Navigation – Plan du site
Écrire l'Histoire

« !Nada de latinismos ! » Amérique « latine » ou Amérique « hispanique »

Batailles symboliques et idéologiques autour d’une dénomination
David Marcilhacy
p. 199-222

Résumés

Au cours du premier tiers du XXe siècle, les élites politiques et culturelles espagnoles se sont engagées dans une virulente campagne de presse contre la diffusion du syntagme « Amérique latine », dont l’usage pour désigner l’Amérique non anglo-saxonne s’est considérablement étendu au cours de ces années, et ce de part et d’autre de l’Atlantique. Réagissant contre ce qui fut interprété comme une usurpation historique et une manœuvre intéressée de la France et de l’Italie pour renforcer leur emprise culturelle sur le sous-continent américain aux dépens de l’ancienne puissance coloniale espagnole, de nombreux intellectuels et hommes publics hispanistes ont nourri pendant plusieurs années une intense polémique, faisant autant appel aux arguments philologiques et historiques qu’aux invectives à caractère nationaliste et néo-impérialiste. En analysant les enjeux identitaires et idéologiques de cette bataille linguistique, nous verrons que ce débat – encore actuel quoique ayant perdu de son intensité – touche au cœur de la relation hispano-américaine et de ses ambiguïtés : renvoyant aux interrogations qui traversent le continent américain depuis son indépendance sur ses racines culturelles, son destin historique et sa relation avec l’Europe, il révèle également les difficultés de l’Espagne d’après 1898 à assumer son statut post-impérial et à entamer une relation renouvelée avec l’Amérique qu’elle a un temps colonisée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hervé Guillorel, Toponymie et politique. Les marqueurs linguistiques du territoire, Bruxelles, Bruy (...)
  • 2 Quetzil Castañeda, «  Post/colonial toponymy : writing forward “in reverse”  » in Journal of Latin (...)

1Nommer un territoire revient à se l’approprier. Par la classification qu’il établit, le nomenclateur fait acte d’autorité en affirmant un rapport de domination, qu’elle soit juridique, spirituelle ou symbolique 1. Par les stratégies de marquage et de contrôle du territoire qu’elle implique, la nomenclature des lieux a une dimension éminemment politique, dont l’importance s’est notamment manifestée à l’époque des grandes découvertes et des conquêtes coloniales 2. Qu’il s’agisse de nommer un territoire, une nation ou a fortiori un continent, le choix des toponymes révèle les multiples enjeux qu’a soulevés l’exploration du Nouveau Monde initiée par les Ibériques aux xve et xvie siècles. Avant son indépendance, cet outremer américain fut ainsi baptisé «  Nouveau Monde  », «  Indes occidentales  », «  Amérique  »…, autant de désignations soumises au prisme déformant de l’eurocentrisme.

  • 3 Cette adaptation du nom d’Amerigo Vespucci serait due à une erreur du cartographe Martin Waldseemül (...)
  • 4 On fera ici référence aux polémiques qui se sont déployées autour des seules expressions Amérique « (...)
  • 5 Cette controverse qui vit le jour en Espagne dans les années 1910-1920 a été brièvement développée (...)

2La problématique de la dénomination des territoires issus de la colonisation ibérique renvoyait à un contentieux profond et déjà ancien, puisque dès l’époque coloniale les Espagnols rejetèrent le terme «  Amérique  » comme le produit d’une véritable usurpation historique, celui-ci étant construit sur le prénom du cartographe et navigateur florentin Amerigo Vespucci, en lieu et place du véritable «  découvreur  », Christophe Colomb 3. À partir du xixe siècle, ce vocable s’imposa néanmoins, mais l’enjeu se déplaça progressivement du substantif «  Amérique  » – terme émancipé de l’empreinte onomastique héritée des Ibériques – à l’adjectif l’accompagnant. Le qualificatif «  hispanique  » entrait en effet en concurrence avec d’autres épithètes, l’Amérique non anglo-saxonne étant aussi qualifiée d’«  ibérique  », voire de «  latine  » à partir du milieu du xixe siècle. À la faveur du bouleversement des équilibres coloniaux s’étant produit au tournant du siècle, s’est joué un nouvel épisode de la longue bataille linguistique qui vit s’affronter les puissances européennes pour imposer leur marque dans la désignation de cette Amérique qu’on appelle aujourd’hui communément «  latine 4  ». Au cours du premiers tiers du xxe siècle, en particulier, les milieux nationalistes espagnols lancèrent une vaste offensive contre l’appellation «  Amérique latine  », offensive qui fut bientôt relayée dans les deux Amériques par les secteurs hispanistes les plus intransigeants 5.

3Par sa dimension symbolique et sa forte charge émotionnelle, cette campagne onomastique apparaît très révélatrice des enjeux identitaires et idéologiques inhérents au langage et à la sémantique. Elle révèle également l’état d’esprit qui dominait les courants nationalistes à l’œuvre dans le monde hispanique, en particulier pendant l’entre-deux-guerres. Bien plus qu’une simple question philologique, le problème de la terminologie retenue pour se référer aux territoires situés entre le Rio Grande et le Cap Horn permet de se situer au cœur des débats culturels et politiques qui, depuis l’indépendance, ont interrogé de part et d’autre de l’Atlantique les liens entre l’Amérique et l’Europe. Après avoir brièvement resitué les origines de l’expression «  Amérique latine  », qui émerge au milieu du xixe siècle et se diffuse continûment jusqu’à la Première Guerre mondiale, on abordera la véhémente campagne qui fut alors lancée depuis l’Espagne contre cette dénomination, en analysant la nature des arguments avancés et les ressorts de cette croisade linguistique.

Aux origines de l’expression «  Amérique latine  »

4L’expression «  Amérique latine  » (América latina, ou Latinoamérica) fit son apparition au milieu du xixe siècle pour se référer aux territoires d’Amérique situés au sud des États-Unis et issus de la colonisation de trois puissances européennes dites latines : Espagne, France et Portugal. De nombreuses études se sont penchées sur les origines de ce syntagme et les facteurs ayant contribué à son succès, en particulier auprès des Latino-Américains eux-mêmes. On se bornera ici à rappeler les principales thèses en présence, avant d’aborder la polémique qu’elle suscita dans les premières décennies du xxe siècle.

  • 6 John Leddy Phelan, «  Pan-Latinism, French intervention in Mexico (1861-1867) and the genesis of th (...)
  • 7 Une première formulation de cette division entre une Amérique anglo-saxonne au nord et une Amérique (...)
  • 8 Michel Chevalier, «  L’expédition du Mexique – I et II  » in Revue des Deux Mondes, Paris, 1/04/186 (...)

5Selon John L. Phelan, le premier à mener une étude d’envergure sur la question, l’apparition du vocable «  Amérique latine  » remonterait au début de la décennie 1860, son apparition étant directement liée aux desseins expansionnistes de la France du Second Empire 6. D’après lui, le terme aurait été conçu dans les milieux impérialistes qui gravitaient autour de Napoléon III pour justifier l’expédition française au Mexique, qui eut lieu entre 1861 et 1867. L’empereur avait pour projet de faire de ce territoire une nation satellite sur le continent américain, à même d’assurer l’influence de la France dans cette partie du monde. À cette fin, les milieux diplomatiques français, emmenés par l’économiste et conseiller de l’empereur Michel Chevalier, élaborèrent autour du concept de latinité une vaste propagande destinée à justifier l’intervention au Mexique, laquelle visait en réalité à démettre le président Benito Juárez et à lui substituer un monarque inféodé aux intérêts français 7. Formulé en 1862 dans la Revue des Deux Mondes, le projet panlatin défendu par Chevalier reposait sur les théories – en vogue à l’époque – qui postulaient l’existence de races humaines fondées sur des cultures antagonistes issues de la civilisation occidentale : latine (au sud), germanique (au nord) et slave (à l’est) 8. Soumise à ce prisme racial, la lutte d’influence des grandes puissances sur le continent américain, aiguisée par la brutale annexion de la moitié du territoire mexicain par les États-Unis en 1848, devait dorénavant être lue en termes civilisationnels, comme l’opposition entre Latins et Anglo-Saxons. Fin connaisseur du continent américain pour y avoir séjourné en 1835, Chevalier aurait le premier diffusé le concept d’une Amérique qualifiée de «  latine  », à la fois soumise à la puissance commerciale et financière de la Grande-Bretagne, menacée d’absorption par son puissant voisin du nord et convoitée par les apôtres du pangermanisme. En définitive, cette lecture racialisée des relations internationales permettait à la propagande française de présenter le courant du panlatinisme et la campagne du Mexique comme une réponse bienveillante de la grande sœur latine face au risque de déclin de la «  race latine  » en Amérique.

  • 9 Cf. Arturo Ardao, Génesis de la idea y el nombre de América Latina, Caracas, Celarg, 1980 ; Arturo (...)

6À la suite de Phelan, d’autres études sont venues compléter et nuancer cette première thèse sur l’origine de l’expression «  Amérique latine 9  ». Arturo Ardao démontre notamment que, dès le début de la décennie 1850, plusieurs intellectuels latino-américains de renom avaient eu recours à cette dénomination en réaction à l’annexion d’une grande partie du Mexique par les États-Unis et face aux poussées expansionnistes de ce même pays dans les Caraïbes et en Amérique centrale, notamment à travers le phénomène de la flibusterie ou par le biais des courants annexionnistes. Apparaissant dans le sillage de la poussée nationaliste postérieure aux indépendances, la diffusion du terme «  Amérique latine  » serait avant tout le fruit d’une campagne nationaliste et anticolonialiste, dirigée aussi bien contre les relents impérialistes d’une Espagne n’ayant pas totalement renoncé à ses anciennes colonies que contre l’influence grandissante d’une puissance nord-américaine justifiant son expansionnisme par la théorie du Manifest Destiny.

  • 10 «  Iniciativa de la América  » [1856] in Francisco Bilbao, Obras Completas, Buenos Aires, Imprenta (...)
  • 11 Mónica Quijada, «  Sobre el origen y difusión del nombre “América Latina” (o una variación heterodo (...)

7Ainsi, dès 1856 la terminologie «  Amérique latine  » (ou l’expression parente de «  race latino-américaine  ») fut reprise par deux influents intellectuels du continent, tous deux pénétrés de culture française et désireux de ressusciter le vieux rêve bolivarien d’union des nations du sous-continent : le Chilien Francisco Bilbao, imprégné de l’hispanophobie héritée des guerres d’indépendance et le Colombien José María Torres Caicedo, installé en France à partir de 1850 10. Le succès du syntagme «  latino-américain  » proviendrait donc avant tout de l’imprégnation dans les mentalités américaines de cette double catégorie culturelle racialisée – Latins et Anglo-Saxons – et de la revitalisation des tendances unionistes hispano-américaines 11. Ainsi cette hypothèse d’un panlatinoaméricanisme à l’œuvre dès les années 1850 n’invalide-t-elle pas la thèse de Phelan sur l’usage français du concept de latinité, mais elle remet en cause l’émergence de l’expression «  Amérique latine  » comme seul et unique produit de l’impérialisme français.

Le choc de 1898 et le renouveau de l’unionisme latino-américain

  • 12 Rubén Darío, «  El triunfo de Calibán  » in El Tiempo, Buenos Aires, 20/05/1898, et José Enrique Ro (...)

8La Guerre hispano-américaine de 1898 opéra un profond changement de paradigme dans les relations au sein du continent américain. La Splendid Little War, comme la baptisèrent les États-Unis au lendemain de leur fulgurante victoire, fut très vite interprétée comme un nouvel épisode de l’affrontement entre Latins et Anglo-Saxons. Bien que majoritairement favorable à l’indépendance de Cuba, le monde hispano-américain se rangea aux côtés de l’Espagne face à l’agresseur nord-américain, dont les velléités impérialistes étaient source de préoccupations croissantes que n’avait guère dissipées la nouvelle politique lancée par James Blaine autour du panaméricanisme et du principe de coopération hémisphérique. La violente campagne d’opinion publique qui de part et d’autre de l’océan accompagna cette guerre eut un grand écho en Amérique latine et favorisa une identification collective des pays du sous-continent comme les membres d’un monde latin confronté à la montée implacable des Anglo-Saxons et promis à la décadence et à l’effacement identitaire. Cette lecture binaire et culturaliste, reprise dès 1898 par le poète nicaraguayen Rubén Darío dans son article «  El triunfo de Calibán  », fut bientôt relayée par le courant de l’ariélisme, qui imprégna toute une génération d’intellectuels latino-américains 12.

  • 13 Emilio Rodríguez Mendoza, Los Estados desunidos de Suramérica, Valladolid, Talleres Tipográficos Cu (...)

9L’essai Ariel, dont la publication en 1900 par l’Uruguayen José Enrique Rodó eut une très grande répercussion, systématisa l’application d’une grille de lecture culturelle aux jeux d’influence sur le continent américain. L’opposition manichéenne entre les deux figures allégoriques d’Ariel et de Calibán permettait d’évoquer un conflit de civilisations, avec d’un côté l’idéalisme et la spiritualité latins (hérités du catholicisme) et, d’un autre, le matérialisme et l’individualisme anglo-saxons (attribués au protestantisme). S’appuyant sur le regain hispanophile que connaissait le continent, le professeur Ariel, guide de tout un continent, appelait à la réunification spirituelle de républiques latino-américaines trop longtemps dispersées, ces Estados desunidos de Suramérica pour reprendre une expression de l’époque 13. Le ferment de cette unité consistait précisément à valoriser leur fond culturel commun – la latinité – contre les tendances jugées aliénantes en provenance du voisin anglo-saxon et dénoncées sous l’anathème de «  nordomanie  ». Dans un contexte où le Paris cosmopolite des écrivains et des artistes, la France républicaine porteuse de valeurs universelles, ou l’Italie berceau de la civilisation européenne, exerçaient une évidente fascination sur les intellectuels latino-américains, la référence à la latinité ne pouvait que séduire les élites de jeunes nations alors en pleine construction identitaire, ce qui assura le succès grandissant du syntagme «  Amérique latine  ».

  • 14 Cf. Juana Sánchez Gey-Venegas, «  Unamuno y Rodó a fin de siglo : análisis de su correspondencia  » (...)

10Cet engouement autour de la latinité ne manqua pas de susciter la réaction de Miguel de Unamuno qui, entre mars 1900 et avril 1916, échangea une correspondance nourrie avec José Enrique Rodó, suite à la publication de son essai Ariel 14. La gallophobie qui imprégnait Unamuno l’amena à dénoncer très tôt la dépendance excessive de la culture et la littérature latino-américaines à l’égard des modèles européens, en particulier français. S’agissant de l’attraction qu’exerçait Paris sur les milieux intellectuels latino-américains, l’hostilité d’Unamuno tournait à une véritable obsession, si bien que l’auteur de l’essai En tono al casticismo (1895) les exhortait à redécouvrir leurs propres cultures et traditions. Tout en saluant le souffle qui habitait l’essai Ariel, Unamuno lui reprochait son caractère afrancesado et sa philolatinité. Le philosophe soulignait au contraire que la culture espagnole et, par extension, la culture hispanique avaient bien peu à voir avec la soi-disante «  culture latine  », qui en réalité n’était pour lui que le paravent de la culture française, présentée sous un jour pseudo universaliste. Rappelant sa propre ascendance basque, Unamuno rejetait la latinité factice dont était imprégné Ariel :

  • 15 Lettre en date du 15 mai 1900, reprise dans Miguel de Unamuno (éd. Laureano Robles) in Epistoario a (...)

[Ariel] Es una producción profundamente latina, y yo, aunque escribo en un romance (hace años escribí algo en vascuence, pero lo dejé), nada tengo de latino. Es más, creo que mi raza, mi raza vasca, está ahogada por el latinismo […]. Tampoco me penetra lo helénico […]. Véolo a usted también muy influido por la cultura francesa –acaso en exceso, es decir, con demasiado predominio– y lo francés me es poco grato […] 15.

  • 16 «  La raza y la lengua  », Miguel de Unamuno in Obras Completas, Madrid, Escelicer, 1966, tome IV, (...)

11Ce point de vue l’amena logiquement à prendre ses distances avec l’expression d’Amérique latine, qu’il qualifiait de pédante, lui préférant celle d’«  Amérique espagnole  » («  América española  ») 16.

12Nonobstant, la réaction d’Unamuno, Ariel opéra outre-Atlantique une prise de conscience identitaire du monde intellectuel, relayée par le courant moderniste et les milieux diplomatiques. Cette convergence aida à relancer le projet d’union latino-américaine pour lequel plaidait Rodó et qu’avait proposé en son temps Simón Bolívar. À partir de 1900 et tout au long des années 1910-1920, plusieurs intellectuels de renom firent campagne en faveur d’une plus grande intégration du sous-continent. Ce courant de l’unionisme latino-américain, représenté par des figures comme l’Uruguayen José Enrique Rodó, l’Argentin Manuel Ugarte, le Mexicain José Vasconcelos, le Vénézuélien Rufino Blanco Fombona et bien d’autres, assura le succès de l’expression «  Amérique latine  », l’un des plus sûrs ferments de ce courant étant la référence à la commune latinité, une latinité que les intellectuels de l’époque identifiaient comme l’élément vertébrateur assurant leur unité culturelle. Néanmoins, la rapide diffusion de ce néologisme dissimulait un autre enjeu, car son usage permettait de solder à bon compte le pesant héritage de trois siècles de colonisation espagnole.

Les enjeux culturels d’une bataille langagière

13Depuis les indépendances et tout au long du xixe siècle, les mouvements nationalistes latino-américains nourrirent une virulente hispanophobie les conduisant même à appeler à déshispaniser le continent, à l’instar du slogan ¡ Desespañolicémonos ! lancé par l’Argentin Domingo Faustino Sarmiento et repris au Mexique par Ignacio Ramírez. Ce rejet radical se manifesta parfois par la volonté de purger la langue vernaculaire de l’influence espagnole et d’affirmer de cette façon l’existence d’une langue propre aux différentes nations de l’Amérique hispanophone. Après l’émancipation politique, la décolonisation de l’Amérique latine devait encore se poursuivre sur le plan des mentalités et, pour beaucoup, cela passait aussi par une réévaluation des usages linguistiques. D’où la résistance de nombreux «  Hispano-Américains  » à accepter comme dénomination commune cette terminologie aux relents jugés colonialistes : employé dès l’époque de la domination espagnole, ce concept portait l’empreinte de l’ex-métropole, et restait donc imprégné de l’idée d’empire, du poids de la religion, des ambiguïtés d’une communauté d’histoire désignée depuis les années 1840 par le terme tendancieux de Raza hispana

  • 17 Francisco García Calderón, cité par Carlos Badía Malagrida, El factor geográfico en la política sud (...)

14Il serait long d’évoquer en détail les prises de position de ceux qui, du côté américain, rejetaient la référence trop exclusive à l’«  Amérique espagnole  » et se rangeaient du côté de l’appellation «  Amérique latine  ». Évoquons seulement un cas représentatif de l’état d’esprit dominant, celui de l’écrivain péruvien Francisco García Calderón, installé à Paris entre 1909 et 1919. Dans son livre Les démocraties latines en Amérique (1912), celui-ci écrivait : «  Somos latinos por el idioma, por la asimilación del genio francés ; latinos hasta la médula, por nuestro catolicismo, por nuestra interpretación del Derecho, por nuestra exaltación del concepto cesáreo de la vida17  ». La latinité était pour beaucoup une profession de foi, le commun dénominateur des diverses influences européennes reçues au fil des siècles.

  • 18 Mónica Quijada, «  Sobre el origen y difusión del nombre “América Latina” (o una variación heterodo (...)

15Derrière la question linguistique, se cachaient donc des enjeux culturels. La polémique lexicale qui prit corps au cours des années 1910 pour désigner l’Amérique non anglophone renvoyait au débat sur les rôles respectifs passés et présents des différents groupes humains dans le Nouveau Monde. La valeur symbolique des termes retenus ou bannis reflétait parfaitement le conflit d’intérêts entre les différents peuples en présence. Preuve de la volonté d’émancipation culturelle du sous-continent, l’emploi du syntagme «  Amérique latine  » devança outre-Atlantique toutes les expressions concurrentes qui avaient cours jusqu’alors, en particulier celles qui avaient dominé la première moitié du xixe siècle : «  Amérique espagnole  » et «  Amérique hispanique  » («  Hispanoamérica  »). Pourtant, selon Mónica Quijada, les Américains ne firent pas ce choix exclusivement contre l’Espagne, c’est-à-dire pour marquer la différence avec leur ancienne métropole 18. Elle prouve au contraire que le succès de l’épithète inspirée du Latium répondait aussi à un besoin d’universalité, car le fait de se revendiquer «  latins  » leur permettait de conférer à leurs problèmes continentaux une projection universelle, en renvoyant à la grande dichotomie entre Anglo-Saxons et Latins. En outre, cette référence avait aussi une portée symbolique plus diffuse et néanmoins puissante : elle évoquait le mythe de l’Empire romain, projet d’unité culturelle et politique qui, par la référence à l’Antiquité classique, permettait de relier l’histoire du continent américain aux sources de l’histoire universelle. Du point de vue latino-américain, la latinité renvoyait donc à l’aspiration à l’universalité, mais, considérée comme dénominateur commun de sociétés multiples et métissées, elle constituait aussi un symbole d’intégration et de syncrétisme. La référence latine inscrivait ainsi l’identité collective américaine dans un cadre plus cosmopolite correspondant sans doute mieux aux desseins de ces sociétés, qui depuis leur constitution comme nations indépendantes se pensent comme le produit d’origines croisées et le creuset de cultures métissées.

  • 19 «  La raza y la lengua  », Miguel de Unamuno, Obras Completas, op. cit.

16C’est justement contre cette tendance à ne reconnaître une capacité universalisante que dans la latinité que s’insurgeait Miguel de Unamuno. Au contraire, il postulait que la culture espagnole, par la multiplicité des origines ethniques qu’elle combinait, permettait mieux encore cet accès à l’universalité. Revendiquant ses origines basques, au même titre que le conquistador Lope de Aguirre ou même Simón Bolívar, Unamuno soulignait au contraire l’apport d’autres composantes non latines dans l’identité espagnole et dans le legs culturel transmis en héritage à l’Amérique hispanophone : renouer avec ces véritables origines était selon lui la condition d’accès à une authentique universalité, bien plus que l’emprunt à des références françaises sans lien historique avec le caractère hispanique 19.

Du regain hispanophile du début du siècle au tournant de la Première Guerre mondiale

  • 20 José del Valle, «  Lenguas imaginadas : Menéndez Pidal, la lingüística hispánica y la configuración (...)

17Ce mouvement continental en faveur d’une identification collective autour de la latinité n’avait effectivement plus le caractère antiespagnol qui avait pu l’imprégner au milieu du siècle précédent. À la suite du «  Désastre  » de 1898, l’Espagne avait perdu sa condition de métropole coloniale potentiellement menaçante et s’efforçait de renouer avec ses anciennes colonies une relation de confiance fondée sur la réconciliation et une nouvelle coopération. L’importance symbolique du langage reflète nettement le changement de paradigme qui eut alors lieu dans certaines élites et milieux dirigeants latino-américains. Si le xixe siècle s’était caractérisé par une véritable «  bataille linguistique  » pour le contrôle de la lexicographie et de la syntaxe du castillan qui opposa, d’une part, une Real Academia Española garante de l’unité linguistique du monde hispanophone et, d’autre part, ses homologues hispano-américaines désireuses de défendre les particularismes des langues nationales 20, le nouveau siècle semblait tourner la page à ces prises de distance : aussi bien la célébration du troisième centenaire du Quichotte (1905) que celle de la mort de Cervantès (1916) regroupèrent les intellectuels et écrivains des deux rives de l’Atlantique autour de la défense d’une communauté linguistique assumée, la langue espagnole apparaissant dorénavant comme un facteur d’union et un motif d’orgueil partagé, et non plus comme un ferment de division.

  • 21 Nicolás Palacios, Raza chilena, Valparaíso, Imprenta y Litografía alemana, 1904, et Manuel Gálvez, (...)

18Alors que les violentes campagnes hispanophobes du xixe siècle cédaient peu à peu la place à un «  antiyanquisme  » de plus en plus affirmé, l’Amérique latine connut autour des années 1910 un important regain hispanophile qui toucha un grand nombre d’élites nationalistes préoccupées par les mutations sociologiques et culturelles que connaissaient leurs propres sociétés. Depuis le Chilien Nicolás Palacios, qui en 1904 en appelait à la double ascendance espagnole (godos) et araucane pour définir la «  race  » chilienne, jusqu’à l’Argentin Manuel Gálvez, qui en 1913 revendiquait l’héritage légué par ses ancêtres espagnols, de nombreux intellectuels latino-américains virent dans la récupération du legs hispanique un élément crucial de leur programme d’édification nationale 21.

19Particulièrement en Argentine, confrontée plus que d’autres républiques à une très forte pression migratoire avec l’afflux de nombreux Italiens et mêmes de Français, les élites traditionnelles – hispanophones – virent dans la revendication de l’ascendance espagnole de la nation argentine la condition de leur domination culturelle et de leur maintien au pouvoir, ainsi qu’un mot d’ordre opportun pour se démarquer du panaméricanisme. On comprend ainsi les motivations qui amenèrent le président argentin Hipólito Yrigoyen à faire adopter officiellement par son pays la fête du 12 octobre, Día de la Raza, en hommage explicite à l’Espagne : instituée le 4 octobre 1917, alors même que l’Argentine réaffirmait son attachement à la neutralité quand les États-Unis récemment entrés en guerre contre l’Allemagne pressaient leurs homologues américains de les suivre, cette mesure permettait à la fois de se démarquer de l’emprise diplomatique et financière nord-américaine et anglaise, mais aussi de conforter la légitimité politique des élites libérales hispanophones.

  • 22 Sur l’impact de la Grande Guerre dans les opinions latino-américaines, Cf. Olivier Compagnon, L’adi (...)
  • 23 David Marcilhacy, «  España y América latina ante la Gran Guerra : el frente de los neutrales  » in (...)

20À bien des égards, la Première Guerre mondiale constitua un tournant dans le recours à la culture comme support de projection extérieure. C’est dans ce double contexte de conflagration européenne et de regain hispanophile outre-Atlantique que prit corps la campagne espagnole autour de la dénomination servant à désigner l’Amérique hispanophone. La Grande Guerre entraîna une crise du Vieux Continent, dont les valeurs humanistes de progrès et de civilisation furent balayées par la violence et la barbarie des armes. Les intellectuels latino-américains furent les premiers à s’alarmer de ce «  suicide  » de l’Europe 22, parallèle à une montée en puissance imparable des États-Unis, dont la force d’attraction ne cessait de croître : pensons au retentissement de l’ouverture du Canal de Panama, inauguré au moment même où s’ouvraient les hostilités sur le sol européen. Pour les Espagnols, condamnés à rester à l’écart du conflit faute de réelle capacité militaire, cette situation fut plutôt perçue comme une opportunité pour pousser leur avantage en Amérique latine, en particulier au niveau commercial 23. Quoique significatif, le bénéfice que l’ancienne métropole en tira fut de courte durée.

  • 24 Antonio Niño, «  Orígenes y despliegue de la política cultural  » in Denis Rolland et al., L’Espagn (...)
  • 25 Voir les déclarations du président Paul Deschanel sur le «  Bloc latin  » censé, face à la Mitteleu (...)
  • 26 Cette campagne d’opinion ne prit pas fin après la guerre, bien au contraire. Ainsi, un Bureau Perma (...)

21Car le conflit qui embrasa l’Europe fut également l’occasion d’un déferlement de propagande sur les républiques latino-américaines 24. Pour la France comme pour l’Allemagne, l’enjeu de ces campagnes d’opinion publique était de taille, puisqu’il était directement lié à la question de l’engagement de ces pays dans la guerre ou au maintien de leur neutralité. Pour s’opposer à la Kultur allemande et au pangermanisme, la France inaugura une nouvelle forme de diplomatie culturelle fondée sur le concept de «  Civilisation française  » et son corollaire, la latinité 25. Fondée sous Napoléon III, l’Union latine (1865) fut ainsi revitalisée pendant la guerre et, aux côtés du Comité France-Amérique (1909), elle servit à mener cette bataille d’opinion sur le sol américain 26. C’est donc pour convaincre les républiques latino-américaines de renoncer à la neutralité et de rompre leurs relations diplomatiques avec l’Allemagne que la latinité fut mise en avant par la propagande française, propagande qui s’adressait tout autant à l’Espagne, demeurée elle aussi neutre et sommée de rejoindre le «  bloc latin  » dessiné par le ralliement de l’Italie en 1915 et du Portugal en 1916.

22Pourtant, de nombreux américanistes espagnols virent dans cette campagne française autour de la latinité la volonté inavouée de «  désespagnoliser  » une Amérique qu’eux-mêmes considéraient encore «  espagnole  ». L’irruption de la Première Guerre mondiale favorisa donc les premières salves contre l’usage répandu et à présent majoritaire du syntagme «  Amérique latine  ». L’offensive espagnole contre cette appellation constituait autant une réponse aux frustrations nationales espagnoles face à la marginalisation de leur pays qu’une réaction contre la volonté française de créer ce grand front latin qui venait en concurrence directe avec le front de la neutralité hispanique qui s’était dessiné à la faveur de la guerre. L’un des premiers facteurs expliquant la réaction des milieux nationalistes espagnols est donc à chercher dans la défense d’un pannationalisme hispanique soudé par la communauté de culture et la convergence des intérêts diplomatiques.

  • 27 En 1925 fut constituée à Paris l’Association générale des étudiants latino-américains, fondée à l’i (...)
  • 28 Cf. Rafael Altamira, España y el programa americanista, Madrid, Editorial América, s. d. [1917] et (...)

23Après-guerre, la France qui avait triomphé des empires du Centre bénéficia d’un grand prestige en Amérique latine, et toute la période des Années Folles fit rejaillir la fascination qu’exerçait Paris sur toute une élite littéraire et artistique prompte à venir y étudier ou y séjourner, comme à la Belle Époque 27. Cette nouvelle situation vint refroidir les espoirs un temps nourris par les promoteurs de l’hispano-américanisme, qui à l’instar de Rafael Altamira avaient espéré pendant le conflit profiter du retrait de leurs rivaux pour faire avancer les prétentions commerciales et culturelles de l’Espagne 28. Dès lors, toute une partie des élites intellectuelles et diplomatiques espagnoles fit de la lutte contre cette prétendue latinité américaine un cheval de bataille, qui prit la forme d’une virulente campagne contre l’impropriété, voire l’imposture, de la dénomination «  Amérique latine  ».

Les premières salves : l’argument de l’impropriété linguistique et scientifique

24C’est autour de 1918 que prit corps cette violente polémique linguistique qui secoua pendant plus d’une dizaine d’années les élites culturelles espagnoles. On peut distinguer deux étapes dans l’apparition et le développement de cette campagne de rectification lexicale. Chacune s’articula autour d’un argument fondamental pour justifier l’offensive espagnole : tout d’abord, c’est l’argument philologique qui fut mis en avant, à savoir l’impropriété supposée du vocable «  Amérique latine  », qualifié de néologisme inexact et équivoque ; par la suite, c’est l’argument éthique qui prit le dessus dans les discussions, celles-ci s’efforçant de démontrer que ladite expression provenait d’un usage étranger et pernicieux, portant préjudice à l’Espagne et par voie de conséquence à l’Amérique elle-même.

25La controverse acquit une dimension nationale en Espagne au sortir de la Grande Guerre, lorsque deux grands noms du monde des lettres, Ramón Menéndez Pidal et Mariano de Cavia, tous deux académiciens de la langue, prirent la plume en janvier 1918 pour dénoncer l’usage, selon eux mal fondé, de la terminologie «  Amérique latine  ». Titulaire de la chaire de philologie romane à l’université de Madrid, Menéndez Pidal fit publier dans le quotidien madrilène El Sol une lettre ouverte où il entendait réagir contre le titre «  América Latina  » que ce prestigieux journal nouvellement créé avait retenu pour l’une de ses sections consacrées aux chroniques du continent :

  • 29 «  Nuestro título “América Latina” discutido por el Sr. Menéndez Pidal  » in El Sol, Madrid, 4/01/1 (...)

Hace tiempo veo que el neologismo extranjero América latina va cundiendo entre nosotros ; al fin, todo lo que procede de países de más cultura es siempre pegadizo, sea bueno o malo : pero ahora el hallar ese nombre lanzado diariamente a la circulación en un periódico como EL SOL, me mueve a oponerle algún reparo, reparo que dirijo a usted, rogándole haga suyo mi interés si lo cree razonable 29.

26Dans son argumentaire, Menéndez Pidal rappelait la campagne lancée, depuis le début des années 1910, par des journalistes et intellectuels français en faveur des expressions «  Amérique latine  » et «  Latino-Américains  », expressions reprises à leur tour par de nombreux publicistes du continent américain. C’est pourquoi l’éminent linguiste déplorait le choix d’un «  néologisme étranger  », dont la généralisation dans les usages journalistiques et littéraires constituait une impropriété de langage autant qu’une injustice. Pareille confusion paraissait d’autant plus malvenue s’agissant d’un quotidien comme El Sol, qui – comptant parmi ses inspirateurs le philosophe José Ortega y Gasset – se voulait la référence intellectuelle et culturelle de son pays.

27Son principal argument pour rejeter le vocable incriminé était philologique et lié à l’impropriété de l’épithète «  latine  » accolée à l’Amérique. En effet, l’héritage de ce continent était d’après lui hispanique avant d’être latin : ces pays avaient hérité leur langue non du Latium mais de la Péninsule ibérique, c’est-à-dire du Castillan et du Portugais, deux langues non pas latines mais néo-latines. S’inspirant en cela de certains arguments que Miguel de Unamuno avait déjà développés par voie de presse, Menéndez Pidal rejetait également la notion de «  race latine  », qui lui paraissait un non-sens pour l’Espagne, dans la mesure où de nombreux conquistadors étaient eux-mêmes basques, et donc ni ethniquement ni linguistiquement latins. C’était plus encore un non-sens pour l’Amérique, étant donné l’extrême diversité ethnique de ce continent. Par conséquent, pour qualifier l’Amérique située au sud du Rio Grande, l’éminent linguiste jugeait impropre un adjectif ayant pour référence une discutable unité ethnique ou culturelle, lui préférant l’adjectif «  hispanique  », qui lui se réfère à l’unité géographique des peuples ayant colonisé cette partie de l’Amérique. Afin d’éviter toute confusion, Menéndez Pidal s’employait à rappeler l’origine de ce terme : issu du latin Hispania, il servait à l’époque romaine à désigner l’ensemble de la Péninsule ibérique et caractérisait donc conjointement ce qui allait devenir l’Espagne et le Portugal. Comme les pays latino-américains avaient quasiment tous été colonisés par la Péninsule et s’exprimaient dans des langues qui en sont issues – l’espagnol et le portugais, pour l’essentiel –, il était donc juste de refuser la dénomination d’Amérique latine.

28À la fin de son article, Menéndez Pidal abordait un autre argument, de nature éthique celui-ci, mais qu’il développait de façon marginale, en guise de conclusion. Il évoquait la possibilité que l’irruption intempestive du néologisme «  latino-américain  » pourrait relever d’une intention inavouée visant à mettre en avant le rôle d’autres nations se revendiquant comme latines dans l’histoire du Nouveau Monde. Ce faisant, il laissait entendre implicitement qu’en diffusant l’expression «  Amérique latine  », la France aurait cherché à ignorer purement et simplement le rôle premier, voire exclusif, qu’avaient joué la Péninsule et les «  races hispaniques  » au pluriel – Basques compris – dans la construction de cette partie de l’Amérique qui s’étendait du Mexique à la Patagonie. Il concluait en réclamant à la rédaction d’El Sol d’adopter le qualificatif «  hispanique  », ou éventuellement «  ibérique  », qui rétablirait «  la vérité et la justice, mais aussi la propriété du vocable  ».

  • 30 Mariano de Cavia, «  Ibero-América. Otro voto de calidad  » in El Sol, Madrid, 5/01/1918, p. 2 et A (...)

29Cette argumentation, étayée scientifiquement et rédigée sans acrimonie, fut aussitôt reprise dans les mêmes termes par l’écrivain et journaliste libéral Mariano de Cavia et même, bien des années plus tard, par un autre prestigieux philologue, Américo Castro 30. Dans sa réponse aux lettres ouvertes de ces deux académiciens, le journal El Sol rendit justice à leur requête et annonça l’adoption de la dénomination «  Ibero-América  ». Toutefois, le directeur d’El Sol, Félix Lorenzo, crut bon de justifier son choix antérieur. Les motifs invoqués sont intéressants car ils opposent à l’argument linguistique un souci d’adéquation à l’univers mental et culturel des Latino-Américains, lequel, d’après la rédaction, tendrait plus vers l’universalité latine que vers une exception raciale proprement hispanique :

  • 31 «  Las secciones de El Sol. “Ibero-América”. Contestando al señor Menéndez Pidal  » in El Sol, Madr (...)

Por tanto, como nosotros en estas columnas tenemos por lema la sinceridad y creemos que al pueblo español hay que decirle la verdad, por triste que sea, hemos creído rendir homenaje al pensamiento americano, clasificando aquel grupo de hijas de España, no dentro de una excepción sentimentalista, ni tampoco dentro de la inexorabilidad de la misma raigambre racial, sino dentro de un amplio sentido universal, que es el que ostentan los pueblos latinos del mundo 31.

30Conscient de la situation sur le terrain et du rayonnement respectif de l’Espagne et de la France en Amérique latine, le journal El Sol avait ainsi souhaité faire preuve de pragmatisme, mais aussi éviter de verser dans un quelconque repli nationaliste. La rédaction affirmait en effet dans sa réponse avoir refusé de se laisser aller à la «  légitime  », mais trop facile, envie de donner à sa section un franc caractère «  espagnoliste  ».

De la querelle philologique à l’offensive nationaliste

  • 32 Cf. David Marcilhacy, Raza hispana. Hispanoamericanismo e imaginario nacional en la España de la Re (...)

31Ce premier échange permet de comprendre les ressorts plus profonds de la campagne lancée depuis l’Espagne, dans la mesure où toutes les interventions qui se succédèrent dès lors s’inscrivent dans ce que l’on pourrait appeler un pannationalisme linguistique. L’offensive lancée contre la dénomination «  Amérique latine  », née sous la plume d’un philologue, impliqua bientôt les hispanistes et américanistes de tout poil, intellectuels, journalistes, hommes publics, soucieux tous de faire œuvre de vérité autant que de justice et de patriotisme. La vigueur que prit cette campagne jusqu’à la fin des années 1920 s’explique par la place que l’héritage américain avait peu à peu prise dans les discours et les représentations du nationalisme espagnol 32. En effet, depuis le IVe Centenaire de la Découverte (1892) et le tournant du siècle, le souvenir de l’empire américain et la geste coloniale furent progressivement investis comme des motifs de fierté nationale permettant de célébrer les exploits passés de l’Espagne (la mission expansionniste, la domination planétaire, la divulgation de la foi catholique, etc.) et les qualités inaltérables de son peuple (l’abnégation, le courage, le caractère héroïque, etc.). Sous la Restauration des Bourbons et plus encore pendant la dictature de Miguel Primo de Rivera, l’héritage américain fut ainsi mis au service d’une campagne de cohésion nationale visant à restaurer l’orgueil d’un pays se percevant comme déclassé au niveau international. C’est pourquoi l’offensive lancée contre l’expression «  Amérique latine  » fut très tôt reprise par les milieux de l’hispanismo-américanisme conservateur, qui y virent tout à la fois un moyen d’affirmer leur conception puriste de l’essence nationale et une occasion de rappeler aux élites latino-américaines quelle était leur véritable ascendance.

  • 33 Adolfo Bonilla y San Martín, «  América española  » et Juan C. Cebrián, «  El apelativo “Iberoaméri (...)
  • 34 L’accusation était assurément injuste, dans la mesure où ni l’un ni l’autre ne pouvaient être accus (...)

32Le porte-étendard de cette nouvelle campagne fut l’écrivain et journaliste Blanca de los Ríos Nostench de Lampérez, vice-présidente du Centro de Cultura Hispano-Americana et personnalité très influente dans les cercles de la droite intellectuelle et catholique. La toute jeune revue qu’elle dirigeait, Raza española, assura la diffusion sur près d’une dizaine d’années d’une série d’articles sur le sujet, constituant par leur virulence et leur univocité les vecteurs d’une véritable croisade de rectification linguistique et de réhabilitation nationale. Dès sa création en 1919, la revue accueillit dans ses colonnes les adversaires les plus déterminés de l’expression incriminée, parmi lesquels l’académicien de l’histoire Adolfo Bonilla y San Martín, qui professait un hispanisme conservateur inspiré des enseignements de Marcelino Menéndez y Pelayo 33. Arc-boutés sur le prétendu bon droit que l’antériorité historique conférait à l’Espagne, ces auteurs n’hésitèrent pas à attaquer ce qu’ils dénonçaient comme une véritable mystification. Leur argumentation reposait donc davantage sur un motif éthique que proprement philologique, ce qui était annonciateur d’un certain raidissement de la position défendue du côté espagnol. Considérant que les enjeux politiques et diplomatiques inhérents à la question ne pouvaient plus être ignorés depuis le déroulement de la Grande Guerre – laquelle avait contribué à réveiller les sentiments nationalistes –, ils dénonçaient avec vigueur les intellectuels inculpés pour philo-latinité : plus grave encore, parmi ces présumés coupables du crime de lèse-patrie figuraient également des Latino-Américains installés à Madrid, comme le Mexicain Carlos Pereyra ou le Vénézuélien Rufino Blanco Fombona, accusés tout bonnement de renier leur filiation hispanique 34.

L’hispanisme nord-américain au secours des prétentions espagnoles

  • 35 Aurelio Macedonio Espinosa (Ph.D.), América española o Hispano América. El término «  América Latin (...)
  • 36 Juan C. Cebrián, «  ¿Es apropiado el apelativo ibero-americano, como el genuino ibero-americano ? – (...)

33Cette croisade pour la reconnaissance des prérogatives historiques de l’Espagne sur la paternité américaine était orchestrée contre les influences jugées aliénantes du panaméricanisme autant que du panlatinisme. Et pourtant les milieux espagnolistes qui en prirent la tête trouvèrent des alliés inattendus pour alimenter leur campagne : en effet, l’opération de rectification avait commencé plus tôt encore dans les milieux hispanophiles nord-américains. Depuis le milieu des années 1910, plusieurs figures s’étaient exprimées aux États-Unis pour réfuter la dénomination d’Amérique latine : parmi eux, l’universitaire californien Aurelio M. Espinosa, directeur de la revue Hispania, organe de The American Association of Teachers of Spanish, et Professeur de langues romanes à l’Université de Stanford 35. Un autre hispaniste de renom, l’ingénieur espagnol installé à San Francisco, Juan C. Cebrián, était tout aussi actif dans la presse de ce pays. Dans un article publié en 1916 à New York, cet actif promoteur de l’enseignement et de la diffusion de l’espagnol aux États-Unis dénonçait l’utilisation des expressions Latin America et latin-american 36. Il avançait pour cela l’incorrection de l’expression «  Amérique latine  », mais insistait surtout sur son illégitimité. L’Espagne, seule, avait répandu son sang pour conquérir, coloniser et donner naissance aux pays hispano-américains :

Ahora bien : esos países son hijos legítimos de España, sin intervención de Francia ni de Italia : España, sola, derramó su sangre, perdió sus hijos […] ; España, sola, los amamantó, los crió, los guió maternalmente, sin ayuda de Francia ni de Italia […] ; España, sola, los dotó con su idioma, sus leyes, usos y costumbres, vicios y virtudes.

34Au fond, Cebrián voyait dans la campagne qu’avaient lancée les Français et les Italiens un mobile intéressé, un pur instrument de propagande commerciale en faveur de leurs produits.

  • 37 La rédaction de la revue Raza española ouvrit ses colonnes près d’une dizaine de fois à Juan C. Ceb (...)
  • 38 Nuestra Raza es española (ni latina, ni ibera). La Exposición Hispanoamericana de Sevilla y el porv (...)

35La convergence de ces auteurs avec l’américanisme conservateur de la Péninsule était grande et leurs thèses furent reprises à de nombreuses reprises dans les différentes tribunes de diffusion du savoir en Espagne 37. Érigé en pourfendeur de la latinité et étendard des prétentions espagnoles, Juan C. Cebrián fut même nommé Docteur Honoris Causa de l’Université de Madrid en 1924 et membre honoraire de la Real Academia de la Historia en 1927. En point d’orgue à sa campagne de presse, Blanca de los Ríos édita en 1926 une brochure intitulée Nuestra Raza es española (ni latina, ni ibera) 38. Ce document constituait un plaidoyer en faveur de la juste appellation d’«  Amérique hispanique  » et compilait différents articles sur la question. L’un d’eux, signé du même Juan C. Cebrián, allait jusqu’à regretter le changement de nom de la prochaine Exposition de Séville, qui initialement avait été baptisée «  Exposition Hispano-américaine  » avant d’être renommée «  Exposition Ibéro-Américaine  ».

  • 39 David Marcilhacy, «  La péninsule Ibérique et le Mare Nostrum atlantique : ibérisme, hispanisme et (...)
  • 40 Juan C. Cebrián, «  La Exposición Hispanoamericana de Sevilla y el porvenir de la Raza  » in Nuestr (...)
  • 41 Des auteurs comme Aurelio M. Espinosa ou Adolfo Bonilla y San Martín n’hésitaient pas à citer les é (...)

36Les hésitations sur le nom, qui avaient vu s’opposer en Espagne les expressions de Hispanoamérica, Iberoamérica et Latinoamérica, soulevaient aussi le problème des relations et de la parenté culturelle entre l’Espagne et le Portugal. Alors que la dictature de Miguel Primo de Rivera avait entamé un rapprochement avec le Portugal de la junte militaire du général Óscar Carmona, le changement du nom de l’exposition avait pour principale origine les protestations du Portugal et du Brésil, qui avaient utilisé ce prétexte pour conditionner leur future participation à l’exposition de Séville. À travers cette question rejaillissait le vieux contentieux qui opposait les deux nations ibériques, avivé par le rêve jamais éteint de l’Espagne de réaliser l’unité politique de la Péninsule 39. Dans sa croisade contre toute hétérodoxie langagière, Juan C. Cebrián plaida même dans son article pour que la très officielle Unión Ibero-Americana, principale agence de l’américanisme espagnol, change de nom et adopte une appellation plus favorable aux intérêts nationaux de l’Espagne 40. Bien que la plupart des hispanistes considéraient que l’adjectif «  hispanique  » renvoyait à l’Hispania romaine et incluait de ce fait les pays issus des colonisations espagnole aussi bien que portugaise, beaucoup choisirent néanmoins d’être conciliants et admirent le syntagme «  ibéro-américain  », à l’évidence moins connoté 41.

Hispanité contre Latinité : les enjeux idéologiques d’une croisade linguistique

  • 42 Ramiro de Maeztu, Defensa de la Hispanidad, Madrid, Gráfico Universal, 1934.

37L’hostilité affichée d’une majorité d’intellectuels latino-américains à se voir imposer une expression pour leur identification collective ne désarma pas les plus tenaces des lobbyistes espagnols. L’ampleur et la durée de la polémique, qui s’étendit tout au long des années 1920, ne s’expliquent que par les enjeux idéologiques qui la sous-tendent. L’offensive lancée par les pourfendeurs de l’expression «  Amérique latine  » s’inscrit dans un processus de crispation identitaire et de radicalisation idéologique que connut l’Espagne dans les années de l’entre-deux-guerres. Ce raidissement est le reflet des craintes intériorisées par les milieux nationalistes espagnols qui, au lendemain de la Première Guerre mondiale, étaient sur la défensive face aux mutations des sociétés occidentales et aux nouveaux équilibres internationaux. Dans un commun rejet de l’influence des «  races  » anglo-saxonne ou latine, les milieux conservateurs de l’américanisme espagnol alimentèrent un chauvinisme sectaire et défensif, en complet décalage avec la réalité de leurs moyens. Il n’est dès lors guère étonnant de trouver parmi les relais de cette campagne les défenseurs de l’Hispanité, concept qui émergea précisément à la fin des années 1920 et aux débuts de la Seconde République. Si Unamuno en fut le premier concepteur, dans un sens de communauté culturelle unie par la langue, les milieux réactionnaires se l’approprièrent bien vite, lui associant les valeurs traditionnelles et antilibérales qui donneront naissance à la Hispanidad théorisée par Ramiro de Maeztu entre 1931 et 1934 42. Inspiré du terme Chrétienté et construit sur le modèle concurrent de la Latinité, le concept d’Hispanité eut pour ambition de contrecarrer le pouvoir d’attraction du modèle républicain français en réunissant les peuples hispanophones des deux rives de l’Atlantique autour d’un même idéal renvoyant aux figures surannées du chevalier chrétien engagé dans les Croisades et du missionnaire évangélisant les terres vierges du Nouveau Monde. À l’instar du motif impérial dans la propagande phalangiste, le concept d’Hispanité fut utilisé sous la Seconde République comme instrument de reconquête du pouvoir et de résurrection nationale.

  • 43 «  Real Academia de la Historia. Comunicación del académico honorario Juan C. Cebrián, 10 de diciem (...)
  • 44 Manuel Rodríguez-Navas, «  Dodecálogo hispanoamericano  » in Cultura Hispano-Americana, no 67, 15/0 (...)

38On retrouve la même dérive dans le glissement que connut la bataille linguistique pour renommer le sous-continent. L’argument éthique selon lequel l’«  Amérique latine  » constituait un terme étranger et pernicieux fit le lit d’une véritable mise en accusation des défenseurs de la latinité et de leurs alliés, coupables de perpétrer une usurpation visant à déposséder l’Espagne et à en effacer l’empreinte laissée en Amérique. C’est pourquoi ils furent accusés de mystification, acte volontaire et malveillant. Juan Cebrián n’affirmait-il pas, au cours d’une conférence donnée sur le sujet devant la Real Academia de la Historia, que la campagne contre le vocable «  Amérique hispanique  » constituait ni plus ni moins que la troisième phase de la fameuse «  Légende Noire  » antiespagnole, après celles des xviiie et xixe siècles 43 ? Cet argument devint même un leitmotiv des libelles publiés sur le sujet : la dénomination «  Amérique latine  » fut attribuée aux ennemis de toujours de l’Espagne, qui s’emploient à minimiser, voire à effacer le rôle historique de l’Espagne en Amérique. Ainsi en allait-il de l’historien Manuel Rodríguez-Navas, qui publia sous le nom de «  Dodécalogue hispano-américain  » une sorte de catéchisme à l’intention de ses frères des deux rives de l’Atlantique, dont les douze commandements invitaient le lecteur à ne pas se laisser séduire et humilier par la propagande philolatine : «  Repasa la Historia, y recordarás cómo los que invocan hoy el latinismo y hablan de la América latina son los corsarios […] los siglos xvi y xvii44  ». Ce qui était perçu comme un nouvel épisode de la tant décriée légende noire anticoloniale pilotée par la France justifiait le lancement d’une campagne de rectification historique.

  • 45 Expression employée par Mariano de Cavia dans son article du 5 janvier 1918, et reprise – en majusc (...)
  • 46 Ramón de Manjarrés, «  Sobre la denominación de “Latina” aplicada a la América española  » in Congr (...)
  • 47 Ramón de Manjarrés, «  La denominación de “América Latina”  » in II Congreso de Historia y Geografí (...)
  • 48 «  Segundo Congreso de Historia y Geografía Hispanoamericana  » in Cultura Hispano-Americana, no 10 (...)

39Ce type d’arguments imprégna la tonalité des débats des deux congrès d’histoire et de géographie hispano-américaines organisés à Séville en 1914 et 1921. Considérant qu’il s’agissait là avant tout d’une question de Justicia Histórica 45, des historiens espagnols soumirent la question à délibération lors de ces deux congrès. En 1914, l’américaniste Ramón de Manjarrés fit un exposé sur le sujet, où il invita les membres à voter dans leurs conclusions finales une proposition qui imposerait la seule dénomination d’«  Amérique hispanique  », ou «  ibérique  » et qui demanderait aux écrivains latino-américains de renoncer au qualificatif de «  latin  », étant donné l’abdication qu’un tel terme impliquait 46. Sa proposition ne fut pas retenue, mais la même initiative eut plus de succès en 1921, ce qui traduit la crispation nationaliste qui s’était opérée entre-temps. Dans la conférence que le même Manjarrés donna cette année-là 47, il expliquait la diffusion de l’expression incriminée comme le fruit d’agents intéressés à obscurcir la renommée espagnole, à commencer par… les «  catalanistes et autres séparatistes  ». Cette accusation tendancieuse n’empêcha pas les congressistes d’adopter dans leurs résolutions finales un appel à opter pour la dénomination d’«  Amérique espagnole  » ou de «  Républiques hispano-américaines 48  ».

  • 49 «  Nada de Latinismos  », tel est le titre du chapitre que Constantino Suárez consacra à cette ques (...)
  • 50 Benomar (pseudonyme de Rodolfo Gil Benumeya-Torres), «  El futuro problema iberoamericano. Los cuat (...)

40On voit donc combien la question de l’appellation de l’origine faisait en réalité appel à des ressorts idéologiques et c’est pour cette raison que la campagne prit souvent une forme virulente, voire agressive, comme en atteste l’adoption du slogan vengeur «  Nada de latinismos  » dans un libelle de l’époque 49. Contemporaine d’une campagne de révisionnisme historique qui donna parfois lieu à une légende dorée de la colonisation, la défense du syntagme «  Amérique hispanique  » était appelée par ses thuriféraires à imposer le souvenir de l’héritage espagnol dans le continent, une nécessité impérieuse pour ceux qui entendaient combattre le risque d’aliénation culturelle auquel l’Amérique hispanophone était d’après eux soumise. Blanca de los Ríos n’hésitait d’ailleurs pas à accuser ceux qui trahissaient ainsi leurs origines de se rendre coupable d’«  apostasie ethnique  ». Cette perception dramatisée des enjeux relatifs à la dénomination tendit à s’amplifier avec les années. Ainsi, un journaliste s’alarmait-il en 1927 des quatre dangers qui menaçaient l’Amérique ibérique : le nord anglo-saxon, l’est latin, le sud indigéniste et l’ouest jaune. Ce qui l’amenait à qualifier le «  fatal préjugé latin  » de «  “Bête ” apocalyptique de l’idée ibéro-américaine 50  » ! Le climat d’irrationalité qui accompagnait un tel catastrophisme ne pouvait que faire sourire outre-Atlantique et donnait a posteriori raison à la posture initiale de la rédaction du journal El Sol.

En guise de conclusion…

  • 51 Leopoldo Lugones, La grande Argentina, Buenos Aires, Babel, 1930, p. 123.
  • 52 En 1977 l’Instituto de Cultura Hispánica fut remplacé par le Centro Iberoamericano de Cooperación. (...)

41Finalement, la polémique s’essouffla d’elle-même, étant donné les usages qui s’étaient peu à peu imposés outre-Atlantique et dans le reste du monde. Ainsi en 1930 Leopoldo Lugones pouvait-il clore la polémique en affirmant non sans orgueil : «  Somos de la raza latina, y nos conviene serlo 51  ». Pourtant, la controverse ne s’est jamais véritablement éteinte. L’Espagne est restée majoritairement fidèle aux expressions «  Amérique hispanique  » ou «  Amérique ibérique  » et l’emploi du vocable «  Amérique latine  » demeure encore aujourd’hui minoritaire dans l’expression publique qui a cours dans l’ancienne puissance coloniale. Depuis la Transition démocratique, le langage diplomatique a toutefois préféré renoncer à l’épithète «  hispanique  », à l’évidence trop connoté et polémique, et lui substituer celui d’«  ibérique  », sans doute plus consensuel 52.

42La vigueur de la campagne linguistique qui agita l’Espagne de l’entre-deux-guerres ne laisse pas d’étonner. Elle illustre l’imbrication constante entre langage et identité et les forts enjeux liés à la sémantique et aux mots dans le champ du politique et du culturel. D’une certaine façon, son issue est à l’image de la campagne américaniste qui fut lancée depuis l’Espagne à la même époque à l’intention de ses anciennes colonies : sous bien des aspects, il s’agissait d’une croisade chimérique, en grand décalage avec les préoccupations de leurs contemporains latino-américains. Tandis que ceux-ci s’interrogeaient sur le défi que représentait le métissage consubstantiel à ces sociétés pour définir une identité collective cohérente et ouverte sur le monde, bien des Espagnols désireux d’entrer en échange avec le monde atlantique en restaient à une conception chauvine et passéiste de l’hispanité. Alors que pour de nombreux Latino-Américains l’affirmation nationale passait aussi par une émancipation culturelle à l’égard de l’ancienne puissance coloniale, vouloir leur imposer une nomenclature de l’extérieur n’était-il pas alors un combat illusoire voué à l’échec ?

Haut de page

Notes

1 Hervé Guillorel, Toponymie et politique. Les marqueurs linguistiques du territoire, Bruxelles, Bruylant, 2008.

2 Quetzil Castañeda, «  Post/colonial toponymy : writing forward “in reverse”  » in Journal of Latin American Cultural Studies, no 11 (2), 2002, p. 119-134.

3 Cette adaptation du nom d’Amerigo Vespucci serait due à une erreur du cartographe Martin Waldseemüller, qui dans sa Cosmographiae Introductio (1507) attribuait la découverte du Nouveau Monde au navigateur florentin. Cf. Carlos Serrano, El nacimiento de Carmen. Símbolos, mitos y nación, Madrid, Taurus, 1999, p. 295-296.

4 On fera ici référence aux polémiques qui se sont déployées autour des seules expressions Amérique «  latine  », «  hispanique  » ou «  ibérique  », qui ont pour spécificité de souligner les apports de telle ou telle civilisation européenne, à l’exclusion d’autres influences. Bien entendu, d’autres appellations ont aussi été mises en avant par des intellectuels latino-américains soucieux de valoriser les origines diverses du continent américain, en particulier «  Indoamérica  » (Víctor Raúl Haya de la Torre), «  América indo-ibera  » (José Carlos Mariátegui), «  Eurindia  » (Ricardo Rojas) ou encore «  Indo-Afro-Ibero América  » (Carlos Fuentes).

5 Cette controverse qui vit le jour en Espagne dans les années 1910-1920 a été brièvement développée dans : Frederick B. Pike, Hispanismo, 1898-1936. Spanish Conservatives and Liberals and Their Relations with Spanish America, Notre Dame-Londres, University of Notre Dame Press, 1971, p. 198-200 et Isidro Sepúlveda, El sueño de la Madre Patria. Hispanoamericanismo y nacionalismo, Madrid, Marcial Pons-Fundación Carolina, 2005, p. 349-359.

6 John Leddy Phelan, «  Pan-Latinism, French intervention in Mexico (1861-1867) and the genesis of the idea of Latin America  », dans Juan Antonio Ortega y Medina (éd.) in Conciencia y autenticidad históricas. Escritos en homenaje de Edmundo O’Gorman, Mexico, UNAM, 1968, p. 179-198.

7 Une première formulation de cette division entre une Amérique anglo-saxonne au nord et une Amérique latine au sud apparaît dans les chroniques que publia Chevalier au retour du voyage qu’il fit aux États-Unis et au Mexique : Michel Chevalier, Lettres sur l’Amérique du Nord, Paris, Charles Gosselin et Cie, 1836.

8 Michel Chevalier, «  L’expédition du Mexique – I et II  » in Revue des Deux Mondes, Paris, 1/04/1860, p. 513-561, et 15/04/1862, p. 879-918. Cf. Guy-Alain Dugast, La tentation mexicaine en France au xixe siècle : l’image du Mexique et l’Intervention française (1821-1862), Paris, L’Harmattan, 2008.

9 Cf. Arturo Ardao, Génesis de la idea y el nombre de América Latina, Caracas, Celarg, 1980 ; Arturo Andrés Roig, Teoría y crítica del pensamiento latinoamericano, México, Fondo de Cultura Económica, 1981 ; Leopoldo Zea (coord.), Ideas en torno de Latinoamérica, México, UNAM-UDAL, 1986 et Miguel Rojas Mix, Los cien nombres de América : eso que descubrió Colón, Barcelona, Editorial Lumen, 1991.

10 «  Iniciativa de la América  » [1856] in Francisco Bilbao, Obras Completas, Buenos Aires, Imprenta de Buenos Aires, 1866, t. 1, p. 285-304 et José María Torres Caicedo, «  Las dos Américas  » [1856] in El Correo de Ultramar, Paris, 15/02/1857.

11 Mónica Quijada, «  Sobre el origen y difusión del nombre “América Latina” (o una variación heterodoxa en torno al tema de la construcción social de la verdad)  » in Revista de Indias, vol. 58, no 214, 1998, p. 595-616.

12 Rubén Darío, «  El triunfo de Calibán  » in El Tiempo, Buenos Aires, 20/05/1898, et José Enrique Rodó, Ariel (La vida Nueva, III), Montevideo, Dornaleche y Reyes, 1900.

13 Emilio Rodríguez Mendoza, Los Estados desunidos de Suramérica, Valladolid, Talleres Tipográficos Cuesta, 1927.

14 Cf. Juana Sánchez Gey-Venegas, «  Unamuno y Rodó a fin de siglo : análisis de su correspondencia  » in Cirilo Flórez Miguel (coord.), Tu mano es mi destino, Salamanca Ediciones Salamlanca, Biblioteca Unamuno, 2000, p. 425-436.

15 Lettre en date du 15 mai 1900, reprise dans Miguel de Unamuno (éd. Laureano Robles) in Epistoario americano (1890-1936), Salamanca, Ediciones Salamanca, 1996, p. 88-90.

16 «  La raza y la lengua  », Miguel de Unamuno in Obras Completas, Madrid, Escelicer, 1966, tome IV, p. 611.

17 Francisco García Calderón, cité par Carlos Badía Malagrida, El factor geográfico en la política sudamericana, Madrid, Tipografía y litografía Coullaut, 1944 [1919], p. 34.

18 Mónica Quijada, «  Sobre el origen y difusión del nombre “América Latina” (o una variación heterodoxa en torno al tema de la construcción social de la verdad)  », op. cit.

19 «  La raza y la lengua  », Miguel de Unamuno, Obras Completas, op. cit.

20 José del Valle, «  Lenguas imaginadas : Menéndez Pidal, la lingüística hispánica y la configuración del estándar  » in Bulletin of Hispanic Studies, no 76 (2), 1999, p. 215-233.

21 Nicolás Palacios, Raza chilena, Valparaíso, Imprenta y Litografía alemana, 1904, et Manuel Gálvez, El solar de la raza, Buenos Aires, Sociedad Cooperativa «  Nosotros  », 1913.

22 Sur l’impact de la Grande Guerre dans les opinions latino-américaines, Cf. Olivier Compagnon, L’adieu à l’Europe. L’Amérique latine et la Grande Guerre, Paris, Fayard, 2013.

23 David Marcilhacy, «  España y América latina ante la Gran Guerra : el frente de los neutrales  » in Olivier Compagnon, Camille Foulard et Guillemette Martin (coord.), América Latina y la Gran Guerra. Una historia conectada, México, CEMCA, à paraître en 2015.

24 Antonio Niño, «  Orígenes y despliegue de la política cultural  » in Denis Rolland et al., L’Espagne, la France et l’Amérique latine. Politiques culturelles, propagandes et relations internationales, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 23-163.

25 Voir les déclarations du président Paul Deschanel sur le «  Bloc latin  » censé, face à la Mitteleuropa allemande, être constitué de la France, l’Italie et l’Espagne, unies à l’Angleterre (sic !).

26 Cette campagne d’opinion ne prit pas fin après la guerre, bien au contraire. Ainsi, un Bureau Permanent de la Presse latine fut constitué à Paris en 1923. Du côté italien, la propagande fasciste fit de la latinité (Latinità) et de la référence à la Rome impériale l’une des matrices de son discours identitaire.

27 En 1925 fut constituée à Paris l’Association générale des étudiants latino-américains, fondée à l’initiative des classes moyennes latino-américaines pour favoriser les séjours d’étude à Paris et dans le reste de l’Europe.

28 Cf. Rafael Altamira, España y el programa americanista, Madrid, Editorial América, s. d. [1917] et Federico Rahola, Programa americanista : post-guerra, Barcelona, Casa de América, 1918.

29 «  Nuestro título “América Latina” discutido por el Sr. Menéndez Pidal  » in El Sol, Madrid, 4/01/1918, p. 1.

30 Mariano de Cavia, «  Ibero-América. Otro voto de calidad  » in El Sol, Madrid, 5/01/1918, p. 2 et Américo Castro, Ibero América. Su historia y su cultura, New York, The Dryden Press, 1954 [1941], p. 2.

31 «  Las secciones de El Sol. “Ibero-América”. Contestando al señor Menéndez Pidal  » in El Sol, Madrid, 6/01/1918, p. 2.

32 Cf. David Marcilhacy, Raza hispana. Hispanoamericanismo e imaginario nacional en la España de la Restauración, Madrid, CEPC, 2010.

33 Adolfo Bonilla y San Martín, «  América española  » et Juan C. Cebrián, «  El apelativo “Iberoamérica”  » in Raza Española, Madrid, n° 10-11, oct.-nov. 1919, p. 95-101 et 102-104.

34 L’accusation était assurément injuste, dans la mesure où ni l’un ni l’autre ne pouvaient être accusés d’idolâtrie aveugle à l’égard de la France : voir par exemple Carlos Pereyra, «  La Comunidad latina. A confesión de parte, relevo de prueba  », Cultura Hispano-Americana, Madrid, n° 59, 15/10/1917, p. 29-32.

35 Aurelio Macedonio Espinosa (Ph.D.), América española o Hispano América. El término «  América Latina  » es erróneo, Madrid, V. Rico, 1919.

36 Juan C. Cebrián, «  ¿Es apropiado el apelativo ibero-americano, como el genuino ibero-americano ? – No  » in Las Novedades, New York, 02/03/1916.

37 La rédaction de la revue Raza española ouvrit ses colonnes près d’une dizaine de fois à Juan C. Cebrián sur ce sujet. En voici les principales références : «  El apelativo ‘iberoamericano’  », no 10-11, oct.-nov. 1919, p. 102-104 ; «  Hispanoamérica o América Hispánica, pero nunca América Latina  », no 22, oct. 1920, p. 11-18 ; «  Nuestra Raza es exclusivamente ‘española’  », no 45-46, sept.-oct. 1922, p. 18-20 ; «  Nuestra raza es española y no latina  », no 79-80, juil.-août 1925, p. 9-13 et «  Carta abierta a Blanca de los Ríos, defensora de la raza hispana  », no 103-104, juil.-août 1927, p. 3-7.

38 Nuestra Raza es española (ni latina, ni ibera). La Exposición Hispanoamericana de Sevilla y el porvenir de la Raza. Artículos de doña Blanca de los Ríos de Lampérez, de don Aldolfo Bonilla y San Martín, del Profesor norteamericano don A. M. Espinosa y de don Juan C. Cebrián, Madrid, Imprenta de E. Maestre, 1926 (fascicule édité en prévision de la grande Exposition Ibéro-américaine de Séville).

39 David Marcilhacy, «  La péninsule Ibérique et le Mare Nostrum atlantique : ibérisme, hispanisme et américanisme sous le règne d’Alphonse XIII de Bourbon  » in Revista de História das Ideias, vol. 31, 2010, p. 121-154.

40 Juan C. Cebrián, «  La Exposición Hispanoamericana de Sevilla y el porvenir de la Raza  » in Nuestra Raza es española (ni latina, ni ibera)…, op. cit., p. 10.

41 Des auteurs comme Aurelio M. Espinosa ou Adolfo Bonilla y San Martín n’hésitaient pas à citer les écrivains portugais Almeida Garrett et Oliveira Martins à l’appui de leur thèse, allant même jusqu’à récupérer la figure de Camões, dont Menéndez Pelayo disait qu’il avait toujours désigné les Portugais par le terme d’«  Espagnols  » (Cf. Nuestra Raza es española (ni latina, ni ibera)…, op. cit., p. 29 et 39-40).

42 Ramiro de Maeztu, Defensa de la Hispanidad, Madrid, Gráfico Universal, 1934.

43 «  Real Academia de la Historia. Comunicación del académico honorario Juan C. Cebrián, 10 de diciembre de 1926  » in Raza Española, no 99-100, mars-avril. 1927, p. 5.

44 Manuel Rodríguez-Navas, «  Dodecálogo hispanoamericano  » in Cultura Hispano-Americana, no 67, 15/06/1918, p. 40.

45 Expression employée par Mariano de Cavia dans son article du 5 janvier 1918, et reprise – en majuscules – par Juan C. Cebrián dans son article «  La Exposición Hispanoamericana de Sevilla y el porvenir de la Raza  » in Nuestra Raza es española (ni latina, ni ibera)…, op. cit., p. 12.

46 Ramón de Manjarrés, «  Sobre la denominación de “Latina” aplicada a la América española  » in Congreso de Historia y Geografía Hispano Americanas celebrado en Sevilla en abril de 1914. Actas y memorias, Madrid, Est. Tip. de Jaime Ratés, 1914, p. 313 et ss.

47 Ramón de Manjarrés, «  La denominación de “América Latina”  » in II Congreso de Historia y Geografía Hispano Americana celebrado en Sevilla en mayo de 1921. Actas y memorias, Madrid, Est. Tip. de Jaime Ratés, 1921, p. 350.

48 «  Segundo Congreso de Historia y Geografía Hispanoamericana  » in Cultura Hispano-Americana, no 101, mai 1921, p. 47-55.

49 «  Nada de Latinismos  », tel est le titre du chapitre que Constantino Suárez consacra à cette question dans son brûlot intitulé La verdad desnuda. Estudio crítico sobre las relaciones de España y América, Madrid, Rivadeneyra, 1924, p. 37-45.

50 Benomar (pseudonyme de Rodolfo Gil Benumeya-Torres), «  El futuro problema iberoamericano. Los cuatro peligros  » in Revista de las Españas, no 7-8, mars-avr. 1927, p. 209-211.

51 Leopoldo Lugones, La grande Argentina, Buenos Aires, Babel, 1930, p. 123.

52 En 1977 l’Instituto de Cultura Hispánica fut remplacé par le Centro Iberoamericano de Cooperación. On songera également à l’instauration en 1991 des Sommets Ibéro-Américains de Chefs d’État et de Gouvernement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Marcilhacy, « « !Nada de latinismos ! » Amérique « latine » ou Amérique « hispanique » », Cahiers d’études romanes, 30 | 2015, 199-222.

Référence électronique

David Marcilhacy, « « !Nada de latinismos ! » Amérique « latine » ou Amérique « hispanique » », Cahiers d’études romanes [En ligne], 30 | 2015, mis en ligne le 14 avril 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/4846 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.4846

Haut de page

Auteur

David Marcilhacy

Université Paris Sorbonne, Centre de Recherches interdisciplinaires sur les Mondes Ibériques Contemporains (CRIMIC)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org