Navigazione – Mappa del sito
Ferran Torrent et les territoires du noir

Voleurs, poulets, Ferran Torrent et la série journalistique

Àlex Martín Escribà
Traduzione di Estrella Massip i Graupera e Francesc Niubò
p. 15-26

Abstract

Ferran Torrent est l’un des écrivains les plus importants du roman noir en langue catalane. Dans cet article nous analysons sa « série journalistique » qui est constituée par Un negre amb un saxo (1987), Cavall i rei (1989) et L’any de l’embotit (1992). Nous étudions les principales caractéristiques de ces romans noirs, parmi lesquelles se détachent l’utilisation d’un personnage principal et une forte critique sociale centrée sur la ville de Valence. Les thèmes essentiels de cette trilogie – le journalisme, la satire et la corruption – démontrent l’engagement social de l’auteur valencien.

Torna su

Testo integrale

Une autopsie de la littérature policière

1Si aujourd’hui on peut parler d’un boom en ce qui concerne le polar, avec une offre large et hétérogène de festivals, d’auteurs et de tendances, il y a à peine quarante ans le panorama était plutôt maigre et stérile. Si nous établissons une chronologie des faits du roman policier en langue catalane, on pourrait dire que la naissance du genre remonte à 1908 avec la publication de Les aventures de Sherlock Holmes dans une série de fascicules illustrés par Joan G. Junceda (on se souvient de cet auteur comme du créateur en 1911 des bandes dessinées du célèbre personnage de Bolavà, un détective malin). Par la suite, d’autres œuvres du genre ont été traduites en catalan. Nous n’en citerons que quelques exemples paradigmatiques : Carles Riba a traduit Edgar Allan Poe (Els crims del carrer Morgue, 1918, Editorial Catalan ; ainsi que certains de ses contes d’épouvante) et le magazine Llegiu-me a publié la traduction de quelques nouvelles d’Ellery Queen. En ce qui concerne la production catalane, quelques années plus tard apparaissent d’autres titres assez éloquents, eux aussi : L’assassí i el seu compliç (1924) de Jacint M. Mustieles ; La meva mort (1924), de M. Poal-Aregal ; El misteri del bosc d’Aubac (1926), de Jaume Roig Solana ; et Com vaig assassinar a Georgina (1930), de Domènec Guansé. Il ne faut pas non plus oublier des apports sporadiques d’auteurs bien connus : tout d’abord César August Jordana, qui en 1927 écrivit El collar de la Núria, un roman policier dans la mouvance de l’époque qui tourne autour d’un bijou disparu ; puis le roman parodique Crim (1936) de Mercè Rodoreda, qui a été a posteriori rejeté par l’auteur.

  • 1 Rafael Tasis i Marca a été l’un des grands maîtres de ce genre. L’écrivain barcelonais avait choisi (...)
  • 2 Cette écrivaine aux multiples facettes a également écrit deux romans policiers : Traduït de l’ameri (...)
  • 3 Manuel de Pedrolo Molina introduit des nouveautés dans le roman policier : au-delà de l’énigme posé (...)
  • 4 En 1963, Edicions 62 publie, sous la direction de Manel de Pedrolo, une compilation de polars nommé (...)

2C’est à partir de ce moment-là que nous pouvons parler des générations des années quarante et cinquante, générations qui n’ont pas été assez valorisées à juste titre. Après une certaine pénombre initiale, pendant l’ultérieure noirceur de la période franquiste, trois noms se sont détachés : Rafael Tasis i Marca1, Maria Aurèlia Capmany2  et  Manuel de Pedrolo3. C’est dans cet ordre qu’ils se sont proposés de créer des polars en catalan. Si la production antérieure à la guerre avait déjà été mince, pendant cette période on peut parler d’un vide important, à l’exception des trois cas cités. La tradition interrompue avait besoin d’un nouveau souffle qui a été retrouvé de manière lente et angoissante. Ce dernier est arrivé grâce aux maisons d’édition et à la naissance d’un marché littéraire en catalan. C’est ainsi que l’on espérait pouvoir élargir le marché, comme le prouve la collection « La Cua de Palla4 » (1963-1970), qui s’est efforcée de changer de cap vers une littérature de qualité accessible à un large public. D’autres maisons d’édition ont émergé par la suite : Aymà Editors publia la collection « Enjòlit » en 1964-1965, ainsi que neuf aventures d’Ian Fleming (James Bond) et des auteurs de romans d’espionnage (Eric Ambler, Julian Semiònov et Len Deighton, entre autres). En même temps, la maison d’édition Molino publia, dans une collection éphémère appelée « L’Interrogant », quatre romans d’Agatha Christie en catalan : L’assassinat de Roger Ackroyud, Assassinat a l’Orient Express, Sang a la piscina et Un gat al colomar. Après avoir effectué un grand travail et malgré les efforts pour capter des lecteurs et introduire un genre populaire et attractif, elles ont toutes dû mettre la clé sous le paillasson.

3À ce moment-là, nous sommes donc face à une période de crise du roman qui se manifeste par un besoin d’élargir de nouveaux horizons. Pour voir une récupération et une transformation de la production narrative, il faudra attendre le regain des genres narratifs des années soixante-dix. Ce renouveau littéraire était pressenti depuis qu’en 1971 Guillem-Jordi Graells et Oriol Pi de Cabanyes avaient appelé « génération littéraire des années soixante-dix » le nouveau groupe d’écrivains qui à l’époque essayait de se professionnaliser. Pi de Cabanyes définissait ce groupe ainsi :

  • 5 Oriol Pi De Cabanyes, « Algunes dades per a la història del llibre de La generació literària dels 7 (...)

Nous parlions d’une génération […] qui possédait une bonne partie des caractéristiques que Julius Petersen, en 1930, jugea nécessaires pour définir « une génération » : naissance dans des années relativement proches, formation intellectuelle semblable (autodidacte et ayant profité de la lecture des œuvres du boom éditorial des années 1960), rapports personnels entre ses membres et participation à des actes collectifs, […], langage générationnel (pas de style commun mais une manière commune de percevoir le monde), ankylose de la génération précédente (réaliste), la présence d’un guide (absence, dans ce cas, à cause de la difficulté d’établir un lien avec les écrivains précédents) et l’existence d’un événement générationnel qui rassemble les volontés5.

4Il est indubitable que ces mots cachent une véritable déclaration d’intentions. Dans ce sens et dans le genre dont il s’agit, l’apparition d’auteurs emblématiques tels que Jaume Fuster et Manuel Vázquez Montalbán, chacun dans sa langue, a impliqué le début d’une certaine mode de ce genre de littérature en Catalogne, et surtout, de la ville de Barcelone comme toile de fond de ce genre de romans. La publication de De mica en mica s’omple la pica de Fuster en 1972 ainsi que la saga de Pepe Carvaho suite à l’obtention du Prix Planeta en 1979 pour Los mares del Sur, ont entraîné un engrenage qui n’allait plus s’arrêter. Les causes, dans le cas de Jaume Fuster, ont été sa bonne connaissance du genre, ses jeux intertextuels (Tarda, Sessió contínua, 3.45, Les cartes d’Hèrcules Poirot), les romans policiers destinés à la jeunesse (Anna i el detectiu, Les cartes d’Anna), la littérature interactive (Les claus de vidre, Quan traslladeu el meu fèretre), et par-dessus tout, sa capacité d’encourager de nombreux écrivains à écrire des polars. Il faut également citer l’apparition d’un collectif d’écrivains appelé Ofèlia Dracs et l’aventure que représenta Negra i consentida (1983) qui en ont encouragé beaucoup d’autres à suivre le chemin du roman noir et policier. La création de ce groupe a eu comme conséquence la production croissante des genres littéraires populaires à destination du grand public, héritiers et continuateurs de l’œuvre de Manuel de Pedrolo, comme ils s’étaient définis eux-mêmes à plusieurs reprises.

5Les fruits de tout ce travail préalable ont commencé à être récoltés pendant la décennie des années quatre-vingt. Ainsi, « Seleccions de La Cua de Palla » est revenu sur le marché sans faire faillite sous la direction de Xavier Coma et avec des critères très différents : ne publier que des auteurs nord-américains. Plus tard, Jaume Fuster a dirigé la collection « La Negra » qui a réussi à attirer beaucoup d’écrivains vers la voie du roman noir : Maria-Antònia Oliver, Margarida Aritzeta, Andreu Martín (la grande découverte de la collection) ; d’autres les ont rejoints comme Guillem Frontera, Isabel Clara-Simó, Josep Lluís Seguí et Ferran Torrent.

6Le cas de Torrent est très significatif, puisque pendant ces trente années - avec Andreu Martín - il est devenu le grand écrivain du genre, le grand chroniqueur de la ville de Valence. Torrent, ainsi que Boro Miralles, Carles Decors ou encore Josep Franco, appartient à la « jeune génération du récit valencien » qui, au Pays Valencien, a commencé à cultiver des thèmes et des genres narratifs variés. Dans le cas de Torrent, son adhésion au roman noir est évidente : tous ses récits intègrent une littérature à la fois de consommation et marginale ainsi que les influences d’auteurs comme Raymond Chandler, Dashiell Hammett ou les Espagnols Manuel Vázquez Montalbán, Jaume Fuster ou Juan Madrid, dans une volonté de découvrir la ville de Valence avec un regard critique ; il montre ainsi la société, et ses aspects les plus sordides et ses réseaux de corruption. Ces mots d’Enric Ferrer sont tout à fait applicables à l’œuvre de Ferran Torrent :

  • 6 Enric Ferrer, (1992) « Deu anys de narrativa al País Valencià », Salvador Vicent et Adolf Piquer (é (...)

Valence a été redécouverte dernièrement en tant qu’espace ayant une vie propre. Elle intéresse plus par la situation humaine qui y pullule et qui y meurt qu’en tant qu’espace de la littérature de mœurs. Ville à la fois insensée et tendre ; généreuse et misérable, agitée et cultivée ; grossière et délicate… comme la vie même6.

Sans baisser la garde : Ferran Torrent et le journalisme

L’état naturel des êtres humains est la corruption
FerranTorrent

  • 7 Juan Madrid, (2001), « La novela negra una mirada sobre la realidad », De verdad.

7L’écriture de Ferran Torrent se place à mi-chemin entre le roman noir et le journalisme. Elle s’inscrit dans la longue liste d’écrivains qui jonglent entre les deux disciplines comme Manuel Vázquez Montalbán, Juan Madrid, Mariano Sánchez Soler, Carles Quílez, Xavier Bosch ou Jordi Cervera, parmi tant d’autres. Ainsi donc, Torrent met en évidence les rapports étroits qui s’établissent entre la réalité et le roman noir, ainsi que les rapports intrinsèques et variables très difficiles à distinguer qui émanent de ces derniers. Dans ce sens, l’écrivain valencien est un bon exemple de comment l’une des caractéristiques du genre noir a été, depuis ses débuts, de montrer la réalité et de refléter le monde dans lequel nous vivons. Juan Madrid, que nous avons cité auparavant, alertait que « la principale tâche de l’écrivain est de montrer la réalité, comment trompe-t-elle, comment s’assombrit-elle7 ».

8Ce prétexte permet à Torrent de devenir un récepteur profond de la réalité qui l’entoure ainsi que de transposer dans la fiction de nombreuses affaires et de nombreux événements de la vie réelle. Ainsi, le célèbre réseau de prostitution de mineurs qui a été découvert à Valence au début de la deuxième moitié des années quatre-vingt – dont Torrent a été chargé d’informer en tant que journaliste de l’hebdomadaire El Temps – a servi de support pour la trame de Un negre amb un saxo (Un noir avec un saxo). Il faut également rappeler un reportage publié par l’auteur dans ce même hebdomadaire sur les « tribus urbaines », ses allusions dans ses œuvres aux GAL, à la Secte Edelweiss et sa proximité avec le monde de la délinquance suite à un reportage qui a débouché sur le dépôt d’une plainte de la part de l’un des proxénètes valenciens auquel il faisait référence. Tout cela familiarise quelque peu Torrent avec les milieux marginaux.

  • 8 Patrick Bard, « Contar la realidad desde la novela negra », D. Barba (dir.), Primer encuentro europ (...)

9Cette dualité narrative (journalisme-roman noir), a servi à l’auteur à représenter la crise capitaliste que nous vivons. Comme l’affirmait Patrick Bard, « il n’y a que le roman noir qui soit si lié à la réalité, dans le genre noir il n’y a aucune sorte de pudeur pour parler de la société surtout lorsque celle-ci va mal8 ».

10C’est pour cette raison que la parenté entre Ferran Torrent et de nombreux écrivains nord-américains du genre noir qui sont également liés au monde du journalisme ne doit pas nous surprendre : il faut ajouter aux cas de Raymond Chandler, de Jim Thompson ou de James M. Cain celui de Dashiell Hammet, qui travailla dans une agence de détectives. Ils inspirèrent une bonne partie de ses écrits. Il n’y a aucun doute que le crime, l’un des éléments les plus porteurs chez ces écrivains, acquiert une force littéraire et un sens critique au moment de révéler l’envers du décor du monde capitaliste. À partir de la naissance de la littérature « hard-boiled », le roman noir est devenu un roman social, très proche du journalisme d’investigation. À ce propos, Ferran Torrent affirme :

  • 9 Ferran Torrent, « La idelolgia del crim », Revista de Catalunya 16, 1988, p. 154-156.

Dans les sociétés industrialisées, spécialement les occidentales, on a expérimenté un processus de généralisation du pessimisme qui sous la formule philosophique de l’angoisse critique nous permet de voir les choses dans la réalité la plus crue. Cela est, dans une certaine mesure, la conséquence de la crise du système capitaliste elle-même – force motrice qui actionne les ressorts de ces sociétés – qui a atteint un point où le retour en arrière n’est plus possible et où le futur se présente sous un angle peu favorable9.

11Il n’y a aucun doute que Torrent est l’un des écrivains qui prend le relais de cette tendance et qui l’applique à ses romans. À partir de ces modèles, l’écrivain valencien bâtit des histoires qui captivent le lecteur et qui se déroulent dans un monde qu’il connaît parfaitement, comme nous le verrons par la suite.

« La série journalistique » de Ferran Torrent (1983-1992)

La littérature noire est vitaliste
FerranTorrent

12Si la trilogie du détective Toni Butxana10, – La gola del llop (1983, écrite en collaboration avec Josep Lluís Seguí), No emprenyeu el comissari (1984) et Penja els guants, Butxana (1985) – s’inscrit dans le canon classique du roman noir nord-américain, la « série journalistique », formée par Un negre amb un saxo (1987), Cavall i rei (1989) et L’any de l’embotit (1992), élargit notablement ses contenus et les possibilités narratives pour devenir une des séries avec le plus de succès de l’écrivain. Cette fois-ci, le protagoniste est Hèctor Barrera, ex-boxeur et rédacteur de faits divers, qui était déjà apparu dans Penja els guants, Butxana, accompagné du photographe Trilita, et plus sporadiquement par Butxana et par Penjoll ainsi que par d’autres personnages. Àlex Broch explique la possible raison de la mutation du protagoniste :

  • 11 Àlex Broch, « De Toni Butxana a Hèctor Barrera : raons d’una transformació », Literatura catalana d (...)

Il prend appui sur la quête de la vérité, qui veut savoir et découvrir la réalité des choses, démasquer l’apparence. L’effort, la lutte et l’objectif des personnages est d’y parvenir […] car Hèctor Barrera n’est pas un détective privé, il est un journaliste, et à travers ce choix du métier du personnage, Torrent nous donne la clé de voûte, l’explication de l’affaiblissement de la personnalité de Butxana et du renforcement de celle de Barrera. […] Hèctor Barrera est structurellement et idéologiquement utile ; Toni Butxana non11.

13À l’instar du détective Butxana, Barrera est un personnage expéditif, violent, buveur, fumeur et avec une attitude machiste. Au fur et à mesure que le cycle avance, nous connaissons davantage le personnage : depuis l’histoire personnelle de Barrera avec son père malade de cancer, en passant par une singulière histoire amoureuse avec sa voisine de palier. Barrera se caractérise par le fait d’avoir un impératif moral de justice qui le conduit à s’affronter à qui de droit et à utiliser toute sorte de méthodes :

  • 12 Ferran Torrent, (1987) Un negre amb un saxo, Barcelona, Quaderns Crema, 1987, p. 28. « L’ironie d’u (...)

La ironia d’un imbècil em resulta fastigosa. L’agafí per la pitrera i el vaig empènyer contra la paret. L’esquena de Sandokan emeté un soroll opac, buit. Se li entretallà la respiració i una gota de suor li rodolà pel front. Es dugué una mà a la butxaca, buscant-li la navalla, i fèu una ganyota d’estranyesa que tot seguit es transformà en un gest de dolor ; claví el puny a la boca del seu estómac i caigué cargolat a terra. Per darrere meu la dona venia amb una botella de whisky Dyc a la recerca del meu tos. Esquiví l’envestida i l’ampolla rebentà en la paret, empaperada amb motius regionals d’un gust horrible. La morena es quedà amb el coll de la botella a la i una taca de whisky espanyol s’escampà per damunt del seu batí. La paia feia una ferum inaguantable. A palmell obert li etzibí una galtada12.

14De la même manière que dans la trilogie du détective, dans cette série Torrent dénonce à nouveau des aspects très ancrés dans la réalité, car comme le dit son personnage principal Hèctor Barrera « le journalisme est le grand mensonge du siècle13 ». Justement, l’enquête a comme point de départ celle que l’auteur mène sur la prostitution dans la ville de Valence – qui, par ailleurs, a fait beaucoup de bruit dans le contexte de 1986 – et les implications des proxénètes dans le trafic d’héroïne. Ces dernières « affaires » déterminent la quête d’Un negre amb un saxo, qui intègre également des sujets d’actualité : l’incarcération du leader de la secte Edelweiss ou celui du GAL. Comme nous pouvons le constater, il s’agit de questions très brûlantes à ce moment-là et qui font que le rapport du récit avec les faits divers qui avaient lieu au-delà des pages de création soit bien étroit, de manière à ce que le résultat soit parfaite- ment vraisemblable. À cet égard, Torrent affirme : « les écrivains doivent sortir davantage dans la rue14 ».

  • 15 Ferran Torrent, Cavall i rei, Barcelona, Quaderns Crema, 1989, p. 90. « – J’aime cette ville parce (...)

15D’autres thèmes comme la corruption, le monde de la drogue et la politique – très présents dans la production ultérieure de Torrent – font partie de Cavall i rei (1989), roman qui tente de développer deux histoires qui s’entrecroisent et qui sont intimement liées à une pluralité d’histoires personnelles, duelles et collectives : d’une part, la présence du groupe indépendantiste « Terra Lliure », sujet bien connu par Torrent (il a réalisé un reportage sur cette question pour le magazine El temps qui n’a jamais été publié) et, d’autre part, le portrait journalistique, d’une « brutalité fallera », qu’il associe à un thème nouveau dans sa production, celui de l’espionnage industriel dans L’any de l’embotit (1992). Comme le dit le personnage principal : « – M’agrada aquesta ciutat perquè és emprenedora. / – Geni faller, Barrera. / – En efecte, allà on mires ensopegues amb un ninot15 ».

16Dans cette trilogie, nous constatons un changement stylistique important, le dynamisme y devient une caractéristique essentielle : la troisième personne cède sa place à un narrateur homodiégétique, le langage est essentiellement direct et vif, les dialogues sont abondants et le récit est fait par son protagoniste depuis l’intérieur de l’histoire. Il faut souligner que, dans cette trilogie, les dialogues ont une tendance très marquée vers le dialectalisme. Alors que dans le cycle de Toni Butxana on observe un mélange de catalan standard, d’argot et d’expressions idiomatiques très valenciennes, à présent on constate que les valencianismes abondent ; et que, très souvent, ils brisent la norme. Les futurs périphrastiques, le lexique, les inchoatifs avec incrément, et les terminaisons « – ada » en « – à », en sont une preuve évidente, de la même manière que l’humour entre Catalans et Valenciens :

  • 16 Ibidem, p. 132. « – Merde, mais qu’est-ce qu’ils veulent ceux-là ? – demanda Butxana, exaspéré. / – (...)

– ¿què cony vol aquesta colla ? – féu Butxana emprenyat
– La unificació i la independècia de la nació catalana.
¿Catalana ? Mira, Barrera, amb els catalans no aniriem enlloc. Ens farien treballar16.

17La création d’ambiances est l’un des grands éléments de la série car elle dresse un portrait sordide de la Valence nocturne. Scènes qui se répètent dans d’autres romans : maisons de passe, le monde gay, le narcotrafic et les salles de gym consacrées à la préparation de boxeurs constituent tout le puzzle de la vie urbaine qui est reflétée dans l’œuvre. Le goût de Torrent à montrer les extrêmes de la société se révèle dans la façon dont il décrit les fêtes et les événements de la haute société à côté de types immergés dans le lumpen prolétariat : maquereaux, prostitués gays, gérants de maisons closes, gitans qui vendent de la drogue.

  • 17 Ferran Torrent, Un negre amb un saxo, op. cit., p. 26-27. « Dans l’atmosphère de la chambre l’odeur (...)

18A l’atmosfera de l’habitació predominava l’olor petrificada de burilla de ros sobre els ambientadors d’esprai. En algun punt els perfums es barrejaven i el tuf resultant et situava al lloc. El Paradís, com a barra americana, no assolia el grau d’exquisidesa exigida pel client de bouquet. Com la majoria de clubs nocturns, estava enfocat al personal amb poder adquisitiu prou tolerable com per permetre’s sovintejar un extra de plaer, o als viatjans que abans d’eixir de la ciutat tenien l’oportunitat d’endur-se un record si fa no fa gustós, gràcies a les esforçades empleades de Sandokan, putes de trenta a quaranta anys que la massificació de l’ofici havia relegat a un segon terme, reemplaçades per carn més fresca17.

19Un autre aspect à considérer – et dans ce sens il est à l’image de la « série du détective » – est la prédominance de l’humour. Cet aspect si défini dans les romans de Torrent est également un exercice très fréquent dans cette série. L’introduction de nouveaux éléments de la culture populaire et de la boxe se marient avec des commentaires sarcastiques qui dans des situations précises traitent avec humour la cruelle réalité. Par exemple, les commentaires à propos des chansons qui sont d’usage dans certaines ambiances ou concernant les aventures sexuelles des camarades de rédaction du protagoniste sont très fréquents. Les embrouilles amoureuses entre collègues ou entre collègues et prostituées fournissent une bonne quantité de matériel pour l’humour. En plus, les blagues populaires sont très fréquentes, de la même manière que l’humour noir :

  • 18 Ferran Torrent, Cavall i rei, op. cit., p. 76. « Une fois, j’ai entendu que lorsque quelqu’un s’int (...)

En certa ocasió vaig sentir que quan algú s’interessa per les coses dels altres és perquè no en vol saber res de les pròpies digué el doctor ; va xuclar del cigarret i afegí :
Ets una persona quasi honrada, Barrera, però necessites l’acció per fugir de tu mateix. No sé quines són les causes, però no m’agradaria veure’t en una d’aquestes taules.
– Almenys estaria en bones mans.
Per a mi, els cadàvers són tots iguals. Mira’ls, no hi ha res tan imbècil com la cara inexpressiva d’un mort. Si els conec, abans d’obrir-los mantinc amb ells un monòleg informal18.

20En fin de comptes, celle-ci ne serait qu’une partie de la production de Ferran Torrent. Comme je l’ai déjà dit auparavant, la ligne ascendante de son œuvre narrative s’étend jusqu’à nos jours. Cela fait de lui un coupable bien paradigmatique d’un crime littéraire – comme dans le cas d’Andreu Martín – qui est resté pendant toutes ces décennies l’un des suspects habituels dans toutes ses variantes et manifestations du genre littéraire. Comme il l’affirmait il y a quelques années :

  • 19 Ferran Torrent, « La idelolgia del crim », op. cit., p. 156. « Au Pays Valencien, mon cadre de réfé (...)

Al País Valencià, el meu marc de referència més immediat, el creixement de les grans ciutats portaran implícites maneres de matar noves que en res no s’assemblaran a les formes tradicionals del crim. La conducta de Jarabo o la de l’enverinadora de València deixen pas al crim a boca de canó de les cròniques negres nord-americanes, si més no a escala ínfima. Solament, i com a reliquia del procediment criminal llatí, ens queda encara el tradicional mètode de la « puñalada trapera », que tan bona acceptació va tenir en uns altres temps als països de la Península Ibérica, però que no ens impedeix que reproduïm a través de les nostres narracions negres el món capitalista actual de què parlàvem al principi, i que utilitzem la ciutat compartesc opinió amb Manuel Vázquez Montalbán per la capacitat laberíntica que per a amagar el delicte19.

21Ce que nous venons de proposer était une analyse de ses séries les plus proches du polar qui prétend être – sans brandir un pistolet – une approche de l’œuvre de l’un des écrivains les plus intéressants du polar chez nous.

Torna su

Note

1 Rafael Tasis i Marca a été l’un des grands maîtres de ce genre. L’écrivain barcelonais avait choisi ce type de littérature parce qu’il considérait que c’était la meilleure façon de représenter la Barcelone urbaine de cette époque. Ce qu’il a réussi, d’une importance majeure, c’est de créer des romans typiquement barcelonais qui se déroulent dans un climat urbain qui a inspiré des auteurs ultérieurs. Dans sa trilogie formée par La Bíblia valenciana (1955), És hora de plegar (1956) et Un crim al Paralelo (1960) apparaissent les mêmes enquêteurs. Il s’agit du journaliste Francesc Caldes et de Jaume Vilagut. Son goût pour le roman policier fait que le premier soit le classique enquêteur analytique, dans le plus pur style Sherlock Holmes, indifférent aux sentimentalismes. Par opposition, son compagnon Caldes en est l’antithèse : avec le légendaire pardessus et une barbe mal rasée, il est très proche du détective nord-américain.

2 Cette écrivaine aux multiples facettes a également écrit deux romans policiers : Traduït de l’americà (1959), El jaqué de la democràcia (1972).

3 Manuel de Pedrolo Molina introduit des nouveautés dans le roman policier : au-delà de l’énigme posée, il se met à parler de l’homme de son temps dans la perspective de la condition humaine. Cet écrivain de Lleida prend le temps d’analyser des situations difficiles et d’un intérêt moral en ce qui concerne chacun de ses personnages. C’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles il s’est intéressé au roman noir. Des aspects tels que le langage dur, les scènes violentes et la précipitation des faits rapportés sont quelques-uns des traits spécifiques de l’œuvre policière de l’écrivain. Ces caractéristiques donnent donc lieu à sa production dans le genre noir – spécialement influencé par le roman noir américain, avec l’adoption de techniques narratives dans le style de Chandler et Hammett – et le parrainage de Tasis, vital à l’heure d’écrire ses romans policiers : Es vessa una sang fàcil (1954), L’inspector fa tard (1960), Joc brut (1965) et Mossegar-se la cua (1968).

4 En 1963, Edicions 62 publie, sous la direction de Manel de Pedrolo, une compilation de polars nommée « La cua de palla ». Les couvertures imaginées par Jordi Fornas, qui étaient des photographies brûlées imprimées en noir sur fond jaune vif sont devenues emblématiques de la collection. Cette collection a essayé de recueillir les œuvres les plus représentatives du genre noir et policier mais avec une grande nouveauté : elles ont été publiées en langue catalane. Il faut dire qu’en 1970, après avoir publié soixante-et-onze titres d’auteur nord-américains, français et les œuvres de Pedrolo, la collection a pris fin parce qu’elle ne fonctionnait pas commercialement. Les causes de l’échec de « La cua de palla » sont diverses et imbriquées. La première, et sans doute la plus importante, est le nombre réduit de lecteurs. Celui-ci a provoqué le renchérissement inexorable des livres et par conséquent l’insuffisance des ventes ; autrement dit, on n’a pas gagné de nouveaux lecteurs comme le prétendait Pedrolo et les consommateurs habituels de produits littéraires en catalan n’ont pas accepté la possibilité que cette littérature soit de qualité.

5 Oriol Pi De Cabanyes, « Algunes dades per a la història del llibre de La generació literària dels 70 », Oriol Pi De Cabanyes et Guillem-Jordi Graells (eds.), La generació literària dels 70 : 25 escriptors nascuts entre 1939-1949, Barcelone, Associació d’Escriptors en Llengua Catalana, 2004, p. 16.

6 Enric Ferrer, (1992) « Deu anys de narrativa al País Valencià », Salvador Vicent et Adolf Piquer (éds.), Vint anys de novel.la catalana al País Valencià. Valence, Tres i Quatre, 1992, p. 89.

7 Juan Madrid, (2001), « La novela negra una mirada sobre la realidad », De verdad.

8 Patrick Bard, « Contar la realidad desde la novela negra », D. Barba (dir.), Primer encuentro europeo de novela negra. Homenaje a Manuel Vázquez Montalbán, Barcelone, Planeta, 2005, p. 176.

9 Ferran Torrent, « La idelolgia del crim », Revista de Catalunya 16, 1988, p. 154-156.

10 Pour l’analyse de la « série du détective », voir : http://www.crimic.paris-sorbonne.fr/publication-crimic/catalonia-12/

11 Àlex Broch, « De Toni Butxana a Hèctor Barrera : raons d’una transformació », Literatura catalana dels anys vuitanta, Barcelone, Edicions 62, 1991, p. 104 et 138.

12 Ferran Torrent, (1987) Un negre amb un saxo, Barcelona, Quaderns Crema, 1987, p. 28. « L’ironie d’un imbécile m’écœure. Je l’attrapai par la poitrine et je le poussai contre le mur. Le dos de Sandokan émit un bruit opaque, vide. Sa respiration s’entrecoupa et une goutte de transpiration roula sur son front. Il porta sa main à sa poche, en cherchant son cran d’arrêt, et il fit une grimace de surprise qui se transforma tout de suite en un geste de douleur : je lui portai un coup-de-poing au ventre et il tomba par terre en roulant. Derrière moi, la femme arrivait avec une bouteille de whisky Dyc destinée à mon occiput. J’évitai la charge et la bouteille explosa contre le mur, tapissé avec des motifs régionaux d’un goût affreux. La brune resta avec le goulot de la bouteille à la main et une tache de whisky espagnol s’étendit sur sa robe de chambre. L’odeur de la gonzesse était insoutenable. Avec la main bien ouverte, je lui collai une claque ». C’est nous qui traduisons.

13 Ibidem, p. 104.

14 http://www.illadelsllibres.com/entrevista-ferran-torrent-els-escriptors-han-de-sortir-mes_al-carrer/

15 Ferran Torrent, Cavall i rei, Barcelona, Quaderns Crema, 1989, p. 90. « – J’aime cette ville parce qu’elle est entreprenante. / – Génie de bâtisseurs des fallas, Barrera. / – En effet, où qu’on regarde on trébuche avec un “ninot“ ». C’est nous qui traduisons. « Un ninot de les falles » est une figure caricaturale de personne ou d’animal participant à une falla.

16 Ibidem, p. 132. « – Merde, mais qu’est-ce qu’ils veulent ceux-là ? – demanda Butxana, exaspéré. / – L’unification et l’indépendance de la nation catalane. – Catalane ? Écoute, Barrera, avec les Catalans nous n’irions nulle part. Ils nous feraient travailler ». C’est nous qui traduisons.

17 Ferran Torrent, Un negre amb un saxo, op. cit., p. 26-27. « Dans l’atmosphère de la chambre l’odeur pétrifiée de mégot prédominait sur les désodorisants d’ambiance. De temps en temps les parfums se mêlaient et la puanteur qui en résultait te remettait à ta place. Le Paradis, en tant que bar américain, n’atteignait pas le degré de délicatesse espéré par le client raffiné. Comme la plupart des clubs nocturnes, il s’adressait à des clients avec un pouvoir d’achat suffisant pour se permettre de temps en temps un plaisir extra, ou aux voyageurs qui avant de partir de la ville avaient la chance d’emporter avec eux un souvenir à peu près plaisant, grâce aux employées appliquées de Sandokan, des putes de trente ou quarante ans que la massification du métier avait reléguées à un deuxième plan, remplacées par de la chair plus fraîche ». C’est nous qui traduisons.

18 Ferran Torrent, Cavall i rei, op. cit., p. 76. « Une fois, j’ai entendu que lorsque quelqu’un s’intéresse aux choses d’autrui c’est parce qu’il ne veut rien savoir des siennes – dit le docteur ; il aspira la cigarette et ajouta : tu es une personne presque honnête, Barrera, mais tu as besoin de l’action pour fuir de toi-même. Je n’en connais pas les raisons, mais je n’aimerais pas te voir sur l’une de ces tables. / – Au moins, je serais entre de bonnes mains. / – Pour moi, les cadavres sont tous les mêmes. Regarde-les, il n’y a rien de si imbécile que le visage inexpressif d’un mort. Si je les connais, avant de les ouvrir j’entretiens avec eux un monologue informel ». C’est nous qui traduisons.

19 Ferran Torrent, « La idelolgia del crim », op. cit., p. 156. « Au Pays Valencien, mon cadre de référence le plus immédiat, la croissance des grandes villes impliquera de nouvelles manières implicites de tuer qui ne se ressembleront absolument pas aux formes traditionnelles du crime. Le comportement de Jarabo ou celui de l’empoisonneuse de Valence cèdent le pas au crime à bout portant des chroniques noires nord-américaines, du moins à une échelle infime. Seulement, et en tant que relique du procédé criminel latin, il nous reste toujours la méthode traditionnelle du “coup de poignard traître”, qui auparavant a eu une si bonne acceptation dans les pays de la Péninsule Ibérique, mais qui ne nous empêche pas de reproduire à travers nos récits noirs le monde capitaliste actuel dont nous parlions au début, ni d’utiliser la ville – je partage l’avis de Manuel Vázquez Montalbán – en tant que labyrinthe capable de cacher le délit ». C’est nous qui traduisons.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliogafica

Àlex Martín Escribà, « Voleurs, poulets, Ferran Torrent et la série journalistique », Cahiers d’études romanes, 31 | 2015, 15-26.

Notizia bibliogafica digitale

Àlex Martín Escribà, « Voleurs, poulets, Ferran Torrent et la série journalistique », Cahiers d’études romanes [Online], 31 | 2015, online dal 03 maggio 2016, consultato il 01 maggio 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/4974 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.4974

Torna su

Autore

Àlex Martín Escribà

Université de Salamanca

Torna su

Diritti d'autore

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Torna su
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org