Navigation – Plan du site
Écrire l'Histoire

Catholicisme, libéralisme et positivisme au milieu du XIXe siècle

Débat autour de la création d’une nouvelle culture politique et d’une pensée séculière dans une société fortement ancrée au catholicisme
Rubén Torres Martínez
p. 171-197

Résumés

La période qui s’étend de l’indépendance du Mexique (1821) à la République restaurée (1867) est connue dans l’histoire mexicaine moderne comme une période perdue. Ce pays a connu des guerres internes, des interventions étrangères et la chute totale de son économie. Malgré cela, c’est aussi à cette période qu’apparaissent les idées fondatrices du Mexique moderne, des idées telles que la sécularisation et la laïcisation, et d’autres telles que la citoyenneté et l’éducation du peuple. Ces idées se développeront jusqu’à prendre une place primordiale dans les années qui suivent mais surtout tout au long du XXe siècle.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Mexique

Index chronologique :

XIXe
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La période qui s’étale de l’indépendance du Mexique (1821) à la République restaurée (1867) est connue dans l’histoire mexicaine moderne comme une période confuse, comme des décennies perdues. Pendant ce temps, le Mexique a connu d’interminables guerres internes, de nombreuses interventions étrangères et la chute totale de son économie. Malgré cela, c’est aussi à cette période qu’apparaissent les idées fondatrices du Mexique moderne, des idées telles que la sécularisation et la laïcisation et d’autres telles que la citoyenneté et l’éducation du peuple. Ces idées se développeront jusqu’à prendre une place primordiale dans les années à venir et surtout tout au long du xxe siècle.

1833. L’année charnière

2Après presque douze années d’indépendance, la chute de l’économie mexicaine avait fait de l’Église catholique le principal centre de controverse parmi les groupes politiques. D’un côté les radicaux qui, s’inspirant des réformes bourboniennes, demandaient l’aliénation des biens ecclésiastiques avec le but de restaurer une économie stable et auto-satisfaisante. De l’autre, les conservateurs pensaient avant tout à obtenir la reconnaissance de l’indépendance de la part du Vatican pour attirer des investissements et une «  nationalisation  » des biens ecclésiastiques, ce qui était plutôt contraire à leurs principes. Selon l’analyse de Josefina Zoraida Vázquez :

  • 1 Josefina Zoraida Vázquez «  Los primeros tropiezos  » in Historia General de México, México, El Col (...)

En 1833, le gouvernement national tenta une réforme pour résoudre le dilemme Église et État mais sans réussite. Les différences d’avis sur le rôle de l’Église donnèrent lieu à des divisions politiques profondes, ce qui aviva une crise énorme dans un pays catholique intolérant. Les défenseurs du slogan «  liberté et progrès  » considéraient qu’il était fondamental d’arracher le pouvoir temporaire à l’Église, tandis que pour ses adversaires, ce qui était vraiment important c’était la restauration de l’ordre public grâce à son aide, comme au temps du vice-royaume 1.

  • 2 José María Luis Mora et Valentín Gómez Farías ont calculé que, sur un budget de treize milliards de (...)

3Les causes de la banqueroute étaient : la fuite des capitaux, une guerre interne sans fin, la destruction des industries (minière et agricole), l’abandon du commerce, le manque de main-d’œuvre. Toutefois, le facteur le plus important était le poids d’une armée nombreuse qui engloutissait tout le budget 2. Parmi les points proposés par le programme libéral, nous pouvons noter les suivants :
A) liberté totale d’opinion et suppression des lois répressives contre la presse,
B) abolition des privilèges du clergé et de l’armée,
C) suppression des institutions monastiques,
D) reconnaissance et classification de la dette publique,
E) augmentation du nombre de propriétaires,
F) fin du monopole de l’Église catholique sur l’éducation,
G) abolition de la peine capitale pour les délits politiques,
H) garantie de l’intégrité du territoire mexicain avec la création de nouvelles colonies pratiquant la langue et les coutumes mexicaines.

4L’idée du projet était simple et logique mais très radicale pour un pays qui avait vécu une colonisation spirituelle d’environ trois cents ans : tout d’abord détruire les privilèges ecclésiastiques et saisir les biens «  morts  » de l’Église pour les faire travailler en faveur de la richesse nationale. Selon ce raisonnement, les dîmes étaient volontaires et non plus obligatoires. Détruire ensuite le monopole éducatif de l’Église avec la création de nouveaux espaces éducatifs sans la présence des religieux et, enfin, supprimer les privilèges militaires et réduire leur nombre, c’est-à-dire diminuer l’importance de l’armée. Les réformes étaient donc plutôt progressistes et montraient déjà la nécessité qu’avait le pays de se libérer d’un sujet hérité de l’époque coloniale. Mais peut-être les circonstances n’étaient-elles pas les meilleures. Ce programme n’aboutit pas à cause des pressions exercées par les groupes conservateurs, comme l’armée et l’Église catholique. Quoi qu’il en soit, nous pouvons clairement constater que l’année 1833 fut fondatrice de l’histoire du Mexique moderne.

Les conservateurs et l’élaboration d’une idéologie. Le rôle de Lucas Alamán

  • 3 Alfonso Toro, La Iglesia y el Estado en México, México, Ediciones el Caballito, 1927, p. 133.

5Au lendemain de la perte du Texas en 1836, le Congrès mexicain proclama les «  sept lois constitutionnelles du libéralisme centraliste  », qui transformaient en fait réel la séparation des pouvoirs. Dans cette logique, en 1841 Santa Anna reprit la présidence et demanda un crédit à l’Église catholique et en même temps se présenta comme le «  générateur de la République et le défenseur de la religion 3  ». Santa Anna avait proposé un projet de Constitution libérale qui autorisait partiellement la liberté de cultes, qui laissait la porte ouverte aux religions autres que la catholique. La liberté des croyances était admise mais l’Église catholique gardait le monopole de l’éducation. Malgré cela, le clergé a réfuté le projet.

  • 4 Luis González précise ces sept points : «  1. On désire conserver la religion catholique […] garder (...)
  • 5 Burke Edmund, Reflections on the Revolution in France: and on the proceedings in certain societies (...)

6Lucas Alamán était alors le dirigeant du parti conservateur ; son expérience et son intelligence faisaient de lui un homme aux idées claires et élaborées. C’est pourquoi il était très respecté dans le domaine de la politique nationale, même ses adversaires reconnaissaient en lui un homme hors du commun. Il présenta en 1852 son idéologie politique synthétisée en sept points 4. Avant la publication de l’idéologie d’Alamán, le parti conservateur était composé d’individus dispersés dans tout le pays. Il s’agissait de militants du conservatisme qui n’avaient pas une idée claire de ce que cela signifiait et, plus encore, qui ne savaient pas quel chemin suivre. Les conservateurs de la bureaucratie travaillaient avec n’importe quelle administration. L’armée, quant à elle, suivait Santa Anna, qui parfois était fédéral, parfois centraliste et parfois même clérical. L’Église, sans la ligne du Vatican était toujours perdue dans des débats ; il suffit de citer celui de la tolérance religieuse. L’œuvre d’Alamán a donc permis d’éclairer les militants du parti conservateur. Suite à la divulgation de sa pensée idéologique, le parti conservateur a pu élaborer une doctrine claire et, plus important encore, a permis à tous les militants de se fédérer autour de lui. Alamán savait que le retour à l’ancien régime était presque impossible. Mais il avait observé que la structure sociale, économique et administrative, héritée de la colonie opérait toujours, pas de la même façon qu’avant l’indépendance certes, mais elle fonctionnait. Il était nécessaire de la reprendre. Edmund Burke avait dit : «  Il faut changer pour préserver, et il faut préserver pour changer 5  ». Voilà donc l’idéologie d’Alamán, fidèle lecteur de Burke, qui a transmis cette pensée au parti conservateur. Il était convaincu que le système colonial était le meilleur pour le Mexique. Pendant la colonisation, la paix sociale, l’ordre et la prospérité s’étaient développés, il était indispensable de rétablir ce système. À partir de cela, il a établi une alliance avec l’Église et l’armée, les deux acteurs sociaux les plus favorisés du système colonial. Avec son œuvre Historia de México, qui parut entre 1851 et 1853 (en trois volumes), Alamán promouvait le retour de Santa Anna pour gouverner le Mexique. D’après lui, même si Santa Anna n’était plus le soldat imbattable des jours de l’indépendance, il était du moins l’homme de toutes les situations. Dans une lettre très ferme signée le 23 mars, il exposait à Santa Anna les principes des conservateurs ainsi que les conditions voulues par le parti pour gouverner avec lui :

  • 6 Lucas Alamán, «  Carta al general Santa Anna  » in Justo Sierra, «  Evolución Política del pueblo m (...)

7On vous propose un accord :
1) Intolérance religieuse absolue, la religion catholique est l’unique lien existant entre les Mexicains ; pas d’inquisition ni de persécutions, mais la guerre aux œuvres impies.
2) Un gouvernement fort, mais attaché à des principes et à des responsabilités.
3) Extinction complète du système fédéral et de toute élection populaire.
4) Organisation d’une armée compétente et ajustée aux nécessités du pays.
5) Aucun Congrès. Santa Anna bien conseillé, est et sera toute la Constitution 6.

  • 7 Secretaría de Fomento, Colonización, Industria y Comercio, fondée le 22 avril 1853.

8Finalement, Santa Anna décide de faire d’Alamán le chef de son cabinet et de gouverner avec les conservateurs. Immédiatement ce dernier crée un ministère 7 assez puissant pour s’assurer que ce soit lui qui commande le pays. Il essaie de faire redémarrer l’économie. Santa Anna, quant à lui, déjà complètement résolu à construire un gouvernement de tendance conservatrice commençait à expulser les libéraux les plus renommés. Le 2 juin 1853 la mort intempestive d’Alamán laissait sans leader et sans orientation un projet politique déjà installé au pouvoir. Santa Anna essaya, sans succès, de poursuivre la tendance conservatrice. Quoi qu’il en soit, Alamán avait réussi à organiser et à s’entourer du parti conservateur ; il avait également donné un corpus à sa doctrine, une idéologie et une théorie achevée, mais il n’a pas eu le temps de la mettre en pratique. Nous pourrions dire que sa mort est arrivée au moment de la praxis du conservatisme. Avec sa disparition, l’idéologie conservatrice était, elle aussi, à demi morte. Cependant, lors de cette période, Santa Anna avait profité du leadership d’Alamán pour poursuivre un double jeu avec l’Église : d’un côté il se présentait comme le défenseur de la foi et, en même temps, il prenait les ressources économiques de cette même Église pour la frapper juridiquement. Ainsi, en 1853, Santa Anna imposa une dictature qui gardait en haute estime la religion catholique. Cela a été vu comme un triomphe des conservateurs.

Les libéraux

9De leur côté, les libéraux n’avaient pas de leader de l’envergure d’Alamán, mais des personnages tels que Benito Juárez, Melchor Ocampo, Miguel Lerdo de Tejada et Ignacio Comonfort ont commencé à être bien identifiables dans le camp des opposants aux conservateurs. Les libéraux avaient plutôt repris des idées que José María Luis Mora avait développées pendant son exil en Europe (comme Alamán chez les conservateurs, Mora s’est imposé comme le leader intellectuel chez les liberaux). Pour Mora, la séparation de l’État et de l’Église était indispensable. L’État avait deux buts immédiats : la prise de contrôle de l’éducation et la consolidation d’une classe de propriétaires. Mora appelait ses rivaux politiques les forces du recul. Gerardo Torres Salcido atteste en ce sens que :

  • 8 Gerardo Torres Salcido, Ciudadanía y Cultura Política. Intelectuales mexicanos de fin de siglo XIX, (...)

Mora a créé le qualificatif de «  recul  » pour l’appliquer aux forces politiques qui aspiraient à la continuité de la situation coloniale et à l’établissement d’une Constitution qui réunissait le passé centraliste espagnol et les corporations, surtout l’ecclésiastique et le militaire 8.

10Par opposition à Alamán, Mora était plutôt un lecteur de Montesquieu, Buffon et Humboldt, mais tous les deux connaissaient très bien la pensée des Lumières. Pour Mora, le problème du Mexique était qu’il se trouvait perdu entre deux époques : le pays n’était plus l’État mercantile qui contrôlait la vie économique, mais n’était pas non plus un État libéral qui impulsait le libre marché et l’intérêt individuel avec une forte présence citoyenne.

11Le concept de citoyenneté sera, par conséquent, le centre de sa pensée. Il y aura donc une prépondérance des idées libérales pendant la seconde partie du xixe siècle. Pour Mora le concept de citoyenneté était exclusif : pour devenir citoyen, un processus éducatif était indispensable mais il fallait aussi être propriétaire. L’éducation et la propriété étaient donc les deux enjeux principaux pour abandonner l’État colonial de façon définitive. Il croyait en la création d’une nouvelle classe sociale, «  la paysanne  » (entrepreneurs, artisans, maraîchers, avocats, employés, etc., tous propriétaires). Cette classe construirait, selon lui, un nouvel État. Dans ce domaine Mora et Alamán s’accordaient en constatant que l’État, postcolonial et d’avant la Réforme, était un État assez soumis au pouvoir de l’armée et de l’Église. Pour les deux intellectuels, la professionnalisation de l’armée était nécessaire ; elle devait être un contrepoids pour l’Église. Mais tandis qu’Alamán essayait d’établir une alliance avec ces secteurs, Mora préférait les combattre ouvertement ; cela explique les réformes de 1833 (Loi Gómez Farías). De la même façon, Mora niait toute la tradition vernaculaire alors qu’il voyait les Indigènes comme très attachés à leurs habitudes et à l’Église. Finalement, il pensait que le combat contre les conservateurs devait avoir lieu dans le domaine éducatif. Il était nécessaire d’arracher le monopole de l’éducation à l’Église pour commencer un réel glissement vers un État libéral et vers la voie de la Réforme. D’ailleurs, on peut observer que libéraux et conservateurs partageaient certaines de ces idées, mais pas suffisamment pour être d’accord. Gerardo Torres Salcido ajoute à ce propos :

  • 9 Ibid., p. 90-91.

À cette époque prédominait la référence aux sociétés civilisées. La vie publique nationale a été comparée à celle de l’Europe française, et à celle des États-Unis qui brillait par son dynamisme industriel et commercial ; ou de l’autre côté les conservateurs, avec l’Espagne monarchique qui par sa stabilité permettait l’unité de la religion et de l’État 9.

12Il faut également préciser que vers le mois d’août 1855, Santa Anna quitta le pays pour ne jamais revenir, et avec lui une période très importante de l’histoire moderne du Mexique. En décembre de la même année, Juan Álvarez fut élu président de la République et il forma immédiatement un gouvernement dominé par les libéraux et les réformistes. Ces derniers ont donc commencé à mettre sur pied leur projet politique avec force et modération en même temps. Mais, très tôt, les réformes vont se heurter à l’opposition du clergé et des secteurs conservateurs, secteurs qui n’étaient plus organisés de la même manière et qui n’avaient plus la même essence conservatrice du temps où Alamán était au pouvoir.

La Constitution de 1857 et la guerre des «  Trois ans  »

  • 10 Le Pape Pie IX a déclaré «  nulles et invalides  » les lois de Réforme et la Constitution mexicaine (...)
  • 11 Le clergé avait expliqué que la guerre des « Trois ans  » avait commencé officiellement le 31 mars (...)

13Au milieu des années 1850, nombre de lois vont surgir sur la scène sociale mexicaine, des lois telles que la Ley Juárez, la Ley Lerdo et la Ley Iglesias. Elles ont toutes, réveillé le secteur conservateur le plus dur du pays et vont toutes, effectivement, s’imposer en 1855. La Ley Juárez, qui restreignait les privilèges ecclésiastiques, frappa encore les privilèges de l’Église catholique avec l’élimination de la reconnaissance juridique de l’institution face à l’État libéral. Peu après, la Ley Lerdo, qui mettait en place la nationalisation forcée des biens immeubles des corporations civiles ou ecclésiastiques, proclama la nationalisation forcée des propriétés rurales et urbaines des corporations civiles et religieuses et finit par confisquer tous les biens et toutes les possessions de l’Église dans le pays, enfin, pour terminer, la Ley Iglesias, qui interdisait à l’Église le contrôle des cimetières et la demande d’argent pour les services ecclésiastiques, annula tous les droits civiques du clergé. Toutes ces lois sont ratifiées et assimilées par la Constitution de 1857, qui limita nettement l’influence et le pouvoir de l’Église catholique au sein du Mexique indépendant. La réponse de Rome arriva alors avec un communiqué du Pape Pie IX (1846-1878), qui déclarait tout simplement la Constitution non valide 10. Le Mexique suspendit alors ses relations diplomatiques avec Rome et le parti conservateur lança un appel à la résistance, avec le soutien du Pape Pie IX, et une guerre s’engagea entre 1858 et 1861 11.

  • 12 C. Turner Frederick, «  The compatibility of Church and State in Mexico  » in Journal of Inter-Amer (...)
  • 13 Ibid.., p. 594.

14Il faut dire que, d’après Frederick C. Turner 12, le clergé mexicain ne s’opposait plus à l’établissement d’un nouvel État indépendant, sa perception des choses avait évolué avec le temps. Ainsi, pour le clergé mexicain, la Constitution était «  l’expression d’un pays libre et personne n’a le droit de s’y opposer […] le clergé qui s’oppose est dans l’erreur et la prise d’armes va contre les lois de Jésus Christ 13  ». Malgré tout, Rome soutint le parti conservateur durant la guerre des «  Trois ans  », afin de garder son autorité vis-à-vis de la population, mais surtout aux yeux des autorités libérales.

15Si nous analysons la Constitution de 1857 dans le détail, nous constatons qu’elle n’affecte pas les convictions religieuses de la population mexicaine, mais les privilèges de l’Église catholique, surtout les privilèges économiques, source de pouvoir. Cela peut expliquer la prise de position du clergé mexicain : face au risque de tout perdre, les hommes d’Église présents sur le terrain préfèrent garder leur influence dans le domaine spirituel. À partir de la Constitution de 1857, les libéraux réussirent également à réduire de façon radicale le pouvoir économique et politique de l’Église qui, par ailleurs, continuait à être l’unique groupe privilégié datant de l’époque coloniale, l’unique groupe ayant conservé tous ses privilèges et son statut d’avant l’indépendance. Le triomphe des libéraux après la guerre des «  Trois ans  » confirme les limites imposées à l’Église catholique. Mais la tentative d’imposer un empire européen au Mexique offrit l’opportunité à l’Église de recouvrer ses privilèges. Rome et le Pape Pie IX bénirent l’intervention de Napoléon III, qui cherchait à imposer Maximilien Ier de Habsbourg d’Autriche comme Empereur du Mexique. Le clergé mexicain fut le premier à l’accueillir chaleureusement et à le soutenir.

16En fait, le Concile du Vatican I (1869) a établi l’«  infaillibilité du Pape  » ainsi que l’opposition au «  panthéisme, au matérialisme et au rationalisme moderne  ». Pour le continent américain l’épiscopat a été restructuré suite à la guerre d’indépendance et un nombre important de prêtres provenant de Rome sont arrivés en Amérique. Cette fois-ci le clivage État/Église était évident, les camps bien définis et les acteurs, pour la première fois depuis l’indépendance, avaient conscience de la lutte qui allait commencer. Dans les années suivantes la Réforme, la Contre-Réforme, le Second Empire et la Réforme Restaurée définiront à jamais l’identité des Mexicains. Deux camps, deux partis, deux identités, deux projets et un seul pays. D’après plusieurs historiens et analystes sociaux, à ce moment-là, au milieu du xixe siècle, les personnages avaient vu leurs idées et leurs projets mûrir, la lutte pour s’imposer a donc été dévastatrice (surtout pour le camp des vaincus, dans ce cas précis, les conservateurs).

Juarez, l’intervention française et la République restaurée

  • 14 Manuel Olmón Nolasco, «  Proyecto de Reforma de la Iglesia en México. 1867-1875  » in Álvaro Matute (...)

17La présidence de Benito Juárez fut à la fois la dernière étape et la confirmation du processus de réformes libérales. La France, et plus précisément Napoléon III, a cherché à imposer une monarchie au Mexique avec le soutien des conservateurs et de l’Église catholique entre 1864 et 1867. Maximilien de Habsbourg est allé à l’encontre d’un accord avec le Vatican au moment où ce dernier cherchait une conciliation entre les réformes libérales, ses principales approches et le nouveau régime. L’idée était inacceptable pour l’Église, «  soit en vertu d’un arrangement, soit au sein d’un cadre juridique 14 ». Alors que l’Église catholique avait appuyé l’arrivée de Maximilien de façon surprenante, ce dernier refusa une restauration du pouvoir de l’Église catholique et affirma sa tolérance religieuse, qu’il voulait promouvoir dans l’Empire. Le clergé mexicain surpris décida de ne plus reconnaître l’Empereur. En effet, il déplorait la tolérance religieuse promue par le gouvernement impérial.

18En fait le président Lerdo de Tejada intégra les lois de la Réforme à la Constitution de 1857 pour marquer définitivement le triomphe des libéraux. En 1874, le Congrès approuva la «  Loi organique des additions et réformes constitutionnelles  » promue par Lerdo de Tejada et où sont définis deux principes du Mexique moderne : la séparation État/Église et la liberté religieuse. On pourrait affirmer que le processus de sécularisation de la société mexicaine démarrait de façon définitive. Une fois la guerre d’intervention terminée, les libéraux se sont, par conséquent, trouvés face au défi de la reconstruction de la nation mexicaine. La demande la plus populaire était simple : un gouvernement capable d’offrir une paix sociale stable. Les libéraux commandés par Benito Juárez ont ainsi décidé d’en finir avec leurs ennemis en les éliminant ou en les expulsant du pays. Cela explique la deuxième expulsion des Jésuites et des religieuses de la congrégation des «  sœurs de la charité  », du territoire mexicain en 1873, décrétée par le président de la République.

19Les libéraux cherchaient à dépasser le stade de la guerre pour arriver à un stade industriel ; pour eux, l’exemple à suivre était celui des États-Unis d’Amérique même si, déjà à l’époque, cela faisait peur aux historiens. D’après Justo Sierra :

  • 15 Justo Sierra, «  Evolución Política del pueblo mexicano  » in op. cit., p. 364.

Il s’agissait de la République […] il était nécessaire que le pays passe de l’ère militaire à l’industrie et qu’il y passe vite, parce que le géant grandissait à nos côtés et s’approchait de plus en plus de nous ; par suite de l’essor manufacturier et agrarien de ses États frontaliers et du développement de ses chemins de fer, il tendrait à nous absorber ou à nous dissoudre s’il nous trouvait faibles 15.

  • 16 Ces «  30  » seront divisés en dix-huit lettrés et douze militaires, parmi eux, des noms ressortent (...)
  • 17 Justo Sierra, «  Juárez su obra y su tiempo  », op. cit., p. 517.

20Le 16 septembre 1867 à Guanajuato, lors des festivités du «  cri de Dolores  » et de la commémoration de l’indépendance du pays, Gabino Barreda, face au président Juárez, énonce sa célèbre «  Prière Civique  », qui se résumait en trois mots «  Liberté, Ordre et Progrès  ». C’était la naissance du positivisme mexicain qui, sur le moment, avait captivé les libéraux. Même Juárez a été fasciné par le discours exposé par le disciple d’Auguste Comte. Cette «  Prière Civique  » marquera les esprits du nouveau gouvernement et donnera un dogme à suivre désormais par toute une génération. Le 22 septembre de la même année, Juárez est réélu à la présidence de la République, les pouvoirs, législatif et judiciaire, étaient de la même tendance libérale et désormais positiviste. Le pays serait ainsi conduit par ceux qu’on appelait «  les 30  », des hommes libéraux, tous engagés dans la guerre contre l’empire, certains dans le milieu des intellectuels, d’autres dans le domaine de la lutte armée 16. Mais tous avaient en commun l’idée que l’Église catholique constituait l’un des principaux malheurs du pays, même si une grande partie d’entre eux était, dans leurs vies privées, des catholiques pratiquants. Seuls Juárez et Romero se sont définis publiquement comme «  non catholiques  » et plus proches du protestantisme. «  Je désirerais que le protestantisme devienne mexicain en conquérant l’Indien ; ils ont besoin d’une religion qui les oblige à lire et non pas à dépenser leurs économies dans des cierges pour des saints 17  », disait Juárez à Sierra dans un entretien. Donc le débat était plutôt tourné vers la pratique de la religion : devait-elle être encadrée dans le domaine privé ou continuer à être publique.

Le programme libéral

21Les libéraux, avec Juárez à leur tête, avaient pour ambition de faire sortir le Mexique de l’immobilisme et de le placer aux premiers rangs, comme les États‑Unis, par exemple. Pour cela Juárez et ses hommes pensaient que le texte de la Constitution de 1857 apporterait l’ordre politique, social et économique que la nation attendait. La première mesure prise fut le respect absolu du fédéralisme, la séparation des pouvoirs, la participation populaire dans la vie publique par le moyen du vote et les droits civiques. Les révoltes continuaient à être des phénomènes habituels et pour les combattre le gouvernement adopta une politique de «  main de fer  » qui bientôt donnerait une paix relative au pays. Malgré tous les efforts faits pour la République Restaurée, la migration européenne n’a pas été importante, elle a, à peine, atteint sept mille Européens émigrés au Mexique en dix ans. Dans le programme libéral il y avait aussi l’idée de la division de la propriété terrestre avec trois défis : la vente des terres improductives, la nationalisation forcée des biens de l’Église et la suppression des haciendas. Un autre facteur d’importance dans ce programme était la foi que les libéraux avaient dans le développement des moyens de communication, spécifiquement du train. La construction des rails était le sujet principal de l’agenda libéral. Les libéraux concevaient également l’individualisme comme le moteur de la société. Parallèlement à ce projet, la République Restaurée avait programmé toute une série de réformes ayant pour but de transformer la culture et les mentalités mexicaines. À ce sujet Luis González affirme :

  • 18 Luis González, «  El liberalismo triunfante  », op. cit., p. 643.

Pour devenir vraiment émancipatrice, la République Restaurée, avait aussi programmé la liberté religieuse et de presse, le transculturation de l’Indien, l’école gratuite, laïque, obligatoire et positiviste et la promotion du nationalisme dans les lettres et les arts. Au total le programme proposait de détruire une tradition culturelle intolérante, chic, antiscientifique et colonialiste […]. Pour les libéraux un antagonisme indomptable existait entre les antécédents historiques du Mexique et sa croissance à l’avenir 18.

22Comme dans tant d’autres nations du continent américain, au Mexique l’idée de la transculturation de l’Indien était une priorité pour le gouvernement républicain. Il était d’abord nécessaire de transformer et, ensuite, de nier le passé vernaculaire du pays :

  • 19 Justo Sierra, «  Evolución Política del pueblo mexicano  », op. cit., p. 369.

Juárez croyait de son devoir, devoir de race et de croyance, de tirer la famille indigène de sa prostration morale, de la superstition, de l’abjection religieuse, du fanatisme, de l’abjection mentale, de l’ignorance, de l’abjection physiologique, de l’alcoolisme, pour en faire un meilleur état, même s’il était lentement meilleur, et l’instrument principal de cette régénération, l’école, a été son désir ardent et sa dévotion 19.

23De la même façon, le gouvernement juarista voulait que la religion catholique s’adapte à de nouvelles circonstances, à la modernité, qu’elle soit tolérante avec la science et ouverte aux autres religions. Cela explique, en partie, l’adoption du positivisme par le gouvernement à ce moment-là. Selon Luis González :

  • 20 Luis González, «  El liberalismo triunfante  », op. cit., p. 644.

Trois idéaux précis : catholicisme protestant, sans le clergé, sans se mêler de politique, pour un usage privé ; un libéralisme sans libertinage pour la vie publique et une science, fondation du progrès matériel, pour le travail. C’est-à-dire : religion libéralisée, liberté pour la controverse politique et éducation scientifique universelle et par là-même obligatoire et gratuite 20.

  • 21 Ibid., p. 646.
  • 22 Ibid., p. 647.

24C’était là le programme libéral de la République Restaurée, mais la réalité du pays n’était pas la meilleure pour développer un tel programme. D’abord l’apathie de la population pour les affaires publiques était évidente à chaque élection politique. Ensuite, les habitudes d’un pays toujours en guerre ne laissaient pas d’espace pour un ordre et un droit civique. Le manque de population et l’échec gouvernemental dans sa politique de migration étaient manifestes. La répartition des terrains était difficile là où la culture du péonage était toujours ancrée et où n’était pas développée une culture du travail libre et rémunéré. De plus, la fausse idée, très répandue à l’époque de l’indépendance, que le Mexique était le pays le plus riche du monde n’arrangeait guère les choses. Tous ces facteurs n’aidaient en rien au développement du pays et à la mise en marche du programme libéral. L’Église catholique défendait toujours son «  droit divin  » à être un sujet de la vie publique et refusait l’idée de rester dans l’aspect privé. Selon Luis González : «  L’esprit religieux de Rome ne communiait pas avec l’idéal de Melchor Ocampo de circonscrire la religion catholique au cloître de la conscience et de la moralité privées et moins encore avec la solution juarista de permettre la croissance d’autres religions, surtout les protestataires 21  ». Mais, le domaine dans lequel la religion catholique a été la plus féroce et la plus fermée fut celui de l’éducation, où elle monopolisait presque la totalité des espaces dédiés à l’instruction. Il faut ajouter que sur huit millions de Mexicains, six millions se disaient catholiques apostoliques et romains et les deux millions restants se définissaient comme simples catholiques. Face à ce tableau, la République Restaurée a trouvé nombre d’obstacles à dépasser et a connu plusieurs échecs (mais les succès ont aussi été nombreux). Luis González ajoute que : «  Peut-être qu’on l’appelle dictature illustrée mais moins dure et plus illustrée que celle de la fin de l’époque coloniale. Ce n’était jamais une tyrannie ; or la loi était au-dessus des gouvernants, mais elle n’était pas non plus une démocratie similaire à l’américaine 22  ». Cela explique les dures répressions contre les révoltes sans prendre en compte leurs demandes ou leurs origines. Il faut mentionner les différentes révoltes : l’indigène de 1868, la militaire de 1871, la religieuse de 1874 et la séparatiste de 1875, parmi les plus connues. Mais toutes ont été durement réprimées. Selon les propos de Justo Sierra :

  • 23 Justo Sierra, «  Evolución Política del pueblo mexicano  », op. cit., p. 378.

Une tentative téméraire de guerre civile, sous un prétexte religieux, a été organisée au Michoacán avec des éléments ruraux d’espèce infime, et a ensanglanté l’État […] c’était une ‘Vendée’ mexicaine […] comme celles qui ont suivi en France après la proclamation de la première république et qui ont été, au début, un mouvement en faveur de la monarchie et contre la Constitution civile du clergé 23.

25La pacification du pays fut lente mais progressive. Parallèlement, démarrait une réorganisation administrative dans les secteurs financier et militaire. Ainsi, la dette externe a été renégociée et l’armée diminuée. Le ministre Iglesias a été l’opérateur de ce succès. En outre, les secteurs ouvrier et de l’artisanat du pays ont connu un développement jamais constaté jusqu’alors. Les ouvriers et les artisans ont commencé à s’organiser et ont découvert le travail libre et rémunéré ; ils ont créé des sociétés ouvrières qui deviendraient des syndicats quelques années plus tard. Malheureusement pour la République Restaurée, les paysans ont continué à travailler dans le système du péonage et n’ont pas suivi l’exemple des ouvriers et des artisans.

26Un succès important a été celui de la liberté d’expression. Par ailleurs, la loi Martínez Castro, de décembre 1867, établissait une éducation primaire obligatoire, laïque et gratuite. En 1868, Gabino Barreda créa l’École Nationale Préparatoire (ENP) suivant un modèle universaliste et positiviste à la fois. Cela a représenté, peut-être, le plus grand succès de la République Restaurée : arracher le monopole de l’éducation à l’Église catholique et mettre en marche une culture qui cherchait à laïciser le pays. Même si la religion catholique allait demeurer la plus répandue et la plus suivie, d’autres religions sont apparues dans le pays ; mais le plus important était que le sujet de la religion cessait d’être un sujet de la vie publique et se limitait à la sphère privée. Les années s’écoulant de 1867 à 1877 sont connues, nous l’avons vu, comme celles de la République Restaurée. Au lendemain du triomphe des libéraux républicains sur l’invasion française, les vainqueurs ont finalement essayé de mettre en marche leur projet : la Constitution de 1857. Mais l’expérience traumatisante de la guerre contre l’empire et les conditions du pays à ce moment-là ont obligé les libéraux à modifier, dans certains cas, ou bien à approfondir, dans d’autres, les principes, les préceptes et les lois de cette Constitution.

Importance du libéralisme pour l’avenir

27Il faut reconnaître que l’État appelé juarista a donné les bases sur lesquelles sera construit l’État post-révolutionnaire mexicain du xxe siècle. Le PRI du xxe poursuivra de nombreux enjeux et principes de cet État juarista. L’un d’eux sera, justement, la reprise du clivage État/Église qui, à partir du triomphe de la république libérale, sera approfondi. De nouveaux acteurs surgiront tels que les positivistes, qui seront des alliés de l’État libéral juarista dans sa lutte contre l’Église catholique. Certes, ces dix années prendront fin avec la révolte et la prise du pouvoir de Porfirio Díaz, mais elles ont également suffi pour construire dans l’imaginaire collectif, dit social, l’idée d’une lutte entre un État libéral laïque et progressiste et une Église catholique conservatrice et promotrice d’un ancien régime colonial. Avec le décès de Juárez et l’arrivée au pouvoir de Sebastián Lerdo de Tejada (1817-1889), le processus de la Réforme toucha à sa fin, et à sa radicalisation maximale en même temps. Pour l’historien Justo Sierra, un facteur qui a joué en faveur du succès moyen de la République Restaurée a été la mort de Juárez le 18 juillet 1872, dans le sens où, d’un côté, elle a mis un terme à la plupart des révoltes internes, mais aussi parce que la mort du leader a obligé les libéraux à se radicaliser dans leur principes s’ils voulaient faire arriver à bon port la cause juarista.

Le «  porfirisme  »

28Nous l’avons démontré, la République Restaurée marque jusqu’à aujourd’hui une rupture dans l’histoire du Mexique. Si nous regardions l’agenda libéral de la République Restaurée, nous pourrions penser que le succès a été faible, mais si nous analysions les faits et les conditions dans lesquels l’agenda a été appliqué, nous devrions reconnaître qu’elle a été formidable pour atteindre ses objectifs. Il y aura un avant et un après République Restaurée. Avant, le pays était un long territoire violent et sans loi, toujours en guerre interne. L’Église catholique était l’instigateur des chemins à suivre toujours dans un système colonial. Il n’existait pas une réelle idée de pays ou de nation mexicaine. L’instruction se limitait aux plus riches et à l’apprentissage des dogmes catholiques. L’Indien était en permanence considéré comme un enfant. En outre, sur le plan international le Mexique était considéré comme une tombe économique et sociale. Après la République Restaurée, malgré la méthode violente, la paix sociale arriva et un État de droit est né alors. L’Église a perdu le monopole de l’instruction et en même temps, beaucoup des pouvoirs qui lui avaient permis de manipuler la société. Par ailleurs, l’idée d’un pays s’est construite à partir des connections qu’offraient les chemins de fer. L’instruction au devenir positiviste est également devenue scientifique et éloignée des dogmes religieux. L’Indien a commencé à être considéré comme un individu capable de devenir un citoyen libre et propriétaire. Et, finalement, aux yeux des autres pays du monde, le Mexique commençait à être perçu comme un pays capable de sortir des longues guerres intestines qui le minaient pour devenir un État de droit, en paix sociale et sûr dans le domaine économique. Toute cette période, qui démarre et qui s’étend sur une trentaine d’années, sera connue dans l’histoire du Mexique sous le nom de porfirisme.

Le rôle du positivisme

  • 24 Le positivisme est une école philosophique qui affirme que la seule connaissance authentique est la (...)

29Nous voudrions revenir sur le rôle que le positivisme a joué dans la République Restaurée 24. Comme nous l’avons déjà signalé, la «  Prière Civique  » de Gabino Barreda avait marqué les esprits des libéraux, au point que le président Juárez avait donné à Barreda la mission de créer un espace de formation pour les futurs citoyens qui combattait le fanatisme religieux répandu dans tout le pays ; cet espace sera l’École Nationale Préparatoire (ENP). Mais qui était Gabino Barreda ? En quoi consistait le positivisme mexicain qu’il avait présenté aux libéraux ? Barreda était un ancien élève d’Auguste Comte, le père du positivisme, qui avait suivi une éducation privilégiée en France ; il tirait du système de Comte l’analyse historique et son importance pour la compréhension de la société (dans ce cas, l’histoire du Mexique pour la compréhension du pays). À partir de cette étude, Barreda parlait de la nécessité de réformer la société mexicaine à partir des outils que donnait la Constitution de 1857. Cette réforme finirait par donner un droit positif qui adapterait à son tour les lois à la réalité sociale mexicaine. Dans sa «  Prière Civique  », il appliquait la méthodologie positiviste pour expliquer le devenir historique du pays ; il s’agissait d’une réflexion sur la nécessité de créer une citoyenneté mexicaine forte. Aussi, en suivant les arguments d’un libéral classique comme Mora, Barreda parlait des étapes historiques que le Mexique avait déjà traversées, en le plaçant au «  moment critique  » d’une vie publique qui était en train de dépasser l’étape religieuse de son histoire. Gerardo Torres Salcido nous fait remarquer que :

  • 25 Gerardo Torres Salcido, op. cit., p. 100.

Pour Barreda, le libéralisme avait été le moyen d’imposer une sécularisation politique. Mais maintenant, il était nécessaire de dépasser définitivement ce libéralisme par le biais de la formation d’une opinion publique homogène qui garantissait, finalement et définitivement, la paix sociale […]. À la façon de Comte, Barreda pensait que l’origine de ce «  moment critique  » au Mexique avait une triple source émancipatrice : la fondation des sciences positives, le déclin de la religion catholique et la croissance de la subversion politique 25.

30Barreda tirait donc du parti triomphant de la guerre, le parti libéral, le sujet qui devait créer ces deux conditions : la citoyenneté et le dépassement définitif de l’étape religieuse. Et l’outil pour atteindre ces objectifs était l’éducation. Il réussirait à promouvoir sa doctrine lorsque le parti libéral apparaîtrait comme le gardien de l’humanité :

  • 26 Ibid., p. 101.

Barreda n’hésite pas à monter sur la vague libérale et à se convertir en son porte-parole. Le parti libéral avait sauvegardé le principe républicain pour l’humanité. Sans le Mexique, ce principe aurait disparu de la surface de la terre, dans la mesure de l’agression contre la nation mexicaine ; avec Napoléon III à sa tête, se trouvait réellement dirigée vers les États-Unis, qui se débattaient dans une guerre civile. Cette grandiloquence en arriva au point de considérer la lutte contre l’invasion française comme une réédition des guerres médiques des Athéniens démocrates contre les Perses despotiques 26.

  • 27 Ibid., p. 102.

31Ensuite Barreda faisait du Métis le créateur de l’unité nationale et de la modernité (le paradoxe de l’histoire nationale selon ce dernier). Finalement, le positiviste appelait à la création d’un espace de pouvoir qui modelait les consciences et marquait les esprits, un espace différent de celui offert par l’Église catholique. Gerardo Torres Salcido ajoute : «  L’État devait intervenir plus activement dans l’instruction et dans la promotion d’un plafond commun de vérités, comme l’élément nécessaire pour la consolidation de la nation. Et ce nouvel ordre devait être le moyen idéal pour en arriver au progrès, c’est-à-dire à la modernité 27  ». Le souhait de Barreda était que l’État s’engageât dans son projet de nation en marche vers la modernité. Juárez avait trouvé dans la «  Prière Civique  » l’arme parfaite pour son combat contre l’Église catholique et le clergé. L’idée de créer un espace de formation des consciences et des citoyens allait de pair avec ses propres idées et croyances républicaines, qu’il préconisait alors. Tout cela l’avait poussé à se rapprocher du positivisme.

32La loi sur l’instruction publique du 2 décembre 1867, dite loi Martínez Castro, a réorganisé l’éducation à tous les niveaux, mais le plus important résidait dans le fait que l’éducation primaire devenait gratuite, laïque et obligatoire. De plus, l’État assurait son intervention dès le début de la formation. Le point culminant était l’idée de constituer des citoyens, les créer par le moyen de l’éducation, des citoyens qui respecteraient les lois et qui assureraient l’unité nationale grâce à un fond commun de vérités scientifiques et non plus dogmatiques. Mais, malgré toutes ses bonnes intentions, Barreda était bien obligé d’admettre que les conditions matérielles offertes par le pays n’étaient pas encore favorables à la bonne mise en œuvre de son projet. Cela expliquerait pourquoi il a d’abord approfondi la réflexion à propos des lois et des habitudes mexicaines ; cette réflexion le rapprochera quelques années plus tard du régime dit porfirista et transformera le positivisme mexicain en darwinisme social.

  • 28 Né en 1830 à Oaxaca, Porfirio Díaz avait trouvé sa vocation très tôt dans la guerre contre les État (...)

33Dans ce nouveau contexte, nous pouvons observer que, avec la chute de l’Empire et le triomphe des libéraux, l’Église catholique perdit définitivement ses privilèges pré-indépendantistes et dut s’adapter à de toutes nouvelles relations avec l’État libéral mexicain. Comme nous l’avons vu, à partir du gouvernement de Juárez et du triomphe libéral, l’État s’est attaché à lutter contre l’Église catholique à partir des confiscations de ses propriétés. Cependant, le régime du dictateur Porfirio Díaz offrit à l’Église la possibilité de récupérer sa légitimité perdue, avec le soutien qu’elle apporta à la tentative de reconquête menée par la Couronne espagnole en 1824, avec sa non reconnaissance de la Constitution de 1857 et à travers son soutien initial à l’empire de Maximilien. Même si pendant le porfirisme, l’Église s’était habituée à ne plus être le groupe qui monopolisait le pouvoir, elle en avait beaucoup conservé. Toutefois, elle devait désormais le partager avec l’État libéral mexicain. Díaz tendra la main à l’Église et ne l’affrontera plus, mais il sera très attentif à ne pas perdre les avancées qu’a connues l’État face à l’Église catholique. Díaz gardera tout le pouvoir pour lui 28.

Construction du «  porfirisme  »

34Pendant le conflit de la Réforme et l’intervention française, Díaz se fit remarquer par son courage mais aussi par son manque d’instruction, en particulier au moment où il décida d’entrer dans le monde de la politique, en 1867. Lors des élections présidentielles de 1871, il présenta sa candidature comme candidat et perdit face à Juárez. Il décida alors de prendre les armes avec le «  Plan de la Noria  », qui se solda par un échec. Díaz se rendra alors compte que sa fameuse réputation militaire n’était pas suffisante et qu’il lui faudrait s’allier à un penseur, un stratège, un homme intelligent pour atteindre son but. Il décida alors de s’associer à quelqu’un qui serait capable d’élaborer des projets et des discours. Cela explique qu’il se soit rapproché des positivistes afin qu’ils le conseillent. Selon Luis González :

  • 29 Luis González, «  El liberalismo triunfante  », op. cit., p. 658.

Pour Díaz, cela a été plutôt facile d’attirer les jeunes intellectuels que Lerdo de Tejada ne laissait pas pénétrer dans la place. Le triomphe sur la révolte de Tuxtepec a permis l’introduction de nouveaux visages dans le gouvernement. En outre Díaz a aussi gardé à ses côtés des intellectuels plus âgés, qui prenaient la bannière porfirista pour refaire le projet libéral en insistant alors sur l’idée d’ordre plus que sur celle de liberté. À partir de 1877, la consigne officielle était la suivante : d’abord la pacification et l’ordre ; ensuite le progrès économique et, enfin, les libertés […]. L’ordre, et non pas la liberté, apparaît comme le but premier de Porfirio Díaz 29.

  • 30 Justo Sierra, «  Evolución Política del pueblo mexicano  », op. cit., p. 386.

35La première période présidentielle de Díaz, de 1877 à 1880, fut plutôt celle d’un débutant qui se concentrerait sur la pacification du pays, son objectif primordial. Justo Sierra ajoute «  La paix définitive […] pour en arriver là, le caudillo croyait que la foi et la crainte étaient nécessaires. Qu’il existait une foi en lui et qu’elle faisait peur 30  ». Dans cette logique, il fallait développer la richesse nationale et, pour cela, il était indispensable d’attirer le capital extérieur. Or, à l’époque, le Mexique n’était pas un pays économiquement attractif pour les puissances mondiales, notamment du fait des guerres internes incessantes. Ainsi, l’imposition d’un ordre et d’une paix sociale est apparue comme la première chose à réaliser. Une fois ces deux buts atteints, le capital extérieur arriverait et aiderait au développement du projet économique, politique et social du libéralisme. À en juger par l’opinion d’Arnaldo Cordova :

  • 31 Arnaldo Cordova, La ideología de la Revolución Mexicana. La formación del nuevo régimen, México, Er (...)

Les positivistes ont préparé idéologiquement l’arrivée de la dictature, suivant les consignes comtiennes d’«  ordre et de progrès  », ils ont facilité son travail en lui fournissant une justification historique et philosophique de caractère naturaliste. Donc, la dictature ne répondait pas aux seuls besoins immédiats de la société, elle était une imposition de la nature, elle-même 31.

  • 32 Luis González, «  El liberalismo triunfante  », op. cit., p. 659.

36Ayant observé que la Constitution ne répondait pas à la réalité du pays, Díaz sera chargé d’assurer l’ordre et la paix sociale pour le développement et le progrès du pays, un ordre et un progrès très coûteux aux yeux du peuple mexicain. Personne ne croyait en ses compétences politiques, mais la façon dont il réussit à imposer la paix sociale commença à lui donner une certaine popularité sociale. Selon Luis González : «  Très tôt il est devenu le héros de la paix. Dès sa première élection à la présidence, il a utilisé la force et l’adresse contre les ennemis de la tranquillité publique : les généraux séditieux, les Indiens barbares et les voleurs 32  ». En décembre 1880, il laisse la présidence à Manuel González. À son propos, Díaz se proclame : «  l’un d’entre nous  ». González continuerait l’œuvre de pacification qu’il avait déjà commencée. Díaz resta au gouvernement en qualité de Ministre de la Guerre et, profitant de cette position, il continua de s’attirer les faveurs des positivistes. De fait, ces derniers élaborent alors une idéologie en son honneur, une apologie de Díaz, présentée comme l’«  homme de la situation  ».

Avant la Révolution
Le régime de Porfirio Díaz : libéralisme et dictature

  • 33 Justo Sierra, «  Evolución Política del pueblo mexicano  », op. cit., p. 390.
  • 34 Gerardo Torres Salcido, op. cit., p. 124.

37En 1884, Díaz revint à la tête de la nation avec un programme politique de pacification du pays élaboré par les positivistes. Après une période de mise en ordre, dure et sanglante, le Mexique entra dans une période de paix relative à partir de 1881. Le dictateur réussit à imposer la paix et l’ordre grâce à un coût très élevé, en particulier pour la population rurale. Cependant, les détenteurs internationaux de capitaux commencèrent à considérer le Mexique comme un pays où il était possible d’investir et auquel on pouvait accorder des crédits. Díaz pensa alors qu’il fallait intégrer la «  machine américaine  » pour que le pays atteigne ses objectifs et arrive à se développer. D’après Justo Sierra : «  La résolution du caudillo révolutionnaire, à propos de l’affaire des voies de chemins de fer internationales, a été sûre, rapide, opportune […]. Il avait décidé de continuer à ouvrir nos frontières au train et à l’industrie américaine 33  ». Gerardo Torres Salcido ajoute que : «  Porfirio Díaz avait pris la décision de lier le développement du Mexique à l’impulsion de la locomotive américaine 34. Cette situation s’explique par le fait que, pour Díaz, la liberté politique n’était pas urgente ni nécessaire. Au contraire, au niveau économique le principe du «  laisser-faire/laisser-aller  » a été le dogme intouchable à suivre. Au niveau des relations État/Église, il avait décidé d’éviter une confrontation avec l’Église catholique en lui appliquant les mêmes principes qu’à l’économie : le «  laisser-faire/laisser-aller  ». Quant aux opposants au régime porfiriste, il avait réussi à se les adjoindre en leur proposant une place au gouvernement.

38Ainsi, il est rapidement perçu comme le grand conciliateur que la patrie attendait depuis toujours. Au même moment, il commença à créer des écoles publiques positivistes où l’amour de la patrie, de l’ordre, du progrès et de la liberté, étaient les consignes à suivre. Les dix premières années du porfirisme furent plutôt un succès et ce à plusieurs niveaux. Díaz avait réussi à pacifier le pays, à attirer les capitaux internationaux et ainsi à redémarrer l’économie sans trahir les idéaux libéraux.

  • 35 Enrique López Oliva, «  La Iglesia católica y la Revolución Mexicana  » in Temas. Cultura, Ideologí (...)
  • 36 Rappelons que pour les positivistes, la valeur suprême était l’ordre et non pas la liberté, qui ava (...)

39Cela explique que l’Église catholique se soit dépêchée de se rapprocher de son régime ; elle a promu une politique de conciliation avec le président et son régime. De son côté, le dictateur a déclaré que son gouvernement serait, comme le souligne Enrique López Oliva, de «  beaucoup de politique et de peu d’administration 35  » comme un message pour redémarrer les relations entre l’État et l’Église catholique. Il a mis l’accent sur une politique positiviste qui remplaçait progressivement le libéralisme des années 1860 et 1870. Au début, son projet reprit les principales thèses et idées libérales, du moins, sur le papier. Mais dans les faits, il gouverna sans respecter le fédéralisme et en concentrant personnellement le pouvoir. Le porfirisme se bâtit donc sur le respect de la Constitution de 1857, mais avec une utilisation énergique de la force présidentielle. Il faut néanmoins préciser que Díaz a toujours respecté la Constitution. Sur ce point, ce sont les positivistes qui l’ont guidé, mais ils avaient une vision qui dépassait le personnage 36. À ce propos, Luis Javier Garrido affirme que :

  • 37 Luis Javier Garrido, El Partido de la Revolución Institucionalizada. Medio Siglo de poder en México (...)

Pendant ces années, la seule tentative sérieuse d’institutionnalisation du régime est venue des scientifiques, qui se sont confrontés aux résistances du président […]. Limantour avait insisté auprès du président sur la nécessité de créer des mécanismes institutionnels afin de créer un parti d’État. Limantour considérait nécessaire de créer un parti fort de gouvernement capable d’assurer la transmission tranquille du pouvoir d’une personne à une autre 37.

  • 38 Selon Luis González : «  Pendant le porfirisme les lois de la Réforme n’ont pas été supprimées, mai (...)

40Après la pacification du pays, la priorité suivante pour Díaz était le développement économique, tendu vers le capitalisme. Comme nous l’avons affirmé auparavant, Díaz s’était rapproché des positivistes afin d’avoir un programme politique viable et de faire face aux critiques de ses ennemis libéraux. En même temps, il avait chargé les positivistes d’élaborer une justification de son arrivée et de son maintien au pouvoir. Aujourd’hui, nous pouvons nous interroger : le dictateur avait-il imaginé les grandeurs du programme politique réalisé par les positivistes ? Pour ces derniers, la mission historique de Díaz était d’imposer la paix dans le pays et de promouvoir les intérêts de la nation. Si Juárez et Lerdo de Tejada avaient connu le succès en restaurant la République, ils s’étaient montrés incapables d’imposer une paix sociale durable. Ce fut donc au régime de Díaz de réaliser cette tâche, pour ensuite prendre le chemin du progrès. Durant sa troisième période présidentielle, en 1888, il est présenté par les scientifiques comme «  le héros de l’intégration nationale de la concorde internationale, de la paix et du progrès  ». Sans jamais toucher à la Constitution de 1857 et moins encore aux lois de la Réforme, il avait progressivement réussi à transformer le pays et à lui devenir indispensable. Pour cela, il avait élaboré son image en proposant des alliances à tous les groupes ayant un peu de pouvoir et en se présentant comme l’homme capable de sauvegarder leurs intérêts. Il coopta les scientifiques, obtint l’adhésion populaire grâce à la pacification, attira le capital étranger en appliquant les grandes maximes du libéralisme et en garantissant une certaine paix sociale. Quant à l’Église catholique, il décida de tolérer toutes ses manifestations publiques de culte, gagnant ainsi son soutien et évitant une crise aiguë 38.

  • 39 «  C’était une intelligence formée par des hommes avec une grande culture, avec une discipline pour (...)

41Le porfirisme, et surtout les intellectuels du porfirisme, pensaient que la Réforme avait réussi à détruire le monopole de l’Église catholique sur l’éducation et la richesse, et que c’était donc au régime de Díaz de lancer une nouvelle conception de la propriété privée et de l’instruction publique. Sur le sujet de l’instruction, Díaz connut le succès durant sa seconde période de pouvoir. En effet, personne ne nie que durant le porfirisme l’école a joué un rôle plus important que par le passé. Cependant, sur la question de la propriété privée, les résultats de la Réforme étaient contraires aux expectatives des libéraux de 1857. Un groupe de spéculateurs avait remplacé l’Église dans le rôle du profiteur de la richesse. La répartition des terres faite par les gouvernements libéraux allait plutôt à l’encontre des intérêts des communautés indigènes paysannes. Il était donc normal de penser que le porfirisme était la continuation logique pour ce qui est des aspects économiques, politiques et sociaux du libéralisme. Díaz a instauré une paix sociale à partir de la répression et l’Église catholique devint une alliée du régime. Cela explique que les lois de Réforme ne soient pas appliquées et que l’Église ait profité d’un statut social (mais pas économique) identique à celui d’avant la République. Le dictateur attira les positivistes en les invitant à participer à son gouvernement en tant que conseillers et experts 39. Ce groupe a eu pour mission de présenter le porfirisme comme le point culminant de l’histoire du Mexique, comme un «  devoir être  » naturel, kantien.

42À partir de 1905, alors que le dictateur avait soixante-seize ans, presque la totalité de la société mexicaine, outre la bureaucratie porfiriste, commençait à s’exprimer. Les individus commençaient à parler des défauts de la prospérité et de l’ordre porfiricos. Il s’agissait là du résultat d’un développement qui ne touchait pas la grande majorité de la société mexicaine et qui ne bénéficiait qu’à quelques fidèles du régime porfiriste. Déjà en 1903, les frères Flores Magón demandèrent au régime Díaz d’adhérer aux lois de la Réforme. Dans un texte qu’ils publièrent alors, ils appelèrent à reprendre la lutte contre l’Église catholique, pour la dignité du travailleur prolétaire et ils élaborèrent un discours contre les capitaux étrangers, les riches nationaux et les fonctionnaires. Díaz réagit de façon violente, obligeant les frères Flores Magón à s’exiler aux États-Unis, mais leurs écrits laisseront des marques indélébiles pour les années suivantes.

43Le groupe appelé l’Ateneo de la juventud (l’athénée de la jeunesse) était le produit d’une première génération élevée selon la méthodologie positiviste/scientifique. Cette génération sera très critique envers le régime du dictateur. Cette critique du groupe se focalise sur les «  succès  » du régime pour les analyser en termes de défaites en les comparant à la réalité de la nation. La principale critique portait donc sur le poids des étrangers dans l’économie mexicaine et ce que cela signifiait. L’athénée de la jeunesse élabora alors un discours patriotique qui tentait de reprendre les consignes et principes libéraux de la Réforme. À partir de 1905, le régime porfiriste commença ainsi à perdre le soutien des travailleurs ouvriers qui demandaient au dictateur d’être l’arbitre de leurs confrontations avec leurs employeurs. En 1906, trois grands conflits mirent à l’épreuve son régime : la grève des travailleurs des mines à Cananea, la protestation des artisans du textile de l’est du pays et le conflit des cheminots dans le nord. La solution de Díaz fut de faire un exemple en massacrant les grévistes à Cananea. Luis González atteste :

  • 40 Luis González, «  El liberalismo triunfante  », op. cit., p. 691.

À Cananea, ce fut un événement politique, xénophobe et ayant trait au travail […]. Les grévistes avaient été influencés par les textes des frères Flores Magón, et le déclic fut la présence de trop de ’gringos’ et du fait qu’ils ne travaillaient qu’à des postes directifs, qu’ils monopolisaient les commerces et, pire encore, qu’ils ne se mélangeaient pas aux Mexicains 40.

44Díaz montra ainsi de quel côté il se positionnait. Le scénario sera le même en 1907 avec les grévistes de Río Blanco. Il est important d’observer à nouveau l’apparition du clivage nationaliste qui sera fondamental par la suite. De la même façon, l’Église catholique qui, jusque-là était l’alliée de Díaz, a commencé à faire pression sur le dictateur en exigeant l’abolition définitive des lois de la Réforme. Deux clivages se croisèrent alors. L’année 1908 commença par conséquent avec une crise économique et politique profonde ; mais Díaz, en tant que dictateur, déclara dans un entretien pour le Parson’s Magazine, avec le journaliste américain James Creelman :

  • 41 James Creelman, «  President Díaz, Hero of the Americans  » in Parsons Magazine, vol. XIX, n°  3, m (...)

Je crois que la démocratie est le principe vrai et juste du gouvernement […]. Le Mexique a maintenant une classe moyenne qu’il n’avait pas auparavant. La classe moyenne est l’élément actif de la société […]. Je me retirerai après avoir fini cette période constitutionnelle et je n’en accepterai pas d’autre […]. Je serais heureux d’accueillir un parti d’opposition au Mexique. S’il apparaît, je le verrais plutôt comme une bénédiction […]. Le Mexique est prêt pour la démocratie 41.

45Avec ces déclarations, tout le monde commença à se mouvoir et des partis politiques apparurent. Parmi les plus importants nous pouvons citer le Parti Anti-réélection de Francisco Ignacio Madero qui, conseillé par José Vasconcelos, publia un manifeste politique :

  • 42 Francisco Ignacio Madero, La sucesión presdiencial en 1910 (Sintesis), México, INEP, 2008, p. 13-16

J’affirme, que le parti qui interprète le mieux les tendances actuelles de la nation consiste en ce que nous proposons : le ‘Parti National Démocratique’, en proclamant ses deux principes fondamentaux : Liberté de suffrage et non réélection. La justice protège le plus fort ; l’instruction publique est seulement accordée à une minorité […]. Les Mexicains sont défavorisés par rapport aux étrangers et ce même dans des compagnies dont le gouvernement a le contrôle […]. Les ouvriers mexicains émigrent à l’étranger à la recherche de garanties et de meilleurs salaires ; il y a des guerres coûteuses, sanglantes et inutiles contre les Yaquis et les Mayas et finalement il faut dire que l’esprit public est engourdi et la valeur civique déprimée 42.

46Francisco Ignacio Madero commença ainsi sa campagne politique dans tout le pays ; un fait inédit à l’époque. Il était alors un propriétaire foncier du nord du Mexique, proche des principes démocratiques et libéraux des Nord-américains. En 1909, Díaz annonça sa candidature pour les élections de l’année suivante. Le dictateur avait alors plus de quatre-vingts ans. Madero fuit aux États-Unis et ne reconnut ni les élections ni le gouvernement de Díaz. Progressivement, plusieurs hommes se rallièrent à sa cause. En 1911, il réussit à rentrer au Mexique et avec lui de nombreuses révoltes armées éclatèrent dans tout le pays. À partir du mois d’avril 1911, les villes les plus importantes passèrent du côté des rebelles. Des personnages tels que Juan Andrew Almazan, Emiliano Zapata et Venustiano Carranza firent leur apparition. La guerre civile commençait. Le 31 mai Porfirio Díaz quitta le pays qu’il avait en grande partie construit.

47La Constitution de 1917 reprendra en grande partie celle de 1857, et cela impliqua la reconnaissance implicite du succès du Juarisme et du Porfirisme dans son combat pour établir une culture «  laïque et séculière  » au Mexique. Cependant, trois cents ans de colonisation spirituelle ne peuvent pas être effacés du jour au lendemain, cela expliquerait aussi l’ancrage catholique que jusqu’aujourd’hui garde une grande partie de la société mexicaine. Tous ces phénomènes se croisèrent et feront surgir après la Révolution un système politique de «  parti hégémonique  » avec un discours dit «  nationaliste  » que les gouvernements révolutionnaires du PRI mettront en avant afin de justifier leur ascension et leur maintien au pouvoir : l’idée du Métis comme étant l’avenir du Mexique, la naissance de la race de bronze (Indigène/Européenne) d’abord, la race cosmique (Asiatique/Indigène/Européenne/Orientale) ensuite, comme l’unique race pouvant sauvegarder la légitimité de l’histoire nationale et de la patrie, avec tout ce que cela signifie. Et finalement un «  citoyen mexicain  » qui est laïc et séculier mais attaché à sa foi catholique au même temps.

48L’idéologie de la Révolution mexicaine développa durant tout le xxe siècle une image plutôt négative du porfirisme. Mais l’idéologie de la révolution mexicaine n’expliquera jamais comment est née cette politique de non confrontation et discipline interne, le haut clergé inclus, sans jamais trahir les principes libéraux. Les positivistes ou scientifiques, avec à leur tête Justo Sierra, étaient conscients de l’incapacité du Mexique de pacifier le pays pour attirer d’abord le capital extérieur et ensuite établir et à développer une économie nationale capable de concurrencer les puissances occidentales. Pour les scientifiques, le principal problème du Mexique dans l’avenir serait la politique expansionniste des États-Unis. Afin de combattre cette politique, l’idée était donc d’équilibrer les échanges avec l’aide des pays européens et surtout avec l’aide des capitaux européens, et cela incluait le Vatican.

Haut de page

Notes

1 Josefina Zoraida Vázquez «  Los primeros tropiezos  » in Historia General de México, México, El Colegio de México, 2000, p. 535.

2 José María Luis Mora et Valentín Gómez Farías ont calculé que, sur un budget de treize milliards de pesos, quatorze étaient gaspillés par l’armée (c’est-à-dire qu’il y avait un déficit d’un milliard de pesos), avec un corps de cinq mille soldats et dix-huit mille fonctionnaires. Ils ont également calculé que les biens inactifs de l’Église catholique étaient de cent quatre-vingt milliards de pesos. Dans ce contexte, les libéraux, autour de Gómez Farías, proposèrent un programme politique progressiste touchant directement les privilèges économiques et politiques de l’Église catholique, mais aussi de l’armée.

3 Alfonso Toro, La Iglesia y el Estado en México, México, Ediciones el Caballito, 1927, p. 133.

4 Luis González précise ces sept points : «  1. On désire conserver la religion catholique […] garder le culte dans toute sa splendeur […] et que l’autorité interdise la circulation des œuvres impies et immorales. 2. On désire que le gouvernement ait la force nécessaire […] même s’il est attaché à des principes et responsabilités qui éviteraient les excès 3. On est fortement opposé au régime fédéral, opposé au système représentatif par la voie des élections […] et opposé à toute élection populaire […]. 4. On croit nécessaire une nouvelle division territoriale qui mélange la forme actuelle des États et facilite la bonne administration. 5. On pense qu’il faut avoir une armée assez grande pour les besoins du pays. 6. On ne désire plus qu’il y ait un congrès […] il suffit de quelques conseillers planificateurs. 7. On sera définitivement perdu si l’Europe n’arrive pas assez tôt pour nous aider  ». Cf. Luis González, «  El período formativo  » in Historia Mínima de México, México, El Colegio de México, 1983, p. 105.

5 Burke Edmund, Reflections on the Revolution in France: and on the proceedings in certain societies in London relative to that event. In a letter intended to have been sent to a gentleman in Paris. By the Right Honourable Edmund Burke, London, printed for J. Dodsley, 1790, 376 p. 

6 Lucas Alamán, «  Carta al general Santa Anna  » in Justo Sierra, «  Evolución Política del pueblo mexicano  » in Obras Completas Tomo XII, México, UNAM, 1991, p. 263.

7 Secretaría de Fomento, Colonización, Industria y Comercio, fondée le 22 avril 1853.

8 Gerardo Torres Salcido, Ciudadanía y Cultura Política. Intelectuales mexicanos de fin de siglo XIX, Toluca, Instituto de Administración Pública del Estado de México (IAPEM), 2007, p. 78.

9 Ibid., p. 90-91.

10 Le Pape Pie IX a déclaré «  nulles et invalides  » les lois de Réforme et la Constitution mexicaine. L’Église catholique et les grands latifundistes ensemble dans le parti conservateur se sont soulevés et ont promu la guerre des « Trois ans  » qui a continué jusqu’à l’Empire de Maximilien de Habsbourg et l’intervention française.

11 Le clergé avait expliqué que la guerre des « Trois ans  » avait commencé officiellement le 31 mars 1856 lorsque le gouvernement décidait de prendre les biens du diocèse de Puebla.

12 C. Turner Frederick, «  The compatibility of Church and State in Mexico  » in Journal of Inter-American Studies, Miami, Center for Latin American Studies at the University of Miami, 1967, p. 591-601.

13 Ibid.., p. 594.

14 Manuel Olmón Nolasco, «  Proyecto de Reforma de la Iglesia en México. 1867-1875  » in Álvaro Matute, Evelia Trejo et Brian Francis Connaughton Hanley, Estado, Iglesia y sociedad en México, siglo XIX, México, Porrúa, 1995, p. 270.

15 Justo Sierra, «  Evolución Política del pueblo mexicano  » in op. cit., p. 364.

16 Ces «  30  » seront divisés en dix-huit lettrés et douze militaires, parmi eux, des noms ressortent comme : Benito Juárez, Sebastian Lerdo de Tejada, José María Iglesias, José María Castillo Velazco, José María Lafragua, Guillermo Prieto, Manuel Altamirano, Matías Romero, Francisco Zarco et Gabino Barreda dans le groupe des lettrés et Porfirio Díaz, Manuel González, Mariano Escobedo et Vicente Riva Palacio dans celui des militaires. Luis González montre comment ces «  30  » étaient divisés en deux grands groupes et comment les deux groupes avaient des origines et des formations diamétralement opposées : «  Les libéraux lettrés étaient généralement urbains et du centre du pays […] les militaires étaient plutôt du nord ou des petits villages […] l’âge moyen des lettrés était 45 ans et celui des militaires 36. Ils ne faisaient pas partie de la même génération. Les lettrés sont nés pendant la guerre d’indépendance et le premier empire, entre 1806 et 1822 ; les militaires sont nés à l’époque de Santa Anna, entre 1823 et 1839 […]. Les militaires avaient une origine plutôt modeste, alors que du côté des lettrés, seuls Juárez et Altamirano avaient des origines humbles […]. Les 18 lettrés se sont instruits dans les centres éducatifs d’élite […] ils ont pratiqué le journalisme et le débat de façon sublime […] des 12 militaires justement Riva Palacio avait pratiqué le journalisme […] le reste avait une culture nulle et une écriture minime  », Luis González, «  El liberalismo triunfante  » in Historia Mínima de México, México, El Colegio de México, 1983, p. 638-639.

17 Justo Sierra, «  Juárez su obra y su tiempo  », op. cit., p. 517.

18 Luis González, «  El liberalismo triunfante  », op. cit., p. 643.

19 Justo Sierra, «  Evolución Política del pueblo mexicano  », op. cit., p. 369.

20 Luis González, «  El liberalismo triunfante  », op. cit., p. 644.

21 Ibid., p. 646.

22 Ibid., p. 647.

23 Justo Sierra, «  Evolución Política del pueblo mexicano  », op. cit., p. 378.

24 Le positivisme est une école philosophique qui affirme que la seule connaissance authentique est la connaissance scientifique et que cette connaissance ne peut venir que de l’affirmation positive de théories à travers la méthode scientifique. Le positivisme a émergé en France au début du xixe siècle avec Auguste Comte et en Angleterre avec John Stuart Mill. Cette philosophie se développera rapidement dans le reste de l’Europe pendant la seconde moitié du siècle. Selon cette école, toutes les activités philosophiques et scientifiques ne doivent être effectuées que dans le contexte de l’analyse des faits vérifiés par l’expérience. Cette épistémologie apparaît également comme une façon de légitimer l’étude naturaliste scientifique de l’être humain, tant individuellement que collectivement. Au Mexique «  Les positivistes mexicains déposent ces idées dans l’État, en essayant de lui donner des arguments pour qu’il soit reconnu comme le pôle de développement politique, social et économique de la nation, à partir de cela l’État doit assurer l’unification et l’homogénéisation de la nation […]. D’après Gabino Barreda, le positivisme offrait la possibilité de l’unification et de l’intégration nationale, physiquement, moralement et culturellement, en plus de la création et de la consolidation d’un groupe au pouvoir pour le développement global de l’État-nation  », Rubén,Torres Martinez Universidad Nacional y democracia. El surgimiento de la Universidad Nacional y la Universidad en los umbrales del siglo xxi, Tesis de licenciatura, México, FCPyS-UNAM, 2000, p. 26. Cf. Leopoldo Zea, El positivismo en México. Nacimiento, apogeo y decadencia, México, Fondo de Cultura Económica, 1968, 481 p. 

25 Gerardo Torres Salcido, op. cit., p. 100.

26 Ibid., p. 101.

27 Ibid., p. 102.

28 Né en 1830 à Oaxaca, Porfirio Díaz avait trouvé sa vocation très tôt dans la guerre contre les États-Unis en 1846. À partir de ce moment-là, il commença une prodigieuse carrière militaire qui le mènerait trente ans plus tard à la présidence du pays. Ajoutons qu’il était l’un des «  30  » réformistes libéraux, plutôt du côté des militaires. Il n’avait pas de formation politique ni administrative solide.

29 Luis González, «  El liberalismo triunfante  », op. cit., p. 658.

30 Justo Sierra, «  Evolución Política del pueblo mexicano  », op. cit., p. 386.

31 Arnaldo Cordova, La ideología de la Revolución Mexicana. La formación del nuevo régimen, México, Era, 1973, p. 18.

32 Luis González, «  El liberalismo triunfante  », op. cit., p. 659.

33 Justo Sierra, «  Evolución Política del pueblo mexicano  », op. cit., p. 390.

34 Gerardo Torres Salcido, op. cit., p. 124.

35 Enrique López Oliva, «  La Iglesia católica y la Revolución Mexicana  » in Temas. Cultura, Ideología, Sociedad, n°  61 enero-marzo 2010, p. 55.

36 Rappelons que pour les positivistes, la valeur suprême était l’ordre et non pas la liberté, qui avait déjà accompli son devoir en annihilant la réaction conservatrice pendant la Guerre de Réforme et l’intervention française. Maintenant l’heure était à l’ordre, la liberté ne pouvant alors mener qu’à l’anarchie. «  L’idée de la liberté avait été pour le libéralisme économique des xviiie et xixe siècles la pierre angulaire des relations matérielles de la société ; cette idée avait été cause et effet de la société de marché […] pour nos positivistes la liberté avait une autre signification : les comtiens mexicains concevaient la liberté comme un besoin du passé, qui avait déjà joué son rôle… l’idée de l’ordre se substituant complètement à elle.  », Cf. Cordova Arnaldo, op. cit., p. 56. Un autre exemple est celui de Gabino Barrreda qui transforme la consigne comtienne Amour, ordre et progrès par Liberté, ordre et progrès : «  La liberté comme le moyen, l’ordre comme la base et le progrès comme le but.  ». Cf. Gabino Barreda, «  Oración Civica  » in Opúsculos, discuciones y discursos, México, Comercio de Dublan y Chávez, 1887, p. 105.

37 Luis Javier Garrido, El Partido de la Revolución Institucionalizada. Medio Siglo de poder en México. La formación del nuevo Estado en México (1928-1945), México, SEP-Siglo xxi, 1986, p. 34. Cf. également Jesus Alen, Origen y Evolución de los partidos políticos en México, México, Librería de Manuel Porrua, 1974, p. 50.

38 Selon Luis González : «  Pendant le porfirisme les lois de la Réforme n’ont pas été supprimées, mais elles n’ont pas non plus été accomplies. L’appel des cloches, les processions religieuses publiques et de nombreux cultes sont réapparus, ainsi que les processions religieuses publiques et de nombreuses manifestations de culte externe […] les activités religieuses et populaires ont alors pris une importance supérieure sur les cérémonies civiques. Les couvents, pourtant interdits, ont cessé de se cacher du regard officiel. Les évêques sont devenus amis du président de la République et de ses ministres, et les prêtres amis des chefs politiques et des présidents municipaux […] c’est ce que l’on a dénommé la renaissance religieuse qui se produisit alors  ». Luis González, «  El liberalismo triunfante  », op. cit., p. 684.

39 «  C’était une intelligence formée par des hommes avec une grande culture, avec une discipline pour les études et le travail, d’excellents écrivains et orateurs, et surtout anxieux de participer au pouvoir étatique […] ces intellectuels sont connus comme les positivistes mexicains […] brillantes figures de l’intelligentsia mexicaine de tous les temps, Gabino Barreda, Porfirio Parra, Telésforo García, Miguel y Pablo Macedo, Justo Sierra, Joaquin D. Casasús, José Yves Limantour, Emilio Rabasa […] avec une philosophie importée d’ailleurs et adaptée dans le pays […]. Ils ont préparé idéologiquement l’arrivée de la dictature et ensuite ils ont formé leur propre conscience, la conscience de leur mission face à l’histoire.  ». Cf. Arnaldo Cordova, op. cit., p. 44-45.

40 Luis González, «  El liberalismo triunfante  », op. cit., p. 691.

41 James Creelman, «  President Díaz, Hero of the Americans  » in Parsons Magazine, vol. XIX, n°  3, mars, 1908, p. 213-77.

42 Francisco Ignacio Madero, La sucesión presdiencial en 1910 (Sintesis), México, INEP, 2008, p. 13-16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rubén Torres Martínez, « Catholicisme, libéralisme et positivisme au milieu du XIXe siècle », Cahiers d’études romanes, 30 | 2015, 171-197.

Référence électronique

Rubén Torres Martínez, « Catholicisme, libéralisme et positivisme au milieu du XIXe siècle », Cahiers d’études romanes [En ligne], 30 | 2015, mis en ligne le 14 avril 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/4838 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.4838

Haut de page

Auteur

Rubén Torres Martínez

Université de Mérida (Mexique) UNAM
Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.
Aix-Marseille Université, CHERPA (Croyance, Histoire, Espace, Régulation Politique et Administrative), Institut des Sciences Politiques d’Aix-en-Provence, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org