Navegação – Mapa do site

Introduction

Dante Barrientos Tecún
p. 7-12

Texto integral

1En 2012, Claudio Milanesi et Dante Barrientos Tecún, responsables de l’Axe « Roman Policier » du Centre Aixois d’Études Romanes (CAER), ont lancé le Programme quadriennal « Les territoires hétérogènes du polar ». Ce programme propose l’étude des nouvelles formes narratives qu’adopte désormais le polar contemporain. Il part du constat de l’importance qualitative et quantitative manifestée, ces dernières décennies, par les écritures policières dans les littératures de langues romanes en constante métamorphose. Une production qui s’élargit progressivement en fonction, non seulement de l’adoption de certaines stratégies du roman policier dérivant du roman en général et d’autres genres littéraires – poésie, théâtre, nouvelle – situés hors du territoire du genre, mais aussi de l’adoption de la part du « noir » de perspectives qui mobilisent l’histoire, la mémoire, la critique sociale et politique, et l’enquête journalistique. De ce fait, ledit programme envisage, d’une part, une recherche sur les nouvelles stratégies du polar et leur glissement, réadaptation et récréation vers d’autres genres et, d’autre part, une prise en compte du phénomène des genres populaires et de la littérature de genre, le polar et la multimédialité (bandes dessinées, roman graphique, série, cinéma) sans oublier les nouvelles formes romanesques du polar (polar et science-fiction, polar et littérature fantastique) et le polar et la non-fiction. Rajoutons que l’hétérogénéité est aussi envisagée d’un point de vue géographique, dans la mesure où l’Axe « Roman policier » s’intéresse à la production du « noir » en Amérique latine, en Italie et en Espagne. Une seconde direction entreprise par cette recherche est celle qui explore les origines du genre, vers ce que l’on pourrait nommer le polar avant le polar. Entre juin 2012 et mars 2015, sept journées ont déjà été organisées dans le cadre du programme « Les territoires hétérogènes du polar », ce qui met en relief la richesse des matériaux disponibles pour la recherche ainsi que l’amplitude des perspectives de ce programme.

2Si dans certaines littératures (française, anglaise et étatsunienne notamment), le roman noir a une longue tradition – tout comme, d’ailleurs, dans la littérature latino-américaine dont les premiers récits policiers datent du xixe siècle –, on peut s’interroger sur la nature des ressorts à l’origine de cette vaste production actuelle et sur son hétérogénéité. Assurément, on ne peut pas mettre à l’écart l’argument commercial qui joue un rôle de premier plan sur l’aspect quantitatif de cette pratique, mais il est vrai aussi que d’autres facteurs moins « matériels » entrent en compte. Nous prendrons ici brièvement le cas du polar dans la littérature de l’Amérique latine, pour tenter d’apporter quelques éléments de réponse à ce questionnement.

3Les écritures policières en Amérique latine ont investi très rapidement les territoires qui questionnent l’identité, la culture, l’histoire, le présent et l’avenir, le langage lui-même, l’univers quotidien, la perception des réalités. Les territoires du Mal et les territoires de l’espoir, les territoires des drames individuels et collectifs, de l’espace intime et public ainsi que ceux de l’humour, de la parodie, du ludisme et de l’érotisme, toute cette vaste géographie que les écrivains latino-américains avaient explorée à partir d’autres perspectives et d’autres formes d’écritures, les textes policiers l’ont aussi investie. Ces champs explorés par les auteurs du « boom » des années 1960 – Julio Cortázar, Carlos Fuentes, Gabriel García Márquez, Mario Vargas Llosa, José Donoso – ou leurs précurseurs – Alejo Carpentier, Miguel Angel Asturias, Jorge Luis Borges, Juan Rulfo, Juan Carlos Onetti, Augusto Roa Bastos –, les auteurs de polar les ont également explorés, ce qui créé une sorte d’unité, de continuité dans la tradition littéraire latino-américaine. D’ailleurs, il n’est pas anodin que le grand développement que connaît l’écriture policière en Amérique latine dans la seconde moitié du xxe siècle ait lieu justement à partir des années 1970 avec le néo-polar, autrement dit, à peine quelques années après la parution des textes fondateurs du « boom » ou Nueva Narrativa Hispanoamericana, dont on peut rappeler quelques titres significatifs : La región más transparente de Carlos Fuentes (1958), Rayuela de Julio Cortázar (1963), Cien años de soledad de Gabriel García Márquez (1967), Conversación en la catedral de Mario Vargas Llosa (1969), pour ne citer qu’un bref échantillon d’ouvrages.

4Ces auteurs du « boom » montrent la nécessité de trouver de nouvelles voies pour dire et révéler la réalité et surtout, ils montrent la nécessité de se libérer de tous les canons de la tradition littéraire. À voir de plus près, ce n’est pas autre chose que ce que font à leur tour les auteurs de polar. Bien sûr, mettre en avant l’importance du « boom » dans la constitution de la production policière ne signifie pas pour autant oublier le rôle du journalisme, tout particulièrement l’implication des précurseurs et héritiers hispanophones du New Journalism nord-américain comme Guillermo Torndyke, Rodolfo Walsh ou Miguel Bonasso. Un genre, le journalisme, qui par ailleurs n’est pas non plus étranger aux auteurs du « boom », spécialement pour un écrivain comme Gabriel García Márquez dont certains textes comme Relato de un náufrago (1955), La verdad sobre mi aventura (1970) ou Noticias de un secuestro (1969), s’inscrivent dans la veine d’un récit à cheval entre la fiction et le journalisme ; stratégie que les auteurs de polar pratiquent aussi abondamment. En outre, les auteurs du « boom » n’ont pas laissé de côté la pratique du récit policier ou du récit qui s’approprie les stratégies du polar, comme le prouvent ces deux ouvrages : Crónica de una muerte anunciada (1981) de Gabriel García Márquez et ¿Quién mató a Palomino Molero ? (1986) de Mario Vargas Llosa. Ainsi, la littérature policière latino- américaine contemporaine semble s’identifier avec les préoccupations des auteurs des années 1960, et il n’est pas difficile de retrouver entre les uns et les autres des stratégies narratives qui leur sont communes (notamment tout ce qui concerne les interférences entre l’histoire et la fiction ainsi que le jeu avec les structures narratives). Ces quelques points de convergence entre le polar et le « boom », contribuent à comprendre, en partie au moins, la multiplicité de formes que présente l’écriture policière en Amérique latine.

5On sait maintenant que les premiers récits policiers écrits en Amérique latine à la fin du xixe siècle et début du xxe étaient redevables des modèles anglo-saxons et français. Mais très rapidement ces modèles sont dépassés parce qu’ils ne suffisent pas à exprimer les réalités latino-américaines. C’est dans cette recherche d’adaptation du genre à des réalités différentes à celles des contextes dans lesquels les modèles génériques sont apparus, que la littérature policière en Amérique latine entre dans un processus que l’on peut appeler « d’hybridation ». Les auteurs de polar incorporent au modèle générique d’autres genres, très divers (du roman historique au roman politique ou aux récits de témoignage, du journalisme à la chronique, de la dénonciation au récit identitaire, etc.), ce qui donnera comme résultat une refondation, une récréation du genre. Bref, une rupture et une réinvention du modèle traditionnel. Ce phénomène d’hybridation rend compte de l’hétérogénéité des territoires du polar. Dans la production policière latino-américaine – ainsi que dans celle d’autres systèmes littéraires –, il nous semble que cette hétérogénéité des territoires du polar peut se décliner au moins en trois niveaux. Tout d’abord, les territoires génériques, c’est-à-dire le transfert des stratégies du polar vers d’autres genres littéraires, impliquant l’exercice de style des auteurs qui passent du polar aux autres formes littéraires non policières, d’une part, et d’autre part, l’exercice inverse, passer de la littérature non policière à l’écriture policière. Ensuite, un autre niveau s’impose, celui des territoires géographiques : la production policière est marquée par les traditions littéraires et culturelles spécifiques des différents systèmes littéraires, et, enfin, l’hétérogénéité propre des pratiques dans l’univers de la multimédialité. Le présent volume est une preuve de ce phénomène d’hétérogénéité que connaît le polar actuellement. Il contient l’ensemble des communications présentées lors de trois journées consacrées aux « Territoires hétérogènes du polar », centrées en particulier sur deux territoires spécifiques : le polar latino-américain (Mexique, Pérou, Argentine) et le valencien en langue catalane. L’hétérogénéité est dès lors manifeste dans la dimension géographique. La première journée en date a été organisée par Estrella Massip i Graupera et portait comme titre « Ferran Torrent. Le noir, la ville, la société » ; la deuxième, intitulée « Violence et pouvoir dans le roman latino-américain. Vers une hybridation du “genre noir” » a été organisée par Pierre Lopez. Dans le cadre de cette journée nous avons compté avec la participation de l’écrivain chilien Mauricio Electorat. Enfin, la troisième journée – organisée par Dante Barrientos Tecún et Maud Gaultier – a été consacrée à l’écrivain argentin Mempo Giardinelli. Pour cette journée, nous avons pu compter également avec la présence et participation de l’auteur. Ce numéro 31 des Cahiers d’Études Romanes est structuré en trois parties suivant donc la logique des journées dont les articles sont issus. Une quatrième partie ferme l’ouvrage, il contient des textes de Mempo Giardinelli et de Mauricio Electorat.

6Le parcours à travers les « territoires hétérogènes du polar » s’ouvre avec une première partie – « Ferran Torrent. Les territoires du noir : la ville et la langue » – composée de quatre articles qui proposent au lecteur un regard multiple sur la production de l’écrivain valencien, lequel fait de l’espace de la ville de Valence le personnage clé de ses fictions. Ainsi, Alex Martín Escribà – après avoir évoqué un panorama du roman noir catalan et une présentation de Torrent – aborde ce qu’il nomme la « série journalistique » de l’écrivain, pour mettre en avant le rapport étroit qui s’établit entre le journalisme et le roman noir. Marc Colell et Estrella Massip i Graupera nous conduisent dans les lieux réels et fictionnels de la ville de Ferran pour nous montrer les visages de la délinquance qui sévit à tous les niveaux et dans tous les milieux sociaux. Dénaturée par les affaires illicites du pouvoir politique, la ville est un espace de décadence, sordide mais dans lequel subsistent encore quelques signes de solidarité ; c’est aussi le lieu où se manifeste un sentiment contrasté de haine et d’amour chez les protagonistes et l’auteur lui-même. Cet itinéraire urbain est prolongé par Sebastià Bennassar, qui prouve comment l’œuvre de Torrent combine le roman noir et le roman de mœurs, et comment l’écrivain se transforme en « chroniqueur » et en « journaliste d’investigation » témoin de la métamorphose tragique de la ville. Le roman noir remplace ici le journalisme tenu sous la coupe du marché de la presse. Francesc Niubo ferme cette partie du volume en montrant un autre espace : celui de la langue des personnages. Il analyse à quel point le « registre informel » utilisé par ces derniers constitue une véritable « création » de Torrent qui joue ici un rôle considérable dans la préservation de l’identité valencienne.

7Si la première partie du volume nous transporte dans un espace singulier de la littérature de l’Espagne – le polar valencien –, la deuxième partie – « Violence et pouvoir dans le roman latino-américain. Vers una hybridation du “genre noir” » – nous mène vers deux zones géographiques et culturelles distinctes du continent latino-américain : le Mexique et surtout le Pérou. Cette partie contient trois articles qui abordent les rapports qui s’établissent entre violence et pouvoir au sein du genre noir à partir d’un corpus tiré de trois auteurs : un Mexicain (Yuri Herrera) et deux Péruviens (Mario Vargas Llosa et Santiago Roncagliolo). Les trois ouvrages analysés – Trabajos del reino (2004) de Yuri Herrera, Lituma en los Andes (1993) de Mario Vargas Llosa et Abril rojo (2006) de Santiago Roncagliolo – situent le lecteur dans le contexte historique du narcotrafic au Mexique et de la « guerre sale » au Pérou. Eduardo Huárag, dans sa lecture des romans péruviens, nous dévoile les stratégies du polar mises en œuvre par Mario Vargas Llosa et Santiago Roncagliolo permettant de comprendre le regard porté sur l’Autre, sur les marginaux, en l’occurrence l’Andin. Romans des espaces, de témoignages, de la pensée ancestrale andine, les stratégies du polar fonctionnent pour mettre en lumière la décomposition de l’État. Pierre Lopez, quant à lui, s’intéresse, dans le roman de Santiago Roncagliolo, à l’indicibilité de la violence, à son hybridité tout comme au statut ambigu de « l’enquêteur », qui se voit emporté par une quête qui concerne autant l’espace de l’intime que celui du collectif. L’auteur de cet article se pose ainsi la question de l’adéquation du genre noir latino-américain pour exprimer le « caractère indéfinissable de la violence », pour « normer » le chaos d’une réalité souvent insupportable. L’ambiguïté des personnages enquêteurs – victimes ou victimaires – et des formes narratives est le parcours que Dante Barrientos Tecún suggère dans son approche des trois romans cités plus haut. L’article s’attache à démontrer à quel point dans ces romans les notions d’ordre, d’énigme, de justice ont perdu leur rôle prépondérant, comme une sorte d’adéquation de la structure du noir à des contextes où l’impunité s’est imposée.

8La troisième étape de l’itinéraire – « Parcours dans l’œuvre de Mempo Giardinelli : les frontières du noir ou le noir sans frontières » – conduira le lecteur à des analyses centrées sur quatre romans de Mempo Giardinelli, proposant ainsi une immersion dans le monde du « noir » de l’auteur argentin. À partir de l’étude de deux romans – Luna caliente (1983) et Qué solos se quedan los muertos (1985) – Isabelle Bleton met en relief les « processus d’hétérogénéisation discursive » propre à ces ouvrages, où les procédés d’adaptation, d’acclimatation du genre noir à la réalité argentine (voire chaqueña) traduit sa perméabilité et sa modernité littéraire. Geneviève Orssaud offre une lecture d’Imposible equilibrio (1995), qui aborde le désastre économique de la province du Chaco et s’élève contre le danger face à la perte de la mémoire historique. Si les codes du noir sont ici brouillés, en revanche, c’est un crime collectif qui est dénoncé. Grâce à Maud Gaultier nous entrons dans la structure interne de Cuestiones interiores (2003), elle nous montre les filiations de ce roman avec L’étranger de Camus à partir du sens ou non-sens de la violence et surtout l’originalité intrinsèque de ce texte bâti entre le silence du protagoniste et sa difficulté à s’exprimer dans une société qui a vécu une abominable dictature.

9Ce cheminement à travers les phénomènes d’hybridité du polar se ferme donc avec deux textes que Mempo Giardinelli et Mauricio Electorat ont eu la gentillesse de nous proposer. Nous les remercions ici pour leurs contributions. Il s’agit d’une nouvelle noire, Los traidores, de Giardinelli et d’un essai qui s’inscrit dans le cadre d’une thématique de la violence et qui révèle l’importance d’une « poésie noire » au Chili. Encore une preuve, un indice, semble-t-il, de l’hétérogénéité des écritures policières aujourd’hui.

10Le parcours ici proposé confirme les potentialités qu’offre la recherche dans les littératures policières contemporaines. Il prouve également que les auteurs de polar ont su transcender les normes du genre, les contourner ou les remodeler, se servir, en le récréant, de l’héritage des Républiques des Lettres, pour ainsi progressivement faire disparaître les frontières entre le « noir » et « l’autre littérature ». Le « noir » – comme toute littérature appelée à marquer son époque – ne se cantonne pas dans des limites établies, il va constamment au-delà… Cela augure certainement des terrains fertiles pour la suite de nos travaux.

Topo da página

Para citar este artigo

Referência do documento impresso

Dante Barrientos Tecún, « Introduction », Cahiers d’études romanes, 31 | 2015, 7-12.

Referência eletrónica

Dante Barrientos Tecún, « Introduction », Cahiers d’études romanes [Online], 31 | 2015, posto online no dia 09 Maio 2016, consultado o 26 Junho 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/4971

Topo da página

Autor

Dante Barrientos Tecún

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Artigos do mesmo autor

Topo da página

Direitos de autor

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Topo da página
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org