Navigation – Plan du site
L'écrivain et le pouvoir

Les indiens face à la construction de l’État-nation en Argentine

Diego Jarak
p. 95-108

Résumés

Pendant longtemps, les historiens de la tradition hégémonique ont défendu la thèse selon laquelle, en Argentine, il y aurait un nationalisme primitif. Pour eux, la nation doit être pensée et entendue dans le sens de nationalité, c’est-à-dire, dans le sens d’une construction historique, aux fondements généalogiques. Aujourd’hui, au contraire, une nouvelle historiographie – qui puisse ses racines dans le champ fertile de la Micro-histoire – considère que la nation est plutôt le résultat et non la cause, la conséquence et non l’agent. Ce changement de perspective n’implique pas seulement une question méthodologique. Il suppose aussi une modulation politique qui modifie les rapports entre les forces hégémoniques et les secteurs subordonnés, dont les peuples autochtones. Dans cet article, nous opposerons ces traditions pour mieux comprendre la place des Indigènes dans la construction de l’État-nation en Argentine.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Argentine

Index chronologique :

XIXe
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Pendant longtemps, les historiens de la tradition hégémonique ont défendu la thèse selon laquelle, en Argentine, il y aurait un nationalisme primitif une sorte de soubassement culturel, politique et social, constitué par un peuple aux mêmes origines. Un peuple qui, traversant toutes les époques et tous les périodes, dès les premiers temps de la colonie jusqu’à l’expulsion des Espagnols, se serait constitué historiquement et dont l’indépendance, acquise avec la Révolution de mai 1810, est une expression et la formation de l’État-nation une autre. Pour cette tradition, qui a dominé la pensée idéologique tout en construisant le récit historique de la nation, celle-ci – la nation – doit être pensée et entendue dans le sens de nationalité, c’est-à-dire, dans le sens d’une construction historique, aux fondements généalogiques.

2Aujourd’hui, au contraire, une nouvelle historiographie – qui puisse ses racines dans le champ fertile de la Micro-histoire – considère que la nation est plutôt le résultat et non la cause, la conséquence et non l’agent. Ce changement s’expliquerait par un oubli dont les fondements doivent se chercher dans le domaine juridique : celui du droit naturel et du droit des gens. Pour les défenseurs de la tradition hégémonique, ce qui a permis à la communauté de se constituer en tant que telle, c’est le contrat, qui s’est établi entre la communauté et le roi (ce qui signifie, que la communauté, le peuple, existait au préalable, avant le contrat). La nouvelle historiographie nous rappelle donc qu’il ne s’agit pas d’un seul et unique contrat mais qu’à l’intérieur de celui-ci, en réalité, il y a un double mouvement.

  • 1 C’est la thèse de José Carlos Chiaramoente que nous avons également utilisée ici pour introduire la (...)

3En effet, dès la fin du xviie siècle dans les théories politiques les plus répandues, à savoir celles de la néo-scolastique et du jusnaturalisme, il n’y a pas un contrat mais deux. D’une part, le contrat d’assujettissement par lequel la communauté se soumet volontairement au pouvoir qui la gouverne et, d’autre part, le contrat social proprement dit. Ce contrat permet aux individus de se réunir sous une même et seule «  chose  » commune : la communauté. En conséquence, celle-ci ne serait plus un préalable, un dogme primitif, comme dans la tradition hégémonique, mais le résultat de ce double mouvement, c’est-à-dire de ces deux contrats 1.

4Ce changement dans la façon d’approcher l’un des moments les plus importants du processus de la formation de l’État-nation, de par les perspectives qu’il a ouvertes en termes de compréhension, a permis de séparer le contenu ethnique du contenu politique, division qui sera au cœur de notre lecture. Vu de cet angle, il devient évident que, pour la tradition hégémonique, le point de départ est un contenu ethnique, puisqu’il suppose l’existence préalable d’un peuple. Un groupe humain qui s’identifie à travers ses traits physionomiques, culturels et religieux. Or, cette idée du dogme primitif implique nécessairement l’existence d’un autre, à savoir l’«  Autre  ». En effet, un peuple quelconque ne peut pas se définir seulement par des traits communs, encore faudrait-il que ces traits lui appartiennent et lui soient exclusifs. Pour cela l’existence de l’«  Autre  » est une condition préalable et nécessaire.

5Au contraire, pour la nouvelle historiographie, le point de départ n’a rien à voir avec le contenu ethnique. D’après elle, il n’y a que le contenu politique qui doit être pris en compte. Pour cette tradition, ce qui va déterminer l’apparition d’une «  communauté  », ce n’est pas quelque chose qu’elle possède en elle – un élément essentiel, inné, une langue commune, par exemple, et qui ferait d’elle un peuple différent des autres peuples –, mais quelque chose qui la dépasse, qui, en quelque sorte, la survole : le pouvoir. Cette thèse ne nie pas l’existence d’une langue, ou d’une tradition ou de n’importe quel autre trait commun. Ces traits peuvent exister, voire même jouer un rôle important. Seulement, en ce qui concerne la constitution de la communauté en tant que telle, ces éléments sont secondaires, contingents. Sur les terres du roi peu importe, en effet, la langue qu’on parle ou les coutumes qu’on pratique, le fait est que tant qu’on reste sur ses domaines on lui doit obéissance, et cette obéissance est commun à tous. C’est donc son pouvoir qui nous réunit et nous constitue en tant qu’entité, et non pas un trait ethnique quelconque, langue, coutumes ou pratiques. D’ailleurs, en Europe, les monarques exerçaient leur pouvoir sur des ensembles fort variés.

6Or, si nous admettons l’idée,

  • 2 José Carlos Chiaramonte, Nacion y Estado, op. cit., p. 20.

que en tiempos de las independencias no existían las actuales naciones iberoamericanas – ni las correspondientes nacionalidades –, las que no fueron fundamento sino fruto, muchas veces tardío, de esos movimientos2,

7il devient clair pour nous qu’il n’y avait pas une nation en amont en Argentine, mais qu’elle est apparue et s’est créée après coup. Nous devons nous demander alors : qu’est-ce qui existait avant l’indépendance ? Qui sont les acteurs et agents des transformations ? Comment et pourquoi est-on passé d’un État à un autre ; autrement dit, nous devons nous poser la question, telle qu’elle est posée par Chiaramonte : quelles sont les volontés qui ont agi pour mettre en péril et qui, finalement, ont anéanti l’une des forces les plus importantes de la période ? Nous pensons, comme cela a déjà été dit, que c’est la soumission au pouvoir qui a créé le lien de communauté. Par ailleurs, nous savons que durant la période coloniale la structure de la société s’organisait autour des structures beaucoup plus réduites, inspirées et montées sur le principe de la proximité et qu’à l’époque, prolongeant la tradition et la pratique péninsulaire, on appelait encore des Ayuntamientos – pierre angulaire des futures provinces dans les différents pays et, pour la plupart d’entre eux fondement du fédéralisme. D’après Chiaramonte, ces structures de gouvernance, les plus petites mais aussi les plus proches du quotidien des individus, ont été effacées volontairement de la carte par l’historiographie hégémonique car reconnaître leur existence et réalité impliquerait reconnaître aussi leur rôle primaire. Ce qui rapprocherait le processus indépendantiste des revendications fédéralistes. En d’autres termes, ce serait, comme nous le verrons et analyserons dans la deuxième partie de ce travail, admettre la place et l’importance des provinces dans ce processus, mais aussi leur autonomie. Ce qui était contraire au projet dominant, celui des élites de Buenos Aires, le projet unitaire. En revanche, l’idée de nation comme peuple, constitué par des Blancs, lettrés, Européens, et identifié comme unité première, moteur et fondement de l’indépendance, cette idée-là était fonctionnelle au projet centraliste. Le dogme d’un nationalisme primitif opérerait ici comme garant d’une vision prédéfinie de la nation, au même temps qu’elle permettrait une explication cohérente et de son histoire. C’est aussi pour cela que l’historiographie traditionnelle a confirmé et perpétué ce dogme.

Entre nation, ethnie et politique

  • 3 Cf. Pablo Chami, Nación, Identidad e Independencia. En Mitre, Levene y Chiaramonte, Buenos Aires, P (...)
  • 4 Pour une étude sur la notion de «  Barbare  » en Europe le lecteur pourra consulter le travail de R (...)

8Pour pouvoir avancer, il faut à présent examiner de plus près le concept de nation 3, ses contenus et ses évolutions à travers l’Histoire. Un premier élément qui se dégage, suffisamment connu mais pas pour cela moins important, c’est que très tôt, le concept est utilisé pour signifier l’«  Autre  ». L’altérité, comme nous le verrons ici, est un élément essentiel de la tradition occidentale. Chez les Romains, par exemple, c’est justement à travers le concept de nation que les formes les plus diverses et variées de représentation de l’altérité sont mises en pratique dans le discours. Il est, dans sa forme la plus courante, utilisé pour se référer aux différents groupes humains. En effet, pour les Romains, le terme «  nation  » désigne un peuple qui n’est pas romain quel qu’il soit. C’est en ce sens également que le terme est employé à la fin du xixe siècle, période charnière dans la consolidation des États-nations, et bien plus tard encore. Sous cette forme, le concept de nation ne comporte aucunement l’idée politique d’État – comme cela semble se déduire dans la tradition hégémonique en Argentine –, beaucoup moins celle d’un État indépendant. Plus proche du sens que les Grecs donnaient au terme de Barbare, et non pas à celui de Sauvage – deux termes que les historiens n’ont pas encore suffisamment traités 4 – le concept de nation traverse les époques pour se constituer en synonyme d’Étranger. C’est la même idée en Europe ou en Amérique latine.

  • 5 José Hernández, El gaucho Martín Fierro, Buenos Aires, Gador en La Cultura, 2009, p. 37.

9La littérature argentine du xixe siècle, et tout particulièrement la littérature dite «  gauchesca  », s’offre comme un réservoir inépuisable d’exemples. Le concept ou terme de nation, dans cette littérature, est le plus souvent utilisé pour incarner celui qui, à cette époque, se présente aux yeux des Argentins comme la menace la plus actuelle devant le processus de construction d’une identité nationale : l’étranger. Ainsi, dans la littérature de la Pampa, le terme nation est très souvent utilisé pour dénigrer ou calomnier la «  gringada  » ; ces immigrants européens «  bons à rien  » qui ne savent même pas monter à cheval. Dans un passage du très emblématique ouvrage de José Hernandez, le personnage principal, Martin Fierro, un gaucho des plaines argentines, après une dispute avec un immigrant, qu’il appelle «  un pa-po-li-tin  », une déformation donc du nom de la ville de Naples d’où l’étranger est originaire, – Fierro donc – déclare : «  Quedó en su puesto el Nación/y yo fui al estaquiadero 5  ». Hernandez résume, par ces deux strophes magistrales, le sens et la façon dont les habitants créoles de la Pampa utilisaient le terme nation : celui qui n’est pas un gaucho et qui n’est pas non plus originaire de la Pampa.

10Mais, l’utilisation de nation comme synonyme de l’«  Autre  » est aussi présente dans les carnets de voyage, modèle d’écriture privilégié tout au long des xviie et xviiie siècles. Les naturalistes européens qui traversent la Pampa ou les missionnaires qui pénètrent dans les forêts du Chaco perçoivent et décrivent les différents groupes humains comme des nations. Ainsi, un jésuite qui visitait la région en 1756, écrit qu’il n’avait jamais vu «  une telle mixture de nations  ». Chiaramonte, par ailleurs, nous rappelle que les sociétés des Africains qui se sont formées après l’indépendance ont, elles aussi, été appelées nations.

  • 6 Il ne faut pas lire ici constat dans le sens d’un événement. Il n’y a pas de «  moment  » de la rec (...)

11Simultanément, dès la fin du xviie siècle, le concept commence à s’éloigner de son contenu ethnique pour se remplir d’un contenu politique. Si, comme cela a déjà été dit, le roi gouverne sur l’ensemble de ses sujets, quelle qu’en soit sa constitution, c’est son pouvoir qui les réunit et non pas une identité ethnique quelconque. La dépendance du peuple vis-à-vis du roi c’est ce qui a donné un sens à un «  Nous  », rapprochant de la sorte deux termes politiques qui désormais deviendront synonymes : ceux de nation et d’État. Les contours de la nation sont définis ainsi et déterminés par la puissance de l’État. C’est à partir de ce constat 6 que la communauté se constitue en tant que telle.

12Force est de constater que le terme nation navigue dans un flou entre les contenus ethniques et politiques, oscillation qui pourrait expliquer, en partie, les discussions historiographiques contemporaines auxquelles nous avons fait référence au début de cette communication. L’empennage de cette flèche errante est constitué en partie par la généalogie du terme, par son histoire. Mais, d’autre part, il est aussi le fait de ses multiples usages. Le plus souvent, le contenu s’est adapté en fonction et selon les besoins des forces hégémoniques dans le but de renforcer leur pouvoir. Comme l’explique, une fois encore, Chiaramonte, cela est possible :

A) En consolidant l’idée de communauté qui se construit de l’intérieur ; c’est-à-dire, en exploitant le sens d’appartenance (donc en consolidant le contenu politique) ;
B) en le renforçant de l’extérieur ; autrement dit, en exploitant la différence puisque, tel un miroir, c’est l’autre qui détermine ma propre image (donc en consolidant le contenu ethnique).

13Cette oscillation de la définition n’est pourtant pas hasardeuse. Cela répond, au contraire, à une volonté et à une idéologie, la volonté centraliste de Buenos Aires et de son port, l’idéologie unitaire d’organisation nationale. En d’autres termes, elle répond au programme centraliste de l’élite «  porteña  » qui se met en place en 1827 avec l’Association de Mayo, qui est à son apogée en 1879 avec la «  campagne du désert  » mise en place par Julio A. Roca et qui se termine en quelque sorte en 1916 avec la présidence d’Hipolito Yrigoyen.

  • 7 Pour une étude à propos de la performativité des énoncés, le lecteur pourra consulter l’ouvrage de (...)

14Le contenu du terme nation en Argentine est lié aux usages, notamment ceux de l’élite de Buenos Aires. Mais pas seulement. La réalité c’est qu’ils ne sont même pas à l’origine de ces contenus. Ils ne sont pas les premiers, mais les héritiers. En effet, la rencontre avec l’autre, l’Indigène, et les descriptions qui en résultent – descriptions qui, telle est notre hypothèse, opèrent comme l’une des sources principales auxquelles les élites vont faire appel pour puiser et nourrir leurs représentations de l’«  Autre  » – précèdent les usages des élites de plus de deux siècles. Le contenu du terme nation est également lié à différents types de discours, discours qui s’alimentent et s’entretiennent les uns avec les autres. Il est le résultat d’une construction à plusieurs niveaux dont l’édifice repose sur un imaginaire fort et varié. Parmi les éléments qui constituent le contenu effectif de ces représentations il y a, en premier lieu, les échanges entre les colonies et la métropole, tels les documents officiels, les lettres des navigants, les carnets de voyage, la correspondance privée ou les lettres et documents commerciaux. Il y a aussi les descriptions et les témoignages, comme le très connu journal de Bernal Diaz del Castillo à propos de la conquête du Mexique ou la très sommaire description d’Ulrich Schmidl à propos de la Conquête et la colonisation le long du fleuve Paraná, dont la première fondation de Buenos Aires. Plus tard ce sera l’heure des études scientifiques, les récits, la littérature, les dessins, les gravures et les peintures. Enfin, mais sur un autre plan, que nous tâcherons de bien séparer ici, il y a, les usages politiques. En effet, à la différence de tous les autres types de discours, lorsque nous parlerons des usages politiques nous soulignerons le caractère performatif de ces discours. Dans le discours d’État – qu’ils soient coloniaux ou indépendantistes, péninsulaires ou américains –, le dire est une forme autre de l’action 7. Dire ou écrire, dans ce sens, c’est faire ou faire faire sans autre médiation.

15Ainsi, dans les deux dernières parties de cette communication nous allons nous interroger sur les discours autour de l’Indigène dans une double perspective. Ce qui nous intéresse ici c’est la place que celui-ci occupe dans la construction d’un discours nationaliste, c’est-à-dire, le regard porté sur l’Indigène de l’intérieur de la communauté. Pour cela, il va falloir diviser la présentation en deux moments distincts. Dans un premier temps, nous allons voir comment l’idée de communauté nationale s’est formée par opposition à un «  Autre  ». Ici, l’idée forte est celle de «  frontière  ». Ensuite, nous découvrirons comment une certaine élite a opéré le passage de cette création imaginaire dans une action et réalité concrète. C’est aussi le passage de la frontière qui délimite un territoire à la construction et consolidation de l’idée du désert.

Sauvages, l’autre extrême

16Si le discours politique en Argentine au xixe siècle – entendu dans le sens large de «  discours d’État  », le discours auquel participent toutes les forces qui sont en rapport avec le processus de construction d’un objet commun pour lequel ils partagent une même représentation –, s’est appuyé sur le prolongement d’une représentation «  ethno centrée  » et «  nationaliste  » des Indigènes c’est parce que, en tant qu’autre extrême, ils leur permettaient d’exclure, d’un seul trait, tout ce qui ne rentrait pas dans leur projet et, en même temps, de mieux définir les contours de ce projet. C’est l’image de l’autre comme limite et comme reflet, c’est aussi la notion de frontière. Une frontière dont la seule représentation possible est celle d’un mur ou d’une ligne étanche en tous points.

  • 8 Monica Scarano, «  Poblar de signos el desierto : Alusiones y elusiones en el Facundo  » in CELEHIS (...)

17Dans un article fort intéressant à propos de la construction des signes dans Facundo, chef-d’œuvre de Domingo F. Sarmiento, Mónica Scarano 8 se demande : «  ¿de dónde aferrarse para proyectar y forjar una identidad ?  ». La question reprend l’un des topos classiques du xixe siècle, à savoir, comment construire une identité quand derrière il n’y a pas une Histoire pour l’assumer, une Histoire dans le sens de nationalité, un passé ahistorique, mythologique ou traditionnel à partir duquel extraire les contenus effectifs pour cette construction. Autrement dit, comment construire à partir du rien, ou du vide. En Argentine, c’est l’image du désert qui a le plus souvent rempli les débats. Pour essayer d’y répondre, Scarano comme tant d’autres, s’est adonné à la lecture de ce livre mythique qu’est Facundo. D’après elle, l’un des signes les mieux exploités par l’élite de Buenos Aires dans le but de consolider la construction de la nation en Argentine, c’est la frontière. L’autre signe fondamental dans cette construction c’est le désert. Tous les deux présents dans Facundo.

18Commençons, tout comme Scarano, par la frontière. Qu’est-ce qu’une frontière ? Elle est à la fois ce qui unit et ce qui sépare. D’ailleurs, cette idée de frontière comme limite est ce qui a permis de délimiter les États, les régions et l’homme blanc du «  sauvage  ». Mais, avant cela, une frontière est un espace, un territoire où deux choses différentes se retrouvent, échangent, se disputent, se font la guerre et, pourquoi pas, aussi l’amour. La frontière, qu’on le veuille ou non est un espace perméable. Ce qui veut dire que toute chose est frontière d’autre chose et en conséquence qu’elle est aussi, d’une manière que nous devons encore interroger, une partie de cette autre chose. En effet, s’il n’y a pas de frontières complètement étanches alors les points de contact sont aussi des espaces de mixité, de mélange. Cette idée, que nous aborderons plus loin, s’oppose à l’idée selon laquelle l’autre est un miroir de soi-même pour proposer une nouvelle définition, à savoir que l’autre est un autre de moi-même. Mettons de côté cette idée pour un instant et voyons à présent comment l’homme blanc s’est construit une représentation diversifiée de l’Indigène au xixe siècle, c’est-à-dire, une représentation de l’autre comme autre extrême, l’idée d’une frontière imperméable.

  • 9 Pour une étude à propos des usages du discours politique en Argentine au xixe siècle, le lecteur pe (...)

19Ces représentations sont pour la plupart négatives et elles peuvent s’organiser autour d’un certain nombre de thèmes. Ainsi, par exemple, on découvre que tout au long du xixe siècle l’Indigène est assimilé à des formes diverses de l’animalité. Le rapprochement homme-animal étant le traitement le plus important et récurrent, il sera introduit ici comme le modèle de représentation de l’«  Autre  » par excellence. En effet, ce choix n’est pas hasardeux ni banal. Dans toute la tradition iconographique occidentale, l’image des «  Monstres  » s’est construite autour de ces êtres mi-hommes mi-animaux. Les auteurs derrière ces constructions imposent ainsi le regard ethnocentriste. Ils participent à la consolidation d’une représentation de l’«  Autre  » dans la continuité et la tradition des Saintes Écritures. Mais, ces représentations ont également une explication pédagogique. L’assimilation de l’«  Autre  » à une ou autre forme de l’animalité est aussi une manière rapide et effective de transmettre un message. Ce qui se joue ici c’est une des formes de la domination : celle des élites lettrées face à une masse populaire majoritairement analphabète ou illettrée 9.

  • 10 Cité par Laura Malosetti Costa et Marta Penhos, «  Imagenes para el desierto argentino. Apuntes par (...)
  • 11 Esteban Echeverría, La cautiva, Buenos Aires, Emece, 1997, 120 p.
  • 12 Ibid., p. 13.
  • 13 Pour une étude à propos de la présence de l’animalité dans l’iconographie argentine du xixe siècle, (...)

20Le voyageur et naturaliste français Alcide d’Orbigny, qui traverse l’Amérique méridionale entre 1826 et 1833, nous donne la note dans son carnet de voyage, publié en 1844. Il y écrit «  leur insensibilité ainsi que l’absence d’affection maternelle pour leurs enfants, dont même les bêtes féroces disposent, révélait de la sorte qu’elle [l’Indigène] était la plus féroce [de toutes] 10  ». En 1837, l’écrivain argentin, Esteban Echeverría, met en scène les péripéties d’une femme blanche capturée par les Indiens. La Cautiva11, livre emblématique du romantisme au Río de la Plata, rédigé en prose, est une référence inéluctable dans les processus de la construction de l’imaginaire rioplatense. Parmi les rituels qu’il y décrit on trouve, par exemple, une séquence dans laquelle un groupe d’Indigènes, après avoir tranché la gorge d’un animal qu’ils s’apprêtent à manger : «  Deux ou trois Indiens, tels des vampires assoiffés, se collent à la bête, sucent et savourent 12 […]  ». Le récit d’Echeverria est particulièrement intéressant, non seulement parce qu’il marque une période et toute une génération mais également parce qu’il est le premier à donner le pas à une forme de représentation, que l’on peut appeler de l’«  animalité 13  », où l’élément clé est tout d’abord la déformation physique. Ainsi, par exemple, Charles Darwin, va décrire les Indigènes de l’extrême sud de l’Argentine comme des orangs outangs ; c’est-à-dire, des êtres qui se rapprochent de l’être humain mais qui gardent encore des traits très importants des singes : des traits physiques et comportementaux. L’autre élément clé est celui du comportement, une forme de représentation où ce qui rentre en jeu n’est plus – ou seulement – le rapprochement des Indigènes avec les animaux mais avec un mode de représentation religieuse. Dans cette perspective, la clé de lecture n’est plus l’«  animalité  » mais des formes difformes que l’on appellera des «  êtres infernaux  » : ici le vampire occupe une place de préférence, tout comme dans le passage d’Echeverria que nous avons transcrit plus haut.

  • 14 Lucio V. Mansilla, Una excursion a los indios ranqueles, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 1984, 414 p. (...)

21Dans la série d’images – écrites – faites de l’Indigène par les élites lettrées de Buenos Aires, l’écrivain incontournable est Lucio V. Mansilla. En 1870, à l’époque où il est membre du congrès, ancien chef militaire et homme du monde, Mansilla publie dans le journal La Tribuna, le récit de son séjour chez les Indiens ranqueles, notamment sa rencontre avec le cacique Panghitruz Guor (le loup chasseur de puma) plus connu sous le nom de Mariano Rosas. Dans ce texte, œuvre majeure de la littérature argentine, Mansilla affirme que les ranqueles «  rugissent comme les bêtes féroces  » et qu’ils «  aboyaient comme les chiens 14  ».

22Les thèmes se succèdent mais nous n’aurons pas le temps d’exposer ici toutes les déclinaisons possibles. Peut-être pourrions-nous signaler quelques-unes de ces thématiques pour indiquer la direction que prend la plume lorsqu’elle se met au service de la civilisation. L’Indien voleur est un des thèmes récurrents, mais il y a aussi l’Indien diabolique ou mauvais ; l’Indien faux, le dissimulateur. Et ainsi de suite…

23Pour être juste avec ces écrivains il faut dire que la plupart d’entre eux ont aussi une image positive des Indigènes, une image qui se rapproche de l’admiration : c’est, par exemple, la figure du «  bon sauvage  ». On y trouve des associations du type : l’Indien est un enfant, ou l’Indien est naïf, confiant, bon, généreux, beau, athlète, propre, travailleur, responsable. Ces appréciations sont plus rares et certainement beaucoup moins nombreuses que les jugements négatifs mais elles sont bien présentes dans une partie de ces textes.

Sauvages dans un désert

  • 15 Domingo Faustino Sarmiento, Facundo, Buenos Aires, ECA, 1982, p. 17.

24Parallèlement au développement de l’image de l’Indien comme l’autre extrême, frontière de la civilisation, l’élite de Buenos Aires, et avant elle, les voyageurs ont construit une autre représentation du monde indigène. Cette fois-ci, elle n’est plus centrée sur la figure de l’Indigène mais sur leur territoire. Ici aussi le traitement se présent comme un ensemble homogène. Le territoire que l’on appelle ou que l’on désigne par le nom de Pampa dans toutes les représentations est un désert. Cette image, nous pouvons la retracer depuis les premiers récits jusqu’à nos jours. Cependant, sa stigmatisation revient, encore une fois, à Sarmiento. Dans l’un des premiers passages du premier chapitre de Facundo on peut lire la très célèbre affirmation : «  el mal que aqueja a la república argentina es la extension : el desierto la rodea por todas partes, se le insinua en las entrañas 15  ». Cette phrase, peut-être la plus connue de toute la littérature argentine du xixe siècle, expose la double dimension du concept. Le désert est une condition géographique aussi bien que démographique. Pour Echeverría, le premier à utiliser l’idée de désert dans la littérature, la pampa c’est aussi un sentiment, un état d’esprit. Mais cela ne l’empêche pas de faire la comparaison :

  • 16 Esteban Echeverria, op. cit., p. 27.

25La pampa el desierto, incommensurable, abierto/y misterioso a sus pies/se extiende ; triste el semblante/solitario y taciturno/como el mar cuando, un instante, /al crepúsculo nocturno, /pone rienda a su altivez 16.

  • 17 Domingo Faustino Sarmiento, op. cit., p. 24.
  • 18 Lucio Mansilla, op. cit., p. 65.

26Echeverría est également le premier à avoir assimilé la pampa avec l’océan, figure qui sera reprise maintes fois dans la littérature. Ainsi, par exemple, Sarmiento écrit que la pampa : «  es la imagen del mar en la tierra 17  ». Ricardo Gutierrez ajoutait, quant à lui, la couleur puisqu’elle lui faisait penser à une émeraude. Pour le poète Hilario Ascasubi, les mouvements géographiques de la Pampa sont comme des vagues. Tandis que pour L.V. Mansilla, au contraire, la Pampa c’est le temps de la réflexion et du repos : «  la sábana inmensa del desierto solitario, triste, imponente pero monótona como el mar en calma 18  ».

Conclusion

27Les images à propos de la pampa se succèdent mais elles confirment toutes les mêmes impressions. La pampa est un désert, mais un désert géographique. Aucun de ces auteurs ne fait référence à l’autre désert dont nous parle Sarmiento, le désert humain. Au contraire, dans un poème intitulé El Pampero, Claudio Cuenca, son auteur va rapprocher les deux bouts de l’équation mais dans un autre sens. Il y écrit :

  • 19 Cité par Laura Malosetti Costa et Marta Penhos, op. cit., p. 202.

Desde aquel llano sin fondo,/mar sin término ni puerto,/ florido y verde desierto/donde sólo hay descubierto/cielo, tierra, espacio y luz ;/misterioso caos y abismo,/tan sólo igual a sí mismo,/que aún alzar del cristianismo/no ha visto la Santa Cruz 19.

28L’image du désert qui nous peint Cuenca, contrairement à celle de Sarmiento, n’est pas un désert. Elle est peuplée. C’est donc un désert, mais un désert parce que sans Dieu, c’est la terre des infidèles.

  • 20 Ces deux phrases sont très souvent utilisées par de secteurs très larges de la population en Argent (...)

29Or, malgré une absence répétée, qui rapproche l’Indigène du sauvage, de l’infidèle, etc., l’image qui va finir par s’imposer sans contestation est celle de Sarmiento. Dans l’imaginaire de la seconde moitié du xixe siècle et jusqu’à la fin du xxe, la Pampa est, avant tout, un désert humain. Par ailleurs, une des phrases les plus utilisées pour décrire ce territoire dans les manuels scolaires est celle du vide. Outre qu’en «  Argentine il n’y avait pas d’Indigènes  », ou encore que «  l’Argentine est un pays d’immigrants 20  ».

30L’historiographie de ces trente dernières années s’est occupée de démystifier une partie de ces idées reçues. Il suffit de citer les travaux de J. C. Garavaglia sur l’histoire agraire, ceux de Raul Fradkin et Juan Gelman sur le peuplement et les modes de vie des Indigènes, ou encore les études de Carlos Mayo à propos de la vie dans la frontière sud de Buenos Aires. Ces études montrent un autre visage de la campagne et de ses habitants. Mais, elles ne révèlent pas pourquoi et comment certaines représentations ont été installées et réaffirmées durant si longtemps.

31Au début de cette communication nous avons fait référence à l’un de ces phénomènes : celui de la construction de l’État-nation et de ses différentes lectures. Ces événements ne sont pas séparés de l’idée que la Pampa – et plus encore l’Argentine – était un désert. Bien au contraire, ils font partie d’un système de pensée qui, durant de très longues années, des générations, s’est installé comme la seule et unique représentation possible.

32Aussi, l’historiographie traditionnelle ou hégémonique a pu affirmer une origine ethnique pour la nation en Argentine parce qu’elle était en adéquation avec le système de pensée dominant. Un système où l’Indigène, en tant qu’«  Autre  » extrême les permettait de persévérer dans leur propre identité, un système où cet «  Autre  » extrême leur dessinait à partir des traits imprécis fondés sur l’exclusion et l’effacement. Un «  Autre  » qui n’avait donc pas de voix car, dans la représentation, il était le désert.

33Au contraire, les travaux menés dans le cadre de la nouvelle historiographie, reposant sur l’idée d’une origine politique, autant dans le processus indépendantiste que dans la construction de l’État-nation, permettent d’inclure tous les acteurs dans un même registre. C’est grâce à cette nouvelle interprétation que l’Indigène peut récupérer sa voix. En effet, ces discours commencent à circuler dans la communauté scientifique révélant de la sorte une nouvelle série dans la suite des événements dont nous avons parlé au tout début de cette communication. On découvre alors qu’au même moment où dans le «  Congrès de la nation argentine  », vers la fin des années 1860, (qui, en août 1867 a promulgué la loi no 215) on affirmait :

  • 21 Cité par Carlos Walther, La conquista del desierto, Buenos Aires, Eudeba, 1970, p. 317.

Ni la Nación ni el Congreso pueden consentir por más tiempo que los bárbaros de la pampa […] sigan asolando y destruyendo nuestras poblaciones fronterizas 21 […],

34de l’autre côté du fleuve, dans ce territoire que l’on appelle «  El País de las Manzanas  », le grand chef indigène Calfucurá disait à un représentant du gouvernement :

  • 22 Meinrado Hux, Caciques huiliches y salineros, Buenos Aires, Marymar, 1991, p. 100.

Nada sacamos matándonos unos a otros […]. Es mejor que vivamos como hermanos de una misma tierra. Pido a Usía que lo piense lo mismo, que Usía nada saca si nos hacen la guerra […]. Excm. Señor, tocante a la población de la que dicen que es por sus órdenes : en eso pido que se resuelvan. `Nosotros que somos dueños de esta América´, no es justo que nos dejen sin campo 22 […].

35De même, un cacique, de la lignée de Sayhueque, qui depuis de très longues années s’opposait à la politique agressive de Calfucurá, avait pris la parole dans une cérémonie propitiatoire et avec grande solennité déclara :

  • 23 Edgardo Moreno, Reminiscencias de Francisco Moreno, Buenos Aires, Artayeta, 1979, p. 38-39.

Dios nos ha hecho nacer en los campos y estos son nuestros ; los blancos nacieron del otro lado del Agua Grande y vinieron después a éstos, que no eran de ellos, a robarnos los animales y a buscar la plata de las montañas […]. En vez de pedirnos permiso para vivir en los campos, nos echan y nos defendemos. Si es cierto que nos dan raciones, éstas son sólo un pago muy reducido de lo mucho que nos van quitando […]. Nosotros somos los dueños y ellos los intrusos 23 […].

36On découvre chez les Indigènes les discours qui avaient été scindés par la structure politique, car ici il s’agit bien de deux discours appartenant à deux lignées opposées, réunis dans une même représentation symbolique dans la conscience des Indigènes vis-à-vis de la propriété terrienne. Mais ces représentations n’avaient pas pu résonner au-delà de ces espaces clos, fermés par la puissance de la lettre de l’homme blanc. Espaces qui étaient, aux yeux de ceux qui détenaient le pouvoir, effectif et symbolique, les territoires «  déserts  » où, justement, habitaient les Indigènes qu’il fallait combattre jusqu’à leur extermination.

Haut de page

Notes

1 C’est la thèse de José Carlos Chiaramoente que nous avons également utilisée ici pour introduire la problématique. Cf. José Carlos Chiaramonte, Nacion y Estado en Iberoamérica. El lenguaje político en tiempos de las independencias, Buenos Aires, Sudamericana, 2004, 224 p. et José Carlos Chiaramonte, «  La formación de los Estados Nacionales en Iberoamérica  » in Boletín del Instituto de Historia Argentina y Americana «  Dr. Emilio Ravignani  », Tercer serie, núm. 15, 1er semestre 1997.

2 José Carlos Chiaramonte, Nacion y Estado, op. cit., p. 20.

3 Cf. Pablo Chami, Nación, Identidad e Independencia. En Mitre, Levene y Chiaramonte, Buenos Aires, Prometeo libros, 2012, 105 p. et Noemí Goldman, Lenguaje y revolucion. Conceptos políticos clave en el Río de la Plata, 1780-1850, Buenos Aires, Prometeo Libros, 2008, 212 p.

4 Pour une étude sur la notion de «  Barbare  » en Europe le lecteur pourra consulter le travail de Roger Bartra, El mito del salvaje, México, FCE, 2010.

5 José Hernández, El gaucho Martín Fierro, Buenos Aires, Gador en La Cultura, 2009, p. 37.

6 Il ne faut pas lire ici constat dans le sens d’un événement. Il n’y a pas de «  moment  » de la reconnaissance, comme s’il s’agissait d’un fait qu’on peut dater. Le constat, au contraire, apparaît ou émerge comme étant le résultat d’un processus historique et en, conséquence, comme une interprétation a fortiori.

7 Pour une étude à propos de la performativité des énoncés, le lecteur pourra consulter l’ouvrage de John Austin, Quand dire c’est faire, Paris, Seuil, 1970.

8 Monica Scarano, «  Poblar de signos el desierto : Alusiones y elusiones en el Facundo  » in CELEHIS – Revista del Centro de Letras Hispanoamericanas, Año 11 – no 17 – Mar del Plata, Argentina, 2002, p. 209-228.

9 Pour une étude à propos des usages du discours politique en Argentine au xixe siècle, le lecteur peut consulter notre travail sur la présence de l’oralité dans l’œuvre de Sarmiento : Diego Jarak, Oralité et écriture dans la réflexion de l’argentin Domingo Faustino Sarmiento (1839-1850), Lille, ANRT, 2009, 615 p.

10 Cité par Laura Malosetti Costa et Marta Penhos, «  Imagenes para el desierto argentino. Apuntes para una iconografia de la pampa  » in III Jornadas de Teoría e Historia de las Artes Ciudad/campo en las Artes en Argentina y Latinoamérica, Buenos Aires, CAIA, 1991.

11 Esteban Echeverría, La cautiva, Buenos Aires, Emece, 1997, 120 p.

12 Ibid., p. 13.

13 Pour une étude à propos de la présence de l’animalité dans l’iconographie argentine du xixe siècle, Cf. Diego Jarak, «  Mitos de creación : los monstruos del rosismo en la prensa de los salvages unitarios  » in Amerika (sous presse).

14 Lucio V. Mansilla, Una excursion a los indios ranqueles, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 1984, 414 p. 

15 Domingo Faustino Sarmiento, Facundo, Buenos Aires, ECA, 1982, p. 17.

16 Esteban Echeverria, op. cit., p. 27.

17 Domingo Faustino Sarmiento, op. cit., p. 24.

18 Lucio Mansilla, op. cit., p. 65.

19 Cité par Laura Malosetti Costa et Marta Penhos, op. cit., p. 202.

20 Ces deux phrases sont très souvent utilisées par de secteurs très larges de la population en Argentine, que l’on entend encore, même chez les spécialistes.

21 Cité par Carlos Walther, La conquista del desierto, Buenos Aires, Eudeba, 1970, p. 317.

22 Meinrado Hux, Caciques huiliches y salineros, Buenos Aires, Marymar, 1991, p. 100.

23 Edgardo Moreno, Reminiscencias de Francisco Moreno, Buenos Aires, Artayeta, 1979, p. 38-39.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Diego Jarak, « Les indiens face à la construction de l’État-nation en Argentine », Cahiers d’études romanes, 30 | 2015, 95-108.

Référence électronique

Diego Jarak, « Les indiens face à la construction de l’État-nation en Argentine », Cahiers d’études romanes [En ligne], 30 | 2015, mis en ligne le 14 avril 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/4802 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.4802

Haut de page

Auteur

Diego Jarak

Université de la Rochelle, Centre de Recherche en Histoire Internationale et Atlantique (CRHIA)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org