Navigation – Plan du site
L'écrivain et le pouvoir

« Mort à César ! » Naissance et diffusion du topos du Brutus tyrannicide chez les républicains florentins de la Renaissance

Jean-Luc Nardone
p. 73-93

Résumés

Tandis que Dante, dans son Purgatoire, rapproche encore la naissance du Christ d’un monde romain pacifié par César, on trouve dans le Canzoniere de Pétrarque six sonnets (44, 57, 102 : Cesare, poi che ‘l traditor d’Egitto, 103, 104 et 155 : Non fur ma’ giove et Cesare sì mossi) où, de façon très claire, le premier empereur est avant tout l’ennemi de la république à laquelle il a mis fin. D’autres textes de Pétrarque (De Viris illustrtibus, la lettre familière II, 8, etc.) tempèrent ce jugement mais l’extraordinaire succès de son œuvre poétique en italien instaure cette lecture de l’histoire de façon durable. De cela participent deux éléments déterminants à Florence : un attachement très fort aux valeurs républicaines et la longue domination des Médicis, de 1434 à 1494 tout d’abord, puis, après les épisodes républicains, de 1530 à 1737. L’exil des républicains anti-médicéens forge peu à peu, dans la droite ligne des poésies pétrarquiennes (Pétrarque était lui-même exilé et fils d’exilé), le mythe d’une tyrannie antirépublicaine dont Jules César est le modèle absolu. Telle est l’image de César que répand Machiavel dans son Prince, telle est la justification de la sculpture par Michel-Ange du buste de Brutus, le héros tyrannicide, telle est l’interprétation républicaine de l’assassinat d’Alexandre de Médicis par son cousin Lorenzo, le Lorenzaccio de Musset. Cette intervention vise donc à explorer le mythe d’un Brutus tyrannicide dans la littérature italienne, de ses origines à sa disparition progressive (fin XVIe - début XVIIe). Car l’absolutisme habile des Médicis à partir du successeur d’Alexandre conduit à l’étouffement de l’idéal républicain des Florentins. L’auteur de l’Histoire florentine, dont Sand puis Musset tirent le sujet du Lorenzaccio, est emblématique de cette puissance : l’ouvrage de Varchi n’est publié qu’au XVIIIe siècle.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie

Index chronologique :

XIVe-XVIIe
Haut de page

Texte intégral

1Le dimanche 26 avril 1478, dans la cathédrale de Florence, Laurent de Médicis échappe de justesse à la conjuration fomentée par la famille rivale des Pazzi, tandis que son frère cadet, Julien, tombe sous les coups des conjurés. Laurent s’est réfugié à l’intérieur de la sacristie et les partisans des Pazzi tentent de prendre d’assaut le palais de la Seigneurie. Mais Laurent à la vie sauve et ses amis ont repris courage. Le vieux Jacopo Pazzi, à la tête d’une centaine de cavaliers, parcourt les rues de la ville et tente – mais il est trop tard – de soulever le peuple de Florence contre Laurent au cri de «  Popolo e libertà !  ». Cette «  libertà  » qu’invoque Jacopo Pazzi, c’est la libertas romaine, celle d’un peuple qui n’est soumis ni à la monarchie ni à un autre peuple, celle-là même que Machiavel identifie comme alternative à la monarchie ou à l’anarchie lorsqu’au début du chapitre ix du Prince il décrit, suivant l’exemple polybien, les trois formes possibles de l’État : «  Dans chaque cité, on trouve ces deux humeurs différentes [que sont le peuple et les grands] ; cela naît de ce que le peuple désire n’être ni commandé ni opprimé par les grands, et que les grands désirent commander et opprimer le peuple. De ces deux appétits différents naît dans les cités un de ces trois effets : monarchie, liberté ou licence  ». Le cri de Jacopo Pazzi, «  Popolo e libertà  », tout comme l’analyse de Machiavel dans son opuscule, font ce lien intrinsèque entre les institutions républicaines et le peuple. Et il n’est d’ailleurs nullement étonnant que ce même peuple ne se soit pas soulevé à l’appel de Jacopo Pazzi, l’un des plus riches aristocrates de la ville alors que les Médicis, eux, depuis la révolte populaire des Ciompi de 1378, ont acquis une solide réputation de popolani, de partisans du peuple.

2On peut faire remonter très loin ce goût des Florentins pour la libertas ; ce goût, ou plutôt ce besoin, car Florence a bâti sa fortune sur le commerce et la banque, pour lesquels il est essentiel d’avoir de nécessaires marches de manœuvre politiques. On connaît bien l’opposition virulente entre guelfes et gibelins qui caractérise la ville dès le xiiie siècle ; on sait moins que dès le xie siècle, la cité refuse l’entrée de l’empereur Henri IV et élit, en 1115, douze consuls pour un an, un conseil de cent sages et un grand parlement populaire, créant ainsi sa première «  république  » bourgeoise. Les conflits entre guelfes et gibelins ne sont que le résultat de guerres intestines entre familles rivales mais au fil des siècles la conscience républicaine des Florentins, intimement liée à son développement économique, paraît inébranlable. En 1252, on frappe monnaie à l’effigie de la ville et le florin d’or est alors la première monnaie du monde occidental.

  • 1 Les ouvrages critiques sur l’œuvre et la vie de Pétrarque sont légion. Je me limiterai ici à signal (...)
  • 2 Voir Jean-Luc Nardone, Pétrarque et le pétrarquisme en Europe, Paris, PUF, coll. «  Que sais-je ?   (...)
  • 3 Rerum memorandum libri, I, 37, 9-11.
  • 4 Voir notamment, dans les Familiares, la lettre xxiv, 4 où il reconnaît sa dette envers Cicéron.
  • 5 Que Dante, pour sa part, n’avait évoqué que fort laconiquement (Enfer, xxviii, 12).

3Aussi, lorsque prend forme, dès le xive siècle, la première Renaissance italienne, c’est naturellement sous la forme d’un humanisme civique très engagé. Pétrarque 1, serait-on tenté de dire, a tout inventé de l’humanisme renaissant  2 : la langue toscane, la poésie lyrique en langue vernaculaire, l’indépendance active de l’intellectuel, mais aussi, en véritable fondateur qu’il est de cette Renaissance, la redécouverte de l’Antiquité. Le latin est sa langue de prédilection et il est un insatiable chercheur qui, de bibliothèque en bibliothèque, exhume et redécouvre notamment plusieurs manuscrits de Cicéron. Son ami Robert d’Anjou, le roi de Naples, le prie de retrouver la deuxième décade de Tite-Live 3. En vain. Dans le xxive livre de ses Lettres familières, il s’adresse à Cicéron, à Tite-Live, à Virgile, à Sénèque, à Varron, à Quintilien, pour tisser entre eux et lui un lien d’intimité, tant leurs œuvres lui sont familières. On peut affirmer sans hésitation que c’est la lecture qu’il transmet de la Rome antique qui s’impose durant près de deux siècles, en particulier dans l’exaltation de la république contre toutes les formes de la tyrannie. Car Pétrarque suit Cicéron dont il a fait un modèle intellectuel 4. L’auteur de l’excellent triptyque que constituent le De oratore, le De republica et le De legibus a convaincu le Toscan tant de son attachement viscéral aux institutions républicaines que du nécessaire engagement exemplaire contre celui qu’il juge l’avoir perverti : César. Dès lors, plus que tout autre historien, Pétrarque estime Tite-Live 5, qui dénonce sans ménagements dans son prologue la décadence du monde romain depuis l’avènement de l’empire :

  • 6 Traduction de Gérard Walter, Historiens romains. Historiens de la république. Tome I : Tite-Live ; (...)

[…] Vit-on jamais république plus grande, plus vertueuse, plus féconde en bons exemples que celle de nos ancêtres ? Jamais la soif de l’or et le goût du luxe ne pénétrèrent si tard dans aucun État. Nulle part l’économie et la pauvreté ne furent si longtemps à l’honneur. Tant il est vrai que moins on a de biens, moins on les convoite. Au lieu que de nos jours, la prospérité a amené la cupidité, l’abus des plaisirs a fait naître le désir de se perdre et de tout perdre dans les excès du luxe et de la débauche 6.

4Historien de la transition entre période républicaine et empire, Tite-Live est le mieux à même de dire la vertu de l’une et la décadence de l’autre et ce discours introductif en fait un modèle pour les Florentins. Jules César qui s’est fait octroyer par le Sénat des pouvoirs si extraordinaires qu’ils lui confèrent le titre de roi de l’Orient, ébranle donc dans leurs fondements cinq siècles de république. Ainsi la lecture de l’histoire romaine est-elle perçue par Pétrarque comme d’une part, la preuve de l’excellence des institutions républicaines et, d’autre part, en conséquence, la condamnation nécessaire de celui qui l’a compromise.

  • 7 Quant à la production italienne de Pétrarque, six sonnets évoquent César : le 41 (où il est la méto (...)
  • 8 Voir notamment M. Santagata dans son Petrarca e i Colonna, Lucca, Maria Pacini Fazzi editore, 1989  (...)
  • 9 Voir le récit et les notes abondantes d’Ugo Dotti, Vita del Petrarca, Roma-Bari, Laterza, 1992, p.  (...)
  • 10 Ad Nicolaum tribunum Urbis et ad populum Romanum, Varie, 48.

5On pourrait longuement s’arrêter sur l’étude foisonnante des relations entre Pétrarque et son attachement à la république romaine dans son abondante production latine 7. Je me contenterai ici d’évoquer plus que son œuvre l’épisode le plus fort de son engagement politique lorsqu’il soutint autant qu’il put la république instaurée – ou plutôt restaurée – à Rome par son ami Cola di Rienzo, contre les Orsini mais aussi les Colonna qui étaient, depuis toujours, les protecteurs du poète 8. Le 20 mai 1347, Cola di Rienzo tente et réussit un coup d’État populaire contre les princes romains et aspire à rien de moins qu’unifier l’Italie. En quelques mois, le nouveau tribun parvient à préparer l’invasion du royaume de Naples tandis qu’il défait brillamment l’armée levée par les Colonna le 20 novembre. Le 15 décembre de la même année, Cola di Rienzo devait pourtant abdiquer sous la pression extrême de la curie avignonnaise, frappé qu’il fut, nous disent les chroniques romaines, par de graves troubles nerveux. Et l’on sait la virulence de Pétrarque contre cette papauté pervertie qu’il nomme Babylone. Quoi qu’il en soit, dans l’espace de ces six mois, que de félicité chez Pétrarque qui écrit abondamment 9 à son ami ! Et notamment l’illustre lettre intitulée «  À Cola [di Rienzo] tribun de Rome et au peuple romain  » 10. C’est une lettre magnifique d’enthousiasme et d’érudition. Pétrarque y cite entre autres Ovide, Suétone, Juvénal, Lucain, Caton d’Utique, Scipion, les Gracques, Virgile, et naturellement Cicéron et Tite-Live, princeps historiæ. Il écrit ceci :

Il y a, à ce jour, trois Brutus qui se sont illustrés. Le premier, dans l’ordre, fut celui qui chassa de son trône [Tarquin] le Superbe ; le deuxième, celui qui tua Jules César ; le troisième, celui qui pourchasse jusqu’à l’exil et la mort les tyrans de notre temps.

6En un raccourci flamboyant, Pétrarque ouvre et clôt la période républicaine par deux Brutus, dont les noms mêmes deviennent par antonomase le titre des héros de la république contre la tyrannie : Cola est un Brutus.

7On pourrait épiloguer à loisir mais l’on voit bien, je crois, par ces quelques exemples tirés de la vie et de l’œuvre de Pétrarque que se met en place une lecture républicaine radicale de l’étude de l’Antiquité, un jugement politique sans contraste. On constate pourtant, à la fin de la vie du poète, un net infléchissement de l’opinion qu’il a de Jules César : la république de Cola di Rienzo a échoué, lui-même a refusé définitivement les propositions de la république de Florence (portées par son ami Boccace) de restitution des biens confisqués à son père exilé et il a choisi de passer sous la protection de seigneurs influents, l’archevêque Giovanni Visconti à Milan (1353-1361) puis Francesco da Carrara, à Padoue, dès 1368. Durant cette période, Pétrarque noue de vraies relations avec l’empereur, qu’il rejoint même à Prague, où Charles IV le nomme comte palatin (1355). Ce revirement est visible tant dans la dernière mouture de son De viris illustribus que dans le De gestis Cæsaris où il développe plutôt l’idée que César n’avait guère le choix et que la république était de toutes les façons corrompue, comme s’il suivait Salluste.

8Les successeurs de Pétrarque, Boccace tout d’abord, puis Coluccio Salutati (1331-1406), Leonardo Bruni (1370 ?-1440) ou Giannozzo Manetti (1396-1459) minorent voire occultent cette posture des dernières années du poète et l’on maintient à Florence contre César la célébration des héros antiques de la république romaine, un Cicéron, un Brutus, un Caton d’Utique.

  • 11 Sonnet xli. C’est nous qui traduisons.
  • 12 Présents, justement, dans la série des sonnets 102-104 de Pétrarque (voir supra note 7).

9Dans l’un des sonnets de ses Rimes 11, Boccace, qui veut illustrer la propension humaine à masquer ses sentiments réels, choisit l’exemple de César et d’Hannibal 12 :

  • 13 Ptolémée xiii, qui avait fait assassiner Pompée pour plaire à César. Mettant ainsi fin à la guerre (...)

César, après qu’il eut obtenu, grâce à la trahison
Du maître de l’Égypte 13, les lauriers honorés,
Plein de joie en son cœur, fit mine
D’être mécontent de la nouvelle.
Et alors qu’Hannibal reçut en présent
La tête de son frère, qui s’appelait
Hasdrubal, il cacha sa lourde peine
En riant devant tous ceux qui étaient affligés.
De la même façon, tout homme quelquefois
Par des actes joyeux ou un air plein de trouble
Montre le contraire de ce que ressent son cœur.

10On voit bien que Boccace, dans le premier vers, place en début et en fin de séquence le nom de César et le mot de «  trahison  », tandis que c’est Ptolémée, en réalité, qui trahit Pompée. Par cette tournure, Boccace annonce la perversion du Romain et dénonce son ambition, celle qui, précisément, le conduit à la gloire militaire puis à la chute de la république. Cet exemple, très ponctuel de Boccace, est essentiel car, puisque Pétrarque semble avoir voulu inverser sa lecture de l’action antirépublicaine de César, Boccace, qui lui succède en renommée dans la république florentine, montre ici qu’il veut retenir de l’histoire romaine la première lecture de son ami. C’est par là, sans doute, que se fortifie la tradition du couple antithétique César/Brutus.

  • 14 Du contrôle de la colère. Pour le reste, il faut attendre Alde Manuce qui publie à Venise les Œuvre (...)
  • 15 On trouvera toutes ces informations dans l’introduction de Jules Martha à Cicéron, Brutus, Paris, L (...)
  • 16 Le Brutus a été composé dans les premiers mois de l’année 46.

11Après Pétrarque et Boccace, la quête des textes romains se poursuit avec ardeur, et leur traduction aussi : Simone Atumano en 1373 puis Salutati en 1393 traduisent Plutarque 14 ; on imagine le succès de la découverte du Brutus cicéronien à Lodi, en 1422, dont sont issues cinq copies immédiates, datées de cette même année 142215. Dans son dialogue avec Brutus et Atticus sur l’art oratoire, Cicéron offre de Brutus l’image d’un brillant orateur ; mais le discours est aussi pétri de la nostalgie républicaine des trois hommes accablés par la toute-puissance de César. Dans un épilogue presque prémonitoire 16, Cicéron, qui regrette amèrement que la liberté oratoire du forum soit battue en brèche par le pouvoir césarien, s’adresse à Brutus en ces termes :

  • 17 Id., p. 123-124.

[…] Je m’afflige, entré un peu trop tard dans le chemin de la vie, d’avoir été, avant la fin de mon voyage, surpris par cette nuit qui est tombée sur la république […]. Mais quand je jette les yeux sur toi, Brutus, je vois avec peine que ta jeunesse, lancée comme sur un char de course dans la carrière, a été prise en travers et arrêtée, en plein triomphe, par le misérable destin de la république. […] C’est toi qui nous intéresse, c’est toi dont nous voudrions voir la vertu à la place qu’elle mérite, c’est pour toi que nous souhaitons une forme de république qui te permette de faire revivre et d’augmenter la gloire de deux très illustres maisons 17.

12Les épigones de Pétrarque ne se contentent pas d’exhumer l’histoire romaine, et leur engagement civique consiste aussi dans l’écriture de la leur, toute nourrie cependant d’Antiquité. Là encore, on pourrait trouver toute une foule d’exemples. Voici, pour n’en donner qu’un, ce qu’en écrit Leonardo Bruni :

  • 18 «  Si postea Tiberii saevitiam, Caligulæ furorem, Claudii dementiam, Neronis scelera et rabiem ferr (...)

Si nous considérons la cruauté de Tibère, la fureur de Caligula, la démence de Claude, la rage de Néron, et par la suite les Vitellius, Caracalla, Héliogabale, Maximien et autres monstres qu’a portés la terre, il nous apparaît clairement que, sans doute aucun, nous avouerons que la grandeur des Romains commença à décliner lorsque le nom de César, tel un cataclysme très évident, entra dans la ville de Rome. Parce que la liberté avait engendré la puissance de l’empire, après la destruction de cette liberté, s’éteignit la vertu. […] Car après que la république fut passée sous la puissance et le gouvernement d’un seul, la vertu et la grandeur d’âme commencèrent à devenir suspecte aux yeux de ceux qui régnaient, et ne plaisaient plus aux empereurs que ces hommes qui n’avaient aucune vigueur ni intelligence pour les pousser à la liberté 18.

  • 19 Bruni s’inspire du modèle de récit historique de Salluste, qu’on trouve aussi chez Villani, et que (...)

13Ce texte est tiré de ses Historiæ florentini populi 19Histoires du peuple florentin – de Bruni, auteur par ailleurs d’une Vita Ciceronis (1415) et d’une Laudatio florentinæ urbis (1403-1404) qui font de lui l’un des plus dignes héritiers de cette tradition républicaine à Florence.

14Bref, on a alors l’impression d’un formidable mouvement inébranlable dans la lignée de la pensée pétrarquienne. Pourtant un événement essentiel interrompt cet humanisme civique et fait entrer Florence dans ce qu’il est convenu d’appeler l’humanisme littéraire : il s’agit du retour à Florence en 1434 de Cosme de Médicis, jusqu’alors en exil à Venise, rappelé par une seigneurie hostile aux oligarques qui l’avaient banni. On peut estimer à juste titre que les Médicis ont «  régné  » trois siècles, de 1434 à la mort de Jean-Gaston en 1737, avec une date charnière, 1537, qui s’impose pour deux raisons historiques : la première, c’est que jusqu’en 1537, les Médicis au pouvoir sont les descendants de ce Côme dit l’Ancien, tandis qu’après la mort d’Alexandre, ils descendent en droite ligne de son frère cadet Laurent (1395-1440) et de Jean des Bandes Noires (1498-1526) ; la seconde, c’est la confirmation par l’empereur Charles Quint du titre de duc à Côme Ier, en 1537, ce qui clôt définitivement la période républicaine de Florence.

15Les premiers Médicis n’ont pas fait voler en éclats la carapace républicaine, trop solide pour cela. Ils se sont appliqués à la vider de sa substance tout au long du presque demi-siècle qui s’est écoulé jusqu’à ce 26 avril 1478. C’est ce que signifie le «  Popolo e libertà  » du vieux Jacopo Pazzi que je citai en ouverture de mon propos. Mais cette fois, Brutus n’a pas abattu César : il a occis son frère et fait redoubler la rage et la fureur de son ennemi. Dans une colère absolue, Laurent, qui n’a alors que vingt-neuf ans et qui, jusque-là, s’est plutôt signalé par une médiocrité commune mal tempérée par un goût ostentatoire pour les plaisirs, devient un maître implacable et un tyran politique.

  • 20 Suivent, au xve siècle, celles de Milan (P. J. Filelfo, 1480), Trévise (Luca Porro, 1482), Venise ( (...)
  • 21 Cette information nous est fournie dans l’introduction à Suétone, Vies des douze Césars, Paris, Bel (...)
  • 22 Chapitre xlv.

16C’est à cette même époque que l’on assiste à une formidable effervescence dans le milieu éditorial. La seule année 1470 est celle de l’édition princeps la plus complète de Tite-Live, à Rome (chez Gianantonio Campano) 20, de l’édition princeps des œuvres de Salluste, toujours à Rome (chez Vindelinus) 21 et de l’édition princeps des Vies des douze Césars encore à Rome et à Venise 22, laquelle dut conforter les républicains florentins en exil dans l’image corruptrice qu’ils ont du premier d’entre eux, que Suétone d’ailleurs nomme – comme il le fait pour les empereurs, ce que César ne fut jamais – le Divus Julius. Toujours friand d’anecdotes singulières, Suétone expose combien César mit en avant une familiarité royale voire divine qui semblait annoncer un dessein futur :

Pendant sa questure, ayant perdu sa tante Julie et sa femme Cornélie, selon l’usage il prononça leur éloge funèbre à la tribune aux harangues. Dans l’éloge de sa tante, voici ce qu’il dit sur la double ascendance de la défunte et de son propre père : «  Du côté de sa mère, ma tante Julie descend des rois, du côté de son père, elle se rattache aux dieux immortels  » […].

  • 23 Chapitre xlv.
  • 24 Pétrarque joue à loisir avec le laurier (féminin en latin) et le prénom de Laura.
  • 25 «  E tu, ben nato Laur, sotto il cui velo/ Fiorenza lieta in pace riposa/ né teme i venti o ‘l mina (...)

17Dès son premier consulat (chap. xx et suivants), César se signale par de nombreux excès de pouvoir qui s’épanouissent plus tard (chap. xl et suivants) en une véritable réforme de l’État qui ne respecte plus de la république que le nom. Ces chapitres de Suétone eurent sans doute, chez les Florentins, le sentiment amer de la description de ce qu’ils vivaient alors avec Laurent le Magnifique. Le temps de la république n’était plus désormais qu’un vague souvenir et une mascarade. «  Parmi tous les honneurs  » nous dit Suétone 23 «  que lui décernèrent le sénat et le peuple, celui qu’il reçut et dont il profita le plus volontiers fut le droit de porter en toute occasion une couronne de laurier  ». Cette couronne, Laurent la porte dans son nom que ses amis associent, dans un jeu de mot emprunté à Pétrarque 24, à la couronne poétique du laurier, le lauro : «  Et toi, Laurent (Laurier) bien né, sous le voile duquel/ Florence tout allègre vit dans la paix/ et ne craint ni les vents ni les menaces du ciel 25 […]  » chante le Politien au début de la quatrième strophe de ses Stances commencées pour la joute du magnifique Julien de Pierre de Médicis – dont le second livre s’interrompt d’ailleurs brutalement après l’assassinat de ce même Julien. Combien les lecteurs florentins de Suétone durent reconnaître le chef de la famille des Médicis dans ces mots rapportés par le biographe romain (chap. lxxvii) : «  La république, disait [César], n’est qu’un vain mot, sans consistance ni réalité. […] Il faut désormais que l’on me parle avec plus de retenue et que l’on tienne mes paroles pour des lois  ». Laurent, à lire ces quelques lignes, apparaît comme un autre César – dépourvu toutefois de son génie militaire. On a trop peu étudié, me semble-t-il, ce parallèle saisissant, et il reste à faire une étude précise sur la diffusion des premières éditions italiennes de Suétone, parues à Rome et Venise, dans le milieu des républicains florentins exilés. On ne s’étonnera guère, dès lors, que Suétone n’ait pas été publié alors à Florence puisqu’on lit sous sa plume, encore à propos de César : «  […] Certains autres de ses actes et de ses discours l’emportent dans la balance, de sorte qu’il passe pour avoir abusé de la toute-puissance et mérité d’être assassiné  » (chap. lxxvi). Une sentence en guise de prophétie dont réchappe Laurent mais qui sera fatale – nous y reviendrons – à son arrière-petit-fils Alexandre. Suétone, qui est un auteur de la Rome impériale, par ces jugements lapidaires – qu’il ne dit pas être les siens –, condamne bien plus explicitement César que Tite-Live lui-même, qui n’en reste pas moins, pour nos républicains, l’auteur de référence.

  • 26 C’est nous qui traduisons, ici et plus loin, les extraits du Traité.
  • 27 C’est nous qui soulignons.

18Dans cette première période que je disais, de 1434 à 1537, la politique médicéenne est par trois fois tenue en échec : de 1494 à 1498, de 1498 à 1512 et de 1527 à 1530. Durant ces trois périodes, les Médicis sont écartés de Florence et on y instaure une véritable république. C’est l’époque d’un Savonarole, d’un Machiavel, d’un Guichardin. Car après la mort brutale de Laurent le Magnifique et la tentative avortée de son jeune fils Pierre de lui succéder, le poids de la tyrannie médicéenne est tel que les républicains profitent de la descente de l’armée de Charles VIII pour chasser les Médicis et instaurer, sous l’impulsion de Savonarole, un Grand Conseil, de près de 3000 membres, qui se veut exemplaire de la nouvelle démocratie citadine. Dans ses textes – et songeons en particulier au Traité sur le gouvernement de Florence –, Savonarole focalise toute son attention sur la tyrannie dont il veut empêcher le retour. Il n’y a pas, explicitement, dans ce texte essentiel de Savonarole, d’allusions à César ou à Brutus, qui nous intéressent ici ; mais le moine ferrarais prolonge l’interprétation d’une république excellente, par opposition à l’empire. Ainsi, en particulier, dans la troisième partie de son traité, intitulée De ce que devraient faire les citoyens pour perfectionner le gouvernement civil, on voit que chacune des mesures énoncées fait référence aux Romains : l’amour du bien commun et «  parmi les raisons pour lesquelles les Romains augmentèrent tant leur emprise, il y a celle-ci : qu’ils aimaient le bien commun de leur cité ; et c’est pourquoi Dieu, voulant récompenser cette bonne chose, […] la récompensa de biens temporels en accroissant le bien commun et en élargissant leur empire au monde entier 26  » ; la concorde ensuite : «  et c’est là encore une des raisons qui fit que Dieu leur donna tant d’empire parce qu’ils s’aimaient et vécurent dans la concorde au début 27  » ; la justice enfin : «  et c’est pour cela que Dieu accroît les empires, comme il le fit pour les Romains, auxquels justement pour cette raison qu’ils étaient sévères dans l’exercice de la justice, il leur concéda l’empire de l’univers, car il voulait que les peuples fussent gouvernés avec justice.  » On peut s’étonner de cette interprétation syncrétique de l’histoire romaine qui montre bien, cependant, combien elle a pénétré les esprits de la Renaissance : Dieu a voulu la grandeur des Romains mais pas n’importe laquelle : celle de l’amour du bien commun, de la concorde et de la justice, c’est-à-dire, on le comprend, d’avant la guerre civile que Savonarole, précisément, tente d’éviter à tout prix à Florence. Cette concorde du «  début  », que nous soulignions, c’est bien celle de la république, celle qu’a trahie César.

19Après l’exécution du moine ferrarais, devenu par trop dangereux pour les intérêts économiques de la ville (toujours essentiels pour l’interprétation de l’histoire de Florence), la deuxième république, celle des années 1498-1512, est le véritable laboratoire de la pensée républicaine. Les œuvres des hommes qui l’animent, Machiavel et Guichardin en particulier, ne sont pas encore composées pour l’essentiel, mais certaines reflètent à posteriori leur interprétation de l’histoire romaine où, dans le droit fil du premier Pétrarque, César est un tyran liberticide et Brutus un héros remarquable, qui incarne leur propre lutte contre la tyrannie en général mais, plus particulièrement, contre un empereur, Charles Quint, que l’on nomme communément «  César  » et qui a pris parti pour les Médicis.

  • 28 Voir notamment : Gennaro Sasso, Machiavelli e gli antichi, e altri saggi, Milano-Napoli, Riccardo R (...)
  • 29 Ugo Dotti, La révolution Machiavel, traduit par R. Lenoir, Grenoble, Millon, 2006, p. 500-501. Pour (...)

20Arrêtons-nous un instant sur le cas bien étudié 28 de Machiavel. L’un des intérêts majeurs de l’écriture machiavélienne est sa complexité. Machiavel n’a pas de Jules César une représentation univoque et l’on peut en somme distinguer chez lui trois César : l’historien, le soldat et ce que j’appellerai, en écho au titre de son opuscule le plus célèbre, le «  prince  ». Dans un petit texte intitulé De la manière de traiter les populations révoltées du Val di Chiana (1503), Machiavel écrit : «  L’histoire est la maîtresse de nos actions  ». Ce n’est pas là qu’une formule mais bel et bien une façon de penser le présent, qu’il reprend dans sa dédicace du Prince : «  Je n’ai trouvé parmi mes biens nulle chose qui me soit plus chère et que j’estime autant que la connaissance des actions des grands hommes : connaissance que j’ai apprise par une longue expérience des choses modernes et une continuelle lecture des anciennes  ». Parmi ses lectures, il y a César auteur de La guerre des Gaules dont Machiavel se sert dans la rédaction de Sur la nature des Français (1500 ?) et du Portrait des choses de France (1510) comme il se sert de La Germanie de Tacite pour son Discours sur les choses de l’Allemagne et sur l’empereur (1509) et son Portrait des choses d’Allemagne (1512). César est donc un historien de référence même si, dans son récent ouvrage intitulé en français La révolution Machiavel, Ugo Dotti constate que «  parmi les modèles que proposait l’historiographie classique latine – César, Salluste, Tite-Live –, ce fut Tite-Live qui prévalut, tant pour son éloquence que pour l’ampleur de son sujet ou, enfin, pour la clarté de son exposé et pour son style 29  ». Et c’est en effet l’œuvre de Tite-Live que commente Machiavel dans ses denses Discours sur la première décade de Tite-Live (1531). Machiavel porte également sur César un jugement positif pour ses qualités militaires. Les guerres d’Italie qui commencent avec l’arrivée de Charles VIII en 1494 et qui démontrent la faiblesse structurelle des forces militaires de la péninsule, et de Florence en particulier, sont l’une des préoccupations constantes de Machiavel. Dans son dialogue où il expose ce que doit être L’Art de la guerre (1521), les tactiques de César sont une référence régulière et nombreuses sont les expressions telles que «  comme le fit César en Gaule  » (iv, 1), «  imiter César  » (iv, 3), «  c’est ce que fit César  » (iv, 5), etc. Mais dans le même temps qu’il s’y réfère, Machiavel le réduit aussi à une stature exemplaire qui n’implique aucun commentaire particulier car, si la référence est excellente, les nouvelles modalités de la guerre, réduisent aussi l’efficacité de son exemple.

  • 30 Francesco Bausi, «  Petrarca, Machiavelli, Il Principe  » in Niccolò Machiavelli politico, storico (...)
  • 31 Sur la fortune des lettres Familières de Pétrarque au xve siècle à Florence, voir Codici latini del (...)
  • 32 C’est notamment la thèse de Gennaro Sasso, «  Sul ventiseiesimo del Principe. L’uso del Petrarca  » (...)

21L’intérêt voire l’admiration portée au César historien et chef militaire, contre la tradition républicaine florentine, peuvent-ils suggérer un rapprochement avec l’analyse contrastée d’un Pétrarque ? Il y a peu à croire, à priori, qu’un tel rapprochement soit légitime. Pourtant, dans un article passionnant intitulé «  Petrarca, Machiavelli, Il Principe 30  », F. Bausi, qui s’interroge sur la signification de la présence des vers de la chanson cxxviii Italia mia en conclusion du Prince invite à relire quelques lettres des Familières 31 pétrarquiennes, dont la xii, 1 qui se termine par une exhortatio à son ami Charles IV pour descendre en Italie y rétablir l’autorité impériale. La démonstration de F. Bausi, de la pointe de sa plume, pourrait être confortée par une interprétation historique dont Jules César, justement serait une clé. Lorsque Machiavel compose le dernier chapitre de son opuscule, sans doute dans les années 1518, c’est-à-dire près de cinq ans après les autres chapitres, alors que le pouvoir des Médicis s’est réaffirmé, n’est-il pas dans la même posture de Pétrarque, je veux dire celle d’un républicain contraint par les circonstances, – cette fameuse «  occasione  » qui est l’un des pivot tant de la lettre de Pétrarque que du Prince – à repenser l’action des hommes forts dans le processus politique ? Dès lors, ce qui peut n’apparaître que comme un écho lyrique de Machiavel contre la présence des troupes mercenaires condamnées vivement par Pétrarque 32, pourrait être aussi un rapprochement entre les choix de Pétrarque – alors considéré unanimement, et notamment par les républicains, comme un modèle – et ceux de Machiavel, qui se retrouvent dans l’exhortation d’hommes providentiels, fussent-ils des «  tyrans  », comme dans leur acuité à ne pas juger une fois pour toutes que Jules César n’est que le liberticide des Romains.

  • 33 Discours, I, 10 et 17 ; III, 6 et 18.
  • 34 Ibid., I, 10, 17, 33, 34, 37, 46, 53 et 59 ; III, 6, 8 et 24.

22Encore distinguera-t-on avec lucidité entre les écrits de Machiavel dont, je le rappelais en préambule, on sait la pensée complexe : car la louange de «  l’illustre  » famille des Médicis du dernier chapitre du Prince ne saurait occulter les écrits d’analyse historique plus serrée du secrétaire, et notamment ses Discours sur la première décade de Tite-Live. Brutus y est cité à quatre reprises 33, César à plus de quinze 34.

  • 35 Ibid., i, 10. Pour cette citation et les suivantes, nous suivons la traduction de Christian Bec (vo (...)

23Que personne ne se laisse tromper par la gloire de César, en voyant qu’il est tant célébré par les écrivains. Ceux, en effet, qui le louent sont séduits par son heureux destin et effrayés par la longue durée de l’empire, dont les chefs portaient le nom, qui ne leur permit pas de s’exprimer librement sur son compte. […] César est d’autant plus à blâmer qu’est plus digne de blâme celui qui a fait le mal que celui qui a voulu le faire. Qu’on considère aussi avec quelles louanges Brutus est célébré : ne pouvant blâmer César du fait de sa puissance, on célèbre son ennemi 35.

  • 36 Le terme est repris aussi dans les vers d’un des Capitoli intitulé L’ingratitude : «  Souvent un ci (...)
  • 37 Discours, I, 37.
  • 38 Voir l’excellent article d’Andrea Matucci, «  Narrare o interpretare. Machiavelli e la congiura dei (...)

24Voilà de quoi remettre les choses en place. Machiavel, qui sait par expérience qu’on ne peut critiquer un prince puissant, invite à une relecture de tous les historiens romains et propose, en somme, qu’on juge la critique de César à l’aune de la célébration de Brutus – qu’on pense par exemple aux Vies de Plutarque ! Partout dans les Discours, César est un tyran 36 liberticide que Machiavel condamne avec fermeté, «  le premier tyran de Rome, de sorte que cette cité ne fut plus jamais libre 37  ». Dans le troisième livre des Discours, le long chapitre six, intitulé Des conjurations, cite une multitude de conjurations, tant antiques que modernes. Celle des Pazzi 38 contre Laurent le Magnifique y tient une place particulière tandis que l’assassinat de César y est examiné par trois fois. Dans sa casuistique des motifs des conjurations, Machiavel souligne combien :

  • 39 On comparera cette lecture de la confiscation des biens des Pazzi avec celle, plus médicéenne que d (...)

S’attaquer aux biens et à l’honneur sont les deux choses qui offensent les hommes. […] Le principal motif qui poussa les Pazzi à conspirer contre les Médicis fut l’héritage de Giovanni Buonromei, qui leur fut ôté sur ordre de ceux-ci. Un autre motif, très puissant, pousse les hommes à conspirer contre le prince : c’est le désir de délivrer leur patrie de la servitude. Ce motif poussa Brutus et Cassius contre César 39.

25C’est ce que savait bien Jacopo Pazzi, disions-nous en exergue, qui tenta justement de sauver sa conjuration au cri de «  Popolo e libertà  », c’est-à-dire en lui donnant cet élan «  très puissant  » des libérateurs de leur patrie. Cette tentative échoua car Laurent avait su s’assurer le soutien du peuple. L’amitié du peuple est incontestablement pour Machiavel la meilleure parade du tyran, car elle exerce une menace réelle même après le crime. C’est ce qui coûta sa vie à Brutus :

  • 40 Discours, iii, 6.

Mais, de tous les périls qui peuvent intervenir après l’exécution d’une conspiration, il n’en est pas de plus certain ni de plus redoutable que l’attachement porté par le peuple au prince que vous avez assassiné. Les conjurés n’y ont aucun remède, car ils ne peuvent jamais s’en assurer. On peut donner l’exemple de César qui, jouissant de l’amitié du peuple romain, fut vengé par lui 40.

  • 41 Destinée au pape Clément VII, le neveu de Laurent et fils de son frère Julien mort dans la conjurat (...)
  • 42 Suivant la tradition instaurée par les partisans des Médicis qui, dès le Coniurationis Commentarium(...)
  • 43 L’introduction du chapitre renvoie aux Discours, iii, 6 : «  Le début de ce huitième livre est situ (...)

26Cette amitié n’en fait pas moins de lui un tyran, un tyran habile, certes, mais un tyran tout de même ; un «  prince  » contre lequel s’éleva Brutus. L’examen minutieux des conjurations conduit ainsi Machiavel à se détourner de ce moyen extrême car «  les particuliers ne s’engagent pas dans une entreprise plus périlleuse et plus téméraire que celle-ci : elle est, en effet, en tout point difficile et dangereuse. Il en résulte que l’on en tente beaucoup, mais que rares sont celles qui atteignent au but désiré  » (Discours, iii, 6). En assassinant César, Brutus a mieux réussi que les Pazzi, peut-être parce que ses motivations étaient plus hautes, mais il n’a pu ni échapper à la vengeance des Romains ni rétablir la république. La mort de César précipita même l’avènement de l’empire comme l’échec de la conjuration des Pazzi renforça le pouvoir de Laurent. Telle est la leçon que Machiavel donne implicitement à méditer dans le récit qu’il en fait dans son Histoire de Florence 41 (1525) où, au-delà du récit imposé 42 alors d’une «  haine privée  », Machiavel nous livre un jugement plus subtil dans son huitième et dernier livre 43 ; car après la description minutieuse de l’attentat, il laisse la parole à Laurent dont le pouvoir s’est raffermi du fait même qu’il a survécu à la conjuration grâce au soutien populaire :

  • 44 Histoire de Florence, VIII, 10.

Tandis que Laurent parlait, les citoyens ne pouvaient retenir leurs larmes. L’un d’entre eux, chargé par les autres de cette tâche, lui répondit avec la même émotion qu’il avait éprouvée à l’entendre. Il lui dit que la cité lui était si reconnaissante ainsi qu’aux siens, qu’il devait bannir toute inquiétude ; qu’avec la même célérité qu’ils avaient mise à venger son frère et à le défendre, ils maintiendraient sa réputation et son pouvoir ; qu’il ne les perdrait pas avant qu’eux-mêmes ne perdissent leur patrie. Afin que leurs actes répondissent à leurs paroles, ils lui assignèrent publiquement une garde pour le protéger des pièges intérieurs 44

27Ici Machiavel clôt le chapitre dans la retenue éloquente d’un commentaire absent. Le silence que lui impose le destinataire de l’ouvrage, le pape Médicis Clément VII, n’en est pas moins retentissant dans l’écho qu’en donnent ses Discours parus après sa mort, en 1531.

  • 45 Sur la mort de Machiavel et la haine que lui vouent les républicains, voir le chapitre impitoyable (...)
  • 46 Père par ailleurs de Catherine, future reine de France.
  • 47 Benedetto Varchi l’appelle «  la bastarda dell’imperatore  » (XIV, 1).

28La dernière période qui nous intéresse s’étend de 1527, année du Sac de Rome à 1537, année de l’assassinat d’Alexandre de Médicis par Lorenzino de Médicis. En 1527, les troupes impériales de Charles Quint profitent de l’alliance maladroite du pape Clément VII avec François Ier pour mettre à sac la capitale du catholicisme. Dès lors, les républicains florentins saisissent l’occasion de renverser les hommes de paille du pape Médicis et proclament la république. Machiavel 45 meurt quelques mois plus tard mais c’est la figure emblématique de Michel-Ange que je retiendrai ici de cette brève résurrection républicaine. J’y reviendrai. Charles Quint pardonne à Clément VII son erreur politique et ses troupes massées à Bologne font plier la dernière république en 1530. Clément VII installe alors au pouvoir à Florence Alexandre, dont on ne sait s’il était le fils bâtard du pape ou de l’un de ses cousins Médicis, le duc d’Urbin 46. Charles Quint nomme Alexandre duc (1532) et lui donne en 1536 sa fille naturelle 47 Marguerite pour épouse, scellant du même coup son alliance avec les Médicis et la fin du rêve républicain. Or surgit dans l’histoire le personnage étonnant de Lorenzo di Pierfrancesco de Médicis (1514-1548), dont Musset a fait son Lorenzaccio. Intime d’Alexandre, Lorenzo n’en finit pas moins par détester la tyrannie d’Alexandre et l’assassine, seul, le 6 janvier 1537.

  • 48 Alfred de Musset, Lorenzaccio, acte V, scène ii.

Ô notre nouveau Brutus ! Je te crois et je t’embrasse. La liberté est donc sauvée ! […] Donne-moi ta main. Le duc est mort ! Ah ! Il n’y a pas de haine dans ma joie ; il n’y a que l’amour le plus pur, le plus sacré pour la patrie ; j’en prends Dieu à témoin 48.

29Ainsi s’exclame chez Musset le vieux Philippe Strozzi auprès de qui Lorenzaccio a trouvé asile dans sa fuite, à Venise. Et plus loin encore, dans cette même scène :

Laisse-moi t’appeler Brutus, si je suis un rêveur, laisse-moi ce rêve-là.
O mes amis, mes compatriotes !

  • 49 Varchi est un républicain que le retour des Médicis en 1530 conduit sur les routes de l’exil, jusqu (...)
  • 50 Pour le texte italien, nous avons suivi B. Varchi, Storia fiorentina, Firenze, Salani editore, 1963

30Voilà : la mort d’un Médicis suffit à faire renaître Brutus, non pas sous la seule plume de Musset, car c’est à Benedetto Varchi 49 (1503-1565) et à sa Storia fiorentina50 qu’il a puisé :

  • 51 Livre XV, chapitre 23. C’est nous qui traduisons.

Je dis donc qu’on pourrait bien difficilement croire et avec quelle célérité, dans toute l’Italie, se répandit la nouvelle que le duc Alexandre avait été mortellement frappé la nuit de l’Épiphanie, dans sa chambre, par Lorenzo, le fils de Pierfrancesco de Médicis, et combien on en discuta de toutes les façons. La plupart des gens, et surtout les Florentins, et parmi eux les exilés, le portaient aux nues avec d’extrêmes louanges disant que non seulement il équivalait mais même dépassait Brutus. Beaucoup, dont Benedetto Varchi, et lui plus que tout autre, composèrent, qui en latin qui en italien, de nombreux vers en louange et en l’honneur du tyrannicide et de ce nouveau brutus toscan, comme on appelait alors Lorenzo, de même qu’on blâmait et critiquait le duc Alexandre et parfois Cosme 51.

31Varchi, et c’est exceptionnel, met en capitales les mots «  tyrannicide  » et «  Brutus toscan  ». Un peu plus loin, comme le fit ensuite Musset, il donne la parole à Filippo Strozzi qui écrit aux cardinaux florentins hostiles aux Médicis, Salviati et Ridolfi, pour tenter d’utiliser au mieux la mort d’Alexandre :

  • 52 Ibid., chapitre 24. C’est nous qui traduisons.

Quant aux forces respectives, puisque eux [les partisans des Médicis] sont à l’intérieur et nous à l’extérieur, puisque que nous devons employer nos fonds propres quand ils se servent de l’argent public, et que les soutiens de César sont proches quand nos alliés français sont loin, je crois qu’il y a peu à espérer ; aussi suis-je bien mal à l’aise et il me semble que le bienfait de notre Brutus sera sans suite, comme celui du précédent, quand Auguste succéda à César 52.

  • 53 Y compris par Musset (Acte III, scène 2).
  • 54 Cette Apologia a été récemment traduite en français chez Alia.
  • 55 Même si toute sa carrière est liée aux Médicis, puisqu’il se forme à la Scuola del giardino di San (...)
  • 56 Livre VIII, chapitre 14. Voir aussi X, 41.
  • 57 Il est aujourd’hui au musée du Bargello à Florence.

32Ici Strozzi, plus clairement que chez Musset, se réfère donc à l’assassin de César et non à celui de Tarquin. Il y a tout un jeu de noms dans la confusion entre Charles Quint, est nommé par lui César, comme le Romain, ce qui accroît, naturellement, la parallèle entre Lorenzo et Brutus. Le geste de Lorenzo, pour solitaire qu’il fût, est associé à celui de 1478 et de la conjuration des Pazzi par tous les républicains 53. On attend un soulèvement populaire ; mais le secret de la préparation du tyrannicide surprend autant les partisans des Médicis que les républicains eux-mêmes et, profitant tant de la crainte et du désordre des familles d’Alexandre, les médicéens remplacent sur-le-champ Alexandre par Côme, son lointain cousin, qui très vite et malgré son jeune âge devint un tyran redoutable qui régna durant trente-sept années, illustrant par là les craintes d’un Machiavel à l’endroit des conjurations et les propos d’un Varchi qui, en introduction de son premier livre notait combien chaque fois que les Médicis avaient été chassés de Florence, «  ils y revinrent avec un pouvoir toujours plus grand et plus fort qu’avant leur départ  ». Mais revenons à notre Lorenzaccio et à son crime, dont il fit lui même l’apologie dans un petit texte saisissant 54. À l’image d’un Filippo Strozzi, pour tous les exilés florentins, c’est donc un héros splendide. Y compris à Rome, où ont pourtant régné deux papes Médicis. Parmi ces exilés se distingue notamment la figure de Michel-Ange. Michel-Ange est un républicain convaincu 55. Dès la première république, il va écouter Savonarole puis, de Rome où il était parti, rentre à Florence en 1501 et sculpte son magnifique David (1504), symbole de la résistance victorieuse de la modeste Florence contre les géants politiques que sont ses ennemis. Lors de la révolte des républicains, en 1527, Varchi rappelle 56 qu’il accepte le titre de «  gouverneur et procureur général des fortifications et remparts de la ville de Florence  » et fortifie si bien sa cité qu’elle résiste trois années aux attaques des armées coalisées. De retour à Rome, il fréquente assidûment le milieu de ses compatriotes républicains en exil. C’est alors qu’il sculpte le buste de Brutus, non pas celui du premier Brutus, mais bel et bien de l’assassin de Jules César. Vasari, dans ses Vite, nous raconte que le buste lui fut suggéré par Donato Giannotti à l’instigation du puissant cardinal Ridolfi, justement pour commémorer l’assassinat, en 1537, d’Alexandre de Médicis. C’est une marbre superbe quoique inachevée que Michel-Ange garda longtemps auprès de lui 57. L’histoire de ce buste n’est pas anecdotique, car l’on sait que le successeur de Côme Ier, le grand-duc François, qui régna sur Florence de 1574 à 1587, parvint à l’acquérir et y fit ajouter une inscription expliquant que Michel-Ange n’avait pas achevé le buste après avoir pris conscience qu’il commémorait un meurtre.

  • 58 Parmi les sources du Lorenzaccio (1834) de Musset, figure ainsi en bonne place l’un des plus grands (...)

33Ainsi se conclut sans doute le bras de fer entre les Médicis et les républicains florentins de la Renaissance, ultime étape d’un long processus engagé dès le xive siècle. Dans l’histoire d’une ville qui se considérait comme la nouvelle Athènes, l’attachement aux institutions républicaines a longtemps paru être une nécessité vitale, un idéal. Si l’humanisme pétrarquiste confère très tôt à Cola di Rienzo la dimension d’un héros de la république romaine tel que Brutus pour avoir non seulement résisté aux princes romains mais aussi restauré, fût-ce brièvement, la république, l’héritage de ce même Pétrarque chez les Florentins conserve de cet épisode une lecture universelle d’un César liberticide et, pour reprendre Varchi, d’un Brutus tyrannicide. Dès lors, la violence faite aux institutions républicaines par les Médicis, jusqu’à l’avènement d’un grand-duché, est ponctuée de conjurations et d’assassinats qui visent à renverser les tyrans, et les plus retentissants furent, on l’a vu, la conjuration des Pazzi en 1478 et le meurtre d’Alexandre en 1537 ; auxquels ont pourrait ajouter de nombreuses autres tentatives, dont celle à laquelle fut mêlé Machiavel en 1513. La conjuration des ides de mars 44 et la figure de Brutus dans cette conjuration n’eurent de cesse de soutenir l’idéal du nécessaire retour à la république et de son corollaire topique historique devenu littéraire et artistique, jusqu’au buste de Michel-Ange. Durant les deux siècles suivants que couvrent les pouvoirs successifs des Médicis, de Côme Ier à Jean-Gaston, dans une Europe où règnent tant de Césars absolus, l’idéal républicain s’ensommeille et le rêve des Brutus s’estompe. Ce n’est pourtant qu’une léthargie bien furtive au regard de l’histoire quand, dès la fin du xviiie siècle, les nouveaux républicains, tel le tragédien Vittorio Alfieri 58 avec une Conjuration des Pazzi (1787) et même deux Brutus (1788 et 1789), réveillent le sentiment antique de leurs compatriotes.

Haut de page

Bibliographie

Alfieri Vittorio, Conjuration des Pazzi (1787) et Brutus (1788 puis 1789) in Tragedie, a cura di Luca Toschi, Torino, Einaudi, 1993.

Alighieri Dante, Enfer, XXVIII, 12.

Boccaccio Giovanni [Boccace], Rime, a cura di Vittorio Branca, Milano, A. Mondadori, 1992.

Bruni Leonardo, Historiæ florentini populi in Opere letterarie e politiche, a cura di Paolo Viti, Torino, UTET, 1996.

Bruni Leonardo, Vita Ciceronis, in Opere letterarie e politiche, a cura di Paolo Viti, Torino, UTET,1996.

Bruni Leonardo, Laudatio florentinæ urbis, in Opere letterarie e politiche, a cura di Paolo Viti, Torino, UTET, 1996.

César, La Guerre des Gaules, livres I et II, texte établi par L.-A. Constans, traduction d’A.-M. Ozanam, Paris, Les Belles Lettres, 2004.

Cicéron, Brutus, Paris, Belles lettres, 1931.

Machiavelli Niccolò [Machiavel], Œuvres, traduction de C. Bec, Collection Bouquins, Paris, Robert Laffont, 1996.

Machiavelli Niccolò [Machiavel], Discours sur la Première Décade de Tite-Live in Œuvres, traduction de C. Bec, Collection Bouquins, Paris, Robert Laffont, 1996.

Machiavelli Niccolò [Machiavel], Histoire de Florence in Œuvres, traduction de C. Bec, Collection Bouquins, Paris, Robert Laffont, 1996.

Machiavelli Niccolò [Machiavel], Le Prince in Œuvres, traduction de C. Bec, Collection Bouquins, Paris, Robert Laffont, 1996.

Machiavelli Niccolò [Machiavel], De la manière de traiter les populations révoltées du Val di Chiana in Œuvres, traduction de C. Bec, Collection Bouquins, Paris, Robert Laffont, 1996.

Machiavelli Niccolò [Machiavel], L’Art de la guerre in Œuvres, traduction de C. Bec, Collection Bouquins, Paris, Robert Laffont, 1996.

Machiavelli Niccolò [Machiavel], Sur la nature des Français in Œuvres, traduction de C. Bec, Collection Bouquins, Paris, Robert Laffont, 1996.

Machiavelli Niccolò [Machiavel], Portrait des choses de France in Œuvres, traduction de C. Bec, Collection Bouquins, Paris, Robert Laffont, 1996.

Machiavelli Niccolò [Machiavel], Discours sur les choses de l’Allemagne et sur l’empereur in Œuvres, traduction de C. Bec, Collection Bouquins, Paris, Robert Laffont, 1996.

Machiavelli Niccolò [Machiavel], Portrait des choses d’Allemagne in Œuvres, traduction de C. Bec, Collection Bouquins, Paris, Robert Laffont, 1996.

Médicis, Lorenzino de, Apologie, Paris, Allia, 1995.

Musset, Alfred de, Lorenzaccio, Paris, Gallimard, 1978.

Petrarca Francesco [Pétrarque], Canzoniere, a cura di Marco Santagata, I Meridiani, Milano, Arnaldo Mondadori ed., 1996.

Petrarca Francesco [Pétrarque], Canzoniere-Le Chansonnier, Paris, Bordas, 1988.

Petrarca Francesco [Pétrarque], De viris illustribus, a cura di Silvano Ferrone, Firenze, Le Lettere, 2006.

Petrarca Francesco [Pétrarque], De gestis Cæsaris a cura di Giuliana Crevatin, Pisa, Scuola Normale Superiore, 2003.

Plutarque, Œuvres morales (par Alde Manuce, Venise, 1509) puis les Vies parallèles (id., 1519).

Plutarque, Vies parallèles, Paris, Quarto Gallimard, 2001.

Poliziano Angelo [Politien], Coniurationis Commentarium-La Congiura de’ Pazzi, a cura di Alessandro Perosa, Padova, Biblioteca di Filologia e Critica, 1958.

Poliziano Angelo, Le Stanze, l’Orfeo e le Rime, Milano, G. Trombatore, 1933.

Polybe, Histoires, Paris, Belles Lettres, 1977.

Salluste, Œuvres complètes (éditions de Milan, Antonio Zarotto, 1474, et de Venise, Aldus, 1509).

Savonarola Girolamo [Savonarole], Traité de frère Jérôme de Ferrare sur la façon de régir et de gouverner la cité de Florence, dans Sermons, écrits politiques et pièces du procès, Paris, Seuil, 1993.

Suétone, Vies des douze Césars, Paris, Les Belles Lettres, 1981.

Tacite, La Germanie.

Varchi Benedetto, Storia fiorentina, Firenze, Salani editore, 1963.

Vasari Giorgio, Vite de’ piu’ eccellenti Pittori, Scultori e Architetti, Firenze, Torrentino, 1550.

Haut de page

Notes

1 Les ouvrages critiques sur l’œuvre et la vie de Pétrarque sont légion. Je me limiterai ici à signaler l’excellente biographie rédigée par Ugo Dotti, Vita del Petrarca, Roma-Bari, Laterza, 1992. U. Dotti est par ailleurs partie prenante dans l’ambitieux et excellent projet de traduction en français (édition bilingue) de toute la correspondance de Pétrarque aux Belles Lettres. L’éditeur Jérôme Million a, pour sa part, toujours en édition bilingue, confié à Rébecca Lenoir le soin d’une traduction française déjà bien illustrée par plusieurs volumes des autres textes latins de Pétrarque.

2 Voir Jean-Luc Nardone, Pétrarque et le pétrarquisme en Europe, Paris, PUF, coll. «  Que sais-je ?  » no 3338, 1998.

3 Rerum memorandum libri, I, 37, 9-11.

4 Voir notamment, dans les Familiares, la lettre xxiv, 4 où il reconnaît sa dette envers Cicéron.

5 Que Dante, pour sa part, n’avait évoqué que fort laconiquement (Enfer, xxviii, 12).

6 Traduction de Gérard Walter, Historiens romains. Historiens de la république. Tome I : Tite-Live ; Salluste, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1968, p. 24.

7 Quant à la production italienne de Pétrarque, six sonnets évoquent César : le 41 (où il est la métonymie du mois de juillet), le 44 (où, comme David se penche sur la dépouille de Goliath, il pleure – mais quelles larmes ? – sur celle de Pompée), le triptyque 102-104 (où il est un puissant chef militaire à l’instar d’Hannibal ou Marcellus) et le 155 (où il côtoie Jupiter dans le premier vers). On pourra approfondir ce sujet en rapprochant notamment le sonnet 102, Cesare, poi che ‘l traditor d’Egitto, d’un sonnet de Boccace, Cesare, poi ch’ebbe, per tradimento. Voir les commentaires de Marco Santagata dans son édition de Petrarca, Canzoniere, I Meridiani, Milano, Arnaldo Mondadori ed., 1996, p. 477 et suivantes. L’ensemble du Canzoniere a paru en édition bilingue italien/français à Paris, Bordas, 1988 (trad. de Pierre Blanc). Anthologie bilingue partielle in Pétrarque, Amour en regards. Trente poèmes du Canzoniere, traduits et présentés par J. Malherbe et J.-L. Nardone, ed. Séquences, 2005.

8 Voir notamment M. Santagata dans son Petrarca e i Colonna, Lucca, Maria Pacini Fazzi editore, 1989 ; et Jean-Luc Nardone, «  De la “gentil colomna”  » à l’“alta colonna” : établissement d’une mythologie pétrarquiste des Colonna à Rome  », in Rome. Mythes et symboles, «  P.R.I.S.M.I.  », no 4, Université de Nancy, 2001, p. 49-65.

9 Voir le récit et les notes abondantes d’Ugo Dotti, Vita del Petrarca, Roma-Bari, Laterza, 1992, p. 176-190.

10 Ad Nicolaum tribunum Urbis et ad populum Romanum, Varie, 48.

11 Sonnet xli. C’est nous qui traduisons.

12 Présents, justement, dans la série des sonnets 102-104 de Pétrarque (voir supra note 7).

13 Ptolémée xiii, qui avait fait assassiner Pompée pour plaire à César. Mettant ainsi fin à la guerre civile, il offrait à César les lauriers de la victoire.

14 Du contrôle de la colère. Pour le reste, il faut attendre Alde Manuce qui publie à Venise les Œuvres morales (1509) puis les Vies parallèles (1519). Voir Plutarque, Vies parallèles, Paris, Quarto Gallimard, 2001, p. 22. Cette édition sera la source de nos citations des textes.

15 On trouvera toutes ces informations dans l’introduction de Jules Martha à Cicéron, Brutus, Paris, Les Belles lettres, 1931, p. X. Nous suivons la traduction de J. Martha.

16 Le Brutus a été composé dans les premiers mois de l’année 46.

17 Id., p. 123-124.

18 «  Si postea Tiberii saevitiam, Caligulæ furorem, Claudii dementiam, Neronis scelera et rabiem ferro igneque bacchantem ; si postea Vitellios, Caracallas, Heliogabalos, Maximinos et alia huiusmodi monstra et orbis terrarum portenta reputare voluerit, negare non poterit tunc romanum imperium ruere caepisse, cum primo caesarum nomen, tanquam clades aliqua, civitati incubuit. Cessit enim libertas imperatorio nomini, et post libertatem virtus abivit. […] Mox vero ut respublica in potestatem unius devenit, virtus et magnitudo nimi suspecta dominantibus esse coepit. Hique solum imperatoribus placebant, quibus non ea vis ingenii esset, quam libertatis cura stimulare posset  ».

19 Bruni s’inspire du modèle de récit historique de Salluste, qu’on trouve aussi chez Villani, et que choisit également Machiavel dans ses Istorie fiorentine, où le jugement politique est largement exprimé par le discours direct ou indirect des personnages ou dans les introductions aux chapitres, ce qui conduit à une disjonction entre narration et interprétation. Sur la réception de Salluste chez Leonardio Bruni, voir A. La Penna, Sallustio e la rivoluzione romana, Milano, Feltrinelli, 1973(3).

20 Suivent, au xve siècle, celles de Milan (P. J. Filelfo, 1480), Trévise (Luca Porro, 1482), Venise (M. A. Sabelico, 1491) et encore Milan (Alessandro Minuziano, 1495).

21 Cette information nous est fournie dans l’introduction à Suétone, Vies des douze Césars, Paris, Belles Lettres, 1981 où nous puiserons désormais nos traductions. Henri Ailloud y rappelle que «  les deux plus anciennes éditions des Douze Césars furent publiées à Rome en 1470 […]. Une troisième parut à Venise en 1471  », preuve de l’engouement pour ce texte.

22 Chapitre xlv.

23 Chapitre xlv.

24 Pétrarque joue à loisir avec le laurier (féminin en latin) et le prénom de Laura.

25 «  E tu, ben nato Laur, sotto il cui velo/ Fiorenza lieta in pace riposa/ né teme i venti o ‘l minacciar del celo  » (c’est nous qui traduisons)

26 C’est nous qui traduisons, ici et plus loin, les extraits du Traité.

27 C’est nous qui soulignons.

28 Voir notamment : Gennaro Sasso, Machiavelli e gli antichi, e altri saggi, Milano-Napoli, Riccardo Ricciardi, 1987, 3 vol. ; J.G.A. Pocock, Le moment machiavélien, Paris, PUF, 1997 ; Ugo Dotti, La révolution Machiavel, traduit par R. Lenoir, Grenoble, Millon, 2006, p. 500-501. Pour l’édition italienne : Machiavelli rivoluzionario, Carrocci, 2003. Pour les textes de Machiavel en français, voir Machiavel, Œuvres, traduction de C. Bec, Collection Bouquins, Paris, Robert Laffont, 1996.

29 Ugo Dotti, La révolution Machiavel, traduit par R. Lenoir, Grenoble, Millon, 2006, p. 500-501. Pour l’édition italienne : Machiavelli rivoluzionario, Roma, Carrocci, 2003.

30 Francesco Bausi, «  Petrarca, Machiavelli, Il Principe  » in Niccolò Machiavelli politico, storico letteraro, Actes du colloque de Lausanne, 27-30 sept. 1995, Roma, Salerno editrice, 1996, p. 41-58.

31 Sur la fortune des lettres Familières de Pétrarque au xve siècle à Florence, voir Codici latini del Petrarca nelle biblioteche fiorentine, catalogue publié par M. Feo, Firenze, Le Lettere, 1991. F. Bausi cite aussi la x, 1 ; xxiii, 2 ; xxiii, 15 ; xxiii, 21, mais aussi la xi, 8, sur les armes mercenaires et la très célèbre lettre xii, 2. Parmi les Seniles, il évoque la xiv, 1 à Francesco da Carrara sur le bon gouvernement monarchique. Bien conscient que Machiavel n’a pas eu directement accès à l’imposante production latine de Pétrarque, il rappelle les voies probables de circulation de certaines de lettres de Pétrarque jusqu’à Machiavel.

32 C’est notamment la thèse de Gennaro Sasso, «  Sul ventiseiesimo del Principe. L’uso del Petrarca  » in La Cultura, XXXIII, 1995, p. 183-195.

33 Discours, I, 10 et 17 ; III, 6 et 18.

34 Ibid., I, 10, 17, 33, 34, 37, 46, 53 et 59 ; III, 6, 8 et 24.

35 Ibid., i, 10. Pour cette citation et les suivantes, nous suivons la traduction de Christian Bec (voir supra note 27).

36 Le terme est repris aussi dans les vers d’un des Capitoli intitulé L’ingratitude : «  Souvent un citoyen se fait tyran/et dépasse les bornes de la vie civile/pour ne pas éprouver les atteintes de l’ingratitude. Ceci poussa César à prendre le pouvoir ; /ce que l’ingratitude ne lui accorda pas/ lui fut donné par une colère et un ressentiment justes  » (v. 153-158).

37 Discours, I, 37.

38 Voir l’excellent article d’Andrea Matucci, «  Narrare o interpretare. Machiavelli e la congiura dei Pazzi  », in Niccolò Machiavelli politico, storico letteraro, Actes du colloque de Lausanne, 27-30 sept. 1995, Roma, Salerno editrice, 1996, p. 315-336.

39 On comparera cette lecture de la confiscation des biens des Pazzi avec celle, plus médicéenne que donne Machiavel dans son Histoire : «  les Pazzi imputèrent cette injustice aux Médicis  » (viii, 2).

40 Discours, iii, 6.

41 Destinée au pape Clément VII, le neveu de Laurent et fils de son frère Julien mort dans la conjuration.

42 Suivant la tradition instaurée par les partisans des Médicis qui, dès le Coniurationis Commentarium (1478) du très fidèle Politien s’étaient attachés à présenter la conjuration des Pazzi comme une vengeance personnelle à l’endroit des Médicis sans dimension politique fondée, ce qui en justifiait une narration pathétique plus qu’une analyse historique.

43 L’introduction du chapitre renvoie aux Discours, iii, 6 : «  Le début de ce huitième livre est situé entre deux conjurations, l’une déjà racontée et advenue à Milan [en 1476 contre Galeazzo Sforza ; son succès inspira celle de 1478 à Florence], l’autre que l’on doit raconter et qui arriva à Florence. Aussi semblerait-il opportun, en voulant poursuivre comme de coutume, de parler des conjurations et de leur importance. On le ferait volontiers, si on n’en avait pas parlé ailleurs  ».

44 Histoire de Florence, VIII, 10.

45 Sur la mort de Machiavel et la haine que lui vouent les républicains, voir le chapitre impitoyable de B. Varchi (voir infra notes 48 et 49) dans sa Storia fiorentina (iv, 15).

46 Père par ailleurs de Catherine, future reine de France.

47 Benedetto Varchi l’appelle «  la bastarda dell’imperatore  » (XIV, 1).

48 Alfred de Musset, Lorenzaccio, acte V, scène ii.

49 Varchi est un républicain que le retour des Médicis en 1530 conduit sur les routes de l’exil, jusqu’à ce qu’en 1543, le duc Côme Ier, cherche à rétablir certains hommes de lettres à Florence. Sa Storia ne parut qu’en 1721, ce qui laisse à Varchi une liberté de ton.

50 Pour le texte italien, nous avons suivi B. Varchi, Storia fiorentina, Firenze, Salani editore, 1963.

51 Livre XV, chapitre 23. C’est nous qui traduisons.

52 Ibid., chapitre 24. C’est nous qui traduisons.

53 Y compris par Musset (Acte III, scène 2).

54 Cette Apologia a été récemment traduite en français chez Alia.

55 Même si toute sa carrière est liée aux Médicis, puisqu’il se forme à la Scuola del giardino di San Marco (1489-92) où l’a placé Laurent qui l’avait remarqué dans l’atelier de Ghirlandaio ; et que, pardonné par Clément VII de son soutien à la république de 1527, il travaille à Florence à la bibliothèque San Lorenzo.

56 Livre VIII, chapitre 14. Voir aussi X, 41.

57 Il est aujourd’hui au musée du Bargello à Florence.

58 Parmi les sources du Lorenzaccio (1834) de Musset, figure ainsi en bonne place l’un des plus grands auteurs du préromantisme italien, Vittorio Alfieri (1749-1803). Il est un auteur prolixe dont on retiendra ici surtout un traité contre la tyrannie, Della tirannide (1777). Mais c’est avant tout un auteur de théâtre, avec six comédies et dix-neuf tragédies, le genre où il excelle, qui témoignent efficacement de son attachement à la liberté et de sa dénonciation de la tyrannie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Nardone, « « Mort à César ! » Naissance et diffusion du topos du Brutus tyrannicide chez les républicains florentins de la Renaissance », Cahiers d’études romanes, 30 | 2015, 73-93.

Référence électronique

Jean-Luc Nardone, « « Mort à César ! » Naissance et diffusion du topos du Brutus tyrannicide chez les républicains florentins de la Renaissance », Cahiers d’études romanes [En ligne], 30 | 2015, mis en ligne le 14 avril 2016, consulté le 28 avril 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/4792 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.4792

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Nardone

Université de Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org