Navigazione – Mappa del sito
Ferran Torrent et les territoires du noir

La variation linguistique dans le roman noir Penja els guants, Butxana (1985) de Ferran Torrent

François Niubo
Traduzione di Estrella Massip i Graupera e Francesc Niubò
p. 61-74

Abstract

Ce qui caractérise le roman noir, c’est que son objectif principal n’est pas tant de poser une énigme policière pour ensuite la résoudre, que de montrer comment les dysfonctionnements et les injustices sociales sont les véritables responsables de la délinquance et de la criminalité. Le roman devient ainsi une œuvre de critique sociale. Pour que cette critique sociale soit crédible il faut que les situations, les personnages et les rapports qu’ils entretiennent entre eux et avec l’ensemble de la société soient vraisemblables, qu’ils apparaissent comme « tirés de la réalité ». Pour cela il faut, entre autres choses, que ces personnages s’expriment dans des registres de langue conformes à leur statut social. Et, lorsqu’il s’agit de petits ou grands délinquants ou de criminels endurcis, on s’attend aux registres de langue que les dictionnaires qualifient de familier, populaire, vulgaire ou parfois même de grossier. Registres que nous avons regroupés ici sous l’appellation de langue informelle. Or ce type de langue pose problème aux écrivains de langue catalane à cause de l’interférence du castillan. C’est dans cette optique que nous analysons ici l’utilisation de ces registres de langue dans Penja els guants, Butxana (1985) de l’écrivain valencien Ferran Torrent.

Torna su

Testo integrale

Le roman noir et la langue informelle

Variation diastratique et diaphasique

1Le roman de Ferran Torrent Penja els guants, Butxana (1985) appartient au genre appelé «  roman policier noir  » ou, plus simplement, «  roman noir  ». L’ajout de cet adjectif (qui provient, on le sait, de la «  série noire  » des éditions Gallimard) n’est pas anodin. Il signifie que l’énigme policière et son éventuelle résolution ne sont pas l’unique – ni même le principal – sujet du roman mais plutôt un prétexte pour montrer, voire pour dénoncer, le fonctionnement – et surtout les dysfonctionnements – de la société dans laquelle survient le crime. Le récit mettra donc en évidence les faiblesses humaines : les égoïsmes, la cupidité, l’affairisme, l’abus de pouvoir… Et, bien sûr, leurs conséquences : l’injustice sociale, la violence, la délinquance, la criminalité… Le déroulement de l’enquête policière entraînera ainsi le lecteur dans un voyage imaginaire à travers des lieux géographiques et des milieux sociaux divers, ceux où la délinquance et la criminalité se réalisent – généralement les bas-fonds – et ceux où on les planifie et les organise – les classes sociales privilégiées, celles qui détiennent le pouvoir politique et/ou économique.

2Le roman noir se revendique comme une démythification des rapports humains et sociaux. On trouvera, dans ce genre, beaucoup plus de cynisme et de cruauté que de bons sentiments. Ici, on ne cherche pas à idéaliser et à embellir la réalité quotidienne ou à en dissimuler les aspects sordides. Bien au contraire, on s’efforce de les mettre en évidence, comme les symptômes d’une société qui, par son injustice, génère la violence et le crime. Les personnages et les comportements que l’on y rencontre doivent donc, nécessairement, être en accord avec cet objectif et ce contexte. On est ici aux antipodes du conte de fées : l’auteur doit donner l’illusion du vrai, du concret, du réel. Il prétend nous présenter «  la vie telle qu’elle est  », et non telle qu’on voudrait qu’elle soit. La vraisemblance est donc, dans ce genre, une exigence impérative. Et cette vraisemblance passe – entre autres – par l’utilisation d’un langage adapté aux personnages et aux situations.

Les personnages. La variation diastratique

3Dans Penja els guants, Butxana la plupart des personnages appartiennent aux classes dites populaires : à commencer par les deux enquêteurs. Le premier, Butxana est un détective privé qui gagne tant bien que mal sa vie grâce à son réseau de connaissances, voire d’amitiés, dans les milieux de la délinquance à travers lequel il obtient des renseignements qui lui permettent de résoudre les affaires (généralement des vols, des cambriolages) qu’on lui confie. Au fil de ses aventures on le voit fréquenter des personnages des classes sociales les plus pauvres et les plus marginales de la société valencienne et leurs lieux de prédilection. Dans un autre roman, publié juste avant celui-ci (1984) et intitulé No emprenyeu el comissari («  N’emmerdez pas le commissaire  ») on nous dit explicitement qu’il est lui-même issu d’un milieu très modeste :

  • 1 Ferran Torrent, Penja els guants, Butxana, Barcelona, Quaderns Crema, 1985. « D’origine sociale bas (...)

D’extracció social baixa, Butxana rebia algunes de les característiques peculiars d’este estament. Va rebre la seua formació cultural de les màquines de joc i els escurabutxaques que instal·laven als barris perifèrics. Això li serví per a educar una intuició que aplicà posteriorment al seu ofici : ensumava els pispes a qualsevol distància. No debades, de menut, va conviure amb un bon grapat d’ells 1.

4Et les personnages qu’il fréquente, comme son voisin Carassa (sale gueule) ou son coiffeur Pepe el Gepa (le Bossu), apparaissent comme de véritables caricatures des petites gens, de leurs habitudes, de leurs manies, de leurs petits défauts.

5Quant au deuxième enquêteur, Barrera, c’est un journaliste spécialisé dans les faits divers et le sensationnalisme. Lui aussi est issu d’une classe modeste : au chapitre VI, il parle de sa jeunesse, de son arrivée fortuite dans le monde de la boxe :

  • 2 Ibidem, p. 77. «  Lorsque j’étais plus jeune, à dix-huit ans, j’étais de ces gars qui donnent un co (...)

Quan era més jove, als divuit anys, jo era d’aquella mena de xicots que claven una potada a una pedra i baix apareix una merda. Tot un futur. Un dia, per desfici (no tenia cap quefer precís), vaig decidir entrar a un gimnàs de boxa que era prop del barri. L’ambient em va agradar, potser influit pel fet que coneixia alguns dels que hi anaven 2.

  • 3 Ibidem, p. 17.
  • 4 Ibidem, p. 67-68.

6Puis il fait le récit de ses succès en tant que boxeur et de ses espoirs, frustrés par l’intromission de la maffia locale du jeu. Lui aussi semble se plaire dans les milieux de la marginalité. On le voit ainsi fréquenter le bar Mosca, lieu de rendez-vous des dockers et des prostituées du port3 ou la cafeteria Oeste où lui-même et son inséparable et inénarrable collègue Trilita (photographe, mais aussi grand obsédé et grand frustré sexuel) vont retrouver un groupe de travestis4.

7De la part de tous ces personnages, et même de la part des policiers, que Torrent ne présente pas comme des personnages des plus raffinés, on s’attend à un langage que l’on pourrait qualifier de populaire, voire de vulgaire. Par opposition, dans certains passages du roman, apparaissent également des personnages appartenant à l’extrême opposé de l’échelle sociale : hommes d’affaires ou banquiers, comme Hilari Boix, ou des habitants des beaux quartiers, comme Marina Aleixandre. De la part de ces personnages on s’attend, au contraire, à un langage plus soutenu. C’est ce que l’on désigne, en sociolinguistique par le terme de variation diastratique. À certaines classes sociales ou à certains groupes socioprofessionnels (mais aussi, parfois, à certaines classes d’âge) correspondent certaines façons de s’exprimer, parfois appelées sociolectes, qui se distinguent de la langue standard par l’emploi de certains mots, certaines locutions, certaines tournures, certaines constructions.

Les situations : la variation diaphasique

8Cependant, quelle que soit la classe sociale, il arrive que, dans certaines situations, on choisisse d’employer les registres de langue que l’on prête habituellement aux classes populaires. Cela arrive, par exemple, dans des situations de familiarité (on emploiera alors un registre « familier » ou « populaire ») ou lorsqu’on veut exprimer la colère, l’indignation, voire la haine (dans ce cas on choisira plutôt le registre « vulgaire », ou même « grossier »). Parfois même c’est par jeu ou par dérision qu’on choisit ces registres. En sociolinguistique, cette forme de variation linguistique est appelée diaphasique. Elle est liée au ton que l’on veut donner au discours selon les circonstances.

9Or, dans le roman noir, les circonstances poussent fréquemment à la familiarité ou à l’agressivité ou, dans le cas de Torrent, à la dérision. La moquerie, la satire et le sarcasme sont, en effet, partout présents dans ce roman. On y trouve donc une forte densité de mots et d’expressions que les dictionnaires qualifient de familier, populaire, vulgaire, voire de grossier… On conviendra de désigner ici l’ensemble de tous ces registres par l’expression langue informelle puisqu’on les emploie dans des milieux ou dans des situations où l’on ne se préoccupe pas de « garder les formes » ; ou encore lorsqu’on décide consciemment et volontairement de transgresser les règles de la formalité.

10La présence de la langue informelle est importante dans ce roman – comme, d’ailleurs, dans tous les romans policiers de Ferran Torrent. Le titre, lui-même est fondé sur la locution penjar els guants (raccrocher les gants), signalée comme « familière » – donc informelle – par les dictionnaires. Mais elle est évidemment inégale, selon les passages. C’est sans aucun doute, dans les dialogues entre les personnages «  populaires  » que nous avons évoqués ci-dessus (y compris les deux enquêteurs) que l’on relève la plus forte concentration de mots et de locutions informels. Or ces dialogues sont très fréquents : on en trouve dans presque tous les chapitres. Par contre, dans les dialogues entre les enquêteurs et des personnages n’appartenant pas aux classes populaires on constate, comme prévu, que le type de langue employée est beaucoup plus formel.

  • 5 Ibidem, p. 9. « L’homme, le vigile, inspectait minutieusement toutes les pièces du hangar, pistolet (...)

11Le narrateur, pour sa part, est capable d’aller d’un extrême à l’autre, en ce qui concerne le type de langage. C’est un narrateur omniscient et protéiforme, qui est tout aussi capable de s’exprimer dans un catalan littéraire très soutenu que de manier la langue informelle, y compris dans ses registres les plus irrespectueux. Souvent on le voit prendre de la distance par rapport aux personnages et aux événements. C’est le cas, par exemple, au premier chapitre où il raconte l’assassinat qui va déclencher toute l’enquête postérieure. Le type de langue employée dans ce chapitre oscille entre la langue standard et un registre soutenu, voire très soutenu : « L’home, el vigilant, escodrinyava totes les dependències de la nau escrupolosament, pistola en mà, mentre el seu company ratificava la tranquil·litat exterior 5 ».

12Même lorsqu’il exprime les pensées du personnage (qui est pourtant un délinquant), le registre de langue ne change pas :

  • 6 Ibidem, p. 10. « Baixauli ne parvenait pas à maîtriser ses nerfs […] mais il était content, les cho (...)

Baixauli […] no aconseguia dominar-se la tensió […] però estava content, les coses rutllaven com ho havien planificat […] Tanmateix, calia no precipitar-se : fóra una llàstima que anàs en orris, precisament en el darrer tram de l’operació, la perícia d’un treball del qual ell no era l’artífex, però sí l’element imprescindible 6.

  • 7 Ibidem, p. 100. « Tordera se foutait éperdument de ce que le commissaire le prenne pour un crétin »
  • 8 Ibidem, p. 135. « Si le comité national des truands valenciens ne connaissait pas ce type, le détec (...)

13Mais il est vrai que ce bref chapitre (il ne comprend que trois pages) n’est qu’une sorte d’avant-propos du roman. Dès le chapitre II, on constate l’irruption ponctuelle, de mots informels dans le discours du narrateur. Il est vrai que le ton est ici très ironique puisque le narrateur nous raconte le rêve érotique du photographe Trilita. Rêve interrompu par « la realitat, la puta realitat » lorsque retentit la sonnerie du téléphone. Pourtant, malgré l’ironie mordante de ce passage (d’une page, environ), on n’y trouve que ce seul mot informel. Il apparaît dans le discours du narrateur mais on comprend que c’est sans doute le mot qu’a dit ou pensé le personnage concerné. Une sorte de discours indirect libre, en somme. On retrouvera ce même phénomène par la suite à de nombreuses reprises : dans l’ensemble le narrateur évite d’employer la langue informelle, mais à certains moments lorsqu’il s’agit de traduire la pensée de certains personnages il s’exprime comme l’auraient fait ces personnages eux-mêmes. Ainsi, au milieu d’une explication – en langue standard – sur les relations entre le commissaire Garcia et le sous-commissaire Tordera, il intercale une expression informelle : « a Tordera li’n fotia d’allò més que el comissari el prengués per un babau 7 ». Ou encore, lorsque le narrateur nous transmet les réflexions de Butxana sur le déroulement de son enquête, il glisse : « si el comité nacional dels manguis valencians no coneixien el menda, el detectiu hauria d’iniciar una processó pels llocs que freqüentava Sara 8 ».

Langue informelle et interférence linguistique

  • 9 C’est le cas, par exemple, de l’argot des délinquants, qui s’efforcent de ne pas être compris du co (...)
  • 10 Ceci est particulièrement vrai pour ce qu’on pourrait appeler le « parler adolescent », chaque géné (...)

14Le recours à la langue informelle est donc indispensable au roman noir et particulièrement important dans celui de Ferran Torrent. Mais en catalan la langue informelle pose de nombreux problèmes. D’une part parce que la langue informelle échappe, par essence, à tout contrôle de la part de toutes les autorités quelles qu’elles soient, politiques, académiques ou autres. D’autre part parce qu’elle évolue beaucoup plus vite que la langue standard. Par esprit de caste 9, par nécessité d’affirmation générationnelle 10 ou simplement par jeu, les groupes sociaux qui utilisent le plus fréquemment la langue informelle y introduisent régulièrement de nouveaux mots et de nouvelles formes. Or, tous les catalanophones sont en même temps castillanophones (ou francophones en Catalogne du nord…). Les catalanophones ont donc la possibilité d’emprunter des mots et des locutions informels déjà existants en castillan, ce qui constitue une solution plus facile que d’en créer de nouveaux à partir de matériaux exclusivement catalans. Et ils ne s’en privent pas. Le résultat est que la langue informelle catalane est aujourd’hui très « castillanisée ».

15Pourtant, tous les écrivains de langue catalane – et, parmi eux, Ferran Torrent – s’efforcent de ne pas mélanger les deux langues et d’écrire en catalan « authentique ». Dès lors, un écrivain qui décide d’écrire du roman noir se trouve confronté à deux exigences contradictoires : d’un côté, par souci de vraisemblance il faut, très souvent, utiliser la langue informelle, de l’autre il convient d’éviter les castillanismes, ce qui est très difficile, pour ne pas dire totalement impossible, dans ces registres de langue. Une lecture attentive du roman Penja els guants, Butxana confirme cette difficulté puisqu’elle fait, en effet, apparaître un bon nombre de castillanismes, dans la langue informelle.

  • 11 DCVB : Diccionari català-valencià-balear d’A. M. Alcover i F. de B. Moll.

16Certains d’entre eux sont évidents. Il s’agit de mots qui ne figurent dans aucun dictionnaire catalan alors qu’ils sont présents dans tous les dictionnaires castillans. Quelques exemples significatifs : fiambre (« macchabée »), moraco (terme pejoratif pour « arabe »), nene (« enfant », en langage enfantin), palmar (« casser sa pipe »), polvo (echar un polvo : « tirer un coup »)… Certains de ces mots ont d’ailleurs subi une modification orthographique de façon à les adapter aux normes catalanes : chulo > xulo ; cariño > carinyo. On les emploie faute de disposer de mots exactement équivalents, non seulement du point de vue du sens mais également du point de vue de l’emphase et du registre de langue. Tout en sachant parfaitement qu’il s’agit de mots castillans. Certains d’entre eux sont d’ailleurs employés depuis longtemps en catalan, si bien qu’on les trouve dans certains dictionnaires, en particulier le DCVB 11, où ils sont cependant signalés comme « castillanismes » (par exemple, carcamal, « vieux croulant », penco « bon à rien ») ou même comme « castillanismes inadmissibles » (carinyo, « chéri »). On pourrait appeler cette première catégorie des « castillanismes absolus ».

  • 12 CALENTÓ, -ONA adj. : Agradablement calent ; cast. calentito. (DCVB).
  • 13 CALENTÓN : « 3. m. coloq. Acto de calentar o calentarse de prisa o fugazmente ». (DRAE).
  • 14 Ferran Torrent, Penja els guants, Butxana, op. cit., p. 121.
  • 15 Diccionario panhispánico de dudas (DPHD) : 2. a por. El uso de esta secuencia preposicional pospues (...)
  • 16 ser alguien o algo la leche : 1. loc. verb. vulg. Ser extraordinario. Este chico es la leche, siemp (...)
  • 17 Ferran Torrent Penja els guants, Butxana, op. cit., p. 26.
  • 18 tener, o traer, a alguien frito : 1. locs. verbs. coloqs. Cansarle con insistentes molestias. (DRAE (...)
  • 19 Ferran Torrent Penja els guants, Butxana, op. cit., p. 68.
  • 20 echar una mano a : 1. loc. verb. Ayudar a la ejecución de algo. 2. loc. verb. Ayudar a alguien. (DR (...)
  • 21 Ferran Torrent Penja els guants, Butxana, op. cit., p. 30.

17Car on trouve aussi, par ailleurs, des castillanismes invisibles. À savoir des mots en apparence bien catalans, puisqu’ils figurent dans les dictionnaires catalans, mais dont le sens qu’ils ont dans le texte ne correspond en fait à aucune des acceptions données par ces dictionnaires. En revanche, ce sens correspond bien à l’une des acceptions données à un mot informel castillan. Par exemple, le mot calentó est, en catalan, uniquement un adjectif 12, un diminutif de calent (chaud) qui a le sens d’« agréablement chaud ». Mais, dans le roman, Torrent l’emploie comme substantif, avec le sens du mot castillan calentón13 (« coup de chaleur » ou « montée de libido »). Plus encore que des mots, on trouve des locutions, composées de mots catalans, mais dont le sens – et parfois la construction – sont calqués sur des locutions castillanes. Ainsi, par exemple, la combinaison des deux prépositions a por – transposée dans le texte en a per : « a per ella, valent14 » – est commentée et acceptée par la Real Academia Española dans le DPHD 15 alors qu’elle n’existe dans aucun dictionnaire ni aucune grammaire catalane. De même, des expressions comme ser la llet16 dans « la gent jove és la llet17 », dur algu fregit18 dans « ens du fregits19 », tirar una mà20 dans « li tirem una mà a Lluís21 » sont visiblement calquées du castillan : on les trouve sur les dictionnaires castillans mais pas sur ceux de langue catalane. Le dernier cas est significatif puisqu’il existe en catalan une expression semblable et de même sens : donar un cop de mà. Cela montre que, quelquefois, une locution calquée sur le castillan peut en chasser une autre, authentiquement catalane.

  • 22 DIEC : Diccionari de la llengua catalana de l’Institut d’Estudis Catalans.
  • 23 DRAE : Diccionario de la Lengua española de la Real Academia Española.
  • 24 On trouve également le mot macarró dans le DCVB mais pas transvestit.

18On trouve également dans le texte des mots empruntés à des langues autres que le castillan : noquejar, macarra, travestí, party… Là encore, il se trouve qu’aucun de ces mots ne figure dans les dictionnaires catalans. Aucune trace de noquejar ou de party, ni dans le DIEC 22 ni dans le DCVB (les deux principaux dictionnaires catalans de référence). Pourtant ce dernier mot figure tel quel (avec l’orthographe anglaise) dans le DRAE 23. On y trouve également le verbe noquear (adaptation castillane de l’anglais to knock out) qui semble bien être l’origine de noquejar (mot qui ne figure dans aucun dictionnaire catalan). En ce qui concerne travestí et macarra, ils sont présents dans le DRAE, alors que le DIEC donne, pour les mêmes définitions, respectivement transvestit et macarró24. En somme, le catalan dispose bien de deux mots pour exprimer ces signifiés, mais, là encore, ces mots catalans ont été au profit de mots castillans équivalents. Le plus curieux c’est que le DRAE précise l’origine étymologique de macarra de la façon suivante : « Del cat. macarró, y este del fr. maquereau ». En définitive, on découvre que le catalan a emprunté au castillan un mot que celui-ci avait préalablement emprunté… au catalan.

19Ce curieux va-et-vient est significatif d’une situation préoccupante pour la langue catalane : le cas de macarró montre qu’autrefois, au niveau de la langue informelle, elle était capable de faire ses propres emprunts à d’autres langues, indépendamment du castillan. Aujourd’hui, on peut se demander si elle n’aurait pas perdu cette capacité puisque ses emprunts à l’anglais, au français ou à d’autres langues semblent toujours passer par l’intermédiaire du castillan.

20Dès lors, on est amené à se poser une question : existe-t-il encore une langue informelle catalane dans la mesure où, depuis quelques décennies, celle-ci se renouvelle par des emprunts de plus en plus fréquents au castillan (ou à travers le castillan) ? Malgré ce que nous venons de voir, la réponse est évidemment affirmative et la lecture de ce roman de Torrent le confirme. En effet, la majorité (environ les deux tiers) des mots et locutions informels qu’on peut relever dans ce roman figurent bien sur les dictionnaires catalans, avec le sens exact qu’ils ont dans le texte. Et ils y sont signalés comme familiers, populaires, vulgaires ou grossiers.

21Cependant, une remarque s’impose : l’un de ces dictionnaires, le DCVB, n’a pas été modifié depuis le début des années 1960. Ce qui signifie que les mots, les locutions, les dictons qui y figurent étaient déjà d’usage courant il y a plus d’un demi-siècle. Certains, d’ailleurs, sont aujourd’hui tombés en désuétude. Or presque tous les termes informels relevés dans ce roman figurent bien dans ce dictionnaire. Ce qui semble confirmer que le vocabulaire informel réellement catalan ne s’est guère renouvelé depuis cette époque. Et que c’est donc presque exclusivement à travers le castillan que s’est fait le renouvellement de la langue informelle, en catalan.

Langue informelle et variation diatopique

22Cependant, face à cette difficulté Ferran Torrent dispose d’un «  avantage  » par rapport aux écrivains catalans de Catalogne. Il s’agit de la variation diatopique ou dialectale. Bien que son domaine linguistique soit relativement réduit (en comparaison avec les grandes langues) la langue catalane n’est pas partout parlée de la même façon. Ainsi, le catalan de Valence (ou valencien) présente un certain nombre de différences lexicales, phonétiques et même morphosyntaxiques par rapport à celui d’autres territoires de langue catalane et, notamment, par rapport au plus peuplé d’entre eux : Barcelone.

23Du point de vue de la prononciation, le valencien, à la différence du catalan « oriental », ne fait pas de différences entre voyelles toniques et atones. Ainsi València se prononce [balεnsia] en valencien mais [bəlεnsiə] en catalan oriental et Barcelona respectivement [barselona] et [bərsəlonə]. De plus le valencien prononce toutes les consonnes finales alors que le catalan oriental en supprime certaines (par exemple le r final de l’infinitif des verbes). Du point de vue morphosyntaxique il faut noter quelques différences concernant la conjugaison des verbes (en particulier la désinence en – e et non en – o de la 1re personne du singulier), le système des pronoms personnels et le féminin des possessifs : meua, teua, seua au lieu da teva, meva seva. Enfin, en ce qui concerne le lexique, on relèvera facilement dans ce texte le verbe eixir là où le catalan oriental utilise sortir, una xiconeta de dèsset anys (una noieta de disset anys), un colp (un cop), uns hòmens (uns homes)

24Or, le valencien est perçu, par une partie non négligeable de la population de ce territoire, comme une langue que l’on n’utilise que dans le contexte familier mais que l’on évite d’employer lorsque les circonstances exigent le respect de certaines formes (de courtoisie, d’apparat…). Une langue informelle, en somme. Les raisons de cette perception sont liées à l’histoire du Pays Valencien et à son évolution sociolinguistique. Pour simplifier, disons que, depuis la création de l’État espagnol, au xviiie siècle, les classes dominantes du Pays Valencien (contrairement à ce qui s’est passé en Catalogne) ont adopté le castillan, langue du pouvoir, tandis que le peuple continuait à parler catalan. C’est ainsi que s’est installée là-bas une situation de diglossie, autrement dit la coexistence, au sein d’une même société, de deux langues : d’un côté, une langue « haute » associée au pouvoir et au savoir et, par conséquent, langue de prestige ; de l’autre, une langue « basse », principalement orale et dont l’emploi se limite aux activités quotidiennes et familières. La première étant associée à l’élite, principalement urbaine, la deuxième au (bas) peuple, essentiellement rural. Dans son roman autobiographique Gràcies per la propina (2000), Ferran Torrent évoque sa scolarité, dans les années 1960 et présente ainsi cette situation sociolinguistique :

  • 25 Ferran Torrent Penja els guants, Butxana, op. cit., p. 38-39. « Au fil de la question sociale il y (...)

Al fil de la qüestió social hi havia, al col·legi, una guerra social entre els xiquets de València i els que érem de poble. A nosaltres, els de la ciutat ens dèien « paletos » i nosaltres a ells « maricons » (no « marietes », una paraula estranya, ni « homosexuals », refinament gentilesa de la transició democràtica). Aleshores estàvem convencuts que parlar castellà era un idioma de « rarets ». No era ben bé així, evidentment, potser hi havia una associació simple però decisiva : valencianoparlant / poble / llaurador / home fort ; castellanoparlant / funcionari o professió similar, sense preponderància del físic 25.

25Dans les faits, malgré des changements importants intervenus depuis la fin de la dictature franquiste (la reconnaissance du «  valencien  » comme langue co-officielle et son entrée dans l’enseignement) le valencien est encore perçu aujourd’hui, par une partie non négligeable de la population, comme la langue basse, dépourvue de prestige. Bien entendu, nombreux sont ceux qui refusent cette situation d’infériorité de fait du valencien et qui réclament une politique linguistique visant à restaurer son prestige afin d’en assurer la pérennité. Et parmi ceux-ci se trouve, bien évidemment, Ferran Torrent. Mais, en même temps, celui-ci sait très habilement jouer de cette «  faiblesse  » pour donner à ses personnages – et même à son narrateur – un langage très adapté au roman noir et à la satire sociale.

Ferran Torrent créateur de langue informelle

  • 26 Ibidem, p. 119.
  • 27 Ibidem, p. 71.
  • 28 Ibidem, p. 93.
  • 29 Ibidem, p. 18. Rumasa était le nom d’un consortium d’entreprises qui avait fait l’objet d’un scanda (...)
  • 30 Ibidem, p. 78.

26De plus, l’écriture de Ferran Torrent est tout à fait remarquable puisqu’il ne se contente pas de reproduire des mots et des locutions préexistants. Bien souvent, au contraire, il en invente. La plupart des fois par le recours à des métaphores liées à la sexualité : « portes sempre el seguro llevat » (« ton cran de sûreté est toujours levé »), dit Barrera à Trilita, pour lui reprocher son obsession sexuelle. Ou encore : « sempre estàs amb la canya a punt » (« ta canne à pêche est toujours prête »). Ce dernier lui répondra que Rosa lui a «  desbaratat els ploms  » (« fait sauter les plombs »). Enfin, pour parler de cette même personne, le narrateur lui-même affirme : « podia alçar la moral a un benedictí » (« elle pouvait remonter le moral à un bénédictin26 »). Mais sur bien d’autres sujets Torrent met dans la bouche de ses personnages des expressions qu’il semble bien avoir inventé lui-même. Ainsi, le garçon de café Ximo, désigne l’église catholique par l’expression « la multinacional de l’estampeta » – la multinationale de l’image pieuse27. Ailleurs, pour reprocher à son camarade Colometa de ne pas savoir tenir sa langue, Penjoll, petit délinquant ami de Butxana, l’accuse de « tenir els llavis clivellats28 » – avoir les lèvres fendues. Et dès le début du texte, pour expliquer que l’on a trouvé un cadavre lardé de coups de couteau, une prostituée dit : « tenia més forats que la comptabilitat de Rumasa » (il avait plus de trous que la comptabilité de Rumasa 29). Enfin, pour parler d’un boxeur qui a beaucoup encaissé, Barrera dit : « tenia el terrat esventrat30 », il avait la terrasse éventrée.

27On le voit, c’est toujours par le biais de l’humour, la dérision, le grotesque, omniprésents dans tout le roman, que Ferran Torrent est amené à inventer des expressions. Ce faisant, il se fait créateur de langue informelle. Et ses créations sont d’autant plus pertinentes qu’elles sont à la fois comiques et aisément compréhensibles. Cette forme de créativité de Ferran Torrent, peu courante chez les écrivains de langue catalane, est particulièrement bienvenue, compte tenu des difficultés de renouvellement de la langue informelle dont nous avons parlé ci-dessus.

28Depuis longtemps, en effet, les catalanophones ont lutté et luttent encore pour que leur langue reste une langue vivante. Une langue vivante c’est une langue qui est utilisée spontanément et quotidiennement, dans tous les domaines de l’activité humaine et dans toutes ses variantes dialectales et sociales. Pendant plus d’un siècle l’urgence absolue était de sauver la langue littéraire et, plus généralement, la langue écrite, menacée par la situation politique et sociolinguistique. Aujourd’hui cet objectif semble globalement atteint. Par contre, du côté de la langue informelle, la dégradation est patente, comme nous venons de le voir à travers ce roman. Or, à terme, la dégradation de la « partie basse », la moins prestigieuse, de l’édifice linguistique risque fort de mettre en péril l’ensemble de la langue. Car c’est souvent à travers les registres informels que les langues évoluent et se renouvellent pour s’adapter aux besoins de chaque époque. N’oublions pas que les langues romanes actuelles sont issues du latin dit « vulgaire » et non du latin classique. Dès lors, que peut devenir une langue qui ne se renouvelle plus que par des emprunts à la langue dominante ?

29Voilà pourquoi cet effort d’inventivité, cette créativité linguistique de Ferran Torrent sont particulièrement bienvenus puisqu’ils participent à la consolidation des soubassements de l’édifice linguistique du catalan. Car, dans l’ensemble, les écrivains de langue catalane, confrontés à la contradiction que nous avons signalée, choisissent soit d’écrire en catalan « authentique » (au détriment, parfois, de la vraisemblance) soit d’adopter la langue informelle réellement en usage (mais qui, nous l’avons vu, comporte de nombreux castillanismes). Il faudrait donc que les écrivains et, plus largement tous les créatifs (on pense particulièrement au théâtre, au cinéma, à la télévision…), aient à cœur d’inventer de nouveaux mots et de nouvelles expressions informels qui pourraient alors être repris par le grand public. C’est la voie ouverte par Ferran Torrent et dont on souhaiterait qu’elle soit suivie par beaucoup d’autres de façon à conduire, à terme, à un renouvellement tout à fait souhaitable de la langue informelle catalane et, par voie de conséquence, de la langue catalane dans son ensemble.

Torna su

Bibliografia

alonso, Vicent, « La síndrome Torrent », Avui Cultura, 31/12/2004.

borja, Joan, « El discurs narratiu de Ferran Torrent : una propina per a la novel la catalana contemporània », camps, Christian, arnau, Pilar, Col·loqui Europeu d’Estudis Catalans, vol. 2, La literatura catalana de la democracia, Montpellier, Centre d’études et de recherches catalanes, Université Paul Valéry, Association Française des catalanistes, 2004, p. 61-83.

castelló, Enric, « Torrent periodístic », Avui Cultura, 13/9/2001.

ollé, Manel, « Butxana & Torres, Societat Limitada », El País. Quadern 1245, 7/2/2008.

pagès, Vicenç, «Antiherois crepusculars », El Periódico de Catalunya, Llibres, 7/2/2008.

PALOMERO, Josep (éd.), Actes de la I Jornada sobre els Escriptors Valencians Actuals. El món i l’obra de Ferran Torrent, Valence, Acadèmia Valenciana de la Llengua, 2011.

piquer, Adolf, « La negra : el plaer de la trama o aprofitar l’avinentesa », PIQUER, Adolf, Aproximació a la narrativa valenciana. València, Universitat de València, 1994.

soria, Enric, « Ferran Torrent : un tigre que s’enyora », L’Illa de lletres (Alzira), 1995, núm. 14.

Torna su

Note

1 Ferran Torrent, Penja els guants, Butxana, Barcelona, Quaderns Crema, 1985. « D’origine sociale basse, Butxana possédait certaines des caractéristiques propres à cette classe. Il avait reçu sa formation culturelle des jeux et des machines à sous que l’on installait dans les quartiers périphériques. Cela lui avait servi à développer une intuition qu’il avait appliquée par la suite à son métier : il flairait les truands à une lieue à la ronde. Ce n’était pas pour rien qu’il avait cohabité avec un bon nombre d’entre eux ». Toutes les traductions de ces citations ont été faites par l’auteur de l’article.

2 Ibidem, p. 77. «  Lorsque j’étais plus jeune, à dix-huit ans, j’étais de ces gars qui donnent un coup de pied à une pierre et en dessous apparaît une crotte. Un bel avenir. Un jour, pris d’anxiété (je n’avais rien à faire de précis), je décidai d’entrer dans un gymnase de boxe qui se trouvait non loin de mon quartier. L’ambiance me plut, ce qui était peut-être dû au fait que je connaissais plusieurs de ceux qui le fréquentaient  ».

3 Ibidem, p. 17.

4 Ibidem, p. 67-68.

5 Ibidem, p. 9. « L’homme, le vigile, inspectait minutieusement toutes les pièces du hangar, pistolet à la main, tandis que son camarade ratifiait la tranquillité extérieure ».

6 Ibidem, p. 10. « Baixauli ne parvenait pas à maîtriser ses nerfs […] mais il était content, les choses se déroulaient comme ils les avaient programmées […] Cependant il ne fallait pas se précipiter : c’eût été dommage de voir tomber à l’eau, précisément dans la toute dernière partie de l’opération, la belle ouvrage dont il était non pas l’artisan mais bel et bien l’élément indispensable ».

7 Ibidem, p. 100. « Tordera se foutait éperdument de ce que le commissaire le prenne pour un crétin ».

8 Ibidem, p. 135. « Si le comité national des truands valenciens ne connaissait pas ce type, le détective devrait entreprendre une procession passant par tous les lieux que fréquentait Sara ».

9 C’est le cas, par exemple, de l’argot des délinquants, qui s’efforcent de ne pas être compris du commun des mortels (et de la Police).

10 Ceci est particulièrement vrai pour ce qu’on pourrait appeler le « parler adolescent », chaque génération ayant tendance à se doter d’un lexique et d’une phraséologie qui lui sont propres et qui lui permettent de se distinguer et de s’affirmer par rapport aux générations précédentes.

11 DCVB : Diccionari català-valencià-balear d’A. M. Alcover i F. de B. Moll.

12 CALENTÓ, -ONA adj. : Agradablement calent ; cast. calentito. (DCVB).

13 CALENTÓN : « 3. m. coloq. Acto de calentar o calentarse de prisa o fugazmente ». (DRAE).

14 Ferran Torrent, Penja els guants, Butxana, op. cit., p. 121.

15 Diccionario panhispánico de dudas (DPHD) : 2. a por. El uso de esta secuencia preposicional pospuesta a verbos de movimiento como ir, venir, salir, etc., con el sentido de ‘en busca de’, se percibe como anómalo en el español de América, donde se usa únicamente por : « Voy por hielo y cervezas a la tienda » (Victoria Casta [Méx. 1995]). En España alternan ambos usos, aunque en la norma culta goza de preferencia el empleo de por : « ¿Qué haces ahí ? ¡Vete por el medicamento, por Dios ! » (Aparicio Retratos [Esp. 1989]) ; « ¿Te vas ? [...] – Sí, bajo a por tabaco » (MtnGaite Fragmentos [Esp. 1976]). En realidad, no hay razones para censurar el uso de a por, pues en la lengua existen otras agrupaciones preposicionales, como para con, de entre, por entre, tras de, de por, etc., perfectamente normales. La secuencia a por se explica por el cruce de las estructuras ir a un lugar (complemento de dirección) e ir por algo o alguien (‘en busca de’), ya que en esta última está también presente la idea de ‘movimiento hacia’.

16 ser alguien o algo la leche : 1. loc. verb. vulg. Ser extraordinario. Este chico es la leche, siempre se queda dormido. (DRAE).

17 Ferran Torrent Penja els guants, Butxana, op. cit., p. 26.

18 tener, o traer, a alguien frito : 1. locs. verbs. coloqs. Cansarle con insistentes molestias. (DRAE).

19 Ferran Torrent Penja els guants, Butxana, op. cit., p. 68.

20 echar una mano a : 1. loc. verb. Ayudar a la ejecución de algo. 2. loc. verb. Ayudar a alguien. (DRAE).

21 Ferran Torrent Penja els guants, Butxana, op. cit., p. 30.

22 DIEC : Diccionari de la llengua catalana de l’Institut d’Estudis Catalans.

23 DRAE : Diccionario de la Lengua española de la Real Academia Española.

24 On trouve également le mot macarró dans le DCVB mais pas transvestit.

25 Ferran Torrent Penja els guants, Butxana, op. cit., p. 38-39. « Au fil de la question sociale il y avait, à l’école, une guerre sociale entre les enfants de Valence et nous, qui venions des villages. Ceux de la ville nous appelaient “bouseux” et nous les traitions de “pédés” (non pas « tantouses », un mot bizarre, ni homosexuels un raffinement dont nous a gratifié la transition démocratique). Nous étions convaincus, à cette époque que parler castillan était une affaire de «  gens un peu bizarres ». Ce n’était pas tout à fait ainsi, évidemment, peut-être y avait-il une association simple mais définitive : valencianophone /peuple / paysan / homme fort ; castillanophone / fonctionnaire ou assimilé, sans prépondérance de la force physique ».

26 Ibidem, p. 119.

27 Ibidem, p. 71.

28 Ibidem, p. 93.

29 Ibidem, p. 18. Rumasa était le nom d’un consortium d’entreprises qui avait fait l’objet d’un scandale politico-financier, dans les années 1980.

30 Ibidem, p. 78.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliogafica

François Niubo, « La variation linguistique dans le roman noir Penja els guants, Butxana (1985) de Ferran Torrent », Cahiers d’études romanes, 31 | 2015, 61-74.

Notizia bibliogafica digitale

François Niubo, « La variation linguistique dans le roman noir Penja els guants, Butxana (1985) de Ferran Torrent », Cahiers d’études romanes [Online], 31 | 2015, online dal 02 maggio 2016, consultato il 01 maggio 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/5002 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.5002

Torna su

Autore

François Niubo

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Torna su

Diritti d'autore

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Torna su
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org