Navigation – Plan du site
L'écrivain et le pouvoir

Polarisation et radicalisation du panorama littéraire équatorien des années 1920-1930

Pierre Lopez
p. 109-117

Résumés

Durant les années 1920-1930, le panorama littéraire équatorien connaît de profonds changements grâce à l’émergence d’une génération d’écrivains très politisée issue des nouvelles classes moyennes très présente dans certaines revues nationales et internationales. Le rayonnement que connaît alors la revue péruvienne Amauta permettra d’asseoir les convictions politiques et esthétiques des écrivains équatoriens qui vont défendre une position « indigéniste » de critique sociale dans leurs créations littéraires. Notre propos sera de percevoir comment s’organise l’émergence de cette nouvelle génération d’écrivains née fin XIXe et début XXe, mais surtout comment s’effectue un clivage à partir de la fin des années 1920 qui se caractérise par une position et une esthétique beaucoup plus politisée et moins esthétisante.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Équateur

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

1Durant les années 1920-1930, le panorama littéraire équatorien connaît de profonds changements grâce à l’émergence d’une génération d’écrivains très politisée issue des nouvelles classes moyennes. Beaucoup de ces écrivains seront à l’origine de la création et de la reconnaissance du Parti Socialiste Équatorien et du Parti Communiste, lesquels maintiendront un lien direct avec les autres partis de gauche d’Amérique latine qui s’organiseront à partir des années 1920. Ce lien se fera notamment par le biais de certaines revues nationales et internationales. Le rayonnement que connaît alors la revue péruvienne Amauta permettra d’asseoir les convictions politiques et esthétiques des écrivains équatoriens qui vont défendre une position «  indigéniste  » de critique sociale dans leurs créations littéraires.

  • 1 Parmi ces revues nous pouvons évoquer América (1925), Hélice (1926), Llamarada (1926), Savia (192 (...)

2Comme il a été annoncé, l’Équateur, ce petit pays andin situé entre la Colombie au nord et le Pérou au sud, connaît durant les années 1920, comme la plupart des autres pays latino-américains, une effervescence culturelle qui se manifeste par la création de revues littéraires 1. À partir des principales capitales américaines mais aussi européennes, essentiellement Madrid et Paris, un réseau de «  correspondants  » se met en place, perpétuant, mais surtout développant d’une certaine manière, une tradition qui avait cours au xixe siècle, celle du «  voyage initiatique en Europe  » d’une élite latino-américaine. Parmi ces «  correspondants  » les plus actifs, nous pouvons évoquer le cas du poète Hugo Mayo, considéré comme l’un des plus grands avant-gardistes équatoriens de sa génération qui durant les années 1920 a collaboré dans diverses revues, parfois très prestigieuses en France et en Espagne (Cervantes, Grecia), mais aussi en Équateur (Síngulus, Proteo, Motocicleta), en Amérique latine, sans oublier la revue Amauta. Grâce ainsi à tout un réseau de connaissances établi par affinités esthétiques, amicales, politiques, des comptes rendus d’expositions ayant eu lieu à Paris ou à Madrid, des traductions d’articles publiés en France ou d’essais, seront présents dans des revues équatoriennes parfois publiées dans les villes de provinces très éloignées des grands axes de communications. Nous pensons par exemple à des villes comme Cuenca ou Loja d’où sont originaires, entre autres, des écrivains comme Pablo Palacio ou Benjamín et Alejandro Carrión.

3Comme il a déjà été évoqué, ce réseau s’inscrit dans le prolongement d’une tradition qui consistait, pour une élite latino-américaine, à entreprendre, pour sa propre formation culturelle, politique et «  personnelle  » (loin du poids des conventions sociales et du qu’en-dira-t-on) un séjour en Europe, principalement à Paris. Car comme dans beaucoup de pays latino-américains, la France a maintenu en Équateur son aura parmi l’élite «  aristocratique  » du xixe et des premières décennies du xxe. Cette fascination s’est perpétuée malgré les changements profonds qu’a connus la société équatorienne dans les années 1920-1930 auprès d’une nouvelle classe moyenne émergeante qui voyait dans ce raffinement à la française le marqueur d’une ascension sociale réalisée ou espérée. Cette classe moyenne émergeante sera par conséquent sensible, pour ne pas dire avide, des dernières «  tendances  » parisiennes sans pour autant provoquer une remise en question des valeurs esthétiques, sociales et politiques alors en vigueur en Équateur.

4Cette évolution se fera plus concrètement dans les années 1920, avec l’émergence et l’affirmation en tant que créateurs d’une nouvelle génération née entre la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle, génération de créateurs qui reflète en soi les mutations de la société équatorienne.

5D’un point de vue contextuel, il est essentiel de souligner l’importance – comme facteur déterminant pour mieux comprendre les changements des années 1920 –, qu’a eue ce qui sera appelé la Révolution libérale du 5 juin 1895. à la charnière entre les deux siècles, de profondes réformes seront entreprises par le président libéral, Eloy Alfaro, à un moment où le pays s’impose comme un producteur mondial de cacao grâce aux exploitations de la côte. Le développement intensif de productions vouées à l’exportation mondiale modifie le système d’exploitation de la côte avec la recrudescence d’une main d’œuvre paysanne et ouvrière de mieux en mieux organisée contrairement au système d’exploitation de l’intérieur du pays, la Sierra, qui se maintient dans le latifundia avec une main d’œuvre soumise, indigène, tenue par des contrats de métayage archaïques. Eloy Alfaro entreprend donc plusieurs réformes comme l’enseignement laïque avec l’école primaire gratuite et obligatoire, le mariage civil, la nationalisation des biens (haciendas) des communautés ecclésiastiques, l’application de nouvelles lois permettant la modernisation de l’appareil de décision du pays. De toutes ces réformes nous pouvons relever le fait que l’Église n’est plus souveraine dans le domaine de l’éducation, et qu’une classe ouvrière et une organisation paysanne accompagne le développement économique même si ce dernier est encore fragile et subira de plein fouet la crise de 1929.

6Nous pouvons également évoquer le développement d’une classe moyenne (de bureaucrates, enseignants, fonctionnaires…) qui accompagne à son tour la modernisation du pays. Parallèlement, une frange de l’ancienne oligarchie s’est affaiblie au cours de l’évolution de la société ; si elle a perdu bien des privilèges économiques, certains de ses descendants ont pu néanmoins hériter d’une imprégnation culturelle importante. En effet, certains des membres de la nouvelle génération des années 1920 sont issus de grandes familles de hacendados ; ces mêmes écrivains qui vont faire partie de la classe moyenne vont hériter d’une culture, concrètement d’une bibliothèque conséquente pour l’époque. C’est le cas d’écrivains comme Jorge Icaza qui a connu le système d’exploitation des communautés indigènes par le biais de sa famille dans la Sierra, plus précisément en fréquentant la hacienda de son oncle. C’est là une expérience par laquelle les biographes de cet écrivain, considéré comme le plus grand représentant de l’indigénisme équatorien avec son roman Huasipungo (La fosse aux Indiens) publié en 1934, expliquent l’origine de son engagement politique et littéraire dans la dénonciation d’un système d’exploitation archaïque, féodal qui déshumanise et avilit la communauté indigène de la Sierra. Il en va de même pour les écrivains de la côte et des plus représentatifs des années 1920-1930, dont ceux qui composent le fameux groupe de Guayaquil qui prône une esthétique axée sur «  le réalisme social  ». Ce groupe était composé de José de la Cuadra, Enrique Gil Gilbert, Demetrio Aguilera Malta, Alfredo Pareja Diezcanseco et le polémique Joaquín Gallegos Lara que nous évoquerons plus longuement à la suite. Ce dernier, au cours de correspondances avec celui qui sera le mentor en Équateur et à l’étranger de toute cette génération d’écrivains, le critique littéraire Benjamín Carrión, ne manque pas de rappeler les origines gamonales (grand propriétaire terrien) de son collègue et ami Enrique Gil Gilbert, tout en lui reconnaissant son implication pour la cause marxiste.

7Mais malgré ce terreau rénovateur, l’Équateur des premières décennies du xxe siècle est fortement marqué, muselé, par les luttes intestines entre les deux grands courants politiques qui ont façonné l’histoire de la jeune République : les libéraux et les conservateurs, que nous pourrions schématiquement résumer par une oligarchie libérale de la côte tournée vers le commerce extérieur et une oligarchie de la Sierra plus traditionnelle tournée vers le maintien de son héritage colonial.

8La nouvelle génération d’écrivains, de peintres, de sculpteurs va dans les années 1920, chercher à établir de nouveaux rapports de force au sein même d’un panorama littéraire, culturel et politique qui se caractérise alors avant tout comme un espace de revendication des valeurs hégémoniques d’une élite, qu’elle soit conservatrice ou libérale. C’est dans l’intégration, l’ouverture à de nouvelles esthétiques, à de nouveaux courants de pensées et à un nouveau positionnement sur un échiquier politique restreint que la jeune génération va chercher à s’affirmer. Connaissant tous les codes culturels de l’oligarchie et de la bourgeoisie pour les avoir pratiqués ou pour avoir continué à les pratiquer, c’est dans la quête d’un renouveau esthétique que vont chercher à s’affirmer ces écrivains afin de malmener et de fragiliser la culture dominante.

9En Équateur, la forte hiérarchisation de la société induit une grande distance entre la culture dominante et les autres cultures, ou plutôt avec le «  reste  », car la stratification sociale est directement héritée de la société coloniale et la violence symbolique exercée depuis le sommet de la pyramide sociale constitue une force reconnue, subie, acceptée et intégrée dans le rapport à l’«  Autre  »… L’Art en général, la littérature, la sculpture seront avant tout des espaces de reconnaissance et d’imposition de valeurs esthétiques, certes, mais aussi, bien entendu, de valeurs sociales, morales et politiques autres. C’est en ayant conscience de cette dimension que la jeune génération va lutter contre des valeurs héritées de ce substrat colonial et qu’elle va chercher une modernité en s’ouvrant grandement au «  monde  », à ces transformations, autrement dit en cherchant à faire partie du «  concert des nations  ».

10Mais dans les années 1920, le «  monde  » connaît bien des bouleversements. Depuis l’aube du xxe siècle, la fin de l’hégémonie culturelle de la vieille Europe se confirme avec le désastre de la Première Guerre Mondiale laissant poindre la toute-puissance des États-Unis et l’émergence d’une nouvelle forme de société en devenir avec la révolution bolchevik. L’influence de cette dernière se confirmera avec l’organisation et la création des partis socialiste et communiste dans les années 1920 pour la plupart des pays d’Amérique du Sud. Cette évolution va entraîner une reconfiguration indirecte des pôles d’influences historiques. L’Europe, plus particulièrement l’Espagne, mais aussi et surtout la France avec Paris, (le Paris des Années Folles) maintiennent leur aura parmi les intellectuels latino-américains mais elles sont vues aussi comme des vecteurs.

  • 2   Elle est créée grâce à l’amitié entre les deux fondateurs de la revue, le peintre Camilo Egas et (...)

11La France, parmi d’autres pays européens, est perçue comme un modèle culturel, mais elle est aussi considérée comme une terre de tous les «  possibles esthétiques  ». Elle est un «  marqueur esthétique  » avec un rayonnement international ainsi qu’un vecteur culturel qui intègre et permet, en quelque sorte, la reconnaissance et la promotion d’expressions artistiques de nationalité et de statut social très différents. C’est par la France et la traduction de certains penseurs russes que des textes vont être présents dans des revues équatoriennes entre autres. C’est le cas de la revue Hélice, revue éphémère qui ne compte que 5 numéros publiés entre avril et septembre 1926, mais qui reflète le paradigme même des bouleversements esthétiques que connaît l’espace littéraire équatorien dans la deuxième décennie du xxe 2.

  • 3   Vladimiro Rivas Iturralde, Hélice, Quito, Ediciones del Banco central, 1993, Hélice no 2, p. 5.

12La revue se revendique comme étant une revue d’Art ouverte à toutes les expressions et principalement les plus récentes, peu importe si cela doit donner lieu à un éclatement thématique ; un éclatement qui est d’ailleurs revendiqué : «  Pirotecnia : he ahí la simbólica del arte contemporáneo3  ». Dans sa dimension cosmopolite nous retrouvons des traductions de critiques littéraires français tel l’extrait d’un essai écrit par André Salmon sur André Derain (1926 André Derain et son œuvre), la reproduction de l’un de ses tableaux (Madame C.) ou une présentation du sculpteur Alexandre Archipenko proposée par Maurice Raynal. Mais conjointement à ces expressions qui semblent s’éloigner des thématiques «  équatoriennes  », des créations plus «  autochtones  » proposées par des peintres et écrivains équatoriens s’affirment et marquent le pas vers une création de plus en plus revendicatrice. Le peintre Camilo Egas, avec un dessin réalisé à Paris en 1924 et un tableau, Raza India, place «  l’Indien  » au centre de sa quête esthétique rejetant toute perspective costumbrista ou tout exotisme complaisant ; Isaac Barrera condamne dans son article «  La raza india  » le déni des autorités envers la population indigène ; Pablo Palacio y publie sa fameuse nouvelle Un hombre muerto a puntapiés inscrivant le récit dans les bas-fonds urbains marqués par la quête de l’assouvissement sexuel, homosexuel dans ce cas, et une violence extrême. Pablo Palacio ne place absolument pas «  l’Indigène  » au centre de sa narration ; ce dernier y est même absolument absent : ses récits constituent un véritable pied de nez aux conventions littéraires encore empreintes d’un certain romantisme et sont fortement imprégnés d’une dimension critique sur les valeurs sociales de son époque. Cela dit, même si cette revue, comme beaucoup d’autres, fut assez éphémère, nous ne devons pas négliger son importance. Elle participe à un éclatement d’un espace d’expression imposant une certaine liberté, un espace de concertation, d’innovation et de «  propagande  » hors des revues historiques plus traditionnelles. Elle est aussi un espace d’ouverture aux expressions qui vont permettre aux écrivains nationaux de publier, même de manière fragmentée, leurs œuvres, ou des œuvres encore inédites d’auteurs étrangers. Elles constituent ainsi un espace d’échanges au sein même d’un public national mais également international pour certaines revues plus importantes.

13Si certaines revues équatoriennes comme Hélice, Antorcha, Caricatura, Claridad..., jouent un rôle important dans cette récupération de l’espace de création littéraire, elles n’atteindront jamais l’importance d’une autre revue, péruvienne, Amauta qui va s’imposer au niveau continental et international.

  • 4 «  La labor revolucionaria no puede ser aislada, individual, dispersa. Los intelectuales de verd (...)

14Le premier numéro est publié en 1926, et cette revue est directement liée à son créateur, le péruvien José Carlos Mariátegui, qui de retour d’un séjour de quatre ans en Europe, décide de suivre les traces de l’un des écrivains français pour qui il a énormément d’admiration : Henri Barbusse. Rappelons que l’auteur du journal d’une escouade intitulé Le feu (prix Goncourt), qui paraît en feuilleton dans un quotidien, publié en 1916, est aussi le créateur en 1919 du mouvement et de la revue Clarté. Le mouvement «  Clarté  » est une organisation internationale d’intellectuels pour un monde plus juste et sans guerre. Parmi les nombreux intellectuels qui l’entourent alors, on relève les noms de : Anatole France, Romain Rolland, Jules Romains, etc. Mariátegui gardera un profond respect et admiration pour ces auteurs, mais ce qu’il admirera le plus, c’est l’engagement politique, car pour le Péruvien, tout intellectuel, écrivain, artiste se doit de mettre son talent au service d’une cause, en l’occurrence sous l’égide du parti socialiste. Selon ses propres termes : «  L’engagement révolutionnaire ne peut pas être isolé, individuel, éclaté. Les intellectuels qui prétendent défendre une cause révolutionnaire n’ont pas d’autre choix que d’accepter un rôle dans une action collective 4.  »

15Comme il le reconnaîtra lui-même, c’est durant ces quatre années en Europe qu’il assoit ses convictions politiques, pas précisément à Paris, où il rencontre Barbusse mais ne reste que quelques mois, mais davantage en Italie. Il écrit ses «  Cartas de Italia  » qu’il publie dans le quotidien El Tiempo sous le pseudonyme de Juan Croniqueur ou de Jack, mais aussi des chroniques sur le parti socialiste italien, la troisième internationale, le fascisme ainsi que sur le philosophe Benedetto Croce avec qui il sympathisera. Il reste deux ans et demi en Italie, où il rencontre sa compagne (Ana Chiappe) et mère de son premier enfant Sandro, et part pour Berlin. Il rencontre entre temps Maxime Gorki. Il rentre au Pérou en 1923 et malgré ses problèmes de santé décide de créer une revue. Il propose d’élaborer un espace de réflexion, de concertation, de connaissance de la réalité péruvienne mais avec une dimension continentale et internationale. La ligne éditoriale de sa revue est largement assumée :

  • 5 «  El objetivo de esta revista es el de planear, esclarecer y conocer los problemas peruanos des (...)

L’objectif de cette revue est d’envisager, de clarifier et de connaître les problèmes du Pérou selon des points de vue doctrinaires et scientifiques. Mais nous envisagerons toujours le Pérou dans une perspective mondiale. Nous étudierons tous les grands mouvements qui proposent des changements – politiques, philosophiques, artistiques, littéraires, scientifiques –. Tout ce qui concerne l’humain nous appartient. Cette revue marquera le lien entre les nouveaux hommes du Pérou, dans un premier temps avec les autres peuples d’Amérique, et sans détour avec les autres peuples du monde 5.

16Mais cette dimension à la fois nationale, continentale et internationale que propose la revue se fera, dans une large ou moindre mesure, en adéquation avec les convictions politiques de gauche de son créateur.

17Des grands noms de la littérature ou de la pensée alors en vogue vont participer à la revue : Unamuno, César Vallejo, Barbusse, Aragon, Romain Rolland, Gorki mais aussi les représentants de l’Alliance Populaire Révolutionnaire Américaine (APRA) ainsi que son leader, Victor Haya de la Torre, que Mariátegui connaît bien puisqu’ils ont lutté ensemble pour réformer l’université au Pérou. L’APRA et la revue Amauta connaîtront un vif succès en Amérique latine, beaucoup d’intellectuels se reconnaissant dans le discours anti-impérialiste (surtout contre l’impérialisme nord-américain) proposé et dans la nécessité de placer «  l’Indien  », «  l’Indigène  », «  l’Autochtone  » au centre du débat politique, social mais aussi littéraire. Selon cette mouvance, l’Amérique latine n’est pas que latine, elle est aussi indo-américaine… Et la littérature doit d’autant plus tenir compte de cet aspect que cette même littérature doit être remise en question, repositionnée par rapport aux courants politiques qui s’imposent dans le nouvel ordre mondial.

18Amauta sera distribuée en Équateur, à Quito et à Loja, mais elle circule surtout dans les cercles d’intellectuels qui s’affirmeront comme étant de gauche. Elle a eu un impact considérable chez l’un des plus grands et virulents défenseur du marxisme en Équateur, Joaquín Gallegos Lara. D’une certaine manière, la revue Amauta et le succès grandissant de l’APRA vont apporter une légitimité continentale et une base théorique et conceptuelle reconnue par la nouvelle génération d’écrivains équatoriens dont va se servir Gallegos Lara pour revendiquer une orientation dans le panorama littéraire. Selon lui, «  L’être équatorien  », tout ce qui est autochtone doit être désormais mis au centre des créations. Selon une perspective, une esthétique qui se veut réaliste, il préconisera l’adoption du «  réalisme social  » comme étant le plus idoine pour condamner l’exploitation du monde indigène et des classes les plus défavorisées.

19Gallegos Lara en tant qu’écrivain de la côte, leader emblématique du groupe de Guayaquil, à la fois craint et respecté pour son œuvre littéraire et son engagement politique au sein du parti communiste, arrivera à imposer sa voix. Il n’hésitera pas à condamner les œuvres qu’il considèrera comme trop «  esthétisantes  », trop éloignées des réalités sociales équatoriennes, trop cosmopolites. Sa position se radicalisera dès la fin des années 1920, et avec lui, une bonne partie des jeunes écrivains qui avaient fait leurs premières armes dans des revues avant-gardistes recentreront leurs écritures vers des problèmes et des thématiques plus sociales, plus ancrées dans une réalité équatorienne, à une période où les partis de gauche seront en train d’acquérir sur l’échiquier politique de plus en plus de poids et de légitimité. La plupart des membres de cette nouvelle génération, comme il a été évoqué, se reconnaîtront dans l’implication politique préconisée par Mariátegui et Gallegos Lara et chercheront à travers l’écriture et dans les manifestations politiques à jouer le rôle d’éléments fédérateurs au sein de partis de gauche bien instables à leurs débuts.

20Tout en maintenant une approche très synthétique, nous pourrions pour conclure, considérer cette prédominance du «  réalisme social  » comme étant l’aboutissement d’un processus «  d’institutionnalisation  » d’une avant-garde parmi d’autres, qui se trouve confortée par l’aura dont bénéficie la revue Amauta. Cette «  institutionnalisation  » d’une avant-garde correspond à un «  recentrage  » du pouvoir politique et culturel qui émane d’une polarisation et d’une radicalisation du panorama littéraire des années 1920-1930 et qui induit un phénomène de censure explicite, voire même d’autocensure de la part de certains auteurs très impliqués dans la vie politique et culturelle du pays.

Haut de page

Notes

1 Parmi ces revues nous pouvons évoquer América (1925), Hélice (1926), Llamarada (1926), Savia (1925), Hontanar (1931), Lampadario-Élan (1931). Cf. María del Carmen Fernández, El Realismo Abierto de Pablo Palacio En la encrucijada de los 30, Quito, Ediciones Libri Mundi, 1991, 494 p. ainsi que Humberto E. Robles, La noción de vanguardia en el Ecuador Recepción, trayectoria y documentos 1918-1934, Quito, Universidad Simón Bolívar, 2006, 200 p. 

2   Elle est créée grâce à l’amitié entre les deux fondateurs de la revue, le peintre Camilo Egas et l’écrivain Raúl Andrade, âgés alors respectivement de 31 et de 21 ans. La plupart des collaborateurs de la revue sont très jeunes, comme Gonzalo Escudero de 23 ans, Pablo Palacio de 20 ans, Jorge Reyes de 21 et bien d’autres artistes, présents en Équateur ou en Europe plus ou moins du même âge. Cf. Pierre Lopez, «  La France comme ‘marqueur esthétique et vecteur culturel’ parmi des avant-gardes équatoriennes des années 1920-1930  » in France-Equateur : Regards croisés, Crisol Nouvelle Série, no 17, sous la direction d’Emmanuelle Sinardet, Publication du Centre de Recherches Ibériques et Ibéro-Américaines de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2012, p. 217-226.

3   Vladimiro Rivas Iturralde, Hélice, Quito, Ediciones del Banco central, 1993, Hélice no 2, p. 5.

4 «  La labor revolucionaria no puede ser aislada, individual, dispersa. Los intelectuales de verdadera filiación revolucionaria no tienen más remedio que aceptar un puesto en una acción colectiva  » (La traduction nous appartient). José Carlos Mariátegui Obras, Tomo I, Cuba, La Habana, Casa de las Américas, 1982, p. 21.

5 «  El objetivo de esta revista es el de planear, esclarecer y conocer los problemas peruanos desde puntos de vista doctrinarios y científicos. Pero consideraremos siempre al Perú dentro del panorama del mundo. Estudiaremos todos los grandes movimientos de renovación – políticos, filosóficos, artísticos, literarios, científicos –. Todo lo humano es nuestro. Esta revista vinculará a los hombres nuevos del Perú, primero con otros pueblos de América, en seguida con los de otros pueblos del mundo.  » (La traduction nous appartient). José Carlos Mariátegui, op. cit, p. 31.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Lopez, « Polarisation et radicalisation du panorama littéraire équatorien des années 1920-1930 », Cahiers d’études romanes, 30 | 2015, 109-117.

Référence électronique

Pierre Lopez, « Polarisation et radicalisation du panorama littéraire équatorien des années 1920-1930 », Cahiers d’études romanes [En ligne], 30 | 2015, mis en ligne le 14 avril 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/4809 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.4809

Haut de page

Auteur

Pierre Lopez

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org