Navigation – Plan du site
Ferran Torrent et les territoires du noir

Critique sociale, humour et Valence

Les clés pour la projection de l’œuvre de Ferran Torrent après Penja els guants, Butxana
Sebastià Bennasar
Traduction de Estrella Massip i Graupera et Francesc Niubò
p. 51-60

Résumés

Le but de cet article est de montrer que les œuvres de Ferran Torrent publiées dans ces quinze dernières années (à partir de 1999) s’inscrivent intégralement dans le genre du roman noir, bien qu’avec des modifications, pour constituer, d’une part, un portrait acéré des changements sociaux, politiques et urbanistiques de la ville de Valence gouvernée par le Parti Populaire, et pour élaborer, d’autre part, un processus de récupération de la mémoire de la lutte antifranquiste.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est sous cette appellation que nous réunirons la totalité des dénominations de ce genre littérair (...)
  • 2 Parmi beaucoup d’autres titres, on peut avoir une approche de ce genre depuis une perspective franç (...)

1Depuis la naissance du genre du roman noir avec la publication le 11 février 1929 de Red harvest de Dashiell Hammet, nous ne pouvons pas comprendre le « roman criminel1 » sans centrer notre regard sur la critique sociale que toutes ces œuvres engendrent. Le roman policier cesse de s’interroger sur la culpabilité de l’assassin et accorde une place prépondérante à une autre question : pourquoi le crime est-il possible au sein d’une société ? C’est cette transformation vers ce qu’en France on appelle polar (et surtout néo-polar) qui sera à l’origine de l'apparition d'un nombre considérable d'écrivains engagés parmi lesquels figurent les noms de Jean-Patrick Manchette (en tant que grand précurseur), Didier Daenickx ou Jean-Claude Izzo, pour n’en citer que trois2.

  • 3 Pour comprendre le concept de « valencianité » dans la « catalanité » utilisée par Ferran Torrent, (...)

2L’ensemble de la production de Ferran Torrent, et cela est valable pour toutes ses œuvres qui ne peuvent pas être considérées comme des romans noirs, se développe à partir de caractéristiques bien particulières : l’humour, la critique sociale et la « valencianité ». Cette dernière doit être interprétée comme une partie intégrante du même ensemble géographique et culturel que la Catalogne, les Îles Baléares, le Pays Valencien, la Franja de Ponent, la Catalogne Nord et l’Alguer. Dans cet ensemble de territoires le catalan est la seule langue véritablement autochtone, malgré l’interférence systématique du castillan et du français, et de la volonté, également systématique, d’anéantissement de la langue et de la culture catalanes, de la part de l’État espagnol comme de l’État français, depuis le xviiiesiècle jusqu’à nos jours3.

  • 4 À cet égard, il faut signaler comme principaux éléments la construction du centre culturel Les Arts (...)

3La ville de Valence est probablement la ville qui de tous les territoires d’expression catalane s’est le plus transformée pendant ces dernières années. Parmi ses transformations, nous constatons le goût pour le monumentalisme pharaonique imposé par les dirigeants du Parti Populaire du Pays Valencien. L’argent qui a permis de mener à terme ces transformations procède, très souvent, des caisses de l’État et chaque fois que le Parti Populaire a gouverné à Madrid, il s’est beaucoup investi à convertir Valence en une ville très attrayante pour le tourisme. L’objectif était de bâtir sur la côte méditerranéenne un pôle de compétitivité qui amoindrisse la puissance de Barcelone pour redistribuer les forces entre Barcelone et Madrid ; une redistribution que, bien évidemment, nous devons comprendre dans une perspective clairement espagnole4.

  • 5 Cependant, en 1983 il avait déjà signé le roman La gola del llop à quatre mains avec Josep Lluís Se (...)

4La transformation de la ville de Valence et les excès réalisés par les entrepreneurs avec le support politique du Parti Populaire trouvent chez Ferran Torrent (Sedaví, 1951) l’un de ses principaux chroniqueurs. Ceci est mis en évidence par la totalité de son œuvre, spécialement par la trilogie de 2000 formée par les romans Societat Limitada (2002), Espècies protegides (2004) et Judici Final (2006), et par Només socis (2008) – Société à responsabilité limitée, Espèces protégées, Jugement final et Réservé aux membres. Torrent avait démarré sa production dans le genre noir en 1984 avec No emprenyeu el comissari (N’emmerdez pas le commissaire)5et, depuis ses débuts, il est l’un des écrivains d’expression catalane qui a le plus de succès et l’un des critiques les plus incisifs à l’encontre du Pays Valencien contemporain.

5Sur la page web consacrée à l’auteur dans le portail de l’Association d’Écrivains en langue catalane, nous pouvons lire :

Avec un style qui transite entre le roman noir et le roman de mœurs, l’auteur a progressivement créé à travers ses romans un monde et des personnages de fiction qui offrent le visage le plus canaille et corrompu des bas-fonds de la Valence actuelle. Tout cela avec un style très personnel et une langue, fondée sur les variantes de l’Horta et de la ville de Valence, riche et moderne, et avec des dialogues vifs et incisifs6.

  • 7 Contre les cordes.
  • 8 Pour comprendre les apports à ce genre et le fonctionnement des œuvres spécifiquement noires de Tor (...)

6Depuis Penja els guants, Butxana7(1985), le travail de Ferran Torrent a été considéré comme l’un des plus novateurs dans le roman noir en langue catalane8. Pendant les années quatre-vingt sa trajectoire se consolide et à partir du nouveau siècle il devient un classique parmi les auteurs contemporains. Dans ce sens, il faut prendre connaissance des considérations faites par Jaume Fuster à son égard dans le volume consacré par l’Institució de les Lletres Catalanes à Ferran Torrent, lorsqu’il fut nommé écrivain de l’année en 1996 :

Torrent est un écrivain professionnel, conscient des difficultés culturelles et linguistiques de son pays, du caractère anormal de l’éternel débat valencien sur les signes d’identité, le nom de la langue et l’appartenance culturelle. C’est pourquoi, lorsque paraît en librairie, en 1984, N’emmerdez pas le commissaire, il ne s’agit pas d’un polar de plus, mais de l’aboutissement du processus de normalisation littéraire que le regretté Joan Fuster réclamait pour le Pays Valencien et qui allait des poèmes de Vicent Andrés Estellés à l’essai de Joan Francesc Mira, en passant par le théâtre des frères Sirera et par les récits solitaires et peu connus d’Enric Valor, la littérature du Moi de Josep Piera ou le roman expérimental de Josep Lluís Seguí. C'est là le grand apport de Torrent : la normalisation de l'écriture de romans – et de romans de genre – depuis le Pays Valencien pour l'ensemble des Pays Catalans. Et, bien sûr, la conséquence du succès qui a fait de lui l'un des écrivains les plus lus. Et encore un autre apport fondamental : tout cela sans renoncer au registre linguistique autochtone, avec les variantes valenciennes grâce auxquelles ses textes deviennent des portraits de première main des usages authentiques du langage de l'Horta et de la ville de Valence9.

  • 10 Les crocodiles femelles (n.d.t.).

7Centrons-nous donc sur les romans de Ferran Torrent des quinze dernières années, l’âge mûr de sa production. Le premier livre que nous propose Torrent au tournant du siècle, en 2000, c’est Cambres d’acer inoxidable (Chambres en acier inoxydable). Dans ce roman réapparaissent des personnages tels que Toni Butxana, Hèctor Barrera ou le commissaire Tordera ; la corruption immobilière y est également présente. Butxana y devient un détective en crise qui a été embauché pour enquêter sur la vie de Josep Taner, un des candidats possibles (en l’occurrence socialiste) à la Generalitat – le gouvernement autonome de Valence. Le commissaire Tordera est à la retraite lorsqu’arrive entre ses mains l’assassinat d’une prostituée, une affaire à laquelle s’intéressera également Butxana. Finalement, tous deux devront travailler ensemble avec le journaliste Hèctor Barrera. L’enquête est l’occasion d’explorer les entrailles de la Valence la plus décadente avec ses hôtels de luxe et les maisons de passe avec des noms aussi suggestifs que démodés, comme par exemple Las Cocodrilas10.

8Dans ce roman Ferran Torrent analyse les transformations urbaines de la ville de Valence pendant les premières années du gouvernement de droite et du mandat de Rita Barberà à la mairie de Valence. Dans une interview d’Esther Pinter, à l’occasion de la publication du livre, Torrent déclarait :

Valence aura beaucoup de mal à entrer au xxiesiècle. C’est une ville tout aussi chaotique que dans les années 1980 mais où la spéculation est reine. N’importe quel observateur peut constater, et cela se reflète dans le roman, que depuis que le PP dirige il y a beaucoup de spéculation, et plus encore en ce qui concerne le patrimoine architectural11.

9Torrent, dans le cycle d’interviews de présentation du roman affirmait :

C’est un roman à l’américaine, même si je décrypte son sujet et son code dans une perspective valencienne. Dans mes premiers travaux la politique était plus superficielle et dans celle-ci la politique tient une place plus importante parce que la droite a gouverné pendant presque huit années et que j’adore leur rendre hommage par écrit. […] la spéculation a beaucoup augmenté et s’est retournée contre elle-même. Le gouvernement de droite a mis en place un nombre indéterminé d’affaires et dans la mesure où il ne pouvait pas en faire bénéficier tous les entrepreneurs, une partie d’entre eux s’est révoltée. J’essaie de traduire ma vision sur le développement social, politique et urbain de la ville.

10Avec un roman noir de style classique – dans le cas où on puisse parler de règles en ce qui concerne Torrent –, l’écrivain essaie de faire le portrait de l’évolution de la ville de Valence à la fin du millénaire. Les personnages qui y apparaissent, tous des perdants et victimes du pouvoir, jouent leur jeu en pensant à la retraite, et ils se déplacent à travers un monde qu’ils reconnaissent de moins en moins, car les très nombreuses transformations urbaines subies par la ville de Valence ont abouti à modifier son apparence de manière bien sensible.

  • 12 À cet égard, il est utile de rappeler les études de Marc Augé, Los no lugares, espacios del anonima (...)

11À travers ces trois personnages, Torrent symbolise l’impunité du pouvoir auquel doit forcément se soumettre la population de la ville. Leurs espaces de mémoire se perdent à travers cette transformation, comme si les espaces de modernité et de splendeur étaient la seule chose qu’il est important de préserver dans la ville, une ville de plus en plus farcie de non-lieux et par conséquent de plus en plus vide de relations humaines12.

12Après la publication de Cambres d’acerinoxidable, Ferran Torrent s’est consacré à la construction d’une trilogie – Societat Limitada, Espècies Protegides et Judici final – qui flirte avec le roman noir (surtout dans le dernier volume) et qui prise dans sa totalité devient, sans l’ombre d’un doute, le grand roman catalan de la première décennie du xxie siècle. La spéculation, le football, le bâtiment s’unissent pour bâtir la grande carte de la nouvelle société valencienne contemporaine.

13Le journaliste David Barba explique que :

  • 13 Pour le contexte complet voir les Actes des journées en hommage à Manuel Vázquez Montalbán : VVAA, (...)

Face à l’impossibilité d’exercer aujourd'hui un Nouveau Journalisme de qualité – à cause des dynamiques internes des journaux, de leur mépris pour le vieux journalisme de terrain, de leur fonctionnarisation – c’est le roman noir qui est en train de prendre la place de ce Nouveau Journalisme. Le roman noir est un genre social qui sert à raconter et à approfondir la réalité13.

14Dans le monde d’aujourd’hui où plus que jamais le journalisme est au service des intérêts commerciaux des éditeurs de presse, l’esprit du journalisme pur survit lorsqu’il s’agit de dénoncer la corruption urbanistique.

15Les romans de Ferran Torrent sont les meilleurs que la littérature catalane ait produit pendant ces trente dernières années sur le thème de la ville, une des questions clés du roman noir.

16Torrent partage l’honneur de ce podium avec Baltasar Porcel et Joan Francesc Mira, précisément un majorquin et un autre valencien. Faut-il donc parler de littérature périphérique ? Ou d’auteurs qui, bien que n’étant pas de Barcelone, occupent une place centrale quand on fait référence au récit urbain ?

  • 14 Cf. Andrea Robles, « Ferran Torrent, un viatge a l’heterodòxia », Itaca, Revista de Filolgia de la (...)

17Dans ce sens, tout au moins en Espagne, personne n’a expliqué mieux que Torrent la transformation de Valence et, par extension, la transformation de l’ensemble de la société qui s’ouvre sur la Méditerranée. Torrent est celui qui décrit le mieux les catastrophes du zaplanisme (expression dérivée du nom du président du gouvernement valencien Eduardo Zaplana) et du non-gouvernement de Rita Barberà. Il s’agit d’une période catastrophique pour le Pays Valencien, en particulier pour son littoral et pour tous les symboles de l’identité nationale valencienne14.

18Avec Societat limitada Ferran Torrent ouvre la chasse sans discrimination contre toutes les institutions du Pays Valencien. Dans le roman, les aspirations politiques d’un petit parti nationaliste est l’un des principaux conflits mais il y a aussi des complots, du trafic de blanches et d’autres affaires en lien direct avec le genre. Qu’y a-t-il de vrai dans le livre ?

19Il y a deux moments clés où la fiction cède la place à la réalité et où la Valence réelle émerge avec toute sa vérité. Dans le premier, Juan Lloris, l’homme d’affaires protagoniste de la trilogie, apparaît à l’Albufera avec son fidèle Granero avec un fusil de chasse Scott de quatre millions de pesetas (l’équivalent de 24 000 euros, tout un symbole de pouvoir et d’ascension sociale). Dans ce monde aux fortunes éclatantes, l’homme d’affaires et son subalterne parlent le même langage. L’Albufera et l’Horta sont en voie de disparition. Dans le deuxième, le magnat et son écuyer survolent avec leur avion privé les nouveaux domaines : des terrains, des pavillons de banlieue, des kilomètres et des kilomètres de ville dénaturalisée et postmoderne.

20Nous avons donc un romancier de premier ordre qui s’est attribué une mission : représenter sa ville, sa société et la corruption qui s’y développe. N’est-ce pas là du roman noir dans sa forme la plus pure ? Le meilleur dans tout cela est que cette réalité valencienne fait partie à l’heure actuelle de la chronique judiciaire quotidienne pour les affaires du financement irrégulier du Parti Populaire et pour l’affaire Gurtel – un réseau de perception de pots-de-vin autour de l’organisation de grands événements, comme par exemple la visite du Pape Benoît XVI à Valence pour la rencontre mondiale des familles – ainsi que pour les sanctions de l’Union Européenne contre la politique urbanistique sur la côte de Valence.

  • 15 Sebastià Benassar, Pot semblar un accident, Barcelona, Meteora, 2011, p. 92.

21Un mois avant la publication du deuxième titre de la trilogie de Valence, Espècies protegides, l’auteur avait avoué à l’Université d’Été de Prades que son intention était de dresser un portrait de « la société la plus pathétique de l’Espagne, qui est celle de Valence, société dans laquelle si vous avez le moindre sens du ridicule vous avez un peu honte ». La bourgeoisie valencienne héroïne de l’œuvre « fort peu cultivée mais très portée sur les affaires. À Valence on peut réussir à devenir président d’une chambre de commerce en étant une brute15 ».

22C’est-à-dire, Torrent reconnaissait qu’il entretenait un lien étroit avec la réalité pour écrire le roman, une œuvre dans laquelle il anticipait la réalité judiciaire qui n’arriverait que quelques années plus tard.

23L’un des éléments les plus remarquables du deuxième livre est le jeu qu’il établit avec le monde du football, une question à peine traitée dans les romans actuels (il y a des exceptions comme Manuel Vázquez Montalbán, Nick Hornby, David Trueba ou Juan Villoro, par exemple), mais la vision du football de Torrent se focalise principalement sur les membres de la direction et les réseaux du monde de l’entreprise qui entourent ce sport.

24Dans le troisième livre de la série, Judici final, Torrent introduit dans la ville un mercenaire qui avait été membre de l’IRA et qui a un objectif : tuer Juan Lloris. Dans cet épisode, le plus noir des trois, nombreuses sont les activités délictuelles qui sont explicitées alors qu’auparavant elles n’étaient que suggérées. En d’autres termes, Torrent utilise jusqu’à tel point la réalité que ses fictions finissent par être vraisemblables de tout point de vue.

25Cette dénonciation de la réalité a été récompensée par des prix littéraires : Societat Limitada a reçu le prix de la Crítica Serra d’Or (2003) et celui de la Crítica de l’Institut Interuniversitari de Filologia València (2003).

26Les romans de Ferran Torrent ont fasciné la critique depuis le premier jour. Ainsi, Joan Josep Isern expliquait :

  • 16 Joan Josep Isern (21/09/2006) Un cercle ben tancat, Avui.

Jugement final plaira pour deux raisons. D’abord parce qu’il fonctionne parfaitement tout seul. Et en deuxième lieu, parce que, si on le lit en tenant compte des deux autres volumes de la trilogie, il nous offre un portrait moral et politique du pays et de sa classe politique qui ne devrait pas nous laisser indifférents. Torrent revient à l’attaque. Et avec plus de force que jamais16.

27De son côté, le professeur et critique Vicent Alonso affirme :

  • 17 Vicent Alonso (30/10/2004) La síndrome Torrent, Avui.

Pour nous, Torrent a été, et est, un luxe. Pour ce qu’il a écrit, évidemment. Déplacer les intérêts narratifs depuis des passés plus ou moins glorieux ou exemplaires jusqu’à la stricte actualité mérite bien une reconnaissance que certains lui refusent systématiquement. Trouver l’instrument, linguistique et narratif, qui permette que le modèle soit crédible n’est pas l’affaire de quatre soirées ou de lumières naturelles tombées du ciel. Mais c’est également un luxe parce que le syndrome qu’il a généré a redessiné notre carte littéraire, et pour le bien de tous. Maintenant il ne manque plus que tout reste à sa place. Je veux dire que la carte n’est pas monochrome. Le ciel de la littérature ne l’est pas non plus, même si certains veulent nous faire croire que c’est un monde glamour, rempli de billets de banque17.

28Quoi qu’il en soit, et même si ces derniers temps Torrent nous a donné un nouveau roman noir magnifique intitulé Només socis, où il précise certains aspects de la trilogie, il semble bien que la ville de Valence et ses dirigeants continueront à lui fournir de nouveaux sujets et de nouvelles raisons de poursuivre son travail sur la ville.

29La nouvelle Valence de la dernière décennie est ainsi : une ville qui veut concurrencer Barcelone jusqu’à la supplanter en tant que grande ville de la Méditerranée ; une ville qui recherche la spéculation urbaine et la grandiloquence et qui n’admet pas la moindre contestation, car elle compte sur l’appui de la majorité absolue du Parti Populaire à la mairie et sur une opposition radicale à la langue catalane. Heureusement il nous reste d’excellents chroniqueurs pour nous mettre en garde.

30Torrent est également un grand observateur et un grand descripteur, et c’est pour cette raison que l’humour et la réalité entrent dans ses romans avec une naturalité absolue. Martín et Piquer expliquent :

  • 18 À. Martín et A. Piquer, op. cit., p. 134.

Torrent se nourrit constamment des expressions populaires et des plaisanteries des gens de la rue pour les présenter sous une forme littéraire. La Valence nocturne et ses personnages s’infiltrent dans les romans de Torrent […] En ce qui concerne la fictionnalisation des faits il faut prendre en compte qu’ils sont très proches de la réalité dans laquelle s’inscrit l’œuvre. Son travail de journaliste a eu une grande influence sur ses romans18.

31Sans aucun doute, Torrent, bon connaisseur de l’univers urbain de Valence, a utilisé sa relation directe avec la ville pour s’y placer et représenter la réalité d’une ville, avec ses caractéristiques spécifiques et ses traits essentiels. Certainement, Torrent manie suffisamment bien la réalité pour faire que ses fictions soient vraisemblables à tout point de vue, de sorte que lire Torrent est indispensable pour comprendre ce que signifie un certain concept de la Méditerranée.

  • 19 Merci pour le pourboire.

32Dernièrement Ferran Torrent a entamé un nouveau travail narratif dans lequel l’objectif principal est d’explorer les processus de la mémoire. Il ne s’agit pas d’un fait totalement nouveau puisque dans les années 1990, la décennie de consolidation du travail de l’écrivain, il avait déjà pris cette direction avec Gràcies per la propina19(1994). Dans cet ouvrage il laisse de côté le roman noir pour retrouver le monde de l’enfance et nous installer dans un roman que Torrent avait qualifié d’autobiographie destinée à exorciser ses démons intérieurs.

  • 20 Le regard du joueur.
  • 21 L’île du Hollandais.

33La mémoire et son récit sont justement essentiels pour comprendre comment l’auteur construit deux de ses œuvres majeures de ces années-là. D’abord La mirada del tafur20 (1997), située dans les années 1970 et où apparaît pour la première fois dans ses fictions la question du jeu, de même que l’opposition anarchiste et libertaire au régime de Franco. Puis L’illa de l’holandès21(1999) qui nous plonge de plein fouet dans les dernières années de la dictature de Franco, lorsqu’un professeur d’université et écrivain marxiste arrive en déportation sur une île proche de la côte méditerranéenne.

34Nous pouvons considérer que la production de Torrent entre 1984 et 1992 se concentre principalement sur le roman policier. Celle de 1992 à 1999 entre dans une phase où la récupération de la mémoire est le principal objectif, ainsi que l’écriture de livres de non-fiction ; et à partir de 2000 il revient au roman noir pour le réinventer et créer la grande trilogie valencienne.

  • 22 Boulevard des français et Ombres dans la nuit.

35Et à partir de 2010 la récupération de la mémoire redevient l’objectif de ses récits, sauf que dans ce cas elle sera mêlée au genre noir. C’est donc là le sujet principal de Boulevard dels francesos (2010), situé dans les années 1960, et d’Ombres en la nit22(2011) qui montre la Valence de la fin des années 1940 pleine de nazis réfugiés dans la ville car bien accueillis par le régime du général Franco.

36En conclusion, dans la production narrative de Ferran Torrent, l’humour et la critique sociale sont au service de la construction de la « valencianité » avec trois objectifs : montrer une actualité d’extrême corruption (les années 1980 dans les premiers romans noirs et le nouveau siècle dans les derniers), récupérer la mémoire antifranquiste des années 1950, 1960 et 1970 et l’espoir de faire de Valence l’un des lieux de la tradition de la littérature d’expression catalane.

Haut de page

Notes

1 C’est sous cette appellation que nous réunirons la totalité des dénominations de ce genre littéraire sur laquelle on a écrit tellement de propositions de nomenclature.

2 Parmi beaucoup d’autres titres, on peut avoir une approche de ce genre depuis une perspective française à travers Thiebault et Demtes, Polar : le grand panorama de la littérature noire, Paris, La Martinière, 2013.

3 Pour comprendre le concept de « valencianité » dans la « catalanité » utilisée par Ferran Torrent, il est fondamental de lire : Joan Fuster, Nosaltres els valencians, Barcelone, Edicions 62, 1977. Pour une actualisation du concept de « valencianité », je propose la lecture de Vicent Flor (éd.), Nació i identitats, Afers, Catarroja, 2014. En ce qui concerne la chronologie de la persécution de la langue, il faudrait nuancer la question : l’oppression espagnole se radicalise avec les décrets de Nova Planta signés après la victoire des Bourbons pendant la Guerre de Succession, mais le processus de « castillanisation » de l’administration avait commencé au minimum un siècle auparavant ; nous pouvons le situer vers le milieu du XVIe, avec l’instauration des vice-royautés en Catalogne et la « castillanisation » des classes dirigeantes du pays.

4 À cet égard, il faut signaler comme principaux éléments la construction du centre culturel Les Arts i les Ciències, œuvre de Calatrava, dont la façade, peu de temps après son achèvement, trahissait déjà des défauts structurels comme la chute du revêtement extérieur ; ou le circuit urbain de Formule I, ainsi que les installations réalisées pour accueillir la Coupe de l’América de voile ou les tentatives pour réhabiliter le quartier de El Cabanyal. Il faut également signaler que la gestion du Palau de les Arts a entraîné récemment la mise en examen de sa gestionnaire sous l’accusation de corruption. http//ccaa.elpais.com/2015/01/20/valencia/1421749082_417592.html

5 Cependant, en 1983 il avait déjà signé le roman La gola del llop à quatre mains avec Josep Lluís Seguí et tous les deux avaient employé le pseudonyme de Pere Lavaca.

6 http://www.escriptors.cat/autors/torrentf/pagina.php?id_sec=2985

7 Contre les cordes.

8 Pour comprendre les apports à ce genre et le fonctionnement des œuvres spécifiquement noires de Torrent, il est indispensable de consulter Àlex Martín et Adolf Piquer, Catalana i criminal, Palma, Documenta Balear, 2006, p. 134-139.

9 http://www.escriptors.cat/autors/torrentf/pagina.php?id_sec=2985

10 Les crocodiles femelles (n.d.t.).

11 http://www.escriptors.cat/autors/torrentf/pagina.php?id_sec=2986

12 À cet égard, il est utile de rappeler les études de Marc Augé, Los no lugares, espacios del anonimato : una antropología de la sobremodernidad, Barcelone, Gedisa, 1998.

13 Pour le contexte complet voir les Actes des journées en hommage à Manuel Vázquez Montalbán : VVAA, Primer encuentro de novela negra, Barcelone, Planeta, 2005, p. 191.

14 Cf. Andrea Robles, « Ferran Torrent, un viatge a l’heterodòxia », Itaca, Revista de Filolgia de la Universitat d’Alacant, 5, Alacant, Universitat d’Alacant, 2014, p. 103-130.

15 Sebastià Benassar, Pot semblar un accident, Barcelona, Meteora, 2011, p. 92.

16 Joan Josep Isern (21/09/2006) Un cercle ben tancat, Avui.

17 Vicent Alonso (30/10/2004) La síndrome Torrent, Avui.

18 À. Martín et A. Piquer, op. cit., p. 134.

19 Merci pour le pourboire.

20 Le regard du joueur.

21 L’île du Hollandais.

22 Boulevard des français et Ombres dans la nuit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sebastià Bennasar, « Critique sociale, humour et Valence », Cahiers d’études romanes, 31 | 2015, 51-60.

Référence électronique

Sebastià Bennasar, « Critique sociale, humour et Valence », Cahiers d’études romanes [En ligne], 31 | 2015, mis en ligne le 02 mai 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/4998 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.4998

Haut de page

Auteur

Sebastià Bennasar

Universitat Pompeu Fabra (Barcelona)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org