaux et politiques qui convergent tous vers une certaine évidence que la preuve documentaire vient étayer, certes, mais de manière quasiment superflue tant la reconstruction du contexte avait rendu cette preuve inévitable.

15Or, c’est précisément à ce niveau que l’intertextualité des romans de Marrocu s’élargit, nous semble-t-il, et que ses textes entrent en résonnance avec une certaine pratique de la recherche historique, à savoir la micro-histoire. Naturellement, nous l’avons dit, nous sommes ici loin d’une intertextualité entendue comme référence. Nous sommes davantage dans le domaine des influences méthodologiques, voire épistémologiques, certes, mais qui trouvent une traduction pratique dans la manière de construire le récit et l’enquête historique.

16Pour résumer à grands traits les données de cette intertextualité, on pourrait évoquer premièrement le refus de l’opposition entre quantitatif et qualitatif sur le plan du résultat de la recherche historique. Autrement dit, ce n’est pas la quantité de faits homogènes qui génère une conclusion probante. Cette conclusion, cette vérité historique est plutôt recherchée à travers l’étude d’un fait singulier, voire d’une anomalie qui révèle un fonctionnement historique, une manière individuellement significative de réagir à un contexte historique et de produire certains résultats. Dans le roman Debrà Libanòs, par exemple, l’étude de la vie sentimentale d’un officier fasciste dans un contexte colonial devient l’élément révélateur des mécanismes psychologiques et sociaux qui prennent forme dans un contexte social et politique étudié dans la complexité de ses dynamiques. Bref, on ne déduit pas d’une réalité macro-historique un comportement individuel, mais on se concentre sur un comportement individuel pour faire la lumière sur un ensemble de stratégies individuelles et de dynamiques sociales et politiques dans un contexte normatif donné.

17Un autre point concerne l’idée, propre à la micro-histoire, que chaque configuration sociale, culturelle, économique résulte de l’interaction d’un grand nombre de stratégies individuelles, où le concept de stratégie comprend l’ensemble des sentiments, croyances, motivations en partie déterminés par le contexte où l’acteur évolue et en partie produits en réaction à celui-ci ou indépendamment de lui. Les exemples de cette attention aux stratégies individuelles sont nombreux dans les romans de Marrocu, mais nous pouvons citer celui, particulièrement emblématique, de l’inspecteur Serra qui, dans le roman Il caso del croato morto ucciso agit, à une toute petite échelle, comme saboteur de l’appareil policier fasciste dont il fait pourtant partie :

  • 11   « Gli tenevo a posto le pratiche, battevo a macchina i suoi rapporti […], leggevo gran parte del (...)

Je rangeais ses dossiers, je tapais à la machine ses rapports [...], je lisais une grande partie des papiers qu’il aurait dû lire, lui, je faisais en sorte que ses projets futuristes mirobolants – que sais-je, un classement des fiches biographiques des antifascistes suivant les critères de la physiognomonie – n’arrivent pas sur la table du chef de division.11

18L’autre élément intertextuel qui fait écho à la démarche micro-historique est la perspective organique dans laquelle est envisagé le fait historique. On insiste sur le processus, sur la manière dont sont engendrés certains contextes, sur celle dont ils se construisent, précisément par l’imbrication d’un réseau d’actions et de comportements individuels. La démarche de Carruezzo, dans le roman Fáulas apparaît particulièrement significative à cet égard, quand le narrateur écrit :

  • 12   « […] conosceva perfettamente il cursus honorum di gran parte dei gerarchi […]. Partendo da ques (...)

[…] il connaissait parfaitement le cursus honorum d’une grande partie des hauts dignitaires […]. À partir de ces matériaux, il construisait […] de vifs récits biographiques dont les protagonistes lui servaient à illustrer une anthropologie toute personnelle du fascisme.12

19Ce ne sont là que quelques exemples de cette intertextualité élargie à l’écriture historique qui est caractéristique de la micro-histoire et que d’autres éléments viennent étayer dans les romans de Luciano Marrocu. Car sa démarche narrative est animée par une sensibilité et un souci de la preuve documentaire et du témoignage qui traversent toute son œuvre. L’enquêteur est ici véritablement un (micro)historien qui reconstruit les stratégies individuelles et leurs contextes à travers l’addition d’une série d’indices et de preuves fragmentaires auxquelles le récit confère une cohérence.

20Certes, dans tous les romans de Marrocu, la recherche de la vérité est confiée à des personnages fictionnels, les protagonistes Eupremio Carruezzo et Luciano Serra, qui se chargent d’enquêter sur des faits et des personnages historiques. Néanmoins, ces êtres fictifs semblent posséder une charge symbolique qui conforte, indirectement, la théorie micro-historique. En effet, tout est fait pour que leur réalité de fiction soit parfaitement intégrée à la réalité historique et interagisse avec elle. Il ne s’agit pas là de personnages-fonction mais de personnages vivants qui s’inscrivent historiquement dans leur contexte et évoluent avec lui.

  • 13   Son nom complet est Rex Todhunter Stout (Noblesville 1886 - Danbury 1975).
  • 14   « […] senza età, senza variazioni di stato civile » – Leonardo Sciascia, « Breve storia del roma (...)
  • 15   Organo Vigilanza Reati Antistatali. Il s’agit d’un bureau rattaché au Ministère de l’Intérieur, (...)

21Par certains aspects, il est vrai, ils rappellent Nero Wolfe et Archie Goodwin de l’écrivain américain Rex Stout13. Toutefois, si les deux détectives de Stout marquent une certaine évolution par rapport aux personnages du roman américain, leur caractère n’en demeure pas moins figé. En effet, si on les compare aux enquêteurs italiens, ces deux Américains constituent des héros all’antica, selon une définition de Leonardo Sciascia, puisqu’il s’agit de types « [...] sans âge, sans changement d’état civil »14 plutôt que des personnages qui évoluent, comme c’est le cas pour Luciano Serra et Eupremio Carruezzo. Empruntés au modèle américain, les deux enquêteurs de Marrocu changent, quant à eux, non seulement par certaines de leurs caractéristiques physiques, mais aussi par rapport à leurs expériences personnelles et à leur statut professionnel. On les rencontre pour la première fois dans le roman Fáulas, où ils ont le statut de policiers de l’OVRA15, et on les trouve encore avec ce même statut dans les deux autres romans qui se déroulent pendant la période fasciste, Debrà Libanòs et Il caso del croato morto ucciso. Cependant, grâce à leur épaisseur humaine, leur sympathie et leur liberté de pensée, ils ne correspondent nullement à la typologie du policier fasciste. D’ailleurs, ayant constaté le phénomène de corruption et la nature cruelle de ce type de régime, à la fin de leur mission en Afrique, en 1937, ils décident de quitter la police : Eupremio Carruezzo prend sa retraite et Luciano Serra devient avocat. Ils se retrouvent ainsi dans ces nouveaux rôles dans les romans Scarpe rosse, tacchi a spillo et Farouk, qui se déroulent dans l’Italie des années cinquante.

22Serra et Carruezzo continuent à travailler ensemble mais, dans leur nouveau statut professionnel, leurs rôles sont intervertis : Serra dirige les enquêtes et Carruezzo devient son assistant. Ils mènent des enquêtes parallèles à celles, officielles, de la police, parfois dans l’illégalité puisqu’ils n’hésitent pas à se faire passer pour des policiers en continuant à se servir de leur carte professionnelle fasciste qui a encore un certain crédit dans l’Italie républicaine, comme le constate Carruezzo :

  • 16   « Lei non ci crederà, Serra, ma le vecchie tessere di quand’ero in servizio fanno ancora la loro (...)

Vous n’allez pas le croire, Serra, mais les anciennes cartes de l’époque où j’exerçais la profession font encore de l’effet.16

23On peut estimer que cette inversion des rôles et ce changement de contexte sont une fois de plus un élément intertextuel qui nous ramène à la micro-histoire et à l’importance qu’elle attribue à la notion de contexte telle que la définit Giovanni Levi dans sa signification

  • 17   « formale, comparativo, fatto dall’inserimento di un avvenimento, comportamento o concetto nella (...)

formelle, comparative, faite de l’insertion d’un événement, d’un comportement ou d’un concept à l’intérieur d’une série d’événements, de comportements et de concepts semblables, même s’ils sont lointains dans l’espace et dans le temps. […] Le contexte est l’identification non seulement de l’ensemble de choses qui partagent un caractère commun, mais il peut être aussi le périmètre d’une analogie, c’est-à-dire le périmètre d’une parfaite similitude des relations entre des choses très différentes, entre des systèmes de relations où des choses différentes sont insérées.17

  • 18   « – Che il caso sia ancora insoluto riguarda solo la polizia – Non riguarda solo la polizia, rig (...)

24Et c’est bien ce qu’on trouve dans les romans de Marrocu, où le contexte change, mais seulement en apparence. De l’Afrique coloniale à l’Italie des années cinquante, les récits de Marrocu, les enquêtes qu’il met en scène, se concentrent précisément sur “cet ensemble de choses qui partagent un caractère commun” que sont les relations entre le pouvoir politique et le crime et le déni de justice auquel inévitablement ces relations donnent lieu. À travers l’espace et le temps, de l’Afrique à l’Italie, des années trente aux années cinquante, Luciano Marrocu identifie cette “parfaite similitude de relations entre des choses remarquablement différentes” qui font que leurs enquêtes se terminent toujours par un échec, qu’elles ne sont pas couronnées par le châtiment des criminels et le retour à l’ordre social par le biais de la justice : « Le fait que l’affaire reste irrésolue ne concerne que la police » dit Serra, « Ça ne concerne pas que la police, ça concerne aussi la justice »18, précise Carruezzo. Et l’importance de l’identification de cette similitude, l’importance de décrire ce que Levi appelle aussi “le périmètre d’une analogie” tient au fait que cette analogie devient porteuse, au fil des récits, d’une vérité historique, d’une clé pour comprendre l’Italie d’hier et l’Italie d’aujourd’hui.

25Si, en dernier ressort, la pratique intertextuelle dans les romans policiers de Luciano Marrocu relève d’une démarche qui consiste à se réapproprier, en les combinant et en les réadaptant, certains matériaux préexistants, il n’en demeure pas moins qu’elle est mise au service d’une perspective de réécriture historique. Cette nouvelle écriture de l’Histoire acquiert des connotations originales et des implications critiques nouvelles tout en contribuant à faire évoluer le roman policier moderne qui, sans cesse réécrit, continue à affirmer sa nature dynamique et évolutive.

Haut de page

Notes

1   Luciano Marrocu, Fáulas, Nuoro, Il Maestrale, 2000 ; Debrà Libanòs, Nuoro, Il Maestrale, 2002 ; Scarpe rosse, tacchi a spillo, Nuoro, Il Maestrale, 2004 ; Il caso del croato morto ucciso, Milano, Baldini Castoldi Dalai editore, 2010 ; Farouk, Baldini Castoldi Dalai editore, 2011. Il s’agit d’une série de récits policiers, inaugurée en 2000, où l’on retrouve les mêmes protagonistes, Eupremio Carruezzo et Luciano Serra, d’une aventure à l’autre.

2   Carlo Emilio Gadda, Quer pasticciaccio brutto de via Merulana, Milano, Garzanti, 1957 [la première édition parut par épisodes dans la revue Letteratura, entre 1946 et 1947]. Leonardo Sciascia, Il giorno della civetta, Torino, Einaudi, 1961.

3   « Il giallo è uno schema già pronto a cui affidare la tua voglia di raccontare una storia ».

4   « Il giallo è lo schema più efficace per parlare della società in generale, è il più “politico” dei generi letterari. [Mi sembra] particolarmente adatto a parlare del potere. [In particolare] mi sono ispirato a Sciascia che è imprescindibile per un giallo italiano di qualsiasi specie ». Propos tenus par l’auteur lors d’un entretien qu’il nous a accordé le 20/07/2005. Toutes les citations en français sont données dans notre traduction.

5   Marrocu le reconnaît explicitement quand il déclare : « Mi sono ispirato a Rex Stout per costruire la coppia di investigatori » – « Pour construire le couple d’enquêteurs je me suis inspiré de Rex Stout ». Ibidem.

6   Cf. Umberto eco, Lector in fabula. La cooperazione interpretativa nei testi narrativi, Milano, Bompiani, 2001.

7   Cf. Julia kristeva, Sèméiôtikè. Recherches pour une sémanalyse, Paris, Seuil, « Points Essais », 1969.

8   « Solo nei gialli inglesi si scopre alla fine se il maggiordomo è l’assassino : il cameriere e la cuoca di Musio, però, vengono da Frosinone. Ho paura che la faccenda sia molto più complicata » – Luciano Marrocu, Fáulas, cit., p. 39.

9   « Tenderei a escludere il maggiordomo [e anche] una scimmia ammaestrata […] » – Luciano Marrocu, Debrà Libanòs, cit., p. 80.

10   « Se lo storico ha sete di ammaestramenti, lasci parlare la realtà totale e brutale, ed essa sarà più etica di ogni etica, più vera di ogni verità che venga astratta artatamente dall’inviluppo della totalità. [...] Troppo poveramente si schematizza, troppo arbitrariamente si astrae dal mostruoso groviglio della totalità : e ragionando così, sulle parti (cioè su regioni logiche) si addiviene a conclusioni logicamente regionalistiche che il giudizio di ricorso alla corte suprema della realtà totale respinge ordinandone la cassazione. Il trascurare qualunque fatto della vita o del mondo è menomazione della potenza e della certezza nella prossima sintesi che di questa vita o di questo mondo si farà » – Carlo Emilio Gadda, Meditazione milanese, Torino, Einaudi, 1974, pp. 290-292.

11   « Gli tenevo a posto le pratiche, battevo a macchina i suoi rapporti […], leggevo gran parte delle carte che lui avrebbe dovuto leggere, facevo in modo che i suoi mirabolanti, futuristici progetti – che so, una classificazione delle schede biografiche degli antifascisti in chiave fisiognomica – non giungessero sul tavolo del capodivisione » – Luciano Marrocu, Il caso del croato morto ucciso, cit., p. 5.

12   « […] conosceva perfettamente il cursus honorum di gran parte dei gerarchi […]. Partendo da questi materiali, costruiva […] vividi racconti biografici i cui protagonisti gli servivano ad illustrare una sua personalissima antropologia del fascismo » – Luciano Marrocu, Fáulas, cit., pp. 14-15.

13   Son nom complet est Rex Todhunter Stout (Noblesville 1886 - Danbury 1975).

14   « […] senza età, senza variazioni di stato civile » – Leonardo Sciascia, « Breve storia del romanzo poliziesco », in Cruciverba, Torino, Einaudi, 1983, pp. 228-229.

15   Organo Vigilanza Reati Antistatali. Il s’agit d’un bureau rattaché au Ministère de l’Intérieur, créé en 1926 par le chef de la police Arturo Bocchini, qui avait instauré la pratique du fichage des antifascistes.

16   « Lei non ci crederà, Serra, ma le vecchie tessere di quand’ero in servizio fanno ancora la loro impressione » – Luciano Marrocu, Scarpe rosse, tacchi a spillo, cit., p. 48.

17   « formale, comparativo, fatto dall’inserimento di un avvenimento, comportamento o concetto nella serie di avvenimenti, comportamenti, concetti simili, anche se lontani nello spazio e nel tempo. [...] Il contesto è l’identificazione non solo dell’insieme di cose che condividono un carattere comune, ma può anche essere l’area di un’analogia, l’area cioè della similarità perfetta di relazioni tra cose anche notevolmente diverse, fra sistemi di relazioni in cui cose differenti sono inserite » – Giovanni Levi, « A proposito di microstoria », in Peter Burke (a cura di), La storiografia contemporanea, Roma-Bari, Laterza, 1993, p. 128.

18   « – Che il caso sia ancora insoluto riguarda solo la polizia – Non riguarda solo la polizia, riguarda anche la giustizia » – Luciano Marrocu, Scarpe rosse, tacchi a spillo, cit., p. 207.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giuliana Pias, « La pratique intertextuelle dans les romans policiers de Luciano Marrocu », Cahiers d’études romanes, 25 | 2012, 63-74.

Référence électronique

Giuliana Pias, « La pratique intertextuelle dans les romans policiers de Luciano Marrocu », Cahiers d’études romanes [En ligne], 25 | 2012, mis en ligne le 17 mars 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/3727 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.3727

Haut de page

Auteur

Giuliana Pias

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org