Navigation – Plan du site

Avant-propos

Théa Picquet, Pascal Gandoulphe et Gérard Gómez
p. 9-12

Texte intégral

1La réflexion porte sur les formes de l’expression politique et leurs langages, sur l’articulation entre les idées et les pratiques, sur les théoriciens et les acteurs du politique dans le monde roman et latino-américain, du Moyen Âge à nos jours.

2L’étude de ces thématiques dans une perspective historique est associée à une réflexion sur les structures sociopolitiques, sur les régimes et sur les institutions.

3L’approche comparatiste, propre à une équipe pluridisciplinaire comme le CAER, englobe les différents contextes de l’Aire culturelle romane et appréhende la circulation des idées et la transmission des pratiques dans l’Europe méridionale et l’Amérique latine.

4L’analyse des langages permet d’adopter une perspective large qui englobe à la fois les formes, les acteurs et les vecteurs de l’expression politique et de prendre en compte les enjeux linguistiques et idéologiques, les transferts culturels, la diffusion de notions et les concepts analytiques communs aux différents pays. «  Les mots du politique   » sont envisagés comme la base du fonctionnement des discours ; ce qui implique la contextualisation des langages et l’examen d’une pluralité de supports : documents théoriques, textes littéraires, représentations artistiques, cinéma, presse, notamment.

5Le volume réunit les contributions présentées dans le cadre du séminaire «  Pensée, action, structures sociopolitiques  » durant ces deux dernières années. Il est organisé selon trois orientations thématiques : L’écrivain et le pouvoir, Écrire l’histoire, Les paroles et les actes.

6La première partie, «  L’écrivain et le pouvoir  », regroupe en premier lieu quatre études sur la Renaissance. Juan-Carlos D’Amico s’interroge sur les relations entre les hommes de culture et l’empereur Charles Quint : relations directes, témoignages sollicités par son entourage ou encore productions littéraires élogieuses et courtisanes. Théa Picquet s’intéresse au débat politique, propre aux humanistes, en analysant le dialogue entre un Florentin et un Vénitien qui met en compétition le modèle républicain de la Sérénissime avec le mythe de la Rome antique. Jean-Marc Rivière examine la mutation des institutions florentines de 1494, au moment du passage du régime médicéen à la première république en soulignant les affrontements entre l’oligarchie et les tenants du régime populaire. Jean-Luc Nardone, quant à lui, explore le mythe de Brutus tyrannicide dans la littérature italienne, depuis ses origines jusqu’à sa disparition progressive au xviie siècle. Deux essais questionnent la situation en Amérique latine. Diego Jarak s’enquiert sur le statut des Indiens face à la situation de l’État-nation en Argentine au xixe siècle et propose un changement de perspective, qui modifie les rapports entre les forces hégémoniques et les peuples autochtones, pour mieux appréhender la place des Indigènes dans la construction de l’État-nation. Pierre Lopez observe comment s’organise l’émergence d’une nouvelle génération d’écrivains présente dans les revues nationales et internationales du panorama culturel équatorien au xxe siècle et met l’accent, plus particulièrement, sur le rayonnement de la revue péruvienne «  Amauta  » qui prend justement la défense de l’indigénisme.

7Certaines contributions de la deuxième partie, «  Écrire l’Histoire  », prennent en compte l’évolution des structures sociales, culturelles, politiques et idéologiques. Leurs mutations, voire leurs altérations, ont depuis toujours été répertoriées par la connaissance historique, qui a commencé, à son tour, avec l’écriture. Toutefois, l’établissement minutieux des faits ne suffit pas à «  écrire l’histoire  », car la connaissance historique n’est pas une chronique. En ce sens, les interventions ont justement mis en exergue que si l’histoire a une fonction explicative, elle n’est pas pour autant dépendante d’un discours formalisé.

8Ainsi, Magali Flesia se penche sur le contexte historique de la République de Florence de la fin du xve et du début du xvie siècle, époque où elle essaie d’obtenir, grâce à l’intervention de Louis XII la restitution de Pise de la part de Venise. Cette entreprise ambitieuse passe par le langage diplomatique et les lettres des ambassadeurs deviennent des outils politiques avérés. Le rôle de la presse durant l’invasion de l’Espagne par les troupes napoléoniennes au début du xixe siècle est traité par Elisabel Larriba. Elle démontre que la lutte contre les occupants est suivie d’une prise de conscience socio-idéologique, qui se traduit par le passage des Lumières au libéralisme et par un bouleversement de l’espace journalistique. La presse devient alors la voix du peuple et non plus la représentante d’une élite conservatrice.

9Le xixe siècle mexicain est étudié par Rubén Torres Martinez. Il marque un tournant décisif dans l’histoire du pays. Malgré les incessants et sanglants conflits internes de cette phase historique, des changements importants engendreront le «  Mexique moderne  » : la séparation de l’Église et de l’État et l’avènement d’une pensée positiviste. David Marcilhacy analyse un thème qui a suscité nombre de débats durant le premier tiers du xxe siècle : la violente campagne de presse – menée par certains intellectuels espagnols – contre la vulgarisation du syntagme «  Amérique latine  ». On décèle ici non seulement les difficultés que rencontre le continent latino-américain à assumer pleinement ses racines, mais également les difficultés de l’Espagne à s’affirmer dans le monde après la perte de Cuba en 1898.

10Les trois intervenants suivants s’interrogent sur les dernières décennies du xxe siècle et sur le début du xxie siècle. Daniele Comberiati tout d’abord revient sur des faits qui ont accablé l’Italie des années 1970, les «  années de plomb  ». Sont commentés les actes de violence perpétrés par les groupes terroristes d’extrême droite et d’extrême gauche et l’instrumentalisation de la violence par le gouvernement. Il souligne comment celle-ci a suscité des scepticismes quant aux pratiques démocratiques de l’État italien. Martin Otheguy se penche ensuite sur l’immigration limitrophe à Buenos Aires, durant les années 1990, marquées par la politique néolibérale ménémiste. Il prouve que l’ethnicité devient le point de départ d’un combat politique pour les immigrants boliviens. Ce combat se heurte à la politique du gouvernement qui prône les principes hautement élitistes de l’«  argentinité  ». Gérard Gomez propose enfin une présentation générale du contexte sociopolitique du continent latino-américain à la fin du xxe et au début du xxie siècle. Il développe ensuite les idées proclamées par nombre de personnalités du monde politique latino-américain et montre que ces leaders assument le rôle de diffuseurs de notions et de références idéologiques.

11En somme, les travaux présentés dans ce chapitre témoignent que l’histoire, tout comme le discours politique, n’est pas une science du concret et, si elle est descriptive, elle ne garde des faits que leur particularité.

12Les études réunies dans la troisième partie «  Les paroles et les actes  », poursuivent la réflexion d’ensemble en interrogeant l’articulation entre les pratiques discursives et l’action politique.

13Ainsi, Agnès Delage, retrace les reconfigurations du champ sémantique du secret dans l’aire hispanophone de l’Europe romane entre le Moyen Âge et l’Époque moderne, liées aux mutations des pratiques sociales et politiques ainsi que de leurs représentations. Dans une perspective similaire, Pascal Gandoulphe propose une archéologie du mot estado à travers l’étude de plusieurs textes politiques rédigés au tournant des xvie et xviie siècles, dont deux traités publiés par le magistrat Tomás Cerdán de Tallada à vingt-cinq années de distance. La contribution de Marion Regeste porte sur les écrits du docteur Pérez de Herrera et s’intéresse aux moyens d’expression d’une pensée réformiste dans le contexte culturel d’une Castille en proie au doute et à la crainte d’une prochaine décadence de la Monarchie hispanique. Sylvain André étudie de très près les écrits émanant de l’un de ces organes encore mal connus que sont les Juntas de gouvernement, mises en place dans la seconde moitié du règne de Philippe II, et montre comment la rationalisation de l’action politique s’appuie sur la maîtrise du langage de l’expertise. Dans son texte, Yannick Gouchan analyse la façon dont le poète italien du Novecento qu’est Giovanni Pascoli (1855-1912) interprète et redéfinit le sens du mot socialismo selon son expérience personnelle de jeunesse et le contexte politique d’une Italie récemment unifiée et engagée dans une entreprise coloniale. À travers l’étude de la presse basque antifranquiste pendant la Guerre Civile espagnole, Severiano Rojo Hernández observe comment s’articulent images de destruction et discours de mobilisation. Enfin, Pablo Berchenko présente une étude basée sur le film No du Chilien Pablo Larraín centrée sur la façon dont le réalisateur utilise, dans la fiction cinématographique, la présence de la télévision Le discours politique est examiné ici dans un support qui englobe le traitement de deux vecteurs de l’expression de la pensée politique actuelle : la télévision et le cinéma.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Théa Picquet, Pascal Gandoulphe et Gérard Gómez, « Avant-propos », Cahiers d’études romanes, 30 | 2015, 9-12.

Référence électronique

Théa Picquet, Pascal Gandoulphe et Gérard Gómez, « Avant-propos », Cahiers d’études romanes [En ligne], 30 | 2015, mis en ligne le 14 avril 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/4751

Haut de page

Auteurs

Théa Picquet

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.
Aix Marseille Université, CNRS, TELEMME (Temps, Espaces, Langage, Europe Méridionale), UMR 7303, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Pascal Gandoulphe

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Gérard Gómez

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org