Navigation – Plan du site
Fuites politiques

Départs pendant les campagnes napoléoniennes au Portugal. La fuite comme résultat d’une interprétation

Tereza Caillaux de Almeida
p. 133-143

Résumés

Que signifie fuir et dans quelle mesure s’agit-il d’une décision d’État ou, inexorablement, d’un acte individuel conditionné par les caractéristiques psychiques de celui qui le pratique ? La fuite n’est considérée comme telle que parce qu’elle est passible de jugement. Elle est, en quelque sorte, un départ condamné a posteriori, selon des intérêts culturels, idéologiques ou politiques. Lors de la première campagne napoléonienne du Portugal (novembre 1807-septembre 1808), deux départs encadrent ce conflit et illustrent l’aspect herméneutique de l’idée de fuite : celui du Régent D. João qui part avec la Cour pour le Brésil à l’approche des troupes ennemies et celui du chef de l’armée d’occupation, le Général Junot, qui se hâte de repartir en France, vaincu et pourvu d’avantages improbables. Le sujet de cette communication concerne deux voyages à partir du Portugal au moment de la première occupation de ce pays par les troupes de Napoléon, c’est-à-dire, entre novembre 1807 et septembre 1808.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Portugal, Brésil

Index chronologique :

XIXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’Angleterre est largement concernée dans ce conflit puisqu’elle apporte un soutien financier, mili (...)

1Ces deux voyages encadrent exactement cette période de guerre entre la France et le Portugal1. Le premier départ est celui du Régent D. João de Bragance, futur D. João VI qui, à l’approche de l’armée napoléonienne, le 29 novembre 1807, quitte la métropole avec la Cour pour le Brésil, sa plus importante colonie ; le second est celui du commandant de l’armée française, le Général Andoche Junot qui s’embarque pour la France, le 15 septembre 1808, sans avoir accompli la mission que Napoléon lui avait confiée, à savoir soumettre le Portugal.

2Outre le parallélisme chronologique et l’implication des deux principaux acteurs d’un conflit dont ils ont changé le cours, ces deux voyages présentent des caractéristiques communes qui justifient leur traitement conjoint.

3Ces départs se distinguent par leur aspect inédit. En effet, dans le premier cas, jamais un monarque européen ne s’était déplacé dans une de ses colonies et encore moins pour y installer sa Cour, comme il en a été question pour D. João. Dans le second cas, les commandants des armées de l’Empire n’avaient pas pour habitude de quitter le territoire dont ils avaient la charge aussi facilement que le fit Junot. De plus, les Français sont partis avec le butin considérable d’une guerre qu’ils avaient perdue et avec la possibilité de venir combattre à nouveau ce pays s’ils le souhaitaient. En effet, cette campagne militaire, qui s’est terminée en septembre 1808, a été suivie de deux autres, l’une de mars à mai 1809, commandée par le Maréchal Soult, l’autre commandée par le Maréchal Masséna, d’août 1810 à avril 1811. Enfin, les protagonistes de ces voyages ont, l’un comme l’autre, suscité des critiques, donnant lieu à des polémiques qui résonnent encore de nos jours. Ils ont été jugés et absous publiquement mais, selon les intentions qui leur sont prêtées, ils sont considérés soit comme de fins stratèges soit comme des fuyards.

4Alors, quels sont les éléments qui permettent de considérer ces deux départs comme des fuites ? La définition même de la fuite pourra apporter un début de réponse. Il sera également éclairant de s’attarder sur la typologie des personnages de D. João et de Junot et de leurs actes d’abandon que rien, a priori, ne laissait prévoir. Ont-ils été mus par la peur et se sont-ils empressés de quitter le Portugal pour réagir à une situation d’urgence, ou bien avaient-ils mûrement préparé leur déplacement ? Présentaient-ils des caractéristiques psychologiques qui les ont fait agir en conséquence ?

5La réflexion évoluera sur le plan herméneutique dans un bref questionnement sur le système de transmission duquel participe l’idée de fuite.

Qu’est ce que la fuite et en quoi concerne-t-elle D. João et Junot ?

6Quelle différence existe-t-il entre le départ et la fuite ? Tous deux comportent l’idée de déplacement, d’éloignement. Toutefois, fuir signifie vouloir échapper à une menace. Le sentiment de peur y est donc sous-jacent.

  • 2 D. João assure la direction des affaires de l’État à partir de 1792 lorsque sa mère, la Reine D. Ma (...)

7Ceux qui accusent D. João de fuite le présentent comme un piètre personnage, à la physionomie disgracieuse et aux manières peu dignes de son rang. Ventru car bon mangeur, il aurait eu des habitudes étranges, voire répugnantes, comme celle de se promener avec des poulets frits au beurre dans sa poche en prévention d’éventuelles fringales. On lui attribue un caractère faible, indécis, peureux – il redoutait les orages – et une inaptitude à gouverner. En fait, il n’avait pas été préparé à la tâche de chef d’État, qu’il a dû assumer suite à la mort de son frère aîné et en raison de la maladie mentale de sa mère2.

  • 3 « Le temps viendra où la nation portugaise paiera avec des larmes de sang l’affront qu’elle est en (...)

8En effet, il est plausible que D. João ait éprouvé un sentiment de peur face à cette situation de guerre, aggravée par la réputation d’invincibilité de Napoléon et de son armée. De plus, la politique de D. João, chargée de duplicité, avait agacé Bonaparte qui, depuis 1804, était Empereur des Français. Celui-ci avait d’ailleurs, à plusieurs reprises, menacé la nation portugaise et l’autorité de la dynastie régnante3. En effet, de sévères représailles étaient à craindre. Dans ce cas, le terme de fuite, employé à l’égard du Régent, peut être considéré dans son acception de dérobade face à un danger, voire à une grande difficulté diplomatique qu’il ne se sentait pas en mesure d’affronter et encore moins de résoudre.

  • 4 L’armée anglo-portugaise est sortie victorieuse lors des deux batailles livrées contre les troupes (...)
  • 5 Remarquer que les Portugais n’ont pas été consultés lors de ces négociations. C’est là que l’on s’a (...)

9En revanche, il est improbable que Junot ait fui par peur de la situation subie en territoire portugais. Certes, le peuple, inspiré par l’insurrection espagnole débutée le 2 mai 1808 à Madrid, s’était violemment révolté, puis l’armée britannique avait battu la sienne4. On pourrait considérer son départ comme une fuite destinée à éviter de nouvelles batailles et de nouveaux revers. Mais si fuir après une défaite n’a rien d’anormal chez un militaire, Junot ne semble pas faire partie de ceux qui agissent de la sorte. L’expression « courage fuyons ! » utilisée à son égard, perd même son caractère ironique lorsqu’on prend connaissance de la manière dont il a transformé sa défaite en une bonne affaire pour la France. En effet, le général a plutôt fait preuve de hardiesse en négociant avec les commandants anglais. Il a menacé d’incendier Lisbonne si ses conditions n’étaient pas respectées et il a obtenu ainsi l’accord des Anglais à ces exigences lors de la Convention de Sintra, à savoir : repartir pour la France, avec armes et bagages, par mer et escorté par les Anglais, et pouvoir revenir combattre dans ce pays5. Or, Lisbonne était une ville importante pour le commerce des Anglais : en fait, ce sont eux qui ont fait preuve de crainte et de faiblesse en cédant face aux exigences de l’ennemi. Junot, quant à lui, témoigne du professionnalisme acquis par l’armée française au cours de tant de batailles jusque-là toutes gagnées, jouant le tout pour le tout. Napoléon sermonnera par la suite son général en lui notifiant qu’un homme comme lui devait mourir ou rentrer à Paris maître de Lisbonne. Pourtant, l’Empereur pardonnera à Junot, peut-être parce qu’il lui était facile de comprendre ces comportements excessifs, par analogie avec son propre tempérament. Junot fuit le Portugal à la mesure de la fuite en avant de son maître, dans une période où la démesure est de mise dans l’armée, dans la vie sociale et dans les relations diplomatiques. Toutefois, son départ du Portugal avant l’heure l’empêchera de recevoir le bâton de Maréchal. De plus, Napoléon le forcera à retourner au Portugal, en 1810, sous les ordres de Masséna. C’était là une sorte de punition, en tous cas une situation humiliante pour celui qui y avait commandé sa propre campagne en 1807-1808 et qui avait même prétendu devenir roi de ce pays.

10Mais fuir comporte également la notion d’éloignement en toute hâte. Or, bien que son départ soit rapide, c’est-à-dire, quelques jours après la dernière bataille, Junot prend le temps d’une négociation à son avantage. Junot part précipitamment plutôt par intérêt, pour garder les biens importants, acquis illicitement dans ce pays. Il fuit tel un voleur après son larcin. Si pour Napoléon la mission de ce général n’était pas accomplie, pour lui elle l’était car, comme beaucoup d’autres officiers de l’armée napoléonienne, il comptait sur la guerre pour s’enrichir. On connaît la collection de tableaux que le Maréchal Soult emporta d’Espagne, pour ne citer que lui. Mais d’ordinaire, ces richesses étaient obtenues lors d’une victoire et non lors d’une campagne perdue comme celle-ci.

11Quant à D. João, ses détracteurs présentent comme preuve de sa fuite la précipitation d’un départ organisé en quelques jours, alors qu’il s’agissait de déplacer de l’autre côté de l’Atlantique les principales institutions de l’État et quelque quinze mille personnes. Tableaux, récits historiques et romanesques font état de la confusion du départ tout en cris et en larmes, avec quantité d’objets éparpillés. Mais ce sont là des pièces à conviction facilement démontables par ceux qui considèrent ce départ comme un acte de génie. Ceux-là disent le Régent prudent, fin stratège, simulant l’indécision afin de gagner du temps, prêt au sacrifice de l’éloignement de la patrie pour mieux gérer la situation de conflit. Lui-même, dans une déclaration à son peuple à la veille du départ, expose sa souffrance, qu’il estime nécessaire pour protéger le salut de la patrie. La rapidité de son départ est au cœur même du jugement que la postérité porte sur lui. Avait-il abandonné son peuple pour se mettre à l’abri des affres de la guerre ou bien avait-il su préserver adroitement la souveraineté de l’État ?

12La réponse à cette question mérite un détour : tout d’abord, au Portugal, le départ du monarque vers le Brésil n’est pas du tout une nouveauté, même s’il n’avait jamais été réalisé jusque là. C’est une idée très ancienne qui ressurgissait à chaque fois que l’indépendance du pays se trouvait en péril. La raison géopolitique est simple. En effet, le Portugal, petit pays peu peuplé, manquait d’hommes pour constituer une armée. Souvent menacé par des voisins plus puissants, il était incapable de défendre son territoire métropolitain et encore moins ses colonies. Le départ pour le Brésil doit s’entendre dans le double objectif de sauvegarder la couronne, mais également de sauvegarder cette colonie, la plus grande du royaume et la plus prospère en ce début du XIXe siècle. La métropole en était dépendante économiquement. Par ailleurs, cette stratégie de déplacement de la Cour n’était pas une idée exclusivement portugaise. En effet, Charles IV d’Espagne envisagea lui aussi d’échapper à la politique de Napoléon en partant pour une de ses colonies d’Amérique du Sud, mais le peuple, manipulé par l’Infant Ferdinand, l’en empêcha.

13Plus concrètement, les Archives de Rio conservent une documentation qui ne laisse pas de doute quant au fait que ce déplacement de la Cour fut mûrement réfléchi et soigneusement préparé. Cette correspondance officielle du Conseil d’État portugais concernant le projet de transfert de la famille Royale au Brésil dément également la possibilité que ce projet soit une initiative du gouvernement anglais à laquelle D. João se serait soumis. Selon ces documents, ce départ a été traité depuis août 1807. Cette documentation est restée inédite jusqu’à ce que Enéas Martins Filho l’étudie, en 1968, et affirme alors que

  • 6 Enéas Martins Filho, O Conselho de Estado Português e a transmigração da família Real em 1807, Rio (...)

loin d’être une politique ambiguë et hésitante, toute la manœuvre qui s’est déroulée à Lisbonne, pendant ces trois mois de 1807, n’avait qu’une seule finalité, un objectif clairement visé, depuis le premier instant : le transfert du siège du Gouvernement du Portugal de Lisbonne vers Rio.6

  • 7 Alain REY, dir., Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaire le Robert, 199 (...)

14Donc il n’y aurait pas eu de hâte, sauf dans les derniers moments du départ, ce qui, par conséquent, élimine l’hypothèse de la fuite. Il n’est pas question non plus, et à plusieurs titres, d’une situation d’exil du monarque comme d’aucuns se plaisent à le considérer. En effet, étymologiquement, l’exil est une « expulsion hors de sa patrie »7, alors que D. João, en traversant l’Atlantique, ne quitte pas le territoire national ; il se déplace à l’intérieur de son vaste empire et il prend sa décision, certes sur conseil de ses ministres et du gouvernement britannique, mais de son propre chef, selon l’étude ci-dessus mentionnée.

15On peut se demander alors, au vu de cette preuve documentaire sérieuse, pourquoi dans l’opinion des Portugais le verdict de ce procès est sans cesse remis en question. C’est l’objet de la réflexion herméneutique qui sera menée un peu plus loin, après qu’un dernier élément de compréhension aura été abordé.

  • 8 Julia Kristeva, Étrangers à nous-mêmes, Paris, Fayard, 1987, p. 14.

16En effet, il reste à considérer que la fuite comporte également une composante psychologique qui peut être collective ou individuelle. Dans le premier cas, on peut évoquer la fuite d’une armée qui se dérobe suite à un phénomène de désinvestissement généralisé. Les cas qui nous intéressent comportent un versant collectif. En effet, D. João est suivi par les hautes personnalités du Royaume qui, selon les récits de l’époque, se bousculent pour prendre place sur les vaisseaux. Junot n’embarque pas seul non plus ; toute son armée participe de ce mouvement. Tous deux sont escortés par la flotte britannique. Et enfin, ils sont les représentants de leurs nations réciproques. On pourrait donc laisser de côté la version individualisante qui, de plus, paraît déplacée dans ce contexte politique. Pourtant, pour Julia Kristeva, l’exil et l’errance consisteraient primordialement, pour celui qui les pratique, en une manière de se détourner d’une souffrance issue de profondes carences affectives qui conduiraient à des comportements pathologiques8 activés ici par les caractéristiques de la situation de guerre.

17On s’attendrait pourtant à ce que la raison d’État domine, moralement, civiquement, collectivement. Et bien, ce n’est pas si sûr. D. João comme Junot étaient des esprits tourmentés. Le monarque portugais, sujet à de longs moments de nostalgie, était considéré comme atteint par quelque maladie mentale héréditaire. Il suffit de rappeler que sa mère, la reine D. Maria, était sujette à des crises de démence qui la rendirent inapte à assumer les fonctions royales. Avant son départ pour le Brésil, D. João faisait preuve d’une grande instabilité, se déplaçant régulièrement d’un de ses palais à l’autre.

  • 9 Ibidem, p. 20.

18Junot ne tenait pas en place, participant à de nombreuses campagnes militaires. Par choix professionnel, pourrait-on croire. Toutefois, là encore, Kristeva réfute cette possibilité, doutant que l’errance soit voulue, convaincue qu’elle est plutôt induite par une quête sans fin9. Par ailleurs, Junot, le « Général Tempête », était, comme son surnom l’indique, plutôt extraverti, sujet à des colères et à des actes de bravoure souvent insensés. Il succombera d’ailleurs à sa démence, en se suicidant quelques années plus tard.

19La fuite comme conséquence d’un état psychologique fragile paraît alors plausible pour les deux plus hautes personnalités de cet épisode historique, mais rien ne permet d’exclure que des intérêts personnels et politiques aient joué un rôle dans ces déplacements. En effet, il n’est plus possible de distinguer ce qui relève de la raison d’État et ce qui caractérise la psychologie des personnages.

La fuite comme produit d’une interprétation

20Pour qu’un départ soit considéré comme une fuite, il faut, à un moment donné, l’intervention d’un système bipolaire constitué par celui qui part et par celui qui juge cette action. En effet, l’acte initial subit une transformation au cours d’un processus de transmission.

21Si cette étude a porté jusqu’alors sur ceux qui sont partis, on peut se questionner sur l’entité qui juge ces délits de fuite. Ainsi, au moment des événements, le peuple portugais, perçoit le départ du Régent essentiellement comme un abandon. Habituée à la protection du monarque absolu, la nation se sent orpheline ; outre les malheurs de la guerre, cet abandon de la figure tutélaire de l’État participe du traumatisme, qui subsiste encore dans les récits oraux, écrits et iconographiques. Le philosophe Eduardo Lourenço explique que

  • 10 Eduardo Lourenço, La mythologie de la Saudade, Paris, Chandeigne, 1997, p. 132.

en même temps qu’il est occupé militairement, en 1807, d’une manière inédite jusqu’alors, par des troupes françaises et espagnoles, et ensuite régenté par des chefs militaires anglais jusqu’en 1820, le pays voit son roi traverser l’Atlantique et s’installer à Rio de Janeiro. L’incarnation traditionnelle, sacralisée et symbolique du Portugal s’efface ainsi dans le lointain.10

22Le choc provoqué par l’attitude du monarque explique pourquoi ses contemporains se sont montrés déçus jusqu’à considérer son départ comme une fuite dont eux, restés sur place et à la merci de l’ennemi, ont dû subir les conséquences. L’onde de choc a traversé ces deux cents ans, canalisée parfois au profit de quelque idéologie du moment.

  • 11 D. João a été le dernier monarque absolu du Portugal. Ce sont ses enfants, D. Pedro le libéral et D (...)

23Ainsi, à la suite et en conséquence de ces ‘invasions’, et à partir de 1820, c’est un régime libéral qui remplacera définitivement la monarchie absolutiste11. Dans ce contexte, les libéraux privilégieront la théorie de la fuite du Régent qui s’insère dans une critique générale de l’absolutisme.

24Au dernier tiers du XIXe siècle, l’historien Oliveira Martins, pessimiste quant à la situation d’un Portugal conservateur, lui-même ouvert à de nouveaux courants de pensée comme le positivisme et le socialisme, brosse une peinture haute en couleurs de l’embarquement du Régent pour le Brésil :

Trois siècles auparavant, le Portugal s’était embarqué, plein d’espoirs et d’envie vers l’Inde ; en 1807 (novembre, 29) c’était un cortège funèbre qui s’embarquait pour le Brésil. La vague de l’invasion balayait tout devant elle : l’essaim de parasites immondes, conseillers de justice, rimailleurs, dandys et coquettes, moines et nonnes, monsignores et castrats. Tout ça, en tas, s’embarquait, au lever du jour, du quai de Belém. On aurait dit le montage d’une foire, et le mobilier d’une baraque sale de saltimbanques fauchés car le prince régent pour se remplir les poches avec de blondes pièces d’or, son adoration, laissait des ardoises chez tous les créanciers, abandonnant l’armée, les charges, les domestiques […]

  • 12 J. P. Oliveira Martins, História de Portugal, Lisboa, Gimarães Editores, 1972 [1ère éd.1879], pp. 5 (...)

Tout le reste était de la honte cachée, de l’ineptie passive et de la faiblesse avouée. Le prince avait décidé que l’embarquement se fasse de nuit car il avait conscience que cette fuite était une honte.12

25À la lecture de ces passages, D. João apparaît, dans un décor grotesque, égoïste, cupide et couard et plus aucun doute ne subsiste quant à la précipitation de ce départ et donc à la fuite. Or, cet ouvrage sur l’histoire du Portugal d’Oliveira Martins est très connu et apprécié ; sa dernière édition, la XXIe, date de 2004. On comprend donc mieux comment ce genre d’idée fort dépréciative du régent, et par conséquent de la fuite, a pu arriver jusqu’à nos jours.

26À partir de 1910, les républicains, en imposant leur régime politique, se serviront eux aussi de cet épisode, parmi d’autres, pour prouver la mauvaise foi de la dynastie des Bragance qu’il fallait abolir, participant ainsi également à la création de la légende noire de D. João.

27Parallèlement et à travers le temps, les défenseurs de la monarchie, ceux-là essentiellement, considèrent ce départ comme une superbe stratégie politique qui permit de sauvegarder la couronne et de protéger la colonie du Brésil, laquelle, d’ailleurs, grâce à l’implantation de la Cour sur son territoire se développa au point d’acquérir les bases institutionnelles, économiques et culturelles nécessaires à l’acquisition de son indépendance en 1822.

  • 13 On reproduit à travers les siècles, à quelques mots près – en textes, en paroles et/ou en images – (...)

28Quant à l’attitude du Général Junot et de son armée quittant le Portugal avec le butin d’une guerre perdue contre l’armée anglo-portugaise, elle est perçue par les Portugais d’alors et d’aujourd’hui, comme l’apothéose d’une série d’exactions perpétrées par l’armée d’occupation sur leur territoire13. Les Anglais ont considéré cet épisode comme une erreur diplomatique et les responsables de leur armée ont dû répondre devant le Tribunal de guerre de cet affront au peuple portugais. Pour les spécialistes français, le départ de Junot est un fait qui, cependant, à l’image de la totalité des campagnes napoléoniennes au Portugal, est tombé dans l’oubli.

  • 14 Michel Vanoosthuyse, Le roman historique, Paris, PUF, 1996, p. 39.
  • 15 Philippe Joutard, Ces voix qui nous viennent du passé, [Paris], Hachette, 1983, coll. « Le temps et (...)

29Donc, au fil des siècles, les discours concernant le départ du Régent et celui du général français ont divergé selon l’énonciateur. On peut en déduire qu’un événement historique est transmis à travers une grille idéologique, ce qui renvoie à une autre question, celle de la véracité de l’histoire. Mais, pour Michel Vanoosthuyse, « l’histoire est le récit d’un passé qui n’a jamais existé » et « assimiler l’histoire au ‘vrai’ c’est donc être victime d’une illusion du sens commun »14. Il faudrait alors se fier à la vox populi encensée par Philippe Joutard en ces termes : « en se racontant, le peuple devient l’historien de sa propre histoire »15.

30Ces exemples prouveraient à eux seuls la difficulté, voire l’impossibilité, de reconstituer le fait initial. Le discours a posteriori sur ces événements porte toujours les traces de l’interprétation de l’énonciateur. Alors peut-être le discours historique n’existe-t-il que compte tenu de la dimension herméneutique. En effet, celui qui juge participe de la mise en scène fantasmatique d’un procès sur les prétendues intentions de celui qui est parti. On assiste donc à une explication hypothétique. La fuite politique peut être condamnée, mais elle n’est pas facile à prouver. L’accusateur de la fuite n’apporte jamais de preuves irréfutables, car la limite entre un départ même héroïque et le lâche abandon d’une situation problématique est mince, parfois secrète pour des raisons d’État. Le fuyard d’aujourd’hui peut être le héros de demain, pourvu que son camp gagne entre temps. Par exemple, le Général De Gaulle partant pour l’Angleterre a créé une situation ambiguë. Les résistants n’ont pas tous vu ce départ avec bienveillance et avec la conviction qu’il y avait là le chef suprême de la Résistance. Les Portugais du début du XIXe siècle sont donc en mesure d’accuser leur souverain de les avoir abandonnés pendant que les Français sont en mesure de considérer que Junot aurait dû rester au Portugal tant qu’il n’avait pas obtenu sa revanche dans ce pays.

  • 16 Paul Ricoeur, Temps et Récit, Paris, Seuil, 1983, p. 319.

31Dans un processus allant d’un acte de départ à son interprétation, on peut s’appuyer sur la ‘triple mimesis’ de Paul Ricœur16. En effet, le passage d’un temps préfiguré – factuel, historique –, à un temps refiguré, celui de la création du récit connexe, semble se faire par le biais d’une mouture configurative des faits selon des perspectives et des intérêts idéologiques, plus souvent collectifs qu’individuels. Pour que ce discours soit perceptible par le public visé et soit convaincant, il est nécessaire que ce passé contienne un capital référentiel permettant sa compréhension. Il faut qu’il y ait un champ de résonance commun entre le texte de refiguration et le lecteur. Et finalement, ce texte qui évoque le passé n’est que le point d’intersection entre le monde contemporain de l’écriture et ce passé interprété et refiguré. Le passé est rappelé sous les formes adéquates à formater le public du présent à une idéologie déterminée ; ce présent auquel appartiennent aussi bien le créateur du texte que le lecteur.

Conclusion

32Dans les deux cas du monarque portugais et du commandant en chef de l’armée napoléonienne faut-il considérer qu’il y a eu fuite ou non ? Tout dépend des interprétations. Ce n’est pas une question de morale mais d’herméneutique. La fuite est toujours désignée par l’autre. On a vu que le concept de fuite est souvent une fabrication, un discours à portée idéologique. Celui qui part hâtivement doit justifier son départ car fuir n’est pas facile à assumer ; la fuite est mal vue, elle est considérée comme une faiblesse, voire une trahison, comme ce fut le cas de Louis XVI à Varennes et, par conséquent, elle est condamnable. Interviennent alors les raisons d’État : D. João part pour sauvegarder la souveraineté, mais il n’échappe pas moins à son tempérament craintif. Junot quitte le Portugal au moment où la négociation avec les Anglais permet à la France de transformer une défaite en fortune, mais celle de la France ou la sienne ? Tous deux fuient peut-être leur propre existence.

Haut de page

Notes

1 L’Angleterre est largement concernée dans ce conflit puisqu’elle apporte un soutien financier, militaire et logistique au Portugal, son allié multiséculaire ; l’Espagne y participe également, aux côtés de la France jusqu’en mai 1808.

2 D. João assure la direction des affaires de l’État à partir de 1792 lorsque sa mère, la Reine D. Maria I, sombre dans la folie. Il devient Prince Régent en 1799 et est proclamé roi, sous le nom de D. João VI, à la mort de la reine en 1816.

3 « Le temps viendra où la nation portugaise paiera avec des larmes de sang l’affront qu’elle est en train de faire à la République française » : ordre du jour de Bonaparte à son « Armée de l’Orient » : AcÚrcio das Neves História Geral da Invasão dos Franceses em Portugal e da Restauração deste Reino, Porto, Afrontamento, 1984 [1re éd.1810], vol. I, t. 1, p. 160 ; « Si le Portugal ne fait pas ce que je veux, la maison de Bragance ne régnera plus en Europe dans deux mois » Napoléon cité par André Castelot, Grande histoire illustrée de Napoléon, Paris, Bordas, 1989, t. 2, p. 605. En effet, le Régent, tout en payant de lourds tributs à la France, aidait depuis plusieurs années l’Angleterre dans des actions en mer et refusait d’adhérer au Blocus Continental décrété par Napoléon en 1806, pour ne pas fâcher son alliée, capable de s’approprier ses colonies. Le Portugal devenait la brèche par laquelle les Anglais pouvaient pénétrer sur le Continent, déjouant ainsi les plans de Napoléon.

4 L’armée anglo-portugaise est sortie victorieuse lors des deux batailles livrées contre les troupes de Junot en cette année 1808 : à la bataille de Roliça, le 17 août et à la bataille de Vimeiro, cinq jours plus tard.

5 Remarquer que les Portugais n’ont pas été consultés lors de ces négociations. C’est là que l’on s’aperçoit combien il s’agissait d’un conflit entre la France et l’Angleterre, le Portugal n’étant que leur terrain d’affrontement.

6 Enéas Martins Filho, O Conselho de Estado Português e a transmigração da família Real em 1807, Rio de Janeiro, GB, 1968, p. 14 et transcription des documents pp. 21-71. 

7 Alain REY, dir., Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaire le Robert, 1998, vol. I, p. 1363.

8 Julia Kristeva, Étrangers à nous-mêmes, Paris, Fayard, 1987, p. 14.

9 Ibidem, p. 20.

10 Eduardo Lourenço, La mythologie de la Saudade, Paris, Chandeigne, 1997, p. 132.

11 D. João a été le dernier monarque absolu du Portugal. Ce sont ses enfants, D. Pedro le libéral et D. Miguel l’absolutiste, qui se lanceront, quatorze ans durant, dans une lutte fratricide qui aboutira, en 1821, à la signature de la première constitution libérale, laquelle, après des aménagement successifs, sera instaurée définitivement en 1834.

12 J. P. Oliveira Martins, História de Portugal, Lisboa, Gimarães Editores, 1972 [1ère éd.1879], pp. 516-517.

13 On reproduit à travers les siècles, à quelques mots près – en textes, en paroles et/ou en images – les propos d’un historien de l’époque qui se résument ainsi : le soldat français « entrait dans les maisons, volait et brûlait tout ce qu’il trouvait » et on trouvait « des bourgs entiers livrés au pillage ; des temples profanés et volés ». AcÚrcio das Neves, op. cit., p. 236.

14 Michel Vanoosthuyse, Le roman historique, Paris, PUF, 1996, p. 39.

15 Philippe Joutard, Ces voix qui nous viennent du passé, [Paris], Hachette, 1983, coll. « Le temps et les hommes ». p. 160.

16 Paul Ricoeur, Temps et Récit, Paris, Seuil, 1983, p. 319.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tereza Caillaux de Almeida, « Départs pendant les campagnes napoléoniennes au Portugal. La fuite comme résultat d’une interprétation », Cahiers d’études romanes, 22 | 2010, 133-143.

Référence électronique

Tereza Caillaux de Almeida, « Départs pendant les campagnes napoléoniennes au Portugal. La fuite comme résultat d’une interprétation », Cahiers d’études romanes [En ligne], 22 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/379 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.379

Haut de page

Auteur

Tereza Caillaux de Almeida

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org