Navigation – Plan du site

Prologue

Bernard Bessière et Stefano Magni
p. 9-19

Texte intégral

1Organisée par l’axe 4 « mémoire/mémoires » du Centre aixois d’études romanes (CAER), la journée d’étude « Fragments de mémoire européenne : Semprún, Levi » s’est tenue le 2 mars 2015 sur deux sites : le matin, au Pôle Multimédia de la Maison de la Recherche d’Aix-Marseille Université (AMU) et l’après-midi au Site-Mémorial du Camp des Milles, 40, Chemin de la Badesse, 13290 Aix-en-Provence. Cette journée bénéficia du précieux concours de l’Institut interuniversitaire d’études et de cultures juives (IECJ), service commun d’AMU.

2Soucieux de revisiter la mémoire des grands conflits qui ont marqué le siècle écoulé dans les pays de l’aire culturelle romane, le comité scientifique avait estimé opportun de convier à ses travaux deux chercheurs d’autres Universités. Domenico Scarpa, qui est Italien, appartient au Centro Internazionale Primo Levi de Turin. Jesús Alonso, Espagnol, est maître de conférences à l’Université Bordeaux 3-Montaigne.

3Ces enseignants-chercheurs avaient été proposés par les deux responsables scientifiques, aixois rattachés au CAER : Sophie Nezri-Dufour, maître de conférences en littérature italienne contemporaine et Bernard Bessière, professeur des Universités, spécialiste de l’histoire politique et culturelle de l’Espagne contemporaine.

4Depuis les massacres de la « Grande Guerre » jusqu’aux dictatures d’obédiences diverses qui ont ensanglanté les nations de l’ère romane et bafoué les droits de l’homme y compris dans les dernières années du xxe siècle, ce temps fut celui de tous les cataclysmes et de toutes les négations de la nature humaine : un retour à la barbarie.

5Dans l’histoire du monde, rarement la formule que Plaute (254 av. J.-C.- 183 av. J.-C.) avait inscrite dans sa comédie Asinaria (la bien nommée Comédie des ânes) n’avait été à ce point justifiée : « Lupus est homo homini, non homo, quom qualis sit non novit » : « Quand il ne le connaît pas, lhomme est un loup pour lhomme » Primo Levi lui-même reprendra cette expression dans son roman La trêve.

6Dans sa formulation initiale, l’aphorisme signifiait que l’homme avait une propension à considérer comme un loup l’homme qu’il ne connaissait pas. Ainsi le poète latin visait-il la peur de l’inconnu, de l’Autre, de celui qui est différent, plus que la barbarie de ses semblables.

7Mais cet axiome connut une fortune exceptionnelle. Ainsi, tour à tour, Pline l’Ancien, Erasme, Rabelais, Freud, Schopenhauer, et donc Levi, eurent à cœur de le réactualiser et de le gloser en lui donnant le sens que chacun lui accorde désormais : quand l’homme est capable de nier l’humanité de son frère, de son autre-soi, il se transforme en prédateur de la nature humaine.

8La liste des tragédies et des génocides que le siècle dernier a générés est longue, or aucun instrument de décompte arithmétique n’est propre à mesurer la barbarie. Peut-on, en effet, soumettre à une taxinomie crédible l’élimination programmée du peuple arménien ou le génocide juif ? Il n’empêche que les abominations liées à la Shoah [de l’hébreu ש ו א ה « catastrophe »] furent et restent la preuve incontestable que lorsque les instincts les plus bas se donnent libre cours, l’homme peut effectivement être un loup pour l’homme. Comme l’avait gravé Francisco de Goya au pied de son Caprice n 43  chaque fois que la Raison se met en sommeil, les pires dangers guettent l’humanité.

9Renonçant à toute illusion d’exhaustivité et mus par leur sensibilité, les quatre intervenants – d’origine française, italienne et espagnole – se sont attachés à évoquer des fragments de mémoire méditerranéenne autour de deux auteurs exceptionnels, non pas seulement parce qu’ils furent des écrivains remarquables mais également parce qu’ils furent les témoins et les victimes de l’horreur nazie. Il s’agit de Primo Levi et de Jorge Semprún.

10Les chemins qu’ils empruntèrent furent divers et leurs expériences différenciées, mais les deux connurent les camps : le premier, Auschwitz ; le second, Buchenwald.

11En exergue de son étude intitulée Politiques symboliques dans les camps de concentration et d’extermination nazis. Les monuments et la mémoire des lieux : Auschwitz et Buchenwald, Jesús Alonso cite Primo Levi qui joue opportunément sur les termes monumento et ammonimento :

Je suis prêt à accepter une part de rhétorique, c’est indispensable pour vivre. Nous avons besoin de monuments, de célébrations : et, étymologiquement, monumento, a la même racine qu’ammonimento, l’admonestation. Mais il faut un contre-chant […] c’est ce que j’ai essayé de faire.

12Le chercheur bordelais d’origine espagnole se demande si, d’une manière générale, les « dynamiques mémorielles monumentales » qui furent progressivement mises en place au lendemain de la Seconde Guerre mondiale sur les sites mêmes des camps d’extermination – par souci de cohérence il a choisi de porter son attention sur les deux camps ci-dessus mentionnés – sont aptes à préserver la mémoire et si elles ne risquent pas parfois d’être un obstacle à la légitime transmission de l’histoire de ces lieux. Dans la seconde moitié du xxe siècle, historiens du temps présent et philosophes ont montré que la mémoire était par essence sélective, fragmentaire, donc parfois arbitraire. C’est là l’une des leçons que donna Paul Ricœur dans le sillage de l’ouvrage Les cadres sociaux de la mémoire que Maurice Halbwachs – que Semprún a connu à Buchenwald et dont il évoque l’agonie en mars 1945 – avait publié vingt ans plus tôt.

13Plus récemment, dans les premières pages de son essai Les abus de la mémoire (1995) le sémiologue bulgare Tzvetan Todorov citait Jacques Le Goff : « La mémoire ne cherche à sauver le passé que pour servir au présent et à l’avenir. Faisons en sorte que la mémoire collective serve à la libération et non à l’asservissement des hommes ». Et Todorov mettait en garde le lecteur en ces termes : « Les enjeux de la mémoire sont trop grands pour être laissés à l’enthousiasme ou à la colère ». Pourtant, il jugeait légitime le droit au « recouvrement de la mémoire » dont il donnait un exemple convaincant à travers le Mémorial des déportés juifs établi par Serge Klarsfeld et qu’il évaluait ainsi : « La vie a perdu contre la mort, mais la mémoire gagne dans son combat contre le néant. »

14En revanche, dans les pays qui constituèrent le bloc soviétique après 1945, la désignation précise des victimes fut promptement éludée et on assista souvent à un gommage progressif de la mémoire du génocide juif. Ainsi, les camps d’Auschwitz et de Buchenwald virent-ils la mémoire de l’extermination des juifs s’effacer au profit des victimes dites « politiques ».

15Le second invité étranger, le philologue et critique Domenico Scarpa, se livre dans sa communication intitulée « Primo Levi, le vrai début de Buna Lager » à une analyse de texte éclairante, celle du premier poème que Levi avait écrit quasiment trois ans après la libération du camp d’Auschwitz où il avait été déporté. Cette heureuse et tardive redécouverte littéraire faite en retrouvant un numéro oublié de juin 1946 de l’hebdomadaire communiste L’amico del popolo publié dans la cité piémontaise de Vercelli, montre à quel point ces vers, écrits avant la publication de son œuvre majeure Se questo è un uomo (première édition turinoise en 1947 puis version définitive onze ans plus tard ; en français : Si c’est un homme) rendent d’abord compte des bruits, des rythmes et des odeurs qui constituaient le quotidien de l’enfer concentrationnaire. Ainsi, ces vers, qui surgissent comme autant d’échos de la mémoire acoustique, se transforment-ils d’emblée en choc moral. N’est-il pas, en effet, hautement symbolique que l’envoi du poème évoque la honte d’avoir traversé cette expérience de l’anéantissement de la dignité :

Uomo spento che fosti un uomo forte :
Se ancora ci trovassimo davanti
Lassù nel dolce mondo sotto il sole,
Con quale viso ci staremmo a fronte ?
Homme éteint si tu étais un homme fort
Si nous nous retrouvions encore tous les deux
Là-haut dans le doux monde sous le soleil,
Avec quel visage pourrions-nous nous faire face ?
(Traduit de l’italien par Martin Rueff)

16À la question de savoir pourquoi Levi avait tant tardé avant de publier Se questo è un uomo, Scarpa répond que, dans cette Italie encore traumatisée par le fascisme et son racisme d’État, il n’existait pas encore de public susceptible de supporter la lecture de telles évocations. Il s’adressa pourtant à ceux qui n’avaient pas connu l’enfer, c’est-à-dire ceux qui ne savaient pas ou qui préféraient ne pas savoir. Cependant, avant de livrer son texte majeur, mentionné ci-dessus, le jeune chimiste de 25 ans avait, au printemps 1945, répondu à une requête que le gouvernement soviétique avait adressée à 3 000 déportés, invitant ceux-ci à documenter leur expérience dans le Lager d’Auschwitz et la place qu’avait occupée ce camp dans le contexte de la « solution finale ». Publié en 1946, le Rapporto sulla organizzazione igienico-sanitaria del Campo di concentramento per Ebrei di Monowitz Auschwitz – Alta Slesia (en français Rapport sur Auschwitz, paru chez Kimé en 2007) est bien plus que le simple brouillon de Se questo è un uomo. Il peut être considéré comme un document technique et anthropologique de très grande importance.

17À l’image de « Buna Lager », poème longtemps égaré puis retrouvé, les deux textes de Levi mentionnés ci-dessus illustrent cette phrase que lauteur avait placée en exergue de son œuvre majeure :

Ce livre n’a pas été écrit pour accuser ni pour susciter l’horreur et l’exécration. L’enseignement qu’il délivre est un enseignement de paix : celui qui hait contrevient à une loi logique avant de contredire un principe moral.

18À son tour, Sophie Nezri-Dufour pose cette question essentielle qui obséda la plupart de ceux qui, à l’instar de Primo Levi, voulurent témoigner, tels Jorge Semprún, Maurice Delfieu, Simone Veil ou encore Robert Antelme : comment transmettre l’indicible et l’inaudible aux citoyens d’une Europe certes libérée mais bientôt portée à l’oubli ? Quelle fut, dans l’Italie post-fasciste avide de normalité et désireuse de tourner une page lourde de non-dits et de lâchetés, la réception de la parole du déporté Levi ? Dans ses récits et ses poèmes mais aussi à loccasion des témoignages quil accordait, par exemple, au public scolaire, Primo Levi intégra cette souffrance qui s’ajoutait à celle de son expérience concentrationnaire. Sur le plan humain, littéraire et médiatique, comment survivre sous le regard indifférent voire suspicieux de ceux qui « n’ont pas connu l’au-delà », selon l’expression de Sophie Nezri-Dufour ? Pris entre rejet instinctif et hostilité gênée, comment échapper au phénomène de marginalisation qui constitua pour les témoins une manière de double peine ?

19Luttant contre ses cauchemars et ses obsessions, Levi s’évertua à rendre la réalité d’Auschwitz accessible et supportable aux citoyens-lecteurs, un défi que déjà, la veille de leur libération, beaucoup de déportés anticipaient avec angoisse. Et Levi d’évoquer ce terrible cauchemar récurrent : les déportés revenus chez eux jouissent d’abord de l’attention et de l’intérêt de leurs proches, mais peu à peu l’indifférence gagne ces derniers, y compris le cercle des intimes qui finit par leur tourner le dos et les renvoyer à leur solitude. Déjà à Maïdanek, l’historien Isaac Shipper, qui avait parfaitement deviné que tel serait le destin des récits d’extermination, avait averti : « Nous aurons cette tâche ingrate de prouver à un monde qui fera la sourde oreille que nous sommes Abel, le frère assassiné ».

20Ainsi le retour italien de Primo Levi fut-il chaotique : la réinsertion professionnelle du jeune chimiste fut problématique et le projet éditorial de Se questo è un uomo plus que laborieux dans un contexte social, politique et industriel désormais soumis au culte du « développement » : après le refus de l’éditeur Einaudi, une petite maison, De Silva, accepta une modeste publication de 2 500 exemplaires…

21Comme en témoigna de son côté Robert Antelme, on suggéra aux déportés qui s’entêtaient à dire la barbarie, d’occulter une partie de leur histoire au profit d’une vision plus optimiste de la réalité : « Oubliez ! La vision que vous avez maintenant des choses est fausse. C’était un faux temps. Oubliez, oubliez non seulement l’horreur, le mal, chassez non seulement les souvenirs, chassez ce que vous croyez être des vérités. C’est un temps entre parenthèses ».

22En Italie, il fallut attendre les années 1950 pour que le phénomène éditorial des récits de survivants se normalisât. La littérature de la Shoah avait ainsi gagné son droit à l’existence mais au prix de quelques renoncements, il est vrai. Ainsi, pour ne pas effaroucher le lecteur, les auteurs-témoins eurent-ils parfois recours à la litote voire à une forme d’auto-censure visant à adoucir le caractère violent des faits et des mots. Et, à sa manière, quand il passait du récit documentaire au récit de fiction, du roman à la poésie, de la pièce de théâtre au recueil de souvenirs, Levi éprouvait la désagréable sensation d’être un poète-messager maudit qui revient du royaume des morts.

23Enfin retour à l’Espagne et à sa mémoire avec la communication que Bernard Bessière (CAER) consacre à Jorge Semprún qui s’éteignit à Paris en 2011 au terme d’une existence trépidante parsemée d’aventures humaines, d’engagements politiques et de défis d’écriture.

24Cette communication, intitulée « Sur le chemin de Buchenwald : Semprún, la littérature et la musique » a pour objet un roman en particulier, Le Grand Voyage. Il s’agit de mettre en relief les aspects culturalistes de cette œuvre autobiographique tant sont nombreuses les références littéraires, filmiques et musicales que Semprún égrène au cours du récit qu’il fait de son cheminement vers le camp.

25À 37 ans, cet activiste qui militait alors dans les rangs communistes avant de s’en éloigner quelques années plus tard, avait publié en 1963 et en langue française Le Grand Voyage dans lequel il racontait l’interminable périple qui, en septembre 1943, l’avait conduit en train depuis Compiègne jusqu’à Buchenwald. Alors âgé de 19 ans, il sera interné jusqu’à la libération du camp en avril 1945. Pendant ce « grand voyage », le déporté ne cesse de mentionner des œuvres littéraires mais aussi des titres de films, de chansons et de mélodies.

26Citant une phrase de Quel beau dimanche ! (1980) qui, avant L’Écriture ou la vie (1994) constitue le deuxième volet de ce triptyque de la mémoire des camps, Bernard Bessière reproduit cette opinion éclairante de l’écrivain franco-espagnol :

Quelques vers hugoliens flottaient dans ma mémoire, à voix basse. Il y a toujours quelques bribes de poèmes qui traînent dans ma mémoire comme le brouillard matinal sur les prairies, à toute occasion et tout propos. Et même hors de propos. Manie bien innocente, sans doute. Utile, de surcroît.
Quel beau dimanche !, Paris, Grasset, 1980, p. 52

27Parce qu’il avait reçu, de ses parents, une éducation germanique, Semprún vécut comme une cruelle ironie du destin le fait que le lieu de destination de ce voyage, Buchenwald, était situé tout près de Weimar. N’était-ce pas dans cette coquette cité de Thuringe que s’étaient épanouis quelques-uns des représentants les plus prestigieux de la culture d’Outre-Rhin : Cranach, Bach, Herder, Schiller, Liszt, Nietzsche, Gropius, Klee, et surtout le grand Goethe ? Pendant les « quatre jours et les cinq nuits » de ce voyage vers l’enfer, dans cet abject wagon à bestiaux où les morts occupaient sans cesse plus d’espace, Semprún évoque ses lectures de khâgneux, ses goûts musicaux et ses chansons préférées. Parmi ces dernières, le jazz occupait une grande place… excessive aux yeux de ceux qui deviendront ses compagnons de route staliniens. Depuis Paul Valéry – avec lequel, pourtant, il n’est pas tendre – jusqu’à Faulkner en passant par Hegel, Baudelaire, Hugo ou Proust, il agrémente ses souvenirs de références plus inattendues : des standards comme Some of These Days, Summertime, In the shade of old apple tree ou encore La Paloma et Tequila !

28Pour autant, ces phrases musicales, ces évocations, ne sont pas gratuites. Chaque référence fait sens au cœur de cette mémoire du grand voyage qui n’était que le prologue à la tragédie d’une expérience concentrationnaire, laquelle fera l’objet de L’Écriture ou la vie, son texte essentiel écrit à la maturité. À travers cette introspection sur la construction d’un personnage multiple – déporté, militant, romancier, scénariste, ministre – cette communication aborde le rapport vital qu’un témoin de la mémoire entretient avec son isotopie culturelle. Preuve que, libre de tout préjugé, un grand intellectuel peut puiser ses racines et ses inspirations aussi bien dans le corpus de la création populaire que dans celui de la « haute culture ».

29Cette journée d’étude consacrée à Levi, à Semprún et à Bassani n’avait d’autre prétention que d’illustrer quelques fragments de la mémoire du péril nazi et de la mémoire des camps, au prisme du regard italien et espagnol. Que les deux institutions qui ont participé à l’organisation de cette journée – le Site-Mémorial du Camp des Milles et l’Institut interuniversitaire d’études et de cultures juives d’Aix-Marseille Université – trouvent ici la marque de la gratitude du laboratoire du Centre aixois d’études romanes.

30Le centenaire de la naissance de Giorgio Bassani (1916-2016) est en train d’être célébré dans toute l’Europe. Les universités ainsi que les centres culturels multiplient les colloques et les journées d’études. Grâce au travail spécifique de certains de ses membres, comme Sophie Nezri-Dufour qui s’occupe de Bassani depuis de nombreuses années, le CAER a consacré à ce grand auteur du xxe siècle italien plusieurs rencontres, en invitant des experts ainsi qu’en deux occasions la fille de l’auteur. Ces journées ont donné lieu à des contributions d’incontestable intérêt qui nous offrent un tableau complet et actuel de cet écrivain.

31C’est donc la personnalité également attachante de Giorgio Bassani disparu en 2000 que Sophie Nezri-Dufour (CAER) s’attache à cerner dans sa communication intitulée « Giorgio Bassani, une mémoire toujours actuelle ».

32La trajectoire intellectuelle et créative de Bassani fut d’une rare richesse et son œuvre romanesque, ancrée dans la Ferrare du Ventennio fasciste puis de la déportation, s’attache à décrire les soubresauts et les déchirements d’une société où juifs et catholiques, pourtant si semblables, avaient vu leur chemin se séparer brutalement. Refusant lui aussi la haine, dans le sillage de Levi, mais sans complaisance non plus, Bassani démonte les mécanismes de lâcheté, d’intolérance et de haine qui gangrénèrent peu à peu une cité, et à travers elle, toute une société jusqu’alors très « normale ». À la veille des lois antisémites de 1938, ce jeune bourgeois épanoui et sportif qui se considérait plus Italien que juif, menait une existence heureuse. Une fois le fascisme conforté et ses lois racistes publiées, Bassani trouva dans l’écriture une réponse. Celle-ci était en harmonie avec l’esprit de résistance au fascisme qu’il pratiquait depuis un an déjà au sein du mouvement Giustizia e Libertà qui regroupait de jeunes militants de gauche non marxistes. De fait, les lois antisémites étaient d’autant plus absurdes que les juifs étaient aussi bourgeois et fascistes que les autres ferrarais…

33En 1943, victime de délateurs, le jeune Giorgio fut emprisonné plusieurs mois. Relâché, il partit pour Florence, échappant ainsi à une rafle au terme de laquelle une dizaine de ses compagnons de réseau furent fusillés. Dans les semaines qui suivirent, pas moins de 183 juifs furent déportés de Ferrare et une partie de la famille de Bassani périt à Buchenwald.

34En Italie, si la littérature de la Shoah en tant que telle ne prit véritablement son envol qu’à la fin des années 1970, Bassani avait déjà entamé depuis longtemps son travail de témoin, même si son message, tout comme celui de Levi, ne fut pas reçu avec la sympathie à laquelle il pensait pouvoir s’attendre. « Une humanité qui oublie Buchenwald, Auschwitz, Mauthausen déclara-t-il un jour je ne peux laccepter. Jécris pour que lon sen souvienne ».

35Quel accueil fut accordé aux témoins ? Dans Une plaque commémorative via Mazzini, la présence de Geo Josz, survivant revenu à Ferrare, animé du besoin de raconter son expérience atroce et la mort de ses proches, est terriblement emblématique. Conçu par l’auteur comme son alter ego, il n’aura de cesse de renvoyer ses concitoyens à leur mauvaise conscience : les lois raciales, la trahison, la déportation.

36Mais par-delà la condamnation du mal et de ses suppôts, Bassani, qui refuse la tentation de l’héroïsation béate, s’attache à construire une mémoire fondée non pas sur une vision positive de l’homme mais sur une responsabilité collective, à la condition que celle-ci soit débarrassée des lâchetés de ce discours révisionniste ambiant qui fut une réalité dans l’immédiat après-guerre. Les Italiens n’avaient-ils donc rien appris des lois raciales puis de la Shoah ?

37Geo Josz, élément perturbateur qui tente d’imposer le récit de l’innommable à une société indifférente, ne tardera pas à éprouver le cauchemar qui hanta la plupart des déportés qu’on refusait d’écouter, ce cauchemar qui, selon toute vraisemblance, conduisit Primo Levi jusqu’au suicide.

38Au fil des pages du riche corpus que Bassani finit par intituler Le Roman de Ferrare, ensemble des nouvelles et des romans qui ont pour cadre cette cité du delta du Pô au temps du ventennio fascista, Sophie Nezri-Dufour convie le lecteur, au moment du centenaire de la naissance de l’auteur, à comprendre comment chez Giorgio Bassani histoire publique et histoire privée tendent à se fondre et comment le témoignage enrichit l’approche anthropologique.

39Dans « Upon the window pane e la rifrazione dell’immagine femminile », Anna Dolfi analyse la lumière avec laquelle Giorgio Bassani peint ses personnages, à partir de la figure souterraine de Micòl dont les parents se sont fiancés dans un cimetière. Le titre de la contribution provient d’un syntagme de l’un des essais de Bassani intitulé Di là dal cuore où Bassani, en se référant à Words upon the window pane du poète Yeats, parle de versi graffiati sui vetri della finestra, soit de vers griffés sur le vitrage d’une fenêtre.

40Le regard attentif d’Anna Dolfi sert à pénétrer l’idéologie du romancier italien et à mieux comprendre le rôle de ses personnages. Anna Dolfi nuance le rapport existant entre Edgardo Limentani et sa mère, dans un jeu de lumières et d’obscurité qui conduit à la mort du héros. Elle rappelle surtout avec une précision extraordinaire de références et de citations l’image lunaire et souterraine de Micòl en rapport avec la triste parabole de sa vie. Anna Dolfi nous propose un texte poétique et dense, riche en références et subtilités, qui nous offre un tableau exquis de Giorgio Bassani.

41Enzo Neppi porte également un regard poétique sur Bassani. Dans Amour, rapports de force et maternité dans Lida Mantovani de Giorgio Bassani, il nous explique que Lida Mantovani, la nouvelle qui ouvre les Storie ferraresi et Il romanzo di Ferrara de Giorgio Bassani, est tout d’abord une histoire d’amour et c’est avec ce titre qu’elle fut publiée en 1948 sur Botteghe oscure. Mais dans Lida Mantovani l’amour n’est pas réciproque : Lida aime David mais n’est pas aimée de lui, Oreste aime Lida mais elle ne l’aime pas vraiment, quoiqu’elle consente à l’épouser. Il n’est donc pas étonnant que les relations au sein du « couple » et même les choix narratologiques de l’auteur soient influencés par des rapports de force qui jouent un rôle important dans la nouvelle et qui sont déterminés non seulement par la présence ou l’absence de l’amour mais aussi par l’âge, la personnalité, la condition sociale et le prestige des personnages. Selon Enzo Neppi, il est en outre typique de Bassani que ces rapports de force ne s’expriment pas seulement à travers la parole des personnages mais aussi par le biais de gestes, de comportements, de signes et d’indices qui occupent en premier lieu la maison où ils vivent, mais aussi tout l’espace urbain, dans ses dimensions aussi bien pratiques que symboliques. Dans son essai, Enzo Neppi se propose d’étudier tous ces signes de pouvoir et d’amour. Cela est d’autant plus intéressant si l’on considère que Lida Mantovani a aussi pour sujet la fécondité, la maternité, et ce à une époque où le fascisme pratiquait une politique démographique très active quoique peu efficace : dans la première édition de la nouvelle (Una città di pianura) l’héroïne accouche dans le premier chapitre et assiste à la grossesse de sa belle-fille dans le dernier. Dans les éditions suivantes, l’histoire se développe chronologiquement entre la grossesse et l’accouchement auxquelles on assiste au début, et l’attente, à la fin, d’une grossesse qui ne se concrétisera jamais. Cette grossesse manquée symbolise l’écroulement des illusions et l’imminence d’une guerre mondiale qui va éclater au lendemain de la mort d’un homme, Oreste Benelli, qui a attendu avec confiance, pendant dix ans, le début d’une ère de paix. Quel sens faut-il donner, dans cette nouvelle, à l’expérience maternelle de la fécondité ? Et pourquoi Lida continue-t-elle à se souvenir avec émotion, tant qu’elle vit, du dernier mois de sa grossesse, de ce mois qu’elle a passé allongée sur un lit d’hôpital ? Ce sont là quelques-unes des questions auxquelles l’auteur a essayé de répondre prudemment dans son article.

42Bernard Urbani fait une ample réflexion sur l’ensemble du Roman de Ferrare qui est selon l’auteur l’une des plus fascinantes odyssées du xxe siècle et un vaste poème romanesque du temps et du souvenir. Inscrite dans le sillage du roman historique italien, cette œuvre revêt des sens multiples, et une dimension « autobiographique » confirmée par la présence d’un narrateur, témoin à la fois réel et imaginaire, dont les traits caractéristiques sont proches de ceux de Giorgio Bassani. Certes, dans ce roman de fiction et de vérité, qui réunit le charme et la poésie du Grand Meaulnes et ceux de la Recherche du temps perdu, « les éléments puisés dans l’expérience personnelle de l’écrivain jouent un grand rôle, mais après avoir subi une quantité d’amalgames, de déplacements, de transpositions qui constituent le travail du créateur ». Dans son essai intitulé « Les jeux du je dans Il romanzo di Ferrara de Giorgio Bassani », Bernard Urbani affirme donc que Le Roman de Ferrare présente une dimension autobiographique. La voix qui raconte et commente, le je qui regarde permettent non seulement des retours en arrière mais aussi des anticipations et des rapprochements temporels. Il est l’io du roman qui s’organise et qui puise sa matière dans une vie que Bassani transfigure continuellement. De Dentro le mura à L’odore del fieno, ce je – acteur, spectateur et témoin – est le centre de la vision d’une réalité filtrée par l’art de l’écrivain.

43En reprenant un ouvrage qu’elle a écrit sur ce sujet, Sophie Nezri-Dufour explique qu’afin d’évoquer la persécution antisémite en Italie et une histoire d’amour douloureuse pour rédiger son roman Il Giardino dei Finzi-Contini, Giorgio Bassani s’est paradoxalement inspiré du modèle du conte. Le roman étant centré sur la Shoah et l’issue du roman étant tragique, on voit bien que l’utilisation du conte de fées est ici directement liée à une réécriture du conte, largement revisité et réactualisé, voire subverti, lié aux bouleversements de l’histoire. Ainsi, le héros devient-il un anti-héros moderne tandis que la princesse se rebelle pour entraîner le protagoniste dans une expérience initiatique douloureuse mais finalement salvatrice.

44Dans « Il romanzo di Ferrara : l’œuvre cathédrale. Giorgio Bassani à la recherche du temps perdu », Bernard Urbani montre à quel point À la recherche du temps perdu est une référence pour Giorgio Bassani. Son article étudie les ressemblances et les divergences entre l’œuvre de Proust et Il romanzo di Ferrara. Des thèmes comme le souvenir, le temps et l’espace, l’Histoire, la faillite de l’amour, l’homosexualité et les joies de l’art, ainsi que la présence d’un io narrante, révèlent une parenté profonde entre Proust et Bassani. Mais alors que le narrateur proustien se souvient presque inconsciemment, l’io bassanien veut intentionnellement retrouver des êtres et des lieux aimés en fixant son histoire dans le temps de la création, lui conférant une illusion d’éternité. L’aventure du Roman de Ferrare, comme l’aventure de À la Recherche du temps perdu, est celle, presque mythique, d’une écriture à la recherche d’une vocation.

45La rencontre avec Paola Bassani retranscrite par Armelle Girinon nous permet d’accéder avec une étonnante fraîcheur au monde bassanien. Le regard à travers les coulisses, ainsi que les anecdotes associées à la grande compétence littéraire de Paola Bassani contextualisent l’auteur avec une extrême précision et en même temps offrent une quantité exceptionnelle d’informations et de divertissements.

46Paola Bassani s’exprime d’abord sur le rapport conflictuel entre son père et la communauté juive. Elle rappelle son refus de la vision métahistorique du monde hébraïque, comme d’une civilisation séparée d’un contexte historique ayant des caractéristiques toujours bibliques.

47Elle revient également sur la figure de Micòl en reprenant des considérations faites par son père lors d’occasions publiques. Pour ceux qui aiment le xxe siècle littéraire italien, il est très intéressant de lire les souvenirs de Paola Bassani concernant les rencontres entre son père et Pasolini, leur amitié et l’influence que l’un a eue sur l’autre.

48L’interview permet également de mieux comprendre l’intérêt de Giorgio Bassani pour la littérature du xixe siècle ainsi que le rapport entre Bassani et la critique de son temps.

49Avec cette lecture riche et agréable le volume arrive à sa fin et laisse la place aux comptes rendus qui concernent des ouvrages en rapport avec la mémoire.

50L’axe 4 du CAER Mémoires, mémoire va néanmoins continuer ses activités et proposera par la suite d’autres publications inspirées par les journées d’études à venir qui concerneront dans un premier temps la mémoire des dictatures de l’Amérique Latine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Bessière et Stefano Magni, « Prologue », Cahiers d’études romanes, 33 | 2016, 9-19.

Référence électronique

Bernard Bessière et Stefano Magni, « Prologue », Cahiers d’études romanes [En ligne], 33 | 2016, mis en ligne le 10 mai 2017, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/5237

Haut de page

Auteurs

Bernard Bessière

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Stefano Magni

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org