Navigation – Plan du site

L’expression de l’Ailleurs dans le Lexicon de Buda (1825)

Maria Aldea
p. 73-80

Résumés

En nous penchant sur une œuvre lexicographique d’exception de l’École latiniste de Transylvanie, le Lexicon de Buda (1825), nous nous proposons de mettre en évidence la manière dont l’ailleurs s’exprime dans ce dictionnaire, fait qui nous a permis, au delà du repérage des éléments lexicaux qui le configurent, de saisir le niveau du développement lexical de la langue roumaine à une époque où celle-ci n’avait pas de reconnaissance officielle.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Roumanie

Index chronologique :

XIXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Désormais en abrégé LB : Lexicon de Buda ou, sous son titre complet, Lesicon romănescu-lătinescu- (...)
  • 2 Cette communication a été présentée le 7 septembre 2009, au sein du CAER – Atelier 4 : Discours e (...)

1En nous basant sur l’inventaire des mots que nous avons repérés dans le Lexicon de Buda1, nous avons choisi de nous pencher dans cet exposé2 sur l’expression de l’ailleurs dans ce dictionnaire, afin de mettre en évidence la manière dont cet ailleurs s’exprime et se construit. Avant d’en venir à l’analyse de notre sujet, il est nécessaire de faire une succincte présentation de la genèse du LB, car ce dictionnaire, grâce aux efforts de ses rédacteurs, jouera un rôle majeur dans le processus de l’affirmation de la langue roumaine parmi les autres langues romanes, en tant que descendante du latin.

1 – Quelques remarques sur la genèse du Lexicon de Buda

  • 3 Voir Maria Aldea, « Dicţionarul – instrument de recunoaştere culturală. Studiu de caz: Lexiconul (...)

2L’an 1825 marque pour l’espace culturel roumain en général et pour celui de la Transylvanie en particulier, le début de la lexicographie roumaine moderne grâce à la parution d’une œuvre d’exception de l’École latiniste, le LB3.

  • 4 Voir Aurel NICOLESCU, Şcoala Ardeleană şi limba română, Bucureşti, Editura Ştiinţifică, 1971, p.  (...)

3Élaboré pendant plus de trente ans par plusieurs érudits transylvaniens, le LB est le premier dictionnaire étymologique et explicatif de la langue roumaine. À son origine se trouve Samuil Micu-Klein (1745-1806) qui, en 1795, commence son travail pour l’élaboration d’un dictionnaire. Donc il parvient, en mars, 1801 à rédiger un Dictionarium valachico-latinum4. En 1803, avec le concours de I. Molnar-Halitzki et Virág Benedek (1754-1830), Samuel Micu-Klein ajoute au texte initial deux autres langues : l’allemand et le hongrois. En 1805, le travail est accompli, mais Micu décide d’insérer l’équivalent en cyrillique des mots roumains écrits en caractères latins. Cette forme constituera la base du LB.

  • 5 Voir Mircea SECHE, Schiţă de istorie a lexicografiei române, vol. I : De la origini până la 1880, (...)

4En 1806, l’Imprimerie de Buda annonce la parution de deux ouvrages lexicographiques réalisés par Micu : le Dictionarium latino-valachico-germanico-hungaricum et le Dictionarium valachico-latino-germanico-hungaricum, mais, faute d’intérêt, ceux-ci ne sont pas publiés5.

5Après le décès de Micu (1806), l’Imprimerie de Buda charge Vasile Coloşi (1779-1814) de s’occuper du dictionnaire. Comme lui-même avait rendu à l’Imprimerie de Buda un Dictionnaire roumain-latin-hongrois-allemand, il décide de réunir les deux dictionnaires, en changeant l’ordre des deux dernières langues de l’ouvrage de Micu. En 1814, l’Imprimerie de Buda publie une notification annonçant la parution de l’ouvrage. Mais le dictionnaire ne paraît pas cette fois non plus car Vasile Coloşi meurt.

  • 6 Voir « L’Avant-Propos pour les lecteurs », LB, pp. 3-8 ; ainsi que Mircea Seche, op. cit., pp. 30 (...)

6Entre 1815-1819, l’ouvrage est pris en charge par Ioan Corneli (1762-1848), prêtre d’Oradea, qui a le mérite d’introduire des indications étymologiques ; mais il finira par renoncer. Par conséquent, à partir de 1820, le dictionnaire est confié à Petru Maior (1754-1821). Sa contribution remarquable est d’avoir finalisé les indications étymologiques. Il y travaille jusqu’à sa mort, en 1821. L’ouvrage est enfin achevé par le prêtre Ioan Theodorovici et son frère Alexandru Teodori, docteur en médecine et pharmacie6.

2 – L’expression de l’Ailleurs dans le LB

  • 7 LB, s.v. Ardélu, oraşu, aire.

7Les mots répertoriés dans notre dictionnaire contenant dans leur description des informations qui expriment et aident à configurer l’ailleurs appartiennent à deux parties de discours : le substantif (propre et commun) et l’adverbe. Avant d’entrer dans le vif de notre sujet, nous tenons à souligner ici l’absence de caractère systématique de l’ouvrage. Pour illustrer cette affirmation, analysons-en trois lexèmes7 :

Ardélu [“Transylvanie”], m. [Ardeal]. subst. Transylvania: Erdély Ország: Siebenbürgen. Etym. a Civitate Ardisu seu Argisu, vel forte a Lat. Ardelio i.e. homo inquietus, quia Daci semper inquieti, et infidi fuerunt, teste Tacito.
Oraşu [“ville”], m. pl. şẻ. f. [Oraş], subst. urbs, oppidum: város: die Stadt. – de éste mai micu séu mai puçinu socotit : oppidum : mezöváros : der Marttflecten. – din oraşu ỉn oraşu, séu: prin tóte oraşele : oppidatim : városakanként, minden városban : städteweise, in allen Städten. Graec. αςτυ urbs.
Aire [“ailleurs”], [airea] : adv: aiure, aindine 1) stau, sủntu : alibi, alio loco : másutt, egyébütt : anderswo. 2) mergu, trảmitu: alio, aliorsum : masuvá, máshová : anderswohin.

  • 8 Dans nos exemples ils sont rédigés en caractères latins.

8La lecture des entrées nous a permis de remarquer les faits suivants : le mot vedette, en caractères latins, est suivi, pour le nom, par les marques de flexion – le genre, le nombre ; dans le cas de l’adverbe, est indiquée la classe grammaticale. Puis il suit la transcription du mot en caractères cyrilliques8. Parfois, on trouve des informations explicatives concernant le mot, ses sens et ses emplois (marques d’usage) suivies par des équivalents et des synonymes de l’entrée en latin, hongrois et allemand. On note également la présence aléatoire des indications étymologiques, des renvois et des synonymes d’origine romane.

9Pour revenir à notre sujet, parler de l’ailleurs signifie être confronté à la question de l’enracinement, de l’appartenance à un lieu, à une terre, être confronté à la question de l’identité territoriale. Mais, pour pouvoir parler de l’ailleurs il faut trouver le point de repère, car l’ailleurs commence dans ce point de repère. Par rapport à celui-ci, dans notre dictionnaire l’ailleurs s’exprime de la façon suivante.

  • 9 Cf. Le Nouveau Petit Robert. Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Nouv (...)

102.1 – La première connotation accordée à l’ailleurs est « un lieu situé ailleurs, pays étrangers ou lointain »9. Les mots qui l’expriment appartiennent à la classe du substantif, et peuvent être inscrits sur deux axes : l’un interne (2.1.1.) et l’autre externe (2.1.2.).

112.1.1 – Par l’axe interne, nous comprenons l’ailleurs qui se construit par rapport à l’appartenance identitaire, à l’origine, au lieu de naissance, d’enfance, d’études, à la résidence des rédacteurs du LB.

12Dans ce contexte, le point de repère est d’abord casa (“la maison”), satul (“le village”), oraşul (“la ville”), cetatea (“la citadelle”), rezidenţa (“la résidence”), tel la ville de Blaj ou Oradea.

  • 10 Les crochets, […], marquent l’équivalent latin tel qu’il est donné par le LB.

13En se rapportant à ce repère, l’ailleurs devient toutes les autres villes de la Transylvanie10 – Abrud [Auraria], Aiud [Annia via, Singidavia], Baia de Criş, Baia Mare [Rivuli Dominarum], Belgrad [Julia, Alba-Julia, Alba-Carolina], Bistriţa [Bistricium, Bistricia], Braşov [Corona, Stephanopolis, olim Tiasum], Cluj [Patruissa, Clusium, Claudiopolis], Deva [Dacopolis, Dacidava, Deva], Hunedoara [Hunyadinum], Odorhei [Utidava, Utidana, Udvarhelyinum], Orãştie [Saxopolis], Oşorhei [Praetoria Augusta, Maros-Vosarhelynum], Reghin [Rhuconium], Sebeş [Sebesium], Sibiu [Cibinium], Sighişoara [Sandava, Schaesburgum, Segesvarinum], Timişoara [Zurobara, Temisvarinum], Teiuş [Spinopolis], Turda [Salinae, Thorda], Zlatna [Zalathna] – et du continent – Belgrad [Alba-Graeca, Taurunum, Belgradum], Buda [Buda], Constantinopol ou Ţarigrad [Constantinopolis], Debreţin [Debrecinum], Lipsca [Lipsia: Leipzig], Moscova [Moscovia], Paris [Parisii – orum, vel Lutetia Parisiorum], Pesta [Pestum, Pestinum], Petersburg [Petropolis], Petrovaradin [Petrovaradinum], Roma [Roma], Seghedinu [Segedinum].

  • 11 En exceptant les toponymes, les hydronymes peuvent aussi délimiter et configurer “l’ailleurs” : A (...)

14Ensuite, par opposition à des points de repère tels pământul (“la terre”), ţinutul Ardealului (“la région / le territoire de la Transylvanie”), ţara mea (“mon pays”), împărăţia (“le royaume”), Dacia (la Dacie), l’ailleurs est les autres régions de la Transylvanie, plus ou moins éloignées de Blaj, les régions composant les Pays Roumains – Bârsa [Tractus Barcensis], Criş [Comitatus Zarandiensis], Maramureş [Marmaria], Moldova [Moldavia] –, ou les pays étrangers – Banat [Banatus], Anglia [Anglia], Armenia [Armenia], Boemia [Bohemia], Bulgaria [Bulgaria], Creta [Creta, Crete, Candia], Egipt [Aegyptus], Franţa [Gallia], Germania [Germania], Olanda [Hollandia], Morva [Moravia], Persida [Persia, Persis], Rusia [Russia], Veneţia [Venetiae]11.

15Donc, il est évident que l’ailleurs connaît une gradation qui va de l’individuel vers le collectif, fait qui conduit ainsi à la modification des frontières et par voie de conséquence de celui-ci.

16Enfin, l’ailleurs se dessine également sur l’indication donnée par le titre de l’ouvrage, qui exprime et précise le lieu de la parution, Buda, et qui devient ainsi le point de repère. Donc, l’ailleurs commence à Buda.

172.1.2 – Par l’axe externe, nous comprenons l’ailleurs qui se configure grâce au regard du lecteur ou de l’utilisateur du dictionnaire, regard délimité par l’univers culturel, historique et linguistique de celui-ci (pour preuve il reste les mots vedettes rédigés en roumain). L’ailleurs vu par l’utilisateur, qui est maintenant Maria Aldea, se construit par rapport à l’appartenance identitaire des rédacteurs au peuple roumain, à la région de la Transylvanie. Donc, pour nous l’ailleurs commence à Blaj, en Transylvanie (le centre culturel du mouvement connu comme l’École latiniste de Transylvanie et qui est également ma ville natale)

  • 12 Le Nouveau Petit Robert, s.v. ailleurs.
  • 13 “L’ailleurs” peut être aussi bien exprimé par des verbes ayant dans leur contenu ses marques séma (...)
  • 14 Nous soulignons ici que pour délimiter l’endroit de rapprochement ou d’éloignement peuvent être a (...)

182.2 – La seconde connotation de l’ailleurs est « dans un autre lieu (que celui où l’on est ou dont on parle), autre part »12, et dans ce cas il s’exprime à l’aide des déictiques13, ici des adverbes pronominaux démonstratifs, qui donnent des indications spatiales relatives au déroulement des processus, autrement dit qui expriment l’idée de rapprochement ou d’éloignement des processus dans l’espace14.

19L’ailleurs est :

202.2.1 – là-bas, c’est-à-dire acole [ibi, ibidem], colea [ibi, ibidem, istic, illic], colò [loci] ; ailleurs, c.à.d. aindine, aire [alibi, alio loco], airile ; quelque part, c.à.d. undeva [alicubi, usquam, uspiam ; aliquo, quoquam, quopiam] ; quelque part ailleurs, c.à.d. óre undeva [alicubi ; aliquo, aliquorsum] par rapport à ici, c.à.d. ici, aqui [loci ; hic, hoc in loco], icé, séu, icii.

212.2.2 – de là-bas, donc dé colé [inde, sane, inde prorsus], dé colò [inde, abinde, exinde, ex eo loco] ; de loin, c.à.d. de colò [longe, a procul, e longinquo], dedeparte [eminus, e longinquo] ; d’ailleurs, donc dé indiné, séu de a indiné [aliunde, alio ex loco], dé iré, séu de a iré, dé irlé, séu de airlé par rapport à d’ici, donc dé ici, séu de a ici.

222.2.3 – par là, c.à.d. pe acolo [là-bas, dans ces endroits-là : ibidem, ibicirca, ea in regione ; par ce endoit-là : illac], pe colò, precolò ; d’ailleurs, donc pe airé [dans un autre endroit : alibi, alio loco ; sur un autre chemin : alias, alia via] ; jusque là, c.à.d. pỏnẻ acolò [eousque, illucusque] par rapport à par ici, ici, dans ce lieu, donc pe acì [ici, sur ces endroits : hic circa, hac in regione ; d’ici là : par cet endroit : hac via, hac versus], pre acì, pre acolò, pre airea, pre ascuns’, pre ici ; jusqu’ici, donc pónẻ acì [jusqu’à cet endroit : hucusque].

232.2.4 – de l’autre côté, au-delà, par-delà, en deça, c.à.d. dincolé [loci : illinc, illa ex parte], dincoló [illic, ultra, trans], pe dincolò [illac, illa ex parte] par rapport à, de ce côté-ci, donc dincóce, séu dincóque, séu dinquoque [cis, hinc, hac ex parte], pe dincóce [hac, isthac, hac versus].

242.2.5 – là, de ce côté-là, par là, c.à.d. incolé [illuc, eo], incolo [illuc, illuc versus], intracolo [illorsum, eorsum, illae versus] ; quelque part, n’importe où, donc inquảtrauva [aliquorsum, aliquoversum, aliquaversum] par rapport à ici, de ce côté-ci, par ici, c.à.d. inacóque, inakolo, incóque [inquóque inquolè : huc illuc], intracóce [horsum, hac versus].

252.2.6 – dehors, à l’extérieur, afară [foris, extra ; foras] ; de l’extérieur, dé farả [extra, foris, a foris] ; loin, departe [longe, procul, remote], dapảrcioru, séu depảrtuţiu [longule, longiuscule] par rapport à la maison, chez soi, c.à.d. a casả [domi] ; dedans, au-dedans, à l’intérieur, c.à.d. inlontru, inlảuntru [intus, intra] ; de l’intérieur, donc din lontru, séu din lảỉntru [intra, intus, intrinsecus].

En guise de conclusion

26La tentative d’avancer une telle approche, nous a permis non seulement de repérer les éléments lexicaux qui configurent l’ailleurs dans le LB, mais aussi de saisir le niveau du développement lexical de la langue roumaine à une époque où celle-ci n’avait pas de statut, de reconnaissance officielle.

Haut de page

Notes

1 Désormais en abrégé LB : Lexicon de Buda ou, sous son titre complet, Lesicon romănescu-lătinescu-ungurescu-nemţescu quare de mai mulţi autori, în cursul a trideci, şi mai multoru ani s’au lucrat. Seu Lexicon valachico-latino-hungarico-germanicum quod a pluribus auctoribus decursu triginta et amplius annorum elaboratum est, Budae, Typis et Sumtibus Typografiae Regiae Universitatis Hungaricae, 1825.

2 Cette communication a été présentée le 7 septembre 2009, au sein du CAER – Atelier 4 : Discours et pratiques artistiques et sociaux, Université de Provence.

3 Voir Maria Aldea, « Dicţionarul – instrument de recunoaştere culturală. Studiu de caz: Lexiconul de la Buda (1825) », Limba română. Stadiul actual al cercetării (Actele celui de al 6-lea Colocviu al Catedrei de Limba Română – 29-30 noiembrie 2006), volume coordonné par Gabriela Pană Dindelegan, Bucureşti, Editura Universităţii din Bucureşti, 2007, pp. 651-654 ; Maria ALDEA, « Imaginea Transilvaniei pe baza toponimiei din “Lexiconul de la Buda (1825)” », Români majoritari / Români minoritari : interferenţe şi coabitări lingvistice, literare şi etnologice, volume coordonné par Luminiţa Botosinenau, Elena Dănilă, Cecilia Holban, Ofelia Ichim, Iaşi, Editura Alfa, 2007, pp. 11-17 ; Maria ALDEA, « Exprimarea emoţiilor în “Lexiconul de la Buda (1825)”. I. Bucuria », Limba română – abordări tradiţionale şi moderne. Actele colocviului internaţional organizat de Catedra de limba română şi de Departamentul de limbă, cultură şi civilizaţie românească, Facultatea de Litere, Universitatea, Babeş-Bolyai”, Cluj-Napoca, 19-20 octombrie 2007, volume coordonné par G. G. Neamţu, Ştefan Gencărău, Adrian Chircu, Cluj-Napoca, Presa Universitară Clujeană, 2009, pp. 201-206 ; Maria ALDEA, « Entre vérité scientifique et exagération : l’étymologie. Étude de cas : le Lexicon de Buda (1825) », Actes du colloque national Les dictionnaires et l’emprunt (16e – 21e siècle), les 28-29 mai 2009, Université de Provence, coordonné par Agnès Steuckardt et alii, PUP, sous presse.

4 Voir Aurel NICOLESCU, Şcoala Ardeleană şi limba română, Bucureşti, Editura Ştiinţifică, 1971, p. 61.

5 Voir Mircea SECHE, Schiţă de istorie a lexicografiei române, vol. I : De la origini până la 1880, Bucureşti, Editura Ştiinţifică, 1966, pp. 21-23 ; Aurel NICOLESCU, op. cit., pp. 61-63.

6 Voir « L’Avant-Propos pour les lecteurs », LB, pp. 3-8 ; ainsi que Mircea Seche, op. cit., pp. 30-33, et Aurel Nicolescu, op. cit., pp. 80-81.

7 LB, s.v. Ardélu, oraşu, aire.

8 Dans nos exemples ils sont rédigés en caractères latins.

9 Cf. Le Nouveau Petit Robert. Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Nouvelle édition du Petit Robert de Paul Robert, Texte remanié et amplifié sous la direction de Josette Rey-Debove et Alain Rey, Dictionnaires Le Robert – Paris, 2004, s.v. ailleurs.

10 Les crochets, […], marquent l’équivalent latin tel qu’il est donné par le LB.

11 En exceptant les toponymes, les hydronymes peuvent aussi délimiter et configurer “l’ailleurs” : Arieş (Auraria, Chrysius), Criş (Crisius), Dunãre (Danubius, Ister), Istru (Ister), Mureş (Marusius, Marisius), Olt (Olluta), Prut (Pruthum, Hierasus, Parota, Pyretus, Gerasus), Siret (Sirethum), Someş (Samusius, vel Samosius), Târnava (Cicellus), Tigru (Tigris), Tisa (Tibiscus).

12 Le Nouveau Petit Robert, s.v. ailleurs.

13 “L’ailleurs” peut être aussi bien exprimé par des verbes ayant dans leur contenu ses marques sémantiques : a se depãrta (“s’éloigner”), a se dezrãdãcina (“perdre ses racines”), a se înstrãina (“s’éloigner de son lieu natal, de sa famille”), etc.

14 Nous soulignons ici que pour délimiter l’endroit de rapprochement ou d’éloignement peuvent être aussi employés des déictiques à valeur neutre, tels alăturu, alăture, alăturişu (“à côté'” “auprès de”, “côte à côte”, “près de”), indemảnả (“à portée”), pe lỏnghẻ, préjmả, pre lỏnghẻ, impregiuru, impréjmả, incungiuru (“des environs”, “du voisinage”), aproape, apropiare, apropiu, dé própe, dé propéle (“près”, “tout près”, “proche’, “de près”), alungul (“”le long de”), dedesuptu (“”dessous”), dedingiosu, degiosu, din giosu, pe dinjosu (“d’en bas”), de lature, de laturi, lature, lảtureanu (“de côté”), dé supra (“dessus”, “au-dessus de”, “par-dessus”), de susu, din susu, pe dinsusu, insusu (“d’en haut”, “du haut”), dinainte, pe dinainte (“devant”, “par devant”), dinapoi, pe dinapoi (“derrière”, “par derrière”).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Aldea, « L’expression de l’Ailleurs dans le Lexicon de Buda (1825) », Cahiers d’études romanes, 23 | 2011, 73-80.

Référence électronique

Maria Aldea, « L’expression de l’Ailleurs dans le Lexicon de Buda (1825) », Cahiers d’études romanes [En ligne], 23 | 2011, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://etudesromanes.revues.org/733 ; DOI : 10.4000/etudesromanes.733

Haut de page

Auteur

Maria Aldea

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d'Etudes Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers d'études romanes est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Revues.org