Navigation – Plan du site
Écrire l'Histoire

Les vecteurs de l’expression politique en Amérique latine (XXe-XXIe siècles)

Gérard Gómez
p. 247-270

Résumés

Les vecteurs de l’expression politique en Amérique latine sont régis non seulement par des acteurs politiques, mais aussi par une violence omniprésente et par le retour d’un certain populisme. Ces acteurs tentent d’anéantir les fondements de la politique nord-américaine sur le continent hispano-américain et reprennent le discours de figures politiques du passé. Les discours, les mots, les symboles et les traditions sont donc les formes emblématiques qui donnent une constance à la vie politique latino-américaine et, depuis une vingtaine d’années, la plupart des régimes puisent leurs discours autour de personnages contestataires. Ce travail traitera donc des personnages politiques latino-américains de ces dernières décennies assumant le rôle de diffuseurs de notions et de références idéologiques.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Amérique latine

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

De la chute du Mur de Berlin à la contestation chiapanèque

  • 1 «  L’Amérique latine a toujours été marquée par l’influence de nombre de processus d’acculturation (...)

1L’Amérique latine connaît depuis le début du xxie siècle un changement profond dans sa société 1. Nombre de processus sociopolitiques ont contribué à générer ces bouleversements : la déroute du consensus néo-libéral, la résurgence de mouvements sociaux (notamment fondés sur des discours critiques) et l’imposition d’une idéologie déterminée par un discours politique progressiste de centre-gauche (thème sur lequel nous reviendrons). Cela s’oppose radicalement au contexte de la fin du siècle dernier, fortement imprégné par les principes définis en 1989 lors du «  Consensus de Washington  ». En effet, d’un point de vue économique, à cette époque, le continent latino-américain avait effectué une importante transformation de son économie en adoptant les projets recommandés par les institutions financières internationales – notamment le Fond Monétaire International (FMI) –. Pour des raisons idéologiques ou budgétaires, la «  métamorphose  » de certains États latino-américains, préconisée alors par lesdites institutions, n’a eu qu’un seul et unique objectif : ouvrir les portes aux services publics à la libre concurrence. D’un point de vue social et politique, il est certain qu’aujourd’hui les discours, les symboles et les traditions sont les formes emblématiques qui donnent une constance aux divers régimes ibéro-américains et, depuis une vingtaine d’années, la plupart des institutions politiques de la «  vague rose  » puisent leurs discours autour de personnages autoritaires et charismatiques (ces derniers endossant le rôle de diffuseurs de concepts et de références idéologiques).

  • 2 Le Tawantinsuyu, mot quechua, fait référence à l’Empire Inca et signifie «  quatre en un  ». Ses pr (...)

2Une vie politique animée donc par l’ambiguïté langagière. Grâce à une pluralité des supports (télévision, radio, presse, Internet), ces personnages autoritaires s’approprient ces notions pour livrer une mise en scène discursive enracinée dans la réalité sociale et économique du continent. Les vecteurs de l’expression politique sont régis non seulement par ces personnages, mais aussi par une violence omniprésente (narcotrafic, corruption, contrebande) et par le retour du populisme. D’autre part, ces acteurs politiques tentent d’anéantir définitivement les fondements du néo-libéralisme jadis imposés par Washington et reprennent le discours de figures du passé telles que Simón Bolívar, José Martí, José Carlos Mariategui, Augusto César Sandino ou encore Víctor Raúl Haya de la Torre. En outre, soulignons la résurrection des mouvements vernaculaires qui défendent une cause identitaire et luttent pour une survie économique et la réflexion politique divulguée par les mouvances syndicales indigènes boliviennes ou péruviennes, s’appuyant sur les principes ancestraux du Tawantinsuyu 2.

3Précisons par ailleurs que l’analyse du contexte politique latino-américain doit aller de pair avec l’étude des rapports qu’ont maintenus les continents latino-américain et européen entre eux. En effet, de nombreux spécialistes soulignent qu’une approche comparatiste est nécessaire pour comprendre leurs évolutions politiques et culturelles et ils définissent un nouveau concept : l’«  Euro-Amérique  ». à travers cette approche transculturative, on peut également déceler des transferts idéologiques et mieux appréhender la circulation des idées. En effet, les criollos ont mis en marche le processus d’indépendance au début du xixe siècle en se basant sur les écrits des auteurs français du xviiie siècle tels que Montesquieu, Voltaire ou Rousseau. Cette approche comparatiste ne peut être comprise à son tour que si on fait abstraction de la place dominante qu’ont toujours occupée les États-Unis dans le monde. Le processus indépendantiste mis en place par Simón Bolívar durant les premières décennies du xixe siècle et les mouvements contestataires d’Emiliano Zapata au Mexique et d’Augusto César Sandino au Nicaragua au début du xxe siècle se sont inscris dans la lignée des révolutions anglaise de 1688, nord-américaine de 1776 et française de 1789.

4En contrepartie, pour saisir les objectifs sociaux de la gauche européenne des années 1960 et 1970, il faut aussi prendre en compte l’influence idéologique qu’a eue sur elle la Révolution cubaine de 1959. En effet, cette révolution a inauguré une nouvelle étape politique, non seulement en Amérique latine mais aussi en Europe. Elle a ouvert les portes à d’autres mouvements contestataires latino-américains, tous acquis à la cause marxiste et surtout animés par une prise de position anti-nord-américaine. La pensée politique préconisée par Fidel Castro et surtout par l’Argentin Ernesto Guevara devenait alors la source incontournable de toutes les guérillas latino-américaines. De la rébellion sandiniste à la pensée bolivarienne chaviste, en passant par les rebelles salvadoriens du «  Front Farabundo Martí de Libération Nationale  » (FMLN), les Colombiens des «  Forces Armées Révolutionnaires Colombiennes (FARC) ou les Guatémaltèques de l’«  Unité Révolutionnaire Nationale Guatémaltèque  » (URNG), toutes se positionneront plus tard par rapport à l’idéologie castriste, idéologie, faut-il le rappeler, indirectement contrôlée par Moscou.

5Il faut signaler aussi le rôle qu’ont joué tout au long des années 1960 et 1970 les Forces Armées des différents États ibéro-américains ainsi que les États Unis qui n’ont pas hésité à propager une idéologie expansionniste libérale. Leur objectif était d’avoir la mainmise sur le secteur économique et de mettre en place une logistique militaire. Celle-ci a soutenu durant plus de vingt-cinq ans des dictatures implacables qui ont eu pour seule mission d’empêcher que l’idéologie marxiste ne s’impose dans un quelconque pays latino-américain. La meilleure façon d’y parvenir a consisté à contrôler le milieu de l’information, de la presse et surtout des syndicats. Dans ce contexte politique trouble, les militaires étaient considérés par l’oligarchie et la bourgeoisie comme les seuls capables de «  maintenir  » la paix sociale face à la corruption et surtout face au «  danger  » communiste. De plus, la récession mondiale de 1984 ayant provoqué la hausse du dollar ainsi que l’augmentation des taux d’intérêt, les pays industrialisés ont alors réduit leurs importations de matières premières (mis à part celle du pétrole), ce qui a eu comme conséquence l’aggravation de la dette des pays latino-américains. Mais en 1991, l’ordre mondial a été bousculé par le dirigeant soviétique de l’époque, Mikhaïl Sergueïevitch Gorbatchev qui, fixant les grandes lignes de la Perestroika, a redéfini ses relations avec les pays de l’Europe et surtout repensé sa position vis-à-vis des États-Unis. Le fait que Moscou et Washington ne se défient plus – ni sur le plan idéologique, ni nucléaire, ni militaire – a résolument changé la conjoncture sociopolitique et économique du monde : le continent latino-américain n’allait plus être une scène de théâtre ou s’affronteraient l’est communiste et l’ouest capitaliste. Mais face à l’énorme dette, les États latino-américains ont dû maintenir une politique budgétaire très stricte imposée par le Fond Monétaire International, à savoir : dévaluation de la monnaie, salaires «  gelés  », diminution des importations et réduction des programmes sociaux. Cette politique austère n’a fait que générer des crises sociales, à cause bien entendu du chômage et des suppressions des aides sociales (surtout dans le domaine de l’éducation et de la santé). Pour faire face à cette situation, plusieurs pays ont adopté une politique de type néolibéral (comme ce fut le cas du gouvernement de Fujimori, au Pérou). Ces gouvernements ont tenté de freiner l’inflation (avec succès parfois), d’ouvrir les marchés, de réduire les importations, les dépenses et les allocations de chômage, de privatiser les entreprises appartenant alors à l’État, d’accroître les profits du capital privé, d’amorcer des réformes fiscales et enfin d’attirer les investissements des grandes compagnies internationales (comme ce fut le cas au Chili sous la dictature d’Augusto Pinochet dans les années 1970 ou en Argentine sous Carlos Menem dans les années 1990). Il va sans dire que les problèmes sociaux et économiques latino-américains ont non seulement disparu, mais bel et bien augmenté, montrant ainsi l’échec du néolibéralisme.

  • 3 Yvon Le Bot, «  Sous-commandant Marcos  » in Le rêve zapatiste, Paris, Seuil, 1997, p. 118.
  • 4 Lucien Sfez, La symbolique politique, Paris, PUF, 1988, p. 4.

6Durant cette période, on pensait que les guérillas faisaient désormais partie du passé. Cependant, le 1er janvier 1994, a jailli une virulente insurrection indigène dans l’État de Chiapas, au Mexique (pour protester contre l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) conclu entre les États-Unis, le Canada et le Mexique signé à cette date). Ce mouvement, annonciateur d’une nouvelle ère politique qui a influencé l’avènement de gouvernements de gauche dénommés la «  vague rose  », a eu un impact très important. Cette révolte, de par son action, a pu être interprétée comme un élan fédérateur, politique et discursif. Cependant, la mouvance politique de l’«  Armée Neo-Zapatiste de Libération Nationale  » (EZLN) s’est d’abord organisée autour d’une logistique armée. D’après Yvon Le Bot : «  à l’origine, l’EZLN, formée en 1983 dans la jungle Lacandone, était animée par une idéologie marxiste-léniniste qui avait pour objectif la prise du pouvoir et la dictature du prolétariat. Cette idéologie politique a évolué au contact des communautés indigènes donnant alors naissance au néo-zapatisme  » 3. C’est la jonction entre un groupe de combattants castristes-guévaristes et une couche de la population vernaculaire chiapanèque qui a donc donné naissance au néo-zapatisme. Mais pour survivre, ce mouvement a dû définir un discours politique. En effet, le discours néo-zapatiste a dû faire appel à la mémoire collective du peuple chiapanèque pour atteindre sa «  cosmogonie  » politique. Si l’on se réfère aux propos de Lucien Sfez : «  le discours politique est spécifiquement affaire de légitimité, c’est-à-dire de croyances et de mémoires validées, en d’autres termes de symboles 4 ». Si on suit le raisonnement de notre spécialiste, la «  symbolique  » politique et le discours de l’EZLN ont été alors, dès le début, rassemblés dans une mise en scène discursive. Le symbole visé par ceux qui ont transmis le discours a dû renvoyer à un événement du passé qui a fait sens chez les récepteurs. Dès lors, on saisit parfaitement pourquoi l’image d’Emiliano Zapata a toujours été nécessaire au sein du mouvement néo-zapatiste en ce qu’elle renvoie au combat envers le porfirisme positiviste, la lutte pour la revendication de ces terres injustement expropriées tout au long du xixe siècle et notamment durant la période correspondant au gouvernement de Porfirio Díaz (1876-1911). Grâce à ce discours, l’EZLN a mis en avant une confrontation entre le peuple chiapanèque et le gouvernement néo-libéral mexicain. à partir de 1995, nombre de groupes altermondialistes, (notamment d’origine européenne), vont adhérer au discours chiapanèque. Précisons que Rafael Sebastián Guillén Vicente – le «  sous-commandant Marcos  », principal leader du mouvement – a su employer les moyens de communications modernes qui commençaient à apparaître à la fin du xxe siècle pour toucher un large public. En effet, si au départ sa stratégie de propagation du discours s’est fondée sur des communiqués de presse, il a par la suite été le premier à utiliser Internet afin de diffuser ses discours au-delà des frontières du Mexique. Le néo-zapatisme est donc passé par le langage du cyberguerrillero.

La «  vague rose  »

  • 5 «  Fernando Lugo ne faisait pas partie des cercles politiques habituels (ancien évêque, il a abando (...)
  • 6 Toutefois, ils ne furent pas les premiers à centrer leurs discours sur la thématique du peuple. Dan (...)

7L’arrivée de la «  vague rose  » en Amérique latine correspond par conséquent à l’avènement de ce qu’on appellera désormais le néo-populisme. Nous en parlerons plus longuement par la suite. Pour beaucoup de spécialistes, les victoires aux élections présidentielles du Brésilien Luiz Inácio Lula da Silva en 2003 et de l’Argentin Néstor Kirchner (décédé en 2010) ont semblé marquer la métamorphose de la scène politique latino-américaine. Celle-ci fut initiée en 1999 par l’arrivée à la présidence du Venezuela d’Hugo Chavez – décédé le 5 mars 2013 –. Cette tendance s’est confirmée avec l’élection du Bolivien Evo Morales en 2006. D’ailleurs, l’arrivée de ce dernier allait être suivie du triomphe électoral de nombre de personnalités de gauche ou de centre-gauche : l’ancien guérillero nicaraguayen Daniel Ortega en 2006, l’Equatorien Rafael Correa en 2007 ou encore le Paraguayen Fernando Lugo en 2008 5 (destitué en 2012 par un coup d’État constitutionnel). Ces personnages politiques ont proposé un discours plus ou moins animé par un élan nationaliste, tout en accordant une attention particulière au «  peuple 6  ». Nous pourrions également rappeler l’arrivée au gouvernement uruguayen, en 2010, d’un autre ancien guérillero, José Mujica, ce qui a d’ailleurs définitivement marqué le «  tournant à gauche  » en Amérique latine.

8Grâce à ces nombreux exemples, nous pouvons constater que les dernières années du xxe siècle et celles du début du xxie siècle ont été marquées par l’avènement – par voie démocratique électorale – de personnalités ayant une idéologie de gauche ou de centre-gauche, toutes animées par une posture anti-nord-américaine. Mais cette ténacité à vouloir s’émanciper de l’autorité de Washington est-elle encore suffisante de nos jours pour assurer un processus d’intégration et une unité tangible sur le continent sud-américain ? Les obstacles à cette intégration ont été nombreux car envers et contre toute apparence, l’obstacle le plus important pour mettre en place ladite intégration a été le clivage politique visible au sein même des différents «  gouvernements de gauche  ».

9Soulignons néanmoins que si la «  vague rose  » s’est peu à peu imposée sur l’ensemble du continent latino-américain, c’est bien parce que les États-Unis ont décidé de changer de cap après les attentats de New-York en 2001. Les priorités n’étaient désormais plus les mêmes : il ne s’agissait plus de combattre le communisme ou le narcotrafic mais le terrorisme. L’Amérique latine au début du xxie siècle n’est donc plus celle des trois dernières décennies du siècle précédent où Washington faisait ce que bon lui semblait par le biais du Fond Monétaire International, de la Banque Mondiale, mais aussi de l’Agence Centrale du Renseignement (CIA) et du Pentagone. Cela ne signifie pas pour autant que les États-Unis n’ont plus aucune influence aujourd’hui sur le contexte économique ou politique de l’Amérique latine. Les ingérences nord-américaines – si elles ne jouent plus un rôle idéologique majeur – sont cependant toujours importantes dans les secteurs financiers par le biais de ses multinationales, d’accords bilatéraux de libre-échange et d’organismes multilatéraux. Le gouvernement nord-américain n’a pas manqué non plus de critiquer la politique de gauche de pays tels que le Venezuela, la Bolivie ou encore l’Equateur, pour ne citer qu’eux.

  • 7 Renée Fregosi, «  Chili, Brésil, Argentine : femmes présidentes dans un pays machiste, le paradoxe  (...)

10Nous avons tenté de démontrer jusqu’ici que depuis la période correspondant à la chute du Mur de Berlin en 1989 – qui a d’une certaine manière marqué non seulement la fin des mouvements contestataires procommunistes mais aussi celle des dictatures militaires – la société latino-américaine s’est métamorphosée, notamment dans le domaine politique, et ce malgré les problèmes économiques dont nous en avons fait état. Il faudrait ajouter que l’imposition lente mais progressive de la démocratie a favorisé soit la réélection, soit l’émergence, soit le retour d’un nombre important de dirigeants sur la scène politique du continent, en l’occurrence des femmes (surtout au sein des partis prônant une politique de gauche, plus ouverts et surtout plus à l’écoute des discours des femmes). En effet, nombre d’entre elles jouent désormais un rôle important dans le monde politique du continent. Nous faisons allusion à Cristina Fernández de Kirchner (veuve de l’ancien président, Néstor Kirchner), présidente de l’Argentine élue une première fois en 2007 et réélue en 2011, qui prêche pour un néo-péronisme qui ne semble pas atteindre ses objectifs, Michelle Bachelet, présidente du Chili récemment réélue en 2014 (et qui avait déjà assumé la présidence entre 2006 et 2010) qui, malgré un discours de centre-gauche, esquisse une politique économique de tendance résolument libérale, Dilma Rousseff, présidente du Brésil, élue une première fois en 2011 et réélue en 2014, qui a bien du mal à poursuivre les réformes sociales mises en place par Lula, son prédécesseur, et Laura Chinchilla Miranda qui a été présidente du Costa Rica entre 2010 et 2014. La place des femmes dans le milieu politique a progressé grâce surtout à l’établissement de quotas, garantissant aux femmes un minimum de places sur les listes électorales. Renée Fregosi atteste en ce sens : «  On peut parler d’une féminisation de la vie politique. La moyenne de femmes élues est de 22  % en Amérique latine, le Brésil faisant figure d’exception avec seulement 9  % d’élues. Une politique de quotas a été mise en place dans différents pays, comme au Nicaragua qui a un taux de 40  % de femmes politiques, paradoxalement dans une société très pudibonde où le nombre de femmes battues atteint des records 7  ». Toutefois, si des progrès ont été accomplis en Amérique latine concernant la représentation des femmes en politique, il reste encore beaucoup à faire pour parvenir à une réelle égalité avec les hommes. Les discours politiques de celles-ci – notamment dans le domaine rural, marqué par une mentalité machiste et encore sous l’influence de la morale conservatrice prônée par la religion catholique –, n’ont pas encore un impact important. En outre, le nombre de femmes s’engageant dans la vie politique est très inégal d’un État à l’autre.

Les vecteurs discursifs de la «  vague rose  » : les discours néo-populistes

11Soulignons pour mémoire que d’un point de vue historique, le populisme est un mouvement politique russe de la fin du xixe et du début du xxe siècles qui militait contre le tsarisme en revendiquant la cause des mujicos (à savoir les paysans), tout en préconisant le développement des collectivités agraires. Après la Révolution bolchévique de 1917, ce «  discours populiste  » a eu un certain impact en Europe et nombre de dirigeants n’ont pas hésité à s’appuyer sur cette nouvelle vague contestataire pour imposer, non pas une idéologie revendiquant les droits du peuple, mais bien au contraire une pensée fasciste. Il suffit de citer l’exemple de l’Italien Benito Mussolini. Cette approche populiste a par la suite logiquement influencé les dirigeants latino-américains qui n’ont pas manqué de proposer des discours fondés sur le concept du peuple, du pater, de la patrie, un discours donc éminemment nationaliste. Nous pourrions faire allusion au Péruvien Augusto Leguía, au Mexicain Lázaro Cárdenas, au Brésilien GetulioVargas ou encore à l’Argentin Juan Domingo Perón qui, au-delà d’un discours populiste-revisioniste, imposera une pensée «  justicialiste  » (celle-ci définissant ce que l’on appelle de nos jours le «  péronisme  », voire le «  néo-péronisme  »).

12La phase qui s’est ouverte après la fin des autoritarismes militaires a permis aux pays latino-américains de prendre un certain recul par rapport à l’emprise états-unienne. Cela leur a par ailleurs assuré une autonomie plus large, autant sur le plan idéologique, sociopolitique qu’économique. Les nouveaux leaders politiques qui ont accédé au pouvoir ont alors redécouvert la fonction primordiale de l’État et cela a eu une conséquence importante : la renaissance du discours nationaliste. Toutefois, la revendication du principe de la «  nation  » a mis à mal l’établissement du processus d’intégration régionale et par voie de conséquence l’avènement du néo-populisme. Mais, nous venons de l’expliquer, l’Amérique latine a toujours été de toute manière un terreau fertile pour le développement des politiques populistes. Son histoire tourmentée a inlassablement été écrite à partir d’événements et d’actions de personnages politiques déterminés, parfois pathétiques, souvent charismatiques, capables de stimuler l’adhésion des masses assujetties à leurs discours. Il est intéressant de noter que l’arrivée du néo-populisme en Amérique latine a suscité de nombreux débats, non seulement sur le continent latino-américain, mais aussi en Europe où un certain discours populiste s’est également peu à peu profilé. Néanmoins, il est certain qu’il ne s’agit en aucune manière du «  même  » populisme. A ce propos, Georges Couffignal affirme :

  • 8 Georges Couffignal, «  Amérique latine : entre violence politique et populisme  » in Institut franç (...)

Les formes politiques nouvelles qui surgissent sont qualifiées rapidement de «  populistes  », sans préciser toutefois ce que l’on met derrière ce terme repoussoir. On aime parler de populisme dès lors que l’on voit des politiques sociales audacieuses. La connotation péjorative du populisme en Europe s’explique par le fait qu’il renvoie aux politiques des dirigeants d’extrême droite […] ou à ceux qui ont fondé leur politique sur la communication et les médias […]. En Amérique latine le terme n’est pas excluant mais incluant : pratique politique qui vise à incorporer des marginaux dans la société 8.

  • 9 Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1969, p. 30.

13Les populistes sont souvent désignés comme tels en raison de leur détermination à maintenir un contact étroit avec le peuple en faisant appel aux ressorts affectifs, tout en soutenant un discours démagogique qui a pour seul but d’exalter les valeurs et les origines de la nation. Le piège consiste en un dérapage vers des pratiques arbitraires. Nous connaissons tous l’opposition qui a orienté les recherches linguistiques de Ferdinand de Saussure entre la réalité sociale représentée par la «  langue  » et la réalité sociale représentée par la «  parole. Cette opposition divise, selon le linguiste suisse : «  ce qui est social de ce qui est individuel […] ce qui est essentiel de ce qui est accessoire et plus ou moins accidentel  » 9. Le principe du «  discours  » a été conceptualisé par Zellig Sabbetai Harris, linguiste nord-américain d’origine ukrainienne. Celui-ci a défini à son tour la méthode pour analyser les principes linguistiques qui vont au-delà du simple cadre d’une phrase. Il a souligné que tout projet politique dépend du «  discours  » ; il permet aux opinions de circuler dans une communauté où les individus se confrontent, une confrontation fondée sur le principe de la «  fusion-opposition  » entre l’énonciation et la réception. Le discours, bâti donc sur un face-à-face et diffusé par un émetteur légitime, se caractérise par le besoin d’agir sur un autre.

  • 10 «  Depuis toujours, la langue guarani a été appelée à jouer un rôle bien différent de celui assigné (...)

14On pourrait se demander alors comment fonctionnent ces discours contestataires et quelles sont leurs perspectives idéologiques. La tâche n’est pas aisée car il ne s’agit pas d’analyser le contexte politique d’un seul pays, mais celui d’un continent. Aussi, dans le cas latino-américain, l’analyse des mots du politique n’est pas facile dans la mesure où les locutions divergent d’un État à un autre, d’une région à une autre. Il est important de souligner également que si la langue de Cervantès est commune à tous les États latino-américains – sauf bien sûr au Brésil –, les langues vernaculaires jouent aussi un rôle important dans le monde politique. Il suffit de citer le Paraguay (marqué par un bilinguisme diglossique) où depuis toujours, les acteurs du monde politique, à la recherche du soutien de la paysannerie analphabète, utilisent le guarani 10.

  • 11 «  Dans le scénario d’un gouvernement de la gauche sociale-démocrate, le discours populiste n’est p (...)

15Ces discours contestataires de gauche se sont donc adaptés, en toute logique, aux spécificités culturelles, sociales et politiques de chaque État latino-américain. Dès lors, on peut affirmer que «  chaque gauche  » a connu une trajectoire différente. Néanmoins, au fil du temps, les historiens ont répertorié deux tendances clairement distinctes : d’une part une gauche modérée dite «  socio-démocrate  », d’autre part une gauche dénommée «  radicale  ». La virulence discursive entre elles est parfois cassante : les leaders modérés ne manquent pas d’être désignés comme des «  traîtres  » par la gauche de mano dura qui leur reproche leurs postures timorées et leur impuissance à respecter leurs engagements. En général, le leader d’un courant socio-démocrate se présente aux élections présidentielles au nom d’un parti politique, mais le plus souvent au nom d’une coalition. À titre d’exemple nous pourrions citer des personnages politiques que nous avons déjà évoqués comme Luiz Inácio Lula da Silva, Michelle Bachelet, José Mujica ou encore Dilma Roussef. Ce leader exerce son pouvoir à travers cette coalition et les conclusions auxquelles il arrive au moment de prendre des décisions importantes sont les résultats d’un débat au sein du parti. Ce type de gouvernement tente de trouver avant tout un équilibre pragmatique entre les différents courants internes du parti (chaque courant faisant contrepoids au courant qui lui fait face). La gauche socio-démocrate a par conséquent toujours le souci de respecter le système fondé sur la démocratie représentative. Ses représentants ne proposent pas un discours populiste polarisé opposant ceux qui sont pour et ceux qui sont contre le peuple. Ils ne s’affichent guère comme les «  sauveurs  » ou comme les «  rassembleurs  » dudit peuple 11. La gauche radicale, quant à elle, désigne également un leader qui représente de la même façon un parti et parfois, mais c’est beaucoup plus rare, une coalition. La différence avec le courant socio-démocrate est qu’une fois élu, ce leader se démarque du parti (ou de la coalition) pour imposer un pouvoir individuel, voire égocentrique, fondé sur un discours polarisé. Il défie les normes politiciennes, les institutions administratives, les codes juridiques car il est désormais «  le  » représentant du peuple, de «  son  » peuple. Il est investi d’une mission et doit la mener à bien, quitte à lutter contre les ennemis de la nation. Il est au-dessus de toute idéologie. Nous l’avons vu, depuis l’arrivée de la «  vague rose  », les leaders néo-populistes de la gauche radicale – fortement marqués par la pensée castriste – ont eu un ennemi désigné à l’avance : l’impérialisme nord-américain.

  • 12 Selon la définition donnée par l’École des Hautes Études Politiques : «  le populisme désigne l’idé (...)
  • 13 D’autres parlent encore de discours «  pétropopuliste  » (évoquant de façon certaine l’ancien prési (...)
  • 14 Serge de Sousa, «  Peuple et populisme dans l’Amérique latine du “tournant à gauche”  : Hugo Chávez (...)

16Tous les spécialistes de l’Amérique latine ont donc décelé dans ce virage à gauche un retour du discours populiste 12. Selon eux, les plus éminents représentants de cette nouvelle tendance «  néo-populiste  » sont Chávez (de son vivant) et Morales 13. La distinction fondamentale entre les dirigeants populistes d’hier, que nous avons cités, et les présidents vénézuélien et bolivien, réside dans le fait que chez ces derniers on a pu capter dans leurs discours l’apparition du «  moi  ». à ce propos, Serge de Sousa, spécialiste de la question, souligne que : «  La forte présence du “yo” se double, dans les discours d’Hugo Chavez et d’Evo Morales, de la pratique fréquente de l’auto-désignation à travers leur nom ou prénom, ce qui distingue encore ces deux leaders des corpus témoins et renforce cette personnalisation du discours. Ainsi ce n’est pas la présence de “pueblo” en bonne place dans l’index hiérarchique qui distinguerait le discours dit “néo-populiste” du discours révolutionnaire ou socialiste antérieur, mais plutôt l’irruption du “yo” et la personnification du discours 14  ». Il est vrai que l’«  irruption du moi  » semble caractériser la plupart des discours ayant un penchant populiste ; toutefois, on pourrait ajouter que ces types de discours sont non seulement fréquemment teintés d’une «  démagogie nationaliste  » (en ce sens qu’ils proposent de «  restituer  » le pouvoir au peuple et qu’ils n’hésitent pas à mobiliser les masses par des promesses électoralistes), mais qu’ils ne remplissent pas toujours leurs engagements. Il est aisé de constater par ailleurs que nombre de dirigeants populistes, lorsqu’ils ont pris le pouvoir, ont souvent remis en question les formes usuelles de la démocratie au bénéfice d’un autoritarisme opportuniste qui s’est toujours appuyé sur des secteurs présumés être au «  service  » de la nation. Ces facteurs ont fait que les opposants à ces gouvernements populistes – qui n’ont jamais hésité à employer le terme «  populisme  » dans un sens dépréciatif – ont tenté de démontrer les incohérences desdits discours (impossibilité d’«  accorder  » le pouvoir à une population professionnellement non qualifiée, abandonnée à elle-même, souvent analphabète etc.). Si nous nous référons aux propos du spécialiste précédemment cité, nous pouvons en déduire que cette approche discursive se fonde sur un projet connu somme toute depuis longtemps : tout discours politique doit être destiné à un récepteur (à savoir la nation), mais celle-ci doit à son tour approuver le discours de l’émetteur (le leader).

  • 15 Marc Augé, Pour une anthropologie des mondes contemporains, Paris, Flammarion, 1994, p. 95.

17En effet, tout personnage politique se trouve dans une «  situation bicéphale  » dans la mesure où il doit non seulement révéler la pertinence de sa visée politique, mais aussi faire en sorte que les individus de la nation adhèrent à ces visées. Comme le précise Marc Augé : «  il doit inscrire son projet dans la longévité d’un ordre social 15  ». Cette longévité résulte donc de principes définis tout au long de l’Histoire. En outre, il semble évident que tout personnage politique – pour s’imposer en tant que leadeur d’«  un ordre social  » – doit saisir que la longévité de sa visée politique dépendra en grande partie du rapport qu’il établira avec la communauté. Nous comprenons mieux dès lors le sens des propos tenus par Serge de Sousa qui souligne, en parlant du président vénézuélien et du président bolivien, que leurs «  moi  » fait référence au «  peuple  » ; ils se sont en réalité «  construit  » une double identité discursive : l’une faisant allusion «  au politique  » (à savoir la polis, lieu où peut s’exprimer une pensée relative aux individus), l’autre «  à la politique  » (lieu où les décisions du gouvernement sont prises). La première est sans conteste la plus importante car elle conceptualise l’orientation idéologique du sujet suggéré par le discours du personnage politique. Patrick Chareaudeau, spécialiste renommé du discours politique en France, certifie que :

  • 16 Patrick Chareaudeau, Le discours politique. Les masques du pouvoir, Paris, Vuibert, 2005, p. 61.

L’homme politique, dans sa singularité, parle pour tous en tant qu’il est porteur de valeurs transcendantales : il est la voix de tous à travers sa voix, et en même temps il s’adresse à tous comme s’il n’était que le porte-parole de la voix d’un Tiers, énonciateur d’une idéalité sociale. Il établit une sorte de pacte d’alliance entre ces trois types de voix – la voix du Tiers, la voix du Je, la voix du Tu‑Tous – qui finissent par se fondre en un corps social abstrait, souvent exprimé par un On qui joue le rôle de guide 16.

18Il est cependant important de souligner que si Chávez et Morales ont bien été (le président bolivien l’étant toujours) les «  voix  », pour ne pas dire les «  porte-paroles  » de l’idéologie néo-populiste de ces dernières années sur le continent sud-américain, ils ont surtout été les porteurs d’un idéal défini par un «  tiers  » qui a mis en exergue une pensée anti-nord-américaine, voire anti européenne dans le cas du président bolivien. Mais les fondements même de leurs élocutions discursives ne pouvaient en aucune façon être similaires, chacune évoluant dans des contextes politiques et économiques différents (même si lesdits discours ont toujours visé deux aspects essentiels de toute idéologie populiste : la communauté civile et le pouvoir d’État). Comme cela a été le cas du sous-commandant Marcos au Mexique, la «  symbolique  » politique et la mémoire communautaire vénézuélienne n’étaient pas les mêmes que celles de la région de l’Altiplano. En tout cas, ce qui a toujours plaidé en leur faveur est le fait qu’ils aient été élus démocratiquement. En effet, dans la mesure où ils ont été élus par les urnes, ils ont revendiqué être les représentants d’une «  démocratie participative  », leurs discours ne pouvant découler que d’une mémoire collective, celle-ci devenant ainsi le fondement même de leurs idéologie politique. Malgré le principe de la «  démocratie participative  », véritable bouclier contre les critiques venant des partis de l’opposition, il est indéniable que les mouvances populistes latino-américaines – qu’elles soient de tendance modérée ou radicale – ont toutes des points en commun. En effet, en examinant attentivement ces mouvements politiques, on décèle qu’ils ont suscité la création de nombreuses formes d’encadrement qui entourent notamment les jeunes et les couches les plus démunies de la population. Les syndicats, d’inspiration en général corporatiste, jouent ici un rôle essentiel en se posant comme les diffuseurs, voire même les porte-paroles des leaders. Ils ont bien évidemment l’appui du Parti officiel dudit leader : étant tous deux la colonne vertébrale du système, ils ont carte blanche pour se positionner comme des émetteurs du discours du chef du gouvernement. Cela signifie que les syndiqués (les récepteurs) doivent agir en collaboration avec les autorités. Les syndicats péronistes argentins jadis et les syndicats évistes boliviens aujourd’hui sont les exemples les plus significatifs.

19Mais il serait erronée de percevoir ces structures d’encadrement idéologique sous la seule perspective de la contrainte forcée ou du contrôle despotique, car quoi que disent leurs opposants (la Fedecámaras vénézuélienne, l’oligarchie bolivienne de Santa Cruz ou les représentants du secteur pétrolifère équatorien), les gouvernements néo-populistes actuels accordent aux secteurs populaires mobilisés de très importants bénéfices sociaux inédits (éducation, logement, assistance médicale etc.) qui permettent de comprendre leur allégeance au système. Les mouvements pro-chavistes en étaient, et sont encore, un exemple probant. Citons à titre d’exemple le rôle très important joué par le gouvernement cubain. En effet, entre 2002 et 2007, trente mille médecins cubains ont travaillé sur le territoire vénézuélien de manière bénévole. D’après les statistiques, durant cette période, près de neuf millions de Vénézuéliens ont pu bénéficier de l’aide sanitaire cubaine ce qui, d’après l’Associated Press, a permis de sauver la vie de mille cent cinquante-trois enfants. Cette période correspond d’ailleurs à la construction de six nouveaux hôpitaux dans les régions de Mérida, Miranda, Apure, Guárnico Barinas et Caracas. Selon ces mêmes sources, le gouvernement chaviste de l’époque a investi huit cent millions d’euros dans le Système public de la santé et a permis une revalorisation salariale des médecins vénézuéliens de soixante pour cent. Ces mesures, très coûteuses, ont été rendues possibles grâce à la hausse du prix du pétrole vénézuélien ; ce qui a valu à Chávez nombre de critiques de la part de l’opposition appuyée par les États-Unis, alors dirigés par George Bush.

  • 17 Salim Lamrani, «  La dette de Cuba à l’égard du Venezuela  » in Voltairenet.org., Paris, 2007.
  • 18 Serge de Sousa, «  Peuple et populisme dans l’Amérique latine du «  tournant à gauche  » : Hugo Chá (...)

20Mais comme le souligne Salim Lamrani : «  A l’opposé, le président Bush a mis son veto à la législation adoptée par le Congrès destinée à ouvrir l’accès aux soins pour les enfants pauvres, en raison de la nécessaire austérité budgétaire, alors que des milliards de dollars sont dépensés dans l’occupation illégitime et meurtrière de l’Irak. Deux visions de la société s’affrontent entre Chávez et Bush : le bien-être des plus démunis d’un côté et les profits des multinationales de l’autre 17  ». En dépit donc des décisions arbitraires parfois prises par le président vénézuélien, il a été considéré par les paysans et les ouvriers qui le soutenaient comme le leadeur d’un régime libérateur, un régime qui a fait d’eux des citoyens. Ce sentiment s’est renforcé par le fait que le «  peuple  » a porté son héros, le pater, représentant de la patrie, au plus hautes fonctions de l’État. D’ailleurs, pour asseoir sa légitimité en tant que représentant du peuple il se portait comme le «  messager  » du Venezuela auprès des autres «  peuples  » en qui il avait «  confiance  » (cubain, bolivien, brésilien ou encore iranien ; ce qui lui a valu, une fois de plus, des critiques de la part de Washington car à l’époque le dirigeant iranien, Mahmoud Ahmadinejad, était l’un des ennemis jurés des États-Unis). Un point qui doit être également précisé est le fait qu’à travers le concept de peuple, Chávez ait établi une distinction très claire entre «  démocratie  » et «  démocratique  ». En effet, à en juger par les propos de Serge de Sousa : «  d’une part le rappel fréquent que la démocratie c’est le pouvoir du peuple et d’autre part que la démocratie représentative est nécessaire mais pas suffisante pour que le peuple puisse exercer ce pouvoir, cette souveraineté ; la démocratie représentative doit donc être dépassée par une démocratie participative. Ce faisant, Chávez critique la démocratie vénézuélienne antérieure, et plus largement les démocraties latino-américaines et occidentales qui ne sont selon lui que faux semblant 18  ». Il devient alors manifeste que la légation du pouvoir à la nation, principe incontournable de toute visée politique populiste, a été le fil conducteur de son discours, un discours d’ailleurs fortement normalisé, voire standardisé ; ce qui montre à quel point l’idéologie castriste-marxiste au eu une influence importante sur lui. S’il faisait systématiquement référence au contrôle de l’oligarchie caraqueña sur les richesses naturelles du pays, l’essentiel était de critiquer le fait que cette dernière ait dirigé, depuis la période de l’indépendance, le Venezuela contre la nation et surtout contre Simón Bolívar, «  père de la patrie  ». Dès lors, pour le président vénézuélien, il fallait accorder une temporalité à la pensée intégrationniste et visionnaire du Libertador, faire connaître aux Vénézuéliens les grands axes politiques que ce dernier avait jadis proposés aux nouvelles nations devenues indépendantes de la Couronne espagnole, le plus important étant de faire face à la «  Doctrine Monroe  », établie en 1823 par les Nord-Américains.

  • 19 En effet, les idées de Chávez s’inspirent de trois personnages historiques du xixe siècle. Tout d’a (...)

21En tant que nouveau représentant du peuple vénézuélien et messager du «  projet bolivarien  », et pour que la démocratie participative trouve tout son sens, sa politique néo-populiste s’est appuyée sur ce qu’il a appelé lui-même l’«  arbre aux trois branches  » 19. Le discours chaviste sur la nation s’est donc logiquement fondé sur le témoignage historique. En ce sens, il rappelait le discours de Daniel Ortega qui sublimait – du temps où il s’était engagé dans le mouvement sandiniste – l’action politique d’Augusto César Sandino qui s’était battu dans les années 1930 contre la politique expansionniste des États-Unis au sein des pays de l’Amérique centrale (qui sont par la suite devenus des «  Républiques bananières  », tant l’emprise nord-américaine a été importante) ou encore le discours de Fidel Castro qui, lui, a fait référence à José Martí, leader cubain de la lutte contre l’impérialisme imposé par Washington dans la région des Caraïbes à la fin du xixe siècle (et qui a abouti à la perte de Cuba de la part des Espagnols). Cette politique impérialiste va marquer toute la première moitié du xxe siècle cubain, l’île étant désormais soumise aux directives dictées en 1901 par l’amendement Plat.

22Le «  projet bolivarien  » de la nouvelle «  République Bolivarienne du Venezuela  » s’est alors axé sur cinq sections qui ont constitué les fondements du processus sociopolitique et économique du pays. La première, proposait la transformation du cadre constitutionnel pour légitimer les pouvoirs politiques de l’État. La deuxième définissait les principes économiques. D’après le président vénézuélien, il fallait impérativement lutter contre le modèle néo-libéral qui a toujours imposé injustices et inégalités. Il a donc préconisé le développement d’une économie autogestionnaire qui arriverait à aider les macro-entreprises tout comme les microentreprises, (l’objectif étant de diversifier la production). La troisième concernait le secteur social. Ce secteur était considéré par Chávez comme l’un des plus importants. Son gouvernement a tenté de mettre en marche une nouvelle politique de distribution alimentaire, d’améliorer le système de santé, celui de la sécurité sociale et de l’éducation (ce pôle, appelé «  Plan Bolívar 2000  », a sans aucun doute été inspiré du justicialisme péroniste). La quatrième a eu pour objectif de redéfinir la répartition de la population du pays et les activités économiques (créer donc un nouvel équilibre territorial géopolitique). Enfin, la cinquième et dernière section avait pour but définir une nouvelle politique envers les pays étrangers. En tant que «  bolivarien  », Chávez ne pouvait qu’encourager une politique qui viserait à relancer un projet d’intégration latino-américaine pour faire face à la puissance des États Unis.

23Le discours d’Evo Morales, loin de toute approche abstraite, était – et est aujourd’hui encore – plus pragmatique, le plus important étant de revendiquer la mémoire vernaculaire, revendiquer les droits des Indiens blâmés depuis l’arrivée des Espagnols sur le sol de l’Altiplano. Sa logique discursive, moins intellectualisée que celle de Chávez, tend ainsi vers une critique exacerbée du libéralisme sauvage qui, il y a encore peu de temps – au temps de «  La Rosca  » et des gouvernements plus récents comme celui de Gonzalo Sánchez de Lozada – exploitait l’élément autochtone dans les mines et dans les campagnes boliviennes. Le fil conducteur de son discours est donc l’exclusion sociale. Grâce à cette logique discursive, Morales a réussi à faire en sorte que la nation soit introduite dans l’arène politique élitiste de La Paz. Par conséquent, il n’est guère surprenant de trouver dans son discours le mot «  peuple  ». Ce peuple, avant tout bolivien, doit être pris au sens le plus large possible car les allusions aux différentes provinces du pays sont systématiques. Il s’agit essentiellement de revendiquer l’essence culturelle de chaque ethnie bolivienne. En outre, Morales ne manque pas une opportunité – comme l’a fait Chávez avant lui – de faire référence aux autres peuples «  amis  » du continent latino-américain (peuple cubain, peuple vénézuélien, peuple chilien etc.). Il est important de rappeler que la prise du pouvoir de la part du président bolivien n’est pas due au hasard. L’arrivée, en 2002, du «  Movimiento Al Socialismo  » dans la vie politique de la Bolivie est clairement le résultat d’une mutation sociale et culturelle lente mais graduelle. Le mouvement cocalero, représenté alors par Morales, s’est imposé comme le porte-parole du peuple face aux politiques néo-libérales et il a joué un rôle important dans cette métamorphose de la société bolivienne. D’après Cécile Casen et Erwan Sommerer :

  • 20 Cécile Casen, Erwan Sommerer, «  Le peuple et la coca. Populisme cocalero et restructuration de l’é (...)

L’ancien syndicaliste Evo Morales s’est présenté comme le détenteur d’une souveraineté qu’il a prétendu restituer au peuple afin que celui-ci retrouve une parole que lui auraient confisquée les élites qui se partageaient le pouvoir depuis la transition démocratique. Ce discours contestataire anti-impérialiste, éminemment influencé par la politique chaviste, marquée par le néo-populisme, porte en lui la restructuration symbolique d’un échiquier partisan d’où sont exclus les partis traditionnels, rejetés hors du champ légitime de la nation réelle. Ainsi, entre respect de la diversité culturelle bolivienne et défense d’un peuple perçu comme une entité opaque et homogène, le MAS est aujourd’hui à un point d’incertitude entre repli néo-populiste et renouvellement du jeu pluraliste au profit des institutions démocratiques 20.

  • 21 Encouragée par l’ethnicité et par un élan nationaliste, la «  guerre du gaz  » (nom donné aux mouve (...)
  • 22 «  L’État bolivien décida, pendant la période néolibérale, que seuls les riches et les classes moye (...)
  • 23 D’après Enrique Krauze : «  Le populisme redistribue directement les richesses, mobilise en permane (...)

24En effet, la mise en place calculée du MAS comme «  outil politique  » d’une confédération de groupes vernaculaires syndicalisés a permis d’avaliser les succès sociaux – et aussi le discours populiste de son leader Morales – à travers son élan institutionnel et surtout sa faculté à rallier nombre de groupes ethniques pour une seule et même cause. C’est cette tendance communautaire qui a déterminé la posture discursive de Morales (et de son parti). Par ailleurs, il est aisé de constater qu’il a su tirer profit des événements cruciaux (guerre du gaz 21, guerre de l’eau 22) pour les transformer en atouts, tout en proposant des réformes sociales importantes. Il a su s’associer aux mouvances contestataires tout en revendiquant d’une part leurs intérêts, d’autre part les intérêts de l’«  ethno-nationalisme  », définis par son discours néo-populiste. Le contrôle de ces intérêts – ainsi que le contrôle des richesses naturelles de la Bolivie – n’ont eu, depuis le temps où il a commencé à assumer des responsabilités en tant que syndicaliste, d’autre but que de combattre le principal fléau bolivien : l’oligarchie, source de toute corruption 23. Il est important effectivement de rappeler que son parcours en tant qu’ancien leader des producteurs de coca l’a considérablement aidé à rassembler la classe ouvrière organisée, les responsables syndicaux des principaux centres urbains, les agriculteurs en général, et tous ceux qui étaient contre la politique d’abrogation de la culture de la coca. Cette idée de rassemblement constitue certainement la base de sa politique discursive ; s’il est parvenu à se positionner en tant qu’émetteur de la «  voix  » du peuple, c’est parce qu’il a fait en sorte que le MAS et les organisations politiques qui adhéraient à sa pensée soient une extension de sa personne. Par voie de conséquence, le peuple est devenu avec le temps le récepteur de son discours. Cela ne l’a pas empêché de s’appuyer sur lesdites organisations politiques pour bénéficier de leurs revendications, y investir dans ses intérêts et tirer profit de leur faculté de mobilisation.

  • 24 La notion de «  pouvoir charismatique  » est employée dans l’analyse politique et peut être étendue (...)

25Il est en effet important de comprendre que malgré l’influence qu’a Morales dans la vie politique bolivienne, les organisations syndicales rurales et urbaines conservent une très forte indépendance. Leur fidélité à l’égard du président bolivien repose en vérité sur des questions ponctuelles. Pour ces syndicats, Morales (contrairement à Chávez) n’a jamais été vu comme le «  rédempteur du peuple  » ou comme une sorte de «  visionnaire  » qui pouvait changer le cours des événements par le simple fait d’accéder au pouvoir. La fidélité des dirigeants syndicaux (notamment ceux appartenant au secteur minier) et des responsables cocaleros résulte par conséquent de ce que leur président proposera et surtout des solutions trouvées au regard des sollicitations émises par le peuple. Voilà donc un cas bien particulier de régime populiste : dans la mouvance contestataire populiste bolivienne, tout leader, aussi charismatique 24 soit-il, doit en toute circonstance rendre des comptes aux organismes populaires. Leur relation ne réside pas dans une subordination des organismes au leader. Cela a l’avantage, comme l’a d’ailleurs maintes fois affirmé Morales, de ne pas tomber dans le piège du clientélisme, du népotisme organisé. Le président bolivien n’est donc pas – et c’est certainement son souhait – un leader néo-populiste traditionnel.

  • 25 C’est pourquoi, depuis la création du MAS il a fait sien le principe de Rafael Sebastián Guillén Vi (...)

26Outre son rôle au sein du MAS et des organisations politiques, on pourrait souligner que la question de la souveraineté du peuple a toujours guidé ses discours. En effet, selon l’idéologie éviste, le peuple doit être tout-puissant en toute circonstance. En ce sens, contrairement à des personnages comme Chávez ou Correa, Morales a mis en avant que tout dirigeant doit servir la nation et pas le contraire 25. Fervent admirateur du régime castriste – régime qui a mis en avant la conscience des masses de manière systématique – il soutient depuis son élection le principe de la démocratie participative ; le vote de la nation, responsable de son choix, doit décider de la destinée de l’État. On peut établir ici une nuance avec les discours d’autres personnalités de la «  vague rose  » car Morales a toujours défendu l’idée que l’idéologie populiste ne peut survivre que si l’on prouve au peuple, par des actions concrètes, qu’il a bel et bien une «  conscience  ».

Quelques réflexions finales

  • 26 «  C’est seulement dans la mesure où la logique de la dichotomie de l’espace social entre le peuple (...)

27À travers une approche discursive marquée par un «  moi  » face au «  peuple  », par un discours porteur de l’idéal d’un «  tiers  » et par un discours dont l’essence même est la lutte contre toute forme d’exclusion sociale, les leaders néo-populistes que nous venons d’évoquer se sont révélés être d’éminents représentant de la démocratie participative. La gauche radicale représentée par ces leaders – à savoir la «  bolivariana  » vénézuélienne ou la «  cocalera  » bolivienne – s’est toujours opposée au néolibéralisme car celui-ci restreint le rôle de l’État et interdit dans une grande mesure l’intervention du peuple. Une grande partie de leurs discours s’est évertué à démontrer que c’est bien l’État, et non pas les lois du marché, qui doit s’imposer comme le pivot planificateur de la politique économique. Les fondements du discours néo-populiste (peuple, parti, syndicat, démocratie participative, symbole, démagogie etc.) ont ainsi constitué la pierre angulaire, voire l’axe fondamental de leur pensée anti-néo-libérale 26. Il faut admettre cependant qu’ils ont bénéficié – et qu’ils bénéficient toujours (chacun dans son pays respectif) – de l’appui d’une grande partie de la population et leurs élections aux plus hautes fonctions de l’État ont été légitimées par des élections présidentielles démocratiques. Mais dans une large mesure, on peut affirmer que les leaders néo-populistes en général subsistent parce qu’ils font face à une idéologie contraire à la leur. La «  création  » d’un opposant extérieur – comme les États-Unis ou l’Union Européenne, cette dernière jouant la plupart du temps un rôle symbolique – est une manœuvre connue depuis au moins le début du xxe siècle. Cela ne veut pas dire, bien évidemment, que les Nord-Américains n’ont pas imposé une politique économique et géostratégique sans aucun fondement dans les différentes régions du continent latino-américain.

  • 27 Patrick Chareaudeau, Le discours politique. Les masques du pouvoir, op. cit., p. 242-243.

28Il est à noter que les mouvements populistes européens, auxquels nous avons fait allusion, «  créent  » des ennemies non pas à l’extérieur, mais à l’intérieur (par exemple, les immigrés étrangers). Il semblerait que le problème essentiel vienne du fait que les instances politiques ont de plus en plus tendance à faire attention aux manifestations de problèmes sociaux et oublient dès lors les causes desdits problèmes. à ce propos, Patrick Chareaudeau souligne : «  On a beau dire qu’à toutes les époques il y a rumeurs, discours populistes et démagogiques, il semble que la société médiatisée dans laquelle nous sommes ait transformé les relations entre l’instance politique et l’instance citoyenne, transformation qui se caractérise par une confusion entre opinion politique et opinion publique. Les effets de brouillage que nous avons relevés font que l’attention du citoyen est plus que jamais tournée vers les symptômes et non vers les causes des problèmes sociaux 27  ». Nous sommes donc conscients que le comportement d’un peuple dépend dans une grande mesure de ce qui le rassemble sous des dénominateurs communs ; nous faisons allusion aux discours porteurs de symboles qui trouvent inlassablement un écho dans ses croyances. Tout dirigeant assumant de hautes fonctions politiques sait que son pouvoir vient forcément d’une délégation, celle-ci ayant un caractère noble. Durkheim faisait déjà référence à cela quand il affirmait que le politicien joue un rôle de médiation entre le «  social divin  » et le «  peuple  » qui l’a mandaté.

  • 28 Gérard Gómez, «  L’Équateur ouvre les portes au leadership chinois en Amérique latine  » in Ijsberg (...)
  • 29 Guillaume Fontaine, «  L’Équateur ouvre les portes au leadership chinois en Amérique latine  » in I (...)
  • 30 «  Rafael Correa […] livre une guerre aux banques jugées corrompues. Il a notamment critiqué la déc (...)

29Si nous tentons d’ouvrir notre étude vers des faits qui concernent l’actualité sociopolitique latino-américaine, nous pourrions nous demander – sachant que Chávez est décédé et après avoir pris conscience du rôle important, mais somme toute assez cloisonné, de Morales – si Rafael Correa, président de l’Équateur, pourrait être le nouveau chef de file de l’intégration régionale du continent. Nous avons récemment affirmé «  qu’il est difficile de le dire. Il doit en tout cas affronter une politique nord-américaine toujours marquée par un élan unipolaire. Pour faire face à cette posture, il conçoit plutôt un ordre multipolaire, une “Amérique latine pluri polaire” telle que la définissait Hugo Chávez. Cela explique pourquoi le président équatorien s’engage en faveur d’une politique intégrationniste concrète  » 28. Guillaume Fontaine souligne également à ce sujet que : «  le poids économique du géant brésilien rend difficile un leadership équatorien. Je ne pense pas que Rafael Correa soit l’homme fort en Amérique latine. Mais il bénéficie d’un fort capital sympathie au niveau régional, et plaît à diverses tendances politiques en Amérique latine  » 29. Le discours politique de plus en plus influent de Correa – plus consensuel et moins tranchant que celui imposé il y a peu par le président vénézuélien – lui permet donc de dialoguer avec tous types de gouvernants latino-américains. Il a été élu en octobre 2006 en entamant un discours agressif vis-à-vis notamment des secteurs consacrés aux moyens de communication et à l’exploitation des ressources naturelles du pays (pétrole). Il a approuvé également toute une série de mesures pour améliorer l’environnement équatorien 30. Son discours s’est fondé depuis sa prise de pouvoir sur un point très simple : savoir interpréter les revendications sociales venant d’une partie du peuple équatorien, la plus importante étant sans aucun doute la lutte contre la corruption et le clientélisme. Il est vrai que jusqu’à son arrivée au gouvernement, les divers partis politiques n’avaient pas su donner de réponses appropriées aux demandes des habitants.

  • 31 Raúl Castro a représenté Cuba en novembre 2008 au «  Groupe de Rio  ». Sa participation a été un si (...)
  • 32 À l’heure où nous rédigeons ce travail, un accord possible entre La Havane et Washington sur la que (...)

30Il important de rappeler aussi que Fidel Castro a laissé le pouvoir, pour des raisons de santé, à son frère Raúl Castro en 2008 31. Difficile de dire si le discours proposé actuellement par ce dernier peut être taxé de populiste. Toutefois, dans la mesure où les discours néo-populistes dérivent en quelque sorte de la lutte castriste (divulgué donc par son frère), il est certain que sa visée discursive fait partie d’«  un tout  » et peut être intégrée comme une suite logique de la dynamique entreprise par les premiers dirigeants latino-américains ayant appartenu à la première houle de la «  vague rose  » (tout comme Rafael Correa) dont nous avons parlé. Il prétend s’appuyer sur l’expression populaire de son pays pour relancer le dialogue auprès des États européens. En effet, le 29 avril 2014, Cuba et l’Union européenne ont amorcé de nouveaux débats en vue d’un accord politique et de coopération économique. Un traité vivement souhaité par Cuba qui, comme nous le savons, est encore sous l’emprise de l’embargo économique des États-Unis 32 et qui craint la diminution de l’aide apportée par le Venezuela. Ces délibérations devraient permettre au gouvernement cubain de renouer des liens culturels et surtout économiques avec l’Union Européenne (particulièrement dans le secteur du tourisme). Il faut préciser néanmoins que l’ouverture de ces débats a tout de même été assombrie par l’entrevue – très critiquée par les dirigeants européens – entre Raúl Castro et Sergeï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères. L’un des thèmes abordés lors de ladite entrevue fut la crise ukrainienne, une crise qui cause toujours une vive tension entre la Russie dirigée par Vladimir Poutine et l’Union Européenne.

31Après ces quelques réflexions, force est de constater que la «  nouvelle approche politique  » proposée par les gouvernements néo-populistes de la «  vague rose  » – et ceux qu’on peut observer aujourd’hui – ressemble étrangement à ce que l’on a déjà connu en Amérique latine durant les premières décennies du siècle dernier : la rhétorique discursive échafaudée par des leaders populistes du passé leur a servi d’exemple. Toujours est-il que les personnages politiques latino-américains intriguent depuis des décennies nombre d’intellectuels – notamment Européens –, une attraction à l’égard de ces dirigeants souvent nantis de charisme et surtout d’une démagogie toute tropicale…

Conclusion

32Nous avons pu constater que le scénario politique latino-américain a été bouleversé par l’impulsion de régimes socio-démocrates ou néo-populistes. En apparence semblables, ces tendances n’ont pas toujours pris la même direction. Aujourd’hui, les personnalités qui gouvernent les États latino-américains cherchent des alternatives, voire des choix, face au vide généré par les crises économiques récentes survenues après l’effondrement du secteur immobilier nord-américain. Elles cherchent aussi des réponses à leurs problèmes structurels – la Chine jouera-t-elle en ce sens un rôle dans un futur très proche ? – et tentent de revendiquer leur indépendance idéologique et économique à l’égard des États-Unis et de l’Union Européenne notamment. Il faudrait sans aucun doute aller au-delà de la politique politicienne pour saisir que le leitmotiv de toutes ces personnalités que nous venons d’évoquer est de lutter – certes chacune à sa manière – pour qu’il ait davantage de cohésion sociale sur un continent marqué par tant d’inégalités. Grâce aux discours, grâce aux mots du politique, un constat s’impose : désormais ce qui est nouveau en Amérique latine, ce n’est plus une contestation de gauche, mais le rassemblement face à la globalisation prônée par les pays les plus riches.

33L’histoire du continent latino-américain a été, par conséquent, jalonnée de faits politiques marquants ces vingt dernières années. Mais, ces discours politiques, ces convergences langagières, sont-ils réellement fondés ? Ou bien s’agit-il simplement d’une mouvance idéologique destinée à leurrer une masse déjà maintes fois trahie par des acteurs et des mouvements politiques opportunistes ? Seul l’avenir le dira…

Haut de page

Notes

1 «  L’Amérique latine a toujours été marquée par l’influence de nombre de processus d’acculturation et de métissages. Sur ce continent, les “mots-concepts” nation, nationalité et ethnie gardent sans conteste l’équivocité qu’ils ont héritée d’une histoire complexe. Les nations qui se sont ainsi graduellement constituées sur le continent hispano-américain – quel que soit leur degré d’homogénéité ou d’hétérogénéité ethnique –, ont eu par conséquent tendance à se définir de deux manières distinctes : soit en s’appuyant sur les critères de l’ethnicité (race, religion et langue), soit en attestant la volonté des individus de vivre ensemble et d’endosser un destin collectif. Le corollaire de toutes ces ambiguïtés a été la confusion qui a longtemps frappé en Amérique latine le concept d’“identité culturelle”, qui s’est référé tantôt à la culture du groupe ethnique, tantôt à celle de la nation et parfois même à celle d’une instance supranationale. En d’autres termes, l’identité latino-américaine n’a surgi que là où est apparue la différence  ». Cf. Gérard Gómez, «  Entre acculturation et ethnicité : les transferts identitaires ou la dialectique du “même” et de l’“autre” en Amérique latine  » in Dynamiques sociales et spatiales. Amérique latine-Méditerranée, Aix-en-Provence, PUP, 2008, p. 48-49.

2 Le Tawantinsuyu, mot quechua, fait référence à l’Empire Inca et signifie «  quatre en un  ». Ses principes ont pour objectif de revendiquer un «  monde parfait  » non hiérarchisé qui aurait pour origine le cuzco, le nombril du monde. Pour lutter contre les injustices perpétrées par l’Oligarchie porteña, nombre de révoltes prolétaires anarchistes argentines du début du xxe siècle ont mis en avant les règles sociales incaïques.

3 Yvon Le Bot, «  Sous-commandant Marcos  » in Le rêve zapatiste, Paris, Seuil, 1997, p. 118.

4 Lucien Sfez, La symbolique politique, Paris, PUF, 1988, p. 4.

5 «  Fernando Lugo ne faisait pas partie des cercles politiques habituels (ancien évêque, il a abandonné sa charge ecclésiastique en 2006 pour se convertir à la politique). Il n’était pas particulièrement proche du Parti Colorado conservateur, mais n’était pas non plus soutenu à 100  % par le Parti libéral (Lugo est arrivé au pouvoir soutenu par une coalition, après 61 ans d’hégémonie du Parti Colorado). Ce président ne convenait à aucun des groupes qui ont du pouvoir au Paraguay, alors le pouvoir s’est débarrassé de lui  ». Cf. «  Le président qui dérangeait les riches  » in Le courrier international, juin 2012.

6 Toutefois, ils ne furent pas les premiers à centrer leurs discours sur la thématique du peuple. Dans les années 1950, Juan Domingo Perón proposait déjà une politique justicialiste izquierdista fondée sur un élan populiste ; dans les années 1960, nous l’avons vu, Fidel Castro et Ernesto Guevara avaient revendiqué une pensée marxiste à Cuba et plus tard Salvador Allende a également défini une approche marxiste au Chili (très différente néanmoins de celle prônée par le castrisme).

7 Renée Fregosi, «  Chili, Brésil, Argentine : femmes présidentes dans un pays machiste, le paradoxe ?  » in Amérique du Sud, 2013.

8 Georges Couffignal, «  Amérique latine : entre violence politique et populisme  » in Institut français de géopolitique, Paris, Université Paris VIII, Vincennes-Saint-Denis, 2007.

9 Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1969, p. 30.

10 «  Depuis toujours, la langue guarani a été appelée à jouer un rôle bien différent de celui assigné au castillan ; elle est tout naturellement restée soudée au quotidien de ses locuteurs qui continuaient, en privilégiant de nouveau sa forme orale, à l’utiliser dans tous les domaines de leur activité : le travail, la vie sociale et, plus important encore l’expression de l’imaginaire et de leur intimité […]. Ainsi, la conjoncture bilingue officielle date de plusieurs siècles et il existe en ce sens une sorte d’orgueil à posséder la langue guarani. En fait, au Paraguay 50  % de la population ne parle que le guarani, 5  % d’entre elle ne parle que l’espagnol, et 45  % des gens sont bilingues. Cela revient à dire que 95  % des personnes vivant dans ce pays parlent ou comprennent le guarani  ». Cf. Gérard Gómez, «  Éducation et Alphabétisation bilingue au Paraguay : réalité ou utopie ?  » in Cahiers d’Études Romanes, no 7 Traduction et plurilinguisme, 2002, p. 83-84.

11 «  Dans le scénario d’un gouvernement de la gauche sociale-démocrate, le discours populiste n’est pas l’axe principal de la mobilisation politique. La compétition politico-électorale est davantage de type consensuel et associatif entre les acteurs politiques, à l’intérieur même du système des partis. Les gouvernements concernés sont dirigés par des partis politiques anciens, qui s’insèrent dans un système de partis enracinés dans la société et ayant un fort niveau d’institutionnalisation […]. De plus, ils sont fortement liés aux syndicats et aux autres acteurs sociaux  ». Cf. Flavia Freidenberg, «  La diversité des nouveaux dirigeants de gauche en Amérique latine  » in Amérique Latine 2012. Une Amérique latine toujours étonnante. Ed. Georges Couffignal, Paris, La Documentation Française, 2012.

12 Selon la définition donnée par l’École des Hautes Études Politiques : «  le populisme désigne l’idéologie ou l’attitude de certains mouvements politiques qui se réfèrent au peuple pour l’opposer à l’élite des gouvernants, au grand capital, aux privilégiés ou à toute minorité ayant “accaparé” le pouvoir… accusés de trahir les intérêts du plus grand nombre  ».

13 D’autres parlent encore de discours «  pétropopuliste  » (évoquant de façon certaine l’ancien président vénézuélien) ou «  national-populiste multiculturaliste  » (renvoyant au président bolivien). En effet, nul n’ignore que pour ces deux personnages politiques le «  peuple  » a toujours été important dans leurs discours.

14 Serge de Sousa, «  Peuple et populisme dans l’Amérique latine du “tournant à gauche”  : Hugo Chávez et Evo Morales (1999-2010)  » in Étude du discours politique d’Amérique latine, Université de Franche-Comté, Université Sorbonne Nouvelle, 2009.

15 Marc Augé, Pour une anthropologie des mondes contemporains, Paris, Flammarion, 1994, p. 95.

16 Patrick Chareaudeau, Le discours politique. Les masques du pouvoir, Paris, Vuibert, 2005, p. 61.

17 Salim Lamrani, «  La dette de Cuba à l’égard du Venezuela  » in Voltairenet.org., Paris, 2007.

18 Serge de Sousa, «  Peuple et populisme dans l’Amérique latine du «  tournant à gauche  » : Hugo Chávez et Evo Morales (1999-2010)  », op. cit.

19 En effet, les idées de Chávez s’inspirent de trois personnages historiques du xixe siècle. Tout d’abord, nous l’avons dit, Simón Bolívar. Le président vénézuélien n’a jamais perdu une occasion de mentionner le Libertador dans ses discours car selon lui, la pensée bolivarienne constitue l’antithèse du néolibéralisme. Ensuite, Simón Rodríguez – le maître à penser de Simón Bolívar – qui fut un fervent défenseur du métissage vénézuélien et un idéaliste. Enfin, Ezequiel Zamora qui, en 1859, a dirigé le soulèvement des paysans contre l’oligarchie vénézuélienne.

20 Cécile Casen, Erwan Sommerer, «  Le peuple et la coca. Populisme cocalero et restructuration de l’échiquier politique bolivien  » in Amnis. Revue de civilisation contemporaine Europes/Amériques (page de présentation).

21 Encouragée par l’ethnicité et par un élan nationaliste, la «  guerre du gaz  » (nom donné aux mouvements contre l’exportation, via le Chili, du gaz naturel bolivien vers l’Amérique du Nord) fut une révolte sanglante. Ayant lutté contre les injustices définies par la globalisation, elle a longtemps conservé un caractère symbolique. Le conflit a fait, lors de combats entre frondeurs et forces de l’ordre, au moins quatorze morts et de nombreux blessés, notamment dans la ville d’El Alto.

22 «  L’État bolivien décida, pendant la période néolibérale, que seuls les riches et les classes moyennes auraient l’eau, un service élémentaire qui n’atteint pas les pauvres, en particulier les immigrants de dernière génération. Pour pallier ou résoudre ce très grave problème, les habitants décidèrent de s’organiser en créant des comités de l’eau, des coopératives et des associations, en construisant eux-mêmes les réseaux de distribution, les réservoirs de stockage et en creusant les puits avec leurs maigres ressources […]. La célèbre «  guerre de l’eau  » ne peut s’expliquer que comme le résultat d’une décision communautaire, de centaines de milliers de personnes, de défendre une ressource qui n’a été ni créée ni gérée par l’État mais qui l’a été par les communautés urbaines et rurales elles-mêmes  ». Cf. Raúl Zibechi, «  Cochabamba, de la guerre à la gestion de l’eau  », in Alter infos. América Latina, 2009.

23 D’après Enrique Krauze : «  Le populisme redistribue directement les richesses, mobilise en permanence les groupes sociaux et fustige l’oligarchie  ». Cf. Enrique Krauze, «  Portrait-robot en dix point  » in Courrier International, n°  794, 19-25 janvier 2006, p. 40.

24 La notion de «  pouvoir charismatique  » est employée dans l’analyse politique et peut être étendue à des formes diverses d’organisations dont l’action est suspendue à la «  parole  » du chef. Ce pouvoir est lié à l’aptitude de persuasion du «  leader  » auprès des individus auxquels il s’adresse pour qu’ils lui témoignent obéissance. Le sociologue Max Weber (1864-1920) définit l’emprise charismatique comme étant : «  l’autorité fondée sur la grâce personnelle et extraordinaire d’un individu […]. Elle se caractérise par le dévouement tout personnel des sujets à la cause d’un homme et par leur confiance en sa seule personne en tant qu’elle se singularise par des qualités prodigieuses, par l’héroïsme ou d’autres particularités exemplaires qui font le chef  ».

25 C’est pourquoi, depuis la création du MAS il a fait sien le principe de Rafael Sebastián Guillén Vicente : «  mandar obedeciendo  ».

26 «  C’est seulement dans la mesure où la logique de la dichotomie de l’espace social entre le peuple et ses ennemis est primordiale dans leurs actions d’identification politique que nous pouvons dire que Chávez, Morales et Correa sont populistes  ». Cf. Francisco Panizza, «  Fisuras entre populismo y democracia en América Latina  » in Stockholm Review of Latin American Studies, 2008, p. 85.

27 Patrick Chareaudeau, Le discours politique. Les masques du pouvoir, op. cit., p. 242-243.

28 Gérard Gómez, «  L’Équateur ouvre les portes au leadership chinois en Amérique latine  » in Ijsberg magasine, Quito, février, 2015.

29 Guillaume Fontaine, «  L’Équateur ouvre les portes au leadership chinois en Amérique latine  » in Ijsberg magasine, Quito, février, 2015.

30 «  Rafael Correa […] livre une guerre aux banques jugées corrompues. Il a notamment critiqué la décision de l’un de ces prédécesseurs d’avoir établi le dollar américain comme monnaie officielle du pays et a proposé l’asile politique à Edouard Snowden et son ambassade à Londres à Julian Assange. Favorable à une coopération régionale, il se distingue aussi par l’attrait qu’il porte pour l’écologie. Il vient notamment de faire condamner l’entreprise d’exploitation pétrolière américaine Chevron pour la contamination de 5 millions de mètres cubes de terre en Amazonie. Chevron a été condamnée à une amende de 9,5 milliards de dollars (6,9 milliards d’euros) pour des dégâts environnementaux ayant eu lieu entre 1964 et 1990. Cette amende est l’une des plus fortes dans l’histoire du droit de l’environnement  ». Cf. Romain Massa, «  Équateur : le président Correa anti-libéral mais seul maître à bord  » in Marianne, 2014.

31 Raúl Castro a représenté Cuba en novembre 2008 au «  Groupe de Rio  ». Sa participation a été un signe de volonté d’intégration de la part du régime castriste et un apport important à l’envergure politique de l’organisation régionale. C’était la première fois que le nouveau dirigeant cubain, alors âgé de 77 ans, dont le pays est, comme nous le savons, toujours suspendu de l’Organisation des États américains (OEA) qui réunit tous les pays du continent depuis 1961, participait à un sommet de dirigeants latino-américains en tant que chef d’État.

32 À l’heure où nous rédigeons ce travail, un accord possible entre La Havane et Washington sur la question de l’embargo semble se mettre en place, l’initiative venant non seulement de la part de Barak Obama, président des États-Unis, mais aussi de la part du Vatican.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Gómez, « Les vecteurs de l’expression politique en Amérique latine (XXe-XXIe siècles) », Cahiers d’études romanes, 30 | 2015, 247-270.

Référence électronique

Gérard Gómez, « Les vecteurs de l’expression politique en Amérique latine (XXe-XXIe siècles) », Cahiers d’études romanes [En ligne], 30 | 2015, mis en ligne le 14 avril 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/4880 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.4880

Haut de page

Auteur

Gérard Gómez

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org