Navigation – Plan du site
Les paroles et les actes

Le discours sur les ruines de guerre dans la presse basque antifasciste (1936-1937)

Severiano Rojo Hernández
p. 371-398

Résumés

Cet article analyse comment les antifascistes du Pays basque instrumentalisent les ruines au cours de la Guerre d’Espagne et dans quelle mesure les photographies de destructions publiées dans la presse articulent un discours politique et identitaire censé mobiliser les combattants et l’arrière contre les troupes franquistes.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Espagne

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Serge Moscovici, La psychanalyse son image et son public, Paris, PUF, 1976, p. 354.
  • 2 Loup Francart, La guerre du sens, Paris, Economica, 2000, p. 39.
  • 3 Christophe Prochasson et Anne Rasmussen, «  La guerre incertaine  », dans Vrai et faux dans la Gran (...)

1Les moyens de communication qui s’imposent à partir du xixe siècle se caractérisent par leur capacité à transmettre massivement et à grande échelle des modèles et des automatismes d’interprétation, qui infléchissent les discours et la perception du réel que partagent des millions d’individus. De ce point de vue, la presse constitue un parfait exemple 1. Elle contribue à la compréhension de l’environnement, en véhiculant un ensemble de connaissances adaptées aux besoins que génère le contexte social, économique et politique dans lequel s’inscrit le lecteur 2. Dès lors, on saisit mieux l’importance des journaux au cours des affrontements armés, notamment lors des conflits ayant marqué l’histoire des xixe et xxe siècles. En temps de guerre, la population a besoin plus que jamais d’être informée, car les conflits fragilisent les sociétés. La guerre plonge les individus dans un état d’incertitude : «  incertitude pesant sur les existences quand, au front comme à l’arrière, le péril de mort, chaque jour ou presque, menace toutes les vies. Incertitude, sur les conditions matérielles des lendemains. Incertitude générale, aussi, pesant sur les “faits”, fragilisant toutes les informations, poussant la vérité à se dérober sans cesse 3  ». Face à ce que Christophe Prochasson et Anne Rasmussen nomment un «  vacillement du réel éprouvé  », la presse propose donc, par sa capacité à isoler les faits et à reformuler la réalité, des grilles de lecture permettant, dans une certaine mesure, de décrypter non seulement la guerre, mais aussi la brutalité extrême qu’elle génère.

  • 4 Ibid., p. 16.
  • 5 Gilbert Durand, Figures mythiques et visages de l’œuvre. De la mythocritique à la mythanalyse, Pari (...)
  • 6 Paul Ricœur, Le conflit des interprétations. Essais d’herméneutique, Paris, Editions du Seuil, 1969 (...)
  • 7 Patrick Charaudeau, «  Le discours propagandiste. Essai de typologisation  », dans Dorna Alexandre, (...)
  • 8 Michel de Certeau, L’invention du quotidien. Arts de faire, (1980), Paris, Gallimard, Folio essais, (...)
  • 9 Enzo Traverso, «  La peur dans l’imaginaire européen après la Grande Guerre  », dans Berthier Nancy (...)
  • 10 Jean Baudrillard, «  Por qué la ilusión no se opone a la realidad  », dans Cuadernos de Información (...)
  • 11 Expression empruntée à Laurent Gervereau, «  La guerre invisible  », dans Buton Philippe (dir.), La (...)

2Toutefois, pour évaluer le rôle de la presse et sa capacité à relayer la réalité du champ de bataille, il est indispensable de prendre en compte divers éléments, essentiels à la cristallisation de son discours en temps de guerre. Premier élément, les journaux permettent certes de penser et de s’approprier la nature de l’affrontement, mais il ne s’agit absolument pas d’une appropriation de la réalité brute. La presse élabore une représentation de la guerre, «  une construction idéologique et discursive 4  », en rupture avec le vécu des combattants luttant sur le champ de bataille. «  Second élément, les périodiques établissent une lecture des événements profondément influencée par un matériau, l’écriture. Ecrire est une activité transformatrice du monde 5, un moyen d’appréhender la réalité 6 et d’organiser sa description 7 : «  L’île de la page est un lieu de transit où s’opère une inversion industrielle : ce qui y entre est un “reçu”, ce qui en sort est un “produit” 8  ». Troisième et dernier élément, l’impact de l’écriture sur le message journalistique pourrait être modulé théoriquement par le fait qu’un journal constitue une structure complexe, dans laquelle les images (photos, illustrations…) jouent un rôle essentiel. Celles-ci, en effet, entretiennent un rapport étroit avec la réalité événementielle. La fidélité au réel est cependant là encore illusoire. «  L’expérience de la mort violente dans la guerre moderne n’est pas seulement intransmissible, elle est aussi irreprésentable 9  ». L’image invente une scène différente. Prendre une photographie équivaut à ôter à un objet chacune de ses dimensions : le poids, le relief, la profondeur, et le temps. Il se produit de fait une désincarnation de l’objet photographié 10, désincarnation qui, toutefois, n’interdit pas au lecteur, dans le cas d’un cliché de guerre, de s’imaginer aux côtés des soldats. Les photographies ne proposent qu’une représentation de la réalité, des «  portions de réels 11  », qui aident les journaux à articuler leur discours sur l’actualité. Communiquer, c’est recevoir des messages, les décoder et les transformer. Les journaux organisent le chaos en combinant, en hiérarchisant et en fractionnant la réalité. Ils sélectionnent les nouvelles et, par la suite, publient de l’information. Ils définissent ce qui est important, digne d’intérêt et écartent ce qu’ils ne considèrent pas comme tel, phénomène que la propagande accentue encore lorsqu’elle envahit les médias. La presse et la plupart de moyens de communication constituent donc un filtre, qui participe à la création d’une réalité sociale particulièrement mouvante en temps de guerre.

  • 12 Ce corpus a été établi à partir des photographies publiées, tous les mercredis du mois entre le 18 (...)
  • 13 J’emploie le terme «  Euzkadi  », tel qu’il a été orthographié par Sabino Arana (avec un «  z  » et (...)

3Ces présupposés sont essentiels à l’analyse de mon objet d’étude (les photographies de ruines de guerre) tel qu’il apparaît ou n’apparaît pas dans la presse basque antifasciste publiée au cours de la guerre civile espagnole. En effet, ils me permettent de mieux comprendre comment cette presse essaie de mettre en contact ses lecteurs avec les principales conséquences du conflit, soit la mort et la destruction. Pour réaliser mon étude, j’ai élaboré un corpus composé de 489 photographies 12, publiées dans les principaux quotidiens du Pays basque républicain, entre le début du conflit (18 juillet 1936) et la prise, le 19 juin 1937, de l’ultime bastion antifasciste en Euzkadi : Bilbao 13. Parmi ces quotidiens figurent six journaux représentatifs des forces pro-républicaines dans la région, soit Euzkadi (Parti nationaliste basque), El Liberal (PSOE/républicains), Euzkadi Roja (PCE), CNT del Norte (CNT), Tierra Vasca (Acción Nacionalista Vasca) et Unión (Républicains). Deux quotidiens très populaires à cette époque complètent la liste : le journal conservateur La Gaceta del Norte et l’indépendant El Noticiero Bilbaíno, des quotidiens que les autorités républicaines saisissent lors du soulèvement militaire du 18 juillet 1936.

4Ces différents journaux vont me permettre de vérifier comment les autorités basques instrumentalisent les ruines de guerre, comment les photographies de destructions articulent un discours politique et identitaire censé mobiliser les combattants et l’arrière contre les troupes rebelles. J’insiste sur l’idée selon laquelle la «  présence spectrale  » des ruines, soit leur relative invisibilité, constitue un ingrédient important de la propagande mise en place en Euzkadi. Ainsi, les ruines de la guerre au Pays basque s’effacent dans les pages des journaux pour mieux suggérer la nature du conflit auquel sont confrontés les antifascistes. En définitive, il s’agit d’établir une réflexion sur la manière dont la présence ou l’absence de ruines dans la presse permet de dire et de penser la guerre.

Guerre et presse au Pays basque : entre diversité idéologique et censure

  • 14 Président du gouvernement basque.

5Quand la guerre civile éclate le 18 juillet 1936, la situation est extrêmement complexe au Pays basque. Comme dans le reste de l’Espagne, le pronunciamiento est un échec. Le territoire est scindé entre un sud, l’Alava, contrôlé par les militaires rebelles et un nord, la Biscaye et le Guipúzcoa, dominé par les organisations de gauche et les autorités gouvernementales, qui bénéficient de l’appui de la principale formation de la région, le parti nationaliste basque (PNV). Malgré de nombreuses divergences internes, dès les premières heures du conflit cette organisation de centre droit condamne la tentative de coup d’État et soutient officiellement le gouvernement de Madrid. Cependant, les nationalistes basques ne prennent part aux combats que de façon sporadique. Particulièrement méfiants à l’encontre des organisations d’extrême gauche, ils se mobilisent surtout afin de préserver l’ordre public et notamment l’Eglise et son personnel, victimes de représailles dans la plupart des territoires contrôlés par la République. Dès lors, sur le champ de bataille, la situation des milices ouvrières devient particulièrement difficile. Entre juillet et septembre 1936, elles subissent de nombreux revers : elles perdent le contrôle de la frontière avec la France, évacuent des villes comme Saint-Sébastien et sont incapables d’éviter la prise de la majeure partie du Guipúzcoa. C’est alors que les événements se précipitent. Les négociations sur le statut politique de la région que mènent les nationalistes et le gouvernement républicain aboutissent : Madrid concède l’autonomie au Pays basque. En contrepartie, les bataillons du PNV partent pour le front et luttent aux côtés des milices ouvrières contre les unités déployées par les militaires rebelles et leurs alliés (carlistes, phalangistes…). Tandis que le front se stabilise, le 7 octobre 1936, José Antonio Aguirre devient le premier Lehendakari 14 de l’histoire. L’Euzkadi autonome vient de naître. Réduite à la province de la Biscaye, elle survit jusqu’au 19 juin 1937, date de l’entrée des troupes franquistes à Bilbao.

  • 15 Santiago de Pablo, «  Los medios de comunicación  », dans Granja José Luis de la et Pablo Santiago (...)

6Si la guerre a d’importantes conséquences pour les hommes, ses répercussions sur la presse sont également considérables. Comme dans le reste de l’Espagne gouvernementale, les autorités et les organisations pro-républicaines prennent le contrôle des journaux de droite et des périodiques perçus comme proches des militaires rebelles. Quant à la presse de gauche, elle relaie la propagande officielle et se mobilise contre ceux que l’on présente comme des fascistes. Épargnée par les autorités gouvernementales, la presse nationaliste basque fait preuve en revanche de plus de prudence. Appliquant les directives du PNV, elle reste en retrait et ne se mobilise qu’à partir du mois de septembre 1936. C’est à ce moment-là que se constitue réellement en Euzkadi une presse antifasciste offrant un large éventail idéologique, unique au cours du conflit et consolidé en permanence par la création de nouveaux titres 15.

  • 16 Centro Documental de la Memoria Histórica, PS Santander, Leg. 13, Exp. 13.
  • 17 Ibid., PS Bilbao, Caja 113, Exp. 10.
  • 18 Ibid., Caja 25, Exp. 15.
  • 19 Ibid., Caja 28, Exp. 22.
  • 20 Cf. Severiano Rojo Hernandez, Une guerre de papier. La presse basque antifasciste dans les années t (...)
  • 21 Ibid., p. 69.

7Cette exceptionnelle diversité idéologique doit néanmoins être évaluée en tenant compte d’un élément fondamental de la guerre civile : l’épuration se généralise. Certains journalistes et propriétaires de journaux sont emprisonnés, voire exécutés. La violence, de fait, entraine la disparition du journalisme indépendant, car elle s’accompagne, en outre, d’un contrôle accru du contenu des journaux adressés aux combattants et à la population de l’arrière. Bien que déjà en place à la veille du putsch militaire en raison des troubles politiques qui secouent le pays, la censure devient omniprésente et se renforce à mesure que la guerre se prolonge. Dans un premier temps 16, elle n’est guère planifiée et elle évolue en fonction de la situation sur le champ de bataille 17. Mais, dès la création du gouvernement basque, les autorités tentent d’imposer une réglementation stricte, interdisant, en particulier, les critiques contre les autorités gouvernementales, la propagation de rumeurs 18 et la mise à l’index des idées politiques et religieuses des organisations pro-républicaines. Sur le plan militaire, les journaux doivent éviter de publier des informations susceptibles de démoraliser les combattants et l’arrière. Sont également proscrits les articles décrivant l’armement utilisé ainsi que les écrits indiquant l’emplacement des troupes républicaines, le nom des unités de combat et les lieux exacts où s’abattent les bombes lancées par l’ennemi 19. Dans la pratique, cette réglementation n’est pas toujours respectée. L’application de la censure dépend de la personne qui en est responsable. Les censeurs disposent d’une grande latitude pour interdire ou amputer la totalité ou une partie de l’exemplaire que chaque journal doit leur remettre avant publication. L’étude des dossiers conservés dans les archives dressent néanmoins le portrait d’une censure qui tient surtout à éviter que les journaux ne fournissent des informations à l’ennemi et ne soient source de division pour le camp républicain 20. Au-delà, ces dossiers témoignent de l’instrumentalisation de la censure par le gouvernement autonome, instrumentalisation dont l’objectif est de contrôler tout particulièrement la propagande anarchiste, considérée comme dangereuse par les nationalistes basques 21.

  • 22 Centro Documental de la Memoria Histórica, PS Santander, Leg. 13, Exp. 13.
  • 23 Josu Bilbao Fullaondo, «  Fotografía y Guerra Civil  », dans Garitaonandia Carmelo et Granja José L (...)

8Le renforcement du contrôle de la presse s’accompagne, par ailleurs, d’un accroissement de l’autocensure, les journaux essayant d’éviter les condamnations ou de porter préjudice au combat mené par les antifascistes. Parallèlement, les autorités restreignent la liberté de mouvement des journalistes ainsi que le matériel dont disposent les photographes. De fait, afin de mieux maîtriser la circulation des clichés sur les affrontements en cours, on demande au gouvernement basque de comptabiliser et de limiter la quantité de pellicules que possède chaque photographe 22. En décembre 1936, on crée également un service qui propose à la presse locale et internationale des photographies sur le conflit 23. Ces différentes mesures témoignent d’une volonté de contrôler les représentations véhiculées par l’image et l’écrit sur la guerre en Euzkadi et, par là, du désir de modeler la façon dont l’affrontement est envisagé tant par les civils que par les combattants. À n’en pas douter, les photographies de ruines de guerre publiées par la presse s’inscrivent dans cette démarche.

Dire la guerre au-delà de la censure : un affrontement élaboré à partir de modèles

  • 24 François Fontaine, «  La guerre d’Espagne : une guerre d’images  », dans Blondet-Bisch Thérèse, Fra (...)

9Malgré la censure, la guerre d’Espagne constitue un tournant sur le plan médiatique. La propagande, en particulier, prend une ampleur exceptionnelle grâce, d’une part, à la multiplication et l’amélioration des moyens de communication (presse, cinéma et radio) et, d’autre part, aux évolutions qui touchent tant les stratégies de communication que le fonctionnement des médias. En ce qui concerne la photographie, elle est devenue un élément-clé de la presse, qui a réorienté le rapport à l’actualité et la manière de communiquer des journaux. De fait, les clichés publiés lors du conflit ont transformé l’affrontement en «  une guerre d’images et en images 24  ». Ils ont alimenté une formidable communication visuelle de masse, que confirment certes les clichés de célèbres photographes comme Robert Capa, mais aussi les photographies de notre corpus. Ainsi, sur un total de 489 photographies, 289 clichés sont directement consacrés au conflit et à ses conséquences (59  %). Entre le 18 juillet 1936 et le 19 juin 1937, la presse basque antifasciste publie donc en moyenne, chaque mercredi, six photographies représentant des scènes de guerre. Si l’on part du principe que ces résultats sont révélateurs de la quantité moyenne de photographies publiées chaque jour de la semaine dans les quotidiens retenus pour cette étude, une estimation porterait à 1 848 unités le nombre de clichés de guerre parus sur une période de onze mois, chiffre qui ne concerne toutefois, rappelons-le, que 26  % environ de la trentaine de périodiques (quotidiens, hebdomadaires et revues) publiés au Pays basque républicain au cours de l’affrontement. Ces chiffres sont par conséquent révélateurs de l’importante circulation de photographies de guerre dans le Pays basque républicain, affirmation que confirme la donnée suivante : sur une période de onze mois, les reporters travaillant pour les autorités locales prennent 10 000 clichés sur les combats en Euzkadi, chiffre nettement supérieur aux 8 181 photographies prises en moyenne chaque année par le Service cinématographique de l’armée française, pendant la guerre d’Indochine. Tout cela conduit à une conclusion des plus évidentes : par son omniprésence, la photographie joue un rôle déterminant dans la manière d’accéder à la guerre et dans la façon de percevoir le conflit.

10Si l’on observe en détail les clichés consacrés à l’affrontement, on constate qu’ils transmettent en général une représentation traditionnelle, obéissant aux catégories à partir desquelles se structure et se forge notre vision commune de la guerre. On y observe les combattants dans des situations extrêmement conventionnelles, érigées en modèles depuis la Guerre de Crimée. On retrouve dans ces clichés, par exemple, des colonnes se dirigeant vers le front.

Fig. 1. El Liberal, 22 juillet 1936, p. 1.

11Les journaux ont aussi tendance à montrer des groupes de combattants, afin d’évoquer ce sentiment de camaraderie que l’on imagine si répandu sur le champ de bataille.

Fig. 2. La Gaceta del Norte, 4 novembre 1936, p. 8.

12La plupart des scènes de combats, par ailleurs, sont des reconstitutions, où les miliciens adoptent des attitudes correspondant aux attentes du photographe et du lecteur :

Fig. 3. El Noticiero Bilbaíno, 16 septembre 1936, p. 1. «  Des miliciens d’une colonne catalane en train de se frayer un chemin sur l’un des fronts aragonais  ».

13Quant aux morts sur le champ de bataille, ils n’apparaissent que très rarement dans la presse. On ne trouve en général aucun cliché montrant un corps ensanglanté ou déchiqueté, susceptible d’amoindrir l’esprit de résistance. Dans les différents quotidiens, la mort au combat apparaît sous la forme d’avis de décès ou d’éloges funèbres, dans lesquels la photo du milicien et le texte qui l’accompagnent décrivent un combattant exemplaire, symbolisant les plus hautes valeurs de la nation. Le mort échappe ainsi à sa condition pour devenir un modèle de vie essentiel à la survie de la communauté en péril.

Fig. 4. «  NOS MARTYRS. Luis Neira Beriain  »,Tierra Vasca, 31 mars 1937, p. 2.

14Enfin, en ce qui concerne l’arrière, la presse publie les traditionnelles photographies présentant des civils qui contribuent à l’effort de guerre. Dans ces clichés, les femmes sont surreprésentées, comme si la presse voulait, d’une part, insister sur l’étendue de la mobilisation et, d’autre part, rassurer les combattants sur la vie que mène leur épouse ou leur compagne loin du front :

Fig. 5. El Liberal, 5 août 1936, p. 3.

Fig. 6. El Liberal, 2 juin 1937, p. 8.

15Ce récit visuel de la guerre au Pays basque que propose la presse antifasciste s’accompagne bien entendu d’un discours sur les destructions provoquées par le conflit. Les ruines sont certes omniprésentes mais, contrairement aux autres éléments qui articulent cette construction idéologique et discursive que constitue la guerre dans la presse, leur omniprésence est fréquemment synonyme d’invisibilité.

Les ruines dans la presse basque antifasciste : entre visibilité et spectralité

  • 25 Laurent Gervereau, Montrer la guerre ? Information ou propagande, Paris, scérén-cndp Isthme édition (...)
  • 26 Emmanuelle Danchin, «  Destruction du patrimoine et figure du soldat allemand dans les cartes posta (...)

16Les ruines ne sont pas une figure ancienne de la guerre, mais «  la conséquence des conflits modernes  ». Leur utilisation comme élément pictural participant à la construction d’un discours sur l’affrontement guerrier «  est consubstantielle à l’apparition de la photographie 25  ». De fait, elles deviennent des objets familiers pour le lecteur de la presse à partir de la guerre de Crimée et, notamment, de la Première Guerre mondiale 26. Les photographies de ruines participent d’une certaine esthétique, qui aide non seulement à transmettre visuellement la nature intrinsèque du phénomène mais également à construire les spécificités de l’ennemi.

  • 27 Ibid., p. 25, (note 2).
  • 28 Joëlle Beurier, Images, violence et masculinités. Les presses illustrées française et allemande en (...)

17Dans le cas de la guerre d’Espagne telle qu’elle se déroule au Pays basque, l’utilisation de photographies de ruines de guerre s’inscrit dans cette démarche à la fois propagandiste et esthétique. Néanmoins, contrairement à la Première Guerre mondiale où le thème des ruines «  n’est pas interdit mais au contraire valorisé  » à tel point que la censure française autorise l’édition de dizaines de milliers de cartes postales représentant les dévastations causées par l’artillerie allemande 27, en Euzkadi une évolution substantielle se produit. La diffusion de photographies de ruines est strictement encadrée et leur utilisation est peu fréquente. Elles ne représentent, en effet, que 13,5  % des clichés consacrés au conflit, pourcentage largement inférieur aux 50  % de photographies de ruines que Joëlle Beurier recense dans certains journaux allemands de la Première Guerre mondiale 28.

18Si l’on se penche sur les clichés que proposent les quotidiens basques, on constate qu’ils répondent à des logiques bien particulières, dans lesquelles interviennent certes la censure et la propagande, mais aussi une volonté de déconstruction de la réalité et d’association du conflit à une représentation idéalisée et mythique de l’Euzkadi. Dès lors, les images de ruines surgissent et s’estompent selon les priorités militaires et politiques du moment, ainsi qu’en fonction des stratégies de déréalisation et de réorientation du sens du conflit dans lesquelles s’inscrivent les périodiques. Tout cela induit l’existence d’une temporalité propre aux clichés contenant des ruines de guerre, laquelle s’insère dans des temporalités différentes, parfois plus vastes et constituant la structure indispensable à l’articulation des discours sur la mort, la nation ou l’ennemi. C’est en pensant de la sorte le discours iconographique sur la guerre que l’on saisit les raisons pour lesquelles les photographies de ruines évoluent entre visibilité et spectralité, une évolution qui n’est absolument pas linéaire et qui ne renvoie surtout pas à deux ensembles parfaitement délimités. Ainsi, quand on étudie les photographies censées rendre visibles les dégâts provoqués par l’affrontement, une évidence s’impose : la notion de visibilité s’effrite et devient particulièrement aléatoire et ce, pour plusieurs raisons. Dans le cas des clichés faisant apparaître clairement la violence des destructions, on se rend compte que leur fonction informative va bien au-delà des images de désolation. Celles-ci deviennent secondaires au regard des multiples lectures qu’induit le cliché.

Fig. 7. « L’action des Barbares  », El Liberal, 10 mars 1937, p. 6. «  Effets destructeurs des avions étrangers au service du fascisme espagnol, à Alicante, Madrid et Carthagène  ».

19Les photographies de ruines semblent mises en scène et s’érigent en paysage-spectacle, afin de rendre perceptible un discours à géométrie variable. Les clichés contribuent prioritairement à l’élaboration d’une représentation de l’ennemi dans laquelle ce dernier est associé à l’animalité ou à la figure légendaire du barbare, le précipitant de la sorte hors de la sphère de l’humanité et de la civilisation. Cependant, s’il est vrai que les ruines de guerre constituent un instrument de dénonciation et d’orientation de la perception des militaires rebelles, elles sont également l’un des éléments permettant de se situer dans le conflit, car elles établissent un rapport spéculaire, essentiel à la définition de l’identité des antifascistes. Dès lors, les ruines perdent de leur matérialité et leur sens premier – le chaos et la destruction – est supplanté par un discours propagandiste, fondé sur l’exhibition d’un certain type de violence, cette violence dont sont par définition incapables et dépourvus les miliciens de la République. Les clichés s’inscrivent ainsi dans un processus de verbalisation de la haine et donc de cette culture de guerre indispensable à la mobilisation des combattants et de l’arrière.

20Les photographies, en outre, sont fréquemment hermétiques et leur lisibilité n’est pas toujours aisée, notamment lorsqu’il s’agit de montages, faisant apparaître des fragments de bâtiments effondrés. L’utilisation de tels procédés centrés sur les effets directs des bombardements entrave l’identification des ruines, permettant à la presse, au passage, de se plier aux exigences de la censure. Les légendes participent également de cette logique. Leur contenu renforce la confusion, comme le montre le cliché précédant, lequel soulève une question des plus intéressantes : combien de lecteurs au Pays basque étaient-ils capables en mars 1937 d’identifier ces ruines et de les situer géographiquement ? La photographie établit certes la visibilité des ruines, mais parallèlement le décryptage complexe du cliché remet en question l’efficacité de cette visibilité. Celle-ci d’ailleurs n’a que peu d’importance, puisque la presse propose au lecteur un glissement sémantique, afin que chaque photographie de ruine renvoie par métonymie à l’ensemble des destructions perpétrées par les militaires rebelles. Les ruines se fondent les unes dans les autres et reproduisent la trace d’une volonté programmée d’annihilation, non seulement des républicains mais aussi du peuple basque.

  • 29 6  % des photographies de ruines de guerre ne peuvent être identifiées d’un point de vue géographiq (...)

21Le corpus utilisé dans le cadre de cette étude met par ailleurs en évidence les choix des journaux et de la censure en matière de communication, choix qui conditionnent la visibilité et la lecture iconographique de l’affrontement sur le plan géographique et chronologique. D’un point de vue géographique, on constate en effet que la presse publie essentiellement des photographies montrant les dévastations que génère le conflit dans les autres régions espagnoles (67  %). Les clichés des dégâts infligés aux villes basques par les militaires rebelles sont peu nombreux (27  %) 29. à cela s’ajoute un autre élément : si l’on fait abstraction des photographies du bombardement de Guernica (26 avril 1937), les effets dévastateurs de la guerre et la violence qui se dégage des ruines sont en général beaucoup plus visibles sur les clichés faisant référence à des centres urbains et des édifices situés hors du Pays basque.

Fig. 8. Euzkadi, 17 février 1937, p. 6. «  Le premier coup de canon sur Markina. Les “défenseurs” de la religion ont atteint avec leur premier obus la façade du couvent des Carmélites. Le projectile a laissé au dessus de l’image pieuse une preuve de la barbarie fasciste, qui ne respecte ni les temples, ni les prêtres… absolument rien  ».

Fig. 9. El Liberal, 26 août 1936, p. 3. «  Intérieur de la caserne de Simancas après l’assaut – Vue extérieure de cette même caserne – Un groupe de miliciens parmi les ruines – Des croix plantées dans le cimetière érigé par les factieux à Simancas.  »

22À travers la presse, le lecteur a donc accès à ce que l’on pourrait appeler une «  cartographie disséminée  » des dévastations de la guerre, qui ne permet pas d’avoir une vision globale de la situation de l’Espagne républicaine et qui ne tient pratiquement pas compte du principal centre d’intérêt du lecteur basque : l’Euzkadi. Liée en apparence à l’actualité du moment, cette «  cartographie  » alimente une représentation du conflit selon laquelle la guerre, dans sa version la plus brutale, concerne l’autre, l’habitant de villes comme Madrid, Barcelone ou Oviedo. La violence extrême et le chaos que reflètent les édifices les plus endommagés semblent ainsi expulsés hors de l’espace immédiat du lecteur, grâce à la parution de clichés dont la dimension anxiogène a été évaluée, filtrée et expurgée. Publier la photographie d’un bâtiment de Madrid dévasté par les bombes permet de relativiser les destructions qui se produisent au Pays basque, destructions, d’ailleurs, dont les journaux ne montrent qu’une partie insignifiante. Dès lors, un constat s’impose : la presse génère chez le lecteur une «  vision presbyte  ». La localisation géographique des destructions détermine leur degré de visibilité : celui-ci s’accroît dans la distance et se réduit dans la proximité. Destinée à préserver le moral des troupes et de l’arrière en Euzkadi, cette pratique s’articule autour d’un discours iconographique fondé sur la notion d’éloignement spatial, intimement liée à celle de sécurité.

23Cette stratégie de communication, néanmoins, vole en éclats dès le printemps 1937, période à partir de laquelle le récit iconographique consacré à l’affrontement au Pays basque s’inscrit dans une nouvelle temporalité. Le nombre de photographies de ruines augmente et la guerre transforme les pages des journaux en champs de bataille virtuels, témoignant de la sorte des bouleversements qui se produisent sur le plan militaire : le 31 mars 1937, après de longs mois de combats acharnés dans les faubourgs de Madrid, les rebelles lancent une offensive de grande envergure sur le front basque, afin de s’emparer de Bilbao et, au-delà, des derniers bastions républicains situés dans le nord de l’Espagne. Cette offensive provoque des milliers de victimes et des dégâts considérables, le bombardement de Guernica (26 avril 1937) étant, de ce point de vue, l’expression la plus parfaite de la violence extrême qui frappe le Pays basque au cours de cette période :

Fig. 10.  « Basques, debout !  », Euzkadi Roja, 28 avril 1937, p. 8

  • 30 Carmelo Garitaonandía, «  Información y propaganda en torno al bombardeo de Guernica  », dans Tuñon (...)
  • 31 La radio relaie également les informations sur l’événement. Le 4 mai 1937, le département de cultur (...)

24Les photographies de Guernica en flammes constituent le point d’orgue d’une campagne de propagande dans laquelle les ruines sont instrumentalisées non seulement afin de dénoncer l’ennemi et mobiliser les antifascistes, mais aussi pour inciter les principales puissances de l’époque, notamment la France et l’Angleterre, à intervenir dans le conflit 30. Par conséquent, les images du bombardement de ce symbole des libertés basques font l’objet d’une large diffusion à l’étranger. En revanche, en Euzkadi, elles disparaissent rapidement de la presse locale, car le gouvernement veut éviter que la panique ne s’empare de la population de Bilbao. L’accroissement des bombardements aériens incite des milliers de personne à fuir vers Santander ou à prendre le chemin de l’exil, afin d’échapper aux menaces du général Mola, qui a promis de renouveler l’expérience sur la capitale biscaïenne. Au Pays basque républicain, Guernica devient donc un objet fondamentalement scriptural, présent dans les articles de presse et les témoignages écrits des survivants 31. Sur le plan visuel, les ruines de la ville «  s’évaporent  », mais elles continuent de s’inscrire en arrière plan des quelques photographies que les journaux parviennent à publier sur les bombardements qu’endurent Bilbao et sa banlieue :

Fig. 11.  « La trace des barbares  », Euzkadi, 26 mai 1937, p. 6. «  L’aviation allemande a pris pour objectif d’humbles maisons de Sestao. Voici l’une de ces maisons victime du bombardement aérien  ».

  • 32 Bénédicte Grailles, «  La reconstruction des villes du Nord. Mémoire et identité  », dans Chassaign (...)

25La destruction de Guernica sert de prisme à travers lequel sont analysées et évaluées les dévastations que subit le Pays basque et, au-delà, l’ensemble de l’Espagne républicaine. Toutefois, pour que les ruines de Guernica atteignent cette dimension dans la presse et deviennent un symbole qui échappe aux antifascistes basques, il aura fallu une combinaison de facteurs internes et externes au conflit, parmi lesquels les suivants : en premier lieu, Guernica constitue l’un des premiers bombardements aériens de masse sur une ville peuplée essentiellement de civils. En second lieu, le bombardement fait l’objet d’une intense campagne de propagande – accompagnée d’une polémique de grande ampleur – qui a d’importantes répercussions à l’étranger. Enfin, une partie de l’opinion publique et de la presse décrypte le bombardement par le biais d’une grille de lecture anachronique, qui évacue de nombreux éléments essentiels à la restitution de la réalité historique. On replonge le lecteur dans une scénographie propre à la Première Guerre mondiale : la présence de l’aviation italienne est quasiment gommée et la Légion Condor devient la principale responsable de l’attaque contre cet emblème de la culture locale. On réactive de la sorte certaines des représentations majeures du conflit de 14-18, en particulier l’idée selon laquelle se déroule une guerre de civilisations. Les Allemands sont des vandales, qui anéantissent non seulement les populations civiles, mais aussi les symboles de leur identité, en détruisant systématiquement leur patrimoine culturel 32. Guernica devient ainsi une ville martyre, victime d’un crime de guerre, comme le sont à cette époque Reims et Louvain.

  • 33 Enzo Traverso, à Feu et à sang. De la guerre civile européenne 1914-1945, Paris, Stock, 2007 ; Voir (...)

26Le discours sur Guernica et les représentations qu’il véhicule témoignent d’un aspect essentiel de la guerre d’Espagne : celle-ci est perçue dans un continuum, dans le prolongement d’un affrontement qui dépasse le cadre de la péninsule et qui a commencé bien avant le 18 juillet 1936. Pour la presse, le conflit espagnol fait partie d’un phénomène de vaste ampleur qu’Enzo Traverso qualifie de «  guerre civile européenne 33  », interprétation que confirme notre étude et l’importance que revêt, en général, la Première Guerre mondiale dans des journaux tels que Unión. Ce quotidien, par exemple, estime que la Grande

Fig. 12. « La bestialité est de retour  », Unión, 28 avril 1937, p. 1. «  Voici une vieille photographie de la guerre européenne. Les avions allemands sont passés. Ils ont détruit une ville. Ils ont assassiné des femmes et des enfants. Ce n’est rien. Ils vont sauver la civilisation occidentale. Il ne faut pas s’inquiéter. Ce n’est rien. Bien des années sont passées. Les avions se sont perfectionnés. Quant aux Allemands, ils sont demeurés fidèles à leur bestialité. Et cette vieille photographie de désolation prise dans un petit village belge est reproduite et accentuée à Durango, Eibar et Guernica. Ce sont les mêmes hyènes avec de meilleurs avions.  »

  • 34 Voir, par exemple, «  El mayor peligro de la guerra. Los centros urbanos e industriales bajo la ame (...)

27Guerre constitue une référence incontournable pour la compréhension de la guerre d’Espagne. C’est pourquoi il publie fréquemment de longs articles où le conflit de 14-18 sert à éclairer diverses problématiques (bombardements…) et à rendre intelligible l’affrontement en Euzkadi 34.

28L’utilisation de cette grille de lecture n’est pourtant pas le seul élément qui confirme la présence de la Grande Guerre en arrière-plan de la guerre d’Espagne. Certaines stratégies de communication renvoient également à des pratiques observées lors du conflit de 14-18. Si l’on examine notre corpus en détail, on remarque que les méthodes de la presse, lorsqu’elle aborde la question des ruines, sont multiples et évoluent selon la période, le type de quotidien et son idéologie. Ainsi, au cours des derniers mois de l’affrontement, les journaux nationalistes basques (Euzkadi…) sont ceux qui publient le plus grand nombre de photographies sur les destructions qui se produisent au Pays basque. En revanche, certains quotidiens comme El Liberal (républicain-socialiste) se focalisent davantage sur les bombardements qui touchent des villes telles que Madrid ou Barcelone. Quant aux journaux comme CNT del Norte, ils ne publient pratiquement aucune photographie de ruines de guerre. La dimension visuelle des destructions en Euzkadi est donc bannie de l’espace médiatique. Comme dans le cas de Guernica, les ruines acquièrent une dimension principalement scripturale, comme s’il s’agissait de neutraliser leur impact négatif en effaçant leur image. On pourrait penser dans ces conditions que l’invisibilité iconographique des dévastations constitue l’unique alternative à la publication de photographies montrant l’impact des bombes sur les centres urbains. L’étude des clichés publiés au cours des premiers mois du conflit montre le contraire. La presse nationaliste basque et les journaux saisis par les autorités locales éditent, pendant cette période, de nombreuses photographies, à première vue anachroniques, mais dont la dimension symbolique révèle un discours essentiel à l’élaboration d’une certaine représentation de la guerre et de ses conséquences.

Fig. 13. «  Pittoresque vue partielle d’Ochandiano  », El Noticiero Bilbaíno, 11 novembre 1936, p. 1

Fig. 14. «  Paysages d’Euzkadi  », Euzkadi, 2 décembre 1936, p. 8. «  Sur cette photo apparaît le petit ermitage au sommet de Bizkargarai. Les moissonneurs d’avoine que nous apercevons sont des paysans des collines d’Erigoiti  ».

  • 35 Cf. Joëlle Beurier, op. cit.
  • 36 Ibid., p. 412.
  • 37 Ibid., p. 414.

29En effet, elles témoignent d’une volonté de dire la guerre en faisant référence à une période antérieure au conflit. Ces photographies apparaissent isolées dans la page du journal, telles des reliques, suggérant indirectement par leur dimension anachronique et atemporelle les dévastations que provoque l’affrontement et, en particulier, la disparition d’un Pays basque idéalisé, dont le principal modèle n’est pas le milieu urbain mais la société rurale traditionnelle, en accord avec l’idéologie nationaliste basque. Ces photographies d’Indalecio Ojanguren – totalement décontextualisées dans la mesure où leur auteur les réalise entre 1918 et 1919 afin d’apporter un regard ethnographique sur certains modes de vie encore présents dans les campagnes basques – nous ramènent de nouveau au conflit de 14-18. Elles rappellent des pratiques observées dans la presse allemande pendant cette période. Ainsi, Joëlle Beurier dans son étude sur les images et la violence dans les presses illustrées française et allemande de la Première Guerre mondiale 35 fait état de la présence dans l’Illustrirte Zeitung de photoreportages et de clichés qui «  représentent, de manière totalement anachronique, de superbes paysages 36  », lesquels «  véhiculent du positif là où l’on serait bien en peine d’en trouver 37.

Fig 15. Euzkadi, 9 septembre 1936, p. 6. «  La porte des murailles d’Ondarrabia, la vieille cité basque, où se sont fait sentir les tristes répercussions de la guerre, déclenchée contre le peuple basque par des requetés, des fascistes et des militaires insurgés. Afin qu’elle ne coure aucun risque, une partie de la population d’Ondarrabia a été dans l’obligation d’abandonner cette superbe forteresse  ».

  • 38 Ibid.

30« Ces images, selon elle, justifient le sacrifice des combattants car elles montrent ce que préservent les soldats allemands. Il s’agit donc «  de détourner les esprits de la laideur de la guerre pour les orienter, très clairement, sur les avantages qu’elle comporte et banaliser la guerre 38  ». Ce type de lecture est également valable dans le cas basque, car les photographies d’Indalecio Ojanguren remplissent aussi cette fonction : elles montrent un Pays basque mythique, menacé par une invasion et qu’il faut défendre au péril de sa vie. Toutefois, en Euzkadi, la presse franchit un pas, auquel ne se risque pas la presse allemande de 14-18 : les journaux basques modifient les photographies de telle sorte que le spectre des combats et des dévastations s’infiltre dans les images et réoriente le sens premier des clichés. Les paysages et les édifices qui y figurent ne sont plus le reflet de la réalité, mais le spectre de ce qui a été en son temps, avant le déclenchement de la guerre. Pour parvenir à ce résultat, les journaux greffent un élément dont la photographie est dépourvue à l’origine : une légende.

Fig. 16. Euzkadi, 9 septembre 1936, p. 3. «  Vue du sanctuaire de Guadalupe, sur les contreforts d’Ondarrabia. L’écho de la guerre a résonné dans le vieux temple, empli d’une auguste sérénité jusqu’à aujourd’hui, symbole de l’austère atmosphère, piétinée sauvagement par ces gens qui, venant de la Navarre, ont envahi militairement le territoire de notre sœur Gipuzkoa  ».

31À travers ce type de photographie, le lecteur est confronté à un discours élégiaque, axé sur la nostalgie d’un passé révolu. L’image renvoie à une société pacifique, heureuse, fondée sur une histoire légendaire, tandis que le texte insiste sur l’ampleur du cataclysme que constitue la guerre, décrite comme une invasion. L’opposition existant entre l’image et le texte forge l’espace d’où émerge la spectralité des ruines. Le contraste génère le vide à partir duquel cette spectralité s’impose au lecteur comme une évidence, ce dernier ne voyant plus dans ces deux photographies que les décombres du patrimoine, les ruines qui jonchent le sol d’un Pays basque dévasté.

  • 39 Ibid., p. 413.
  • 40 Paul Ricœur, Philosophie de la volonté. Finitude et culpabilité, (1960), Paris, Aubier, 1988,
    p. 32 (...)
  • 41 Ibid., p. 329.

32Cette vision est essentielle au discours des antifascistes et notamment des nationalistes basques. Certes, la publication de ces images, comme dans le cas allemand 39, est sans doute révélatrice de l’impossibilité pour la presse de publier des photographies des combats. Néanmoins, ces clichés et la manipulation dont ils font l’objet témoignent des enjeux idéologiques que renferment les représentions de la guerre circulant à l’arrière et sur le champ de bataille. Pour les nationalistes basques, il est impératif d’imposer l’idée selon laquelle la nation basque constitue une réalité menacée de destruction, situation que révèlent des photographies de ruines fluctuant entre visibilité et spectralité. Par cette construction, ils insistent sur une idée essentielle : l’engagement dans la guerre constitue un acte visant à mettre un terme au chaos et à la violence extrême que font régner les militaires et leurs alliés. Récupérer la partie du territoire contrôlée par les franquistes est essentiel à la survie du peuple basque, car elle est la terre de la dévastation, une terre souillée qu’il convient de purifier par le sacrifice de la jeunesse basque et l’annihilation de l’ennemi. En définitive, le retour aux équilibres anciens, la reconstruction et la sauvegarde de la société traditionnelle que proposent indirectement les photographies d’Indalecio Ojanguren passent aussi par la destruction. Comme le rappelle Paul Ricœur, «  le geste créateur, qui distingue, sépare, mesure et met ordre, est indiscernable du geste criminel qui met fin à la vie 40  ». La violence est ainsi «  inscrite dans l’origine des choses, dans le principe qui instaure en détruisant 41 » et auquel renvoient les ruines de guerre dans leur nature intrinsèque.

Haut de page

Notes

1 Serge Moscovici, La psychanalyse son image et son public, Paris, PUF, 1976, p. 354.

2 Loup Francart, La guerre du sens, Paris, Economica, 2000, p. 39.

3 Christophe Prochasson et Anne Rasmussen, «  La guerre incertaine  », dans Vrai et faux dans la Grande Guerre, Paris, La Découverte, 2004, p. 10.

4 Ibid., p. 16.

5 Gilbert Durand, Figures mythiques et visages de l’œuvre. De la mythocritique à la mythanalyse, Paris, Dunod, 1992, p. 66.

6 Paul Ricœur, Le conflit des interprétations. Essais d’herméneutique, Paris, Editions du Seuil, 1969, p. 85.

7 Patrick Charaudeau, «  Le discours propagandiste. Essai de typologisation  », dans Dorna Alexandre, Quellien Jean et Somonnet Stéphane (dir.), La propagande : images, paroles et manipulation, Paris, L’Harmattan, Psychologie politique, 2008, p. 113.

8 Michel de Certeau, L’invention du quotidien. Arts de faire, (1980), Paris, Gallimard, Folio essais, 1990, t. 1, p. 200.

9 Enzo Traverso, «  La peur dans l’imaginaire européen après la Grande Guerre  », dans Berthier Nancy et Sánchez-Biosca Vicente (dir.), Retóricas del miedo. Imágenes de la Guerra Civil española, Madrid, Casa Velázquez, 2012, p. 31.

10 Jean Baudrillard, «  Por qué la ilusión no se opone a la realidad  », dans Cuadernos de Información y Comunicación, n°  9, 2004, p. 194.

11 Expression empruntée à Laurent Gervereau, «  La guerre invisible  », dans Buton Philippe (dir.), La guerre imaginée, Paris, Seli Arslan, 2002, p. 248.

12 Ce corpus a été établi à partir des photographies publiées, tous les mercredis du mois entre le 18 juillet 1936 et le 19 juin 1937, par les quotidiens Euzkadi, El Liberal, Euzkadi Roja, CNT del Norte, Tierra Vasca, Unión, La Gaceta del Norte et El Noticiero Bilbaíno.

13 J’emploie le terme «  Euzkadi  », tel qu’il a été orthographié par Sabino Arana (avec un «  z  » et non un «  s  ») et repris par les nationalistes pour nommer le Pays basque autonome en 1936.

14 Président du gouvernement basque.

15 Santiago de Pablo, «  Los medios de comunicación  », dans Granja José Luis de la et Pablo Santiago de (éd.), Historia del País Vasco y Navarra en el siglo xx, Madrid, Biblioteca Nueva, 2002, p 390-391.

16 Centro Documental de la Memoria Histórica, PS Santander, Leg. 13, Exp. 13.

17 Ibid., PS Bilbao, Caja 113, Exp. 10.

18 Ibid., Caja 25, Exp. 15.

19 Ibid., Caja 28, Exp. 22.

20 Cf. Severiano Rojo Hernandez, Une guerre de papier. La presse basque antifasciste dans les années trente, Rennes, PUR, 2011, p. 64-65.

21 Ibid., p. 69.

22 Centro Documental de la Memoria Histórica, PS Santander, Leg. 13, Exp. 13.

23 Josu Bilbao Fullaondo, «  Fotografía y Guerra Civil  », dans Garitaonandia Carmelo et Granja José Luis de la (coord.), La Guerra Civil en el País Vasco 50 años después, Bilbao, Universidad del País Vasco, 1987, p. 269.

24 François Fontaine, «  La guerre d’Espagne : une guerre d’images  », dans Blondet-Bisch Thérèse, Frank Robert, et Gervereau Laurent et al., Voir, ne pas voir la guerre. Histoire des représentations photographiques de la guerre, Paris, Somogy, 2001, p. 85.

25 Laurent Gervereau, Montrer la guerre ? Information ou propagande, Paris, scérén-cndp Isthme éditions, 2006, p. 54.

26 Emmanuelle Danchin, «  Destruction du patrimoine et figure du soldat allemand dans les cartes postales de la Grande Guerre  », Rojo Hernandez Severiano (dir), Culture de guerre. Représenter et penser l’affrontement (xixe siècle à nos jours), Amnis, no 10, 2011.

27 Ibid., p. 25, (note 2).

28 Joëlle Beurier, Images, violence et masculinités. Les presses illustrées française et allemande en Grande Guerre, Manuscrit de thèse, European University Institute, 2007, p. 402.

29 6  % des photographies de ruines de guerre ne peuvent être identifiées d’un point de vue géographique.

30 Carmelo Garitaonandía, «  Información y propaganda en torno al bombardeo de Guernica  », dans Tuñon de Lara Manuel (dir), Gernika : 50 años después (1937-1987). Nacionalismo, República, Guerra Civil, San Sebastián, Universidad del País Vasco, 1987 ; Severiano Rojo Hernandez, «  Guernica : les presses basque et française face au bombardement  », dans El Argonauta Español, n°  1, janvier 2004. http://argonauta.imageson.org/document44.html

31 La radio relaie également les informations sur l’événement. Le 4 mai 1937, le département de culture du gouvernement basque organise dans les studios de Radio Emisora Bilbaína une émission spéciale, traduite en français et en anglais, dans laquelle s’expriment les survivants et les témoins du bombardement.

32 Bénédicte Grailles, «  La reconstruction des villes du Nord. Mémoire et identité  », dans Chassaigne Philippe et Largeaud Jean-Marc, Villes en guerre, Paris, Armand Colin, 2004,
p. 260.

33 Enzo Traverso, à Feu et à sang. De la guerre civile européenne 1914-1945, Paris, Stock, 2007 ; Voir également, Javier Rodrigo, «  Retaguardia : un espacio de transformación  », dans Rodrigo Javier (dir.) Retaguardia y cultura de guerra, 1936-1939, Ayer, n°  76, 2009, p. 29.

34 Voir, par exemple, «  El mayor peligro de la guerra. Los centros urbanos e industriales bajo la amenaza aérea  », Unión, 31 mars 1937, p. 4.

35 Cf. Joëlle Beurier, op. cit.

36 Ibid., p. 412.

37 Ibid., p. 414.

38 Ibid.

39 Ibid., p. 413.

40 Paul Ricœur, Philosophie de la volonté. Finitude et culpabilité, (1960), Paris, Aubier, 1988,
p. 327.

41 Ibid., p. 329.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Fig. 1. El Liberal, 22 juillet 1936, p. 1.
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/4953/img-1.png
Fichier image/png, 898k
Crédits Fig. 2. La Gaceta del Norte, 4 novembre 1936, p. 8.
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/4953/img-2.png
Fichier image/png, 339k
Crédits Fig. 3. El Noticiero Bilbaíno, 16 septembre 1936, p. 1. «  Des miliciens d’une colonne catalane en train de se frayer un chemin sur l’un des fronts aragonais  ».
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/4953/img-3.png
Fichier image/png, 251k
Crédits Fig. 4. «  NOS MARTYRS. Luis Neira Beriain  »,Tierra Vasca, 31 mars 1937, p. 2.
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/4953/img-4.png
Fichier image/png, 736k
Crédits Fig. 5. El Liberal, 5 août 1936, p. 3.
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/4953/img-5.png
Fichier image/png, 512k
Crédits Fig. 6. El Liberal, 2 juin 1937, p. 8.
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/4953/img-6.png
Fichier image/png, 350k
Crédits Fig. 7. « L’action des Barbares  », El Liberal, 10 mars 1937, p. 6. «  Effets destructeurs des avions étrangers au service du fascisme espagnol, à Alicante, Madrid et Carthagène  ».
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/4953/img-7.png
Fichier image/png, 497k
Crédits Fig. 8. Euzkadi, 17 février 1937, p. 6. «  Le premier coup de canon sur Markina. Les “défenseurs” de la religion ont atteint avec leur premier obus la façade du couvent des Carmélites. Le projectile a laissé au dessus de l’image pieuse une preuve de la barbarie fasciste, qui ne respecte ni les temples, ni les prêtres… absolument rien  ».
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/4953/img-8.png
Fichier image/png, 703k
Crédits Fig. 9. El Liberal, 26 août 1936, p. 3. «  Intérieur de la caserne de Simancas après l’assaut – Vue extérieure de cette même caserne – Un groupe de miliciens parmi les ruines – Des croix plantées dans le cimetière érigé par les factieux à Simancas.  »
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/4953/img-9.png
Fichier image/png, 775k
Crédits Fig. 10.  « Basques, debout !  », Euzkadi Roja, 28 avril 1937, p. 8
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/4953/img-10.png
Fichier image/png, 426k
Crédits Fig. 11.  « La trace des barbares  », Euzkadi, 26 mai 1937, p. 6. «  L’aviation allemande a pris pour objectif d’humbles maisons de Sestao. Voici l’une de ces maisons victime du bombardement aérien  ».
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/4953/img-11.png
Fichier image/png, 689k
Crédits Fig. 12. « La bestialité est de retour  », Unión, 28 avril 1937, p. 1. «  Voici une vieille photographie de la guerre européenne. Les avions allemands sont passés. Ils ont détruit une ville. Ils ont assassiné des femmes et des enfants. Ce n’est rien. Ils vont sauver la civilisation occidentale. Il ne faut pas s’inquiéter. Ce n’est rien. Bien des années sont passées. Les avions se sont perfectionnés. Quant aux Allemands, ils sont demeurés fidèles à leur bestialité. Et cette vieille photographie de désolation prise dans un petit village belge est reproduite et accentuée à Durango, Eibar et Guernica. Ce sont les mêmes hyènes avec de meilleurs avions.  »
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/4953/img-12.png
Fichier image/png, 508k
Crédits Fig. 13. «  Pittoresque vue partielle d’Ochandiano  », El Noticiero Bilbaíno, 11 novembre 1936, p. 1
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/4953/img-13.png
Fichier image/png, 263k
Crédits Fig. 14. «  Paysages d’Euzkadi  », Euzkadi, 2 décembre 1936, p. 8. «  Sur cette photo apparaît le petit ermitage au sommet de Bizkargarai. Les moissonneurs d’avoine que nous apercevons sont des paysans des collines d’Erigoiti  ».
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/4953/img-14.png
Fichier image/png, 312k
Crédits Fig 15. Euzkadi, 9 septembre 1936, p. 6. «  La porte des murailles d’Ondarrabia, la vieille cité basque, où se sont fait sentir les tristes répercussions de la guerre, déclenchée contre le peuple basque par des requetés, des fascistes et des militaires insurgés. Afin qu’elle ne coure aucun risque, une partie de la population d’Ondarrabia a été dans l’obligation d’abandonner cette superbe forteresse  ».
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/4953/img-15.png
Fichier image/png, 294k
Crédits Fig. 16. Euzkadi, 9 septembre 1936, p. 3. «  Vue du sanctuaire de Guadalupe, sur les contreforts d’Ondarrabia. L’écho de la guerre a résonné dans le vieux temple, empli d’une auguste sérénité jusqu’à aujourd’hui, symbole de l’austère atmosphère, piétinée sauvagement par ces gens qui, venant de la Navarre, ont envahi militairement le territoire de notre sœur Gipuzkoa  ».
URL http://etudesromanes.revues.org/docannexe/image/4953/img-16.png
Fichier image/png, 390k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Severiano Rojo Hernández, « Le discours sur les ruines de guerre dans la presse basque antifasciste (1936-1937) », Cahiers d’études romanes, 30 | 2015, 371-398.

Référence électronique

Severiano Rojo Hernández, « Le discours sur les ruines de guerre dans la presse basque antifasciste (1936-1937) », Cahiers d’études romanes [En ligne], 30 | 2015, mis en ligne le 14 avril 2016, consulté le 28 avril 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/4953 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.4953

Haut de page

Auteur

Severiano Rojo Hernández

TELEMME (Temps, Espaces, Langage, Europe Méridionale), UMR 7303, 13090, Aix-en-Provence, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org