Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Francesca Medaglia, La scrittura a quattro mani

Lecce-Brescia, Pensa MultiMedia, 2014
Daniela Vitagliano
p. 310-312
Référence(s) :

Francesca Medaglia, La scrittura a quattro mani, Lecce-Brescia, Pensa MultiMedia, 2014, 332 pages.

Texte intégral

1Francesca Medaglia dans La scrittura a quattro mani fait preuve d’initiative et d’audace en menant une recherche sur l’écriture à quatre mains, un sujet étonnamment peu étudié.

2La table des matières montre déjà de façon très claire la structure de la démonstration de la chercheuse. Les quatre points clé à la base des quatre chapitres du livre, dérivent tous de la problématique principale, bien explicitée dans l’Introduction et dans le premier chapitre : F. Medaglia s’interroge sur le rôle de l’auteur et, en particulier, sur la mort de la figure de l’auteur et c’est à partir de ce questionnement qu’elle entreprend sa recherche sur l’écriture à quatre mains. Loin d’être mort, l’auteur a subi, d’après elle, une transformation qu’elle nomme « créolisation », un terme emprunté à E. Glissant, qui fait référence au processus linguistique indiquant l’intégration de plusieurs langues en une seule langue nouvelle. En effet, selon Medaglia, par le biais de l’écriture à quatre mains, la figure de l’auteur a pu survivre en dédoublant sa voix et en formant une troisième figure unique sortant des esprits des deux auteurs. Cette figure unique est un auteur qui devient bifrons et co-créateur de l’œuvre.

3L’analyse menée par F. Medaglia se déroule selon quatre points : le choix du genre littéraire, la possibilité d’identifier l’auteur, la question du genre/gender, la différence entre collectif d’avant-garde et auteur pluriel « de consommation ». Chaque chapitre est un complément et un dépassement du précédent et il est subdivisé en deux parties, l’une argumentative et l’autre explicative avec des exemples concrets de livres écrits par plusieurs auteurs, chaque analyse étant précédée par la fiche de l’auteur.

4Dans le premier chapitre on a la présentation de la problématique et une première étape de l’analyse sur l’écriture à quatre mains : la chercheuse, à travers des graphiques et des diagrammes qu’elle a elle-même élaborés, essaie de démontrer quels genres littéraires sont généralement choisis pour ce type d’écriture et en montre la prolifération dans les dernières dizaines d’années. Ainsi F. Medaglia démontre comment l’auteur a survécu à sa mort annoncée en prenant une autre forme, une forme engendrée par deux voix différentes, les nouvelles technologies permettant en plus de créer un « espace global » où la culture peut avoir une pluq grande circulation.

5Dans le deuxième chapitre on s’interroge sur l’identification de la voix des divers auteurs et l’on expose la théorie de la « créolisation ». A partir de là on a deux différentes déclinaisons de ce thème dans les chapitres suivants. Dans le troisième F. Medaglia analyse les livres écrits par une femme et un homme, qui constituent un cas particulier, car en général ils laissent distinguer les deux voix, soit parce que les auteurs décident de façon programmatique d’écrire les chapitres en alternance, soit parce que la différence de la façon d’écrire est évidente. Dans le quatrième chapitre, on analyse un phénomène assez nouveau dans le panorama littéraire : l’écriture collective. F. Medaglia s’attarde sur la différence entre le collectif d’avant-garde et l’auteur pluriel « de consommation », qui n’est autre que la différence entre avant-garde et postmodernisme.

6À travers ce travail Francesca Medaglia confère à l’écriture à quatre mains un statut nouveau dans le panorama de la critique littéraire, en parvenant à la conclusion, peut-être un peu naïve, qu’on n’a un vrai processus de créolisation que si l’on a un rapport d’empathie entre les auteurs, ce qui l’amène à préférer, dans cette optique, l’écriture à quatre mains à l’écriture collective, car elle incarne mieux le processus de créolisation en engendrant un mélange plus profond des deux voix.

7L’idée de fond du livre est très intéressante et bien approfondie ; on arrive à percevoir la passion et la rigueur de l’auteure. Un détail supplémentaire qui fournit une jolie conclusion au travail est l’annexe où F. Medaglia rapporte ses entretiens avec des auteurs qui ont écrit des livres à quatre mains et l’on peut s’amuser à lire les différentes réponses de deux auteurs différents aux mêmes questions posées sur le même livre, ce qui donne aussi un sens à la recherche dans sa globalité. Les identités des auteurs restent différentes mais elles peuvent créer dans un « troisième espace » une nouvelle instance auctoriale qui permet à ces formes d’écriture d’acquérir un statut digne d’estime dans le panorama critique et littéraire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniela Vitagliano, « Francesca Medaglia, La scrittura a quattro mani  », Cahiers d’études romanes, 29 | 2014, 310-312.

Référence électronique

Daniela Vitagliano, « Francesca Medaglia, La scrittura a quattro mani  », Cahiers d’études romanes [En ligne], 29 | 2014, mis en ligne le 25 septembre 2015, consulté le 26 juillet 2016. URL : http://etudesromanes.revues.org/4696

Haut de page

Auteur

Daniela Vitagliano

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org