Navigation – Plan du site
Qui fuit quoi ? Un éventail de fuites

Janvier 1950 : du Frioul à Rome. La fuite démiurgique de Pier Paolo Pasolini

José Guidi
p. 257-266

Résumés

Pier Paolo Pasolini utilise par deux fois le verbe “fuggire” (fuir) pour caractériser son départ de Casarsa pour Rome, en janvier 1950. Que fuit-il au juste, ce poète de vingt-huit ans qui tourne ainsi le dos à toute une époque de sa vie ? Sans doute le fantôme de son frère cadet, tombé dans un épisode obscur de la lutte partisane, et dont le souvenir ne cessera plus de le hanter. Mais aussi le scandale lié, dans un contexte de forte tension politique, à sa mise en accusation – qui se révélera ultérieurement infondée – pour corruption de mineurs et actes obscènes dans un lieu public. Le coup est rude. Mais dans cette Rome où il lie de nombreuses amitiés, assume pleinement son homosexualité, et découvre le monde cruel des “borgate” (bidonvilles), dont il se fait le chantre fraternel et inspiré, s’ouvre sa période de production la plus féconde : un grand écrivain est véritablement né.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Italie, Rome, Casarsa

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pier Paolo Pasolini, Poeta delle ceneri, in Tutte le poesie, Milano, Mondadori, 2003, vol. II, pp.  (...)
  • 2 Id., Al lettore nuovo, in Poesie, Milano, Garzanti, 1970, pp. 5-14.
  • 3 Id., Poeta delle ceneri, cit., p. 1265 : « Fuggii con mia madre e una valigia e un po’ di gioie che (...)
  • 4 Id., Al lettore nuovo, cit., p. 9 : « fuggii con mia madre a Roma, come in un romanzo ».

1Le point de départ de la présente étude, ce sont les termes utilisés par Pier Paolo Pasolini lui-même pour caractériser son départ du Frioul pour Rome, le 28 janvier 1950, au petit matin, et cela dans les deux esquisses autobiographiques les plus complètes qu’il nous ait léguées : la longue confession intitulée Poeta delle ceneri, rédigée selon toute vraisemblance en 1966, lors d’un séjour en Amérique, et remaniée par la suite à plusieurs reprises1 ; et la Préface à la petite anthologie de son œuvre poétique publiée chez Garzanti en 19702. Il écrit, dans le premier cas : « je m’enfuis, avec ma mère et une valise, et une poignée de bijoux qui se révélèrent faux… »3 ; et, dans le second : « je m’enfuis avec ma mère à Rome, comme dans un roman »4. Pourquoi ce verbe récurrent, et que fuit-il au juste, ce jeune homme de vingt-huit ans qui tourne ainsi le dos à toute une époque de sa vie ?

  • 5 Ainsi, au détour de Poeta delle ceneri (cit., p. 1261), cette poignante et fugitive évocation : « P (...)
  • 6 Cf. Al lettore nuovo, cit., pp. 8-9.
  • 7 Cf. P. P. Pasolini, La Resistenza e la sua luce, in Poesie, cit., p. 76 (poème entièrement scandé p (...)
  • 8 Cf. Al lettore nuovo, cit., p. 9 : « Ricominciai a scrivere versi in italiano e in friulano, i fast (...)
  • 9 Une vocation bien réelle, et qui faisait de lui, de l’avis général, un enseignant hors pair. Cf. no (...)
  • 10 Il s’agit des fameux « cahiers rouges » (« quaderni rossi ») dont se nourriront plus tard bien des (...)
  • 11 Cf. pour de pénétrantes analyses à ce sujet, Federico Chabod, L’Italia contemporanea (1918-1948), T (...)
  • 12 Cet épisode tragique de la lutte partisane, connu sous le nom de « fatti di Porzùs » (« les faits d (...)
  • 13 Id., Al lettore nuovo, cit., p. 9 : « la morte di mio fratello e il dolore sovrumano di mia madre »
  • 14 Id., Lettere (1940-1954), a cura di Nico Naldini, Torino, Einaudi, 1986, p. 197 : « La disgrazia ch (...)

2Beaucoup de choses, à n’en pas douter. Et tout d’abord un fantôme, celui de son frère cadet, Guido Pasolini, exécuté, le 12 février 1945, dans des circonstances sur lesquelles nous reviendrons : ce frère dont le souvenir ne cessera de le hanter, et auquel il a dédié des pages qui comptent parmi les plus belles de son oeuvre5. Pour bien comprendre ce qui s’est alors passé, il faut remonter quelque peu en arrière, jusqu’à ce mois de septembre 1943 où, quelques jours à peine après avoir été incorporé, Pier Paolo Pasolini déserte, au lendemain de la fameuse proclamation de l’armistice, et va chercher refuge à Casarsa, au Frioul, dans le village natal de sa mère6. Casarsa qu’il quittera après quelques semaines, lorsque les rafles des troupes d’occupation allemandes se feront plus menaçantes, pour le hameau de Versuta, toujours accompagné de sa mère et de son frère cadet (alors que son père, Carlo Alberto Pasolini, officier fasciste, a été envoyé en Afrique, où il sera très vite fait prisonnier et interné au Kenya, d’où il ne rentrera qu’à la fin des hostilités). Et s’ouvre alors, pour le jeune poète, une époque à la fois lumineuse et tragique de sa vie (dont il a rendu compte notamment dans le très beau fragment intitulé La Résistance et sa lumière7). Lumineuse, parce qu’il se plonge, avec une sorte d’ivresse, dans cet univers frioulan qu’il a passionnément aimé, allant jusqu’à faire durablement sienne sa langue, qui lui était d’abord étrangère8. Afin d’avoir une occupation, il a ouvert, avec sa mère, une sorte d’école rustique que fréquentent les enfants du hameau, et où il donne libre cours à sa vocation pédagogique9. Il vit aussi quelques idylles campagnardes, dont il consignera le récit dans une sorte de journal intime, destiné à rester longtemps secret10. Mais époque tragique aussi, car la guerre est bien là. Et, au printemps de 1944, son frère Guido, qui a noué depuis longtemps des contacts ave la Résistance, décide de franchir le pas et de s’engager dans la lutte armée. Il s’enrôle donc, sur le conseil de son aîné, dans une brigade affiliée au Parti d’Action, la brigade Osoppo. Il faut savoir à ce sujet qu’il y a eu en Italie non pas une, mais plusieurs Résistances. Et qu’à côté des brigades Garibaldi, les plus nombreuses, d’inspiration communiste, il y a eu aussi les brigades Justice et Liberté, rattachées au Parti d’Action, des brigades socialistes, autonomes, et même démocrates-chrétiennes. Avec, parfois, entre elles, des luttes fratricides11, comme ce fut le cas pour la formation Osoppo, dans laquelle combattait Guido Pasolini. Après que cette brigade eut été décimée, dans sa lutte contre les troupes allemandes, elle fut sommée de se fondre dans la brigade Garibaldi la plus proche, elle-même destinée à passer sous commandement slovène (l’enjeu réel étant l’annexion d’une zone frontalière du Frioul à la future Yougoslavie, placée sous l’autorité du maréchal Tito). Et, les survivants de la formation désormais dissidente ayant refusé d’obtempérer aux ordres qui leur avaient été signifiés, ils furent impitoyablement passés par les armes, le 12 février 194512. La nouvelle de cette tuerie ne parviendra à Casarsa que quelques semaines plus tard. Et, pour la famille, le coup est terrible. Pier Paolo Pasolini parlera, dans la Préface que nous avons déjà citée, de la douleur « surhumaine » de sa mère13, et il écrit, dans une lettre du 21 août suivant, à son ami Luciano Serra : « Le malheur qui nous a frappés, ma mère et moi, est comme une immense, une effroyable montagne, qu’il nous a fallu franchir, et plus nous nous en éloignons maintenant, plus elle se dresse, haute et terrible, à l’horizon. Je ne peux écrire à ce sujet sans pleurer, et toutes mes pensées naissent confusément comme autant de larmes »14. Ce frère assassiné qui apparaît encore dans l’épilogue de Victoire, poème qui clôt, en 1964, le recueil intitulé Poésie en forme de rose :

  • 15 Id., Poésies (1953-1964), édition bilingue, traduction de José Guidi, Paris, Gallimard, 1973, p. 28 (...)

la tête fendue, notre tête, humble
trésor de la famille, sa grosse tête de cadet,
mon frère se rendort de son sanglant sommeil, abandonné

parmi les feuilles mortes, le foin chaud
d’un bosquet des préalpes – dans la douleur
et dans la paix d’un interminable dimanche…

ce jour pourtant est un jour de victoire15

  • 16 Cette trêve, dira-t-il, dans Les cendres de Gramsci (ibidem, pp. 20-21) « in cui non siamo » (qui n (...)
  • 17 Ibidem, pp. 86-87 : « ogni tua ingenua vergogna / di non essere – nel sentimento – / al punto in cu (...)
  • 18 Cf. P. P. Pasolini, La meglio gioventù, Biblioteca di Paragone, Firenze, Sansoni, 1954.
  • 19 Id., L’usignolo della Chiesa cattolica, Milano, Longanesi, 1958.
  • 20 Cf. notamment l’épilogue du poème intitulé La Chiesa : « Un usignolo canta, vuole morire : prendete (...)
  • 21 Situation au demeurant récurrente dans l’œuvre de Pasolini, puisque on la retrouve aussi bien dans (...)
  • 22 Ainsi dans la seconde strophe du poème intitulé Il Narciso e la rosa (L’usignolo…, cit., p. 76 : «  (...)
  • 23 Ibidem, p. 91 : « L’uomo resta attonito di vedere verificata nel caso proprio la regola generale » (...)
  • 24 Id., Al lettore nuovo, cit., p. 9 : « e a questo si aggiunga il problema della mia vita e della mia (...)
  • 25 Id., L’usignolo…, cit., p. 72 : « Sii dunque l’ossesso / che non cerca rimedi » ; p. 94 : « io, l’U (...)
  • 26 Ainsi dans Poeta delle ceneri (œuvre écrite en 1966) : « Piango ancora, ogni volta che ci penso, / (...)
  • 27 Id., L’usignolo…, cit., pp. 137-148.

3Il y a en effet, à partir de là, dans ce qui pousse Pier Paolo Pasolini à écrire, la volonté de faire en sorte que le sacrifice de son frère n’ait pas été vain. D’où sa volonté de lutter sans trêve16, de toujours se porter, du moins en esprit, « à l’endroit où change le monde »17. Sa poésie va prendre, à partir de là, un tour différent. Il y a toujours, dans les compositions qu’il ajoute alors à sa production dialectale, c’est-à-dire la Suite frioulane(1944-49), le Testament Coran (1947-52), et, plus tard, le Romancero (1953), les mêmes tonalités élégiaques, mais la figure, jusque là omniprésente, de Narcisse – ce double symbolique de lui-même – tend à s’y estomper, tandis que se multiplient les références à l’histoire, et notamment aux drames qui ont ensanglanté le Frioul à différentes époques, qu’il s’agisse des guerres napoléoniennes, de la débâcle de Caporetto, ou des drames liés à l’occupation allemande des années 1944-4518. Et le changement est plus spectaculaire encore dans le recueil de poésies en langue italienne intitulé, avec un savant mélange de provocation et de sincérité, Le rossignol de l’Église catholique19. Un recueil qui s’ouvre effectivement sur une série d’évocations religieuses, parfois parcourues de véritables élans mystiques20, mais qui se poursuit, à compter justement de 1946, par une suite de compositions où l’on voit l’Ange du Bien et l’Ange du Mal se disputer l’âme du poète21. Avec le sentiment d’un trouble grandissant, où l’innocence le cède à la perversité, la chasteté à l’abandon22. Avec, à un certain moment, placée en tête d’une séquence du recueil, une citation léopardienne qui dit ceci : « L’homme se trouve frappé de stupeur en voyant se vérifier dans son cas particulier une règle générale »23. Comme si le poète était véritablement abasourdi par ce qu’il découvrait alors de lui, et qu’il appelle pudiquement, dans la Préface où tout se trouve succinctement consigné, le « problème de ma chair »24. De sorte que l’on assiste alors à une première remise en cause radicale de l’écriture poétique pasolinienne, sous la poussée de deux forces qui agissent de façon séparée et néanmoins concomitante : une inquiète sensualité, qui amène le jeune écrivain à prendre douloureusement conscience de sa propre singularité et à se définir comme un être à part, un exclu, un obsédé25 ; et d’autre part une prise de conscience, historique et politique, liée au drame personnel qui l’a alors marqué de manière ineffaçable26. Toujours est-il que le recueil intitulé Le rossignol de l’Église catholique s’achève, significativement, par une séquence intitulée La découverte de Marx27.

  • 28 Id., Lettere (1940-1954), cit., pp. 391-392 : « Io ho sofferto il soffribile, non ho mai accettato (...)
  • 29 Id., Atti impuri, cit., p. 92 : « non c’erano proporzioni tra la purezza e l’onestà a cui ero educa (...)
  • 30 Ibidem, Prefazione ad Atti impuri e Amado mio, p. 269 : « Egli era stato “il fanciullo senza macchi (...)
  • 31 Ibidem, Atti impuri, p. 50 : « Come simboli di un destino che si compiva, attuandosi puntualmente, (...)

4Son homosexualité, le poète l’assume publiquement à compter de son arrivée à Rome, en janvier 1950, et n’en fera plus, dès lors, mystère. Tel n’était pas le cas à l’époque frioulane, où elle était vécue comme un douloureux secret. Voici comment il en parle dans une lettre écrite à l’une de ses confidentes, Silvana Mauri – lettre écrite en février 1950, mais dans laquelle il revient sur ce qui s’est auparavant passé : « J’ai souffert autant que faire se peut. Je n’ai jamais accepté mon péché, je n’ai jamais établi de compromis avec ma propre nature, pas plus que je ne m’y suis habitué. J’étais né pour être serein, équilibré et naturel : mon homosexualité était en plus, elle était au-dehors, elle n’avait rien à voir avec moi, je l’ai toujours vue à mes côtés comme une ennemie, je ne l’ai jamais ressentie comme faisant partie de moi. Ce n’est qu’au cours de cette dernière année que je me suis un peu laissé aller… »28. Ce que confirme la lecture des journaux intimes dont nous avons déjà parlé. On trouve, notamment, dans Actes impurs, ce cri du cœur : « il n’y avait aucune commune mesure entre la pureté et l’honnêteté que l’on m’avait inculquées et l’opprobre des actions auxquelles je me livrais alors »29. Et dans la Préface qui aurait dû ouvrir ces confessions, parlant de son double idéal, Paolo, il dit ceci : « Il avait été “un enfant sans peur et sans reproche”, la “consolation de ses parents”, un modèle de rectitude, en somme. Maintenant, il ne peut plus trouver la paix (pas même quand, à la façon d’une bête traquée et blessée, il mord pour se défendre) »30. L’homosexualité perçue, donc, comme un destin31, et ressentie, à cette époque-là, comme un tourment sans cesse renouvelé, une scission dramatique et profonde de la personnalité.

  • 32 Cf. pour des informations plus détaillées sur les différents points évoqués la Cronologia établie p (...)
  • 33 Cf. N. Naldini, Cronologia, cit., p. CLXXIII.
  • 34 Cf. F. Chabod, L’Italia contemporanea (1918-1948), cit., pp. 162-167.
  • 35 Cf. N. Naldini, Cronologia, cit., p. CLXXV. Les faits étaient, en réalité, véniels. Pier Paolo Paso (...)
  • 36 Cf. Alain-Michel Boyer, Pier Paolo Pasolini. Qui êtes-vous ?, Lyon, La manufacture, 1987, p. 304.
  • 37 Cf. P. P. Pasolini, Lettere (1940-1954), cit., p. 368 : « Mia madre ieri mattina è stata per impazz (...)
  • 38 Ibidem, p. 368 : « Non mi meraviglio della diabolica perfidia democristiana ».
  • 39 Ibidem, p. 368 : « Malgrado voi, resto e resterò comunista, nel senso più autentico di questa parol (...)
  • 40 Ibidem, p. 384 : « Tu non sai come si è ridotta mia madre. Io non posso più sopportare di vederla s (...)

5Mais revenons à la chronologie. À l’automne de 1947, Pier Paolo Pasolini est nommé professeur de lettres au collège de Valvasone, situé à quelques kilomètres de Casarsa. Il occupe donc un poste dans l’enseignement public, et remplit sa fonction avec dévouement. Surmontant le traumatisme qu’a été pour lui la mort de son frère, il s’inscrit à la cellule communiste de San Giovanni, dont il devient, au bout de quelques mois, le secrétaire (et c’est en tant que tel qu’il participe, en janvier 1948, à San Vito, à une grande manifestation populaire, durement réprimée par la police32). Il milite très activement et s’impose comme l’un des intellectuels frioulans les plus en vue du moment : il prend part, en février 1949, au Congrès de la Fédération communiste de Pordenone, et se rend au mois de mai de la même année à Paris pour le Congrès de la Paix33. Il écrit dans de nombreux journaux et rédige des affiches qui sont destinées à être ensuite placardées sur les murs des villages. L’Italie vit alors une période de forte tension politique, marquée notamment par les élections législatives d’avril 1948, qui donnent la majorité absolue, à la Chambre des députés, à la Démocratie chrétienne, et sont marquées par une virulente campagne de propagande anti-communiste34. Pier Paolo Pasolini, très en vue, donc, dans le combat politique, fait l’objet de manœuvres d’intimidation de la part d’un prêtre et d’un député démocrate-chrétien d’Udine, mais n’en a cure, et continue à mener sa vie comme il l’entend. Le soir du 30 septembre 1949, dans le hameau de Ramuscello, à l’occasion d’une fête champêtre, il quitte le lieu du bal en compagnie d’un adolescent qu’il connaît bien et de deux de ses amis, et se perd avec eux dans la nuit. Il n’y a rien là que de très ordinaire, mais, dans les jours qui suivent, à la suite d’une dispute, les langues se délient : les carabiniers, renseignés par des informateurs anonymes, recueillent les dépositions à charge de quelques jeunes garçons et, le 22 octobre, ils engagent contre le poète militant une procédure judiciaire pour corruption de mineurs et pour actes obscènes dans un lieu public35. L’incriminé ne se défend que très maladroitement. Les forces de l’ordre informent de la situation le Rectorat et la presse. Désormais, le mal est fait. Le scandale, bien orchestré, éclate presque aussitôt. Le 28 octobre, les journaux locaux et régionaux en font leurs choux gras, et, le jour même, on apprend que la Fédération communiste de Pordenone a exclu de ses rangs Pier Paolo Pasolini pour « indignité morale et politique »36. Conséquence logique de la mise en accusation du poète : il est révoqué de son poste d’enseignant et perd donc son emploi. D’abord abasourdi par l’ampleur de la catastrophe, bien vite il se reprend. Dès le 31 octobre, il écrit à Ferdinando Mautino, l’un des dirigeants qui ont prononcé son exclusion, une lettre de protestation où, après avoir fait état des terribles conséquences familiales du scandale37 et dénoncé la « diabolique perfidie démo-chrétienne »38, il conclut fièrement : « En dépit de vous, je suis et je resterai communiste, au sens le plus véridique du mot »39. Mais la situation familiale est devenue désormais intenable. D’où la décision de partir, avec sa mère, à Rome, dont il s’explique dans une lettre à Silvana Mauri datée du 27 janvier 195040 – soit la veille même de son départ.

  • 41 Id., Poeta delle ceneri, cit., p. 1266 : « io vivevo come può vivere un condannato a morte / sempre (...)
  • 42 Cf. N. Naldini, Cronologia, cit., p. CLXXV.
  • 43 Cf. P. P. Pasolini, Poésies (1953-1964), cit., p. 65 : « Ce bourg nu, dans le vent, / n’était plus (...)
  • 44 Cf. sur tous ces points N. Naldini, Cronologia, cit., pp. CLXXVI-CLXXIX.
  • 45 P. P. Pasolini, Roma 1950. Diario, Milano, All’insegna del pesce d’oro, 1960.
  • 46 Id., Passione e ideologia, Milano, Garzanti, 496 pages.
  • 47 Et notamment sa collaboration, avec Giorgio Bassani, au scénario du film intitulé La donna del fium (...)
  • 48 Cf. P. P. Pasolini, Io e Boccaccio, in Saggi sulla politica e sulla società, Milano, Mondadori, 199 (...)
  • 49 Ibidem, Altre interviste, pp. 1574-75 : « io mi riferisco alla parte che abbiamo sempre considerata (...)
  • 50 On pense notamment au poème blasphématoire qu’il écrira en février 1959, au lendemain de la mort du (...)
  • 51 Ibidem, La religion de notre temps, pp. 160-161.
  • 52 Ibidem, Les pleurs de l’excavatrice, pp. 56-57 : « Pauvre, merveilleuse / cité, tu m’as fait faire (...)

6À compter de ce moment-là, sa vie change du tout au tout. Certes ses conditions d’existence sont d’abord dramatiques. Il est sans le sou, vit sous le choc de ce qui vient de se passer, sa mère en est réduite à faire des ménages41. Il loue tout d’abord une chambre via Costaguta, dans le quartier juif, à quelques pas du Tibre42, puis, en un second temps, après avoir trouvé, dans une école privée, un travail d’enseignant, parvient à se loger dans la banlieue de Rebibbia. Et c’est là qu’il découvre le monde des borgate, ces bidonvilles qui prolifèrent, dira-t-il, comme une lèpre en marge de la Rome bourgeoise et pontificale. Un monde qui va aussitôt le subjuguer. Avec son dénuement, sa cruauté, sa tragique misère, mais aussi sa poignante authenticité, et ses rares moments de grâce, dont il va se faire le chantre fraternel et inspiré dans ses poèmes43, dans ses romans, et plus tard, à compter de 1961, dans sa production cinématographique. Il noue vite des amitiés : le poète Sandro Penna, en compagnie duquel il déambule des nuits entières, dans une ville où tout paraît permis et où l’homosexualité devient une condition normale dont on n’a plus à se cacher, les frères Citti, Giorgio Caproni, Attilio Bertolucci, Carlo Emilio Gadda44. Et c’est là que s’ouvre, après un moment de douloureuse stupeur dont témoigne le petit recueil intitulé Roma 1950. Diario45, la période la plus productive de sa vie. Qu’on en juge. En quelques années, outre les recueils de poèmes et les romans frioulans auxquels il met la dernière main avant publication, il entreprend la rédaction des Ceneri di Gramsci, recueil qui sera publié en 1956, bientôt suivi d’un autre recueil de poèmes, tout aussi important, La religione del mio tempo, qui sera achevé en 1960. Les récits publiés dans Ragazzi di vita (1955) constituent autant d’ébauches de romans qui trouveront leur aboutissement avec Una vita violenta, paru en 1959. Sa grande Antologia della poesia dialettale, qui a vu le jour en décembre 1952, est complétée par le Canzoniere italiano (1955) ainsi que par une masse d’écrits critiques publiée en 1960 sous le titre de Passione e ideologia46. De cette époque date aussi son activité de scénariste47. Sans parler de sa collaboration à différentes revues (Paragone, Vie nuove, et, bien sûr, Officina, qu’il fonde en 1955 avec Francesco Leonetti et Roberto Roversi). Il dira plus tard que tout poète n’a qu’une époque dans sa vie, et que, pour lui, ce furent les années 5048, durant lesquelles il a véritablement assumé le rôle de poète civil49. L’image qu’il a laissée de lui, c’est celle d’un lutteur infatigable, insaisissable comme du vif-argent, ne se trouvant jamais là où on l’attend, et jetant à la face de l’Italie bien-pensante, cette Italie démocrate-chrétienne confite en dévotions et engluée dans le mirage d’un illusoire miracle économique, une autre Italie, celle des laissés pour compte, des exclus, des déshérités, dont il a su révéler la poignante humanité. N’hésitant pas, le cas échéant, à s’en prendre aux autorités les plus consacrées50. Sans doute en a-t-il parlé mieux que personne en ravivant, plus tard, le souvenir d’une époque « qui, en un monde destiné à humilier, // fut lumière morale et résistance »51. Dans cette Rome des années ’50 à laquelle il a dédié, à juste titre, dans l’un de ses poèmes les plus connus, une véritable action de grâce52, refermant sans la renier son expérience frioulane, un grand écrivain est véritablement né.

Haut de page

Notes

1 Pier Paolo Pasolini, Poeta delle ceneri, in Tutte le poesie, Milano, Mondadori, 2003, vol. II, pp. 1261-1288.

2 Id., Al lettore nuovo, in Poesie, Milano, Garzanti, 1970, pp. 5-14.

3 Id., Poeta delle ceneri, cit., p. 1265 : « Fuggii con mia madre e una valigia e un po’ di gioie che risultarono false… ».

4 Id., Al lettore nuovo, cit., p. 9 : « fuggii con mia madre a Roma, come in un romanzo ».

5 Ainsi, au détour de Poeta delle ceneri (cit., p. 1261), cette poignante et fugitive évocation : « Piango ancora, ogni volta che ci penso, / su mio fratello Guido, / un partigiano ucciso da altri partigiani, comunisti, / (era del Partito d’Azione, ma su mio consiglio ; / lui, aveva cominciato la Resistenza come comunista) ».

6 Cf. Al lettore nuovo, cit., pp. 8-9.

7 Cf. P. P. Pasolini, La Resistenza e la sua luce, in Poesie, cit., p. 76 (poème entièrement scandé par le retour obsédant de la formule « ed era pura luce », qui y résonne à la façon d’un gong lumineux).

8 Cf. Al lettore nuovo, cit., p. 9 : « Ricominciai a scrivere versi in italiano e in friulano, i fasti campestri della Meglio gioventù e dell’Usignuolo ».

9 Une vocation bien réelle, et qui faisait de lui, de l’avis général, un enseignant hors pair. Cf. notamment à ce sujet Il maestro e la meglio gioventù. Pasolini e la scuola, a cura di Roberto Villa e Lorenzo Capitani, Reggio Emilia, Alberti, 2005.

10 Il s’agit des fameux « cahiers rouges » (« quaderni rossi ») dont se nourriront plus tard bien des pages d’Atti impuri et d’Amado mio, romans qui ne seront publiés tous deux que posthumes (Cf. P. P. Pasolini, Romanzi e racconti, a cura di Walter Siti e Silvia De Laude, vol. I, Milano, Mondadori, 1998).

11 Cf. pour de pénétrantes analyses à ce sujet, Federico Chabod, L’Italia contemporanea (1918-1948), Torino, Einaudi, 1961 (pp. 103-143 notamment).

12 Cet épisode tragique de la lutte partisane, connu sous le nom de « fatti di Porzùs » (« les faits de Porzùs ») a fait l’objet, dans l’après-guerre, d’un procès, dans lequel Pier Paolo Pasolini accepta de témoigner, tout en précisant qu’il ne fallait pas se tromper de combat, et que son frère était mort, avant tout, en raison de son engagement antifasciste. C’est ainsi qu’il l’évoquera, notamment dans Comizio Cf. P. P. Pasolini, Le Poesie, Milano, Garzanti, 1971, pp. 39-40 : « Ha dolorosa e accesa, // nel sorriso, la luce con cui vide, / oscuro partigiano, non ventenne / ancora, come era da decidere // con vera dignità, con furia indenne / d’odio, la nuova nostra storia… ».

13 Id., Al lettore nuovo, cit., p. 9 : « la morte di mio fratello e il dolore sovrumano di mia madre ».

14 Id., Lettere (1940-1954), a cura di Nico Naldini, Torino, Einaudi, 1986, p. 197 : « La disgrazia che ha colpito mia madre e me, è come un’immensa, spaventosa montagna, che abbiamo dovuto valicare, e quanto più ora ce ne allontaniamo tanto più ci appare alta e terribile contro l’orizzonte. Non posso scriverne senza piangere, e tutti i pensieri mi vengono confusamente come le lagrime ».

15 Id., Poésies (1953-1964), édition bilingue, traduction de José Guidi, Paris, Gallimard, 1973, p. 285.

16 Cette trêve, dira-t-il, dans Les cendres de Gramsci (ibidem, pp. 20-21) « in cui non siamo » (qui nous efface, donc, qui nous déréalise, nous réduit à néant).

17 Ibidem, pp. 86-87 : « ogni tua ingenua vergogna / di non essere – nel sentimento – / al punto in cui il mondo si rinnova ».

18 Cf. P. P. Pasolini, La meglio gioventù, Biblioteca di Paragone, Firenze, Sansoni, 1954.

19 Id., L’usignolo della Chiesa cattolica, Milano, Longanesi, 1958.

20 Cf. notamment l’épilogue du poème intitulé La Chiesa : « Un usignolo canta, vuole morire : prendete il suo sangue » (ibidem, p. 44).

21 Situation au demeurant récurrente dans l’œuvre de Pasolini, puisque on la retrouve aussi bien dans l’ouverture du scénario d’Accattone que dans celle de son dernier roman, publié posthume, Petrolio (Torino, Einaudi, 1992).

22 Ainsi dans la seconde strophe du poème intitulé Il Narciso e la rosa (L’usignolo…, cit., p. 76 : « Buona sera, Demonio, / mi ascolti sorridendo ? / Ma non aprire bocca, / ho capito, mi arrrendo ».

23 Ibidem, p. 91 : « L’uomo resta attonito di vedere verificata nel caso proprio la regola generale » (citation placée en tête de la séquence intitulée Lingua, pp. 91-99).

24 Id., Al lettore nuovo, cit., p. 9 : « e a questo si aggiunga il problema della mia vita e della mia carne ».

25 Id., L’usignolo…, cit., p. 72 : « Sii dunque l’ossesso / che non cerca rimedi » ; p. 94 : « io, l’Unico, il Segnato ».

26 Ainsi dans Poeta delle ceneri (œuvre écrite en 1966) : « Piango ancora, ogni volta che ci penso, / su mio fratello Guido, / un partigiano ucciso da altri partigiani… » (cit., p. 1261).

27 Id., L’usignolo…, cit., pp. 137-148.

28 Id., Lettere (1940-1954), cit., pp. 391-392 : « Io ho sofferto il soffribile, non ho mai accettato il mio peccato, non sono mai venuto a patti con la mia natura e non mi ci sono neanche abituato. Io ero nato per essere sereno, equilibrato e naturale : la mia omosessualità era in più, era fuori, non c’entrava con me. Me la sono sempre vista accanto come un nemico, non me la sono mai sentita dentro. Solo in quest’ultimo anno mi sono lasciato un po’ andare… » (lettre datée du 10 février 1950).

29 Id., Atti impuri, cit., p. 92 : « non c’erano proporzioni tra la purezza e l’onestà a cui ero educato e l’obbrobrio delle azioni che stavo compiendo ».

30 Ibidem, Prefazione ad Atti impuri e Amado mio, p. 269 : « Egli era stato “il fanciullo senza macchia e senza paura”, la “consolazione dei genitori”, un modello di rettitudine, insomma. Ora non sa darsi pace (nemmeno quando, come la bestia braccata e ferita, morde per difendersi) ».

31 Ibidem, Atti impuri, p. 50 : « Come simboli di un destino che si compiva, attuandosi puntualmente, sentivo i fischi e gli sbuffi di una locomotiva che errava per il terrapieno… » (c’est nous qui soulignons).

32 Cf. pour des informations plus détaillées sur les différents points évoqués la Cronologia établie par Nico Naldini et placée en tête de chacun des volumes constitutifs des Œuvres complètes de Pier Paolo Pasolini dans la collection ‘I Meridiani’ (ainsi, dans le premier des deux volumes intitulés Romanzi e racconti, cit., pp. CLXXI-CLXXV). De l’expérience de ces luttes populaires naîtra plus tard le roman intitulé Il sogno di una cosa (ibidem, vol. 2, pp. 1-263).

33 Cf. N. Naldini, Cronologia, cit., p. CLXXIII.

34 Cf. F. Chabod, L’Italia contemporanea (1918-1948), cit., pp. 162-167.

35 Cf. N. Naldini, Cronologia, cit., p. CLXXV. Les faits étaient, en réalité, véniels. Pier Paolo Pasolini sera absous, le 28 décembre 1950, de l’accusation de corruption de mineurs ; et en 1952, après appel, de celle d’actes obscènes en public, pour insuffisance de preuves.

36 Cf. Alain-Michel Boyer, Pier Paolo Pasolini. Qui êtes-vous ?, Lyon, La manufacture, 1987, p. 304.

37 Cf. P. P. Pasolini, Lettere (1940-1954), cit., p. 368 : « Mia madre ieri mattina è stata per impazzire, mio padre è in condizioni indescrivibili : l’ho sentito piangere e gemere tutta la notte. Io sono senza posto, cioè ridotto all’accattonaggio ».

38 Ibidem, p. 368 : « Non mi meraviglio della diabolica perfidia democristiana ».

39 Ibidem, p. 368 : « Malgrado voi, resto e resterò comunista, nel senso più autentico di questa parola ».

40 Ibidem, p. 384 : « Tu non sai come si è ridotta mia madre. Io non posso più sopportare di vederla soffrire in questo modo disumano e indicibile. Ho deciso di portarla domani stesso a Roma, all’insaputa di mio padre ».

41 Id., Poeta delle ceneri, cit., p. 1266 : « io vivevo come può vivere un condannato a morte / sempre con quel pensiero come una cosa addosso, / – disonore, disoccupazione, miseria. / Mia madre si ridusse per qualche tempo a fare la serva ».

42 Cf. N. Naldini, Cronologia, cit., p. CLXXV.

43 Cf. P. P. Pasolini, Poésies (1953-1964), cit., p. 65 : « Ce bourg nu, dans le vent, / n’était plus romain, ni méridional, ni ouvrier, / c’était la vie // dans sa lumière la plus réelle : / vie, et lumière de la vie… ».

44 Cf. sur tous ces points N. Naldini, Cronologia, cit., pp. CLXXVI-CLXXIX.

45 P. P. Pasolini, Roma 1950. Diario, Milano, All’insegna del pesce d’oro, 1960.

46 Id., Passione e ideologia, Milano, Garzanti, 496 pages.

47 Et notamment sa collaboration, avec Giorgio Bassani, au scénario du film intitulé La donna del fiume, de Mario Soldati (Cf. N. Naldini, Cronologia, cit., p. CLXXIX).

48 Cf. P. P. Pasolini, Io e Boccaccio, in Saggi sulla politica e sulla società, Milano, Mondadori, 1999, p. 1650 : « Veramente ho detto che un poeta ha un’epoca sola nella vita (un poeta, cioè il suo stile) : io so bene che l’epoca del mio stile sono stati gli anni Cinquanta, e me ne vanto ».

49 Ibidem, Altre interviste, pp. 1574-75 : « io mi riferisco alla parte che abbiamo sempre considerata “positiva” di quel decennio : cioè la nostra sopravvissuta resistenza, la nostra opposizione, la nostra vitalità, il nostro rigorismo ideologico e civico, ecc. ».

50 On pense notamment au poème blasphématoire qu’il écrira en février 1959, au lendemain de la mort du pape Pie XII, et dont la publication entraînera la disparition de la revue Officina, qui avait pris le risque de l’imprimer (cf. P. P. Pasolini, À un pape in Poésies (1953-1964), cit., pp. 172-175).

51 Ibidem, La religion de notre temps, pp. 160-161.

52 Ibidem, Les pleurs de l’excavatrice, pp. 56-57 : « Pauvre, merveilleuse / cité, tu m’as fait faire // l’expérience de cette vie / inconnue : jusqu’à me faire découvrir // ce qu’était, pour chacun, le monde ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

José Guidi, « Janvier 1950 : du Frioul à Rome. La fuite démiurgique de Pier Paolo Pasolini », Cahiers d’études romanes, 22 | 2010, 257-266.

Référence électronique

José Guidi, « Janvier 1950 : du Frioul à Rome. La fuite démiurgique de Pier Paolo Pasolini », Cahiers d’études romanes [En ligne], 22 | 2010, mis en ligne le 28 janvier 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/506 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.506

Haut de page

Auteur

José Guidi

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org