Navigation – Plan du site
L'écrivain et le pouvoir

Écrivains et pouvoir à la Renaissance. Les écrivains italiens, le pouvoir de Charles Quint et l’idéologie impériale

Juan Carlos D’Amico
p. 15-42

Résumés

Cet article étudie les rapports, au cours de la première moitié du XVIe siècle, entre le pouvoir politique de Charles Quint et les hommes de culture italiens. Le plus souvent, les écrivains entretenaient eux-mêmes des rapports directs avec le pouvoir impérial. Certains dédiaient leurs œuvres à l’empereur, d’autres attendaient d’être sollicités par son entourage. Mais aussi, de nombreuses productions littéraires, élogieuses à l’égard de l’empereur, naissaient suite à un événement comme une alliance entre princes, une défaite militaire et ses conséquences politiques, l’arrivée de nouveaux alliés dans le camp impérial, ou étaient le moyen de prétendre à une pension. Les exemples analysés ici illustrent la contribution de plusieurs écrivains italiens comme l’Arioste, l’Arétin, le Trissin ou Paul Jove à la définition de l’idéologie à la base du programme politique impérial en Europe et la contribution de chacun à la création d’une nouvelle image iconographique et littéraire de Charles Quint en Italie.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article se propose d’analyser les liens entre les intellectuels italiens et le pouvoir politique de Charles Quint, au moment où se consolide en Italie, grâce à l’action diplomatique et militaire, l’influence espagnole sur un nombre important d’États de la péninsule. L’histoire des échanges entre hommes de culture et pouvoir politique dans la péninsule italienne est une réalité complexe où se mêlent le statut social de l’écrivain, son enracinement dans la géographie régionale et ses rapports avec les institutions. Durant le xvie siècle, les hommes de lettres ne bénéficient pas encore d’une véritable autonomie, ni d’un statut social suffisamment indépendant comme ce sera le cas au siècle suivant, et leur dépendance à l’égard du pouvoir est très forte. Ils se situent le plus souvent à l’intérieur d’une cour ou de la curie romaine ou bien dans des institutions comme les universités ou les ordres religieux.

2De manière générale, un écrivain qui exerce son activité littéraire à l’intérieur d’une cour de la Renaissance accepte les règles du mécénat. Souvent, son objectif est de stabiliser sa condition économique et d’améliorer sa situation sociale. Les écrivains ne revendiquent pas ouvertement et directement une plus grande autonomie dans leurs œuvres mais font part d’un certain nombre de frustrations et de critiques qui permettent de pointer leurs aspirations. L’insistance sur l’instabilité ou la précarité de leur propre condition, la critique de l’hypocrisie et de l’adulation des faux courtisans qui obtiennent injustement la faveur des princes et l’obligation d’adapter souvent leur activité littéraire aux exigences de la cour (fêtes mondaines, représentations de comédie, carnaval, etc.) sont les signaux évidents d’un souhait d’obtenir une reconnaissance et une autonomie plus grandes.

3Naturellement, il y a une sorte de pacte secret entre l’écrivain à la cour et le prince détenteur du pouvoir, car celui-ci doit reconnaître implicitement ou explicitement la fonction culturelle et sociale de l’écrivain, non seulement en tant qu’organisateur des spectacles mondains mais aussi en tant que créateur de prestige culturel, de gloire et, le cas échéant, de légitimité dynastique.

4La complexité du rapport entre l’homme de lettres et le prince et les possibles convergences d’intérêts entre les deux parties est évidente dans la logique de l’exaltation de la réalité, qui d’une part sert l’idéologie des princes et de l’autre leur rappelle aux princes leurs devoirs de libéralité envers les écrivains courtisans, fidèles et obéissants. Le discours élogieux, à l’intérieur d’un poème par exemple, trouve souvent son explication dans ce rapport. La plupart du temps il est extrinsèque à l’univers poétique du texte et l’auteur peut l’introduire par conviction idéologique, par obligation ou pour des raisons d’opportunité.

5En même temps, nous pouvons nous demander dans quelle mesure la littérature de la Renaissance traduit le désaccord de l’écrivain avec le pouvoir politique en place. La réponse à cette question doit être articulée, pour l’Italie, selon des critères géographiques et chronologiques. Les positions vis-à-vis du pouvoir peuvent être très différentes lorsque l’on s’éloigne de la logique de cour. Par conséquent, chaque fois qu’il s’agit de comprendre et d’interpréter le choix de tel ou tel écrivain, il faudra tenir compte des structures sociopolitiques à l’intérieur desquelles il agit. Certains écrivains deviennent des fuoriusciti, d’autres se réfugient dans la clandestinité, d’autres encore prônent la violence ou choisissent le compromis. Une majorité se situe dans des positions intermédiaires, dont l’infinie diversité peut dépendre de facteurs personnels ou de la nature du pouvoir en place. En effet, à travers son œuvre, l’écrivain est en mesure de répandre la gloire mais aussi l’infamie, et le cas plus éclatant de cette période est celui de l’Arétin, appelé le «  fléau des princes  ».

  • 1 André Rochon, «  Lo scrittore nella società rinascimentale : sollecitazioni, pressioni, repressioni (...)

6Mais l’œuvre d’un écrivain peut aussi contribuer, de façon directe ou indirecte, à mettre en valeur un programme culturel, ou appuyer une action politique, et prendre parti pour ou contre une idéologie dominante. Par exemple, cette fonction peut être remplie par des œuvres qui reflètent les intérêts politiques ou culturels d’un prince. Cela signifie, comme l’avait déjà souligné André Rochon, que les écrivains ont la possibilité de bénéficier de marges de manœuvres même à l’intérieur d’une logique contraignante comme celle du mécénat 1. C’est de cet aspect que nous entendons nous occuper aujourd’hui. En particulier, nous voulons mettre en évidence la manière dont les hommes de lettres italiens ont participé directement ou indirectement à la diffusion de la rhétorique impériale qui accompagnait le programme politique de Charles Quint en Europe.

7Le plus souvent, les écrivains entretenaient eux-mêmes des rapports directs avec le pouvoir impérial. Les uns dédiaient les fruits de leurs réflexions à l’empereur, les autres écrivaient des œuvres directement commanditées par son entourage ou attendaient patiemment un appel ou une commande de la cour. Mais il pouvait y avoir aussi d’autres raisons à la présence de louanges et de panégyriques de l’empereur dans la production littéraire de l’époque : une nouvelle alliance entre deux princes, un changement de politique suite à une défaite militaire, une recherche de protection, un ralliement à la politique impériale d’un individu, d’un groupe social ou d’une principauté.

Idéologie impériale

  • 2 Pour une bibliographie essentielle sur Gattinara, voir John M. Headley, The Emperor and his Chancel (...)

8Longtemps, l’historiographie du siècle dernier a vu dans le début du xvie siècle un moment crucial du processus de formation de l’État-nation, et relégué la présence de l’universalisme à un rôle de survivance médiévale, condamnée à une rapide disparition. Ainsi, Mercurino Gattinara et son idée d’Empire ont été souvent les victimes de cette tendance à parcourir l’Histoire en restant bien ancré à une interprétation téléologique. Le grand chancelier, à qui le jeune empereur avait confié les sceaux de son Empire en 1518, a souvent été considéré comme un homme appartenant à un passé médiéval, accidentellement fourvoyé dans l’époque de la naissante Europe des États nationaux et insensible à ce laboratoire de nouvelles idées politiques, sans préjugés et sans scrupules, qu’était l’Italie du xvie siècle   2.

  • 3 Voir notre article, «  Gattinara et la monarchie impériale de Charles Quint. Entre millénarisme, tr (...)

9En réalité, son projet politique s’inscrivait pleinement dans les mœurs de cette époque puisqu’il avait comme objectifs déclarés la paix entre princes chrétiens en Europe, le triomphe du christianisme dans le monde avant l’arrivée du «  millénium  » de paix ou du «  Jugement dernier  ». Le retour à un passé mythique comme celui de «  l’âge d’or  » ou l’utopie de la monarchie universelle, la victoire sur les infidèles et sur les hérétiques, la conquête de la Terre sainte : tels étaient les éléments indispensables à la réalisation de cette nouvelle palingénésie. Comme cela arrive fréquemment durant les périodes d’instabilité et d’incertitude, le millénarisme et le messianisme reprirent de l’ampleur et alimentèrent les espoirs d’une proche rédemption pour l’humanité. Naturellement, il s’agissait d’un projet à moyen et à long terme. Dans l’immédiat, les vrais objectifs visaient à donner une structure plus rationnelle aux territoires de Charles Quint et à garantir aux Habsbourg une influence prépondérante dans l’ensemble de l’Europe  3.

  • 4 Pablo Fernández Albaladejo, Fragmentos de Monarquía, Madrid, Alianza Editorial, 1992.

10Heinrich Lutz fut le premier à mettre en évidence l’aspect innovant du projet de Gattinara qui opposait au pluralisme médiéval un programme d’unification rationnelle de l’Empire de Charles Quint. Pablo Fernández Albaladejo a souligné la nécessité d’interpréter la présence de l’universalisme au début du xvie siècle comme une tendance politique globale avec des fondements différents de ceux qui caractérisaient la formation de l’État moderne 4.

  • 5 Sur les différentes acceptions du concept d’empire à cette époque, voir, entre autres, A. Pagden, L (...)
  • 6 Jean-Michel Sallmann, Charles Quint, l’empire éphémère, Paris, Payot, 2000, p. 211.
  • 7 Voir Marina Mestre Zaragoza, «  L’Empire de Charles Quint : le laboratoire politique de l’Europe mo (...)

11Ces dernières années, les travaux d’éminents spécialistes ont montré de manière évidente comment l’idée d’Empire à la Renaissance est polysémique et très complexe dans le croisement et les interrelations des différentes logiques qui la composent, à tel point qu’il est impossible de définir avec rigueur un concept d’Empire  5. L’empire de Charles Quint et le concept de monarchie universelle qui l’accompagne en sont un exemple, puisque l’élaboration de cette idée, liée à une logique religieuse, juridique et historique dans un ensemble de territoires qui se pense potentiellement sans frontière, est différente sous la plume d’un Gattinara, d’un Hernan Cortés, d’un Rodolfo Pio da Carpi ou d’un Ginés de Sepúlveda, et que, comme écrit Jean-Michel Sallmann, «  l’idée impériale se construisit au fur et à mesure que l’Empire lui-même se façonnait 6  ». Ainsi, cette construction politique originale fut un véritable laboratoire politique de l’Europe moderne 7.

12Le chancelier Gattinara connaissait les textes de la tradition prophétique, il était convaincu qu’ils pouvaient accompagner la propagande affichée par la cour et justifier la stratégie politique en Europe. La diplomatie impériale utilisa les arguments millénaristes pour répondre aux attentes de ceux qui jugeaient une issue eschatologique toujours possible et espéraient qu’un empereur s’emparât du Saint-Sépulcre. Dans cette même logique s’inscrivaient le pamphlet Pro divo Carolo apologetici écrit par Alphonse de Valdés peu avant le Sac de Rome et le discours adressé au peuple romain en 1529, à la veille du voyage de Charles Quint en Italie.

13La Weltanschauung de Gattinara était en parfaite adéquation avec l’idéologie gibeline de son temps et répondait à des attentes précises de groupes sociaux bien définis, en particulier celles des familles aristocratiques de foi impériale présentes dans différentes villes de la péninsule, qui avaient misé sur la victoire de Charles Quint et la défaite de son rival. Ces familles constituaient le réseau de clientèle du parti néo-gibelin en Italie.

L’Italie du xvie siècle

14Au cours de la première moitié du xvie siècle, l’Italie était morcelée en une vingtaine d’États dont les plus grands étaient le duché de Milan, le royaume de Naples, la république de Venise, la république de Florence et l’État de l’Église. La prospérité qui caractérisait l’époque précédente avait été mise à dure épreuve par les longues années de guerre pendant lesquelles s’affrontèrent, sur la péninsule, des armées étrangères poussées par l’avidité de conquête de souverains européens revendiquant des droits de succession sur Naples et sur Milan. Paradoxalement, alors que le pays traversait une grave crise politique, on assistait en même temps à l’épanouissement de la science politique, de la culture et de l’art. Machiavel, Guichardin, l’Arioste, Castiglione, Raphaël, Michel-Ange et tant d’autres écrivains et artistes conçurent et menèrent à terme leurs œuvres pendant ces années tourmentées alors que se déroulaient les tragiques événements qui opposèrent la France à l’Espagne et au Saint-Empire romain germanique, qu’on a pris l’habitude d’appeler les Guerres d’Italie (1494-1559). La bataille de Pavie en 1525, le Sac de Rome en 1527 et le couronnement de Charles Quint en 1530 mettaient fin à tout espoir de se libérer de l’ingérence étrangère et préparaient le terrain pour une longue période de domination espagnole sur la péninsule.

15L’attitude des villes italiennes envers le pouvoir impérial était très variée. Le royaume de Naples et le duché de Milan étaient au centre du conflit entre l’empereur et François Ier. L’État de l’Église et la république de Venise avaient des politiques fluctuantes et la république de Florence s›était rangée du côté français. En revanche, Sienne, Lucques et Mantoue étaient du côté impérial. Par ailleurs, les solutions prises par l’empereur furent très souvent de nature différente ; ce qui dénote l’attention qu’il portait aux réalités politiques locales. En effet, la politique italienne de l’empereur fut une politique très diversifiée, toujours prête à profiter des rivalités, des rancunes ou des discordes pour en tirer, chaque fois, le meilleur profit possible, non seulement à des fins politiques mais aussi économiques. Après le Traité de Barcelone, la Paix des deux dames et le Traité de Bologne en 1530, les Vénitiens et le pape s’accordèrent avec l’empereur, Ferrare s’appuya sur lui pour se défendre du souverain pontife et celui-ci, pour sa part, utilisa la puissance militaire impériale pour vaincre les républicains florentins.

16À cette époque, quels étaient les rapports que les écrivains italiens entretenaient avec le pouvoir de Charles Quint ? Quel a été, par exemple, le degré de participation des hommes de culture italiens à la définition de l’idéologie impériale ou leur contribution à la création d’une nouvelle image iconographique et littéraire de l’empereur ?

Charles Quint et les écrivains proches de Clément VII

  • 8 Oratione di Carlo imperatore fatta alli signori Spagnuoli nella sua partenza, con promesse di salut (...)
  • 9 Ibid., fol. 3r°.
  • 10 Ibid., fol. 4v°.

17En 1529, l’arrivée de l’empereur en Italie amène la diplomatie impériale à expliquer les raisons de ce voyage. En s’adressant au peuple romain, Charles Quint insiste sur son devoir de défenseur de la République chrétienne et de pacificateur entre les princes chrétiens 8. Son titre et sa dignité impériale l’obligent à ne pas s’occuper uniquement de ses États, mais aussi à veiller à la sécurité et à la paix universelle 9. Trois raisons, dit-il, le poussent à venir en Italie : la réforme de l’Église, redonner splendeur à la ville de Rome, commander lui-même une expédition pour reconquérir Constantinople et chasser les infidèles du Saint-Sépulcre 10. Son objectif est la réunification des deux Empires, d’Orient et d’Occident, et l’unité du monde chrétien. Il est évident que l’empereur n’avait aucune intention de s’engager pour le moment dans une conquête de Constantinople ou de Jérusalem puisque la situation financière était désastreuse. Toutefois, les spectateurs accourus à Bologne pour son couronnement furent étonnés par sa piété, sa mansuétude, sa dévotion envers le pape et le crurent sincère dans son intention de se dresser comme le bras armé de la chrétienté.

Casio de’ Medici

18L’attitude de Charles Quint à Bologne amena de nombreux hommes de culture à réviser leur jugement sur le nouveau maître de la péninsule, que ses partisans présentaient comme un deuxième Charlemagne. Après le couronnement, à l’intérieur même de l’Église romaine, certains hommes de lettres proches du pape utilisèrent le mythe de la monarchie universelle pour inciter Charles Quint à s’opposer, avec plus de fermeté, au danger que représentaient les Turcs. Ces derniers suscitaient une véritable angoisse collective ; ils obsédaient et terrifiaient les Européens car, après avoir conquis Belgrade, ils s’apprêtaient à assiéger Vienne. À la veille de l’arrivée de l’empereur en Italie, Casio de’ Medici, courtisan et poète lié à la famille de Clément VII, traduit dans ses vers consacrés à Charles Quint l’attente d’un renouvellement de la croisade associé au triomphe du christianisme.

  • 11 « Hieronimo Casio de’ Medici, Canzon ove si narra la strage, e il sacco di Roma, diritiva al catoli (...)

Si en toi, Charles, est enfermé
Le cœur de Mars, emploie-le à conquérir
Le tombeau du Christ,
Car, de ton Empire, on attend l’anéantissement
De la loi juive et de toute autre secte 11.

19Selon Casio, Charles Quint doit anéantir la loi juive et toutes les sectes, et diriger son armée vers l’empire de Soliman. Face au vainqueur de la guerre en Italie, les vers de ce courtisan expriment le désir de l’Église de Rome de voir le nouvel empereur se transformer en un instrument de sa politique. Le 16 janvier 1530, de Bologne, Charles Quint informait la reine Isabelle d’une concession financière pour la croisade. Le pape affectait, pour deux ans, le quart des revenus du clergé espagnol à la réalisation de cette entreprise.

Gilles de Viterbe et Pietro Galatino

  • 12 Voir Giuseppe Signorelli, Il cardinale Egidio da Viterbo, Florence, Ed. Fiorentina, 1929.

20Un personnage lié à l’Église de Rome s’insère ici de plein droit. Il s’agit de Gilles de Viterbe, qui, à cette époque, poursuivait un travail d’interprétation du Talmud que d’autres érudits préféraient ignorer ou blâmer. À l’instar de Johannes Reuchlin qui, en Allemagne, avait poursuivi le même travail pour la diffusion de la culture juive, il était convaincu que, même dans les textes juifs, on pouvait trouver des prophéties relatives à la mission du Christ  12.

  • 13 La lettre est publiée dans Johannes Felix Ossinger, Bibliotheca Augustiniana, Ingolstadt, Craetz, 1 (...)
  • 14 Egidio da Viterbo, «  Schechina e Libellus de litteris hebraicis  », François Secret (éd.), dans Ed (...)

21Clément VII, dans une lettre de juillet 1530, avait demandé au théologien d’éclairer les Saintes Écritures à l’aide de textes ésotériques et hébraïques 13. Dans son livre cabalistique intitulé Scechinah, Gilles de Viterbe, qui considérait Érasme comme un démon, était convaincu que Charles Quint était un agent de Dieu envoyé sur terre. La Scechinah, transcription latine du terme hébreu signifiant «  l’inhabitation de Dieu parmi les hommes  », s’adresse à Charles Quint pour lui révéler les secrets de la kabbale 14. Cette entité personnifiée révèle ainsi à l’empereur les secrets des chiffres, des lettres et des noms.

  • 15 Voir Eugenio Garin, La cultura filosofica del Rinascimento italiano, Florence, Sansoni 1961, p. 189
  • 16 François Secret, Les Kabbalistes chrétiens de la Renaissance, Neully s/Seine, Arma Artis, 1985, p.  (...)

22Pour la Schechinah, la découverte de nouvelles terres à évangéliser et l’arrivée d’un nouveau ministre de Dieu, tel Charles Quint, portera le pape Clément VII à libérer le monde de la cupidité et des dangers du Turc 15. Ce sera une nouvelle époque, un nouveau jubilé qui s’ouvrira pour la chrétienté, et le salut viendra de l’empereur : il porte sur lui le chiffre cinq qui est synonyme de libération du mal. Selon François Secret, la conversion du théologien à la cause de César était sans réserve 16.

  • 17 Francisco de Quiñones, Général des Franciscains, fut un protecteur de Galatino et l’avait probablem (...)
  • 18 On le retrouve dans la vision du pseudo Albertus Cartusiensis de Trente composée à Florence en 1503 (...)
  • 19 Par exemple, on le retrouve dans les vers de Luigi Tansillo (Poesie liriche, 177), de Vittoria Colo (...)

23D’autre part, le Sac de Rome de 1527, considéré comme le début des tribulations du clergé et la punition de l’Église infligée par un empereur providentiel, avait renforcé l’idée que le monde était en train de s’approcher du Jugement dernier. À cette époque, Pietro Galatino avait achevé son commentaire de l’Apocalypse. Dans son commentaire du texte johannique, le théologien franciscain, appartenant au cercle ecclésiastique le plus actif de Rome, désignait Charles Quint comme un instrument de la Providence : grâce à lui, les Musulmans, qu’il identifiait à la septième tête de la bête apocalyptique, subiraient une défaite rapide et totale. L’empereur aiderait ainsi le «  pape angélique » à ce qu’advienne «  unus pastor unumque ovile 17  ». Ce thème du rassemblement en un seul troupeau sous un seul pasteur fut très exploité par la tradition prophétique et encore très utilisé au début du xvie siècle 18. Il sera repris par de nombreux poètes et prosateurs et utilisé pour chanter les louanges de Charles Quint, souvent considéré comme le «  Dernier empereur  » et donc celui qui allait accomplir cette prophétie 19.

Paul Jove et «  l’ancienne Monarchie  »

24Après Bologne, le processus d’héroïsation de Charles Quint en Italie s’accélère brusquement. On en trouve des témoignages dans tous les genres littéraires : traités, panégyriques, poèmes, sonnets, œuvres philosophiques, prophéties. Mais c’est surtout dans les dédicaces des livres offerts à l’empereur que l’on enregistre le plus souvent le thème, sous forme de souhait ou de certitude, d’une rapide réalisation de la monarchie universelle.

  • 20 Voir Atti del Convegno Paolo Giovio. Il Rinascimento e la memoria, Como, Soc. Stor. Comense, 1985 ; (...)

25En 1531, Paul Jove, évêque de Nocera, publie un livre sur l’Empire ottoman qu’il dédie à Charles Quint. Auteur de nombreuses Vitae de personnages éminents, écrites en latin, Jove utilisait, comme il l’affirmait lui-même, une plume d’or pour louer ses amis, une plume de fer pour blâmer ses ennemis. Souvent jugé partial et peu fiable dans ses œuvres, l’écrivain de Côme entretint de bons rapports avec tous les puissants de son époque 20.

  • 21 Paolo Giovio, Commentario de le cose de’ Turchi […] a Carlo Quinto Imperadore Augusto, Rome, A. Bla (...)

26Au lendemain du couronnement impérial de Bologne, Jove commença probablement à écrire son Commentario de le cose de’ Turchi, ouvrage qui se voulait un précis sur l’organisation militaire des Turcs. Dans sa dédicace adressée à l’empereur, l’auteur explique pourquoi, après avoir consulté de nombreux textes et chroniques, il s’était décidé à écrire sur ce sujet. Selon lui, un tel ouvrage pouvait aider l’empereur à gagner la croisade contre les Turcs, et il voulait ainsi démontrer comment un écrivain pouvait être aussi utile qu’un chef militaire 21. L’issue favorable de la croisade serait sans doute décisive pour le sort de la République chrétienne et elle permettrait la réalisation de «  l’ancienne Monarchie  » vers laquelle semblait pencher la divine Providence :

  • 22 Ibid. : k, fol. 3v : «  […] par che Dio voglia condurre le cose de l’universo alla antica Monarchia (...)

[…] il semble que Dieu veuille ramener les choses de l’univers à l’ancienne Monarchie et rendre Votre Majesté, avec une seule victoire, aussi puissant qu’Auguste 22.

27L’empire de Soliman était un obstacle à la réalisation de la monarchie universelle et Jove voulait participer à sa destruction.

  • 23 Voir Juan Ginés de Sepúlveda, De rebus gestis Caroli Quinti, dans Opera, Madrid, Academia Histórica (...)

28Il est très probable que Jove profitât du deuxième séjour de Charles Quint à Bologne en 1532 pour lui présenter son ouvrage sur l’organisation militaire des Turcs avec l’intention de gagner sa faveur et d’obtenir une pension. Le chroniqueur espagnol Juan Ginés de Sepúlveda relate que l’empereur n’avait pas estimé nécessaire de récompenser Paul Jove de ses services et l’écrivain s’en était plaint à l’un de ses interlocuteurs à la cour romaine. Informé des médisances à son encontre, Charles Quint exigea des excuses 23 de l’écrivain.

  • 24 «  Dopo tanti triomphi et tante imprese/Cesare invitto e ‘n quelle parti e ‘n queste, /Tante et sì (...)

29Les exemples de Casio de’ Medici, de Gilles de Viterbe ou encore de Paul Jove laissent penser qu’après le couronnement de Bologne, il y eut une tentative de la part de la Curie romaine pour encourager l’empereur à entreprendre la conquête des territoires aux mains des infidèles, justifiée par le mythe d’une seule église dans un seul royaume. Ces exemples sont éloquents parce qu’ils montrent comment des hommes de culture s’adressèrent à l’empereur pour lui certifier que, malgré tous ses désaccords avec le pape et les cruautés commises par ses soldats en Italie, le sens de l’Histoire lui donnait raison. C’est sous son règne que cette utopie évangélique allait se réaliser et, avec elle, la fin de l’Histoire. L’entourage du pape entendait par cette opération symbolique alimenter le rêve d’une proche palingénésie et diffuser un climat d’attente et d’enthousiasme en vue de la prochaine et définitive croisade contre l’ennemi du Christianisme. Une attitude qui, d’ailleurs, ne fut pas exclusivement réservée à cette période car, sous le pontificat de Paul III aussi, certains hommes de culture, proches de la famille Farnèse, comme par exemple Annibal Caro, incitèrent l’empereur à devenir le monarque du monde 24.

Bartolomeo Carli Piccolomini et l’âge d’or

  • 25 Le Monte dei nove était constitué par les descendants des familles de riches marchands. De tendance (...)
  • 26 Sur la situation politique de Sienne à cette époque, voir Fausto Landi, Gli ultimi anni della Repub (...)

30En septembre 1524, le peuple siennois s’était révolté contre le gouvernement tyrannique de Fabio Petrucci, chef de la faction des Noveschi   25. À l’origine de cette révolte se trouvait le parti des Libertini dont le chef charismatique était le chancelier Mario Bandini appartenant au clan des Popolari   26. Au début de 1525, le Monte dei nove avait repris le gouvernement de la ville avec l’aide militaire du roi de France et de Clément VII. Les Siennois durent accepter le retour des Noveschi, une réforme du Grand Conseil et d’amples pouvoirs pour Alessandro Bichi, nouveau chef du Monte dei nove. Le 6 avril 1525, Alessandro Bichi fut assassiné lors d’une nouvelle insurrection populaire fomentée par les Libertini.

  • 27 Voir Filippo Luigi Polidori, «  La guerra mossa da Papa Clemente VII e dai fiorentini contro la cit (...)

31Après une nouvelle réforme de l’État, le nouveau gouvernement (la Balía) prit contact avec Charles Quint pour lui demander sa protection. Les républicains siennois considéraient les Florentins médicéens et le pape Clément VII comme leurs principaux ennemis. L’empereur assura son soutien au nouveau gouvernement et promit l’appui de l’armée impériale en cas de nécessité. En juin 1526, Clément VII, après avoir soutenu plusieurs tentatives isolées des fuoriusciti pour s’emparer à nouveau de la République, se décida à assiéger Sienne. Le siège dura plus d’un mois et se termina le 25 juillet par la bataille de Porta Camollia, qui aboutit à la victoire des milices siennoises et au départ précipité des troupes assiégeantes  27.

  • 28 « Vittoria gloriosissima deli Sanesi contro ali Fiorentini nel piano di Camollia a dì xxv di Lugli (...)
  • 29 «  Questo è quel Carlo già pronosticato/Che santa Chiesa debba humiliare :/Questo è quel sposo a la (...)

32Un poème anonyme, écrit pour célébrer cette victoire, porte les traces de l’espoir que suscitait chez les Siennois l’«  adventus  » de Charles Quint 28. En reprenant la prophétie du Deuxième Charlemagne, le poète anonyme présentait le monarque comme le dernier empereur qui, selon une croyance eschatologique, devait arriver à l’époque des « tribulations  », avant la fin du monde, pour humilier l’Église de Rome, accomplir la Réforme, convertir tous les infidèles, conquérir Jérusalem et couronner le «  pape angélique  » avec la couronne d’épines ceinte par le Christ sur le mont des Oliviers 29.

33En 1527, la République siennoise montra son dévouement à l’empereur en accordant de l’aide aux troupes de Charles de Bourbon qui marchaient vers Rome. Au-delà des aspects messianiques et providentiels qui pouvaient expliquer le Sac de Rome comme une punition divine contre la corruption de la Curie romaine, la politique de la République était dictée par la prudence et par la nécessité puisque seule la protection impériale lui permettrait de survivre sans se faire écraser par les intérêts des Florentins et du pape, toujours désireux d’augmenter leur ingérence sur le territoire siennois. Toutefois, en 1530, l’empereur manifesta son désir de voir la république de Sienne pacifiée et fidèle au Saint-Empire. Face à la difficulté à trouver un accord entre la Balía et les fuoriusciti Noveschi, il avait envoyé à Sienne un émissaire, Lope de Soria, et avait imposé une garnison de soldats espagnols dans la ville.

  • 30 Voir Salvatore Lo Re, «  Bartolomeo Carli Piccolomini : testimone e interprete della crisi senese ( (...)

34C’est la raison d’État qui poussa Bartolomeo Carli Piccolomini, chancelier de la République de Sienne en 1530, à écrire une Orazione de la pace dans laquelle il louait l’œuvre de médiation de l’ambassadeur impérial 30. Homme de culture engagé dans la vie politique, Carli Piccolomini était l’auteur de plusieurs discours politiques, écrits à des moments cruciaux de l’histoire siennoise, d’où ressort l’image d’un homme public qui se donne pour mission d’obtenir la concorde entre les clans rivaux siennois afin de retrouver la paix et d’éviter les dangers extérieurs pesant sur la République.

  • 31 «  Orazione de la Pace  » dans Antonio Pinelli, «  Messaggi in chiaro e messaggi in codice. Arte, u (...)

35Dans son Orazione della Pace, prononcée devant une assemblée populaire, Carli Piccolomini défend l’indépendance de l’État siennois avec sa constitution républicaine et avance des solutions de compromis entre les Noveschi et les Popolari, compromis qui, grâce aussi à la protection impériale, permettraient la survie de la République  31. Le chancelier veut que la République reste sous la protection de l’empereur, seul garant, selon lui, de la paix dans la ville. Pour Carli Piccolomini, c’était la seule façon d’éviter que Sienne ne tombât sous la férule de ses puissants voisins. Un choix politique modéré qui l’entraîna à traiter avec beaucoup d’emphase la portée historique de l’arrivée de Charles Quint en Italie. L’action qu’il mène en Italie doit être interprétée, selon Carli Piccolomini, comme voulue par la Providence. Comment ne pas voir dans les conditions favorables à l’empereur et les circonstances souvent contraires à ses opposants, la marque d’un destin providentiel ? La position de Carli Piccolomini n’est pas différente de celle de tant d’autres hommes de culture qui, après le couronnement, commencèrent à considérer l’empereur comme le pacificateur de l’Italie, l’homme qui ferait revivre les fastes du passé, le futur restaurateur d’une époque légendaire :

  • 32 «  […] Voi, col vostro splendore, ad arbitrio vostro rinnovate quella felicissima età d’oro  ». Ibi (...)

[…] vous, avec votre splendeur, de votre propre initiative, recréez cet âge si heureux que l’on appelle l’âge d’or  32.

  • 33 Pour une histoire plus détaillée des relations entre l’empereur et Sienne, voir Juan Carlos D’Amico (...)

36Cependant, la nouvelle alliance entre le pape et l’empereur en 1530 et son désir de favoriser le retour à Sienne de la faction noble des Noveschi fit rapidement évoluer l’image de Charles Quint parmi les membres des autres Monti qui se trouvaient au gouvernement de la République. Après de longues années de difficile cohabitation avec la protection impériale, les Siennois se révoltèrent contre les troupes du commissaire impérial, Diego Hurtado de Mendoza, en juillet 1552. Après avoir subi un terrible siège, la République de Sienne capitula en 1555 et son territoire fut donné à Côme de Médicis en échange d’une importante somme d’argent  33.

Arioste et le changement d’alliance

37En route vers Bologne pour une nouvelle rencontre avec le pape, en 1532, l’empereur s’arrêta à Mantoue où il fut reçu très cordialement par le duc, son fidèle allié. Pour accueillir l’empereur à Mantoue, se trouvait aussi l’Arioste, à la suite du duc de Ferrare qui, à l’époque, était en conflit avec Clément VII mais entretenait des rapports très cordiaux avec l’empereur. Le poète émilien, qui mourra l’année suivante à l’âge de 59 ans, venait de terminer la troisième et définitive version de son chef-d’œuvre, le Roland furieux. Enrichie de six nouveaux chants, cette nouvelle édition était le fruit d’un travail de perfectionnement de la langue, travail fondé sur les préceptes de Pietro Bembo que l’Arioste avait adoptés.

  • 34 L’Arioste, Orlando Furioso/Roland Furieux, Édition bilingue, introduction, traduction et notes d’An (...)
  • 35 «  La suprême Bonté devant de tels mérites/a décidé qu’il doit avoir le diadème/non seulement de ce (...)

38Dans le quinzième chant, les strophes ajoutées par le poète étaient un hommage à Charles Quint et à ses capitaines. Sur son navire, Astolphe demande des explications à Andronique sur la route à prendre pour retourner vers sa terre natale. La réponse de la femme dotée de pouvoirs surnaturels, annonce, de manière prophétique, la découverte d’un nouveau continent quelques siècles plus tard et sa conquête religieuse par de nouveaux Argonautes 34. Dans ces nouvelles terres, un jour la Croix et l’étendard impérial seront plantés par les invincibles capitaines de l’empereur «  le plus sage et le plus juste depuis Auguste  », favorisant ainsi la réalisation d’une prophétie évangélique : toute l’humanité rassemblée en un seul troupeau sous la conduite d’un seul pasteur 35.

  • 36 Léon E. Halkin, Érasme, sa pensée et son comportement, London, Variorum Reprints, 1988, p. 317.

39L’Église et l’Empire seront unis dans la conquête des territoires pour l’élargissement de la République chrétienne et la diffusion du christianisme dans le monde. Tout s’inscrit dans une logique providentielle dans laquelle la conquête par les capitaines impériaux des nouvelles terres découvertes est destinée à accomplir l’utopie de la monarchie universelle, la même dont Érasme disait d’elle qu’elle était le plus criminel des rêves politiques 36.

40Pour Andronique, la découverte du Nouveau Monde sera retardée par la volonté divine jusqu’à ce que le monde connaisse la réalisation d’un Empire chrétien universel :

  • 37 L’Arioste, op. cit., p. 106.

Dieu veut que cette route ait dès l’antiquité
été cachée, qu’elle le reste encore longtemps
et ne puisse jamais être connue, avant
que n’ait passé le sixième ou le septième âge ;
il veut, pour la montrer, attendre le moment
de soumettre le monde à une monarchie,
sous l’empereur le plus prudent et le plus juste,
qui ait été ou qui sera après Auguste 37.

41L’Arioste emploie des arguments chers à la rhétorique impériale. Le concept de monarchie universelle est établi ici par le poète, grâce à la récupération du mythe du règne d’Auguste, dont le nouveau César Auguste est le successeur naturel. La monarchie universelle est voulue par la divine Providence afin de ramener le genre humain au bonheur primitif du Saturnum regnum. Dans cette logique, le Saint-Empire est le digne successeur de l’Empire romain selon le principe de la Translatio imperii. Jésus était descendu sur terre dans une période de paix et de prospérité sous le règne d’Auguste. Pour Andronique, la découverte du Nouveau Monde est retardée par la volonté divine jusqu’à ce que le monde connaisse une nouvelle époque de paix sous l’empereur Charles Quint. Nous sommes en présence d’arguments rhétoriques nourrissant une chimère qui n’est plus la pacification de l’Italie mais celle du monde sous l’égide d’un Empire universel.

  • 38 Sur le mécanisme des prophéties chez l’Arioste, voir Juan Carlos D’Amico, «  Le mythe de l’âge d’or (...)
  • 39 «  Sorti du sang d’Autriche et d’Aragon, je vois/que naîtra sur le Rhin près de sa rive gauche/un p (...)

42Dans les vers prophétiques proférés par Andronique, utopie et apologie s’entremêlent et l’actualité historique donne des signes évidents du chemin tracé par la Providence 38. Par cette stratégie, les lecteurs contemporains retrouvaient dans la réalité historique de leur temps la preuve que la victoire du christianisme allait bientôt s’accomplir. Dans ces vers, la conquête territoriale des troupes impériales trouve une justification chrétienne et le rêve de la croisade se transformait ainsi en conquête impérialiste du nouveau monde. En restaurant la monarchie universelle, Charles Quint facilitera le retour de la justice dans le monde. Il fera revivre Astrée et rétablira la déesse sur son trône ainsi que toutes les vertus qui avaient été bannies de la terre 39. La «  vision impériale  » d’Andronique coïncide avec celle d’une République chrétienne dirigée par un empereur qui possède toutes les vertus du prince parfait : la justice, la tempérance, la clémence et la libéralité.

43Ces vers prêtés à Andronique étaient le reflet de l’enthousiasme qui s’était répandu après le couronnement bolognais de Charles Quint et l’espoir d’une époque de paix en Italie après plus de trente ans de guerre. À l’image de l’empereur «  supra partes  » garant de la justice et envoyé par la Providence s’ajoute l’idée d’une prochaine réalisation de la monarchie universelle dont on retrouve un vaste écho dans la littérature italienne postérieure au couronnement de 1530.

  • 40 Laudo dato da Carlo V imperatore nella causa vertente tra papa Clemente VII ed Alfonso duca di Ferr (...)
  • 41 Paolo Giovio, Le vite di dicenove huomini illustri, Venise, Bonelli, 1561, p. 348.

44Mais les stances ajoutées par l’Arioste dans ce chant ont surtout une relation directe avec le changement d’alliance opéré par le duc de Ferrare, Alphonse d’Este, récemment passé du côté impérial après avoir été un fidèle allié de la France. Une nouvelle amitié que l’empereur avait récompensée par son arbitrage en faveur du duc dans le conflit qui l’opposait à l’Église de Rome à propos de la possession des villes de Reggio d’Émilie et de Modène. Clément VII avait nommé Charles Quint arbitre absolu du contentieux et les deux parties devaient accepter sa décision 40. L’arbitrage se termina par un verdict en faveur du duc de Ferrare. Bien entendu, ce jugement avait aussi pour but de placer le duché sous la protection du Saint-Empire. Paul Jove, dans la biographie d’Alphonse d’Este, affirme que le duc savait que l’empereur finirait par lui donner raison, puisque de cette manière le duché de Ferrare reconnaissait implicitement la juridiction impériale sur son territoire 41. Dans le dernier remaniement de son chef-d’œuvre, l’Arioste célébra ce changement d’alliance en utilisant tous les arguments de la rhétorique impériale.

Bernardino Martirano et le Royaume de Naples

  • 42 Bernardino Martirano, Il pianto d’Aretusa, Naples, Loffredo, 1993.

45D’autres vers consacrés à Charles Quint nous mènent à Naples à la veille de l’entrée de l’empereur dans la capitale du royaume en novembre 1535. Il s’agit d’un poème intitulé Il pianto di Aretusa, dont l’auteur était le secrétaire impérial du collège Collatéral de Naples Bernardino Martirano. Ce poème fut écrit après l’expédition de Charles Quint à Tunis présenté par la propagande impériale comme une nouvelle croisade 42.

  • 43 «  Il successor di Cesar, che la chioma/di tre corone glorioso adorna, /per cui di novo a dar le le (...)

Le glorieux successeur de Jules César,
dont la chevelure est ornée de trois couronnes,
grâce à qui Rome à nouveau triomphante
redonne les lois au monde entier,
avait pris les armes pour enlever l’ancien fardeau
à la Grèce et pour rompre les cornes
au fier Sultan et conquérir
la terre où naquit et mourut le Christ 43.

  • 44 Ibid., p. 80.

46Narcisse, indifférent aux larmes d’Aréthuse, s’embarque à Naples pour suivre l’empereur dans l’expédition africaine contre le pirate Barberousse. Toutefois, avant d’aller vers Tunis, il se dirige vers Cumes pour consulter la sibylle et connaître à l’avance l’issue du conflit 44. Arrivé à Cumes, il apprend que la prophétesse, qui n’est autre que Costanza d’Avalos, comtesse de Francavilla, se trouve à Ischia. Quand Narcisse arrive dans l’île, la sibylle, inspirée par Apollon, lui apprend que la prise de la Goulette et de Tunis a déjà eu lieu, qu’il est inutile de mettre les voiles vers l’Afrique et qu’il ferait mieux de se précipiter auprès d’Aréthuse, qui, affligée par son ingratitude et sa cruauté, se laisse mourir. Mais il est déjà trop tard. L’âme d’Aréthuse, couronnée de laurier et installée sur un char triomphal, est en train d’abandonner la vie des mortels, alors que son corps en pleurs se transforme en fontaine. Narcisse, après avoir cherché désespérément et inutilement Aréthuse dans les eaux d’un fleuve, sera à son tour transformé en fleur par le dieu Amour.

  • 45 Ibid., p. 90.

47Dans les vers consacrés à la conquête de Tunis, la sibylle chante les louanges de l’empereur et des capitaines impériaux et compare l’expédition africaine à une nouvelle Iliade. La guerre est un mal nécessaire afin d’éviter que les chrétiens ne se voient obligés de renier leur foi et que le nom du Christ ne disparaisse de la Terre. Sous la plume apologétique du secrétaire impérial, les prouesses militaires de l’empereur sont dignes d’un cavalier de l’Apocalypse. Grâce à son courage sans borne et son immense habileté guerrière, il s’empare d’une forteresse, renverse les drapeaux ennemis et capture quatre-vingt-deux bateaux ennemis. De plus, lorsque l’eau vient à manquer et que la grande soif provoque des querelles parmi les soldats des différentes nations, voilà que le Christ en personne descend dans l’arène et met en fuite les Maures et les Turcs «  lançant du ciel les traits de sa foudre  », tel un Jupiter moderne 45.

  • 46 «  Ecco l’antico re scacciato priega/Cesare che ‘l suo regno li ritorni ; /veggio ch’a’ prieghi suo (...)

48C’est ainsi que l’empereur peut rasseoir sur le trône l’ancien roi de Tunis et lui apprendre à utiliser «  la justice et la pitié s’il veut que les siens lui restent fidèles 46  ». L’empereur, qui possède désormais naturellement la justice et la pitié en tant que prince élu par Dieu, est en mesure de transmettre sa science infuse pour le bien du roi et de ses sujets. Et c’est Mulay Hasan, remis sur le trône par l’empereur, qui, de son propre gré, demande à être son vassal et lui offre «  spontanément  » des terres de son royaume, y compris la Goulette, où l’empereur laissa une garnison. Le triomphe de l’aigle impérial fait désormais trembler l’Orient, et la Grèce toute entière l’appelle et l’attend pour se libérer de sa soumission à l’Ottoman. La monarchie de Charles s’incarne dans un État guerrier, capable de reconquérir Jérusalem, de détruire l’empire de la Porte, de supprimer tous les maux et de faire régner le christianisme et la paix dans le monde.

  • 47 Voir Juan Carlos D’Amico, « Les fêtes napolitaines de 1535 en lhonneur de Charles Quint : un carr (...)
  • 48 « Vedi c’hai poche figlie come questa/— perdonimi qual è bella o si tiene —./Ecco quanto piacer di (...)

49Il pianto d’Aretusa fut probablement récité devant l’empereur en 1535, car avant de faire son entrée à Naples le 25 novembre de cette année, Charles Quint séjourna dans la villa de Martirano 47. La ville de Naples, représentée par le secrétaire napolitain comme la fille de l’empereur, offrira à son père, jusque-là inconnu, un décor classique magnifique, digne du nouveau dominus mundi 48. Charles Quint avait hérité le royaume de Naples de son grand-père Ferdinand le catholique et, lors du Traité de Bologne de 1530, le pape avait reconnu sa souveraineté et plus tard lui avait donné l’investiture. Dans le royaume, administré par le vice-roi Pierre de Tolède, existait une cour où la pratique conjointe des armes et des lettres fut adoptée par l’aristocratie locale. Nombreux étaient ceux qui s’adonnaient à la pratique du pétrarquisme : des chefs militaires comme Alfonso d’Avalos, des courtisans et des fonctionnaires du royaume, tels que Luigi Tansillo, Angelo di Costanzo, Berardino Rota, Bernardino Martirano ou encore Bernardo Tasso, secrétaire du prince de Salerne. À ces poètes courtisans il faut ajouter aussi un nombre important de femmes, sensibles aux langages de la poésie et en l’occurrence poétesses elles-mêmes, comme Vittoria Colonna, Costanza d’Avalos, Giulia Gonzaga, Maria d’Aragona, Isabella Villamarino et bien d’autres.

  • 49 « Quella felice stella, e in ciel fatale/che fu compagna al nascimento altero/del gran Cesare Augu (...)

50À ces exemples nous pouvons ajouter celui de Veronica Gambara qui avait des sympathies gibelines et entretenait des relations épistolaires avec des hommes et des femmes proches des idéaux iréniques. Dans un de ses poèmes, Veronica Gambara compare Charles Quint à Auguste en s’appuyant sur la même étoile qui avait accompagné leur naissance. Dans ses vers, la monarchie universelle semble déjà avoir été accomplie par Charles Quint puisque le nouvel Auguste, devenu un Dieu parmi les mortels, a vaincu et uni non pas un mais deux mondes et apaisé toutes les discordes. Il mérite même plus de louanges et d’honneurs que son prédécesseur  49. À travers l’exemple de Veronica Gambara, nous pouvons constater que même chez les partisans d’une réforme de l’Église, l’utilisation du mythe impérial ne diffère pas de celle officiellement affichée par la cour impériale.

  • 50 Publié à Rome en 1535, cité par Fernando Checa Cremades, Carlo V y la imagen del héroe en el Renaci (...)
  • 51 Ludovico Dolce, Stanze composte nella vittoria africana havuta dal Imperatore, Gênes, G. A. Bellone (...)
  • 52 Publié à Venise en 1543, cité par Girolamo Tiraboschi, Storia della Letteratura italiana, Florence, (...)

51C’est à partir de la victoire de Tunis, en 1535, que commence à se consolider une image héroïque de l’empereur. À une iconographie déjà existante vient s’ajouter maintenant un autre volet qui trouve sa source d’inspiration dans les héros classiques comme Scipion ou Hannibal et mythologiques comme Hercule. Pour glorifier cette entreprise tunisienne, Eurialo Mariani d’Ascoli rédigea un poème intitulé Stanze sopra l’impresa de l’aquila  50 ; Ludovico Dolce, qui plus tard écrira une biographie de Charles Quint, composa lui aussi, à cette occasion, un poème pour honorer la victoire contre le pirate Barberousse 51 et Sigismondo Paolucci dit Filogenio fit de même en écrivant le poème I Trionfi di Carlo V nell’Africa e l’impresa di Tunisi 52. Dans tous ces ouvrages, on célèbre la victoire contre les infidèles réalisée par le nouveau maître du monde.

52Toute la remontée de Charles Quint vers le Nord de l’Italie fut une inlassable répétition d’arcs de triomphes sur lesquels figuraient les mythes du monde classique. Dans les constructions éphémères de bois et de plâtre, les artistes se laissaient emporter par l’imagination pour raconter la concrétisation d’un rêve, le retour d’un empereur qui ferait renaître la splendeur du passé. À Rome, on alla jusqu’à démolir quelques constructions pour permettre à Charles d’effectuer le même parcours que celui emprunté par les empereurs dans la Rome antique.

L’Arétin, un écrivain de combat

  • 53 Voir notre article intitulé : «  L’Arétin, poète et polémiste au service de la rhétorique impériale (...)

53L’Arétin, appelé par ses admirateurs le «  fléau des princes  », contribua lui aussi à forger l’image de Charles Quint en Italie comme celle d’un parfait prince de la Renaissance. Les rapports entre l’empereur et l’Arétin pendant les années où celui-ci vivait dans la république de Venise sont significatifs de la manière dont les princes cherchaient à obtenir la faveur des hommes de culture et de la manière dont ces derniers pouvaient s’en servir pour en tirer des bénéfices 53. En effet, la Sérénissime lui donnait une garantie de sécurité suffisante et représentait l’endroit idéal pour distribuer aux puissants, selon la générosité des émoluments reçus, les honneurs et les éloges.

54Jusqu’en 1536, l’Arétin, rangé plutôt du côté de François Ier, avait réservé à Charles Quint dans ces écrits un ton de dérision, d’ironie mordante et de haine qui faisait grincer des dents les agents impériaux en Italie. L’empereur était souvent décrit comme un prince misanthrope, ingrat, dissolu et malheureux à cause de son prognathisme. Charles était accusé d’être un luthérien, un Juif, d’avoir le « mal français  » et d’entretenir une relation incestueuse avec Béatrice de Savoie, sœur de l’impératrice Isabelle. En revanche, François Ier était pour l’Arétin l’incarnation du parfait prince vertueux, libéral et magnanime, un monarque protecteur des arts et des lettres, qui avait su reconnaître les mérites de l’Arétin en lui offrant une très précieuse chaîne en or.

  • 54 Pietro Aretino, Lettere, Paolo Procaccioli (dir.), Rome, Salerno, 1997-2002, vol. I, p. 124.

55Toutefois, un événement historique éclatant, survenu en février 1536, permit à l’Arétin de se rapprocher du parti impérial. En effet, la nouvelle de l’accord signé entre le Roi Très Chrétien et Soliman le Magnifique fut perçue avec frayeur par les habitants de la péninsule italienne et par les Vénitiens en particulier. L’Arétin en profita pour mettre en action un plan qu’il préparait depuis un certain temps. En mars 1536, il écrit une lettre à l’empereur qui se trouve à Naples, dans laquelle il accuse François Ier d’être un ennemi de la religion chrétienne. Dans une autre lettre, de juin 1536, l’écrivain loue Charles Quint comme le seul monarque fait à l’image divine et vante les mérites des écrivains qui permettent de perpétuer la mémoire des faits historiques et d’illustrer la gloire et la renommée des héros. Comme les capitaines qui combattent aux côtés du prince pour lui donner la victoire, les écrivains sont indispensables pour vaincre l’oubli, mais ils doivent être rémunérés selon leurs mérites car ils combattent contre le temps 54.

56Charles Quint tenait beaucoup à l’image que la postérité retiendrait de lui. Un écrivain comme l’Arétin, avec ses tirades dithyrambiques et sa créativité inépuisable, ne pouvait que flatter les désirs narcissiques de l’empereur. De plus, le monarque avait besoin à Venise d’un homme comme l’Arétin, capable de défendre sa politique et de rassurer les Vénitiens sur sa volonté de les aider contre la menace turque. Ainsi, en octobre 1536, l’Arétin reçoit la bonne nouvelle : l’empereur lui a accordé une pension annuelle de deux cents écus, à percevoir dans la Chambre de Milan.

  • 55 «  Io vi dico, SIRE, che cosí premettano i fati. Sí che cedendogli riconciliatevi col gran Cognato (...)
  • 56 Pietro Aretino, op. cit., liv. I, p. 441.

57À partir de ce moment, l’activité littéraire et diplomatique de l’Arétin comme ambassadeur officieux de l’empereur devint assidue. Le premier volume de ses lettres, qui sera publié en 1538, est un exemple significatif du soin avec lequel l’écrivain cherchait à gagner la faveur de la cour de Charles Quint et des partisans de l’Empire en Italie. De plus, il écrit plusieurs lettres à François Ier l’exhortant à rompre l’alliance avec les Turcs, à rentrer dans la ligue formée par les Vénitiens, Paul III et Charles Quint, et à œuvrer avec son beau-frère impérial pour organiser la conquête du Saint-Sépulcre  55. Il écrit aussi une lettre aux gouverneurs vénitiens en les invitant à ne pas chercher d’autres alliances puisque ils sont déjà alliés à un homme envoyé par la Providence  56.

  • 57 Ibid., liv. I, p. 528.
  • 58 Giovanni Falaschi, Progetto corporativo e autonomia dell’arte in Pietro Aretino, Messina, D’Anna, 1 (...)
  • 59 Paul Larivaille, Pietro Aretino, Rome, Salerno, p. 293.

58C’est en 1543 que l’Arétin rencontre l’empereur à Peschiera del Garda : un moment de gloire mondaine dont il sera toujours très fier. C’est à cette occasion que l’empereur aurait proposé à l’écrivain de le suivre à la cour, mais l’Arétin, hostile à l’idée de devenir courtisan, déclina courtoisement l’invitation et fut prié par l’empereur de pallier ce refus par ses écrits  57. «  Créateur de renommée et artisan d’images  » comme le définit Giovanni Falaschi 58, il écrivait des lettres et des poésies de circonstance pouvant être assimilées à de vrais portraits d’apparat. Il «  peignait avec la plume  » comme écrit son plus grand biographe, Paul Larivaille, et savait construire des images «  glorieuses et divines 59  ». Ces images littéraires, tout comme les tableaux exécutés par le Titien ou par Leone Leoni, devinrent des éléments actifs de la propagande impériale et permirent à l’empereur de répandre sa gloire et sa renommée.

  • 60 Voir Simón Díaz, «  El mecenazgo en la España de los Austrias  », dans Le Livre dans l’Europe de la (...)

59Charles Quint était bien conscient du rôle que la culture et les arts pouvaient apporter à son image, à sa gloire et à ses ambitions 60. En s’assurant les services de l’Arétin, l’empereur avait montré une grande perspicacité en matière de propagande culturelle. Son but était de se garantir un solide appui dans ce processus de renversement de son image en Italie, qui avait commencé à Bologne. À celle des pasquinades, qui le représentaient comme un tyran barbare, avare, cruel et dissolu, ami de Luther et des Juifs, peu à peu se substitua l’image d’un parfait prince chrétien, clément, magnanime et pieux, que l’on trouve dans de nombreux documents et œuvres littéraires de l’époque.

  • 61 Franco Gaeta, «  Dal comune alla corte rinascimentale  », dans Letteratura Italiana, Turin, Einaudi (...)
  • 62 Voir aussi Francesco Ugolini, «  Carlos V en la literatura italiana de su tiempo  », dans Cuadernos (...)

60Comme l’écrivait Franco Gaeta, la spécificité de l’Arétin fut de dégrader la profession de l’intellectuel au niveau de l’écriture ouvertement soudoyée, qui exploitait avec ostentation, pour ses propres besoins, la volupté des autres 61. L’Arétin eut une part de responsabilité dans la diffusion de l’image mythifiée de Charles Quint 62. Comme beaucoup d’autres, il apporta sa contribution à la propagande impériale et indirectement à une légitimation de la présence espagnole dans la péninsule italienne. Avec un salaire versé régulièrement, d’abord à Milan puis à partir de 1547 à Venise, se réalisait ce pacte secret entre l’écrivain et le prince qui était la base du mécénat. La seule anomalie était que l’Arétin n’était pas un courtisan, mais déjà un écrivain salarié hors de la Cour.

Le Trissin, un noble vicentin ennemi de Venise

  • 63 Voir Giuseppe Faggin, «  Giangiorgio Trissino e l’Impero  », dans Convegno di Studi su Giangiorgio (...)

61Né à Vicence, Giangiorgio Trissino (le Trissin) appartenait à l’aristocratie de terraferma, exclue des rênes du pouvoir par les Vénitiens. Cette aristocratie devait tous ses bénéfices et ses privilèges aux empereurs germaniques. La plupart se considéraient comme leurs vassaux et étaient dévoués à la cause impériale. La connotation universelle du projet politique et religieux qui enveloppait l’idée impériale suffisait à justifier leur attitude 63. La famille des Trissino avait, par le passé, pris position en faveur de Maximilien Ier et participé activement à la guerre contre Venise. En 1509, le gouvernement vénitien bannit Giangiorgio Trissino de sa ville natale. En 1532, Charles Quint lui octroya le titre de comte palatin et confirma son titre de chevalier de la Toison d’Or, offert par son grand-père Maximilien Ier, et consentit à ce que l’aigle impérial et la toison d’or s’inscrivent sur le blason de sa famille.

  • 64 Giangiorgio Trissino, L’Italia liberata dai Goti, Paris, Cavelier, 1729.

62En 1547, à l’époque de la victoire de Charles Quint, à Mühlberg, sur les princes réformés de la ligue de Smalkalde, Giangiorgio Trissino publia un poème héroïque composé de vingt-sept livres intitulé l’Italia liberata dai Goti, qui raconte la guerre entre les Ostrogoths et les Byzantins de 535 à 539 64. Le poème, dédié à Charles Quint, racontait une épopée qui exaltait l’idée impériale et sa fonction «  pacificatrice  » dans le monde. L’épître dédicatoire reflète l’optimisme d’un écrivain de foi gibeline, qui considère comme proche la conquête de Constantinople, seul obstacle à franchir avant la concrétisation du rêve impérial. Aux yeux de Trissino, Charles Quint apparaît comme le pacificateur de l’Italie, donc le digne successeur de Justinien. Voici l’hommage que l’auteur rend dans sa dédicace au souverain espagnol :

  • 65 «  Vostra Maestà si è posta a far emendare gli abusi e le sinistre interpretazioni delle leggi dell (...)

Votre Majesté se propose de faire corriger les abus et les mauvaises interprétations des lois de la religion chrétienne, elle a pacifié l’Italie, elle l’a libérée des guerres, elle a retiré l’Afrique des mains des Turcs, elle a uni la France à son amitié, et corrigé l’Allemagne en la réduisant au vrai culte de l’Église catholique et s’il plaît à Dieu, bientôt elle libérera l’Asie et toute la Chrétienté de l’agression des Ottomans ; et tout comme Justinien rallia à l’Empire la foi de la Rome Antique, laquelle est à la tête de l’Empire occidental, de même, s’il plaît à Dieu, Votre Majesté lui ralliera la foi de la nouvelle Rome, c’est-à-dire Constantinople, laquelle est à la tête de l’Empire Oriental, et toutes ces choses ont été et seront pour Votre Majesté beaucoup plus merveilleuses et formidables, qu’elles ne le furent pour Justinien, car lui a fait faire toutes les dites guerres par Bélisaire, son excellent capitaine, et par ses très respectables autres ministres, alors que Votre Majesté les a presque toutes faites en y étant présent et de sa propre personne 65.

63Les vers que Trissino dédie à l’empereur et qu’il intercale dans son histoire, renvoient l’image d’un héros chevaleresque animé d’une grande foi et de la certitude de faire une guerre juste pour défendre ses propres vassaux et l’Église. Pour Trissino, Charles Quint a été envoyé par la Providence pour faire régner la justice sur la terre. Il est le bras séculier de Dieu et son devoir est d’instaurer un nouvel âge d’or. Trissino insiste sur le caractère mondial et messianique du futur Empire, dont l’extension territoriale ne permet aucune comparaison possible avec le passé.

64D’autre part, le poète, par le biais de stratégies narratives spécifiques comme, par exemple, la prophétie, revient sur les événements historiques qui s’étaient produits alors qu’il écrivait son long poème. Dans le XXIVe livre, Dieu accorde à Narsès, capitaine de Bélisaire, de s’entretenir avec une sibylle lors de son voyage à Rome. Selon le modèle déjà présent dans le Roland furieux, pendant l’entretien, la sibylle montre à Narsès une série de salles où sont peintes des scènes de l’avenir, en particulier des épisodes illustrant la gloire des plus grandes familles d’Europe dont la maison d’Autriche. L’une des peintures concernait la bataille de Mühlberg que l’empereur venait de gagner contre les princes protestants de la ligue de Smalkalde, en 1547.

65Pour Trissino, comme pour la majorité des catholiques, d’un côté se trouvaient «  les Allemands hérétiques, rebelles à la foi chrétienne et à l’Empire  », et de l’autre :

  • 66 Ibid., liv. XXIV, vol. II, p. 239. «  [Da l’altra parte] il Correttor del mondo/Sopra il suo feroci (...)

[De l’autre côté] le Censeur de la Terre
Sur son féroce coursier
il sera armé intrépide et viril,
Et encouragera tous ses escadrons
Quelque peu troublés par les boulets ardents
Que tiraient ces horribles ennemis 66.

66Ces vers transmettent l’image d’un héros chevaleresque, capable de combattre à lui seul les plus farouches ennemis du christianisme. Le valeureux chevalier est animé d’une grande foi et de la certitude de faire une guerre juste pour défendre ses propres vassaux et l’Église. Il apparaît comme un nouveau saint Georges luttant contre le terrible dragon, ou encore un «  Amadis de Gaule  » se mesurant à des êtres monstrueux.

  • 67 Ibid. liv. XXIV, p. 241.

67On retrouve la présence du monde de la chevalerie dans le mythe impérial, présence qui permet de relier la figure du héros classique à celle du héros chrétien. La peinture du Titien et la sculpture de Leone Leoni offriront un apport plastique à ce même concept. Charles Quint, qui se serait exclamé en traversant l’Elbe : «  Veni, vidi, Christus vicit  », défend l’unité religieuse et c’est pour cette raison qu’il bénéficie de l’intervention divine qui, comme dans l’épisode biblique de Josué, arrête la course du soleil afin de permettre la victoire des troupes catholiques 67.

Danese Cattaneo et l’impérialisme chrétien

  • 68 « Te quinto Carlo, honor de grandi Augusti, /l’Angelo sopra l’Albi allor sostenne, /Quando la spad (...)

68Sculpteur et architecte, élève de Sansovino, ami de l’Arétin et de Bernardo Tasso, Danese Cattaneo se délecta, comme tant d’autres artistes, à écrire des poèmes. En 1562, Cattaneo publia un poème chevaleresque intitulé Amor di Marfisa qui raconte les tourments de la sœur de Roger, à l’époque où Charlemagne avait vaincu les Lombards. Dans le onzième chant, écrit après la mort de Charles Quint, Cattaneo revient sur la victoire de l’empereur à Mülhberg pour le comparer à Jules César. Selon Cattaneo, l’empereur avait vaincu ses ennemis avec la même rapidité que le «  dictateur  » romain et, cette fois-ci, la main qui conduisait les troupes catholiques à la victoire était celle du Christ  68. Mais, comme Charles Quint était déjà mort au moment où Cattaneo s’apprêtait à publier le texte, il désigna son fils, Philippe, comme le monarque universel :

  • 69 Ibid., p. 30. «  Veggo un del seme tuo che l’Ottomano/Furor vinto, la terra in pace regge ; /Vedo c (...)

Je vois quelqu’un de ta lignée qui ayant vaincu
La fureur Ottomane, gouverne le monde en paix ;
Je vois que tout mortel comme un roi l’honore,
Et que le monde entier adore le Christ seul 69.

69Malgré l’échec de la succession de Philippe au trône impérial, le mythe de la monarchie universelle restera attaché à son nom, transformant ainsi une mission qui théoriquement revenait à l’empereur du Saint-Empire en un espoir rattaché à la monarchie espagnole. Cattaneo, en pleine époque de la Contre-Réforme, intégrait toute l’histoire de l’homme à l’intérieur d’un dessein inéluctable inscrit dans les étoiles par la prescience divine dans lequel seule une partie limitée des actions humaines était réservée au libre arbitre.

Conclusion

70Nous sommes arrivés à la fin de ce parcours le long duquel nous avons voulu montrer, par le biais de quelques exemples paradigmatiques, la complexité des rapports entre les hommes de lettres italiens et le pouvoir de Charles Quint. Un empire universel n’avait jamais existé et personne ne pensait sérieusement qu’il se réaliserait un jour. Néanmoins, le Saint-Empire véhiculait tout un système symbolique apte à maintenir vivant l’espoir d’un idéal d’ordre et d’unité. L’aigle et la croix symbolisaient et légitimaient le triomphe du christianisme et l’unification du monde sous un seul pasteur. La fin de la guerre et la perspective de vivre une époque de paix renouvellent les espoirs d’un royaume utopique où régneraient la justice et l’ordre social.

71Nous sommes dans une période où l’alliance de fait entre le pouvoir politique et les hommes de culture consacra le triomphe des régimes absolutistes. Cette alliance fut pour les princes de la Renaissance une façon de consolider et de légitimer leur propre pouvoir aux yeux d’une opinion publique en expansion, grâce au développement de l’imprimerie et à la place prépondérante qu’assumaient la peinture et la sculpture. Dans ce contexte, une partie des hommes de lettres italiens, pour des raisons parfois très différentes, apportèrent leur contribution à la propagande impériale et, indirectement, à la légitimation de la présence espagnole dans la péninsule italienne.

Haut de page

Notes

1 André Rochon, «  Lo scrittore nella società rinascimentale : sollecitazioni, pressioni, repressioni  », dans Problemi, 55, 1979, p. 115-131.

2 Pour une bibliographie essentielle sur Gattinara, voir John M. Headley, The Emperor and his Chancellor. A study of the Imperial Chancellery under Gattinara, New York, Cambridge Univ. Press, 1983, p. 166-181 et Manuel Rivero Rodríguez, Gattinara y el sueño del Imperio, Madrid, Silex, 2005, p. 161-247.

3 Voir notre article, «  Gattinara et la monarchie impériale de Charles Quint. Entre millénarisme, translatio imperii et droits du Saint-Empire  », dans Astérion http://asterion.revues.org/2250#sthash.bnN6zcbq.dpuf

4 Pablo Fernández Albaladejo, Fragmentos de Monarquía, Madrid, Alianza Editorial, 1992.

5 Sur les différentes acceptions du concept d’empire à cette époque, voir, entre autres, A. Pagden, Lords of All the World. Ideologies of Empire in Spain, Britain and France. 1500-1800, New Haven/London, Yale Univ. Press, 1995 ; Theories of Empire, 1450-1800, David Armitage (éd.), Aldershot, Ashgate, 1998 et Idées d’Empire en Italie et en Espagne (xive au xviie siècles), F. Crémoux et J.-L. Fournel (dir.), Rouen, PURH, 2010.

6 Jean-Michel Sallmann, Charles Quint, l’empire éphémère, Paris, Payot, 2000, p. 211.

7 Voir Marina Mestre Zaragoza, «  L’Empire de Charles Quint : le laboratoire politique de l’Europe moderne  », dans Erytheis, n°  3, septembre 2008, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00423150

8 Oratione di Carlo imperatore fatta alli signori Spagnuoli nella sua partenza, con promesse di salute a tutti li christiani, ma particolarmente alla Sedia Apostolicha et al popolo romano, (s.l., s.d.).

9 Ibid., fol. 3r°.

10 Ibid., fol. 4v°.

11 « Hieronimo Casio de’ Medici, Canzon ove si narra la strage, e il sacco di Roma, diritiva al catolico re di Spagna et de’ Romani, Carlo Quinto eletto imperatore…, (s.l.n.d.), fol. 3r°-3v° : «  Se in te Carlo si serra/Di Marte il Core, opralo a far acquisto/Del Sepolchro di Christo, /Che ad annullare al tuo imperio s’espetta  ». C’est nous qui traduisons. Sur Girolamo Pandolfi originaire de Casio, voir article ad vocem dans Dizionario Biografico degli Italiani, Rome, Treccani, vol. 80 (2014) : http://www.treccani.it/enciclopedia/girolamo-pandolfi_%28Dizionario_Biografico%29/

12 Voir Giuseppe Signorelli, Il cardinale Egidio da Viterbo, Florence, Ed. Fiorentina, 1929.

13 La lettre est publiée dans Johannes Felix Ossinger, Bibliotheca Augustiniana, Ingolstadt, Craetz, 1768, p. 191-193.

14 Egidio da Viterbo, «  Schechina e Libellus de litteris hebraicis  », François Secret (éd.), dans Edizioni Nazionali Pensiero Italiano, Rome, Cent. Int. di Studi Umanistici, 1959, II, n°  10.

15 Voir Eugenio Garin, La cultura filosofica del Rinascimento italiano, Florence, Sansoni 1961, p. 189.

16 François Secret, Les Kabbalistes chrétiens de la Renaissance, Neully s/Seine, Arma Artis, 1985, p. 113-120.

17 Francisco de Quiñones, Général des Franciscains, fut un protecteur de Galatino et l’avait probablement incité à écrire, avant 1524, ses Commentaria in Apocalypsim. Voir Roberto Rusconi, «  An Angelic Pope before the Sack of Rome  », dans Prophetic Rome in the high Renaissance Prophetic Rome period, Marjorie Reeves (éd.), Oxford, Clarendon press, 199, p. 159.

18 On le retrouve dans la vision du pseudo Albertus Cartusiensis de Trente composée à Florence en 1503 (Donald Weinstein, Savonarole et Florence, Paris, Calmann-Lévy, 1973, p. 346-364) et dans un ouvrage de Paulus Angelus, dédié à Clément VII et publié en mai 1524 («  Oratio vulgatis Hyeronymi alias Salvatoris Angeli…  », in Epistola Pauli Angeli […] in Sathan ruinam Tyranidis…, s.l., 1524, Bib. nat. de France, Rés. D 67936, fol. I, 3r°). Sur l’auteur de cette dernière épître voir aussi François Secret, «  Paulus Angelus descendant des empereurs de Byzance et la prophétie du pape angélique  », in Rinascimento, Florence, Sansoni, 1962, vol. II, IIe serie, p. 211-214.

19 Par exemple, on le retrouve dans les vers de Luigi Tansillo (Poesie liriche, 177), de Vittoria Colonna (Rime, 384), de l’Arioste (Roland Furieux, xv, 26).

20 Voir Atti del Convegno Paolo Giovio. Il Rinascimento e la memoria, Como, Soc. Stor. Comense, 1985 ; Price Zimmermann, Paolo Giovio. The Historian and the Crisis of the Sixsteenth-Century in Italy, Princeton University Press, 1995 et Yves Marie Bercé, «  L’identification des héros de l’histoire selon Giovio  », dans Passer les Monts : Français en Italie-l’Italie en France (1495-1525), Jean Balsamo (éd.), Paris, H. Champion, 1998, p. 14-22.

21 Paolo Giovio, Commentario de le cose de’ Turchi […] a Carlo Quinto Imperadore Augusto, Rome, A. Blado, s.d. [1531], a, fol. 1v.

22 Ibid. : k, fol. 3v : «  […] par che Dio voglia condurre le cose de l’universo alla antica Monarchia per far Vostra Maestà con una sola vittoria, così in effetto come in Cesar Augusto  ». C’est nous qui traduisons.

23 Voir Juan Ginés de Sepúlveda, De rebus gestis Caroli Quinti, dans Opera, Madrid, Academia Histórica, 1780, II, 534-535 (liv. XXX, 33).

24 «  Dopo tanti triomphi et tante imprese/Cesare invitto e ‘n quelle parti e ‘n queste, /Tante et sì strane genti amiche e infeste, /Tante volte da voi vinte et difese, /Fatta l’Africa ancella, et l’armi stese/Oltra l’occaso, et poi che ‘n pace haveste/La bella Europa, altro non so che resta/A far vostro del mondo ogni paese :/Che domar l’Oriente e incontrar il Sole/Gir tant’oltra vincendo, che d’altronde/Giunta l’Aquila al nido, ond’ella uscio, /Possiate dir, vinta la terra et l’onde, /Quasi humil vincitor che Dio ben cole, /Signor quanto il Sol vede è vostro et mio ». Rime diverse di molti eccellentissimi auttori nuovamente raccolte, Venise, Giolito de’ Ferrari, 1549, vol. I, p. 244.

25 Le Monte dei nove était constitué par les descendants des familles de riches marchands. De tendance guelfe, ces familles s’étaient emparées, à plusieurs reprises, du pouvoir. Ses opposants étaient le Monte del popolo et le Monte dei riformatori.

26 Sur la situation politique de Sienne à cette époque, voir Fausto Landi, Gli ultimi anni della Repubblica di Siena (1525-1555), Sienne, Cantagalli, 1994 ; Arnaldo D’Addario, Il problema senese nella storia italiana della prima metà del Cinquecento, Florence, Le Monnier, 1958 ; Anne-Katherine Chiancone Isaacs, «  Impero, Francia, Medici. Orientamenti politici e gruppi sociali a Siena nel primo Cinquecento  », dans Firenze e la Toscana dei Medici nell’Europa del Cinquecento, Florence, Olschki, 1983, vol. I, p. 249-270 et Françoise Glenisson-Delannée, «  Esprit de faction, sensibilité municipale et aspirations régionales à Sienne entre 1525 et 1559  », dans Quêtes d’une identité collective chez les Italiens de la Renaissance, Paris, C.I.R.R.I., Université de la Sorbonne Nouvelle, 1990, vol. XVIII, p. 175-308.

27 Voir Filippo Luigi Polidori, «  La guerra mossa da Papa Clemente VII e dai fiorentini contro la città di Siena per rimettervi i Noveschi l’anno 1526, narrazione di autore ignoto  », dans Archivio Storico Italiano, Appendice VIII (1850), p. 256-342 ; Maria Callegari, «  Il fatto d’armi di Porta Camollia nel 1526  », dans Bullettino Senese di Storia Patria, XV, 1908, p. 307-381.

28 « Vittoria gloriosissima deli Sanesi contro ali Fiorentini nel piano di Camollia a dì xxv di Luglio anno mdxxvi, dans Guerre d’Italia (1483-1527), vol. II, Modène, Panini, 1989, p. 673-696.

29 «  Questo è quel Carlo già pronosticato/Che santa Chiesa debba humiliare :/Questo è quel sposo a la giustitia dato/Che linfedeli debba battezzare/Come in Hierusalem sarà passato/LAngelico Pastor là incoronare/De la santa Corona de le Spine/Dove el Signor patì sue discipline.  » Ibid., p. 680.

30 Voir Salvatore Lo Re, «  Bartolomeo Carli Piccolomini : testimone e interprete della crisi senese (1525-1531)  », dans Transalpina, n°  17 (2014), p. 65-83.

31 «  Orazione de la Pace  » dans Antonio Pinelli, «  Messaggi in chiaro e messaggi in codice. Arte, umanesimo e politica nei cicli profani del Beccafumi  », Ricerche di Storia dell’Arte, 53, 1994, p. 62-65.

32 «  […] Voi, col vostro splendore, ad arbitrio vostro rinnovate quella felicissima età d’oro  ». Ibid., p. 62.

33 Pour une histoire plus détaillée des relations entre l’empereur et Sienne, voir Juan Carlos D’Amico, « Nemici e libertà a Siena : Carlo V e gli spagnoli  », dans L’ultimo secolo della Repubblica di Siena. Politica e istituzioni, economia e società. M. Ascheri e F. Nevola (éd.), Sienne, Accademia senese degli Intronati, 2007, p. 107-139.

34 L’Arioste, Orlando Furioso/Roland Furieux, Édition bilingue, introduction, traduction et notes d’André Rochon, Paris, Les Belles Lettres, 2008, vol. II, p. 106. L’Arioste célébrera à nouveau les vertus héroïques des capitaines impériaux au chant xxxiii par le biais de Bradamante qui voit dans une série de fresques la représentation des Guerres d’Italie. Voir Walter Moretti, « Carlo V e i suoi “capitani invitti” nel Furioso del 1532  », dans Rinascimento meridionale e altri studi, Naples, Soc. ed. Nap., 1987, p. 321-331 ; Gonaria Floris, «  I “capitani invitti” di Carlo V nel XV canto del Furioso  », dans Sardegna, Spagna e Stati italiani nell’età di Carlo V, Bruno Anatra, Francesco Manconi (éd.), Rome, Carocci, 2001, p. 85-95. Voir aussi Francis A. Yates, «  Charles Quint et l’idée d’Empire, dans Les Fêtes de la Renaissance, Paris, CNRS, 1960, vol. II, p. 57-97 et Mario Santoro, Ariosto e il Rinascimento, Napoli, Liguori, 1989, p. 302-310.

35 «  La suprême Bonté devant de tels mérites/a décidé qu’il doit avoir le diadème/non seulement de cet immense empire qu’eurent/Auguste, Trajan, Marc et Septime Sévère ; /mais de chaque contrée, extrême ici et là, /qui n’ouvre pas la route au soleil, aux saisons ; /et elle veut aussi que sous cet empereur/il n’y ait qu’un pasteur et qu’une bergerie.  » L’Arioste, op. cit., p. 107.

36 Léon E. Halkin, Érasme, sa pensée et son comportement, London, Variorum Reprints, 1988, p. 317.

37 L’Arioste, op. cit., p. 106.

38 Sur le mécanisme des prophéties chez l’Arioste, voir Juan Carlos D’Amico, «  Le mythe de l’âge d’or et le mécanisme de la prophétie dans le Roland Furieux  », dans Récit et Identité collective, Caen, PUC, 1999 et Idem, «  Bradamante, Ruggiero e le false profezie nel Furioso  », dans Chroniques italiennes web19 (1/2011), http://chroniquesitaliennes.univ-paris3.fr/PDF/web19/Damicoweb19.pdf (p. 1-19).

39 «  Sorti du sang d’Autriche et d’Aragon, je vois/que naîtra sur le Rhin près de sa rive gauche/un prince, à la valeur duquel je ne compare/aucune autre valeur, dont on parle ou écrive./Je vois par lui Astrée replacée sur son trône, /ou mieux remise en vie de morte qu’elle était ; /et par lui les vertus, que le monde chassa/en la chassant aussi, pouvoir rentrer d’exil  ». L’Arioste, op. cit., p. 107.

40 Laudo dato da Carlo V imperatore nella causa vertente tra papa Clemente VII ed Alfonso duca di Ferrara, in Colonia li 24 Dicembre 1530, Bologne, 1531, dans Johann Christian Lunig, Das Teutsche Reichs-Archiv, Leipzig, F. L. Erben, 1713-1714, vol. VI, p. 713.

41 Paolo Giovio, Le vite di dicenove huomini illustri, Venise, Bonelli, 1561, p. 348.

42 Bernardino Martirano, Il pianto d’Aretusa, Naples, Loffredo, 1993.

43 «  Il successor di Cesar, che la chioma/di tre corone glorioso adorna, /per cui di novo a dar le leggi Roma/al mondo tutto trionfando torna, /preso avea l’arme per levar la soma/antica a Grecia, e per fiaccar le corna/al fier Babel e far il grande acquisto/de la terra ove nacque e morì Cristo.  » Ibid., p. 59.

44 Ibid., p. 80.

45 Ibid., p. 90.

46 «  Ecco l’antico re scacciato priega/Cesare che ‘l suo regno li ritorni ; /veggio ch’a’ prieghi suoi l’alto si piega/e de l’antico scettro vuol ch’adorni/le real mani e che di novo rega/il popol suo, che gode ch’esso torni : /e usar gl’insegna giustizia e pietade, /se vuol che i suoi li servin fedeltade.  » Ibid., p. 91.

47 Voir Juan Carlos D’Amico, « Les fêtes napolitaines de 1535 en lhonneur de Charles Quint : un carrefour de cultures », dans PART[h]Enope, Naples et les arts/Napoli e le arti, P. Lang, Bern, 2013, p. 125-141.

48 « Vedi c’hai poche figlie come questa/— perdonimi qual è bella o si tiene —./Ecco quanto piacer dimostra e festa/pel caro padre, ch’a vederla viene : /non è più lagrimosa, né più mesta, /in letizia ha converso le sue pene./Ricevi adunque, Cesar, la tua figlia/allegro, poi che allegra ella ti piglia. » Bernardino Martirano, op. cit., p. 93.

49 « Quella felice stella, e in ciel fatale/che fu compagna al nascimento altero/del gran Cesare Augusto, onde l’impero/del mondo tenne, e visse almo, e immortale ; /quella, ma più benigna, al bel natale/fu guida del gran Carlo, e tal ch’io spero/maggior vederlo, per dir meglio il vero/e fatto un dio fra noi d’uomo mortale ; /che se per vincer gli Indi, e i Medi, e i Sciti, /e i Cantabri, e i Britani, e i Galli audaci/meritò quel aver tant’alti onori/questo, ch’omai duo mondi ha vinto, e uniti/tanti voler discordi in tante paci, /merita maggior lodi, e onor maggiori. » Veronica Gambara, Le Rime, Florence, Olschki, p. 111-112. Sur Veronica Gambara (1485-1550), voir Veronica Gambara e la poesia del suo tempo nell’Italia Settentrionale, Florence, Olschki, 1898.

50 Publié à Rome en 1535, cité par Fernando Checa Cremades, Carlo V y la imagen del héroe en el Renacimiento, Madrid, Taurus, 1987, p. 93.

51 Ludovico Dolce, Stanze composte nella vittoria africana havuta dal Imperatore, Gênes, G. A. Bellone, 1535, p. 4-30.

52 Publié à Venise en 1543, cité par Girolamo Tiraboschi, Storia della Letteratura italiana, Florence, Molini, Landi e C., 1812, t. I, p. 143.

53 Voir notre article intitulé : «  L’Arétin, poète et polémiste au service de la rhétorique impériale  », e-Spania, 13 juin 2012, URL : http://e-spania.revues.org/21191

54 Pietro Aretino, Lettere, Paolo Procaccioli (dir.), Rome, Salerno, 1997-2002, vol. I, p. 124.

55 «  Io vi dico, SIRE, che cosí premettano i fati. Sí che cedendogli riconciliatevi col gran Cognato vostro per mezzo de l’occasione che vi mette inanzi Iddio proprio, acciò che partecipiate de l’acquisto del sepolcro suo.  » Ibid., vol. I, p. 281. Voir aussi Paul Larivaille, Varia Aretiniana (1972-2004), Manziana (Rome), Vecchiarelli, 2005, p. 59-78.

56 Pietro Aretino, op. cit., liv. I, p. 441.

57 Ibid., liv. I, p. 528.

58 Giovanni Falaschi, Progetto corporativo e autonomia dell’arte in Pietro Aretino, Messina, D’Anna, 1977, p. 143.

59 Paul Larivaille, Pietro Aretino, Rome, Salerno, p. 293.

60 Voir Simón Díaz, «  El mecenazgo en la España de los Austrias  », dans Le Livre dans l’Europe de la Renaissance, Pierre Aquilon et Henri-Jean Martin (éd.), Tours, Promodis, 1988, p. 112-121.

61 Franco Gaeta, «  Dal comune alla corte rinascimentale  », dans Letteratura Italiana, Turin, Einaudi, 1982, vol. I, p. 252.

62 Voir aussi Francesco Ugolini, «  Carlos V en la literatura italiana de su tiempo  », dans Cuadernos Hispanoamericanos, Madrid, Inst. de Cultura Hispánica, 1958, n°  107-108, p. 337-348 ; notre article « Arts, lettres et pouvoir : correspondance du cardinal de Granvelle avec les écrivains, les artistes et les imprimeurs italiens  », dans Les Granvelles et l’Italie au xvie siècle, le mécénat d’une famille, Besançon, Cêtre, 1996, p. 191-224 et Diane H. Bodart, « L’immagine di Carlo V in Italia tra trionfi e conflitti », dans L’Italia di Carlo V. Guerra, religione e politica nel primo Cinquecento, Francesca Cantù et Maria Antonietta Visceglia (éd.), Rome, Viella, 2003, p. 115-138.

63 Voir Giuseppe Faggin, «  Giangiorgio Trissino e l’Impero  », dans Convegno di Studi su Giangiorgio Trissino, Vicence, Accademia Olimpica, 1980, p. 29-37.

64 Giangiorgio Trissino, L’Italia liberata dai Goti, Paris, Cavelier, 1729.

65 «  Vostra Maestà si è posta a far emendare gli abusi e le sinistre interpretazioni delle leggi della christiana religione, ha pacata la Italia, liberatala da le guerre, ha tolto l’Africa dalle man dei Turchi, ha unita la Francia all’amicizia sua, e corretta la Germania per ridurla al vero culto della Chiesa cattolica e piacendo a Dio, tosto libererà l’Asia e tutta la Christianità dalla sevizia degli Othomani ; e sicome esso Giustiniano racquistò all’Impero la fede dell’antiqua Roma, la quale è il capo de l’Imperio occidentale, così piacendo a Dio, Vostra Maestà gli racquistarà la fede della nuova Roma, cioè Constantinopoli, il quale è il capo de l’Imperio orientale, e tutte queste cose sono state e saranno in Vostra Maestà tanto più meravigliose e stupende, che non furono quelle in Giustiniano, quanto che egli fece tutte le dette guerre per Belisario suo eccellentissimo capitanio e per altri suoi dignissimi ministri, e la Maestà Vostra le ha fatte quasi tutte con la presenzia sua e con la propria persona  ». Giangiorgio Trissino, op. cit., dédicace, a, 1r°-1v°.

66 Ibid., liv. XXIV, vol. II, p. 239. «  [Da l’altra parte] il Correttor del mondo/Sopra il suo ferocissimo corsiero/Starassi armato intrepido, e virile, /E darà cuore a tutte le sue squadre/Smarrite alquanto da le ardenti palle, /Che fulguravan quei nemici orrendi  » C’est nous qui traduisons.

67 Ibid. liv. XXIV, p. 241.

68 « Te quinto Carlo, honor de grandi Augusti, /l’Angelo sopra l’Albi allor sostenne, /Quando la spada tua di sangue il tinse, /e venisti, vedesti e Cristo vinse.  » Ibid., p. 84.

69 Ibid., p. 30. «  Veggo un del seme tuo che l’Ottomano/Furor vinto, la terra in pace regge ; /Vedo ch’ogni mortal per re l’honora, /E che sol Cristo il mondo tutto adora  » C’est nous qui traduisons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juan Carlos D’Amico, « Écrivains et pouvoir à la Renaissance. Les écrivains italiens, le pouvoir de Charles Quint et l’idéologie impériale », Cahiers d’études romanes, 30 | 2015, 15-42.

Référence électronique

Juan Carlos D’Amico, « Écrivains et pouvoir à la Renaissance. Les écrivains italiens, le pouvoir de Charles Quint et l’idéologie impériale », Cahiers d’études romanes [En ligne], 30 | 2015, mis en ligne le 14 avril 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/4753 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.4753

Haut de page

Auteur

Juan Carlos D’Amico

Université de Caen (ERLIS)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org