Navigation – Plan du site
L'écrivain et le pouvoir

Le débat politique à la Renaissance. Donato Giannotti (1492-1573),
Della Repubblica de’ Viniziani, 1525-1526

Théa Picquet
p. 43-58

Résumés

Conçu comme un débat sur les formes institutionnelles du pouvoir, le dialogue entre le florentin Giovanni Borgherini et le vénitien Trifone Gabriele pose la problématique de la part de la tradition et de la modernité dans le gouvernement idéal. Donato Giannotti montre ici que le modèle vénitien entre en compétition avec le mythe de la Rome antique et aboutit à la conclusion qu’il ne convient plus de se limiter à l’idéal classique mais de prendre en compte les temps présents.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie

Index chronologique :

XVIe
Haut de page

Texte intégral

« Les plus importants écrivains politiques italiens du début du xvie siècle sont florentins. Nul doute que cette densité et intensité de la réflexion sur les institutions et les gouvernements ne soient liées à la crise exemplaire vécue par Florence entre 1494 et 1530. »

  • 1 C. Bec, Précis de littérature italienne, Paris, PUF, 1982, p. 159.
  • 2 F. Gilbert, Machiavel et Guichardin. Politique et histoire à Florence au xvi e siècle, Paris, Seuil (...)
  • 3 Edition de référence : Donato Giannotti, Della Repubblica de’ Viniziani, 1526-1533, dans Opere poli (...)

1écrit Christian Bec avant de s’intéresser à Machiavel 1. Notre propos concerne non pas le célèbre auteur du Prince 2, mais son successeur aux affaires de la République de Florence, Donato Giannotti et son traité : Della Repubblica de’ Viniziani  3.

2Pour ce faire, après avoir rappelé quelques éléments du contexte historique, de la biographie de l’auteur, notre objectif est de préciser les conditions d’écriture du traité, sa structure, la qualité de ses destinataires, puis d’analyser la pensée politique qui y est débattue, pour tenter d’établir si la modernité l’emporte sur la tradition.

Le contexte

  • 4 Cf. P. Simoncelli, Fuoriuscitismo repubblicano fiorentino 1530-1554, Milan, Franco Angeli, 2006, (V (...)

3La vie de Donato Giannotti (1492-1573) recouvre une période de bouleversements politiques, économiques et moraux en Europe, en Italie et plus particulièrement à Florence, sa ville natale 4.

4À la fin du xve siècle, l’Italie peut se vanter d’être l’un des pays d’Europe les plus prospères et les plus civilisés.

  • 5 J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, Les guerres d’Italie. Des batailles pour l’Europe (1494-1559), Pa (...)

5L’agriculture, la qualité de l’artisanat, le développement du commerce, de la banque ont été facteurs de richesse. Les villes se sont agrandies ; elles se sont ornées de splendides édifices et d’œuvres d’art et le goût italien fait loi dans toute l’Europe, en matière littéraire et artistique. Cependant, la péninsule italienne est politiquement faible, divisée entre de petits états, souvent opposés les uns aux autres, tandis que les grandes monarchies européennes, notamment la France et l’Espagne, ont atteint leur unité. Plus en retrait sur le plan économique et culturel, mais unis sur le plan politique et plus forts sur le plan militaire, ces pays tentent de s’approprier de la péninsule et de ses ressources économiques. Ils aspirent en outre à entrer en contact plus étroit avec la civilisation italienne et à imiter sa splendeur culturelle et artistique. Aussi, dès que l’occasion se présente, les armées étrangères envahissent l’Italie et, pendant des décennies, son territoire sert de champ de bataille aux Français et aux Espagnols, qui se disputent la suprématie en Europe 5.

  • 6 Cf. Th. Picquet, «  Donato Giannotti et son public  » dans Ecrire à la fin du Moyen Age. Le pouvoir (...)

6En Europe, la crise se solde par la consolidation d’états nationaux et en Italie par l’apparition d’états régionaux monarchiques. L’unique état italien qui conserve son indépendance et reste étranger à l’influence espagnole est la République de Venise, favorisée par sa situation géographique. La Sérénissime résiste aux intrigues espagnoles et même à la menace turque qui s’amplifie en Méditerranée 6.

  • 7 C. Bec, Précis de littérature italienne, p. 159. J. Boutier, S. Landi, O. Rouchon, Firenze e la Tos (...)

7Dans cette Italie en plein bouleversement, la situation de Florence n’est guère plus brillante 7. En quelques décennies, elle voit deux fois la chute des Médicis et deux fois l’échec de la République.

8La République est rétablie en 1494, à la descente de Charles VIII. Elle est passée sous l’emprise de Savonarole, puis s’est stabilisée sous le gouvernement du gonfalonier à vie Piero Soderini, pour tomber en 1512 devant les attaques des armées impériales et pontificales réunies qui redonnent le pouvoir aux Médicis. Les anciens conseils sont recréés, une politique culturelle fastueuse entend rappeler l’âge d’or. Laurent duc d’Urbin se comporte en monarque, à tel point qu’en 1527, année du Sac de Rome, la ville expulse une nouvelle fois la célèbre famille. La République est restaurée, mais pour trois ans seulement. En 1530, elle capitule après un siège héroïque mis par les Impériaux. Alexandre de Médicis est nommé par brevet impérial et son exécution par Lorenzino, le «  Lorenzaccio  » de Musset, ne changera pas la donne : son cousin Côme Ier instaure un régime monarchique qui sonne le glas de la longue tradition républicaine.

9Ces changements affectent évidemment l’existence de Donato Giannotti.

L’auteur

10Né le 27 novembre 1492, dans une famille d’orfèvres originaire du contado, il bénéficie malgré tout d’une éducation humaniste et philosophique avec pour maîtres Marcello Adriani et Francesco Cattani da Diacceto. Aux cours de ce dernier, il fréquente les fils des grandes familles florentines, comme Alessandro de’ Pazzi, Filippo Strozzi et son frère Lorenzo, Pierfrancesco Portinari, Piero Vettori ou Luigi Alamanni. Il y rencontre aussi Antonio Brucioli, d’origines plus modestes, mais réputé pour ses connaissances en philosophie et en théologie, qui fera de Donato Giannotti l’un des interlocuteurs de ses Dialoghi. Ces jeunes gens fréquentaient les Jardins Rucellai, les célèbres Orti Oricellari, tout comme Zanobi Buondelmonti, Piero Martelli, Giovanni Corsi, Anton Francesco degli Albizzi, Jacopo Nardi, Filippo de’ Nerli et, à partir de 1512, Nicolas Machiavel. Il faisait partie sans doute de l’Académie fondée par Léon X en 1515. C’est dans cette atmosphère humaniste que se situent les orientations intellectuelles de Donato Giannotti.

11Sa carrière commence avec sa nomination au poste de lecteur de poésie et de lettres grecques à l’université de Pise en 1521. Mais sa première expérience politique est sans doute sa mission à Venise en 1527, lorsqu’il y suit l’ambassadeur de la Florence médicéenne, Alessandro de’ Pazzi. Peu de temps après, il devient la personne de confiance du gonfalonier républicain Niccolò Capponi. Le 23 septembre de la même année, il est nommé à l’ancien poste de Machiavel, secrétaire des Dieci di Libertà e Pace. Le 17 avril 1529, Capponi est destitué, mais notre auteur reste en place, sous les deux gonfaloniers du parti populaire, Francesco Carducci et Raffaello Girolami. Cependant, le retour des Médicis en 1530 met un terme à sa carrière politique. Viennent alors la prison puis l’exil, à Comeano d’abord, à Bibbiena ensuite. Il choisit finalement de se mettre au service des cardinaux républicains Salviati, Ridolfi et de Tournon, avant d’entrer lui-même dans les ordres.

Les conditions d’écriture

12Dans le Della Repubblica de’ Viniziani, Donato Giannotti se révèle déjà comme un auteur politique. Il écrit ce traité à l’occasion d’un séjour en Vénétie, hôte de Giovanni Borgherini. Ce dernier avait été sans doute son élève à l’université de Pise avant de s’installer à Padoue puis à Venise. Il était en outre le gendre de Niccolò Capponi, chef de l’opposition républicaine contre les Médicis et premier gonfalonier de Florence après la chute de la célèbre famille en 1527.

La structure

  • 8   Venise 1470 environ-Venise 1549. Nommé aussi Trifone Gabriele.
  • 9 Édition de référence, p. 31.
  • 10 Venise 1456 - Padoue 1531.
  • 11 Édition de référence, p. 31.

13La structure est celle d’un dialogue entre Giovanni Borgherini justement et Trifone Gabriello 8, érudit estimé par l’Arioste, par Benedetto Varchi, par Pietro Bembo qui lui envoya d’ailleurs, pour relecture, les deux premiers livres des Prose della volgar lingua. Il est l’auteur d’un commentaire de Pétrarque, d’un autre de la Divine Comédie, de rimes et d’une grammaire qui a été perdue, Regole di grammatica volgari. Deux autres interlocuteurs sont mentionnés dans le Proemio 9 : un deuxième Vénitien, Girolamo Quirino, et un Padouan, Niccolò Leonico Tomeo 10. Humaniste, élève du grec Démétrios Chalcocondyle, ce dernier a donné des cours sur les textes grecs originaux d’Aristote, à l’université de Padoue et a écrit un ouvrage de divulgation de la philosophie d’Aristote, le De varia historia. Tous sont ornés de vertu, précise Giannotti, et rendus illustres par leur réputation 11.

Les circonstances

  • 12 Ibid., p. 32.
  • 13 Ibid.
  • 14 Machiavel, Œuvres, Édition établie par C. Bec, Paris, Laffont, 1996, p. 1237-1240.

14Les circonstances sont bien précisées. La ville est Padoue, où Donato Giannotti est invité par Giovanni Borgherini pour œuvrer en faveur des «  bonnes lettres 12  ». Il s’y repose quelques jours, puis son hôte souhaite qu’il voie les plus importantes constructions de la ville, comme les édifices publics et privés, les nouvelles murailles, et surtout qu’il fasse connaissance avec les «  uomini eccellenti 13  » qui y résident à ce moment-là. Ce sont Pietro Bembo, loué pour sa vertu, Niccolò Leonico, docteur en philosophie grecque et latine, et Trifone Gabriello, qui s’est retiré dans l’une de ses maisons de campagne, loin de toutes les ambitions humaines, libre de l’administration de la République et des désagréments de la vie civique ; il y passe son temps en compagnie des esprits nobles toscans comme latins et Donato de citer Dante, Pétrarque et Boccace sur le même plan que Cicéron, Virgile et Horace, avec lesquels il s’entretient, sur le modèle de Machiavel dans la célèbre lettre à Vettori du 10 décembre 1513 14.

  • 15 Édition de référence, p. 34.
  • 16 Ibid., p. 150-151.
  • 17 Ibid., p. 33.

15Le lieu choisi pour le dialogue est justement Padoue et plus particulièrement la maison de Pietro Bembo, dans une agréable pièce exposée à l’Ouest, fraîche et tranquille, loin des bruits domestiques. Les trois unités sont respectées : unité de lieu ; unité de temps, puisque la conversation se limite à une journée, plus exactement à trois heures ; unité d’action, dans la mesure où il est question d’un «  savio e piacevole ragionamento 15  ». à l’issue de la journée 16, Giovanni Borgherini est entièrement satisfait de connaître maintenant Venise comme s’il y était né et les interlocuteurs quittent la pièce pour rejoindre Pietro Bembo dans le jardin, où il conversait avec quelques gentilshommes. Les débats se déroulent dans une atmosphère des plus conviviales et l’éloge de l’amitié sous-tend l’ensemble des débats 17.

La datation

  • 18 Ibid., p. 99.
  • 19 Ibid., p. 70.
  • 20 Ibid., p. 114.
  • 21 Ibid., p. 140 et p. 149.
  • 22 Ibid., p. 471 note 1.

16Cela dit, la datation du traité soulève quelques questions. En effet, le moment du dialogue est difficile à dater, dans la mesure où les références données dans le texte s’avèrent parfois contradictoires. Ainsi, l’auteur renvoie aux trois ans passés depuis la mort du doge Loredano 18, survenue le 22 juin 1521 ; ce qui nous conduit à 1524 ou au plus tard au printemps 1525. Cette date est confirmée par l’allusion aux événements de Venise 19. Cependant, l’évocation de la quatrième année de gouvernement du doge Andrea Gritti 20 et le rappel de la situation politique et militaire après la stipulation de la Ligue de Cognac (22 mai 1526 21) indiqueraient l’année 1526. Furio Diaz suppose que l’auteur a confondu la date de l’écriture avec la date de l’action imaginée dans le dialogue 22.

Le sujet

  • 23 Ibid., p. 31.

17Quoi qu’il en soit, le sujet du traité consiste dans l’analyse des institutions de la Sérénissime et de leur fonctionnement, comme une réponse implicite aux débats des Républicains modérés anti-médicéens sur le problème de Florence : une constitution à la vénitienne pouvait peut-être résoudre les difficultés de la Cité du Lys. Giannotti est conscient de la nécessité de fournir à Florence une base stable et un gouvernement efficace, que ni la République populaire de 1494-1512 ni le gouvernement des Médicis restauré n’avaient pu lui assurer. Dans son Préambule 23, il précise bien qu’il ne souhaite pas seulement écrire mais «  mandare alla memoria delle lettere  », apporter un véritable témoignage de tous les lieux qu’il a visités après son départ de Florence et cueillir les fruits de son expérience. Mais il n’entend pas raconter les faits lui-même ; c’est pourquoi il donne la parole à ses amis.

  • 24 Ibid., p. 30.

18Dans sa dédicace à Francesco Nasi, son objectif dépasse l’intérêt immédiat pour le plaisir de parler des «  choses humaines  », d’exprimer sa reconnaissance et de contribuer au «  souvenir éternel  » qu’il pourra laisser 24.

  • 25 Ibid.

19Il expose tout d’abord la méthode qu’il compte suivre. En premier lieu, il souhaite comprendre les principes, l’évolution et l’organisation de la République de Venise. Pour ce faire, il a lu toutes les histoires de Venise, s’est renseigné auprès des hommes d’expérience, leur a rendu visite en personne 25. Ensuite, après «  lunga fatica  », il a saisi le fonctionnement de l’administration civique et a pu composer son ouvrage, qu’il a dédié à Francesco Nasi.

20Il considère par ailleurs que la République compte deux sortes de membres : les citoyens et les étrangers.

  • 26 Ibid., p. 40.

21Les premiers doivent connaître cinq choses, continue-t-il. Tout d’abord, les moyens dont dispose la ville, les «  facultà  », considérer la guerre et la paix et savoir de quelles armes elle dispose, mais aussi quelles sont les forces des voisins pour déterminer s’ il convient de leur faire la guerre ou de s’allier avec eux. Puis il faudra s’intéresser à la défense du pays en appréciant ses propres armes, la qualité de son site : plaine ou montagne, fleuves ou non, proximité ou non de la mer. L’import/export doit aussi être appréhendé pour savoir ce qui manque et ce qui existe en abondance. Enfin, les lois n’auront aucun secret pour eux : il s’agira de connaître celles qui sont conformes à la monarchie,à la tyrannie, aux optimates, à l’administration populaire ou encore à la plèbe. Les seconds, les étrangers, ont le devoir de connaître l’administration de la ville qui les accueille. C’est pourquoi, Trifone, le Vénitien, va s’employer à expliquer celle de Venise au Florentin Giovanni 26.

  • 27 Ibid., p. 11.

22À travers ce dialogue, apparaît la doctrine politique de Donato Giannotti. Il entend donner au peuple, avec le Grand Conseil, la faculté d’élire les magistratures, aux Pochi (les Optimates), investis de charges majeures, qui font partie du Collège, le devoir de conseiller, à un nombre plus large de citoyens sélectionnés, qui constituent le Sénat, le pouvoir délibératif ; enfin, les magistrats tels que le Gonfalonier, les Dix, les Huit, auront l’autorité de l’exécution. Cet idéal de «  gouvernement mixte  », issu du modèle vénitien conduit au mythe d’une République bien équilibrée et stable, grâce à la distinction des trois fonctions : le conseil, la délibération et l’exécution. Le gouvernement «  mixte  » est démocratique pour satisfaire les aspirations du peuple à la liberté, aristocratique pour répondre aux exigences de gloire de la noblesse, monarchique pour consentir à quelques individus de posséder l’autorité suprême et le prestige 27.

  • 28 Ibid., p. 32.

23Le traité devait se diviser en trois parties, comme l’annonce le Proemio  28 : la première concerne le débat sur «  l’administration universelle de la République  », la seconde aurait dû étudier les différentes magistratures et la troisième «  la forme et la constitution de la République  ». Mais, pour des raisons non élucidées à ce jour, seul le premier volet est parvenu jusqu’à nous.

Les sources

  • 29 Ibid.

24Quoi qu’il en soit, pour développer sa doctrine politique et alimenter le débat, Donato Giannotti s’appuie sur des sources historiques et les personnages qu’il met en scène, comme Trifone Gabriello, se fondent aussi bien sur les textes anciens que sur les textes contemporains 29.

  • 30 Ibid., p. 61.

25Suivre le modèle des Anciens se révèle comme une évidence, dans la mesure où, remarque Trifone, les hommes n’approuvent pas les ordres dont l’utilité n’a pas été démontrée par l’expérience. Aussi, dans l’innovation, on imite les Anciens et de citer l’exemple de Romulus qui a créé la République romaine sur le modèle grec 30.

Les Anciens

  • 31 Voir à ce propos : Th. Picquet, «  Rome, un modèle pour Florence ?  », dans Rome. Mythes et symbole (...)
  • 32 Éditions de référence, Prefazione, p. 29.
  • 33 Ibid.
  • 34 Ibid.

26Les Anciens rencontrent l’admiration des contemporains et les références font légion 31. Donato cite, bien sûr, Aristote, qualifié de «  tanto gran filosofo  », qui composa une œuvre sur le gouvernement de toutes les républiques de son temps et qu’il connaissait 32. Il fait référence à la Politique en huit livres, mais aussi aux cent cinquante-huit constitutions, c’est-à-dire à l’histoire des constitutions des états grecs et étrangers, œuvre perdue en grande partie. Il loue également Fabricius, homme politique et général romain qui, en 278 avant Jésus-Christ, se montra incorruptible dans les tractations avec Pyrrhus, Manius Curius, consul romain, vainqueur de Pyrrhus à Bénévent, pour son intégrité, le célèbre Scipion l’Africain, qui triompha d’Hannibal mais préféra se retirer après les accusations de ses adversaires, Lucullus aussi, victorieux de Mithridate, représentant de la culture et du faste tant hellénique qu’oriental 33. Et les exemples se multiplient. D’autres grands noms, par contre, sont rappelés pour leurs manquements, Curion pour son avarice : il passa de son alliance avec Cicéron à celle de César qui l’aurait grassement rémunéré, Jules César pour son ambition 34.

  • 35 Ibid.

27Cependant, le penseur déplore que ces hauts personnages soient magnifiés pour leurs vertus et imités par contre pour leurs défauts 35.

Les sources vénitiennes

  • 36 Ibid., p. 60, p. 107.
  • 37 Ibid., p. 65-66.
  • 38 Ibid.

28Cependant, à côté des modèles de l’Antiquité, Donato, par la bouche de Trifone, cite les sources vénitiennes, sans précisions toutefois. Il évoque les traces du passé dans «  tutte le nostre memorie 36  », dans «  quelle poche memorie, le nostre antiche memorie 37  ». Il s’agit des archives publiques, mais aussi privées. Il trouve ainsi des éléments «  in alcuni commentari che nelle private case de’ nostri gentiluomini si truovano  ». Et fait part des difficultés rencontrées pour accéder à ces documents : «  io non voglio che noi ricerchiamo più queste cose in tante tenebre sommerse 38…  »

  • 39 F. Thiriet, Histoire de Venise, Paris, PUF, «  Que sais-je ?  », 1965 et C. Bec, Histoire de Venise(...)
  • 40 Édition de référence, p. 55-56.
  • 41 Ibid., p. 56-57.

29Par ailleurs, il appuie son raisonnement sur des faits historiques précis. Il rappelle ainsi l’histoire de Venise 39, depuis la création des Consuls sur l’exemple de Padoue, des Tribuns qui se réunissaient à Héraclée, au viie siècle, jusqu’à l’apparition du premier Doge en 1203 40. Il précise que le Doge fut d’abord élu par la Vox populi, puis par le Grand Conseil et nomme toute la série des Doges, de Vitale Micheli à Domenico Flabanico, en passant par Domenico Morosini, Sebastiano Ciani et Arrigo Dandolo, pour remarquer qu’ils furent souvent exilés ou exécutés publiquement à cause de leur excès d’autorité 41.

  • 42 Ibid., p. 63-64.
  • 43 Ibid., p. 93-94.
  • 44 Ibid., p. 115.
  • 45 Ibid., p. 117.
  • 46 Ibid., p. 134-135.
  • 47 Ibid.
  • 48 Ibid., p. 49-50.

30Il fait également l’historique des différentes magistratures de la Sérénissime : le Grand Conseil pour lequel il explique la nécessité de la clôture, «  serrata  » en italien 42, le Collège qui comprend les Sages de terre-ferme, les Sages de la mer et les Grands Sages, avec une certaine nostalgie du passé, où il n’y avait que les Grands Sages 43 ; le Conseil des X, établi à la mort du Doge Vitale Micheli pour punir ceux qui complotaient contre la République 44 ; les Procureurs 45 ; la Quarantia dévolue à la justice 46. Trifone utilise toutes ses connaissances : «  Io vi dirò tutto quello ch’io so  », dit-il. Cependant, il avoue son ignorance relative au «  Consiglio delle biade : non ho da dirvi cosa alcuna dell’origine sua ; perciocché non ho mai inteso né letto in che tempo egli fusse ordinato  ». Il fait alors des hypothèses : «  Puossi bene conietturare 47…  » Cela dit, c’est depuis la création du Grand Conseil Restreint que Venise dépasse en noblesse toutes les villes italiennes 48.

  • 49 Ibid., p. 57, puis p. 474 note 43.
  • 50 Ibid., p. 140.
  • 51 Ibid., p. 148-149.

31Les guerres entreprises par Venise sont également rappelées, que ce soit celle de Constantinople contre l’empereur romain d’Orient Emmanuel Comnène 49 ou celle contre le roi de France 50. Plus globalement, il évoque les guerres faites par leurs aïeux, «  i nostri maggiori  » comme il les appelle, qui ont permis d’acquérir de nouveaux territoire, comme l’Istrie, la Dalmatie, la Slavonie ou la Morée et ont témoigné de la grandeur de la Sérénissime 51.

Les contemporains

  • 52 Ibid., p. 30.
  • 53 Ibid., p. 57.
  • 54 Ibid., p. 150.

32Cela dit, à côté des exemples du passé, Trifone ne néglige pas ses contemporains en glorifiant ceux qui imitent les Anciens. Parmi eux, Francesco Nasi, un des chefs de file de la révolte de 1527 qui conduisit à l’expulsion des Médicis. Le narrateur vante ses nombreuses vertus, dignes de l’Antiquité, les précieuses informations qu’il a recueillies sur les gouvernements et les coutumes françaises, allemandes et anglaises  52. Niccolò Leonico est lui-aussi glorifié, qualifié de «  grandissimo ornamento de’ secoli nostri 53  ». Trifone conseille d’ailleurs à son interlocuteur de prendre son avis éclairé  54.

  • 55 Ibid., p. 118.
  • 56 Ibid., p. 29.
  • 57 Ibid.

33Cependant, la comparaison entre le passé et le présent est source de regrets : Trifone déplore en particulier que certains procureurs ne soient pas dignes de leur fonction et ceci à cause de la «  malignité des temps  » 55. Les contemporains sont en effet lourdement critiqués pour leur éloignement des vertus des Anciens, pour leur manque de curiosité relative aux coutumes et aux gouvernements des autres villes. On pourrait les supporter, ajoute-t-il, s’ils ne se contentaient pas de louer les Anciens au lieu de les imiter 56. Il condamne en particulier leur inconstance 57.

  • 58 Antonio Sabellico, de son vrai nom Marcantonio Coccio (Vicovaro 1436 environ-Venise 1506). Son œuvr (...)
  • 59 Édition de référence, p. 37-38.
  • 60 Ibid., p. 46.
  • 61 Ibid., p. 56.

34Un historiographe est notamment pris à parti, Antonio Sabellico 58. Selon Trifone, il n’a pas fait preuve de prudence, son ouvrage sur la République de Venise n’est pas d’une grande utilité, les différentes magistratures y sont évoquées mais non analysées et ne rendent pas compte de la perfection de la Sérénissime 59. En outre, sa classification des habitants de Venise est erronée, puisqu’il ne mentionne que deux catégories, les popolani et les cittadini 60. C’est pourquoi, lorsqu’il évoque les «  antiche memorie  », le narrateur exclut volontairement les ouvrages de Sabellico 61.

  • 62 Voir à ce propos : A. Vircondelet, Venise et son histoire, Paris, Flammarion, 2006.

35Toutefois, s’il critique largement ses contemporains, Trifone exalte sa ville, Venise 62.

Exaltation de Venise

  • 63 Ibid., p. 36.
  • 64 Ibid., p. 32.
  • 65 Ibid., p. 36.
  • 66 Ibid., p. 44. Vitruve, De Architettura, I 4.

36Tout d’abord, Trifone n’envie pas les Romains et il estime que la république de Venise est comparable à la République romaine. Il ajoute même que si l’empire vénitien est inférieur à l’empire romain, Venise dépasse Rome en bon nombre de points et qu’il y a alors compensation 63. L’administration est d’ailleurs tout aussi admirable que celle de Sparte ou de Rome 64. En outre, à Venise, on retrouve les vertus des Romains et des Grecs de l’Antiquité et la Sérénissime n’a pas à jalouser les Romains car le bonheur de la République ne réside pas dans la grandeur de l’empire, mais dans la vie sereine d’une paix universelle. En ce sens, Venise est supérieure à la Rome antique 65. De plus, si l’eau de la lagune est plutôt polluée, l’air y est particulièrement salubre et de citer pour preuve le témoignage de Vitruve ainsi que la santé et la longévité des habitants de la lagune et de la terre-ferme 66.

  • 67 Ibid., p. 35.

37Cependant, la «  qualité des temps  » est comparable, avec ses calamités et ses misères. Et la ruine de l’Italie est identique à celle de l’empire romain après la longue guerre civile entre César et Pompée 67.

  • 68 Ibid., p. 59-60.
  • 69 Ibid., p. 60.
  • 70 Ibid., p. 113.
  • 71 Ibid., p. 124.

38Mais ce sont surtout les magistratures que Trifone confronte. Ainsi, à propos du Grand Conseil, il estime qu’il arriva à Venise ce qui se passa à Rome, où, pendant que les rois gouvernaient autoritairement, les familles des citoyens ne pouvaient pas s’illustrer. Puis, lorsque la monarchie fut éteinte, leur gloire et leur réputation grandirent. Des exemples semblables font légion à Venise, estime-t-il. En ce sens, le Grand Conseil s’avère très utile dans la mesure où il distribue les charges à «  molti68  ». Il est d’ailleurs comparé au Sénat de la Rome antique 69. De la même façon, le Conseil des Dix est mis sur le même plan que le Dictateur créé par les Romains en cas de danger 70 et les Avocats de la Commune s’apparentent aux anciens orateurs romains 71.

  • 72 (109-32 av. J.-C.) grand érudit, ami et correspondant de Cicéron, célèbre notamment pour son Ad Att (...)
  • 73 Édition de référence, p. 34.
  • 74 Ibid., p. 35.
  • 75 Ibid.

39De plus, Trifone est comparé à Titus Pomponius Atticus 72 par Giovanni Borgherini. Tous deux sont nés de sang noble, dans une très noble patrie. Leur éloquence est analogue, tout comme leur libéralité. Ils ont adopté la même façon de vivre, loin des affaires publiques, et ont fait face à la même «  qualité des temps  », puisque «  le medesime qualità de’ tempi spesse volte ritornano73  ». Toutefois, les raisons de leur retraite sont différentes. En effet, Pomponius, considérant la corruption de la République romaine et ne trouvant pas les moyens pour la corriger, préféra se retirer, car, continue le Vénitien, une république corrompue est comme une mer agitée par la tempête : celui qui y entre ne peut plus en sortir. La République de Venise, au contraire, n’est pas corrompue, elle est d’ailleurs plus parfaite qu’avant 74. Et, dans sa modestie, Trifone ne se reconnaît pas autant de vertus que Pomponius Atticus 75.

40La comparaison de Venise avec la Rome antique aboutit à l’éloge de la première, jusqu’à en créer le mythe.

  • 76 Ibid., p. 113.
  • 77 Ibid., p. 37-38.
  • 78 Ibid., p. 45.
  • 79 Ibid., p. 35-36.

41Ainsi, Trifone a parlé de sa ville durant trois heures sans ressentir la moindre fatigue, mais en éprouvant un grand plaisir : «  tanto il suggetto di che noi ragioniamo mi diletta 76  », dit-il. La république de Venise est comme un corps naturel, produit par la nature, limé par l’art 77. Elle est donc commune à tous les habitants 78. Elle n’est pas corrompue, n’a jamais atteint ce degré de perfection, est tempérée par les meilleurs lois, dirigée en toute sérénité, loin des séditions, gouvernée avec bonheur par des esprits de valeur, magnanimes, prudents et vertueux. Bref, elle est la reine de toutes les villes d’Italie 79.

  • 80 Ibid., p. 40-42.
  • 81 Ibid., p. 41-42.
  • 82 Ibid., p. 44.

42Elle bénéficie en outre d’un site privilégié 80, protégé par la nature, inexpugnable par voie maritime et par voie terrestre et Trifone de donner tous les détails de son raisonnement. Par exemple, les basses eaux mettent les navires ennemis en difficulté, les assaillants n’ont pas l’expérience des canaux. Ainsi, Attila comme Pépin, fils de Charlemagne, ont échoué dans leur entreprise 81. Située au bord de la mer, Venise ne craint donc pas les corsaires. Dotée d’un arrière-pays très fertile, baigné par de très beaux fleuves, le Tagliamento, la Livenza, le Piave, le Sile, le Brenta, l’Adige, qui se jettent dans la lagune, elle est approvisionnée de tout le bien nécessaire 82.

  • 83 Ibid., p. 42-43.
  • 84 Ibid., p. 44.

43Il insiste sur la beauté de la ville : le Grand Canal, les canaux, les nombreux ponts, apprécie peu l’étroitesse des calli, mais se réjouit des moyens de communication, de la règlementation des bacs, les traghetti, mais surtout de la multitude de gondoles que les Vénitiens utilisent en guise «  di cavalli, di mule e di carrette83  ». La splendeur de la ville se comprend mieux par voie aquatique, précise-t-il, car les plus beaux palais donnent sur les canaux et ont deux entrées, une pour l’eau, l’autre pour la terre, la principale étant la première 84.

  • 85 Ibid., p. 45.
  • 86 Ibid., p. 48.

44En somme, conclut le narrateur, la ville ne manque de rien, ni pour sa défense ni pour la «  comodità del vivere85  ». Aussi, n’a-t-elle jamais souffert «  d’altérations internes  », qui auraient chassé de la ville un parti ou un autre 86. Florence, évidemment, n’est pas nommée, mais le florentin Giovanni Borgherini, comme le lecteur, comprend bien l’allusion aux luttes intestines de la Cité du Lys.

45Quant aux habitants, Trifone Gabriello les classe en trois catégories bien distinctes : les nobles, les citoyens, la plèbe.

  • 87 Ibid., p. 49-50.
  • 88 Ibid., p. 51-53.
  • 89 Ibid., p. 49-50.

46Les premiers, les gentilshommes de Venise, sont «  d’excellente qualité  », estime-t-il 87. Ils descendent des nobles et des riches qui jadis se sont réfugiés dans ces marécages et constituent à proprement parler «  le corps de la ville de Venise  ». Leur sang est resté pur car la ville n’a subi aucune altération. Ils ont acquis la grandeur au contact de la chose publique. Placés au sommet de la pyramide, ils sont les seigneurs de la cité, tant maritime que terrestre 88. Les seconds ont acquis leur «  splendeur  » grâce à la clôture du Grand Conseil et la République bénéficie de leur richesse comme de celle des nobles. La plèbe, par contre, très nombreuse, compte tout d’abord les étrangers, venus dans la cité par cupidité ; ils ne font que vivre à Venise, alors qu’ils jouissent de leurs biens à l’extérieur. C’est le cas des Bergamasques. Puis, les petits artisans, qui n’ont jamais dépassé la bassesse de leur condition. Et le narrateur se montre très sévère en affirmant que les hommes qui ne traitent pas de la chose publique ne voient pas leur noblesse augmenter mais perdent celle qu’ils ont. Contraints de vivre sans aucune pensée qui élève l’esprit, ils deviennent pires que des animaux 89.

  • 90 Ibid., p. 82 et 86.
  • 91 Ibid., p. 76 et 100.
  • 92 Ibid., p. 88 deux fois.
  • 93 Ibid., p. 128.
  • 94 Ibid., p. 137.
  • 95 Ibid., p. 147.
  • 96 Ibid., p. 137.

47Les Vénitiens possèdent en outre leur propre langue. Et, à plusieurs reprises, Trifone traduit en italien les termes vénitiens pour être compris par son hôte florentin. Par exemple, les garants, les responsables, se disent piezi en vénitien,mallevadori en italien 90 ; les urnes sont appelées cappelli en vénitien 91 ; l’expression vénitienne mettere ballotta signifie rendere partito, «  voter 92  ». Les faux témoins et les accusateurs malhonnêtes sont «  pubblicamente in Rialto stridati 93  », à savoir qu’on leur indique le délai de leur comparution au tribunal. La ville est séparée en deux parties par le Grand Canal ; en vénitien, «  la parte di citra Canale  », de ce côté-ci, et «  la parte d’ultra 94  », de l’autre côté. De même, les endroits où sont construites les embarcations sont des espaces couverts de toits, appelés en vénitien volti95. Et Trifone précise toujours : «  per usare i vocaboli nostri 96  ».

48La langue marque donc bien l’appartenance à la cité des Doges.

49En somme, le traité est une véritable exaltation de la république de Venise. La supériorité de la ville est due en très grande partie à la création du Grand Conseil :

  • 97 Ibid., p. 62.

sì bella, sì civile, sì utile ordinazione, come è questa del Gran consiglio : la quale, sanza dubbio, è quella che ha non solamente mantenuto libera la nostra patria ; ma eziandio, procedendo di bene in meglio, l’ha fatta salire in quella grandezza d’imperio e riputazione, alla quale voi essere pervenuta la vedete97.

  • 98 Ibid.
  • 99 Ibid., p. 142.

50Pour finir, le narrateur formule deux vœux : tout d’abord que Giovanni Borgherini se serve de tout ce qui fait la gloire de Venise : «  come prudente estimatore delle cose, farete capitale di tutto quello che vi parrà utile98  », ensuite que la République de Venise vive encore plusieurs siècles pour apprendre aux autres villes de la péninsule comment elles doivent être gouvernées 99.

Conclusion

51En conclusion, le débat démontre que l’exemple à suivre pour le bon gouvernement n’est plus tant la République romaine, exemple de l’Antiquité, mais le modèle contemporain de la république de Venise, dont la supériorité sur toutes les autres villes de la péninsule a été largement démontrée par le porte-parole de l’auteur.

  • 100 Voir à ce propos : Gli Antichi e i moderni. Studi in onore di Roberto Cardini, Florence, Edizioni P (...)
  • 101 Donato Giannotti, Della Repubblica fiorentina, a cura di Th. Stella Picquet, Roma, Aracne, 2011.

52Aussi, si le traité Della Repubblica de’ Viniziani s’inscrit dans la tradition par les nombreuses références classiques, il est manifestement ancré dans la modernité 100. Il annonce par ailleurs le Discorso sopra il riformare lo Stato di Firenze et surtout le projet de constitution développé dans le Della Repubblica fiorentina 101.

  • 102 Voir à ce propos : G. Cadoni, «  Donato Giannotti  », dans Crisi della mediazione politica nel pens (...)

53Il apparaît ainsi clairement que Donato Giannotti partage les mêmes préoccupations que des écrivains plus célèbres, ses concitoyens, que sont Machiavel et Guichardin 102.

54Et nous laissons le mot de la fin à Alberto Tenenti qui fait le lien entre la raison d’État et l’horizon international :

  • 103 F. Livi et C. Ossola, De Florence à Venise, Hommage à Christian Bec, Paris, PUPS, 2006, p. 244.

après 1550 l’affirmation de la souveraineté de Venise se trouve associée en général à la raison d’État surtout dans l’optique de la réalisation des visées des autres monarques et des puissances qu’ils incarnaient sur la scène internationale 103.

Haut de page

Notes

1 C. Bec, Précis de littérature italienne, Paris, PUF, 1982, p. 159.

2 F. Gilbert, Machiavel et Guichardin. Politique et histoire à Florence au xvi e siècle, Paris, Seuil, 1996. J. A. Pocok, L e moment machiavélien, Paris, PUF, 1997. Machiavel, Le Prince, traduit et annoté par J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, Paris, PUF, 2000. «  Machiavel ou la relation entre gouvernant et gouverné  », interview de J.-M. Rivière par S. Madau, La Marseillaise, Magazine Politique, dimanche 26 janvier 2014, p. 21.

3 Edition de référence : Donato Giannotti, Della Repubblica de’ Viniziani, 1526-1533, dans Opere politiche a cura di F. Diaz, Milan, Marzorati, 1974, vol. I, p. 28-152.

4 Cf. P. Simoncelli, Fuoriuscitismo repubblicano fiorentino 1530-1554, Milan, Franco Angeli, 2006, (Volume I 1530-37).
P. Carta et L. De Los Santos (dir.) «  La République en exil  » in Laboratoire Italien no 3, Lyon, ENS Edition, 2002. D. Boillet et M. Plaisance, (dir.), Les années trente du xvie siècle italien, Actes du colloque international à Paris 3-5 juin 2004 (CIRRI no 28), Paris, Paillard, 2007.
J. Pocock, The Machiavellian moment : Florentine political thought and the Atlantic republican tradition, Princeton University Press, 1975, trad. fr. L. Borot, Presses Universitaires de France, 1997. Q. Skinner, The Foundations of modern political thought, Cambridge University Press, 1978. T. Picquet, Della Repubblica fiorentina, Rome, Aracne, 2011, p. 9-29.

5 J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, Les guerres d’Italie. Des batailles pour l’Europe (1494-1559), Paris, Gallimard, 2003.

6 Cf. Th. Picquet, «  Donato Giannotti et son public  » dans Ecrire à la fin du Moyen Age. Le pouvoir et l’écriture en Espagne et en Italie (1450-1530), Aix-en-Provence, PUP, 1990, p. 151-157.

7 C. Bec, Précis de littérature italienne, p. 159. J. Boutier, S. Landi, O. Rouchon, Firenze e la Toscana : genesi e trasformazioni di uno stato (xiv-xix s.), Florence, Mandragora, 2010. Traduction de Florence et la Toscane, xiv-xixs : les dynamiques d’un État italien, Rennes, Presses Universitaires, 2004.

8   Venise 1470 environ-Venise 1549. Nommé aussi Trifone Gabriele.

9 Édition de référence, p. 31.

10 Venise 1456 - Padoue 1531.

11 Édition de référence, p. 31.

12 Ibid., p. 32.

13 Ibid.

14 Machiavel, Œuvres, Édition établie par C. Bec, Paris, Laffont, 1996, p. 1237-1240.

15 Édition de référence, p. 34.

16 Ibid., p. 150-151.

17 Ibid., p. 33.

18 Ibid., p. 99.

19 Ibid., p. 70.

20 Ibid., p. 114.

21 Ibid., p. 140 et p. 149.

22 Ibid., p. 471 note 1.

23 Ibid., p. 31.

24 Ibid., p. 30.

25 Ibid.

26 Ibid., p. 40.

27 Ibid., p. 11.

28 Ibid., p. 32.

29 Ibid.

30 Ibid., p. 61.

31 Voir à ce propos : Th. Picquet, «  Rome, un modèle pour Florence ?  », dans Rome. Mythes et symboles, Nancy, PRISMI, 2001, p. 67-90.

32 Éditions de référence, Prefazione, p. 29.

33 Ibid.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 Ibid., p. 60, p. 107.

37 Ibid., p. 65-66.

38 Ibid.

39 F. Thiriet, Histoire de Venise, Paris, PUF, «  Que sais-je ?  », 1965 et C. Bec, Histoire de Venise, Paris, PUF «  Que sais-je ?  », 1993, deuxième édition corrigée 1998, troisième édition mise à jour 2003.

40 Édition de référence, p. 55-56.

41 Ibid., p. 56-57.

42 Ibid., p. 63-64.

43 Ibid., p. 93-94.

44 Ibid., p. 115.

45 Ibid., p. 117.

46 Ibid., p. 134-135.

47 Ibid.

48 Ibid., p. 49-50.

49 Ibid., p. 57, puis p. 474 note 43.

50 Ibid., p. 140.

51 Ibid., p. 148-149.

52 Ibid., p. 30.

53 Ibid., p. 57.

54 Ibid., p. 150.

55 Ibid., p. 118.

56 Ibid., p. 29.

57 Ibid.

58 Antonio Sabellico, de son vrai nom Marcantonio Coccio (Vicovaro 1436 environ-Venise 1506). Son œuvre comprend : Rerum Venetarum ab urbe condita libri xxxiii, Enneades sive Rapsodiae historiarum, De Venetae urbis situ, De Venetis magistratibus.

59 Édition de référence, p. 37-38.

60 Ibid., p. 46.

61 Ibid., p. 56.

62 Voir à ce propos : A. Vircondelet, Venise et son histoire, Paris, Flammarion, 2006.

63 Ibid., p. 36.

64 Ibid., p. 32.

65 Ibid., p. 36.

66 Ibid., p. 44. Vitruve, De Architettura, I 4.

67 Ibid., p. 35.

68 Ibid., p. 59-60.

69 Ibid., p. 60.

70 Ibid., p. 113.

71 Ibid., p. 124.

72 (109-32 av. J.-C.) grand érudit, ami et correspondant de Cicéron, célèbre notamment pour son Ad Atticum.

73 Édition de référence, p. 34.

74 Ibid., p. 35.

75 Ibid.

76 Ibid., p. 113.

77 Ibid., p. 37-38.

78 Ibid., p. 45.

79 Ibid., p. 35-36.

80 Ibid., p. 40-42.

81 Ibid., p. 41-42.

82 Ibid., p. 44.

83 Ibid., p. 42-43.

84 Ibid., p. 44.

85 Ibid., p. 45.

86 Ibid., p. 48.

87 Ibid., p. 49-50.

88 Ibid., p. 51-53.

89 Ibid., p. 49-50.

90 Ibid., p. 82 et 86.

91 Ibid., p. 76 et 100.

92 Ibid., p. 88 deux fois.

93 Ibid., p. 128.

94 Ibid., p. 137.

95 Ibid., p. 147.

96 Ibid., p. 137.

97 Ibid., p. 62.

98 Ibid.

99 Ibid., p. 142.

100 Voir à ce propos : Gli Antichi e i moderni. Studi in onore di Roberto Cardini, Florence, Edizioni Polistampa, 2010, 1540 p., et en particulier : Th. Picquet, Giovambattista Busini, témoin de son temps, p. 1093-1109.

101 Donato Giannotti, Della Repubblica fiorentina, a cura di Th. Stella Picquet, Roma, Aracne, 2011.

102 Voir à ce propos : G. Cadoni, «  Donato Giannotti  », dans Crisi della mediazione politica nel pensiero di N. Machiavelli, F. Guicciardini, D. Giannotti, Rome, Jouvence società editoriale, 1994, p. 235-260.

103 F. Livi et C. Ossola, De Florence à Venise, Hommage à Christian Bec, Paris, PUPS, 2006, p. 244.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Théa Picquet, « Le débat politique à la Renaissance. Donato Giannotti (1492-1573),
Della Repubblica de’ Viniziani, 1525-1526
 », Cahiers d’études romanes, 30 | 2015, 43-58.

Référence électronique

Théa Picquet, « Le débat politique à la Renaissance. Donato Giannotti (1492-1573),
Della Repubblica de’ Viniziani, 1525-1526
 », Cahiers d’études romanes [En ligne], 30 | 2015, mis en ligne le 14 avril 2016, consulté le 28 avril 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/4764 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.4764

Haut de page

Auteur

Théa Picquet

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.
Aix Marseille Université, CNRS, TELEMME (Temps, Espaces, Langage, Europe Méridionale), UMR 7303, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org