Navigation – Plan du site
Les paroles et les actes

Les mots du secret

Le vocabulaire de la dissimulation et du contrôle de l’information dans l’Europe du Sud, entre Moyen Âge et époque moderne
Agnès Delage
p. 273-288

Résumés

Cet article analyse les reconfigurations sémantiques du lexique et des mots du secret en usage dans l’Europe du Sud entre le Moyen Âge et l’époque moderne. En partant des approches récentes du secret et de la dissimulation dans un contexte contemporain de revendication d’un « droit au secret », nous analysons comment l’historiographie actuelle des XVIe et XVIIe siècles aborde une histoire longue des régimes de positivité du secret en Europe. En partant de l’époque pré-moderne, nous étudions les mots qui désignent un usage légitime et bénéfique du secret au Moyen Âge et la formulation d’une normativité du secret, entendue comme une technique de don et de mise en partage de l’information et de l’intimité. Cette économie du don est profondément remaniée à l’époque moderne et nous analysons comment le sémantisme politique des arcana imperii surdétermine désormais le lexique du secret, tout en ouvrant un nouveau régime de positivité, dans lequel le secret devient un espace de protection nécessaire des droits des individus et de l’autonomie critique de la pensée.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Europe

Index chronologique :

XVIe-XVIIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 F. De La Flor, Pasiones frías. Secreto y simulación en el Barroco hispano, Madrid, Marcial Pons, 20 (...)
  • 2 J.-P. Cavaillé, Dis/simulations. Jules-César Vanini, François La Mothe Le Vayer, Gabriel Naudé, Lou (...)
  • 3 V. Sorrentino, Il potere invisibile. Il segreto e la menxogna nella política contemporánea, Bari, E (...)

1Les études récentes consacrées aux discours, aux représentations et aux pratiques du secret à l’époque moderne ont eu généralement tendance à envisager le sémantisme du secret dans son articulation avec une logique de dissimulation, dans le sillage du projet machiavélien ouvert par Le Prince, qui consistait à voir dans «  la vérité effective des choses  » l’empire absolu de la falsification et de l’occultation à tous les étages des pratiques de pouvoir. Dans le domaine hispanique, Fernando de la Flor a ainsi exploré l’existence d’un imaginaire baroque du secret tout entier placé sous l’emprise de ce que Baltasar Gracián avait allégorisé dans le Criticón comme «  el italiano proceder  », une manière italienne, qui est une «  passion froide  », c’est-à-dire une dynamique «  de lo que permanentemente se oculta, de lo que engaña y disimula 1  ». à l’échelle européenne, du point de vue de la philosophie politique, Jean-Pierre Cavaillé mène depuis plusieurs années une analyse du champ du secret qui approfondit la compréhension de l’enchâssement entre simulatio/dissimulatio à l’époque moderne et les engendrements successifs du secret et de la tromperie politique, du secret d’État et du mensonge d’État 2. Ces travaux d’histoire littéraire et d’histoire de la pensée décrivent l’émergence la logique moderne du secret comme une circularité nouvelle entre la rétention de l’information et l’œuvre de mystification du mensonge par omission. De la sorte, ils inscrivent le champ conceptuel moderne du secret dans une forte surdétermination de l’héritage machiavélien et ils entretiennent de ce fait depuis peu une contiguïté nouvelle avec un courant important de la philosophie politique contemporaine, qui interroge une homologie possible entre la tyrannie du secret telle qu’elle a été pensée par les théoriciens de la Raison d’État et une forme de tyrannie contemporaine pourtant inverse, véhiculée par l’impératif démocratique de transparence absolue des pratiques sociales et politiques 3.

Le secret à l’âge moderne. Relectures contemporaines dans un contexte d’idéologie de la transparence

2Dans un ouvrage d’entretiens avec Maurizio Ferrandis publié en 1997 en italien sous le titre Il gusto del segreto et encore inédit en français, J. Derrida avait défendu de manière inaugurale le droit au secret comme une sorte d’envers du régime de transparence démocratique, en restaurant, contre le «  droit de savoir  », une forme, également démocratique, de réserve :

  • 4 Cet ouvrage publié en italien, puis traduit en anglais et en espagnol, est actuellement inédit en f (...)

J’ai un mouvement de crainte ou de terreur devant un espace politique, par exemple, un espace public que ne ferait pas de place au secret. Pour moi, c’est tout de suite le devenir-totalitaire de la démocratie que d’exiger de chacun qu’il mette tout sur la place publique et qu’il n’y ait pas de for intérieur 4.

  • 5 J.-C. Milner, La politique des choses, Court traité politique 1, Paris, Éditions Verdier, 2011.
  • 6 M. Hardt, T. Negri, Empire, Paris, Ed. Exils Essais, 2000. Éric Duhamel, «  Secret et Démocratie  » (...)
  • 7 C’est aussi la position d’Yves-Charles Zarka : «  Le plus inquiétant est que l’idéologie de la tran (...)

3Le secret acquiert là une positivité qui n’est pas celle de l’efficacité pragmatique du secret d’état machiavélien, mais celle de la garantie de liberté individuelle du sujet politique dans l’espace public démocratique 5. Cette défense récente du secret en contexte démocratique, réactive néanmoins une problématique philosophique ancienne : celle de la licéité du secret, qui visait à déterminer des usages légitimes de la dissimulation. En la matière, l’héritage issu de la période moderne et l’abondante littérature concernant «  l’honnête dissimulation  », se trouvent actualisés dans un contexte radicalement différent : celui d’un devoir de résistance dans un devenir-totalitaire potentiel de la démocratie constitutionnelle ultra-libérale contemporaine 6. Comme l’a observé Charles-Yves Zarka, dans des sociétés dominées par une «  idéologie de la transparence7  », la culture et les analyses produites aux xvie et xviie siècles pour définir des régimes de légitimité nécessaire du secret peuvent offrir à la philosophie politique contemporaine un espace de remise en question de l’hégémonie d’une doxa de la transparence.

  • 8 Voir à ce sujet : «  La transparence gouvernementale  », Revue Internationale des Sciences Administ (...)
  • 9 Entretien entre J. Assange et P. Singer, «  Changer le monde/mode d’emploi  », Philosophie Magazine (...)
  • 10 Y. Moulier Boutang, A. Kyrou, «  WikiLeaks ou les nouveaux Tartuffes de la raison d’État », Multitu (...)

4Car c’est bien l’anéantissement d’une culture occidentale du secret assimilée à une forme de despotisme du Léviathan étatique, qui est apparu au cours de la dernière décennie comme l’un des enjeux politiques et philosophiques majeurs de la révolution des technologies du numérique. Deux des figures les plus médiatiques de cette révolution numérique, Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook et Julian Assange, créateur de Wikileaks, ont prophétisé l’avènement imminent d’une mise à mort du secret, aussi bien à l’échelle individuelle de la vie privée, que pour les pratiques de pouvoir qui relèvent du secret d’État. À des niveaux complémentaires, les deux hommes incarnent la volonté d’organiser un assaut terminal contre la culture du secret, grâce à la divulgation volontaire de documents intimes ou par la publication illégale de documents sur internet qui viole la souveraineté de l’État. Cette fin du contrôle de l’information individuelle ou institutionnelle signerait l’avènement d’un monde meilleur, porteur d’une nouvelle éthique de la transparence et d’un nouveau modèle de société fondé sur la transparence relationnelle 8. Alors que M. Zuckerberg a déclaré «  privacy is dead  », J. Assange a fait des technologies numériques le levier d’un «  deuxième âge démocratique  », dont la puissance d’émancipation serait pour lui comparable à celle que l’on accorde à l’invention de l’imprimerie par Gutenberg à l’encontre de la souveraineté absolutiste 9. Cette idée tend à se diffuser et conduit certains intellectuels à prendre résolument le parti de la transparence, à critiquer les «  nouveaux Tartuffe de la Raison d’État  », c’est-à-dire les démocrates conservateurs trouvant «  la mariée numérique d’une beauté trop vulgaire. Trop indiscrète.  »10 Tartuffe, Gutenberg, Léviathan, on le voit, les références historiques du discours contemporain sur l’éthique de la transparence se formulent dans un renvoi à l’époque moderne, qui figure métaphoriquement comme le moment matriciel d’un nouveau rapport au secret et à l’exercice du pouvoir, au fondement même de la construction de l’état moderne.

  • 11 M. Senellart, «  Mystères, secrets, stratagèmes  », Les arts de gouverner. Du régime médiéval au co (...)

5En effet, comme l’a analysé Michel Senellart, en approfondissant les thèses classiques d’Ernst Kantorowicz, l’époque moderne voit s’accomplir un basculement inédit entre une culture médiévale du secret entendu comme mystère et, à partir du xvie siècle, des pratiques politiques du secret comprises comme techniques de cryptage et d’occultation 11. Par des séries de glissements sémantiques progressifs, le champ discursif du secret cesse donc progressivement aux xvie et xviie siècles d’être inscrit dans un mystère ineffable qui s’entoure de silence, pour être appréhendé dans un registre stratégique de préservation et de protection de l’information. Dans ces représentations émergentes d’une nouvelle technologie du secret, les stratagèmes, qui se situent du côté de la tromperie et de la ruse, constituent un usage perverti des techniques de cryptage, détournées à des fins tyranniques. C’est précisément lorsque le sens mystique du secret est supplanté par une signification stratégique de contrôle, que la réflexion philosophique et politique autour du secret se concentre sur les conditions de régulation du secret et sur les modalités de son partage.

  • 12 T. Menissier, «  WikiLeaks, notre conscience ? Politique, philosophie et vérité à l’époque des médi (...)
  • 13 J.-P. Cavaillé, «  La face cachée de l’injonction de transparence  », Les Dossiers du Grihl [En lig (...)

6Les études historiques actuelles qui analysent l’émergence de la figure de l’occultissimo homo et l’inflation de l’imaginaire du secret dans la société d’Ancien Régime sont profondément marquées par ce contexte contemporain de réaction critique au régime démocratique de contrôle par la transparence. Nombre d’historiens ou de philosophes politiques spécialistes de l’époque moderne assument souvent explicitement la même inquiétude philosophique que celle que formulait Jacques Derrida face à la dilution contemporaine de la légitimité du secret et le même doute méthodique face à «  l’illusion de la démocratisation absolue 12  ». Dans ses derniers travaux, Jean-Pierre Cavaillé a ainsi fortement relié sa propre approche historique du secret dans l’Europe moderne à un effort critique contre ce qu’il identifie comme une actuelle «  injonction de transparence 13  ». Il a pour sa part tendance à mettre en concurrence frontale les régimes discursifs du secret à l’époque moderne et contemporaine, pour déjouer les impensés et les angles morts de notre nouvelle culture politique, rappelant ainsi

  • 14 Op. cit.

l’intérêt qu’il peut y avoir à se pencher sur la littérature de la première modernité, d’abord parce qu’elle présente une taxinomie et une axiologie des pratiques de déception et d’occultation infiniment plus riches et attentives que ne le sont la plupart des analyses contemporaines 14.

  • 15 C. Jouhaud, Sauver le Grand-Siècle. Présence et transmission du passé. Paris, Seuil, 2007.

7L’ouverture critique sur le contemporain peut néanmoins se penser d’une manière moins clivée, dans le sens où il ne s’agirait pas de prendre en défaut les mystifications du présent dans les rets des supposées vérités du passé, mais d’ouvrir de manière plus complexe des régimes multiples d’actualisation du passé dans notre présent. C’est là précisément que se situe le pari théorique revendiqué par Christian Jouhaud dans Sauver le Grand-Siècle. Présence et transmission du passé 15. Cet ouvrage propose un manifeste en faveur d’une approche historienne qui investit le xviie avec le souci épistémologique de le faire répondre à une urgence du présent, de le «  sauver  » l’amenant à produire un «  effet de présence  », dans la production d’un effet d’intelligibilité renouvelée du contemporain. Christian Jouhaud défend là une manière benjaminienne d’aborder le monumental Grand Siècle, pour déconstruire les grands récits historiographiques étayant la patrimonialisation nationale du xviie siècle français.

8Cette volonté de partir à la recherche de ce qui échappe à la monumentalisation historiographique du Grand Siècle nous a paru une démarche particulièrement féconde pour aborder tout ce qui, dans la culture du secret moderne aux xvie et xviie siècles, se soustrait à la grille d’analyse de l’analyse de la Raison d’État et au couple simulatio/dissimulatio. Sans jamais remettre en cause sa pertinence, il nous a cependant semblé utile de montrer comment la fascination baroque pour le secret entendu comme cryptage et mensonge intègre néanmoins une histoire longue des régimes de positivité du secret. De la sorte, il est possible de «  sauver  », au sens épistémologique que C. Jouhaud confère à ce terme, c’est-à-dire de réactualiser une culture du secret capable d’entrer en dialogue avec les débats actuels sur le «  droit au secret  », en contexte d’injonction démocratique de transparence.

Le partage du secret dans le lexique médiéval de l’aire romane

  • 16 B. Darbord, A. Delage, Le partage du secret. Cultures du dévoilement et de l’occultation en Europe, (...)

9En partant d’une étude extensive des termes qui configurent en Europe le lexique du secret dans l’aire romane, nous avons proposé, dans un ouvrage collectif, Le partage du secret. Cultures du dévoilement et de l’occultation en Europe, du Moyen Âge à l’époque moderne 16, un travail de sémantique historique qui fait apparaître dans l’aire luso-espagnole une dualité consubstantielle au secret au Moyen Âge, irréductible au binôme moderne simulatio/dissimulatio. En effet, dans le lexique espagnol médiéval, il existe deux mots pour désigner le secret : secreto, qui s’est conservé dans la langue actuelle et poridad, qui a disparu dans son usage courant au début du xvie siècle. Le mot secreto, comme le français secret, est issu du mot latin secretum de même sens et il s’est maintenu sous sa forme savante en français et en espagnol, alors qu’il aurait dû donner respectivement segret ou segredo. Les formes de segré ou segreiz, sont d’ailleurs attestées en ancien français. En portugais, c’est au contraire la forme populaire, segredo qui s’est imposée, alors que l’italien a produit segreto. Cette apparence savante du signifiant en français et en espagnol et son évolution adaptée en italien et portugais dévoilent déjà les grandes lignes de ses traits sémantiques. La «  séparation  » apparaît dans la racine indo-européenne *krei (séparer) d’où découlent en latin cernere (infinitif), cretum (supin). Le préfixe dit aussi la séparation (se-) : séparer le vrai du faux, le bon du mauvais.

10En revanche, le mot poridad a subi pour sa part une évolution plus complexe à partir du latin : venant de puritas, il a été probablement influencé par un calque de l’arabe et il désigne quant à lui le secret comme partage d’une information «  pure  », c’est-à-dire préservée de tout mensonge et de toute dissimulation. Le secreto renvoyant plutôt à la dynamique inverse : la mise à l’écart, la rétention volontaire d’une information et in fine l’exclusion d’un tiers dans une opération de partage de savoir. Ces deux mots d’étymologies et de sémantismes bien distincts signifient là deux conceptions et deux pratiques du secret opposées mais complémentaires. La positivité de l’intériorité cordiale du secret partagé que désigne poridad, qui renvoie au sème d’une mise en commun d’une information précieuse, véritable «  trésor de confiance  », s’oppose au secreto conçu comme idéal d’occultation et de contrôle absolu, qui suppose un exercice de domination sans partage sur soi et sur autrui.

11Le doublet secreto/poridad coexiste donc jusqu’au début du xvie siècle en Espagne et c’est le philologue Américo Castro qui a été l’un des premiers à analyser la sémantique contrastive des deux termes. Américo Castro a ainsi signalé que poridad est issu du latin puritas, et définit à la fois le secret et l’espace d’intimité cordiale que suppose son partage. Alors que secreto, issu du participe passé du verbe latin secerno, signifiant dans son sens premier « trier, tamiser le gravier », puis dans son sens second « séparer », connote le secret comme la privation, le tiers exclu du partage de l’information. En partant de cette observation très simple de l’étymologie latine, A. Castro a été le premier à identifier que dans la langue espagnole médiévale utilise ce doublet fonctionne comme des antonymes complémentaires, puisque poridad dit ce que l’on montre secrètement, alors que secreto désigne ce que l’on cache.

  • 17 A. Castro, La realidad histórica de España, Mexico, Porrua, 1971, p. 217.

12Américo Castro explique ainsi que poridad désigne lo interior, lo íntimo : la poridad posee un dentro cordial y un fuera social 17. Il ajoute en outre que cette complémentarité entre le secret partagé et le secret dont on est exclu est le fruit d’une influence sémantique arabe sur le terme poridad. En effet, Américo Castro émet l’hypothèse d’un calque sémantique arabe pour expliquer la dérivation entre la notion initiale de «  pureté  » contenue dans l’étymon latin et le sème secondaire de poridad référé non plus à la pureté mais exclusivement au secret.

  • 18 G. Fabre, «  L’expression en poridad, modalité d’un arabe silencieux  », Cahiers de linguistique hi (...)

13Le linguiste Gilbert Fabre a récemment repris et actualisé cette analyse étymologique fondatrice, en la précisant du point de vue de la phonétique historique, pour mettre en lumière un phénomène de transfert plus complexe, qu’il a identifié comme le transfert d’un arabe silencieux 18. Ce doublet espagnol, secreto/poridad, qui existe aussi en portugais à la même époque, présente donc la grande singularité d’ouvrir le sémantisme du secret à une expérience partagée de l’intimité, ce qui le place en dehors du champ de l’exclusion ou de la tromperie qui est véhiculé par l’étymologie latine de secreto. Le transfert de l’arabe est ici fondamental pour remanier la signification du terme poridad issu étymologiquement du latin, en direction d’une ouverture du sémantisme du secret liée à la reconnaissance d’une expérience de mise en partage du for intérieur, dans une vision tout à fait laïque, indépendante de l’expérience de la communion mystique. Il est aisé de mesurer la singularité de la sémantique véhiculée par le terme de poridad, si l’on rappelle que dans le reste de l’Europe, les dérivations issues de l’étymon latin secretus enferment strictement le secret dans la logique de la rétention et de l’exclusion.

  • 19 A. Lévy, «  Évaluation étymologique et sémantique du mot secret  », Nouvelle Revue de Psychanalyse, (...)
  • 20 Op. cit. p. 117.

14Dans une étude très suggestive, publiée en 1976 sous le titre Évaluation étymologique et sémantique du mot secret19, et qui fait désormais référence pour l’aire française, Arnaud Lévy avait analysé avec précision la configuration sémantique issue de l’étymon latin secretus, pour souligner combien le sème du secret était lié à la séparation et à l’exclusion d’un tiers, avant de soumettre cette configuration sémantique à une lecture psychanalytique. Le secret, tel qu’il s’est configuré sémantiquement dans l’aire française, s’organiserait ainsi pour Arnaud Lévy autour de trois pôles : «  le savoir, la dissimulation de ce savoir, la relation à l’autre qui s’organise à partir du refus de communication du savoir 20  ». Cette étude d’Arnaud Lévy démontre que le sémantisme médiéval du secret engage pour l’essentiel ce qu’il nomme très justement une «  technique du refus  » (de parole, de savoir, de pouvoir).

15Dès lors, on pourrait observer que des mots qui ne sont pas dérivés de l’étymon secretus, comme c’est le cas de poridad en Espagne, servent à désigner tout ce qui échappe au secret conçu comme «  technique du refus  » ou de la dissimultation. À cet égard, le sémantisme du mot poridad est même radicalement inverse, puisqu’il correspond à la dynamique d’une «  technique du don  », dans des conditions strictement privilégiées et contrôlées. Un bref exemple emprunté à l’Amadis de Gaula permet d’observer comment, dans une scène très classique de confidence, le terme poridad intervient pour signifier le secret dans l’acception d’intimité partagée, qui se livre grâce à un pacte de confiance mutuelle :

  • 21 Amadís de Gaula, t. 1, Madrid, Imprenta de M. Pita, 1838, p. 142.

La reina le mandó ir, y Mabilia fue contra él y quísole besar las manos, mas él las tiró a sí, y la abraçó, y dixo :
Sobrina señora, sentémonos, y preguntarvos he cómo vos halláis en esta tierra.
- Señor –dixo ella–, vayámonos aquella siniestra, que no quiero que mi hermano oya la mi poridad.
Y Galvanes dixo riendo :
- Cierto, mucho me plaze, que no es él tal que debe oír tan buena poridad como es la vuestra y la mía 
21.

16Cette buena poridad, ce bon secret d’une entente cordiale possible uniquement dans la confiance réciproque, dont se réjouit l’un des personnages d’Amadis est, on le voit, à l’opposé de «  la technique du refus  » de la parole dont Arnaud Lévy avait analysé la configuration sémantique dans le mot secretus. Il faut donc aussi prendre en compte dans le lexique du secret des termes qui échappent à la logique du refus et qui, comme c’est le cas de poridad, engagent le secret comme un espace de révélation et de loyauté, c’est-à-dire d’ouverture pacifiée de la conscience. Sous l’influence culturelle arabe, le lexique du secret apparaît dans l’Espagne du Moyen Âge fortement structuré par la question de l’intimité et du for intérieur, du secret partagé dans l’amitié et la confidence, mais un rapide panorama européen révèle d’autres lignes de partages sémantiques dans les langues romanes.

  • 22 F. Le Nan, Le Secret dans la littérature narrative arthurienne (1150-1250). Du lexique au motif, Pa (...)
  • 23 «  Le mot secré appartient avant tout à la sphère référentielle du divin, ou plus exactement comme (...)

17Les médiévistes français ont ainsi cartographié avec précision la diversité du vocabulaire du secret pour faire apparaître d’autres doublets sémantiques importants, qui ne fonctionnent pourtant pas sur le modèle intériorité/extériorité mobilisé dans le doublet secreto/poridad. Dans la thèse que Frédérique le Nan a consacrée à une étude lexicale et littéraire du secret dans la littérature arthurienne aux xiie et xiie siècles, il apparaît une polarisation du lexique entre deux ordres bien distincts du secret. D’une part, l’ordre transcendant du mystère divin qui est désigné par le mot secroi ou secré 22 c’est-à-dire la dérivation savante de l’étymon latin secretus. En usage parallèle et non-concurrent, il existe dans le français médiéval des termes qui réfèrent tous à des secrets dans les affaires humaines et temporelles (celer, conseil, repostailles) 23. L’évaluation de la positivité du secret est alors la suivante : les secrets marqués par la grandeur divine et proches de l’ineffable sont profondément valorisés (comme c’est le cas pour le secret du Graal), alors que les secrets humains sont connotés négativement car associés au solipsisme (par exemple pour la figure d’Arthur), ou à la manipulation.

  • 24 «  Secret, public, privé  », Dir. C. Revest, Questes, Bulletin des jeunes chercheurs médiévistes, 1 (...)

18Par ailleurs, la revue de médiévistes Questes dans son numéro spécial «  Secret, public, privé  » aborde le lexique du secret à partir d’autres corpus littéraires médiévaux, tels que les fictions épistolaires, les miroirs des princes ou encore la poésie lyrique. Comme l’observe la coordinatrice du volume, Clémence Revest, dans un cadre strictement humain et non référé au sacré, le lexique médiéval du secret dans ce type de textes permet essentiellement de suivre la distinction entre sphère publique et la sphère privée 24.

19Qu’il s’agisse donc de la scène théologico-judiciaire ou de la littérature de fiction, le champ sémantique du secret est traversé au Moyen Âge par une tension constante entre secret transcendant et secret humain. Cependant, il serait sans doute erroné d’axer l’intégralité du lexique du secret sur cette seule opposition entre sacré et profane. La richesse du lexique du secret à l’intérieur même de l’immanence du champ strictement humain, comme en témoignent le doublet poridad/secreto ou encore la série celer/conseil/repostailles en français, montrent la grande plasticité et surtout la grande variabilité des usages profanes du secret. Ces pratiques supposent des configurations spécifiques entre le singulier et le collectif, c’est-à-dire entre le privé et le public, dont les frontières vont profondément évoluer à l’époque moderne.

Arcanes/arcanidad : le lexique d’un contrôle absolu du secret à l’époque moderne

  • 25 S. Dworkin, «  Cambio léxico en el Medioevo tardío : la pérdida del español antiguo : Esleer y pori (...)

20En Espagne, le fait le plus marquant et le plus révélateur du remaniement du lexique du secret à l’époque moderne est la disparition très rapide de l’usage du terme poridad au cours du xvie siècle. Ce terme ne reste plus employé que dans des proverbes, ou dans la locution «  en poridad  », qui signifie « en cachette », « en secret ». Le linguiste Stephen Dworkin a proposé des hypothèses fonctionnelles pour expliquer la disparition du terme courant très courant poridad au profit de secreto (qui était au Moyen Âge inscrit dans un registre érudit). Il remarque ainsi que poridad n’a pas permis la formation d’adjectif, contrairement à secreto, qui fonctionne de manière plus souple à la fois comme substantif et comme adjectif 25. Toutefois, au-delà de ces hypothèses linguistiques, on peut aussi s’interroger sur l’importance déterminante de la sémantique même du secret dans la reconfiguration profonde du lexique qui touche toutes les langues romanes.

21Dans l’aire hispanique, le déplacement sémantique est particulièrement lisible dans les nouveaux mots qui apparaissent pour désigner le secret. Ces innovations lexicales, toutes d’un registre de langue érudit, s’imposent dans la littérature morale et le langage courtisan, au travers de termes tels que oculto/ocultación et surtout arcano, accompagné de son substantif plus rare arcanidad que l’on retrouve, par exemple chez Gracián, pour désigner la capacité de l’homme supérieur à exercer un contrôle absolu sur sa parole et ses passions. Il définit ainsi dans Oráculo manual y arte de prudencia la maîtrise volontaire du secret comme une forme de domination souveraine, à la fois sur soi et sur autrui :

  • 26 B. Gracián, Oráculo manual y arte de prudencia, 160, Ed. M. Romera Navarro, Madrid, CSIC, 2003, p.  (...)

22La arcanidad tiene visos de divinidad. El fácil a hablar cerca está de ser vencido y convencido26.

23Avec la perte du mot poridad, et l’émergence radicalement différente du terme arcanidad et de son adjectif arcano, le sémantisme global du secret semble s’orienter progressivement au xviie en Espagne dans le sens exclusif de la rétention volontaire de l’information. Le terme oculto redouble cette acception, toujours dans le registre savant. On trouve ainsi chez Saavedra Fajardo des maximes qui font de l’occultation une sorte d’impératif catégorique des maximes de gouvernement au xviie siècle. Le terme arcanidad témoigne en outre d’une profonde porosité entre le lexique de la politique et celui de la morale, qui est particulièrement manifeste dans la définition que donne le Diccionario de Autoridades du terme «  arcanidad  » au début du xviiie siècle :

Arcanidad : Cosa recóndita que uno reserva en sí : como noticia especial, máxima de estado, resolución y secreto confiado, y assí otras cosas : y assí del que presume tener grandes inclusiones con los Ministros del Gobierno y habla palabras preñadas y mysteriosas, se dice que es hombre de muchas arcanidades. Es voz de uso moderno, introducida por los que se precian de cultos en ellenguaje.

  • 27 A. Delage, «  Tacitisme et hyper-tacitisme. Les écritures du secret politique dans l’Espagne du xvi (...)

24Le terme arcanidad est lié aux secrets effectifs dont s’enveloppe l’exercice pratique du pouvoir aussi bien qu’à l’ostentation d’un style mystérieux qu’affectionnent les hommes d’État, tout particulièrement sous le ministériat d’Olivarès 27. La définition accorde au mot une valeur de cultisme et l’inscrit entièrement dans le registre politique, lié aux arcana imperii.

  • 28 M. Senellart, op. cit. p. 252.

25Les autres langues romanes connaissent la même innovation mais avec des transferts sémantiques qui ne sont pas aussi exclusivement liés au champ politique des arcana imperii. Le mot arcane, du latin arcanus (de arx, forteresse ou de arca, coffre), apparaît en français sous la forme arquenne ou archane dès le début du xve siècle et on voit à la fin du xvie siècle employé dans le registre savant puis dans le langage de cour, comme en Espagne et en Italie (arcana dans les deux langues). Toutefois, le mot, utilisé initialement en latin dans un sens magico-religieux est tout d’abord intégré en français à la Renaissance au vocabulaire technique de l’alchimie et de la médecine, pour désigner les «  remèdes  » ou les «  potions  » secrètes 28. Le terme arcane devient à partir du xvie siècle par extension un secret technique de fabrication, pertinent pour désigner dans d’autres domaines du savoir, la maîtrise du pouvoir par la stratégie de l’occultation, qui enserre désormais le secret dans le sémantisme d’une technologie du contrôle.

  • 29 L. Van Delft, Les spectateurs de la vie. Généalogie du regard moraliste, Presses de l’Université La (...)

26En France, arcane entre au xviie siècle dans le registre moral, sans toutefois que l’on puisse observer comme en Espagne une forte connotation politique issue des arcana imperii. Le terme arcane s’emploie plutôt chez les moralistes français, comme l’a remarqué Louis Van Delft, pour métaphoriser l’analyse morale comme une science du for intérieur, proche de celle de l’anatomiste pour le corps ou du naturaliste pour le monde vivant, car le moraliste «  scrute le fond du cœur, tout comme les naturalistes les arcanes de la nature 29  ».

27Molière a d’ailleurs mis en scène de manière comique cette vogue des arcanes et d’une pseudo-scientificité de l’analyse des mystères insondables de l’âme dans la culture mondaine. Il fait ainsi dire à Pancrace dans Le Mariage forcé, une tirade hautement parodique qui mime les latinismes et les nouveaux lieux communs d’une fascination aristocratique pour les secrets de l’âme. Alors que Sganarelle veut simplement confier son projet de mariage, Pancrace disserte sur le statut même de la parole :

  • 30 Molière, Le mariage forcé, Répertoire du théâtre français, t. 1, Paris, Rignoux, 1826, p. 545.

Oui, la parole est animi index et speculum. C’est le truchement du cœur, c’est l’image de l’âme. […] C’est un miroir qui nous présente naïvement les secrets les plus arcanes de nos individus 30.

  • 31 J.R. Synder, Dissimulation and the Culture of Secrecy in Early Modern Europe, University of Califor (...)
  • 32 F. Hallyn, «  Le langage confus qui règne dans les pays d’Inquisition. Descartes et la rhétorique d (...)
  • 33 Nous renvoyons à ce sujet à l’article de J.-P. Cavaillé, «  Mensonge et politique au début de l’âge (...)

28Dans le domaine hispanique, la diffusion et les usages du mot issu du latin arcana sont beaucoup plus marqués par des connotations politiques, dans un phénomène de transfert avec les arcana imperii, qui traverse cependant toute l’Europe. Pour cette généalogie plus politique du sémantisme de arcana qui prévaut dans l’Europe du Sud, l’influence de l’Italie est sans doute déterminante. L’Italie voit en effet se développer dans la deuxième moitié du xvie siècle une abondante littérature morale concernant l’art du secret politique et de la dissimulation sociale, qui noue ainsi de manière particulièrement profonde le lexique de la morale, de la sociabilité courtisane et de la politique dans l’exposition d’une méthode du secret. Parmi les traités plus connus figurent Della dissimulazione onesta, de Torquato Acetto et l’ouvrage antérieur, publié à Venise en 1598, par Scipione Ammirato sous le titre Della segretezza. Tous deux proposent une technologie raffinée du secret qui doit garantir l’efficacité de l’action et ils représentent l’avènement d’un régime nouveau de la conception du secret qui va essaimer rapidement dans toute l’Europe du xviie siècle. Fernando de la Flor a analysé pour la culture hispanique ce tournant moderne en soulignant pour l’Espagne l’importance de l’influence italienne dans ce nouvel «  art du secret  » baroque. De la même manière, Jon Snyder étudie la série de transferts qui engendre en Europe une inflation moderne sans précédent d’une culture du secret qui devient, selon le mot de Montaigne, «  l’une des plus notables qualités de ce siècle  »31. Enfin, en France, Fernand Hallyn a pu démontrer l’importance de cette culture du secret y compris dans la philosophie et la science, c’est-à-dire loin des milieux courtisans où on l’observe d’ordinaire. Il a en effet étudié avec précision la rhétorique de la dissimulation chez Descartes, pour souligner sa grande proximité avec l’impératif de cryptage dans la arcanidad tel que le formulait Gracián. De la sorte, la célèbre déclaration de jeunesse de Descartes, Larvatus prodeo, « j’avance masqué », devient une sorte d’emblème pour l’ensemble de l’exercice de la pensée à l’époque baroque, y compris dans le champ de la réflexion philosophique et scientifique 32. Le masque, la dissimulation et le secret deviennent dès lors la garantie de l’exercice de la libre pensée critique ou d’une sauvegarde des droits individuels, bien au-delà de la question de la licéité du mensonge politique 33.

  • 34 E. Kantorowicz, «  Mystères de l’État. Un concept absolutiste et ses origines médiévales  », Mourir (...)

29Cette généralisation des stratégies de dissimulation dans l’ensemble des champs du savoir et des pratiques sociales se produit cependant sous une modalité particulière dans l’aire hispanique. Le terme arcanidad réactive dans le langage érudit un concept politique, celui des arcana imperii, en l’étendant très loin de son contexte philosophique originel, pour l’intégrer une culture de cour et un imaginaire social et littéraire. Le champ philosophique des arcana imperii a été initialement exploré par Ernst Kantorowicz, qui été le premier à analyser les origines médiévales d’un concept qui a envahi la pensée politique au xviie siècle en Europe, au point de devenir ce qu’il nomme un «  concept absolutiste  ». Dans un article fondateur, «  Mystères d’État. Un concept absolutiste et ses origines médiévales  » 34, il analyse le lien entre les secrets et des mystères d’État au xviie siècle et l’ecclésiologie médiévale. L’analyse de Kantorowicz a été l’une des premières a poser avec clarté l’importance politique des arcana imperii, dans la construction d’une nouvelle rationalité étatique moderne, mais cette lecture a été profondément révisée par des historiens qui ont rendu aux «  mystères d’état  », aux arcana imperii leur origine antique et non exclusivement médiévale. Michel Senellart a ainsi pu montrer que l’abondant lexique des arcanes politico-morales qui s’impose au xviie siècle en Europe ne trouve pas son origine dans une conception théologico-politique médiévale, mais bien dans la redécouverte de l’œuvre de Tacite à la fin du xvie siècle. Michel Senellart insiste en effet sur l’absence radicale d’horizon mystique dans le lexique des arcanes politiques tel qu’il se reconfigure dans l’Europe du xviie siècle :

  • 35 M. Senellart, «  Mystères, secrets, stratagèmes  », Les arts de gouverner. Du régime médiéval au co (...)

Parler des arcana n’est donc pas perpétuer une vision théologique du pouvoir, mais au contraire revenir à la problématique ancienne, refoulée par des siècles de théologie, de la science du gouvernement. Les arcana, puisqu’ils sont le concept même de l’oubli de la science politique dans la pensée chrétienne, loin de marquer le point de fusion mystique du spirituel et du temporel, remplissent au sein du discours de la souveraineté une fonction antithéologique 35.

30La dimension antithéologique de l’expression latine empruntée à Tacite des arcana imperii est effectivement tout à fait présente dans le sémantisme espagnol de arcanidad, puisque l’on voit bien que ce type de maîtrise virtuose du secret ne rencontre jamais la dimension spirituelle du mystère divin et témoigne donc d’une dimension exclusivement immanente de l’effectivité de la dissimulation. Sans pour autant rattacher ce terme au libertinage érudit, qui est hors de l’aire culturelle espagnole à l’âge baroque, il faut néanmoins remarquer que la charge politique qu’implique le terme arcanidad relève d’une démystification profonde des pratiques de gouvernement et de la vie intime, puisque le secret est devenu une technique du leurre.

31Au terme de ce parcours, nous avons pu retracer quelques-unes des reconfigurations du champ sémantique du secret en Europe, et tout particulièrement dans l’aire hispanophone, dans laquelle se produit de manière simultanée l’émergence du terme arcanidad et la disparition du mot poridad. Ces évolutions dans le lexique du secret témoignent d’une série de mutations décisives dans la culture occidentale du secret à l’âge moderne. S’éloignant du pacte de la foi donnée ou du mystère de l’ineffable, le secret moderne se structure presque exclusivement autour du couple simulatio/dissimulatio. Pour autant, la question de la positivité des régimes du secret ne cesse de se poser : si «  le bon secret  », autrefois désigné par la poridad à l’époque pré-moderne était celui de la confiance mutuelle, la question est reconduite à l’âge moderne. L’abondante littérature baroque qui s’interroge sur la licéité du secret ne cesse en effet de chercher les conditions possibles d’une mise au secret bénéfique, au prix de la difficile casuistique d’une «  honnête dissimulation  », que l’âge des Lumières critiquera par la suite comme un système de justification de l’arbitraire de la Raison d’État pour le despotisme d’Ancien Régime.

  • 36 Nous renvoyons pour la période contemporaine à l’analyse approfondie de Philippe Roussin. P. Roussi (...)

32De telles interrogations et de tels débats sur la positivité du secret peuvent nous permettre de mieux évaluer les contraintes qui pèsent sur les définitions d’une légitimité du secret dans des régimes démocratiques contemporains, et c’est sans doute cela que nous avons cherché à «  sauver  » du Grand Siècle, comme le suggérait C. Jouhaud. En effet, les mots du secret, qu’ils soient pré-modernes ou modernes, nous permettent de nous projeter au-delà, ou au moins d’une autre manière, dans nos propres mots contemporains : la «  transparence  », mais aussi la revendication d’un droit démocratique à «  tout dire 36  ».

Haut de page

Notes

1 F. De La Flor, Pasiones frías. Secreto y simulación en el Barroco hispano, Madrid, Marcial Pons, 2006, p. 14.

2 J.-P. Cavaillé, Dis/simulations. Jules-César Vanini, François La Mothe Le Vayer, Gabriel Naudé, Louis Machon et Torquato Accetto, Religion, morale et politique au xviie siècle, Paris, Honoré Champion, 2002.

3 V. Sorrentino, Il potere invisibile. Il segreto e la menxogna nella política contemporánea, Bari, Edizioni Dedalo, 2011. «  Secret privé et secret politique  », Revue Cités, 26, Paris, PUF, 2006.

4 Cet ouvrage publié en italien, puis traduit en anglais et en espagnol, est actuellement inédit en français. J. Derrida, M. Ferrandis, Il gusto del segreto, Laterza, 1997. Sur l’approche menée par Derrida du secret dans son oeuvre et dans ses séminaires, voir : G. Michaud, Tenir au secret (Derrida, Blanchot), Paris, Galilée, 2006.

5 J.-C. Milner, La politique des choses, Court traité politique 1, Paris, Éditions Verdier, 2011.

6 M. Hardt, T. Negri, Empire, Paris, Ed. Exils Essais, 2000. Éric Duhamel, «  Secret et Démocratie  », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 58, 2000, p. 77-80.

7 C’est aussi la position d’Yves-Charles Zarka : «  Le plus inquiétant est que l’idéologie de la transparence est aujourd’hui souvent liée à l’idée de démocratie. Comme si le progrès de la démocratisation était corrélatif de l’extension de la transparence et du recul du secret. Mais qui ne voit que cette démocratie ressemblerait à un cachot sans murs ni verrous, un cachot étendu à la société entière, et la vie de l’homme démocratique à un enfer ? Ce qu’il s’agit de remettre en cause, ce n’est pas la transparence, mais l’idéologie, l’abus, le règne de la transparence, ce qui est très différent.  » Y.-C. Zarka, «  Éditorial  », Revue Cités, 2006 (no 26), p. 3-6.

8 Voir à ce sujet : «  La transparence gouvernementale  », Revue Internationale des Sciences Administratives, vol. 78, 2012/1, 196 p. La communication transparente. Organisations, communication et transparence, Colloque international, LASCO-Université Catholique de Louvain-IHECS, Bruxelles, 21-22 novembre 2013, à paraître.

9 Entretien entre J. Assange et P. Singer, «  Changer le monde/mode d’emploi  », Philosophie Magazine, 55, Paris, novembre 2011.

10 Y. Moulier Boutang, A. Kyrou, «  WikiLeaks ou les nouveaux Tartuffes de la raison d’État », Multitudes, 4/43, 2010, p. 9.

11 M. Senellart, «  Mystères, secrets, stratagèmes  », Les arts de gouverner. Du régime médiéval au concept de gouvernement, Paris, Seuil, 1995, p. 249-259.

12 T. Menissier, «  WikiLeaks, notre conscience ? Politique, philosophie et vérité à l’époque des médias innovants  », intervention à l’invitation des 15e Rencontres d’Internet d’Autrans, Autrans, 12 janvier 2011.

13 J.-P. Cavaillé, «  La face cachée de l’injonction de transparence  », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Jean-Pierre Cavaillé, Secret et mensonge. Essais et comptes rendus. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/6212 DOI : 10.4000/dossiersgrihl.6212

14 Op. cit.

15 C. Jouhaud, Sauver le Grand-Siècle. Présence et transmission du passé. Paris, Seuil, 2007.

16 B. Darbord, A. Delage, Le partage du secret. Cultures du dévoilement et de l’occultation en Europe, du Moyen Âge à l’époque moderne, Paris, A. Colin, 2013.

17 A. Castro, La realidad histórica de España, Mexico, Porrua, 1971, p. 217.

18 G. Fabre, «  L’expression en poridad, modalité d’un arabe silencieux  », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 27, 2004, p. 159-169.

19 A. Lévy, «  Évaluation étymologique et sémantique du mot secret  », Nouvelle Revue de Psychanalyse, 1976, p. 117-130.

20 Op. cit. p. 117.

21 Amadís de Gaula, t. 1, Madrid, Imprenta de M. Pita, 1838, p. 142.

22 F. Le Nan, Le Secret dans la littérature narrative arthurienne (1150-1250). Du lexique au motif, Paris, Champion, 2002.

23 «  Le mot secré appartient avant tout à la sphère référentielle du divin, ou plus exactement comme un acte prudent vis-à-vis d’une uniforme orthodoxie religieuse. Son domaine d’emploi s’ouvre sur le magique et le divin  ». Op. cit. p. 50.

24 «  Secret, public, privé  », Dir. C. Revest, Questes, Bulletin des jeunes chercheurs médiévistes, 16, 2009, p. 85.

25 S. Dworkin, «  Cambio léxico en el Medioevo tardío : la pérdida del español antiguo : Esleer y poridad  », Revista de Historia de la Lengua Española, 1, 2006, p. 31-43.

26 B. Gracián, Oráculo manual y arte de prudencia, 160, Ed. M. Romera Navarro, Madrid, CSIC, 2003, p. 317.

27 A. Delage, «  Tacitisme et hyper-tacitisme. Les écritures du secret politique dans l’Espagne du xviie siècle » , Le partage du secret. Cultures du dévoilement et de l’occultation en Europe du Moyen Âge à l’époque moderne, Armand Colin, Paris, 2013, p. 305-328.

28 M. Senellart, op. cit. p. 252.

29 L. Van Delft, Les spectateurs de la vie. Généalogie du regard moraliste, Presses de l’Université Laval, Laval, 2005, p. 31.

30 Molière, Le mariage forcé, Répertoire du théâtre français, t. 1, Paris, Rignoux, 1826, p. 545.

31 J.R. Synder, Dissimulation and the Culture of Secrecy in Early Modern Europe, University of California Press, Los Angeles/Londres, 2009.

32 F. Hallyn, «  Le langage confus qui règne dans les pays d’Inquisition. Descartes et la rhétorique de la dissimulation  », Revue Poétique, 142, 2005, p. 131-151.

33 Nous renvoyons à ce sujet à l’article de J.-P. Cavaillé, «  Mensonge et politique au début de l’âge moderne  », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Jean-Pierre Cavaillé, Secret et mensonge. Essais et comptes rendus, URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5936 DOI : 10.4000/dossiersgrihl.5936

34 E. Kantorowicz, «  Mystères de l’État. Un concept absolutiste et ses origines médiévales  », Mourir pour la Patrie, Paris, Gallimard, 1984, p. 79-89.

35 M. Senellart, «  Mystères, secrets, stratagèmes  », Les arts de gouverner. Du régime médiéval au concept de gouvernement, Paris, Seuil, p. 248.

36 Nous renvoyons pour la période contemporaine à l’analyse approfondie de Philippe Roussin. P. Roussin, Misère de la littérature, terreur de l’histoire. Céline et la littérature contemporaine, Paris, Gallimard, 2007, p. 623.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Delage, « Les mots du secret », Cahiers d’études romanes, 30 | 2015, 273-288.

Référence électronique

Agnès Delage, « Les mots du secret », Cahiers d’études romanes [En ligne], 30 | 2015, mis en ligne le 14 avril 2016, consulté le 28 avril 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/4887 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.4887

Haut de page

Auteur

Agnès Delage

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org