Navigation – Plan du site
Écrire l'Histoire

Des mots pour dire, convaincre et agir. Le langage diplomatique dans les lettres de Piero Soderini et Cosimo dei Pazzi en France (1498-1499)

Magali Flesia
p. 121-144

Résumés

En 1498 et 1499, Piero Soderini et Cosimo dei Pazzi sont envoyés en ambassade en France auprès de Louis XII. Ils sont chargés de brosser à leurs destinataires un tableau de la situation politique et diplomatique le plus fidèle possible à la réalité et de permettre ainsi à la République de Florence d’obtenir, par le biais du roi de France, la restitution de Pise de la part de Venise. Les lettres d’ambassadeurs, en tant qu’outils de la politique, sont l’expression des standards diplomatiques des années 1494 à 1498-1499. Elles sont aussi représentatives d’un nouveau langage qui voit le jour et se développe à différents niveaux sous la République. Il existe un lien entre l’écriture d’ambassade, les comptes rendus des « pratiche » et les documents rédigés par Machiavel pour la chancellerie ou le secrétariat des Dix, mais aussi des œuvres abouties comme les discours, les traités et les historiographies contemporaines. Les mots du politique sont un outil pour comprendre, convaincre et agir, mais aussi pour conserver ou acquérir une influence au sein de la société. Ils naissent dans un contexte historique et au sein d’un débat politique précis, répondant aux nécessités d’une action immédiate et efficace.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Piero Soderini (1450-1513) : partisan, dès 1496, d’une alliance avec le roi de France, il est ambas (...)
  • 2 Cosimo dei Pazzi (1466-1513) : nommé chanoine de la métropole de Florence en 1475, il fait son débu (...)
  • 3 Louis XII (1462-1515) : ancien duc d’Orléans, fils de Charles d’Orléans et de Marie de Clèves, pris (...)
  • 4 Lettre du 28 juin 1498, ASF : Signori, Cart. Responsive 10, c. 137r-142r – La magistrature des Dix (...)
  • 5 Voir Jean-Louis Fournel, «  Temps de l’Histoire et temps de l’écriture dans les scritti di governo (...)

1Piero Soderini 1 et Cosimo dei Pazzi 2 sont envoyés en France pour féliciter Louis XII 3 de son avènement et tenter d’obtenir, par son intermédiaire, la restitution de Pise de la part des Vénitiens. Ils écrivent à la magistrature des Dix 4 de manière quasi quotidienne pendant plus d’un an, à partir du 16 juillet 1498. Ils transmettent à leurs destinataires les informations récoltées sur place ainsi que la description des comptes rendus de leurs entretiens. Le but de leurs missives est de permettre aux Dix de Balia une bonne connaissance du contexte en vue de prises de décisions efficaces. Les lettres d’ambassadeurs sont un outil de la politique, une forme de langage, pour reprendre les termes de Jean-Louis Fournel, de la «  périphérie  » vers le «  centre 5  ».

  • 6 Voir Abel Desjardins & Giuseppe Canestrini, op. cit., t. III, p. 15-21.

2J’ai choisi de montrer en quoi le langage diplomatique des ambassadeurs est représentatif du contexte historique et politique dans lequel il s’insère. Je m’appuie sur un corpus de 122 lettres inédites conservées à l’Archivio di Stato de Florence. Seules les instructions officielles rédigées le 28 juin 1498 au nom de la magistrature des Dix ont déjà été retranscrites et publiées par Abel Desjardins et Giuseppe Canestrini 6, mais dans une version légèrement différente de celle en ma possession.

3Tout d’abord, je procèderai à un bref rappel de la situation historico-politique des années 1494 à 1498, pour tenter de définir le type de langage utilisé par les ambassadeurs et son degré de fidélité aux standards diplomatiques de l’époque. Ensuite, je montrerai comment l’écriture d’ambassade est non seulement représentative de ces standards, mais aussi d’un nouveau langage politique qui voit le jour et se développe à différents niveaux pendant les années de la République.

Le langage diplomatique : contexte et standards

  • 7 Charles VIII (1470-1498) : fils du roi Louis XI, il lui succède en 1483. Il se lane dans la conquêt (...)
  • 8 Pierre II de Médicis (1472-1503) : fils de Laurent le Magnifique et Clarisse Orsini. Il dirigea Flo (...)
  • 9 «  la strada italiana era stata aperta  » (Jader Jacobelli, Machiavelli e/o Guicciardini, alle radi (...)

4En novembre 1494, Charles VIII 7 descend en Italie. Pierre II de Médicis 8, alors au pouvoir, lui remet les villes de Pietrasanta, Sarzana, Pise et Livourne pour assurer la sauvegarde de Florence. La République du Lys récupère Livourne l’année suivante, tandis que les trois premières sont respectivement confiées à Lucques, Gênes et Venise. Lorsque Pierre de Médicis rentre à Florence quelques jours plus tard, ses concitoyens le chassent, lui et sa famille. Mais le mal est fait, et la ville ne parviendra pas à récupérer la totalité de ses territoires avant plusieurs années. Au mois de décembre suivant, elle signe un accord avec Charles VIII qui s’engage à les lui restituer après sa conquête du Royaume de Naples, moyennant son soutien financier. Mais il ne tiendra pas parole et les accords qui suivront ne permettront pas à Florence d’avoir gain de cause. Sa politique gravitera autour de la question pisane jusqu’en 1509, influençant ainsi ses choix d’alliance. Elle opte d’ailleurs pour la neutralité lorsque la ligue anti-française de 1495 voit le jour, formée pour contrer l’avancée de Charles VIII. Minoritaire, le roi de France se retire, mais désormais «  la route d’Italie [est] ouverte 9  », et la République ne récupéra pas pour autant ses territoires perdus.

  • 10 Jean-Louis Fournel & Jean-Claude Zancarini, «  Le laboratoire florentin  », dans Machiavel, Le Prin (...)
  • 11 Ibid., p. 600.
  • 12 Loc. cit.
  • 13 Ibid., p. 609 ; voir aussi p. 6-7.
  • 14 Jean-Marc Rivière, L’espace politique républicain à Florence de 1494 à 1527 : réforme des instituti (...)
  • 15 Ibid., p. 241 ; voir aussi Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini, op. cit., p. 2-3.
  • 16 Jean-Louis Fournel, op. cit., dans Jean-Jacques Marchand, op. cit., p. 75.

5Sous la menace du roi de France et avec l’instauration de la République, l’année 1494 représente «  une rupture, un bouleversement des choses  » inattendus 10, provocant un réel «  sentiment de surprise 11  ». Dans ce contexte de guerre et d’instabilité, les Florentins ressentent tout d’abord le besoin de «  retrouver une intelligibilité de ces événements tragiques, une nouvelle grille interprétative  » rendant nécessaire une «  nouvelle rationalité du discour 12s  ». Dans le processus de recherche de cette rationalité passant par la compréhension et l’analyse, se développe un nouveau langage. Il faut être capable de raconter le passé pour tirer des leçons dans le présent et pouvoir agir pour l’avenir : «  l’histoire du passé lointain exemplaire mais aussi celle du passé proche et du présent le plus brûlant comptent plus que la théorie politique classique ou communale 13  ». Ce rapport entre les événements et le langage, souligné par Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini, est à l’origine de la naissance d’une langue nouvelle qui doit aider la compréhension en vue de prendre les meilleures décisions. Il ne s’agit pas de se limiter à la connaissance intellectuelle, à la traduction des faits en mots, mais il faut aussi et surtout être capable de traduire «  [les] mots en faits 14  ». C’est ce que l’on appelle le développement d’une langue «  pratique  », d’une langue «  de l’action  », qui se veut «  efficace  » et «  immédiate 15  ». Les lettres d’ambassadeurs sont l’une des formes de cette écriture «  fonctionnelle  » qui s’oppose aux œuvres littéraires contemporaines en ce qu’elle ne compte pas pour la qualité de son style mais pour «  son efficacité et ses effets immédiats dans l’histoire du temps présent 16  ».

  • 17 Jérôme Savonarole (1452-1498) : frère dominicain, il pensait que l’Église devait être châtiée et en (...)
  • 18 Jean-Marc Rivière, op. cit., p. 9, 12.

61494 est aussi l’année où, à travers ses nombreux sermons, Savonarole 17 impose sa vision critique de la société contemporaine et du pouvoir pontifical des Borgia. Il propose plusieurs réformes pour limiter l’autorité de la Seigneurie et pousse à la création, en décembre, du Grand Conseil. Le 23 décembre, les institutions de la République sont complètement remaniées. On conserve quelques-unes des anciennes magistratures, comme le Gonfalonier et les Huit Prieurs qui constituaient la Seigneurie, les Huit, chargés de la police urbaine qui faisaient office de tribunal criminel, et les Dix. D’autres conseils sont abolis et remplacés par le Grand Conseil qui rassemble tous les hommes âgés de plus de vingt-neuf ans dont l’un des ancêtres fut un jour élu ou déclaré éligible à un office majeur. Il pouvait théoriquement compter 3 200 citoyens, soit plus d’un homme adulte sur quatre. C’est ce que Jean-Marc Rivière appelle «  l’orientation des nouvelles institutions dans un sens “populaire”  », même s’il n’oublie pas de préciser que cette ouverture du pouvoir est plus théorique que pratique, étant donné l’influence que continue d’exercer la minorité d’une soixantaine de citoyens appartenant aux grandes familles de l’oligarchie, qu’il définit d’«  élite politique florentine 18  ». Cette nouvelle manière de vivre la politique découle des débats qui ont lieu sur l’organisation de la cité après la chute des Médicis, en même temps qu’elle donne naissance à une forme de communication où les mots employés doivent être compréhensibles de tous.

  • 19 Jean-Louis Fournel & Jean-Claude Zancarini, op. cit., dans Machiavel, op. cit., p. 4-5, 546‑547.
  • 20 Jean-Marc Rivière, op. cit., p. 550.
  • 21 Ibid., p. 551.
  • 22 Jean-Marc Rivière mentionne le «  double héritage de la tradition rhétorique politique et du langag (...)
  • 23 Jean-Louis Fournel & Jean-Claude Zancarini, op. cit., dans Machiavel, op. cit., p. 547 ; «  [t]rouv (...)
  • 24 Jean-Marc Rivière, op. cit., p. 229.

7En parallèle, se réunit plusieurs fois par mois l’assemblée des Consulte e pratiche, devenue l’un des piliers de l’ordonnancement institutionnel républicain au même titre que le Grand Conseil. Il s’agit d’une instance consultative régulièrement convoquée par la Seigneurie pour présenter l’avis des principales magistratures et d’un groupe de citoyens richiesti (convoqués) sur une question importante. Elle se compose d’un peu plus de mille Florentins recrutés non plus exclusivement dans l’oligarchie, mais aussi dans les catégories médianes. La langue utilisée par ses participants est aussi une langue «  matérielle 19  », «  d’usage courant 20  », c’est-à-dire «  simple et usuelle 21  ». C’est la «  langue de la majorité  » désormais orale et écrite. L’influence des pratiche dans l’élaboration d’un nouveau langage politique est bien réelle 22. En effet, à partir de mai 1495, les procès-verbaux des réunions de cette assemblée sont rédigés en langue vulgaire par les scripteurs. Car ce qui compte, c’est d’être compris, et «  parler en vulgaire  » c’est «  parler comme tout le monde 23   ». De ce choix naît un style particulier «  qui mêle la rigueur linguistique et syntaxique du personnel de chancellerie à la spontanéité de la prise de notes 24  » :

  • 25 Jean-Marc Rivière, «  Denis Fachard. Consulte e pratiche della Repubblica fiorentina (1495-1497)  » (...)

8Née au milieu du xive siècle, mais progressivement tombée en désuétude au cours des deux dernières décennies de la domination médicéenne, la pratica est un espace de discussion politique et d’échange d’idées. Son rôle demeure consultatif. Convoquée le plus souvent à l’instigation de la Signoria, elle réunit les représentants des principales magistratures, ainsi qu’un nombre restreint de citoyens richiesti, choisis pour leur prestige et le respect qu’ils imposent. Une fois lues les questions à l’ordre du jour, chaque magistrature ou groupe de richiesti se réunit pour élaborer une position commune, qu’un porte-parole est chargé d’énoncer. Les différents orateurs s’expriment à tour de rôle, sans possibilité de reprendre la parole. Un scripteur rédige alors un compte rendu des interventions successives afin que soit conservée une trace écrite de ce qui s’est dit 25.

  • 26 Corrado Vivanti, «  L’apprentissage de l’art politique  » dans Langues et écritures de la Républiqu (...)
  • 27 Lettre du 28 juin 1498, op. cit., c. 137r-142r.

9En avril 1498, les tensions internationales reprennent. Louis XII succède à Charles VIII et relance les tractations avec la République du Lys, négociant son aide pour les conquêtes de Naples et Milan. Mais cette dernière est toujours absorbée par la récupération de Pise, contrecarrée par Venise. Au mois de mai, Savonarole est exécuté, et «  à l’intérieur, la lutte entre les optimates et les partisans d’un “gouvernement large” […] voit se développer un vif débat sur les réformes à apporter aux institutions de la république, destiné à ouvrir l’une des saisons les plus fécondes de la réflexion politique 26.  » Une fois de plus, les événements rendent nécessaire la compréhension des choses en vue d’une action efficace et immédiate. C’est dans ce contexte bien précis que sont envoyés en ambassade Piero Soderini et Cosimo dei Pazzi. Les instructions qu’ils reçoivent le 28 juin 1498 mettent l’accent sur la question pisane 27. Les Dix y dictent les différentes étapes de leur mission et décrivent la méthode à suivre pour leur réalisation. Ce recueil de lettres nous renseigne sur le respect des directives de la part des deux ambassadeurs, mais aussi sur le contenu de leurs échanges avec leurs interlocuteurs. Il est le résultat d’un travail de représentation, de négociation, de récolte d’informations et de comptes rendus, et permet aux Florentins de rendre compréhensible à leurs mandataires le contexte diplomatique et politique.

  • 28 Jean-Louis Fournel, op. cit., dans Marchand Jean-Jacques, op. cit., p. 95.
  • 29 Jean-Louis Fournel & Jean-Claude Zancarini, op. cit., dans Machiavel, op. cit., p. 87.
  • 30 Giovanni Palumbo, «  Francesco Guicciardini e lo studio dei carteggi  », Laboratoire italien [Onlin (...)
  • 31 «  Scrivemo a le Signorie vostre dalla Stradella a’ dì 21 del presente, le quali non si sono prima (...)
  • 32 «  si è inteso questa mattina che siamo a’ 13, da questi vostri mercanti per loro lettere de’ 4 di (...)
  • 33 Par exemple, la lettre du 11 septembre 1498, conservée dans ASF : Signori, Cart. Responsive 10, c. (...)

10Les lettres d’ambassadeurs sont un outil de la politique. Elles représentent «  le lien inextricable [qui existe] entre l’écriture et l’action politique 28  », dans le sens où elles permettent aux représentants de la République à l’étranger de communiquer au centre toutes les informations utiles à l’élaboration d’une décision 29. Elles respectent les standards du langage diplomatique, aussi bien au niveau de la forme que du contenu. En effet, «  en général, les lettres contiennent une liste des dépêches envoyées et reçues par l’ambassadeur, avec précision des dates, puis un compte rendu des rencontres et des entretiens avec leurs interlocuteurs, et enfin, les formules de congé 30  ». Si, à partir du 23 juillet 1498, les missives de Piero Soderini et Cosimo dei Pazzi mentionnent presque toutes les derniers courriers envoyés 31, les références à ceux reçus de la République sont plus rares. Il faut attendre le mois de septembre pour lire : «  nous avons appris ce matin, à savoir le 13, par l’intermédiaire de vos lettres du 4 de ce mois apportées par vos marchands 32…  » Ces indications relatives aux envois antérieurs sont nécessaires au suivi de la correspondance entre le centre et la périphérie. Car les risques de voir les lettres interceptées et ouvertes étaient bien réels. Le fait d’indiquer de manière quasi systématique la date de réception ou d’expédition permet de laisser une trace de l’existence de ces documents. Ainsi, toute lettre non mentionnée par le destinataire pourra être considérée comme interceptée ou perdue.Quant aux formules de congé, elles sont toujours utilisées quand il s’agit de lettres originales ou de duplicata ayant fait l’objet d’un envoi 33, mais ne concernent pas l’ensemble des copies conservées dans Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive.

  • 34 Lettre du 6 octobre 1498, op. cit., c. 35v, [11-17].
  • 35 Voir Giuseppe Portigliotti, I Borgia, Milano, Fratelli Treves, 1921, p. 141, 160 ; voir aussi Massi (...)
  • 36 Lettre du 7 février 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commiss (...)
  • 37 «  ècci stato referito  », «  èmmi stato affermato  », «  cavalcatori  » ‒ cf. Lettre du 27 juillet (...)
  • 38 Lettre du 16 mai 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissari (...)

11Les renseignements transmis peuvent être regroupés en deux catégories : les informations récoltées puis retranscrites sous forme de listes d’une part, et les comptes rendus d’entretiens d’autre part. Les premières sont souvent indépendantes les unes des autres ; elles se succèdent sans lien de cause à effet et se trouvent en général à la fin des lettres 34. Il s’agit de données qui n’attendent aucun commentaire ni aucune conclusion, mais qui permettent tout simplement de donner à la République un maximum de renseignements sur les affaires de la cour. Parfois, elles sont reprises et développées dans les lettres suivantes, une fois que les ambassadeurs ont obtenu davantage de précisions. Par exemple, la venue de César Borgia est surveillée de près et mentionnée de manière isolée à différentes reprises, depuis le 4 octobre 1498 jusqu’à son arrivée à Chinon le 19 décembre suivant. Il devait épouser Charlotte de Naples en échange de l’annulation du mariage entre Louis XII et Jeanne de France35. Dans ce cas, il s’agit de sources directes ou indirectes, écrites ou orales, dont ils précisent toujours la nature et la provenance36. Les sources orales, rapportées par l’intermédiaire des expressions «  il nous a été rapporté  » ou «  il m’a été affirmé  »sont les plus nombreuses. Il peut s’agir de seigneurs, de conseillers, d’amis, de marchands, d’ambassadeurs d’autres seigneurs ou encore de simples «  cavaliers  ». Elles ne sont pas toujours clairement nommées, et il arrive parfois qu’ils se contentent de mentionner simplement un «  homme 37  ». Le fait de préciser la provenance et la nature de leurs sources est la preuve de leur application à montrer leur volonté de respecter la vérité des faits, accordant ainsi davantage de poids aux données qu’ils transmettent38.

  • 39 «  si ritrasse del parlare di sua Maestà  », «  questo è quanto di bocca di sua Maestà possemo aver (...)

12Les comptes rendus d’entretiens observent la même règle. Dans ce cas, il s’agit de sources directes, car ils rapportent les mots qu’ils ont entendu prononcer par leurs interlocuteurs. Les expressions telles que «  d’après les propos de sa Majesté nous comprîmes…  », «  voici ce que nous pûmes entendre de la bouche de sa Majesté  », «  il est bien vrai qu’il nous dit et nous affirma deux ou trois fois…  » ou «  comme lui-même nous l’a confié 39  » sont nombreuses et témoignent de leur volonté d’assurer leurs destinataires de la véridicité de leurs renseignements. À ce sujet, François de Callières rappelle que la fonction d’ambassadeur consiste en partie en l’instruction «  de l’état de la cour et des affaires du pays où il se trouve  » :

  • 40 François de Callières, op. cit., p. 177.

[I]l doit en faire le récit par des dépêches, y marquer la situation des esprits de ceux qui y ont le principal crédit et des ministres avec qui il traite, leurs attachements, leurs passions et leurs intérêts, s’étudier à les représenter d’une manière si claire et si ressemblante que le prince ou le ministre qui reçoit les dépêches puisse connaître aussi distinctement l’état des choses dont il lui rend compte, que s’il était lui-même sur les lieux 40.

13Plus loin, c’est au tour d’Alain Pekar d’insister sur deux aspects essentiels du compte rendu d’ambassade, à savoir la précision et le principe d’objectivité :

  • 41 Ibid., p. 178-183, n. 12.

Callières est ici catégorique. Il est impératif pour le négociateur de s’acquitter de son devoir de compte rendu fidèle et de conseil à son mandant. Son obligation morale est de peindre la réalité telle qu’elle est et non telle qu’on la voudrait. C’est la seule façon de servir à une prise de décision informée 41.

  • 42 Cf. n. 38. – Lettre du 19 décembre 1498, op. cit., c. 61r-v, [12-13].
  • 43 «  Nous sommes arrivés ce matin  » («  Siamo arrivati questa mattina  »), «  aussitôt nous reçûmes (...)
  • 44 «  Nous lui rendîmes visite et l’incitâmes à…  » («  Visitàmolo confortandolo [a]…  »), «  Lui nous (...)
  • 45 «  Sa Majesté, ut est homo liber et parlant peu, répondit à ce propos : “Je vous assure que les Vén (...)

14Ainsi, ils respectent les codes diplomatiques quand ils dépeignent, par exemple, l’arrivée fastueuse de César Borgia à la cour le 19 décembre 1498 42. Leurs comptes rendus s’apparentent alors davantage à de véritables récits 43 mêlant style indirect 44 et direct 45, qu’à de simples descriptions.

15Jean-Louis Fournel définit le contenu de l’écriture d’ambassade. Il explique que la correspondance entre un fonctionnaire de la république et ses destinataires suit une «  logique récurrente  » :

16[On compte] de quatre à six ou sept moments distincts […] (quatre quand il n’y a pas d’autonomie de manœuvre et de jugement du destinataire – forme la plus radicale… et la plus rare – six dans une situation plus fréquente ou l’empirisme commande de laisser le champ libre à une forme d’action du destinataire périphérique).

17À savoir :

  • 46 Jean-Louis Fournel, op. cit., dans Jean-Jacques Marchand, op. cit., p. 89-90.

18 1) Voir et recueillir les informations.
2) Décrire la situation.
3) Analyser et juger.
4) Agir de manière autonome en cas d’urgence.
5) Faire parvenir l’information au centre.
6) Recevoir en retour un ordre et l’exécuter.
7) Rendre compte de l’exécution de cet ordre 46.

  • 47 «  Iudizio  », «  prudenzia  » – cf. lettre du 8 septembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Ott (...)
  • 48 Lettre du 27 juillet 1498, op. cit., c. 4v, [9] ; lettre du 30 septembre 1498, op. cit., c. 32r, [3 (...)
  • 49 Jean-Louis Fournel, op. cit., dans Jean-Jacques Marchand, op. cit., p. 92.
  • 50 «  [c]i è parso giusta cosa  », «  [n]’è parso necessario  » – cf. lettre du 17 août 1498, ASF : Si (...)

19Même s’il précise que ce schéma idéal de communication n’est pas toujours possible à respecter compte tenu de l’instabilité du contexte, nous remarquons qu’il est largement suivi par Piero Soderini et Cosimo dei Pazzi dans leur correspondance. En effet, ils savent observer la situation, recueillir un maximum d’informations et les transmettre, de même qu’ils sont capables de les analyser et de les juger. Ils ne cessent de s’en remettre au «  jugement  » et à la «  prudence 47  » de leurs destinataires, déclarant à plusieurs reprises être dans l’attente de leurs directives 48, mais disposent tout de même d’une certaine liberté quant au choix des renseignements et à la manière de les relater. Car si «  [l]’officier en mission doit recueillir tous les détails susceptibles d’être utiles pour l’analyse  », il doit aussi être capable de choisir entre «  une avalanche de détails et une sélection de ces derniers (causée […] par la nécessité d’écrire vite et de hiérarchiser l’information 49).  »Ce sont donc eux qui jugent si une information est nécessaire ou non et qui décident de la manière dont ils vont la communiquer. C’est pourquoi ils utilisent les expressions «  il nous a semblé juste  » ou «  il nous a semblé nécessaire  » pour justifier leur choix, révélant ainsi le caractère subjectif du contenu de leurs comptes rendus 50.

  • 51 Lettre du 16 mai 1499, op. cit., c. 109r, [16-17].
  • 52 Lettre du 27 février 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commis (...)
  • 53 Lettre du 20 septembre 1498, op. cit., c. 25r-v, [26-28] ; lettre du 11 octobre 1498, op. cit., c. (...)
  • 54 Paolo (1461-1499) et Vitellozzo (1458 ?-1502), frères de la célèbre famille des Vitelli qui fournit (...)
  • 55 Lettre du 30 septembre 1498, op. cit., c. 33v-34r, [49-52].
  • 56 «  io da me ho pensato  », «  crederrei  », «  a me pare secondo il mio poco iudizio  », «  è fanta (...)

20Ils sont capables d’évaluer l’importance d’une donnée 51, car ils savent que cette dernière peut influencer la réflexion, l’analyse et donc les décisions de leurs destinataires. C’est pourquoi ils n’hésitent pas à donner leur avis et à faire part des conclusions qu’eux-mêmes tirent de la situation 52. Ils anticipent sur les événements pour prévenir les Dix des risques encourus ou des avantages à tirer. Ils souhaitent les aider au mieux dans leur interprétation et semblent parfois même vouloir guider leurs choix 53. Par exemple, dans sa lettre du 30 septembre 1498, Piero Soderini conseille à ses mandataires de demander à Louis XII que Pise soit confiée aux Vitelli 54 pour obtenir sa restitution par l’intermédiaire de ces derniers. Ils avaient annoncé peu de temps auparavant que Venise ne voulait pas remettre directement Pise aux mains des Florentins mais qu’elle était prête à la confier au souverain français 55. Soderini exprime ici une idée qu’il a lui-même élaborée pour permettre à la République du Lys de récupérer ses territoires perdus. Le caractère subjectif de son analyse est exprimé à travers les expressions «  j’ai pensé personnellement  », «  je croirais  », «  il me semble, d’après le peu de jugement dont je dispose  », «  cela ne me satisfait pas beaucoup  », ou encore «  c’est le fruit de mon imagination 56  ».

  • 57 Lettre du 5 septembre 1499, op. cit., c. 157v, [23].
  • 58 Lettre du 12 octobre 1499, op. cit., c. 102r-v, [5-6].
  • 59 «  è stato forza consentire  », «  parendoci  », «  deliberamo  ».
  • 60 Lettre du 27 février 1499, op. cit., c. 81v, [21-22] ; lettre du 12 octobre 1499, op. cit., c. 102v (...)
  • 61 Lettre du 30 janvier 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commis (...)
  • 62 Lettre du 13 janvier 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commis (...)
  • 63 «  la libertà della commissione  » ‒ cf. lettre du 9 octobre 1499, op. cit., c. 97v, [19].
  • 64 Lettre du 12 octobre 1499, op. cit., c. 103r, [17].
  • 65 Lettre du 27 octobre 1498, op. cit., c. 42v, [16] ; lettre du 16 mai 1499, op. cit., c. 107v, [2].

21Sur le terrain aussi, les ambassadeurs bénéficient d’un champ d’action relativement large. Ils sont en mesure de prendre des initiatives, comme lorsqu’ils décident de faire gagner du temps à la République pour lui permettre de récupérer Pise par la force et éviter ainsi de la recevoir par l’intermédiaire du roi 57. En outre, ce sont eux qui mènent les négociations lors de la rédaction des clauses du contrat d’alliance signé entre Florence et Louis XII. Ils en ont l’entière responsabilité, même s’ils font en sorte de suivre au mieux les instructions de leurs mandataires 58. Les expressions «  nous avons dû consentir à…  », «  étant donné qu’il nous semblait…  » et «  nous décidâmes  », montrent bien leur adaptation aux exigences de leurs interlocuteurs 59. Ils savent analyser la situation et déterminer s’ils peuvent ou non appliquer les ordres reçus, c’est-à-dire agir 60. Parfois, il leur arrive d’indiquer aux Dix que leurs instructions ne sont pas réalisables, comme lorsqu’ils affirment que le roi n’exclura jamais les Vénitiens d’un éventuel accord et qu’il leur sera donc impossible d’œuvrer en ce sens 61. Ils vont parfois à l’encontre de la stratégie imposée, comme quand ils déclarent préférer sauvegarder la réputation de Florence plutôt que de montrer à Louis XII une trop grande dépendance à son égard 62. Ils savent prendre des initiatives car ils disposent d’une certaine marge de liberté qu’ils appellent eux-mêmes «  la liberté de l’instruction  »63. Présents sur le terrain, ils sont également libres de choisir les points abordés lors des entretiens 64, de même que les mots employés 65.

  • 66 Lettre du 27 juillet 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commis (...)
  • 67 Lettre du 7 novembre 1498, op. cit., c. 45v, [24] ; lettre du 13 mars 1499, op. cit., c. 92r, [26].
  • 68 Lettre du 30 septembre 1498, op. cit., c. 33r, [45] ; lettre du 11 octobre 1498, op. cit., c. 39v-4 (...)
  • 69 «  fumo ricevuti ed uditi e dal Reggimento e dal signore messer Giovanni in palazzo, a’ quali espon (...)
  • 70 Jean-Louis Fournel, op. cit., dans Jean-Jacques Marchand, op. cit., p. 91.

22De la même manière, ils déclarent souvent être dans l’attente de directives 66, affirmant régulièrement leur volonté d’exécuter les ordres qui leur seront dictés. Le fait de demander des instructions 67 à leurs mandataire est aussi un moyen d’accélérer l’action 68. Ils n’omettent pas, ensuite, de rendre compte de la bonne exécution des ordres reçus 69, respectant ainsi la dernière des sept étapes évoquées plus haut. Si le schéma idéal de communication semble suivi presque à la lettre par Piero Soderini et Cosimo dei Pazzi, il ne faut pas oublier qu’une action autonome ne reste cependant souhaitable qu’en cas d’urgence. Le fonctionnaire «  doit tout mettre en œuvre pour comprendre ce qui se passe, mais attendre pour agir que lui soient données les instructions de la Seigneurie. C’est lui qui fera mais ce n’est pas lui qui décide de faire 70.  »

  • 71 Ibid., p. 87.
  • 72 Loc. cit.

23En théorie, «  c’est le centre qui a le monopole théorique de l’analyse, la périphérie étant l’espace du recueil et de la sélection des informations “objectives”, les plus proches possibles de la “vérité” 71  ». Les ambassadeurs ne devraient donc pas juger ce qu’ils voient, mais donner à leurs destinataires «  les moyens de fonder leur propre jugement 72  ». Or, Piero Soderini était l’un des principaux orateurs des pratiche, l’un de ceux qui s’exprimait le plus souvent et le plus longtemps. Il était habitué à prendre la parole dans le but d’exposer ses idées et de convaincre ses concitoyens. Le langage diplomatique qu’il utilise est donc sans doute représentatif d’habitudes et de qualités acquises lors de ces assemblées. Nous verrons donc maintenant en quoi les standards de la langue diplomatique sont représentatifs d’autres formes du langage politique.

Les mots du politique : un ou des langages ?

  • 73 Cf. n. 20.
  • 74 Jean-Marc Rivière, op. cit., p. 218.
  • 75 Ibid., p. 219-220.
  • 76 Loc. cit.
  • 77 Ibid., p. 212-213 et p. 226.

24Tout d’abord, si l’on considère la langue des pratiche, c’est-à-dire celle utilisée dans les procès-verbaux édités par Denis Fachard 73, il apparaît que le principe de production est le même que celui des lettres d’ambassadeurs, en ce qui concerne le principe de transcription de l’oralité vers l’écriture, même s’il est «  [d]ifficile de comparer les comptes rendus des pratiche (Libri di consulte e pratiche) avec des textes contemporains de nature différente  », justement parce que l’on se trouve devant la restitution d’un discours oral, et que de fait, les caractéristiques originelles de la langue utilisée sont fortement altérées. En outre, il mentionne l’existence d’un «  double transfert  » : de l’oralité vers l’écriture et de la parole commune vers un discours individuel, celui du scripteur chargé de dresser les comptes rendus. Il se pose donc justement la question du degré de fidélité des comptes rendus des pratiche à la source 74, insistant sur le travail de sélection et de polissage à travers lequel «  plusieurs interventions sont résumées en quelques lignes, voire en quelques mots, et d’autres supprimées 75  ». C’est ce que Stefano Telve appelle la «  fidélité discontinue  » à la réalité 76, nécessaire en ce qui concerne les pratiche pour ôter toute violence excessive et éviter les polémiques 77.

  • 78 Ibid., p. 219.
  • 79 Lettre du 16 mai 1499, op. cit., c. 109r, [17].
  • 80 Lettre du 7 février 1499, op. cit., c. 75r, [8-10].
  • 81 Cf. n. 56.
  • 82 Lettre du 8 octobre 1499, op. cit., c. 182r, [14].
  • 83 Lettre du 11 mars 1499, op. cit., c. 88r, [7].
  • 84 «  questo fu detto in sustanzia, benché con più parole  » – cf. lettre du 20 avril 1499, op. cit., (...)
  • 85 «  replicheremo le parole formali ; ma questo è il summario  » – cf. lettre du 8 octobre 1499, op.  (...)
  • 86 Lettre du 16 juillet 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commis (...)
  • 87 Lettre du 20 septembre 1498, op. cit., c. 24v, [17].

25Cette même question est valable pour les lettres de Piero Soderini et Cosimo dei Pazzi, dans lesquelles l’emploi répété de «  etc.  » indique qu’ils procèdent à des coupes volontaires des discours dont ils rendent compte, tout comme «  les scripteurs n’hésitent pas à réduire la quantité d’informations lorsque celles-ci leur semblent superflues ou redondantes 78  ». En effet, les ambassadeurs justifient la longueur ou la brièveté de leurs comptes rendus par l’intérêt des informations 79. Ils n’hésitent pas à faire l’impasse sur certains détails et à proposer un simple résumé de la situation lorsque cela est possible, voire nécessaire. Ils rédigent les rapports de leurs visites en se contentant parfois de rappeler de manière succincte les débats ou les conclusions, sans pour autant détailler le déroulement des discussions. Par exemple, le 7 février 1499, ils annoncent ne pas vouloir s’attarder sur leur entrevue avec Louis XII et le cardinal de Rohan et se contentent de transmettre une liste des principaux points abordés 80. De la même manière, quand ils font part de la réaction des Français à l’annonce de l’exécution de Paolo Vitelli 81, ils passent volontairement sous silence le contenu exact des propos, visiblement très durs envers la République 82. Le 11 mars 1499, d’un entretien avec plusieurs conseillers du roi, ils ne rapportent que les conclusions 83. S’ils décident de se limiter à un résumé de leurs échanges sans en livrer le contenu exact, ils l’indiquent alors systématiquement : «  voici ce qui fut dit globalement, bien qu’avec davantage de mots 84  » ou «  nous ne répèterons pas les paroles précises, mais en voici le résumé 85  ». Souvent, ils justifient leur choix en exprimant leur crainte d’ennuyer les Dix 86, d’autant plus quand il s’agit d’entretiens de plusieurs heures. Ils sont donc capables d’omettre certains détails sans importance tout comme ils savent insister sur les informations qu’ils considèrent essentielles 87.

  • 88 Jean-Marc Rivière, op. cit., p. 211.
  • 89 Jean-Louis Fournel, op. cit., dans Jean-Jacques Marchand, op. cit., p. 92.

26Lors des pratiche, le représentant de chaque groupe de citoyens doit exposer les résultats des délibérations sur une question politique importante. Les orateurs prennent la parole les uns après les autres, en théorie sans droit de réponse et sans débat contradictoire. Les avis se succèdent et peuvent influer sur l’opinion de leurs pairs en même temps qu’ils sont exprimés 88, tout comme les ambassadeurs ont le pouvoir d’influencer les prises de décision de leurs destinataires. Ils listent les informations, décrivent les faits et les commentent, présentent la situation et l’analysent, mais sans attendre de réponse, car «  il[s] ne [sont] pas dans une logique de dialogue et d’échange de points de vue avec [leurs] interlocuteurs de Palazzo Vecchio 89  ».

  • 90 Jean-Marc Rivière, op. cit., p. 227.
  • 91 «  ancora che  », «  nondimeno  », «  ma  » ; «  atteso che  », «  però  », «  perché  » ‒ cf. Jean (...)
  • 92 «  Parendoci conoscere quanta espettazione vostre Signorie àbbino delli successi di qua […], ci sem (...)

27S’ils veulent être compris de tous et convaincre la majorité, les orateurs aux pratiche doivent utiliser un «  langage précis  » et une «  argumentation cohérente  », ou du moins, «  il appartient au scripteur  », de faire en sorte que les comptes rendus soient les plus clairs et les plus compréhensibles possibles 90. Il est donc important qu’il sache hiérarchiser les arguments et souligner les liens logiques pour rendre compte d’une progression de l’exposé. Jean-Marc Rivière insiste sur le rôle des liens adversatifs («  bien que  », «  néanmoins  », «  mais  ») et causaux («  étant donné que  », «  c’est pourquoi  », «  parce que 91  »). Piero Soderini et Cosimo dei Pazzi aussi développent une argumentation quand ils analysent le contexte et tentent de tirer des conclusions, ou quand ils justifient leur comportement. Ils utilisent alors des connecteurs logiques, plutôt rares en dehors de ces passages explicatifs. Quand ils se contentent de transmettre des informations sans interprétation ni jugement, ou procèdent à de simples comptes rendus de leurs entretiens, ils utilisent le plus souvent la coordination et. Par contre, les liens de causalité sont très souvent exprimés à l’aide du gérondif 92.

  • 93 Jean-Marc Rivière, op. cit., p. 232.
  • 94 «  piaccia a Dio  » ‒ cf. lettre du 11 octobre 1498, op. cit., c. 39v, [32] ; lettre du 16 novembre (...)
  • 95 «  pregando Dio  » ‒ cf. lettre du 29 septembre 1499, ASF : Signori, Cart. Responsive 13, c. 416r, (...)
  • 96 «  Dio ci dia grazia  » ‒ cf. lettre du 30 janvier 1499, op. cit., c. 70v, [25] ; lettre du 8 octob (...)
  • 97 Jean-Marc Rivière, op. cit., p. 236-237 et p. 242.
  • 98 Lettre du 24 juillet 1498, op. cit., c. 4r-v, [15].
  • 99 Lettre du 7 novembre 1498, op. cit., c. 44r, [9] ; lettre du 27 février 1499, op. cit., c. 79v-80r, (...)
  • 100 «  per non dare spese in vano a vostre Signorie  » – cf. lettre du 16 juillet 1498, op. cit., c. 2r(...)

28D’autre part, certains thèmes sont communs aux pratiche et aux lettres d’ambassade. Dans les deux cas, le fait de «  s’en remettre à Dieu  » est souvent présenté comme l’une des solutions pour sortir Florence des dangers qui la menacent 93. Les expressions telles que «  plaise à Dieu 94  », «  en priant Dieu 95  » ou encore «  Dieu nous rende grâce 96  » sont redondantes. De la même manière, il a été remarqué que les deux principaux thèmes abordés aux pratiche dans le souci de «  la survie des institutions républicaines  » sont toujours, à partir de janvier 1495, «  les difficultés financières de Florence  » et «  la définition des principales orientations diplomatiques 97  ». Ils sont également récurrents chez Piero Soderini et Cosimo dei Pazzi qui rappellent, dès leur première missive, leur volonté d’expédier seulement les lettres qu’ils jugeront importantes, pour ne pas infliger à la République de trop lourdes dépenses 98. Ils expliquent à plusieurs reprises ne pas avoir envoyé certains courriers de peu d’intérêt 99, et justifient leur choix à l’aide d’expressions telles que «  pour ne pas infliger des dépenses inutiles à vos Seigneuries 100  ». Ils peuvent aussi décider de regrouper leurs envois, et parviennent même à faire transporter gratuitement certaines lettres, par l’intermédiaire de coursiers ou de marchands florentins. Quant à l’importance des choix concernant les orientations diplomatiques de Florence, elle est régulièrement soulignée, pour ne pas dire omniprésente, car le but principal de leur mission est justement d’obtenir, par le biais du roi de France, la restitution de Pise de la part de Venise et de bien comprendre les intentions d’alliance de Louis XII pour prendre position.

  • 101 Jean-Marc Rivière, op. cit., p. 228-229.
  • 102 «  en imitant l’exemple de nos aïeux  » («  imitando le vestigie de’ nostri progenitori  »), «  de (...)
  • 103 «  cela reviendrait à confier des moutons au loup  » («  questo sarebbe uno dare a guardia le pecor (...)
  • 104 «  nous ne perdrons pas une heure de temps  » («  noi non perderèno una ora di tempo  ») – cf. lett (...)

29Jean-Marc Rivière remarque que les références bibliques ou historiques (à l’Antiquité et à l’histoire florentine), ainsi que les dictons populaires, ont été bannis des pratiche «  pour éviter toute fioriture et toute notation personnelle  ». Or, peu après il affirme que «  l’utilisation de vérités générales, de proverbes ou de maximes, à la fois […] sont communs aux [historiographies] et aux comptes rendus des pratiche 101.  » Les lettres d’ambassade sont parsemées de ce type de références 102 et de dictons 103 ou expressions 104. Le langage diplomatique semble donc assez proche de celui des pratiche, tant au niveau des thématiques abordées que des mots employés. Quelques différences existent pourtant au niveau de l’élaboration de ce langage. Dans les pratiche, orateurs et destinataires sont présents dans le même espace, au même moment, tandis que les ambassadeurs sont éloignés de leurs mandataires, avec une incertitude temporelle due aux aléas matériels de la circulation des lettres.

  • 105 Les études sur lesquelles je me suis appuyée ont pris en compte Le Prince (1513), les Discorsi sopr (...)
  • 106 Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini, op. cit., dans Machiavel, op. cit., p. 549, 551-552, 5 (...)
  • 107 Ibid., p. 565.
  • 108 Ibid., p. 568-570.
  • 109 Ibid., p. 570-571.
  • 110 Ibid., p. 573.
  • 111 Ibid., p. 605.
  • 112 Ibid., p. 585.
  • 113 «  amici per amici ed inimici per inimici  » ‒ cf. n. 110.

30Il est également possible de relever un certain nombre de similitudes entre l’écriture d’ambassade et les écrits théoriques de Machiavel 105. Je n’aborderai pas ici la question le l’interprétation du sens des termes et concepts tels que stato 106, principato 107, ruinare/rovinare, ruina/rovina 108, spegnere 109, ordine (ordini, disordini, ordinare, ordinario et extraordinario 110) ou encore regola (ou regula 111). En revanche, je soulignerai l’importance de certaines notions utilisées dans le langage diplomatique, non au niveau de l’explication théorique mais au niveau de la mise en pratique. Par exemple, la notion d’«  amis pour amis et ennemis pour ennemis  » présentée par Machiavel comme «  une question fondamentale de la guerre 112  » est quasi omniprésente dans les lettres de Piero Soderini et Cosimo dei Pazzi 113. Le secrétaire insiste sur la nécessité qu’a un seigneur ou un état de connaître ses vrais amis et ses vrais ennemis. Dans leurs lettres, Piero Soderini et Cosimo dei Pazzi ne cessent de rappeler les questionnements du roi quant au positionnement diplomatique de Florence, et d’insister pour que la République choisisse entre s’allier à Louis XII ou rejoindre les rangs de ses ennemis.

  • 114 Jean-Louis Fournel & Jean-Claude Zancarini, op. cit., dans Machiavel, op. cit., p. 20-23.
  • 115 Ibid., p. 19.
  • 116 Ibid., p. 26.
  • 117 Ibid., p. 24 et p. 567-568.
  • 118 Lettre du 7 novembre 1498, op. cit., c. 45v, [24] ; lettre du 13 mars 1499, op. cit., c. 92r, [26]  (...)
  • 119 Lettre du 30 septembre 1498, op. cit., c. 33r, [45] ; lettre du 11 octobre 1498, op. cit., c. 39v-4 (...)
  • 120 «  subito  », «  presto  », «  con celerità  » – cf. lettre du 4 septembre 1498, op. cit., c. 14r, (...)
  • 121 Jean-Marc Rivière, op. cit., p. 233.
  • 122 Corrado Vivanti, op. cit., p. 403.
  • 123 Ibid., p. 406 ; voir aussi p. 8 : «  Ces quinze années de pratique politique, diplomatique et milit (...)
  • 124 Jean-Louis Fournel & Jean-Claude Zancarini, op. cit., dans Machiavel, op. cit., p. 610.

31De même, à travers l’analyse du trio virtù, fortuna et occasione 114 et du duo modi et qualità dei tempi 115, Machiavel insiste sur l’importance de «  l’adéquation de la façon (du modo) aux nécessités, à la “qualité des temps” 116  », c’est-à-dire sur l’adaptation de l’action en fonction de la conjoncture. Car, selon lui, la virtù (dans le sens de «  perfection de l’individu  ») sans capacité d’analyse ne suffit pas. Il faut comprendre la situation pour pouvoir agir efficacement 117. Si les ambassadeurs n’abordent à aucun moment une explication théorique de ces termes et de leurs rapports étroits, ils se montrent soucieux d’une action rapide. Ainsi, lorsqu’ils demandent aux Dix de leur envoyer de nouvelles instructions 118, ils n’hésitent pas à employer un langage concis et direct, voire parfois autoritaire, révélant leur impatience, comme s’ils voulaient accélérer les prises de décisions de leurs mandataires, par crainte de manquer des occasions 119. L’urgence de l’action est souvent exprimée à travers les adverbes et compléments circonstanciels «  aussitôt  », «  vite  » ou «  avec rapidité 120  ». Nous savons que le nouveau langage politique employé par Machiavel est né justement d’une longue pratique de la chancellerie florentine, de 1498 à 1512 121. Il devint chancelier de la seconde République à l’âge de vingt-neuf ans, le 28 mai 1498 122, quelques mois à peine avant le départ de Piero Soderini et Cosimo dei Pazzi pour Paris. Il fut également nommé secrétaire de la magistrature des Dix, et fut donc imprégné de ce style d’écriture 123. C’est ce qui permet d’affirmer que «  Machiavel, à partir du matériau réflexif et langagier accumulé par son long apprentissage dans l’arte dello stato, élabore, “engraisse” et “polit”, dans l’arte della lingua, une nouvelle langue de la politique 124.  »

  • 125 Fredi Chiappelli, Nuovi studi sul linguaggio del Machiavelli, Firenze, Le Monnier, 1969.
  • 126 Jean-Louis Fournel & Jean-Claude Zancarini, op. cit., dans Machiavel, op. cit., p. 545.
  • 127 Ibid., p. 610.
  • 128 Ibid., p. 550-551.

32Les origines du langage politique utilisé par Machiavel sont donc à rechercher dans les lettres d’ambassade. Je ne passerai pas en revue toutes les similitudes d’ordre lexical ou syntaxique entre les écrits du fonctionnaire et ceux de Piero Soderini et Cosimo dei Pazzi, car elles sont très nombreuses. Le langage analysé par Fredi Chiappelli dans ses Nuovi studi sul linguaggio del Machiavelli 125 est effectivement très proche de celui des missives de mon corpus. Or, nous savons que la langue du secrétaire est «  plus “travaillée” qu’on ne le croit parfois mais aussi radicalement matérielle et florentine 126  », car «  Machiavel ne veut parler ni la langue des princes ni celle des sujets 127  ». «  Il choisit de partir des termes qu’il a à sa disposition, du matériel spontané florentin et de latinismes d’usage fréquent : la langue donc que l’on entend dans les boutiques et sur les places, celle des pratiche de la république ou des lettres diplomatiques 128  ».

33Il est aussi possible de relever d’autres points communs, comme par exemple l’emploi fréquent de procédés rhétoriques, hormis les métaphores, dont font partie :

  • 129 Corrado Vivanti, op. cit., p. 410.
  • 130 «  quando io intendessi potere giovare alla vostra città con lo stare assente da quella, se non bas (...)
  • 131 «  Questo non diciamo punto per comodità nostra o desiderio che avessimo di tornare, quanto perché (...)
  • 132 Jean-Louis Fournel & Jean-Claude Zancarini, op. cit., dans Machiavel, op. cit., p. 10 ; voir aussi (...)
  • 133 Ibid., p. 599.
  • 134 Lettre du 16 juillet 1498, op. cit., c. 1r, [4-7].

341) Les formules républicaines rappelant que «  tous les bons citoyens […] préfèrent le bien de la patrie à leurs propres intérêts 129  » (après une demande de rapatriement Piero Soderini écrit : «  si je croyais pouvoir rendre service à votre cité en en restant éloigné, dans le cas où le fait d’être ici ne suffirait pas, je m’en éloignerais davantage, comme il est du devoir de tout bon citoyen 130   » ; à la suite d’une demande commune, ils commentent : «  Nous ne disons point cela pour notre commodité ou pour le désir que nous avons de rentrer, mais parce que nous croyons que cela est préférable pour votre cité, pour le bien-être de laquelle nous n’hésiterons pas à sacrifier nos vies 131  ») ;
2) L’exemple des temps passés 132 ;
3) La restitution de vrais dialogues rapportés au style direct 133. En effet, les comptes rendus d’ambassade prennent souvent la forme de véritables récits 134 entrecoupés de descriptions et de passages aux styles indirect et direct.

  • 135 Lettre du 11 octobre 1498, op. cit., c. 38v, [24].
  • 136 Lettre du 20 septembre 1498, op. cit., c. 24v, [17-19].
  • 137 Lettre du 30 septembre 1498, op. cit., c. 29v-31v, [7-21].
  • 138 «  [r]isposi che…  », «  ringraziai  », «  fè questa conclusione  », «  [r]eplicando  », «  dìssemi (...)

35Ce dernier permet d’insister sur les propos des interlocuteurs et sur certaines déclarations de la plus haute importance 135. Par exemple, le 20 septembre 1498, les ambassadeurs rapportent un entretien avec le cardinal de Rohan 136. L’ensemble de la discussion est au style indirect, hormis une réplique du cardinal, retranscrite au style direct : il annonce que Louis XII ne soutiendra pas Florence si celle-ci refuse une alliance avec le pape Alexandre VI. Piero Soderini et Cosimo dei Pazzi soulignent ainsi l’importance des conditions posées par le souverain et sur la nécessité d’une prise de décision. Dans un autre courrier, Piero Soderini relate un nouvel entretien et retranscrit les conseils et les commandements qu’il a reçus du roi en personne 137. Plus loin, il raconte une nouvelle entrevue. Ses propres interventions sont transmises au style indirect et introduites par les verbes «  je répondis que  », ou «  je remerciai  ». En revanche, les expressions telles que «  il fit cette conclusion  », «  en répondant  », «  il dit  », «  il me dit  » et «  il me répondit  » concernent les répliques de ses interlocuteurs, rapportées au style direct 138. À ce sujet Corrado Vivanti déclare :

  • 139 Corrado Vivanti, op. cit., p. 408.

Une autre des caractéristiques de ses lettres est le recours au discours direct, dont il se sert dans les légations les plus importantes. J’ignore si en cela Machiavel suit des tournures de style répandues dans les missives diplomatiques florentines : d’après celles que je connais […] je serais amené à croire que son choix est original, que c’est là un des fruits de son intelligence politique 139.

36Or, le style direct est largement utilisé par Piero Soderini et Cosimo dei Pazzi, on peut donc imaginer qu’il devait l’être aussi par d’autres représentants de la République en mission.

  • 140 Bartolomeo Cerretani, Ricordi, a cura di Giuliana Berti, Firenze, Leo Olschki editore, 1993, p. 191 (...)
  • 141 Piero Vaglienti, op. cit., p. 45.
  • 142 François Guichardin, op. cit., p. 277.
  • 143 Piero Vaglienti, op. cit., p. 64, 68,69, 73, 75, 80 ; Piero di Marco Parenti, op. cit., p. 217, 218 (...)
  • 144 «  […] l’emergenza di una riflessione politica nel periodo che intercorre fra le opere politico-sto (...)

37De plus, si l’on considère certaines historiographies comme celle de Bartolomeo Cerretani 140, de Piero Vaglienti 141 ou de François Guichardin 142, où l’on trouve également des passages au style direct, il est possible d’affirmer que ce choix n’était pas uniquement celui du langage politique employé à cette époque, mais aussi celui d’un langage de l’Histoire, apparemment lui aussi influencé par les écrits diplomatiques, car les lettres d’ambassadeurs sont un outil pour les historiographes et les historiens contemporains qui s’appuient sur ces comptes rendus pour rédiger leurs travaux et y font d’ailleurs souvent référence 143. Ce lien entre différents langages du politique, mais aussi entre langages politique et historique permet d’affirmer que la profusion de textes rédigés durant cette période mérite d’être étudiée dans toute sa diversité, y compris à travers des écrits considérés comme mineurs. Tous contribuent en effet, à leur mesure, à l’émergence d’une réflexion politique durant la période qui court entre les œuvres politico-historiographiques des chanceliers humanistes de la première moitié du xve siècle et la rédaction de la Storia d’Italia de Guichardin un siècle et demi plus tard 144.

38Et d’ajouter :

  • 145 Jean-Marc Rivière, op. cit., p. 234-235.

«  La synthèse originale entre oralité et écriture réalisée dans ces textes s’insère aux marges du passionnant processus d’élaboration d’une nouvelle langue de la politique qui se développe durant les premières décennies du xvie siècle 145.  »

39Le langage diplomatique est donc une forme du langage politique. Il s’insère dans le contexte historique et dans le débat politique qui a lieu à cette époque, en ce qu’il répond aux standards de l’écriture d’ambassade, ainsi qu’aux nécessités d’une langue nouvelle, basée sur la compréhension de tous et sur une action efficace. Les mots qui composent ce langage sont ceux d’autres formes de l’expression politique, les comptes rendus des pratiche, les documents rédigés pour la Chancellerie ou le secrétariat des Dix, mais aussi d’œuvres abouties, telles des discours ou des traités. C’est une langue qui se veut à la portée de tous, ou du moins de ceux dont dépend la sauvegarde et l’avenir des institutions républicaines.

  • 146 Ibid., p. 216.
  • 147 Loc. cit.
  • 148 Ibid., p. 202-215.
  • 149 Corrado Vivanti, op. cit., p. 407.
  • 150 «  uno dei membri più importanti delle Pratiche, preciso e schietto nelle sue idee, nemico dei tent (...)

40«  [L]a parole, en particulier la parole politique, est une composante essentielle de la vie sociale et de l’organisation citadine  » de la République 146. Les mots du politique sont un outil pour comprendre, convaincre et agir, mais aussi pour conserver ou acquérir une influence au sein de la société. Aux pratiche, le rapport entre l’influence et l’importance d’un personnage tient en grande partie à ses qualités oratoires 147. Piero Soderini, qui appartient à l’une des 59 familles composant l’élite du pouvoir florentin 148, n’a donc pas été choisi pour cette mission par hasard. Et ce n’est pas non plus un hasard s’il deviendra, en 1502, le premier gonfalonier à vie de la République du Lys. De plus, c’est de lui que Machiavel reçoit «  la louange sans doute la plus appréciée  », lorsque «  Agostino Vespucci [lui] écrit […] que le nouveau gonfalonier perpétuel, en écoutant la lecture d’une de ses missives, lui a confié : Autographus hic scriptor multo quidem pollet ingenio, multo iudico præditus est, ac etiam non mediocri consilio” 149.  » Et ce n’est pas non plus un hasard si Machiavel deviendra peu après le bras droit de cet homme, «  l’un des membres les plus importants des pratiche, précis et clair dans ses idées, ennemi de l’indécision et, grâce à sa faculté à prendre des décisions et à assumer des responsabilités, un formateur de l’opinion 150  ».

Haut de page

Notes

1 Piero Soderini (1450-1513) : partisan, dès 1496, d’une alliance avec le roi de France, il est ambassadeur de la République florentine à plusieurs reprises, puis Gonfalonier à vie 1502 à 1512 (Abel Desjardins & Giuseppe Canestrini, Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, t. I, Paris, Imprimerie Impériale, 1865, p. 27-28 ; 318-319).

2 Cosimo dei Pazzi (1466-1513) : nommé chanoine de la métropole de Florence en 1475, il fait son début dans la carrière diplomatique en 1496 et devient évêque d’Arezzo l’année suivante, gouverneur de Forlì en 1506 et archevêque de Florence en 1508 (Abel Desjardins & Giuseppe Canestrini, op. cit., t. III, p. 14).

3 Louis XII (1462-1515) : ancien duc d’Orléans, fils de Charles d’Orléans et de Marie de Clèves, pris en tutelle par Louis XI à suite à la mort de son père. Il devient roi de France sous le nom de Louis XII après la mort de Charles VIII, le 8 avril 1498 (Didier Le Fur, Louis XII, Un autre César, Paris, Perrin, 2001, p. 24-38 ; Stefano Meschini, La Francia nel Ducato di Milano, La politica di Luigi XII (1499-1512), Tomo I, Milano, Franco Angeli, 2006, p. 49).

4 Lettre du 28 juin 1498, ASF : Signori, Cart. Responsive 10, c. 137r-142r – La magistrature des Dix fut créée le 3 octobre 1384. Elle se composait de dix membres élus pour six mois ou un an et était chargée de la politique étrangère et des opérations militaires de la République de Florence (Francesco Guicciardini, Storie fiorentine dal 1378 al 1509, a cura di Alessandro Montevecchi, Milano, BUR, 2006, p. 214-215).

5 Voir Jean-Louis Fournel, «  Temps de l’Histoire et temps de l’écriture dans les scritti di governo de Machiavel  », dans Jean-Jacques Marchand, Machiavelli senza i Medici, (1498-1512) : scrittura del potere, potere della scrittura, Atti del Convegno di Losanna – 18-20 novembre 2004, Roma, Salerno Editrice, 2006, p. 87.

6 Voir Abel Desjardins & Giuseppe Canestrini, op. cit., t. III, p. 15-21.

7 Charles VIII (1470-1498) : fils du roi Louis XI, il lui succède en 1483. Il se lane dans la conquête de l’Italie en août 1495 et prend Naples en février. Mais la ligue anti-française formée pour contrer son avancée le contraint à faire marche arrière. Il meurt le 7 avril 1498, laissant ainsi le trône à Louis d’Orléans.

8 Pierre II de Médicis (1472-1503) : fils de Laurent le Magnifique et Clarisse Orsini. Il dirigea Florence de 1492 à 1494, date à laquelle il fut chassé de la ville. Il se réfugia à Bologne puis à Venise, et le 25 septembre de l’année suivante sa tête fut mise à prix. La Sérénissime soutint ses tentatives de récupérer Florence, mais en vain.

9 «  la strada italiana era stata aperta  » (Jader Jacobelli, Machiavelli e/o Guicciardini, alle radici del realismo politico, Milano, Mursia, 1998, p. 20). Florence, elle, choisit la neutralité (Francesco Guicciardini, op. cit., p. 224-225 ; Ernest Lavisse, op. cit., p. 35 ; Franco Maria Ricci, Repubblica di Venezia, tomo III, Stati di Terraferma (1400-1530), Milano, FMR spa, 2003, p. 184).

10 Jean-Louis Fournel & Jean-Claude Zancarini, «  Le laboratoire florentin  », dans Machiavel, Le Prince, Paris, Presses Universitaires de France, 2000, p. 2-3.

11 Ibid., p. 600.

12 Loc. cit.

13 Ibid., p. 609 ; voir aussi p. 6-7.

14 Jean-Marc Rivière, L’espace politique républicain à Florence de 1494 à 1527 : réforme des institutions et constitution d’une élite de gouvernement, sous la direction de J. L. Fournel, Villeneuve d’Ascq, Atelier National de Reproduction des Thèses, 2005, p. 241.

15 Ibid., p. 241 ; voir aussi Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini, op. cit., p. 2-3.

16 Jean-Louis Fournel, op. cit., dans Jean-Jacques Marchand, op. cit., p. 75.

17 Jérôme Savonarole (1452-1498) : frère dominicain, il pensait que l’Église devait être châtiée et entièrement reconstruite sur des bases seines et était favorable à la descente de Charles VIII en Italie. Il fut excommunié puis jugé, condamné à mort et pendu le 23 mai 1498 (Alberto Aubert, La crisi degli antichi stati italiani, I, 1492-1521, Firenze, Le Lettere, 2003, p 152).

18 Jean-Marc Rivière, op. cit., p. 9, 12.

19 Jean-Louis Fournel & Jean-Claude Zancarini, op. cit., dans Machiavel, op. cit., p. 4-5, 546‑547.

20 Jean-Marc Rivière, op. cit., p. 550.

21 Ibid., p. 551.

22 Jean-Marc Rivière mentionne le «  double héritage de la tradition rhétorique politique et du langage de chancellerie  » (Jean-Marc Rivière, op. cit., p. 216).

23 Jean-Louis Fournel & Jean-Claude Zancarini, op. cit., dans Machiavel, op. cit., p. 547 ; «  [t]rouver la bonne “façon” de dire la situation, ou d’agir, dans des circonstances données est […] le premier problème de la vie – et de la pensée – politique  ».

24 Jean-Marc Rivière, op. cit., p. 229.

25 Jean-Marc Rivière, «  Denis Fachard. Consulte e pratiche della Repubblica fiorentina (1495-1497)  », Laboratoire italien [En ligne], 5 | 2005, mis en ligne le 7 juillet 2011, consulté le 17 février 2013. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/449. Jean-Marc Rivière mentionne le «  double héritage de la tradition rhétorique politique et du langage de chancellerie  » (Jean-Marc Rivière, op. cit., p. 216 ; voir aussi p. 146-153).

26 Corrado Vivanti, «  L’apprentissage de l’art politique  » dans Langues et écritures de la République et de la guerre : études sur Machiavel, sous la direction de Alessandro Fontana, Jean-Louis Fournel, Xavier Tabet, Jean-Claude Zancarini, Genova, Name, 2004, p. 406.

27 Lettre du 28 juin 1498, op. cit., c. 137r-142r.

28 Jean-Louis Fournel, op. cit., dans Marchand Jean-Jacques, op. cit., p. 95.

29 Jean-Louis Fournel & Jean-Claude Zancarini, op. cit., dans Machiavel, op. cit., p. 87.

30 Giovanni Palumbo, «  Francesco Guicciardini e lo studio dei carteggi  », Laboratoire italien [Online], 7 | 2007, Mis en ligne le 7 juillet 2011, URL : http://laboratoireitalien.revues.org/148.

31 «  Scrivemo a le Signorie vostre dalla Stradella a’ dì 21 del presente, le quali non si sono prima mandate per non avere aùto fidato latore, e le mandiamo con la presente.  » ‒ cf. lettre du 23 juillet 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 3r, [4].

32 «  si è inteso questa mattina che siamo a’ 13, da questi vostri mercanti per loro lettere de’ 4 di costà…  » ‒ cf. lettre du 9 septembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 19r, [25].

33 Par exemple, la lettre du 11 septembre 1498, conservée dans ASF : Signori, Cart. Responsive 10, c. 231r, à la fin de laquelle on peut lire : «  Quibus nos humiliter commendamus quae bene valeant. Ex Parisius. Die XI settembris 1498. Eisdem Excelsis Decem Viris Servitores : Cosimus de’ Pazzis Episcopis et Petrus de Soderinis, Oratores etc.  »

34 Lettre du 6 octobre 1498, op. cit., c. 35v, [11-17].

35 Voir Giuseppe Portigliotti, I Borgia, Milano, Fratelli Treves, 1921, p. 141, 160 ; voir aussi Massimo Griffo, op. cit., p. 57).

36 Lettre du 7 février 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 75r, [6].

37 «  ècci stato referito  », «  èmmi stato affermato  », «  cavalcatori  » ‒ cf. Lettre du 27 juillet 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 5r, [14] ; lettre du 4 septembre 1498, op. cit., c. 15r-v, [31] ; «  personaggio  » ‒ cf. lettre du 12 octobre 1499, op. cit., c. 102v-103r, [11-12].

38 Lettre du 16 mai 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 108r, [13].

39 «  si ritrasse del parlare di sua Maestà  », «  questo è quanto di bocca di sua Maestà possemo avere  », «  [è] ben vero che e’ ci disse e due o tre volte affermò…  », «  come lui medesimo ci ha confessato  » ‒ cf. lettre du 20 septembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 24r, [14] ; lettre du 16 mai 1499, op. cit., c. 108v, [11-12] ; lettre du 5 septembre 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 158r-v, [27].

40 François de Callières, op. cit., p. 177.

41 Ibid., p. 178-183, n. 12.

42 Cf. n. 38. – Lettre du 19 décembre 1498, op. cit., c. 61r-v, [12-13].

43 «  Nous sommes arrivés ce matin  » («  Siamo arrivati questa mattina  »), «  aussitôt nous reçûmes la visite de  » («  subito fumo visitati  »), «  nous fûmes reçus et entendus  » («  fumo ricevuti ed uditi  »), ou «  après notre audience…  » («  dopo l’audienzia nostra…  ») – cf. lettre du 16 juillet 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 1r, [4-7].

44 «  Nous lui rendîmes visite et l’incitâmes à…  » («  Visitàmolo confortandolo [a]…  »), «  Lui nous répondit…  » («  Lui ne rispose…  »), «  Mais qu’il confessait…  » («  ma che confessava…  ») et «  nous conclûmes de telle manière que…  » («  facemo conclusione di qualità che…  ») – cf. lettre du 24 juillet 1498, op. cit., c. 4r, [6-12] ; voire aussi lettre du 4 septembre 1498, op. cit., c. 12r-14r, [6-11] ; lettre du 20 septembre 1498, op. cit., c. 25r, [25] ; lettre du 8 décembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 56r-v, [7-12] ; lettre du 13 mars 1499, op. cit., c. 90r-v, [7-9] ; lettre du 8 octobre 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 180v-181r, [2-17].

45 «  Sa Majesté, ut est homo liber et parlant peu, répondit à ce propos : “Je vous assure que les Vénitiens ne me trahiront qu’une seule fois.  » («  La Maestà sua ut est homo liber e di poche parole, rispose circa questo : «  Io vi assicuro ’ Veneziani non mi tromperanno se non una volta.  ») ‒ cf. lettre du 16 mai 1499, op. cit., c. 107v-109r, [1-15] ; voir aussi lettre du 4 septembre 1498, op. cit., c. 12r-v, [11] ; lettre du 20 septembre 1498, op. cit., c. 24v, [17-19] ; lettre du 30 septembre 1498, op. cit., c. 29v-31v, [7-21] ; c. 32v-33r, [41-44] ; lettre du 11 octobre 1498, op. cit., c. 38v, [24] ; lettre du 27 octobre 1498, op. cit., c. 42r-43r, [10-18] ; lettre du 8 octobre 1499, op. cit., c. 182r-v, [15-20].

46 Jean-Louis Fournel, op. cit., dans Jean-Jacques Marchand, op. cit., p. 89-90.

47 «  Iudizio  », «  prudenzia  » – cf. lettre du 8 septembre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 18v, [20] ; lettre du 20 septembre 1498, op. cit., c. 24v, [16].

48 Lettre du 27 juillet 1498, op. cit., c. 4v, [9] ; lettre du 30 septembre 1498, op. cit., c. 32r, [30-31] ; lettre du 16 février 1499, ASF : Signori, Cart. Responsive 14, c. 53r, [15] ; lettre du 11 mars 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 88v, [11].

49 Jean-Louis Fournel, op. cit., dans Jean-Jacques Marchand, op. cit., p. 92.

50 «  [c]i è parso giusta cosa  », «  [n]’è parso necessario  » – cf. lettre du 17 août 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 7r-v, [36] ; lettre du 4 septembre 1498, op. cit., c. 14r, [12] ; lettre du 25 septembre 1498, op. cit., c. 26v, [5] ; lettre du 30 septembre 1498, op. cit., c. 31v, [22].

51 Lettre du 16 mai 1499, op. cit., c. 109r, [16-17].

52 Lettre du 27 février 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 81v-82r, [23] ; lettre du 13 mars 1499, op. cit., c. 91r-v, [18] ; lettre du 16 mai 1499, op. cit., c. 110r, [26].

53 Lettre du 20 septembre 1498, op. cit., c. 25r-v, [26-28] ; lettre du 11 octobre 1498, op. cit., c. 39v, [29-30] ; lettre du 7 février 1499, op. cit., c. 76r, [20] ; lettre du 16 février 1499, op. cit., c. 52v, [9] ; lettre du 13 mars 1499, op. cit., c. 90v-91r, [14-16] ; lettre du 7 juin 1499, ASF : Dieci di Balìa, Cart. Responsive 59, c. 130r, [4].

54 Paolo (1461-1499) et Vitellozzo (1458 ?-1502), frères de la célèbre famille des Vitelli qui fournit un grand nombre de condottieri. Du fait de leur «  grande rinomanza come uomini d’arme  », ils combattirent au service de la République de Florence pour la récupération de Pise (Massimo Griffo, op. cit., p. 58-59 ; Piero Vaglienti, op. cit., p. 55 ; Piero di Marco Parenti, op. cit., p. 179, 183 ; p. 306-308). Soupçonnés de trahison, Paolo fut arrêté le 28 septembre 1499, reconnu coupable et décapité le 1er octobre (Massimo Griffo, op. cit., p. 62-64 ; Piero Vaglienti, op. cit., p. 74, 88-90, 170 ; Francesco Guicciardini, op. cit., p. 308-314), tandis que Vitellozzo prit la fuite. En 1501 et 1502, on le retrouve aux côtés du Valentinois et de Pierre de Médicis contre Florence (Piero Vaglienti, op. cit., p. 142-143, 152-153, 155).

55 Lettre du 30 septembre 1498, op. cit., c. 33v-34r, [49-52].

56 «  io da me ho pensato  », «  crederrei  », «  a me pare secondo il mio poco iudizio  », «  è fantasia mia propria  ».

57 Lettre du 5 septembre 1499, op. cit., c. 157v, [23].

58 Lettre du 12 octobre 1499, op. cit., c. 102r-v, [5-6].

59 «  è stato forza consentire  », «  parendoci  », «  deliberamo  ».

60 Lettre du 27 février 1499, op. cit., c. 81v, [21-22] ; lettre du 12 octobre 1499, op. cit., c. 102v-103v, [8-9, 22-23].

61 Lettre du 30 janvier 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 70r-v, [22].

62 Lettre du 13 janvier 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 64r, [9-10].

63 «  la libertà della commissione  » ‒ cf. lettre du 9 octobre 1499, op. cit., c. 97v, [19].

64 Lettre du 12 octobre 1499, op. cit., c. 103r, [17].

65 Lettre du 27 octobre 1498, op. cit., c. 42v, [16] ; lettre du 16 mai 1499, op. cit., c. 107v, [2].

66 Lettre du 27 juillet 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 4v, [9] ; lettre du 30 septembre 1498, op. cit., c. 32r, [30-31] ; lettre du 16 février 1499, op. cit., c. 53r, [15] ; lettre du 11 mars 1499, op. cit., c. 88v, [11].

67 Lettre du 7 novembre 1498, op. cit., c. 45v, [24] ; lettre du 13 mars 1499, op. cit., c. 92r, [26].

68 Lettre du 30 septembre 1498, op. cit., c. 33r, [45] ; lettre du 11 octobre 1498, op. cit., c. 39v-40r, [33-34] ; lettre du 8 juin 1499, ASF : Dieci di Balìa, Cart. Responsive 59, c. 147v, [40] ; lettre du 18 juillet 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 131r-v, [16] ; lettre du 2 novembre 1499, ASF : Signori, Cart. Responsive 13, c. 208r, [6-7].

69 «  fumo ricevuti ed uditi e dal Reggimento e dal signore messer Giovanni in palazzo, a’ quali esponemo pienamente quanto avamo in commissione da vostre Signorie  » ‒ cf. lettre du 16 juillet 1498, op. cit., c. 1r, [6].

70 Jean-Louis Fournel, op. cit., dans Jean-Jacques Marchand, op. cit., p. 91.

71 Ibid., p. 87.

72 Loc. cit.

73 Cf. n. 20.

74 Jean-Marc Rivière, op. cit., p. 218.

75 Ibid., p. 219-220.

76 Loc. cit.

77 Ibid., p. 212-213 et p. 226.

78 Ibid., p. 219.

79 Lettre du 16 mai 1499, op. cit., c. 109r, [17].

80 Lettre du 7 février 1499, op. cit., c. 75r, [8-10].

81 Cf. n. 56.

82 Lettre du 8 octobre 1499, op. cit., c. 182r, [14].

83 Lettre du 11 mars 1499, op. cit., c. 88r, [7].

84 «  questo fu detto in sustanzia, benché con più parole  » – cf. lettre du 20 avril 1499, op. cit., c. 100r-v, [5].

85 «  replicheremo le parole formali ; ma questo è il summario  » – cf. lettre du 8 octobre 1499, op. cit., c. 181v, [12].

86 Lettre du 16 juillet 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 1r, [7] ; lettre du 28 février 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 83v, [9] ; lettre du 8 juin 1499, ASF : Dieci di Balìa, Cart. Responsive 59, c. 146r, [8].

87 Lettre du 20 septembre 1498, op. cit., c. 24v, [17].

88 Jean-Marc Rivière, op. cit., p. 211.

89 Jean-Louis Fournel, op. cit., dans Jean-Jacques Marchand, op. cit., p. 92.

90 Jean-Marc Rivière, op. cit., p. 227.

91 «  ancora che  », «  nondimeno  », «  ma  » ; «  atteso che  », «  però  », «  perché  » ‒ cf. Jean-Marc Rivière, op. cit., p. 231-232. Il explique aussi que jusqu’au 5 janvier 1495, le scripteur se contentait de juxtaposer les différentes idées. Les propositions se succédaient alors sans articulations logiques. Seule la coordination et était utilisée (id., p. 228).

92 «  Parendoci conoscere quanta espettazione vostre Signorie àbbino delli successi di qua […], ci semo consumati di scrivere loro…  » ; «  Ma non cadendo || spaccio di corriero per altri, né a noi cosa che meritassi spesa, non avemo possuto scrivere…  » ; «  Partendo il Re, subito che fu fatto il giuramento per trasferirsi a Bles con ordine che la corte tutta eccetto e’ sua domestici lo seguissino pel cammino diretto, ci parse dovere mandare ser Ottaviano a sua Maestà  » ; «  E non ci trovando ancora la prefata Maestà, di nuovo avanti ieri rimandamo ser Ottaviano da quella […], perché…  » ; «  Non possendo contravenire all’ordine di quella ed intendendo che Monsignore di Roano iersera era arrivato, ci parse doverlo oggi affrontare  »… – cf. lettre du 27 février 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 79v-80r, [3-5 ; 7 ; 9].

93 Jean-Marc Rivière, op. cit., p. 232.

94 «  piaccia a Dio  » ‒ cf. lettre du 11 octobre 1498, op. cit., c. 39v, [32] ; lettre du 16 novembre 1498, op. cit., c. 49r, [10].

95 «  pregando Dio  » ‒ cf. lettre du 29 septembre 1499, ASF : Signori, Cart. Responsive 13, c. 416r, [47].

96 «  Dio ci dia grazia  » ‒ cf. lettre du 30 janvier 1499, op. cit., c. 70v, [25] ; lettre du 8 octobre 1499, op. cit., c. 183r, [24].

97 Jean-Marc Rivière, op. cit., p. 236-237 et p. 242.

98 Lettre du 24 juillet 1498, op. cit., c. 4r-v, [15].

99 Lettre du 7 novembre 1498, op. cit., c. 44r, [9] ; lettre du 27 février 1499, op. cit., c. 79v-80r, [4].

100 «  per non dare spese in vano a vostre Signorie  » – cf. lettre du 16 juillet 1498, op. cit., c. 2r, [23] ; lettre du 30 septembre 1498, op. cit., c. 32v, [41].

101 Jean-Marc Rivière, op. cit., p. 228-229.

102 «  en imitant l’exemple de nos aïeux  » («  imitando le vestigie de’ nostri progenitori  »), «  de la même manière que les Romains de l’antiquité  » («  ad imitazione delli antichi Romani  ») – cf. lettre du 28 juin 1498, op. cit., c. 137v, [2] et c. 138r, [4] ; «  poursuivre avec sa Majesté cette même amitié qui avait toujours été conservée avec ses prédécesseurs  » («  continuare quella medesima amicizia con sua Maestà, || quale s’era sempre conservata con li antecessori suoi  ») – cf. lettre du 9 septembre 1498, op. cit., c. 15v-16r, [7] ; «  comme il fit par le passé  » («  come fece per lo adietro  »).

103 «  cela reviendrait à confier des moutons au loup  » («  questo sarebbe uno dare a guardia le pecore a lupo  ») ‒ cf. lettre du 30 septembre 1489, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 30r, [14] ; «  la balle revient toujours à l’envoyeur  » («  torna il colpo delle forbice  ») ‒ cf. lettre du 30 septembre 1498, op. cit., c. 31v, [27].

104 «  nous ne perdrons pas une heure de temps  » («  noi non perderèno una ora di tempo  ») – cf. lettre du 17 août 1498, op. cit., c. 5v, [7] ; «  savoir qui sont ses vrais amis et ses vrais ennemis  » («  conoscere li amici da’ amici e li inimici da’ inimici  ») – cf. lettre du 4 septembre 1498, op. cit., c. 13r, [8].

105 Les études sur lesquelles je me suis appuyée ont pris en compte Le Prince (1513), les Discorsi sopra la prima deca di Tito Livio (1513-1519), L’Art de la guerre (1516-1520) et le Discorso o dialogo intorno alla nostra lingua (1524-1525).

106 Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini, op. cit., dans Machiavel, op. cit., p. 549, 551-552, 556-564.

107 Ibid., p. 565.

108 Ibid., p. 568-570.

109 Ibid., p. 570-571.

110 Ibid., p. 573.

111 Ibid., p. 605.

112 Ibid., p. 585.

113 «  amici per amici ed inimici per inimici  » ‒ cf. n. 110.

114 Jean-Louis Fournel & Jean-Claude Zancarini, op. cit., dans Machiavel, op. cit., p. 20-23.

115 Ibid., p. 19.

116 Ibid., p. 26.

117 Ibid., p. 24 et p. 567-568.

118 Lettre du 7 novembre 1498, op. cit., c. 45v, [24] ; lettre du 13 mars 1499, op. cit., c. 92r, [26] ; voir aussi n. 50.

119 Lettre du 30 septembre 1498, op. cit., c. 33r, [45] ; lettre du 11 octobre 1498, op. cit., c. 39v-40r, [33-34] ; lettre du 8 juin 1499, ASF : Dieci di Balìa, Cart. Responsive 59, c. 147v, [40] ; lettre du 18 juillet 1499, op. cit., c. 131r-v, [16] ; lettre du 22 juillet 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 133r-v, [5] ; lettre du 5 septembre 1499, op. cit., c. 158r, [26] ; lettre du 2 octobre 1499, op. cit., c. 180r, [11] ; lettre du 2 novembre 1499, op. cit., c. 208r, [6-7].

120 «  subito  », «  presto  », «  con celerità  » – cf. lettre du 4 septembre 1498, op. cit., c. 14r, [16] ; lettre du 6 octobre 1498, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c. 35v, [16, 19] ; lettre du 23 juillet 1499, ASF : Signori, Cart. Responsive 12, c. 50r, [2] ; lettre du 29 septembre 1499, op. cit., c. 4-16r, [51].

121 Jean-Marc Rivière, op. cit., p. 233.

122 Corrado Vivanti, op. cit., p. 403.

123 Ibid., p. 406 ; voir aussi p. 8 : «  Ces quinze années de pratique politique, diplomatique et militaire sont le laboratoire d’où sortiront plus tard ses œuvres majeures.  »

124 Jean-Louis Fournel & Jean-Claude Zancarini, op. cit., dans Machiavel, op. cit., p. 610.

125 Fredi Chiappelli, Nuovi studi sul linguaggio del Machiavelli, Firenze, Le Monnier, 1969.

126 Jean-Louis Fournel & Jean-Claude Zancarini, op. cit., dans Machiavel, op. cit., p. 545.

127 Ibid., p. 610.

128 Ibid., p. 550-551.

129 Corrado Vivanti, op. cit., p. 410.

130 «  quando io intendessi potere giovare alla vostra città con lo stare assente da quella, se non bastassi essere qui andrei molto più lontano, come ricerca l’obligo d’ogni buono cittadino  » ‒ cf. lettre du 8 mars 1499, ASF : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c.87r, [7].

131 «  Questo non diciamo punto per comodità nostra o desiderio che avessimo di tornare, quanto perché intendiamo così essere per la vostra città, per il benessere della quale non recuseremo esporre la propria vita  » ‒ cf. lettre du 13 février 1499, ASF : Signori, Dieci di Balia, Otto di Pratica, Cart. Legazioni e commissarie, missive e responsive 31, c.79r, [17].

132 Jean-Louis Fournel & Jean-Claude Zancarini, op. cit., dans Machiavel, op. cit., p. 10 ; voir aussi n. 108.

133 Ibid., p. 599.

134 Lettre du 16 juillet 1498, op. cit., c. 1r, [4-7].

135 Lettre du 11 octobre 1498, op. cit., c. 38v, [24].

136 Lettre du 20 septembre 1498, op. cit., c. 24v, [17-19].

137 Lettre du 30 septembre 1498, op. cit., c. 29v-31v, [7-21].

138 «  [r]isposi che…  », «  ringraziai  », «  fè questa conclusione  », «  [r]eplicando  », «  dìssemi  », «  disse  », «  [r]ispòsomi  » ‒ cf. lettre du 30 septembre 1498, op. cit., c. 32v-33r, [41-44].

139 Corrado Vivanti, op. cit., p. 408.

140 Bartolomeo Cerretani, Ricordi, a cura di Giuliana Berti, Firenze, Leo Olschki editore, 1993, p. 191-195.

141 Piero Vaglienti, op. cit., p. 45.

142 François Guichardin, op. cit., p. 277.

143 Piero Vaglienti, op. cit., p. 64, 68,69, 73, 75, 80 ; Piero di Marco Parenti, op. cit., p. 217, 218, 219, 234, 236, 239, 269, 277, 296, 306 ; Francesco Guicciardini, op. cit., p. 282, 284-285, 294-295, 297, 317-318 ; Bartolomeo Cerretani, op. cit., p. 7, 43-44, 184, 188, 201-202, 209-210.

144 «  […] l’emergenza di una riflessione politica nel periodo che intercorre fra le opere politico-storiografiche dei cancellieri umanisti del Primo Quattrocento e la stesura della Storia d’Italia del Guicciardini un secolo e mezzo dopo  » – Emanuele Cutinella Rendina, Jean-Jacques Marchand, Matteo Melera-Morettini, Ipotesi per una ricerca. L’emergenza del discorso politico dalla storiografia toscana minore tre Quattro e Cinquecento in Alessandro Fontana, Jean-Louis Fournel, Xavier Tabet, Jean-Claude Zancarini (dir.), Langues et écritures de la république et de la guerre. Études sur Machiavel, Genova, Name edizioni, 2004, p. 30.

145 Jean-Marc Rivière, op. cit., p. 234-235.

146 Ibid., p. 216.

147 Loc. cit.

148 Ibid., p. 202-215.

149 Corrado Vivanti, op. cit., p. 407.

150 «  uno dei membri più importanti delle Pratiche, preciso e schietto nelle sue idee, nemico dei tentennamenti e, grazie alla sua disposizione a prendere delle decisioni e ad assumere delle responsabilità, un formatore dell’opinione  » ‒ cf. Jean-Marc Rivière, op. cit., p. 227.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Magali Flesia, « Des mots pour dire, convaincre et agir. Le langage diplomatique dans les lettres de Piero Soderini et Cosimo dei Pazzi en France (1498-1499) », Cahiers d’études romanes, 30 | 2015, 121-144.

Référence électronique

Magali Flesia, « Des mots pour dire, convaincre et agir. Le langage diplomatique dans les lettres de Piero Soderini et Cosimo dei Pazzi en France (1498-1499) », Cahiers d’études romanes [En ligne], 30 | 2015, mis en ligne le 14 avril 2016, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/4818 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.4818

Haut de page

Auteur

Magali Flesia

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org