Navigation – Plan du site
Lieux et figures

Le Madrid des origines
ou comment le mythe récrit l’Histoire

Bernard Bessière
p. 87-103

Résumés

Contrairement à ses rivales des deux Castilles et du reste du Royaume, Madrid, devenu capitale de l’Espagne en 1561 par la volonté de Philippe II, ne jouissait d’aucune ancienneté prestigieuse attestée, pas même d’une véritable présence romaine. En fait Madrid est né à l’Histoire à la fin du IXe siècle sur décision de l’émir cordouan Mohammed Ier désireux d’établir un fortin sur le contrefort de la Meseta pour surveiller les mouvements des troupes chrétiennes dans leurs tentatives de reconquête. C’est dire si ces origines malencontreuses juraient avec l’affirmation de la Monarchie catholique chère à Philippe II et à ses successeurs de la Maison d’Autriche, bras armé de la chrétienté contre les protestants mais aussi contre les juifs et les musulmans. Qu’à cela ne tienne ! En revisitant et en manipulant des bribes d’Histoire et d’archéologie, les chroniqueurs du XVIIe siècle s’évertuèrent à forger des origines prestigieuses pour la capitale espagnole. Or, ce qui est le plus surprenant c’est que ce penchant pour le merveilleux et le mythe ne s’est pas éteint au Siècle des Lumières et que, çà et là, on en retrouve encore quelques traces dans la période récente.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

Madrid, mito, España, historia, capital

Index géographique :

Espagne

Index chronologique :

XVIe-XVIIIe
Haut de page

Texte intégral

Madrid, de Villa à Corte. Les raisons d’un choix

1Ce n’est qu’au milieu du XVIe que Madrid devint la capitale de l’Espagne. Au printemps 1561, en effet, la Cour quitta définitivement Tolède pour s’établir soixante-dix kilomètres plus au nord dans une bourgade du plateau castillan. Madrid était alors peuplée par 20 000 âmes seulement, soit quatre fois moins que Tolède qui avait été pendant deux siècles le siège du pouvoir wisigothique avant de devenir une place forte essentielle pour les émirs.

2Pendant que progressait la lente reconquête chrétienne des territoires occupés par les musulmans, laquelle s’étala sur huit siècles, il n’existait pas à proprement parler de “capitale” entendue comme siège pérenne du pouvoir chrétien. Ainsi la résidence royale s’établissait-elle dans les principales cités des deux Castilles comme Valladolid, Burgos, Avila, Ségovie, Aranjuez, Madrid, mais surtout Tolède dont la forteresse romaine, restaurée par les wisigoths, avait été transformée par les arabes en un alcázar inexpugnable. En 1085, dès qu’il eut reconquis la cité du Tage, Alphonse VI y fixa à son tour le siège du pouvoir.

3Aux XIIe et XIIIe siècles, ses successeurs Alphonse VIII et plus encore Alphonse X, dit ”le Sage” ou “le Savant”, donnèrent ses lettres de noblesse à Tolède, dont le nom latin, Toletum, prouvait ses origines romaines incontestables. Le règne d’Alphonse X, rare exemple de tolérance, vit les trois religions du Livre cohabiter en bonne intelligence. Trois siècles plus tard, lorsque Charles Quint hérita de la Couronne de Castille-Aragon-Navarre en 1516, le fils de Philippe le Beau et de Jeanne la Folle régna sous le nom de Charles Ier d’Espagne et établit durablement sa Cour à Tolède où il mena d’importants travaux d’aménagement. Ainsi la forteresse arabe fut-elle transformée en une somptueuse résidence qui mérita le surnom d’« alcázar des alcázars ». Puis, devenu incapable d’assumer ses écrasantes responsabilités et tourmenté sans relâche par la maladie de la goutte, l’empereur abdiqua en 1556 en faveur de son fils. Deux ans plus tard, celui qui avait été le souverain le plus puissant d’Occident s’éteignit au monastère hiéronymite de Yuste, dans un recoin isolé de la province de Cáceres en Estrémadure.

4À Tolède, son fils Philippe II chargea ses meilleurs architectes, notamment Alonso de Covarrubias et Juan de Herrera, d’améliorer les défenses de la ville ainsi que la décoration du fier alcázar. Quelle que fût l’exemplarité d’une décision qui avait vivement impressionné son fils comme l’ensemble des courtisans, l’inacceptable modestie de la sépulture de Yuste, pour un empereur qui pendant quatre décennies avait exercé son pouvoir sur plusieurs continents, n’avait pas échappé à son fils qui conçut très tôt le projet de choisir un jour un mausolée conforme à la magnificence de son père. Mais pour Philippe II, dont les surnoms de « roi prudent », « roi sédentaire » ou encore « roi bureaucrate » disent assez que l’improvisation n’entrait guère dans ses pratiques, le choix de la sépulture du défunt empereur était lié au projet de l’installation définitive de la Cour à Madrid, une cité modeste qui n’avait pas joué de rôle décisif dans le destin de la Castille.

  • 1 Après avoir passé son enfance aux Indes, notamment à Lima où il est formé par les jésuites, Antonio (...)

5Curieusement, dans les chroniques du XVIIe siècle, la date de 1561 fait problème. Les chroniqueurs du Siècle d’Or, en effet, ne s’accordent pas sur la date du transfert de la Cour à Madrid, événement d’une importance décisive pour le devenir des deux cités. Alors que le théologien Francisco Herrera Maldonado propose 1560 dans son Discurso panegírico y descendencia de los Toledos de Castilla publié en 1622, le prêtre Jerónimo de Quintana, auteur de la Historia de la antigüedad, nobleza y grandeza de la coronada Villa de Madrid, publiée sept ans plus tard, rapporte les faits comme s’étant déroulés en 1563. Quoi qu’il en soit, l’historiographie contemporaine trancha en faveur de la date de 1561, proposée par León Pinelo, dont la chronique est très précieuse pour la connaissance du Madrid de la Renaissance1.

6À en croire les différentes sources, la décision de fixer la Cour à Madrid est prise par un homme seul, Philippe II, qui met uniquement son confesseur jésuite dans le secret. Selon León Pinelo, le 19 mai 1651 au matin, les autorités municipales assistent impuissantes au départ – présenté comme provisoire – de la Cour et des Conseils vers le palais d’Aranjuez. Craignant que cette décision ne soit irrévocable, Hernán Pérez, représentant du Concejo (Mairie) de Tolède adresse au roi cette supplique :

Je place en Dieu toute ma confiance de voir Votre Majesté regagner la Cour le plus vite possible. Nonobstant, par les rues de notre ville, on dit que Votre Majesté envisage de se transporter à Madrid, ce qui laisse craindre les plus grands embarras eu égard au fait que le nombre des personnes qu’il faudra loger sur place excède le nombre des demeures disponibles […]. Pour l’amour de Dieu, j’attire respectueusement l’attention de Votre Majesté sur ce sujet.

  • 2 À l’époque de Philippe II on dénombre huit Conseils : Conseil du Royaume ; Conseil suprême de la Gu (...)

7On imagine sans peine l’angoisse des Tolédans. À eux tous, aristocrates, membres des Conseils2, courtisans, fonctionnaires, diplomates, membres du clergé séculier et des Ordres monastiques, bourgeois, artisans, ouvriers, sans oublier les esclaves et la masse rurale des faubourgs, constituent une population estimée à 18 000 « feux », soit quelque 80 000 personnes, pour une cité dont la prospérité – notamment l’industrie et le commerce de la soie – dépend entièrement de la présence de la Cour. Sourd aux doléances, Philippe II envoie déjà, depuis son bureau du palais d’Aranjuez, ses instructions à son corregidor Jorge de Veteta :

Il convient que vous mettiez à ma disposition pour les besoins de mon service cinq ou six paires de petites maisons qui se trouvent près de notre alcázar et que vous désignera notre majordome Francisco de Murguía, lequel sera chargé des travaux qui y seront effectués et fixera également un prix d’acquisition équitable avec les personnes qui y vivent actuellement.

8Le 8 mai, le roi ordonne à son maréchal des logis Luis Venegas de Figueroa de prendre les dispositions nécessaires pour l’installation imminente de la Cour dans la cité du Manzanares. Ainsi, en quelques semaines, Madrid va-t-il ajouter à son modeste statut de Villa – commune exerçant un pouvoir seigneurial sur un finage dont elle doit peupler et protéger les hameaux –, le titre prestigieux de Corte. Cette révolution culturelle va bouleverser l’urbanisme de la petite cité.

  • 3 Lire notamment Madrid y la economía española, 1560-1850, prix Ortega y Gasset 1985 ou Madrid histor (...)

9Comment évaluer la population madrilène au moment de la décision de Philippe II ? La connaissance de la démographie espagnole à l’époque moderne doit beaucoup à l’historien canadien David Ringrose qui a apporté des données fiables, aujourd’hui validées par l’ensemble des spécialistes3. Avant Ringrose, on s’en remettait aux extrapolations que l’économiste et Premier ministre libéral Pascual Madoz avait échafaudées dans son méritoire Diccionario geográfico Estadístico-histórico publié en 1850. Or les statistiques de Madoz reposaient elles-mêmes sur les données fluctuantes du chroniqueur Jerónimo de Quintana. À la différence de Quintana qui, pour établir le nombre d’habitants (vecinos), utilisait tantôt le nombre des maisons, tantôt celui des chefs de famille soumis à l’impôt (pecheros), tantôt encore celui des fidèles recensés dans les registres paroissiaux (comulgantes = “ceux qui communient”), Ringrose partit du nombre des “feux”, c’est-à-dire des foyers comprenant un nombre moyen d’enfants par couple ainsi que d’éventuels serviteurs voire d‘esclaves. Selon Ringrose, qui appliqua au nombre de “feux” le taux multiplicateur de 4,5, Madrid comptait quelque 20 000 habitants à la veille de l’installation de la Cour. Au total, entre 1561 et 1598, date de la fin du règne de Philippe II, la population madrilène doublera effectivement mais elle n’aura comblé son retard démographique ni sur Tolède ni sur Valladolid, sans parler de Séville qui était alors la sixième ville d’Europe après Istanbul, Paris, Londres, Naples et Venise.

10Quels motifs avaient conduit le fils de Charles Quint à prendre une telle décision, alors perçue comme incongrue ?

11Une chose est certaine, ni la somptuosité de la Villa de Madrid, ni la vigueur de son commerce, ni l’ampleur de son rayonnement religieux, ni l’ancienneté de son histoire – nous reviendrons sur cet aspect essentiel de notre réflexion – n’avaient pu inspirer le choix du roi. Mais alors, quelles furent ses motivations ?

12Il est clair que le fils de l’empereur souhaitait faire surgir, quasiment ex nihilo, une capitale nouvelle, étrangère aux tensions religieuses et nobiliaires entretenues de longue date à la Cour tolédane. Philippe II – contrairement à ses successeurs Philippe III et Philippe IV qui confieront le pouvoir à des favoris puissants et ambitieux – entendait exercer seul et sans contrainte la gouvernance de ses royaumes. Or il supportait de plus en plus mal la présence étouffante de la hiérarchie de l’Église dans la cité du Tage. En outre, repliée sur son méandre et bien à l’abri derrière ses murailles, Tolède commençait à manquer d’espace vital. Or si Madrid était bordée, à l’ouest, par la “frontière naturelle” de la rivière Manzanares, toute la zone nord, est et sud ouvrait des espaces prometteurs pour une expansion éventuelle. De plus, contrairement à aujourd’hui, la Villa était alors entourée de forêts luxuriantes, notamment les giboyeux monts du Pardo où Philippe II entendait assouvir sa passion pour la chasse. De surcroît, ces forêts ne constituaient-elles pas une réserve de bois appréciable pour le chauffage ainsi que pour la construction des édifices dont la cité se doterait nécessairement en cas d’expansion ? À ces arguments, il faut ajouter une motivation sanitaire, nous dirions aujourd’hui “écologique” : aux riches forêts et à l’abondance des eaux – nous reviendrons sur cet aspect essentiel de la question – s’ajoutait la qualité de l’air. Contrairement à Tolède, cité encaissée, Madrid jouissait, notamment en hiver, d’un air vif qui dévalait sans obstacle des sierras de Guadarrama et de Gredos.

13En parcourant les Relaciones de las cosas sucedidas en la Corte de España de Cabrera de Córboba, autre chroniqueur important du règne de Philippe II, on découvre deux autres raisons majeures du projet royal. Les innombrables déplacements que Charles Quint avait dû effectuer à travers ses royaumes ne lui avaient pas permis de réaliser ce que Cabrera présente comme une préoccupation constante : faire émerger une capitale plus centrale, symbole des temps nouveaux. La situation géographique de Madrid, il est vrai, était enviable puisque sise au croisement des axes Saragosse-Tolède et Saragosse-Mérida et point d’aboutissement des voies Valladolid-Ségovie par le col de Navacerrada, et Burgos-Aranda par le col de Somosierra.

14Il s’agissait donc pour Philippe II de l’accomplissement posthume d’un vœu cher à son père. Or, le fils concevait une véritable vénération pour ses parents, l’empereur et son épouse Isabelle du Portugal qui, morte en couches en 1539, avait été enterrée à Tolède. Quant à la dépouille de Charles Quint, qui gisait à Yuste au fin fond de l’Estrémadure dans un modeste monastère de l’Ordre de saint Jérôme, elle devait être transportée sans tarder afin d’être honorée et magnifiée.

15Philippe II avait repéré dans la sierra de Guadarrama, au nord de Madrid, un endroit austère et agreste qui conviendrait parfaitement comme sépulture de son glorieux père. Outre un panthéon royal pour ses parents et leur descendance, on y construirait un complexe architectural inédit dans l’Espagne de cette époque : monastère hiéronymite, bibliothèque, centre d’études, musée de peintures avant la lettre, et basilique érigée à la gloire de la Contre Réforme. Le monastère serait dédié à saint Laurent puisque c’est le 10 août 1557, jour de la fête de ce martyr, que les troupes espagnoles avaient écrasé à Saint-Quentin celles du roi de France Henri II. On aurait même soin de doter la basilique de quelque six cents reliques. Même Saint-Pierre de Rome n’en possédait pas autant !

16On le comprend, le choix de Madrid comme capitale des royaumes du roi catholique était donc lié au colossal projet de l’Escorial que Philippe II confiera successivement à ses deux architectes Juan de Herrera et Juan Bautista de Toledo. Ainsi, conformément au souhait du « roi prudent », la future capitale se trouverait désormais au centre d’un triangle formé par trois résidences royales : deux déjà existantes – les palais d’Aranjuez et du Pardo – et le futur Escorial dont la construction avait commencé dès 1557, soit quatre ans avant le transfert de la Cour.

17Les inquiétudes du conseil municipal de Tolède étaient donc bien fondées lorsque, la mort dans l’âme, Hernán Pérez vit s’éloigner l’interminable cortège royal qui prenait le chemin de Madrid via Aranjuez.

Des origines inavouables

18Comme on estime à 600 environ le nombre des demeures réquisitionnées sur un total de 2 500 maisons dignes de ce nom, on peut dire qu’une famille madrilène sur quatre fut contrainte de loger un ou plusieurs membres de la Cour. On imagine sans peine le peu d’empressement des petits propriétaires à répondre favorablement aux ordres de réquisition. Sur un autre plan, l’arrivée massive de ces fonctionnaires mais plus encore d’une population interlope de filous, d’individus aux activités douteuses et de femmes de mauvaise vie avec leurs souteneurs, modifia promptement le contexte urbain, entraînant d’évidents problèmes de sécurité publique. En outre les Libros de acuerdos, aujourd’hui conservés à l’Archivo de la Villa, nous apprennent que l’installation précipitée de la Cour, par-delà les problèmes de délinquance, de ravitaillement et d’hygiène, provoqua une inflation galopante. En moins d’un an, le pain de deux livres ne passa-t-il pas de 7 à 10 maravédis ? Tel fut, parmi d’autres, le prix que Madrid dut payer pour avoir le redoutable honneur d’abriter le siège du pouvoir royal.

19Quelle que fût la réalité des surnoms flatteurs dont on s’empressa d’orner la nouvelle capitale et sur lesquels nous reviendrons – « Cité des sept étoiles », « Cité des sept collines », « Cité très noble et très loyale », « Cité couronnée » ou encore « Cité de l’ours et de l’arbousier » – nul n’ignorait qu’au moment où Philippe II entendait incarner la toute puissance de la Monarchie catholique, les origines de la Villa y Corte étaient récentes et peu prestigieuses. Rien de comparable, en tout cas, avec l’impériale Toletum.

20Après avoir vaincu les musulmans, tenu à distance la population juive, combattu la Réforme luthérienne par l’épée et l’Évangile – le concile de Trente n’avait-il pas été convoqué en 1545 à l’initiative de Charles Quint ? – , l’Espagne de la Contre Réforme ne pouvait que rester discrète sur les origines musulmanes de Madrid. Or, plus encore que le juif et plus tard le protestant, le musulman n’avait-il pas été l’ennemi héréditaire, combattu par le catholicisme pendant près de huit siècles ?

21Mais que cela fût ou non du goût de la nouvelle Cour, Madrid était née à l’Histoire par la volonté d’un émir omeyyade ! Les touristes d’aujourd’hui qui n’ont d’yeux que pour le Prado et le Palacio Real ignorent que la capitale espagnole est de fondation musulmane et, à dire vrai, rien n’est vraiment fait pour le leur rappeler…

22Succédant à Abd al-Rahman II, quatrième émir de Cordoue et de Tolède, Mohammed Ier, sensible à l’intérêt stratégique du contrefort de la Meseta, fit ériger vers 865 une fortification (hisn) sur une éminence dominant le Manzanares. Il s’agissait sans doute de la première implantation de la dynastie omeyyade sur le plateau castillan. On trouve la première trace de l’existence de cette modeste édification dans un texte de Ibn Hayyan (987-1076), lequel avait compilé la chronique de al-Razi qui était mort un siècle à peine après la pose de la première pierre. Établie dans cette place forte, chargée de maintenir l’ordre et de percevoir l’impôt pour le pouvoir cordouan, une garnison pouvait tout à loisir surveiller les mouvements des troupes castillo-léonaises dans leurs tentatives de reconquête. Plus tard, autour de la fortification devenue forteresse (qasr = alcázar), fut construit un petit bourg évoqué en termes de magrit wa-hiya madina sagira (petite ville) dans la première mention due au chroniqueur al-Idrisi. Une puissante muraille, la almudayna, dont 120 m sont encore visibles aujourd’hui le long de la Cuesta de la Vega, protégea alors une citadelle (qasaba = alcazaba) de 4 ha, ainsi que la ville proprement dite (medina) et la grande mosquée. Cette mezquita remplissait plusieurs fonctions : lieu de la prière du vendredi, tribunal où le cadi rendait la justice, école pour la formation des ulemas ou encore espace public où l’on annonçait les décisions du gouverneur (qa’id) en matière fiscale et militaire. À un kilomètre plus à l’est, à l’emplacement actuel de la plaza Mayor, furent aménagés un souk (sup al qabir) et un parc d’agrément (almuzara). À l’écart, dans la aljama ou judería, vivait la population juive ; enfin, au-delà des faubourgs (arrabales) une verdoyante vega assurait le ravitaillement. À l’instar de toutes les cités médiévales chrétiennes, la muraille symbolisait à elle seule la réalité du pouvoir militaire et religieux.

23C’est donc à la fin du IXe siècle que Madrid fit son irruption dans l’Histoire, alors que Toletum, à l’instar de la plupart des grandes cités castillanes, pouvait se vanter d’une ancienneté de seize siècles au moins. Dans ce “Madrid avant la lettre” les deux communautés vécurent, semble-t-il, en bonne intelligence. La petite citée était divisée en deux secteurs séparés par un petit ravin qui suivait le tracé actuel de la calle de Toledo. D’une part la partie musulmane (Magrit ou Mayrit, de mayrat = “source” ou “canalisation”) d’autre part la partie chrétienne mozarabe appelé Matrice (du latin matrix = “source”), sise en dehors des murailles. Telles sont les conclusions auxquelles, après un long débat d’experts, sont parvenus dans les années 1960 deux érudits, l’arabiste Jaime Oliver Asín et le linguiste Joan Corominas.

24Après avoir résisté à plusieurs attaques, l’alcázar céda finalement en 1083 devant Alphonse VI “le brave”, roi de Castille, de Galice et de Léon. Dès la victoire chrétienne, la grande mosquée fut transformée en église Santa María comme c’était l’usage tout au long de la Reconquête. Deux ans plus tard, Alphonse VI reprit également Tolède, une victoire d’une importance stratégique plus décisive encore. Ainsi, Madrid quitta-t-il le dar al-islam (littéralement « maison de la soumission » ou « de la paix ») pour être intégré au Royaume de Castille. Une page définitive venait de se tourner.

25Madrid aura donc connu pendant deux siècles la domination musulmane. Durant cette période, les légendes s’étaient déjà emparées de madina magrit. Prompts à magnifier leur cité, les chroniqueurs arabes n’avaient pas été à court d’imagination, au point de présenter leur modeste bourgade comme un centre universitaire de premier ordre. En effet, ces manuscrits, qui seront glosés par les chrétiens à la Renaissance, faisaient état d’une cité au rayonnement intellectuel enviable. Il n’est pas douteux, en tout cas, que plusieurs savants musulmans ont enseigné dans la cité du Manzanares tel le jurisconsulte Umar al-Talamanki (951-1038) formé à Cordoue, au Caire et à Médine, et qui entra en contact avec les maîtres orientaux de son époque, ou encore ibn Hazm, nommé à deux reprises ministre (vizir) de la dynastie omeyyade, auteur d’un Traité sur les religions et les écoles de pensée qui fut apprécié et discuté notamment par les moines de l’abbaye de Cluny.

26Enfin et surtout, il faut mentionner al-Mayriti « le Madrilène » (950-1008) qui enseigna à Cordoue où il acquit une grande réputation dans tout al-Andalus, c’est-à-dire jusqu’à Grenade. Mathématicien et chimiste, il définit la loi de conservation de la matière. En astronomie, il traduisit et glosa l’œuvre du géographe grec Ptolémée et révisa les Tables astronomiques de l’Iraquien al-Kwarizmi, considéré comme le père de l’algèbre.

27Le fait que ces érudits soient nés à Madrid et qu’ils aient formé quelques savants remarquables suffit alors à donner naissance à la légende des sept écoles d’astronomie. On fit, en effet, accroire que Mayrit disposait de sept universités… hypothèse invraisemblable dans une cité dont la population s’élevait tout au plus à 5 000 âmes !

  • 4 Voir Madrid, petite ville de l’Islam médiéval (IXe-XXIe siècles), Rennes, Presses Universitaires de (...)

28Quoi qu’il en soit, il fallut attendre les années 1980 pour que deux hommages tardifs fussent rendus aux fondateurs musulmans. En 1981, le maire Enrique Tierno Galván inaugura le parc Mohammed Ier qui, rappelons-le, conserve 120 mètres de la muraille d’origine ; quant au drapeau de la Communauté Autonome de Madrid instituée en 1983, il arbore les sept étoiles blanches sur fond rouge qui réactualisent la légende des universités d’astronomie. Mais, si onze siècles après la fondation de Mayrit les administrations municipale et régionale de la capitale pouvaient en toute normalité honorer la mémoire de Mohammed Ier et la science arabo-musulmane, la chose était impensable au moment où Philippe II s’installait dans l’alcázar. Dans la seconde moitié d’un XVIe siècle marqué par la limpieza de sangre – les gages de pureté des origines – quel pouvait être le prestige supposé de la culture coranique ? À ce sujet, Christine Mazzoli-Guintard4 rappelle que l’attitude de Philippe II vis-à-vis de la culture musulmane était ambiguë : si d’un côté il ordonnait qu’on détruisît dans tout le royaume les documents rédigés en arabe, il faisait pourtant conserver des manuscrits arabes, dans les archives de l’Escorial…

La légende et le mythe au secours de l’Histoire

29À l’évidence il existait au XVIe siècle un hiatus entre le Madrid de la Monarchie catholique qui s’affirmait en un Siècle d’Or des lettres et des arts, et la réalité de ses origines qui n’étaient ni grecques, ni troyennes, ni romaines. Seulement musulmanes ! Comment accepter l’idée que c’est l’Islam qui avait introduit Madrid dans l’Histoire ? Comment admettre que outre l’alcázar de Mohammed Ier, les deux principales églises, San Andrés et San Nicolás eussent été érigées dans le style mudéjar, selon les plans et avec les matériaux de construction utilisés par les bâtisseurs arabes ? Quant au système d’adduction d’eau, si précieux pour la survie de la population, n’avait-il pas été réalisé par les adorateurs du prophète ? Tout cela à une époque où l’on maintenait les catholiques dans le mépris et la haine du musulman qui menaçait sans relâche les possessions de la Maison d’Autriche. L’éclatante victoire navale de Lépante par la Sainte Ligue placée sous le commandement de Jean d’Autriche, demi-frère de Philippe II, au cours de laquelle les Ottomans perdirent 30 000 hommes, ne fut-elle pas remportée tout juste dix ans après la nouvelle capitalité ?

30Madrid manquait de vestiges antiques ? Qu’à cela ne tienne, on les inventerait ! On ferait feu de tout bois. On ferait parler l’indice le plus modeste et la trace scripturale la plus douteuse. On manipulerait telle tradition orale, on puiserait dans le riche inventaire des mythes fondateurs dont l’Espagne des Habsbourg était friande, quitte à se livrer à la récriture y compris, comme on le verra, par l’ajout de gloses fallacieuses.

31Toutes les recherches menées jusqu’à aujourd’hui ont apporté des conclusions décevantes sur le passé préhistorique de la capitale. Les fouilles effectuées depuis le XIXe siècle sur les rives du Manzanares ont mis au jour du matériel daté du Paléolithique inférieur jusqu’à l’Âge de fer qui prouve qu’il y a 300 000 ans, des groupes humains ont occupé toute la zone. En témoignent de nombreux outils en silex, caractéristiques du Paléolithique madrilène, ainsi que des pièces de céramique et de métal. Certes, mais ces nécropoles se trouvent à Arganda del Rey, soit à 30 km de la capitale ! Quant aux ossements d’animaux datés du Paléolithique et du Néolithique, trouvés en abondance le long de la rivière, ils attestent la présence de tribus pratiquant l’élevage, mais ces groupes humains n’ont laissé aucune trace d’occupation.

32Passons à pieds joints sur la Protohistoire qui aura superbement ignoré ces parages de la Meseta, pour arriver à l’époque romaine. S’il est vrai qu’au XXe siècle les archéologues ont mis au jour plusieurs restes de villae le long du Jarama et du Manzanares – la belle mosaïque de Villaverde Bajo est aujourd’hui conservée au Museo de los Orígenes – il ne s’agissait que de propriétés agricoles isolées. Même constat désespérant pour la période wisigothique qui, a contrario, laissa entre 418 et 711 des traces remarquables à Tolède, siège de dix-huit conciles à partir de la conversion de Recarède Ier en 589. De la qualité de cet art témoignent les collections du Museo de los concilios et du musée de la culture wisigothique, aujourd’hui réunies dans l’église San Román. Quant au trésor de Guarrazar, il fut découvert il y a 120 ans dans un verger du bourg de Guadamur, à 30 km à l’ouest de Tolède. En d’autres termes : tout pour Tolède et rien pour Madrid ! On comprend mieux, dès lors, que l’unique pierre tombale wisigothique découverte il y a cent ans dans la capitale ait excité la curiosité des Madrilènes… en vain toutefois, puisqu’il est désormais établi qu’elle fut transportée là ultérieurement et qu’elle ne constitue en rien une preuve d’habitat d’une communauté.

33Faire feu de tout bois afin que l’Histoire officielle, qui s’écrit parfois à coups de légendes, repose sur des mythes fondateurs. Il en fut ainsi, par exemple, de l’édification de la puissante muraille arabe dont la base est en silex, roche siliceuse cristallisée sous forme de quartz. L’un des proverbes, lié aux origines apocryphes de Madrid et qui fut promu par les chroniqueurs de Philippe II, affirme : Fui sobre agua edificada, mis muros de fuego son (« j’ai été construite sur l’eau, et mes murailles sont de feu »). Madrid, construite sur l’eau, à l’image de Venise ou de Mexico-Tenochtitlán ? L’eau et le feu veillant de conserve sur le berceau de la nouvelle capitale ? On a vu que l’eau était abondante dans et autour de la ville au point de lui avoir donné son double nom de « source » : Mayrit en arabe, Matrice en langue romane. Certes, mais cette cité n’a nullement été construite sur un lac. Quant au « feu », par quel artifice le proverbe peut-il le rattacher à l’évocation de la muraille arabe ? Qu’à cela ne tienne : on avança l’hypothèse de l’existence illusoire d’un volcan ! La réalité est moins spectaculaire : pour ce qui est des « murs de feu », il s’agit ou bien des reflets de quartz de la base de la muraille qui lancent leurs éclats aux heures où le soleil darde ses rayons, ou bien du souvenir des étincelles produites par les flèches que les assaillants chrétiens puis arabes lancèrent lors des nombreuses attaques menées contre l’alcázar.

  • 5 Ramón de Mesonero Romanos, El antiguo Madrid, Madrid, Gráficas Lormo [édition fac-similé], 1987 [18 (...)

34On doit à l’écrivain romantique Ramón de Mesonero Romanos, conseiller municipal sous Isabelle II et premier chroniqueur officiel de la capitale, d’avoir fait le point sur les légendes madrilènes et sur les mythes qui les sous-tendent. Cet érudit, promeneur infatigable doté d’un solide esprit scientifique, publia en 1861 El antiguo Madrid. Dès la préface de cette somme, il s’interroge sur la validité des légendes visant à conférer à Madrid une ancienneté supposée. « Madrid, dit-il, a eu ses panégyristes adulateurs […] qui tentèrent de rechercher ses origines dans la plus lointaine Antiquité en n’hésitant pas à lui faire côtoyer des héros de la mythologie »5. Or c’est précisément de la fin du XVIe siècle que date le déferlement des légendes et des mythes.

35Parallèlement au surnom de « Cité des sept étoiles » que nous avons commenté plus haut, on forgea, dans le sillage de Rome ou de Lisbonne, celui de « Cité des sept collines »… quand bien même il faut beaucoup d’imagination pour dénombrer un tel nombre d’éminences dans le paysage madrilène, aujourd’hui comme au Siècle d’Or ! Quant à l’appellation latine Ursaria – « cité de l’ours », animal qui, en compagnie de l’arbousier, avait pris place dès le XIIIe siècle sur le blason de la Villa – elle concurrença celles de Mantua Carpetana – « Mantoue de Carpétanie » – et de Miaccum qui devaient enflammer les imaginations. Après que Madrid se fut doté d’un panthéon de trois saints patrons aux miracles “incontestables”, sur lesquels nous reviendrons – Vierge de la Almudena, Vierge d’Atocha et surtout saint Isidro laboureur – on donna du crédit aux légendes des origines romaines.

  • 6 Enéide, X, vers 196.

36La Carpétanie était le nom sous lequel les cartographes grecs et romains désignaient le centre de la péninsule ibérique et c’est au chroniqueur Jerónimo de Quintana qu’on doit d’avoir popularisé la légende tenace de Mantua Carpetana. Dans son Historia de la antigüedad, nobleza y grandeza de la coronada Villa de Madrid publiée en 1629, ce membre éminent du Saint-Office de l’Inquisition rapprocha, par un raccourci singulier, la capitale espagnole de la Mantua lombarde. On sait que dans L’Énéide, Virgile avait forgé des origines merveilleuses pour sa propre cité, Mantova (Mantoue), mentionnant l’existence d’un prince fondateur troyen nommé Ocno6. Pour le prestige de la capitale de Philippe IV – dans laquelle le petit-fils du « roi prudent » régnait depuis sept ans déjà –, Quintana, jamais à court d’imagination, fait également de ce prince, qu’il rebaptise Ocno-Bianor, le fondateur de Madrid. Il s’agirait du fils du roi d’Étrurie, Tiberio, et de la pythonisse Manta, fille de Tirésias, devin de Thèbes. Pour valider cette cascade de références antiques, Quintana dit se placer sous l’autorité de l’architecte Apollodore de Damas et de l’historien Diodore de Sicile, deux auteurs du Ier siècle de notre ère.

37Pour ce qui concerne la légende de la fondation romaine de Madrid, il fallut attendre le Siècle des Lumières pour qu’un érudit découvrît le pot aux roses. Encouragé par la nouvelle mentalité du règne de Charles III, ami des sciences et des lettres, le philologue Juan Antonio Pellicer fit une découverte décisive. En consultant la version italienne de 1492 des Planisphères de Ptolémée, il remarqua qu’une main anonyme – mais non innocente – avait surchargé le texte par cette glose en latin : Mantua, Urseria olim, Madrid [« Mantua, jadis Urseria, c’est-à-dire Madrid »]. La transformation de l’Histoire en mythe par le biais de la légende passe ici moins par une « récriture » que par une malicieuse « sur-écriture » marginale… laquelle fit florès jusqu’au XXe siècle ! Il y a cinquante ans, en effet, l’historien Federico Bravo Morata ne s’évertuait-il pas à rapprocher encore le nom de Madrid de celui de Mantua Carpetana ?

  • 7 Federico Bravo Morata, Historia de Madrid, tomo 1, Madrid, Editorial Fenicia, 1966. Il affirme cela (...)

Dans les Planisphères de Ptolémée […] sont évoqués trois noms de bourgades situées au centre de la péninsule : Toletum, Complutum et Mantua. S’il n’est pas douteux que Toletum représente Tolède et Complutum Alcalá de Henares, tout autorise à penser que Mantua n’est pas autre chose que ce qui, plusieurs siècles plus tard, s’appellera Madrid. Trop d’auteurs, en effet, partagent cette opinion pour qu'elle soit erronée7.

38Or tout le monde savait depuis longtemps que Mantua Carpetana était le nom romain de Talamanca de Jarama, bourg situé à 45 km de la capitale. De même, à partir d’une citation anodine tirée de l’Itinéraire que l’empereur Antonin le Pieux [86-161] avait rédigé pendant sa campagne en Carpétanie, on voulut voir dans la mention d’un site dénommé Miaccum le berceau du futur Madrid, en faisant audacieusement dériver ce toponyme de l’hébreu miakuf qui signifierait « sauvé de l’incendie »… justifiant du même coup le proverbe qui suggérait la présence d’un volcan sur le site de l’alcázar ! Or la vérité est que Miaccum est le nom latin de Meaques, village aujourd’hui disparu et dont le nom n’est rattaché qu’à un petit affluent du Jarama.

39Il n’empêche qu’en dépit des preuves scientifiques incontestables, la légende des origines romaines de la capitale continue de hanter les esprits. Ainsi, lors de fouilles menées en 1991 dans la Casa de Campo – vaste parc de loisirs de l’ouest de la ville auquel on a su conserver un aspect sauvage – un morceau de stèle sur laquelle on crut lire une inscription romaine réactiva subitement les fantasmes des héritiers de López de Hoyos et de Quintana. Ne tenait-on pas enfin la preuve de la localisation de Miaccum ? Même le très sérieux quotidien El País s’en fit l’écho… mais sur le mode railleur.

  • 8 Op. cit., p. 393.

40Mais, un siècle plus tôt, d’autres prurits impétueux d’Antiquité avaient déjà saisi les esprits. Dans l’appendice de son ouvrage déjà cité8, Mesonero Romanos fustigeait les conclusions hasardeuses du prestigieux López de Hoyos, maître de Cervantes, qui, dans sa Declaración de las armas de Madrid y algunas antigüedades publiée peu avant sa mort survenue en 1588, mentionne le fameux « dragon ». De quoi s’agissait-il ? Suite à la démolition de la médiévale Puerta Cerrada qui était devenue gênante pour la circulation des charrettes et autres coches, l’une des pierres, placée au faîte de l’édicule, aurait représenté un effrayant dragon. Comme la tradition dit que les Athéniens arboraient cet animal fantastique sur certaines de leurs oriflammes, il n’en fallut pas plus pour attester les origines grecques de la Villa y Corte. Aussitôt le dragon succéda à l’ours et à l’arbousier sur le blason de la capitale, et cela jusqu’en 1859, date à laquelle une commission d’experts conclut qu’il s’agissait plutôt d’un serpent ailé voire d’un griffon, animal légendaire mi-aigle mi-lion… Malgré cela, d’aucuns continuèrent d’affirmer que le mythique général thébain Épaminondas, dont on sait qu’il fut initié à la magie pythagoricienne par Lysis de Tarente, avait planté ses étendards sur les rives du Manzanares, à l’ombre du tertre sur lequel, quatorze siècles plus tard, Mohammed Ier édifia effectivement son alcázar !

Mythologie païenne et hagiographie chrétienne au service de la dynastie

41Une remarque s’impose. Les cent cinquante ans pendant lesquels régnèrent les quatre Habsbourg qui incarnent le mieux ces deux Siècles d’Or – Charles Quint, Philippe II, Philippe III et Philippe IV – furent une période de grande rigueur spirituelle marquée par l’application scrupuleuse des normes tridentines. Étant donné que l’emprise de l’Inquisition sur la création culturelle, à commencer par la littérature et les arts, était constante, comment a-t-on pu tolérer de telles élucubrations païennes sur les origines de la fondation de Madrid ? La réponse pourrait être la suivante : la capitale des souverains très catholiques pouvait se permettre de semblables chimères car son enracinement dans l’hagiographie chrétienne la mettait à l’abri de toute critique touchant à son orthodoxie canonique. Le potentiel hagiographique, en effet, avait été enrichi à trois reprises au moins, par l’inclusion de deux Vierges – celle d’Atocha et celle de la Almudena – et d’un laboureur, Isidro, devenu saint patron de la capitale. En notre XXIe siècle, tous trois continuent de jouir d’une ferveur populaire qui ne s’est jamais démentie.

42La tradition du miracle de la Almudena prétend qu’en 712, lors d’un assaut arabe, les chrétiens cachèrent en toute hâte dans la muraille (la almudayna, qui ne sera édifiée que cent soixante ans plus tard !) une statue de la Vierge que le roi Alphonse VI redécouvrit à la fin du XIe siècle lors d’une action de grâce qui se serait déroulée en présence du Cid en personne. Pour ce qui est de la Vierge d’Atocha, saint Ildefonse, archevêque de Tolède, rapporte qu’une statue de Marie, qui avait été apportée à Madrid par des compagnons de saint Pierre, disparut un jour de la chapelle d’Atocha où on la vénérait. Un riche paysan du nom de Gracián Ramírez, que la disparition de la statue rendait inconsolable, fut attaqué un jour par une escouade arabe et il préféra tuer sa femme et ses filles plutôt que de les laisser aux mains de ses assaillants. Mais l’ardeur de sa prière fit que les arabes furent vaincus ; la statue regagna l’ermitage et les trois femmes furent ressuscitées.

  • 9 Dans une petite salle du Museo de los Orígenes de la place de San Andrés (anciennement « Museo San (...)

43Mais le panthéon madrilène serait incomplet sans la mention de la figure de saint Isidro, dont le nom est inséparable du célèbre « miracle du puits ». La vigueur de sa foi, en effet, en fit sortir un enfant qui s’y noyait9. Ce saint homme qui travaillait sur les terres du seigneur Juan de Vargas mourut vers 1130. Les prodiges de guérison s’étant multipliés sur sa tombe, Philippe III, qui fut lui aussi guéri en invoquant son nom, obtint de Rome la canonisation d’Isidro en même temps que celle d’Ignace de Loyola et de Thérèse d’Avila. Cette triple canonisation, accordée en 1622 par Grégoire XV et qui fut un événement majeur dans l’histoire de la capitale, donna lieu à des actions de grâce et à d’innombrables liesses populaires, notamment sur la Plaza Mayor.

44On le voit, en matière de légendes, le Madrid du Siècle d’Or pouvait en remontrer à n’importe quelle capitale européenne de son temps ! Tour à tour, Grecs, Troyens ou Romains furent cités à comparaître par les chroniqueurs des temps modernes et jusqu’à un historien du XXe siècle volontiers enclin à la rêverie. Tout cela en raison de malencontreuses origines musulmanes qu’il convenait de nier ou, à tout le moins, de sublimer.

45Quant à l’imprégnation hagiographique, elle se fonde, pour reprendre des concepts définis au concile de Trente, sur la « dulie » – culte rendu aux saints – et sur l’ « hyperdulie » – culte rendu à la seule Vierge Marie. Mais, pour faire bonne mesure, plusieurs statues thaumaturges de Jésus – le Cristo de la Buena Muerte et le Cristo de Medinaceli notamment – vénérées depuis le Moyen Âge, continuent de mobiliser plusieurs milliers de pèlerins lors des fêtes votives dans le Madrid du XXIe siècle.

46On sait qu’on doit à Platon la définition du mythe [muthos] comme discours symbolique sur les origines premières et les fins de toutes choses, discours fabuleux qui s’affranchit des démonstrations empiriques. Il l’oppose au logos, discours rationnel étayé par des certitudes et des preuves. Dans le cas des fables, voire des délires, sur le Madrid des origines qui se sont accumulés sous la plume des chroniqueurs du Siècle d’Or, l’enjeu consistait à magnifier la capitale de souverains qui se considéraient comme le bras armé du catholicisme, au mépris d’origines musulmanes aussi indiscutables que malencontreuses. Il s’agit ici de récritures successives d’un mythe « étiologique » – portant sur les origines – qui, dans la lignée des Métamorphoses d’Ovide, s’attache à reconstruire une réalité passée non satisfaisante. Mais si Ovide boit à une source unique en revisitant dieux et héros de la mythologie gréco-latine, les chroniqueurs des Philippe empruntèrent à divers corpus en agissant par strates, ajoutant au merveilleux troyen ou grec des légendes romaines ou wisigothiques, le tout à la lumière de l’exaltation des miracles chrétiens.

47Il est vrai que la dynastie des Habsbourg, qui régnait en Espagne depuis 1516, avait connu en un siècle et demi des fortunes diverses. Après les temps glorieux de Charles Quint puis de son fils Philippe II, fondateur du nouveau Madrid et vainqueur de Lépante, l’Espagne de Philippe IV avait perdu beaucoup de sa superbe et le surnom de « roi planète » n’y changerait rien. Défait sur la plupart des champs de bataille – notamment à Rocroi en 1643 – et ayant perdu le Portugal et le Roussillon, Philippe IV avait grand besoin de redorer le blason de sa dynastie, au besoin par le recours au mythe.

  • 10 L’authenticité de la célèbre scène de la Rendición de Breda (tableau populairement intitulé Las lan (...)

48Or, les chroniqueurs ne furent pas les seuls à participer à cette tâche. Le grand dramaturge Lope de Vega puis son jeune rival Calderón de la Barca multiplièrent les comedias dans lesquelles ces courtisans zélés appelaient à la rescousse les origines mythologiques de la Maison d’Autriche. Dans cette quête inlassable du merveilleux qui tentait de faire oublier les cruautés d’une réalité moins flatteuse, les arts s’unirent aux lettres. Ainsi le comte-duc d’Olivares, tout puissant favori de Philippe IV, qui avait décidé la construction d’un nouveau palais pour son roi, pria-t-il Diego Velázquez de participer à cette entreprise d’État. Pour ce faire, entre 1630 et 1635 Velázquez convia les meilleurs peintres de la Cour à décorer la prestigieuse « salle des Royaumes » du palais du Retiro, se réservant l’exécution de cinq portraits royaux ainsi que de La reddition de Breda10. Pour la décoration de cet espace noble qui se voulait la vitrine éblouissante de la dynastie de Philippe IV, Velázquez chargea Zurbarán d’une série de dix tableaux placés au-dessus des hautes fenêtres, alternant avec les scènes de batailles dues notamment au pinceau des Italiens Carducho (Vincenzo Carducci) et Leonardo, et des Espagnols Maíno et Pereda.

49Or les dix petits tableaux commandés à Zurbarán représentaient les principaux travaux d’Héraclès-Hercule, lequel demi-dieu, comme nul ne devait l’ignorer, avait fondé la dynastie espagnole ! Or c’est précisément aux XVIe et XVIIe siècles, en un temps où les chroniqueurs rivalisaient d’imagination dans leur reconstruction des origines de la capitale, que ce mythe acquit une importance particulière, voire obsessionnelle. La tradition voulait en effet que la victoire d’Héraclès sur Gérion ainsi que l’épisode des Hespérides se fussent déroulés dans la péninsule ibérique. Par transfert symbolique, ces « travaux » exprimaient la force, le courage et la vertu du souverain espagnol que les auteurs de comédies et les poètes de Cour nommaient Hercules Hispanicus. Nul ne discutait qu’Hercule eût refermé la Mer Méditerranée avec les deux gigantesques colonnes, celle de Gibraltar et celle du mont Hacho, sur la rive africaine (aujourd’hui la Ceuta espagnole). Or, les armoiries officielles de l’Espagne telles qu’elles ont été définies en 1981, tout comme celles de la Communauté autonome d’Andalousie (adoptées un an plus tard, ces dernières elles-mêmes copiées du blason de Cadix et portant l’inscription latine Dominator Hercules Fundator), n’arborent-elles pas fièrement les deux colonnes du héros grec ? Rappelons enfin, à titre anecdotique, que le club de football d’Alicante créé en 1922 prit lui aussi le nom de ce demi-dieu, fils de Jupiter et d’Alcmène…

50Parce qu’un auteur succède inévitablement à un autre auteur, le vocable de récriture induit deux concepts de base, celui de diachronie et celui d’hypotexte. À travers les légendes et les mythes relatifs aux origines de Madrid, on a vu que les auteurs – tantôt des chroniqueurs clairement identifiés par leur nom et leurs publications, tantôt une vox populi diffuse qui s’exprimait par l’oralité – n’ont cessé d’agir par récriture, complétant et enrichissant le corpus existant. Mais, à la fois par la référence implicite aux éléments légendaires et mythologiques et par le recours constant à la tradition thaumaturgique des saintes images, très vivace encore dans le Madrid d’aujourd’hui, l’Espagne du troisième millénaire ne confirme-t-elle pas, d’une certaine manière, son ancrage dans le merveilleux ?

Haut de page

Notes

1 Après avoir passé son enfance aux Indes, notamment à Lima où il est formé par les jésuites, Antonio Rodríguez de León Pinelo [1595-1660] s’installe à Madrid en 1622 où il publie Los Anales o Historia de Madrid desde el Nacimiento de Nuestro Señor Jesucristo, hasta el año de 1658, dont le manuscrit est consultable à La Bibliothèque Nationale de Madrid. Sa chronique, comme celles de ses concurrents, est postérieure d’un demi-siècle aux événements ci-dessus rapportés.

2 À l’époque de Philippe II on dénombre huit Conseils : Conseil du Royaume ; Conseil suprême de la Guerre ; Conseil suprême de Castille ; Conseil de la Chambre ; Conseil royal des Finances ; Conseil des Indes ; Conseil des Flandres et Tribunal de la Sainte Inquisition. Le nombre des fonctionnaires appartenant à ces Conseils ou s’y rattachant représente quelque 2 000 individus.

3 Lire notamment Madrid y la economía española, 1560-1850, prix Ortega y Gasset 1985 ou Madrid historia de una capital en collaboration avec Santos Juliá et Cristina Segura, Madrid, Alianza, 1995.

4 Voir Madrid, petite ville de l’Islam médiéval (IXe-XXIe siècles), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, 270 p.

5 Ramón de Mesonero Romanos, El antiguo Madrid, Madrid, Gráficas Lormo [édition fac-similé], 1987 [1861], IV.

6 Enéide, X, vers 196.

7 Federico Bravo Morata, Historia de Madrid, tomo 1, Madrid, Editorial Fenicia, 1966. Il affirme cela dans l’introduction.

8 Op. cit., p. 393.

9 Dans une petite salle du Museo de los Orígenes de la place de San Andrés (anciennement « Museo San Isidro »), on présente aujourd’hui encore aux touristes un petit puits comme étant celui du miracle…

10 L’authenticité de la célèbre scène de la Rendición de Breda (tableau populairement intitulé Las lanzas) qui voit le généreux marquis de Spinola empêcher Julien de Nassau, le général protestant vaincu, de mettre un genou à terre en lui tendant les clés de la ville, est totalement apocryphe. Le peintre tira ce détail sublime de la comédie El sitio de Breda écrite par Calderón.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Bessière, « Le Madrid des origines
ou comment le mythe récrit l’Histoire
 », Cahiers d’études romanes, 29 | 2014, 87-103.

Référence électronique

Bernard Bessière, « Le Madrid des origines
ou comment le mythe récrit l’Histoire
 », Cahiers d’études romanes [En ligne], 29 | 2014, mis en ligne le 28 septembre 2015, consulté le 31 mai 2016. URL : http://etudesromanes.revues.org/4581

Haut de page

Auteur

Bernard Bessière

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers d’études romanes

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Revues.org