Navigation – Plan du site
Qui fuit quoi ? Un éventail de fuites

La fuite en avant de Catalina de Erauso, la nonne militaire

Benito Pelegrín
p. 219-239

Résumés

L’Histoire de la Nonne Enseigne Catalina de Erauso [1585-1652], écrite par elle-même, est marquée par la fuite. À quinze ans, elle s’enfuit de son couvent de Saint-Sébastien. Cette fuite va déclencher des fuites en série tout au long de sa vie, dictées par l’urgence, la nécessité de se dissimuler et de se protéger. Travestie en homme, elle mène aux Amériques, plus de vingt ans durant, une vie picaresque de bretteur fougueux et de vaillant militaire. Condamnée à mort, elle ne doit son salut qu’à l’aveu final de son sexe et de son identité. Célèbre alors, elle obtiendra du roi une pension à vie et l’autorisation du pape de continuer à vivre dans les vêtements d’hommes qui lui ont valu sa sulfureuse gloire.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Espagne, Mexique

Index chronologique :

XVIIe
Haut de page

Texte intégral

Délit de fuite

  • 1 Historia de la Monja Alférez, Catalina de Erauso, escrita por ella misma, edición de Ángel Esteban, (...)

1À lire cette Histoire de la Nonne Enseigne [Porte-drapeau, sous-lieutenant], écrite par elle même (Historia de la Monja Alférez, Catalina de Erauso, escrita por ella misma1), il apparaît dès les premières lignes, que c’est une vie, un destin marqués par la fuite. Même son nom fuit sous les doigts. L’histoire, les documents nombreux qui existent sur elle, la donnent comme Catalina de Erauso, mais on trouve aussi la graphie Herauso, Erausso, et Araujo, dont un récit mexicain sur la fin de sa vie, de 1653, signé Catalina de Jesús y Araujo, graphies sans doute explicables par les hésitations de l’oralité et la prononciation d’époque de l’s intervocalique (encore prononcé comme le z français, d’où le ss pour le s sourd) et du j, également proche du français.

2Sa date de naissance aussi file un peu : dans la deuxième ligne, elle affirme être née en 1585, à San Sebastián, mais le registre de baptême trouvé indique 1592 et le portrait qu’en fit en 1630, au moment de sa célébrité, Francisco Pacheco, beau-père de Velázquez, lui attribue à cette date 52 ans (« ætatis suæ 52 annos »), la faisant naître en 1578, ce qui est une erreur manifeste (tableau au musée d’Aix-la-Chapelle). Elle mourra au Mexique, sur la route de Vera Cruz, en 1652.

3De bonne noblesse basque, elle est au couvent, dans sa ville même, dès l’âge de quatre ans. Un jour, à la fin de son noviciat, une altercation l’oppose à une veuve professe, plus âgée et plus « robuste », qui la « maltraite ». Même dans un couvent chrétien, l’on ne tend pas forcément l’autre joue aux injures. En tous cas, pas notre jeune Catalina qui, dépitée, faute, d’avoir le dessus, met sa vie sens dessus dessous à l’issue de l’incident. Par un subterfuge trop précis pour n’avoir pas été médité, pendant que les religieuses sont à matines, à minuit, s’en faisant dispenser par sa tante, mère supérieure, elle s’empare des clés dans la cellule de cette dernière, dérobe en passant huit réaux d’or, n’emporte qu’une paire de ciseaux, du fil et une aiguille, et, ouvrant les portes successives du couvent, se retrouve à la rue, désorientée évidemment. Elle se cache pendant trois jours dans un bois jouxtant le couvent.

4Là, de ses vêtements de nonnain, elle se fabrique un habit d’homme, se coupe les cheveux, laisse le reste de la défroque sur place et s’en va. Sans trop savoir où.

5Cette fuite extraordinaire va déclencher des fuites en série tout au long de sa vie, ordinaires, dirais-je, dictées par l’urgence, la nécessité de se dissimuler et de se protéger. J’en ai compté dix-huit pour les quelque vingt-cinq ans que couvre sa narration. Si la fuite essentielle (à la fin de son noviciat) est probablement délibérée malgré ce coup de tête et de sang, c’est l’indétermination, le hasard, qui semblent pourtant la régenter la plupart du temps, comme jouet de circonstances dans lesquelles elle a sans doute volontairement trempé, mais qui déclenchent ensuite des mécanismes répétitifs : infraction, délit, fuite pour éviter, mais pas toujours, les poursuites et la prison. Cependant, par deux fois, il y a une manifeste volonté exprimée d’agir à sa guise lorsqu’elle en a le choix.

6L’empoignade me semble marquer sa vie ultérieure où elle ne cesse de se venger ou de prendre sa revanche sur ceux qui tentent de la battre, de la combattre, sans se soumettre jamais même si, parfois, elle doit céder à la force, tout en se débattant comme une forcenée.

Résumé de sa vie

7Ainsi, l’an 1600 selon elle, à l’avènement d’un nouveau siècle, l’événement : la transgression, sa fuite et sa nouvelle identité. Mais apparemment, le même caractère susceptible, irascible, irréductible, dont les conséquences seront des fuites à tiroirs, et jusqu’au bout, comme illustrant la devise fièrement espagnole : « Genio y figura hasta la sepultura » (« Caractère, allure et figure jusqu’à la sépulture »).

Nom masculin : Loyola

  • 2 Canonisé en même temps que François-Xavier et Thérèse d’Avila.

8Elle se nomme au masculin dès lors qu’elle s’habille en homme (3e §) et ne reparlera d’elle au féminin que lorsque, pour se tirer d’un guêpier où il y va de sa vie, elle sera contrainte d’avouer son sexe à l’évêque de Guamanga et de reporter la robe. Elle se donne un nom masculin, Francisco Loyola. Je ne sais s’il faut voir de l’ironie dans cet auto-baptême d’une religieuse défroquée et travestie, déguisant son identité sous le patronyme, certes basque comme elle-même, de Loyola, petite ville de sa région, mais rendue déjà largement célèbre par Ignace de Loyola (1491-1556), le fondateur de la fameuse Compagnie de Jésus, béatifié en 1609, nommé saint patron de la province de Guipúzcoa en 1610, dont le procès en canonisation, forcément antérieur (1622)2, était alors d’actualité. Ignace de Loyola est aussi l’auteur d’une autobiographie, le Récit du pèlerin, dictée entre 1553 et 1555, presque à la veille de sa mort (1556) et des célèbres Exercices spirituels qu’on ne pouvait ignorer dans les maisons religieuses, d’autant que les jésuites étaient spécialisés dans la direction spirituelle, notamment des couvents de femmes tant leur chasteté était reconnue. Et je remarque qu’Iñigo, Ignace, cet ancien assez mauvais garçon, soldat, reçoit la révélation après une blessure au combat et se convertit en religieux itinérant fondateur d’un ordre à structure militaire : bref, une trajectoire inverse de celle de notre pèlerine devenue militaire et mauvais garçon comme on verra.

Vagabondage et divers emplois

  • 3 Il faut remarquer le sens très précis des durées temporelles qu’elle donne chaque fois, ainsi que s (...)

9Elle erre quelque temps dans la région, comme si elle hésitait à rompre un invisible cordon ombilical, va chez un parent sans se faire connaître, s’y fait employer car elle lit bien le latin, au point que le maître de maison, un professeur, qui s’attache à ce garçon, veut lui faire faire des études ; elle refuse même sous les coups et, au bout de trois mois3, s’enfuit en lui dérobant de l’argent.

  • 4 Historia de la Monja Alférez…, Chap. I, op. cit., « me vistió luego bien », p. 96 ; « bien tratado (...)

10Autre trait frappant, sa facilité à négocier ses voyages, de menus contrats pour survivre, et l’insistance, ou complaisance, à dire qu’on trouve aimable ce jeune homme, engagé deux fois comme page, bien vêtu et bien traité4, souligne-t-elle. Elle reste sept mois à Valladolid chez le premier employeur, secrétaire du roi et protecteur du couvent qu’elle avait fui, mais, y croisant son père à sa recherche, elle s’enfuit encore avec quelque argent, s’arrange avec un autre muletier qui partait pour Bilbao, et le suit, écrit-elle :

  • 5 Ibidem, Chap. I, p. 97. À Bilbao, encore, « no sabía qué hacerme » ; « sin saber yo qué hacer ni ad (...)

[…] ne sachant que faire ni où aller sauf me laisser porter comme une plume au vent.5

  • 6 Ibidem, Chap. XVIII, p. 152.

11Dans ce désarroi, un autre incident est révélateur de son tempérament réactif, vindicatif : des gamins remarquent cet étrange garçon errant, le molestent sans doute, et notre jeune nonne travestie riposte illico à coups de pierres, blesse gravement l’un deux et finit en prison pour un mois. Plus tard, aux Amériques, dans une gargote du Cuzco, jouant aux cartes, elle voit une insistante et indiscrète main qui tente de lui dérober subrepticement des pièces : ni une ni deux, elle dégaine sa dague et cloue l’imprudente main à la table6. C’est celle du « Nouveau Cid », qu’elle finira par tuer en duel.

12Mais, pour le moment, le jeune nonne transfuge est en Navarre, et le ou la voilà encore page d’un grand personnage, bien traité[e] (ce qui est sûrement important pour elle qui le souligne encore) et bien vêtu[e]. Elle y reste deux ans et, soudain, avoue-t-elle, non sans panache :

  • 7 Ibidem, Chap. I, p. 97 : « sin más causa que mi gusto. »

sans autre cause que mon bon plaisir, j’abandonnai ce confort et partis pour San Sebastián, ma patrie.7

  • 8 Ibidem, Chap. I, p. 97. Les notations, même succinctes, sur les vêtements dont la pourvoient ses ma (...)

13Elle semble y tester sa nouvelle identité – personne ne la reconnaît dans ce jeune homme « bien vêtu et galant »8 – ose même retourner à la messe dans son couvent où sa mère qui la voit ne la reconnaît pas non plus, salue courtoisement et longuement les religieuses et part. Nous sommes en 1603, elle négocie à quarante réaux (elle donne toujours les prix demandés ou les sommes perçues) un passage sur un bateau pour Séville où elle semblera faire du tourisme. Et de là, la voilà embarquée comme mousse dans une flotte commandée par un de ses oncles qui ne la connaît pas plus, qui s’attache aussi à ce moussaillon, le protège (chap. II).

14Et c’est le début de son épopée américaine, la première bataille peut-être contre des pirates : on l’y verra marchand, majordome, efficace meneur de troupeaux à la tête d’une centaine d’indiens, toujours à la grande satisfaction de ses maîtres. C’est, surtout, un bretteur redoutable plusieurs fois emprisonné et condamné à mort, un soldat puis un officier réputé par sa bravoure sur les champs de bataille. Dans sa carrière, en travesti, elle aura pratiquement parcouru toute l’Amérique espagnole du nord au sud, de Panama à Cartagène, Trujillo, Bogotá, Lima, Cuzco, Potosí, La Paz, Valdivia, Concepción, Cochabamba, Tucumán, La Plata, etc. et finira, après un retour en Espagne et un voyage en Italie, au Mexique.

15De mousse, elle était devenue valet de son oncle mais, les galions chargés d’argent devant rentrer en Espagne, elle lui vole « une somme importante » et s’enfuit. Elle s’arrange avec un autre capitaine, quitte Cartagène (Colombie) pour Panama mais, le jeune pícaro, trouvant avare son nouveau maître, le plaque et s’arrange avec un marchand.

  • 9 Ibidem, Chap. II, p. 102 : « Je marquais sur mon livre le type de tissu, avec le jour, le mois, l’a (...)

16Sachant nager, tous se sauvent d’un naufrage qui fait nombre de morts ; elle se voit confier la tâche de charger et de décharger les marchandises, en tenant la comptabilité. Le marchand, traitant avec beaucoup d’affection son employé, l’habille et le paie bien, lui offre deux esclaves et une négresse cuisinière, le place dans sa boutique en toute confiance pendant ses nombreuses absences, lui demandant de veiller sur une dame en la demeure qui lui est chère. Le pseudo Francisco semble doué pour ce travail qu’il accomplit avec minutie9.

Autre incident révélateur : théâtre

17Tout irait pour le mieux dans le meilleur des nouveaux mondes sauf un incident mineur lors d’une représentation de comedia qui dégénère en drame : un malotru gêne sa vision et pour toute réponse à sa demande de s’écarter un peu, répond de mauvaise grâce. Surenchère de la nonne déguisée, menace de l’autre de lui balafrer le visage. Sans autre arme que sa dague, Catalina, ulcérée, quitte les lieux, va chercher un couteau, le fait aiguiser en dents de scie, ceint une épée pour la première fois. Elle recherche le bravache et, bravache et demi, le nargue :

Voici le visage que vous vouliez balafrer !

18Et sans attendre elle donne une longue estafilade à son adversaire. Celui qui l’accompagne sort l’épée et, première épée et premier duel de Catalina :

  • 10 On remarque avec quelle froideur elle énoncera les blessures, souvent mortelles, qu’elle cause à se (...)

Je le traversai de gauche d’une pointe et il tomba.10

Première proposition de mariage

19Elle se réfugie dans l’église, on l’en arrache, la conduit en prison, enchaînée. Informé, son maître obtient qu’on lui enlève les chaînes et qu’on remette le prisonnier à l’asile inviolable de l’église, où il reste trois mois en attendant le procès (cela se reproduira plusieurs fois). Le marchand trouve un arrangement : l’adversaire abandonnera les poursuites si le jeune employé épouse la tante de sa femme, souci d’honorabilité hypocrite car c’est la maîtresse du marchand pacificateur. Le faux jeune homme, la nuit, se glissant hors de l’église, va rejoindre cette dame qui le trouvait déjà fort à son goût, voulant lui manifester une intime tendresse. Mais le faux Francisco et vrai Catalina esquive ces tendres nœuds, refuse le mariage de complaisance malgré tout ce que lui promet son maître, qui l’aide malgré tout à fuir à Trujillo et l’y place dans une autre boutique.

20Mais les adversaires viennent l’y poursuivre. Il y aura un autre duel et Catalina, décidément experte déjà en escrime, d’une pointe étend sur le carreau l’un de ses adversaires. On l’arrête mais, sur le chemin de la prison, le corregidor, apprenant que le jeune prisonnier est basque – solidarité et complicité dont notre héros/héroïne bénéficiera plusieurs fois – le laisse échapper, lui souffle de se réfugier en passant dans une providentielle église. Encore une fois son maître vient à sa rescousse, dote généreusement le jeune homme, l’aide à s’enfuir vers une lointaine juridiction, Lima, au Pérou.

Flirt avec des filles

  • 11 Ibidem, Chap. V, p. 109 : « acostado en sus faldas, y andándole en las piernas. »

21Grâce à la lettre de recommandation de son maître, un autre riche marchand l’engage pour leur réciproque satisfaction, jusqu’au jour où il surprend l’apparent jeune homme occupé à flirter de près avec ses deux jeunes belles-sœurs qui le coiffent, couché dans leurs jupes, entre leurs jambes qu’il (elle) tripote11 ; l’une des jeunes filles, amoureuse, le presse de l’épouser. Sinon une fuite, cela lui vaut un départ.

  • 12 Ibidem, p. 110.

22C’est alors qu’elle s’engage comme soldat dans l’armée qui se forme pour aller mater l’insurrection des Indiens Araucans au bout du Chili. Le regrettant, son maître, va jusqu’à vouloir racheter son contrat pour le garder mais le feint Francisco affirme encore une fois sa volonté « lui disant que son inclination [le] poussait à partir et voir des mondes »12.

Batailles, galons, duels

  • 13 Ibidem, Chap. VI, p. 114.
  • 14 Ibidem, Chap. VIII, p. 125.

23Elle participe à des batailles importantes et gagne pour exploit guerrier signalé ses galons et le titre de porte-drapeau lieutenant en ramenant, au péril de sa vie – trois flèches et un coup de lance à l’épaule – le drapeau qu’un cacique indien avait emporté13. Ultérieurement, elle sera sergent-major durant deux ans14.

  • 15 Ibidem, Chap. VI, p. 118 : « ¡sabe Dios con qué dolor ! »
  • 16 Ibidem, Chap. VII, p. 120 : « lloré, y pienso que fue la primera vez ».

24Au cours de son récit, sans compter les champs de bataille proprement militaires où elle parle de ruisseaux de sang dans des affrontements avec les Araucans, les rebelles et pirates hollandais ou les Espagnols soulevés contre le roi, immédiatement pendus, Catalina qui fréquente assidûment les tripots et maisons de jeu, aura occis en duel onze hommes. Dans un duel nocturne, en même temps que deux hommes, sans le savoir, elle tue son propre frère. C’est pendant les funérailles de ce dernier qu’elle laisse percer enfin de la sensibilité15. La première fois qu’elle pleure16, confie-t-elle, c’est durant son horrible traversée des Andes où elle manque mourir de faim, de soif, d’épuisement.

Insensibilité ?

  • 17 Ibidem, Chap. IX, p. 127 : « Hicimos al muchacho diez mil añicos. »

25En revanche, nulle compassion pour ce chef indien christianisé qu’elle fait prisonnier et fait pendre aussitôt sans autre forme de procès, suscitant la réprobation de son supérieur qui lui refuse alors la promotion au grade qui l’attendait. Pas de pitié pour ce petit Indien qui, d’une flèche, crève l’œil d’un soldat et dont elle raconte en passant qu’ils le mirent en pièces17. Elle-même est souvent blessée, et sa dernière blessure, au cours d’un duel encore, est presque mortelle.

Colérique, solidarité basque

  • 18 Ibidem, Chap. VI, p. 118 : elle reste huit mois enfermée dans l’église où on enterre son frère, cer (...)

26Ce qui frappe, donc, c’est son caractère colérique, sanguin et le sang qu’elle fait couler, les affaires qu’elle se crée dans des querelles et duels ; c’est à grand renfort de force qu’on la maîtrise pour la conduire à la prison quand elle n’a pas réussi à s’enfuir dans des églises où elle reste cloîtrée, parfois des mois18, tant qu’elles sont cernées par l’autorité qui cherche à l’appréhender.

27Elle s’en tire souvent et réussit à s’enfuir avec la solidarité complice de compatriotes, essentiellement Basques : certes, de bonne noblesse et bonne éducation dans son couvent (excellente comptable, latiniste), elle ne doit pas parler “comme une vache espagnole” (corruption de l’expression “parler comme un Basque l’espagnol”), et elle manie bien le castillan, à preuve, sinon ce texte, les requêtes officielles au roi. Cependant, accent, expressions linguistiques du terroir, ou langue originelle, les Basques se reconnaissent entre eux, s’entraident, et elle en bénéficie.

Question et condamnations à mort

  • 19 Ibidem, Chap. XI, p. 130.

28Elle est soumise à la question, refuse de se déshabiller, résiste impavide aux premières tortures, « forte comme un chêne »19 ; elle n’y échappe totalement que par un privilège d’exemption des nobles Basques qu’un ami exhume opportunément. Elle écope malgré tout de dix ans de Chili (relégation) sans solde.

  • 20 Ibidem, Chap. XIII.
  • 21 Ibidem, Chap. XIV.

29L’impénitente ferrailleuse est condamnée deux fois à mort. La première fois la condamnation est injuste : elle est sauvée in extremis par l’aveu20 – sous la torture – des vrais coupables. La seconde fois, à la Paz, alors que juste avant l’exécution on dit une messe dans sa cellule et on la fait communier, elle recrache aussitôt l’hostie dans sa main, se met à hurler : « Iglesia me llamo, iglesia me llamo » (« Je m’appelle Église, je m’appelle Église » = J’en appelle à l’Église). Scandale, on la prend pour un hérétique, mais le curé et l’évêque y voient le miracle d’une conversion : sous un dais, en procession, avec des cierges, on la conduit à l’asile d’une église, on lui reprend l’hostie que l’on met dans un reliquaire, on lui lacère la main et, au bout d’un mois, on l’aide encore à s’enfuir de la Paz à Cuzco21.

30C’est dans cette ville où, un crime lui étant imputé à tort, elle passe cinq mois en prison avant de tuer rien moins que le « Nouveau Cid », qui la blesse gravement ainsi qu’un de ses hommes. À l’article de la mort, dans le secret inviolable de la confession, elle révèle son identité (que le confesseur ne peut divulguer), reçoit le viatique et on la transfère pour la protéger de la justice dans une église d’où, quatre mois après, sa blessure guérie, on l’aide encore à s’enfuir : c’est sa quatorzième fuite.

  • 22 Avec ce résumé du résumé : « me embarqué, aporté, trajiné, maté, hérí, maleé, correteé, hasta venir (...)

31Rattrapée à Guamanga, après un combat, c’est encore dans l’église que, pour échapper à la peine capitale, elle confesse à l’évêque sa véritable identité, fait un saisissant abrégé de sa vie en neuf lignes22, confie avec fierté sa virginité intacte (« comme au jour de [sa] naissance ») – qui sera confirmée par un tribunal de matrones. On lui donne un habit religieux et on la conduit en procession chez les Clarisses, escortée par toute la ville. C’est le début d’une gloire éclatante, de sa légende en vie.

  • 23 Ibidem, Chap. XXII.

32L’archevêque de Lima la réclame, au grand dam des Clarisses séduites, et elle fait une entrée extraordinaire en cette ville, en litière, escortée de religieux, de gardes. Le Vice-roi l’invite, lui donne à choisir un couvent ; elle ne fait son choix qu’après les avoir tous vus. Elle entre chez les Bernardines. Deux ans et cinq mois après, on reçoit confirmation d’Espagne que la fuyarde n’était que novice et, causant encore un grand chagrin à ses sœurs, elle repart pour l’Espagne23. C’est son apothéose américaine.

Comedia, Roi, Pape

33Sa légende l’a précédée en Espagne : Pérez de Montalván, disciple de Lope de Vega, qui a peut-être connu notre héroïne, y joue une pièce à succès sur elle, Comedia famosa de la monja Alférez. Nous sommes en 1625. Elle pétitionne pour une pension à vie. Le roi la reçoit à Madrid. Elle part pour Rome pour voir le pape, est emprisonnée au Piémont, rentre en mendiant en Espagne, revoit le roi à Barcelone, lequel lui paie son nouveau voyage à Rome.

  • 24 Ibidem, Chap. XXV, p. 174 : « Y todos, o los más, me mostraron notable agrado y caricia ».

34Urbain VIII la reçoit, écoute le récit de sa vie, l’absout, agrée sa demande de continuer à vivre habillée en homme, lui conseillant cependant de veiller à respecter le commandement de ne pas tuer. Elle est fêtée à la cour pontificale24 où évêques, cardinaux, grands personnages se pressent autour d’elle : elle est la coqueluche mondaine de Rome. Son récit, au chapitre XXVI (à peine neuf lignes) s’arrête sur un quai de Naples. Deux demoiselles, escortées de deux galants, l’interpellent :

Madame Catalina, où allez-vous ?

Réponse ou riposte :

Où je vais ? Mesdames les putes, mais vous donner cent coups sur le chignon et cent coups de couteau à qui voudrait vous défendre.

35Francisco Pacheco fait son portrait en 1630 et, pension obtenue et voyage payé, elle repart pour l’Amérique et finit ses jours au Mexique.

Femmes : fuite du féminin ou recherche du sexe masculin ?

36Je vais passer rapidement sur la question du genre sur laquelle s’est, naturellement, longuement penchée la critique nord-américaine. Je vais simplement poser quelques problèmes pour tenter d’exposer une problématique de cette fuite.

Travesti, sexualité

37Le travesti, assumé toute une vie durant et revendiqué officiellement, pose bien sûr autant la question du genre que celle du goût sexuel de Catalina/Francisco chez qui le masque, le paraître a révélé l’être réel : le personnage soutenu et joué toute une vie est à l’évidence devenu la personne, le rôle s’emparant de l’acteur. Il y a une évidente fuite de sa féminité. Mais, je remarque que, se sentant homme elle n’est pas pour autant une lesbienne refoulée : c’est une communauté de femmes qu’elle a fuie pour embrasser le choix d’une vie à compagnonnage masculin. Un couvent féminin aurait sans doute comblé des désirs lesbiens enfouis.

38Mais comment a-t-elle pu, pendant plus de vingt ans, se déguiser ?

Voix

39On peut se demander à bon droit comment, dans la promiscuité masculine des navires, des régiments et des prisons, notre nonne travestie a pu préserver le secret de son identité de femme. Ne serait-ce que la voix, dirait-on aujourd’hui, est révélatrice du genre : des études récentes montreraient qu’immémorialement, l’inconscient de la femme détecterait dans les harmoniques graves de la voix masculine la fécondité du mâle.

40Mais l’on peut objecter que la façon de parler varie selon les époques, les sociétés et les classes sociales. Dans des textes du XVIIe siècle, les graves Espagnols se moquent de la voix nasale et criarde des Français : « tant de cocoricos – dira Gracián des Gaulois – est plus de poules que de coqs ». Mirabeau, dans les assemblées révolutionnaires, fustigeait les aristocrates empanachés et à la voix haut perchée comme des volatiles de poulailler. Les films français du début du parlant, les archives sonores démontrent la manière aiguë, pointue, de parler en France jusqu’à une époque relativement récente.

41La nonne n’a pas non plus les signes sexuels secondaires comme la barbe. On verra qu’elle passe pour un « chapon », un castrat.

42Elle n’en parle pas et on ne semble pas l’avoir remarqué, mais ce sont peut-être ces signes externes d’homme mal accompli, à l’apparente faiblesse, qui, depuis la bande de garçons qui l’agressent en Espagne, lui valent les provocations auxquelles elle répond de contondante et confondante façon, affirmant une virilité agressive qui causera toutes ses fuites ultérieures.

43Apparemment, sa virginité semble n’avoir couru nul risque, on ne sent pas en elle de tentation charnelle, d’attrait sexuel pour des hommes (qui aurait pu passer pour de l’homosexualité). En revanche, on l’a vue marivauder complaisamment avec des dames. Elle esquive le piège du mariage tout en badinant de près avec le beau sexe. Il y a une histoire ambiguë avec la maîtresse du marchand, puis celle de son frère qui suscitera sa jalousie ; puis, quelque part peut-être en Argentine, une mère indienne qui l’a recueille mourante après son passage des Andes veut la marier avec sa fille

  • 25 Ibidem, Chap. VII, p. 122.

très noire et laide comme un diable, très contraire à mon goût, dit-elle, qui m’a toujours porté vers les beaux visages.25

44C’est ensuite un curé, à Tucumán, qui s’entiche de ce jeune homme, l’habille luxueusement de pied en cap, lui fait un pont d’or pour qu’il épouse sa nièce, et notre Francisco, doublement sollicité en mariage, joue le double jeu un moment avant de s’esquiver et de fuir encore.

Charme, portrait

45L’air de rien, Catalina se complaît à souligner comme en passant que le faux Francisco Loyola séduit bien du monde puisque, pratiquement toujours, il s’attire les bonnes grâces de ses maîtres, des dames et en est gratifié. Même une fois son artifice dévoilé et devenu public, on tente de la retenir, on la regrette en Amérique. À Madrid, devenue une célébrité, le trouble et double héros d’une pièce et, suprême consécration, reçue par le roi, elle reconnaît qu’on vient la voir comme une curiosité, peut-être un prodige d’outre-mer, pour ses habits d’homme. Il en sera de même à Rome. À défaut de celui peint par Pacheco, voici le portrait qu’en brosse Pedro del Valle le 5 juillet 1626 dans une lettre, après l’avoir reçue chez lui :

  • 26 Ibidem, introduction, pp. 60-61. Ajoutons que Pedro del Valle, le « Peregrino », qui publiera cette (...)

Elle est de grande et forte taille pour une femme, ce qui n’empêche qu’on la prenne pour un homme. Elle n’a pas de seins : car, très jeune m’a-t-elle dit, elle a usé de je ne sais quel remède pour les sécher et aplatir tels qu’ils sont : un emplâtre que lui donna un Italien qui, lorsqu’elle se l’appliqua, lui causa une vive douleur ; mais ensuite, sans autre dommage ni mauvais traitement, il fit son effet.
De visage, elle n’est pas laide, sans être belle et l’on sent bien qu’elle a été maltraitée par la vie mais qu’elle n’est pas très âgée. Ses cheveux sont noirs, et courts comme ceux des hommes, avec un peu de volume épars, comme il est d’usage aujourd’hui. En réalité, on pense plus à un chapon qu’à une femme. Elle porte un costume d’homme à l’espagnole. Elle porte une épée bien ceinte au côté ; et voilà la vie : la tête un peu penchée, la mine plus d’un vaillant soldat que d’un courtisan et d’un amoureux.26

Travesti au XVIIe siècle

  • 27 Ibidem, introduction, p. 48, qui renvoie au Deutéronome 22, 5 : « Que la femme ne s’habille point e (...)
  • 28 Ibidem, voir l’introduction très documentée d’Ángel Esteban, pp. 48-51.

46La Bible condamne catégoriquement le travesti de l’un ou autre sexe, péché abominable27. Cependant, le cas de femmes soldats en habits d’homme, probablement par nécessité pratique, est documenté depuis le Moyen Âge, et on en connaît un assez grand nombre depuis le XVIe siècle, sans doute plus grand que ce qui est attesté puisque ce n’est qu’à leur mort sur le champ de bataille, au moment du dépouillement des cadavres, qu’on découvrait leur identité sexuelle28.

Fiction

  • 29 On se souvient que Rosalinde fait semblant d’être un homme qui joue à être une femme ! Si l’on n’ou (...)

47À l’époque baroque, on sait bien la tradition théâtrale et romanesque de la femme travestie. Ainsi, dans Shakespeare (As you like it29) avec tous les quiproquos amoureux et érotiques que cela entraîne ; chez Lope de Vega abondent les amantes délurées poursuivant, habillées en hommes, l’amant infidèle. La femme travestie est un gage de succès sur scène, et c’est en vain, que les censeurs fulminent : qui plus est, lorsqu’elles dansent la chaconne et la « terrible sarabande » (danses picaresques, plus tard nobles dans toutes les suites baroques !). Elles ont de tels mouvements que le bon Père la pudeur Mariana, grand historien, dans un mémorial indigné aux autorités pour faire interdire ces danses licencieuses, affirme qu’un homme ne peut voir ces femmes en costume viril ainsi remuer « sans prendre feu ».

48Dans le roman de l’abbé Prévost, Mémoires pour servir l’Histoire de Malte ou La Jeunesse du Commandeur (1741), le déguisement en femme du héros – chevalier de Malte tenu à la chasteté – pour passer inaperçu en Italie avec sa maîtresse après avoir abandonné son ordre, ne pose pas de problème de vraisemblance. On peut citer encore l’énorme succès, même en pleine Révolution française, des Amours du chevalier de Faublas de Louvet de Couvray (1787-1790), dont le héros narrateur vit travesti en femme.

Travestis célèbres

49Mais je laisse tout ce qu’on connaît du goût esthétique du masque dans les arts baroques et leurs séquelles pour me limiter à rappeler quelques travestis célèbres, officiels. En passant les cas circonstanciels, rappelons l’ardente duchesse de Chevreuse, multipliant les complots et les amants, fuyant en Espagne habillée en homme, dépoitraillée au grand scandale des Espagnols, et à en juger par le portrait que lui fit Velázquez, “il y avait du monde au balcon”, amazone hyper féminine épinglant en passant Philippe IV à son palmarès.

50Certes, il y a d’autres cas où le déguisement de circonstance est une nécessité pour fuir inaperçu, tel celui des sœurs Mancini dont je dirai un mot plus bas.

Hommes travestis

51L’histoire ne parle guère de femmes habillées en homme, mais assez d’hommes travestis en femme : l’Abbé de Choisy et son compagnon d’enfance Philippe d’Orléans, frère de Louis XIV, sont habillés en fille tout jeunes. « Monsieur », donc, frère du roi, marié à Henriette d’Angleterre, est féminisé peut-être délibérément par Mazarin afin de n’être pas un rival potentiel du futur Roi Soleil, aussi dévoreur de femmes que Philippe est homosexuel. La fonction (ici le jeu, l’habit et la robe), crée-t-elle l’organe ? L’abbé de Choisy, historien, membre de l’Académie française, n’est guère homosexuel : il couche, de l’aveu de parents, avec des jeunes filles, les mettant dans son lit, les câlinant de près publiquement, jouant même à se marier avec l’une d’elles qu’il travestit en garçon, applaudi par la famille, les amis. Il l’écrit tranquillement dans ses mémoires Histoire de l’Abbé de Choisy habillé en femme, appendice, si je puis dire, à ses monumentaux Mémoires pour servir à l’histoire de Louis XIV.

52Casanova raconte être tombé amoureux d’un castrat, qui s’avère, pour le soulagement (vrai ou faux) du séducteur être une femme travestie en quête du succès des castrats sur scène, son instinct de mâle ne pouvant évidemment pas faillir. Mais, excepté ce dernier cas, il n’y a pas de fuite de la réalité puisque ces travestis sont publiquement assumés, encore qu’on puisse là poser la question de la fuite, même affichée, du genre sexuel.

Fuite ou recherche identitaire ? Naître ou n’être pas ?

53Nietzsche : « Man wird das man ist » (l’homme devient ce qu’il est). Ici, la fuite fondamentale détermine moins une renaissance qu’une nouvelle naissance, une démiurgique auto-création. La fuite fondatrice du couvent est suivie d’un auto-baptême proclamé avec changement de nom et de sexe littéraire puisqu’elle parle d’elle à la troisième personne du masculin. Recouvrant un habit de religieuse après sa confession de Guamanga, c’est au féminin qu’elle s’exprime alors, pour reprendre son récit au masculin à son retour, ce qui laisse supposer qu’elle a de nouveau endossé un uniforme d’homme : le costume couvre, recouvre bien l’identité, en est une adéquation, la surface disant une profondeur, réelle ou fantasmée tout une vie durant.

54Le roi d’abord, le pape ensuite apporteront caution et onction, protection et bénédiction, du moins pour l’identité sexuelle réassumée par son nom féminin, Catalina, mais niée, en perpétuelle fuite, par le costume, masculin, qui avait valeur identitaire de son temps.

55Cependant, cette auto-gestation puis cette re-naissance, est-ce naître à ce qu’elle est (homme dans le corps d’une femme) ou “n’être pas” ce qu’elle est en apparence ? un homme qui n’est qu’une femme travestie. Ce n’est même pas une intermittence sexuelle, qui pourrait suivre celle du cœur et des sens, puisque, malgré quelques aventures amoureuses ambiguës, sa plus grande constance est son identité externe masculine et sa virginité féminine intacte jalousement conservée, orgueilleusement proclamée, qui lui sert finalement de sauf-conduit et d’étendard du triomphe de son choix de vie.

Identité guerrière

  • 30 Je renvoie à la série d’émissions sur France-Culture de Gérard Gromer, Les Chemins de la musique, « (...)

56Son identité militaire la situe dans la longue tradition des femmes guerrières, depuis les Amazones (qui, hors le temps d’être fécondées pour se reproduire, fuyaient les mâles30). La sarrasine Clorinde, fuit, dans le combat contre le chevalier chrétien Tancrède, l’amour qu’elle lui porte, reconnaissant en expirant sa défaite (« Amico, hai vinto… »). Mais Catalina est vierge et qui plus est religieuse. Même si elle proclame combattre pour la gloire de Dieu contre les Hollandais hérétiques et les Indiens païens, ce n’est pas une Jeanne d’Arc, femme ouvertement habillée en homme.

Mémoires : évasion

  • 31 Mazarin avait donné Hortense (1646-1699), sa nièce préférée, en mariage, richement dotée, au Marqui (...)

57La rédaction de son autobiographie la range parmi les mémorialistes ayant conté leur évasion : Casanova des plombs de Venise au XVIIIe siècle, Cellini du Castel Sant’Angelo au XVI; au XVIIe, le Cardinal de Retz s’évadant dans une rocambolesque équipée du château de Nantes, fuyant en Espagne et se réfugiant en Italie. Mais, surtout, puisque rédigée par deux femmes dans leurs mémoires respectifs, la fuite romanesque d’Hortense et Marie Mancini, déguisées en hommes, fuyant leurs respectifs maris, le fou duc de Mazarin pour l’une31, le connétable Colonna, grand d’Espagne romain pour l’autre, chacune rédigeant ses Mémoires.

58Mais l’originalité de Catalina, c’est qu’il s’agit d’une femme, qui plus est religieuse, certes encore novice mais au moment, dit-elle, où elle terminait son noviciat, juste avant de professer c’est-à-dire de devenir épouse de Dieu, en une époque où l’on ne badinait guère avec cette infraction. Je pense aussi à la merveilleuse lettre autobiographique de la belle et savante Sor Juana Inés de la Cruz, Mexicaine contemporaine, dans laquelle elle justifie, face à l’archevêque qui la réduira au silence, sa vocation de poète et de savante, sa fuite de la cour vice-royale dont elle est l’ornement, son refus du mariage, pour trouver sa paradoxale liberté et assumer sa véritable identité sexuelle en poésie, écrivant des poèmes d’amour enflammés à la Vice-reine. À un doute émis sur sa féminité, elle répond, se voile, fuit :

Je n’entends pas bien ces choses
Mais au couvent me rangeai
Afin que si je suis femme
Nul ne vienne vérifier [...]
Me prendre pour une femme
Est donc inconsidéré
Car suis femme qu’aucun homme
En femme ne peut traiter.

Mémoires, justification, glorification

59Nos mémorialistes de l’évasion se servent de leurs mémoires comme auto-glorification dans le cas de Cellini et Casanova, ou se placent au cœur d’événements dont ils ont été témoins ou acteurs comme Retz qui tente de justifier et d’amoindrir son rôle durant la Fronde qui lui vaudra prison, fuite et exil. En revanche, Catalina ne dresse d’elle rien qui puisse paraître un panégyrique, à moins que sa gloire consiste à noircir le tableau de ses faits ou, plutôt de ses méfaits : elle a tout d’un anti-héros picaresque malgré sa noblesse.

Constat, procès-verbal

60Chez Catalina, l’autre différence avec ces trois femmes fuyant pour des raisons longuement exprimées (maris ou servitude du mariage) est que, même si on sent qu’elle se met en scène, notamment dans de courts dialogues, elle n’explique rien, ne justifie rien, n’apporte rien à la grande histoire : ses mémoires, brefs, d’une écriture elliptique, aux phrases souvent nominales, sans fioritures, se présentent comme un simple et laconique constat de faits, une sorte de procès-verbal qui eût enchanté Stendhal, lequel, rejetant la prolixité romantique, rêvait d’un style de Code Civil. Ces mémoires sont pratiquement un mémoire comme ceux condensés qu’elle adressera au roi et qui font état de services rendus pour demander une pension à vie et l’autorisation de continuer cette trajectoire existentielle et sa façon masculine de vivre.

Entre vrai et fiction autobiographique

  • 32 Je ne parle pas du Retrato de la loçana andaluza (Venise, 1528) de Francisco Delicado car sa forme (...)

61Ce récit autobiographique féminin où le vrai peut quelquefois n’être pas vraisemblable, la place aussi parmi les récits où la fiction se donne les airs du réel, telles les autobiographies romanesques de la Pícara Justina sa contemporaine (Francisco López de Úbeda, 1605)32, ou plus tardive, Heurs et malheurs de la fameuse Moll Flanders (The Fortunes and Misfortunes of the Famous Moll Flanders, 1722) de Daniel Defoe. Cette dernière, aventurière, voleuse, fuyarde, passant de l’Angleterre à la Virginie, échappant à la peine de mort à cause de sa grossesse, si elle ne le tue pas, épouse sans le savoir son frère aux Amériques, où elle finit ses jours, auprès du fruit de son inceste.

62Cependant, entre ces vrais et faux mémoires féminins, l’autre originalité de Catalina, outre le style concis, distancié et froid, avec quelques brefs dialogues non exempts d’humour, c’est que du motif de la fuite initiale, initiatrice des autres fuites, elle ne donne que la circonstance, l’incident avec la religieuse qui la bat. Elle avoue avoir eu le dessous (« lo sentí », il m’en cuisit, je le sentis passer ou en gardai du ressentiment), sentiment qui se répétera dans sa vie, causant ses vives, cinglantes et sanglantes réponses à ces atteintes à sa dignité. Effets qui occasionneront, apparemment, tout le reste, la fuite, les querelles successives, les vengeances, les duels qui déclencheront mécaniquement les autres fuites. Ne pas se soumettre, soif d’indépendance alors ?

63Au départ, au grand départ, y avait-il préméditation ? On peut l’imaginer, l’incident n’étant que le facteur décisif déclencheur d’une décision grave, d’une transgression gravissime. Que cela se produise alors même qu’elle termine son noviciat, avant l’irrévocable et irréversible profession – les vœux éternels – le laisserait penser. Donc, elle fuirait d’abord la claustration conventuelle à vie. Elle affirme plus tard sa soif de courir le monde.

Conclusion

Travesti : fuite de la féminité, gage de liberté ?

64Les ciseaux, le fil et l’aiguille, les vêtements d’homme qu’elle se fabrique, le sacrifice de sa chevelure, peuvent d’abord apparaître comme une conséquence de son évasion, une nécessité de la dissimulation. Mais, après cette rupture, qu’elle persévère habillée en homme alors qu’il n’y avait peut-être plus de nécessité de dissimulation, sa persévérance dans le travesti jusqu’à en demander l’absolution, l’officialisation et la pérennisation par le pape (qui le lui concède) laisse penser qu’endosser une tenue d’homme est bien un masque révélateur d’une identité profonde découverte à cette occasion. Certes, il était sans doute plus aisé de passer au nouveau monde habillée en homme, comme mousse, « mozo », « grumete », que comme femme soumise à l’écrasante masse masculine qui émigrait.

65Mais ensuite son engagement guerrier, son goût canaille des tripots, des duels, ses victoires ne peuvent que démontrer une adéquation forte entre ce sexe apparent auquel elle s’identifie et le sexe réel. À moins que ce ne soit un acharnement à fuir le féminin, à le déguiser par une surenchère virile tout comme les hommes travestis en femmes exacerbent, souvent jusqu’à la caricature les signes extérieurs de la féminité.

66Alors, fuite de la claustration et fuite de son sexe, fuite d’une identité imposée de nonne, fuite d’un couvent et abandon d’un habit religieux féminin pour endosser un uniforme masculin de son choix : la liberté contre la contrainte, le travesti masculin permet ce que la robe interdit aux femmes.

Religiosité ? Foi ?

67En Espagne on l’a vue à l’église, à la messe, comme testant l’efficacité de son déguisement. Aux Amériques, on ne la voit plus à une messe, sauf à celle funèbre de son frère, à laquelle elle assiste dissimulée dans l’église où, encore une fois, elle a trouvé asile, et à celle qui est célébré dans sa cellule avant l’exécution prévue.

  • 33 Historia de la Monja Alférez…, Chap. VII, p. 120 .

68Malgré cela, sa foi est sans doute profonde ; dans des situations difficiles, dramatiques, elle prie la Vierge, invoque Dieu et la miséricorde du Ciel33. Elle a fui le couvent, la vie monacale, mais pas la religion. Paradoxalement, c’est dans l’Église qu’elle a fui qu’elle en appelle, où elle cherche plusieurs fois un asile dans des circonstances où il y va de sa vie, et elle sera effectivement sauvée, après sa deuxième condamnation à mort, par l’Église, par la mention de son état de religieuse et l’aveu de son sexe.

69Cependant, il convient de souligner une scène tragico-comique : condamnée à mort, elle est pressée de se confesser pour sauver son âme, à grands renfort de prêtres hurleurs mais elle s’y refuse, dit-elle avec humour, comme un vrai « Luther ». Au bourreau qui, dans ce vacarme, a du mal à lui passer la corde au cou, elle dit :

  • 34 Ibidem, Chap. XII, p. 136. Bel exemple de son style elliptique : « Entró un fraile a confesarme : y (...)

Ivrogne, mets-moi bien la corde ou ôte-la moi, car c’est assez de tous ces curés.34

70Le paradoxe – ou le miracle – de la réussite de son entreprise, c’est que si elle a fui son habit de religieuse et son sexe, la donnée immédiate de son identité – et celle imposée de l’extérieur par la famille et la société –la fixe sous ce nom de genre ambivalent : la monja alférez, association de féminin, nonne et de masculin, lieutenant porte-drapeau.

Haut de page

Notes

1 Historia de la Monja Alférez, Catalina de Erauso, escrita por ella misma, edición de Ángel Esteban, Madrid, Cátedra, 2002. Sur l’histoire du texte original perdu, la préface est très riche. Je rappelle simplement ici que Catalina, à son retour en Espagne, l’aurait déposé en 1625 chez l’imprimeur madrilène Bernardino de Guzmán. On a retrouvé, entre autres documents officiels nombreux sur la nonne, trois textes contemporains de ce dépôt, peut-être dictés par elle-même, l’un à Séville, l’autre à Madrid, apparemment tirés de l’original à l’époque même où, en personne, elle négociait auprès du roi Philippe IV puis du Conseil des Indes une pension à vie pour services rendus et l’autorisation de continuer à vivre habillée en homme, ainsi que le paiement de frais pour retourner aux Amériques finir ses jours. Le troisième, plus tardif, mexicain (1653), signé Catalina de Jesús y Araujo, d’un style loin de la sobriété des premiers, narre la suite de sa vie depuis son départ de Rome en 1626 et sa mort sur la route de Vera Cruz en 1652. Récemment, en 1992 et 1995, à Saragosse et à Séville, on a découvert deux autres textes au contenu semblable, le premier intitulé Relación de una monja que fue huyendo de España a Indias (« Récit d’une nonne qui s’enfuit d’Espagne pour les Indes », je souligne), auquel se trouvent adjoints des documents de l’évêque de Guamanga sur sa virginité. Je traduis les citations.

2 Canonisé en même temps que François-Xavier et Thérèse d’Avila.

3 Il faut remarquer le sens très précis des durées temporelles qu’elle donne chaque fois, ainsi que son évaluation des distances parcourues, autant que son compte de l’argent gagné ou dépensé.

4 Historia de la Monja Alférez…, Chap. I, op. cit., « me vistió luego bien », p. 96 ; « bien tratado y bien vestido », p. 97. Ailleurs, c’est son oncle, capitaine du navire, qui ne la connaît pas, bien sûr, qui manifeste sympathie et protection pour ce moussaillon inexpérimenté qui avoue elliptiquement avoir eu des problèmes dans ce nouveau métier : « Inclinóseme mi tío sin conocerme y hacíame agasajos […] y tuve en él gran arrimo », ce qui ne l’empêche pas disparaître en le volant ; p. 99 ; Chap. III, son nouveau maître, satisfait de son employé, lui manifeste une grande tendresse (« gran cariño »), en use bien avec lui (« con todo buen trato »), lui offre deux beaux costumes, p. 102 ; il va même, jusqu’à vouloir le tirer d’une sale affaire en le mariant avec sa maîtresse, qui n’est pas moins tendre avec le faux jeune homme (« me acariciaba mucho »), désirant qu’il dorme avec elle, p. 104 ; le marchand le dotera, l’habillera, le recommandera en l’aidant à s’évader, p. 107. Même bon accueil chez l’employeur suivant, p. 109 ; c’est ensuite son frère, capitaine de la compagnie dans laquelle il s’est engagé qui, sans le connaître, mais le sachant basque, lui demande des nouvelles du pays, de sa famille, l’invite à sa table, s’attache à lui, le protège, pendant trois ans, jusqu’à ce qu’un malentendu auprès d’une femme les sépare, pp. 112-113. Plus loin, c’est une métisse qui le trouve presque mort après sa traversée des Andes, qui le guérit, l’habille (« tratándome bien y regalando mucho »), qui veut le marier à sa fille, puis, dans le même temps, c’est le secrétaire de l’évêque de Tucuman qui le fête (« me festejó ») et c’est au tour du chanoine d’avoir de l’inclination pour ce garçon (« se me inclinó » y acarició y regaló » ), l’habillant luxueusement, lui offrant de l’argent et sa nièce en mariage, pp. 122-123. Le même charme semble opérer auprès de l’évêque qui recevra sa confession, des religieuses qui l’accueillent à Guamanga, à Lima et, sans doute alors à Madrid et Rome.

5 Ibidem, Chap. I, p. 97. À Bilbao, encore, « no sabía qué hacerme » ; « sin saber yo qué hacer ni adónde ir, sino dejarme llevar del viento como un pluma. »

6 Ibidem, Chap. XVIII, p. 152.

7 Ibidem, Chap. I, p. 97 : « sin más causa que mi gusto. »

8 Ibidem, Chap. I, p. 97. Les notations, même succinctes, sur les vêtements dont la pourvoient ses maîtres révèlent sa sensibilité tout de même féminine.

9 Ibidem, Chap. II, p. 102 : « Je marquais sur mon livre le type de tissu, avec le jour, le mois, l’année, la longueur, le nom des clients et les prix, et pareillement les achats à crédit. » Elle donne chaque fois, avec une grande précision, les sommes d’argent dépensées, gagnées, mais aussi les distances, les durées. On notera aussi la précision avec laquelle elle note les noms des personnes rencontrées.

10 On remarque avec quelle froideur elle énoncera les blessures, souvent mortelles, qu’elle cause à ses adversaires : « le entré una punta no sé por dónde » (Chap. IV, p. 106) ; « saqué la espada y entrésela por el pecho » ; « atraveséle los carrillos », « entréle yo una punta por bajo » (Chap. VI, p. 116-117) ; « le entré una punta » (Chap. XI, p. 132) ; « entréle una punta y cayó muerto » (Chap. XII, p. 136) ; « entréle un palmo de espada por las costillas » ; ailleurs, il lui suffit de tirer la dague, et c’est la mort : « Yo saqué la daga, y allí quedó muerto » (Chap. XV, p. 144) ; « tiréle una estocada », « tiréle otra con tal suerte que se la entré por la boca del estómago ». Mais elle reçoit aussi des blessures graves : « dos puntas en los pechos » (Chap. XIII, p. 140) ; « me pasó la espada de parte a parte y otro me entró un palmo de espada por el lado izquierdo » (Chap. XVIII, p 153) ; « derribé de un pistoletazo al ministro », « Descerrajo, y derribo al alguacil ; tiróle al negro, y en breve cae de estocadas » ( Chap. XIX, p. 155-156) ; « disparo una pistola, y derribo a uno », « hube de entrar la mano y derribar a uno » (Chap. XX, p. 159) ; « Entréle al Italiano una estocada de que cayó. » (Chap. XXV, p. 172).

11 Ibidem, Chap. V, p. 109 : « acostado en sus faldas, y andándole en las piernas. »

12 Ibidem, p. 110.

13 Ibidem, Chap. VI, p. 114.

14 Ibidem, Chap. VIII, p. 125.

15 Ibidem, Chap. VI, p. 118 : « ¡sabe Dios con qué dolor ! »

16 Ibidem, Chap. VII, p. 120 : « lloré, y pienso que fue la primera vez ».

17 Ibidem, Chap. IX, p. 127 : « Hicimos al muchacho diez mil añicos. »

18 Ibidem, Chap. VI, p. 118 : elle reste huit mois enfermée dans l’église où on enterre son frère, cernée par des gardes ; cinq mois dans une autre après un autre duel, Chap. XIII, p. 140.

19 Ibidem, Chap. XI, p. 130.

20 Ibidem, Chap. XIII.

21 Ibidem, Chap. XIV.

22 Avec ce résumé du résumé : « me embarqué, aporté, trajiné, maté, hérí, maleé, correteé, hasta venir a parar en lo presente, y a los pies de su ilustrísima. » (« j’ai embarqué, débarqué, j’ai roulé, j’ai tué, blessé, mal agi, vagabondé jusqu’à me trouver finalement ici, aux pieds de votre Illustrissime personne »), ibidem, Chap. XX, p. 160.

23 Ibidem, Chap. XXII.

24 Ibidem, Chap. XXV, p. 174 : « Y todos, o los más, me mostraron notable agrado y caricia ».

25 Ibidem, Chap. VII, p. 122.

26 Ibidem, introduction, pp. 60-61. Ajoutons que Pedro del Valle, le « Peregrino », qui publiera cette lettre dans le 3e tome de son Viaggio en italien (1677) y résume la vie de la nonne et explique que, comme elle n’avait pas de barbe, ses compagnons d’armes la considéraient comme un « chapon », un castrat.

27 Ibidem, introduction, p. 48, qui renvoie au Deutéronome 22, 5 : « Que la femme ne s’habille point en homme et que l’homme ne s’habille point en femme car celui qui le fait est abominable aux yeux de Dieu ».

28 Ibidem, voir l’introduction très documentée d’Ángel Esteban, pp. 48-51.

29 On se souvient que Rosalinde fait semblant d’être un homme qui joue à être une femme ! Si l’on n’oublie pas que les personnages féminins étaient alors joués par des hommes, on vit une étrange mise en abîme de la féminité comme dans l’opéra baroque où les rôles de femmes étaient parfois joués par des castrats et des rôles d’hommes jeunes par des femmes travesties dont le Chérubin des Nozze di Figaro de Mozart est un avatar.

30 Je renvoie à la série d’émissions sur France-Culture de Gérard Gromer, Les Chemins de la musique, « la Vierge guerrière dans l’opéra », que je fis avec lui.

31 Mazarin avait donné Hortense (1646-1699), sa nièce préférée, en mariage, richement dotée, au Marquis de la Meilleraye, fait duc de Mazarin et son héritier pour perpétuer le nom du cardinal. Mais ce fou religieux confina sa femme, l’enferma dans son lointain gouvernement puis dans des couvents d’où elle s’enfuit en Savoie, puis en Italie, d’où elle s’enfuit encore avec Marie, poursuivie en France par son époux et finissant ses jours exilée à Londres. Marie (1639-1715), l’amour de jeunesse de Louis XIV, mariée au Connétable Colonna qui la brutalisait, s’enfuit donc de Rome avec Hortense ; elles aboutirent en France. Egalement poursuivie, elle crut trouver refuge dans les Flandres espagnoles, mais fut enfermée dans un couvent d’où elle réussit à s’échapper, puis en Espagne, également enfermée, s’enfuyant encore, ne rentrant en Italie qu’à la fin de ses jours, après la mort de son mari. Leur sœur Olympe (1638-1708), comtesse de Soisson, dut fuir la France précipitamment, impliquée dans l’Affaire des Poisons.

32 Je ne parle pas du Retrato de la loçana andaluza (Venise, 1528) de Francisco Delicado car sa forme dialoguée ne répond pas à ce que l’on entend par autobiographie. Mais le roman picaresque au féminin abonde en Espagne : La hija de la Celestina (1612), La ingeniosa Elena (1614), de Salas Barbadillo, La garduña de Sevilla y anzuelo de las bolsas (1642) de Alonso Castillo Solórzano, etc.

33 Historia de la Monja Alférez…, Chap. VII, p. 120 .

34 Ibidem, Chap. XII, p. 136. Bel exemple de son style elliptique : « Entró un fraile a confesarme : yo me resistí ; él porfió. Yo, fuerte. Fueron lloviendo frailes que me hundían ; yo, hecho un Lutero. » (« Un moine entra pour me confesser : je refusai ; il insista. Moi, fort. Il y eut une pluie de moines qui me noyaient ; moi, devenu un vrai Luther »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benito Pelegrín, « La fuite en avant de Catalina de Erauso, la nonne militaire », Cahiers d’études romanes, 22 | 2010, 219-239.

Référence électronique

Benito Pelegrín, « La fuite en avant de Catalina de Erauso, la nonne militaire », Cahiers d’études romanes [En ligne], 22 | 2010, mis en ligne le 28 janvier 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/478 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.478

Haut de page

Auteur

Benito Pelegrín

Aix Marseille Université, CAER EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org