Navigation – Plan du site

Un Ailleurs concentrationnaire : le camp d’Agde dans l’Hérault (1939)

Vincent Parello
p. 97-118

Résumés

Cet article se propose d’analyser les aspects matériels, démographiques, économiques, politiques et idéologiques du camp d’Agde (Hérault), dont la création, au mois de mars 1939, s’inscrivait dans le cadre de la politique nationale menée par le général Ménard, visant à « désenclaver » le département des Pyrénées-Orientales, l’un des plus touchés par l’exode républicain.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Espagne, Pyrénées orientales

Index chronologique :

XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 ADH 4M1795. Lettre du préfet adressée au ministre de l’Intérieur (15/05/39).
  • 2 ADH 2W620. Convention du 08/06/39 entre le commandant du camp Benoit-Guyod et M. Belluire; ADH 2W (...)
  • 3 ADH 4M1800. Lettre de J. Dusfour au préfet de l’Hérault (13/08/39).

1Le camp d’Agde vit le jour au début du mois de mars 1939, en dépit des fortes résistances du Conseil général, du Congrès départemental de Paulhan rassemblant les anciens combattants, des groupements patronaux de Béziers par l’intermédiaire de M. Barthe, et du maire de la ville d’Agde, Jean Félix, secrétaire de la fédération de l’Hérault de l’Union socialiste républicaine (USR)1. Il fut installé près de la plage, à proximité du Mas Rigaud, propriété de M. Dusfour, et à deux cents mètres au sud-est du puits de M. Belluire, sur le terrain militaire désaffecté situé dans le prolongement de la caserne des gardes mobiles Mirabel2. Son installation n’alla pas sans susciter le mécontentement de M. Dusfour, frère de la marquise de Reynes, qui, dans une lettre du 13 août adressée au préfet de l’Hérault, se lamentait de la ruine définitive de sa propriété – champs arables empierrés, oliviers abattus, puits empoisonnés, clôtures abattues, etc. – et s’inquiétait pour ses prochaines vendanges3. À en croire l’auteur d’un article paru le 5 mars 1939 dans le Petit Méridional, il s’agissait d’un endroit désolé, austère et peu hospitalier :

  • 4 Petit Méridional, article du 5/03/39 signé E. H., «La création d’un camp de concentration pour le (...)

L’emplacement désigné est le terrain militaire de manœuvre, faisant suite à la Caserne de Gardes Mobiles et où, il y a de cela déjà quelques lustres, les Agathois, dont leur maire actuel, l’ami Jean Félix, faisaient leurs premiers essais rugbystiques contre les débutants biterrois, dont nous étions. Comme maintenant une herbe drue et rèche en tapissait le sol, parsemé de ces érosions volcaniques, formant comme autant d’énormes verrues, dont nous redoutions le dur contact au cours de nos chutes. Les années se sont écoulées depuis, et nous étions loin de nous attendre que ce vaste ground, bordé par les vignobles, dominé par l’altière colline sur laquelle veille le puissant phare d’Agde et qui l’abrite des bourrasques de vent [sic] venant de la mer toute proche, servirait de refuge à toute une population en exil. Mais ainsi vont les choses !4

Aspects matériels du camp d’Agde

  • 5 ADH 2W622. Mouvement du camp d’Agde au cours du mois de mai 1939.

2Ceinturé par une double clôture en fil de fer barbelé, surveillé jalousement par des régiments de gardes mobiles et de tirailleurs sénégalais, le camp d’Agde englobait, de fait, trois camps de même nature numérotés de 1 à 3. À la fin du mois de mai 1939, par exemple, la population des réfugiés se répartissait de la façon suivante : Camp 1 (7 208), Camp 2 (8 002), Camp 3 (9 014)5. Dans les témoignages de tous les internés, l’image des barbelés revient comme un leit-motiv ; il est synonyme de prison, d’isolement et d’atteinte à la liberté humaine. Alors qu’ils venaient de lutter pendant trois ans contre le fascisme en Espagne, les miliciens avaient l’amère impression d’être traités par la France des Droits de l’homme comme de vulgaires prisonniers de guerre et de dangereux ennemis politiques.

3Chaque camp possédait un poste de police, une infirmerie, un magasin à vivres, ainsi que des baraques de type Génie de 40 mètres de longueur sur 6,25 de largeur pouvant contenir jusqu’à 250 personnes. Certaines baraques provenaient du camp de Barcarès tandis que d’autres avaient été construites sur place avec des fournitures achetées dans le commerce. La préparation des bois et l’édification des baraques avaient été confiées aux services des Ponts et Chaussées, aux militaires et aux travailleurs espagnols :

  • 6 ADH 2W622. Lettre du chef d’escadron Benoit-Guyod, commandant le camp d’Agde au préfet de l’Hérau (...)

Description sommaire de la baraque type « Génie ».
Longueur : 40m. Largeur : 6m,25. Ces baraques sont construites avec des fermes de madriers de 22/7cm, supportant des pannes sur lesquelles ont été posées des tôles ondulées de 2m/1m. Le faîtage est en tôle galvanisée. Il a été aménagé de chaque côté et le long de la baraque, une double rangée de couchettes à deux étages. L’accès se fait par deux portes placées aux deux extrémités de la baraque, elles sont réunies intérieurement par un couloir central. Aucune autre ouverture n’a été prévue. Le revêtement extérieur et les couchettes ont été aménagées en planches de 27m/m ou voliges de 13m/m. La baraque peut contenir 250 hommes. Son prix de revient (installation électrique et adduction d’eau comprises) est de 25.800 francs environ.6

  • 7 Petit Méridional du 5/03/39 : « L’eau sera apportée au camp au moyen d’un camion-citerne automobi (...)
  • 8 AN AB XIX 3367. Rapport des Francs-maçons Emmanuel Arie et Jean Baylot sur le camp d’Agde et les (...)
  • 9 Denis Peschanski, La France des camps. L’internement 1938-1946, Paris, Gallimard, 2002, p. 43.

4Dès le début du mois de mars 1939, 320 réfugiés venant du camp de Saint-Cyprien, parmi ceux possédant un métier, furent employés au montage des baraques, à l’aplanissement du terrain et à tous autres travaux d’aménagement. Par ailleurs, une section de transports, dotée de camions de l’ex-armée républicaine, fut chargée de l’approvisionnement en eau du camp7. Dans chaque camp, les hommes étaient répartis en îlots et baraques, lesquelles comprenaient deux rangées de lits surperposés, avec un espace entre elles, nettement insuffisant. Aux dires d’Emmanuel Arie et de Jean Baylot8, l’aspect général du camp d’Agde était plus satisfaisant que celui de Saint-Cyprien et moins que celui de Bram, considéré à l’époque comme un “camp modèle”, avec son électricité, son eau potable, son réseau de canalisation pour l’évacuation des eaux usées, son service de voirie, son service postal, son hôpital, sa morgue et… son cimetière !9

  • 10 ADH 2W623. Règlement général du camp d’Agde (05/04/39).

5Le camp d’Agde dépendait de l’autorité administrative pour son ravitaillement et de l’autorité militaire pour sa surveillance. Au cours de l’année 1939, plusieurs officiers de la Garde mobile se succédèrent à ce poste : le colonel Desert à la fin du mois de février, le lieutenent-colonel Zwilling au mois de mars, le chef d’escadron Benoit-Guyot et le commandant Godallye au mois d’avril, et le colonel Lamotte, enfin, au mois de septembre10. En réalité, les internés étaient soumis à une double hiérarchie militaire : d’une part, le commandement du camp était exercé par des officiers de la garde mobile ; d’autre part, l’encadrement des internés incombait à « un État-Major espagnol composé d’officiers supérieurs et officiers choisis par le commandement français » :

  • 11 AN AB XIX 3367. Rapport des Francs-maçons Emmanuel Arie et Jean Baylot sur le camp d’Agde et les (...)

L’organisation générale est la suivante : sous l’autorité générale d’un commandant de la Garde Mobile, assisté d’un autre officier de même grade, les commandants GODALLYE et BENOIT-GUYOD, les hommes sont répartis en trois camps, à la tête desquels sont un capitaine de la Garde mobile, avec le nombre d’hommes nécessaires à la garde, et un état-major espagnol, composé des officiers supérieurs et officiers choisis par le commandement français. Cet état-major a la direction de la discipline intérieure et la charge administrative du camp ; nous comptons dans les trois états-majors, et surtout dans celui du camp 3, de nombreux FF.11

6Les officiers espagnols étaient responsables devant l’état-major français de la discipline, de l’hygiène, des distributions en vivres et en matériel et, de façon plus générale, de tout ce qui touchait à la vie quotidienne des réfugiés du camp. Une bonne part des corvées, comme le nettoyage des abords et des baraques, la préparation des repas, la distribution du courrier, les soins apportés aux malades et aux blessés, etc., étaient assurées par les miliciens eux-mêmes.

  • 12 ADH 4M1798. Commissaire spécial Mazet au préfet de l’Hérault (02/06/39).

7Les relations entre membres de l’état-major espagnol et de l’état-major français n’étaient pas toujours des meilleures. Les officiers espagnols avaient du mal à recevoir des ordres qui émanaient bien souvent de militaires moins gradés qu’eux. Ainsi, au début du mois d’avril le lieutenant-colonel Luis León Martínez, commandant espagnol du camp 3 fut relevé de ses fonctions et remplacé par le lieutenant-colonel Salas, avant d’être transféré à Collioure. On l’accusait d’avoir prélevé à son profit 5 centimes de franc par journal français vendu au camp 3, d’avoir entrepris des démarches auprès de l’officier espagnol gérant de la cantine « pour que celui-ci lui délivre gratuitement des marchandises diverses », d’avoir revendu des denrées de la cantine avec bénéfice, et d’avoir employé des termes injurieux à l’encontre de la gendarmerie: « Il employait souvent, dans l’intimité, des termes injurieux, tels que cabrón [traduction : cocu volontaire] à l’égard des Français ». En outre, une enquête de moralité menée par le commissaire spécial Mazet faisait apparaître qu’il avait été chassé de l’armée royale espagnole en 1922, pour malversations, ce qui avait entraîné, dans la foulée, son exclusion de la Franc-maçonnerie12.

  • 13 Travailleur du Languedoc, 11/03/39 et 18/03/39.

8Les conditions matérielles de vie au camp étaient loin d’être idéales. Dès le mois de mars 1939, la presse locale déplorait le manque de place, l’hygiène rudimentaire, la nourriture insuffisante, le manque d’eau et la pénurie vestimentaire dont les réfugiés étaient victimes13. Fièvres typhoïdes, gastro-entérites, poux, gale, abcès, impétigo, plaies sceptiques, suppurations, furonculose, ulcères variqueux, etc. furent malheureusement le lot quotidien de tous ces hommes contraints de vivre dans la promiscuité et l’insalubrité.

  • 14 ADH 2W622. Chef d’escadron Benoit-Guyot au préfet de l’Hérault (09/06/39).

9Il fallut attendre le mois de mai pour que des mesures d’amélioration fussent enfin prises. Pour pallier le manque d’hygiène, on combla en partie des mares d’eau stagnante avec du chlorure de chaux, on mit en œuvre une machine à détruire les parasites – très nombreux en bord de mer à cause de l’humidité ambiante – on désinfecta l’eau avec de l’eau de javel, on installa des douches et des infirmeries. Pour remédier à l’absence de fosses d’aisance, on créa des latrines un peu à l’écart des logements. Les tinettes étaient transportées quotidiennement dans un terrain d’épandage pour lequel un adjudicataire avait contracté un engagement. En attendant la mise en place d’un système d’évacuation des eaux usées, on aménagea provisoirement des fossés à ciel ouvert14.

10Malgré toutes ces mesures, la vie quotidienne demeurait aléatoire et précaire. Le 25 juin 1939, les deux Francs-maçons Emmanuel Arie et Jean Baylot dressèrent un bilan pour le moins mitigé de leur visite au camp d’Agde. Il ressort de ce rapport que le camp, alimenté en eau par la ville d’Agde, le Mas Airan et le puits de M. Belluire, disposait d’un peu moins de 19 litres par jour et par homme, au lieu des 100 litres normalement nécessaires, que la nourriture, distribuée en quantité suffisante, était souvent avariée, et que le service d’infirmerie, trop rudimentaire, ne pouvait répondre efficacement aux besoins des miliciens malades ou blessés :

  • 15 AN AB XIX 3367. Rapport des Francs-maçons Emmanuel Arie et Jean Baylot sur le camp d’Agde et les (...)

La nourriture est, dans l’ensemble, au dire de nos FF, suffisante et supportable, mais le pain est de qualité détestable. Certains envois comportent 1/3 de boules affectées de moisissure verdâtre, dont nous avons rapporté des échantillons. Le commandant français s’inquiète de ces malfaçons, attribuables à la manutention militaire de Perpignan […]. Les pommes de terre sont pour moitié germées et impropres à la consommation.
Le vêtement est, pour beaucoup, insuffisant. Cet hiver se posera un problème pour le vêtement lui-même et le couchage.
Le service d’infirmerie est insuffisant: proximité des malades alités et des convalescents toujours bruyants, rusticité du matériel d’examen, des baraques d’hospitalisation, absence de fiches médicales et de feuilles de température, proximité trop grande des lits, manque de cuisine spéciale et de légumes frais.15

  • 16 ADH 4M1800. Jules Moch, député de l’Hérault au préfet de l’Hérault (08/05/39).
  • 17 ADH 4M1800. Chef d’escadron Benoit-Guyod au préfet de l’Hérault (10/06/39).
  • 18 Christine Motte, Le soutien aux républicains espagnols dans l’Hérault 1936-1939, cit., p. 97.
  • 19 Geneviève Dreyfus-Armand et Émile Temime, Les Camps sur la plage, un exil espagnol, cit., p. 95.

11À ces dures conditions matérielles, venaient s’ajouter la détresse morale et psychologique des miliciens, vaincus, coupés de leur pays d’origine, séparés de leurs femmes et de leurs enfants. Pour tromper l’ennui, cet ennemi redoutable, les réfugiés rivalisaient d’ingéniosité. Certains trouvaient un exutoire à travers le sport (foot-ball, course à pied, gymnastique, etc.), d’autres à travers la culture (lecture, écriture, apprentissage de la langue française, etc.), et d’autres encore à travers le jeu (cartes, échecs, dames, lotos, etc.). Dans une lettre adressée au préfet de l’Hérault, le député Jules Moch sollicitait pour les internés du camp d’Agde l’autorisation de donner des représentations musicales dans quelques villes du département, comme cela se pratiquait déjà dans les camps de concentration des Pyrénées-Orientales16. Sous la direction de Francisco Prat Puig, archéologue de renom interné au camp, une équipe de réfugiés participa à un chantier de fouilles sur le site dit d’Embounes, antique cité ibérienne17. Un groupe de danseurs catalans fut sollicité pour danser la sardane lors d’une fête organisée le 26 août par le Musée Agathois18. Grâce à la lecture de journaux comme Treball ou Reconquesta, publiés à Montpellier par le Partit socialista unificat de Catalunya (PSUC) et l’Alliance nationale de Catalogne (ANC), les miliciens pouvaient se tenir au courant de l’actualité catalane et espagnole, et retrouver la localisation d’un parent disparu au milieu des longues listes d’avis de recherches diffusées à cet effet19.

  • 20 ADH 2W623. Règlement général du camp d’Agde, chef d’escadron Zwilling au préfet de l’Hérault (05/ (...)

12La vie quotidienne au camp était rythmée par le petit déjeuner de 8h, la toilette matinale qui devait être achevée à 10h30, le lavage du linge par groupes de baraques, le repas de midi et le dîner de 18h. Les jours passaient et se ressemblaient étrangement, n’offrant aux réfugiés que de rares distractions, en dehors des visites au parloir, autorisées uniquement aux parents en ligne directe entre 8h30 et 11h, 14h et 17h. La discipline militaire était de rigueur, ponctuée tous les matins par l’hymne au drapeau tricolore, la désignation du personnel de corvée par les officiers de l’état-major espagnol, le défilé d’une demi-heure le dimanche soir dans chacun des trois camps, etc. Autant dire qu’il n’existait pas vraiment de différence entre la vie au camp d’Agde et celle dans les casernes20.

13Afin de surveiller et de contrôler les réfugiés soupçonnés « d’extrémisme politique », de désobéissance à la hiérarchie ou de mauvaise conduite, le commandant du camp devait obligatoirement se renseigner sur l’état d’esprit des internés, qui faisait l’objet d’un paragraphe entier dans tous les rapports adressés au préfet. Ce travail de renseignement et d’information incombait au commissaire spécial et à ses inspecteurs – ancêtres des renseignements généraux – qui inlassablement tentaient d’infiltrer les milieux communistes et anarchistes, en jouant sur la crédulité des moins convaincus et sur les tensions internes entre sympathisants de familles politiques rivales. Par ce biais-là, les autorités militaires et civiles essayaient de mettre un terme à la propagande idéologique, au recrutement de nouveaux adeptes et à la formation de cadres par l’action des plus instruits et des plus militants.

  • 21 Grégory Tuban, Les séquestrés de Collioure. Un camp disciplinaire au Château royal en 1939, cit.

14Les infractions au règlement intérieur faisaient l’objet de sanctions diverses et variées, qui allaient de la simple punition à l’expulsion du territoire national, en passant par les coups et les brimades, la peine d’isolement dans un local « à usage de prison », ou le transfert immédiat sur le camp spécial de Collioure, tristement connu pour les mauvais traitements qui y étaient infligés21.

  • 22 ADH 4M1800. Commissaire spécial Mazet au contrôleur de la sûreté nationale en mission à Perpignan (...)

15Pour éviter le renouvellement des incidents qui avaient eu lieu au début du mois de juillet – mutinerie provoquée par un refus de se soumettre au régime du travail obligatoire –, le commissaire spécial Mazet prit une série de mesures draconiennes à la fin du mois d’août 1939. Il fit supprimer les journaux en espagnol et en catalan, interdire la presse régionale française du Front Populaire (Humanité, Populaire, L’œuvre, etc.), limiter l’entrée au parloir aux parents en ligne directe, réduire au minimum la circulation des internés à l’intérieur du camp, substituer le régime de l’isolement par celui de la prison, instaurer une surveillance accrue des éléments extérieurs (fournisseurs, facteurs, etc.) ayant des contacts directs avec les réfugiés, transférer les « meneurs communistes » et les membres de la Federación anarquista ibérica (FAI) au camp de Collioure (voir l’affaire Ballestero), et déférer devant le Parquet de Montpellier les membres de la Solidarité internationale antifasciste (SIA) qui préparaient, prétendument, des évasions de réfugiés du camp (voir les affaires Escorigüela, Fabregas et Alsinet)22.

Aspects démographiques et économiques du camp d’Agde

  • 23 ADH 4M1800. Rapport du général de brigade Lavigne, commandant les camps des miliciens espagnols d (...)
  • 24 ADH 4M1796. Chef d’escadron Pignet au préfet : état des réfugiés espagnols stationnant dans le dé (...)
  • 25 ADH 2W622. Mouvement du camp d’Agde au cours du mois de mai 1939.
  • 26 ADH 4M1796. Chef d’escadron Pignet au préfet : état des réfugiés espagnols stationnant dans le dé (...)

16Le camp d’Agde était prévu à l’origine pour recevoir 20 000 réfugiés répartis en quatre groupes de 5 000 hommes chacun, mais, dans la pratique, il en accueillit beaucoup plus. Entre le mois de mars 1939, date de sa création, et le mois de septembre, date à laquelle les réfugiés espagnols durent dégager le camp n°3 pour laisser la place aux soldats de la légion tchécoslovaque, celui-ci connut une double phase de flux et de reflux démographique23. Jusqu’en mai, le nombre des réfugiés ne cessa de s’accroître passant de 7 766 en mars, à 15 794 en avril et à 24 224 en mai24. La plupart des internés étaient des miliciens des camps du Barcarès, de Saint-Cyprien et d’Argelès, et, dans une moindre mesure, des réfugiés de Montpellier ou de Béziers, arrêtés alors qu’ils se trouvaient en situation irrégulière dans le département de l’Hérault. À titre d’exemple, entre le 5 et le 31 mai 1939, sur les 10 199 hommes arrivés au camp, 7 687 venaient d’Argelès, 1 416 de Saint-Cyprien, 997 du Barcarès, 51 de Montpellier et 48 de l’hôpital de Béziers25. À partir du mois de mai 1939, le nombre des internées alla en diminuant, passant respectivement de 22 383 en juin, à 16 903 en juillet, à 6 693 en août et à 2 600 à la mi-septembre26.

17Parmi les causes de ce déclin démographique, il convient d’évoquer les rapatriements vers l’Espagne qui s’intensifièrent au printemps et s’accélérèrent au mois de septembre, avec la fermeture “officielle” du camp d’Agde et l’entrée en guerre de la France contre l’Allemagne ; les diverses réémigrations vers l’Amérique latine et l’URSS ; les engagements dans les Régiments de marche de volontaires étrangers et la Légion étrangère ; les réquisitions dans les Compagnies de travailleurs étrangers ; les déplacements à l’intérieur du territoire français, etc. Si les autorités gouvernementales françaises encouragèrent, dans un premier temps, les rapatriements et les réémigrations, elles comprirent également très vite tout l’intérêt qu’on pouvait tirer de la présence d’une main-d’œuvre “supplémentaire” en France, au moment où la préparation de la guerre, devenue inéluctable, mobilisait toutes les énergies.

  • 27 Denis Peschanski, La France des camps. L’internement 1938-1946, cit., pp. 135-138.
  • 28 ADH 4M1795. Circulaire du ministre de l’Intérieur Albert Sarraut aux préfets (05/05/39).

18En vertu de la loi du 11 juillet 1938 sur « l’organisation de la nation en temps de guerre », tous les réfugiés en âge d’être mobilisés devaient participer à l’effort commun de défense nationale à travers le système des « prestations »27. Dans le département de l’Hérault, une commission composée de l’Inspection du travail, de l’Office départemental de placement, des Travaux agricoles et de la Chambre d’agriculture, fut chargée d’organiser le système des prestations et de rechercher les débouchés possibles à la main-d’œuvre espagnole, principalement sur le plan agricole, en veillant à ce que la préférence fût donnée aux étrangers résidant sur le sol français sur ceux qui n’y étaient pas encore. À ce propos, en mai 1939, le ministre de l’Intérieur invitait les préfets à s’employer à vaincre « les préventions qui peuvent exister contre les réfugiés espagnols, dont la plupart ne sont que des malheureux mobilisés par le gouvernement régulier de l’époque, qui, par conséquent, n’ont commis aucun acte répréhensible […] »28.

  • 29 ADH 4M1805. Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées au préfet de l’Hérault (05/04/39).
  • 30 ADH 4M1805. Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées au préfet de l’Hérault (05/04/39).
  • 31 ADH 4M1805. Chef d’escadron Zwilling au préfet de l’Hérault (13/05/39).
  • 32 Il s’agissait, en fait, de 188 aviateurs et de 31 internationaux.
  • 33 ADH 2W622. Mouvement du camp d’Agde au cours du mois de mai 1939.
  • 34 ADH 2W622. État du mouvement des réfugiés, mai 1939.
  • 35 ADH 4M1805. Préfet de l’Orne au préfet de l’Hérault (07/06/39).
  • 36 ADH 4M1805. Jaime Abuarrea au préfet de l’Hérault (30/08/39).
  • 37 ADH 2W622. État du mouvement des réfugiés en mai 1939 ; ADH 2W622. Rapport du colonel Lamotte (26 (...)
  • 38 ADH 4M1805. M. Mondon, inspecteur départemental du travail au préfet de l’Hérault (02/10/39).
  • 39 ADH 4M1805. Spécialistes du camp d’Agde mis à la disposition du préfet de la Lozère (08/10/39).

19Dans une lettre du 5 avril 1939, l’ingénieur en chef des Ponts et Chaussées de l’Hérault suggérait au préfet d’utiliser les miliciens du camp d’Agde à des travaux communaux de remblaiement (port de Lunel), de curage et de terrassements (Olonzac, Salaison, Libron, Verdisse, etc.)29. Pour cela, il envisageait la constitution de compagnies de travailleurs disposant d’un certain matériel et susceptibles de se déplacer en suivant les chantiers30. À la demande du ministre des Colonies, dix réfugiés espagnols de la province de Murcie, spécialistes de la fabrication du crin de Florence chirurgical, acceptèrent de partir pour l’Indochine pour y étudier l’installation de cette industrie (récolte, étirage, polissage)31. Au cours du mois de mai 1939, 733 miliciens retournèrent dans leur patrie d’origine, 219 furent transférés sur la camp de Gurs dans les Basses-Pyrénées32, 116 obtinrent des autorisations de séjour du préfet de l’Hérault, 52 partirent pour le Barcarès en attendant leur départ pour le Mexique, 42 furent envoyés dans les hôpitaux du département, 30 s’engagèrent dans la Légion étrangère et 28 passèrent en URSS33. Le même mois, 750 miliciens furent incorporés dans une Compagnie de travailleurs étrangers à Nice, pour y participer à des travaux d’intérêt général34. Le 7 juin 1939, le préfet de l’Orne informait son homologue héraultais que Jaime Inglés Isern, milicien du camp d’Agde, avait été employé dans une carrosserie pour automobiles à Flers (Établissements Surirey) en tant que technicien spécialisé35. Dans une lettre du 30 août 1939, Jaime Abuarrea faisait part au préfet de son intention de s’engager avec son cousin dans la 51ème Compagnie de travailleurs espagnols à Cambrai36. Au mois de septembre 1939, 3 510 hommes furent mis à la disposition des mairies pour effectuer les travaux des vendanges37. Le 2 octobre 1939, l’inspecteur départemental du Travail, M. Mondon, informait le préfet que la « Compagnie Cettoise de Produits Chimiques » travaillant pour la défense nationale, souhaitait embaucher le milicien espagnol Joaquim Bolos comme soudeur à l’autogène de plomb. Il ajoutait que « cette spécialité est excessivement rare et déficitaire, et il est indispensable de donner satisfaction à cette demande le plus tôt possible »38. Le 8 octobre 1939, onze ouvriers charpentiers, cinq manœuvres et deux boulangers du camp d’Agde furent mis à la disposition du préfet de la Lozère et dirigés sur Mende39. De manière générale, les miliciens hésitaient à rentrer en Espagne et préféraient servir la France qui les avait accueillis en travaillant et, accessoirement, en s’engageant dans un corps d’armée. C’est ce qu’exprimait le lieutenant-colonel Lamotte dans un rapport rédigé peu avant la fermeture du camp :

  • 40 ADH 4M1800. Rapport du lieutenant-colonel Lamotte, commandant le camp d’Agde sur l’état d’esprit (...)

Rien de saillant à signaler depuis le rapport du 26 septembre. Les réfugiés restent calmes tout en continuant à manifester une certaine inquiétude au sujet de la suppression prochaine du camp et de leur situation personnelle, car la plupart d’entre eux ne paraissent pas vouloir rentrer en Espagne si une amnistie générale n’y est pas proclamée. 205 réfugiés sont rentrés des vendanges, ils sont satisfaits de leur séjour dans les fermes et villages et ne demandent qu’à y retourner. Ils ne se livrent à aucune propagande politique. Le plus grand nombre des réfugiés demandent à servir la France pendant la guerre, mais en travaillant et non en servant dans un corps combattant. C’est ainsi que 14 volontaires pour la Légion étrangère seulement ont souscrit un engagement pour la durée de la guerre.40

  • 41 ADH 4M1800. Lettre du commissaire spécial Mazet, détaché au Camp d’Agde au préfet (01/06/39): « À (...)

20En théorie, seuls les anciens combattants de l’armée régulière républicaine (miliciens), les anciens membres des Brigades internationales (internationaux) et les hommes en âge de combattre devaient se trouver au camp, il y eut cependant des exceptions à la règle, comme l’atteste la présence de 140 adolescents de moins de 18 ans et de 110 « vieillards » de plus de 50 ans… et même d’une mère avec son enfant de six mois !41 :

  • 42 Petit Méridional du 5/03/39.

Dans ce groupe de tentes, nous voyons apparaître avec surprise une femme avec un bébé sur les bras. Nous la questionnons, elle est de Valence, son mari, chauffeur, conduisait un camion, elle a pu le suivre et vivre avec lui. Son enfant âgé de 6 mois ne se ressent nullement pas [sic] des tribulations traversées. Ses yeux, d’un noir étincelant, sa frimousse éveillée, couronnée de beaux cheveux bruns et frisés. Tout respire la quiétude retrouvée et il accueille d’un agréable sourire nos caresses émues.42

  • 43 Travailleur du Languedoc, 20/05/39.

21Après sa visite à la mi-mai, Gaston Barbé rédigea un article dans le Travailleur du Languedoc dans lequel il s’indignait d’avoir vu des enfants de quatorze ou quinze ans soumis au régime du camp, « pieds nus dans des sandales »43.

  • 44 Nous envisageons dans le cadre de nos futures recherches de faire une exploitation statistique de (...)
  • 45 Jaume Rossinyol, Le problème national catalan, Paris, Mouton, 1974, p. 520 : « Dans les régions c (...)
  • 46 Recensement professionnel des réfugiés espagnols d’après les fiches du SERE, archives du PCE (Mad (...)

22Grâce aux listes nominatives établies par un détachement de quatre inspecteurs de la police de la Sûreté nationale, en charge, à partir du 17 mars 1939, de l’identification des réfugiés, il est possible de cerner le profil sociologique de la population du camp d’Agde44. Si toutes les régions d’Espagne étaient représentées – Andalousie, Castille, Pays Valencien, etc. –, la Catalogne se taillait néanmoins la part du lion, raison pour laquelle le camp est passé à la postérité sous le nom de « camp des Catalans ». Sans doute y avait-il de la part du gouvernement français une volonté très nette d’isoler les Catalans du reste des Espagnols, pour éviter les conflits entre les partisans d’une Espagne centralisée et les partisans d’un État confédéré ou fédéral. En effet, le statut d’autonomie de 1932 octroyant à la Catalogne des droits en matière de langue, de finances, d’ordre public et de justice, avait suscité des jalousies et réveillé dans les régions castillanes une surenchère de nationalisme exacerbé, aussi bien chez certains intellectuels et universitaires de gauche que chez les militaires et dans les secteurs de la droite et de l’extrême droite45. Cette spécificité catalane eut une incidence non négligeable sur le profil socioprofessionnel des internés. À la différence de l’immigration antérieure qui provenait des régions encore très rurales du centre et du centre-est de l’Espagne, la vague migratoire de 1939 venait en grande partie de la Catalogne, région qui, avec le Pays basque, était l’une des plus riches et des plus industrialisées de la péninsule. Selon les estimations du SERE (Servicio de emigración de los republicanos españoles), environ 45% des réfugiés appartenaient au secteur industriel, 30% au secteur primaire, 12% au secteur tertiaire et 13% à des secteurs non définis46. Parmi les réfugiés du camp d’Agde, on trouvait aussi bien des militaires de carrière, des intellectuels ou des industriels, que des ouvriers agricoles ou des artisans spécialisés.

  • 47 ADH 4M1800. Lettre du commissaire spécial de Montpellier au préfet de l’Hérault (05/04/39).
  • 48 ADH 4M1800. Lettre du chef d’escadron Benoit-Guyod, commandant le camp d’Agde au préfet de l’Héra (...)
  • 49 ADH 4M1800. Contrat de travail établi par Jacques Barnole agriculteur à Urr (PO) (06/05/39).
  • 50 ADH 4M1800. Lettre de Santiago Cusso Oller au directeur de la cité universitaire de Paris (25/04/ (...)
  • 51 ADH 4M1800. Lettre du secrétaire général du syndicat des douanes au préfet de l’Hérault (25/07/39 (...)

23Prenons quelques exemples significatifs. Manuel González, né à Barcelone en 1922 et domicilié en France à Beaucaire, avait été capitaine dans la Brigade Lister du 5ème Corps d’armée. Après avoir purgé deux mois de prison à la maison d’arrêt de Montpellier, il fut dirigé sur le camp d’Agde le 5 avril 193947. Francisco Prat Puig avait été mobilisé dans l’armée républicaine pendant la Guerre civile alors qu’il exerçait les fonctions de professeur de lycée. Lors de son internement, il mit à profit ses connaissances en archéologie pour explorer le site dit d’Embounes non loin du cap d’Agde « où se remarquent de très anciennes murailles sur l’origine desquelles on discutait depuis un temps immémorial, sans résultats ». Il démontra, preuves à l’appui, qu’il s’agissait d’une antique cité ibérienne. Sa découverte reçut l’approbation scientifique de M. Albert Granier, titulaire de la chaire d’archéologie au Collège de France48. Juan Bautista Reyes, ouvrier agricole en Espagne, fut employé au mois de juin 1939 par Jacques Barnole, agriculteur à Urr dans les Pyrénées-Orientales. Grâce à ce contrat de travail, il put échapper à son internement49. Le 25 avril 1939, l’étudiant Santiago Cusso Oller adressa, au nom de 14 étudiants du camp d’Agde, une lettre au directeur de la cité universitaire de Paris, André Honnorat, sénateur et ex-ministre, dans laquelle il le suppliait de lui remettre des revues ou livres scientifiques (mathématiques, économie et finances) pour pallier l’ennui et le manque d’activité50. Le 25 juillet 1939, le secrétaire du Syndicat des douanes de l’Hérault, Jean Bayo, sollicita auprès du préfet l’autorisation de faire parvenir la somme de 500 francs aux 31 douaniers espagnols internés au camp d’Agde51.

Aspects politiques et idéologiques du camp d’Agde

  • 52 Denis Peschanski, La France des camps. L’internement 1938-1946, cit., pp. 48-52 ; François Godich (...)

24Aux différences “régionales” entre Catalans et Espagnols, venaient s’ajouter les divergences idéologiques entre communistes, anarchistes et “poumistes”, voire celles à l’intérieur de chaque parti. Il est bien établi aujourd’hui que les réfugiés politiques s’étaient regroupés, en exil, au sein de leurs anciens partis ou syndicats existant dans l’Espagne républicaine52.

25Parmi les républicains, il y avait des membres de la Gauche républicaine (Izquierda Republicana), formation issue de la fusion d’Action républicaine de Manuel Azaña et du parti radical-socialiste de Marcelino Domingo qui s’intégrèrent en 1936 dans la coalition du Front populaire, ainsi que des membres de la Gauche républicaine de Catalogne (Esquerra Republicana de Catalunya), parti régionaliste dont les principaux dirigeants furent Francesc Macià et Lluis Companys, tous deux présidents de la Generalitat de Catalunya.

26Parmi les socialistes, on trouvait des membres du Parti socialiste ouvrier espagnol (Partido Socialista Obrero Español), section espagnole de la Deuxième internationale, et de l’Union générale des travailleurs (Unión General de Trabajadores), divisée entre un secteur très radical représenté par Francisco Largo Caballero et un secteur plus modéré dirigé par Indalecio Prieto.

27Au sein des membres du mouvement libertaire et anarcho-syndicaliste, regroupés autour de la Confédération nationale du travail (Confederación Nacional del Trabajo) et de la Fédération anarchiste ibérique (Federación Anarquista Ibérica), on distinguait les « collaborationnistes », comme Federica Montseny, première femme ministre d’Espagne entre novembre 1936 et mai 1937, partisans d’une négociation avec l’État, et les « dissidents », partisans de l’action directe sous la forme de soulèvements révolutionnaires.

28Le parti communiste était sans doute le plus divisé : le Parti communiste espagnol (Partido Comunista Español) et le Parti socialiste unifié de Catalogne (Partit Socialista Unificat de Catalunya), tous deux adhérents de la Troisième internationale, s’inscrivaient dans la ligne définie par son chef Staline, tandis que le Parti ouvrier d’unification marxiste (Partido Obrero de Unificación Marxista), faisait figure de dissident en se situant dans l’opposition anti-stalinienne, sans pour autant être partisan d’une Quatrième internationale.

  • 53 ADH 4M1800. Commissaire spécial Mazet, détaché au camp d’Agde à Monsieur le contrôleur général de (...)

29À la différence des socialistes et des anarchistes, les militants communistes du camp d’Agde furent les seuls à mener véritablement une action de propagande idéologique et à se doter d’une organisation et d’une structure de parti53. ll existait, en effet, dans chaque baraque, un « Conseil de baraque » composé de trois secrétaires : le secrétaire général, qui indiquait la ligne à suivre pour « éduquer les camarades qui ne comprendraient pas ou qui pourraient faire fausse route » ; le secrétaire d’organisation, qui contrôlait les activités politiques et toutes les réunions; et, le secrétaire de propagande qui s’occupait de la culture et des sports (football, jeux, courses, etc.). Dans chaque camp, fonctionnait un « Comité de camp » composé d’un secrétaire général, d’un secrétaire d’organisation, d’un secrétaire de culture, d’un secrétaire de propagande, d’un secrétaire des sports et d’un secrétaire des cadres. À son tour, le comité des trois camps était composé de l’ensemble des secrétaires de comité, moins un, à savoir dix-sept personnes. En marge de ces conseils, il y avait une « Commission du terrain des sports », présidée par le secrétaire général de chaque camp, qui était chargée d’effectuer toutes les démarches en vue de l’organisation des fêtes. Les communistes espagnols étaient en contact avec les cellules du PCF de Montpellier, de Béziers, de Sète et de Toulouse, par l’intermédiaire notamment d’un dénommé Jean Pommerat, domicilié 18 rue de l’Homme armé, qui faisait office de contact et de “boîte aux lettres”.

  • 54 ADH 4M1800. Commissaire spécial Mazet, détaché au camp d’Agde à Monsieur le contrôleur général de (...)
  • 55 ADH 4M1798. Inspecteur de la sûreté, sous-chef A. Bayle, au commissaire de police de Béziers (08/ (...)

30Parmi les principaux activistes communistes, on citera les noms des trois secrétaires généraux : Juan Valverde Fuentes, né le 12 mars 1914 à Malgrat dans la province de Barcelone, ex-commandant major de la 131ème Brigade, envoyé à Collioure le 14 août 1939 ; Fidel Puerto Burgos, né le 16 mai 1910 à Tarragone, ex-commandant à la 139ème Brigade, dirigé sur le camp du Barcarès le 18 août 1939 ; et, Joseph Forné Ferreres, né le 24 juin 1916 à Labenia dans la province de Tarragone, frappé d’un arrêté d’expulsion54. Antonio Trueba Mirones « militant communiste très ardent » né en 1900 à Castañeda dans la province de Santander, organisa le passage des armées espagnoles par le Perthus et fut le dernier officier républicain à entrer en France le 9 février 1939 par ce poste-frontière. Il fut hébergé à Béziers chez M. Peyrottes, membre du bureau régional du PCF « qui serait chargé par ce parti du regroupement des réfugiés communistes résidant dans la région ». Il était le frère de l’ex-lieutenant colonel Trueba interné au camp d’Agde « ex-chef de la brigade portant son nom, exclusivement composée d’éléments communistes éprouvés, chargé par le parti communiste de rester sur place pour regrouper les éléments communistes dispersés dans le camp d’Agde et se tenir prêt à toute éventualité ». Le 22 mai 1939, M. Peyrottes en tant que président du Comité d’entraide du Front populaire franco-espagnol de Béziers, intercéda auprès du député de l’Hérault, M. Boulet, pour que son hôte ne fût pas envoyé dans un camp de concentration ni rapatrié de force en Espagne, où il encourait à coup sûr la peine de mort. À cette occasion, M. Peyrottes s’engageait à se mettre en rapport avec les organisations d’émigration pour essayer de le faire admettre au Mexique ou ailleurs dans les plus brefs délais55. À l’occasion du jugement correctionnel devant la Cour d’appel de Montpellier, intenté par les officiers espagnols de la Brigade Lister condamnés à des peines importantes de prison par le tribunal correctionnel de Céret (Pyrénées-Orientales), le commissaire spécial de Montpellier tenait à mettre en garde le préfet contre le risque d’une action de la direction héraultaise du parti communiste visant à libérer les accusés espagnols :

  • 56 ADH 4M1798. Commissaire spécial de Montpellier au préfet de l’Hérault (04/03/39).

Il serait mis en circulation dans les milieux politiques, philosophiques et syndicaux d’extrême gauche des listes destinées à recevoir les souscriptions en vue de venir en aide aux condamnés. Ceux-ci seraient défendus par Maître Justin, du barreau de Montpellier, Maître Perreau, du barreau d’Agen et Maître Brandon du barreau de Paris. Un des principaux arguments de la propagande en leur faveur est que ces officiers ont reçu une mission de leur Gouvernement et n’ont fait qu’y obéir. Tout au plus seraient-ils, est-il ajouté, et encore involontairement en raison des circonstances, coupables de non déclaration d’introduction en France d’objets et de matières soumis à droit de douanes. Il semble qu’il faille, dès maintenant, prévoir un service d’ordre rigoureux pour les audiences de la Cour d’Appel.56

  • 57 ADH 4M1798. Commissaire spécial Mazet à Monsieur le contrôleur général de la sûreté nationale à P (...)

31Lors de son transfert au mois de juin 1939 de la caserne Maraussan de Béziers au camp d’Agde, Manuel Salazar Mauri, né le 7 novembre 1904 à Lérida, fut appréhendé avec des Boletines de información qui avaient fait l’objet d’une interdiction préalable de la part du gouvernement français, ainsi que deux bulletins en langue catalane tirés à la ronéo et reproduisant mot pour mot le libellé des Boletines. Au cours de son interrogatoire par la police, l’intéressé déclara qu’il avait été secrétaire d’une section du PSUC lorsqu’il était instituteur à Barcelone avant 1936, et qu’il avait exercé les fonctions de commissaire politique auprès du XVIIIe Corps d’armée pendant la Guerre civile. Il ajouta que c’était Benjamin Millat, médecin espagnol de la caserne Maraussan, qui lui avait remis les Boletines de información, « en le chargeant de les faire lire par le plus grand nombre d’hospitalisés dans cette caserne »57.

  • 58 ADH 4M1798. Commissaire spécial Mazet au préfet de l’Hérault (12/05/39).
  • 59 ADH 4M1798. Commissaire spécial Mazet au préfet de l’Hérault (02/06/39).
  • 60 ADH 4M1798. Préfet des Pyrénées Orientales au préfet de l’Hérault (21/06/39).
  • 61 ADH 4M1800. Commissaire spécial Mazet à Monsieur le contrôleur général de la sûreté nationale en (...)

32Si les communistes faisaient l’objet d’une étroite surveillance de la part des services de police spéciale, les anarchistes n’étaient pas en reste. Le 7 avril 1939, le commissaire spécial Mazet fit parvenir au préfet une liste comprenant 276 anarchistes « signalés comme ayant été condamnés en Espagne, avant la révolution, pour des délits ou crimes de droit commun »58. Au rang des pincipaux activistes, figuraient Vicente Amorós Crespo, Laurent Santos Cerrado, Pedro Hernández Uribe, Ramon Vaque Agramunt et José Guillamón Guillamón. L’activité de ces cinq cheminots se bornait, semble-t-il, à des questions d’entraide matérielle (secours de 5 à 15 francs attribués à des ex-adhérents de la CNT) et à des « démarches à effectuer en vue de l’émigration vers les pays d’Amérique du Sud, de certains éléments dont le retour en Espagne ne pouvait être envisagé de longtemps ». Pour mettre à exécution leur projet, ils se servaient des adresses suivantes pour correspondre avec d’autres membres influents de la CNT ou de la FAI : A. Germain, 32 boîte postale, Paris XXe ; Dubois, chef de gare à Clichy (Seine) qui serait le secrétaire général perpétuel de l’Agrupación internacional de trabajadores (AIT) de tendance anarchiste : Andersen-Box 415 Stockolm I (Suède). Les intéressés, pour correspondre entre eux, usaient toujours de la précaution de la double enveloppe, celle contenue à l’intérieur portant la suscription du véritable destinataire59. À la fin du mois de juin 1939, le préfet des Pyrénées-Orientales informait son homologue héraultais qu’il y avait lieu de surveiller étroitement Antonio González y Cruz, condamné par le tribunal correctionnel de Perpignan à un mois de prison et à 100 francs d’amende pour séjour irrégulier en France. Celui-ci avait été transféré le 6 avril à la maison d’arrêt de Béziers, avant d’être interné au camp d’Agde le même mois : « Monsieur le Commissaire Central à Perpignan m’ayant fait savoir que l’intéressé était noté à ses archives comme anarchiste, il y aurait intérêt à le faire surveiller spécialement à l’occasion du voyage de Monsieur le Président de la République dans votre département. J’ajoute que j’ai proposé à Monsieur le Ministre de l’Intérieur l’expulsion de cet étranger »60. Le 2 septembre 1939, Remigio Climent-Ferrer, né le 27 août 1895 à Barcelone, « figurant sur la liste des anarchistes à surveiller étroitement », ainsi que Esteban Rovira-Bori, né le 14 avril 1897 à Barcelone, « docker, ex-inspecteur des secteurs des fortifications de l’armée de l’Ebre », furent transférés à Collioure, en raison de la « propagande active » à laquelle ils s’étaient livrés au camp61.

  • 62 ADH 2W622. Lettre du général Ménard au préfet de l’Hérault (27/04/39).

33Au même titre que les camps de Saint-Cyprien et du Barcarès dans les Pyrénées-Orientales, de Septfonds dans le Tarn-et-Garonne, de Gurs dans les Basses-Pyrénées, du Vernet dans l’Ariège et de Bram dans l’Aude, la création du camp d’Agde, au mois de mars 1939, s’inscrivait dans le cadre de la politique nationale menée par le général Ménard, visant à désenclaver le département des Pyrénées-Orientales, « l’un des plus touchés par l’exode »62.

34Sous la double surveillance de l’état-major français et espagnol, les miliciens du camp d’Agde vécurent plusieurs mois coupés du monde, parqués dans des baraques de type Génie, dans des conditions de vie matérielles et psychologiques précaires, en proie à la promiscuité, à la maladie et à la souffrance morale. À l’image des prisonniers de guerre, ils furent soumis à une stricte discipline militaire, ponctuée par l’hymne au drapeau, les rassemblements et les défilés du dimanche.

35Jusqu’au mois de mai 1939, le nombre des miliciens ne cessa d’augmenter, avant de redescendre à partir du mois de juin, en raison, principalement, des rapatriements, des réémigrations, des engagements dans les Compagnies de travailleurs étrangers et dans les unités combattantes. Le gouvernement français se rendit compte très vite du profit que l’on pouvait tirer de cette main-d’œuvre étrangère pour l’économie du pays et la défense nationale. À travers le système des prestations, les internés du camp d’Agde jouèrent un rôle clé dans l’économie héraultaise, en tant qu’ouvriers agricoles ou industriels.

36Parmi les réfugiés, il y avait des Catalans et des Espagnols, des militaires et des civils, des intellectuels et des travailleurs manuels, des ouvriers agricoles et des ouvriers industriels, des individus peu politisés et des « meneurs politiques ». Si les républicains modérés et les socialistes purent mener une vie relativement tranquille, en revanche, les communistes du PCE, du PSUC et du POUM, ainsi que les anarcho-syndicalistes de la FAI et de la CNT, firent l’objet d’une étroite surveillance et furent soumis à de lourdes sanctions : peines d’isolement, transferts au camp spécial de Collioure, expulsions du territoire national…

Haut de page

Annexe

Liste nominative des enfants espagnols internés au camp d’Agde (20 mai 1939)

I. Orphelins dont le retour en Espagne peut être envisagé sans inconvénient :

Manuel Carra Gomis, 17 ans. Désire se retirer à Saint-Pons (Hérault).

Arturo Marquie Bartome, 16 ans. Désire se retirer à Barcelone.

Pascual Martinez Martinez, 17 ans. Désire se rendre à Lyon (tante).

Jaime Pujado Verges, 17 ans. Désire se retirer à Barcelone.

Santiago Raya Fernandez, 16 ans. Désire se retirer au Mexique.

Total: 5.

II. Enfants ayant des parents en Espagne :

José Aleman Cerdan, 17 ans. Mère à Beteras (Valence).

Enrique Anguera Garcia, 16 ans. Frère en Espagne.

Victoriano Arias Millan, 16 ans. Parents en Espagne.

José Armengol Creveria, 16 ans. Père en Espagne.

Antonio Barasal de Alba, 16 ans. Parents en Espagne.

Enrique Barbas Llinas, 16 ans. Père en Espagne.

Manuel Batalla Castello, 17 ans. Parents à Auda (Castellon).

Jaime Battle Sentis, 16 ans. Croit ses parents à Barcelone.

Rogelio Berges Chale, 16 ans. Père en Espagne.

Guillermo Blazquez Hungria, 17 ans. Parents à Mazarambroz (Tolède).

Diego Borras Soler, 16 ans. Père en Espagne.

Basilio Caballero Gomez, 17 ans. Mère à Ciudad Real.

José Calabuig Ortega, 17 ans. Parents à Sarria (Barcelone).

Jaime Campmajo Olle, 16 ans. Père en Espagne.

Pedro Caralt Solo, 16 ans. Père en Espagne.

Carlos Castanez Navarro, 17 ans. Parents à Valence.

Emiliano Coirados Carrasco, 17 ans. Parents en Espagne.

Juan Companys Pons, 16 ans. Père en Espagne.

Miguel Companys Molina, 17 ans. Parents à Barcelone.

Antonio Cortes March, 17 ans. Parents à Salivella (Tarragone).

Marcos Cucharreras Fitats, 16 ans. Père en Espagne.

José Cruz Texido, 17 ans. Parents à Ballavar (Huesca).

Juan Diaz Galindo, 16 ans. Mère en Espagne.

Carla Domingo Bosch, 16 ans. Père en Espagne.

Juan Edo Font, 16 ans. Père en Espagne.

Benjamin Español Badia, 17 ans. Désire se retirer à Audierne (Finistère).

Luis Fabregas Alsinet, 16 ans. Père en Espagne.

Vicente Ferrer Jorda, 17 ans. Parents en Espagne.

Jesus Feruins Sanchez, 17 ans. Parents à Ajofrin (Tolède).

Alphonso Francisco Erill, 16 ans. Père en Espagne.

Francisco Galan Baressa, 17 ans. Parents à Villaviciosa.

Antonio Garcia Gomez, 17 ans. Parents à Murcie.

Florente Garcia Miguel, 17 ans. Parents à Mazarambroz (Tolède).

Pedro Gareta Espinosa, 17 ans. Père en Espagne, frère à Argelès.

Miguel Gomila Arni, 17 ans. Parents à Barcelone.

Laurens Gran Barcelo, 17 ans. Parents à Palma de Mallorca.

Pedro Guillem Lopez, 17 ans. Père à Barcelone.

Martin Guillermo Martin, 17 ans. Père en Espagne.

Valentin Gutierrez Gutierrez, 17 ans. Mère à Ciudad Real.

Juan Hermoso Romero, 16 ans. Parents en Espagne.

Juan Hernandez Larrosa, 17 ans. Parents à Alqueria (Murcie).

Leocadio Hernandez Garcia, 17 ans. Parents à Hellin (Albacète).

José Isern Sanchez, 16 ans. Père en Espagne.

Ramon Juncesa Salvado, 16 ans. Père en Espagne.

Pedro Laider Vives, 16 ans. Parents à Barcelone.

José Lanau Callizo, 17 ans. Parents à Arin de Bretos (Huesca).

Bartolomé Llinares Carriga, 16 ans. Père en Espagne.

Emilio Lopez Toledane, 16 ans. Mère en Espagne.

Julia Lopez Casas, 16 ans. Père en Espagne.

Rafael Lopez Pulido, 17 ans. Parents à Teba (Malaga).

Javier Lorente Cullell, 16 ans. Père en Espagne.

Jesus Lucia Paredes, 17 ans. Parents à Madrid.

Julian Maho Soler, 16 ans. Parents en Espagne.

Bartholomé Marin Lopez, 16 ans. Parents à Barranda (Murcie).

Francisco Marti Rodriguez, 16 ans. Père en Espagne.

Antonio Martin Perez, 17 ans. Parents en Espagne.

Damian Martin Valero, 17 ans. Parents à Barcelone.

Marcos Martinez Sorlano, 17 ans. Parents à Secla (Murcie).

Juan Mayor Llerca, 16 ans. Père en Espagne.

Juan Messeguer Fernandez, 16 ans. Père en Espagne.

Angel Miguel Serrano, 17 ans. Parents à Barcelone.

Manuel Morales Adna, 17 ans. Parents à Barcelone.

Ignacio Moreno Munoz, 17 ans. Parents à Charadell (Barcelone).

José Mur Mur, 16 ans. Père en Espagne.

Agustin Navaro Marin, 17 ans. Parents à Barcelone.

Antonio Olive Roselle, 16 ans. Père en Espagne.

Manuel Orazco Gimenez, 17 ans. Parents à Madrid.

José Parrado Ruiz, 16 ans. Père en Espagne.

Fernando Pelegrin Mora, 16 ans. Frère en Espagne.

José Pellicer Sivila, 16 ans. Mère en Espagne.

Andrés Perez Sans, 17 ans. Père à Saragosse.

Eduardo Perez Morales, 16 ans. Père en Espagne.

José Perez Solanes, 16 ans. Parents en Espagne.

Angel Pomero Martin, 17 ans. Parents à Ajofrin (Tolède).

Isidoro Portuguez Diaz, 17 ans. Parents en Espagne.

José Quintana Luque, 17 ans. Mère en Espagne.

Manuel Recaray Barbeira, 16 ans. Mère en Espagne.

Angel Rique Angel, 17 ans. Parents à Alforja (Tarragone).

Miguel Rull Herrero, 16 ans. Père en Espagne.

Luis Salguaro Naranjo, 17 ans. Mère à Azuaja (Badajoz).

Enrique Sanchez Oller, 16 ans. Père en Espagne.

José Sanchez Arevalo, 17 ans. Parents à Almeria.

José Sanchez Lorenzo, 17 ans. Parents à Hellon (Albacète).

Pelayo Sanchez Lopez, 17 ans. Mère en Espagne.

Alphonso Saston Ventura, 17 ans. Parents à Barcelone.

Juan Seuet Burnau, 16 ans. Mère en Espagne.

José Tejere Larrea, 16 ans. Père en Espagne.

Mariano Saun Pons, 16 ans. Père en Espagne.

Vicente Segrvia Sanchez, 17 ans. Parents à Madrid.

Lorenzo Sole Marfa, 16 ans. Père en Espagne.

Hermenegildo Sivil Juaco, 16 ans. Père en Espagne.

Eusebio Tudela Martinez, 16 ans. Mère en Espagne.

José Vallverdu Armengol, 16 ans. Père en Espagne.

Claudio Vidal Ramos, 16 ans. Père en Espagne.

Juan Vidal Montserrat, 16 ans. Frère en Espagne.

Mariano Vidal Bartomen, 17 ans. Croit ses parents à Gérone.

Juan Vila Baliellas, 16 ans. Père en Espagne.

Emilio Villar Agudo, 16 ans. Parents à Zuera (Saragosse).

Placide Villardell Soteras, 16 ans. Père en Espagne.

Antonio Zabal Martinez, 16 ans. Père en Espagne.

Total: 100.

III. Enfants espagnols ayant leurs parents en France :

Antonio Abad Duarte, 16 ans. Père au Camp d’Agde.

Lorenzo Alegre Casasus, 17 ans. Père au Camp d’Agde.

Lorenzo Carabajal Ballesta, 17 ans. Orphelin de père, désire partir au Mexique.

Emilio Claramont Battle, 16 ans. Mère à Mirande (Gers).

Alphonso Garay Tesan, 17 ans. Parents à Augnac (Lot).

Gil Manuel Dalman, 16 ans. Père au Camp d’Agde.

Juan Monfirt Haleon, 17 ans. Orphelin de mère. Adresse père inconnue.

Eduardo Nieto Ramirez, 17 ans. Parents en France.

Fidel Rojas Sanchez, 16 ans. Mère au Centre d’hébergement de Villanoy (Seine-et-Marne).

Rodrigo Solano Pieyo, 17 ans. Mère à Bessan (Hérault).

Tomas Vidal Castanosa, 17 ans. Frère au Camp d’Agde.

Total: 11.

Haut de page

Notes

1 ADH 4M1795. Lettre du préfet adressée au ministre de l’Intérieur (15/05/39).

2 ADH 2W620. Convention du 08/06/39 entre le commandant du camp Benoit-Guyod et M. Belluire; ADH 2W620. Lettre du commandant Benoit-Guyod au préfet de l’Hérault (07/07/39) ; ADH 4M1800. Lettre de M. Dusfour adressée au préfet de l’Hérault (13/08/39).

3 ADH 4M1800. Lettre de J. Dusfour au préfet de l’Hérault (13/08/39).

4 Petit Méridional, article du 5/03/39 signé E. H., «La création d’un camp de concentration pour les réfugiés espagnols, à Agde». Cité par Christine Motte, Le soutien aux républicains espagnols dans l’Hérault 1936-1939, Mémoire de maîtrise d’histoire soutenu à l’Université Paul Valéry (Montpellier III) en 1986, p. 79.

5 ADH 2W622. Mouvement du camp d’Agde au cours du mois de mai 1939.

6 ADH 2W622. Lettre du chef d’escadron Benoit-Guyod, commandant le camp d’Agde au préfet de l’Hérault (09/06/39).

7 Petit Méridional du 5/03/39 : « L’eau sera apportée au camp au moyen d’un camion-citerne automobile récupéré sur le matériel espagnol. Il servait au transport d’essence et le récipient est actuellement désodorisé aux Etablissements Fouga, à Béziers, afin de ne pas altérer l’eau qu’il contiendra ».

8 AN AB XIX 3367. Rapport des Francs-maçons Emmanuel Arie et Jean Baylot sur le camp d’Agde et les Francs-maçons espagnols réfugiés dans l’Hérault (25/06/39).

9 Denis Peschanski, La France des camps. L’internement 1938-1946, Paris, Gallimard, 2002, p. 43.

10 ADH 2W623. Règlement général du camp d’Agde (05/04/39).

11 AN AB XIX 3367. Rapport des Francs-maçons Emmanuel Arie et Jean Baylot sur le camp d’Agde et les Francs-maçons espagnols réfugiés dans l’Hérault (25/06/39).

12 ADH 4M1798. Commissaire spécial Mazet au préfet de l’Hérault (02/06/39).

13 Travailleur du Languedoc, 11/03/39 et 18/03/39.

14 ADH 2W622. Chef d’escadron Benoit-Guyot au préfet de l’Hérault (09/06/39).

15 AN AB XIX 3367. Rapport des Francs-maçons Emmanuel Arie et Jean Baylot sur le camp d’Agde et les Francs-maçons espagnols réfugiés dans l’Hérault (25/06/39).

16 ADH 4M1800. Jules Moch, député de l’Hérault au préfet de l’Hérault (08/05/39).

17 ADH 4M1800. Chef d’escadron Benoit-Guyod au préfet de l’Hérault (10/06/39).

18 Christine Motte, Le soutien aux républicains espagnols dans l’Hérault 1936-1939, cit., p. 97.

19 Geneviève Dreyfus-Armand et Émile Temime, Les Camps sur la plage, un exil espagnol, cit., p. 95.

20 ADH 2W623. Règlement général du camp d’Agde, chef d’escadron Zwilling au préfet de l’Hérault (05/04/39).

21 Grégory Tuban, Les séquestrés de Collioure. Un camp disciplinaire au Château royal en 1939, cit.

22 ADH 4M1800. Commissaire spécial Mazet au contrôleur de la sûreté nationale en mission à Perpignan (03/09/39).

23 ADH 4M1800. Rapport du général de brigade Lavigne, commandant les camps des miliciens espagnols de la 16ème Région au préfet de l’Hérault (2/09/39) ; ADH 4M1800. Rapport du lieutenant-colonel Lamotte, commandant le camp d’Agde sur l’état d’esprit des réfugiés (7/10/39).

24 ADH 4M1796. Chef d’escadron Pignet au préfet : état des réfugiés espagnols stationnant dans le département de l’Hérault.

25 ADH 2W622. Mouvement du camp d’Agde au cours du mois de mai 1939.

26 ADH 4M1796. Chef d’escadron Pignet au préfet : état des réfugiés espagnols stationnant dans le département de l’Hérault.

27 Denis Peschanski, La France des camps. L’internement 1938-1946, cit., pp. 135-138.

28 ADH 4M1795. Circulaire du ministre de l’Intérieur Albert Sarraut aux préfets (05/05/39).

29 ADH 4M1805. Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées au préfet de l’Hérault (05/04/39).

30 ADH 4M1805. Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées au préfet de l’Hérault (05/04/39).

31 ADH 4M1805. Chef d’escadron Zwilling au préfet de l’Hérault (13/05/39).

32 Il s’agissait, en fait, de 188 aviateurs et de 31 internationaux.

33 ADH 2W622. Mouvement du camp d’Agde au cours du mois de mai 1939.

34 ADH 2W622. État du mouvement des réfugiés, mai 1939.

35 ADH 4M1805. Préfet de l’Orne au préfet de l’Hérault (07/06/39).

36 ADH 4M1805. Jaime Abuarrea au préfet de l’Hérault (30/08/39).

37 ADH 2W622. État du mouvement des réfugiés en mai 1939 ; ADH 2W622. Rapport du colonel Lamotte (26/07/39).

38 ADH 4M1805. M. Mondon, inspecteur départemental du travail au préfet de l’Hérault (02/10/39).

39 ADH 4M1805. Spécialistes du camp d’Agde mis à la disposition du préfet de la Lozère (08/10/39).

40 ADH 4M1800. Rapport du lieutenant-colonel Lamotte, commandant le camp d’Agde sur l’état d’esprit des réfugiés.

41 ADH 4M1800. Lettre du commissaire spécial Mazet, détaché au Camp d’Agde au préfet (01/06/39): « À l’approche des grandes chaleurs, il y aurait intérêt à ce que ces réfugiés fussent dirigés, dans un délai très rapproché, sur un camp approprié à leur âge. Par ailleurs, d’après les instructions de l’Autorité militaire, il ne doit se trouver dans les camps de concentration tels que celui d’Agde, aucune personne âgée de moins de 18 ans ou de plus de 50 ans ». Nous reproduisons la liste des enfants hébergés au camp en annexe.

42 Petit Méridional du 5/03/39.

43 Travailleur du Languedoc, 20/05/39.

44 Nous envisageons dans le cadre de nos futures recherches de faire une exploitation statistique de ces listes.

45 Jaume Rossinyol, Le problème national catalan, Paris, Mouton, 1974, p. 520 : « Dans les régions castillanes, une surenchère croissante de nationalisme exacerbé, plus ou moins larvée avant l’ouverture des débats, éclate symboliquement le premier jour de la discussion du statut. Cette campagne avait surtout pour objet de peser sur les délibérations des députés en leur rappelant que des Espagnols étaient décidés à s’opposer coûte que coûte à toute atteinte à l’unité et à l’intégrité de la patrie espagnole ».

46 Recensement professionnel des réfugiés espagnols d’après les fiches du SERE, archives du PCE (Madrid), non daté, dactylographié, non coté. Voir : Javier Rubio, La emigración española a Francia, Barcelone, Ariel, 1974, pp. 152-154.

47 ADH 4M1800. Lettre du commissaire spécial de Montpellier au préfet de l’Hérault (05/04/39).

48 ADH 4M1800. Lettre du chef d’escadron Benoit-Guyod, commandant le camp d’Agde au préfet de l’Hérault (10/06/39).

49 ADH 4M1800. Contrat de travail établi par Jacques Barnole agriculteur à Urr (PO) (06/05/39).

50 ADH 4M1800. Lettre de Santiago Cusso Oller au directeur de la cité universitaire de Paris (25/04/39).

51 ADH 4M1800. Lettre du secrétaire général du syndicat des douanes au préfet de l’Hérault (25/07/39).

52 Denis Peschanski, La France des camps. L’internement 1938-1946, cit., pp. 48-52 ; François Godicheau, « Les courants politiques antifranquistes : 1931-1939 », in : Républicains espagnols en Midi-Pyrénées. Exil, histoire et mémoire, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2005, pp. 46‑55.

53 ADH 4M1800. Commissaire spécial Mazet, détaché au camp d’Agde à Monsieur le contrôleur général de la sûreté nationale en mission à Perpignan (23/08/39).

54 ADH 4M1800. Commissaire spécial Mazet, détaché au camp d’Agde à Monsieur le contrôleur général de la sûreté nationale en mission à Perpignan (23/08/39).

55 ADH 4M1798. Inspecteur de la sûreté, sous-chef A. Bayle, au commissaire de police de Béziers (08/05/39); ADH 4M1798. M. Peyrottes à M. Boulet, député de l’Hérault (22/05/39).

56 ADH 4M1798. Commissaire spécial de Montpellier au préfet de l’Hérault (04/03/39).

57 ADH 4M1798. Commissaire spécial Mazet à Monsieur le contrôleur général de la sûreté nationale à Perpignan (12/06/39).

58 ADH 4M1798. Commissaire spécial Mazet au préfet de l’Hérault (12/05/39).

59 ADH 4M1798. Commissaire spécial Mazet au préfet de l’Hérault (02/06/39).

60 ADH 4M1798. Préfet des Pyrénées Orientales au préfet de l’Hérault (21/06/39).

61 ADH 4M1800. Commissaire spécial Mazet à Monsieur le contrôleur général de la sûreté nationale en mission à la préfecture de Perpignan (03/09/39).

62 ADH 2W622. Lettre du général Ménard au préfet de l’Hérault (27/04/39).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Parello, « Un Ailleurs concentrationnaire : le camp d’Agde dans l’Hérault (1939) », Cahiers d’études romanes, 23 | 2011, 97-118.

Référence électronique

Vincent Parello, « Un Ailleurs concentrationnaire : le camp d’Agde dans l’Hérault (1939) », Cahiers d’études romanes [En ligne], 23 | 2011, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/679 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.679

Haut de page

Auteur

Vincent Parello

Université Montpellier III

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org