Navigation – Plan du site
Jeux parodiques

La réécriture du mythe
dans Els treballs perduts de Joan Francesc Mira

Estrella Massip i Graupera
p. 175-199

Résumés

Dans Els treballs perduts (1989) Joan Francesc Mira porte un regard critique sur la société valencienne qui a vu naître le roman ainsi que sur les limites de la figure de l’érudit qu’il est lui-même. Il le fait en se fondant sur une pratique d’écriture où l’intertextualité et la réécriture du mythe détiennent une place fondamentale. Le roman se situe à la croisée d’une pluralité de mythes ethno-religieux et/ou littéraires et il le fait essentiellement en tant que réécriture de celui d’Héraclès/Hercule. Cet article s’interroge sur cette pratique d’écriture afin d’en atteindre la nature et les enjeux.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Espagne

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Els treballs perduts (València, Tres i quatre, 1989), constitue avec Purgatori (Barcelona, Proa, 20 (...)

1Joan Francesc Mira est l’une des figures les plus solides de la littérature d’expression catalane actuelle. Ce romancier, anthropologue, essayiste et traducteur, né à Valence en 1939, qui pendant de nombreuses années a occupé la chaire de grec de l’Université de Castelló, est surtout un intellectuel engagé. Le regard que Mira porte sur le monde est celui d’un humaniste. Ses romans se fondent, en grande mesure, sur une pratique d’écriture où la réécriture du mythe détient une place fondamentale. À cet égard, Els treballs perduts (1989) est emblématique1. C’est sur cette pratique que nous nous interrogerons, afin d’en atteindre la nature et les enjeux.

2Le sujet de ce roman pourrait se résumer ainsi : en juin 1984, après la mort de son grand-père, Jesús Oliver, le personnage principal âgé d’une quarantaine d’années, s’enferme dans le palais familial dont il hérite, une sorte de manoir délabré situé au cœur de la ville de Valence, pour y créer une bibliothèque qui réunira les douze mille douzaines de livres qui, d’après lui, sont nécessaires pour sauver le monde : l’ensemble de ces 144 000 ouvrages concentrera toutes les branches des connaissances de l’humanité. Pour ce faire, il quitte son emploi de directeur de la bibliothèque universitaire et se sépare de son épouse Magdalena (épouse qui le trompe avec son psychiatre et avec son neveu). Jesús s’installe dans le palais en compagnie de Maria, une ancienne prostituée un peu plus âgée que lui, qui avait été l’une des maîtresses de son grand-père et que Jesús appelle Marilín. Dans une Valence où la spéculation immobilière fait la loi, la famille de Jesús voudrait le déloger du palais pour le vendre. Pour y parvenir, elle cherche à le faire déclarer fou et à le faire interner en asile psychiatrique. Et à vrai dire, le comportement de Jesús peut paraître plus qu’extravagant. En effet, par exemple, il vit avec une prostituée et une poule, il agresse les gens physiquement ou, encore, il porte les culottes de femme qu’il a trouvées dans le tiroir du grand-père, un fétichiste qui s’habillait avec des culottes neuves ou déjà portées par ses nombreuses maîtresses. Le lecteur apprend que les enfants de Jesús auraient péri dans l’incendie de la voiture familiale lorsque, par erreur, il aurait rajouté de l’essence à la place de l’eau dans le moteur surchauffé du véhicule. Il se serait trompé parce qu’à ce moment-là ses pensées étaient obsédées par un manuscrit inédit de Francesc Eiximenis, le grand théologien et érudit catalan du XIVe siècle. La perte du manuscrit qui était dans la voiture semble d’ailleurs l’avoir touché davantage que celle de ses enfants. C’est à cause de ces événements qu’une première enquête sur sa santé mentale aurait eu lieu.

  • 2 Ibidem., p. 275.

3Le roman nous raconte douze jours de la nouvelle vie de Jesús dans le palais, une période que nous pouvons situer entre le 5 et le 16 juin 1984. Tandis que sa femme Magdalena, son cousin Evariste, sa cousine Ofèlia, sa tante Verònica et son neveu Julià conspirent contre lui pour avoir la mainmise sur le palais, Jésús démarre son projet : accompagné de Fèlix Ventura l’aveugle, un vendeur de billets de loto, il achète des livres anciens chez Mateu Macià, un bouquiniste spécialisé ; il rencontre les artisans qui restaureront son palais et qui fabriqueront les étagères. Tout cela le conduit à effectuer douze déplacements dans une Valence intra-muros qui stimule tous ses sens ; et à chaque sortie il se rend dans une église différente de la ville. Pendant douze jours il se consacre à son projet, attentif à lutter contre ceux qui veulent l’empêcher de le réaliser ; mais il tente également d’atteindre le bonheur sexuel et affectif auquel il n’a pas eu accès auparavant. Il souhaiterait occuper son temps à lire et à cultiver son jardin, celui du palais et son jardin intérieur ; il rêve de le faire en compagnie de Maria, de la poule qu’ils ont achetée ensemble et du chien qu’il a trouvé dans la rue2.

  • 3 Franco apparaît ainsi à l’origine d’une folie destructrice.

4Le matin du douzième jour, l’épouse de Jesús lui annonce une surprise. Celle-ci a lieu à midi : elle lui fait parvenir les livres qu’il devait récupérer de l’ancien domicile conjugal et qui devaient être la première pierre pour bâtir sa bibliothèque ; mais elle les lui rend en les faisant jeter en vrac devant le palais par des déménageurs sans que son mari, qui se trouve à l’intérieur, ne le sache. Ce jeu de circonstances sera fatal pour le projet de Jesús. En effet, pendant qu’il savoure le bonheur au lit avec Maria, à l’extérieur « Onofre el boig » (un fou qui habite le quartier, qui avale des yaourts de manière compulsive et qui dit être le fils de Franco3) brûle les livres qu’il trouve entassés dans la rue. Le feu sera dévastateur pour les livres mais dérisoire pour les pompiers qui l’éteindront facilement. Le roman se termine ainsi, sans que le lecteur connaisse la réaction de Jesús lorsqu’il apprendra ces événements.

  • 4 Cf. Joan Josep Isern, Prologue, in Joan Francesc Mira, Els treballs…, op. cit., p. 10.

5Jesús apparaît au lecteur comme un homme bon à la fois naïf et lucide et dans une certaine mesure fou ou du moins « décalé » par rapport au monde dans lequel il vit. Il perçoit la réalité à travers le filtre de ses obsessions : le savoir, l’érudition, les livres et le sexe. Dans un combat inégal, il est confronté à la famille et à la société valencienne, deux collectivités qui agissent en étant poussées par des intérêts essentiellement matériels. Dans cet univers, son projet fait figure d’exception et de démesure : en effet, il tente de trouver un salut pour la ville de Valence à travers la préservation de son patrimoine culturel, architectural et surtout bibliographique. Il le fait à une époque et dans une société où la spéculation immobilière et l’argent l’emportent sur la culture et le savoir. Dans ce sens, Mira porte un regard critique sur l’époque qui a vu naître son roman. En effet, il faut signaler que Els treballs i els dies a été publié à un moment de profondes transformations de la société valencienne : aussi bien politiques, sociales, qu’urbanistiques et culturelles… tout cela sous la pression d’une forte spéculation financière et immobilière. Dans son roman Mira porte également un regard ironique et plein d’humour sur les limites de la figure de l’érudit qu’il est lui-même. Il critique la société valencienne mais il met aussi en scène le combat universel et éternel entre l’esprit et la matière, un motif de réflexion qui, d’ailleurs, traverse toute son œuvre4.

Le mythe d’Héraclès/Hercule

6Els treballs perduts se situe à la croisée d’une pluralité de mythes ethno-religieux et/ou littéraires et il le fait essentiellement en tant que réécriture du mythe d’Héraclès/Hercule. Ce mythe s’impose dans Els treballs perduts, essentiellement dans la mesure où il fournit à Mira une trame pour bâtir l’intrigue ainsi que de nombreux éléments pour la caractérisation de son personnage principal.

  • 5 Interview de Miquel Alberola, Hércules, la cabra i la societat mixta i equívoca, El temps, 28 novem (...)
  • 6 Joan Francesc Mira, Hèrcules i l’antropòleg, València, Tres i quatre, 1994.
  • 7 Cf. María José Obiol, L’Hèrcules de J. F. Mira in El País, « Quadern », dijous, 28 novembre 1989.
  • 8 « Ce serait très bien s’il était possible d’aider à rendre le monde plus habitable, que chacun part (...)
  • 9 Ariane Eissen, « Héraklès/Hercule » in Pierre Brunel, Dictionnaire des mythes littéraires, Lonrai, (...)

7La figure d’Hercule a toujours fasciné Mira. Ce héros civilisateur, voyageur qui délimite le monde connu et qui en préserve l’ordre est pour lui un emblème, un symbole5. C’est ainsi qu’il a bâti une partie de son œuvre autour de lui, en lui consacrant le roman Els treballs perduts et l’essai Hèrcules i l’antropòleg, de 19946. Dans Els treballs perduts, Mira fait appel au mythe d’Héraclès/Hercule pour le renouveler et l’actualiser. Ainsi, il invente un Hercule qui vit à Valence en 1984. Il est séduit par une figure mythique qui cherche le chemin de la perfection en évitant tous les obstacles possibles, un Hercule qui tente de rendre le monde plus noble, plus ordonné et plus habitable7 : « estaria molt bé si fóra possible contribuir a fer més habitable el món, fer la nostra part cadascú en l’obra inacabada de la civilització, per exemple ajudant a netejar la terra de tota la brutícia o estultícia acumulada »8. Dans ce sens son personnage rejoint la figure d’Héraclès/Hercule « complexe et composite », dont parle Ariane Eissen, qui a traversé les siècles et qui « ne saurait être un » mais qui « est, à chaque fois, une certaine façon de penser l’exceptionnel »9.

  • 10 « Hèrcules : Ah, quin enigma encara, tan inquietant ! / Amfitrió : Sí, mire si descorres amb el sen (...)

8Mira avait prévu d’intituler son roman Hèrcules valencià, mais pour des raisons de marketing, poussé par sa maison d’édition, il l’a changé pour celui de Els treballs perduts (Les travaux perdus). Ce nouveau titre, contrairement au premier, n’impose d’emblée au lecteur aucune association immédiate avec le mythe. Pour ce qui est des premières éditions du livre, seul un lecteur avisé et possédant une certaine culture mythologique et littéraire pouvait saisir le caractère de réécriture propre au texte. L’édition de 2005 est précédée d’un prologue de J. J. Isern qui signale certains des éléments qui rendent explicite à tout lecteur le caractère de réécriture que comporte le texte. Cependant, le premier élément du livre qui invite le lecteur à faire le rapprochement avec le mythe est la citation liminaire : un passage de la tragédie d’Euripide La folie d’Héraclès10. Cette épigraphe contient les mots échangés par Hercule et son père Amphitryon juste avant que le second ne dévoile à son fils l’infanticide que celui-ci vient de commettre. En effet, Héraclès, victime du destin que les dieux lui ont imposé, a tué ses propres enfants dans un moment de folie. Amphitryon veut vérifier si son fils a récupéré la raison. Celui-ci lui répond qu’il ne se rappelle pas l’avoir perdue. Cette citation nous donne l’une des clés de lecture du roman dans la mesure où elle le place sous le signe de la folie, nous invitant également à réfléchir sur le caractère relatif de celle-ci.

9Le deuxième élément paratextuel qui nous met sur la piste de la réécriture du mythe est l’index des chapitres qui dans toutes les éditions est placé à la fin du récit. Celui-ci structure le roman en deux parties de six chapitres chacune. La première est intitulée « Sis », la deuxième « Dotze ». Chaque chapitre est numéroté de un à douze et porte un titre bref, juste un substantif : 1. Le lion, 2. L’hydre, 3. Le porc, 4. La biche, 5. Les oiseaux, 6. Le nettoyage, 7. Le taureau, 8. Les juments, 9. La ceinture, 10. Les bœufs, 11. Le chien, 12. Le jardin. Ces titres ne figurent pas à l’intérieur du corpus du roman. Chaque titre, comme nous le verrons, fait référence à l’un des douze éléments centraux des douze travaux d’Hercule. Ce sont ces douze travaux mythiques qui fournissent à Mira la charpente de son roman : celui-ci est divisé en douze chapitres, chacun d’entre eux étant la réécriture d’une aventure du héros.

10Dans la Grèce antique il existait de nombreuses variantes du cycle des douze travaux, en ce qui concernait leur nombre, leur nature et leur ordre de réalisation. D’après le « canon » établi par les mythographes de la période hellénistique, les six premiers travaux d’Héraclès se déroulent dans le Péloponnèse, tandis que les six autres ont comme cadre différentes parties du reste du monde : la Crète, la Thrace, la Scythie, l’Extrême Occident, le pays des Hespérides et les Enfers. L’ordre chronologique des travaux établi par le canon antique est le suivant : 1. Le lion de Némée, 2. L’hydre de Lerne, 3. Le sanglier d’Érymanthe, 4. La biche de Cérynie, 5. Les oiseaux du lac Stymphale, 6. Les étables du roi Augias, 7. Le taureau de Crète, 8. Les juments de Diomède, 9. La ceinture de la reine Hippolyte, 10. Les bœufs de Géryon, 11. Le chien Cerbère, 12. Le jardin des Hespérides. Mira reprend donc le canon proposé par ces mythographes et divise Els treballs i els dies en deux parties de six chapitres chacune, sans que cette division réponde cependant à un critère spatial. Puis, il intitule les chapitres à partir d’un référent des douze travaux mais il passe sous silence tous les anthroponymes et les toponymes qui pourraient renvoyer à l’univers mythique gréco-latin.

11Mira prend de la distance par rapport au scénario des travaux du mythe ancien : dans son roman ils se passent tous dans la Valence intra-muros de l’année 1984, entre le 5 juin et le 16 juin : c’est une Valence fictive mais parfaitement identifiable grâce à nombre d’indices, comme, par exemple, les multiples noms des différents lieux de la ville qui figurent dans le récit. Il s’agit de la partie ancienne de Valence, que le personnage principal parcourt de part et d’autre au cours des douze jours, et qui est victime du délabrement de ses bâtiments ainsi que des spéculateurs immobiliers qui n’hésitent pas à démolir les témoignages architecturaux d’un passé glorieux. La Valence du roman de Mira nous apparaît aussi comme une allégorie du monde. Ce changement de décor du roman va de pair avec de nombreuses autres transformations du mythe. Nous tenterons d’en mettre en évidence quelques-unes.

  • 11 Ibidem, p. 27.
  • 12 Ibidem, p. 31.
  • 13 Ibidem, p. 34-35.
  • 14 Ibidem, p. 40-41.

12Le premier chapitre du roman renvoie à l’épisode du Lion de Némée : dans celui-ci, Hercule tue le lion de Némée dans sa caverne. Puis il se revêt de sa peau, sa tête lui servant de casque. Dans le roman, Jesús installe, sur le paratonnerre de sa nouvelle demeure, l’étendard qu’il a fabriqué avec une queue de billard sur laquelle, faute de savoir coudre, il a collé à l’aide d’un tube géant de colle Imédio (la marque emblématique de l’époque) un rectangle de tissu de soie bleue. Sur ce tissu provenant du découpage du dessus-de-lit de son grand-père figurent des armoiries avec un lion et un olivier. Pendant que Jesús, non sans la difficulté provoquée par le vertige, installe l’étendard, il réfléchit au nombre de femmes qui, comme il dit, « ont écarté les cuisses » pour son grand-père sous le dessus-de-lit. Il installe son étendard pour annoncer, comme il le dit dans ses pensées, « Noverint universi » et « urbi et orbi »11, que le palais des Oliver a un propriétaire et que celui-ci y habite et pense y rester. La solennité que Jesús accorde à son geste dans ses pensées contraste avec le prosaïsme de la réalité qui l’entoure : en effet, lorsque sa voisine d’en face le voit faire, elle appelle avec des gestes son mari qui, toujours en pyjama et en train de se gratter les poils de la poitrine, sort sur le balcon du bâtiment, qui d’ailleurs est décoré avec de fausses têtes de lion. Par la suite, Jésus prend une canne en ivoire de son grand-père avec une poignée représentant une tête de lion et il sort se promener. Au marché, il assiste à une violente dispute verbale entre deux vendeuses au langage ordurier ; l’une d’entre elles s’en prend à lui car il trouve trop élevé le prix des œufs mais, dans ses pensées, il l’assimile à une déesse et à une furie divine (« deessa de la plaça […] divinal fúria »). Puis il s’achète une poule12. Pendant sa balade, il est excité à la vue d’une jeune fille qu’il suit et qu’il assimile à une biche matinale (« cèrvola matinal »). À cette occasion, il se définit lui-même comme « le voyeur imaginaire »13. De retour chez lui, dans un accès de délire qui lui fait croire que la poule est en danger, il lutte et immobilise un tapis en peau de lion qui se trouve sous le bureau de son grand-père. Puis il s’en revêt, découpant la mâchoire inférieure de la tête du lion pour la mettre en guise de casque. Son aspect est grotesque : il est décrit comme un de ces personnages à grosse tête qui figurent dans les processions14 . Plus tard, lorsque son cousin Evariste lui téléphone, Jesús, méfiant, au lieu de lui parler s’adresse à lui par des rugissements.

13Ce premier épisode est emblématique de la manière dont Mira intègre le mythe d’Hercule. Il l’inscrit par rapport à un univers prosaïque, à la folie et au grotesque. En effet, comme le lecteur constate par la suite dans le roman, le personnage de Mira est habité par les projets et les pensées les plus nobles mais également par les considérations les plus terre à terre, voire scatologiques ; voyeur réprimé et prude, il apparaît au fil des pages comme un être obsédé par les livres et par le sexe.

14Le deuxième chapitre est une réécriture de l’épisode de l’Hydre de Lerne, selon lequel, avec l’aide de son neveu Iolaos, Hercule tue l’Hydre en coupant ses sept têtes. Dans le roman Jesús chasse sept éventuels acheteurs du palais qui se sont rendus chez lui attirés par l’annonce de mise en vente qui a été publiée par sa famille. Il le fait, armé d’une épée appartenant à une vieille armure de son grand-père et avec l’aide de son neveu Julià, une sorte de chevalier moderne qui roule sur une moto mythique, une Harley-Davidson 1200. Jesús est assimilé à un « Saint Georges sans cheval ». D’autres figures mythiques, plus ou moins littéraires, viennent donc se greffer à la figure de Jesús Oliver/Hercule à travers les noms que le personnage mirien donne à son épée : Excalibur, Joyeuse, Durendal et Tisó convoquent les figures de chevaliers mythiques comme Arthur, Charlemagne, Roland, le Cid et le roi En Jaume.

  • 15 « Vilaragut és un porc […] i no un porc refinat, un porc silvestre […] olor de resclosit fa olor de (...)

15Le troisième chapitre revisite l’épisode selon lequel Hercule doit capturer un sanglier géant qui vivait dans la forêt d’Erymanthe. Les références à cet épisode se trouvent dans le récit de la visite que Jesús rend au marquis de Vilaragut afin de le convaincre de l’aider à sauver le patrimoine architectural de Valence. Le marquis est perçu par Jesús à maintes reprises comme un être grossier et d’aspect porcin qui vit dans un palais complètement à l’abandon, sale et nauséabond15. Ce travail contrairement aux précédents échouera. En effet, la réponse du marquis sera négative : il se montrera furieux parce que les socialistes ont classé sa maison monument historique et, incapable de comprendre que Jesús veuille vivre dans un manoir délabré, plein de de gouttières, il le traitera de fou.

  • 16 « cérvola », « l’altivesa de l’animal sagrat », « la bella, ànima daurada feta carn, sagrada d’Arte (...)
  • 17 Comme le signale Ariane Eissen, cette figure « présente certains traits burlesques qui avaient fait (...)

16Le quatrième chapitre réécrit l’épisode mythique selon lequel Hercule doit capturer une biche consacrée à Artémis vivant sur le mont Cérynie. Pendant la poursuite, l’animal traverse le Ladon, en Arcadie. À ce moment-là Hercule la blesse légèrement avec une flèche et il peut l’attraper. Dans le roman, Jesús poursuit dans la rue la femme vue trois jours auparavant jusqu’à la orxateria où elle s’arrête. Il la désigne à travers des métaphores qui renvoient au mythe : biche, animal sacré, la belle, âme dorée faite chair, Artémis chasseresse16. Jesús doit cesser de la poursuivre à cause de problèmes intestinaux dus à l’ingestion de poivron au petit déjeuner qui lui provoqueront une bonne diarrhée. À cet égard, il faut signaler que ce chapitre est consacré au sens du goût à travers les nombreuses références à la nourriture : Jesús mange un œuf sur le plat provenant de sa poule accompagné de poivron ; il se rend également à un fast-food. Loin d’être un héros aux pouvoirs exceptionnels ou surnaturels, Jesús a des soucis bien corporels : il aime bien manger et il souffre de problèmes de transit. Dans ce sens, le personnage rejoint la figure d’Héraclès aux traits burlesques transmise par la comédie athénienne ou encore par le drame satirique Alceste d’Euripide17. Le personnage de Mira se situe ainsi au croisement de deux Héraclès : par son projet, il s’érige en tant que volonté désireuse de sauver l’humanité ; par sa folie et par sa manière de vivre excentrique, il est un personnage aux contours burlesques.

  • 18 « nous n’en ferons jamais un homme de cet enfant, disait le grand-père imposant […] un homme ne res (...)
  • 19 « exhibeix un bastó amb el puny de vori formant un cap d’ànec o de cigne amb el bec obert en acte d (...)
  • 20 « les aigues poc agitades del petit hemicicle, vist des de dalt no és un riu és un llac » – « les e (...)

17Le cinquième chapitre du roman révise l’épisode selon lequel Hercules chasse du lac Stymphale des oiseaux monstrueux et dangereux. À l’aide du bruit que font des castagnettes en bronze, le héros les fait sortir de la forêt épaisse où ils habitent et, par la suite, il les tue avec des flèches. Dans le roman de Mira, Jesús se souvient d’une partie de chasse au canard lors de son enfance à l’Albufera, la lagune du sud de Valence, en compagnie de son grand-père. Celui-ci, en associant par un raccourci la chasse au canard et la chasse aux filles, se plaint de l’incapacité de son petit-fils d’être un vrai homme car il est incapable de tuer ces oiseaux : « no en farem mai un home d’este xiquet, deia l’avi imponent […] un home no es queda mai parat mirant-les passar un home ha de tirar sempre a matar quan passa un ànec i quan passen les gallinetes remenant el cul »18. Dans ce même chapitre, Jesús se rend à une réunion de la mairie en portant une canne de son grand-père dont la poignée, d’après le narrateur, « est formée par une tête de canard ou de cygne avec le bec ouvert en train de dire couac »19. Jesús s’y rend afin d’intervenir auprès du maire pour la protection des anciens palais et manoirs de Valence. Sur le chemin, il imagine sa prestation dans l’hémicycle : il se dit que, s’il était un vrai homme, il se rendrait à la mairie avec un fusil et qu’il tirerait en l’air pour attirer l’attention des membres du conseil. Une fois à la mairie, Jesús observe la réunion et les conseillers et, dans ses pensées, il les assimile respectivement à un lac20 et à différents oiseaux (un pluvier, un petit moineau, une bécasse, des poules, etc.). Jesús porte un regard lucide et critique sur les conseillers, d’anciens camarades d’école incapables qui profitent à présent du pouvoir politique. Le récit nous offre la harangue imaginaire que Jesús leur adresse. Celle-ci mélange, de manière complètement incongrue, des registres et des références. Dans un crescendo, ce passage absolument drôle est suivi de la description d’une scène qui se fonde sur le comique de situation : après avoir enjambé la rambarde de la galerie de l’hémicycle pour accéder à l’estrade, Jesús tente de lire un discours sous les cris des conseillers qui le perçoivent comme un fou ; le maire et son secrétaire essaient de le faire taire et en réponse Jesús prend le marteau en bois sur la table de l’hémicycle et assomme le secrétaire.

  • 21 « tasca ingent, l’obra inhumana », ibidem, p. 138.

18Le sixième chapitre se fonde sur l’épisode des écuries du roi Augias : sur ordre d’Eurysthée, qui voulait l’humilier, Hercule doit nettoyer les écuries du roi Augias remplies de fumier ; il y parvient avec l’aide de son neveu Iolaos et en déviant les cours de deux fleuves, l’Alphée et le Pénée. Dans le roman de Mira, Jesús veut nettoyer les combles de son palais pour pouvoir y installer une partie des livres de sa future bibliothèque, tâche qu’il qualifie d’énorme et d’œuvre inhumaine21. C’est un dimanche de pluie et le toit est plein de gouttières qui tombent dans une multitude de récipients. La tenue de Jesús est grotesque. En effet, il apparaît au lecteur protégé de l’inclémence seulement par un slip noir en soie et en dentelle, et portant des chaussures noires sans chaussettes. Contrairement aux événements du mythe, le neveu de Jesús arrive à la maison et au lieu de l’aider, il fait semblant de dormir. Plus tard, dans une cafétéria, Jesús Oliver assiste à un dialogue entre les membres de la brigade municipale de nettoyage concernant l’incidence des progrès techniques sur leur métier.

  • 22 Ibidem, p. 158.
  • 23 Ibidem, p. 161-162.

19Le septième chapitre du livre, intitulé « Le taureau », revisite le travail d’Hercule qui consiste à capturer le taureau de Crète, un animal qui, d’après certaines traditions, aurait été rendu furieux par Poséidon lorsque Minos ne l’aurait pas sacrifié en son honneur (selon, une autre tradition il aurait été envoyé par Zeus). Poséidon aurait également inspiré à Pasiphaé, l’épouse de Minos, un amour irrésistible envers le taureau. Ainsi, elle se serait déguisée en vache sur les conseils de Dédale. Le taureau se serait laissé tromper par les apparences et aurait copulé avec elle. De ces amours serait né le Minotaure. Dans le roman Jesús visite l’église de Saint Nicolas où, par tradition, se rendent les femmes afin de demander un homme pour leurs filles à marier ou pour elles-mêmes. Jesús se dit que les femmes ont toujours fait n’importe quoi pour avoir un homme, depuis le Paradis et depuis les débuts de l’Histoire. Et il ajoute que, pour y parvenir, elles n’hésitent pas à avoir recours à la magie, à des prières ou à des engins mécaniques, comme Pasiphaé, qu’il considère comme un cas extrême. Dans un passage très amusant, Jesús réfléchit sur le geste de Pasiphaé du point de vue psychanalytique et du point de vue de l’ingénierie. À partir de ces considérations il revoit tout le mythe du Minotaure, du labyrinthe, d’Ariane, de Thésée, de Phèdre, et d’Hippolyte22. Ensuite, Jesús se rend dans un salon de coiffure sur le mur duquel est suspendue une tête de taureau. L’un des clients, un boucher, discute avec le coiffeur sur la faible qualité des toréadors valenciens. Jesús finit par se disputer avec ce client qui le critique avec des propos machistes et homophobes. La description de leur altercation est faite à l’aide d’images appartenant au monde de la tauromachie. Les taureaux sont assimilés à Zeus par métonymie23.

  • 24 Ibidem, p. 183.
  • 25 Ibidem, p. 187-188.
  • 26 Il pense qu’ils portent des fers et qu’ils vont l’attaquer (« Què farà Jesús Oliver si els o les qu (...)

20Le huitième chapitre s’inspire de l’épisode des juments de Diomède : Hercule doit capturer les quatre juments du roi Diomède qui se nourrissaient de chair humaine. Dans le roman, Jesús doit rejoindre son neveu à minuit dans un bar. Il s’y rend avec une canne de son grand-père dont la poignée représente une tête qui, d’après un commentaire ironique du narrateur, pourrait être aussi bien celle d’un cheval que celle d’une jument24. Pour aller au point de rendez-vous, Jesús doit traverser le quartier des prostituées et il le fait en feignant d’être aveugle. De ce fait il est perçu comme un fou. C’est à cette occasion que le personnage se dit qu’au lieu de consacrer quinze ans à ses recherches sur Francesc Eiximenis, il aurait dû les consacrer à des recherches sur le bordel à Valence : cela aurait changé sa vie25. Lorsque Jesús arrive au point de rendez-vous, il rencontre quatre travestis dont il craint des avances et il les assimile à des chevaux26.

21Le neuvième chapitre est une réécriture du travail d’Hercule qui consiste à récupérer la ceinture d’Hippolyte, la reine des Amazones, les guerrières qui coupaient leur sein droit pour mieux tirer à l’arc et utiliser la lance. Cette ceinture lui aurait été donnée par Arès comme symbole du pouvoir qu’elle exerçait sur le peuple. Dans le roman, Jesús assiste à la discussion entre sa cousine et la mère de celle-ci. Ofèlia, qui est accusée de nymphomanie par sa mère, porte une ceinture en cuir tressé. Plus tard dans la journée, Jesús, qui a cette ceinture dans la poche, se rappelle le moment où sa cousine a tenté de le séduire : habillée en cavalière-amazone, elle a voulu le fouetter avec la ceinture ; puis, elle lui a offert l’un de ses seins ; il finit par lui arracher sa ceinture.

  • 27 Ibidem, p. 223-224.
  • 28 La canne de Jesús se coince dans la porte du bus empêchant sa fermeture. Le bus secoue sans arrêt l (...)
  • 29 « parla com si lladrara » (« il parle comme s’il aboyait »), « l’oficial lladrà més fort negant tot (...)
  • 30 « estan ací acampats o estan en peu de guerra ? si ara ataca la tribu no hi ha defensa possible » ( (...)

22Le dixième chapitre se fonde sur le travail que Hercule doit faire sur l’île d’Erythie, dans l’extrême occident, afin de voler les bœufs de Géryon qui étaient gardés par le berger Eurythion et son chien Orthos. Hélios met à l’épreuve Héraclès pendant tout son voyage et, une fois arrivé sur l’île d’Erythie, Héraclès doit faire face au chien Orthos et il le tue d’un coup de massue. De retour, après avoir franchi le détroit de Gibraltar, Hercule laisse comme témoin deux colonnes après avoir lutté contre des assaillants qui voulaient lui voler ses trophées. Ce chapitre du roman est présidé par les déplacements des personnages et des allusions aux moyens de transport. Le récit est plein de références au chemin parcouru dans le ciel, à la géographie de la Méditerranée et aux quatre points cardinaux27. Le neveu de Jesús part à Eivissa en avion afin de récupérer des affaires du grand-père. Jesús se déplace en dehors de la Valence intramuros pour aller chez le notaire qui a le testament de son grand-père et qui habite près du port. Il s’y rend en bus et le voyage est plein d’incidents qui relèvent du comique de situation28. Chez le notaire, il est reçu par son clerc. Celui-ci est décrit comme un chien de garde agressif29. Le notaire donne à Jesús deux étuis pleins de monnaies en or gravées avec des références à la tauromachie. Le chemin du retour est marqué par la forte chaleur, par la peur d’être assailli et volé (par un boiteux et par des jeunes)30 ainsi que par des problèmes de digestion et de mal au ventre. Lorsque Jesús croise le Pont Reial, le récit nous décrit les colonnes dédiées à saint Vincent Ferrer et saint Vincent Martyr. Le chapitre se termine avec la collision du personnage avec une voiture. À cause de cela, les monnaies s’éparpillent sur la chaussée.

  • 31 Ibidem, p. 224.

23Lorsque, durant son voyage chez le notaire, Jesús s’arrête dans un bar, la vue des mets douteux présentés dans la vitrine du comptoir, lui ramène à l’esprit la figure de Nestor qui fit servir par son esclave Hecamède du vin de Pradmos dans des coupes de bronze avec du fromage de chèvre râpé et de l’oignon cru. D’après le mythe classique, le père Nestor et ses onze frères furent tués par Héraclès lorsqu’ils tentèrent de lui voler ses bœufs ; Héraclès épargna Nestor car il n’avait pas participé à l’entreprise de son père. Dans le roman de Mira, l’image d’Hecamède que Jesús convoque, celle d’une esclave aux belles tresses qui est fille de roi, contraste avec la serveuse du bar qui le sert : une fille insolente, autoritaire et américanisée (elle porte un T-shirt de l’Université de Californie)31.

  • 32 « une rivière lente, un lac en mouvement […] il n’y a pas de barque pour traverser en payant de la (...)

24Le onzième chapitre renvoie au travail selon lequel Hercule doit aller aux enfers afin de ramener le chien Cerbère. Hadès l’autorise à l’emmener avec lui à condition qu’il n’utilise pas ses armes habituelles. Ce chapitre du roman est présidé par la mort. Jesús et son ami Fèlix l’aveugle se rendent chez le libraire Mateu Macià qui vient de décéder. L’entrée de sa maison pue et Jesús se demande s’il ne s’agit pas d’une odeur de mort, mais il en conclut que ce n’est pas possible car le cadavre est trop récent. Finalement, il découvre qu’il s’agit de l’odeur des quarante chats de la voisine du premier étage. Par la suite Jesús se rend aux pompes funèbres. Pour accéder à l’établissement, il doit traverser une rue inondée par l’eau de la ville qui jaillit d’une sortie d’égout. Jesús perçoit la rue à travers le filtre de la mythologie. Ainsi, dans le texte émerge de manière implicite l’image inversée que Odyssée offre des enfers et de l’Achéron avec ses eaux boueuses : « un riu lent, un llac en moviment […] si no hi ha barca per travessar pagant moneda, […] travessen a peu mullat, i encara sort, van pensant, que les aigües del lac per on caminen són aigües pures potables, què seria si forent aigües pudents o si foren aigües fangoses de riuada »32 . Devant la porte des pompes funèbres il y a un chien qui suivra docilement Jesús. Celui-ci le considérera comme un futur compagnon qui s’installera à ses pieds pendant qu’il lit.

25Le douzième chapitre reprend l’épisode selon lequel Hercule doit entreprendre un nouveau et dernier long voyage pour aller chercher les Pommes d’Or. Dans ce chapitre Jesús parcourt une dernière fois la ville intra-muros. Les Pommes d’Or ne sont convoquées que de manière implicite : d’une part, à travers des éléments qui renvoient à la couleur dorée et à la notion de circularité (la montre Rolex en or que Jésus n’a plus, le soleil du solstice qui est à son zénith, la circularité de sa promenade, dans le caractère clos du jardin de son palais) ; d’autre part, à travers une référence à la pomme du paradis d’Adam et au Jardin des Hespérides. Jesús réfléchit sur ce qu’est le paradis et également sur les délices terrestres et éternelles : du « paradeios » en grec il passe au paradis d’Adam, au jardin des Hespérides et, implicitement, aux paradis artificiels de Baudelaire et encore à celui de Candide de Voltaire (« cultivez votre jardin »). Il se dit que si l’on veut être heureux il faut cultiver son jardin et ne pas ramasser la pomme du paradis. Dans son jardin il trouvera trois énormes citrons dorés et il songe à demander à Maria/Marilín de les utiliser pour faire de la confiture. Sur le chemin il retrouve le chien de la veille et il l’emmène chez lui.

  • 33 « Magdalena ma femme était l’amour impossible de Jésus-Christ ? Maria Magdalena Maria Marilín », ib (...)

26En associant de manière iconoclaste plusieurs figures mythiques appartenant à des époques très différentes, Jesús se dit que si Maria/Marilyn était Ève ou Ève Marilyn, elle ne cueillerait pas la pomme. Ce n’est pas la première fois que Mira s’amuse ainsi sur la symbolique des prénoms. En effet, dans le chapitre IX, en jouant sur le fait de porter le même nom que le Christ et en évoquant son échec amoureux avec son épouse Magdalena, Jesús Oliver associera de manière irrévérencieuse les personnages bibliques de Marie Madeleine, de Marie et de Marilyn Monroe, l’archétype de la bombe sexuelle et de la femme désirée : « Magdalena la meua dona era l’amor impossible de Jesucrist ? Maria Magdalena Maria Marilín »33.

Du mythe d’Héraclès/Hercule à celui de Jésus de Nazareth

  • 34 « Le soleil, nous devons le supposer, pouvait déjà être vu » / « Si un trait de lumière blanche qui (...)

27Le mythe d’Héraclès/Hercule sous-tend la structure romanesque du roman de Mira mais également la caractérisation de son personnage. Héraclès/Hercule appartient aux mythes solaires et chacun des travaux qu’il accomplit avec succès est associé à un signe zodiacal. Jesús Oliver est également placé sous le signe du soleil. En effet, le roman s’ouvre et se clôt de manière circulaire avec une référence au soleil : « El sol, hem de suposar, ja es devia poder veure » (premiers mots du chapitre I), « Si la ratlla de llum blanca que entra per l’escletxa del finestrٕó entretancat és llum de sol o llum de foc ¿qui podria dir-ho des d’un llit amb dosser, gitat en la penombra ? »34. Ce soleil se transforme en feu destructeur lorsqu’il traverse le bout de verre qu’Onofre el boig place sur les livres. Dans toutes les versions anciennes le feu intervient dans la mort d’Héraclès : c’est grâce au feu qu’il se détache de ses attributs mortels hérités de sa mère mortelle ; c’est grâce au feu qu’il rejoint les dieux et devient immortel. Le feu ôte à Jesús ses livres et fait échouer son projet rédempteur. Ce qui lui reste, du moins pour l’instant car le roman reste ouvert, est la plénitude sexuelle avec Maria/Marilín.

  • 35 David engendra aussi un fils avec Bethsabée pendant l’absence de son mari qui était parti à la guer (...)
  • 36 « histoire […] que chantent les poèmes de la mariée infidèle au mari qui est parti à la guerre ou b (...)

28Jesús Oliver rejoint également le héros mythique de par ses origines. D’après le mythe classique, bien qu’élevé par Amphitryon, Héraclès est le fils de Zeus et d’Alcmène. En effet, en profitant de l’absence d’Amphitryon, qui était parti lutter contre les Télébennes, le dieu aurait trompé Alcmène durant une longue nuit qu’il fait prolonger et il aurait engendré Héraclès/Hercule. Le lendemain Amphitryon serait revenu et il aurait conçu un deuxième enfant, Iphiclès, le frère jumeau d’Héraclès d’une nuit plus jeune que lui. De manière semblable, le protagoniste d’Els treballs perduts, n’est pas le fils biologique de son père « légitime », mais de son grand-père, don Manuel Oliver. Celui-ci l’aurait engendré profitant du fait que son propre fils était parti comme volontaire pour rejoindre la Division Azul, l’armée que Franco avait mise à la disposition de l’Allemagne nazie pour lutter sur le front de l’est. Le grand-père serait entré trois nuits d’affilée dans la chambre de sa belle-fille habillé en phalangiste, avec des bottes hautes et une chemise blanche, et la scène aurait été vue par sa propre fille Véronique par le trou de la serrure de la porte. De cette rencontre seraient nés Jesús et son frère jumeau. C’est Véronique qui, dans le chapitre IX, dévoilera ces faits à son neveu. Ses aveux seront introduits par une référence explicite au mythe de Zeus : « història […] que canten els romanços de la casada jove infidel al marit que ha marxat a la guerra o bé la mateixa però més antiga encara del déu o rei poderós – el déu és Zeus, el rei és David35 – que aprofita l’absència del pobre guerrer »36. Ce n’est pas la première fois que le grand-père, don Manuel, est associé à Zeus dans le livre. En effet, déjà dans le chapitre III, dans l’évocation de la première rencontre amoureuse avec Maria et Don Manuel, résonne l’histoire de l’union entre Danaé et Zeus métamorphosé en pluie d’or. Cependant la nouvelle union est inscrite avec humour dans un univers plus actuel et prosaïque :

  • 37 « Et silencieusement il lui arrosa le corps avec une poignée de pièces d’or, ou c’est ce qui lui a (...)

i silenciosament li va ruixar el cos amb un grapat de monedes d’or, o així li ho van semblar a ella pel color, que després resultà que només eren pessetes, i de resultes de la ruixada hagué de marxar de la casa per efecte de la insensibilitat de la senyora …37

29Deux chapitres plus loin, nous aurons une nouvelle référence à Zeus, à son union avec l’épouse d’Amphitryon, aux origines d’Héraclès/Hercule et à son rôle bienfaisant pour l’humanité. Zeus, Amphitryon et Hercule, seront cités explicitement par Jesús Oliver, mais il ne fera pas le rapprochement avec son histoire parce qu’il ignore encore quelles sont ses vraies origines. Il s’agit d’un moment mémorable et très drôle de l’œuvre, dans lequel Jesús, à l’occasion d’une visite imaginaire à un sex-shop de son quartier, invente la conversation qu’il entretient avec l’employé de l’établissement. Celui-ci veut lui raconter le sujet de l’un des livres qu’il propose aux clients et qui s’intitule L’Amfitriona. Mais lorsqu’il commence à dire que « l’amphitryone », c’est-à-dire le protagoniste du roman, laissait la porte ouverte, Jesús s’empresse de le corriger dans un long discours qui dans le texte apparaît sous la forme d’un long paragraphe sans aucun signe de ponctuation :

  • 38 « L’Amphitryone qui laissait toujours la porte ouverte et…, ce n’est pas correct celle qui laisse l (...)

L’ Amfitriona que deixava sempre la porta oberta i…, ah no això no és correcte qui deixa la porta és la dona però l’amfitrió és el marit Amfitrió era un rei tebà que se’n va anar a la guerra i a la nit vingué Zeus a visitar la dona transvestit de marit i va fer que aquella nit duràs el temps de tres nits i engendrà Hèrcules l’amfitirona és una institució venerable que milloraria la raça i donaria més pau a la societat perquè no desitjar la dona del proïsme és un manament impossible que va inventar una tribu de beduïns en moltes tribus d’Àfrica quan la dona té visita el visitant clava la llança a la porta de la cabana i el marit quan arriba ja sap que se n’ha d’anar a xiular i prendre la fresca mentre els altres dos a dins fan el seu fet o com entre els esquimals que quan vas de visita a l’iglú t’ofereixen la millor carn cucada cucs grassos i frescos vius i la dona per riure amb ella probre amic que vens de tant lluny travessant el desert de gel i no tens una dona per riure junts ho vaig veure en una pel.lícula bona nit potser passaré a comprar un altre dia, bona nit senyor.38

30Le passage cité est emblématique de la manière de réfléchir et de percevoir la réalité de Jesús : tout se passe essentiellement dans son imaginaire à partir d’une vision érudite et livresque du monde ainsi qu’à partir d’une l’accumulation de raisonnements et d’associations, parfois interminables, qui se fondent sur des allusions, des raccourcis et des associations inespérées qui font appel à des référents venus de tous horizons, souvent antagoniques. Jesús apparaît à nos yeux comme la caricature de l’érudit ou même comme un fou qui a une vision du monde complètement en décalage avec celle qui bénéficie d’un consensus social et culturel large. Ce décalage est à la base du caractère humoristique du roman.

  • 39 Jesús Oliver renvoie également au roi Arthur, fils d’une mortelle et d’Uther Pendragon, mais consid (...)
  • 40 « Oh, Mère de Dieu et Mère des Désemparés, pour la passion et mort de son fils Jésus, celui de Naza (...)

31Par ses origines Jesús Oliver pourrait nous ramener à l’esprit d’autres figures mythiques comme celles de Jésus de Nazareth39. La volonté de Mira de l’associer à cette figure est claire. Il donne ce prénom au personnage principal et il joue avec humour sur cette coïncidence : en effet, lorsque Jesús Oliver prie pour leur voisine Bibiana, décédée lorsqu’elle faisait l’amour dans l’hôtel d’en face avec l’un des nombreux immigrants africains qui y habitent, il dit « Oh Mare de Déu i nostra dels Desemparats, per la passió i mort del teu fill Jesús, el de Nazaret no el d’Oliver… »40. Comme Jesús de Nazareth, Jesús Oliver est investi d’une tâche exceptionnelle et rédemptrice. Cependant, alors que le premier voulait sauver l’humanité, le deuxième veut sauver le savoir et la connaissance pérenne des choses face à un monde, spécialement le monde de l’édition, qui est régi par les modes et le savoir éphémère :

  • 41 « Je veux sauver le monde et ma bibliothèque sauvera et conservera la connaissance pérenne des chos (...)

Jo vull salvar i en la meua biblioteca quedarà salvat i conservat el coneixement perenne de les coses, només allֳò que perdura perquè en aquesta època ja no perdura res només hi ha modes i a les llibreries només jo només es venen les novetats de la setmana o del mes tot és efímer tot deixa d’existir als pocs dies de nàixer41

  • 42 « La Mère de Dieu / quand elle était petite / suivait les cours de couture / pour apprendre à lire  (...)
  • 43 Ibidem, p. 206-207.

32Mira prend de la distance par rapport au mythe chrétien de manière irrévérencieuse. Ainsi, dans le passage qui suit le dévoilement de la vraie identité du père de Jesús Oliver, le récit nous offre une image parodique du trio saint Joseph, Marie et Jésus de Nazareth : Jesús Oliver se rend à l’atelier de Josep Florit, le dernier artisan menuisier de Valence, et celui-ci nous est présenté explicitement comme un menuisier pauvre (« és un fuster pobre ») ayant un fils Témoin de Jéhovah qui passe ses journées à apprendre la Bible par cœur ; Josep Florit travaille en regardant sa femme qui, illuminée par la lumière claire du matin, brode des mouchoirs d’une blancheur extrême : « brodava d’encàrrec inicials de blanquíssim fil en una dotzena de mocadors de fil blanquíssim i rebia la clara llum de matí » (il faut souligner que dans cette description parodique de Marie résonne la chanson populaire « La Mare de Déu, / quan era xiqueta, / anava a costura / a apprendre de lletra / amb Santa Susanna / i Santa Pauleta »42). La famille de Josep Florit est une famille modeste qui vit dans un havre de paix43.

  • 44 « Ell es pensava que era Déu i que tenia dret i poder sobre tota persona » – « Il croyait qu’il éta (...)
  • 45 Ibidem, p. 226.

33Héraclès et Jésus de Nazareth étaient les fils d’un Dieu. Le père biologique de Jesús sera aussi associé à un dieu à plusieurs reprises : au dieu païen Zeus, comme nous l’avons vu précédemment ; au Dieu chrétien, dans un premier temps, lorsque la tante et la cousine de Jesús disent que le grand-père était un Dieu avec majuscule, et cela dans la mesure où il se croyait tout permis pour satisfaire son appétit sexuel démesuré44. Dans un deuxième temps, au dernier chapitre, lorsque Jésus, faisant écho à ce qu’il a entendu dire à sa tante et à sa cousine, dira que son grand-père exerçait le métier de Notre Seigneur avec majuscules : « el meu treballava de Nostre Senyor »45. Le personnage de Jesús Oliver nous apparaît donc comme une symbiose entre Hercule et Jésus de Nazareth. En outre, comme eux, il veut sauver le monde. Dans ce sens, Mira se tourne vers la figure de Jésus de Nazareth et vers celle de l’Hercule christianisé, préfiguration du Christ depuis les Pères de l’Eglise et encore chez l’Hercule chrestien de Ronsard. Cependant, il convoque ces figures pour les invertir à travers une représentation iconoclaste et irrévérente.

Du mythe d’Héraclès/Hercule à Don Quichotte de la Manche

34L’infanticide mythique est raconté de manière très différente par les auteurs. D’après la tradition la plus ancienne, et c’est justement celle-ci que reprend Mira, Hercules aurait jeté ses enfants au feu et, lorsqu’il aurait récupéré la raison, il n’aurait plus voulu vivre avec son épouse Mégare, la donnant à son neveu Iolaos, beaucoup plus jeune qu’elle. Les douze travaux auraient servi à expier l’infanticide. Dans le roman de Mira, les enfants de Jesús meurent brûlés dans la voiture, à cause de l’obsession du père pour le manuscrit d’Eiximenis ; sa femme à des rapports avec son neveu lorsque son mari s’installe dans le palais, mais elle en a également avec le psychiatre qui doit déclarer fou Jésus.

35Mira cite la tragédie Euripide dans le paratexte, mais par la suite il s’en détache. En effet, chez Euripide, Héraclès, une fois rentré de ses travaux, tue ses enfants ainsi que sa femme dans un accès de folie déterminé par Héra. Jesús Oliver n’est responsable que de la mort de ses enfants et il entreprend ses travaux après leur mort. Si le personnage de la tragédie grecque agit sous l’effet d’une folie meurtrière qui lui a été imposée par les dieux, Jesús Oliver le fait, poussé par une tout autre folie : celle qui découle de son obsession pour les livres et le savoir. Dans ce sens, le personnage mirien rejoint Don Quichotte de la Manche de Miguel de Cervantes. Comme lui, il a une perception livresque de la réalité et il ne peut pas s’empêcher de constater les similitudes entre le réel et la réalité de la littérature et de la mythologie. Mais, Jesús Oliver le rejoint également par sa volonté rédemptrice. En effet, il nous ramène souvent à la figure de ce pauvre fou, symbole de la puissance du rêve et de la force du désir, qui dans le roman de Cervantes se prend pour un chevalier et qui part sur les routes pour sauver le monde.

36Les passages de Els treballs perduts qui témoignent des liens intertextuels qui se tissent avec le roman de Cervantes sont nombreux. Le texte affiche implicitement son caractère de réécriture à plusieurs reprises. Ainsi, par exemple, Jesús Oliver après avoir comparé Eiximenis, l’auteur sur lequel il travaillait à un « « hercule de la plume » et à « un spécimen appartenant à une race de héros et de géants qui s’est éteinte », sans aucune modestie se déclare lui-même de manière implicite un Hercule de la recherche, car il a consacré sa vie à l’édition complète de Lo Chrestià, l’œuvre gigantesque d’Eiximenis :

  • 46 « Et maintenant c’est aussi le moment de proclamer que seulement un homme cinq cents ans après, seu (...)

I ara és també el moment de proclamar que només un home després de cins-cents anys, només un home, ha tingut coratge prou per acceptar el repte silenciós dels incunables, només un home encara anònim amagat entre nosaltres ha dedicat la part menys grisa dels seus dies i la part més clara de les seues nits, exposat al perill cert d’assecament de cervell a l’edició completa d’una sola obra, això sí, l’obra més gran i compendiosa de la nostra història i llengua, Lo Chrestià,46

  • 47 Miguel de Cervantes, Don Quijote de la Mancha, Barcelona, Planeta, 1990, p. 35 : « Enfin, notre hid (...)

37Dans ces mots résonne clairement ce passage de Don Quichotte : « En resolución, él se enfrascó tanto en su lectura, que se le pasaban las noches leyendo de claro en claro, y los días de turbio en turbio ; y así, del poco dormir y del mucho leer de le secó el cerebro, de manera que perdió el juicio »47. Jesús est fou mais il ne se considère pas comme tel ; il dit avoir risqué le dessèchement de son cerveau sans être conscient qu’il est déjà desséché.

  • 48 Joan Francesc Mira, Els treballs…, op. cit., p. 123.

38La référence à Don Quichotte devient explicite dans le chapitre suivant lorsque, en imaginant une hypothétique consultation psychiatrique, le souvenir d’enfance qui vient à l’esprit de Jesús est l’image de quelques moulins à vent qui avaient la forme d’un géant et celui de sa première lecture d’enfance d’un Don Quichotte avec des illustrations (« uns molins de vent que tenien forma de gegant el primer llibre que vaig lledir va ser un Quijote il.lustrat per a infants jo tenia cinc anys… »48).

Du mythe d’Héraclès/Hercule à Ulysse de James Joyce

  • 49 « príncep del catecisme de València », ibidem, p. 130.

39Mira entrelace, fait coexister, fusionne une pluralité de mythes venus d’horizons divers de manière magistrale. Le personnage de Jesús Oliver associe les figures d’Héraclès/Hercule et de Jésus de Nazareth. Jesús Oliver et Eximenis renvoient à Hercule par le caractère démesuré de leur tâche. Toutes ces figures sont réunies par le numéro douze car si Els treballs perduts est divisé en douze chapitres qui réécrivent les douze travaux de l’Hercule ancien, l’œuvre monumentale d’Eiximenis, Lo Chrestià, devait être composée de treize livres mais le dernier parmi ceux qui nous sont parvenus est le douzième. Jesús Oliver visite douze églises (non pas en vrai chrétien malgré le fait que le jour le plus heureux de son enfance ait été celui où il avait été déclaré publiquement « prince du catéchisme de Valence49 »).

  • 50 Ces rapports ont été ébauchés par quelques critiques de l’œuvre. Parmi elles, il faut souligner l’e (...)
  • 51 Corinne Jouanno, Ulysse. Odyssée d’un personnage d’Homère à Joyce, Paris, Ellipses, 2013, p. 483-48 (...)

40Avec Els treballs perduts Mira renoue également avec le mythe d’Ulysse et il le fait à travers les jeux intertextuels qu’il établit avec Ulysse de Joyce. Dans une certaine mesure, Els treballs perduts nous apparaît comme la réécriture de l’œuvre du romancier dublinois. Jesús Oliver renvoie à son protagoniste Leopold Bloom et, à travers lui, à l’Ulysse de l’Odyssée d’Homère. Nous avancerons quelques éléments de ce processus de réécriture qui mérite d’être développé plus en profondeur50. Mira structure son roman à partir des douze travaux d’Hercule. De manière semblable, Joyce fonde la structure de son roman sur celle de l’Odyssée : en effet, dans les schémas qu’il a envoyés à Carlo Linati et à Herbert Gorman, il divise son roman en trois parties correspondant aux trois grandes divisions de l’œuvre d’Homère, et il désigne les dix-huit chapitres du roman par des titres renvoyant à des épisodes de l’Odyssée51.

  • 52 « Com el Leoplod Bloom de Joyce, s’identifica amb l’home comú, vulgar, reclòs en un ascetisme inseg (...)
  • 53 « Oui parce qu’avant jamais il n’a fait une chose pareille de demander qu’on lui serve son petit dé (...)

41Mira rend hommage à Ulysse de Joyce et il le fait à travers l’emploi dans la totalité de son roman de la technique du monologue intérieur ou du flux de conscience qui convoque des pensées parfois de manière décousue et parfois arbitraire. Il le fait également à travers certaines techniques du modernism anglo-saxon, comme l’omission de verbes ou de compléments, l’interruption brusque de phrases, etc. Mira pousse le procédé à ses limites, brouillant sans arrêt la voix de la conscience du personnage et la voix du narrateur, supprimant presque tous les signes de ponctuation dans des paragraphes interminables. Comme le signale Maria Dasca, d’autres éléments qui renvoient à l’œuvre de Joyce sont « la formulation d’une odyssée antihéroïque, plus psychologique qu’épique […]. Comme Leopold Bloom de Joyce, il [Jesús] renvoie à l’homme commun, vulgaire, reclus dans un ascétisme plein d’insécurité, touché par les livres et l’érotisme de coin de rue »52. Les deux romans se rejoignent à de multiples reprises : Joyce nous raconte les pérégrinations de son nouvel Ulysse dans Dublin, Mira raconte les pérégrinations de Jesús Oliver dans Valence. Dans les deux cas, les villes sont décrites avec tous les détails, à tel point que si nous les dessinions nous en obtiendrions une carte fidèle. Leopold Bloom parcourt sa ville pendant une seule journée, le 16 juin, Jesús Oliver le fait pendant douze jours mais le dernier jour est justement le 16 juin et le chapitre qui lui est consacré commence par la phrase avec laquelle Joyce initie son célèbre monologue de Molly Bloom : « Sí perquè ell no havia fet mai una cosa com això de demanar que li portaren l’esmorzar al llit amb un parell d’ous mai »53.

  • 54 Joan Francesc Mira, Els treballs…, op. cit., p. 40 (« Grrr »), p. 46 (« Tiiiit »), p. 124 (« Toc ») (...)
  • 55 Ibidem, p. 104-105, p. 147, etc.
  • 56 Ibidem, p. 130.
  • 57 Ibidem, p. 93, cf. également p. 117
  • 58 Ibidem, p. 116
  • 59 Ibidem, p. 53.
  • 60 Ibidem., p. 266-267.
  • 61 Ibidem, p. 103.

42Dans Ulysse, Joyce fait un usage incessant, virtuose et provocateur de l’écriture imitative. Mira a également recours à un éventail de styles et de modèles discursifs énorme, faisant appel souvent à la citation et au pastiche. Ce mélange de styles et de modèles discursifs est en grande partie à l’origine du caractère humoristique et ironique du roman. Ainsi, dans les mots de son personnage émergent des onomatopées54, les modèles discursif de la Bible55, ceux des romans de chevaleries, ceux de la littérature morale d’Eiximenis56, ceux des chansons populaires (« padri ronyós / ha parit un gos »57), les Géorgiques de Virgile58, des passages de la Crònica de Ramon Muntaner (« desperta ferro »59), de Don Quichotte, des vers de « Campos de Castilla » d’Antonio Machado (« el vent calent que baixa de l’estepa castellana polvo sudor y hierro el Cid cabalga »60), la composition chimique de l’étiquette d’une bouteille de seven-up61, pour n’en citer que quelques exemples. Le livre est parcouru d’une multitude d’autres références intertextuelles. Le récit est imprégné d’un mélange discursif qui matérialise la vision livresque et érudite du monde du personnage principal. Or, dans la mesure où il se fonde sur l’accumulation et l’impression de désordre, il va à l’encontre de la volonté du personnage d’ordonner le monde à travers sa bibliothèque.

  • 62 La liste est interminable : la figure mythique de Tirésias (revisité à travers le personnage de Fèl (...)

43Dans Els treballs i els dies, tel un énorme hypertexte, réécriture va de pair avec intertextualité par l’omniprésence d’allusions, de citations et de références à une multiplicité de mythes et d’œuvres de toutes sortes62. Le mythe d’Héraclès/Hercule y tient une place fondamentale dans la mesure où il offre à Mira l’ossature de son roman. Comme le souligne Joan Josep Isern, nous sommes devant une « construction avec constriction » qui découle non pas d’un simple jeu mais qui agit comme un stimulus à la créativité et comme un procédé d’expression qui donne de la force à son discours narratif. Nous pourrions rajouter que Mira s’impose les limites que lui offre la mythologie et qu’il les dépasse justement en faisant usage de cette même mythologie. Mira réécrit un mythe selon un procédé d’intégration, de coexistence et de fusion d’autres mythes. L’image de Jesús que nous offre Mira est bâtie à la fois par continuité et par interversion des mythes. La réécriture du mythe devient alors iconoclaste. Mira inscrit le paradigme préexistant du mythe dans un univers prosaïque. Il transpose le mythe ancien dans le registre quotidien voire trivial et scatologique. Or, à notre avis, la place accordée à ces registres découle d’une volonté parodique mais également d’une volonté de doter le héros d’une humanité totale.

44Si Mira n’a pas pu faire figurer le titre qui affichait d’emblée les rapports intertextuels du roman avec le mythe d’Héraclès/Hercule, il a par contre multiplié les indices qui invitent à le lire comme une réécriture du mythe antique dans lequel se greffent tant d’autres mythes. Il les a égrainés, éparpillés, souvent dissimulés, dans le roman pour qu’ils soient découverts. Il l’a fait, nous en sommes convaincue, conscient que cela ne serait pas toujours facile, voire possible. On peut le croire en relisant ce qu’il fait penser à son personnage Jesús Oliver lorsque celui-ci lutte contre les sept acheteurs, l’hydre à sept têtes de l’inculture :

  • 63 « je pourrais leur couper la tête avec l’épée, il y a déjà sept têtes… je pourrais les menacer avec (...)

Podria brandar-la a dos mans amenaçar-los amb la durendal joyeuse excalibur tisó ells segur que no coneixen ni el nom de les espases no llegeixen llibres no hi ha cultura63

  • 64 Joan Josep Isern, La narrativa de Joan Francesc Mira, in Serra d’Or, 538 (octobre 2005), p. 12.
  • 65 « un món que s’edifica llibrescament i que s’ensorra, com una falla, devorat per les flames », Sal. (...)

45En accord avec Joan Josep Isern, nous affirmons que si on devait trouver un qualificatif aux antipodes de la personnalité de Joan F. Mira, celui-ci serait sans aucun doute celui de frivole64. Nous pourrions dire la même chose de son roman. Els treballs perduts est une œuvre pleine d’érudition, d’humour et d’ironie. Mais ce serait mal l’interpréter que de le qualifier simplement de vain étalage d’érudition, de simple comédie ou encore de simple parodie du mythe d’Hercule : Els treballs perduts est aussi la tragédie d’un homme seul, ou presque ; un homme décalé et impuissant non pas face aux dieux, mais à la folie des autres, celle d’une famille et d’une société qui agissent poussées par des intérêts matériels ; celle d’Onofre le fou, qui est peut-être plus fou que lui. Nous lecteurs, nous en sommes conscients et c’est l’humour et l’ironie qui nous aident à accepter cette tragédie. Avec Els treballs perduts Joan Francesc Mira nous offre une tragicomédie sur le combat entre l’esprit et la matière, sur le savoir, sur la folie, sur la vie et la mort, sur l’amour, sur la survie et l’immortalité, sur la représentation et sur la perception. L’univers de Jesús Oliver, et nous reprenons les mots de Sallus Herrero Gomar, est un monde qui s’édifie de manière livresque et qui s’écroule comme une « Falla valencienne », dévoré par les flammes65. Le roman de Mira est lui aussi en grande partie, et par son caractère de réécriture, construit de manière livresque, mais à notre avis, c’est un chef d’œuvre qui, comme les mythes et malgré tout, n’arrivera pas à s’écrouler.

Haut de page

Notes

1 Els treballs perduts (València, Tres i quatre, 1989), constitue avec Purgatori (Barcelona, Proa, 2002) et El professor d’història (Barcelona, Proa, 2008) ce que l’on appelle « la trilogie de Valence » car cette ville y offre le cadre de leur diégèse. Les trois romans se rejoignent également dans la mesure où ils sont sous-tendus par un même procédé littéraire, celui de la réécriture : en effet, ils revisitent respectivement les douze travaux d’Héraclès/Hercule, la deuxième partie de la Divina commedia de Dante et Faust de Goethe.

2 Ibidem., p. 275.

3 Franco apparaît ainsi à l’origine d’une folie destructrice.

4 Cf. Joan Josep Isern, Prologue, in Joan Francesc Mira, Els treballs…, op. cit., p. 10.

5 Interview de Miquel Alberola, Hércules, la cabra i la societat mixta i equívoca, El temps, 28 novembre 1994, http://www.joanfmira.info/general/calaix.php?id=125

6 Joan Francesc Mira, Hèrcules i l’antropòleg, València, Tres i quatre, 1994.

7 Cf. María José Obiol, L’Hèrcules de J. F. Mira in El País, « Quadern », dijous, 28 novembre 1989.

8 « Ce serait très bien s’il était possible d’aider à rendre le monde plus habitable, que chacun participe dans la tâche inachevée de la civilisation, par exemple en aidant à nettoyer la terre de toute la saleté ou sottise accumulée », Joan Francesc Mira, Els treballs…, op. cit., p. 58. C’est nous qui traduisons et, sauf mention contraire, il en est de même pour les citations suivantes.

9 Ariane Eissen, « Héraklès/Hercule » in Pierre Brunel, Dictionnaire des mythes littéraires, Lonrai, Editions du Rocher, 1988, p. 722.

10 « Hèrcules : Ah, quin enigma encara, tan inquietant ! / Amfitrió : Sí, mire si descorres amb el seny ben ferm. / Hèrcules : Jo no recorde pas que m’haja delirat » – « Héraclès : Quoi ? Voilà encore tes reproches énigmatiques ?/ Amphitryon : C’est que j’examine si ta raison est stable désormais. / Héraclès : Je ne me souviens pas d’avoir été agité de transports », Joan Francesc Mira, Els treballs…, op. cit., p. 19. Nous soulignerons que Mira remplace le nom grec d’Héraclès par le nom latin Hèrcules.

11 Ibidem, p. 27.

12 Ibidem, p. 31.

13 Ibidem, p. 34-35.

14 Ibidem, p. 40-41.

15 « Vilaragut és un porc […] i no un porc refinat, un porc silvestre […] olor de resclosit fa olor de floridura […] barreja de sentor rancia o colònia barata […] treie el morro parlant […] gnyorrc gnyorrc […] grunya […] si no me’n vaig que em pegue l’aire vomitaré […] intensa ollor de coco ranci » (« Vilaragut est un porc […] et non pas un porc raffiné, un porc sauvage […] odeur de renfermé ça sent la naphtaline […] mélange de senteur rance ou d’eau de Cologne bon marché […] il sortait le museau en parlant […] gnyorrc gnyorrc […] grognait[…] si je ne pars pas pour prendre l’air je vomirai [...] intense odeur de coco rance », ibidem, p. 78-82.

16 « cérvola », « l’altivesa de l’animal sagrat », « la bella, ànima daurada feta carn, sagrada d’Artemisa caçadora per carrer », ibidem, p. 106-108.

17 Comme le signale Ariane Eissen, cette figure « présente certains traits burlesques qui avaient fait depuis longtemps de lui, dans le genre comique, un personnage traditionnel. Héraklès y apparait comme « le bon vivant, qui s’empiffre et s’enivre dans la maison d’Admète, dont il ignore le deuil récent ; […]. Les farces siciliennes d’Epicharme l’avaient transformé en une sorte de Gargantua. C’est sous cet aspect qu’il est devenu une figure familière aux spectateurs de la comédie athénienne », « Héraklès/Hercule » in Pierre Brunel, Dictionnaire des mythes littéraires, op. cit., p. 724.

18 « nous n’en ferons jamais un homme de cet enfant, disait le grand-père imposant […] un homme ne reste jamais immobile en les regardant passer, un homme doit tirer toujours pour tuer lorsqu’un canard passe et lorsque les poulettes passent en remuant du cul », Joan Francesc Mira, Els treballs…, cit., p. 113.

19 « exhibeix un bastó amb el puny de vori formant un cap d’ànec o de cigne amb el bec obert en acte de fer cuac », ibidem, p. 115.

20 « les aigues poc agitades del petit hemicicle, vist des de dalt no és un riu és un llac » – « les eaux peu agitées du petit hémicycle, vu d’en haut, ce n’est pas un fleuve c’est un lac », ibidem, p. 116.

21 « tasca ingent, l’obra inhumana », ibidem, p. 138.

22 Ibidem, p. 158.

23 Ibidem, p. 161-162.

24 Ibidem, p. 183.

25 Ibidem, p. 187-188.

26 Il pense qu’ils portent des fers et qu’ils vont l’attaquer (« Què farà Jesús Oliver si els o les quatre passen en bon ordre a l’atac, si vénén talonejant quatre parelles de talons amb ferradures ? » – « Que fera Jesús Oliver si les quatre l’attaquent, si quatre paires de talons ferrés s’approchent en tapant des talons ? ») ; la chevelure de l’un d’eux est assimilée à une crinière (« la crinera » (p. 191) ; ils s’approchent et montrent des dents équines (« mostrant dents equines ») ; leurs voix sont assimilées à des hennissements et il a l’impression qu’ils vont le mordre (« què farà si ara mateix pareix que començaran a mossegar ? »), ibidem, p. 185, etc.

27 Ibidem, p. 223-224.

28 La canne de Jesús se coince dans la porte du bus empêchant sa fermeture. Le bus secoue sans arrêt les passagers ; des adolescentes montent et excitent les désirs sexuels de Jesús ; ceux-ci sont comblés dans une certaine mesure lorsque le bus freine et qu’elles tombent dans ses bras.

29 « parla com si lladrara » (« il parle comme s’il aboyait »), « l’oficial lladrà més fort negant tota possibilitat de pas » (« le clerc aboya plus fort en niant toute possibilité d’accès »), Joan Francesc Mira, Els treballs…, op. cit., p. 225.

30 « estan ací acampats o estan en peu de guerra ? si ara ataca la tribu no hi ha defensa possible » (« campent-ils ici ou sont-ils sur le pied de guerre ? Si la tribu attaque maintenant il n’est pas possible de se défendre »), ibidem, p. 232.

31 Ibidem, p. 224.

32 « une rivière lente, un lac en mouvement […] il n’y a pas de barque pour traverser en payant de la monnaie […] ils traversent en se mouillant les pieds, et heureusement encore, pensent-ils, les eaux du lac à travers lequel ils marchent sont des eaux potables et pures, que se passerait-il si elles étaient puantes ou celles boueuses d’une crue », ibidem, p. 254-255.

33 « Magdalena ma femme était l’amour impossible de Jésus-Christ ? Maria Magdalena Maria Marilín », ibidem, p. 217.

34 « Le soleil, nous devons le supposer, pouvait déjà être vu » / « Si un trait de lumière blanche qui entre par la fente de la fenêtre entrouverte est lumière de soleil ou lumière de feu, qui pourrait le dire depuis un lit à baldaquin, allongé dans la pénombre ? », ibidem, p. 23 et p. 283.

35 David engendra aussi un fils avec Bethsabée pendant l’absence de son mari qui était parti à la guerre.

36 « histoire […] que chantent les poèmes de la mariée infidèle au mari qui est parti à la guerre ou bien la même mais plus ancienne du dieu ou du roi tout-puissant – le dieu est Zeus, le roi est David – qui profite de l’absence du pauvre guerrier », Joan Francesc Mira, Els treballs…, op. cit., p. 205-206.

37 « Et silencieusement il lui arrosa le corps avec une poignée de pièces d’or, ou c’est ce qui lui a semblé par leur couleur, car après il en résulta que ce n’étaient que des pésètes, et comme conséquence de l’averse elle dut partir de la maison à cause de l’insensibilité de la maîtresse de maison … », ibidem, p. 72.

38 « L’Amphitryone qui laissait toujours la porte ouverte et…, ce n’est pas correct celle qui laisse la porte ouverte est la femme mais l’amphitryon est le mari Amphitryon était un roi thébain qui est parti à la guerre et la nuit Zeus est venu visiter la femme travestie en mari et il a fait que cette nuit dure le temps de trois nuits et il engendra Hercule l’amphitryone est une institution vénérable qui améliorerait la race et qui apporterait plus de paix à la société car ne pas désirer la femme du prochain est un commandement impossible qui a été inventé par une tribu de bédouins dans beaucoup de tribus de l’Afrique lorsque la femme a une visite le visiteur plante sa lance devant la porte de la cabane et le mari lorsqu’il arrive sait déjà qu’il doit partir siffler ou prendre l’air pendant que les deux autres dedans font leur affaire ou comme les esquimaux qui lorsque tu visites leur igloo t’offrent la meilleure viande véreuse des vers gras et frais vivants et leur femme pour rire avec elle pauvre ami qui arrives de si loin après avoir traversé le désert de glace et tu n’as pas une femme pour rire avec toi je l’ai vu dans un film bonne nuit peut-être je passerai pour acheter un autre jour, bonne nuit monsieur », ibidem, p. 180.

39 Jesús Oliver renvoie également au roi Arthur, fils d’une mortelle et d’Uther Pendragon, mais considéré comme celui du Duc de Cornouailles. Dans tous les cas, Zeus, Uther Pendragon et Dieu/Esprit Saint, les vrais pères sont des êtres liés au monde surnaturel (par leur condition divine ou par leur rapport avec la magie, comme dans le cas d’Uther Pendragon, qui se transforma grâce aux pouvoirs magiques de Merlin). À cet égard, J.-J. Isern souligne que cette double paternité est propre aux mythes d’origine solaire (Cf. Joan Josep Isern, Prologue in Joan Francesc Mira, Els treballs…, op. cit., p. 12).

40 « Oh, Mère de Dieu et Mère des Désemparés, pour la passion et mort de son fils Jésus, celui de Nazareth pas celui d’Oliver », ibidem, p. 143.

41 « Je veux sauver le monde et ma bibliothèque sauvera et conservera la connaissance pérenne des choses, uniquement ce qui perdure parce qu’à présent rien ne perdure il n’y a que des modes et dans les librairies on ne vend que les nouveautés de la semaine ou du mois tout est éphémère tout cesse d’exister peu de jours après être né », ibidem, p. 244.

42 « La Mère de Dieu / quand elle était petite / suivait les cours de couture / pour apprendre à lire / avec sainte Suzanne / et sainte Paulette ».

43 Ibidem, p. 206-207.

44 « Ell es pensava que era Déu i que tenia dret i poder sobre tota persona » – « Il croyait qu’il était Dieu et qu’il pouvait avoir tous les droits et exercer tous les pouvoirs sur tout le monde », ibidem, p. 205.

45 Ibidem, p. 226.

46 « Et maintenant c’est aussi le moment de proclamer que seulement un homme cinq cents ans après, seulement un homme, a eu le courage suffisant pour accepter le défi silencieux des incunables, seulement un homme toujours dans l’anonymat caché entre nous a consacré la partie la plus grise de ses jours et la partie la plus claire de ses nuits, exposé au danger certain du dessèchement du cerveau à l’édition complète d’une seule œuvre, cela oui, l’œuvre la plus grandiose et condensatrice de notre histoire de la langue, Lo Crestià… », Ibidem, p. 99.

47 Miguel de Cervantes, Don Quijote de la Mancha, Barcelona, Planeta, 1990, p. 35 : « Enfin, notre hidalgo s’acharna tellement à sa lecture que ses nuits se passaient en lisant du soir au matin, et ses jours, du matin au soir. Si bien qu’à force de dormir peu et de lire beaucoup, il se dessécha le cerveau, de manière qu’il vint à perdre l’esprit », Miguel de Cervantes, Don Quichotte de la Manche, traduction de Louis Viardot Paris, Garnier-Flammarion, p. 52.

48 Joan Francesc Mira, Els treballs…, op. cit., p. 123.

49 « príncep del catecisme de València », ibidem, p. 130.

50 Ces rapports ont été ébauchés par quelques critiques de l’œuvre. Parmi elles, il faut souligner l’excellente étude de Maria Dasca : Bibliòmans in Revista de Catalunya, Barcelona, Nova etapa, 217, Mai 2006, p. 93-104.

51 Corinne Jouanno, Ulysse. Odyssée d’un personnage d’Homère à Joyce, Paris, Ellipses, 2013, p. 483-486.

52 « Com el Leoplod Bloom de Joyce, s’identifica amb l’home comú, vulgar, reclòs en un ascetisme insegur, tocat pels llibres i l’erotisme de cantonada », Maria Dasca, op. cit., p. 100.

53 « Oui parce qu’avant jamais il n’a fait une chose pareille de demander qu’on lui serve son petit déjeuner au lit avec deux œufs… », James Joyce, Ulysse, traduction de Tiphaine Samoyault, Paris, Gallimard (Folio), 4457, 2004, p. 1089.

54 Joan Francesc Mira, Els treballs…, op. cit., p. 40 (« Grrr »), p. 46 (« Tiiiit »), p. 124 (« Toc »), etc.

55 Ibidem, p. 104-105, p. 147, etc.

56 Ibidem, p. 130.

57 Ibidem, p. 93, cf. également p. 117

58 Ibidem, p. 116

59 Ibidem, p. 53.

60 Ibidem., p. 266-267.

61 Ibidem, p. 103.

62 La liste est interminable : la figure mythique de Tirésias (revisité à travers le personnage de Fèlix Ventura), Santa Teresa de Jesús, Stendhal et son roman Le rouge et le noir, etc.

63 « je pourrais leur couper la tête avec l’épée, il y a déjà sept têtes… je pourrais les menacer avec durendal joyeuse excalibur tison c’est sûr qu’ils ne connaissent même pas les noms des épées ils ne lisent pas il n’y a pas de culture », Joan Francesc Mira, Els treballs…, op. cit., p. 54.

64 Joan Josep Isern, La narrativa de Joan Francesc Mira, in Serra d’Or, 538 (octobre 2005), p. 12.

65 « un món que s’edifica llibrescament i que s’ensorra, com una falla, devorat per les flames », Sal.lus Herrero Gomar, Els treballs perduts de Joan F. Mira, in Dolors Jimeno, « Nou article sobre Joan Francesc Mira al Micalet », http://www.intersindical.org/noticies_actualitat/article/nou_article_sobre_joan_francesc_mira_al_micalet consulté le 10/5/2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Estrella Massip i Graupera, « La réécriture du mythe
dans Els treballs perduts de Joan Francesc Mira
 », Cahiers d’études romanes, 29 | 2014, 175-199.

Référence électronique

Estrella Massip i Graupera, « La réécriture du mythe
dans Els treballs perduts de Joan Francesc Mira
 », Cahiers d’études romanes [En ligne], 29 | 2014, mis en ligne le 11 mai 2016, consulté le 25 juin 2016. URL : http://etudesromanes.revues.org/4627

Haut de page

Auteur

Estrella Massip i Graupera

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

  • Sur le lieu du crime [Texte intégral]
    Enquête littéraire sur la représentation de l’espace valencien dans Penja els guants, Butxana de Ferran Torrent
    Paru dans Cahiers d’études romanes, 31 | 2015
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Revues.org