Navigation – Plan du site
Les paroles et les actes

Exprimer une pensée réformiste. Le vocabulaire du docteur Pérez de Herrera (1556–1620), médecin des galères du roi

Marion Regeste-Mistral
p. 311-326

Résumés

Les différents textes de Cristobal Pérez de Herrera, autres que les traités purement médicaux, qui sont parvenus jusqu’à nous, dessinent la pensée d’un homme préoccupé par la situation de son temps et qui tente d’apporter des solutions pratiques. Il utilise, pour cerner et décrire les causes de ce qu’il perçoit comme une décadence, un lexique qu’il va emprunter à la fois à sa fonction de médecin et à la pensée politique du temps, usant largement de la métaphore corporelle pour parler de l’organisation sociale. Cet article se propose de faire une première approche de ce vocabulaire et tente de mettre en évidence ce qui est au centre de la pensée de Pérez de Herrera : le retour à un État plus brillant n’est possible qu’en jouant sur le levier humain.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Espagne

Index chronologique :

XVIe-XVIIe
Haut de page

Texte intégral

1Travaillant sur les écrits du docteur Pérez de Herrera, je me suis attachée à comprendre plus particulièrement comment une pensée réformiste pouvait s’exprimer concrètement, et avec quel vocabulaire, dans un contexte culturel où la pensée économique en est à ses balbutiements.

2Un tel questionnement sous-entend l’existence d’une frange de la population qui va s’intéresser directement ou indirectement à la situation économique, politique ou sociale de l’Espagne et va proposer des solutions à tout un ensemble de problèmes perçus au prisme de l’idée de décadence. De fait, le nombre de discours, traités, mémoires et autres opuscules publiés à ce sujet, de même que leurs titres, témoignent de ce souci constant de remédier à un état dont il est nécessaire de sortir, et leurs auteurs glosent à l’envi sur la richesse potentielle de l’Espagne, sur sa fertilité, pour déplorer un état décrit comme misérable, qui ne peut perdurer :

  • 1 Jerónimo de Ceballos, Discurso, y parecer del Licenciado Geronimo de Ceuallos, Regidor de Toledo, y (...)
  • 2 Christobal Pérez De Dueñas – Luis de Arriata, Madrid, Palacio Real, II/175(4). Ce memorial s’adress (...)
  • 3 Juan de Valverde Arrieta, Despertador que trata de la gran fertilidad, riquezas, baratos, armas y c (...)

Y aumento desta Republica, suplicar a su magestad la reforme en el estado antiguo de gente, y trato que tení 1.
et l’amélioration de cette république, supplier que sa majesté la ramène dans l’ancien état de population et de richesse qui était le sien.

Señor de mucha admiracion deue ser a quien con atenta consideracion pondera el miserable estado a que ha venido España […] porque siendo el reyno mas pederoso [sic.] fertil y rico de todo el orbe esté hoy tan pobres2
Sire, celui qui considère avec attention et mesure le misérable état dans lequel est tombé l’Espagne […] s’étonnera fortement que, tout en étant le royaume le plus puissant, le plus fertile et le plus riche de toute l’orbe terrestre, il soit devenu aujourd’hui si pauvre…

Despertador que trata de la gran fertilidad, riquezas, baratos, armas y cauallos que España solía tener y causa de los daños y falta con el remedio 3
Alarme qui scrute la grande fertilité, les richesses, l’abondance, les armes, les chevaux que possédait l’Espagne et les causes du mal et de la pénurie avec le remède…

  • 4 Au fil des années et des écrits, les titres changent : ainsi, sur la page d’ouverture de Amparo de (...)

3Dans cette mouvance large et polymorphe, qui va de la seconde moitié du xvie pour s’amplifier début xviie et connaître un pic sous le règne de Philippe iv, s’inscrivent les écrits du docteur Cristóbal Pérez de Herrera, médecin des galères du roi, médecin du roi, protecteur et procureur général des asiles et des pauvres du royaume 4, dont les traités réformistes sont au cœur de cette réflexion.

  • 5 Le «  garrotillo  » (petit garrot, selon le dictionnaire de César Oudin) qui doit son nom au fait q (...)

4Entre 1596 et 1618, le médecin compose et publie nombre d’ouvrages, qui vont couvrir des sujets aussi divers que la médecine – il rédige notamment un traité sur le croup 5 qui fait autorité – la ville de Madrid, dont il prend la défense, par deux fois, plaidant pour qu’elle demeure capitale du royaume alors qu’il était décidé de la transférer à Valladolid, des ouvrages de sapience – publiés dans la dernière partie de sa vie et destinés au futur Philippe IV, un traité courtisansous la forme d’oraison funèbre à la mort de Philippe II, un libelle contre les courses de taureaux, dans lesquelles il voit un réel danger de santé publique et qu’il combat vigoureusement, plusieurs discours touchant un problème de société : la pauvreté – et qui seront réunis en 1598 pour être publiés sous la forme complète qu’on leur connaît aujourd’hui, enfin des ouvrages d’économie politique.

5La matière est vaste, d’autant plus que les frontières entre les genres abordés par le docteur Pérez de Herrera se caractérisent par une certaine porosité, qui entraîne une brassage et une dispersion des idées réformistes dans pratiquement chaque écrit (il n’est guère que les ouvrages médicaux en latin, donc techniques et destinés à un public limité de spécialistes et les ouvrages de sapience qui échappent à cet état de fait), c’est pourquoi, afin de limiter l’éparpillement sur une sélection plus large, cette étude se centrera plus spécifiquement sur trois ouvrages, Amparo de pobres, Remedios para el bien de la salud del cuerpo de la república et A los cavalleros procuradores de Cortes del Reyno, que por mandado del Rey nuestro señor se juntaron en nueve de febrero deste año de m.dc.xviii en esta villa de Madrid, Corte de su majestad. En razón de de mvchas cosas tocantes al buen gobierno, Estado, Riqueza y descanso destos reynos.

  • 6 Pérez de Herrera voyait très certainement dans ce traité le noyau de son projet réformiste, puisque (...)
  • 7 Remedios para el bien de la salud del cuerpo de la republica, f° 19 r°.

6Donc trois ouvrages retenus : deux traités économiques et l’œuvre majeure, disons la plus aboutie 6, sur ce qui semble être le centre gravitationnel des préoccupations réformistes de Pérez de Herrera : l’homme. En effet, dans la pensée d’Herrera, tout ramène à l’homme, à sa place dans l’univers qui l’entoure, dans un premier temps, puis, dans un second temps, au corps humain, aux soins à lui donner, à ses faiblesses. Marqué par son passé dans les galères royales, dont il se sert pour donner une base à ses idées réformistes, Pérez de Herrera pense, analyse et réagit en médecin, y compris dans les solutions proposées aux maux de l’Espagne, Ainsi dans Remedios para el bien de la salud del cuerpo de la republica 7 dont le titre, bien que faisant appel à des images qui sont des lieux-communs de ce titre de littérature, est déjà en lui-même le résumé d’une posture qui chez Herrera prend une toute autre dimension du fait de sa profession entre autres propositions très concrètes pour repeupler le territoire, telles que favoriser le mariage, surveiller de près les vocations religieuses, se glisse cette idée qui pourrait relever de l’anecdote si elle n’était répétée plusieurs fois au fil des écrits et témoignait du pragmatisme dont ne se départira jamais l’auteur : prévoir une salle de convalescence dans les hôpitaux afin que les malades soient parfaitement rétablis. L’idée est simple et part de la connaissance qu’à Pérez de Herrera des hôpitaux et des soins qui y sont dispensés : si un malade sort sans avoir recouvré ses forces, il est dans l’obligation de demander la charité étant trop faible pour travailler et par conséquent subvenir à ses moyens et court le risque de s’habituer à cet état de paresse ou bien de retomber malade encore plus gravement. Dans l’un ou l’autre des cas, il ne sera plus utile à la société.

7C’est donc en suivant ces deux axes, tout d’abord l’homme comme préoccupation première et la fonction de médecin, avec tout ce que cela suppose en matière d’utilisation de concepts techniques appliqués à la l’organisation sociale, comme influence directe sur la pensée et l’écriture que nous nous proposons d’explorer le vocabulaire employé par le docteur Pérez de Herrera. Ces deux axes permettront de dégager d’abord l’usage d’un vocabulaire qui relève du champ lexical de la médecine et du corps, ensuite ce vocabulaire va amener à dégager la définition d’un homme souffrant, le vrai pauvre, et en opposition va générer la vision d’un mal du corps social, le faux pauvre.

  • 8 Une lecture de la presse permet de relever des emplois qui témoignent encore de cette analogie : «  (...)

8Publié en 1610, le discours Remedios para el bien de la salud del cuerpo de la república, offre déjà dans son titre une utilisation particulière d’un vocabulaire précis et introduit une analogie qui, si elle n’est pas neuve, n’en demeure pas moins prégnante dans la pensée de Pérez de Herrera. La corporalité d’une organisation abstraite, soudainement visible, palpable et concrète, a la vie dure, signe d’une vigueur évocatrice que la langue moderne utilise encore 8. L’auteur clarifie l’emploi de cette allégorie du corps humain :

  • 9 Op. cit., f° 4 r°.

Haziendo comparación de la República al cuerpo humano, no siendo muy fuera de propósito esta analogía y correspondencia, pues los antiguos Filósofos le llamaron Microcosmos, que significa mundo pequeño 9 […]
…en comparant la République avec le corps humain, cette analogie et ce parallèle n’étant pas insensés, car les anciens philosophes lui donnèrent le nom de microcosme, ce qui signifie monde en miniature.

  • 10 Cette idée est aussi ancienne puisqu’elle trouve ses racines dans les écrits de saint Paul : 1re ép (...)

9Il est intéressant de relever ici l’emboîtement des systèmes de représentation, car si le corps humain est réputé représenter le monde en miniature, ce qui constitue une première analogie, c’est le corps qui va être le référent maintenant d’une seconde analogie, puisque la République va lui être comparée afin d’en expliquer le fonctionnement et d’en détailler les différentes parties 10. Ainsi, dans un second développement, Pérez de Herrera va affiner sa pensée :

  • 11 Ibid., f° 4 r° / v°.

Q[ue] esta Monarquía cuya cabeça y señor soberano es V. M que la goze largos y felicísimos años, es semejante a un cuerpo humano 11 […]
car cette monarchie, dont la tête et le souverain est Votre Majesté, qu’il en soit ainsi durant de longues et bienheureuses années, est en tout point semblable a un corps humain…

10Il peut ensuite introduire la cartographie d’une entité qui va être dotée des organes et des fonctions d’un corps humain. Cependant, trois éléments vont être plus particulièrement mis en valeur : la tête, lieu du commandement, le foie et l’estomac. Le foie dans la pensée médicale ancienne, depuis Galien, est considéré comme l’origine du sang veineux, l’élément moteur, donc, qui va envoyer dans le corps les substances destinées à le nourrir. Ici, le foie correspond à tous ceux qui travaillent :

  • 12 Ibid., f° 4 v°.

A q[ue] en la República parece q[ue] corresponden los labradores, ganaderos, oficiales y trabajadores y aun los tratantes y mercaderes ordinarios 12 […]
et dans la République il ressort que les laboureurs, les bergers, les artisans et ouvriers et même les négociants et les marchands ordinaires en sont l’équivalent…

11et l’estomac, qui va se charger de «  cuire  » les aliments, donc de les transformer en éléments assimilables, incarnera les Grands, la noblesse :

  • 13 Ibid., f° 6 r°.

Continuando pues la alegoría, podemos llamar justamente estómago deste cuerpo a los Grandes, Títulos, Caualleros y gente noble y rica destos Reynos, que siruiendo a V.M con las obligaciones des sus grandes calidades y valor son los que la sustentan y llenan la República 13 […]
En continuant l’allégorie, nous pouvons, avec justesse, appeler estomac de ce corps les Grands de ce royaume, les gens de qualité, les gentilshommes ainsi que les nobles, lesquels en servant Votre Majesté, comme leurs grandes qualité et leur valeur leur en font devoir, sont ceux-là même qui nourrissent et alimentent la République…

12Remarquons ici combien la comparaison s’est étoffée au fil de son utilisation puisque l’on est maintenant dans une allégorie, et combien elle ouvre des possibilités très vastes d’explications, d’intelligibilité de l’organisation sociale. Et il n’est pas étonnant, une fois le cadre posé d’une République incorporée, que le médecin s’empare de ce corps qu’il perçoit comme souffrant afin d’exercer sur lui son art. C’est donc avec un vocabulaire purement médical, décrivant des phénomènes physiques appliqués à une allégorie, que Pérez de Herrera va poser un diagnostic et proposer les soins adaptés qu’il juge adaptés à la situation. Et là encore, la pensée analogique va fonctionner pleinement.

13Le foie, dont nous avons vu qu’il représentait les travailleurs, et dont le rôle est essentiel dans la distribution de l’élément nutritif n’est plus en mesure d’accomplir ses fonctions du fait de son état actuel :

  • 14 Ibid., f° 64 r°.

está tan refriado, opilado y de tan mala complexión que engendra poca sangre y de mala calidad 14 […]
il est si refroidit, si obstrué et d’une si mauvaise constitution qu’il ne produit qu’un sang pauvre et de piètre qualité

  • 15 Voir la bibliographie pour les dictionnaires utilisés.

14Opilado est un terme purement médical, il s’agit si l’on se réfère au Diccionario de Autoridades 15 du participe passé de opilar dont la définition est la suivante : «  Obstruir, tapar y cerrar los conductos del cuerpo humano de suerte que no corran libremente los espíritus  ».

15Le dérèglement étant analysé, il s’agit maintenant de transférer le diagnostic sur le plan réel et de passer de la métaphore à l’explicitation du déséquilibre :

  • 16 Ibid., f° 4 r°

por auer dexado todos estos sus antiguas costumbres, y codicia loable de trabajar y sustentar de mantenimiento de poca cosa y vestir cada un o con forme a su calidad y trato 16. […]  » f° 4 v°
et tous ceux-ci, parce qu’ils ont abandonné leurs anciennes coutumes ainsi que le louable goût de l’effort et de la frugalité dans la nourriture ainsi que l’habitude de se vêtir chacun selon sa qualité et ses activités…

16Le deuxième organe affecté, l’estomac, assimilé aux «  grands  », autrement dit aux puissants de ce monde, nous dit l’auteur :

  • 17 Ibid., f° 6 r°.

está tan falto de calor natural que no puede hacer la digestión y cozer como conviene, con que se engendran muchas crudeza 17
il est si dépourvu de chaleur naturelle qu’il ne peut effectuer la digestion et cuire comme il convient les aliments, ce dont il résulte de nombreuses indigestions

17Une fois de plus, le vocabulaire employé relève du champ lexical médical, puisque le mot crudezas désigne une indisposition de l’estomac du fait d’un excès de nourriture ou de la mauvaise qualité de la nourriture ingérée. La faute en est à des dépenses immodérées qui n’ont d’autres buts que de maintenir un paraître qui semble hors de propos.

  • 18 Ibid., f° 6 r°.

los quales por auer gastado alguno un tercio y au[n] muchos la mitad mas de lo que tienen de renta cada año para llevar su grandeza adelante, a imitación unos de otros, por no quedarse atrás en ninguna cosa 18 […]
lesquels parce qu’ils ont dépensé pour certains un tiers, et pour d’autres, plus de la moitié de ce qu’ils possèdent en revenus chaque année pour continuer à tenir leur rang, en s’imitant les uns les autres, afin de ne pas être à la traîne…

18Cet anthropomorphisme met en évidence les liens de solidarité qui régissent les relations au sein du groupe social : le quilo liquide nourricier résultant de la cuisson des aliments ne peut être transmis, ou du moins pas en quantité suffisante, au foie lequel se trouve dans l’incapacité de générer et de distribuer le sang nécessaire à la vie de ce corps :

  • 19 Ibid., f° 6 v°.

es causa también de la fría y poca sangre que dezimos reparte el mismo hígado a la cabeça y al coraçon y a todo el cuerpo 19.
Cela est la cause également de ce sang froid et rare, dont nous disons que le foie le distribue a la tête et au cœur et à tout le corps…

  • 20 Ibid., f° 8 r°.

19Le mal dont souffre ce «  […] cuerpo tan grande de la República […] 20  » («  ce si grand corps de la république  ») est donc double : l’oisiveté du commun ainsi que la mendicité abusive d’un côté, les dépenses excessives et superflues de l’autre :

  • 21 Ibid., f° 5 r°

y auer por esto llegado a tanta necesidad, que han dejado muchos sus casas, e idose a mendigar por España, con gran daño della 21 […]
et ils en sont arrivés à cause de cela à un dénuement si extrême, que nombre d’entre eux ont abandonné leurs maisons et sont allés mendier sur les routes d’Espagne, pour son plus grand dommage

  • 22 Op. cit., p. 7 r°.
  • 23 Discurso del amparo los legítimos pobres y reducción de los fingidos : y de la fundación de los Alb (...)

20Le docteur Pérez de Herrera va donc proposer, en bon médecin, des solutions aux maux qui affligent le royaume et il le fera en utilisant d’abord un vocabulaire médical : il proposera des «  evacuaciones  », de «  los malos humores que se sacaron por sangrías y purga del cuerpo humano 22  » («  afin que (ceux-ci), tels des humeurs infectées et malsaines, soient expulsés de ce corps…  »). Et le mal premier, celui auquel il faut s’attaquer avant tout, c’est la mendicité et l’oisiveté. C’est ce qu’il inscrit dès les premières lignes du Remedios para el bien de la salud del cuerpo de la República dont l’introduction offre une belle variation sur le thème de la métaphore corps humain/corps social c’est aussi ce qu’il développe dans l’ouvrage central de sa production, Amparo de pobres. Publié en 1598, soit douze ans avant Remedios… – qui en reprend de manière très synthétique les propositions essentielles – le texte se compose de dix discours et développe le projet de bienfaisance de Pérez de Herrera, projet qui verra partiellement le jour puis sera progressivement abandonné lors du règne suivant. L’ouvrage est dense et les limites de cette communication ne permettent pas une étude exhaustive du vocabulaire employé, cependant une approche reste intéressante en ce qui concerne la définition du pauvre légitime, qui apparaît dans le titre complet 23.

21Dans l’introduction à Remedios para el bien de la salud del cuerpo de la República, Pérez de Herrera assume le rôle du médecin – qu’il est vraiment – au chevet d’un malade fictif, construction de l’esprit qui permet de mieux en appréhender la réalité. Il utilise à l’envi la métaphore du corps pour évoquer l’état de la République, métaphore dont il renforce la réalité par un approfondissement tout à fait professionnel de la description des symptômes et des soins à donner. Par contre, dans Amparo de pobres, cette mise en scène n’existe pas et le vocabulaire employé relèvera plutôt du registre de la condamnation morale.

  • 24 Ibid., f° 7 r°.

22Ainsi, si dans l’un on trouve des références à la saignée, acte médical essentiel dans la médecine ancienne ayant pour fonction de purger le corps «  a que como humores inficionados y malos se expeliessen deste cuerpo 24  » («  et d’en expulser les humeurs infectées et malignes  »), dans Amparo de pobres, la même idée apparaît sous une forme beaucoup plus directe :

  • 25 C’est la remarquable édition de Michel Cavillac qui est ici utilisée. Cristóbal Pérez de Herrera, A (...)

Y procurar limpiar sus reinos de gente vagabunda y viciosa que estraga las buenas costumbres dellos 25.
et faire en sorte de purger ses royaumes des gens vagabonds et vicieux qui corrompent leurs bonnes coutumes

  • 26 Op. cit., p. 11.

23Un peu plus loin on peut lire encore «  […] en que está inclusa la estirpación de los vagabundos 26 […]  ». Extirper, car les faux pauvres sont entremêlés («  entrejidos  » p. 24) parmi les véritables, laver, ces mots portent en creux la violence du regard que l’on porte sur ceux qui les suscitent. Ce sont des vagabonds –ils n’ont donc pas de racines, pas de liens sociaux, pas de lieu où habiter – il faut ici observer la peur que génèrent les vagabonds, peur perceptible dans le texte, mais aussi dans les lois promulguées sous Philippe ii qui interdisent notamment aux habitants de prendre l’habit de pèlerin, et de ne partir que munis d’une licence attestant de leur condition et leur destination. Dans le cas contraire, ils s’exposent à des représailles :

  • 27 Novísima recopilación de las leyes de España, Tomo i, Título xxx : De los romeros y peregrinos, Ley (...)

So pena de ser habido por vagabundos y que caigan e incurran en las penas puestas por las leyes y pragmáticas destos Reynos 27 […]
sous peine d’être tenus pour vagabonds et d’encourir les peines prévues par les lois et les pragmatiques de ces royaumes.

24Ce sont donc des vagabonds, ils sont vicieux, on les accuse de voler, de feindre diverses maladies (fingir), de cacher leur véritable condition (encubrir), de mener une mauvaise vie et surtout ils ne suivent pas les préceptes de l’Église :

  • 28 Ibid., p. 24.

Viven como gentiles : que ni confiesan, comulgan, ni oyen misa, ni pienso saben la dotrina cristiana y que con achaque de pedir limosna y que son pobres, deben de comer carne en los días prohibidos por la Iglesia sin licencia de médicos espirituales ni corporales 28.
ils vivent comme des païens : ils ne se confessent pas, ne communient pas, ne vont ni à messe ni à prêche, ne connaissent pas la sainte doctrine, et sous le prétexte de demander l’aumône et d’être pauvre, ils doivent manger de la viande les jours où cela est interdit par l’Église, sans pour cela avoir reçu licence d’aucun médecin qu’il le soit de l’âme ou du corps.

25De manière très manichéenne, le vrai pauvre se trouve dépositaire de vertus chrétiennes qui permettent de le distinguer de son reflet négatif, et qui le rendent digne de recevoir l’aumône. Notons ici que le mot «  pauvre  » semble presque désémantisé et, de fait, il s’accompagne très souvent d’adjectifs qui marquent bien que l’on se trouve d’un côté ou de l’autre de la barrière (pobres fingidos versus pobres verdaderos, pobres legítimos). L’image du «  vrai pauvre  » chez Pérez de Herrera se superpose ici sur l’image du pauvre biblique, dont la fonction est liée au salut et dont la présence n’est pas remise en question puisque Dieu l’a voulu ainsi :

  • 29 Ibid., p. 47.

Y pues, cuando su Divina Majestad dijo que siempre tendríamos entre nosotros pobres, es cosa piadosa y cierta que quiso significar que habían de ser pobres legítimos y verdaderos y porque con nuestra malicia y descuido no pretendamos adulterar la palabra de Nuestro Señor […] es bien que se procure y ataje que en lugar de pobres falsos anden verdaderos 29 .
Et ainsi, quand sa Divine Majesté dit que nous aurions toujours parmi nous des pauvres, il est chose certaine et pieuse qu’il voulut faire comprendre que ce devait être des pauvres légitimes et véritables et parce que nous sommes loin de vouloir dénaturer la parole de Notre Seigneur avec notre méchanceté et notre négligence, il est bon que l’on fasse en sorte qu’à la place des faux pauvres on en trouve des véritables.

  • 30 Il faut se reporter aux textes antérieurs sur la pauvreté, Juan Luis Vives De subventione pauperum (...)
  • 31 Michel Cavillac, introduction à Amparo de pobres, Madrid, ed. Espasa-Calpe, 1975, p. lxxv.
  • 32 Preuve que la vision du pauvre n’est pas aussi sacrée que l’on pourrait le penser, la répugnance qu (...)

26L’argument permet de préserver la vision traditionnelle tout en envisageant la possibilité d’une réforme acceptable par tous 30 d’une façon de vivre subie ou voulue. La ligne de démarcation est toujours floue entre les deux opposés, et cela met en lumière l’ambivalence dans la perception de la pauvreté, ambivalence qui a dû toujours exister, car il semble difficilement imaginable que l’on soit passé d’une société qui voyait dans le pauvre, comme le souligne Michel Cavillac «   una gracia divina, pues permitía además, que el rico se salvara merced al poder purificador de la limosna 31  » («   et ils seraient humiliés et blâmés par leurs parents auxquels il semblerait qu’on les déshonorerait en mendiant sur le pas de leur porte.  ») à une société qui essaye d’éliminer les inutiles comme les appelle Pérez de Herrera 32. Ces deux courants ont dû coexister, d’un côté la figure abstraite, symbolique du pauvre et de l’autre le pauvre en tant qu’individu faisant partie d’un groupe social. On peut poser l’idée que l’un des courants a dominé l’autre sur une période assez longue pour être supplanté par son antagoniste quand les conditions économiques, sociales ont commencé à changer. Ce changement a généré un déséquilibre et l’augmentation d’une catégorie de personnes dont le poids et la présence sont devenus trop lourds à supporter par l’ensemble du groupe, pour enfin représenter un fardeau à la fois économique et moral :

  • 33 Ibid., p. 47.

[…] robando la limosna a los verdaderos pobres y aun a nosotros la caridad que tenemos obligación de tener, que e hurto más pesado, pues nos quita tan gran bien del alma con el poco crédito que nos queda del por sus ficciones 33.
[…] en dérobant l’aumône destinée aux vrais pauvres et à nous aussi en nous privant de l’acte charitable que nous nous devons d’accomplir, larcin bien plus grand encore, car il nous dépouille d’un grand réconfort par le peu de bénéfice qui nous revient du fait de leurs tromperies.

  • 34 Sur l’étude des liens sociaux et familiaux, sources d’aide et de dépendance, se reporter à l’intére (...)

27Alors Pérez de Herrera va s’attacher à définir qui va avoir droit à intégrer cette partie du groupe social qui, finalement, se définit par sa fonction. C’est d’abord et avant tout quelqu’un qui n’est pas apte au travail et qui se trouve isolé, sans liens sociaux, familiaux, ni de voisinage 34 capables de lui venir en aide

  • 35 Ibid., p. 56.

[…] manco, tullido, contrahecho, ciego, viejo, hombres o mujeres, niños o niñas de 7 años abajo, de suerte que casi no fuese persona de servicio inútil para la república 35.
[…] manchot, estropié, contrefait, aveugle, vieux, hommes et femmes, garçons ou filles de âgés de 7 ans et moins, de sorte qu’il ne reste presque plus personne qui ne soit utile à la république.

  • 36 «  […] socorrer y remediar otro género de pobres que hay en la república, que por ser honrados y ha (...)

28Ce seront aussi les prisonniers, qui seront considérés comme doublement pauvres, car à leur état peu enviable s’ajoute celui de la privation de liberté qui les empêche de pouvoir subvenir à leurs besoins. Puis les pauvres ne pouvant ouvertement déclarer leur état et ne voulant recourir à l’aumône du fait de leur position sociale (et donc échappant ipso facto au terrible soupçon de vouloir détourner l’aumône puisqu’ils ne demandent rien 36).

29La citation antérieure est intéressante à un autre niveau : elle introduit une idée qui parcourt toute l’œuvre de Pérez de Herrera et qui va amener à une définition surprenante du pauvre. La notion d’utilité est une lecture possible de la pensée de Pérez de Herrera : elle apparaît dans touts ses écrits, et c’est le premier grief qui est fait aux faux pauvres, considérés comme inutiles, improductifs, et coupables de détourner à leur profit une énergie qui pourrait être mise au service de la collectivité.

  • 37 Ibid., p. 44.

También es justo remediar V.M, siendo servido, los modos de vivir de otros que, teniendo mucha salud y fuerzas, y que podrían ser útiles a la república en algunos oficios 37 […]
Il est juste aussi que votre Majesté ordonne que l’on réforme la manière de vivre de ceux qui, jouissant d’une bonne santé et de forces, et qui pourraient être utile à la république dans certains emplois […]

30Le mot va être répété à l’envi, de même que son contraire inútil, dont nous avons vu qu’il s’appliquait aussi aux vrais pauvres : les handicaps, imperfections ou accidents affectant leur intégrité physique seront appelés inutilidades. Ainsi, Pérez de Herrera propose que parmi ceux qui sont reconnus comme légitimes, on cherche encore à mettre au travail ceux qui pourraient exercer un petit office compatible avec leurs inutilidades, comme par exemple mettre un amputé des deux pieds à s’occuper à des travaux d’aiguille. Enfin, la notion d’utilité/inutilité débouche sur cette qualification du pauvre qui devient, après examen et interrogatoire, un pobre y inútil (p. 56), puis pobres inútiles y verdaderos (p. 57) pour finir par devenir un inútil aprobado (p. 58), espèce d’oxymore qui reconnaît au pauvre le droit de ne pas être utile à la communauté et d’en vivre tout en continuant néanmoins à avoir une fonction qui relève de la morale. Le rêve d’ordre et d’harmonie apparaît dans toute sa netteté quand Pérez de Herrera appelle de ses vœux une société où l’oisiveté, ce vice insupportable qui entraîne bien des maux à sa suite, serait éradiquée et l’équilibre serait recouvré :

  • 38 Ibid., p. 62.

Que veamos por nuestras puertas y calles pobres verdaderos y examinados y aprobados, estropeados y con faltas naturales y accidentales o con mucha vejez o niñez para socorrerlos en sus necesidades y dar gracia a Dios Nuestro Señor 38.
que nous voyions sur le seuil de nos demeures et dans nos rues des pauvres véritables, inspectés et autorisés, des estropiés dont les infirmités seraient naturelles ou accidentelles, ou affligés de nombreuses années, ou de très peu, afin qu’ils puissent recevoir les secours conformes à leurs besoins et remercier Dieu Notre Seigneur.

31Le vocabulaire employé par Pérez de Herrera permet de dégager une pensée individuelle, mais symptomatique des tensions et des paradoxes d’une société en pleine mutation et qui cherche à retrouver ses marques, à comprendre pourquoi elle a cette perception d’un monde menacé de décadence. Pérez de Herrera entreprend dans ses écrits réformateurs la quête d’un équilibre à restaurer, équilibre dont l’absence l’obsède et qu’il appelle de ses vœux. Et ses préoccupations vont trouver à s’exprimer sous différentes formes : avec l’image du corps malade, dont les fonctions essentielles n’arrivent plus à être assumées correctement et dont les éléments ne semblent plus être solidaires les uns des autres (image qui devait être angoissante tant était omniprésente l’idée du corps mystique du Christ come métaphore du corps social). Ou encore avec la réflexion sur la place qui doit être attribuée à celui qui, volontairement ou pas, n’est pas utile à la société parce que non productif (Pérez de Herrera pour illustrer son propos fait appel à l’image bien connue du bourdon dans la ruche). Et arrivé au bout de ces réflexions et de ce questionnement, il pose comme une évidence que le pauvre est un luxe qu’il faut restreindre.

  • 39 Bartolomé Benassar, Valladolid au siècle d’or. Une ville de Castille et sa campagne au xvie siècle, (...)
  • 40 Ainsi, le Diccionario de Autoridades (édition de 1737) donne comme définition à Reformar : Volver a (...)
  • 41 La Real Academia propose pour ce terme les définitions suivantes : Resolver o convertir una cosa en (...)

32Bartolomé Benassar, dans un des chapitres de Valladolid au siècle d’Or écrivait que «  Le premier luxe de cette ville riche, ce sont ses pauvres. […] Très rares sont à Valladolid ceux qui travaillent 39  ». Ce n’est plus le cas dans Amparo de pobres, où tous, sauf état très particulier, devraient travailler et cela malgré leurs inutilidades. Le pauvre doit être reformado ou reduzido. Si l’on se penche sur la définition des deux mots ainsi que sur les traductions qu’en donnent les contemporains de Pérez de Herrera (César Oudin, 1607 et 1611 ; Jean Pallet 1606) les deux mots portant en eux l’idée d’un retour vers un état premier : ainsi, reformar40 est traduit par refaçonner et reducir par ramener. Il y a là évidemment, dans le choix des termes, l’expression d’un désir profond de donner de nouveau une forme à ce qui l’a perdu. Mais à cette notion de redonner une forme, s’ajoutent d’autres nuances véhiculées par les mots : ainsi reformar est aussi corriger et reduzir «  réduire  », dans le sens de vaincre, de ramener à l’obéissance, mais aussi diminuer 41. Appliquées aux pauvres, ces termes soulignent, une fois de plus, l’ambivalence du regard qui est porté sur eux. Ils sont à la fois dignes de compassion ou vivante démonstration d’un système frappé de déséquilibre.

33La pensée réformiste de Pérez de Herrera est celle d’un homme qui s’interroge sur les moyens nécessaires à l’élimination d’une situation qui, nous l’avons dit, est perçue comme néfaste. Elle va s’exprimer à travers le filtre de sa vision particulière de la société, issue de sa fonction de médecin, qui va marquer très profondément chacun de ses écrits. Pérez de Herrera n’est peut-être pas un penseur majeur de cette période charnière, mais son approche des problèmes et les solutions qu’il avance, même si elles doivent beaucoup à ses prédécesseurs, notamment sur le thème de la pauvreté et de l’utilité de l’homme au bien commun, n’en demeurent pas moins une porte d’entrée tout à fait valable pour la compréhension et l’étude de cette période de l’histoire de l’Espagne.

Ouvrages de Cristóbal Pérez de Herrera

34Compendium totius Medicinae ad Tyrones, Matriti : apud Ludouicum Sanctium Typographum Regium, 1614 – Madrid Biblioteca Nacional, 2/37453

35Dvbitationes ad maligni, popvularisque (sic) morbi, qui nunc in tota fere hispania grassatur, exactam medellam, sapientissimis a Regis cubiculo, eisdem Protomedicis generalibus propositae / a Doctore Christophoro Perez a Herrera… Madrid, Biblioteca Nacional R/28772

36Alia viginti dubia practica et theorica. Madrid, Biblioteca Nacional VE/97/12

37Breuis et compendiosus tractatus de essentia, causis, notis, praesagio, curatione & praecautione faucium & gutturis anginosorum vlcerum morbi suffocantis, garrotillo Hispane appellati 1615 - Madrid, Biblioteca Palacio Real, IX/8623 - Enc. Pasta

38Defensa de las criaturas de tierna edad, 1604. Madrid, Biblioteca Nacional 2/51863

39A la Catolica y Real Magestad del Rey don Felipe III… : suplicando a su Magestad, que atento las grandes partes y calidades desta villa de Madrid, se sirua de no desampararla, sino antes perpetuar en ella la assistencia de su casa y gran Monarchia, Madrid Biblioteca Nacional, V/56/44

40A la Catolica Real Magestad del Rey Don Felippe. III. nuestro Señor : cerca de la forma y traça, como parece podrian remediarse algunos peccados, excessos, y desordenes, en los tratos vastimentos, y otras cosas, de q esta villa de Madrid al presente tiene falta, y de que suerte se podrian restaurar y reparar las necessidades de Castilla la vieja, en caso que su Magestad fuesse seruido, de no hazer mudança con su Corte a la ciudad de Valladolid. 1600 Madrid, Biblioteca Nacional V/1136-32

41Enigmas, Madrid Biblioteca Nacional, MSS/23045

42Proverbios morales y consejos christianos [Texto impreso] : muy provechosos para concierto y espejo de vida…, y enigmas philosoficas, naturales y morales, con sus comentos : adornadas con trece emblemas y sus estampas mui curiosas, apropiadas à sus assuntos, Madrid, Biblioteca Nacional, 2/15113

43Elogio a las esclarecidas virtudes del Rey Felipe II. y de su exemplar y christianissima muerte, y Carta oratoria, al Rey Felipe III, 1604, Madrid Biblioteca Nacional, R/17580

44Discurso del doctor Christoval Pérez de Herrera, protomedico de los Galeras de España, en que suplica a la magestad del rey don Felipe nuestro señor, se sirua mandar ver conuendra dar de nuevo orde en el correr de toros para evitar los peligros y daños que se veen con el que oy se usa en estos reynos, Madrid, Biblioteca Nacional, R/100950/9

45Discursos del amparo de los legitimos pobres y reduccion de los fingidos y de la fundacion y principio de los albergues destos reynos y amparo de la milicia dello, 1598, Madrid, Biblioteca Nacional, U/1058

46Al catolico y poderosissimo Rey de las Españas, y Nueuo mundo, y de otros muchos y grandes reynos y señorios, don Felipe III… en razon de muchas cosas tocantes al bien, prosperidad, riqueza y fertilidad destos Reynos y restauración de la gente que se ha echado dellos ou Remedios para el bien de la salud del cuerpo de la república, 1610 Madrid, Biblioteca Nacional, R/28762(4)

47A los caualleros procuradores de cortes del reyno, que por mandado del rey nuestro señor se juntaron en nueue de febrero deste año de mdcxvii, en esta villa de Madrid, corte de su magestad [Texto impreso] : en razon de muchas cosas tocantes al buen gouierno, estado, riqueza, y descanso destos reynos, 1617, Madrid, Biblioteca Nacional, R/28762(8)

Dictionnaires utilisés

48Real Academia Española, Diccionario de Autoridades, Madrid, Editorial Gredos, 1984 http://www.rae.es/​recursos/​diccionarios/​diccionarios-anteriores-1726-1996/​diccionario-de-autoridades

49Covarrubias Sebastián de Tesoro de la lengua castellana o española
http://fondosdigitales.us.es/​fondos/​libros/​765/​16/​tesoro-de-la-lengua-castellana-o-espanola/​

50Edición filmada del Tesoro de la lengua castellana abreviado.
http://www.anmal.uma.es/​numero20/​Diccionario-Tematico.pdf

51Oudin César Tesoro de las dos lenguas española y francesa, Paris, Ediciones Hispano Americanas, 1968

52Nieto Jiménez Lidio ; Alvar Ezquera Manuel Nuevo tesoro lexicográfico del español (s. xiv – 1726), Madrid, Arco / Libros, S.L, 2007

53Gaffiot Félix Dictionnaire Latin – Français, Paris, Hachette, 2000.

Haut de page

Notes

1 Jerónimo de Ceballos, Discurso, y parecer del Licenciado Geronimo de Ceuallos, Regidor de Toledo, y Comissario nombrado por la Ciudad, para tratar delos arbitrios conuenientes al bien, y aumento desta Republica, y suplicar a su Magestad la reforme en el antiguo estado de gente, y trato que tenia… Madrid, Biblioteca Nacional, VE/200-19. Le texte concerne le règne de Philippe iii.

2 Christobal Pérez De Dueñas – Luis de Arriata, Madrid, Palacio Real, II/175(4). Ce memorial s’adresse à Philippe iii.

3 Juan de Valverde Arrieta, Despertador que trata de la gran fertilidad, riquezas, baratos, armas y cauallos, que España solia tener y causa de los daños y falta con el remedio sufficiente Madrid, Biblioteca Nacional, R/12498.

4 Au fil des années et des écrits, les titres changent : ainsi, sur la page d’ouverture de Amparo de pobres, publié en 1598, Pérez de Herrera est appelé «  Protomédico de su Magestad y de las galeras de España  ». En 1604, sa situation a évolué et il apparaît sur la page titre de Elogio a las esclarecidas virtudes de la C.R.M del Rey N.S don Felipe II comme «  Médico de su Magestad, y del Reyno  ». Enfin, en 1617, peu de temps avant sa mort (1620), il est «  Médico del Rey nuestro Señor y del Reyno, Protector y Procurador general de los Albergues y pobres del  », sur la première page du court traité A los cavalleros y Procuradores de Corte del Reyno.

5 Le «  garrotillo  » (petit garrot, selon le dictionnaire de César Oudin) qui doit son nom au fait que les malades qui en étaient atteints avaient le plus grand mal à respirer, est une angine diphtérique suffocante, le croup étant son évolution laryngée. Particulièrement présente en Espagne, surtout au tout début du xviie siècle, cette affection qui a donné lieu à plusieurs épidémies, a suscité une littérature fournie. Le traité rédigé par Pérez de Herrera présente la maladie, ses différents grades de malignité, et s’il ne peut en définir l’origine, il essaie de dresser un catalogue exhaustif des moyens en possession de l’homme de l’art pour soigner le patient (cf. Luis S. Granjel. La medicina española del siglo xvii, Salamanca, Ediciones Universidad de Salamanca, 1978, p. 178-179).

6 Pérez de Herrera voyait très certainement dans ce traité le noyau de son projet réformiste, puisque dans la Relación de los muchos y particulares servicios que por espacio de quarenta y un años el Doctor Christoual Perez de Herrera, Protomedico de las galeras de España, Medico del Rey N.S y del Reyno, Protector y Procurador general de los pobres y albergues del, ha hecho a la Magestad del Rey don Felipe ii que esta en el cielo y a la de do[n] Felipe iii. N.S que Dios nos guarde muchos y felicisimos años, opuscule dans lequel il brosse ses états de service, il cite en tout premier lieu, au moment de détailler ses écrits, Amparo de pobres : «  Aca en esta corte ha seruido al Rey nuestro señor, y a V.M veinte y seis años en muchas cosas de gra[n], y particularmente se ocupo mas de sies dellos en escriuir y imprimir los discursos del Amparo de los legitimos pobres, y reduzio[n] de los vagabundos destos Reynos  », f° 174 r°.

7 Remedios para el bien de la salud del cuerpo de la republica, f° 19 r°.

8 Une lecture de la presse permet de relever des emplois qui témoignent encore de cette analogie : «  Nules acerca los cuerpos de seguridad a los ciudadanos  » in El periódico mediterráneo 04/06/2014, «  […] el rector Mario Andrade Cervantes exhortó a los profesores que conforman los cuerpos académicos del Centro de Ciencias del Diseño y de la Construcción […]  » in Sexenio Aguascalientes, 07/06/2014.

9 Op. cit., f° 4 r°.

10 Cette idée est aussi ancienne puisqu’elle trouve ses racines dans les écrits de saint Paul : 1re épître aux Corinthiens, xii-12, Sébastien Castellion La Bible nouvellement translatée, Bayard, 2005, p. 2638 : «  Car, ainsi que le corps n’est qu’un et a plusieurs membres, et tous les membres d’un corps, qui sont plusieurs, ne sont qu’un corps, ainsi en est-il de Christ  ». On se rapportera à l’article de José Antonio Maravall, «  La idea de cuerpo místico en España antes de Erasmo  », Boletín informativo del Seminario de la Universidad de Salamanca, mayooctubre 1956, qui, bien quun peu ancien, constitue encore une excellente synthèse sur le sujet.

11 Ibid., f° 4 r° / v°.

12 Ibid., f° 4 v°.

13 Ibid., f° 6 r°.

14 Ibid., f° 64 r°.

15 Voir la bibliographie pour les dictionnaires utilisés.

16 Ibid., f° 4 r°

17 Ibid., f° 6 r°.

18 Ibid., f° 6 r°.

19 Ibid., f° 6 v°.

20 Ibid., f° 8 r°.

21 Ibid., f° 5 r°

22 Op. cit., p. 7 r°.

23 Discurso del amparo los legítimos pobres y reducción de los fingidos : y de la fundación de los Albergues destos Reynos, y amparo de la milicia.

24 Ibid., f° 7 r°.

25 C’est la remarquable édition de Michel Cavillac qui est ici utilisée. Cristóbal Pérez de Herrera, Amparo de pobres, Espasa-Calpe, Clásicos castellanos, Madrid, 1975, p. 10.

26 Op. cit., p. 11.

27 Novísima recopilación de las leyes de España, Tomo i, Título xxx : De los romeros y peregrinos, Ley vii Prohibición de andar los naturales de estos reynos en hábitos de romesros y orden que han de observarse en las romerías. Madrid, 1805. À télécharger au format pdf sur le portail de la bibliothèque de l’université de Séville, à la section «  Códigos y leyes comentadas. Recopilaciones, fueros y ordenanzas  ».http://bib.us.es/derecho/recursos/pixelegis/areas/codigos-ides-idweb.html

28 Ibid., p. 24.

29 Ibid., p. 47.

30 Il faut se reporter aux textes antérieurs sur la pauvreté, Juan Luis Vives De subventione pauperum (1526), Fray Domingo De Soto, Deliberación en la causa de los pobres (1545), Fray Juan De Robles, De la orden que en algunos pueblos de España se ha puesto en la limosna para remedio de los verdaderos pobres (1545), Bernardino De Ribeirol, Alabanza de la probreza (1556), Manuel Giginta, Tratado del remedio de pobres (1579), et au débat que suscita cette question tout au long du xvie siècle.

31 Michel Cavillac, introduction à Amparo de pobres, Madrid, ed. Espasa-Calpe, 1975, p. lxxv.

32 Preuve que la vision du pauvre n’est pas aussi sacrée que l’on pourrait le penser, la répugnance qu’ont ceux qui n’ont plus de quoi survivre et qui préfèrent s’expatrier plutôt que de demander l’aumône chez eux : «  y serían afrentados y vituperados de sus deudos pareciéndoles que les deshonran en mendigar por sus puertas  », ibid., p. 54.

33 Ibid., p. 47.

34 Sur l’étude des liens sociaux et familiaux, sources d’aide et de dépendance, se reporter à l’intéressant ouvrage de Laurence Fontaine, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, Gallimard, NRF essais, 2008.

35 Ibid., p. 56.

36 «  […] socorrer y remediar otro género de pobres que hay en la república, que por ser honrados y haberse visto en algún descanso y bien, no quieren descubrir sus necesidades […] que son en mucho número y de gran necesidad muy digno de ser socorridos.  »
«  secourir et aider une autre sorte de pauvres que l’on trouve dans la république, qui, parce qu’ils sont honorables et ont joui d’un état favorable et de biens ne veulent pas que leurs besoins soient connus […] lesquels (pauvres) sont très nombreux et dans un grand dénuement, tout a fait dignes d’êtres soulagés.  », ibid., p. 67.

37 Ibid., p. 44.

38 Ibid., p. 62.

39 Bartolomé Benassar, Valladolid au siècle d’or. Une ville de Castille et sa campagne au xvie siècle, Paris, Mouton, 1967.

40 Ainsi, le Diccionario de Autoridades (édition de 1737) donne comme définition à Reformar : Volver a dar forma a alguna cosa que la había perdido o mudado. Vale también arreglar, corregir o poner en orden que se había deteriorado.Vale asimismo reducir o restituir alguna cosa a su primitiva observancia.

41 La Real Academia propose pour ce terme les définitions suivantes : Resolver o convertir una cosa en partes menudas. Vencer, sujetar o rendir volviendo a la obediencia u dominio a los que se habían separado.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Regeste-Mistral, « Exprimer une pensée réformiste. Le vocabulaire du docteur Pérez de Herrera (1556–1620), médecin des galères du roi », Cahiers d’études romanes, 30 | 2015, 311-326.

Référence électronique

Marion Regeste-Mistral, « Exprimer une pensée réformiste. Le vocabulaire du docteur Pérez de Herrera (1556–1620), médecin des galères du roi », Cahiers d’études romanes [En ligne], 30 | 2015, mis en ligne le 14 avril 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/4908 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.4908

Haut de page

Auteur

Marion Regeste-Mistral

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org